Vous êtes sur la page 1sur 3

« MESSONGES » DROLATIQUES : grenouillc promiscue qui sc prostiluc, qui se donnc a la mort27.

Eclat de rirc affolc,


grand cri triomphanl et desespcrc ä la Ibis. Ici aussi, nous pouvons constatcr unc
l'art transgressant loute politiquc
ressemblancc isomorphe avec un dessin rabclaisicn.
Le ridicule tragiquc et I'ironic quasimcnt masqucc dans la dansc macabrc de ces
K O K H E (Allcimtgne)
plasliqucs sc revelcnl commc des moyens i n l u i l i l s , deslincs ä faire osciller Ic dramc
cxistcntiel d'une Situation kafkai'cnnc cntrc devoilemcnl cl distanciation. « Nous
« L'animal arrache Ic fönet des main.i de *<>}> imiitre dcvons subir loulcs les soulTranccs », ccrit Kafka (1918, Aph. 102) : « A cc propos, la
et sefouette soi-meme pour devcnir imiilrc,
et il ne xait pn.i i/ue ce n'cxt (/ii'nne chimere engendree justice ne joue aucun rölc, mais la eraintc de la souffrancc ou l'inlcrpretation de la
l>(ir nn nonvcaii noenil dann les lauteres de fönet du inaitri' » souffrancc commc mcrilc non plus ». El il poursuit: « Tu pcux te montrcr relicenl facc
(Kafka, 1918, Aph. 29) aux soulTranccs du mondc, librc ä toi de monlrcr ccltc atliludc qui corrcspond ä Ion
naturel, mais pcut-ctre quc c'cs! juslc cctte rcliccnce qui est la sculc souffrancc quc tu
Lc mondc, mcs chcrs confrcrcs, cst un champ d'cxpcricncc imict et crucl, legende pourrais eviter » (Kafka, 1918, Aph. 104). Par lä, Vollmar obticnt des dcconslructions
par l'art. Cct art defie Ic tcmps ä la facon des miroirs deformants, des psychcs artistiqucs d'unc resscmblancc slrueturcllc avcc ccrtains Sanges drolatiques atlribues a
ironiques qui nous rcflelcnt notrc imaginaire rcel, nos fantasmes vecus au prcscnt. Franfois Rabelais ainsi qu'avcc des motifs prcscnts chcz Jcromc Bosch. Dans ses
Parcc quc toutc rcalitc se trouvc aussi caractcriscc par les nuits de l'csprit et des
intcrprctalions, il sc produit une Inversion de la pcrvcrsion quolidicnnc. Le tragiquc et
dcsastrcs qui marqucnt nos aujourd'hui (Dul'rcignc, 1995, p. 59). C'cst pourquoi, ccltc
realitc socialc sc prcsentc, cntrc autrcs, commc un champ politiquc qui sc trouvc ctrc Ic comiquc fusionnenl d'unc manicrc dcconccrtantc, mais, facc a la peine, il restc un
aussi impitoyahlc qu'insupportablc. Pour Ic sujct moral de l'arlistc, le choix d'unc cclat de rirc extrcmcmcnt amcr et rclcnu, « commc l'on pouvait s'y attcndrc, quand on
Position cthiquc - au meine scns quc Laean en pai'lc - sc rcvclc conirnc unc des rares a affairc au diabic. Puisquc l'humour vrai csl, suivant Nabokov (1985, p. l 14), l'affaire
possibilitcs de sc confronter avcc cctte ininscrtion socialc. des anges ».
