Vous êtes sur la page 1sur 12

Module de formation animé par

:
Prof. Chadi MOHAMMED

1

NOTION DU DROIT BUDGETAIRE ET DE LA LOI DE FINANCES • Distinction entre la notion du budget et la notion de la loi de finance Le budget Dans un sens le plus large du terme le budget est un : 1. limité dans le temps pour une année civile c’est un moyen d’encadrement de l’avenir pendant une année civile Sur le plan juridique Le budget est définit comme étant tout document qui prévoit et autorise les recettes et les dépenses de l’Etat et les collectivités locales organismes publics c’est l’ensemble des opérations comptables de l’Etat. État prévisionnel 2. État limitatif Un acte prévisionnel  Un acte prévisionnel car il prévoit l’évaluation a priori des recettes et des dépenses  Et se distingue d’un bilan d’une société privé qui prévoit l’évaluation a postériori Un acte limitatif Un acte limitatif c’est-à-dire un acte Périodique.du décret français de 1862 reprise par le dahir de 1958 qui stipule que « le budget est l’acte par lequel sont prévues et autorisées les recettes et les dépenses annuelles de l’Etat et les autres services Ici c’est la conception ancienne de l’Etat Qui définit le budget comme un ensemble d’opérations comptables donc le budget n’avait pas de relations avec la vie économique 2 . collectivités locales et les organismes publics assujettis à la comptabilité publique La première définition du budget La première définition du budget remonte à l’article 5 .

économique et sociale du gouvernement C’est une occasion accordée au parlement pour contrôler la politique générale du gouvernement La loi de finances est un acte d’autorisation accordée par le parlement au gouvernement de percevoir les recettes publiques et effectuer les dépenses Donc le gouvernement à l’obligation de mettre en œuvre les moyens pour la collecte des impôts La loi de finances est un acte de prévisions c’est-à-dire que le montant des recettes est révisé au fur à mesure en fonction de l’activité économique. il ressort que loi de finances est un acte de :  politique  prévision  autorisation La loi de finances est un acte politique parce que le gouvernement va déposer son projet de la loi de finances devant le parlement qui va discuter les orientations politique. pas de croissance économique les dépenses publiques peuvent jouer un rôle de stabilisation économique en augmentant les dépenses sociales indemnisation du chômage et versement des prestations sociales  Donc on a un transfert de l’administration vers les ménages  Donc la loi de finances joue un rôle stabilisation mais 3 .La notion de la loi de finances Avec l’intervention de l’ETAT dans les activités économiques. elle se veut un instrument d’encadrement de la politique générale du gouvernement donc loi de finances prend en considération la politique de l’intervention de l’Etat dans les activités économique et sociales prises en charge par l’Etat La loi de finance joue un rôle de stabilité budgétaire  Quand l’activité économique est ralentit. énonce et autorise pour chaque année les ressources et les charges de l’Etat dans les limites d’un équilibre économique et financier» De cette définition. Donc la loi de finances se diffère du budget car elle à une relation très étroite avec la vie économique et sociale du pays. une nouvelle définition est apparue par le décret français du 1956 reprise le dahir de 1962 modifié par le dahir de 1998 qui stipule que « la loi de finances évalue.

et distribuer des revenus Ce qui va stimuler l’activité économique La LOF du dahir de 1998 précise qu’il existe trois variétés de lois de finances     On distingue entre La loi de finances de l’année La loi de finances rectificatives La loi de règlement Loi de finances de l’année D’après l’article premier du dahir de 1998 qui stipule que loi de finances « prévoit. 4 . leurs emplois. énonce et autorise l’ensemble les ressources et les charges de l’Etat donc elle doit décrire toutes les opérations retracées par le budget général les comptes spéciaux et les budgets annexes La loi de finances rectificatives La loi rectificative intervient au cours de l’année pour modifier les recettes et les dépenses de la loi de finances initiale et l’adapter aux nécessités de la conjoncture politique économique et sociale. Ces dernières augmentent leurs investissements. En effet une augmentation de dépenses publiques ETAT DEVIENT LE PREMIER CONSOMMATEUR La dépense publique engendre des revenus qui sont pour une partie consommée une partie épargnée et une partie récupérer sous forme d’impôt Donc la partie consommée va nourrir la demande intérieure des entreprises privées. Il faut que les ménages et les entreprises ne modifient pas leur comportement de consommation La loi de finance peut devenir une politique budgétaire volontariste quand l’activité économique est fortement dégradée .

