Vous êtes sur la page 1sur 72

COMMTSSION DE COMTÎZÔLE ET D’EVA LUA TTÔbJ

RELEVE DE CONCLUSIONS DES

DU JEUDI

*

TRAVAUX

REUNIQN 13SEPTEMBRE 2012

*

*

INTRODUCTION

Pages I

à 2

ANNEXE I --DELIBERATIj5N N° 021427AC du 18 DECEMBRE 2002

ANNEXE 2— DELIBERATI0N N° 1O)OG4AC du 27MAI 2010

ANNEXE 3—QUESTIONNAIRE AGENCES ET OFFICES

ANNEXE 4— QUESTIONNAIRE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

RELEVE DE CONCLUSIONS AGENCES ET OFFICES

Pages 3 à 12 Bis

ANNEXE 5— RELEV~ DES CREATIONS DE POSTES AUTORISEES PAR L’ASSEMBLEE DE CORSE DEPUIS LE BP 2004

ANNEXE 6— EFFECTIFS BLIDGETAIRES DES AGENCES ET OFFICES (TITULAIRESICDI)

ANNEXE 7— EFFECTIFS BUDGETAIRES DES AGEP~CE5 ET OFFICES (NON TITULAIRESJICDb)

ANNEXE 8— EFFECTIFS BUDGETAIRES ÔLOBAUX DES AGENCES ET OFFICES

RELEVE DE CONCLUSIONS AGENCES ET OFFICES (SUITE)

RELEVE DE CONCLUSIONS PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ANNEXE 9 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASTIA JUGEMENT DU 12 DECEMBRE 2003

Pages 13 à 16

Pages 17 à 26

ANNEXE 10 COUR ADMINISTRATIVE D’APPEL DE MARSEILLE ARRET DU 26 AVRIL 2005

RELEVE DE CONCLUSIONS PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF (SUITE)

*

*

*

Pages 27 à 29

et

La Commission de Contrôle et d’Evaluation s’est réunie simtiltanément à AJACCIO et à BASTIA le jeudi 12 avril (salles de visioconférence de la Collectivité Territoriale de Corse et de I’ODARC). Elle a décidé de procéder à un premier examen du fonctionnement des Agences et Offices de la Collectivité Territoriale de Corse au moyen d’une évaluation des conditions d’application de la tutelle exercée sur ces derniers par la Collectivité Territoriale de Corse ; tutelle définie par la délibération n° 02/427 de l’Assemblée de Corse du 18 décembre 2002 modifiée par la délibération n° 10/064 du 27 mai 2010 (annexes 1 et 2).

procéder aux auditions des

Directeurs et Présidents de tous les Etablissements Publics. Elle a conclu ses travaux avec l’audition du Président du Conseil Exécutit en charge de la mise en

oeuvre de la délibération précitée.

La

Commission

a

donc

décidé

de

Ces réunions se sont tenues les

- Vendredi 04 mai à CORTE pour l’Office de l’Environnement

- Vendredi 25 mai à AJACCIO pour l’Office d’Equipement Hydraulique et l’Office de Développement Agricole

- Jeudi 07juin à AJACCIO pour l’Agence du Tourisme

- Jeudi 21 juin à AJACCIO pour ‘Office des Transports et l’Agence de Développement Economique

- Lundi 31juillet à AJACCIO en présence du Président du ConseN Exécutif.

Elles ont toutes é~é menées au moyen de deux questionnaires

‘un

commun aux Agences et Offices et l’autre plus adapté à la fonction exécutive, pour

ce qui concerne l’échange avec le Président du Conseil Exécutif (annexes 3 et 4j.

‘issue de ces auditions, des courriers ont été adressés à tous les

pour leur permettre

éventuellement de confirmer, infirmer, modifier ou préciser les réponses qu’ils avaient pu apporter oralement en ces occasions.

A

Présidents

(Agences

et

Offices

et

Conseil

Exécutif)

Le relevé de conclusions qui suit, vous présente dans l’ordre chronologique les questions qui ont été posées et les réponses qui ont été apportées lors des travaux de la Commission et/ou à la suite des courriers précités.

-.

*

*

*

ANNEXE I

ASSEMBLEE DE CORSE

DELIBERATION W 02/427 AC DE L’ASSEMBLEE DE CORSE RELATIVE AUX AGENCES ET OFFICES DE LA COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE ET PORTANT MODIFICATION DES STATUTS DE CES ETABLISSEMENTS PUBLICS

SEANCE Dii 18 DECEMBRE 2002

L’An deux mille deijx, et le dix huit décOEmbre, l’Assemblée de Corse, régulièrement Convoquée s’est réunie au nombre prescrit par la loi, dans le lieu habituel de ses séances, sous la présidence de M- José ROSSI, Président de l’Assemblée de Corse.

ETAIENT PRESENTS z Mines et MM.

ALLEGRINI

SIMONETI-I

Marie-Dominique

ANTONA Joseph, BOSCHl-ANDREp~NJ

CIABRINI Jean-Marc,

CIC~ADA Vincent, CROCE Laurent, FRANCESCHI Henri, GERONIMI Jean-Valère, GUERRINI Simone, JALPI Jean, L4NFRANCHI Mireille, LUCIANI Paul-Antoine, LUCIANI Toussaint MAUEI-i±Azf Joselyne, MURACCIQLJ Martin, PERETTI Philippe, PIETRI Don Pierre, QUASTANA Paul, RIOLACCI François-.Xavier, ROSSI José, RUAULT Paul, SIMEONI Martel, SISCO Henri, STEFANI Michel, TOMA Jean Toussaint, VERSINI Sauveur, VINCIGUERPA Marie-Jean

Marie-Jeanne,

BUCCHENI Dominique, CASTA Pierre-Jean

ETAIENT ABSENTS ET AVAIENT DONNE POUVOIR:

-

M.

ALBERTINI Jean-Louis à M. PIETRI Dort Pierre

M

CECCALDI Pierre-Ph ilippe à M. LUCIANI Toussaint

M.

CHAUBON Pierre à lAme ALLEGRINI-SIMONEHI Marie-Dominjque

M.

CHIARELLI Jodeph à M. STEMM Michel

M.

COLONNA Jean-Charles â Mme GUERRINI Simone

M.

FELICIAGGI Robert â M. TOMA Jean-Toussaint

M.

FERRANDI Jules-Laurent à M. SISCO Henri

M.

GALLETTI Français à M. PERETTI Philippe

M.

GANDOLFI-SCHEIT à Mme MATTEI-FAZI Joselyne

Mme GRISON? Marie-Thérèse à M. MURACCIOLI Martin M. MARCHIONI François-xavier à M. LUCIANI Paul-Antoine

M. MOTRON! Jean à M. CROCE Laurent

Mme MOZZTCONACCI Madeleine â Mme BOSCHI-ANDREANI Marie-Jeanne

M.

PATRIARCHE Paul à M. ROSSI Jasé

-

M.

PIERI Pierre-Timathée à M. JALPI Jean

M.

RICCI Dominique à M. VERSINI Sauveur

M.

SANTINI Ange à M. RUAULT Paul

M.

SINDALI Antoine à

M. FRANCESCHI Henri

ETAIENT ABSENTS’

MM.

/ /

L:

j

/

Î

G

ALESSANDRINI Alexandre FIlJPPI César, ROMITI Gérard, TALAMONI Jean-Guy

VU

VU

2

L.’ASSEMBLEE DE CORSE

la

communes, des départements et des régions,

loi

82/213

du

~ mars

1982 telative aux droits

et libertés

la

loi

83/663

du

22 juillet

1983

complétant

la

loi

7 janvier 1983 relative à la. répartition

communes, les départements, les régions et l’État,

des

compétences.

83/8

entre

des

du

les

VU

la loi n° 86116 du 6 janvier 1986 relative à l’organisation des régions et

portant modification conseils générauf,

des dispositions relatives au - fonctionnement des

VU

la loi n° 86/972 du 19 août 1986 portant dispositions diverses relatives aux

VU

collectivités locales,

la loi n° 2002-92 du 22 janvier 2002 relative à la Corse, et notamment ses articles 43 et 44,

VII le Code Général des Collectivités Territoriales,

SUR

rapport du Président du Conseil Exécutif de Corse,

APRES EN AVOIR DELIBERE

CONSIDERANT que la loi du 22 janvier 2002 relative à la Corse prévoit que la Collectivité Territoriale de Corse est substituée aux offices et agences créés par la loi, à compter du 1er janvier 2003, sauf délibération contraire de l’Assemblée de Corse,

.

-

CONSlDERpjj~ que ladite loi donne à la collectivité Territoriale les

moyens d’exercer véritablement son

publics, ce que n’avait pas fait la loi du 13 mai 199f,

pouvoir de. tutelle sur ses établissements

CONSIDERAN’r qu’il convient de faire de ces établissements publics de véritables outils d’intervention de la Collectivité Territoriale de Corse, en améliorant leur organisation et leur fonctionnement, en encadrant leurs moyens financiers et humains, en mettant leurs activités en synergie, de manière à permettre un meilleur fonctionnement global et une plus grande efficacité de l’institution territoriale,

DECIDE

ARTICLE PREMIER:

En référence aux dispositions de l’article L. 4424-40 (1& alinéa) du Code Général des Collectivités Territoriales, la Collectivité Territoriale de Corse ne se substituera pas, à compter du letjanvier 2003,

à l’Office de Développement Agricole et Rural dela Corsf

à l’Office d’Equipement Hydraulique de la Corse

f

J

~

3

à Office des Transports de la Corse

à ‘Office de l’Environnement de la Corse

à i’Ag&ce du Tourisme de la Corse.

Ces établissements publics, ainsi que l’Agence de Développem~n~ Economique de la Corse, sont en conséquence maintenus et conservent leur statut juridique à caractère industriel et commercial.

ARTICLE2:

~‘article 7 (titre Il, section I) de la délibération n° 92/43 AC modifiée de l’Assemblée de Corse du 26 juin 1992 portant adoption des statuts de ‘Office d’Equipemen~ Hydraulique de la Corse, est modifiée ainsi qu’il suit:

 

((Le Conseil d’Administration de l’office est composé

de trente

sept

membres

dont

son

Président,

le

Président de l’Assemblée

de

Corse

ou

son

représentant, et dix sept membres désignés par ‘Assemblée de Corse », Le reste sans changement.

ARTICLE 3:

Les articles:

-

14

de

la

délibération

modifiée

92/105

AC

du

30

septembre

1992

portant

adoption

des

statuts

de

l’Agence di) Tourisme de la Corse,

 

-

11

de

la

délibération

modifiée

92/120

AC

-

du 22 octobre 1992 portant adoption des statuts de l’Agence de Développement Economique de la Corse, -

du 22 octobre 1992 portant adoption des statuts de l’Office de l’Environnement de la Corse,

AC

13

de

la

délibération

modifiée

92/124

- n° 18 de la délibération modifiée n° 92144 AC du 26juin 1992 portant adoption des statuts de l’Office de Développement Agricble et Rural de la Corse,

relatifs à la composition aux attributions et au mode de fonctionnement du bureau de ces étabhssements sont modifiés comme il suit~

« Le Conseil d’Administration désigne en son sein un bureau composé, outre le Président du Conseil d’Administration de dix membres, dont six administrateurs désignés en leur sein par les Conseillers à l’Assemblée de Corse siégeant au conseil, les quatre autres membres étant désignés en leur sein par les autres administrateuit siégeant au conaeil. »

« Le bureau est seul compétent pour procéder à la répartition des aides et subventions en application d’un règlement des aides adopté par l’Assemblée de

4

Corse. Il rend régulièrement compte au conseil d’administration des décisions qu’il a prises.

