Vous êtes sur la page 1sur 45

Témoigner

du

spirituel

Par Patrice

SAUVAGE

De la nécessité

dimension

de (re)trouver

une

spirituelle

pour aujourdhui

De la manière

de témoigner

dune

telle

dimension

CeCe

documentdocument

répondrerépondre

Face

deuxdeux

aux

tentetente

dede

questionsquestions

évolutions

en

cours,

la

crise

de

nos

sociétés,

la

redécouverte

de

la

dimension

spirituelle

nest-elle

pas

nécessaire

?

Mais

comment

en

témoigner

?

Ne

serait-ce

pas

en

montrant

que

le

chemin

spirituel

est

une voie dépanouissement notre humanité ?

pour

 

Pour

tenter

de

répondre

ces

interrogations,

je

mappuierai

sur

deux

de

mes

ouvrages

qui,

précisément,

abordent

ces

sujets,

en

essayant

 

dune

part

de

les

actualiser

avec

une meilleure

prise

en

compte

 

de

la

dimension

écologique

 

-

et

dautre

part

dy

intégrer

la

pensée

de

René

Macaire,

dont les intuitions

sont

justes

mais

se

situent

trop

exclusivement

dans

un cadre

chrétien.

Patrice

Redécouvrir

Sauvage

- Juin 2012

la dimension

spirituelle

: une nécessité

dans

le contexte

actuel

UnUn choixchoix déséquilibrédéséquilibré

 

Dans

Les deux sources

de la

morale

et

de

la

religion 1,

Henri

Bergson

met

en

évidence

le

fantastique

élan

donné

lOccident

la

àquelques initiés

par

le

christianisme

la

en

la

qui,

et

en

désacralisant

émerger

libéré

créateur.

nature

en

faisant

a

potentiel

dès

conscience

lhomme

individuelle,

son

Cette

dynamique,

Age,

lui

le

sur

initiée

le

Haut

Moyen

selon

:

pouvait

deux

déboucher

de

matériel

mainmise

maîtrise

des

qui

étant

types

processus

ou

sur

la

de

choses

soi

2.

»

a

été

développement

mystique

»

ou

,la

la

«

«

indépendant

la

voie

quête

les

qui

Cest

choses

rende

première

privilégiée

seconde

réservée

à

les

la

les

retirés

juste

pouvoir

il

survie.

faut

Il

du

monde

et

cela

peut-être

car pour

titre,

estime

Bergson,

vie

se consacrer

pouvoir

être

la

libéré

spirituelle

souci

de

du

en

est

résulté

matériel

absurde

sur

le

de

prodigieux

lOccident,

développement

dont

il

serait

mais

de

on

nier

peut

bienfaits,

présent

grille

années

lequel

en

s interroger danalyse

70

par

Ivan

dun

reprenant

dans

proposée

Illich

certain

« horizontale

: ne peut-on

seuil

dire

voie strictement

quau-delà

cette

», livrée

elle-même,

a

fini

par

produire

plus

de

dégâts

que

davantages

?

L

«

autotechnogenèse

»,

expression

chère

René

Macaire,

expression

ont

produit

chère

un

et

l

« éco-règne

»,

Maurice

Bellet 3,

mode

de

développement,

 

marqué

par

lexplosion

de

la

pauvreté

et

par

la

crise

écologique,

qui

semble

actuellement

dans

limpasse.

 

Plus

fondamentalement

encore,

cette

fuite

en

avant

dans

le

« progrès

» matériel

se

traduit

par

une

déshumanisation

dont

on

peut

relever

les

caractéristiques

suivantes.

