Vous êtes sur la page 1sur 40
Abus sexuels: vrsumcgea $0 fin du déni? n homme sur six, une femme sur quatre est victime de violences sexuelles au cours de son existence, et une personne sur quatre connait au moins une victime d'inceste dans son entourage. Autant dire que nous sommes tous directement ou indirectement concernés. Chacun d’entre nous, mais surtout les enfants: chaque jour, dans notre pays, des dizaines de milliers d’entre eux sont victimes d’agressions sexvelles, le plus souvent dela part d'un proche, Un constat difficile 6 admettre, qui met 6 mal un mythe universel: celui de la Famille en tant qu'entité protectrice, garante de la sécurité et du développement de I'individu, ou linceste est banni. La réalité est donc tout autre, et en cette époque de grand « déballage » propice aux révélations, le sujet des abus sexuels semble enfin sortir du déni. Pour preuve, la tenue en janvier, au Sénat, des premiéres Assises contre les violences sexuelles, réunissant politiques, juristes, médecins, éducateurs et victimes confrontés a cette tragédie. Objectif: mettre en place une véritable stratégie d’éradication d'un fléau qui tavage les individus, les familles, les sociétés depuis la nuit des temps. Mais si elle compte arracher le mal @ Ia racine en attaquant |'abus sous sa forme ordinaire, intra ou extra-Familiale, cette stratégie saura-t-elle l'atteindre 1a o¥ il semble invulnérable, a savoir au coeur des sphéres de pouvoir infiltrées de prédateurs sexuels qui protégent les réseaux pédocriminels? NEXUS se penche sur cette violence « impensable », tente d’en élucider les fessorts et donne lo parole 4 ceux qui la combattent. 22 - Un crime contre 'humain 26 - Abusé d‘aujourd’hui, abuseur de demain? 30 - La loi du silence 33 - Chantal jouanno: « La lutte contre 1a pédophille ne peut fonctionner que par la dénonciation » 36 - Flu-deld de la victimisation et de la diabolisation . 38 - Latifa Bennari: « La pédophilie ne relave pas de lo psychiatrie » Sroene se 40. Wey: GaUnNe MM A LA UNE/socitre en que variables B:. les études, les chiffres montrent que les abus sexuels constituent un Fait fondamental de notre société et non un fait divers, comme nous le ferait croire leur traitement médiatique. Au regard des dégats physiques et psychiques considérables causés par ce phénoméne, certains n’hésitent pas @ parler de « meurtre de lame », de crime contre lhumain, voire de crime contre I'humanité. Nexus 91 22 Marssurizor4 Un crime «« ‘immense majorité des enfants abusés vont bien. » Cette déclaration lancée sur un plateau de télévision par le pédopsychiatre Marcel Rufo en mars 2012 a suscité un tollé, et pour cause’: non, les abusés ne vont pas bien, pas bien du tout, et les participants aux premiéres assises contre les violences sexuelles qui se sont tenues & Paris en janvier dernier? sont venus pour le cla- mer. Cette « bourde », pour laquelle le psychologue présentera ses excuses (sans la remettre en question), aura au moins eu le mérite de révéler l'ampleur a la fois des passions, des incompréhensions et du déni qui entourent en France le sujet des abus sexuels. La loi francaise distingue deux catégories de violences sexuelles: le viol, qui implique une pénétration vaginale, anale ou orale, et les agressions sexuelles comme les attouchements. Le viol est un crime qui reléve de la cour dassises alors que lagression sexuelle est un délit jugé par le tribunal correctionnel. Une distinction tout a fait arbitraire pour Stop aux violences sexuelles (SVS), organisatrice des assises, sachant qu’un attouchement conduit trés souvent aux mémes dégats qu’un viol. Des dégats qui, par ailleurs, pesent lourde- ment sur le systéme de santé, Selon SVS, un dépistage et une prise en charge thérapeutique les plus précoces possible des enfants abu- sés permettraient des économies considérables, plusieurs milliards euros par an. La violence sexuelle tue Anxiété, dépression, irritabilité, diminution de l'estime de soi, fugue, difficultés scolaires, troubles du sommeil, comportements sexuels a risque, addictions, anorexie, suicide, maladies psychiatrique: la liste des troubles psychologiques dus aux abus est longue. « J le sentiment que tous mes patients ont vécu des expériences traumatiques sexuelles et autres, explique Christiane de Beaurepaire, psychiatre & T’hépital Maison Blanche de Neuilly-sur-Marne. Et que bien souvent, ces traumatismes ont généré quelque chose d'insupportable, de Vordre de Vhumiliation, une perte d’estime de soi, un sentiment fondateur qu'on ne vaut rien et qu’on n’aura jamais sa place’, » Violaine Guérin, gynécologue et endocrinologue, présidente de SVS, a constaté chez ses patients les liens trop fréquents entre leurs pathologies et des abus vécus dans I’enfance, Pour elle, la violence sexuelle tue, directement ou & petit feu. En effet, outre la pathologie suicidaire dans laquelle elles se trouvent souvent entrainées, les victimes voient s'activer leur potentiel « auto-infectant », d’oit la fré- quence des maladies auto-immunes (endométrioses, dysthyroidies auto-immunes, maladies de Crohn, psoriasis sur les parties génitales, etc.) ou des cancers en lien avec les traumatismes subis (cancers contre 'humain « Bien souvent, ces traumatismes ont généré quelque chose dinsupportable, de lordre de Phumiliation, une perte destime de soi, un sentiment fondateur qu’on ne vaut rien et quon n’aura jamais sa place. » Christiane de Beaurepaire, psychiatre /1 Quelques chiffres res de 80% des abus se produisent dans le cadre intra ou péri-familal, + moins de 10 % des victimes dagressions sexuelles portent plainte & la police, + prs de 50 % des enfants victimes dagression sexuelle sont des garcons. Ce chiffre passe a 20 % 4 'age adulte. + 38 ans: Cest age moyen quattendent les victimes avant de révéler les violences sexuelles, +22 % dentre elles le font plus de 25 ans apreés les faits, 53 % des victimes dinceste ont tenté de se si T. +17 % des pédosexuels sont Nexus 91 walaors | 23 MME A LA UNE/socie #1 Pathologies liées aux abus Cancer: selon une étude américaine (Brown et col, PlosOne 2013) réalisée auprés de 4230 femmes de Etat du Wisconsin, les violences sexuelles durant renfance ‘augmentent significativement (22%) le risque g'avoir un cancer a age adulte, *Diabéte: une étude menée sur des infirmiéres américaines (Nurses’ Health Study - Rich-Edwards et col. ‘Arn. J. Prev, Med, 2010 -Mason et ‘oll, Diabetes Care 2013), montre {que augmentation du risque de diabéte est de 69 % chez les femmes ayant subi plusieurs rapports ou tentatives durant rrenfance ou adolescence. Elle est de 34 % dans le cas d'un seul rapport ou tentative; de 16 % dans le cas d'un attouchement. Elle tombe a 8 % lorsque la violence sexuelle a eu lieu aprés 18 ans. *Dépression: selon les statistiques recueilies par Violaine Guérin dans son cabinet de gynécologie et d'endocrinologle, 79.5 % des femmes et 75 % des hommes ayant rapporté avoir subi des agressions sexuelles ont été placés sous antidépresseurs; 76,1 % des femmes et 58 % des hommes ont fait Fobjet d'un suivi psychiatrique ou psychothérapeutique. Troubles gastro-intestinaux: sur 206 patients ayant consulté en clinique spécialisée en gastro- entérologle, 44 % ont déclaré avoir été victimes d'abus sexuels (Drossman et coll Ann, intern, Med. 1990). Migraines: ¢aprés une étude réalisée dans onze centres spécialisés dans le traitement des céphalées aux Etats-Unis et au Canada, 25 % des patients (sur 1348 au total) déctarent avoir subi ces violences. Les sujets rmigraineux victimes de violences sexuelles souffrent 2 & 3 fois plus danxiété et de dépression (Tietgen et coll, Headache 2008), ‘Douleurs pelviennes: une étude américaine effectuée sur 103 femmes a révélé que 70% dentre elles avaient subi des violences avec viol Nexus 93 24 Ranssunora gynécologiques ou urologiques, ORL, ano-rectaux). La gynécologue ajoute que le potentiel infectant de la violence sexuelle peut étre dirigé contre la victime elle-méme ou contre un tiers (en devenant agresseur 4ison tour), Comme Violaine Guérin, le médecin sexologue Patrick Dupuis, présent ‘aux assises, a constaté dans son propre cabinet les ravages des abus sexuels sur les enfants®. Sa confrontation avec plus d’un millier de cas. cet ses propres travaux de recherche indépendants l'ont méme conduit 4 élaborer une Théorie des impensables (2013) qui révele la fréquence trés largement sous-estimée des abus sexuels sur les enfants et leur impact sur le développement des psychopathologies. «La France péche par manque d'études épidémiologiques, déplore le Dr Jean-Louis Thomas, secrétaire de SVS. Ce qui serait intéressant, c'est de prendre des cohortes, de les suivre pendant des années et de comparer les pathologies chez les victimes et les autres’. » Une telle étude a été menée au Canada sur 100000 infirmigres américaines, et a mis en évidence chez 33 % des victimes d’abus, de l'obésité, du diabate, de 'hyper- tension, etc. Linceste, un cas & part? « Aujourd’hui pour qualifier le viol par inceste, il faut établir qu'il y a ew “violence, menace, contrainte ou surprise” méme si la victime est un enfant de 5, 6, 8 ans! Changeons la loi, pénalisons Vinceste pour mettre un terme & ce scandale, aucun enfant ne peut consentir. » C'est avec ce discours que le Collectif féministe contre le viol a lancé en janvier une campagne pour demander que l’inceste soit inscrit au Code pénal’. Car celui-ci ne Teconnait pas l'inceste en tant que tel, mais en fait une circonstance aggravante dans le cadre d’acte sexuel sur mineur, Selon une étude Ipsos de 2009, 69 % des Francais I'ignoraient, et 91% sont favorables a sa réinscription au Code pénal. Cette étude, comman- dée par I’Association internationale des victimes de l'inceste (AIVI), a permis de prendre la mesure de l'ignorance généralisée sur le sujet. Elle a révélé notamment que 60 % des Francais auxquels une victime mineure révélerait un inceste en exigeant de leur part un secret absolu attendraient d’avoir la preuve de ce que dit le mineur avant de le révé- ler aux autorités. « Or, selon ’AIVI, toute personne ayant connaissance d'un cas dinceste sur un enfant mineur devrait révéler cette information immédiatement aux autorités, méme sans preuve. En effet, comme il est souvent trés difficile et délicat de pouvoir apporter la preuve formelle qu’un inceste a été commis, les persormes jugeant préférable d'attendre davoir une preuve pour aller trouver les autorités risquent au final, faute de preuves, de ne jamais porter les faits& la connaissance des autorités. Par conséquent, dewx Francais sur trois ne réagiraient pas d bon escient face & Vinceste’. » L’étude révéle par ailleurs que prés de la moitié des victimes (42 5) ne sont pas crues ni aidées par leur famille, ce qui ne permet pas de prendre des sanctions Pégard de Vagresseur. « Si-l'on examine dans le détail la suite qui a été apportée aux faits selon que Venfant a été cru ou non par sa famille, il apparatt que le fait que Venfant ait été cru s'avere logi- quement déterminant pour la mise en ceuvre de sanctions, Par conséquent, au-delat du seul aspect juridique, Vinceste souléve avec acuité la question duu crédit accordé & la parole de la victime, préalable souvent indispensable & toute sanction de Vacte », conclut !’AIVI. Mi AE EMIS RAG France 3) 9/1077 ERE ae © 2. le 13 joavies organisées fa Soe dae lence ales ‘= wiow sopeuniclenesewrvoles.com 2 3, Pédophilie: dela pubsion 6 Fintord, Xoviet Delou, 52 minutes. 