« Le bureau peut, en outre, exercer les attributions légales qui lui sont déléguées par le conseil d’administration.

« Les conditions de quorum, de validité des voix, de représentation des membres absents et de validité de ses décisions sont identiques à celles prescrites pour le conseil d’administration ».

C~s dispositions prennent effet à compter du 1~ mars 2003.

ARTICLE 4:

Les articles:

-

- n° 15 de la délibération modifiée n° 99/21 AC du 26 mai 1992 portant adoption des statuts de ‘Office des Transports de la Corse,

-

-

-

du 30 septembre 1992 portant adoption des statuts de l’Agence du Tourisme de la Corse,

AC

15

de

la

délibération

modifiée

921105

du 22 octobre 1992 portant adoption des statuts de l’Agence de Développement Economique de la Corse,

AC

14

de

la

délibération

modifiée

92/120

AC

du 22 octobre 1992 portant adàption des statuts de l’Office de

l’Environnement de la Corse,

du 28 juin 1992 portant adoption des statuts de l’Office de

AC

n0

15

de

la

délibération

modifiée

-

92/124

23

et

24

de

la

délibération

modifiée

92144

Développement Agricole et Rural de la Corse,

- 20

et

21

de

la

délibération

modifiée

92/43

AC

du

26 juin

1992 portant adoption

des

statuts

de

l’office

d’Equipement Hydraulique de la Corse,

relatifs aux directeurs des agences et offices sont modifiés comme ii suit:

<(La rémunération du directeur est fixée en Conseil Exécutif. en même temps qu’il est procédé à sa nomination ‘>.

ARTICLE 5:

Le pouvoir de tutelle de la Collectivité Territoriale de Corse sur ses

etablissements publics est exerce par l’Assemblee de Corse, le President du Conseil Executif et le Conseil Executif, conformement aux dispositions des articles 43 et 44

ci

de la loi du 22 janvier 2002, seLon les modalités définies aux articles 7, 8 et 9

apres

r—--

-

ARTICLE 6;

5

Chaque année, à l’occasion du vote du budget primitif de la Collectivité

Territoriale

administratifs et financiers nécessaires à l’exercice de son pouvoir de tutelle et de sâ mission de contrôle sur les Agences et Offices de la Collectivité Territoriale de Corse

moyens

de

Corse,

l’Assemblée

de

Corse

se

prononce

sur

les

ARTICLE 7:

li est créé un article nouveau référencé:

- 18 Ter, pour l’office des Transports de la Corse (délibération modifiée n° 99/21 AC du 26 mai 1992).

- 19 Ter, pour l’Agence du Tourisme de la Corse (délibération modifiée n° 92/105 AC du 30septembre 1992)

- 17 1er, pour l’Agence de Développement Economique de la

AC

Corse (délibération modifiée du 22octobre 1992),

92/120

- 18 Ter, pour l’Office de l’Environnement de la Corse (délibération modifiée n° 921124AC du 22octobre1992),

- 28 Ter, pour l’Office de Développement Agricole et Rural de la Corse (délibération modifiée n° 92/44 AC du 26juin 1992),

- 26 Ter, pour l’office d’Equipement Hydraulique de la Corse (délibération modifiée n° 92/43 AC du 26juin 1992),

ainsi rédigé:

«La tutelle de la Collectivité Territoriale de Corse sur l’établissement public s’exerce dans les conditions suivantes sur tous les actes, unilatéraux ou conventionnels, qu’ils soient pris par le conseil d’administration ou par le bureau, le Président ou le Directeur ou par toute personne ayant reçu délégation, et qui doivent faire l’objet de la publication prévue au g) du présent article.

a)

L’ordre

du

jour

et

les

rapports,

soumis

à

l’examen

du conseil

d’administration et du bureau, font l’objet d’une transmission préalable au Président du Conseil Exécutif douze jours avant la réunion

Tout rapport qui n’aura pas fait l’objet d’une transmission préalable ne pourra donner lieu à délibération. En cas d’urgence avéréerle délai de transmission est réduit à deux jours.

b)

Les actes, une fois adoptés, sont transmis sans délai au Président du Conseil Exécutif qui en accuse aussitôt réception.

e)

Le Président du Conseil Exécutif peut demander des informations

complémentafres à l’établissement, que cçlui-ci doit fournir dans un

délai de sept jours.

i

6

d) Lorsqu’un acte lui apparaît contraire aux orientations fixées par l’Assemblée de Corse ou à ses décisions budgétaires, le Président du Conseil Exécutif en suspend l’exécution et en saisit l’Assemblée de Corse dans le délai prévu au e) ci-dessous. Celle-ci délibère sur le maintien, la modification ou le retrait de l’acte. Cette délibération est mise en oeuvre par un arrêté du Président du Conseil Exécutif délibéré en Conseil Exécutif.

e) Sont définitifs quinze jours après leur réception par le Président du Conseil Exécutif, si celui-ci na prononce pas la suspension prévue au .< d » ci-dessus.

- les actes relatifs au budget et ses modifications, au compte financier, aux emprunts, aux acquisitions, échanges et aliénations d’immeubles et aux participations à des organismes dotés de la personnalité morale,

- les actes portant sur les créations de filiales et les prises, cessions ou extensions de participations financières,

en général, les actes créateurs de droit en particulier.

En cas d’urgence, le Président du Conseil l’exécution immédiate.

Exécutif peut en autoriser

f) Sera réputé nul et sans effets tout acte qui n’aura pas fait l’objet d’une transmission au Président du Conseil Exécutif dans les conditions susvisées ainsi que d’une transmission aux services de l’Etat chargés du contrôle ~de la légalité.~

g) Les actes de l’établissement public sont publiés dans le recueil des actes administr~tifs de la Collectivité Territoriale de Corsa »

ARTICLES:

Par

référence

notamment

à

la

délibération

20001171

AC

du

21 décembre 2000 portant approbation du réglement financier de Territoriale de Corse, il est créé un article nouveau référencé:

la Collectivité

18

bis,

pour

l’Office

des

Transports

de

la

Corse

(délibération

n° 92/21 AC modifiée du 26 mai 1992),

 

19

bis,

pour

‘Agence

du

Tourisme

de

la

Corse

(délibération

n° 92/105 AC modifiée du 30septembre 1992).

17 bis, pour PAgence de Développement Economique de la Corse

(délibération n’ 921120AC modifiée du 22octobre1992),

18 bis, pour l’Office de l’Environnement de ~la n° 921124AC modifiée du 22octobre 1992), / ~

/

f

Çorse

(délibération

.

7

- 28 bis, pour roffice de Développement Agricole et Rural de la Corse (délibération ri0 92/44 AC modifiée du 26 juin 1992),

- 26 bis, pour l’Office d’Equipement Hydraulique de la Corse (délibération n° 92/43 AC modifiée du 26juin 1992),

ainsi rédigé

a) « Les politiques qui doivent être mises en oeuvre par l’établissement :sont élaborées sous la responsabilité du Conseil Exécutif. Elles peuvent comporter des préconisations pour favoriser la mise en oeuvre d’actions concertées Elles sont arrêtées pa?tAssemblée de Corse. Leur mise en oeuvre fait l’objet d’un « mandat» donné au Président de l’établissement public.

b) Le Président du Conseil Exécutif adresse au conseiller exécutif, Président de l’établissement public, une lettre de cadrage pour l’exercice budgétaire à venir, déterminant le pourcentage d’évolution des crédits par Catégorie (fonctionnement, en distinguant les frais de personnel, investissement, interventions) et le nombre d’emplois à

n ,nsr,

‘-“-‘W,’

Préparés sur cette base, les orientations budgétaires puis le projet de budget de l’établissement sont pris en compte dans la préparation des orientations budgétaires puis du budget primitif de la Collectivité Territoriale de Corse.

Le tableau détaillé des effectifs et des créations de postes prévues est annexé au projet de budget (ou ses modifications) soumis à l’Ass~rnblée de Corse.

Le budget primitif de la Collectivité Territoriale de Corse comportant le

projet de budget de l’établissement public, fixe les

dotations

de

la Collectivité

Territoriale ainsi- que les emplois dont la création est autorisée, et précise les politiques qui doivent être mises en oeuvre.

Le Conseil d’Administration de l’établissement pubilo adopte ensuite le budget primitif de l’établissement détaillant les masses de crédits et les emplois.

c) Le compte financier de l’établissement est communicaj~ au Conseil

Exécutif qui le transmet à l’Assemblée de Corse. »

ARTICLE 9:

/

I.

Il est créé un article nouveau référencé:

18 quater, pour l’Office des Transports de la Corse (délibération

n° 92/21 AC modifiée du 26 mai 1992),

19 quater,

pour l’Agence du Tourisme de la Corse (délibération

n° 92/105 AC modifiée du 30 septembre 1992),

17 quater,

pour l’Agence du

Développement Economique de la

.j

-7

Corse (délibération n0 92/1 20 AC modifiée du 22 octobre 1992),

8

18 quater, pour l’Office de l’Environnement de la Corse (déhbération n° 921124 AC du 22octobre 1992),

28 quater, pour ‘Office de Développement Agricole et Rural de la

Corse (délibération n° 92144 AC modifiée du 26 juin 1992),

26 quater.

(délibération ~O 92/43 AC modifiée du 26juin 1992).

pour

l’Office

d’Equipement

Hydraulique de la

ainsi rédigé:

Corse

<(La tutelle de la ~bllectivité Territoriale de Corse sur l’établissement public s’exerce également dans les conditions suivantes:

a)

Un délégué de la Collectivité Territoriale de Corse, nommé par arrêté du Président du Conseil Exécutif délibéré en Conseil Exécutif, après avis conforme de l’Assemblée de Corse, et choisi parmi les agents des services de la Collectivité Territoriale de Corse, prend connaissance des projets d’actes, assiste de plein droit à toutes les réunions du

Conseil

d’Administration,

bureau

ou

autres

organes,

avec

voie

consultative,

h

peut

y présenter des

observations dans

le

cas où

certaines décisions sembleraient contraires aux intérêts de la Collectivité Territoriale de Corse et signaler le risque pour l’établissement que le Président du Conseil Exécutif ne prononce la suspension de l’acte. Pour lui permettre d’exercer sa mission, le délégué de la Collectivité Territoriale de Corse dispose des pouvoirs les plus étendus pour l’examen de tous documents, écritures, comptes et bilans, en toutes circonstances.

b) Un compte rendu annuel d’activités et de gestion de l’établissement public est transmis au Président du Conseil Exécutif qui le soumet à l’examen et à l’approbation de l’As~embIée de Corse, sur rapport de sa commission de contrôle,

Le délégué de la Collectivité Territoriale de Corse établit, chaque année, un compte-rendu de sa mission. L’Assemblée de Corse prend acte de ce compte-rendu sur rapport du Président du ConseU Exécutif.

c)

Une charte

précisant les conditions

concrètes

de

réalisation

des

actions de communication de

l’établissement

est

signée

entre

le

Président du Conseil Exécutif et le Président de l’établissement. »

ARTICLE 10:

En matière de gestion du personnel, les Agences et Offices sont tenus. conformément au Code du Travail, de mettre en place les structures qui favorisent le dialogue social et régissent les rapports sociaux dans l’entreprise. Si cela n’est déjà le cas, il sera procédé à l’élection des délégués du personnel et, le ~as échéant, du comité d’entreprise.