LaLa crisecrise dede lala personnepersonne

La

grille

de

lecture

années

que

que

4

jutilise

été

depuis

inspirée

appelle,

Lenracinement 5,

plusieurs

par

dans

ce

ma

Simone

livre

identifie

Weil

son

qui

ce

quelle

appelle

des

besoins

de lâme

cest-à-dire

les

besoins

dordre

psychologique

que

doit

satisfaire

chacun

dentre

nous

pour

sépanouir

pleinement,

personne

pour

accomplie.

devenir

Alors

une

que

globalement

moyennant

une

juste

répartition

des

richesses

nous

ne

devrions

pas

avoir

de

besoins

matériels,

le problème

politique

n°1

est

celui

de

linsatisfaction

personnelle

de

beaucoup

sujet, selon le sociologue

Honneth 6. Ces besoins sont

sens de trois

de

nos

contemporains

allemand

ordres

:

ce

Axel

mon

dans

-

un

une

besoin

sorte

d enracinement

de

sécurité

intérieure,

dans

une

identité

bien

affirmée,

un

lieu

fondateur

:

la

confiance

en

soi

que

donne

généralement

une

famille

aimante,

limpression

dêtre

reconnu

tel que

lon

est

;

-

les

quanimal

autres

un

et

besoin

avec

le

de

relation

monde

: en

social,

lhomme

ne peut

avec

tant

vivre

sans

proximité

liens

ou

interpersonnels

daffinités

et

de

sans

se

sentir

partie

prenante

plus

globalement

dune

société

;

1 PUF 1932.

2 Ibid., p.320. 3 Cf. son livre La seconde humanité,

4 Cf. limpératif spirituel, chapitre I.

5 Gallimard

1949.

Desclée

1994.

6 Cf. son livre La lutte pour la reconnaissance,

Cerf 2000.

 

2

-

un

besoin

de

sens ,dune

dimension

qui

va

orienter

sa

vie,

en

lui

donnant

une

direction

et

une

signification,

et

le

faire

grandir

vers

ce

que

Paul

Ricoeur

appelle

son

«

identité-promesse

7 ».

 

Or,

sur

ces

trois

registres

se

manifeste

une

crise

de

la

personne.

En

ce

qui

concerne

le

premier

point,

on

peut

mettre

en

évidence

la

pression

qui

pèse

sur

lindividu,

avec

le

culte

de

la performance

et

l

«

injonction

 

être

soi

»

qui

fragilise

tant

de

nos

contemporains

8,

si

bien

quune

partie

dentre

eux

sengagent

dans

des

approches

identitaires

et

sectaires.

Quant

la

relation,

elle

est

pervertie

par

lambiance

de

compétition

et

ce

que

René

Girard

appelle

la

« rivalité

mimétique

» 9,

d

des

attitudes

de peur

et

la

désignation

de

boucs

émissaires

 

comme

on

la

vu

dans

la

dernière

campagne

électorale.

Enfin,

il

y

a

chez

beaucoup

une

crise

du

sens 10

: on

nattend

 

pas

grand-chose

de

la

vie,

ni

une

progression

sociale,

ni

le

« grand

soir »,

l échec

des

idéologies

et

le

lespérance

violence (souvent

que traduire limpuissance de chacun.

désenchantement

11,

d

religieux

ont

tué

des

flambées

de

sur

soi)

qui

ne

font

ArticulerArticuler ll’’individuindividu

etet lele «« vivrevivre

ensembleensemble

»»

 

Cest

le

défi

qui

résulte

de

la

crise

de

la

personne

et

que

souligne

René

Macaire.

La

valorisation

du

sujet

est

un

acquis

du

christianisme

dommage

bout,

individualisme

de

elle

sur

lequel

il

serait

revenir

débouche

mais,

poussée

sur

un

incompatible

avec

une

« société

ouverte

» 12,

avec

un

«

vivre

ensemble ». Encore conviendrait-il

de

ici

parler

dun

« vivre

ensemble

avec la

nature », que

toutes

ces

analyses

y

compris

oublier

manifeste

chacun

catastrophe,

mais

la

:

mienne

la

-

ont

eu tendance

actuelle

crise

écologique

bien

soi

non

clairement

»

nous

que

conduit

le

«

la

pour

seulement

sociale,

planétaire.

 

Alors,

que

faire

?

Il

y

a

la

solution

de

la

solidarité

imposée,

dont

on

a

vu

avec

les

régimes

communistes

que

non

seulement

 

elle

opprime

les

personnes,

mais

quelle

les

mine

de

lintérieur.

