Vous êtes sur la page 1sur 12

Décembre 2015 - Numéro 1

Les nouvelles du séminaire

Séminaire International Saint Louis-Marie Grignion de Montfort - Union Sacerdotale Marcel Lefebvre

Grignion de Montfort - Union Sacerdotale Marcel Lefebvre Saint et Joyeux Noël de la part de

Saint et Joyeux Noël de la part de tout le séminaire

Séminaire SLMGM La Petite Garde 49240 Avrillé Téléphone : 09.83.90.56.09

Adresse électronique : seminaire.slm@gmail.com

Chers amis et bienfaiteurs,

Le mot du directeur

Etait-il vraiment indispensable, pour la restauration du genre humain, de nos patries, de l’Église, que le Verbe de Dieu s’incarnât ?

Saint Thomas répond en citant Saint Jean : « Dieu a tellement aimé les

hommes qu’Il a donné son Fils Unique, afin que quiconque croit en Lui, ne périsse point, mais ait la vie éternelle » ! Et Saint Paul nous dit : « La Foi (en Notre Seigneur Jésus-Christ) vient de la prédication de la Parole de

Dieu ». Comment seront-ils prédicateurs s’ils ne sont pas envoyés (… et formés) ?

D’où la nécessité de séminaires parfaitement catholiques (selon l’inspiration qu’en avait reçue notre fondateur Mgr Lefebvre dans la cathédrale de Dakar), de séminaires parfaitement allergiques aux erreurs modernes et conciliaires : l’indifférentisme (liberté religieuse), l’œcuménisme, le laxisme dans l’ordre moral, etc… Le synode et les dernières directives effarantes du Pape François au sujet du mariage et de l’homosexualité nous démontrent l’urgence de revenir à Notre Seigneur Jésus-Christ.

Avec mes collaborateurs, je vous remercie par conséquent de votre soutien qui rend possible la survie et le développement de notre séminaire 1 Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, et je vous assure, chers Amis, de nos prières à vos intentions et à celles de vos familles.

Mgr Jean Michel Faure

1 Notre séminaire qu’il nous faut déjà songer à agrandir en raison de la venue de nombreux séminaristes des quatre coins du globe !

L’histoire du séminaire

La Providence a guidé l’ouverture du séminaire.

La Providence a permis un petit miracle pour la fondation du séminaire : nous savons qu’une telle

fondation ne peut se faire à la légère. Mgr Lefebvre, avec toute son expérience et ses nombreuses relations, n’a pas pu fonder Ecône en deux jours. Il a d’abord commencé à Fribourg en louant une modeste maison

Mais l’ambiance et l’hétérodoxie des cours

universitaires l’ont vite amené à chercher une autre solution pour ses séminaristes. Une fois installés à Ecône, la partie n’était pas encore gagnée puisqu’il a fallu de longues années et de nombreuses crises pour constituer un corps professoral selon son esprit.

pour constituer un corps professoral selon son esprit. La Providence nous a donc guidés pas à

La Providence nous a donc guidés pas à pas dans cette crise de la fraternité. L’année passée, nous pensions pouvoir ouvrir un séminaire mais toutes les conditions n’étaient pas réunies, il fallait trouver un local, et les candidats ne se bousculaient pas encore pour entrer.

et les candidats ne se bousculaient pas encore pour entrer. Mais les choses se sont accélérées

Mais les choses se sont accélérées en 2015 ; des candidats au sacerdoce se sont présentés ; puis un local s’est providentiellement libéré non loin du couvent. Les pères dominicains ont accepté de répondre à notre nécessité ainsi que celle des séminaristes. Et bien sûr, le sacre de Mgr Faure qui fut l’évènement majeur de l’année 2015. Saint Joseph nous offrait un évêque ! D’autres petits faits, très nombreux, nous ont permis de ne plus douter de la Providence. Ne rien faire, c’était manquer à Ses désirs.