Face ä ccs miroirs deformants d'une conlusion provoquce de betcs humanisees
L'cxcmplc de l'ocuvrc figuratif de Lothar Vollmar, plasticicn allcmand, nous versus d'hommes a n i m a u x , le contcmplalcur cprouvc une ambigu'i'tc qui esl
proposc dans heaucoup de ses plastiqucs - comparable ä unc Strategie don- caracleristiquc pour les iravaux de Vollmar. En jouant sur cctte ambivalcncc
quichottcsquc - Ic niotif d'unc mctamorphosc de l'hoinnic avcc l'animal, de l'animal ontologiquc, il evoquc cgalcmcnt les possibilitcs d'un eelat de rirc ncrvcux, mais aussi
avec l'honimc. Dans scs ocuvrcs, l'artistc traitc d'unc manicrc trcs dircclc un dramc
d'un (sou)rirc cn quelquc sortc amcr. Parcc quc Ic momcnt du fantastiquc « cst cclui ou
esscnticl, tout cn voulanl quc cctte manicrc de s'cxprimcr soit atlaquablc. Pour cc sujct
fundamental, il choisit l'aspcct tragicomiquc de la tragcdic qui, selon Nabokov (1985, l'imagination cst sourdement occupcc a miner Ic reel, ä Ic p o u r r i r » , il ne resie quc
p. 43), sc rcvclc ctrc plus acccptablc quc la comcdic : il rcplace des plasliqucs qui l'impression d'unc certainc Subversion, d'unc parodic monstrucusc » (Vax, 1974, p.
provoqucnt lour ä tour unc peur morbide et une abomination fascinee. Sou rcalismc 42), de mcs songcs, mcnsonges, messages - « messonges », commc nous lancc James
dramaliquc provoquc et boulcvcrsc Ic contcmplatcur et rcnd ainsi possiblc l'cxpcricncc Joyce. Par lä, V o l l m a r evoquc 1'idcntile archa'i'que de l'hommc qui conclul une
d'un saisisscmcnt autremcnl dcjä cngourdi par la routinc. Son rcalismc fantastiquc « p a r t i c i p a t i o n m y s t i q u c » ( L c v y - B r u h l ) avec son environncmcnl : commc s ' i l
cvoque cn dclail Ic scandalc de la ercalurc tourmeiHcc, de l'exploilation saus cgards de s'agissait d ' u n abaissemenl du niveau mental, les bornes entre sujet et objcl, cnlrc
la tcrrc « jusqu'ä la dcrnicrc goulte ». l'hommc cl l'animal, sc fondcnt. Ces changemenls comprcnncnl une « contrarietc
Vollmar rcflechil au problcmc de la dcstruction de l'cnvironnement et des ctrcs imporlunc » ( R i b i ) d'unc originalitc archa'i'que cl d'une diabolisalion. Nous sommcs
vivanls par l'hommc cn faisant fusionncr 1'homnic et l'animal d'unc manicrc quasimcnt
Centronics ä un realismc fantaslique d'hommes a n i m a u x et de monslrcs (Carlsson,
naYvc. Ainsi, la sculpture Station d'elevage rcfletc un rirc pantclant ainsi quc le cri
pcrcanl d'unc cruaute humaniscc cnvcrs les animaux. Voici le croco qui mct sä pcau - 1978, p. 33-53), qui rappcllcnt de manicrc lalcntc la Iransformation de Gregor Samsa
son moi-pcau, une pcau libidinalc qui aurail, selon Lyotard (1974), l'humour commc chcz Franz Kafka : « II esl unc ercalurc multiple cl clivce, quasimcnt dcmic, un etre
contcnu - au marche26. Cc choix du thcmc et sä rcalisation rappcllcnt, d'unc facon entre hommc el animal, qui pourrail devcnir cnlieremcnl animal ou rcdevcnir humain,
