Vous êtes sur la page 1sur 23
 
Pierre MICHEL
 Les Mauvais bergers
, d’Octave Mirbeau :une tragédie prolétarienne et nihiliste
«
 Le théâtre est mort !
 »
C’est très tard qu’Octave Mirbeau (1848-1917) a entamé sa carrièrethéâtrae! Ma"ré ses d#ns ét#nnants de dia#"uiste$ que révèent n#tammentn#mbre de ses chr#niques s#us %#rme de dia#"ues et a série des & 'ia#"uestristes  de 189-189*
1
$ qui n’étaient +as +#ur autant destinés , a scène$ i a%au attendre décembre 1894 +#ur que s#it re+résentée sa +remière uvrethéâtrae av#uée
*
$
Vieux ménages
$ +ièce en un acte sur ’en%er c#n.u"a$ d#nt i aune cruee e/rience +ers#nnee$ et enc#re n’était-ce qu’au 0héâtred’++icati#n$ +us c#nnu s#us e n#m de a 2#dinière$ qui n’était destiné qu’au/titi#ns et , ’entra3nement des acteurs et qui ne c#nstituait +as véritabement un théâtre #uvert au "rand +ubic! Mirbeau devra +atienterenc#re tr#is ans +#ur que s#it m#ntée sa +remière "rande uvre dramatique$
 Les Mauvais bergers
$ créé e 1 décembre 1897$ , a veie de ses cinquante ans!Mais +#ur un c#u+ d’essai$ ce %ut$ médiatiquement +arant$ un c#u+ de ma3tre!Car$ +#ur incarner es deu/ hér#s de sa tra"édie +r#étarienne$ i a eu dr#it au/deu/ +us céèbres acteurs du
star system
 de ’é+#que$ 5arah 2ernhardt et6ucien uitr! 6’ennui est que$ ce %aisant$ i risquait %#rt de t#mber dans e +iè"edes c#m+r#mis  d’aucuns dir#nt des c#m+r#missi#ns  avec un sstème qu’in’avait cessé de dén#ncer de+uis ses débuts .#urnaistiques ,
 L’Ordre de Paris
b#na+artiste$ vin"t-cinq ans +us t:t!;n 188$ i c#nstatait +ar e/em+e que &
le théâtre tout entier est en proie à unemaladie lente, mais sûre, ui ne peut u!empirer tous les "ours et u!il n!est aupouvoir d!au#un méde#in de guérir 
$
 ! <nutie d=incriminer des b#ucs émissairesqui n=en +euvent mais$ c#mme s=#bstinent , e cr#ire ceu/ qui re%usent dere"arder en %ace une situati#n dé+#rabe > &
 Le théâtre meurt du théâtre% &epuis plus de trente ans, tous les soirs, sur tous les théâtres, on "oue la m'mepi(#e
 ! ?ueques m#is +us t:t$ i dressait un état des ieu/ %#rt +eu ré.#uissant> &
 Les dire#teurs ne veulent plus re#evoir de belles *uvres, les auteurs neveulent plus en +aire, le publi# ne veut plus en entendre, les #omédiennes neveulent plus en "ouer 
 ! ;t i a.#utait > &
 Les véritables auteurs au"ourd!hui sontla #outuri(re et l!entremetteuse
@!!!A
% ar #!est -a le théâtre, le théâtred!au"ourd!hui, #!est -a, #!est tout -a% &e la #hair nue, des #hi.ons, des /#elles,un peu de gaieté triste et beau#oup de dégoût 0 la toute1puissan#e de la #oterie,le triomphe de l!industrialisme sur le talent 0 de la b'tise, de la vanité, de la
1
 Bne anth##"ie de ces
 &ialogues tristes
 a été +ubiée +ar rnaud areie en *7$ au/ éditi#ns de 6’rbre en"eur!
2
 < se +#urrait bien$ en eDet$ qu’i s#it ’auteur +rinci+a d’une +ièce intituée
 La 2omme
 et si"néeEéicien Cham+saur$ +#ur e c#m+te duque Mirbeau sembe bien av#ir %ait e nè"re! #ir Fierre Miche$ & Mirbeau$ Eéicien Cham+saur et
 La 2omme
  Bn autre cas de né"ritude G $
ahiers O#tave Mirbeau
$ nH 17$ *1$ ++! 4-*1!
3
 Octave Mirbeau$ & 6a Fresse et e théâtre $
 La 3ran#e
$ 4 avri 188!
4
 Octave Mirbeau$ & I +r#+#s de a censure $
 Le 2aulois
$ * .uiet 188!
 
