Vous êtes sur la page 1sur 257

REVENUS: pérenne

alimentaire

une sécurité DE

GENERATRICES

clé pour

ACTIVITES

un concept

FRANCE 4 rue Niepce 75014 Paris Tel : +33 1 43 35 88 88 Fax : +33 1 43 35 88 00 info@actioncontrelafaim.org www.actioncontrelafaim.org

SPAIN C/Caracas, 6, 1º 28010, Madrid Tel: +34 91 3915300 Fax: +34 91 391 53 01 ach@achesp.org www.accioncontraelhambre.org

UNITED KINGDOM First Floor, rear premises, 161-163 Greenwich High Road, London, SE10 8JA Tel: +44 208 293 6190 Fax: +44 208 858 8372 info@aahuk.org www.aahuk.org

293 6190 Fax: +44 208 858 8372 info@aahuk.org www.aahuk.org UNITED STATES 247 West 37th Street Suite

UNITED STATES 247 West 37th Street Suite 1201 New York, NY 10018 Tel: +1 212 967 78 00 info@actionagainstgunger.org www.actionagainsthunger.org

CANADA Action Contre la Faim 7105 Rue St-Hubert, Bureau 105 H2S 2N1 Montreal, QC, Canada Tel: +1 514-279-4876 Fax: +1 514-279-5136 info@actioncontrelafaim.ca www.actioncontrelafaim.ca

info@actioncontrelafaim.ca www.actioncontrelafaim.ca Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique
info@actioncontrelafaim.ca www.actioncontrelafaim.ca Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS:

un concept clé pour une sécurité alimentaire pérenne

Scientifique et Technique ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: un concept clé pour une sécurité alimentaire pérenne

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS:

un concept clé pour une sécurité alimentaire pérenne

Service Sécurité Alimentaire

et Moyens d’existence Septembre 2009

Version n°1

une sécurité alimentaire pérenne Service Sécurité Alimentaire et Moyens d’existence Septembre 2009 Version n°1

Edition: Action Against Hunger - ACF Internacional Dépôt légal: M. 5000-2010 Impréssion: EGRAF, S.A.

SOMMAIRE

 

Pages

OBJECTIF DU LIVRE

Constituer un outil de référence méthodologique, technique et pratique pour la mise en œuvre d’Activités Génératrices de Revenus.

 

SOMMAIRE

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

3

PREAMBULE

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

5

INTRODUCTION

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

7

CHAPITRE 1: JUSTIFICATION ET DEFINITION DE PROGRAMMES QUI ENCOURAGENT ET SOUTIENNENT LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS

9

I. Moyens d’existence

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

10

Le rôle du marché

II. .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

12

III. Qu’est-ce qu’un programme générateur de revenus?

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

13

IV. La dimension sociale des programmes

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

17

V. Pourquoi mettre en œuvre des AGR?

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

18

VI. Quelques principes de base

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

19

RESUME

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

9

CHAPITRE 2: ANALYSE DU CONTEXTE, DÉFINITION DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION

 

ET DU PROGRAMME

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

21

I. De l’évaluation du contexte à l’étude de la chaîne de production sur le marché.

22

II. L’étude de la filière de production sur le marché

 

25

III. Définition de la stratégie

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

30

RESUME

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

21

CHAPITRE 3: LES TYPES DE PROGRAMMES ET LES ASPECTS À SOULIGNER

.

.

.

.

.

.

37

I. Les types de programmes proposés

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

39

II. Travailler avec des groupes ou des unités familiales

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

42

III. Comment financer les AGR

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

46

IV. L’équipe de la sécurité alimentaire pour mettre en œuvre les AGR

 

50

V. Les partenaires

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

51

RESUME

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

37

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

3

 

Pages

CHAPITRE 4:

PROGRAMMES DE GÉNÉRATION DE REVENUS

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

53

I. Présentation du programme

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

53

II. Les bénéficiaires et les AGR

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

54

III. Réponses à différents problèmes

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

61

RESUME

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

53

CHAPITRE 5: SUIVI, ÉVALUATION ET SYSTÉMATISATION DES PROGRAMMES

 

73

I. Suivi

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

73

II. Évaluation

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

78

III.

Systématisation

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

83

RESUME

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

73

CHAPITRE 6:

ENSEIGNEMENTS

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

87

CHAPITRE 7:

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES

 

89

LISTE DES SCHÉMAS

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

93

LISTE DES EXEMPLES

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

93

LISTE DES ANNEXES

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

94

BIBLIOGRAPHIE

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

254

4 ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

PREAMBULE

Ce livre fait partie d’une série de livres sur la sécurité alimentaire développée par Action contre la Faim - International (ACF 1 ) et basée sur la capitalisation d’expériences et d’études menées ces 10 dernières années sur le terrain. Cette série étudie et dé- veloppe les aspects spécifiques des différents programmes de sécurité alimentaire et plus particulièrement, les outils techniques qui peuvent être utilisés au cours de pro- jets précis. Chacun de ces livres peut être lu séparément ou peut être complété et consolidé par les autres livres sur la sécurité alimentaire d’ACF. Tous ces livres consti- tuent le «kit sécurité alimentaire» qui se présente de la manière suivante:

Introduction à la sécurité alimentaire principes dʼintervention Evaluations et surveillance de la sécurité
Introduction à la sécurité
alimentaire principes dʼintervention
Evaluations et
surveillance de la
sécurité alimentaire
Aide alimentaire
et alternatives à
lʼaide alimentaire
Activités
Programmes
génératrices
agricoles
de revenus

Ces livres s’adressent à un large public et en particulier à la communauté huma- nitaire internationale, les équipes techniques et opérationnelles sur le terrain et éga- lement toute personne souhaitant s’informer sur la sécurité alimentaire au niveau international. Chaque livre contient un sommaire détaillé avec des exemples de dif- férents outils qui peuvent être utilisés pour la mise en œuvre des programmes et un

1 Créée en 1979, Action contre la Faim est aujourd’hui l’une des plus importantes organisations internationales huma- nitaires de lutte contre la faim dans le monde. Constituée en réseau international avec cinq sièges (Paris, Londres, Ma- drid, New York et Montréal), Action contre la Faim – International est intervenu en 2008 dans 47 pays frappés par des crises alimentaires graves, en mettant en œuvre des programmes d’urgence et de relance dans les domaines de la nutrition, de l’autonomie alimentaire, de l’eau et de la santé. En 2008, Action contre la Faim - International est venue en aide à près de 5 millions de personnes. www.actioncontrelafaim.org (France) / www.actioncontrelafaim.ca (Canada)

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

5

glossaire des terminologies techniques. Le livre présente aussi une liste des questions les plus fréquentes afin de donner au lecteur une réponse rapide aux points clés sou- levés à travers le document. Cette série pourrait être aussi prochainement complétée par des documents concernant d’autres types de programmes de sécurité alimentaire développés dans les domaines du développement et de la recherche in situ (par exem- ple : la sécurité alimentaire en contexte urbain, en environnement pastoral ou en- core d’autres sujets tels que la participation communautaire ou les interventions monétaires). Tous ces livres sont susceptibles d’être complétés ou améliorés à tout mo- ment selon le développement du département sécurité alimentaire d’Action contre la Faim et les évaluations internes et externes des différentes activités en sécurité ali- mentaire.