Il

peut

y

avoir

un

projet

mobilisateur

commun

qui

redonne

du

sens

 

chacun

et

lengage

au-delà

de

son

seul

intérêt

personnel

souci

des

militance

pour

de

»

:

ce

notre

démunis.

aura

dépasser

peut

être

justement

ou

le

planète

encore

cette

«

plus

Cependant,

de

besoin

une

sappuyer,

approche

volontariste

et

ne

pas

sépuiser

un

« tonneau

des

danaïdes

une

conversion

:

la

mutance

» 13,

de

telle

sur

ses

acteurs,

appelés

passer

dun

«

moi

autarcique

»

ce

que

René

appelait

un

« moi

en communion

».

Ce

changement

 

dattitude

repose

selon

lui

sur

la

relation

profonde

de

chacun

une

transcendance

cest-à-dire

la

dimension

spirituelle.

Celle-ci

est

définie

de

manière

large

dans

la

charte

de

«

Démocratie

et

Spiritualité

»

la

suite

de

Maurice

Bellet

:

«

ce

qui

fait

appel

lintériorité

refuser

saccomplir

de

linhumain

lhomme

,lui fait

,linvite

dans

une

recherche

de

transcendance

et

donner du sens

son action

,le

met

lécoute

des

autres et le porte

recevoir »

donner ,échanger

7 Cf. son livre Soi-même comme unautre, Seuil 1990.

8 Cf. Patrick Boulte, Individus enfriche, Desclée 1995. 9 Cf. son livre Des choses cachées depuis la fondation du monde, Grasset 1978. 10 Cf. Jean-Baptiste de Foucauld et

Denis Piveteau, Une société enquête de sens, Odile Jacob

La force de conviction

1995.

Seuil 2005.

12 Expression

11 Cf. Jean-Claude

Guillebaud,

de Bergson

reprise

par R. Macaire.

13 Mythe grec commenté par Marcel Légaut dans son livre Intériorité et engagement, Aubier 1977.

Témoigner

redonner

3

du spirituel

pour

foi en lhumanité

En

définitive,

cette

crise

de

la

personne

traduit

son manque de foi :

la

foi

en

soi,

la

foi

en lautre,

la

foi

dans

lavenir.

Cest

cette

foi

anthropologique,

Christoph

élémentaire

découvrir

que

le

qualifie

théologien

d«

devons

afin

de

Theobald

» 14,

(ou

que

nous

redécouvrir)

qui àmon

faire

exigent

cest

dimension

souligne

catholique

dans

«

face

aux

un

défis

de

homme

la

notre

temps

».

de

qui

Or,

la

le

debout

finalité

précisément

spirituelle,

comme

dans

de

qui

note

actuellement

notion

lEglise

« pastorale

la

dengendrement » 15

que

cétait lattitude permanente de Jésus.

Cest ainsi quil nous faut en témoigner.

TroisTrois poupéespoupées

est

la

russesrusses

métaphore

Telle

que

jutilise

mon

second

ouvrage,

avis

rend

possible

darticuler

vie, avec

la

la

foi

en

dimension

lhumanité,

spirituelle,

en

la

ainsi

quavec

éventuellement

la foi religieuse.

La

première

poupée

russe,

cest

précisément

 

cette

foi

en

lhumanité

 

que nous

sommes

invités

exprimer

dans

notre

attitude

envers

lautre,

envers

nous-mêmes,

 

envers

lavenir,

le

sens

de

notre

vie. Comme

lécrit

Maurice

Zundel,

«

ce

que

lexpérience

nous apprend ,cest que

la foi la plus difficile cest la foi en

lhomme

pour cela une espèce

.Croire en lhomme

: il faut

16

.

