Vous êtes sur la page 1sur 3
Epoque Exclusif “-. Rie ¢ 4 §3 hem q -™% i a 4 Nad, Mus nes i ¥ ai 5 RM AL Ee Waele Mat ae a air a PEA SEN ett . _ EX-MINISTRE FRANCAIS DE S’ETRE LIVRE A LA PEDOPHILIE AU MAROC. DEPUIS, UNE ENQUETE A ETE DILIGENTEE ET CLASSEE SUSI Sam i ya eae) a DUO a CaaS S’agit-il d’un scandale majeur ou d’une rumeur ayant gangrené les plus hauts sommets du pouvoir ? ix-huit mois dinvestiga- tions, prés d'une vingtaine de témoins auditionnés, parmi lesquels un ancien ministre, des diplomates de haut rang, desresponsables policies, plusieurs journa- listes et méme un ecclésias- tique,et,au terme d’efforts menés a Paris, dans le sud de la France et a Mar- rakech. sans suite. C'est a maigre récolteengrangge par Ia Brigade de protection des mineurs de Paris, chargée, depuis juin 2011, d'une enquete sur Pexistence possible de réseaux pédophiles aur Maroc impliquant des personnalités francaiss. A Vorigine de cette procédure, une dénoncia- tion publique fracassante, celle de Luc Ferry, philosophe et ministre du gouvernement Ralfarin de 2002 2004. Souvene7-vous done 30 mai 2011, devant les caméras du « Grand Journal » de Canal Laffare du Sofitel débou- onnant Dominique Strauss-Kahn vient d’écla- ter. Le climat est propice aux révélations. Ce soir-I Pex-ministre de Education nationale Luc Ferry déclenche une nouvelle tempéte tun classement médiatico-judiciaire en déclarant qu'un « an- cien ministre ses fait poisser a Marrakech lors une partouze avec des petits garcons >. VSD a reconstitué Fenquéte menée par les policirsfrangais. Au début de Fautomnne 2012, tun rapport judiciaire dresse le compte rendu. des investigations, Rumeursconnues maisnion Vvérifiges, éitsindirects ou dépositions fantai- sistes: ce document confidentiel, que VSD a consulté, préfigure le classement sans suite qui interviendra fin novembre. Tout ca pour ¢a? S‘agit-il d'un scandale majeur que ron cherche a élouffer ? Ou bien est-on en présence dune rumeur élaborée qui gangrene depuis des années les sommets du pouvoir? Revenons a Luc Ferry: sur Canals, il s'est @abord abrité derrigre mn entrefilet publié dans Le Figaro magazine" deux jours avant son esclandre, article évoque «aun ancien ministre francais », surpris par des policiers de Mar- rakech ors d’« une descentenocturnedans une villa la palmeraie oi une fe spéciale bat son plein», Vaffaire lui aurait ét¢« racontée pares, plus hautes autorités de PEtat, en particulier parle Premier ministre » Danse Tout-Paris médiatico-politique,cha- ‘onnaitre la personnalité visée. Pour lesuns il Sagirait de Jack Lang, ciblerécurrente derumeurs de pédophile. Pour les autres, Cest tun autre ancien ministre qu Excédé par cette sorte, rresponsable sesyeux, durphilosophe, Jack Lang choisit de prendreles devants et de répondre a la presse qui cite son nom. « Seront poursuivs pénalement tous ceus. — journaur et personnes ~ qui mettront mon honneur en cause », prévient-il Son avocat, M* Laurent Merlet, fait alors détivrer par huissier Luc Ferry une somma- tion interpellative, document lui intimant de révéler le ou les noms de celui ou ceux que le philosophe accuse. « Faisant preuve d'un mangue de courage, Luc Ferry 1a jamais, confirmé ou démenti que ses propos avaient pu viser ow non Jack Lang », reléve M* Merlet. Stupéfait, Jean- Pierre Raffarin, locataire de Matignon quand Lue Ferry siggeait au gouvernement, s'est, lui, fendu d'une réac- tion «Je nai jamais été sa side prés ou de loin d’infor- mations de cette nature. » Entendu par le policers le 3 juin 2011, Luc Ferry ditavoir eu connaissance de cette his- toire son entrée au gouver- nnement, soit en mai 2002, «sansciterlemoindrenom », déplore le rapport d’enquete. I n’empéche. Ses propos font I'effet d'un révélateur. La déclaration de Luc Ferry réveille un souvenir enfoui chez un journaliste de France Télévisions. « Dans lesannées 2000 >, alors qu'll était de permanence un asa rédaction, ilaffirme aux enguéteurs avoir vu passer une dépéche de Agence France-Presse (AFP) annongant la présence de Jack Lang, ex-ministre socaliste, dans un commissariat de Marrakech suite & son arrestation « dans un riad [...] avec de jeunes mineurs de 15 ans >. Pro- bleme : cette dépéche aurait rapidement disparu des écrans, selon le journaliste, mais les policiers n’ont pu en retrouver la trace. Et ce malgré des recherches auprés de trois, agences de presse internationale installées au Maroc, dont AFP. Interrogé par VSD, le journaliste auteur de ce témoignage confirme sa déposition :« Ilétat tard, jai lu serait concerné, RACO! 32+V8D*N° 1857 Calomnle Jack Langa toujours