6 ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

INTRODUCTION

Ce livre concerne les activités génératrices de revenus ainsi que les principes et les méthodologies de cette ligne d’intervention que les équipes de sécurité alimentaire d’ACF ont développés au cours des dernières années sur le terrain.

Générer des revenus peut aider à surmonter une insécurité alimentaire lorsque des facteurs économiques sont une cause fondamentale d’insécurité alimentaire et lorsque la nourriture est disponible sur les marchés locaux, mais que la population vulnérable manque d’argent. Cependant, la promotion des activités génératrices de revenus n’est pas une recette qui peut être suivie dans tout type de situation. L’ana- lyse initiale du contexte de la sécurité alimentaire et des problèmes rencontrés par la population vulnérable est essentielle afin de déterminer le type de réponse le plus adapté pour chaque cas spécifique.

Avant de commencer ce livre, il est intéressant de lire les autres livres de cette série, intitulés Introduction à la sécurité alimentaire et Évaluations et surveillance de la sécu- rité alimentaire car ils servent de base pour ce texte. Deux autres livres complètent la série, Programmes agricoles et Aide alimentaire et alternatives à l’aide alimentaire. Ils offrent ensemble une représentation globale des interventions qu’ACF peut mener dans le domaine de la sécurité alimentaire.

Pour faciliter la lecture de ce livre et pour avoir une vision complète du travail qui peut être développé dans ce domaine, connaître le «pourquoi», le «quand», le «com- ment», le «avec qui», le «où» et le «quoi», sept chapitres rassemblent les expériences menées dans plus de vingt pays. Les annexes présentent une variété d’outils qui seront utiles pour se lancer dans le développement d’une intervention génératrice de revenus.

Le premier chapitre de ce livre définit les interventions génératrices de revenus et leurs objectifs souhaités et présente également les arguments qui justifient ce type de programme. Le second chapitre est consacré à l’analyse du contexte et à la défi- nition de la stratégie d’intervention pour les programmes générateurs de revenus. En utilisant comme base de référence, le modèle de l’évaluation de la sécurité alimen- taire, on recommande des méthodologies pour analyser et évaluer si les activités gé- nératrices de revenus (AGR) sont des solutions pertinentes et viables pour répondre aux besoins de la population avec laquelle le programme prévoit de travailler.

Les différentes activités qui peuvent être incluses dans les programmes généra- teurs de revenus sont décrites dans le chapitre trois. On y trouve également des pro-

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

7

positions pour les différents types de programmes, les niveaux auxquels on peut les dé- velopper et les différents systèmes financiers qui peuvent être utilisés.

Le chapitre 4 étudie la mise en place du programme. Il couvre les activités prin- cipales qui peuvent être menées et les composantes qui peuvent apporter des solutions pour surmonter certaines limites liées à la génération de revenus.

Le chapitre 5 concerne le suivi, l’évaluation et la systématisation des expériences. Le sixième chapitre résume quelques leçons que nous avons pu tirer des expériences vécues et le septième chapitre répond brièvement à certaines des questions les plus fréquemment posées sur les programmes générateurs de revenus.

REMERCIEMENTS

La réalisation de ce livre a été possible grâce au travail de terrain des équipes de sécurité alimentaire et à toutes les expériences qu’elles ont développées. Le recueil des informations et l’élaboration de la première version du livre ont été menés par Marta Valdés García. De nombreuses contributions ont été apportées. Merci à tous ceux qui ont donné des idées, fait des suggestions et apporté leur aide. Merci notam- ment à:

Lisa Ernoul pour son assistance pendant tout le processus et pour sa précieuse contribution à l’édition du livre. Carole Lambert pour toutes les idées proposées, les efforts et la révision. Bronwen Gillespie et Julián Carrazón, pour les discussions constructives, les précieux commentaires et les suggestions pertinentes. Carmelo Gal- lardo pour son analyse concernant le microcrédit, pour toutes les idées partagées pen- dant son travail au sein du Département sécurité alimentaire à Madrid et pour la révision de ce document.

Adrián Diáz, Claudio Freda et Joaquín Cadario qui ont donné de nombreuses idées pendant nos séances de travail.

La traduction française de ce livre a été assurée par Carole Lambert. Le livre a en- suite été révisé par une équipe de relecture composée de Christine Baki, Ludovic Bourbé, Hélène Deret, Amador Gomez et Sabrina Valy.

8 ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

CHAPITRE 1: JUSTIFICATION ET DÉFINITION DE PROGRAMMES QUI ENCOURAGENT ET SOUTIENNENT LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS

RÉSUMÉ

LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de
LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de

Au cours de ces dernières décennies, l’analyse autour de la sécurité alimentaire a évolué pour inclure différentes initiatives qui visent à améliorer les opportunités de gé- nérer des revenus pour les personnes les plus vulnérables. Dans les années 70, le concept de la sécurité alimentaire était pensé en fonction de la disponibilité alimentaire et c’est seulement dans les années 80 que les idées de l’accès à la nourriture et de son utilisa- tion ont été intégrées comme nouveaux aspects du concept, assumant que la sécurité alimentaire était une priorité pour les populations vulnérables.

Cependant, l’analyse des processus qui conduisent à l’insécurité alimentaire a dé- montré qu’en périodes de pénurie ou de crise, les populations touchées choisissent parfois de souffrir d’un certain niveau de faim avant de vendre ou de consommer leur biens de production, car cela ébranlerait leur capacité de gains future. Aussi, il est né- cessaire de comprendre que pour la population vulnérable, la sécurité alimentaire constitue une partie d’un plus grand objectif intégrant des critères sociaux et écono- miques qui assurent la sécurité des moyens d’existence 2 .

2 «La sécurité alimentaire sera atteinte lorsqu’une croissance équitable assurera que les populations pauvres et vul- nérables auront des moyens d’existence durables» (Maxwell 1990, cité dans Maxwell et Frankenberger, 1992: 31).

