Vous êtes sur la page 1sur 7
Cabinet Laboratoire Connect my inLab I. GHANDOUR Prothésiste dentaire Comment fonctionne le système Cerec Connect

Cabinet Laboratoire

Connect my inLab

I. GHANDOUR Prothésiste dentaire

Comment fonctionne le système Cerec Connect ? Quels sont les avantages du procédé Cerec InLab ? Quels sont les conseils à prodiguer au prothésiste désireux de l’utiliser ?

à prodiguer au prothésiste désireux de l’utiliser ? L ’objectif de l’odontologie actuelle est de réaliser

L ’objectif de l’odontologie actuelle est de réaliser des restaurations tout céramique identiques aux dents natu- relles, respectant les tissus

parodontaux et ayant les mêmes pro- priétés physiques et chimiques (fig. 1). Les systèmes Inlab et Cerec AC ont permis au domaine dentaire de plonger dans le tout céramique en maîtrisant chaque étape de fabrication.

Il s’agit d’un système hors du commun permettant de réaliser tous les types de restaurations et s’adaptant à nos besoins et non pas le contraire.

Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5

Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5 369

369

Les systèmes Cerec - I. Ghandour

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 1a b 3a 4a c 2a b b b c

1a

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 1a b 3a 4a c 2a b b b c

b

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 1a b 3a 4a c 2a b b b c

3a

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 1a b 3a 4a c 2a b b b c

4a

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 1a b 3a 4a c 2a b b b c

c

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 1a b 3a 4a c 2a b b b c

2a

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 1a b 3a 4a c 2a b b b c

b

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 1a b 3a 4a c 2a b b b c

b

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 1a b 3a 4a c 2a b b b c

b

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 1a b 3a 4a c 2a b b b c

c

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 1a b 3a 4a c 2a b b b c

c

Fig. 1a, b et c De l’amalgame au tout céramique.

Fig. 2a et b Nouvelle caméra optique.

Fig. 3a, b et c Stéréolithographie du MPU et de l’antagoniste.

Fig. 4a, b et c Travail d’ajustage et du cosmétique.

Grâce au système Cerec Connect*, nos laboratoires seront connectés avec les dentistes du monde entier. Ceci permet- tra une nouvelle ouverture du marché de la prothèse, bienvenue en cette période de crise économique. Ce système est doté d’une nouvelle caméra optique (Cerec Bluecam émet- tant une lumière bleue à onde courte) qui garantit une empreinte optique numérique ultra-précise (fig. 2). Le praticien envoie les datas de son empreinte via la plate-forme internet Cerec Connect : le volume des datas d’un maxillaire complet est de l’ordre de 25 MB. Le prothésiste peut confectionner

la prothèse sur son PC et l’usiner avant même la réception du modèle de travail. Le modèle positif unitaire et son antagoniste seront fabriqués au centre de production Infi- nident (au siège de Sirona) par stéréolitho- graphie, procédé qui consiste à polymériser couche par couche, balayé par un faisceau laser, le modèle sur un plateau (fig. 3). Les arcades haut et bas montées sur un mini- articulateur seront reçues au laboratoire. Le prothésiste utilise ce modèle pour peaufiner l’ajustage et travailler le cosmétique poudre céramique, par exemple, sur un bridge sup- port (YZircone) (fig. 4).

(*) Disponible en France courant 2010

370

Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5

370 Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5

Le praticien réalise une multitude d’em- preintes optiques numérisées et bonne nouvelle, en cas de problèmes, la com- pétence du laboratoire ne pourra plus être mise en cause !

SImpLICIté, IndépendanCe et poLyvaLenCe

Tous les matériaux sont pratiquement usi- nables par ce système à part les restau- rations métalliques en chrome-cobalt qui sont réalisées par microfusion (fig. 5). Le but de cet article sur le système InLab n’est pas d’initier le laboratoire à son uti- lisation mais de décrire ses nombreuses capacités et potentialités. Voici quelques cas cliniques pour illustrer le propos.

Usinage des céramiques feldspathiques (fig. 6)

Notez l’intégration et le mimétisme ! Cas de facettes collées (fig. 7 et 8), cas d’inlays onlay sur de la 44 à la 47 (fig. 9 et 10).

Usinage de blocs Cad-temp ® pour provisoires

La firme VITA a développé des blocs multi- colores collet, dentine, émail pour réaliser des provisoires très esthétiques résistants à la dissolution en bouche (fig. 11 et 12).