4, Conférence cux premitres assises contre les violences sexuelles, 13 jonvier 2014. 5. «Les ravages des bus sexuele» dane NEWUS 78 lonverteier 012} 6. Conférence aux premiéres assises contie los violences sexuelles, 13 janvier 2014. 7. Campagne « Uinceste est toujours un crime », lancée le 28 janvier. www.cfev.csso.fr 8. Bode ned/Insetm de Nathoe Bajos wt Michel Bozon = sociert/ALA UNE Ml Le Code pénal ne reconnait pas linceste en tant que tel, mais en fait une circonstance aggravante dans le cadre dacte sexuel sur mineur. 69 % des Frangais Pignoraient, et 91% sont favorables a sa réinscription au Code pénal. #1 Cing ans pour éradiquer le Fléau ors des premiéres assises nationales contre les violences ssexuelles, le 13 janvier 2014, Stop aux violences sexuelles aannoncé sa volonté d’éradiquer ce fiéau afin d'aboutir aa « tolérance zéro » a |'égard des agressions sexuelles en 2019. Ce plan, mené par treize groupes de travail interdisciplinaires, met en avant indispensable transversalité des actions, Dépistage: former tous les corps de métier et notamment les médecins; inclure dans le questionnaire & tout nouveau, patient: « Avez-vous vécu dans votre vie des violences physiques, morales, sexuelles ? » Prévention: former des encadrants, de la matemité & ‘université, pour renforcer la protection de renfance (violence en milieu scolaire); prévenir & tous les niveaux de la scolarité par une vraie information sur a sexualité Soin: créer une ALD 31 (affection longue durée) de 25000 euros; développer des protocoles de soins adaptés aux auteurs et aux victimes; soigner en urgence les auteurs rmineurs Justice: SVS entend améliorer le traitement judiciaire des dossiers de violences sexuelles en introduisant plus de ‘tansversalité, de communication, et de formation des acteurs judiciaires, Elle compte aussi demander Iimprescriptibiité des violences sexuelles*, En France, la prescription pour un viol est de dix ans & compter des falts pour une personne majeure et vingt ans & compter de la majorité de la victime pour une personne mineure. Elle est de trois ans & partir des faits pour tne agression sexuelle aggravée sur majeure et vingt ans & compter de la majorité pour une mineure. Elle ne s‘applique pas pour les agressions sexuelles aggravées sur mineures de moins de 15 ans, Elle applique vingt ans & compter de la majorité d'une victime mineure de moins de 15 ans. Enfin, les agressions sexuelles simples sont prescriptibles trois ans a compter des faits pour une victime majeure et dix ans & compter de la majorité de la victime. * Deja bienve au pays de Galles, en Angllene, en Suisse peur Europe, et dans dautes pays du monde, Nexus 92 mars-aviit 2014 25 ALA UNE ifficile dadmettre qu'un individu qui a vécu lenfer du viol puisse par la suite infliger fe méme sort & un enfant. Un cercle vicieux dont le mécanisme est pourtant aujourd'hui bien connu, Nexus 91 26 matavnizors CIETE Abusé d‘aujourd hui abuseur de demain? ‘out commence au moment de l'agression, quand tout bascule dans les- prit et le corps de l'enfant. « Pour aider d faire face & un danger, explique Karl Zéro dans son documentaire Zandvoort-Le fichier de la honte, le cerveau donme Tordre de sécréter des hormones de stress, Vadrénaline, le cortisol. [.] Chez la victime d'un viol, surtout lorsqu’dl sagit d'un enfant, le danger est incompréhensible, absolu, la sécrétion des hormones de stress samplifie, mais lice sont des drogues dures, Juste avant Foverdase mortelle, le cerveau fait tout disjoncter, et envoie de la morphine naturelle, les endorphines, et soudain, la peur, la souffrance disparaissent. » La psychiatre et psychothérapeute Muriel Salmona poursuit: « Ga donne vraiment l'mpression détre spectateur de la sitma- tion [...] Les victimes voient la situation comme si ce n’était pas elles qui étaient attaquées. Cela ne les concerne plus, puisqu’elles ne ressentent plus rien. » Ce mécanisme dissociatif de sauvegarde déclenché par le cerveau, cette disjonction du circuit émotionnel peut engendrer une disjonction du circuit de la mémoire, engendrant une amnésie traumatique. « La mémoire sensorielle et émotionnelle de Vévénement contenue dans amygdale cérébrale est isolée de Vhippocampe (une autre structure cérébrale qui gere la mémoire et le repérage temporo-spatial; sans elle aucun souvenir ne peut étre mémorisé, ni remémoré, ni temporalisé), explique Muriel Salmona. Lors de la disjonction, Vhippocampe ne peut pas faire son travail d'encodage et de stockage de la mémoire, celle-ci reste dans Vamygdale sans étre traitée ni transformée en mémoire autobiographique. Cette mémoire émotionnelle, “botte noire des violences” piégée hors du temps et de la conscience est la mémoire traumatique. » Amnésie Cette mémoire traumatique pourra ressurgir 4 tout moment, A Loccasion d’un spectacle de violence, d’une date, de n'importe quelle situation replongeant la vic- time dans la souffrance du viol. Se réapproprier le souvenir de l'abus ou retracer Thistoire de vie oi il s'est inscrit constitue un pas décisif vers la guérison. D’aprés les observations de Violaine Guérin, chez. 42 % des femmes et 33,3 9 des hommes, la conscientisation des agressions se fait aprés I'age de 38 ans, Dans 90 % des cas, la possibilité de parler des faits ne survient qu'aprés un travail thérapeutique de réparation et au-dela des 38 ans, ge auquel bien souvent s‘applique la prescripti- ité de l'agression sexuelle (lire encadré « 5 ans pour éradiquer le fléau »). Crest le cas de Marie, violée 4 14 ans par un infirmier dans I'ascenseur qui la remonte de la salle d’opération. Elle raconte ainsi sa conscientisation du viol: «Depuis mes 14 ans, je ne pouvais plus entrer dans un ascenseur sans ressentir une profonde angoisse, inexplicable, Lors d'une séance chez une thérapeute holistique, jai su que javais été violée, ca s'est imposé & moi comme une évidence et ca a été un tel choc que ‘ai refisé tout en bloc, me disant que j affabulas... II m’a fallu deux années pour que Je miapprivoise, dans le sens que jaccepte que mon inconscient me délivre Vhistoire... ‘Cest seulement au bout de ce temps que la douleur de ne pas savoir a pris le dessus sur la révélation du départ. Pendant ces deux ans, des flashs sont remontés petit d petit, comme des bulles qui remontent a la surface de V'eau. Ces flashs me mettaient de plus en plus sur la piste et puis un jour, c'est en me baissant pour prendre une casserole dans mon placard que la mémoire m’est revenue... Je me souviens m’étre retrouvée par terre avec la casserole sur mol. > Pour elle, la résurgence du trauma aura un effet directement thérapeutique puisqu’elle mettra un terme immédiat et définitif son tabagisme. « La preuve que la fumée est un voile, en fait », conclut-elle. i Des traces d’abus dans I'ADN fon sait que les abus subis dans lenfance avorisent toutes sortes de pathologies physiques et psychiques, on a découvert il y a quelques années deja, 8 travers étude de chercheurs de Tuniversité McGill, & Montréal, quits aissaient une trace génétique et méme épigénétique. En autopsiant 24 victimes de suicide, dont 12 avaient subi des abus sexuels dans fenfance, les chercheurs ont découvert au niveau de rhippocampe tune dérégulation du gene récepteur des glucecorticcides (NR3C1) perturbant la gestion du stress & rége adulte et favorisant le développement de psychopathologies. Selon Moshe Szyf, un des auteurs de l'étude, cette erreur est probablement causée par la libération excessive hormones du stress, comme le cortisol ou ladrénaline, chez les enfants victimes dabu: Plus récemment, en 2012, une équipe du laboratoire suisse de I'Unige (université de Genave) a mis en évidence les cicatrices de Tabus dans ADN en examinant 101 sujets adultes souffrant d'un trouble de la personnalité borderline, caractérisé par une instabilité dans les relations interpersonnelles, les émations et impulsivité notamment. Les chercheurs ont observé un pourcentage sensiblement plus élevé de modifications épigénétiques sur 'ADN, prélevé & partir de cellules sanguines, chez inte/A LA UNE les sujets qui ont été mattraités dans leur enfance (abus physique, sexuel et émotionnel, carences affectives), par rapport & ceux r‘ayant pas subi de tels abus. « Nous ‘avons par ailleurs relevé que plus fo sévérité de fabus était importante, plus fa méthylation du gene était considérable », précise Ariane Giacabino, du département de médecine génétique et de développement de FUnige. Une analyse de méthylation sur trois générations de femmes od ily a eu inceste montre que celle dont FADN, porte la plus forte cicatrice est la petite-file, qui r’a pas &t6 abusée, mais qui est le fruit de Finceste. A quand un traitement? Un modificateur épigénétique (HDACi) est a étude actueliement sur des souris au Picower Institute for Learning and Memory (Department ‘of Brain and Cognitive Sciences, Massachusetts Institute of Technology), qui a publié en janvier 2014 des résultats encourageanis* Une bonne nouvelle & laquelle le sexologue Patrick Dupuis apporte un bémol: « Sie seu intérét est deffacer cette ‘trace, on retombe dans le déni qui arrange tout fe monde, en particulier les prédateurs. » f Memory Updoting during R ies, Gall |. oF a Nexus 91 manivilaona 27 Mm A LA UNE/socinre Carabine chargée Beaucoup de victimes d'abus n’oublient pas l'agression subie, et vivent consciem- ment leur traumatisme, & l'image d’Oli- vier Demacon, pilote de ligne de 52 ans venu témoigner aux assises SVS. Eléve au collage Saint-Nicolas d’tssy-les-Mouli- neaux, en région parisienne, il a subi des sévices sexuels accompagnés de torture & Age de 10 ans de la part d'un surveillant gpl partagett le dortoir avec les enfants. ena retiré une volonté de devenir fort, par le sport, la musculation: « Jai voulu me protéger et je me suis armé. Jai com- mandé une carabine, je dormais avec, etje me suis rendu plusieurs fois au collage suivant avec cette arme chargée, persuadé que je ne permettrais plus jamais é personne de me toucher de cette facon-li sans mon accord. » Se souvenir, parler, permet de se réparer, mais aussi d’éviter d’entrer dans la spi- rale de la répétition. Car, aprés un abus, la victime peut se constituer au fil des années une réserve de fantasmes pédo- sexuels, générant un tropisme sexuel por- tant sur les enfants du méme age qu'elle au moment du traumatisme. Ce type « Quand les agressions sont répétées, une facon pour la victime de faire face, c de dénier le "est fait que cest douloureux et de retourner la douleur comme quelque chose de sexuellement excitant. » de désir pourra rester latent jusqu’a ce qu'une situation de vulnérabilité, comme un échec dans une relation sexuelle avec un adulte, viene le réactiver. Bombe a retardement «Je ne sais pas ce qui m’a pris », voila I'« ex- lication » dont doivent se contenter le plus souvent ceux qui recueillent les aveux d'un abuseur. Car il est fréquent que la premigre pulsion sexuelle sur- prenne celui dont elle s'empare. Dans la plupart des cas, un