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

9

Les populations qui se retrouvent en insécurité alimentaire chronique 3 n’ont pas de moyens d’existence sécurisés leur permettant de subvenir à leurs besoins de pre- mière nécessité. Cette fragilité provoque une vulnérabilité et une impossibilité de faire face aux chocs et à l’adversité ; cela ouvre la porte aux processus qui peuvent entraîner une faim sévère et une malnutrition chronique ou aiguë.

Bien entendu il faut intervenir pour soulager une faim imminente. Cependant, l’expérience a montré que ces types d’initiatives ne résolvent pas le problème: on ne s’attaque pas à la cause même. Bien que la complexité du sujet ne facilite pas la pro- position de solutions alternatives, le soutien et le renforcement des moyens d’exis- tence peuvent représenter une stratégie appropriée et durable.

Les interventions conçues avec ce type de stratégie comprennent celles qui en- couragent et soutiennent les activités génératrices de revenus et tous les aspects qui influencent leur mise en place et leur développement.

Certains aspects théoriques concernant les moyens d’existence sont présentés ci- dessous, comme les objectifs et les principes qui caractérisent les programmes géné- rateurs de revenus ainsi que les projets qui ont été menés par ACF.

I. Moyens d’existence

Dans le premier livre de cette série, Introduction à la sécurité alimentaire, les moyens d’existence sont définis comme la combinaison de toutes les activités déve- loppées en lien avec les ressources qui permettent aux ménages de subvenir à leurs besoins afin de continuer d’exister et de se développer.

Divers éléments, à différents niveaux, interagissent au sein de ces systèmes:

• Le contexte de vulnérabilité peut refléter des facteurs géographiques, le cli- mat, l’histoire, la démographie et la situation sociale et économique. Ce contexte définit les risques que la population affronte.

• Les ressources ou les biens auxquels la famille ou les individus ont accès, qu’ils contrôlent ou possèdent et avec lesquels ils réalisent des processus de produc- tion, participent au marché du travail ou qu’ils utilisent pour les échanges avec les autres familles ou individus. Ils peuvent être classés de la manière suivante:

— Capital naturel: composé des ressources naturelles telles que la terre, l’eau et d’autres ressources biologiques.

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

— Capital physique: inclut les biens qui ont été créés à travers des processus de production, par exemple l’infrastructure (routes, ponts) et les machines.

— Capital humain: les compétences et la capacité à travailler d’une unité fa- miliale ou individuelle.

— Capital financier: l’accès du ménage à l’argent, qui peut être via des écono- mies ou du crédit.

— Capital social: attitude de réciprocité au sein de la communauté, entre les ménages ou les individus, basée sur la confiance construite à travers les liens sociaux (Moser, 1998) 4 .

• Les politiques, les institutions et les organisations influencent l’accès aux res- sources nécessaires pour mettre en place des activités qui donnent les moyens de vivre et elles touchent les processus de production, en créant des facteurs conditionnels, tels que les lois ou les services.

On peut voir ainsi que ces variables agissent les unes sur les autres pour détermi- ner la manière dont les ménages ou les individus mènent leurs stratégies concernant les activités qui vont leur donner les moyens de vivre. Elles correspondent simplement à la façon dont ils développent leurs activités ou obtiennent leurs moyens pour vivre, leur nourriture ou leurs revenus et ainsi leur capacité à subvenir à leurs besoins de pre- mière nécessité. Ce processus détermine le niveau de sécurité alimentaire, la sécu- rité économique et les conditions de vie fondamentales de la famille.

Lorsque les populations sont confrontées à une situation difficile ou à une crise, elles utilisent des stratégies pour mettre en place des activités qui vont leur donner les moyens de vivre et qui sont adaptées pour faire face aux risques. On les appelle les stratégies d’adaptation ou d’adaptabilité. «Un système d’existence est durable lorsqu’il est capable de faire face à des tensions et des convulsions et de s’en remet- tre, lorsqu’il est capable de maintenir ou d’augmenter ses capacités et ses biens et d’offrir des opportunités pour avoir des moyens de vivre qui soient pérennes pour la génération à venir» (Chambers & Cornway, 1992).

Le schéma suivant représente la manière dont les différentes variables agissent les unes sur les autres et se nourrissent entre elles au sein du système d’activités qui don- nent les moyens de vivre 5 .

4 cf. Ellis, 2000.

5 Tout au long de ce document « moyens d’existence » fait référence aux systèmes d’activités qui donnent les moyens de vivre (d’exister, de subvenir à l’ensemble de ses besoins) et pas seulement à la manière de gagner sa vie. En effet, ce dernier concept peut être interprété de manière plus statique, alors que la référence aux systèmes intè- gre l’interaction entre tous les facteurs qui composent ces systèmes.

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

11

Figure 1: Systèmes des activités qui donnent les moyens dʼexister

Contexte de vulnérabilité Sécurité alimentaire Ressources pour Stratégies Moyens { et } les moyens
Contexte de vulnérabilité
Sécurité
alimentaire
Ressources pour
Stratégies
Moyens
{
et
}
les moyens
dʼexistence
dʼexistence
économique
dʼexistence
conditions
de vie
Politiques, institutions et organisations

Ce schéma tente d’expliquer visuellement le processus à travers lequel une popula- tion devient vulnérable face à divers facteurs négatifs. Par exemple, une communauté sans accès à des soins sanitaires adéquats, se trouve menacée d’un risque accru de pro- pagation d’une épidémie, qui réduira le capital humain, limitant la capacité à mener des activités traditionnelles de subsistance. Leurs moyens d’existence seront donc mena- cés. Dans d’autres contextes, les catastrophes naturelles privent des populations en- tières de leurs biens de production et de leurs ressources naturelles, affectant sérieusement leur capacité à subvenir à leur besoins essentiels. Ce sont seulement deux exemples pour montrer à quel point les stratégies concernant les activités qui donnent les moyens de vivre sont fondamentales pour atteindre des standards de vie acceptables.

La composition et le niveau de revenus, en argent ou en nature, d’un individu ou d’un ménage, sont les résultats les plus directs et les plus mesurables des stratégies concer- nant les activités qui donnent les moyens de vivre à un moment déterminé (Ellis, 2000). Aussi, bien que ces deux concepts ne soient pas synonymes, ils sont étroitement liés.

Afin de gérer et minimiser les risques, les populations vulnérables, à la fois ur- baines ou rurales, diversifient souvent leurs sources de revenus 6 . L’accès et la capa- cité à participer aux marchés sont des conditions préalables nécessaires pour la viabilité de ces stratégies.

II. Le rôle du marché

Le marché fait partie du quotidien de chacun. La population vulnérable dépend des marchés formels et des marchés informels 7 pour vendre des produits, offrir sa main d’œu-

6 Tout au long de ce document, le concept de revenu fait aussi bien référence aux ressources monétaires qu’aux res- sources en nature.