»

dhéroïsme

Et pourtant,

cet

acte

de

foi

si

risqué,

si

anthropologique

lexistence

utopique,

est

une

composante

de

homme,

Nest-ce

du

bébé

fondamentale

:

« crédit

être

» 17.

mouvement

humaine

faire

cest

pas

croire,

le

premier

envers

sa

mère,

«

le

moment

démergence

de

lhumanité

elle-même

» 18

?

garder

Cependant,

une

telle

pour

attitude

pouvoir

et

la

développer

malgré

celle-ci

tout

au long

les

multiples

réserver

va nous

de

notre

épreuves

vie,

que

(pour

certains

à

qui

qui

des

dès

le

début

: par

exemple

doit

séparer

de

leurs

nous

faudra

un

ressort

dynamisme

qui dune

nous

dépasse

:

spirituelle

russe

cachée

,ma

dans

lui donne

ceux

quon

il

parents),

intérieur,

un

certaine

la

manière

cest

dimension

poupée

mais

deuxième

la première,

19.

son souffle

ma

plus

Quant

encore

troisième

intérieure,

poupée

ce

sera

russe,

une tradition spirituelle

va

donner

spiritualité,

points

de

sa

en

particulière

la

couleur

lui

proposant

correspondant

repère

àmon

contexte

cest

tout

pratiqué

cest

»

il

foi

notre

actuel.

la

en

culture,

Dans

mais

mon

aussi

cas

jai

au

précis,

foi chrétienne

louvrant

»

au

20

mon propre

de

que

retenue,

«

dialogue

intra-religieux

dans

chacun

son chemin

que

jai

itinéraire,

et

de

mais

discerner

spécifique.

lesprit

finalement

bien

de

la

en

« bricoler

Dans

de

très

valoriser

la

vie,

cette

laïque,

cette

métaphore

sagit

en

donc

lhumanité,

chacun

qui

lui

recourant

correspond,

spiritualité

sans

mais

laquelle

sens

il

est

bien

difficile

de

tenir

présent

caractéristiques de ces deux poupées cachées en nous-mêmes.

Abordons

les

14 Dans

Bayard

15 Cf. Ph. Bacq et Ch. Theobald (dir.), Une nouvelle chance

pour lEvangile/Vers une pastorale dengendrement

Lumen

résurrection, Anne Sigier 1995, p.23.

17 Arnaud

son livre Transmettre unEvangile de liberté 2007, p.17.

Vitae/Novalis/LAtelier

2004. 16 M. Zundel, Vie,mort

Corbic, Lincroyance,

une chance pour la foi

? Labor et Fides 2003, p. 15.

18 Marie-Abdon

2004.

19 Rappelons

pour « souffle

20 Expression

Le dialogue intra-religieux,

Santaner,

Qui est croyant ? LHarmattan

que

» et

utilisée

le grec

« esprit

et lhébreu

».

utilisent

le même

mot

par Raimon

Aubier

Panikkar

1985,

dans

pour

son livre

évoquer

un

!

à

par la

dede

que

dialogue

vécu

dans

une pratique

commune,

plus

que

parole.

4

LesLes

troistrois

dimensionsdimensions

lala spiritualispiritualité té

Dans

mon

livre,

jai

trouvé

les

« trois

con

»

-

devise

de

Jean Bellut

sont

une

pertinente

de

désigner

composantes

mon ami

manière

les

de la vie spirituelle.

Il

y

a

dabord

cultiver

 

conscience

du

divin

en

soi

:

spirituel

nest

pas

extérieur

la

le

lhomme,

il

en

fait

partie,

comme

la

souligné

notamment

Karlfried

Dürckheim

en

relevant

que

chacun

dentre

nous

ou

lautre

est

confronté

un

un

« moment

jour

numineux

»

qui

réveille

en

lui

sa

dimension

spirituelle 21.

Il

faut

rejeter

lapproche

dualiste

encore

dominante

dans

notre

civilisation

chrétienne

pétrie

dhellénisme,

qui

tend

lui

substituer une anthropologie

l homme est « corps/âme/esprit »,

lâme

opposer

le

corps

et

lâme,

et

ternaire

étant

notre

psychè

(émotions,

:

pensée)

et

lesprit

cette

trace

du

divin

en nous,

quon

peut

appeler

aussi

le

« c œ ur

profond

» ou la

« fine

pointe

de

lâme »

(Maître

Eckard).

Cest

cet

« esprit

»,

cette

« transcendance

dans

notre

immanence

» qui

va peu

peu,

si

nous

entrons

dans

une

démarche

de

nous

unifier

connaissance

vers

notre

intérieure,

«

identité-promesse

».

des

Il

y

a

ensuite

traductions

du

la

latin

confiance ,une fides .Il sagit

davoir

confiance

dans

cet esprit

qui

est

en

nous,

donc

découter

ce

qui

vient

de

nos

profondeurs,

ce

que

nous

enseignent

les

événements

de

la

vie 22

et

qui

peut

nous

surprendre 23.

