Vous êtes sur la page 1sur 5

LEÇONS DE PHYSIQUE

LIVRE II
DE LA NATURE.

CHAPITRE IV.
Du hasard et de la spontanéité. - Théories diverses sur le hasard ; les unes le
nient positivement, et les anciens sages ne l'ont pas admis dans leurs systèmes
; les autres, et parmi eux Empédocle, admettent le hasard comme cause du ciel
et des phénomènes du monde, tout en ne le reconnaissant point pour cause
des animaux et des plantes. D'autres théories font du hasard quelque chose de
divin, qui est au-dessus de l'homme.

§ 1. Parfois aussi on met le hasard et la spontanéité au
rang des causes ; et l'on dit de bien des choses qu'elles
sont produites, ou qu'elles existent, d'une manière
spontanée et par hasard. Examinons donc de quelle façon il
est possible de placer parmi les causes énumérées par nous
le hasard et le spontané ; examinons de plus si fortune et
spontanéité sont la même chose ou des choses différentes,
en un mot, ce que c'est que spontanéité et hasard.
Ch. IV, § 1. Un mot, Aristote ne nomme pas les philosophes
auxquels il veut faire allusion, et il ne désignera
qu'Empédocle dans tout ce chapitre. - Le hasard et la
spontanéité, je prends ce dernier mol dans un sens plus
général qu'on ne le prend d'ordinaire; et il répond
parfaitement au mot du texte. - Au rang des causes
naturelles. - Parmi les causes énumérées par nous, dans le
chapitre précédent.

§ 2. Il y a des philosophes qui révoquent en doute
l'existence du hasard, et qui soutiennent que rien ne se
produit jamais par hasard, attendu que toutes les choses
qu'on prend pour l'effet du hasard et qu'on croit
spontanées, ont toujours une cause déterminée. Ainsi,
disent-ils, quelqu'un va par hasard au marché, et il y
rencontre une personne qu'il voulait joindre, mais qu'il ne
pensait pas trouver là ; or, la cause de ce prétendu hasard,
c'est la volonté qu'on avait d'aller au marché acheter
quelque emplette. De même pour tous les autres cas qu'on
attribue au hasard ; et en y regardant de près, on y

cette assertion paraît insuffisante. et bien qu'on n'ignore pas qu'on peut les rapporter chacune à quelqu'une des causes ordinaires. Il fallait donc que d'une façon ou d'une autre les sages dont nous venons de parler. la réponse n'est pas péremptoire . . et si la volonté d'acheter quelque chose a conduit au marché. § 5.. parce qu'il est le mouvement instinctif et irrésistible de l'intelligence humaine. et tout à fait incroyable. et l'on en conclut que ces sages étaient persuadés aussi que rien ne vient du hasard. Il y a des philosophes. le point essentiel c'est qu'on nie l'action du hasard. mais il y en a aussi toujours quelques-uns qui échappent à cette explication. cependant tout le monde n'en dit pas moins que certaines choses viennent du hasard et que d'autres n'en viennent pas. On ajoute que si en effet le hasard était quelque chose de si réel. mais peu importe . c'est le sentiment du vulgaire opposé à celui des sages . c'est juste dans la plupart des cas . qu'aucun des anciens sages. et il semble qu'il faudrait ajouter que c'est d'après le langage commun et les opinions reçues de tout le monde. on peut ranger au premier rang parmi ces philosophes Platon.Et l'on en conclut. Cette restriction est indiquée un peu plus bas. Cependant ce silence même est fait pour étonner . §4. et il paraît en effet inadmissible . seulement il faut avouer aussi qu'il y a une foule de faits que nous ne pouvons pas rapporter à leur vraie cause.On découvre toujours une cause. ce n'est pas elle qui fait qu'on y a rencontré l'homme qu'on n'y cherchait pas. § 3. . en étudiant les causes de la production et de la destruction des choses. § 2. qu'une foule de choses sont rapportées au hasard. il serait vraiment par trop étrange. Tout le monde n'en dit pas moins. mais ce sentiment mérite qu'on en tienne grand compte. § 4. car il y a une foule de choses qui se produisent et qui sont par l'effet du hasard et spontanément.Car il y a une foule de choses. ma traduction est un peu plus précise que le texte. le texte n'est pas tout à fait aussi précis . tout en désirant le découvrir. § 4. qui nie l'existence du hasard. Cependant ce silence même. On pourrait donc trouver quelqu'exemple mieux choisi . . l'action de la providence. qui a prouvé mieux que personne. On ajoute. Aristote va le constater un peu plus loin. fissent mention de ces doutes . § 3. le texte dit simplement : Cela même. . n'en eût pas dit un seul mot .découvre toujours une cause qui n'est pas du tout le hasard qu'on suppose. mais évidemment cet appel à l'autorité des anciens sages est la suite du raisonne-ment précédent. comme le veut cette maxime de la sagesse antique qui nie le hasard.Or la cause de ce prérendu hasard.