structurcllc mais contraslantc, les manicrcs d'exprimcr et d'ironiscr dans les Songes mais qui manquc de forcc pour une mclamorphosc complclc » (Cilali, 1990, p. 69). Le
drolatiques, fausscmciil altribucs ä Francois Rabelais. rirc crispc commc Sublimation ratcc ? D'aulrc pari, unc « ercalurc mixte » d'angoissc el
Lothar Vollmar traitc d'unc manicrc analoguc le ihcmc scricux mais aussi d'intimilie de pulsion animalc esl misc cn evidcnce, qui ful dejä Irailec par Hermann
r i d i c u l e des crapauds qui, cn Iravcrsant la routc pour i'raycr, sont ecrascs par des Hesse dans son oeuvrc Le Laup des Steppcs ; car cellc crealure mixte cst un « animal-
automobilistcs ncgligcnls. Son Interpretation thcälralc nous conl'rontc avcc unc cerveau » (Arno Schmidt), dont 1'inslinct carnassicr dctcrminc 1'intclligcncc humainc a
depcccr cl ä dechiqucler d'une manicrc sadiquc cl bcsliale ; eile csl « Ic chasscur clive

27. " Straßauf straßab hiclet sich tlic Kioctc de Liehe folgend dein Vcrkt'ltrsttid an, in'oxiitttU'it sie .v/r/j {lern
26. Le lexic inlcrpcüuitif phicc dessous esl [e s u i v a n i Vei'kelu- und gibt .vfr/; der I'roM-fi tun Slrtißenru d dii'/ieiiluiji .\ciner 'l'oedin ju-eis. Si'/irei. Sftltin^e Du kunnsl,
biete ihnen die Sürn und reck' Dich i'nnnisk de Hrnst entblößend ein letales Mal einptir ! Denn : Nur <lcr
wahrnehmbare /'/vifc.vf denunziert die nuini ohile Gesclhcliuji in ihrer aittoritaer-lebi'iixfeintllicheii
Chdruklcrstniktiir, ja. ihrer riicksichtslus-mtierdei teilen E^ü:enlrik » (voir Kohhc, dans Vullinar, 1996).
de sä propre masque et capturc de son propre mcnsongc » (Carlsson, 1978, p. 39). Le Cc paradoxe du surmoi et de la culpabilite kafkai'cnnc irralionncllc impliquc le
rirc ä la fois resigne et furieux comme reflet d'une conciliation insatisfaisantc de dilcmme de l'alienation et de la compromission du desir propre. Par consequent, il taut
se poser des questions conccrnant sä propre pratiquc sociale. De quelle maniere la
l'homme avcc sä naturc clivec ?
Toute politiquc et tout art qui prcnnent leurs responsabilitcs sont transition du sujet du desir responsable du point de vue ethique et politiquc cst-cllc
immanquablemcnt dctermines ä s'cfforcer de chercher la verite pour obtenir une imaginable ? Quelle ethique individuelle un sujet politique peut-il suivre ? Du moins,
Position ethique. Mais combien de verite l'homme est-il capable de supporter ? Parce la recherche permanente d'equilibrer un desequilibre desirant impliquc l'espoir d'un
que cette verite risque de se heurter avec une presence psychique dont le reel du desir avenir qui amene le sujet dccentre ä suivre l'utopie latente de considerer le manque
sc revele comme position au bord de l'abime d'une realite psychique, et dont la comme etant positif. Car c'est justemcnt la Situation du loup des steppes. « Ce qu'il faut
conscicncc et la defense de ce risque existenticl oscillent sans arret pour garantir une apprendre, c'est que l'enfer qu'il diabolise est aussi en lui » (Richard, 1994, p. 27).