Abbé Matthieu Salenave

Brève chronique du séminaire

3 octobre 2015 : Rentrée des 6 premiers séminaristes en la fête de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus suivie dans l’après-midi de la bénédiction du séminaire par Mgr Faure, en présence des pères Pierre-Marie et Angelico OP.

Du 4 au 10 octobre : Départ pour la retraite de rentrée chez M. l’abbé Pivert à La Villeneuve. Un septième séminariste américain nous y attend déjà. Très bien reçus par M. l’abbé Pivert et ses collaborateurs, la retraite de Saint Ignace se déroule à merveille.

12 octobre : Rentrée des classes : les cours ont lieu

au couvent de 8h à midi et de 15h à 16h. Les séminaristes commencent leur labeur spirituel : le prêtre ne doit-il pas être d’abord un homme rempli

de la science de Dieu ?

pas être d’abord un homme rempli de la science de Dieu ? 27 octobre : Mgr
pas être d’abord un homme rempli de la science de Dieu ? 27 octobre : Mgr

27 octobre : Mgr Faure commence une tournée de

conférences : il va d’abord à Caen.

une tournée de conférences : il va d’abord à Caen. 28 octobre : Le séminaire se

28 octobre : Le séminaire se rend en Vendée pour un

petit pèlerinage. Premier arrêt à Saint-Laurent-sur- Sèvre, pour aller prier sur le tombeau de notre saint patron, saint Louis-Marie Grignion de Monfort, suivi de la visite du couvent des filles de la sagesse. Repas au mont des alouettes, point stratégique des guerres de Vendée. Visite des ruines du château d’Henri de La Rochejaquelein. Excursion dans la forêt de Vezin où se trouvait l’hôpital clandestin de Stofflet lors des guerres de Vendée ; en ce lieu

furent martyrisés quelques 2000 Vendéens. Dernier arrêt au sanctuaire marial de Notre-Dame de Béhuard.

arrêt au sanctuaire marial de Notre-Dame de Béhuard. Du 7 au 12 novembre : Début des

Du 7 au 12 novembre : Début des travaux pour agrandir le séminaire où nous commençons (déjà !!!) à nous trouver à l’étroit.

12

novembre : Arrivée du huitième et dernier séminariste qui nous vient du Brésil ;

il a la chance de trouver sa chambre enfin prête et la peinture juste sèche.

15

novembre : départ de Mgr Faure pour les Etats-Unis.

21

novembre : arrivée de Mgr Williamson qui reste parmi

nous jusqu’au 28. Il profite de ce séjour pour décortiquer

l’encyclique Pascendi. De plus, Monseigneur assure la plupart des conférences spirituelles cette semaine-ci. Mgr Williamson profite de son passage pour aller avec l’abbé Salenave visiter une maison une maison plus vaste pour y installer notre séminaire en plein développement .

pour y installer notre séminaire en plein développement . 25 novembre : visite du château d’Angers

25 novembre : visite du château d’Angers et des superbes tapisseries de

l’Apocalypse.

en plein développement . 25 novembre : visite du château d’Angers et des superbes tapisseries de

Aperçu de la vie du séminaire

Deux évènements importants à noter :

la vie du séminaire Deux évènements importants à noter : . En ces temps d’apostasie où

.

En ces temps d’apostasie où l’homme prétend gouverner toutes choses (même le climat !), nous consacrerons cette œuvre naissante à la Sainte Vierge pour lui signifier que le séminaire est d’abord sa propriété, son bien (aussi bien les murs que les personnes). Car le plan du salut ne passe que par Elle seule en ces temps. Cela s’explique par le fait que Notre Dame est médiatrice de toutes grâces. En 1920, le RP Kolbe écrivait sa règle de vie :

« Rappelle-toi, toujours, que tu es la chose et la

vie : « Rappelle-toi, toujours, que tu es la chose et la propriété absolue de l’Immaculée

propriété absolue de l’Immaculée ; qui que tu sois, quoi que tu aies ou puisses faire, toutes tes actions et tout ce que tu pâtis (choses agréables ou non) sont sa propriété absolue… Tu es un instrument dans sa main… Considère que tu n’es rien par toi et que tu as tout reçu d’Elle. »

C’est dans cet esprit que nous remettrons le séminaire, ses séminaristes, leur persévérance,ainsi que tous ses bienfaiteurs entre les mains de l’Immaculée pour qu’Elle en fasse un instrument pour la gloire de son Fils.