faisant naître le ciel et tous les grands phénomènes de l'univers du concours fortuit des atomes. . Plus d'une fois cependant ils en ont fait usage. § 7. des atomes ou leur déclinaison. 128. c'est le sujet de l'ouvrage d'Empédocle. Fissent mention de ces doutes. . § 7. 4. N'aient pas admis le hasard. cités par Henri Ritter et L. voir Plutarque. ce n'est pas le titre. . il fallait discuter les opinions communes et se prononcer dans un sens ou dans l'autre. § 6. dans un assez grand nombre des vers qui nous restent de lui. » Il dit encore que les parties des animaux sont presque toutes le produit d'un simple hasard. mais qu'il se secrète au hasard selon que cela se trouve. II.Mais qu'il se sécrète au hasard. § 5. § 6. Il est donc bien étrange que les sages n'aient pas admis le hasard . c'est Anaxagore.Ou le feu. De placitis philosoph. et c'est ainsi qu' Empédocle prétend que l'air ne se secrète pas toujours dans la partie la plus haute du ciel. mais parfois autrement. ad Aratum.L'Amour ou la Haine. Historia philosophiae Graeco-Romanae.Dans sa cosmogonie. Dans sa cosmogonie. il dit en propres termes : « L'air alors court ainsi. c'est Empédocle..Qui a produit la rotation. ou quelqu'autre principe analogue.Le produit d'un simple hasard. page 124. c'est Héraclite. qu'ils l'aient si complètement passé sous silence. la critique est juste . . selon l'ordre où il est aujourd'hui. ou l'Intelligence. 6.et parmi eux pourtant. et Achille Tatius. et la question du hasard était trop grave pour qu'on fût excusable de la passer sous silence. . c'est de Démocrite qu'il s'agit. Mais c'est ici qu'il y a vraiment de quoi s'étonner. quelques historiens de la philosophie ont blâmé cette critique d'Aristote. ainsi que le mouvement qui a divisé les éléments et combiné l'univers entier. Selon eux. et tous les phénomènes cosmiques à une cause toute spontanée. comme tout le monde l'admet dans une certaine mesure. ch. ou le feu. car on soutient que les animaux et les plantes ne doivent point . ou l'Amour. c'est ce qui est affirmé positivement par Empédocle. qui semble cependant très juste. c'est le hasard qui a produit la rotation. ou s'ils le reconnaissaient. personne n'a cru que le hasard fût un de ces principes : par exemple. d'après ce qu'on sait du système d'Empédocle. C'est ainsi qu'Empédocle.Ou l'Intelligence. p. Il y en a d'autres. § 8. Preller. Il y en a d'autres qui rapportent le ciel tel que nous le voyons. . ou la Haine.

parmi les phénomènes visibles. . même remarque. ce qu'il y a de plus absurde encore. . un tel sujet pris à un tel point de vue mérite assurément qu'on s'y arrête. se former une opinion précisément contraire. Car on soutient. ou tel autre principe non moins relevé. l'expression du texte n'est peut-être pas tout à fait aussi vive.On ose prétendre. Mais même en admettant qu'il en soit ainsi. bien plus encore que pour l'organisation des animaux. attendu que la première chose venue ne nuit pas fortuitement d'un germe quelconque. ne trouvait plus de hasard dans les animaux et les plantes. Or. qui donnait le hasard pour cause du monde et des grands phénomènes cosmiques. tandis que de tel autre c'est un homme . § 8. § 9.Une opinion précisément contraire. mais que de tel germe c'est un olivier qui sort. car outre que cette opinion est absurde à bien d'autres égards.leur existence et leur reproduction au hasard. § 10. et il est bon d'en parler quelque peu . Dans des phénomènes d'où l'on prétend exclure le hasard. en tant que c'est quelque chose de divin et de réservé aux esprits et aux démons. . et que dans des phénomènes d'où l'on prétend exclure le hasard.Quand d'ailleurs on voit soi-même. Il y a des philosophes. il faudrait exclure le hasard des grands phénomènes de l'univers et le réserver pour les phénomènes secondaires. il y a cependant beaucoup de choses qui sont produites par lui. Démocrite. et en même temps on ose prétendre que le ciel et les choses les plus divines. Cette opinion. § 10. c'est de la soutenir quand d'ailleurs on voit soi-même que rien dans le ciel ne se produit fortuitement. Enfin il y a des philosophes qui. mais il vaut pour l'ordre de l'univers. où il est quelquefois évident. on devrait à ce qu'il semble. tout en faisant du hasard une cause. § 9. l'argument est excellent . le texte n'est pas tout à fait aussi formel. et que la cause qui les engendre est ou la nature ou l'Intelligence. qui soumet au hasard l'origine et l'organisation primitives des choses. le regardent comme impénétrable à l'intelligence de l'homme. . Attendu que la première chose venue. sont le produit spontané du hasard. et que leur cause n'est pas du tout analogue à celle qui produit les animaux et les plantes. Ces phénomènes sont ceux de l'organisation des animaux et des plantes. où l'on ne retrouve plus de hasard. il serait difficile de dire à qui Aristote entend faire allusion.

Ainsi donc. il nous faut voir si c'est une seule et même chose ou des choses distinctes. plus haut. il nous faut étudier ce que c'est que le hasard et le spontané . § 11. Ainsi donc. c'est la pensée du § 1. . et enfin comment ils rentrent dans les causes que nous avons reconnues et déterminées.§ 11.