Vous êtes sur la page 1sur 8

Sujet de partage:

« La sanctification »

Date: _/01/08
1ère partie
La Sanctification

« Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez
saints dans toute votre conduite, selon qu'il est écrit: Vous serez saints,
car je suis saint. » (1 Pierre 2/5)

Ce mot sanctification vient du mot Grec « hagiasmos » qui signifie pureté. La bible le
répète si souvent et il n’y a pas de mystère derrière cela. Dieu notre Père dans sa sainteté
veut avoir une communion intime avec ses enfants mais il faut que ces derniers vivent
aussi dans la lumière et non dans les ténèbres. Nous lisons dans la première épître de Jean
ceci :

« La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c'est que Dieu
est lumière, et qu'il n'y a point en lui de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en
communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne
pratiquons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-
même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus
son Fils nous purifie de tout péché. » (1 Jean 1/5-7)

Est-il donc possible pour un chrétien de vivre dans la sainteté ?

Voyons donc ce que nous enseigne Paul dans son Epître aux Romains.

« Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le
péché? » (Romains 6/2)

« sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût
détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché » (Romains 6/6)

« Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice » (Romains
6/18)

« Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont
passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » (2 Corinthiens 5/17)

En lisant ces versets nous voyons que le chrétien est donné une nouvelle nature, qu’il est
mort au péché et n’est plus esclave. Mais une question se pose, comment est-il possible
que nous péchions quand même ? En écrivant ces lignes je suis moi-même conscient que
je ne vis pas dans cette état car je me vois péchait contre Dieu de tant à autre. Ce que
Dieu a fait c’est qu’Il nous a libéré de l’esclavage du péché et nous a donné la possibilité
d’avoir la victoire sur les désirs de notre chair par Jésus Christ. Paul disait aussi : « Que
le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n'obéissez pas à ses
convoitises » Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d'iniquité;

2
mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et
offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice » (Romains 6/12,13)

Pourquoi Paul dit-il que le péché n’a plus de pouvoir sur nous et ensuite nous lisons qu’il
exhorte les Chrétiens à ne plus vivre dans le péché ? Est-ce une contradiction ?
Bien sûr que non, car le sacrifice de Jésus est parfait et nous sommes réellement libre du
péché. Ce que Paul veut nous enseigner c’est qu’il nous faut entrer dans cet état de
« mort à soi-même ». Christ a vaincu le diable et nous a donné la possibilité de mourir à
nous même par sa mort.
C’est donc le devoir du chrétien de se dépouiller du vieil homme et de revêtir l’homme
nouveau.

« Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l'avez
entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c'est en lui que vous avez été
instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt
par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence,et à
revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit
la vérité » (Ephésiens 4/20-24)

Dieu veut que nous soyons saint et il nous a donné le moyen de l’être au travers de Jésus.
Jésus a tout accompli à la Croix et c’est maintenant le devoir du chrétien de s’emparer de
cette liberté et de vivre dans la sainteté. Ce verset ci-dessous décrit la circoncision que
Christ a opérée ; cette circoncision est en effet la destruction du corps du vieil homme.

« Dieu habite totalement dans le corps glorieux du Christ. Et vous participez totalement
dans le corps glorieux du Christ, lui, le chef de toutes les forces qui ont autorité et
pouvoir. C’est dans le Christ que vous avez été circoncis. Cette circoncision, ce n’est pas
la main d’un homme qui l’a faite. Elle vient du Christ, et par là, il a enlevé ce qui vous
entraînait au mal. Par le baptême, vous avait été mis dans la tombe avec le Christ, mais
avec lui, vous avec été réveillés de la mort. En effet, vous avec cru dans la puissance de
Dieu qui a réveillé le Christ de la mort. Vous, vous étiez morts à cause de vos fautes, et
aussi parce que vous n’étiez pas des circoncis. Mais Dieu vous a rendu la vie avec le
Christ. Il nous a pardonné toutes nos fautes, il a effacé le document de nos dettes qui
nous accusait, et qui était contre nous à cause des règles établies. Et il l’a détruit en le
clouant sur la croix. Dieu a enlevé leur puissance aux esprits qui avaient autorité et
pouvoir. Il a présenté ces esprits devant tout le monde et il les a traînés comme des
prisonniers dans le défilé victorieux de son Fils. » Colossiens 2/9-15