interrogatoire poussé aménera & mettre au jour un abus su- bi dans 'enfance, totalement refoulé ou non. Comment cette fameuse bombe & retardement se déclenche-t-elle? Muriel Salmona revient & la disjonction: « Quand ‘on est dans une situation oti Yon revit les vio- lences, que Yon est dans un état de stress, de tension, avec Fimpression que Von va mourir, que cest en train dimploser & Vintérieur de nous, on attend la disjonction. Si la disjonc- tion ne vient pas, il faut la faire venir. » Comment? En se mettant en danger par des conduites risque, les drogues, I'al- cool, ou en retournant la violence sur Pert constt quetesuje des violences sexuelles n'évoluait 3s, voire s'ageravait, les médecins de association Stop aux violences sexuelles ont travalllé pour proposer tune stratégie de santé publique innovante. Les violences sexuelles ont lune fréquence telle que le mot « épidémie » a été posé. Les dégats quelles engendrent sont tels uilts téalisent une destruction en profondeur de rétre humain, au coeur de rame, tlle quiune ancalogie a été faite avec les dégats réalisés par un virus qui s‘attaque au cepur du noyau des cellules de son hote et utilise les ressources de Fétre infecté pour le détruire. La comparison avec une infection virale permet également. de prendre en compte le potenti! contaminant dune personne ayant. vvécu des violences sexuelles puisque la majorité des agresseurs ont eux- memes été victimes de violences sexuelles. A partir de cette modélisation des violences sexuelles en une épidémi de type viral, s'est imposée fa mise en place dune stratégie de type vaccinal, a savoir déclarer & un temps « t> la mise en place dun protocole précis qui est précédé, en foccurrence sur une Nexus 91 marscavel 2024 28 11 Une épidémie de type « viral >? période de 5 ans, d'une importante campagne information et de prévention lire encadré p. 25), Selon Violaine Guérin, présidente de SVS, la reproduction de la violence ‘ransgénérationnelle pose le probleme du « cadre de référence ». Un petit enfant a pour cadre de référence sa famille il pense que ce qui s'y passe est juste, et comme le plus souvent iln'y a pas de correctif des mauvais cadres, en particulier 8 fécole ol le sujet est tabou, Tenfant devenu adulte reproduit les mémes comportements vis-3-vis de ses propres enfants (non- respect de fintimité de fenfant dans la salle de bains, enfant dormant dans le lit des parents, enfant embrassé sur la bbouche..). On parvient & casser cette chaine de transmission quand on inclut tassainissement de ce cadre dans les protocoles de réparation des violences sexuelles, En matiére de soins lest important intégrer la réparation du corps, puisque est par Ia que la victime a souffert, ‘mais aussi de savoir aller chercher, pendant le travall thérapeutique, les envies de meurtre envers lagresseur {que toute victime a fe plus souvent enfouies au fond delle, Ces envies de meurtre générent une colére terrifiante auilconvient dextérioriser dans un cadre thérapeutique, sinon elle se retoure 3 plus ou moins long terme, et selon les gens, &fextérieur ou contre eux (oii la grande fréquence de somatisations en maladies auto- immunes ou autres pathologies graves), Virus « informatique ». Patrick Dupuis, médecin sexologue, parle aussi de transmission virale de Tabu, mais dans un registe différent::« La perversion sexuelle “siatrape” par contagion ou par contamination interhumaine (en Foccurrence par le toucher) comme de nombreuses maladies infectieuses organiques. Le Virus” en question ici nest bien entendu pas un organisme biologique, il sapparente plut6t a un virus informatique venant perturber le programme pulsionnel inné (logiciel). Maisil a le méme comportement quun virus biologique, puisquil détruit son héte (le systéme psychique) tout en cherchant & se reproduire pour survivre ‘en contaminant dautzes humains, Ce processus de contamination psychique est une réalité qui a été jusquici déniée par fa communauté scientifique. lest ourtant possible aujourd'hui dren apporter la preuve objective, agent pathogene de a perversion ‘Sapparente a un virus lent ou a son entourage, en s’en prenant & des enfants... Comme le fait cet homme cité par Homayra Sel- lier dans Enquéte sur une société gui consomnme des enfants (lire interview page55), qui, pris d'une pulsion incontrélable, attaque un enfant de 4 ans dans les toilettes d’un MeDo et lui fait subir ce qu'un violeur Ya menacé de lui faire subir Page de 7 ans, soit vingt-six ans plus tét... Erotisation de P'abus Un autre phénoméne explique la trans- formation de l'abusé en abuseur: Iérotisation de Vacte subi. La psychologue Joanna Smith explique: « Quand les agressions sont répétées, une fagon pour la victime de faire face, c'est de dénier le fait que c'est dou- loureux et de retourner la douleur comme quelque chose de sexucllement excitant. Donc on va avoir des personnes complétement excitées, désorganisées sexuellement, suite Ace passage a Vacte. » Cest le cas de Badr Eddine Smaini, qui tient & témoi- gner a visage découvert dans le’ documentaire de Karl Zéro, mais aussi dans le film de Xavier Deleu societe/A LA UNE Pédophilie: de ta palsion & Tinterdit. Dans son livre Combattre son attirance sexuelle pour les enfants, il raconte comment, 4 17 ans, il a décou- vert avec stupeur son attirance our une fillette de 3 ans. Pour lui, Vorigine de ce gotit pour les petites filles est évidente: ila été violé, dans le cadre d’un inceste, a Tage de trois ans et pendant quatre ans. « Mon corps, & Paige de trois ans, explique-t-il, a vécu des émo- tions qu'il n'était pas en état de gérer, et ‘mon esprit, mon dme et ma conscience ont été formés par ca, et je pense que ca a donné cette attirance sexuelle d lage de 17 ans » Ainsi, 8 abuseurs sur 10 vont reproduire au moins une fois dans leur vie le traumatisme qu’ils ont subi, Pour cela, en raison du réflexe d’occultation évoqué plus haut, un dépistage s'impose, qui passe lui-méme par [’information et la formation de tous les acteurs de la santé, de l'éducation et de la justice, la mise & disposition de toutes les données permettant de repérer les signes d’un abus chez un enfant, etc. Un dépistage qui passe par une étape délicate qui sus- cite de nombreux débats: le recueil de la parole de enfant et le crédit qu'on lui porte. ll récurrences (comme le poxvirus & Sorigine du zona) dont reffet est retardé dans le temps, avec parfois tun temps de latence tés long entre la contamination et les premiéres manifestations pathologiques (passage 2 Facte, dépression, perte de libido, tc), Linoculation du « virus >a lieu dans la petite enfance, le plus souvent entre 5 et 10 ans, sous la forme d'un abus sexuel ou dun inceste, Le «virus » est donc transmis de fadulte a enfant. Venfant constitue un terrain fragile, sans défense psychique. Ine Saattend jamais a un tel acte de la part dun adulte, et se trouve done dans tun désarrol total lorsquil a lieu, Cet état Sapparente 8 un état de deficit immunitaire. Venfant est done une ptoie facile pour le prédateur sexuel, qui bénéficie toujours de retfet de surprise, de la sidération et de la tétanisation qui ‘empéchent ia future victime de faire ‘quoi que ce soit fui, cer, repousser). Pour trouver un virus, il faut le chercher, Mais un virus informatique ne se détecte as au microscope électronique, ise révele par les effets de déréglement uil produit dans le logiciel quil infecte. CChaque virus a son mode daction sspécifique sur Farganisme, son organe cible.On sait aujourd'hui que le point , cérémonies secrétes dédiées au culte de Satan, qui ne sont rien autre que des rites chrétiens inversés, la profanation de enfant sous toutes ses formes (torture, souillure, viol, et parfois mise 3 mort) remplacant ici la sacralisation de fenfant inhérente au culte chrétien. Aujourd'hui, les abus fituels ont dérivé de leur fonction primitive, et sont utilisés par une élite politico-financiére pour maintenir son hégémonie mondiale parla terreur, la menace et le chantage. Cette élite est elle-méme prisonniére d'un cercle vicieux de répétition d'une violence quelle aelle-méme subie dans son enfance, lest permis de penser qu'une analyse anthropologique objective de ce phénomene peut enfin mettre un terme 8 ces atrocités d'un autre age, cela en vertu dun principe énoncé par Pierre Bourdieu qui veut qu'une pratique rituelle énigmatique cesse drelle-méme a partir du moment ot les ‘gens qui a pratiquent en comprennent la fonction réelle. Le rite s*éteint de lui-méme parce quil devient inutile. La fonction de la violence rituelle est de Soigner la peur (faire peur pour ne plus avoir peur), Mais le sacrifice rituel est dautant plus absurde et inefficace au‘on sait aujourd'hui que les dieux Miexistent pas plus que les démons, et quaucune violence, fat-ellerituelle ‘ou cérémonielle, n'est capable de ‘générer un quelconque apaisement social, contrairement & ce quen dit Reneé Girard. La violence engendre la violence, et rien autre. Patrick Dupuis, sexologue et auteur de Théorie des impensables, 2012. Relerences =< Braghing the Cicle of Sotanic Rio! Abuse », Darvel Rydex, 1992. Ril Chid Abuse » Parla Hudson, 1991 « Bref hislorque sur les abu rituals et urs conséquences su” las victimes » article reduit sur lp sie Pecopols com + Les abus siyel en helze questions » (ial Abuse, Rival Crime and Healing! Nexus 91 marvavilzo14 = 43 Ace A LA UNE/socinty dessins qui sont & peu prés les mémes », c'est qu’e ily a quelque chase de trés puissant et de vrai. Done & partir de 1a, le policier peut démarrer son enquite beaucoup plus sérieusement et lancer des interpellations. ily acu, quand méme, Voffaire Coral, Vaffaire du Cries’, Vafaire Kripten*: toutes es affaires ont donné liew & 100 ou 200 interpellations & chaque fois. » Abas cite aussi le témoignage d'une jeune femme violée, mise enceinte et dont le nouveau-né a été tué dans un tel contexte, DYautres témoignages font état de futures méres avortées aprés quatre mois de grossesse, dont le sang du foetus est ensuite récu- péré pour étre bu. D'autres encore sont utilisées comme « procréa- trices », les bébés étant sacrifiés a la naissance... Les révélations du fils Roche Charles-Louis Roche, le fils du juge Pierre Roche, magistrat mort dans des circonstances non élucidées en 2006 dans le cadre de Taffaire Alegre’, raconte dans une longue vidéo enregistrée en 2005° comment des personnalités de la politique, des médias, de la finance, des miliewx médicaux et judiciaires se réunissent lors de partouzes sadomasochistes qui culminent dans la torture et I'exécution filmées d'une ou plusieurs personnes. Lors d'une intervention au théatre de la Main d'Or en 2012, il explique que les victimes de ces cérémor « sont issues des couches les plus basses de la société [..J en rupture de lien social et familial, de sorte que personne ne se souciera de leur disparition, et que toute enquéte d leur sujet sera plus ou moins vouée & échee dis le dé- art. Sachant que les membres de ce groupe, de par leur niveau d'influence, ‘ont toujours d méme, si certaines affaires menacaient d’éclater, de les étouf- fer dans Yoeuf en manipulant les leviers qui sont les leurs dans Vappareil Etat. [..] Ces groupes fonctionnent de telle maniére quills