securitc relative au sujet. C'est-ä-dire que vivrc et survivre sont sculcment garantis si Entre autres, l'artiste pourrait essaycr de combler fantasmatiqucment cette « lacune de
Ton ne pousse pas cette pensee jusqu'ä la fin, puisque le sujet n'a d'avenir qu'aussi la negativitc absolue » du manque (Hegel) et de conjurer par son oeuvrc accusant le
longtemps qu'il nc sait pas qu'il n'en aura pas... (Kobbe, 1997). D'une maniere desir destructif. Comme la verite, articulec par le sujet, n'cst toujours qu'un « mi-dire »
cxtremement particuliere, Lothar Vollmar utilisc sä fäntaisie comme interprete (Lacan) ä cause de son clivage, et comme il est impossible de designer et de reveler, ä
d'impressions reelles, sans quitter entieremcnt le monde des rcaliles conventionnelles partir d'une certaine limite, les imaginations, les plastiques de Vollmar prcscntcnt et
et le mondc des experiences. C'est ce normal dans l'impossiblc qui rend tout cbahi : il represcnlcnt l'aspcct rccl d'une verite imaginaire, d'un imaginaire, qui cnvahit Ic reel et
commet la tromperic quasiment innoccnte d'etre plus vrai que la verite (Herding, 1978, commencc ä nous menacer (Vax, 1974, p. 18). Et comme ses oeuvres rcpresentcnt cet
p. 74), en prenant la metaphore au mot, en nous prescntant une caricature et aspcct fige du reel, elles sont, par la force des choses, politiqucment subversives.
aucunement le reflet de la verite. Les travaux de Vollmar sont extremement detailles, Mais Ic desir de cet acte crcatif et discursif est de mcme dirige vcrs « Ic vidc » du
et ses chimeres sont, pareilles aux monstres de Jeröme Bosch, caractcrisecs par une manque constitutif, ou, metaphoriquement exprime, vers la pcrte de cc paradis et vers
grande vraisemblance des details (Holländer, 1988, p. 122-123). C'est ainsi qu'il fait la culpabilitc originelle. La nai'vete avcc laqucllc Vollmar vise Ic non-topique de
oscillcr le simulacre humain du caractere instinctif et animal. l'utopie et - ce qui est plus dramatique encore - le non-licu de la mort, qui cst cachc
De cette maniere, il arrive ä une ethique politiquc du desir (Kobbc, 1997) qui dans l'atopic cryptique de la langue (Derrida, 1976, p. 19-21), est franchement
reconnait le « manquc-ä-etre » (Lacan) dans la relation fantasmatique, c'est-ä-dire qui pacifiquc et, par la, provocante. Est-cc que I'on natt dcjä, d'une certaine facon,
cssaic d'cmpccher la fixation du desir et l'arret de la jouissance figee dans l'objet abusc. masque '? Et est-ce que I'on ne meurt donc pas si on l'enlevc ? Par consequent, l'actc
Parcc que dans le fond, il faut essayer d'evitcr, aulant que possible, les violations du rccreatif est de meme autorilaire quant ä sä structure fundamentale, parcc que toutc
mondc fantasmatique de l'autre, et de respcctcr « l'absolu particulier » de l'autrc. Une forme artistique de discours est fondee sur une destination violentc et arbitrairc et
teile ethique ne serait en aucun cas simplcment imaginaire ou symbolique, sinon dcmande par lä une « affirmation dcconstructivc » (Dcrrida, 1991, p. 125). Les
significative du point de vue pralique et politique, dans la mesure oü la jouissance est plastiqucs de Vollmar cxprimcnt la negation de l'cxistant, et sont caracterisccs par son
toujours la jouissance de l'autre qui cst l'objet du desir. Car ce n'est pas sculcment attitude anarchiquc et individualistc, dont la mclhodc d'un rcalismc fantastiquc
l'infraction au surmoi imperatif qui fait que le sujet se sent coupable ; c'cst plutöt represente plutöt un certain esprit de contradiction ironiquc qu'unc critique cxplicitc de
rassujcttisscmcnt aux postulats du surmoi qui rcpresentc une trahison du propre desir. la societe (Herding, 1978, p. 9-10). Son dctachcmcnt d'une certaine cslhctiquc
Ccla inclut cgalcmcnt le scntimcnt de culpabilitc, cc qui cnlramc un rcnforccmcnl du convcnlionncllc lui pcrmcl d'imagincr l'autosupprcssion de notrc conscicncc, que ce
soit sur Ic modc auto-ironiquc et consolant du Loup des steppen ou ä travers Ic « rirc
surmoi ä la suite.