ARTICLE 11:

9

Les dispositions contenues dans la délibération modifiée n° 92/21 AC du 25 mai 1992 portantstatuts de l’Office des Transports de la Corse, et notamment aux articles: 16, 17 et 18, sont abrogées en tant qu’elles sont contraires aux dispositions contenues dans les articles 7 et 8 de la présente délibération.

ARTICLE 12:

Les dispositions contenues dans la délibération modifiée nG 92/105 AC du

1992,

portant Statuts de l’Agence du Tourisme de la Corse,

17,

18

et

19,

dans

et

sont abrogées en tant qu’qlle~ sont

la/ pçésèh’te

les articles

7

et

8

de

f

—~

-

30 septembre

notamment aux articles 16,

contraires auf dispositions contenues délibération

ARTICLE 13:

Les dispositions contenues dans la délibération modifiée n° 9

AC du

/1

22 octobre 1992, portant Statuts de l’Agence du Développement Economique d~1~- Corse, et notamment aux articles 15, 16 et 17, sont abrogées en tant qu’elles sont

contraires aux dispositions contenues dans les articles 7 et 8 de la présente délibération.

ARTICLE 14:

Les dispositions contenues dans la délibération modifiée n~ 92/1 24 AC du 22 octobre 1992, portant Statuts de l’Office de l’En.vironnement de la Corse, et notamment aux articles 16, 17 et 18, sont abrogées en tant qu’elles sont contraires aux dispositions contenues dans les articles 7 et 8 de la présente délibération.

ARTICLE 15:

Les dispositions contenues dans la dØlibération modifiée n° 92J44 ACdu 26 juin 1992, portant Statuts de l’Office de Développement Agricole et Rural de la Corse, et notamment aux articles 26, 27 et 28, sont abrogées en tant qu’elles sont contraires aux dispositions contenues dans les articles 7 et 8 de la présente délibération,

ARTICLE 16:

Les dispositions contenues dans la délibération modifiée n° 92/43 AC du 26 juin 1992, portant Statuts de l’Office d’Equipement Hydraulique de la Corse, et notamment aux articles 23, 24, 25 et 26, sont abrogées en tant qu’elles sont contraires aux dispositions contenues dans les articles 7 et 8 de la présente délibération.

ARTICLE 17:

Au-delà ~es dispositions ci-dessus, une réflexion et une large concertation - à laquelle les représentants des personnels et les administrateurs des Agences et Offices seront éfroiternent associés - seront menées en 2003, notamment sur la base des propositions contenues dans le rapport du Président du Conseil Exécutif, ou de

10

toute autre proposition apparaissant opportune. Elles devront permettre de définir, pour chacun des établissements, l’évolution nécessaire, qu’il s’agisse de son statut

juridique, de ses compétences de son organisation, de son fonctionnement et de sa gestion. Elles déboucheront sur un dispositif global dont la mise en oeuvre pourra être assurée par l’Assemblée de Corse après son prochain renouvellement.

Ce dispositif global devra avoir pouç objectifs:

- d’assurer la clarification entre la Collecfivité Territoriale de Corse et ses établissements;

- de garantir la tutelle de l’Assemblée de Corse et du Conseil Exécutif;

- d’améliorer, de rationaliser et d’uniformiser le fonctionnement des établissements, quel que soit leur statut juridique;

- de favoriser la synergie entre et avec ces établissements.

Il devra

respecter les principes suivants:

éviter des changements

trop

social et

brutaux; garantir un partenariat efficace avec le monde économique,

associatif; respecter les droits des personnels.

ARTICLE 18:

Mandat est donné au Président du Conseil Exécutif de Corse pour mettre en oeuvre la présente délibération.

ARTICLE 19:

La pÉésente délibération qui pourra être diffusée partout où besoin sera, fera l’objet d’une publication au recueil des actes administratifs de la Collectivité Territoriale de Corse.

Pourc

pour

Prési

ertir’

con

de lAsse

mea

original

blée de corse

A,JACCIO, le 18décembre2002

Le Président de ‘Assemblée de Corse,

José ROSSI

~‘~~1

ii

ANNEXE 2

ASSEMBLEE DE CORSE

DELIBERATION N° 10/064 AC DE L’ASSEMBLEE DE CORSE AUTORISANT LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF A MODIFIER LES MODAL1TÈS D’EXERCICE DE LA TUTELLE DE LA COLLECTI VITE TERRITORIALE DE CORSE SUI~ SES AGENCES ET OFFICES

e

SEANCE DU 27MAI2010

L’An

deux

mille

dix,

et

le

vingt-sept

mai,

l’Assemblée

régulièrement Convoquée s’est réunie au nombre prescrit par la loi, dans de Corse, le lieu

habituel de ses séances, sous la présidence de M. Dominique BUCCHINJ, Président de l’Assemblée de Corse.

ETAIENT PRESENTS; Mmes et MM.

ANGELINI Jean-Christophe, BARTOLI Marie-France, BASTELICA Etienne, BEI5U-

BIANCARELLI Viviane, BlANCUCCI

Jean, BUCCHINI Dominique, CASALTA Laetitia, CASTELLANI Michel, CASTELLANI Pascaline, CASTELLI Yannick, CHAUBON Pierre, DONSIMQNI-CALENDINI Simone~ FEDI Marie-Jeanne, FERRI-PISANI Rosy, FRANCISCI Marcel, GIACOMETTI Josépha, GIOVANNINI Fabienne, GRIMALDI Stéphanie, GUERRINI Christine, HOUDEMER Marie-Paule, LACAVE Mattea, LUCCIONI Jean-Baptiste, LUCIAN! Xavier, MARTELLI Benoîte, MOSCONI François, NATALI Anhe-Marie, NICOLAI Marc-Antoine, NIELLINI Annonciade, NIVAGGIONI Nadine, ORSINI Antoine, ORSIJQCI Jean-Charles, PANUNZI Jean-Jacques, RISTERUCCI Josette, de ROCCA SERRA Camille, RUGGERI Nathalie, SANTINI Ange, SANTONI BRUNELLI Marie-Antoineue SCIAREUI Véronique, SIMQNPIETRI Agnès, SINDALI Antoine, STEFANI ~Michel, SUZZONI Etienrie, TALAMONI Jean-Guy, TATTI François, VALENTINI Marie-Hélène VANNI Hyacinthe

PASQUALAGGI Diane, BENEDETTI Paul-Félix

ETAIENT ABSENTS ET AVAIENT DONNE POUVOIR:

Mme COLONNA Christine à M. BIANCUCCI Jean

M. FEDERICI Balthazar à M. CASTELLI Yannick

M. SIMEONI Gifles à Mme LACAVE Mattea.

- VU

SUR

SUR

L’ASSEMBLEE DE CORSE

e Code Général des Collectivités Territoriales et

L.

4424- 41.

notamment son article

rapport du Président du Conseil Exécutif de Corse,

rapport de la Commission des Finances, de la Planification, des Affaires Européennes et de la Coopération,

2

APRES EN AVOIR DELIBERE

ARTICLE PREMIER:

AUTORISE le Président du Conseil Exécutif de Corse à modifier les modalités de la tutelle de la Collectivité Territoriale de Corse sur ses Agences et Offices en ap~licatjon de l’article L. 4424-41 du CGCT ainsi que les dispositions

afférentes

résultant

de

la

délibération

du 18 décembre 2002 et des statuts

concernés.

ARTICLE 2:

 

ADOPTE les dispositions suivantes:

Les articles l8terde la délibération modifiée n°99121 AC du 26mai1992, 19 ter de la délibération n° 921105 AC du 30 septembre 1992, 17 ter de la

délibération n° 92/120 AC du 22 octobre 1992, l’article 18 ter de la délibération

28 ter de la délibération n° 92/44 AC du 26juin

1992 et 26 ter de la délibération n° 92/43 AC du 26juin 1992 sont modifiés comme suit:

92/1 24 AC du 2 octobre

1992,

« La tutelle de la Collectivité Territoriale de Corse sur l’établissement public s’exerce sur les actes de toute nature lorsqu’ils relé vent de la compétence du conseil d’administration, du bureau, du Président, du directeur ou de toute personne ayant reçu délégation de l’une des autorités précitées.

L’ordre du jour, les rapports et les documents nécessaires l’information sont transmis, douze jours au moins avant la date de la réunion, au Président du Conseil Exécutif En cas d’urgence avérée, ce délai peut être réduit à trois, jours par décision du Président du Conseil Exécutif, sur saisine du président de l’établissement public.

Les actes prévus au 1~, alinéa du présent article sont, dés leur adoption ou signature, transmis au Président du Conseil Exécutif; qui détermine par arrêté les modalités d’une transmission par voie électronique, Ils deviennent exécutoires dans un délai de quinze jours après l’accusé de réception, délivré par le Président du Conseil Exécutif

Est nulle et de nul effe~t la délibération prise en méconnaissance des dispositions des deux précédents alinéas. De même est nul et dd nul effet l’acte pris sans qu’il soit procédé à sa fransmission dans les conditions prévues à l’alinéa précédent.

Le Président du Conseil Exécutif peut demander des informations complémentaires à l’établissement public; ce dernier dispose d’un délai de cinq jours francs pour apporter une réponse. De même, il peut, sur rapport spécial et motivé du président de l’établissement public autoriser l’exécution immédiate d’un acte.

Le Président du Conseil Exécutif peut, lorsqu’il estime que l’acte transmis comporte une disposition con traire aux orientations fixées par l’Assemblée de Corse

ou par le Conseil Exécutif;

dans quelque domaine que ce soit,

en suspendre

3

l’exécution, par arrêté délibéré en conseil exécutif, dans le délai prévu au 3° alinéa ci-dessus

Dans le cas pré vu à l’alinéa précédent le Président du Conseil Exécutif propose à l’Assemblée de Corse l’annulation ou la modification de l’acte en cause. L ‘exécution de l’acte en cause est suspendue jusqu’à la délibération de l’Assemblée de Corse.

Le dispositif des délibérations du conseil d’administration, du bureau ainsi que les actes du président ou du directeur, à caractère réglementaire font l’objet d’une publication au recueil des actes administratifs de la Collectivité Térritoriale de Corse».