se tiennent tous par la barbichette. » Quel est le sort réservé aux victimes? « Il n'y en a qu'un: leur mise & mort filmée, qui sert de toile de fond & un trafic de vidéos [..] la caméra tourne et on traine dans la piéce la victime duu moment. Ensuite, elle est successivement humilige ~ quoi que ¢a veuille dire -, violée, torturée et mise & mort. » Ces scénes serviront a la réalisation et la circulation de snuff movies (vendues entre 25000 et un million d’euros). Roche explique que, d’aprés son pére, les réscaux sataniques pédocriminels suivent une sorte d'idéologie & base de volonté de puissance aveugle et dévoyée. I s'agit, pour se réaliser, de trans- gresser toute limite, de s'affranchir de tout tabou, d'ignorer toute valeur. En un mot, commettre le pire, Faire souffrir et tuer, bafouer Tinnocence et détruire l'intégrité des enfants s'inscrirait dans cette logique. Un piége parfait Les réseaux, selon Roche, font en sorte de pigger chaque nouveau membre pour ensuite le faire chanter. Une fois qu'il a été invité une premiere fois, « le gogo s'imagine qu'il va seulement participer & une partie fine entre bourges, oi il va pouvoir méler Putile & Vagréable, se faire de nouvelles relations. Cest un peu un diner de con, si vous voulez - quoique d'un genre spécial -, puisqu'il est le seul & ne pas savoir pourquoi ilvient. ne découvre la veritable nature de la soirée quau fur et & mesure que ¢a dégénére sous ses yeux, et Ia il est trop tard pour faire marche arritre: méme sil recule Hhorreur et refuse de rejoindre le groupe, de toute manidre on le tent. ila le doigt dans Pengrenage, puisque des photos ~ quoi qu'll ait fait ou pas fait, d'ailleurs: il était présent - des photos et des vidéos ont été prises, dont certaines le représentent lui avec des scenes dantesques en arrire-plan. Donc il ira jamais répéter& personne ce qu'il vu. Et sil refuse de rejoindre le groupe, ch ben c'est pas grave, ca fera toujours un pion a Vextérieur, vous voyes: si c'est un magistrat ou un flic, on le tient, et il va pouvoir servir & étouffer des affaires. » Wd Alexandre Rougé Nexus 91 marzavri 2018 44 1 Ne laissez pas vos enfants seuls sur le chemin de I'école ‘omment protéger les enfants? Nous avons posé la question & une qui a recueilf beaucoup de témoignages de victimes de réseaux et qui, pour sa protection et celle de ses témoins, tient rester anonyme. Aujourdhui, au regard la maniére dont sont étoutfées les en pensant.« d tous ces petits quion na pas cry », elle considére que siattaques & ces réseaux, « C'est se battre contre des ‘moutins @ vent » et que tout ce que fon Peut faire, Cest étre « hypervigitant », « Ne laissez pas vos enfants seuls sur ke chemin de Vécole, conseille-t-elle. Quis rentrent avec une voisine, un copain. ‘mais ne les laissez jamais rentrer seuts @ la maison, et cela au moins jusquou collage ». Elle explique ainsi le modus ‘operandi des réseaux: « A la téte du réseau transnational, il y a une “téte’ puis des “tétes" nationales, comme des “présidents’, puis des “sous-tétes’, tout ela étant trés hiérarchisé. Un jour, Ja decide de faire une grande cérémonie ‘vec une petite blonde aux yeux bleus, tune petite brune. Alors, ily a des qui se postent d fa sortie des écoles et qui prennent en photo des enfants {qui correspondent & ces criteres. Les photos sont numérotées, mises dans des lasseurs, et un jour, on choisit tel numés Entrent olors en action les “Dutroux: qui ne sont que les petites mains de ces réseaux, des rabatteurs. » Etrenfant disparatt J Sis Sed Rai fe 12 mas 2012. Seas © NEWS, Gilbert Abas no pos tépondu & nko 1S depande dertoren = 2.2.1 sagt de lopSrciion care, menbe en = 2011 ev cpl Sons 2? ys crop enquéte état pore dy forum nena « sie curt comp jsqu’ 70000 3. Ck. Vio’ denfons: la fin du sence, Poses Justice, 1999. 4, Sur Sud Rock, Jo 12 mers 2012. 5. Cote ofa rel8 qu'un pedophiles ci Cres (Cente de recherche et Groton ng Fence os spl moe des Fims pédophies, notamment dons les oem 6. Lo groupe Kijten @ oganisé 6 fin des ormées 80 des crores snes ve Seino 7, By nom du eur en sare Paice Agee, coe claire concame des dzcines de meutes non Sci ot des rons der ages ort 6 implquées plusieurs pasonnaités do le raga roscoe doe anes 2000, 8B: ve youtube. com sich Pen FB emooCo8 9. Enegisrement cucio disponible su un se, Ip / rate 1/iseo/ 0526856 10b0a6586: F2c0a08 n jour, Jean- Pierre Mocky est interviewé per un journaliste de France Info compiétement bouleversé: sa fille de 9 ans a été enlevée dans sa voiture, place des Ternes 4 Paris, alors quill s‘était éloigné de vingt métres pour poster une lettre. Elle a été retrouvée trois jours plus tard, violée et profondément traumatisée. De cette rencontre naitra en 2004 Les Ballets écarlates, lun des films les plus dérangeants de Mocky, et le plus emblématique de I'omerta sur les réseaux pédocriminels. Interview _ ALA UNE Jean-Pierre Mocky, acteur, scénariste et réalisateur : « Il y a une omerta parce qu'il ya des gens du gouvernement qui sont des pédophiles » Jean-Pierre Mocky, vous aver réalisé en 2004 un long métrage sur les réseaux pédocriminels, Les Ballets écarlates, qui n’est jamais sorti en salle. Que s’es assé? Bans mon film, un jeune gargon a été enlevé, violenté et retrouvé dans un bois. Quelque temps plus tard, il passe avec sa mére devant des affiches municipales et il reconnait son violeur parmi les candidats, C’est parce que j'ai relié la pédo- philie & des candidats électoraux que le film a été interdit, Il West pas non plus passé @ la télévision? Non. En 2007, Mireille Dumas, qui est une combattante, a voulu faire un dossier sur la pédophilie pour FR3. Et comme elle a beaucoup d’estime pour moi et qu'elle aime aussi beaucoup le film, elle a choisi Les Ballets écarlates pour illus- trer son émission sur la pédophilie. La direction de FR3 a refusé! C’est ainsi que le film n’a jamais été présenté a la télévision ni en salle. Sauf en Suisse, od il a eu un gros succés lors d'une trés grande soirée qui a réuni 600 ou 700 personnes la cinémathéque de Lausanne, Comment expliquez-vous cette omerta sur le sujet? ily a une omerta parce qu'il y a des gens du gouvernement, des juges, etc., qui sont des pédophiles. Mon film a été interdit parce que je parlais des pédophiles en bande, des gens qui se réunissent en impliquant des enfants, et proceédent a des abus sexuels. Ceux-A ne sont pas des malades, attention, parce que dans les pédophiles, ily a plusieurs catégories: il y a des malades, qu’il faut soigner, ily a des groupes de pédophiles qui ne sont pas du tout malades, qui organisent des orgies, mais qui, une fois leurs orgies terminées, reprennent leurs activités de docteur, d'architecte, de juge, d’avocat, de politique. C'est contre ces gens-la que je me suis insurgé, car c'est ga qui me paraissait le plus grave. Parce qu’un malade, ce n'est pas de sa faute, tandis que ces gens-la sont conscients qu’ils font quelque chose de mal. Avez-vous pu le faire connaitre malgré tout? Oui, le film marche bien, on le trouve dans mon coffret vidéo et & I'unité dans les Fnac, et on ena quand méme vendu 50.000 exemplaires, ce qui est déja beau- coup pour un film que personne ne connait, en fait. Comme il n’était pas diffusé alla télé, ila été beaucoup acheté sur le Net, et a I’époque, on en a entendu par- ler dans la presse. Moi, j'ai fait deux ou trois émissions od j’ai gueulé comme un putois. Mais en fait, aujourd'hui, on n’interdit pas les films, on ne leur permet pas de sortir. C'est une sorte de censure économique. Au regard de votre filmographie, vous étes un peu un cinéaste lanceur dalerte.. Oui, dés 1991, j'ai fait un film, Ville @ vendre, ott je dénongais tous ces scandales comme le Mediator, ces médicaments contre le rhume [N.D.LR.: Actifed, Nurofen, Humex], dont on vient de reconnaitre les dangers, les prothéses en silicone... A ce sujet, un gynéco m’avait dit : « Tu sais, ces femmes qui se mettent de la silicone, elles prennent un ticket pour la morgue. » LA aussi on m’a bloqué, on m’a sorti le film sur TF1 a minuit et demi! & Propos recueillis par Sylvie Gojard Nexus 91 masavinzos 45 Ammmms Ls UNE Vs Interview Serge Garde, journaliste et documentariste NEXUS: Pourquoi vous replonger dans la pédocriminalité, ans aprés avoir sorti Paffaire Zandvoort? Serge Garde: Je n'avais pas travaillé sur l'affaire d’Outreau, Vépoque. J'ai donc eu un regard extérieur: j'ai été informé cette affaire comme tout le monde. Mais avec un regard critic puisque javais déja travaillé sur des affaires pédocrimi Ce que j'ai entendu A propos d’Outreau ne me plaisait pas. choses essentiellement m'ont choqué: d’abord, ce qui a &é sur la parole des enfants. J'ai trouvé ¢a injuste et i Prétendre que les enfants mentent? Oui, bien sdr, les peuvent mentir. Et les adultes? Quand les adultes ils mentent avec un peu plus de moyens intellectuels que les gosses! Et puis Paudition du juge Burgaud par la commission| d'enguéte parlementaire: jai trouvé ca scandaleux, absolument A Acien grand reporter ignoble. 4 ite Cest Karl 2éro qui m'a proposé de travailler sur Outrean. J'ai UHumanité Serge hésité pendant quatre mois Sijai accept, ceat que je ne voulass| Garde est I'auteur du pas, plus tard, me reprocher d'avoir fui. Mon point de départ, fomeux dossier poru dans ‘était de recueillir la parole des enfants, deverius adultes, ot ks ce journal le 24 favrier parole des personnes qui avaient été maltraitées. Celles dont ka parole n’avait jamais été médiatisée. Je n’avais pas de scénario 2000 sur les CD-ROM et prévu; c'est un film qui s’est construit au fur et a mesure, selom les réseaux pédocriminels es témoignages que je recueillais, Et cela a pris trois ans: per- de Zandvoort Il 0 un sonne ne voulait parler, personne. an, et apres trois ans Vous r’avez pas subi de pressions, alors que vous apparaissiez fanaa : déja dans le film de Karl Zéro, Zandvoort. Les dossiers de ka Genquéte, il a sorti Outreau. pescyirs '¢ Sm de Karl Zéro, Zandvoort. Les dossiers Coautre vérité (Ligne de Bien sir que si! Tout le monde a été emmerdé. Javais préva Front), documentaire qui d'interviewer un journaliste qui bossait dans un journal local. It avait fait de bons articles, équilibrés. En tout cas, bien meilleurs montre ce que la presse et que ce qu’écrivaient les confréres parisiens. Il accepte, on prend le public ont ignoré iors de render vous. Alors ave se suis & Ia gare du Nord pour aller ke ‘i 5 rejoindre, il m’appelle : « Je ne peux plus te parler. — Pourquoi? ~ toection et des proces viens d'étre embauché La Voix dui Nord et sije te parle je suis viré « le Saint-Omer en et Voil: “est aussi ¢a, Outreau. de Paris en 2005, Depuis, | Ves pressions que j'ai subies das le départ, on a décidé [avec = EPUIS: Bernard de La Villardidre, Ie producteut du film] de travailler Participe @ des projections- en autopreduction. avant méme qu’on commence 3 tovenen é une grande chaine de télévision m’a dit: « Vous ne mesurez pas Gébats dons toute la les ennuis que vous allez avoir. » Alors ca, c'est le genre de truc qui France, ob se rencontrent —giedon at m’énerver. Attendez, j'ai bossé sur la mafia en Sicile des professionnels de au moment oi les juges ont été assassinés, et vous me sorter action sociale, dela police 2 true comme ca? La premiére chose a faire, c'était de lire le S0cic dossier. Trente mille pages...! Aucun journaliste en activité ne et de Ia justice, peut le lire. Nexus 9 46 NFO sociste/A LA UNE [Zi « La France est un pays ambigu par rapport a Ia pédocriminalité » esd Et la, vous faites des : dans des salles de pro- trouvailles? vince ou dans des projec- Ilya des choses qui tions organisées par des mont surpris: par professionnels [des ser- exemple, I'instrumenta- . vices sociaux, policiers, lisation politique de l'af- judiciaires), A la fin du faire. Je Lavais complé- 4 [ film, souvent, on applau- tement zappée. Je pars dit, parfois est le choc du principe, ‘comme journaliste, qu’il faut prendre conscience de sa subjectivité pour ne pas se faire piéger elle. J'ai une sensibilité émotionnel et un silence de mort, et puis ce qui s'exprime, c'est la colére: | «On nous a baratinés, on nous a manipulés...» Cer- tains spectateurs expri- de gauche, done je me . 