7 Les activités qui n’apparaissent pas dans les statistiques ou dans les registres fiscaux sont celles du marché ou de l’économie informels.

12 ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

vre, financer ses activités et, bien entendu, obtenir les articles de base comme la nour- riture. Cependant, la réalité démontre que cette population peut rencontrer des diffi- cultés d’accès aux marchés, et laisser passer les opportunités que le marché apporte en termes de participation à l’activité économique et l’amélioration des conditions de vie.

On peut observer des difficultés et des fonctionnements imparfaits des marchés,

à différents niveaux:

• Difficultés en termes d’accès:

— Accès physique: manque d’infrastructure de communication et de transport, notamment pour les communautés rurales pauvres, souvent situées dans des zones isolées, qui entravent les contacts avec les marchés.

— Accès à l’information: dans de nombreux cas, l’information sur l’offre et la de- mande est indispensable pour participer et agir en interaction avec le marché. Savoir comment trouver des informations fiables est d’une importance clé.

— Exclusion de certains domaines: un exemple clair est celui du marché finan- cier, puisque le manque de garanties formelles et d’informations adéquates 8 empêchent l’accès des personnes vulnérables au capital financier.

— Discrimination envers certains groupes.

• Pénurie de marchés appropriés: manque de marchés qui offrent des biens et des services accessibles, adaptés au type et à la taille de l’activité économique dé- veloppée.

Les distributions gratuites ou les dons peuvent être nécessaires pour soulager une situation de faim imminente et d’insécurité alimentaire, mais ne constituent qu’une solution temporaire sauf si cela contribue à générer de nouvelles sources de revenus pour les secteurs les plus pauvres. Pour que la population vulnérable puisse subvenir

à ses besoins de première nécessité par les AGR, le marché doit offrir des opportuni-

tés qui les encouragent à développer leurs ressources de production, leur permettent

d’avoir accès à des services adaptés et d’offrir des produits compétitifs.

III. Qu’est-ce qu’un programme générateur de revenus?

Les programmes d’ACF soutiennent et encouragent les AGR afin d’aider les popu- lations vulnérables à subvenir à leurs besoins et à leur alimentation de base, de ma- nière durable, à travers les revenus qu’elles produisent. Les programmes doivent permettre une amélioration de la situation économique des familles par une augmen- tation du pouvoir d’achat du ménage.

Ce type de programme peut être mis en place dans des zones rurales ou urbaines, où les conditions minimums existent (pour plus d’informations, reportez-vous au chapitre 2) et lorsque les besoins existants sont identifiés. Cependant, il est important de noter que les programmes générateurs de revenus ne peuvent pas toujours être ciblés sur la popu- lation la plus vulnérable, car il est essentiel que les ménages ou les individus, qui prennent part aux initiatives, puissent travailler et satisfaire un niveau minimum de participation. La croissance de l’économie locale, à travers les activités génératrices de revenus, peut améliorer la disponibilité de certains produits sur le marché, et peut entraîner une créa- tion de postes, favorisant indirectement les secteurs les plus vulnérables.

Les AGR impliquent un ou plusieurs des objectifs spécifiques suivants sachant ce- pendant que la promotion des AGR doit toujours être adaptée au contexte dans lequel le programme travaille.

• Récupérer et/ou réhabiliter la capacité à générer des revenus par:

— L’évaluation et la sélection de solutions viables pour récupérer la capacité à générer des revenus

— La récupération et l’amélioration des biens de production

— L’augmentation et/ou l’amélioration des capacités techniques et de gestion

Lorsque la nourriture est disponible sur le marché, la restauration de la capacité à générer des revenus est une alternative possible pour supprimer petit à petit l’aide alimentaire. Les revenus augmentés peuvent accroître l’accès non seulement aux den- rées alimentaires, mais aussi à d’autres produits et services disponibles localement.

Exemple 1: Mise en œuvre d’AGR en Tchétchénie, dans le nord Caucase

La population tchétchène vivant dans les régions montagneuses du sud ont beau- coup souffert de l’effondrement de l’union Soviétique, de la guerre pour l’indépen-

dance et de tensions politiques constantes. La dégradation de l’économie du ménage,

à la suite de la perte des biens de production, tels que le bétail et la terre agricole, n’a pas permis à la population de subvenir à ses besoins de première nécessité. ACF

a commencé à distribuer de la nourriture pour compenser le manque d’activité éco-

nomique et agricole et l’aide alimentaire est devenue un soutien fondamental pour les personnes les plus vulnérables. Cependant, la faible pérennité et la possible dé- pendance que ce type d’intervention risque de créer dans le long terme ont mené l’équipe d’ACF à la recherche d’alternatives.

Malgré la tension politique et l’insécurité perpétuelles, les évaluations de la sécurité alimentaire ont commencé à montrer que la production locale et le com- merce à petite échelle se développaient à nouveau lentement. Ce changement a permis à ACF de commencer à réduire son aide alimentaire et soutenir de nouvelles activités génératrices de revenus.

14 ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

En commençant en septembre 2004, 57 familles ont profité de l’opportunité et ont rejoint un projet pilote d’apiculture. Elles ont ainsi reçu le matériel nécessaire pour augmenter la production de miel de la famille afin de générer des revenus. Cette activité est traditionnelle dans la zone et la redynamiser permet aux familles de retrouver leur autonomie et réduire leur dépendance à l’aide extérieure. La lo- calisation proche de Grozny facilite les ventes du produit sur le marché.

• Améliorer le rendement des AGR existantes à travers:

— L’introduction de techniques améliorées pour optimiser la quantité et la qua- lité de la production ou les services offerts par les AGR

— Le soutien pour faciliter l’accès aux biens de production et aux intrants né- cessaires

— La promotion de l’accès aux produits financiers

— L’augmentation de la disponibilité de l’information concernant le fonction- nement du marché et des services liés

— Le soutien de la formation

— Le renforcement des processus commerciaux

— Le soutien à l’organisation de groupes de producteurs

Dans de nombreux cas, la population vulnérable mène des activités qui ont un po- tentiel à générer des revenus. Cependant, elle peut rencontrer des difficultés dans la chaîne de production et/ou au moment des ventes qui la dissuadent d’augmenter ou de développer l’activité. Une identification spécifique des obs- tacles et des solutions viables peut avoir un impact sur la génération de revenus.

Exemple 2: Augmentation de rendement de certaines AGR traditionnelles en Arménie

La région de Syunik, dans le sud de l’Arménie, a été touchée par l’effondre- ment de l’union Soviétique et ensuite par le conflit avec l’Azerbaïdjan pour le contrôle de Nagorno Karabaj. La population du district de Sisian fait face à une si- tuation complexe, dans une région touchée par une dépression économique et ca- ractérisée pas des conditions géographiques et climatiques non favorables.