Ainsi, l'identification et la distanciation scraient des caracteristiques des Immortcls », dans une autrc rcalitc cachcc dcrricrc les faits tangibles et evidents
complemcntaires d'un cngagement deconstructivistc que Vollmar cssaic de transposer i (Masini, 1994, p. 33).
dans ses plastiqucs comme mouvement plcin de force de la critique de l'ideologie ä 1 C'cst ainsi que l'artiste dcvoile Ic caractere pervers de ccrtaines pratiqucs
une ethique du desir. Les hommes animaux sont, comme Gregor Samsa chez Franz sociales. II se procure cn mcmc temps une position ethique dont l'aspccl desirant pcut
Kafka, autant un animal blesse qu'un hommc avili (Citati, 1990, p. 74). Ils l etre exemplille par la confronlation de ses oeuvres ricanantes avcc les monstres ricurs
personnifient la jungle sociale, comme Hermann Hesse l'a d'abord decrite ä la suite de l;. des « messongcs » rabclaisicns : « danscr sur la crete de I'ablmc, rirc ä la facc du
l'alienation individuelle du hup des steppes, de cet « animal egare dans un monde monstre ». Du fait que toute ethique du desir nous obligc ä dcsircr sclon la loi, Ic rirc
etranger ». Et ensuite, c'est Eugene lonesco qui nous a depeint la degcncration sc produit, pour ainsi dire, devant le sans-cause de cette loi, devant le vide de 1'abimc.
collcctive de troupeaux de rhinoceros humains : Berenger, « le dernier homme », se Meme si cette ethique arlistique se voit privcc de toutc ccrtiludc individuelle, eile sc
voit enfm isolc des rhinoceros et se plaint finalement: « II faut aussi cependant faire la gendarmc contre l'asocial du monde : eile rompt l'isolcmcnt et la culpabilitc morale du
pari des choses ; se differencier, oui, mais... parmi ses semblables ». Parce que lui- sujet concrct en sc refcrant d'une facon descspcrce ä l'autre, cn prenant sä
meme, il se prend pour un « monstre » qui «jamais ne deviendrai rhinoceros » responsabilitc pour l'aulrui qui le regarde et cn s'assujettissant au jugemcnt cynique de
l'autre qui ne le rcgardc pas. Peut-etre que cet ideal de marginalite partagee et
(lonesco, 1967, p. 24).

181
l
melangee, qui ne se laisse pas reduire, est exprime le micux chez Nietzsche au centre
prcfcre de Zarathoustra, la Vache bariolee2*.
Ccci est pour sur un cssai fragmente, rcalise et sculemcnt rcalisable dans un
decentrcment de l'auteur, dans sä Situation excentrique et ex-centree ä la fois (Kobbc,
1996). Mais eile sc referc au sujet serialise, totalise et aliene, ainsi qu'ä l'ctre mcconnu,
torturc et mulile, en essayant de le « re-centrer », de rccupercr l'individu concret et de
dechiffrcr scs simulacrcs juxtaposes par unc allusion poctique et paradoxalc. On a
l'imprcssion que Nietzsche pcnsait gaiemcnt ä un vers de l'ancien grec qui decrit
l'homme sage comme pcint de diverses couleurs : « la vachc bariolcc », cctte vache
lollc, perdra loutcs scs couleurs, si eile vcut pictincr le vidc duqucl nous nourrissons
notre impcrfectibilite...

