Cabriès, le 5 novembre 2015

Communiqué d’Hervé FABRE-AUBRESPY, Maire de Cabriès,
Vice-Président de la Communauté du Pays d'Aix, Vice-Président de l'Union des Maires
La métropole d’Aix-Marseille-Provence commence dans l’illégalité
Le 14 octobre dernier, Sylvia BARTHÉLÉMY, présidente de la Communauté d’Agglomération du
Pays d’Aubagne et de l’Etoile, a décidé de convoquer le premier conseil de métropole d’AixMarseille-Provence, pour une séance publique le lundi 9 novembre à 9h30 consacrée à l’élection
du Président et à la détermination du nombre de Vice-Présidents de la métropole.
Cette convocation est à la fois prématurée et incomplète :
-

Prématurée parce que les territoires qui doivent être délimités à
l’intérieur de la métropole ne sont, à l’heure actuelle, pas connus : le
décret en Conseil d’Etat qui doit fixer leur nombre et les communes qui
les composent n’est pas encore publié. De ce fait, les présidents des
conseils de ces territoires, qui peuvent être choisis parmi les conseillers
communautaires qui n’ont pas été désignés membres du conseil de
métropole par leur commune, n’ont pas encore été élus. Or, ils seront
« de droit, vice-présidents du conseil de la métropole » (article 50 de la
loi NOTRe du 7 août 2015). Comment peut-on réunir une assemblée
délibérante avant que tous ses membres ne soient connus ?

La convocation aurait donc dû être précédée, une fois les limites des territoires
de la métropole fixées, de l’élection des présidents des conseils de ces
territoires. C’est pour la même raison que je me suis associé au recours et au
référé de la commune de Pertuis contre l’arrêté interpréfectoral du 1 er
septembre 2015 constatant le nombre et la répartition de sièges du
conseil de la métropole d’Aix-Marseille-Provence.
-

Incomplète parce que, si la loi NOTRe a effectivement prévu qu’un des
six
présidents
des
établissements
publics
de
coopération
intercommunale fusionnés pour constituer la métropole d’Aix-MarseilleProvence au 1er janvier 2016 pouvait convoquer le conseil métropolitain,
c’était « aux fins de procéder à l'élection du président et des membres
du bureau, ainsi qu'à toute autre mesure d'organisation interne ». Dès
lors que Sylvia BARTHÉLÉMY a décidé de mettre en œuvre cette faculté
que lui a donnée la loi, elle ne pouvait le faire que sur un ordre du jour
comprenant à la fois l’élection du président et celle des membres
du bureau de la métropole.

En conséquence, j’ai décidé de saisir le tribunal administratif de Marseille d’un
recours en annulation de la décision prise par Silvia BARTHÉLÉMY le 14
octobre. Pour donner tout son sens à ce recours, j’ai demandé en référé que
cette décision soit suspendue, afin de permettre une nouvelle convocation

ultérieure respectant les conditions fixées par la loi. Les deux référés seront
examinés ce vendredi 6 novembre à 10h30 par le tribunal.
Le premier président de la métropole d’Aix-Marseille-Provence ne
peut pas élu dans des conditions irrégulières.