Les habitants vulnérables des zones rurales du district ramassent des cyno- rhodons (églantines), qui poussent naturellement dans la zone, pour leur propre consommation. Comme ils n’avaient pas de contacts avec des acheteurs intéres- sés par ce fruit, sans infrastructure pour le sécher, la totalité de la production dis- ponible, abondante, n’est pas récoltée. En 2005, après une étude de marché,

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

15

l’équipe d’ACF a informé les communautés des filières de commercialisation et du potentiel du marché. La population vulnérable fut particulièrement motivée pour augmenter sa cueillette de cynorhodons et ainsi augmenter ses revenus. Cepen- dant, devant la possibilité de créer une unité de séchage gérée par un groupe de familles la communauté a préféré envisager la gestion et le financement partiel de cette unité par un commerçant indépendant, tandis qu’un accord leur garan- tissait l’achat d’un volume important de la récolte. ACF a soutenu cette stratégie de diversification des revenus à travers la construction d’une unité gérée par ce commerçant ayant signé l’accord d’achat auprès des cueilleurs.

Divers facteurs ont influencé cette décision prise par la population: la saison- nalité de l’activité, le temps nécessaire à investir dans la gestion de l’unité de sé- chage, l’aversion aux risques éventuels lors de la commercialisation et la nécessité de générer des revenus rapidement, sont parmi sont qui ont le plus de poids.

• Diversifier les sources de génération de revenus par:

— La promotion de nouvelles initiatives. Par exemple, l’initiation d’activités de transformation pour avoir une valeur ajoutée sur les matériels bruts.

— La création de liens entre différentes activités, le développement et l’amé- lioration de la position de la population locale dans la chaîne de production et/ou de services.

Le soutien à apporter pour commencer de nouvelles AGR peut être orienté vers des activités de transformation rentables pour les populations dépendantes de la vente de matières premières, créant ainsi une valeur ajoutée. Cela peut être aussi combiné avec des améliorations techniques visant à augmenter le volume de production des matières premières.

Exemple 3: Création d’AGR aux Philippines

Philippines, 2005.

Sur l’île de Luzon, au Nord des Philippines, ACF a développé un programme de soutien sur 4 ans pour les associations de pêche de la zone. L’utilisation des rivières pour la pêche et la production de poissons représentaient l’une des principales res- sources pour la population. Cependant, les méthodes de pêche dégradaient l’envi- ronnement local et son potentiel de production, réduisant ainsi de manière irréversible la production et augmentant la vulnérabilité des pêcheurs. Après une évaluation de la sécurité alimentaire ACF a entrevue la possibilité d’introduire des méthodes de production durables, et également celle de développer de petites ini- tiatives complémentaires pour améliorer les conditions de vie des membres de l’as- sociation.

16 ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

Le poisson fumé et séché, et les sauces à base de poisson, sont beaucoup consommés dans la zone. En prenant en compte la demande existante, la pro- duction des pêcheurs et l’intérêt d’un groupe associé de femmes, une usine de sé- chage et de transformation a été construite, accompagnée d’un processus de formation et de soutien afin de gérer l’usine et de vendre les produits. Dans ce cas, il a été possible de profiter d’une opportunité de générer de la valeur ajoutée et davantage de revenus, à travers un programme de soutien de la pêche durable.

Comme c’est le cas pour tout type de programme de sécurité alimentaire, il n’existe pas de recette universelle pour les programmes qui génèrent des revenus. Chaque contexte présente des problèmes spécifiques qui nécessitent des solutions adaptées à cette réalité.

IV. La dimension sociale des programmes

Bien que le but d’encourager les AGR soit d’augmenter les revenus, cela ne signi- fie pas pour autant que ces programmes n’ont pas d’autres dimensions au delà des ob- jectifs purement financiers. Ce type de programme peut aussi mener directement ou indirectement vers les objectifs suivants:

• Augmenter le bien-être social des communautés

• Améliorer l’intégration socio-économique des populations déplacées ou réfu- giées

• Encourager les liens de solidarité entre les membres de la communauté, no- tamment envers la population plus vulnérable

• Promouvoir des opportunités égales entre les hommes et les femmes, en en- courageant la participation de ces dernières dans les AGR.

Exemple 4: Mise en œuvre d’AGR de groupe pour améliorer les facteurs sociaux

Argentine, 2004.

L’explosion sociale en décembre 2001 suite à la crise politique, économique et so- ciale qui a frappé l’Argentine, a laissé un pourcentage très élevé de la population dans une situation de pauvreté et d’insécurité alimentaire, dans un pays auparavant «gre- nier du Monde», un des plus gros producteurs mondiaux de nourriture. Une évalua- tion initiale de la sécurité alimentaire a recommandé d’appuyer les cantines communautaires pour aider à subvenir aux besoins de base de la population urbaine vulnérable.

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

17

Après une première phase d’aide alimentaire aux cantines des quartiers les plus pauvres de Partido de Moreno à Buenos Aires, et de San Miguel de Tucumán dans le nord est du pays, ACF a soutenu la mise en place d’une composante géné- ratrice de revenus. Le programme a commencé par distribuer des biens et du ma- tériel de production et a dispensé une formation technique et de gestion pour les bénéficiaires des cantines de la communauté. Les AGR étaient gérées en groupe et avaient pour objectifs de couvrir une partie des coûts des cantines avec les re- venus générés, afin de pouvoir offrir un service social plus durable aux personnes les plus vulnérables.

Dès les premières étapes de l’évaluation, tout au long de la mise en place du pro- gramme, il est important de prendre en compte l’objectif principal du projet et d’étu- dier les impacts éventuels, directs et indirects, des activités. Certaines initiatives peuvent avoir des impacts très bénéfiques mais dans certains cas, elles peuvent éga- lement avoir des résultats secondaires indésirables. Par exemple, certains critères de sélection peuvent cibler les ménages les plus vulnérables, mais simultanément, créer des tensions entre différents secteurs de la population, tels que les personnes locales et les personnes déplacées. D’autres impacts négatifs sont à étudier avant de mettre en place un programme: les conflits intercommunautaires entre la population bénéfi- ciaire et les personnes qui ne sont pas impliquées, les risques de saturer le marché avec un certain produit ou l’ébranlement des AGR préexistantes, issues d’autres sec- teurs de la population. Il est également important de noter que l’augmentation des re- venus augmentés peut aussi favoriser des changements culturels et de comportements.

Comme tout type d’intervention d’ACF, le principe de « non-nuisance » doit être respecté. Les impacts potentiels négatifs doivent être repérés et évités. Tant que les effets positifs des interventions sont plus importants que les impacts négatifs, cela vaut, en général, la peine de continuer.