ARTICLE 3:

La présente délibération qui pourra être diffusée partout où besoin sera, fera l’objet d’une publication au recueil des actes administratifs de la Collectivité Territoriale de Corse.

AJACCIO le 27 mai 2010

Le Président de l’Assemblée de Corse,

Dominique~UCc~~~ÇjJ

ANNEXE 3

I) o l’article 3 de la délibération n° 02/427 AC modifiée, stipule notamment que “le

bureau

est seul

compétent pour— procéder à la

répartition

des

aides

et

subventions en application d’un règlement des aides adopté par l’Assemblée de Corse”.

Question

Cette disposition a-t-elle été toujours respectée?

Si non, dans quelles occasions?

-

• l’article 3 de la même délibération stipule aussi qu’il “est régulièrement rendu

compte au Conseil d’Administration

répartition des aides et subventions”. -

des décisions prises en matière de

stion:

Cela a-t-il été fait?

-

En quelles circonstances?

Selon quelle fréquence?

II) l’article 4 de la même délibération dispose, dans son dernier alinéa, que ‘la rémunération du Directeur est fixée en Conseil Exécutif, en même temps qu’il est procédé à sa nomination”.

Question :

Le Directeur a tU été nommé en Conseil Exécutif?

Quel est l’acte qui~’formalisé sa nomination?

Est-ce que l’acte qui le nomme a fixé sa rémunération?

HI) l’article 7 de la même délibération précise les délais de transmission au Président du Conseil Exécutif de l’ordre du jour et des rapports soumis à l’examen du Conseil d’Administration et du Bureau, soit:

s

douze (12) jours avant la date de la réunion

s

trois (03) jours avant la date de la réunion, en cas d’urgence avérée.

Question:

Est-ce que le délai de transmission de 12 jours est respecté ~

Avez-vous déjà utilisé la procédure d’urgence (délai de 3 jours) ?

Si oui, dans quelles occasions?

e le même article stipule que “tout rapport qui n’aura pas fait l’objet d’une transmission préalable “au Président du Conseil Exécutif dans les conditions de délai rappelées ci-dessus” ne pourra donner lieu à délibération”.

Question: Cette disposition a-t-elle toujours été respectée?

Si non, dans quelles occasions?

e le même article stipule que les actes soumis à l’exercice de la tutelle sont transmis sans délai au Président du Conseil Exécutif qui en accuse réception, ce qui fait courir le délai de 15 jours au-delà duquel ils deviennent exécutoires.

Question :

Cette disposition a-t-elle été toujours respectée?

Si non, dans quelles occasions ?

Par quels moyens le Président du Conseil Exécutif accuse t-il réception de ces actes?

A quel moment transmettez-vous les actes dont il s’agit au Contrôle de la Légalité?

• le même article précise aussi que “le Président du Conseil Exécutif peut:

- demander des Public,

informations

complémentaires

à

l’Établissement

- sur rapport spécial -et motivé du

Président de l’Etablissement

Public, autoriser l’exéèutjon immédiate d’un acte,

- lorsqu’il estime que l’acte transmis comporte une décision contraire aux orientations fixées par l’Assemblée de Corse ou par le Conseil Exécutif en suspendre l’exécution par arrêté délibéré en CE”.

Question :

en oeuvre?

Une ou plusieurs de ces dispositions ont-elles déjà été mises

Si oui, laquelle ou lesquelles?

En quelle (s) occasion (s)?

• le même article 7 dispose enfin que “le dispositif des délibérations du Conseil d’Administration, du bureau ainsi que les actes du Président ou du Directeur, à caractère réglementaire, font l’objet d’une pubiicat ion au recueil des actes administratifs de la Collectivité Territoriale de Corse”.

stion : Cette disposition a-t-elle, à votre connaissance, été

respectée?

Avez-vous, pour votre part, transmis au Président du Conseil Exécutif les documents prévus à cet effet?

-

IV) e l’article 8 de la même délibération stipule notamment que;

le

projet

“le budget Primitif de la Collectivité Territoriale de Corse comportant

de

budget

de

l’établissement

public,

fixe- les

dotations

de

la

Collectivité Territoriale de Corse ainsi que les emplois_dont la création est autorisée”.

Est-ce que, à votre connaissance, les ouvertures de postes

(création de postes budgétaires figurant au tableau des effectifs) effectués par votre

etablissement, ont ete prealablernent autorises par l’Assemblee de Corse lors du vote de ses Budgets Primitifs?

Question:

Si non, combien de postes avez-vous ouverts?

En quelle(s) occasion(s) ?

Les avez-vous pourvus?

Si oui, combien?

~ le même article 8 précise que “le compte financier de l’établissement est communiqué au Conseil Exécutif qui le transmet à l’Assemblée de Corse”.

Question : Cette disposition a-t-elle, à votre connaissance, été respectée ?

V) o l’article 9 de la même délibération traite notamment du ‘délégué de la Collectivité Territoriale, nommé par arrêté du Président du Conseil Exécutif délibéré en Conseil Exécutif, après avis conforme de l’Assemblée de Corse”.

Question :

en oeuvre?

Est-ce que, à votre connaissance, cette disposition a été mise

Si oui, quand ?

e le même article 9 précise dans son : b) que ‘le compte-rendu annuel d’activités et de gestion de l’Etablissement Public est transmis au Président du Conseil Exécutif qui le soumet à l’examen et à l’apRrobation de l~’Assemblée de Corse”.

Question :

respectée?

Cette

disposition

a-t

elle,

à

votre

conhaissance,

été

• le même article 9 dispose enfin dans son dernier ahnéa ‘qu’une charte précisant les conditions concrètes de réalisation des actions de communication de l’établissement est signée entre le Président du Conseil Exécutif et le Président de l’Etablissement”.

Question :

Cette disposition a-t-elle été mise en oeuvre 7

Si oui, quand et sous quelle forme?

ANNEXE 4

I) L’article 4 de la délibération n’ 021427 modifiée, relatif aux Directeurs des Agences et Offices, stipule, dans son dernier alinéa, que “la rémunération du directeur est fixée en Conseil Exécutif, en même temps qu’il est procdaé à sa nomination”.

Question:

Les Conseil Exécutif?

Directeurs des Agences et Offices ont-ils tous été

nommés en

—.

Quelle est la nature des actes qui ont formalisé leurs nominations?

Leurs

procédé à leurs nominations?

rémunérations

ont-elles été

fixées en

même temps qu’il

était

Il) L’article 7 de la même délibération précise les délais de transmission au Président du Con~il Exécutif, de l’ordre du jour et des rapports soumis à l’examen du Conseil d’Administration et du Buréau des Agences et Offices, soit:

• douze (12) jours avant la réunion.

• trois (03) jours avant la réunion, en cas d’urgence ~a’)érée.

Qu~stion

Est-ce que le délai de transmission de 12 jours est toujours respecté?

Est-ce que ta procédure d’urgence (délai de 03 jours) a déjà été utilisée par un ou plusieurs des Etablissements?

Si oui, dans quelles occasions?

o Le même article stipule que “tout rapport qui n’aura pas fait l’objet d’une transmission préalable” au Président du Conseil Exécutif dans es conditions rappelées ci-dessus “ne pourra donner lieu à délibération”.

Question :

Cette disposition a-t-elle, à votre connaissance, été toujours respectée?

Si non, dahs quelles occasions?

• Le même article stipule que “les actes, une fois adoptés, sont transmis sans délai au Président du Conseil Exécutif qui en accuse aussitôt réception”

Question:

Ceffe disposition vous parait-elle être respectée?

Par quels moyens et dans quels délais accusez-vous réception de ces

actes?

. Le même article précise aussi que “le Président du Conseil Exécutif

peut:

 

- demander

des

informations

complémentaires

à

l’Etablissement Public,

 

- sur rapport spécial

et

motivé

du : Président

de

l’Etablissemejit Public, autoriser l’exécution immédiate d’un acte,

- lorsqu’il estime que l’acte transmis comporte une décision contraire aux orientations fixées par l’Assemblée de Corse, en suspendre l’exécution par arrêté délibéré en Conseil Exécutif”

Question

Une ou plusieurs de ces dispositions ont-elles déjà été mises en oeuvre?

Si oui, laquelle ou lesquelles?

En quelle(s) occasion(s) ?

o Le même article 7 dispose enfin que “le dispositif des délibérations du Conseil d’Administration, du Bureau ainsi que les actes du Président ou du Directeur, à caractère réglementaire, font l’objet d’une publication au recueil des actes administrajjfs de la Collectivité Territoriale de Corse”.

Question :

Cette disposition a-t-elle été mise en oeuvre?

Si non, pouvez-vous nous dire si vous comptez y remédier?

Et, si oui, dans quels délais et sous quelle forme?

III) L’article 8 de la même délibération stipule notamment que:

“le Budget Primitif de la Collectivité Territoriale de Corse comportant le projet de budget de l’Etablissement Public, fixe les dotations de la Collectivité Territoriale de Corse ainsi que les emplois dont la création est autorisée”.

Question

 

Cette

disposition

vous

paraît-elle,

pour

tout

ou

partie,

avoir

été

respectée?

Si oui, en quelles occasion(s) et sous quelle(s) forme(s) ?

Si non, pouvez-vous dire si vous comptez y remédier à l’avenir et ~voire même de façon rétroactive, s’il s’avérait que des emplois non autorisés par l’Assemblée de Corse aient été créés par un ou plusieurs de nos Etablissements Publics?

Le

même

8

communic[ûé

article

—.

l’établissement

l’Assemblée de Corse”.

est

précise

que

au

Conseil

“le

compte

Exécutif qui

le

financier

de

transmet à

Question

Les

Comptes

Administratifs

des

Agences

et

Offices

vous

sont-ils

comrîHiniqués?

Les transmettez-vousau Président de l’Assemblée de Corse?

IV) L’article 9 de Fa même délibération traite notamment d’un aspect essentiel des modalités d’exercice de la tutelle de la Collectivité Territoriale de Corse sur ses Etablissements Publics, Il définit précisément, à cet effet, les attributions du “délégué de la Collectivité Territoriale de Corse, nommé par arrêté du Président du Conseil Exécutif, dé!ibéré en Conseil Exécutif, après avis conforme de l’Assemblée de Corse”. -

Question:

La

nomination du “délégué”,

dans les contions prescrites ci-dessus,

n’étant manifestement jamais intervenue, pouvez-vous nous dire si vous comptez

proposer sa désignation à l’Assemblée de Corse?

Si oui, dans quels délais?

e Le même article 9 précise dans son : b) que “le compte-riadu annuel d’activités et de gestion de l’Etablissement Public est transmis au Président du Conseil Exécutif qui le soumet à l’examen et à l’approbation de l’Assemblée de Corse”.

Question

Cette disposition a-t-elle à votre connaissance été resp&tée?

délais?