7 ment parfois de la honte, suis méfié: ca miaurait eux qui pensaient avoir bien fait plaisir quill y un bagage intellectuel ou ait une instrumentalisa- culturel qui les mettait tion politique... done je g a Vabri, Ils se rendent Pai complétement zap- compte qu’ils ont été pée. Sauf qu'il y a les baladés comme tout le témoignages et qu'il y a 1 CINE ea, monde. Chez les gen- Jes archives. Et quand j'ai darmes, pareil. Le film a vules archives, j'ai lu les été projeté & Rosny-sous- différentes interventions Bois devant les cyber-gendarmes, la de Sarkozy, ministre de l’intérieur, oii se trouve le centre de recherche utilisant Vaffaire d’Outreau pour taper contre la cyber-pédocriminalité, sur les juges et réclamer la suppres- Leur réaction a été la méme que sion du juge d'instruction. La, je me celle du public: on s'est fait bana- suis dit: bon, c'est un fait. Et ly A |q fin du film, ner comme tout le monde! a plein de trucs qui m’ont choqué. > Apres, il y a beaucoup de profes- Le fait qu’on ait installé les enfants Souvent on sionnels, de la justice, de 'enfance dans le box des accusés 4 Saint-Omer, i ; en danger, des éducateurs, des ex- Gest inimaginable. Ca aurait été un APPIGudit, parfois eyes" partir du film, s'inter- motif de cassation, mais personne ne ¢’est le choc rogent sur leur propre pratique. Et Ya demandé. Dans le film, Philippe 4. stionnel 1, ca me fait plaisir. Le film sert au Muller, procureur adjoint 4 Douai, le @Motionnel et un moins 4 ca’, reconnait: « On a fait une connerie. On silence de mort, ne la pas fait sciemment pour inverser i ? En attendant, les CD-ROM de Zand- les réles, on Ya fait pour tenir le budget. » et puis ce qui voort, on ne connait toujours pas? Effectivement, personne ne s‘attendait exnrime, Cest la Pett aprés avoir sorti Zandvoort, jai Alun proces de cette ampleur. Prime, été invité a un colloque a Interpol, colére: « On nous A Lyon, Je fais mon topo devant Comment le public réagit-il 6 votre ‘ quatre cents personnes: il y avait tournée de projection debat? a baratinés, on toute la direction d’Interpol, des Jai assisté a plus de quarante débats, nous a manipulés.. » enquéteurs qui venaient in peu Nexus 91 marssuitzora 47 ‘érard Lopez, médecin psychiatre, expert judiciaire et président fondateur de linstitut de victimologie (Paris XVIF), constate: « Outreau a porté un coup tres dur @ la parole des enfants, alors que les douze enfants ont &t6 reconnus victimes. » « fétais interviews chez Bob ['émission de webradio « Bob vous dit toute la vérité »], ce matin (5 février], et it croyait qu‘aucun des enfants dOutreau n‘avait été violé ni reconnu victime! I est tombé des nues...» Résultat: [a situation des enfants victimes de violences subit un véritable « déni », €n particulier, quand il s‘agit des « violences sexuelles intrafamiliales ». Alors que «Ia famille est le lieu de tous les dangers. Quand on voit que 10 % des enfants sont massacrés en famille, ‘que deux enfants meurent chaque jour en France...» Daprés une méta-analyse publige par The Lancet, « il y © 10 % des enfants, dans les pays occidentaux, qui sont ‘maltraités. Une autre méto-analyse démontre qu‘environ 20 % des femmes et10 % des hommes subissent des violences sexuelles. Et dans les trois quarts des cas, ca se passe en fomille. » Le mot « inceste » - Serge Garde le emarque aussi-ne figure méme pas dans le Code pénal Ily @ dans le vocabulaire juridique, observe le Dr Lopez, «une minimisation » des actes et des faits. €xemple: « Cette loi du 5 mars 2007, faite pour aider les parents qui ont des difficultés éducatives » au lieu de sintéresser en priorité aux enfants, « et of un viol est devenu.. “une information préoccupante”! On est toujours dans Nexus 91 4B Nareavei Zor 1 « Qutreau a porté un coup trés dur a Ia parole des enfants » 1a minimisation, Uexpression méme “d'abus sexuel”— Ce n‘est pas grave, un simple abus! Le viol, faut pas en abuser, c'est tout... Et le mot “tournante” : comme si était un jeu..! Le vocabulaire va toujours dans le sens de la minimisation. Jai expertisé des mémes qui avaient pris part é des viols en réunion. Vous savez comment iis ‘ppellent ca? Un plan pétasse...lis savent bien ce quis font, eux! Et les journalistes nous parlent de “tournanwe" ‘comme d'un jeu... Mais est monstrueux! Encore un ‘exemple: rien que la nuance entre “Elle siest foit vioke™ et “Elle a été violée”... Vous appréciez la différence? Ce nest pas un détait!» ‘Autre maniére de minimiser fa réalité: « Varticle 44 du Code de déontologie médicale [publié par le Conseit de fOrdre national des médecins] encourage certes, ‘mais r’oblige pas les médecins 4 signaler un enfant en danger, On y trouve méme une clause de conscience: ‘te médecin peut s‘abstenit, pour des “circonstances particuliéres qu'il apprécie en conscience”, de signaler un enfant agressé ou violé, Heureusement, il est quand méme obligé de faire cesser la situation de danger, pour ne pas s‘exposer & étre poursulvi pour non-assistance 4@ personne en danger. Jaimerais bien savoir ce quest Ja raison personnelle qu'un médecin peut invoquer! Qua peut me dire ce que serait cette clause de conscience? ‘Notez que dans de nombreux pays, les médecins ont obligation de signaler les enfants en danger, ce qui me arait personnellement tres bien. » « La France est un pays formidable, parce quin sait dire @ une unité pres combien de saumons remontent la Loire, mais 4 cent pres, ‘on ne sait pas combien d’enfants disparaissent. » soctrTn/A LA UNE partout, flics et gendarmes. A la fin, je leur dis: « Ecoutez, au début de lenquéte de Zandvoort, j‘avais un CD-ROM, 4 la fin j’en ai une vingtaine. Ca représente des centaines de milliers d'images d’enfants qui sont en danger. Ces CD-ROM ne m'ap- partiennent pas: ils sont la et ils doivent servir. Alors, il y a deux solutions: ou vous 1me les demandez en bonne et due forme, etje vous les remets bien volontiers, ou alors vous devez me mettre en examen pour détention de matériel pédopornographique. » Et depuis... rien. Rien! Comment expliquez-vous ce silence? Au fond, la France est un pays ambigu par rapport a la pédocriminalité, U nly a qu’a voir ce quill s'est passé avec Roman Polanski, publiquement défendu par deux ministres, Kouchner et Frédéric Mitterrand. Et il n’y a pas de débat. A partir du moment oi le pays est ambigu, toutes les institutions sont ambigués. C'est comme le nombre d’enfants qui disparaissent chaque année en France. On a aucun chiffre officiel. Des sources officieuses avancent le chiffre de 6000. J’avais fait poser la question par un député quand je travaillais sur Zandvoort. La réponse a été sidérante. C'est Robert Flue qui a posé la ques- tion 4 Marylise Lebranchu, garde des Sceaux, a 'époque: combien d’enfants disparaissent chaque année en France? Réponse - et ga, c'est dans le Journal officiel: « Monsieur le député, je ne peux pas vous répondre. Les seuls chiffres dont nous disposons, ce sont les chiffres des fugues. » Ce qui m’a amené plusieurs fois A dire, dans des débats: la France est un pays formidable, parce qu’on sait dire une unité prés combien de saumons remontent la Loire, mais & cent prés, on ne sait pas combien d’enfants disparaissent. Comment expliquer le délire d’Outreau sans évoquer l'implication de lexé- pour dessaisir et vilipender le juge Burgaud, humilier les enfants, bloquer le rapport de police contenant les déclarations de Gwendoline Mourmand?, etc.? Je ne crois pas aux complots d'une fagon générale. Ga peut arriver, mais & ce moment-la, j'ai besoin de preuves. 1, en occurrence, mon impression, mes déductions, c’est qu’au départ, il y a un groupe d’avocats qui vont uti- liser laffaire comme un marchepied vers la notoriété: Dupond-Moretti... Dupond-Moretti qui est pour moi, je l'ai dit publiquement, un professionnel du mensonge et qui ne m’attaque pas en diffamation. Au départ, done, il y aun quarteron d'avocats qui vont utiliser laffaire pour faire parler d'eux, mais aussi pour régler leurs comptes avec le juge d'instruction, Il y a un grand débat en France depuis trés longtemps sur la nécessité din juge instruction ou pas. Mais [Outreau] c'est une histoire locale, au départ, et interne. Ft ca - c'est une petite révélation dans le film - ce sont les avocats de la défense qui appellent la presse nationale. Et puis, 2004, c'est la période od il y a laffaire Karachi, V'affaire Clearstream, etc. C'est la période ob Sarkozy dit qu'il faut supprimer le juge instruction, Le juge Renaud Van Ruymbeke est attaqué en justice... mais c'est contre- productif. Alors que se faire Burgaud, montrer que le juge d'instruction est dangereux pour les libert 2, Cest efficace! Je pense que c'est ca. n'a pas été question de réseau non plus, a Outreau? En France, officiellement, il n'y a pas de réseau. Pourtant, il y a une période ob trois affaires de réseau ont été jugées: Ado 71, Achille et Toro Bravo, Avant, il n'y a pas de réseau, et aprés il n'y a plus de réseau. Pourquoi dans cette période? C'est le moment de laffaire Dutroux en Belgique: le juge Connerotte travaille sur I'hypothése d'un réseau, ¢a parait trés plausible. Dutroux serait alors le pourvoyeur en chair fraiche des parties fines du go- tha belge. Et la, la réponse francaise est nette: « Nous, on n'est pas des Belges. La preuve: on a un réseau, et tout de suite on le juge. » Et en trés peu de temps, il y a trois réseaux qui sont démantelés. Le probléme, c'est qu'aprés, en Belgique, on réécrit laffaire Dutroux: le juge Connerotte est dessaisi, et iln'y a plus de réseau! Pourtant, il y avait des vidéos 4 Outreau, et donc une circulation... Nexus 91 mars-avilzola = 49 MM A LA UNE/so LETE Quel bilan tirez-vous de cette histoire, « |’ une des fonctionnement est rarement évoqué. avec le recul? Un flic m’a expliqué encore hier [23 jan- Que des accusés soient acquittés, cela grandes vier, lors d’une projection du film orga- nisée A Narbonne], ne me choque pas, Ce qui est choquant, dans affaire d’Outreau, c'est la facon dont les gosses ont été maltraités par institution judiciaire, Ca, je le trouve inacceptable. Ce qui me choque aussi, c'est que dans toutes les grandes af- faires judiciaires - Le courrier de Lyon, questions que pose laffaire d'Outreau, cest Ga: que sest- que ceux qui tra vaillaient sur ces questions-I4, dans la police, étaient marginalisés, méprisés 4 l'intérieur méme de [’institution. Les promotions, ce n’est jamais pour eux. J'ai connu une affaire, quai de Gesvres, la brigade des mineurs. Une fille violée affaire Grégory... - opinion publique il passé pour par son pére - une fillette, hein - est était partagée. 