Les séminaristes de 1 ère année prendront la soutane le Vendredi 5 février prochain. La

Les séminaristes de 1 ère année prendront la soutane le Vendredi 5 février prochain. La cérémonie de prise de soutane aura lieu au couvent de la Haye aux Bonshommes à 10h30. La Messe pontificale sera célébrée par SE Mgr Jean Michel Faure. Vous êtes cordialement invité à assister à la cérémonie ou à vous y joindre par la prière.

Mgr Jean Michel Faure. Vous êtes cordialement invité à assister à la cérémonie ou à vous

Le sacerdoce catholique à la fin des temps

On évoque souvent l’état des chrétiens à la fin des temps : on sait que la Foi sera presque éteinte. Saint Grégoire le Grand, commentant le livre de Job, dit que vers la fin de son pèlerinage, l’Église sera privée de tout pouvoir temporel, qu’elle sera dépouillée de l’éclat qui lui provient des dons surnaturels, que la grâce des guérisons lui sera enlevée… Ce sera donc un moment d’angoisse où les faibles périront en grand nombre, dit-il.

où les faibles périront en grand nombre, dit-il. Mais que deviendra le sacerdoce catholique ? Du

Mais que deviendra le sacerdoce catholique ? Du moins, celui qui tient le glaive de la vérité et se situe loin des compromissions avec ce monde sans foi ?

Le Cardinal Pie prophétisait sur notre époque en affirmant ceci : « A

mesure que les sociétés divorceront avec le christianisme, le rôle des hommes de bien, des hommes de foi, deviendra de plus en plus impossible. »

Sur ce sujet des derniers temps, Notre-Seigneur en a désigné l'approche et signalé le caractère par la comparaison du figuier dont les branches commencent à s'attendrir. « En effet, dit-il, on saura que l'antéchrist commence à poindre, à pousser; le bourgeonnement de l'antéchrist se fera connaître en ce qu'on verra les hommes de mal tressaillir et comme verdoyer. Car il y aura alors une fleur des malhonnêtes, une élite des tarés ; et par conséquent le prêtre vrai aura presque disparu. »

Pourtant, chez tous les peuples du monde, le sacré avait été placé au- dessus du profane ; et, dans toutes les nations chrétiennes, l'ordre sacerdotal avait obtenu la prééminence. A notre époque, au contraire, la suprême injure pour un homme du monde et le motif irrémissible d'exclusion seront d'être réputé et qualifié "clérical" ; tandis que la meilleure chance, le titre principal aux faveurs, aux dignités, ce sera pour

un baptisé, d'avoir conservé aussi peu que possible le souci de son baptême, et, en se plaçant dans la sphère de la liberté, de la morale indépendante, d'avoir pris rang parmi les profanes.

Il s’est fait, en ces temps, comme une religion nouvelle, au sein de laquelle le profane, l’homme est devenu en quelque sorte sacré, et s'arroge une mission transcendante. Le caractère propre de notre génération est d'être anti-sacerdotale.

de notre génération est d'être anti-sacerdotale. Contredire, aboyer au prêtre qui dit vrai, est la gloire

Contredire, aboyer au prêtre qui dit vrai, est la gloire de notre temps: gloire tristement acquise et durement payée.