Si

non,

comptez-vous

y

remédier

et,

dans

l’affirmative,

dans

quels

s Le même article 9 dispose enfin, dans son dernier alinéa, “qu’une charte précisant les conditions concrèté’j de réalisation des actions de communication de l’Etablissement est signée entre le Président du Conseil Exécutif et le Président de l’Etabjissement’

Question

Cette disposition a-t-elle été riiise en oeuvre?

Si oui, pour quel(s) Etablissement(s), quand et sous quelle forme ?

délais?

Si

non,

comptezvous

y

remédier et,

dans

l’affirmative,

dans

quels

V) Pour finir, l’article 6 de la même délibération stipule que “chaque année, à l’occasion du vote du Budget Primitif de la Collectivité Territoriale de Corse, l’Assemblée de Corse se prononce sur les moyens administratifs et financiers nécessaires à l’exercice de son pouvoir de tutelle et de sa mission de contrôle sur les Agences et Offices de la Collectivité Territoriale de Corse.

Question :

Cette disposition n’ayant manifestement jamais été respectée, pouvez- vous nous dire si vous comptez y remédier?

Et, si oui, dans quels délais et sous quelles formes 7

G)

>

m

r

m

z

o o

n

m

cl)

o

m o

o -~

,,

I

m

Ci)

o z

r

C

a

z

‘J)

I) L’article 3 de la délibération n° 02/427 AC modifiée, stipule notamment que “le bureau est seul compétent pour procéder à la répartition des aides et subventions eh application d’un règlement des aides adopté par l’Assemblée de Corse1’,

Question

 

Cette disposition a-t-elle été toujours respectée ?

Si non, dans quelles occasions ?

Réponses:

OEC

Cette disposition a toujours été respectée

Conclusion:

ODARC

-idem- (validation en Conseil Exécutif)

Réponse positive unanime

OEHC

Sans objet (pas de bureau)

ATC

Cette disposition a toujours été respectée

OTC

Sans objet (pas de bureau)

ADEC

Cette disposition a toujours été respectée (Vâlidation en Conseil

Exécutif)

• L’article 3 de la même délibération sUpule aussi qu’il “est régulièrement rendu compte au ConssO d’4dm~nistratinn des décisions prises Rn matière de répartition des aides et subventions”.

Question

 

Cela a-t-il été fait?

En quelles circonstances ?

Selon quelle fr&~uence?

Réponses

DEC

Le CA. est informé régulièrement

- Compte-rendu d’activité

- Compte Administratif

- Eventuellement lors du Budget Supplé mentaire

Conclusion

ODARC

Le C.A. est informé régulièrement

- une a deux fois par an

- Compte Administratif

OEHC

Sans objet

(pas de bureau)

ATC

Le C.A. est informé lors du Compte Administati~

Réponse positive unar~me mais avec des variantes sur la forme et la fréquence.

OTC

Sans objet

(pas de bureau)

ADEC

Le C.A. est informé régulièrement

- Budget Primitif

- Budget Supplémentaire

- Compte Administratif

• le même article stipule que “tout rapport qui n’aura pas fait l’objet d’une transmission préalable” e~ ~r4sjdpnt du Conseil Exécutif tins es conditions de délai rappelées ci-dessus “ne pourra donner lieu à délibération”.

Question

Cette disposition a-t-elle toujours été respectée ?

Si non, dans quelles occasions ?

Réponses

- idem - ~nen)

ADEC

Conclusion

Cette disposition

nous

aérienne dont le Président du

reprise. Son Plkésident

paraît être intégralement respectée par tous les Efablissements. L’Office des Transports n’y a dérogé qu’à une seule a indiqué par écrit que le rapport en question’ ‘concernait la délégation de service public en matière de desserte Conseil Exécutif connaissait le contenu pour en avoir lui-même assuré une large part des négociations.

e le même article stipule que les actes soumis à l’exercice dê la tutelle sont transmis sans délai au Président du Conseil Exécutif qui en accuse réception, ce qui fait courir e délai de 15 jours au-delà duquel ils deviennent exécutoires.

Question

Cette disposition a-t-elle été toujours respectée? Si non dans quelles occasions ? Par quels moyens de Président du Conseil Exécutif accuse t-il réception de ces actes ? A quel moment transmettez-vous les actes dont il s’agit au Contrôle de la Légalité ?

Réponses

OEC

Les actes transmis au Président du Conseil Exécutif ne revien nent qu’au bout de 03 à 04 semaines revêtus du cachet de la Collectivité Territoriale de Corse Ils sont ensuite transmis au Contrôle de la Légalité

ODARC

Les actes sont transmis simultanément au Contrôle de la Légalité et au Président du Conseil Exécutif qui en accuse réception par retour de courrier revêtu du cachet de la Collectivité Territoriale de Corse

OEHC

Les actes sont transmis simultané ment au Contrôle de la Légalité et au Président du Conseil Exécutif La manière dont le Président du Conseil Exécutif en accuse réception (04 exemplaires lui sont adressés) paraît méconnue

ATC

Les actes sont transmis au Président du Conseil Exécutif qui en accuse rapidement réception par courriel. Ils sont ensuite. transmis au Contrôle de la Légalité

OTC Les acte~ sont transmis par voie postale et par courriel au Président du Conseil Exécutif La manière dont le Président du Conseil Exécutif en accuse réception paraît méconnue sauf à considérer que “le dispositif de transmission par voie électronique traduit une réception des documents en l’absence de message d’erreur’. Le Contrôle de la Légalité en est ensuite rendu destinataire

ADEC

Les actes sont transmis au Président du Conseil Exécutif dès leur adoption. La manière dont ce dernier en accuse réception paraît méconnue. Les mêmes actes sont transmis au Contrôle delà Légalité 15 jours après leur adoption

Conclusion

Une confusion certaine apparaît d de la délibération 02/427 modifiée et qui affecte

- le contrôle que lp Président du Agences et Offices de la Collectivité Territoriale

ans les moyens utilisés pour la mise en oeuvre d’une disposition majeure contenue dans l’article 7 notamment ConseH Exécutif (puis éventuellement l’Assemblée de Corse) doivent exercer sur les actes des de Corse

- le caractère exécutoire de ces mêmes actes qui sont transmis au Contrôle de la Légalité avant le délai de 15 jours et parfois, sans

qu’ils aient été réceptionnés de manière formalisée par le Président du Conseil Exécutif.

e le même article précise aussi que “le Président du Conseil Exécutif peut:

- demander des informations complémentaires à l’Etablissement Public,

- sur rapport spécial et motivé du Président de l’Etablissement Public, autoriser l’exécution immédiate d’un acte,

- lorsqu’il estime que l’acte transmis comporte une décision contraire aux orientations fixées par l’Assemblée de Corse ou par le Conseil Exécutif en suspendre l’exécution par arrêté délibéré en CE”.

Question:

Réponses

DEC

Une ou plusieurs de ces dispositions ont-elles déjà été mises en oeuvre ?

S~oui laquelle ou lesquelles?

En quelle(s) occasion(~5 ?

 

ODARC

DEHC

n’ont

- idem -

-

idem -

ATC

- idem -.

Ces dispositions

jamais été mises en oeuvre

OTC

- idem -

ADEC

- idem

Conclusion:

I

Aucune des dispositions précitées ne paraît avoir été formellement mise en oeuvre par la Président du Conseil Exécutif.

• le même article 7 dispose enfin que “le dispositif des délibérations du Conseil d’Administration, du Bureau ainsi que les actes cil Président ou du Directeur , à caractère règlementaire, font l’objet d’une.pubiication ~ recuel! des ~rteç sdministratjfs de la Coller.tivitA Territoriale de Corse”.

Question:

 

Cette disposition a-t-elle, à votre connaissance, été respectée ?

Avez-vous, pour votre part, transmis au Président du Conseil Exécutif les documents prévus à cet effet?

Réponses

OEC

La publication au

recueil des actes administratifs de la Collectivité Territoriale de Corse a été assurée jusqu’en

2009.

Sont dans l’ignorance depuis 2010, date à partir de laquelle les documents n’ont plus été adressés à cet effet au Président du Conseil Exécutif.

ODARC

Les responsables de l’Etablissement ne se préoccupent pas de la bonne application de cette disposition qui, pour eux, relève de la seule responsabilité de la Collectivité Territoriale de Corse.

OEHC

La Présidente de ‘Office assure la transmission des documents prévus dans le cadre de la tutelle. Elle ne se préoccupe pas de leur éventuelle publication au recueil des actes administratifs de la Collectivité Territoriale de Corse.

ATC

Les responsables de l’Agence ne se préoccupent pas de l’exécution de cette disposition. Ils estiment que les transmissions effectuées dans le cadre de la tutelle se font aussi dans cet esprit.

OTC

Les responsables de l’Office sont dans l’ignorance de la bonne exécution de cette disposition. lis n’effectuent pas d’envoi spécifique à cet effet.

ADEC

Le Directeur n’est pas en mesure de certifier que les actes transmis font l’objet d’une publication. Il confirme que ‘Agence ne procède pas à une transmission spécifique à cet effet

Conclusion

Il apparaît que la totalité des Etabiissements sont dans l’ignorance la bonne application de cette disposition et, dans le meilleur des cas, imaginent que les transmissions effectuées dans le cadre de l’exercice de latutelle peuvent l’être aux mêmes fins.

IV) ê l’article 8 de la même délibération stipule notamment que:

“le Budget Primitif de la Collectivité Territoriale de Corse comportant le projet de budget. de l’Etablissement Public, fixe Ie~ dotations de la Collectivité Territoriale de Corse ainsi que les emplois ,dânt la création est autorisée”,

Question

Est-ce que, à votre~tonnaissance, les ouvertures de postes (création de postes budgétaires figurant au tableau des effectifs) effectué~ par votre Etablissement, ont été préalablement autorisés par l’Assemblée de Corse lors du vote de ses Budgets Primitifs ?

Si non, combien de postes avez-vous ouverts ? En’quelle(s) occasion(s)? Les avez-vous pourvus ? Si oui, combien ?

Réponses

OEC

Les responsables de l’Office reconnaissent que cette procédure n’est pas strictement appliquée. Le Président soulignant

l’antériorité de cette pratique, indique avoir procédé à une trentaine de recrutements nouveaux dont 14 relèvent du transfert du Service

« Energie

Collectivité Territoriale de Corse.

» de la

ODARC

Le Président de ‘Office nous a indiqué avoir notamment sollicité la création de 03 postes lors de la préparation du BP 2012 de la Collectivité Territoriale de Corse, Il nous a précisé par écrit n’avoir procédé à aucune création de postes supplémentaires lors du vote’.du Budget Primitif 2012 de I’ODARC.

OEHC

La Présidente de l’Office nous indique que cette procédure est appliquée et qu’elle a, pour sa part, pourvu 02 postes doht la création avait été autorisée par la mandature précédente

ATC

~1

Les responsables de l’Agence nous indiquent avoir procédé à une cf’éation de poste lors du vote du Budget Primitif 2011. lIs considèrent y avoir été autorisés par l’Assemblée de Corse dès lors que le Budget Primitif de la Collectivité Territoriale de Corse, préparé en concertation avec les services de la CTC, avait été adopté.