Bibliographie
ÄRMEL A., « Monslrcs rieurs », dans Magaiine lilteraire, 1994, n° 319, p. 38
CARLSSON A., Teufel, Tod itnil Tiermensch. Phantastischer Realismus als Geschichtsschreibung der Epoche,
Kronberg/Ts, 1978
C1TATI P., Kajka. Verwandlung eines Dichters, München/Zürich, 1990
DUFREIGNE J.P., « Nous sommes lous des Bosch », dans L'Express International, 1995, n" 2319, p. 59
HERDING K., Realismus als Widerspruch in Courbe/s Malerei, Frankfurt a.M., 1978
HESSE H., Der Steppenwolf, Frankfurt a.M., 1980 (1955)
HOLLANDER H., Ilienmymus Bosch : Weltbilder und Traumwerk, Köln, 1988
IONESCO E., Rhinoceros. Une nouvelle. Stuttgart, 1967 (1959)
KAFKA F.. Die Verwandlung (1915), in BROD M. (id.) Franz Kafka. Gesammelte Werke .'Erzählungen,
Frankfurt a.M., 1996, p. 55-107
KAFKA F., Betrachtungen über Sunde, Leid, Hoffnung und den wahren Weg (1918), in BROD M. (ed.), Franz
Kafka. Gesammelte Werke : Hoclizeitsvorhercitungen auf dem Lande und andere Prosa aus dem Nachlaß,
Frankfurt a.M.. 1996, p. 30-40
KOBBE U., « Textes complementaires et interpretatifs », dans VOLLMAR, 1996 (voir plus bas)
KOBBE U., « Le toxicomane n'existe pas ou Fractales psychologiques dans la strticture du prejuge »,
communication aux XVemes Journees de Reims pour une clinique du toxicomane, Reims, 7/8-12-1996
KOBBE U.. « Zwischen Kant und de Sade : Die Ethik des Begehrens als politische Hallung. Ein meta-elhischer
Essay », colloque du groupe de travail Psychologie iiolitique i\n Allcinande des Sciences Poliliques
(Deutsche Vereinigung für Politische Wissenschaften), Sigmund-Freud-lnslitut, Frankfurt a.M., 26/27-04-1997
LEVY-BRUHL L., Die Seele der Primitiven, Düsseldorf/Köln, 1956
LYOTARD J.F., Ecommie libidinale, Paris, 1974
MASINI F., « Une critique de la civilisation oceidcntale », dans Magazine lilleraire, 1994, n" 318, p. 32-33
NABOKOV V., Die Kunst des Ibsens. Cervantes' * Don Quijote », Frankfurt a.M., 1985
NIETZSCHE F., Also sprach Zarathustra. Ein Buch für alle und keinen, München, 1976 (1891)
RABELAIS F., Supplement aux oeuvres de maistre Francois Rabelais. Les songes drolaticjues de Pantagruel
(suile de 120 gravures sur bois), Paris, Librairie Toss, 1869
RIBI A., Was tun mit unseren Komplexen ? Über die Dämonen des modernen Menschen, München, 1989
RICHARD L., « De la rebellion a la souffrance resignee », dans Magazine lilteraire, 1994, n° 318, p. 24-30
de TOLNAY Ch., Das Gesamtwerk tlieronymus Bosch, Augsburg, 1989
VAX L., L'art et la lilterature faniasliuues, Paris, 1974
VOLLMAR L.M., VollmArt. Zum Thema « Leben ». Phantastische Skulpturen, Much, 1996

28. Remarque de Nietzsche (1891, p. 22), concernant le >< [riHcenlrement >' de Zarathouslra, interpr^tci comme
un sujet se dgcentrant. Dans le texte original : * Also redete Zaralhustra in der Stadt, die er liebte und welche
zubenaiun ist die bunte Kuh » (Nietzsche 1891, p. 149) = « Ainsi parlait Zarathouslra, dans la ville qu'il aimait et
qui est surnommüc la Vache hariolee ». Noire traduction de Vache barioleedifKre du terme plutöt faible de
Vache pie choisi par M. de Gaudillac (Gallimard, Paris 1995), et se rdfere ä la traduction de G. Bianquis
(Flammarion, Paris, 1996). Bianquis nous apprend qu'il s'agit d'une expression populaire ironique servant ä
de"signer de petites agglomeralions urbaines disparates. Elle poursuit : « Pour reprcndre la de"rision du texte de
Nietzsche, il faudrait traduire de facon irre've'rencieuse par Trifmiillis-les-Oies » (1996, p. 397, note 24).