Vous êtes sur la page 1sur 1

12

L’Algérie profonde

Lundi 2 novembre 2015

LIBERTE

12 L’Algérie profonde Lundi 2 novembre 2015 LIBERTE BRÈVES du Centre CÉLÉBRATION DU 61 e ANNIVERSAIRE

BRÈVES du Centre

CÉLÉBRATION DU 61 e ANNIVERSAIRE DE LA RÉVOLUTION À L’ARBATACHE/BOUMERDÈS

Des activités culturelles et sportives au menu

n Beaucoup de festivités sont

programmées dans la commune de l’Arbatache, pour marquer la célébration du 61 e anniversaire du déclenchement de la révolution. Selon le P/APC de cette commune rurale, un riche programme a été élaboré pour fêter cet événement qui a beaucoup de signification pour la population locale. Selon lui, les festivités ont débuté avant- hier et se sont poursuivies hier. “Nous avons établi un programme riche et varié, entre autres des activités culturelles et sportives. Nous avons programmé une soirée à la salle OMS où nous avons invité des anciens moudjahidine et des familles de chouhada. Des chants et des poèmes ainsi qu’une pièce théâtrale sont au programme.” Hier, après le dépôt d’une gerbe de fleurs au cimetière des chouhada, “nous avons donné le coup d’envoi du marathon traditionnel de notre commune, sur une distance de 8 km, qui se tient chaque 1 er

novembre avec la participation de plus de 200 coureurs de différents âges venus de plusieurs régions du pays”.

NASSER ZERROUKI

ATH LAÂZIZ/ BOUIRA

1278 foyers raccordés au gaz naturel

n Plusieurs villages de la

commune d’Ath Laâziz, à une dizaine de kilomètres au nord- ouest de la wilaya de Bouira, ont été raccordés au gaz naturel. Les autorités locales, à leur tête le wali, ainsi que les responsables de la SDC de Bouira ont procédé au raccordement de 1278 foyers au réseau de gaz naturel. Cette opération vient après des années d’attente, où ces villages se chauffaient et cuisinaient au gaz butane. Selon les services de la SDC de Bouira, quatre entreprises ont été retenues pour réaliser ce projet entamé en 2013. Les localités concernées sont Ibourassen, Ivoughardhanen et Iâalwachen. Il convient de préciser que cette opération a coûté 300 millions de DA.

R. B.

ILS ÉTAIENT EN DANGER MORAL

211 mineurs sauvés par les services de sécurité de Blida

n En six mois d’activité, 211

mineurs en danger moral ont été sauvés par les services de sécurité dans la wilaya de Blida, dont certains ont été rendus à leurs parents et d’autres placés dans des centres spécialisés. La misère, la mauvaise fréquentation et la déperdition scolaire sont les principales causes qui incitent certains mineurs à fuguer et d’autres ont fait l’objet d’un détournement. Les mineurs sont devenus une proie facile pour les narcotrafiquants et les proxénètes qui “embauchent” chaque jour des filles mineures dans le monde de la prostitution.

K. FAWZI

JOURNÉE PHARMACEUTIQUE À TOUGGOURT

Renouer le contact avec les pharmaciens

Les pharmaciens ont exprimé leur satisfaction quant à la qualité du service de cette société, surtout que la pénurie de certains médicaments commence à disparaître dans la région.

L a journée pharmaceu- tique organisée avant- hier à l’hôtel Tidjini de Touggourt par Sétif Medic, et à laquelle ont pris part 14 laboratoires

Archives/ Yahia/ Liberté
Archives/ Yahia/ Liberté

Des dispositions ont été prises afin de parer à la pénurie de certains médicaments.

tions thermiques très élevées, notamment les pics de chaleur en été. La 2 e a été donnée par D r Zidani, spécialiste en nutrition en médecine interne à Alger, qui a essayé d’enrichir les débats sur “la nutrition vitamine” et d’éclairer l’opinion des pharmaciens et leurs collabora- teurs sur l’importance de déceler les carences des patients qui viennent demander conseil et aussi les orienter vers les médecins afin de leur dispenser les traitements adéquats. La troisième est axée autour de la conduite à tenir devant une fièvre chez l’enfant, parce que les premiers signes d’alerte selon l’intervenant sont décelés au niveau des officines et que le pharmacien doit éclairer les parents sur les pre- miers gestes sauveurs pour l’enfant. De leur côté, les pharmaciens étaient tous connectés,

comme ils ont exprimé leur satisfaction quant à la qualité du service de cette société, surtout que la pénurie de certains médicaments commence à disparaître dans la région. Sétif Medic travaille actuellement sur un grand projet pour la réali- sation d’un complexe dans la zone industrielle de Sétif, qui comprendra un centre de distribu- tion avec une plateforme logistique, une société de production et d’exportation des produits cosmétiques à base de plantes, une société de promotion et d’information médicale et scienti- fique sur les produits pharmaceutiques et une aire de stockage de production destinée à la vente sur le marché local et à l’exportation, nous a révélé M. Timlouka.

