Vous êtes sur la page 1sur 15

Discours de Jean-Yves LE DRIAN

Président du Conseil régional de Bretagne
Session d'installation du vendredi 18 décembre 2015

Mes cher-e-s collègues,
Je vous remercie de l'honneur que vous me faites en m'élisant
aujourd'hui Président du Conseil régional de Bretagne.
Les bretonnes et les bretons se sont exprimés clairement dimanche
dernier. Ils nous ont adressé un message d'espoir et d'exigence.
Par leur vote, ils ont fait le choix du projet que j'ai porté tout au long
de cette campagne électorale, un projet dont l'ambition s'appuie sur
la confiance dans l'avenir de la Bretagne et la volonté de rassembler.
Je veux, au moment où s'installent une nouvelle assemblée et de
nouveaux élus régionaux, saluer l'action et l'engagement de tous
ceux qui nous ont précédés ici, dans ces fonctions. Je pense
évidemment en premier lieu à Pierrick Massiot, auquel je veux
rendre hommage pour la manière dont il a conduit les affaires de
notre région, depuis 2012. Il a été confronté à des situations
difficiles, mais il a su agir avec clairvoyance et détermination et il
nous transmet un héritage tonique et une situation financière saine,
propice à la mise en œuvre de notre projet. Pierrick Massiot a été un
grand Président de notre région.
Je veux aussi saluer plusieurs membres de l'exécutif sortant qui ne
se représentaient pas. Ils ont marqué la Bretagne de leur
engagement et de leur passion, je pense à Gérard Mével, Michel
Morin, Maria Vadillo, Gaëlle Abily, Sylvie Robert, Daniel Gilles,
Béatrice Le Marre. Je suis convaincu qu'ils resteront des témoins
actifs de l'action future. Qu'ils en soient remerciés !

1

Je veux remercier aussi Christian Guyonvarc'h et Herri Gourmelen dont la voix tonitruante nous manque déjà ! Je veux aussi saluer Bernadette Malgorn pour son attachement farouche à notre région. elle reste elle même quand elle surprend. mais en Bretagne il a aussi affirmé un espoir et un souffle. voire même de nos institutions. il a sonné. le vote de dimanche a exprimé de fortes interrogations. && La Bretagne est en mouvement. Elle a su l'exprimer comme leader de l'opposition régionale. qui créent des souffrances dans certains territoires. de la part de certains de nos compatriotes. loin de là. Comme dans le reste de la France. le lien 2 . pour les personnes sans emploi. Jacques Le Guen et tous ceux qui. mais. période où nous avons agi en harmonie. il a aussi manifesté une adhésion à un dessein partagé. Comme dans le reste de la France. la Bretagne reste elle même et c'est ce qui fait sa force ! Elle reste elle même quand elle marque sa différence. auront fait vivre le débat régional. traverse les crises. mais nous nous respections. en Bretagne. se modernise. notre société connaît des fractures qui parfois s'élargissent et créent des souffrances pour les personnes isolées. Comme dans le reste de la France. elle change. ce vote a révélé le doute à l'égard de la politique. et pourtant. Nous n'étions pas toujours d'accord. comme une ultime alerte. Elle a su le marquer aussi comme Préfète de Région. il a aussi confirmé une demande de projet collectif. il a dit une forme de colère. elle reste elle même quand elle donne envie et fait envie. dans leurs mandats. Je voudrais associer à ces remerciements Joël Marchadour. se réinvente. mais en Bretagne.