-_

OTC

Le Président de l’Office indique que cette procédure est à priori appliquée et que, pour sa part, il n’a procédé à aucune création de poste depuis le début de la ma nd atLI re.

-

ADEC

Le Directeur nous informe que la procédure d’autorisation préalable a toujours été respectée et que l’Agence s’assure de l’inscription formalisée au Budget de la Collectivité Territoriale de Corse avant de procéder à la création effective des postes en son sein.

Afin de corréler les diverses procédures prévues (autorisations préalables de postes budgétaires) les pièces suivantes sont jointes

Assemblée de Corse, ouvertures et/ou créations de

- Relevé des créations de postes autorisées par l’Assemblée de Corsé depuis le Budget Primitif 2004 (annexe 5) s’

- 03 tableaw< des effectifs des Agences et Offices arrêtés aux 31 decembre 2008, 2009, 2010 et 2011

Conclusion:

• TITULAIRES/CDI (ANNEXE 6)

• NON TITULAIRES/CDD

(ANNEXE 7)

• EFFECTIFS TOTAUX (ANNEXE 8)

Les responsables des

Etablissements

Publics de la Collectivité

Territoriale de Corse

paraissent,

dqns leur grande majorité,

méconnaître -même quand ils n’en usent pas- les procédures de recrutement auxquelles ils sont assujettis.

Pour la seule période 2008/2011, alors que ‘Assemblée de Corse n’avait formellement autorisé que la création de 18 postes (21 au total depuis le Budget Primitif 2004) l’effectif total (titulaires/CDI) des Agences et Offices est passé de 594 au 31 décembre 2008, à 606 CLI 31 décembre 2009, puis à 641 au 31 décembre 2010, pour enfin s’établir à 663 au 31 décembre 2011 (soit 69 postes nouveaux pour 18 autorisés),

Les annexes 5, 6, 7 et 8 jointes donnent, Etablissement par Etablissement, et globalement, toutes informations utiles en la matière pour la période concernée.

12 BIS

ANNEXE s

- AGENCES ET OFFICES DE LA COLLECTI VITE TERRITORIALE DE CORSE

RELEVE DES CREATIONS DE POSTES AUTORISEES PAR L’ASSEMBLEE DE CORSE DEPUIS LE BUDGET PRIMITIF 2004

*

(NB) : à la page 47 du rapport de présentation du Budget Primitif 2012 de la Collectivité Territoriale de Corse, la création de 08 postes à l’ODARC est évoquée sans dor~ner lieu par la suite à délibération formalisée (08 postes: 03 pour Je CREPAC + 5 CDD dont 02 animateurs fonciers et fl3 agents affectés à la remise à niveau du logiciel ‘OSIRIS).

4

ANNEXE

6

- È

~tI~~ÙbtgÉjA)$~ÈS - ~titDL•M~ê~.b.L)

 

31.12.

31~12.

31.12.

31.12.

2bô~

2ÔÔ~

2010

2011

ODARC

116

114

113

113

OEHC

240

245

247

247

ATC

50

50

50

51

ADEC

55

58

53

53

OTC

10

.,

10

13

10

OEC

123

129

165

189,

TOTAL

594

Ø6~

641

663

(aaQI~~a;y~iqi

;J.

NON)

ÀN~tÊXÈ

8

3112

~ÔÔ~

 

TITULAIRES/CDI

116

ODARC

NON TITYLAIRE?iPDD

Q6

E~R~C’T,tF~T~grÀIj

122

TITULAIRES/CDI

240.

OEHC

NON T!TIJLAIRES/CDD

20

~FP~efr1~ Tçptfkt

260

TITULAIRES/CDI

50

ATC

NoN TrrULAI:RESIcDD

01

~ÈpmF~9ø~-~b

51

TITULAIRES/cDI

55

ADEC

NOr~1TITULAIRES/CDD

01

~ r

T~TULAIRE3/cDI

10

OTC

NON TITULAIRES/CDD

-

~

lb,

TITULAIRES/CDI

123

OEC

NON TITULAJRES/DD

02

~

~W5

~

TOtAL

GENERAL

{

TITULAIRESJcDI

NON TITULAIkES/CDD

594

30

- ÈFFÈCTIFS -

3112

3112

3112

 

2Ô1Ù

2011

114

113

—~

113

06

12

12

120

125

125

245

247

247

-

13

17

23

258

264

270

50

50

51

03

04

01

53

54

52

58

53

53

05

01

06

63

54

59

10

13

10

-

-

01

10’

13

11

129

165

189

07

24

29

~&6

18~

218

606

641

663

-

34

58

699

72

-

• Le même article 8 précise que “le compte financier de l’Etablissement est communiqué au Conseil Fxér.utif qui le transmet à l’Assemblée de Corse”,

Question

Cètte disposition a-t:efle, à votre connaissance, été respectée?

Réponses:

OEC

ODARC

OEHC

ATC

OTC

ADEC

Les responsables de l’Etablissement transmettent le compte financier au Président du Conseil Exécutif, Ils ignorent s’il est ensuite transmis à ‘Assemblée de Corse,

.- idem -

- idem -

- idem

- idem -

-

idem -

Conclusion

Les responsables de tous les Etablissements transmettent de façon systématique, -ne serait-ce que dans le cadre de l’exercice de la tutelle- leurs comptes financiers au Président du Conseil Exécutif -

Ils sont ensuite dans l’ignorance de leur éventuelle transmission à ‘Assemblée de Corse.

V) n l’article 9 de la même délibération traite notamment du “délégué de la Collectivité Territoriale de Cnrse du Conseil Exécutif délibéré en Conseil Exécutif, après avis conforme de l’Assemblée de Corse”.

nnmrné par arrêté du Président

Question

 

Est-ce que, à votre connaissance, cette disposition a été mise en oeuvre ?

Si oui, quand ?

Réponses:

OEC

t

t

Les responsables de ‘Office ne disposent pas d’informations particulières sur la mise en oeuvre de cette disposition

ODÀRC

- idem - s Ils ont été toutefois récemment informés qu’un personnel de la Collectivité Territoriale de Corse pourrait assister aux Conseils d’Administration sans que cela ait été suivi d’effet

s

OEHC

ATC

OTC

ADEC

- idem -

- idem -

idem -

idem -

La Présidente de l’office a cohstaté une fois la présence d’un agent de la Collectivité Territoriale de Corse à un Conseil d’Administration mais sans savoir en quelle qualité

La Pr~sidente de l’Agence a été informée de la désignation récente d’un référent interne (Mme B.) qui assure pour le compte de la “Direction Générale des Services” le suivi de son Etablissement

Le Président de l’Office indique que Mile D. assistait aux réunions du Conseil d’Administration et qu’elie a été depuis peu remplacée par Mme B.

Conclusion

Les responsables des Agences et Offices paraissent être dans l’ignorance nomination d’un délégué de la Collectivité Territorialé de Corse, telle qu’elle est définie par d’entre eux ont été récemment informés de la désignation d’un “référent” des Services de réunions de leurs Conseils d’Administration.

de la mise en oeuvre de la disposition relative à la l’article 9 de la délibération 02/427 modifiée. Certains la Collectivité Territoriale de Corse qui assistera aux

i4

t,

• le même article 9 précise dans son: b) que “le compte-rendu annuel d’activité.s et de gestion de l’Etablissernent Public est transmis ~u Président du Conseil Exécutif qui le soumet à l’examen et à l’approbation de l’Assemblée de Corse”,

Question

Cette disposition a-t-elle, à votre connaissance, été respectée 2

Réponses

OEC

Les documents concernés sont systématiquement transmis au Président du Conseil Exécutif Les responsables de l’Office ignorent s’ils sont ensuite soumis à l’Assemblée de~Corse

ODARC

- idem -

OEHC

- idem -

ATC

- idem

OTC

ADEC

- idem

- idem

Conclusion:

Les transmissions des comptes rendus annuels d’activités responsables de tous les Etablissements,

et de gestion au Président du Conseil Exécutif sont bien effectuées par les

Ces derniers n’ont pas connaissance d’une éventuelle transmission des documents dont il s’agit, pour examen et approbation, à ‘Assemblée de Corse:

15

V,.

• Le même article 9 dispose enfin dans son dernier alinéa “qu’une charte précisant les conditions concrètes de réalisation des actions dE communication de I’Etablissement est signée entre le Président du Conseil Exécutif et le Président de l’Etablissement”.

Question

 

Cette disposition a-t-eUe été mise en oeuvre ?

Si oui, quand et sous quelle forme ?

Réponses

DEC

ODARC

OEHC

ATC

OT’C

ADEC

pense

pas que cette disposition soit appliquée. Cepe ndant, l’Exécutif vient d’affecter un responsable qualifié à cette mission.

Le Président ne

-

idem -

La Présidente ne croit pas que cette mesure ait été mise en application sachant que ‘Office ne dispose pas de Service de Communication.

Cette mesure n’a pas été mise en oeuvre mais elle est en cours. La Présidente a reçu récemment plusieurs notes de la Direction Gén&alè afin d’engage.r cette démarche qu’elle avait d’ailleurs déjà pris l’initiative de suggérer dans le cadre d’une mutualisation.

“Cette charte n’a pas été mise en oeuvre, l’Office ne faisant pas• de communication”, a indiqué le Président.

Cette disposition avait été mise en oeuvre SPUS la mandature pr~ôédente. Elle ne l’est plus aujourd’hui. Le projet du 1~ numéro de “la lettre” de l’Agence n’ayant pas eu de suite,

Conclusion

Cette dispo~itidn n’est manifestement pas mise en oeuvre, paraissant toutefois se préciser en la matière.

une ébauche de mutualisation

des actions de communication

RELEVE DE:~ CONCLUSIONS

PFtESID:ENfr DU CONSEIL

EXEC ItT IF

I) L’article 4 de la délibération n° 02/427 modifiée, relatif aux Directeurs des Agences et Offices, stipule, dans son dernier alinéa, que “la rémunération du Directeur est fixée en CiSriseil Exécutif, en même temps qu’il est procédé à sa nomination”.

Question:

Les Directeurs des Agences et Offibes ont-ils tous été Conseil Exécutif?

nommés en

Quelle est la nature des actes qui ont formalisé leurs nominations?

Leurs rémunérations ont-elles été fixées en même temps qu’il était procédé à leurs nominations?

Réponse:

Directeurs des Agences et Offices sont

intervenues en Conseil Exécutif; leurs rémunérations, qui ont fait l’objet d’une harmonisation avec celles des cadres dirigeants de la Collectivité Territoriale de Corse, ont été fixées dans le cadre de la même instance, un arrêté pris en Conseil Exécutif formalisant l’ensemble de la procédure.

Les

nominations

des

Observations:

La disposition édictée est parfaitement respectée.

Il) L’article 7 de la même délibération précise les délais de transmission au Préside; du Conseil Exécutif, de l’ordre du jour et des rapports soumis à l’examen du Conseil d’Administration et du Bureau des Agènces et Offices, soit:

• douze (12) jours avant Fa réunion

• trois (3) jours ?vant la réunion, en cas d’urgence avérée.