AMMAR DAFEUR

pharmaceutiques nationaux et mul- tinationaux, était l’occasion pour les organisateurs de renouer avec les pharmaciens de la région et les professionnels de la santé. Selon Lahcène Timlouka, DG de la sarl Sétif Medic, cette journée se veut la perpétuation de la tradition. “Nous avons constaté que les journées tenues l’année passée ont donné un très bon résultat. Elles ont permis un débat libre et franc. C’est pour cela que nous avons décidé de refaire la même chose”, confie-t-il. Concernant la distribution des médicaments dans cette région, les responsables de Sétif Medic ont exprimé leur satisfaction en signa- lant que l’activité est en pleine croissance. “Nous sommes très satis- faits question de distribution du médicament dans la région du Sud. L’activité est en pleine croissance. Après une année de labeur, nous sommes arrivés à connaître dans le détail les besoins des pharmaciens. Nous faisons de notre mieux pour couvrir leurs besoins très spécifiques,

notamment en matière de produits ophtalmo, dermato et autres. Bien que l’état du marché est un peu perturbé en approvisionnement de ces produits, nous tenons toujours à suivre minu- tieusement les besoins des patients de cette région et répondre de manière efficace à leurs besoins”, a ajouté Haroun Boutadjine, directeur com- mercial et du développement de Sétif Medic. Au menu de cette journée figurent 4 communica- tions. La première présentée par le laboratoire (Novo Nordisk) sur les normes de conservation des produits thermosensibles tels que les insu- lines, les hormones et les produits d’oncologie. Alors que cette région est connue par ses varia-

L a zone d’activité d’Aomar, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Bouira, est l’une

des plus anciennes zones d’activité de la wilaya ; elle a été créée en 1984. D’une superficie brute de 255 800 m 2 et une superficie ces- sible de 222 578 m 2 , elle comprend 4 unités de production de briques, une unité de carreaux de céra-

mique et une unité de production

ZONE D’ACTIVITÉ D’AOMAR (BOUIRA)

Quel gâchis !

de résine, pour un montant d’in- vestissement évalué à 829 245 085 444 DA. Toutes ces potentiali- tés et ses investissements peuvent laisser croire que cette zone d’acti- vité serait le “poumon économique” de la région. Dans les faits, c’est loin d’être le cas. Certes, c’est à Aomar où on peut desceller un semblant d’activité économique créatrice de richesse, mais la zone

est sous-exploitée et sous-aména- gée. D’ailleurs, lors sa dernière visite à Bouira, le ministre de l’Intérieur, M. Bedoui, s’est mon- tré insatisfait de la non-viabilisa- tion de ce site économique. Les investisseurs se plaignent d’ailleurs de cette situation. Un de ces inves- tisseurs, spécialisé dans la fabrica- tion d’outils de peinture, avait fait part au ministre des carences enre-

gistrées en matière d’aménage- ment et de raccordement au réseau d’eau. Un plan de réhabilitation de ce site, d’un montant de 77 390.00 DA, a été lancé, mais il est carré- ment à l’arrêt, notamment dans les segments d’éclairage et de bituma- ge, pour cause de non-déplace- ment des pylônes électriques gênants.

RAMDANE B.

GHARDAÏA

47 000 élèves bénéficient de la restauration scolaire

P as moins de 47 000 élèves du cycle pri- maire bénéficient de

la restauration scolaire à travers la wilaya de Ghardaïa, a-t-on appris auprès des services de la direction de l’éducation. Ce nombre représente une

couverture de 100% des élèves du primaire, a affir- mé le directeur de l’éduca- tion, ajoutant que les élèves du préscolaire sont égale- ment inclus dans la restau- ration scolaire. La restaura- tion s’effectue dans 174 cantines réparties à travers

l’ensemble du territoire de la wilaya, a déclaré M. Azzedine Djillani. Selon le même responsable, 6 col- lèges (CEM) situés dans les zones rurales enclavées de Zelfana, Hassi Lefhal, Mansourah, Hassi El-Gara, El-Ménéa et Sebseb, ainsi

que 20 lycées, sont dotés des services de demi-pen- sionnat. Des visites d’ins- pection inopinées sont organisées pour veiller au respect des normes de nutrition en servant “un repas équilibré” tout en s’assurant du respect des

règles d’hygiène, de santé et de sécurité (HSE) dans l’ex- ploitation des cantines, afin d’éviter la propagation de maladies et l’intoxication alimentaire en milieu sco- laire, a-t-il noté.

BOUHAMAM AREZKI