Vous êtes sur la page 1sur 3

LIBERTE

Mercredi 23 décembre 2015

L’Algérie profonde

9

JOURNÉE DE LA POLICE ARABE

Le DGSN appelle à unir les efforts contre l’insécurité

Les services de police sont à pied d’œuvre dans la mise en branle des mesures prises par le wali pour éradiquer les activités informelles et pour organiser le commerce régulier.

D es objectifs rap- pelés par le chef de Sûreté de wi- laya, Mohamed Talbi, à l’occa- sion de la Jour-

née arabe de la police. À travers les mesures d’assainissement, dira-t-il, l’effort est axé sur l’éra- dication du commerce informel et d’occupation des espaces pu- blics réservés aux piétons tels que trottoirs et places publiques, souvent encombrés par des mar- chandises, des véhicules et car- casses de toutes sortes. Et d’as- surer que ses services entendent mettre fin à l’anarchie qui a long- temps prévalu et qui n’a fait que donner une mauvaise image de nos villes et de nos cités. La campagne entamée vise à as- sainir l’environnement en s’atta- quant à toutes les sources de nui- sances. “Le comportement inci- vique sera combattu pour rendre la circulation plus fluide dans les centres urbains où les embou- teillages et les congestions sont

quotidiens” dit-il en invitant la so- ciété civile à s’impliquer dans ces actions qui servent le citoyen.

Promotion à des grades supé- rieurs à Boumerdès

Par ailleurs, à la même occasion, le DGSN, le général Abdelghani Hamel, a affirmé avant-hier, à Boumerdès que “la police arabe fait face à de grands défis notam- ment avec le terrorisme et le dé- veloppement de la criminalité sous toutes ses formes”. Le Directeur général de la DGSN qui a présidé la cérémonie de promotion de 92 officiers de po- liciers de la Sûreté de wilaya s’est

D. R.
D. R.

Abdelghani Hamel, directeur général de Sûreté nationale, avant-hier, lors de la cérémonie de promotion de 92 officiers de police.

félicité de la coordination des ef- forts et des échanges d’expé- riences entre les polices des pays arabes et africains pour faire face efficacement aux risques sécuri- taires. “La police algérienne a pu relever les défis induits par la mondialisation grâce à une for- mation sur des bases scientifiques et technologiques, adaptée à toutes les situations et inspirée de la stratégie générale de l’État”, a-t-il précisé. À noter que plus de 92 of- ficiers exerçant à Boumerdès ont

été promus à des grades supé- rieurs. Ces promotions font par- tie des 4500 promotions excep- tionnelles accordées aux poli- ciers au niveau national.

Et Blida

Même ambiance à Blida lors d’une cérémonie où outre la pro- motion d’agents de la police, au siège de la Sûreté de wilaya, en présence du wali et des autorités locales, un hommage a été rendu, à travers un message, par le

FOIRE COMMERCIALE À BOUIRA

DGSN, aux anciens policiers par- tis à la retraite et a honoré les agents assassinés en accomplis- sant leur mission, en présence de leurs familles. Le DGSN a loué les efforts de la police pour la stabi- lité et la paix dans le pays tout en rappelant dans cette correspon- dance la situation chaotique qui prévaut dans les pays arabes qu’il appelle à unir leurs efforts et ren- forcer la coopération pour lutter contre l’insécurité.

M. EL BEY/ M. T. /K. FAWZI

Une centaine d’exposants attendus

U ne centaine de producteurs et com- merçants, venus des quatre coins du pays et même de l’étranger, prendront

part à la foire commerciale qui ouvrira ses portes ce vendredi à l’esplanade du stade Ra- bah-Bitat de Bouira. Selon le gérant, M. Boulahia Abdelouaheb, cet évènement est l’occasion pour les citoyens de Bouira de faire de “bonnes affaires’’, puisque selon lui, des réductions allant jusqu’à 40%, vont être appliqués. “L’ensemble des partici-

pants sont là pour satisfaire la clientèle, qui est de plus en plus en plus exigeante en matière de prix et de qualité’’, a-t-il souligné. Un des commerçants, croisé sur les lieux dira : “Je fais de mon mieux pour être prêt pour ce vendredi, tout en espérant qu’il y’aura du mon- de !’’. “En principe, avec ce beau temps, on de- vrait avoir une affluence record’’, s’est-il réjoui. Un autre exposant, venu de la wilaya de Tizi Ouzou, regrettera le fait que cette foire ne soit pas médiatisée. “Je remarque qu’il n’y pas en-

core d’affichage et encore moins de publicité. Actuellement, les autorités locales ne s’impli- quent pas avec nous dans la publicité’’, a-t-il déploré. En matière d’animation, les organisateurs ont réservé des annexes pour compléter les ex- positions, une cafétéria et un fast-food. Un manège pour enfants a été également ins- tallé à l’extérieur de la tente des expositions.