Nous devons reconnaître que nous ne pouvons pas par notre propre force lutter contre le
péché et que nous avons besoin de Jésus pour avoir la victoire. Mais depuis que j’ai
compris qu’il me faut enterrer ma vieille nature et dépendre sur Christ, je vois plus
clairement que c’est en Christ que se trouve la victoire sur le péché et non pas par ma
force.

« Faites donc mourir les membres (la responsabilité du chrétien) qui sont sur la terre,
l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une

3
idolâtrie. C'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la
rébellion, parmi lesquels vous marchiez autrefois, lorsque vous viviez dans ces péchés.
Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l'animosité, à la
méchanceté, à la calomnie, aux paroles déshonnêtes qui pourraient sortir de votre
bouche. Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses
oeuvres, et ayant revêtu l'homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance,
selon l'image de celui qui l'a créé » (Colossiens 3/5-10)

Comme nous l’avons vu précédemment, Paul utilise la même tournure de phrase pour
exhorter les chrétiens à entrer pleinement dans cette vie de liberté que Jésus nous a
acquise.

Jésus lui-même déclara :

« Puis, s'adressant à tous, il dit: Si quelqu'un veut me suivre, qu'il renonce à lui-même,
qu'il se charge chaque jour de sa croix, et qu'il me suive. » 1 (Luc 9/23,24)

Nous entrons dans cet état de « mort à soi même » en refusant de se soumettre aux
convoitises de la chair et en reniant le « moi ». Jésus a mis à mort notre vieil nature et
c’est de notre devoir de faire cela devenir une réalité dans notre vie. Si quelqu’un avait
l’habitude de voler et qu’il cesse de le faire, il a fait devenir une réalité en lui-même la
mort de cette main qui avait été crucifié 2000 ans de cela. Et s’il le fait avec tous ses
membres, c’est le vieil homme entièrement qui est mort. C’est pour cela que nous ne
devons plus livrés nos membres au péché mais nous offrir comme un instrument pour la
gloire de Dieu. Jésus nous donne par sa mort la possibilité de mettre à notre tour la mort
de notre vielle nature en nous identifiant à sa mort.

« Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d'iniquité; mais donnez-
vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu
vos membres, comme des instruments de justice » (Romains 6/13)

« car celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous
croyons que nous vivrons aussi avec lui. » (Romains 6/7,8)

Le vielle homme meurt quand nous ne lui donnons pas sa nourriture (mensonge,
immoralité, orgueil…) et c’est de notre responsabilité de nous dépouiller et de vivre selon
l’Esprit afin que l’homme nouveau prenne le dessus.

« et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la
chair, mais selon l'esprit. Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s'affectionnent aux
choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'esprit s'affectionnent aux choses de
l'esprit. Et l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'esprit, c'est la
vie et la paix » (Romains 8/4-6)

Lorsqu’un Chrétien refuse de mettre à mort sa vieil nature et prend continuellement


plaisir à satisfaire les désirs de sa chair, le péché le ronge peu à peu ronger et il fini par

4
mourir spirituellement. Cette personne pratique le péché et est devenue aveugle, elle
pèche volontairement même avec la connaissance que ce qu’elle fait est mauvaise. Cette
personne ne veut pas mettre à mort les passions mauvaises qu’elle a et continue à vivre
dans le péché.