celui que j'entends mettre en œuvre dans les plus brefs délais. C'est ce que nous faisons et ce que nous devons continuer à faire. Face aux enjeux de demain. Et la Bretagne n'a pas été épargnée. notre économie fait face à de profondes mutations qui. qui nous appelle à mettre en œuvre. ne pas se payer de mots et de formules pour occulter les impasses. Comme dans le reste de la France.social reste une réalité bien vivante. Ce sont ces forces de rassemblement qu'il nous appartient de cristalliser et de mettre en mouvement. tout en faisant naître des opportunités. l'entrepreneuriat demeure une valeur partagée et l'émergence de nouvelles filières ouvre des perspectives majeures de création de valeur et d'emploi. provoquent aussi des chocs parfois brutaux et souvent injustes. mais ici. la créativité n'a pas faibli. la solidarité demeure une valeur essentielle et la fraternité. ils sont prêts au rassemblement. && 3 . Exigence de responsabilité : c'est à dire regarder les réalités en face. en partenariat avec les autres collectivités bretonnes. Celle de la responsabilité et celle de l'action. et avec rapidité. une expérience quotidienne. savoir identifier nos faiblesses. C'est le projet de ce mandat. ils l'appellent de leurs vœux et de leurs votes. Les Bretonnes et les bretons nous appellent à une double exigence. avec les acteurs socio-économiques et plus largement avec l'ensemble de nos concitoyens. le projet proposé aux bretons. poser les bons diagnostics. l'investissement privé dans les entreprises ne s'est pas arrêté. les risques et les difficultés. Exigence d'action aussi.

plus audacieuses. sans quoi ils pourraient perdre foi en la démocratie. plus efficaces. Certes la Bretagne. Il nous faudra y suppléer. comme le retrait des départements du développement économique. mais quoiqu'on en pense. plus créatifs et plus imaginatifs pour faire mieux avec moins de moyens. C'est un contexte si particulier qu'on peut parler. voire pour faire autrement. héritière de notre B16. Pour le Conseil régional. que la politique doit changer les choses. La suppression de la clause de compétence générale aura des conséquences très concrètes. permettra de proposer des modalités nouvelles d'organisation des compétences. ce sera vrai avec nos partenaires des autres collectivités. La contrainte budgétaire nous forcera à être plus sélectifs. L'enjeu est majeur : prouver à nos concitoyens que la politique peut encore avoir prise sur les réalités. qui s'était mobilisée et avait formulé des propositions audacieuses. plus économes. ne se retrouve pas pleinement dans le résultat de ces lois. ce défi doit être relevé dans un contexte institutionnel particulier qui est celui de la contrainte budgétaire et de la mise en œuvre des réformes territoriales. Immense responsabilité en vérité. La création de la conférence territoriale de l'action publique (CTAP). dans un contexte économique et politique à nul autre pareil. Ce sera vrai en interne pour nos propres politiques. sans risquer l'emphase. de moment historique. 4 . elle permet d'importantes avancées et sa mise en place structurera les six années qui viennent. Le contexte institutionnel est aussi celui de la mise en œuvre des lois de réforme territoriale.La responsabilité du Conseil régional est de permettre ce rassemblement.

La prise en compte de ces nouvelles responsabilités nous mobilisera dès le début de l'année. elle accroît fortement leur responsabilité en matière de transports et de mobilité. Nous avons enfin la charge de la gestion des fonds européens qui représentent près de 800 millions d'euros pour la période qui s'ouvre. de demander et de mettre en œuvre des expérimentations en matière de coordination de la politique de l'eau. && 5 . Par ailleurs. Cette réforme territoriale laisse aux territoires une réelle marge de décision et d'innovation. elle renforce le périmètre d'action dans le domaine de la formation. le Fur. la loi complète aussi les responsabilités régionales dans le domaine de l'aide aux entreprises. fidèle à sa tradition et à sa vocation. Enfin. C'est d'ailleurs dans cette esprit que je proposerai que la présidence de la commission des finances soit exercée par un élu de la liste qui était conduite par M. pourrait-elle refuser de telles opportunités ? Je souhaite pouvoir le faire avec le soutien de l'opposition. elle entend le faire aussi en matière d'énergie. Comment une Bretagne. après la culture. Nous nous engagerons dans toutes les initiatives permises par les textes pour faire avancer nos capacités d'expérimentation.La possibilité confirmée de délégations de compétences permettra à la Bretagne. la Bretagne se portera demain candidate pour la coordination des politiques d'accès à l'emploi.