RAMDANE B.

BÉJAÏA

Prolifération des décharges sauvages à Sidi Aïch

n La multiplication des décharges sauvages offre un spectacle hideux des villages de la wilaya de Béjaïa. “Dans la wilaya de Béjaïa, l'entrée d'une agglomération n’est pas indiquée par une enseigne, mais par la présence d'une décharge sauvage au bord de la route”, constate un citoyen qui tire la sonnette d'alarme sur la prolifération des décharges sauvages. Sur la RN 26, la décharge publique aménagée à la sortie de la ville de Sidi Aïch offre encore une image de désolation. Des dépotoirs à ciel

ouvert poussent comme des champignons au vu et au su de tous. L’annonce en grande pompe par le gouvernement de la réalisation de centres d’enfouissements techniques (CET) à travers plusieurs localités afin d’éradiquer les décharges improvisées tarde à voir le jour. Des experts en matière d’environnement et d’écologie insistent pourtant sur l’obligation de procéder à l’implantation de centres de récupération et du tri des déchets.

A. HAMMOUCHE

Enfin un lycée pour la localité de Feraoun

n La construction d’un nouveau lycée dans la localité de Feraoun réjouira inéluctablement les habitants. Ce projet entamé en 2013, est implanté à proximité du chef-lieu de commune d’une capacité de 800 places pédagogiques sera doté d’un service de demi-pension. Ce lycée sera fonctionnel durant le premier trimestre 2016. Le taux global d’avancement des travaux, est estimé aujourd’hui à environ à 65%. Ce nouveau lycée viendra sans aucun doute soulager le calvaire enduré par les lycéens.

A. HAMMOUCHE

soulager le calvaire enduré par les lycéens. A. HAMMOUCHE BRÈVES du Centre SUD DU PAYS La

BRÈVES du Centre

SUD DU PAYS

La contrebande sévit toujours

n Les éléments de la brigade mobile des

Douanes de Djelfa, ont intercepté, lors d’un

contrôle routier à un barrage fixe sur la RN 46, à l’entrée de la ville, jeudi passé, un véhicule de marque Mercedes CLA 220, transportant 3 800 unités pyrotechniques (pétards) estimées à 30 970 000,00 dinars, soigneusement dissimulées. Le conducteur a été arrêté et présenté devant le procureur alors que la marchandise a été saisie. Le même jour, lors d’un contrôle routier (barrage fixe) à l’intersection Ghardaïa, Ouargla et El-Goléa, les éléments de la brigade mobile des Douanes de Ghardaïa, ont intercepté un semi-remorque de marque Renault transportant diverses marchandises de contrebande constituées de 3 150 unités de friperie sans documents d’accompagnement. Il

a été procédé à l’arrestation du prévenu, la

saisie des marchandises objet de la fraude et la présentation du mis en cause devant le procureur de la République.

BOUHAMAM AREZKI

M’SILA

Découverte du corps d’une femme sur le bas-côté de la RN89

n Les éléments de la Gendarmerie nationale de

la wilaya de M’sila ont ouvert une enquête suite à la découverte dans la matinée de lundi, du corps d’une femme non identifiée, âgée d’une quarantaine d’années, abandonné sur le bas-côté de la RN89, reliant M’sila à Djelfa, au lieu- dit Djebel Ezargua. La dépouille a été transportée vers la morgue de l’hôpital d’Aïn Melh. Que s’est-il passé ? Pour l'instant, les enquêteurs ne privilégient aucune piste. Une autopsie qui sera effectuée permettra sûrement d'apporter des précisions sur la nature des plaies et les causes du décès.

