Vous êtes sur la page 1sur 1
5 , 30f H(15 QUESTIONSA Olivier lhl Professeur de science politique, directeur honoraire de l'lEP
5 , 30f H(15 QUESTIONSA Olivier lhl Professeur de science politique, directeur honoraire de l'lEP

5 , 30f H(15

QUESTIONSA

Olivier lhl

Professeur de science politique, directeur honoraire de l'lEP de Grenoble

~.L

« Les citoyens doiventfaire entendre leur voix, participer au débat »

~ Que pensez-vous de l'Initiative du maire de Grenoble

d'avoir fait une journée sans services publics, mercredi

dernier?

«Globalement, ces initiatives sont des invitations au débat, à la rencontre, à la réflexion sur le sort des services publics locaux, mais c'est aussi l'occasion pour les citoyens de faire entendre leur voix, de participer à des débats et à des délibérations collectives. C'est un rendez-vous civique, une façon de revitaliser l'implication des citoyens dans l'espace public. Mais 11 faut trouver les moyens de délibérer sans pour autant que les usagers en soient victimes. Les grandes prestations essentielles de la vie collective do1vent être préservées. On ne peut pas interrompre le trafic, la sécurité sur la voie publique. etc. Il faut faire attention. Certains domaines du service public peuvent faire l'objet de ce genre de suspension de travail et d'autres pas. Dans les commu- nes rurales, il y a le domaine du souhaitable et celui du possible. Compte tenu du faible effectif des services publics de l'éloignement, des conditions des déplacements, les problèmes ne se posent pas dans les mêmes termes. Il faut sans doute se contenter d'un temps d'échange à défaut de moyens démonstratifs. Le caractère vital dP. ces services publics est beaucoup plus fort

~ Du fait de la baisse

services publics vont

des dotations de l 'État, commeot les

fls

être impactés dans les communes ?

• Très concretement. dans le budget de fonctionnement

d

tervenhons vont devo1r se realiser avec des depenses en baisse. Il va falloir arbitrer, faire au moins autant avec moins

de moyens, c'est-à-dire redéployer les crédits qu1 étalent prévus · abandonner certains domaines d'intervention ou les hmrter redu rt. les out1ens apportés , par exemple, à la po tJCue seo a re comme 1es cantines. diminuer des inves-

tiSSemert.s en matère urba ne

cd.lectM:as locales ne pourront pas contmuer, sauf en

On sart déja q.se c es1 complique pour

beaucoup de communes. dont Grenoole ~!x>n des

méÙeS a dé;a alerte sur 1es cf cro:ssantes des

ccl'.ectM'es Dans le futur projet de rn de fna"lCES, Il va y aWMr à nouveau des mesures 1~rta.'l'.esdans ce domai- ne 3 5 milliards d'économies von1 ë•re rea:.Jsees par les co ectMtes territoriales. Ramenes à une ViJe comme Gre- noble, ce sont plusieurs millions d'euros q ne soni pas au

Ma1s à un moment, les

comrn me r~mme Grenoble, un certatn nombre d'ln-

,e

recowan1 a ta de

e.

,

nt.!és

rendez-vous. Face aux engagements de la V :!e ce sont des pertes seches qui sont difficiles a compenser •

~ Que peuvent faire les citoyens et les communes

pour agir en faveur des services publics ? «Dans une soc1été comme la nôtre. les usagers sont aussi des citoyens La solution, c est de prendre la paro e et de manifester. Le bulletin de vote est un moyen d'expression. il

doit être utilisé pleine men: à ce titre-là. Mas c est auss1 b1en entendu, l'interpellation des élus.ll y a toute une sene de canaux b1en connus pourles interpe er ·les dép~ésont des permanences, les ma·res reçoiVent leurs admlrustres 1 y a d'autres moyens les débats oubllcs lès mob isat1ons citoyennes. etc. C'est dans es urnes que ça se passe dans les rues. sur les réseaux sOCiaux par les moyens cfexpres-

sion que les Citoyens prennent a parte

social et économ1que des gens en dépend Sans Quo

précipiter ce que l'on craint : un S)'S".eme ou ra s.:> ~>té va se

désagréger un peu plus avec la m

protestations. des crises ooi1JQues des rup::.-.,

Eta!. -~ sor. fiscal.

on va

: ~ces, des

s

"'fl!ee des

&.-

AMrer FISIIt

~