1a, rien. Ce qui m’a gue [opinion convoquée, et les flics, une demi-dou- facilité le travail, pour le film! Tout le TU TOpinior zaine qui étaient autour, font mettre & monde avait la méme version dans la publique soit genoux la fille pour voir si sa bouche est téte, Comment est-ce possible? Pour tmaninulée a la hauteur de la braguette du pére! moi, c'est 'histoire d'une manipulation P Quai de Gesvres... de Fopinion publique. Et ca, c'est pour une affaire judiciaire: mais on peut se demander si ga ne se produit pas - et évidemment ¢a se produit - pour d'autres sujets, plus politiques, voire économiques. Quand on va Vexpliquer que la crise financiére, c’est comme un nuage de sauterelles qui s'abat sur un champ en Afrique, on n'y peut rien, c'est quasi ment météorologique... alors qu'il s'agit d'activités humaines ! Done, bon. Autre chose, dans La Méprise', & huit reprises, Florence Aubenas parle des accusés dans le box. Elle assiste au pro- és, elle voit que les accusés sont dans la salle et que ce sont les enfants qu'on a mis dans le box... Mais dans le livre, elle sait que ca ne passera pas, alors elle ment, Florence Aubenas ment huit fois. Que les médias fassent ceuvre de bour- rage de créne, ce n'est pas nouveau non plus. Mais qu’en estil de la police? Son ce point? » Et A cété de ca, ily a plein de gens qui font un boulot remarquable, Mais avec une pénurie de moyens... Une gendarme spécialisée dans la traque de la cyber- pédocriminalité m’a expliqué que, ré- cemment, ils étaient sur une piste et ils n’ont pas pu arréter un mec parce quills wavaient pas de voiture de service— Alors, au bout d'un moment, moi, ga me fout en colére, parce que j’en ai vu des hommes politiques, de droite comme de gauche, dire tous: « Oui, lenfant cest la priorité »,etc., dans les discours, mais c'est qui enfilera les plus grosses perles! Concrétement, je me souviens d’Alliot- Marie, alors ministre de I'Intérieur: elle organisait une grand-messe sur la cybercriminalité, & Lille. Elle commence son discours: bien! « Cyber-pédocrimi- nalité, les trafics d’enfants », etc. Ensuite, elle passe I'espionnage électronique. Concrétement, c'est la seule chose qui les intéresse. Les enfants, c'est ce qui sert // Affaire d’Outreau: mieux vaut tard... IN cuveau coup ae theatre dans rattle du proces jd Outreau, Parmi les acquittés, Daniel Legrand fils, dit Dany, doit comparaitre pour viols d'enfants en réunion (lors des orgies organisées par Thierry Delay) devant la cour dassises de Rennes, & une date quin’a pas encore été fixée. Une décision daudiencement a été prise de justesse, en juin 2013, pour quill réponde des actes commis avant ses 18 ans. Linstitution judiciaire a trainé autant quielle a pu: elle avait mame décidé d'oublier 'affaire. « Le parquet © fait profil bas sur ces faits reprochés @ Daniel Legrand, résume Rue 89, aissont courir fe délai de prescription gui devaitintervenir en octobre 2013 », Or, « Daniel Legrand fils est tégalement obligé d'étre jugé devant la cour dassises des mineurs, parce que linstruction en avait décidé ainsi », note aujourd'hui la journaliste Laurence Beneux. Mais « quelgu'un, quelque part, a décidé que ce fenvoi aux assises rvaurait pas lieu et qu’on attendrait la prescription », Cette décision - « un grovissime abus de pouvoir »~ revenait & « s‘asseoir sur le Code de procédure pénale », « ainsi que sur les victimes », conclut-ele. Uavocat de Legrand, Julien Delarue, sest indigné: « ff]0 6t6 déclaré rion coupable des accusations de viots quand it était majeur, et il faudreit le juger pour les mémes foits, sur Jes mémes victimes, quand i était mineur? Cest insensé! » Faux: Cestla méme qualification, mais il ne s‘agit pas des memes faits. La loi ne permet pas de rejuger les faits qui ont donné lieu & un acquittement. De nombreux observateurs pensent, quant a eux, que Cest plutat le fait que Legrand et les autres) ait pu tre « déclaré non coupable » qui semble « insensé ». Ce renvoi aux assises de Legrand revient & rouvrir Outreau, un dossier sans fin, qui aurait pu inclure des dizaines autres enfants violés a répétition depuis des années ainsi que des dizaines d'autres adultes incestueux, violeurs, tortionnaires, proxénétes, etc. Nexus 91. morsavit 2014 50 daccroche, ¢a sert de justificatif mo- ral. Et au niveau du budget... On dit, par rapport @ la cyber-pédo- criminalité, qu’on ne peut rien faire, parce que les sites sont hébergés en Ukraine, etc. Sauf que la bonne nouvelle, c’est que dés l'instant od c'est sur Internet, il y a une tracabilité, et qu'on peut re- monter. Toutes les transactions dans les trafics d’enfants, ca passe par des terminaux de paiement. Si on veut, on peut. En ce qui concerne la lutte contre le terrorisme, 1a on n’hésite pas, Pour les gosses, rien a foutre! Je ne supporte plus cette hypocrisie. 1a ca me fout en colére. Alors ce n'est pas simple, mais... il n'y a pas la volonté politique. ren reviens a ca: c'est une bataille ‘culturelle. Je participais a un colloque A Genave sur la pédocriminalité, 1 y avait un ancien grand flic, qui était devenu chef de la sécurité pour une grande banque francaise. Je dénon- ais le fait - preuve 4 'appui - qu'on pouvait acheter des gosses [sur Inter- net] avec une carte bleue. Et ce grand flic me dit: « Mais vous savez, on ne fera rien! Tant que les gens accepteront que ¢a se produise, on ne fera rien. C'est les lients qui décident. » Comment ca, « les clients décident »? Ne sontils pas hors la loi Vous savez, hors la loi, maintenant... Tenez, le systéme bancaire: il n'est méme plus hors la loi, il utilise carré- ment la criminalité comme un mode de management. Alors...! Restons dans le crime organisé. Charles-Louis Roche a rapporté que, selon son pere, le juge Pierre Roche (mort en 2006), les décideurs (dans la politique, Vindustrie, la banque, les médias, la magistrature, la police, la gendarmerie, etc.) étaient invités a des séances pédocriminelles et filmés ou pris en photo en présence denfants abusés ou torturés, dans le but de les faire chanter. Avant, on pouvait tenir des dé deurs’ sur la question de 'homo- sexualité, par exemple. Maintenant, {la pédocriminalité] c’est le seul ta” bou, le seul interdit, qui discrédite un politique. Se faire coincer avec un gosse: l'un des seuls trucs qui reste pour tenir les gens. Ils auraient ocieTtt/A LA UNE « Je veux tort de sen priver. Il faut le savoir: cest 5 comme ¢a. Ce n’est pas acceptable. Mais quon prenne quand tu veux te battre contre quelque la parole chose, il faut savoir contre quoi tu te bats. dun enfant Et @ titre individuel, que souhaiteriez- comme on Joveu Je veux qu'on prenne la parole d’un enfant comme on prend la parole d'un adulte. Et qu'on ne considére pas enfant pré- sumé coupable de mensonge. Les flics prend la parole d'un adulte. Et quon ne ont fait leur boulot, Burgaud a fait son ve boulot... c’est aprés que ca part en vrille. considére La presse a été lamentable, Dupond-Mo- , rettia eu un comportement inadmissible... pas enfant Cette affaire est révélatrice de l'état de la présumé société, Mas on ne peut pas mentir tout le monde tout le temps. ll coupable de Propos rec mensonge. » par Alexandre Rougé 1 Ke cu a Cine Pa i va ii ox cine Ge de #8lévisicn francaise, mais que la Télévision suisse romande {158} vier! den d&cider ka ofes progqearaton 22 Worencode p. 53 3. Loptration To Bravo, & pea de 1995:1996, visa vn rea pédocrininl tes ctf en once, Epagre, Pte, Bape Foy Ele a sen coe Boer opts, salsa ebdovanggaiqu sn de gsi es 243 revs men conse drs Tofate do Cord. afore Toro Bevo déboucho sul vesl opéttion Ade? 1, boucle en iin 1997: B14 perquistions, 686 rterpalaons et 200 mies en examen, Cote énorme engutie de pclice ne 8 pos apoiée por Vinstuion dicate, Quan! &Fepicaton Achile, décenchée para plaine d'une associion de defense des enfants, ke Bovele, en 1996, ele-a donne lew 6 50 irtppelesions 4 En 2005, Florence Aubenas publi ia Méprise. Votre d Omroou te Saul Jonade ob ele prend la défense das aocusée,cauonront ka hse de leurs avocos enfonis menlen' ei nly 0 pas de réseau. pédocimine & Outecu, NEXUS 91 maresvirzors OL mm A LA UNE/sociert 52 pres deux ans d'enquéte, jacques Thomet, ancien rédacteur en chef a I'AFP, publie un brdlot, dans lindifférence générale, sur les dessous de l'affaire d'Outreau, Cette Contre-enquéte sur une manipulation pédocriminelle (éditions Kontre Kulture) dévoile G lo fois lignominie quotidienne des enfants violés, battus, agressés, en famille et entre amis, des années durant, dans les banlieves sinistrées du Nord-Pas-de-Calais, et Io panique dans laqueile fut plongée lastitution judiciaire, débordée por |‘ompleur du phénoméne, Nexus 91 mars-avrl 2014 Interview Jacques Thomet, ancien rédacteur en chef a ]'AFP; NEXUS: Quel a été votre point de départ? Jacques Thomet : J'ai un ami président d’assises, qui m’a suggéré de venir aun colloque Paris, le 21 février 2011 - avec Pierre Joxe, Serge Garde, Marie-Christine Gryson -, qui remettait en cause les conclusions d’Outreau. En 2005 [année du procés en appel], ;’étais directeur de AFP en Colombie, et je suivais la séquestration d'tn- grid Betancourt. De loin, je croyais comme tout le monde que les enfants avaient menti et qu'on avait arrété des adultes innocents. J'ai eu un choc, Je venais de prendre ma retraite, alors j'ai pris le temps dialler voir sur place. J'ai repris le dossier dinstruction: 30 000 pages, dix heures par jour pendant quatre mois. Rien que les faits. Résultat: je me couchais avec lenvie de tuer, et je me levais avec V'envie de tuer. Aprés, je suis allé rencontrer le juge Burgaud. Je lui ai dit: « A votre place, c'est au moins 40 personnes que Saurais arrétées. » Et il a répondu: « Je sais bien, monsieur Thomet, ‘mais je ne pouvais pas mettre la moitié d’Outreau en prison! » Le pro~ cureur de Dunkerque, Philippe Muller, a lui aussi lu la totalité du dossier, en écartant quant a lui les déclarations des enfants pour se concentrer sur les déclarations des accusés. Et il est arrivé aux mémes conclusions que moi! Il y a aussi Michel Gastaud [alors président de la cour d’assises de Douail, dans l'affaire d’Outreau bis [avec les fréres Danger et les soeurs Vandevelde]. C’est lui qui a obtenu qu’on condamne plus sévérement les accusés en appel, en 2007. Et ¢a a fait deux lignes dans les médias! Seul Le Point en a parlé, mais sans citer le nom des condamnés, alors que l'un des. fils Danger se trouvait parmi les victimes d’Outreau! Dans les trois mois Iégaux qui ont suivi la parution de mon livre, aucun des magistrats ou des acquittés que je mets en cause n'a osé me pour- suivre. Et ces personnes qui sé moquent des enfants recoivent objectivement l'appui de la presse, qui, en méme temps, n’a pas daigné se pencher sur mon livre, hormis La Chaine parlementaire (LCP), qui m’a regu en mars 2013. vt/A LA UNE Jl «Ce n’est pas un déni, c’est un refus de plonger dans Ihorreur» Y otal un épisode ou un événement qui, dans ce cloaque, vous @ marqué plus qu'un autre? Le témoignage qui m’a le plus touché, c'est celui de Gwendoline [Mourmand]. Elle a dénoncé son pére [Francois Mourmand, mort en prison avec une surdose de médicaments]. Sa tante [la sceur de Francois Mourmand] se baladait avec la photo de Mourmand a VElysée pour réclamer une indemnisation, alors qu’il avait violé sa fille et qu'elle le savait parfaitement! La petite a déclaré avoir été violée par quinze personnes, et [le procureur général Gérald] Lesigne n’a convoqué ni entendu personne! Il n'a rien fait et a fait signer un non-lieu, sans demander aucune enquéte! Alors que les déclarations de Gwendoline recoupaient et aggra- Les enfants avaient raison. Cest bien pire qu'on ne le croit: cing enfants dOutreau ont parlé de meurtres d'autres mineurs, vaient les déclarations aussi bien des enfants que des adultes accusés, qui, alors méme que Gwendoline parlait A la police, étaient jugés a Saint-Omer! Mais le rapport de police contenant ses déclarations semble avoir été mis aux oubliettes par Anne- Laure Sandretto, substitut du procureur Lesigne. Un jour, un magistrat du Nord-Pas-de-Calais m'a dit: « Mais monsieur, c'est presque cent pour cent des affaires en assises qui concernent ici des viols sur mineurs!» Sachant que l2-bas, les prisons sont déja pleines & craquer... pendant leurs expertises psychiatriques et méme apres les assises. Mais ces accusations de meurtre ont été séparées du proces! 