« Celui qui est né de Dieu ne s'adonne pas au péché, car la vie qui vient de Dieu a été
implantée en lui et demeure en lui. Il ne peut pas continuer à pécher, puisqu'il est né de
Dieu. » 1 (1 Jean 3/9)

« Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il


ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et
l'ardeur d'un feu qui dévorera les rebelles. Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans
miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins; de quel pire châtiment
pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui
aura tenu pour profane le sang de l'alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura
outragé l'Esprit de la grâce? Car nous connaissons celui qui a dit: A moi la vengeance,
à moi la rétribution! et encore: Le Seigneur jugera son peuple. » (Hébreux 10/25-30)

Comme nous le venons de lire dans les versets ci-dessus, l’acte de péché était devenu
quelque chose de continuel et un mode de vie et qui fait donc que cette personne est
toujours esclave du péché. Mettre à mort notre vieil nature indirectement permet
l’homme nouveau de se fortifier. Etre esclave du péché c’est l’inhabilité pour l’homme de
résister aux désirs de sa chair. Il arrive toutefois que nous péchions par faiblesse sans
pour autant être esclave de ce péché qui nous a fait chuté.

Paul dit aussi:

« Maintenant, ce que je vous ai écrit, c'est de ne pas avoir des relations avec quelqu'un
qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne,
ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. Qu'ai-je, en effet, à juger ceux
du dehors? N'est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger? Pour ceux du dehors,
Dieu les juge. Otez le méchant du milieu de vous » (1 Corinthiens 5/11-13)

Paul parle de ces chrétiens qui ont entendu la parole de Dieu et qui ont acceptés Christ
comme leur Seigneur. Le problème avec ces chrétiens c’est qu’ils vivent désormais
comme bon leur semble et prennent plaisirs dans leurs péchés. On ne peut plus les
considérer comme chrétiens s’ils continuent à porter de mauvais fruits. Ces chrétiens sont
prêts à être retrancher du Cep et en danger d’être maudit.

« mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d'être
maudite, et on finit par y mettre le feu. » (Hébreux 6/8)

Par contre, un chrétien qui vit selon l’Esprit voit qu’il n’arrive pas de lui-même à s’en
sortir de son état de péché et sa première réaction est de regarder vers Christ pour obtenir
la victoire sur le péché. Ce chrétien donc s’humilie et s’identifie à Christ en crucifiant la
chair. Il est ainsi réellement libre car il devient mort à lui-même et reconnaît que c’est par

5
grâce qu’il peut avoir cette liberté. Il sait que tout a déjà été accompli à la Croix et qu’il
n’a qu’à s’emparer de cette vie victorieuse en vivant sous la grâce en se dépouillant
constamment des œuvres de la chair.

« En effet, la loi de l'esprit de vie en Jésus Christ m'a affranchi de la loi du péché et de
la mort. Car- chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a
condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans
une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en
nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit. » (Romains 8/2-4)

Rejetons donc tous ce qui encombre notre marche chrétienne car Jésus a tout accompli
une fois pour toutes et tous. Entrons donc dans cet état de mort à soi même en nous
identifiant à notre Sauveur qui fut crucifié 2000 ans de cela pour nos péchés ! Courrons
donc vers la perfection en nous dépouillant chaque jour des œuvres de la chair et faisons
place aux fruits de l’Esprit. Nous pourrons ainsi dire comme Paul que ce n’est plus lui (le
moi) qui vit mais Christ en lui !

« Je dis donc: Marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair.
Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à
ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous
voudriez. Si vous êtes conduits par l'Esprit, vous n'êtes point sous la loi. Or, les oeuvres
de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la
magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions,
les sectes,l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis
d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront
point le royaume de Dieu. Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la
patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance;la loi n'est pas
contre ces choses. Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et
ses désirs. Si nous vivons par l'Esprit, marchons aussi selon l'Esprit.» (Galates 5/16-25)