Usinage de bloc de plastique calcinable Cad-Waxx ® (fig. 13 et 14)

Ces blocs permettent des essais à moin- dre coût pour vérifier les formes, l’occlu- sion et l’adaptation en bouche. Une fois ces essais validés, les blocs définitifs en Zircone peuvent être usinés.

Fig. 5 Restaurations métalliques en chrome cobalt : microfusion.

Fig. 6a et b Usinage des céramiques feldspathiques.

Fig. 7a et b Facettes collées.

Fig. 8a et b Inlays onlays de 44 à 47.

collées. Fig. 8a et b Inlays onlays de 44 à 47. Cabinet Laboratoire 5 6a 7a

Cabinet Laboratoire

Fig. 8a et b Inlays onlays de 44 à 47. Cabinet Laboratoire 5 6a 7a 8a

5

8a et b Inlays onlays de 44 à 47. Cabinet Laboratoire 5 6a 7a 8a b

6a

8a et b Inlays onlays de 44 à 47. Cabinet Laboratoire 5 6a 7a 8a b

7a

et b Inlays onlays de 44 à 47. Cabinet Laboratoire 5 6a 7a 8a b b

8a

b Inlays onlays de 44 à 47. Cabinet Laboratoire 5 6a 7a 8a b b b

b

Inlays onlays de 44 à 47. Cabinet Laboratoire 5 6a 7a 8a b b b Stratégie

b

onlays de 44 à 47. Cabinet Laboratoire 5 6a 7a 8a b b b Stratégie prothétique

b

Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5

Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5 371

371

Les systèmes Cerec - I. Ghandour

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 9a 10a c 11a b b d b Fig. 9a

9a

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 9a 10a c 11a b b d b Fig. 9a

10a

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 9a 10a c 11a b b d b Fig. 9a

c

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 9a 10a c 11a b b d b Fig. 9a

11a

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 9a 10a c 11a b b d b Fig. 9a

b

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 9a 10a c 11a b b d b Fig. 9a

b

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 9a 10a c 11a b b d b Fig. 9a

d

Les systèmes Cerec - I. Ghandour 9a 10a c 11a b b d b Fig. 9a

b

Fig. 9a et b Blocs pour prothèses provisoires.

Fig. 10a, b, c et d Usinage de bloc plastique calcinable.

Fig. 11 a et b Toute négligence dans le procédé de fabrication peut être fatale.

Une autre fonction: ils peuvent être calcinés dans un cylindre au four (procédé sembla- ble à la technique de cire perdue) (fig. 15).

La Zircone

Sorti en 2002, ce matériau a de beaux jours devant lui dans tous les domaines. Cependant, il faut encore apprendre à en mesurer ses limites et rester humble

vis-à-vis de ses capacités et de ce qui est avancé. Il faut respecter scrupuleusement ses conditions de mise en œuvre, avec un minimum de règles essentielles afin de garantir la pérennité des travaux. Toute dérive ou négligence dans les pro- cédés de sa fabrication ou manipulation peuvent être fatales et impardonnables. (fig. 16). Quelques conseils pour le prothésiste avant de travailler ce matériau extraordi- naire et d’éviter la casse .

1. Respecter l’épaisseur des restaurations

donnée par la machine.

2. Travailler avec le mode réduit (création

totale de la morphologie de la dent) et ensuite la réduire homothétiquement.

3. L’échauffement de la zircone avec les

rotatifs et le sablage, le jet de vapeur

peuvent transformer la structure du maté- riau du quadratique stable en monoclini- que en surface ou en profondeur. En cas de retouches, ne pas oublier de faire un traitement thermique, passage au four pendant 10 minutes à 1000 degrés pour restabiliser la matière.

4. Mauvaise mouillabilité de la céramique

cosmétique sur la chape en zircone, tou-

jours cuire un lait d’intensif ou de dentine sur la chape à 980 degrés pour avoir une meilleure adhérence.

5. Attention aux résistances du four à céra-

mique qui se fatiguent et peuvent rayonner

plus vers le bas que le haut. Par la suite, le préchauffage de la poudre peut être trop vio- lent et le cosmétique céramique se décolle de la chape par évaporation rapide du sol- vant (eau ou liquide gras). Ce phénomène peut se produire dans les surfaces épaisses (en occlusal) et peut être invisible.