Quel est le devoir du Sacerdoce aujourd’hui ? Il ne manque point d'enfants du mensonge, dans le clergé comme partout. Les fils qui ne veulent pas entendre la loi de Dieu

sont la norme et le nombre : filii mendaces, filii nolentes audire legem Dei ;

il ne manque pas même d'hommes honnêtes, mais pusillanimes, qui disent aux quelques voyants : "Ne voyez pas : qui dicunt videntibus: Nolite videre "; et à ceux qui regardent : "Ne regardez pas pour nous à ce qui est selon l'ordre et la tradition. Ce qui est dans l'ordre, nous ne pouvons plus le porter. Parlez pour nous dire les choses qui nous plaisent ; et, si vous êtes les voyants, que ce soit pour voir avec nous, comme nous, et pour consacrer nos erreurs."

Qu’exiger du prêtre ? Demandez bien plutôt à l'Esprit-Saint que, selon la promesse de Jésus, il daigne vous enseigner toute la vérité : docebit vos

omnem veritatem .

L’esprit humain n'a ni intérêt, ni avantage, ni honneur à se mouvoir sans fin entre le vrai et le faux, à passer alternativement et indifféremment des zones obscures aux zones lumineuses, à se draper dans une diplomatie fumeuse que l’on fait passer pour de la sagesse et de la prudence. Le

grand jour, le plein midi de la science vraie ne valent-ils donc pas mieux ? Un ciel composé de nébuleuses serait-il préférable à un firmament semé de soleils ?

Certains disent : « Notre siècle est grand, généreux, il a de nobles aspirations ; mais il ne faut pas entreprendre de lui dire la vérité, il ne peut pas ou il ne veut pas la porter. Il est ardent, énergique, vigoureux ; mais c'est un malade, un malade si avancé, si près de la mort, que tout remède le tuerait au lieu de le guérir : qu'on lui serve tout au plus ces potions innocentes qui adoucissent l'agonie du moribond. »

Ce n’est pas ce qu’il faut donner à notre temps : « Notre siècle est fatigué

d'expédients, fatigué de transactions et de compromis. Il a ce mérite d'aller volontiers jusqu'au fond et à la dernière limite des choses. Trop de diplomatie dans le maniement de la vérité n'honore et ne grandit point le

caractère sacerdotal à ses yeux ». La sincérité sert mieux dans son esprit que l'habileté. Les adversaires finissent même par reconnaître loyalement que l'affaire des ministres de la vérité est de déclarer ce qui est vrai.

« Ministros veritatis decet vera proferre. D'ailleurs, après qu'on a essayé de tout, l'heure ne serait-elle donc pas venue d'essayer enfin de la vérité

chrétienne? » Après toutes les autres tentatives, celle-ci n'aurait-elle pas son prix ?

Les sages, les vrais sages, nous crient de toutes parts : « Que les prêtres nous parlent enfin, et nous disent, non point ce qui peut nous plaire, mais ce qui peut nous sauver ».

Le prêtre catholique est assisté des lumières et des grâces d'en haut, guidé par la Révélation, le prêtre peut parler avec autant de ménagement, que de force, de clarté, de franchise, et par cela même, avec fruit. D'ailleurs, l'Esprit-Saint, qui met la vérité sur les lèvres sacerdotales, sait mettre aussi dans les cœurs les dispositions qui font accepter la vérité. Les principes sauveurs que le sacerdoce proclame, les peuples en comprendront

la nécessité, en expérimenteront l'efficacité.

Et pour finir par une parole de l'ancien et du nouveau Testament qui retentissait naguère dans nos temples : « Celui qui va être l'étendard du salut pour les peuples, les peuples l'invoqueront ». « Celui qui va se lever pour régir et guider les nations, les nations tourneront vers lui leurs regards et leurs espérances ».

C’est tout ce que nous souhaitons aux prêtres de l’Union Sacerdotale et aux séminaristes qui désirent les suivre… Qu’ils portent bien haut l’étendard de la vérité !

Un prêtre

Aider, soutenir et encourager le séminaire

Comment aider le séminaire ?