Il y a évidemment une lutte au-dedans de soi car la chair résistera, mais en nous
soumettant à la voix de Dieu et en nous laissant diriger par le Saint-Esprit nous réussirons
de jours en jours à devenir semblable à notre Seigneur.
Nous voyons aussi Paul faire un contraste fabuleux entre la vie d’un chrétien qui vit sous
la loi (Chapitre 7) c’est à dire par sa propre force et d’un chrétien libre qui vit selon
l’Esprit (Chapitre 8). Au chapitre 7 nous voyons un chrétien qui a la volonté de faire le
bien de tout son cœur, il veut sortir du péché et plaire à Dieu mais il n’arrive jamais à
parvenir. Il tombe en chemin, il veut essayer par lui-même à s’en sortir mais sans succès.
Il connaît la volonté de Dieu, il connaît la loi, il a été régénéré mais il n’arrive jamais à
avoir la victoire sur la chair. Et même en voulant s’en sortir, il n’y arrive pas parce ce
qu’il vit par sa propre force et loi et non selon la loi de l’Esprit. Ce qu’il ignore c’est que
sa force n’est que faiblesse face à la chair. C’est l’aide du Seigneur qu’il lui faut pour
résister aux désirs de la chair. En vivant par sa propre force, ce chrétien a toujours ce
sentiment de culpabilité car il a la connaissance que ce qu’il fait est mauvais mais il ne
trouve pas le moyen de s’en sortir. Ce chrétien est angoissé, il fait ce qu’il ne veut pas. Il
se sent coupable parce qu’il vit sous une loi et se voit condamné. Ce chrétien se sent

6
misérable et finalement réalise qu’il ne pourra jamais s’en sortir par n’importe quel
moyen qu’il utilisera- « Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette
mort ?...» disait Paul. Pour clore ce chapitre, Paul pèse toutes les difficultés qu’il a
mentionnées face à contre la grâce et l’amour de Christ, il ne peut que montrer sa
gratitude envers son Sauveur qui lui donne la victoire et ne peut qu’exclamer : « Grâces
soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur ! »

.
« Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ. En
effet, la loi de l'esprit de vie en Jésus Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la
mort. » (Romains 8/1,2)

Comme précédemment dit, nous entrons dans cette état de mort à soi-même en nous
identifiant à la mort de Christ.

« Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même
pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché, afin de vivre, non
plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps
qui lui reste à vivre dans la chair. C'est assez, en effet, d'avoir dans le temps passé
accompli la volonté des païens, en marchant dans la dissolution, les convoitises,
l'ivrognerie, les excès du manger et du boire, et les idolâtries criminelles. » (1 Pierre 4/1-
3)

Jésus nous a donné l’exemple à suivre, il s’est dépouillé lui-même de sa gloire, il a était
tenté comme nous sans commettre de péché.

« Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos
faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de
péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d'obtenir
miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. » (Hébreux 4/15-
16)

« Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, lequel, existant en forme de
Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est
dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux
hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant
obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. C'est pourquoi aussi Dieu
l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au
nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute
langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. Ainsi, mes
bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et
tremblement… » (Philippiens 2/5-12)

Jésus nous a donné un exemple frappant à suivre, si lui le Fils de Dieu s’est humilié, s’est
dépouillé de la gloire qu’il avait afin d’accomplir la volonté de son Père en mourant par
obéissance à la Croix pour des pécheurs, combien à plus forte raison devons nous simple

7
homme nous dépouiller de notre orgueil et passions mauvaises afin d’obéir au Seigneur.
Jésus a souffert physiquement par les coups qu’il reçut et moralement par des injures.
Jésus a aussi probablement dû subir une dure séparation (Matthieu 27/46) avec son Père
lorsqu’il prit nos péchés sur lui car il était lui-même la victime expiatoire (Romains 3/25)
du péché.

« C'est lui qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec
larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant
été exaucé à cause de sa piété, a appris, bien qu'il fût Fils, l'obéissance par les choses
qu'il a souffertes, et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux
qui lui obéissent l'auteur d'un salut éternel, Dieu l'ayant déclaré souverain sacrificateur
selon l'ordre de Melchisédek. » (Hébreux 5/7-10)

Sachant préalablement qu’il était lui-même le sacrifice et que le moment crucial arrivait,
il était dans l’agonie dans le jardin de Gethsémané (Luc 22/44) mais continua malgré tout
à obéir à son Père par amour pour nous. Même en tant que Fils de Dieu il a obéit jusqu’à
la mort de la croix. Jésus nous a parfaitement montré le chemin à suivre- celle de l’entière
obéissance en crucifiant le « moi » et l’entière soumission à sa volonté. Serons nous prêts
à mourir à soi-même par obéissance au Père ?