6. Faire attention au cosmétique cérami-

que trop fin.

7. Volumes très variables de l’armature zir-

cone : le rayonnement n’est pas le même,

372

Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5

372 Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5

il en résulte une mauvaise cuisson des pontiques volumineux ; la céramique n’at-

teint pas la température nécessaire entraî- nant une mauvaise cuisson et donc une mauvaise adhérence.

8. Mauvaise adaptation de la restauration en

bouche (friction ou suspension de la chape).

9. Scellement provisoire interdit : le cos-

métique sur la chape zircone supporte mal

les micromouvements possibles pendant la mastication et peut donc se fracturer.

10. Relief des moignons très accidenté

(amorces de ruptures par accumulation

des forces sur des angles vifs).

11. Mauvais réglage de l’occlusion : inter-

férences surtout dans les mouvements

libres de la boucle de mastication (la ciné- matique de la mandibule). L’équilibration de mouvements de bordure de l’intérieur vers l’extérieur ne suffit pas ! 12. Maîtrise du collage et des scellements adhésifs : surtout pas de verre ionomère car d’après certaines publications il est très hydrophile et augmente volume. Il peut fracturer des restaurations et se colore en cervical.

13. Bruxisme

14. Après un réglage intempestif de

l’occlusion à la turbine, un reglaçage est conseillé.

15. Attention à l’utilisation des ultrasons

pendant le nettoyage et détartrage.

16. Il faut savoir qu’en bouche existe des

réflexes musculaires assez violents pen- dant des fractions de secondes, sachant que parfois les dents naturelles peuvent se casser. Il faut donc être tolérant vis-à-vis de ce phénomène en sachant que souvent les patients fracturent leurs dents dans des mouvements libres non forcés. il faut

leurs dents dans des mouvements libres non forcés. il faut 18 Cabinet Laboratoire donc associer à

18

dents dans des mouvements libres non forcés. il faut 18 Cabinet Laboratoire donc associer à ce

Cabinet Laboratoire

donc associer à ce phénomène le temps d’impact et non pas les tests de force en 3 points réalisés en usine par le fabricant. Quelques cas cliniques de prothèses sur YZ (fig. 17, 18, 19, 20).

Fig. 12 à 20 Quelques cas cliniques réalisés.

19, 20). Fig. 12 à 20 Quelques cas cliniques réalisés. 12 13 14 16 15 17

12

20). Fig. 12 à 20 Quelques cas cliniques réalisés. 12 13 14 16 15 17 19

13

20). Fig. 12 à 20 Quelques cas cliniques réalisés. 12 13 14 16 15 17 19

14

Fig. 12 à 20 Quelques cas cliniques réalisés. 12 13 14 16 15 17 19 20

16

12 à 20 Quelques cas cliniques réalisés. 12 13 14 16 15 17 19 20 Stratégie

15

12 à 20 Quelques cas cliniques réalisés. 12 13 14 16 15 17 19 20 Stratégie

17

à 20 Quelques cas cliniques réalisés. 12 13 14 16 15 17 19 20 Stratégie prothétique

19

20 Quelques cas cliniques réalisés. 12 13 14 16 15 17 19 20 Stratégie prothétique novembre-décembre

20

Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5

Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5 373

373

Les systèmes Cerec - I. Ghandour

Fabricants

Systèmes d’implants

nobel Biocare

replace®

 

Brånemark ®

Friadent

Frialit ® / Xive ®

Biomet 3i

Ex. Hex

CAMLOG

CAMLOG ®

Systèmes Straumann/Astra Tech/Zimmer janvier 2010

21a

Systèmes Straumann/Astra Tech/Zimmer janvier 2010 21a b d e c f 22 23a b 24 Fig.

b

Systèmes Straumann/Astra Tech/Zimmer janvier 2010 21a b d e c f 22 23a b 24 Fig.

d

Systèmes Straumann/Astra Tech/Zimmer janvier 2010 21a b d e c f 22 23a b 24 Fig.

e

Systèmes Straumann/Astra Tech/Zimmer janvier 2010 21a b d e c f 22 23a b 24 Fig.