Il

faut

également,

sans

être

pour

autant

naïf,

faire

confiance

lautre

: lui

aussi

est

habité

par

le

divin

et,

même

sil

a

pu nous décevoir,

il faut

espérer

en

lui.

Croire

aussi

en

lavenir

(certains

diraient

:

en

la

Providence),

sachant

que

lespérance

se

situe

un

autre

niveau

que

lespoir 24

:

qui

aurait

par

exemple

osé

imaginer

la

chute

du

mur

de Berlin

?

Enfin,

il

y

a

la

constance

,quon

peut

rapprocher

de

la

fidélité,

autre

traduction

de fides .La vie

spirituelle

ne

consiste

pas

en

parler,

mais

avant

tout

la

sérieusement

former,

en

pratiquer,

sy

:

étant

cela

suppose

accompagné,

engager

de

et

sy

de

sy

exercer

régulièrement

sans

 

tomber

non

plus

dans

la

rigidité

 

!

Cest

le

sens

profond

du

mot

«

ascèse

»

:

vivre

le

quotidien

 

comme

 

exercice 25,

cest-à-dire

prendre

 

des

temps

de

méditation

ou

de

prière

et

cultiver

notre

attention

par

rapport

nous-mêmes

26.

André

Chouraqui,

dans

à

ou

sa traduction

linterpellation

« hommes

de

situons-nous

ladhésion

« collons-nous

de

la Bible,

foi

:

ses

» par

nous

traduit

disciples

« nains

de

peu

Jésus

»

de

27

de

ladhérence

simplement

un

de

?

dans

ou

être

message

notre

»

tout

un

chemin

spirituel

SS’’enracinerenraciner

dansdans uneune traditiontradition

Cette

va

de

tradition,

fournir

religieuse

de

partir

non,

points

nous

nous

repère

précieux

desquels

pourrons

nous

ouvrir

dautres

contexte

de

textes

je

vous

traditions,

actuel

qui

ainsi

quau

rend

nécessaires

des

nouvelles

interprétations

fondateurs.

propose

Personnellement,

critères

dune

cinq

spiritualité

juste

pour

notre

temps,

mais

aussi

pour

nous

qui

sommes

des

Occidentaux.

 

21

22

23

Cf. son livre lhomme et sa double origine, Cerf 1983.

Dürckheim disait : « l événement est notre maître ».

Il faut cependant discerner ce qui est juste en utilisant

aussi notre

raison.

24 Cf. Pierre-Yves

Presses

25 Cf. K. Dürckheim,

quotidien comme exercice, Courrier

Emery, Le souffle de lespérance

1985.

Pratique de la voie intérieure/Le

du Livre

1969.

de Taizé

26 Cest la question « qui suis-je » que Ramana Maharshi se

posait

Ramana Maharshi, Dervy 1987). 27 Mt 8, 26 in A. Chouraqui, La Bible, Desclée 1989.

chaque

instant

(cf. Henri Hartung, Présence

de

5

 

Dabord,

en

lien

avec

le

thème

de

lenracinement,

 

lindividuation

terme

utilisé

par

Jung

et

quil

faut

bien

distinguer

de

lindividualisme.

 

Il

sagit

dapprendre

se

connaître,

avec

ses

limites

mais

aussi

ses

talents,

 

pour

peu

peu avancer

vers

le

« je

»,

cette

identité-promesse

que

nous

sommes

appelés

exprimer

dans

notre

vie.

Peut-être

au

départ

peut-on

craindre

chez

certains,

avec

René

Macaire,

un

certain

narcissisme,

mais

on

doit

croire

que

si

cette

quête

est

authentique,

elle

ne

peut

déboucher

que

sur

un

« moi

en communion

».

Ce

chemin

dintériorité,

qui

se

vivra

notamment

par

la

méditation

silencieuse,

pourra

utilement

 

être

complété

 

par

les

sciences

humaines