CHABANE BOUARISSA

DRAÂ EL-MIZAN (TIZI OUZOU)

Une genette s’attaque à un berger

n Un berger a été attaqué le weekend dernier

par une genette. Ce sexagénaire qui gardait son

troupeau à la lisière d'une forêt limitrophe de son village, Kairouan, sur les hauteurs de la

ville de Draâ El-Mizan, a été mordu sur diverses parties de son corps par cet animal qu'on croyait disparu à jamais. Le berger a été évacué par ses proches à l'hôpital de Draâ-El-Mizan où

il a reçu les soins nécessaires et ses jours ne

sont plus en danger. Ce n'est pas la première fois que cette bête inconnue dans les maquis de la région fait une incursion dans des hameaux et des villages de Draâ El-Mizan mais aussi de M'kira. Dans cette dernière localité, un animal de la même espèce avait causé des blessures à douze personnes en juin dernier et l'une d'elles

a succombé à ses blessures après un mois

d'hospitalisation au CHU Nedir-Mohamed de Tizi Ouzou. Les chasseurs de M'kira avaient même mené une battue et ont réussi à abattre l'animal. Selon la description faite par des villageois de la région, il s'agit d’un mammifère plus grand qu'un chat, recouvert d’un pelage semblable à celui d'un tigre, avec de longues pattes et des griffes pointues. Il est très agile et les anciens montagnards l’appelaient, “chebirdou” en kabyle.

O. GHILÈS

Un agent de l’ADE électrocuté à Bouzeguène

n Un agent de l’ADE de Bouzeguène exerçant

comme surveillant de réseau dans le secteur- est de la commune, a reçu une forte décharge électrique, dans la nuit de vendredi près du réservoir d’eau potable du village de Houra. L’agent s’est rendu au réservoir pour effectuer sa mission. Arrivé sur les lieux et alors qu’il

faisait noir, l’agent, ayant oublié qu’une ligne électrique passait juste au dessus du réservoir,

a saisi une barre de fer qui a

malencontreusement touché un câble d’une ligne électrique de moyenne tension. L’agent a reçu une forte décharge électrique qui l’a projeté au sol et brûlé à la main droite. Il a été immédiatement secouru et évacué aux services d’urgence de l’EPSP de Bouzeguène, avant d’être transféré à l’hôpital d’Azazga où il a été pris en charge et gardé en observation.

K. N. O.

LIBERTE

Mercredi 23 décembre 2015

L’Algérie profonde

9

NOUVEAU PROGRAMME DE VACCINATION

Des vaccins dont la date de péremption approche distribués

Selon des chiffres en notre possession, pas moins de 225 000 doses ont été distribuées sur les différents EPSP (Établissements publics de santé de proximité) au niveau national dont 23 800 doses à Alger, 11 100 à Sétif, 9 300 à Oran, 7800 à Batna et 7000 à Chlef.

L e nouveau program-

me national de vacci-

nation en Algérie, qui

dernière-

ment l’introduction

a

de

connu

quatre

nouveaux

vaccins dont le vaccin antipolio- myélitique injectable à trois mois, risque de virer au scandale. En effet, selon des chiffres en notre possession, pas moins de 225 000 doses ont été distribuées sur les différents EPSP (Établissements publics de santé de proximité) au niveau national dont 23800 doses à Alger, 11100 à Sétif, 9300 à Oran, 7800 à Batna, 7000 à Chlef. Cependant, l'approche de la date de péremption indiquée sur plus de 80% des flacons, à savoir le mois de février prochain, inquiè- te les responsables et les prati- ciens du secteur de la santé. “L'approvisionnement en ce nou- veau vaccin, dont la date de péremption est très proche par rapport à la cadence de vaccina- tion, compromettrait le program- me et mettrait en péril les finances de nos établissements”, nous a indiqué une source paramédicale. Et d’ajouter : “Dans les grandes agglomérations, le problème ne se pose pas avec acuité. C'est dans les petites bourgades que nous ris- quons gros. C'est du gaspillage, voire de la mauvaise de gestion.” En effet, selon plusieurs prati- ciens, la sonnette d'alarme a été tirée pour éviter le pire. Par ailleurs, les infirmiers chargés de la vaccination évoque un autre problème. “Au lieu de prévoir des flacons de cinq doses, ils ont distri- bué des flacons de dix doses. Il est impossible de terminer ou d'utili- ser toutes les doses en un jour. Cet emballage ne fera qu'empirer la