vénalité, et #ette blague grossi(re et basse ui, la bou#he tordue, les "oues +ardées et la voix #anaille, hurle sinistrement l!avilissement d!un peuple et la /nd!un monde
4
%
  F#ur a quasi-t#taité des industries de a scène$ e théâtre d#itse c#n%#rmer , des rè"es im+ératives$ qui =é#i"nent radicaement de =art et dea ittérature$ et qui étabissent un &
in+ran#hissable ab5me
 entre &
lepenseur 
 et &
l!homme de théâtre
 $ qui d#it en eDet &
soigneusementréprouver la noblesse du style, la vérité des #ara#t(res, les belles études depsy#hologie humaine, o6 la #hair palpite, o6 l!âme s!épanouit, o6 la vie toutenti(re évouée appara5t ave# ses #onsolations et ses hontes
  J &
 L!homme dethéâtre ne #onna5t ue les /#elles et les tru#s u!il manoeuvre ave# plus oumoins de dextérité% 7l se sert de personnages ui n!appartiennent à
 
au#un ordre 8oologiue, et, au moyen d!un mé#anisme ingénieux, il leur +ait débiter desphrases généralement stupides, mais tou"ours +abriuées dans des usinesspé#iales
9
!  6a crise du théâtre ne %ait en eDet que reKéter a crise "énérae d=une s#ciétécadente et m#rib#nde$ et Mirbeau =év#que avec es mLmes accentscré+uscuaires que +#ur traiter de =irrémédiabe &
 /n
 de a Erance dans seschr#niques +#itiques de
 Paris1:ournal
$ de 188 , 188*$ et des
2rima#es
$ en188! 5i &
le théâtre, ui vit du publi#, ne peut 'tre autre u!il esta#tuellement
 $ c=est +arce qu=im#i"ne d=&
une #rise so#iale ui ne semodi/era ue par une
 
révolution radi#ale dans les m*urs et dans le goût
;
 ! ;nattendant cette très h+#thétique rév#uti#n cuturee qu=i a++ee de ses vu/de+uis 1877 et , aquee i va uvrer$ qu#i qu=i en dise$ avec s#n habitue&
donui#hottisme
<
 $ i n= a rien , es+érer > &
 Le théâtre tel ue vous l!aime8
  écrit-i , ;dm#nd de #nc#urt au endemain de a +remière$ %#rt chahutée$ de
2erminie La#erteux
$ en décembre 1888  &
et tel ue nous le r'vons estimpossible% =t les #he+s1d!*uvre n!y peuvent rien% Pour le #onuérir et l!imposer,il +aut #onuérir et imposer des tas de #hoses ue nous ne sommes pas pr(sd!avoir% 7l +aut un publi# nouveau ui ne pourra se +ormer ue par une #ompl(terévolution so#iale, une re+onte enti(re de nos lois et de nos m*urs% >out setient
?
!  I dé%aut de cette &
révolution so#iale
  +r#bématique$ i caresse un&
r've magni/ue
 autant que radica> a su++ressi#n +ure et sim+e duthéâtre
 N ;t$ +#ur aider , a mise , m#rt$ indis+ensabe , =h+#thétiquerésurrecti#n$ i a++ee es s+ectateurs un tant s#it +eu ucides et e/i"eants ,%aire a "rève des saes de s+ectace  &
ue #ha#un reste #he8 soi
 
A
   demLme que$ +araèement$ i invite es éecteurs , %aire a "rève des urnes
 >&
tout se tient
 $ en eDet
!
5
 Octave Mirbeau$ & 6e et#ur des c#médiennes $
 Le 2aulois
$ 1 se+tembre 1884!
6
 
 Les 2rima#es
$ 1 #ct#bre 188$ +! P11!
7
 Octave Mirbeau$ & Chr#nique +arisienne $
 La 3ran#e
$ * #ct#bre 188!
8
 #ir a n#tice & '#nquich#ttisme  dans e
 &i#tionnaire O#tave Mirbeau
9
 Octave Mirbeau$
orrespondan#e générale
$ 6’"e d’Q#mme$ *$ t#me <$ +! 887!
10
 Octave Mirbeau$ & Chr#nique +arisienne $
 La 3ran#e
$ * #ct#bre 188!
11
 Octave Mirbeau$ & 6a Fresse et e théâtre $
 La 3ran#e
$ 4 avri 188!
12
 'ans & 6a rève des éecteurs $
 Le 3igaro
$ *8 n#vembre 1888! C’est e te/te de Mirbeau qui a été e +us massivement diDusé et qui est e +us %aciement accessibe sur <nternet$ dans t#utes es an"ues!
13
 5ur a critique que %ait Mirbeau du théâtre c#ntem+#rain$ v#ir Fierre Miche$ & Octave Mirbeaucritique dramatique $ in
>héâtre naturaliste 1 théâtre moderne
 
B Cléments d’une dramaturgie naturaliste au tournant du D7D 
e
 au DD 
e
 si(#le
$ Fresses universitaires de aenciennes$ *1$ ++! *-*4 (htt+>RRVVV!scribd!c#mRd#cR98P*R)!
 