V. Pourquoi mettre en œuvre des AGR?

Les programmes de sécurité alimentaire d’ACF visent à aider la population à sur- vivre aujourd’hui, mais aussi à mieux vivre demain et en ce sens, les programmes gé- nérateurs de revenus représentent des alternatives importantes. Comme cela a été mentionné précédemment dans les trois premiers points de ce premier chapitre, la ré- cupération et le renforcement des moyens d’existence et les stratégies de diversifi- cation sont fondamentaux pour augmenter la capacité de la population vulnérable à subvenir à ses besoins de base, et les revenus constituent un facteur fondamental de ce processus.

Bien que les programmes de sécurité alimentaire se soient concentrés, de manière traditionnelle, sur le domaine de l’agriculture, ACF a développé des lignes de travail complémentaires pour promouvoir la sécurité alimentaire. ACF a adapté ses inter-

18 ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

ventions dans le but de soutenir les populations vulnérables pour qu’elles dévelop- pent leurs propres mécanismes et répondent ainsi à leurs besoins de manière adaptée, et a encouragé les AGR, ce qui s’est révélé être une approche appropriée pour cer- taines situations.

A travers la promotion des AGR, il est possible de redynamiser l’économie locale après une crise, récupérer et améliorer le rendement des activités existantes et créer de nouvelles sources de revenus. Tous ces résultats sont importants pour rétablir et améliorer la sécurité alimentaire, pour faciliter l’accès économique à la nourriture et en même temps, aider à réduire la vulnérabilité en soutenant la capacité de la popu- lation à gérer les risques et prévenir les crises ultérieures. Aussi, bien que la durée de ces programmes puisse être courte, il est important de prendre en compte les éven- tuels impacts à long terme.

Les AGR peuvent améliorer la sécurité alimentaire de la famille lorsqu’il y a suffi- samment de nourriture disponible sur les marchés locaux, mais l’impact varie en fonc- tion de la répartition des revenus au sein du ménage et de l’utilisation de ce revenu. Dans le monde en voie de développement, les femmes utilisent presque tous leurs re- venus pour subvenir aux besoins de la famille, alors que les hommes dépensent au moins 25 % de leurs revenus pour d’autres usages (FAO, 2005). L’augmentation des re- venus de la femme a un impact beaucoup plus significatif sur la sécurité alimentaire du ménage que celui qu’aurait la même augmentation de revenus chez les hommes.

Malgré les alternatives suggérées par ce type d’intervention, seule une bonne connaissance de la région, de la population de la zone et des risques existants, per- mettra d’atteindre les objectifs et pour cela, la notion d’autonomie est très impor- tante. Plus le programme se concentre sur les suggestions et les initiatives des acteurs locaux, meilleures sont les chances de réussir. Au contraire, une identification erro- née, à cause du manque de connaissance de la zone, peut produire des effets néga- tifs et augmenter ainsi les niveaux de vulnérabilité. Le livre Évaluations et surveillance de la sécurité alimentaire donne les détails sur les méthodologies à employer pour le recueil de l’information et l’analyse afin de déterminer les besoins de la population.

VI. Quelques principes de base

Les principes généraux à prendre en compte lorsque l’on met en œuvre un pro- gramme pour encourager les AGR sont les suivants:

• La protection et le renforcement des moyens d’existence. Les interventions ne doivent pas mettre en péril la population, ses ressources ou ses mécanismes d’adaptation, créant ainsi une dépendance. Comme cela a été précisé dans le point IV, il faut avoir conscience des impacts négatifs potentiels, évaluer leur im- portance comparée à celle des effets positifs attendus. Il faut tout faire pour ré- duire les éventuels impacts négatifs et lorsque les effets positifs attendus sont plus importants que les risques potentiels, alors on peut envisager le programme.

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

19

• La pérennité. Même dans les cas où les interventions sont conçues pour être réalisées sur du court terme, il est essentiel de penser à l’impact de l’activité sur le long terme. La pérennité peut être accentuée en impliquant la population dès l’évaluation initiale et les étapes d’identification et également en collabo- ration avec d’autres organisations et acteurs présents dans la zone.

• La coordination. Une stratégie qui est coordonnée avec le reste des équipes techniques d’ACF de la zone et avec d’autres organisations, entités et autorités publiques, créé une réponse plus adéquate et facilite un meilleur impact en pro- fitant des efforts communs. L’importance de ce principe est d’autant plus forte qu’ACF n’apporte pas certains services nécessaires, tels que les ventes ; elle est seulement impliquée dans l’amélioration et la facilitation du processus com- mercial.

• La participation de la communauté. A toutes les étapes du programme, de l’éva- luation à la mise en œuvre, cette participation est un des piliers sur lesquels les AGR sont construites. Il faut encourager la motivation et l’initiative locale et les soutenir à chaque fois qu’elles sont viables car c’est là le meilleur mécanisme pour répondre aux besoins de manière durable.

• Le soutien des initiatives locales. La pérennité et la viabilité sociales des inter- ventions sont toujours plus solides lorsque les AGR soutenues font partie des ini- tiatives locales entreprises par les communautés de bénéficiaires elles mêmes.

• L’accompagnement et l’assistance technique. L’accompagnement et l’assistance technique peuvent être essentiels pour garantir un bon impact, notamment dans les situations qui impliquent des aspects organisationnels, la création de nou- velles initiatives ou le renforcement des aspects de production ou commerciaux.

• Les questions liées au genre. A travers la promotion des AGR, il est possible de travailler pour l’amélioration de la situation des femmes en termes de promo- tion de l’égalité tandis que se produit également un impact plus important sur la sécurité alimentaire.

20 ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

CHAPITRE 2: ANALYSE DU CONTEXTE, DÉFINITION DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME

RÉSUMÉ

DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être
DE LA STRATÉGIE D’INTERVENTION ET DU PROGRAMME RÉSUMÉ La stratégie de mise en œuvre doit être

La stratégie de mise en œuvre doit être construite en fonction des résultats de l’évaluation initiale, en prenant en compte les zones et les populations prioritaires à cibler. L’évaluation initiale permet de recueillir les informations sur la région, ses ca- ractéristiques contextuelles dont les aspects économiques, sociaux, culturels et au- tres, à différents niveaux. L’analyse permet de formuler des propositions pertinentes.

Ce chapitre essaie d’apporter une vision générale des étapes à suivre, des varia- bles à prendre en compte et des différentes analyses qui doivent être réalisées lorsque l’on conçoit une stratégie d’intervention dans le domaine de la génération de revenus. Bien que les détails concernant la méthodologie pour les évaluations ne soient pas présentés ici, le livre de la série intitulé «Évaluations et surveillance de la sécurité ali- mentaire» y étant consacré, certaines parties de ce type d’analyse sont néanmoins abordées ici pour que le processus au complet soit étudié.