refte les rumeurs qui le visent. Ila redit aux policiers ir qui Vont entendu le 15 novembre dernier ‘LAFFAIRE M’A ETE .] EN PARTICULIER PAR LE PREMIER MINISTRE” Luc Ferry cette dépéche mais je ne Pai pas imprimée. Et je me suis dit que, le lendemain, il y aurait sans doute le feu a la rédaction. A ma grande surprise, il n’en a rien été. Personne n’était au cou rant de cette info. Pour- tant, cette dépéche, je Pai Tue, Je ne suis pas dingue. » Lejournaliste oriente les enquéteurs vers l'un de ses fixeurs (guide- interprete employé par les équipes de télévision). « Ce demier, indique le rapport judiciaire consulté, reconnaissait avoir entendu parler par ses compatriotes maro- cains d'une interpellation de Jack Lang [...J.» Mais, retrouvé par VSD, ce collabo- et au Maroc ». Sollctée par VSD, la reporter regrette de ne disposer « que d'informations de seconde main ». Autre t&moin entendu danscedossier le désormaiscélebre Yves Ber- trand, ancien directeur central des Renscigne- ‘ments généraux. Dans ses fameux « carnets secrets, susis lors de Penqueéte sur affaire Clearstream, cet influent polcier de ombre avait rédigé la phrase suivante, quil date de février 2002 : « Lang, a la Mamounia en novembre, s'est tape des pelts gargons. » «Des rumeurs tellement insstantes que lon rfauraitreproché dene pasleselayer,confie- tilaujourd’huia VSD. A Pépoque, je voyais le Tout-Paris, mais ces renseignements n'€aient pas recoupés. Des preaves,jen’en Retoursdonc, ala case départ. Maisalors qui abien putuyauter Luc Ferry ason arrvéedans Te gouvernement, déurt mai 2002 ?'ambas- 9 saceur de France & Rabat de 19958 2002, Mi- Me Ny) chelde Bonnecorse, assure favor amaisregu Ee eA & informations» de cette nature. ediplomate Wa pas solar ieagir dehant rang seranomméchefdela cell afi- fe 1 cainedel lyséeau début du ae og ae Nee eee ea Piece second mandat de Jacques Chirac. Au moment exact cit Luc Ferry hérite, hi, du maroguin de I'Education nationale. L’ambassadeur dever conseiller présiden- tiles cereprésentant «au plus haut niveau de''Etat» évoqué sur le plateau du «Grand Journal »? Au milieu de cette savou- reuse galerie de tEmoins, plus étonnante encore est la présence du prétre d'une pa- roisse du sud de la France Aucoursde congéspassésau Maroc en 2003 puisen 2007, celui-ci aurait regu des «confidences » indiquant u’s au cours de sejours de Francais connus |...], des événements festifs avaient 16 organisés dans lesquels des mineurs se seraient vr laprosttution », Ses sources: « Des hoteliers et des Marocains de condition modeste, qui saient ouveris luien raison de sa postion ecclésiastique.» Le prétre fait ainsi état de cas de « prostitution de mi- neurs &la villa Majorele, Dénoneiatour Luc Ferry a reise de communiguer les noms de ceux gui accuse. Joint par « VSD » ces derniers jours, il n'a fas donne suit rateur marocain apporte une nuance de présumés avant les déclarations de Luc sega pees MUNG EST PARFAIT plus tad, on ma rappele.TRANQUILLE. IL NY AURAJAMAIS fron ma dit: ‘Lasse LOMBREDUNELEMENT” orice “d'Vves Sint ‘We Laurent Merlet, avocat de J.Lang Laurent |décédé en 2008, tomber. Cenest pasinté- ressant pour toi” On ne peut pas enquéter_ NDLR} et de Pierre Berg ot Jack Lang était reégulirerentinvité» Ii-dessus au Maroc. Uneautrejournalistearaconté auscpolicers Interrogé par VSD, Vecelésiastique précise toutefoisrYavoir« pas citéde noms par déon- francais « avoir recucilli des témoignages concernant des relations sexuelles larilées tologie professionnelle». « Jesoubnaite protéger ces personnes en faiblesse sociale, poursuit entre deux ministres dela République fran- saise et des mineurs du méme sexe en France homme d’Fglise. Dans médina, des parents Ne 1857 -¥8D+33 de jeunes victimes se sont confiés a moi. Mais, compte tenu du fosséculturel, ifsme sadresse- ront jamais aux institutions Faute de témoi- ‘gages directs, les policiers se trouvent dans ue impasse,» ‘Toutes les investigations possibles ont-lles, &é menées ? Ou bien, comme le soutient ‘MF Jean Chevais,avocat de fassociation maro- caine Touche pas a mon enfant (lire ci-des- sous) les autortésaPariset Rabat auraient- elles pas tout intérét i enterer le dossier? Sollcité par VSD, Luc Fery et Pierre Berge sont pas donnésuite.Parmi es personnalités citées, seul ancien ministre dela Cultureet de Education Jack Langa fit Pobjet une dis- créte nition en tant que témoin.« Jack Lang «st pafaitement tranquil assure son avocat, (MF Merle. n'y aura jamais ’orbre dun élé- ment. On peat démentir et déposer quarante planes, ces rumeurs resurgiont toujours, rélescondamnations juiciire.» m (6)