D. R.
D. R.

situation car si on reçoit un seul enfant à vacciner, nous perdons neuf doses. Il ne faut pas oublier que le flacon est payé à cinq mille dinars. Ceux qui achètent le vac- cin doivent penser à le rentabili- ser”, nous a déclaré une infirmiè- re de l'EPSP de Sétif. Les direc- teurs des différentes structures sanitaires se retrouvent entre le marteau et l'enclume. L'instruction n°15 du 29 octobre 2015 relative à l'introduction du vaccin antipoliomyélitique injec- table en date du 15 décembre 2015 et la note 33 du 30

Plus de 80% des vaccins seront périmés en février prochain.

novembre 2015 émanent de la direction générale de la préven- tion et de la promotion de la santé du ministère de la Santé relative aux modalités d'approvi- sionnement en VPI (vaccin anti- poliomyélitique injectable) dans les délais requis a mis les direc- teurs des différentes structures dans la gêne. “Nous sommes obli- gés d'acheter ce vaccin. Nous ne pouvons pas faire autrement”, nous dira un directeur de l'admi- nistration d'un EH à Sétif. Il est à rappeler que tous les services de vaccination ont, depuis quelques

jours, entamé l'application du nouveau calendrier de vaccina- tion à commencer par l'introduc- tion du vaccin antipoliomyéli- tique inactivé (VPI) et le retrait du vaccin antipoliomyélitique orale trivalent (VPOT) pour les enfants de trois mois. Un effort supplémentaire pour encourager les parents à vacciner leurs enfants est attendu des respon- sables et du coup, ne pas gaspiller le vaccin dont la date péremption approche à grands pas.

F. SENOUSSAOUI

GUELMA

Les logements ruraux non concrétisés seront restitués

A u cours de la dernière ses-

sion de l’APW, des élus

avaient saisi l'opportunité

de la présence des autorités locales pour soulever les préoccu- pations citoyennes. Le problème des logements ruraux a retenu l'attention de la wali qui a été catégorique : “Des présidents d'APC ont failli à leurs préroga- tives en gelant la distribution des logements ruraux aux fellahs qui sont retournés sur leurs terres pour s'adonner aux travaux agri- coles et à l'élevage car notre wilaya est à vocation agricole. Ces défaillances sont intolérables de la part de ces élus qui invoquent le manque de foncier, la nature juri-

dique des terrains et d'autres pré- textes pour justifier leur immobi- lisme. J'ai décidé de récupérer tous les quotas de logements ruraux non réalisés à la fin décembre 2015 dans de nombreuses com- munes et de les restituer aux pou- voirs publics. Ces logements seront affectés aux wilayas qui exprime- ront leurs besoins car il est inad- missible que des centaines de loge- ments soient bloqués pour des rai- sons inacceptables. Les présidents des APC concernées endosseront leurs responsabilités face à leurs administrés”. D'autre part, Madame Fatma-Zohra Raïs a déploré la faiblesse des crédits de consommation au titre de l'année

2015 au niveau des collectivités locales et déplore que des mil- liards de centimes n'ont pas été utilisés pour améliorer le cadre de vie des citoyens dans plusieurs localités. À titre illustratif, elle révèle que le PCD de l'année en cours a eu un taux de consomma- tion oscillant entre 10, 20, 40, 60 et plus de 80% au niveau des communes, ce qui est inconce- vable, selon elle. Elle annonce que les crédits des PCD 2016 seront alloués aux APC qui travaillent réellement et celles qui font preu- ve de carence caractérisée seront sanctionnées en conséquence. Elle estime que cette décision devrait inciter les maires à se

mettre sérieusement au travail et à penser à améliorer le cadre de vie de leurs administrés. Le chef de l'exécutif de wilaya a révélé qu'un conseil exécutif de wilaya a été récemment consacré à l'APC de Guelma qui possède les moyens financiers à même de se prendre en charge sans l'inter- vention de l'État. La municipalité du chef-lieu devra réhabiliter le réseau routier urbain, les écoles primaires, les cimetières, les mos- quées, assurer un ramassage effi- cace des ordures ménagères, veiller au bien-être, à la santé, la sécurité des citoyens, etc.