« Tout est grâce » disait sainte Thérèse . Il va de soi que pour avoir de bons prêtres, il faut d’abord le demander au Ciel. Nous vous encourageons vivement à prier pour les vocations, pour la persévérance des vocations et pour les prêtres qui sortiront dans quelques années du séminaire. Nous vous invitons à réciter cette belle prière pour obtenir les grâces qui nous seront nécessaires pour achever notre œuvre.

Jésus, Grand Prêtre Eternel, gardez Vos prêtres à l’abri de Votre Sacré Cœur où rien ne peut leur faire de mal. Gardez sans tâche leurs mains consacrées qui touchent chaque jour Votre Corps Sacré. Gardez pures leurs lèvres qui sont chaque jour en contact avec Votre Précieux Sang. Gardez purs et détachés du monde leurs cœurs qui ont été scellés avec la marque sublime de votre glorieuse prêtrise.

Qu’ils progressent dans l’amour et la confiance en Vous, et protégez-les de la contagion du monde. Avec le pouvoir de changer le pain et le vin, donnez-leur aussi le pouvoir de changer les cœurs. Bénissez leurs travaux par des fruits abondants et donnez-leur à la fin de leur vie, la couronne de la vie éternelle. Ainsi soit-il.

Seigneur, donnez-nous des prêtres, Seigneur, donnez-nous de saints prêtres, Seigneur, donnez-nous beaucoup de saints prêtres, Seigneur, donnez-nous beaucoup de saintes vocations religieuses. Saint Pie X, priez pour nous.

Pour aider le séminaire, vous pouvez aussi :

- établir vos chèques à l’ordre de "Les Amis de Mgr Freppel" (AMF) et les adresser à l’adresse suivante :

Séminaire St Louis Marie Grignion de Montfort La Petite Garde 49240 Avrillé France

- ou virement (automatique) sur le compte de l’Association « Les Amis de Mgr Freppel » :

* RIB France : 17906

* IBAN étranger : FR76 1790 6000 3296 3760 8768 694 BIC : AGRIFRPP879

00032

96376087686

94

Possibilité de délivrer un reçu fiscal sur simple demande

Communiqué des prêtres de l’USML

8 décembre 2015

Communiqué d es prêtres de l’USML 8 décembre 2015 A l’occasion du 50 e anniversaire de

A l’occasion du 50 e anniversaire de la clôture du concile Vatican II (8 décembre 1965), les prêtres de l’Union Sacerdotale Marcel Lefebvre tiennent à réaffirmer leur « refus catégorique » de ce funeste concile et de « toutes les réformes qui en sont issues ». (Mgr Lefebvre, Déclaration du 21 novembre 1974.)

Ils font pleinement leur le jugement de Mgr Lefebvre, qui voyait en ce concile « la plus grande catastrophe de toute l’histoire de l’Eglise » et le comparait à une « troisième guerre mondiale ». Vatican II, « tournant le dos à la Tradition et rompant avec l’Eglise du passé, est un concile schismatique ». (Mgr Lefebvre dans Le Figaro du 4 août 1976.) « La conclusion s’impose :

cet événement ruineux pour l’Eglise catholique et pour la civilisation chrétienne n’a pas été dirigé et conduit par l’Esprit-Saint. » (J’accuse le Concile, 1976.)

En conséquence, les prêtres de l’Union Sacerdotale Marcel Lefebvre renouvellent leur détermination formelle à n’accepter aucun « accord pratique » ni aucune « reconnaissance canonique », sous quelque forme que ce soit, de la part des autorités conciliaires. « C’est un devoir strict pour tout prêtre voulant demeurer catholique de se séparer de cette église conciliaire. » (Mgr Lefebvre, Itinéraire spirituel, 1990.)

En cette solennité de l’Immaculée Conception, ils confient leur fidélité à la Vierge fidèle, « immaculée dans sa foi » (prière de S. Pie X). Qu’elle daigne les aider à rendre témoignage à la vérité, à travailler sans relâche au salut des âmes et à tout soumettre au « doux règne de Notre-Seigneur Jésus-Christ » (Mgr Lefebvre, Lettre au cardinal Seper, 13 avril 1978.)