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

21

I. De l’évaluation du contexte à l’étude de la chaîne de production sur le marché

Certaines informations recueillies pendant la phase d’évaluation sont particuliè- rement pertinentes pour analyser la possibilité de générer des revenus. Elles peuvent être utilisées comme point de départ pour pouvoir décider s’il est pertinent de réali- ser une analyse plus approfondie à travers une étude de la chaîne de production, lorsque l’accès économique à la nourriture et aux biens de base est un des problèmes principaux que rencontre la population.

La délimitation des zones de moyens d’existence socio-économiques («LEZ» –Si- gles en anglais–) agricoles et sociales ayant des caractéristiques homogènes apporte des renseignements entre autre sur:

• Les principales activités économiques développées dans la région et les princi- pales sources de revenus.

• Les flux et réseaux commerciaux et les études de marché.

• La situation des infrastructures.

Ces informations permettent l’analyse initiale de la situation économique et de l’ampleur ou de l’importance des diverses activités de production, dont les AGR, pour les revenus de la population. Les informations peuvent être collectées par les tech- niques participatives et présentées visuellement par des graphiques (exemple 5) ou des organigrammes (exemple 6).

Exemple 5: Différentes sources de revenus dans le district de Bombali, Sierra Leone

Bornoh M. Romaroh Yankalol Kamabain Laminaya Macoba Fig 2: Répartition moyenne - Sources de revenus
Bornoh M.
Romaroh
Yankalol
Kamabain
Laminaya
Macoba
Fig 2: Répartition moyenne - Sources de revenus
Kamakonie
100%
80%
Don-Solidarité
60%
Arafa
40%
20%
Ventes de AGR
0%
Malama
Ventes des cultures
Rogbin
Consommation
personnelle de la culture

22 ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

Exemple 6: Réseau de marché à Bombali, Sierra Leone

Principaux liens du marché à Bombali

CARTE DES LIENS COMMERCIAUX De Makeni aux villes principales

GUINÉE Huile de palme Huile de légumes, pâte de tomates, pomme de terre, arachide, NFI,
GUINÉE
Huile de palme
Huile de légumes,
pâte de tomates,
pomme de terre,
arachide, NFI,
médicaments,
moto, cigarettes
KAMAKWEE ET ZONE
OPÉRATIONNELLE D’ACF
Légumes, riz
local, viande
et animaux,
lait de vache
(fullah)
KOINADUGU
KABALA
NFI, riz importé,
huile végétale,
mat de
construction,
engrais
Poivre, tabac, tola,
riz local, kainda,
huile de palme,
vin de palme
Riz importé,
cosmétiques,
KAMBIA
magi, sel
PORT LOCO
Arachide, lég, pdt,
médicaments, vélos,
cigarettes (tout
vient de Guinée)
Poivre, arachide, tabac huile de
palme, sel, magi, haricots, lég,
benni, tola
KONO
AKENI
Riz importé, NFI, huile,
kérosène, sucre, magi,
engrais, vélos, sel, poissons
de mer, farine, bière et sodas
Minéraux : or
et diamants
Bois,
gingembree
Poivre,
FREETOWN
Poivre, huile de
palme, arachide,
tabac, benni, kainda
tabac,
arachide, riz
Gari,
local, lég,
gingembre
kainda
Arachide,
KENEMA
Leg, poivre
poivre, tola
Huile de palme
BO
YELE

De même, l’étude de la typologie de la population présente ses caractéristiques principales, notamment la composition de la famille, les sources de revenus et la pos- session de biens productifs et non productifs. Lorsque les AGR constituent une source de revenu importante, il est souhaitable d’identifier quel type d’activité est plus si- gnificatif pour les groupes de population afin de délimiter les sujets à étudier ulté- rieurement.

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

23

Exemple 7: Étude des AGR dans les camps de réfugiés ougandais

Dans le district de Gulu, en Ouganda, ACF a mené une étude dans six camps de ré- fugiés dans le but de surveiller la sécurité alimentaire de la population et de formu- ler des recommandations pour son amélioration. Un des résultats de l’analyse a permis d’identifier les AGR les plus fréquemment développées par plusieurs types de mé- nages, en fonction de leur niveau de vulnérabilité:

Tableau I: POURCENTAGE DE IGA PAR STATUT ÉCONOMIQUE Charbon Collecte de bois Plus vulnérable Moyennement
Tableau I: POURCENTAGE DE IGA PAR STATUT ÉCONOMIQUE
Charbon
Collecte de bois
Plus vulnérable
Moyennement
Artisanat
vulnérable
Peu vulnérable
Boda boda (vélo taxi)
Boisson
0%
20%
40%
60%
80%
100%

Après avoir vérifié l’importance et le type d’AGR que les différents secteurs de la population réalisent dans le cadre de leur stratégie pour avoir les moyens de vivre, l’analyse doit aller plus loin. Il faut comprendre de quelle manière la crise a touché ces activités ou identifier les éléments qui entravent leur fonctionnement. En résumé, il faut utiliser ces informations pour comprendre le processus qui conduit à l’insécu- rité alimentaire afin de définir les lignes de stratégie sur lesquelles on peut s’appuyer pour développer les programmes.

Utiliser une analyse systémique 9 pour étudier la filière de production 10 au sein du marché permet d’identifier les éléments les plus importants qui composent le système économique et déterminer les différentes interactions. Ainsi, on obtient une pers- pective globale qui souligne les facteurs qui peuvent, selon la conjoncture, présenter un danger pour la population qui se verra dans l’incapacité de couvrir ses besoins es- sentiels avec ses revenus.

9 ACF-IN recommande de toujours utiliser les approches systémiques car elles aident à situer les populations dans leur contexte et facilitent l’étude des relations de cause à effet entre les différents éléments qui constituent le contexte.

10 La filière de production décrit toutes les activités qui sont nécessaires de la conception à la vente, en passant par les différentes étapes de production (incluant toutes les étapes de la transformation physique et les différents ser- vices nécessaires) pour que le produit ou le service parvienne au consommateur final.

24 ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

Le travail de terrain, les contacts réguliers avec la population et les entretiens avec des acteurs locaux importants sur le marché sont les outils clés pour compren- dre l’évolution de la situation. Les techniques participatives sont les instruments à utiliser pour mener à bien ce travail. En profitant de notre présence dans la zone, nous pouvons garantir une bonne analyse de la situation à travers le suivi régulier.