HAMID BAALI

à la santé, la sécurité des citoyens, etc. HAMID BAALI BRÈVES de l’Est JOURNÉE ARABE DE

BRÈVES de l’Est

JOURNÉE ARABE DE LA POLICE

113 policiers promus aux grades supérieurs à Jijel

n À l’occasion de la Journée arabe de

la police célébrée en début de semaine au niveau de l’ancienne école de police, les autorités civiles et militaires de la wilaya de Jijel ont procédé à une cérémonie de remise des grades aux fonctionnaires de ce corps sécuritaire, a-t-on appris. Cette journée était une occasion pour rappeler la noblesse de ce métier et le rôle des éléments de la police pour assurer la quiétude et la sécurité des citoyens. Lors de cette journée, 113 éléments ont été promus et honorés pour leurs compétences, leur ancienneté et leur bravoure, précise Aziza Djerrourou, commissaire de police et chef de la cellule de communication de la sûreté de wilaya. Dans ce contexte, nous apprendrons qu’un ancien commissaire ayant des compétences avérées sur le terrain a été promu au grade de commissaire principal, 3 lieutenants ont été élevés au grade de commissaire, 17 inspecteurs ont obtenu le grade d’inspecteur principal de police, 9 brigadiers chefs ont été promus au grade d’inspecteur brigadier et 82 agents de police ont reçu le grade de brigadier chef. Cette journée a été caractérisée par le désistement des logements de fonction au profit des policiers retraités et ceux aux besoins spécifiques. Un geste de reconnaissance salué par les éléments de ce corps sécuritaire et leurs familles qui ne purent s’empêcher de verser des larmes lors de cette émouvante cérémonie. En marge de cette célébration, des portes ouvertes ont été organisées au commissariat de 1 er

arrondissement au centre ville de Jijel où les différentes missions de la police ont été exposées au public venu nombreux pour voir de près le travail des différentes brigades dans la lutte contre le banditisme et les accidents de la route. Les moins jeunes et les universitaires n’ont pas hésité à connaître les conditions pour faire de la police un métier d’avenir.

MOULOUD S.

TÉBESSA

8 e Festival de théâtre pour enfants

n La maison de la culture de Tébessa

a brité du 22 au 26 décembre, la

huitième édition du Festival de théâtre pour enfants. À cet effet, le comité d'organisation de l'événement a arrêté un riche programme où pas moins de dix pièces théâtrales seront présentées pour le jeune public . Les parents auront également à apprécier les spectacles en compagnie de leurs enfants pour cet événement devenu une tradition et attendu avec impatience aussi bien par les petits que par les grands notamment après

la réussite de la précédente édition.

Il est à noter que l'édition de cette

année va enregistrer la participation de plusieurs troupes venues des quatre coins du pays, entre autres de Sidi Bel-Abbès, Constantine, Sétif, Djelfa, Khenchela et Tébessa. Enfin et pour contribuer à la réussite de l’événement et attirer le plus grand nombre de citoyens, le comité d'organisation a procédé à la gratuité de l'entrée pour les présentations des troupes. Une telle mesure fera sans doute bien des heureux.

RACHID G.

LIBERTE

Mercredi 23 décembre 2015

L’Algérie profonde

9

ORAN

Le commerce informel a la cote

Sur 90 000 commerçants légaux recensés dans la wilaya d’Oran, 2000 à 4000 d’entre eux vont grossir, chaque année, le rang de l’informel.

L e directeur régional des impôts à Oran, M. Benhezil, a annoncé, hier, la réalisation de 20 marchés couverts à

structure métallique qui seront affectés à leurs bénéficiaires après l’opération de recense- ment menée actuellement au niveau des communes de la wilaya d’Oran. Entrant dans le cadre de la résorption du com- merce informel, cette mesure d’urgence vise à offrir aux com- merçants illicites les moyens d’exercer légalement leur métier, a-t-on indiqué. Un autre projet de 20 marchés doté d’une enveloppe financière de 10 mil- liards de DA est programmé en

attendant la régularisation de 13

000 autres commerçants (recen-

sés depuis 2006) qui activent illégalement. S’agissant de la création de nouveaux débou- chés dans le secteur, Boudjillali Houari, chef du bureau d’obser- vation des marchés de la direc- tion de commerce d’Oran, a

affirmé que plus de 6088 com- merçants illégaux sont dénom- brés dans la wilaya d’Oran. 1