c

Straumann/Astra Tech/Zimmer janvier 2010 21a b d e c f 22 23a b 24 Fig. 21a,

f

Straumann/Astra Tech/Zimmer janvier 2010 21a b d e c f 22 23a b 24 Fig. 21a,

22

Straumann/Astra Tech/Zimmer janvier 2010 21a b d e c f 22 23a b 24 Fig. 21a,

23a

Tech/Zimmer janvier 2010 21a b d e c f 22 23a b 24 Fig. 21a, b,

b

Tech/Zimmer janvier 2010 21a b d e c f 22 23a b 24 Fig. 21a, b,

24

Fig. 21a, b, c, d, e, et f Usinage de piliers implantaires au laboratoire. Fig. 22 Usinage de plusieurs éléments issus d’empreintes différentes. Fig. 23a et b Nouveaux grands blocs en zircone. Fig. 24 Prévisualisation de la restauration dans les blocs.

avantageS de La ZIrCone

Clairement, ce sont d’abord ses proprié- tés optiques (indice de réfraction) et sa solidité (utilisation en orthopédie). Ensuite, son état de surface qui réduit net- tement l’adhérence de la plaque dentaire (très dense zéro porosité compressée à 60 tonnes par cm 2 ), l’ostéointégration dans le domaine implantaire, stabilité en bouche en présence de multiples matériaux.

374

Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5

374 Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5
Cabinet Laboratoire dU noUveaU poUr Le SoFtWare InLaB 3d (Fig. 21 à 24) Intégrer le

Cabinet Laboratoire

dU noUveaU poUr Le SoFtWare InLaB 3d (Fig. 21 à 24)

Intégrer le système inLab dans un labo- ratoire, c’est avant tout faire le choix d’un logiciel en évolution permanente. Avec l’application « inLab for Abutment », la fabrication de piliers implantaires entière- ment individualisable est réalisable en une étape de construction ! Les plus grandes marques d’implants ont adhéré à ce sys- tème pour usiner les abuments en zircone au laboratoire. De plus, la fonction « inLab 3D Stack » nous permet de placer des restaurations différentes (issues de différentes emprein- tes par exemple) dans des blocs de plus grande dimension et de les usiner en même temps. Le prothésiste optimise ainsi considérablement le prix de revient d’un élément. Les blocs partiellement usi- nés peuvent être de nouveau réutilisés. Une fonctionnalité supplémentaire au ser- vice de la rentabilité du système CFAO. Ainsi, les nouveaux grands blocs en zir- cone (dimension 65/40/17 ou 85/40/22) permettent de rentabiliser particulière- ment l’unité d’usinage. Nouvelle fonction de prévisualisation de la restauration dans les blocs avant usinage.

ConCLUSIon

Nous allons vers une dentisterie qui tient compte à part égale de la fonction, de l’es- thétique et du respect de l’environnement buccal. Les systèmes Cerec AC pour pra- ticien et inLab 3D pour prothésiste respec- tent cet engagement et nous donneront l’opportunité unique de travailler avec le monde entier, sans se déplacer, avec une excellente qualité de transmission des datas empreintes sans crainte de défor- mation, tirage ou déshydratation. Une avancée aussi décisive que ne l’a été le passage de la photo argentique à la photo numérique. L’avenir de notre laboratoire est entre nos mains : faisons le bon choix aujourd’hui pour l’avenir numérique de demain.

aUto-évaLUatIon

1. recevoir une empreinte optique par internet est

un avantage

2. L’usinage au laboratoire offre un comfort et une meilleure

n
n

vrai

n
n

Faux

rentabilité

n
n

vrai

n
n

Faux

3. La zircone est un matériau d’avenir

n
n

vrai

n
n

Faux

4. L’Inlab est un système qui permet d’usiner des bridges zircone

transvissés

5. Un faux moignon implantaire en zircone usiné au laboratoire

est avantageux par rapport à ceux achetés tout prêts aux

fournisseurs d’implants

n
n
n
n

vrai

vrai

n
n
n
n

Faux

Faux

LeCtUreS ConSeILLéeS

1. Magne P, Belser U. Restauration adhé - sives en céramique sur dents antérieu- res. 2003; Quintessence International

2. Chiche G, Aoshima H. Restaurer le sourire. Editions Quintessence International, 2005.

3. Sieber C. Motivation erhältlich bei VITA. 2005

A DR esse D e l’ AU te UR :

Imad GHANDOUR laboratoire Ghandour 110, boulevard sadi Carnot 06110 le Cannet (France) email : lab.ghandour@wanadoo.fr

Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5

Stratégie prothétique novembre-décembre 2009 • vol 9, n° 5 375

375