Les systèmes de surveillance de la sécurité alimentaire peuvent apporter des don- nées intéressantes sur certains indicateurs et sur leurs variations. Ces informations peuvent servir de base pour concevoir et adapter l’intervention. D’autres documents, de sources extérieures telles que le gouvernement, d’autres organisations, etc. peu- vent également être des sources d’information utiles.

II. L’étude de la filière de production sur le marché

Le processus de création de valeur se réalise au sein de ce qui constitue le marché. Ainsi, il est indispensable d’analyser ses diverses dimensions et les interactions qui exis- tent entre elles. L’étude des unités de productions, des AGR complètera l’analyse.

Ce type d’analyse peut s’effectuer à différents niveaux, et il est recommandé de commencer avec les activités qui sont déjà développées par la population vulnérable ou celles qui ont déjà été identifiées pour être démarrées. Ces études permettront de comprendre le fonctionnement des AGR et ainsi, d’évaluer s’il est viable de les en- courager et de les soutenir.

II.I. Le marché

Les caractéristiques du marché incluent:

• L’offre et la demande: les caractéristiques dans lesquelles se situent toutes les transactions entre les producteurs, les intermédiaires, les transformateurs et les consommateurs finaux

• Les aspects contextuels: les diverses normes et dispositions réglementaires qui définissent le cadre au sein duquel les transactions ont lieu

• Tous les types de services nécessaires: financiers, liés au transport, etc.

Pour comprendre le marché, il faut analyser:

• La structure de l’offre et la demande en étudiant:

— La taille relative des producteurs (capacité ou aptitude) face aux consom- mateurs (demandes insatisfaites)

— Le type de consommateurs, l’évolution de la demande

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

25

— L’évolution des prix (saisonnalité, stabilité, etc.)

— La technologie appliquée

— Le coût de production, de transformation

— Le système des taxes

— Les coûts de transaction

• L’accès aux services:

— Financiers : crédit, assurance, etc.

— Information sur le marché

— Formation et éducation: technique, gestion, etc.

— Mise à disposition de biens et de matériels de production

• Les aspects contextuels:

— L’infrastructure (son état)

— Les lois et les habitudes informelles dans le secteur

— Les ressources naturelles

— Les coutumes et les pratiques culturelles

— Les relations entre les hommes et les femmes (analyse «genre»)

Le schéma ci-dessous présente les relations qui existent entre les trois dimensions principales du marché.

26 ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

Figure 2: LES DIMENSIONS DU MARCHÉ ET LEURS INTERRELATIONS

Financier Transport Sercives de développement Services Extension Qualité Services publics Communication et
Financier
Transport
Sercives de développement
Services
Extension
Qualité
Services publics
Communication et information
Offre et demande Producteur Intermédiaire Transformateur Intermédiaire Consommateur Offre Consommation Demande
Offre et demande
Producteur
Intermédiaire
Transformateur
Intermédiaire
Consommateur
Offre
Consommation
Demande
Etablissement et
consolidation des régles
Infrastructure
Ressources naturelles
Régulations du seteur
Lois
Facteurs contextuels
Practiques
Politiques
Aspects culturels
Relations Hommes-femmes

Ce schéma peut s’appliquer à tout type d’activité, qu’il s’agisse d’activité agricole, de transformation ou de services car il aide à comprendre les liens, les potentiels et les disfonctionnements du système. De plus, il est compatible avec d’autres types d’études telles qu’un diagnostic agricole (le manuel «Programmes agricoles: de l’éva- luation à la mise en œuvre» approfondit ces types d’études).

Nous nous retrouvons à étudier un système où certains facteurs empêchent son fonctionnement correct ou réduisent les opportunités. Le disfonctionnement existant peut se trouver dans certaines caractéristiques ou dans les liens entre celles-ci. L’ori- gine peut être structurelle, comme par exemple, le manque de services financiers pour la population vulnérable, ou occasionnelle, telle que la destruction de l’infra- structure de communication après une catastrophe naturelle. Il est important de com-

ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

27

prendre l’évolution du système, de quelle manière la situation actuelle est apparue et quels ont été les événements qui ont eu lieu et leurs conséquences à ce niveau.

Ces informations donnent une vision globale du marché autour d’un produit parti- culier et de tous les acteurs et facteurs qui y sont impliqués et au final, de la filière du produit. La compilation de ces informations représente la chaîne de production du produit. Les entretiens avec les producteurs, les intermédiaires et les entreprises de taille moyenne liés au secteur constituent l’étape suivante au cours de laquelle on vérifiera la situation et déterminera si la population vulnérable joue un rôle au sein de cette filière de production.

II.II. Les unités de production, les AGR

Nous appelons les AGR «unités de production», en considérant que les activités de transformation ou les services sont inclus dans ce concept, car toutes ces activités produisent de la valeur qui se transforme en revenus. Pour mieux comprendre le fonc- tionnement et le classement des unités de production, il faut analyser ce qui suit:

• Le type d’activité menée: production primaire (agricole, élevage, pêche), trans- formation ou services

• Les facteurs qui peuvent limiter ou accroître le rendement de l’activité:

— Les différents types de capital disponible: biens de production, main d’œu- vre, ressources naturelles, etc.

— La technologie utilisée

— Les connaissances techniques

— Le type et les caractéristiques de la demande (locale, nationale, internationale)

— Les liens avec les réseaux commerciaux

• L’organisation de l’AGR:

— Activité développée par un ménage ou un individu

Partage des tâches entre les différents membres

Aspects liés au genre

— Activités de groupe et d’associations

Objectifs du groupe

Structure interne

Mécanismes de fonctionnement

— Statut légal: formel ou non formel

L’étude de ces facteurs nous aide à comprendre la situation et le potentiel de la population vulnérable au sein de la filière de production ; le processus à travers lequel

28 ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: UN CONCEPT CLE POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE PERENNE

Manuel de terrain • Direction Scientifique et Technique

l’activité génère un produit ou un service jusqu’à atteindre le consommateur, ainsi que les difficultés spécifiques auxquelles fait face cette population pour créer de la valeur via une AGR et transformer cette valeur en revenu.

L’étude de la filière de production donne une vue globale de la manière dont le marché fonctionne pour un produit, à un niveau local ou régional. En analysant les unités de production de la population vulnérable, nous pouvons identifier leur rôle dans ce processus, les restrictions particulières en lien avec leurs capacités, leurs biens et leurs relations avec les autres acteurs sur le marché. Ainsi, dans un contexte particulier, nous pouvons identifier les causes qui ont conduit à générer peu de reve- nus ou à une interruption de l’activité. Un schéma est présenté dans l’annexe 4 et montre la situation et les difficultés que les producteurs vulnérables rencontrent en termes de production de lait dans une communauté rurale en Arménie.