Vous êtes sur la page 1sur 2

mercredi 29 novembre 2000 Accueil Archive Contact

National International Économie Régional Culture Société Sports Divers

Le commerce et l'industrie dans le plan quinquennal 2000-2004 (28/11/00)


Difficultés conjoncturelles et perspectives de développement

La place occupée par le commerce et l'industrie dans le développement économique et social au titre du plan quinquennal 2000-2004, fût le
thème de la conférence de presse tenue jeudi dernier par le ministre du Commerce, de l'Industrie , de l'Energie et des Mines, Mustapha Mansouri,
à la Chambre Française du Commerce et de l'Industrie au Maroc (CFCIM).

D'emblée , le ministre a souligné la sollicitude royale dont jouit la promotion de l'investissement en général et industriel en particulier.
Sollicitude qui s'explique notamment par la mise en application des mesures qualifiées d'incitatives afin de promouvoir le contexte économique
et industriel. Ce qui contribuera certainement à dépasser les «entraves objectives et subjectives» qui empêchent le secteur de jouer pleinement
son rôle en matière de développement économique dans une atmosphère caractérisée par la forte concurrence et les techniques du nouveau
management.
Dans ce cadre le ministre a précisé que la réalisation des objectifs économiques et sociaux inscrits dans le plan nécessite une croissance soutenue
avec un rythme d'au moins 5% par an sur la période 2000-2004. Ce qui suppose une amélioration du taux d'investissement de 24% en 1999 à
28% à la fin du plan quinquennal.
Pour le commerce intérieur, les objectifs de croissance tablent sur une évolution de la valeur ajoutée au taux moyen de 9% par an avec une
contribution au PIB de l'ordre de 13% à la fin de la période du plan. Ainsi le nombre de point de vente et les effectifs employés devraient
s'accroître au taux moyen de 3% par an, a-t-il indiqué. Dans ce secteur, l'action sera également orientée vers la sédentarisation des marchands
ambulants , l'organisation et la modernisation des infrastructures commerciales à travers la réforme des textes relatifs à la commercialisation en
gros de certains produits et l'assainissement des circuits de distribution d'autres produits notamment les viandes et les poissons.
En ce qui concerne le volet des exportations, M. Mansouri a souligné que le secteur nécessitera la mise en place d'une politique volontariste
permettant une croissance annuelle de l'ordre de 9% (hors AT). Ainsi le projet de l'Agence Marocaine de la Promotion Economique aura pour
mission d'orchestrer la promotion de notre pays à l'étranger dans le but de soutenir le développement des exportations des produits et services
nationaux.
Le plan quinquennal, ajoute le ministre, prévoit également la création de nouvelles zones d'activités économiques dotées des équipements
nécessaires à l'installation d'unités œuvrant dans des activités légères et qui auront un impact direct sur l'emploi et sur la valorisation des
ressources locales ainsi que la poursuite du programme des pépinières d'entreprises à travers le pays afin de promouvoir l'auto-emploi.
Le quinquennat envisage aussi le renforcement du rôle des structures d'appui à l'entreprise dont particulièrement les chambres régionales de
commerce, d'industrie et de services, les cellules régionales d'assistance-conseil , les associations professionnelles et la promotion du recours aux
services des sociétés de conseil et d'ingénierie.
Enfin , M. Mansouri a indiqué que la loi de finances 2001 prévoit des mesures en faveur de l'encouragement de l'ouverture du capital des
PME/PMI par le biais de la bourse. Ces mesures encourageantes sont traduites par une réduction allant de 25 à 50% de l'IS au profit des
entreprises s'introduisant en bourse selon qu'il s'agit d'une ouverture de capital ou de son augmentation. Pour concrétiser l'ensemble des projets
relevant du commerce et de l'industrie, le ministre a précisé que le budget alloué à son département s'élève à 630 millions de DH auxquels
s'ajoutent à la fois une enveloppe de l'ordre de 500 millions de DH qui sera procurée par le Fond Hassan II pour le développement économique et
social ainsi que les autres fonds qui seront mobilisés dans le cadre de la coopération bilatérale et multilatérale.
Le débat s'est focalisé sur les problèmes qui secouent les PME/PMI et ce que compte faire le ministère pour elles. Ainsi les intervenants ont mis
le doigt sur le problème du code de travail, de la justice, des lenteurs de l'administration et pour celles qui exportent l'appréciation du dirhams, les
taxes douanières etc.
Le ministre s'est dit optimiste à propos des mesures que le gouvernement est en train de préparer. Pour le projet du code de travail qui constitue
un véritable handicap pour l'investisseur étranger, selon un patron français, le ministre a rassuré l'assistance en soulignant que le gouvernement se
penche sur le dossier et que ce dernier verra bientôt le jour. En ce qui concerne les autres entraves qui bloquent le développement du tissu
économique national , le ministre a précisé que le gouvernement accorde un intérêt particulier à l'investissement et que la situation actuelle est
conjoncturelle .

Belkassem Amenzou

Caisse Nationale de Credit Agricole


Visite de la délégation du PPS en Italie
Une nouvelle dynamique a la Bourse des valeurs de Casablanca
Le commerce et l'industrie dans le plan quinquennal 2000-2004
L'Ambassadeur du Mexique à Rabat donne des conférences a Yucatàn et a Campeche
Union des Avocats Arabes
Gestion locale : le Maroc et l'expérience des autres
Pour le mois de Ramadan Al Bayane vous propose
Ramadan : Horaire continu dans les administrations publiques et les collectivités locales
Cérémonie d'investiture du nouveau President mexicain
A méditer
VIENT DE PARAITRE : Les tables rondes de l'AEM
Pour la promotion de l'enfant et de la femme
Les douanes marocaine et portugaise décident de renforcer leur coopération
Une justice honnete et independante

Al Bayane, 62 BD de la Gironde Boite postale : 13152.


Tél: (212) 2 30 78 82 / 30 76 66 Fax: (212) 2 30 80 80
Copyright Casanet 1999. All rights reserved.