Question

e

Est-ce que le délai de transmission de 12 jours est toujours respecté?

Est-ce que la procédure d’urgence (délai de 03 jours) a déjà été utilisée par un ou plusieurs des Etablissements?

Si oui, dans quelles conditions?

Réponse:

Le Président du Conseil Exécutif, sans pouvoir affirmer le respect des

a le sentiment que cette

délais dans e détail

-des collaborateurs y étant délégués-

disposition ést intégralement respectée.

Observations-

La disposition

pré~itée

est parfaitement respectée,

e

Président du

Conseil

Exécutif n’ayant pas souvenir ou connaissance de

exception faite par

‘Office

de

‘Environnement (cf.

page

7

du

relevé des conclusionsfAgences

et

Offices).

o Le même article stipule que “tùut rappôrt qui n’aura pas fait l’objet d’une transmission préalable” au Président du Conseil Exécutif dans les conditions rappelées ci-dessus “ne pourra donner lieu à délibération”.

Question

 

Cette

disposition

a-t-elle,

à

votre

connaissance,

été

toujours

respectée ?

 

Si non, dans quelles occasions?

 

Réponse:

Cette disposition n’a jamais été transgressée.

e Le même article stipul& que “les actes, une fois adoptés, sont transmis sans délai au Président du Conseil Exécutif qui en accuse aussitôt réception”.

Question :

-

-

Cette disposition vous parait-elle être respectée?

Par quels moyens et dans quels délais accusez-vous réception de ces

actes?

Réponse:

Le Président du Conseil Exécutif n’a pas eu de remontées concernant des transmissions tardives. Il a confié au Directeur Général la mission d’assurer la bonne application de cette procédure et il espère que l’accusé de réception est effectué par voie électronique.

Il suggère, à l’initiative de la Présidente de la Commission dé Contrôle, de lui adresser un courrier en ce sens.

Observations:

Le courriel qui a été adressé au Président du Conseil Exécutif (à l’attention de Monsieur le Directeur Général des Services) dès le 31juillet, et qui reprenait intégralement la question formulée ci-dessus, est resté sans réponse à ce jour: ce qui parait corroborer la confusion constatée dans les réponses faites à la même question par les Présidents et Directeurs des Agences et Offices (cf. page 9 du présent rapport).

.

Le

Exécutif peut:

même

article

précise

aussi que

“Le

Président du

Conseil

a)

demander

des

l’Etablissement public,

informations

complémentaires

à

b)

de

l’Etablissement. Public, autoriser l’exécution immédiate d’un acte,

:sur

rapport

spécial

et

motivé

du

Président

c) lorsqu’il estime que l’acte transmis comporte une décision contraire aux orientations fixées par l’Assemblée de Corse, en suspendre l’exécution par arrêté délibéré en Conseil Exécutif’.

Question:

 

Une ou plusieurs

de

ces

dispositions

ont-elles déjà

été

mises en

oeuvre?

 

Si oui, laquelle ou lesquelles?

 

En quelle(s) occasion(s) ?

Réponse:

Sur le a) -. le Président du Conseil Exécutif indique avoir utilisé cette

procédure à plusieurs reprises, notamment en matière de recrutements,

En dehors de ce domaine, il ne croit pas s’en être servi.

Sur le b) - cette modalité n’a pas eu à être actionnée.

Sur

le

c)

cette

modalité

n’a

pas

été

formellement

utilisée,

les

échanges préalables permettant d’éviter la mesure de suspension.

- Observations:

Aucune des trois dispositions précitées ne parait avoir été formellement mise en oeuvre par le Président du Conseil ExécutiL

e Le même article 7 dispose enfin que “le dispositif des délibérations

du Bureau ainsi que les actes du Président ou du

Directeur, à caractère réglemen~jre font l’objet d’une publication au recueil des actes administratifs de la Collectivité Territoriale de Corse.

du Conseil d’Administr5~jon

-.

Cette disposition a-t-elle été mise en oeuvre?

Si non, pouvez-vous nous dire si vous comptez y remédier?

Et si oui, dans quels délais et sous quelle forme?

Le Président du Conseil Exécutif n’est pas certain que cette modalité soit effectivement appliquée et qu’il conviendrait naturellement de le faire.

Observations:

La publication ~cies actes des Agences et Offices au recueil des actes administratifs de la Collectivité Territoriale de Corse ne paraît pas être assurée à ce jour, notre demande d’informations complémentaires du 31juillet à ce sujet étant elle. aussi demeurée sans réponse (cf. page 21 du présent rapport).

III) L’article 8 de la même délibération stipule notamment que:

“le Budget Primitif de la Collectivité Territoriale de Corse comportantie projet de budget de l’Etablissement Public, fixe les dotations de la Collectivité Territoriale de Corse ainsi que les emplois dont la création est autorisée”.

Question :

-

 

a)

Celle disposition vous paraît-elle, pour tout ou~ partie, avoirété

respectée?

-

Réponse:

Si oui, en quelle(s) occasion(s) et sous quelle(s) forme(s)?

Pour le Président du Conseil Exécutif, cette procédure est respectée d’un point de vue formel mais parfois moins quant à son esprit, des recrutements temporaires avant pu être pérennisés sans qu’il en ait été rendu compte à la Collectivité Territoriale de Corse. Le Président du Conseil Exécutif a été amené, d’ailleurs, à rappeler par note aux responsables des Agences et Offices les règles applicables en la matière (subordination de toute création de poste à l’autorisation de l’Assemblée de Corse). Il a agi pareillement auprès du Payeur Régional, celui-ci ne pouvant rémunérer un agent si le poste afférent n’a pas été créé comme il se doit.

Question:

b) Si non, pouvez-vous dire si vous comptez y remédier à l’avenïr et v&e même de façon rétroactive, s’il s’avérait que des emplois non autorisés par l’Assemblée de Corse aient été créés par un ou plusieurs de nos Etablissements Publics?

Réponse:

Le Président du Conseil Exécutif n’envisage pas ce type de démarche. Il appartiendrait à l’Etablissement concerné de trouver lui-même une solution; étant entendu que des créations non autorisées par une décision budgétaire seraient considérées caduques.

Observations:

Les réponses apportées distinctement et successivement par e P,’êsident du Conseil Exécutif aux questions a) et b) et l’examen des conclusions qui ressortent à la page 12 du relevé des conclusions/Agences et Offices, font apparaître en toute bonne foi, chez le Chef de l’Exécutif, une méconnaissance importante des pràtique~ en vigueur en màti&e de ~ecrùtéments dans au moins un des Etablissements Publics de la Collectivité Territoriale de Corse.

 

.

Le

même

article

8

précise

que

“le

compte

 

financier

de

l’établissement

est

communiqué

 

au

Conseil

Exécutif

qui

le

transmet

à

l’Assemblée de Corse”.

Question:

-

e) Les Comptes Administratifs des Àgences et Offices vous sont-jjs communiqués ?

b) Les transmettez-vous au Président de l’Assemblée de Corse?

Réponse:

Le Président du Conseil Exécutif est régulièrement destinataire de ces documents; il n’est pas assuré pour autant de leur transmission, ensuite, à l’organe délibérant.

li considère, que bien que ces documents soient mis à disposition des élus par le biais des Conseils d’Administration cela ne constitue point un argument pour s’affranchir de cette obligation, d’autant que l’échange qui s’instaurerait â cette oçcasion pourrait s’avérer judicieux.

Obsehrations:

Respect de la disposition édictée pour lea) de la question.

La disposition évoquée au b) de la même question reste à mettre en

oeuvre.

IV) L’article 9 de la même délibération traite notamment d.un aspect essentiel des modalités d’exercice de la tutelle de la Collectivité Territoriale de Corse sur ses Etablissements Public& Il définit précisément, à cet effet, les attributions du “délégué de la Collectivité Territoriale de Corse, nommé par arrêté du Président du Conseil Exécutif, délibéré en Conseil Exécutif, après avis conforme de l’Assemblée de Corse”.

Question:

La nomination du “délégué”, dans les conditions prescrites ci-destus, n’étant manifestement jamais intervenue, pouvez-vous nous dire si vous comptez proposer sa désignation à l’Assemblée de Corse?

Si oui, dans quels délais ?

Réponse:

Le Président du Conseil Exécutif juge cette disposition “dépourvue de sens” et “contraire au droit’.

 

Il

estime que si

l’Assemblée

de Corse est

bien

dans son

droit en

instituant

une

Commission

de

Contrôle,

il

ne

lui

appartient

pas

pour

autant

d’interférer dans la désignation de personnels administratifs ayant délégation du Chef de l’Exécutif. En conséquence, il n’appliquera pas cette mesure qui lui parait

-méconnaitre le principe de séparation entre le délibérant et I’éxècutif.

Ob~ervations:

La doctrine du Président du Conseil Exécutif dans le cas d’espèce était partagée par le Préfet de Corse en charge du contrôle de la légalité au moment de l’adoption de cette délibération. Son déféré tendant à l’annulation de la dite disposition (assujettissement de la nomination du délégué à l’avis conforme de l’Assemblée de Corse) a été rejeté par le Tribunal Administratif de Bastia lors de son audience publique du 12 décembre 2003 (annexe 9); décision confirmée par la Cour Administrative d’Appel de Marseille le 25 avril 2005 (annexe 10) et contre laquelle le Préfet n’a pas introduit de pourvoi en cassation. Les dispositions contenues à l’article. 9 de la délibération 02/427 AC modifiée et relatives au délégué de la Collectivité Territoriale de Corse devraient être. en conséquence, soit appliquées, soit amendées.

ANNEXE 9

TRIBUNAL ADMINJSTRÀTIF DE BASTa

03/583

Préfet de Corse

Audience du Il décembre 2003 Lecture du 12 décembre 2003

REPUBLIQIJE FRANCAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANCATS

Le tribunal administratif de Bastia

1ère chambre

Vu, enregistrée au greffe du tribûnaf adminj~tratifdeBa~ia le 10 juillet 2003, le déféré présenté par le préfet de Corse tendant à l’annulation des dispositions d’une délibération de l’assemblée de Corse du 18 décembre 2002 relative aux agences et offices de la collectivité territoriale d~ Corse

Vu la décision attaquée;

Vu le code général des collectivités territoriales;

Vu le code de justice administrative

Les parties ayant été régtliè~ement averties du jour de l’audience.