Loi de finances doit observer l’équilibre financier et économique. La critique adressée aux finances classiques c’est qu’elles séparent l’équilibre financier de l’équilibre économique. L’équilibre financier ou budgétaire implique la prohibition du déficit budgétaire Qu’est-ce que c’est un déficit budgétaire ? Dans les finances classiques il y a déficit budgétaire si l’ensemble des dépenses de l’Etat dépasse les ressources tirées de l’impôt et de revenus domaniaux ce qui va obliger l’Etat à financer le déficit soit par l’emprunt. soit par l’émission de monnaie Le recourt à l’emprunt pour financer le déficit entraine des charges supplémentaires (intérêts de la dette) le non remboursement entraine la banqueroute de l’Etat Le recourt à l’émission des billets entraine là l’inflation qui entraine la hausse des prix et la dévaluation de la monnaie nationale. Les finances modernes Pour les finances modernes l’équilibre financier et lié à l’équilibre économique Il arrive que le déséquilibre financier soit un moyen de l’équilibre économique D’où la base de la théorie du déficit systématique Le déficit budgétaire comme moyen de relance de l’activité économique 5 .La loi de règlement La loi de règlement vient pour constater d’une manière a postériori le montant des encaissements de recettes et des ordonnancements de dépenses C’est un document décrit l’exécution de loi de finances ainsi facilite le contrôle parlementaire de cette exécution. Selon l’article premier.

une mission une action. Les budgets annexes remplacés par les SEGMA 3. codifiée par deux chiffres. La deuxième partie concerne les dépenses La première partie concerne les recettes Les recettes sont présentées selon la classification suivante : Administrative désignée par un chapitre ou article qui désigne une structure (direction administrative ou ministère) et codifiée par deux chiffres Economique désigne les dépenses tripartites : De fonctionnement. Les budgets annexes Les budgets annexes sont remplacés par les SEGMA Ce sont les budgets que la loi ne les a pas dotés de la personnalité morale Ce sont des services de l’Etat crées pour produire des biens et service donnant lieu à des prix Il existait quatre budgets : 6 . Le budget général 2. La première partie concerne les recettes 2. de transfert (intérêt de dette) et d’investissements codifiés par deux chiffres Le paragraphe désigne la destination. La structure de la loi de finances Il y-a lieu de distinguer entre : 1.La réduction du déficit suppose que l’Etat doive intervenir dans le cadre de son budget pour la multiplication des investissements pour accroitre la demande intérieure et l’augmentation de consommation par la réduction des impôts cela va entrainer un équilibre économique. Les services de l’Etat gérés de manière autonome Le budget général Le budget général est composé en deux parties : 1. codifié par deux chiffres La ligne désigne la nature d’une dépense.

Ce sont des fonds spéciaux du trésor que leur détail ne doit pas figurer dans le budget général. car ils ont un caractère temporaire Toutefois.Les budgets annexes :     RTM Des ports De l’imprimerie officielle La conservation foncière Les comptes spéciaux du trésor. ils doivent être comptabilisés au budget général Exemple de compte spécial :  Le compte d’avance  Le compte de prêt Les services de l’Etat gérés de manière autonome Ce sont des services de l’Etat dotés de personnalité morale c’est-à-dire de l’autonomie financière et qui produisent des biens et des services donnant lieu à des rémunérations Les règles juridiques de la présentation de la loi de finances On trouve quatre règles :  La règle de l’unité  La règle de l’annualité  La règle de l’universalité  La règle de la spécialité La règle de l’unité Elle repose sur les trois critères : 1) les dépenses et les recettes doivent être figurées dans un document unique 2) les dépenses et les recettes doivent être présentées de façon détaillée 3) les dépenses et les recettes doivent être présentées de façon à pouvoir être facilement additionnée 7 .

Les limites de la règle de l’unité On trouve : La débudgétisation Et la parafiscalité La débudgétisation Elle a pour conséquence de rendre confidentielles certaines dépenses de l’Etat et de les soustraire de l’appréciation et du contrôle parlementaire Le procédé de la débudgétisation s’est développé avec la politique interventionniste de l’Etat dans l’économie par le biais de plus 200 entreprises publiques ayant des budgets autonomes qui bénéficient de plus 1 milliard de Dhs en dotation. Donc les recettes et dépenses de ces entreprises sont débudgétisées et constituent une atteinte au principe de l’unité. Se diffère des taxes administratives ou il y a un avantage ou une contre prestation et versés à un service administratif La règle de l’annualité Cette règle signifie que chaque budget et annuel et doit s’exécuter dans l’année budgétaire qui commence au Maroc comme en France du 1 janvier au 31 décembre il y-a deux manières de concevoir l’année budgétaire. 8 . Le procédé de gestion rattacher les opérations de recettes et dépenses à l’année ou elles sont effectivement réalisées doc cette méthode permet et autorise le report de certaines opérations au budget de l’année suivante Le procédé de l’exécution c’est rattacher les opérations de recettes et dépenses à l’année budgétaire en cours sans autorisation de report d’ailleurs l’article 46 de la loi organique ne permet pas le report des crédits. La parafiscalité Créer des prélèvements opérés sur les usagers au profit des organismes publics ou semi publics chargés d’une mission d’intérêt général fonds de recherche contre le cancer.