Cette nouvelle performance économique que nous favoriserons résultera aussi de la combinaison entre production. valorisation d'actifs immatériels comme l'image. mieux reconnue dans sa fonction stratégique. de doper l'innovation. active. La Glaz économie a tracé le cadre des principaux objectifs d'un tel développement. plus présente et plus efficace auprès des territoires et de nos concitoyens grâce à ses nouvelles compétences. à l'anticipation des marchés émergents. inventive. premier axe d'action : stimuler la création de richesse. Première ambition. Cette action doit être poursuivie et accélérée. de développer l'accompagnement à l'international. à la maturation des concepts. Elle a permis de développer des stratégies de filières. elles structureront notre mandat. A son terme. à l’épanouissement du plus grand nombre par le travail. Elle a permis de positionner la Bretagne sur des sujets à fort potentiel comme la cybersécurité. nouvelle dans ses manières de faire. c'est une nouvelle région que nous aurons construite. l'innovation sociale et les liens humains. C'est un territoire créatif que nous voulons construire. les biotechnologies ou les énergies marines. reposant à la fois sur ses filières traditionnelles en perpétuel renouvellement et sur l'émergence de l'industrie du futur. L'objectif est celui d'une région productive. par nos entreprises.Six ambitions sont au cœur du projet que j'ai proposé aux bretonnes et aux bretons. L'action engagée dans le cadre de la nouvelle alliance et du Plan agri-agro du Pacte d'avenir devra être accentuée avec force pour 6 . aux croisements de filières. favorable au partage des idées. pour un emploi durable.

permettre la réussite de la métamorphose engagée de ces secteurs qui restent et doivent demeurer notre premier avantage comparatif. une richesse au service de toute notre région. Les agriculteurs sont les premiers innovateurs de Bretagne. réactif. le fonds Breizh Up prendra ses premières prises de participation. adapté à toutes les situations et permettant de mobiliser l'épargne bretonne au service de chaque type de projet. Au premier trimestre. Ils sont. Notre ambition sur ce point est intacte et sans ambiguïté ! L'avenir de la Bretagne passera par son agriculture et son agroalimentaire. elle pourra s'appuyer sur les compétences accrues que je vous proposerai de solliciter dans le domaine des ports maritimes. ceux qui favorisent le financement des créateurs seront privilégiés. où qu'ils se trouvent et quel que soit leur projet. en janvier. 7 . Dès le début de l'année. ils ont tous les atouts pour gagner la bataille de l'innovation et de la valeur ajoutée. bien sûr. nous travaillerons avec les acteurs de la filière porcine pour les unifier et trouver ensemble des perspectives cohérentes et viables. en s'appuyant en particulier sur le campus mondial de la mer à Brest. et la bataille de l'internationalisation. Ils ont su gagner la bataille de la production et de la modernisation. agile. Parmi ces outils d'accompagnement. Notre ambition en ce domaine pourra s'appuyer sur la mise en œuvre du fonds européen pour les activités maritimes et de la pêche. La mer et toutes ses potentialités seront. La mise en œuvre de la Glaz économie devra garantir pour les acteurs économiques de trouver. nous réunirons les filières pour poursuivre ces combats. Cela contribuera à mettre en œuvre une forme de fonds souverain breton. un accompagnement adapté. un axe prioritaire de développement. mais sans attendre. par leur diversité. Ils sont engagés dans la bataille pour la qualité de l'environnement. Ceci nous conduira à moderniser et à réexaminer encore l'ensemble de nos outils.