Après avoir entendu au cours de l’audience publique du 11 décembre 2003

- le rapport de M. Camènen, conseillez’,

-2—

- et les conclusions de M. Antolini, commissaire du gouvernement;

Considérant qu’aux termes de l’article L: 4422-25 du code général des collectivités territoriales : « Le président du conseil exécutif ( est le chef des services de la collectivité territoriale de Corde. Il gère les personnels de la collectivité ( » ; qu’aux termes de l’article L. 4424-41 du même code: «Les conditions dans lesquelles la collectivité territoriale de Corse exerce son pouvoir de tutelle sur l~ offices et sur l’agence du tourisme

sont définies par délibération de l’assemblée de Corse (

)

)

)»;

Considérant que parla d~libération attaquée du 18 d~àembre 2002, 1’a~semblée de Corse a prévu qu’un délégué dela collectivité territoriale de Corse, nominé par arrêté du président du conseil, exécutif délibéré e~ conseil exécutif; pris après avis conforme de l’assèmblée de Corse et choisi parmi les agents des services de la collectivité territoriale de Corse, prendrait connaissance des projets d’actes et assisterait de plein droit â toutes les réunions du conseil d’administratioiz, bureau ou autres organes des agences et offices, avec voix consultative; qu’à l’appui dd son déféré, le préfet soutient que l’existence d’un avis conforme de l’assemblée de Corse méconnaît les prérogatives du président du conseil exécutif en matiêr6 de gestion du personnel, telles qu’elles résultent des dispositions susvisées de l’article L. 4422- 25 du code générai des collectivit~ territoriales ; que toutefois, ces dispositions n’ont ni pour objet ni pour effet de restreindre les conditions dans lesquelles l’assemblée de Corse fixe les modalités de la tutelle de la collectivité territoriale de Corse sur les offices et agences en vertu

Y de l’article L. 4424-41 du code général des collectivitéstenitoriales précité ; qu’en soumettant la désignation des délégués de la collectivité territoriale de Corse au sein des agences et qifices â son avis conforme, l’assemblée de Corsé n’a pas empiété sur les compétences du président du conseil exécutif dans le domaine de la gestion des services et du personnel ; qu’ainsi, le moyen invoqué ne peut être accueilli;

être rejeté ;‘ .~

Considérant qu’il résulte de ce qui précède que le déféré du préfet de Corse doit

DE C IDE

Article 1er: Le déféré du préfet de Corse, préfet de la Corse-du-Sud est rejeté.

Article 3 : Le présent jugement sera notifié au préfet de Corse et à la collectivité territoriale de Copse.

Délibéré à l’issue de l’audience du Il décembre 2003 où siégeaient

M.

PANAZZA, présid~nt

M.

MORACCI{1N , premier conseiller,

M.

CAMENEN, conseiller,.

assistés de M_me. G1Uf~4AIDJ greffier

Prononcé en audience publique le I2décembre2003.

-

Le rapporteur

Le président,

Le greffier,

G CMVTE~N

x-P. PAN-4h

-3-

tous huissiers deju~c6 I4République à cé requis mande en et ce ordonne q~ concerne an préfet les de voies Corse de en droit ce commun qui le concerne contre et les à parties privées de pourvoir à l’exécution du présent jugement.

Pour expédition Conibrn-ie

y

4ffier

ANNEXE 10

cf

- ~ LA&iiYR ADMINISTRATIVE D’APPEL

DE MARSEILLE

04MA00343

PREFET DE LA REGION CORSE PREFET DE LA CORSE D15 SUD

M. Alfonsi

Rapporteur

M. Louis

Commissaire du gouvernement

-

Audience du 25 avril 2005 Lecture du 23 mai 2005

135-06-03-03

C

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

AU NOM DU PEUPLfl FRANÇAJS

La Cour administrative d’appel de Marseile

(5ème Chambre)

Vu la requête, enregistrée le 16 février 2004 au greffe de la Cour administrative d’appel de Marseile, sous le numéro 04MA000348, présentée par le PREFET DE CORSE; Le PREFET DE CORSE demande à la cour:

1°) d’annuler le jugement n° 03-583 du 12 décembre 2003 par lequel le Tribunal administratif de Bastja a rejeté son déféré tendant à Pannulatjon de l’article 9 de la délibératjôn du 18 décembre 2002 de l’ass~biée de Corse relative aux agences et office de la collectivité territoriale de Corse prévoyant iiue le délégué chargé d’exercer la tutelle de la collectivité territoriale sur lesdits offices et agences serait nommé par arrêté du président du Conseil exécutif délibéré en Conseil exécutif après avis conforme de l’assemblée de Corse;

2°) d’annuler l’article 9 de la délibération susmentionnée;

Il soutient que cette disposition restreint illégalement le pouvoir de nomination du président du Conseil exécutif de Corse qui, en vertu de l’article L4422-25 du code général des collectivités territoriales est le chef des services de la collectivité territoriale de Corse et gère, à ce titre, les personnels de la collectivité;

Vu le jugèment et la délibération attaqués

Vu, èitègi~ti-é lé 12 mài 2004: le méhoire ~n défense ~,i~ésenté par la Collectivité territoriale de Corse, qui déclare prendre acte du jugement du tribunal administratif et s’en remettre à la sagesse de la Cour;

N° 04MA00345

2 J

Vu les autres pièces du dossier;

Vu le code général des collectivités territoriales ;

Vu la loi n° 84-53 du 26janvier1984;

Vu le code de justice administrative;

L~ parties ayant été régulièrement averties du jour de l’audience;

Après avoir entendu au cours de l’audience jiublique du 25 avril 2005:

- le rapport de M. Alfonsi, premier conseiller;

- et les conclusions de M. Louis, commissaire du gouvernement;

Considérant qu’en prévoyant, par l’article 9 de sa délibération du 18 décembre 1982, que la tutelle exercée par la collectivité territoriale de Corse sur les agence et offices dépendant d’elle serait également exercée par un délégué choisi parmi les agènts des services de ladite collectivité territoriale nommé par arrêté du président du Conseil exécutif délibéré en Conseil exécutif après avis conforme de l’Assemblée de Corse, PAssemblée de Corse n’a ni procédé â la: création d’un emploi de la fonction publique territoriale susceptible d’être occupé par im agent dont la nomination relèveraft de la compétence exclusive de l’autcjrité. territoriale en vertu de l’article 40 de la loi susvisée du 26 janvier 1984 auquel renvoie l’article L.4422-25 du code général des collectivités territoriales ni accompli un acte pouvant être regardé comme procédant du•poùvoir de direction ou de gestion des personnels de la collectivité et, partant, comme empiétant sur les compétences de l’organe exécutif ; qu’elle s’est seulement bornée, en définissant les modalités selon lesquelles seraient choisis les délégués sus mentionnés, à exercer la compétence qu’elle tient de l’article L.442441 du code général des collectivités territoriales aux termes duquel ‘Les conditions dans lesquelles la collectivité territoriale de Corse exerce son pouvoir de tutelle sur les offices et sur l’agence du tourisme sont définies par délibération de l’Assemblée de Corse

J” (

; qu’il suit de là que le PREFET DE CORSE n’est pas fondé à. soutenir que c’est à tort que,

par son jugement du 12 décembre 2003, le Tribunal administratif de Basha a rejeté son déféré

tendant à l’annulation des dispositions en cause de la délibération de l’Assemblée de Corse en

date du

18 décembre 2002;

Agiçiei

:

DÉCIDE:

La requête du PREFET DE CORSE est rejetée.

e

N° 04MA00348

Article_2’

Le présent arrêt sera notifié au PREFET DE CORSE, au ministre de

3

l’intérieur, de la Sécurité intérieure et des libertés locales et à la Collectivité territoriale de Corse.

Délibéré après l’audience du 25 avril 2005,

où siégeaient:

- Mme Bonmati, président de chambre,

- M. Moussaron, président assesseur,

- M. Alfonsi, premier conseiller;

Lu en audience publique, le 23 mai 2005.

Le rapporteur,

Signé

IF. ALFONSI

Le président,

Signé

D. BONMATJ

Le greffier,

Signé

P. RANVIER

La République mande et ordonne au ministre de l’intérieur, de la sécurité intérieure et des

libertés locales en ce qui le concerne et à tous les huissiers

concerne les voies de droit commun contre les parties privées de pourvoir à l’exécution de la

de justice

à ce requis

en

ce qui

e,

b) que “le com~Ie-rendu

annuel d’activités et de gestion de l’Etablissement Public est transmis au Président du Conseil Exécutif qui le soumet à l’examen et à l’approbation de l’Assemblée de Corse”.

e

Le même article 9 précise dans son:

Question:

 

Cette disposition a-t-elle â votre connaissance été respectée ?

Si

non,

comptez-vous y remédier et,

dans l’affirmative, dans quels

délais?

Réponse:

Les compte-rendu annuels d’activités et de gestion des Etablissements Publics sont bien transmis au Président du Conseil Exécutif. Leur transmission pour examen et approbation à l’Assemblée de Corse n’est pas assurée. Le Chef de l’Exécutif estime, qu’à l’inverse de la même obligation de transmission concernant les comptes financiers, cette saisine serait de nature à alourdir inutilement les travaux de l’Assemblée.

Il suggère que ces documents soient évoqués dans le cadre-de la Commission de Contrôle qui jourrait, si elle l’estime utile, saisir l’Assemblée de Corse au cas par cas. Une modification de la délibération régissant la tutelle pourrait être faite en ce sens.

e Le même article 9 dispose enfin, dans son dernier alinéa, “qu’une charte précisant les conditions concrètes de réalisation des actions de communication de I’Etablissement est signée entre le Président du Conseil Exécutif et le Président de l’Etablissement’.

Question:

 

Cette disposition a-t-elle été mise en oeuvre?

 

Si oui, pour quel(s) Etablissement(s), quand et sous quelle forme?

Si

non,

comptez-vous y remédier et, dans l’affirmative,

dans quels

délais?

Réponse:

Le Président du Conseil Exécutif estime que cette disposition découle d’une excellente idée mais qu’elle n’a pas été mise en oeuvre pour autant. Il pense que cela doit être fait, le plus rapide(nent possiblé, dans un délai d’un an, sous la forme d’une charte graphique, assortie de règles de bonne conduite tendant à renforcer la cohérence d’ensemble de la Qpllectivité Territoriale de Corse.

En marge de cet engagement et répondant à une sollicitation de la Présidente de la Commission de Contrôle pour avoir son propre avis sur certaines actions de communication personnalisées (commandes de sondages de notoriété ), il nous indique, que pour ce qui le concerne, il n’est pas convaincu de l’intérêt de pareilles initiatives.

V) Pour finir, l’article 6 de la même délibération stipule que “chaque année, à l’occasion du vote du Budget Primitif de la Collectivité Territoriale de Corse, l’Assemblée de Corse se prononce sur les moyens administratifs et financiers nécessaires à l’exercice de son pouvoir de tutelle et de sa mission de contrôle sur les Agences et Offices de la Collectivité Territoriale de Corse”.

Question :

-

Cette disposition n’ayant manifestement jamais été respectée, pouvez- vous nous dire si vous comptez y remédier?

Et, si oui, dans quels délais et sous quelles formes?

Réponse:

-dès le prochain

budget- les moyens de son autonomie à la Commission de Contrôle et d’Evaluation afin que ses travaux s’en trouvent confortés et renforcés dans l’objectif d’une amélioration du travail quotidien, tant pour l’Exécutif (en pointant en amont les éventuels problèmes) que pou( l’Assemblée (en allégeant à terme les séances

publiques des débats trop formels).

Le Président du Conseil Exécutif souhaite donner

29