11 Comment on a enterré les déclarations de Gwendoline Mourmand 220 février 2004, Claire Beugnet, responsable 16 violeurs. « Ses confidences, note Jacques Thomet, ocale de la Ditection de renfance et de la famille ‘constituent un véritable coup de tonnerre en plein (DEF) au conseil général du Pas-de-Calais, adresse un proces utreau »: mals elles ageravent tellement un « signalement dagressions sexuelles » sur Gwendoline —_gossier d’accusation déja pourtant « accablant » quielles. Mourmand (qui a alors 13 ans), son frére (8 ans) et ne seront pas prises en compte par le procureur Gérald ses deux sozurs (7 et 4 ans) au juge des enfants de Lesigne et son substitut Anne-Laure Sandretto. Et le Boulogne-sur-Mer. A partir du 10 mai, les quatre entants 7 juin, Sandretto appelle le cornmissariat de Boulogne Mourmand sont auditionnés par la police de Boulogne, pour dire aux policiers « attendie les nouvelles et en particulier Gwendoline, qui désigne nommément instructions »., NEXUS 91 maravnizoia 93 MH A LA UNE/sociere Il_y a peu de témoignages de tra- vailleurs sociaux dans votre livre, alors quils ont été en charge des enfants. Fai vu les travailleurs sociaux qui s‘étaient occupés des enfants d’outreau, en 2011. Plusieurs res- ponsables sociaux m’ont dit qu’ils étaient persuadés que les enfants avaient dit vrai, mais qu’ils ne vou- laient pas en parler, niétre cités dans mon bouquin, de crainte de perdre leur boulot! Les enfants avaient raison, C’est bien pire qu’on ne le croit: cing enfants d'Outreau ont parlé de meurtres d'autres mineurs, pendant leurs expertises psychia- triques et méme aprés les assises. Mais ces accusations de meurtre ont été séparées du proces! Le juge chargé de ce volet n'a jamais écou- té les enfants. Toutes les affaires paralléles qui touchaient Outreau ont été étouffées! Plus fort encore: les tribunaux, et méme la Chancel lerie, n’ont su me dire ot étaient les enregistrements des auditions des enfants! On peut redouter que ces enregistrements aient été dé- truits. Ce qui serait gravissime, car ils montrent la maniére outranciére et inadmissible dont les enfants ont été traités. En ragle générale, au plus haut niveau de l'état, on s‘est totalement moqué des enfants vio- lés, comme I'a confirmé le refus du président Hollande, aprés celui de Sarkozy, de recevoir les enfants reconnus victimes! Alors que les treize acquittés ont é€é recus par Villepin en 2006! Ny a done un avant et un apres Outreau? Sans généraliser, dans la plupart des cas, les enfants violés ne sont plus écoutés par les autorités. Je dispose d'un nombre incalculable d’exemples oi les mares, ayant por- té plainte pour abus, se voient reti- rer leur enfant pour qu'il soit confié 4 un foyer, ou méme au prédateur désigné... La garde est ainsi confiée au pére qu’elles ont accusé d'abus sexuels. En France, officiellement, il y a chaque année 15000 viols sur mineurs (d'aprés T'office national sur la délinquance). Mais quand on sait la difficulté pour un enfant de dénoncer un pére, un oncle, un Nexus 92 farsavrt 2004 54 Je dispose d'un nombre incalculable dexemples ot les meres, ayant porté plainte pour abus, se voient retirer leur enfant pour quil soit confié a un foyer, ou méme au prédateur désigné... cousin, un ami de la famille, etc., ‘on peut multiplier par 7 ou 8 ce chiffre de 15000. Outreau a décrété, & travers son jugement final, que les enfants sont des menteurs et qu'il ne faut pas les écouter. On a Vimpression qu'une véritable chape de plomb s'est abattue sur les en- fants. Il y a eu 56 enfants entendus dans l'affaire d’Outreau, en tant que victimes présumées de viol: 18 ont 6té convoqués au premier procés, et 12 reconnus officiellement vic- times, et indemnisés. Sur les 56, une trentaine sont aujourd'hui majeurs: Je les ai appelés a s'exprimer, & ‘dénoncer les crimes qu'ils avaient subis, et aucun ne s'est jusqu’a pré- sent manifesté auprés de moi, Pour- quoi? Parce qu’ils ont vu la maniére affreuse dont leurs copains avaient été traités, insultés, menacés, humi- liés pendant le procés. Des amis des enfants Delay n'ont pas pu se manifester, par peur d’étre soumis a la vindicte publique, traités de menteurs et accablés comme I’ont été les enfants au cours du procés de Saint-Omer. Je resois réguliarement des témoi- ‘gnages sur mon blog. Les méres qui dénoncent des viols limitent au maximum leur action, parce que leur conseiller juridique leur dit: « Si vous faites trop de bruit, on va vous retirer votre enfant, » Elles préferent attendre un geste de clémence du juge et obtenir une durée de garde prolongée... Pour finir, comment expliquez-vous cette « ambiguité » de la société dont parlent’ Homayra Sellier_ ow Serge Garde par ropport a la pédo- criminalité? Y voyez-vous un refus, voire un déni collectif? Cen’est pas un déni, c'est un refus de se plonger dans ’horreur. Quand tu regardes les dossiers médicaux... Les gens n'ont pas envie de savoir. Méme ‘chez les flics. Le rapporteur spécial de 'onu, Juan Miguel Petit, lavait re- levé dans son rapport de 2003: ily a une rotation levée des effectifs dans les équipes d'interpol chargées des affaires pédocriminelles en France, & cause des tentatives de suicide chez Jes enquéteurs... I Propos recueillis por Alexandre Rougé sociere/ALA UNE i? Interview Homayra Sellier, présidente d'Innocence en danger: « Ce qu’on fait aux enfants aujourd'hui en France, c’est un autre holocauste » Homevte Sellier a été nommée présidente d'innecence en danger par le directeur général de [Unesco en 1999. Cette puissante ONG, présente dans sept pays, se consacre @ la défense judiciaire et Ula prise en charge des enfants victimes de viols et d'agressions. Elle évoiue dans une réalité complétement ignorée des médias et du public. En voici quelques. apercus. Dans quoi Innocence en danger est-elle impliquée, aujourd'hui? Nous sommes en cassation suite au décés de Marina Sabatier, morte [en aoat 2009] aprés six ans de sévices par ses parents, six ans de manquements et d’irresponsabili- tés, alors qu'elle aurait pu étre sauvée cent fois, si les services concernés avaient fait leur boulot. Une soixantaine de témoins ont défilé A la barre, qui n’ont rien fait, qui n’ont rien dit, et elle en est morte. Ily a encore une dizaine de procés dans lesquels Innocence en danger est partie civile, actuellement. Apres l’éclatement de Vaffaire Zandvoort en février 2000, vous étes convoquée au ministére de la Justice par Dominique Perben, alors garde des Sceaux. Pour quelle raison? iy a des mamans frangaises dont les enfants avaient fait part d’actes de violence par Pun des parents, et les meres ont pensé que venir en Suisse leur permettrait d’avoir une protection quelconque et d’éviter que leur enfant soit confié au parent accusé d'agression. L'une de ces méres a été condamnée 4 un an de prison ferme pour « non-représentation denfant », alors qu’elle est partie en laissant derriére elle ses trois autres enfants, son travail et son toit! Cette femme fait partie de ces mamans qui ont subi le classement sans suite de leur dossier (81 plaintes/dossiers d'un seul coup, un record!), aprés la sortie des fichiers de Zandvoort. Je vois mal un étre humain quitter sa vie et son bien-étre s'il n'a pas une peur réelle pour son enfant! « Si je rentre en France, disait cette femme, mon enfant sera donné au pére et il 'a violé! » Je suis donc convoquée au ministére de la Justice sous prétexte que j'aiderais des mamans qui sont en fuite et en situation illégale, pour m’en expliquer! I y avait Dominique Perben, son épouse et son chef de cabinet. J’aurais pu étre accusée de complicité d’enlévement d’enfant... Alors, j'ai donné lexemple de cette maman qui m’a appelée a l'aide quand elle est arrivée & une gare en Suisse, par -12°C, qui avait tout quitté pour fuir le danger... Nexus 9 marae 201499 A LA UNE/ Et j'ai demandé & Mme Perben si, en tant que femme, mére et citoyenne, son devoir humain n'était pas de courir 4 son aide sans lui deman- der son dossier judiciaire avant. Ils mont laissée partir, il n'y avait rien adire, Peu aprés la sortie du dossier de Serge Garde, le procureur Yvon Tal- lec est au 20 Heures et interrogé sur les CD-ROM de Zandvoort. Et il ré- pond: « De toute facon, ces photos sont anciennes, ces enfants ne sont pas fran- ais, et en plus certains parents étaient consentants. » J'ai trouvé ¢a bizarre: A l’époque, la France ne disposait pas du logiciel de reconnaissance et de datation d'une photo. Alors comment pouvait-il répondre ainsi? Ou alors, ca voulait dire qu'il en savait beaucoup plus sur le dossier de Zandvoort. Comment pouvait- il savoir que certains des parents étaient consentants? Et méme s’il connaissait ces parents et les savait consentants, le fait de prostituer son enfant est-il légal en France? A Tépoque, j'étais encore A Unesco. Jappelle Yvon Tallec: jforganise une conférence 4 ['Unesco, et je lui dis que je souhaiterais sa présence. I me dit qu’il viendra A la condition qu'il n'y ait pas de journaliste dans la salle. I[arrive, accompagné de Claire Brisset, et je lui dis que j'ai des ques- tions a lui poser. La France a-t-elle le logiciel qui permet de reconnaitre TADN et la date d'une photo? Est-ce un probleme si les enfants n'ont pas Pair d’étre francais? Qu’est-ce que ca change? D’autant qu’il y a des Fran- sais parmi les consommateurs de ces images... Et comment savez-vous que les parents sont consentants? 