'ans une s#ciété b#ur"e#ise et une éc#n#mie ca+itaiste d#minée +ar aWnance
$ #X es directeurs de s+ectaces ne s#nt que des entre+reneurs avidesde +r#Wts immédiats$ #X e +ubic est c#nsciencieusement abruti dès ’en%ance+#ur trans%#rmer de +#tenties cit#ens en m#ut#ns et en &
#roupissanteslarves
 $ #X es auteurs dramatiques$ +ris entre e marteau et ’encume$d#ivent en +asser +ar es e/i"ences des directeurs et es attentes dess+ectateurs$ #X es critiques dramatiques reKètent es "#Yts su++#sés du +ubicet dé%endent es intérLts des ma"nats de a +resse$ et #X es c#médiens tiennente haut du +aet +rétendent scandaeusement im+#ser eu/ aussi eurse/i"ences absurdes au/ maheureu/ auteurs
$ i ne servirait d#nc , rien de sebattre c#ntre t#us es r#ua"es d’une s#ciété inhumaine et +#urrissante$ quiserait , abattre de %#nd en c#mbe et , rem#deer entièrement +#ur qu’ +uisseré"ner enWn a .ustice et que e b#nheur ne s#it +as seuement un eurre +#ur e+us "rand n#mbre de déshérités! #rs$ qu’irait-i %aire dans cette "aère G!!! ;tc’est +#urtant ce que n#tre intré+ide écrivain Wnira +ar %aire$ , ’a++r#che dudemi-sièce$ c#mme i ’e/+ique , 6é#n Fars#ns$ qui sera s#n camarade endre%usisme > &
 &epuis longtemps, mes amis me tourmentaient% 7ls me disaient EFMirbeau, vous devrie8 +aire du théâtre% Vous ave8 des #hoses à dire et #!est unbon moyen pour le dire%G Moi, d!abord, "e ne les é#outais pas% :e pensais ue lethéâtre est un art trop étroit, u!une s#(ne, un a#te, n!a pas asse8 d!ampleur pour en+ermer toutes les mani+estations d!une pensée% 7l y a tant de #hosesintéressantes, tant de développements ui naissent sous la plume, lorsue l!oné#rit% =h bien, il +aut re+ouler tout #ela% Hussi, ai1"e attendu longtemps avant deme dé#ider% =n/n, un "our, "e m!y suis mis% :!ai essayé d!é#rire une pi(#e sansau#une intrigue 0 simplement "!ai ra#onté des +aits 0 "!ai mis en s#(ne despersonnages ue nous entendons parler tous les "ours% :e ne #onnaissais rien àl!art s#éniue% Malgré #ela, "e #rois avoir réussi à +aire uelue #hose ui setient% :e ne sais #e u!en penseront les #ritiues% Ma pi(#e +ourmille peut1'tre dedé+auts% =n tous les #as, "e ne me suis servi d!au#un tru#, d!au#une /#elle
!  ZF#ur +arvenir , ses Wns et tenter de rén#ver e vieu/ théâtre +#ussiéreu/$Mirbeau dramatur"e va sen"a"er dans tr#is v#ies diDérentes > eress#urcement de a "rande c#médie m#iéresque de murs et de caractères$dans
 Les a.aires sont les a.aires
 (19) et
 Le 3oyer 
 (198)$ aWn de +#uv#ir traiter es +us "rands +r#bèmes s#ciau/ du m#ment sans ennuer e +ubic eten s’inscrivant dans une #n"ue traditi#n J e rec#urs , un aia"e e/trLmementn#vateur de a %arce et de a m#raité , visées démstiWcatrices et susce+tibe det#ucher e "rand +ubic$ c#mme dans es si/ +etites +ièces en un acte réunies en194 s#us e titre +r#"rammatique de
 3ar#es et moralités
 J et$ +#ur c#mmencer$#rs de sa +remière véritabe tentative$ ’inscri+ti#n de a tra"édie antique dansa utte des casses , ’é+#que industriee$ dans e cadre du ca+itaismetri#m+hant$ mais en  +ratiquant e [+arer vrai[$ et n#n ’artiWciee an"ue duthéâtre c#ntem+#rain$ et sans rec#urir , une intri"ue c#usue de W banc$ ni au/&
 /#elles
  théâtraes en usa"e$ tr#+ c#mm#des +#ur Ltre vraiment h#nnLtes! ;nrédi"eant une tra"édie +r#étarienne$ i es+ère %aire de a scène$ habitue ieu dedéassement +#ur +rivié"iés en quLte de di"esti#ns tranquies$ un #uti de
14
 Mirbeau a aissé$ dans sa "rande c#médie
 Les a.aires sont les a.aires
 (19)$ e +#rtrait d’un aDairiste bruta$ cnique et mat#is$ <sid#re 6echat$ qui +réW"ure es 2erusc#ni et es 0a+ie de ’avenir!
15
 6’e/+ressi#n a++ara3t dans e r#man
 &ans le #iel
$ +ubié en %euiet#n dans
 L’C#ho de Paris
$ en 189*-189 (\diti#ns du 2#ucher$ *$ +! 7)!
16
 #ir e +am+het , scandae de Mirbeau c#ntre a cab#tin#cratie$ & 6e C#médien $ +aru dans
 Le 3igaro
 e *P #ct#bre 188*!
17
 <ntervieV +ar 6é#n Fars#ns$ dans
 La Presse
 du 17 décembre 1897 (htt+>RR%r!scribd!c#mRd#cR*84P148R)!
576648e32a3d8b82ca71961b7a986505