8 .  Les lycées feront l'objet d'une attention toute particulière pour favoriser la construction d'une offre de formation donnant les mêmes chances à chacun dans des lieux propices à l'épanouissement. concilier épanouissement individuel et réponse aux besoins des entreprises et des territoires. et nous soutiendrons toutes les initiatives favorisant les contacts entre formation et monde de l'entreprise. Nous appuierons le développement de l'alternance. peut réaffirmer ses cinq objectifs fondamentaux : réduire le nombre de jeunes sortant du système scolaire sans diplôme.  développer des logiques de parcours. second axe d'action : c'est la formation de chacune et chacun pour qu'il trouve sa place dans la métamorphose économique. mais également par un rôle renforcé en matière d'enseignement supérieur. avec eux. tenant compte des bouleversement profonds de la réalité même du travail. de l’ascenseur social pour tous en Bretagne.  améliorer l'orientation de tous tout au long de la vie. permettre au plus grand nombre d'élever son niveau de qualification. La Région. Il nous faut prendre en compte les profondes mutations du travail. notamment par l'élaboration de la carte des formations professionnelles initiales. je prendrai contact avec les présidents des EPCI.  proposer des parcours mixtes pour une insertion réussie. je prendrai plusieurs initiatives : rassembler les acteurs du développement économique pour faire. un bilan d'étape de la Glaz économie et en repréciser la feuille de route opérationnelle. Seconde ambition. Nous devons rester la Région de l'excellence éducative. pour travailler avec eux à la nouvelle organisation de l'action publique en ce domaine. Parallèlement.Dès 2016. en particulier l'apprentissage. qui partagent une part de la compétence économique. confortée dans ses compétences.  assurer des passerelles entre filières de formation.

sera mobilisée autour de ces enjeux. Alors que nous percevons enfin. troisième axe d'actions : réussir la transition énergétique et écologique et en faire un réel levier de développement d'activité et de réponse aux défis climatiques.C'est dans cet esprit aussi que la Bretagne se porte candidate à l'expérimentation de la politique d'accompagnement à l'emploi et la conférence sociale. après plusieurs années de tâtonnements. Je prône une écologie de l'action et non une écologie de l'incantation et de la punition. Troisième ambition. l'échec. pour gagner ce pari. que nos universités et le monde de la recherche. un pari breton historique qui explique son investissement dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la recherche. les premiers résultats de la mobilisation. je prendrai les initiatives nécessaires pour remobiliser les acteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche autour des ambitions du schéma régional. Trop longtemps. Le mandat qui s'ouvre verra le changement de dimension de la mobilisation bretonne. L'immobilisme dans ce domaine signifie la régression et le statu quo. Ce sont là des domaines sur lesquels la Bretagne dispose d'un avantage comparatif qu'elle doit préserver et accroître. et les agriculteurs y ont pris toute leur part. dès le début de 2016. après tant d'années d'efforts parfois mal payés en retour. par excellence. la délégation de compétence pour la coordination des politiques de l'eau permettra une nouvelle 9 . Encore faut-il. Le développement de la matière grise est. En conséquence. réussissent les restructurations auxquelles ils sont appelés par la loi et par les programmes d'investissement d'avenir. qui a été mise en œuvre par le pacte d'avenir. l'environnement a été perçu par la Bretagne comme une contrainte et comme un sujet de stigmatisation de son économie et de son image.