1a- dessus Tallec se léve et me dit qu'il doit partir. Claire Brisset, pareil elle a un engagement ailleurs. Ils sont partis sans répondre. Quelque temps aprés, j'ai quand méme rappelé Tal- lec, qui était a la téte de la brigade des mineurs a Paris, pour demander un rendez-vous, qu'il m’a accordé. Je suis restée une heure et demie dans son bureau, II m’a dit, en résumé: « De toute facon, le dossier Zandvoort ne S‘ouvrira jamais », dans le style: « Ne vous fatiguez pas, c'est classé. » Avez-vous fait objet de pressions, de menaces? A Vépoque ot j'essayais de sortir Nexus 92 56 artSvii dos A lépoque de Zandvoort, une centaine de pédopsychiatres francais ont été radiés de POrdre pour avoir rapporté les sévices constatés sur les enfants! lune campagne d'affichage en France (2001), j'ai sollicité plusieurs minis- tres pour leur demander d’apporter leur caution car, & cette condition, les. imprimeurs me proposaient un tirage A titre gracieux. Le texte de l’affiche était sobre: « Quels sont les droits de Vhomme sans les droits de Yenfant? » Un matin, & Paris, j'ai regu un coup de fil sur ia ligne ‘de Pappartement que j'occupais, ligne qui était sur liste rouge et qui n'était connue que de mon mari et mes enfants. Je réponds donc tout de suite. Et je tombe sur un monsieur qui me dit: « Madame Sellier, Je travaille pour les institutions de Etat. Je vous ai vue dans les réunions oit vous caver sollicité le soutien de 'Etat pour votre campagne d'affichage. J'ai besoin de vous voir maintenant, d'urgence. » 11 était 10 heures du matin. J’annule un rendez-vous et on se retrouve dans un café une demi-heure aprés. Il arrive: une cinquantaine d’an- nées, lunettes, costume-cravate. Je Ini demande: ‘« Comment avez-vous eu ce numéro? — Nous sommes tres bien renseignés. » Et il ajoute: « Jai un conseil & vous donner: il ne faut pas trop déranger les choses. prends pas. - Vous étes intelligente. Cherchez un peu, vous comprendrez. » «Vous me menacez? ai-je demandé. « Prenez-le comme vous voulez. Notre Dans aucun autre pays, jamais, au grand jamais, on n’aurait décerné un prix littéraire @ quelquun qui écrit « Je sodomise des gamins »! socieTte/A LA UNE rencontre s‘arréte Ia. Je ne vous ai jamais appelée, nous ne nous sommes jamais vis, » Je me suis mise & sangloter: j'essaye daider les enfants violés, et je recois ce genre de mise en garde... Mais quand Jenai parlé & des amis, des journalistes, Jai compris que, quand on fait ce tra- vail, on se crée des ennemis. Le jour of j'ai dit « oui» & 'Unesco pour conduire Innocence en danger, J'ai pensé stupidement que j'aurais tout Je monde avec moi. J'ai mis des années 4 comprendre que j‘étais dans un réve, que j'étais naive et qu'il y avait du cover-up, des complicités, de la corrup- tion, des couvertures... Pour moi, ce su- Jet est le dernier tabou de I"humanité, En fait, tout se passe comme si les services de I'Etat voulaient étouffer la réalite? A lépoque de Zandvoort, une centaine de pédopsychiatres francais ont été radiés de Ordre pour avoir rapporté Jes sévices constatés sur les enfants! Et aprés, vous dites 4 un médecin: «Mais faites un signalement! » Eh bien non... ils ont peur. Méme ceux qui voudraient faire leur boulot correcte- ment, ils ont peur. On dépense plus de 7 milliards d’euros par an pour la protection de l’enfance: oit va cet argent, alors que deux en- fants meurent de maltraitance chaque jour en France, et qu’il y a tellement de non-lieux et de dossiers classés sans suite? Certains de nos respon- sables politiques et législateurs - ceux gui ont décidé de piétiner tous ces lossiers et les problémes liés & la pro- tection de l’enfance - se permettent de penser pour tout le monde et d’injec- ter cette pensée, de limposer a l'en- semble de la société francaise. Puisqu'il n'y a pas d’enfants violés en France, alors c’est que les enfants mentent, évidemment! Est-ce que les enfants francais naissent menteurs? Y a-t-il un probléme génétique? Les béances anales, c'est qu’on est constipé... Quand on attrappe une MST 4 Page de 1.an A la cr8che... Dans n’im- porte quel pays, un mur de protection s’érigerait autour d’un enfant qui pré- sente ces symptémes. Votre ONG est présente dans sept pays. La France est-elle vraiment un cas @ part? La France est un pays extrémement ambigu sur la question, Vous avez d'un Nexus 91 marsavitzous 57 MH A LA UNE/socigre cété des déclarations de bonne volonté politique, et les citoyens semblent sur la méme ligne que moi (un enfant n'est pas un par- tenaire sexuel, etc.). Et d'un autre cété, ily a des ambiguités sur des cas avérés, comme Iattribu- tion du prix Renaudot en 2013 a Gabriel Matzneff. Nulle part une telle chose ne serait possible, Dans aucun autre pays, jamais, au grand jamais, on rn’aurait décerné un prix litté- raire quelqu’un qui écrit « Je sodomise des gamins »! Le jury de ce prix, me sembie-t-il, est composé de personnalités de I'élite intellectuelle frangaise. Connais- sant la réalité de la vie de Matzneff, dont il se vante publiquement, Vattribution de ce prix est indé- cente dans un pays qi se veut la patrie les droits de "homme et se permet de donner des le- ons de moralité aux autres! Vous en avez gros sur le coeur vis- avis des Francai: Nos campagnes de prévention, qui marchent dans d’autres pays, sont jugées « trop » pour la France, Les Frangais sont-ils un peuple aussi niais, aussi fleur bleue? Je trouve ga tres humiliant, pour le peuple francais, d’étre considéré comme un ramassis d'idiots. Si on leur prend une heure de leur temps de congé, ils descendent dans la rue, mais quand on viole et qu'on tue les gosses, ils s'en foutent! Alors, soit les Francais sont complete ment stupides, en effet, soit il faut qu’lls se fassent entendre| Ils sont anesthésiés, lobotomisés par les problémes de leur vie quoti- dienne, Le meilleur moyen d’avoir la paix, en effet, c'est d’endor- mir les gens avec des impéts, des sujets de bas étage... et voila un peuple inerte, sourd et aveugle sur Pessentiel. Le sujet ne fait-il pas plutet peur? Certains amis - qui ne sont plus des amis, d’ailleurs ~ me disaient; « Mais pourquoi tu parles de ga? S'il Nexus 92 Rarsaviit 2018 58 te platt, arréte de parler de ca, ca me fait peur!» C'est symptomatique d'une so- ciété peureuse qui se cache derriére ses doigts. On est trés loin des Francais qui ont fait la Révolution et beau- coup plus proches des Francais dil y a soixante ans qui étaient & vendre et & acheter. J’ai fait ma thése de fin d'études sur l'holocauste, et méme si je n’aime pas faire de paralléle avec un sujet aussi grave, je pense que ce que Ton fait aux enfants en France aujourd'hui, c'est un autre holocauste. Avec des responsables qui, comme avant, regardent ail- leurs. C'est une honte, c'est un crime contre I’humanité, et nos silences nous rendent complices de ces actes. ‘Au sein d'lnnocence en dan- ger, vous recueillez donc la parole des victimes... Nous recueillons les en- fants et les parents pro- tecteurs, nous écoutons leur misére, leur vie bri- “33 sée. Nous constatons qu’en grandissant, ces enfants deviennent effectivement ~ pas tous, mais certains - des bombes a retar- dement. Peut-on le leur reprocher? Vu la manitre dont ils ont été bafoués... Un garcon de 5 ow 6 ans a révélé a la jus- tice, A travers un médecin et sa mére, ‘ce que son pére et les amis de son pére faisaient avec lui. Le procs se solde par un non-lieu et l'enfant est obligé de voir son pére un week-end sur deux! Quand on 'emmenait a la gare pour prendre le train et aller chez son pére, il vomiss il fallait le trainer par terre pour quil monte dans le train... Ensuite, il s'est défenestré deux fois... Et il a fini par me dire: « Homayra, je n’aurais jamais dit parler.» Parce qu’il avait &é confié & son pére. Et A partir de 12 ans - parce qu’apris cet age, évidemment, ce n'est plus du godt de certains prédateurs -, le pire a renoncé & la garde et il a été rendu a sa mére, La moitié de ces enfants deviennent des Nos campagnes de prévention, qui marchent dans dautres pays, sont jugées « trop » pour la France. Les Francais sont-ils un peuple aussi niais, aussi fleur bleue? Je trouve ca trés humiliant, pour le peuple francai: délinquants. il est hypocrite de par- ler diinsécurité quand on traite les citoyens et les enfants de cette ma- niére! Lorsqu’il y a eu les émeutes [de banlieue, en novembre 2005], Tune des victimes dont je m’étais occupée, qui avait été contrainte de vivre avec celui qui l'avait vio- Iée, m’a avoué avoir pris part & ces émeutes. J'ai voulu lui faire la morale! Ft il me dit: « Mais Homayra, avec le calvaire quej'ai vécu, a t’étonne que je ne crois plus en rien? » Les né- gligences et I’ignorance des enjeux de ce probléme sont criminoganes. Vous avez aussi alerté les autorités & propos de la cyber-pédocriminalité... Mon premier livre, en 2000, s‘appe- lait internet : le paradis des pédophiles. « Povrallr psn. * S _Melcine Gusrn, Stop ux volonoes soe. imeriekaumaigue og done c68 cores aul parent, 2011 = ‘Patek Dupuis hoa des pensabls, 013 ‘Alco Miley, C's! pour tn bie, bis 1985 i‘ Homaya Selir et Serge Gorde, Eaguéle sur oe Socks gut conscmme des enn Le {eli din sleep we oproch {an dion sience- Pélopilie, one operoche difrnte, AD? Batons, 2008. loife Berean, Ange Bleu - Pedi stp’ rks rs Roce Jiai mis des années a comprendre que jétais dans un réve, que jétais naive et quil y avait du cover-up, des complicités, de la corruption, des couvertures... Pour moi, ce sujet est le dernier tabou de Phumanité. Sis { “= sopapsiolencessenillescom ‘voanget com see, “wwe lavoudelefont org amocencoendngecors Pcophiio: do la pulsion& Hint, Yer Delev, 2011 e.g seit ‘dons la quosion des obus Sane fe mende dy socitrt/A LA UNE tly ajuste quatorze ans qu'on crie dans le désert pour pouvoir intervenir dans les écoles et accompagner les enfants, les parents et les enseignants sur les risques de cet outil merveilleux. Ce que Manuel Valls a découvert le 11 janvier dernier lors d'une visite & Rosny-sous- Bois [chez les cyber-gendarmes], jen avais fait la démonstration au Sénat en 2002. Jai rencontré tous les ministres de T’Education nationale. Une année, aprés moult efforts, je rencontre un membre de la famille du ministre de ’époque. i me promet d'aider Innocence en danger, que notre logiciel de protec- tion va étre étudié par le ministre... Je dépose un dossier sous forme de CD- ROM et j'attends la réponse. Puis ce contact me demande un rendez-vous seule & seul. Je crains ces rendez-vous. En général, c'est soit de la drague, soit une demande non avouable en public. C’était la deuxigme option: il me de- mandait le versement de 20000 euros ar mois sur un compte en Suisse, hors frais de voiture et de restaurants, en. deux mots, budget illimité! J'ai refusé, et quelques jours aprés, j'ai été contac- tée pour aller chercher les documents que j'avais donnés, qui mont été ren- dus en miettes... Que pouvez-vous encore souhaiter, dans un tel marasme administratif et judiciaire? Je souhaite voir les Francais courageux se joindre @ nous, qu’ils sortent de ce silence coupable, de cette indifférence ache, Les Marocains ont fait annuler la décision de deux rois au sujet d’un pédo- criminel. Respect au peuple du Maroc | A quand une réaction d’envergure sur le sujet en France ? i Propos recueillis par Alexandre Rougé ‘Hudes sur les effets des obus 9 Bie ais seco A en. cece clacton Pac ‘oreol Dende moyphelogy +, Cane lison, Melinda Miler & Bice © McEwen, 2006. = Tho ffs of malecinnt and Neuroendoetin region on Memon Nicene fie Coden 8 Velerine, 2066,