377 d’entre eux seulement ont

été intégrés dans des marchés anciens et nouveaux. Il rappelle- ra dans ce contexte que 65 mar- chés illégaux ont été rasés jus- qu’à la date du 23 novembre 2012. “Cette opération a été stop- pée par les pouvoirs publics de crainte d’un débordement de situation mais aussi pour réflé- chir à des mesures idoines en pre- nant en compte le volet humain de ce phénomène”, a-t-il souli- gné. “Les facteurs économique,

D. R.
D. R.

La réalisation de 20 marchés couverts est prévue afin de permettre aux commerçants illicites d’exercer légalement.

social et culturel ainsi qu’un brusque changement de l’écono- mie socialisante dirigée vers un système économique libéral débridé, à l’exode rural, à l’ab- sence d’une culture commerciale chez les commerçants illicites qui se méfient de l’administration et des impôts ainsi qu’à l’échec sco- laire, vecteur important de chô- mage, sont les causes de cette situation actuelle.” Il préconise des solutions immédiates pour combattre le commerce parallè- le en multipliant les projets de construction des marchés quoti-

diens et hebdomadaires sur la base d’une étude stratégique à long terme. Il lancera un appel à l’adresse des responsables de la direction du commerce, des impôts, des Douanes, de la poli- ce, de la Gendarmerie nationale, des opérateurs économiques légaux et illégaux pour leur association dans une nouvelle dynamique concertée pour la relance du secteur de commerce dans la wilaya d’Oran. Le même intervenant fera également part des inquiétudes des respon- sables du secteur concernant

l’inversion de nombreux com- merçants et de grossistes légale- ment inscrits au Centre national du registre du commerce (CNRA) vers le marché infor- mel “pour, dira l’intervenant, ne pas devoir payer les différentes charges imposables”. Enfin, il est à signaler que 90 000 commer- çants sont légalement recensés dans la wilaya d’Oran qui enre- gistre entre 2000 et 4000 com- merçants licites chaque année qui vont grossir les rangs des commerçants illégaux.

K. REGUIEG-ISSAAD

 

BRÈVES

LOGEMENTS DE FONCTION DE L’ÉDUCATION NATIONALE

fonctionnaires retraités ou des indu-

Relogement aujourd’hui des familles d’El-Hamri

 

occupants par la direction de l’éducation d’Oran sur instruction du ministère de

Oran s’apprête à faire le ménage

< Au jour d’aujourd’hui, 60 logements d’astreinte seulement, sur un parc immobilier de 1 600 du secteur de l’éducation, ont été récupérés à Oran. Le dossier des logements de fonction est en lui- même un problème que tous les responsables ont évité d’aborder, un vrai champ de mines qu’aucun ne veut traverser, car il s’agit de responsables ou encore des parents de cadres d’un grade hiérarchiquement élevé. Ainsi, ils sont 1 600 indu-occupants de logement d’astreinte et de fonction à Oran. Il y a notamment ceux occupant plusieurs logements de fonction ainsi que ceux possédant un logement en leur nom alors que la conjoncture exige qu’ils auraient dû prendre leurs dispositions et libérer les logements qui leur ont été attribués durant la période d’exercice de leur fonction. Cependant, cette situation est sur le point de changer. Suite à une récente réunion, il a été décidé d’entamer une ultime opération de recensement dans un premier temps et d’évacuation dans un second temps des logements de fonction occupés par des

l’Éducation nationale.

HADJ HAMDOUCHE

<

C’est aujourd’hui que seront distribués les

Saisie de 80 000 unités pyrotechniques

<

Plus de 80 000 unités pyrotechniques

1430 logements publics locatifs à Canastel. L’opération de relogement touchera les familles d’El-Hamri et Médioni détenteurs de pré-affectation délivrées en 2011 et 2012.

 

(pétards et jeux inflammables) ont été saisies par les services de la police judiciaire de la Sûreté d’Oran qui ont arrêté 5 individus impliqués dans cette affaire, selon la cellule de communication de la police. Rappelons que dans le même contexte, 46 347 autres unités pyrotechniques ont été saisies dans les différents quartiers de la ville à quelques jours seulement de la fête du Mawlid.

K. R. I.

Une opération qui entre dans le cadre de l’éradication du vieux bâti à Oran.

AYOUB A.

 

Mort dans un laboratoire d’analyses

<

H. Y., 76 ans, est décédé, ce lundi, à

l’intérieur d’un laboratoire d’analyses dans le quartier de Plateau. Une autopsie a été ordonnée.