Il y a également la loi de finances rectificative rompt avec le principe de l’annualité  Les dispositions relatives à l’approbation de conventions financière qui engagent les finances publiques de l’Etat (accord de coopération)  les garanties accordées par l’Etat à ses entreprises publiques contracté des crédits à l’extérieur  la gestion de la dette publique  le principe de la continuité du service public  La loi rectificative La règle de l’universalité Elle signifie selon l’article 9 de la loi organique de 1998 que toutes les recettes et les dépenses sont imputées au budget général. Les exceptions ont été prévues dans l’article 9 selon lequel que certaines recettes peuvent être affectées à certaines dépenses comme par exemple SEGMA comptes spéciaux La règle de spécialité Elle signifie que les crédits sont ouverts par la loi de finances à des dépenses déterminées. Ou un programme d’investissement donc une fois l’autorisation de programme est votée. Cela signifie qu’il faut fondre en une seule masse les ressources et à imputer les dépenses sur cette masse de recettes. le parlement est obligé de les conduire pour l’année suivante. Les crédits sont spécialisés par chapitre et par ministre et dépenses selon leur nature leur destination 9 .Les exceptions au principe de l’annualité Les autorisations de programme ce sont des programmes pluriannuels qui s’étalent sur plusieurs années comme par exemple le plan approuvé par l’article 49 devenu 75 de la constitution.

Le ministre des finances joue un rôle important dans la préparation de la loi des finances puisque les décisions budgétaires résultent d’un acte politique du gouvernement Maurice Duverger La préparation est fonction de deux éléments :  l’élément politique prendre en considération le contexte politique et économique  l’élément technique les décisions budgétaires doivent être transformées en lignes de crédits Les attributions de gouvernement Le doit d’initiative appartient au Gouvernement L’article 1 du décret 1999 pris pour l’application de la loi organique donne au ministre des finances l’entière autonomie en matière budgétaire et tout projet de loi et de règlement susceptible d’avoir une incidence financière doit revêtir du visa du ministre des fiances .La procédure d’élaboration de la loi des finances.les règles de fonds et de formes à respecter .les grandes lignes de la politique générale du gouvernement en tenant Compte des contraintes il y a deux phases : 1) conférences budgétaires interministérielles Pour arrêter les dépenses : En cas de conflit l’arbitrage du roi 2) de la mise au point pour arrêter les recettes Les méthodes adves d’évaluation  La prévision des dépenses pour l’école classique les dépenses ont un caractère obligatoire mais pour les modernes toute extension pourrait avoir des conséquences graves sur le plan économique et sociales  La prévision des recettes est lié pour les impôts indirects au volume l’import 10 .Le ministre place dans chaque ministère un CED La procédure de préparation La préparation démarre le 1 mai de chaque année par une lettre circulaire qui indique .

puis l’application de la loi des finances de l’année dernière et enfin le projet lui-même en présentasses grandes lignes Pendant la séance le 1er ministre assiste et les parlementaires n’interviennent pas L’examen du budget L’article 53 de la constitution stipule que les projets de et les propositions de loi sont envoyés pour examen devant les commissions dont l’activité se poursuit entre les sessions En ce sens le projet de loi des finances est envoyé devant la commission des finances des deux chambres Celui qui ouvre le débat c’est le ministre des finances avec un exposé présentant les grandes lignes du projet et d’une façon détaillée suivi : -d’un débat général -et de la discussion des articles Le débat général Le débat général est conduit par le ministre des finances qui répond aux questions écrites et orales posées au niveau de la commission des finances Ce débat centré sur l’équilibre budgétaire. les résultats du dernier budget exécuté ceci conduit à la discussion par articles 11 . politique et économique interne et international .et l’export et revenus des salaires (chômage moins d’impôt) et l’lS faillite Les méthodes modernes PPBS méthodes appliquée depuis 1961 au ministère des défenses aux usa RCB même méthode américaine reprise en France Ses éléments sont après définition du problème études recherche objectif et moyens Décision choix des critères et choix des programmes Gestion traduction des programmes en budget Observation réexamen des objectifs et des programmes Le vote du budget Le délai de présentation est de 70 jours et chaque chambre doit disposer de 30 jours pour examiner le projet de loi Le ministre présente le projet devant la 1ere chambre avec un exposé retraçant le contexte.

Si à la première lecture n’a pas permis d’aboutir à un Texte identique l’Etat déclare l’urgence et convoque La commission paritaire Un délai de 7 jours est accordé pour aboutir à un texte d’accord que les chambres adoptent dans les 3 jours Si au 31 décembre le texte n’est pas adopté Le texte est transmis au conseil constitutionnel Et ouvre les recettes et dépenses par décrets 12 . Le droit d’amendement des parlementaires L’article 57 de la constitution stipule que ce droit appartient aux parlementaires et les amendements doivent être déposés devant les commissions Le gouvernement peut s’opposer à chaque n’a pas été déposé antérieurement devant la commission Toutefois l’article 51 stipule que les amendements ne sont pas recevables si leur adoption aurait une diminution des ressources ou création et aggravation d’une charge. Le vote de la loi finances au sein de la commission des finances trois jours après le dépôt des amendements devant la commission intervient le vote devant la commission le vote a été toujours positif L’examen en séance plénière Début par un discours du rapporteur de la commission Intervient le débat général Puis la discussion par article. les ressources affectées résultant des budgets des SEGMA. les recettes Fiscales.La discussion des articles Le débat par articles se rapporte aux recettes de l’Etat (les recettes douanières. comptes spéciaux) Ce débat est conduit par chaque ministre qui vient pour défendre devant les commissions spécialisées son budget.