C'est ainsi que nous défendrons une région éco-pionnière. Brest comme métropole maritime. leur capacité à mettre en œuvre leur vocation et leur spécificité. la semaine dernière. quatrième axe d'action : promouvoir l'équilibre des territoires. forcément. Ceci se fait dans le contexte de la réforme de la carte de l'intercommunalité. l'armature urbaine. Rennes comme métropole capitale. Dès 2016. Quatrième ambition. Le CESER y sera pleinement associé et nous serons candidats à une application et une expérimentation territoriale des engagements de la COP 21. un acteur important de cette transition planétaire dont la COP 21 a été le vecteur. La Conférence Bretonne de l'Energie se transformera en conférence de la transition écologique. à revoir nos modalités d'actions et de partenariat. La Bretagne. La Bretagne s'est investie dans la transition écologique avec volontarisme. à Paris. Chacun le voit. sa richesse et son rôle à jouer en Bretagne. L'enjeu de la territorialisation de l'action régionale et de la préservation du foncier sera au centre 10 . le réseau des villes moyennes et l'ensemble des espaces ruraux. des prises de conscience et des initiatives opérationnelles. elle permettra de proposer la réunion d'une COP régionale. c'est bien tout cela ! La Bretagne est un tout qui mutualise ses capacités créatrices. pertinente. demain. Elle place une fois de plus la Bretagne en situation d’exemplarité dans son action territoriale. je prendrai plusieurs initiatives. qui nous conduira. l'échelle des territoires est celle. Chaque territoire a sa place.impulsion et une accélération de la reconquête entreprise. elle voit se multiplier partout des initiatives et des mobilisations citoyennes qui en font et en feront. Une nouvelle génération de contrats a été négociée et engagée. leur cohésion.

en étroite articulation avec les autres Autorités organisatrices de transport. TER et transports interurbains. Le nouveau mandat devra. à tous les lycées et à toutes les entreprises. Bretagne Très Haut Débit permettra d'apporter la fibre à tous les bretons. desserte des îles). Il s'agira 11 . L'élaboration du schéma d'aménagement du territoire devra être le cadre du modèle de développement territorial que nous voulons. La mobilité n'est pas que physique et liée aux systèmes de transports. et par une responsabilité stratégique nouvelle dans l'élaboration d'un schéma des mobilités. par de nouvelles compétences transférées par les Départements (transports interurbains et scolaires. que ce soit par le renforcement à l'ouest ou que ce soit par l'irrigation du territoire régional par tous les moyens de transports. Le nouveau mandat sera consacré à réussir ces transferts et l'exercice de ces nouvelles compétences. C'est pourquoi je proposerai l'élaboration partagée avec l'ensemble de nos partenaires d'une grande ambition numérique pour la Bretagne qui aille au-delà des avancées déjà enregistrées par Bretagne Très Haut Débit que nous avons voulu ensemble. J'engagerai la concertation pour son élaboration dès le début de 2016. s'attacher à la diffusion de l'effet grande vitesse sur tout le territoire. Cinquième ambition et cinquième axe d'action : poursuivre le désenclavement de la région et permettre une Bretagne connectée et une Bretagne de toutes les mobilités.de nos préoccupations. notamment urbaines. elle est de plus en plus portée et permise par la numérisation. en même temps. Les lois de réforme territoriale confirment et complètent le rôle du Conseil régional en matière de transports.

notre patrimoine et notre identité culturelle comme facteurs de différenciation. qui aplanit les différences et ne permet plus. le breton et le gallo. Sixième ambition et sixième axe d'action : favoriser le rayonnement et la vitalité culturelle bretonne Je termine par ce sujet parce qu'il est le plus qui donne son sens au projet dans sa globalité. l'expression de la créativité. finalement.désormais d'accélérer le développement des usages portés par les acteurs publics et privés. je pense notamment au domaine de l'image qui offre à la Bretagne des perspectives importantes. de service public. Je veillerai à une application complète et dynamique de la convention spécifique signée en ce domaine et j'engagerai les études nécessaires pour un second lycée DIWAN. faute d'altérité. les rencontres créatrices. Elle est un secteur économique à part entière. permis par le pacte d'avenir. en matière de formation. Parce qu'elle est. de mobilité . et mis en place par mon prédécesseur. Avec le Conseil des collectivités pour la culture. la culture nourrit et fertilise les capacités d'innovation de notre région et de son économie. sont un patrimoine vivant que j'entends faire fructifier. de santé. il s'agira aussi de faire du numérique un accélérateur de croissance au croisement de nos filières nouvelles et traditionnelles. de rayonnement et d'attractivité ? Je veux conforter cette idée d'une stratégie d'attractivité globale 12 . La culture bretonne et les langues de Bretagne. comment ne pas voir le formidable atout que représentent la culture. il s'agit de construire ensemble une grande ambition culturelle à l'échelle régionale au moment où la seule ambition de certains est de faire des économies de poche sur le dos du développement culturel. par excellence. Dans un monde qui banalise et égalise à l'excès.