 

Agression violente à Sid El-Bachir

A.

A.

<

Ch. M., 17 ans, a été violemment agressé,

ce lundi, par une bande de voyous à Sid El- Bachir. Il a été sérieusement blessé à la tête et évacué à l’EHU où il a subi une intervention chirurgicale. Une enquête a été ouverte pour identifier les agresseurs.

Une Vespa à terre

 

<

M. A., 30 ans, à bord de sa Vespa a été

renversé, ce lundi vers 15h30 par une Toyota Yaris à proximité du stade de football Ahmed-Zabana. Il souffre de blessures au pied droit.

 
 

A.

A.

 

A. A.

au pied droit.     A. A.   A. A. BRÈVES de l’Ouest AÏN TÉMOUCHENT Le

BRÈVES de l’Ouest

AÏN TÉMOUCHENT

Le budget primitif de 2016 approuvé par l’APW

< Trois dossiers étaient à l’ordre du jour

lors de la 4e session en plénière de 2015 qui s’est tenue mercredi dernier à la salle de délibérations. Les élus ont débattu du

projet du budget primitif (BP) de l’exercice 2016. Avec des prévisions de recettes de l’ordre de 872 663 712,98 DA le BP a été approuvé à l’unanimité avec néanmoins cinq recommandations émises par l’assemblée et qui vont en droite ligne avec la rationalisation des dépenses, la réflexion sur la nécessité de la création de nouvelles ressources à commencer par la révision et la mise à jour des prix de loyer des biens appartenant à la wilaya ainsi que la promotion et la réactivation des zones d’activité à même de pouvoir attirer un grand nombre d’investisseurs. En ce qui concerne les recettes, celles-ci prévoient des rentrées fiscales en matière de taxe sur l’activité professionnelle (TAP) de l’ordre de 434 164 039,00 DA contre 464

327 829 DA contenu dans le budget

supplémentaire (BS) de 2015. Par contre il

est prévu une hausse en matière de recouvrement de l’impôt unique

forfaitaire (IFU), soit 8 521 954 DA contre 6

402 900 DA prévus dans le BP de l’exercice

en cours. Le troisième dossier a été consacré à la gestion des déchets ménagers, hospitaliers et industriels qui a suscité un large débat.

M. LARADJ

Saisie de 2 tonnes de tabac

< Lors d’un barrage dressé à la sortie de la

ville, les gendarmes de Hassi El Ghella ont

intercepté un Peugeot J5 transportant 2 tonnes de tabac à chiquer destinés à la contrebande. Les deux occupants du véhicule ont été écroués. Dans une autre opération similaire, les gendarmes ont saisi 843 chardonnerets transportés dans une Renault Symbol. Les oiseaux ont été remis aux services des Douanes tandis que le conducteur et son passager ont été relâchés par la justice.

M. L.

EL-BAYADH

Le FLN détrône le RND

à Bogtob

< Les autorités locales d'El-Bayadh n'ont

pas tardé à remplacer l'ex-maire de Bogtob, à 100 km au nord du chef-lieu de wilaya, qui a été poursuivi en justice pour détournement de deniers publics. Aussitôt le mandat de dépôt prononcé, les autorités ont appelé les élus à élire le nouveau maire et surprise générale, le RND a perdu le perchoir de l'APC en laissant un élu FLN l'emporter haut la main. Dans sa déclaration, ce dernier a promis d'agir dans la transparence totale et travailler avec tous les élus.

A. MOUSSA

SIDI BEL-ABBÈS

101 policiers promus

à différents grades

< 101 éléments de la Sûreté nationale ont

été promus, lundi dernier, à différents grades à l’occasion de la Journée de la police arabe coïncidant avec le 18 décembre de chaque année. La cérémonie de remise de grades a été organisée à la salle de conférences de l’Unité de maintien de l’ordre, en présence des autorités locales civiles et militaires et a

concerné deux commissaires promus au grade de commissaire principal, 6 officiers au grade de commissaire, 16 inspecteurs au grade d’inspecteur principal, 1 brigadier-chef au grade d’inspecteur, 8 brigadiers au grade de brigadier-chef, 68 agents d’ordre public au grade de brigadier et une psychologue auxiliaire au grade de

psychologue principal.

A. BOUSMAHA