mobilisant les acteurs de la culture. qui. Un projet qu'il appartient au conseil régional de mettre en œuvre. la force de la communauté humaine que constitue la Bretagne est dans sa capacité à se projeter. si des partenaires enthousiastes nous rejoignent sur cette idée. de l'économie. évolutif. le co-construire. 13 . la marque Bretagne. entre autres. un désir de vivre ensemble ». Élaborer ce grand projet. mais un projet dont je veux aussi qu'il soit celui du plus grand nombre. C'est un grand trégorois. un projet que je veux vivant. six axes d'action qui. la force de notre identité. et les autres. mais comment ne pas s'inscrire dans cette belle idée que la force d'une région. la raison d'être d'un conseil régional. C'est aussi. un projet qui doit être la force de ce que nous sommes. articulés les uns aux autres. font un projet pour la Bretagne.pour la Bretagne. avec ses compétences et ses moyens d'action. à construire ensemble son avenir à adhérer à un destin partagé. qu'elle consistait à « avoir fait de grandes choses ensemble. mais il était breton. en 1882. de nouveaux leviers de développement. par l'excellence de ses territoires de destinations. au delà de l'exercice de ses compétences opérationnelles. un projet dont je veux qu'il soit l'expression d'une vision partagée et d'un élan collectif. du tourisme. adapté au rythme des bouleversements que nous connaissons. Identité et projet son intimement liés. && Six ambitions. y trouvera. Ernest Renan. écrivait au sujet de l'identité nationale qu'elle était : « possession en commun d'un riche legs de souvenirs et un consentement actuel. Cette mobilisation pourra se matérialiser dans la constitution d'une fondation dont je proposerai la création. (et) vouloir en faire encore » Certes il parlait d'identité nationale. Le tourisme. y faire contribuer le plus grand nombre est un magnifique défi.

ce défi de l'efficacité de l'action publique. 14 . liée à une conjoncture extraordinaire. C'est donc dans la clarté que les Bretonnes et les Bretons ont pu déterminer leur choix.Ce défi de la mise en mouvement d'un grand projet régional. && Au début de mon intervention. je veux ici rappeler le discours de clarté que je leur ai tenu. ce défi démocratique. qui ont provoqué l'état d'urgence et ouvert une période grave et exceptionnelle pour notre pays. j'ai tenu parole et affirmé ma ferme volonté d'exercer les fonctions de Président du Conseil régional si j'étais élu. Dès 2012. c'est celui que je vous propose de relever tout au long de ce mandat. j'ai évoqué le message de clarté des Bretons. avec la même clarté. à mon premier Vice-président. En me portant candidat. je confierai. ce défi de l'appropriation du projet régional par le plus grand nombre. j'avais annoncé ma détermination à revenir en 2015. que j'assumerai mes responsabilités ministérielles tant que le Président de la république le jugerait nécessaire. la délégation de responsabilité lui permettant de me seconder à la fois pour la vie quotidienne de l'institution et pour la mise en œuvre de notre projet. en quittant mes fonctions de Président. Mes Cher-e-s Collègues. autant que nécessaire. Pendant cette période intermédiaire. j'ai dit. Après les attentats tragiques de novembre. Loïg Chesnais-Girard.

il faut considérer les Bretons non comme des êtres de crépuscule mais comme des êtres du commencement.Vous connaissez mon attachement à Xavier Grall -que je cite souvent-. » Je me sens décidément un homme du matin ! Bevet Breizh ! Vive la Bretagne ! Vive la République ! Vive la France ! 15 . qu'il m'autorise à lui laisser les mots de ma conclusion : « Malgré leurs géographies aux ponants de l’Europe. des hommes du matin.