Vous êtes sur la page 1sur 55

R HS ACTEUR 9 19/06/09 13:23 Page 1

MANAGEMENT CHANTIERS ENTREVUE


Gestion des Collectivités : José Manuel Barroso :
agents, le secret le futur paysage “Utiliser le potentiel
de la réussite territorial du secteur public”

Numéro spécial juin - juillet 2009/6,50€

www.acteurspublics.com

Les mécanos de la réforme


Mutuelle soumise aux dispositions de livre II du code de la Mutualité et immatriculée au Registre National des Mutuelles (RNM) sous le numéro 775 685 365.

PRÉVOYANCE SANTÉ ASSISTANCE

A c t e u r s p u b l i c s N u m é ro s p é c i a l j u i n - j u i l l e t 2 0 0 9
© Service Communication Intériale - 03/2009 - Photos : Corbis / Sagaphoto tous droits réservés.

Intériale est née de la fusion de la MGPAT, la MMI et la SMPPN.


Véritable expert de la protection sociale des Agents des Services Publics,
Intériale, aujourd’hui, c’est :
la 1ère mutuelle du Ministère de l’Intérieur
la 1ère mutuelle des conseils généraux
la mutuelle de référence de la fonction publique territoriale
420 000 personnes protégées
480 % de marge de solvabilité

0 890 890 000


CONTACTER
POUR NOUS

appel gratuit à partir de la plupart des postes fixes

OU 01 77 86 99 42
www.interiale.fr
V HS ACTEUR 9 19/06/09 13:29 Page 1

© 2009 Accenture. Tous droits réservés.


*La haute performance. Réalisée. LES VICTOIRES
Dans un contexte économique difficile, certaines
entreprises se battent pour leur survie. D'autres en
sortiront encore renforcées. Comment donner une > CONSEIL GÉNÉRAL DE L’ALLIER > COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION
La paie dématérialisée D’ORLÉANS
longueur d'avance à votre entreprise ? Plus que jamais, ce Mutualiser les services
OBJECTIF : Économiser
qui compte c'est de prendre les bonnes décisions à partir 2 000 bulletins de paie OBJECTIF Être plus efficace, ne pas coûter plus cher et
papier par mois (soit simplifier les relations entre les services. Tel est l’objectif

Collectivités locales
Pourquoi les champions de la 48 ramettes de 500 feuilles
sur un an) et, pour le payeur départemental, gagner
du temps dans les procédures de contrôle.
de la mutualisation lancée par la ville d’Orléans et sa
communauté d’agglomération.

performance brillent même PROJET Après un accord entre conseil général, trésorier-
PROJET Une plate-forme de services a été montée sur
une douzaine de champs : informa-
payeur général, chambre régionale des comptes et tique, marchés publics, formation, etc.
quand tout est sombre.

Fotolia
payeur départemental, le conseil général renvoie chaque À chacun correspond un groupe de
mois les bulletins de paie sous forme électronique. travail piloté par un agent de l’agglo-
Plus rapide, ce système permet une meilleure mération ou de la communauté. Un
de la juste analyse de vos forces dans la conjoncture. dernier groupe est chargé d’identifier
connaissance de la donnée “paie”. À terme, il devrait
être étendu aux villes moyennes du département. ce qui peut intéresser les communes.
Que vous cherchiez à maintenir votre position ou à
la renforcer, il vous faut appliquer une mise en œuvre > VILLE DE CHASSIEU (RHÔNE)
> HÔPITAL D’ARRAS
sans faille. Nous accompagnons depuis des dizaines Des dossiers patients numériques Un guichet unique “éducation”
d’années les entreprises les plus performantes au monde OBJECTIF Utiliser à plein les OBJECTIF Faciliter la vie des Chasselands.

Fotolia
fonctionnalités des technologies Après avoir ouvert en 2007 un service
- dans leurs phases d’expansion mais aussi de repli - de l’information au sein d’un permettant aux familles de payer en ligne

Fotolia
établissement de santé. Le numérique pour l’accueil périscolaire (garderies
et disposons ainsi de l’expérience nécessaire pour vous est partout à l’hôpital d’Arras : du matin et du soir, restauration), la
terminal multimédia dans les commune a proposé en février 2009
aider à figurer tout en haut du tableau. Dans la chambres, connexion wi-fi, tablettes informatisés, etc. aux mêmes familles l’inscription et le
règlement des centres de loisirs en ligne.
PROJET Le centre hospitalier d’Arras fait profiter
période actuelle, il est plus difficile que jamais d'être les médecins libéraux de ses technologies. En entrant PROJET À partir de l’automne prochain, le portail
dans l’établissement, les patients désignent le ou “Famille” sur le site Internet de Chassieu permettra
un champion comme Tiger. Il est donc crucial de les médecins autorisés à accéder à leur dossier médical. aux parents, notamment, de modifier le temps
Un portail Internet sécurisé, baptisé NetAccess, permet de présence de leur(s) enfant(s) ainsi que leurs
savoir ce que cela exige. Contactez-nous pour savoir ensuite aux médecins d’y accéder. Avec un système coordonnées téléphoniques.
d’alerte par SMS ou e-mail.
comment nous pouvons vous aider.
> CHU DE VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE
DGAFP > HÔPITAL SAINT-JOSEPH DE MARSEILLE
Des échanges
Une maternité public-privé
multimédia Rapprocher les médecins
de ville
OBJECTIF Permettre au personnel
soignant de surveiller les OBJECTIF Mettre au point un portail Internet sécurisé
nourrissons à distance par vidéo pour permettre aux médecins de ville de prendre

Hôpital
pour maintenir le lien entre la connaissance, quasiment en temps réel, du dossier
mère et son enfant quand ceux-ci médical de leurs patients hospitalisés.

Patrick Allard/RÉA
doivent être séparés (naissance

Jaubert/SIPA
prématurée). Le père peut aussi, de son domicile, PROJET Lancé en juin 2007, le site E-s@nté Saint-
voir son enfant par vidéo et lien Internet sécurisé. Joseph, permet aux médecins, au nombre de 70 pour
l’instant, de consulter en toute sécurité, depuis leur
PROJET L’hôpital propose également aux parents cabinet, les résultats d’examens et
des services de confort (vidéo à la demande, services comptes-rendus d’hospitalisation
de restauration) et au personnel la possibilité d’accéder, de leurs patients, et ceci dès leur
accenture.com/fr grâce à un terminal multimédia et à sa carte de sortie. Sans recourir ni au papier
professionnel de santé, au dossier patient. ni au stylo !

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 131


LB_p3_Edito 19/06/09 12:59 Page 3

ÉDITO

L’ édito
de Pierre-Marie Vidal,
directeur de la rédaction

“Que ce numéro spécial La France serait incapable de se réformer. Cette affirmation


– longtemps présentée comme une fatalité – n’est plus de mise
d’Acteurs publics, aujourd’hui quand on parle du service public. En deux ans, État,
dont le ministre du Budget collectivités et hôpital ont fait la démonstration de leur capacité
assume dorénavant à en accepter le principe et pour certains, à s’y engager résolument.
Si la question de la réforme ne se pose donc plus, celles de ses
traditionnellement méthodes et de ses moyens subsistent.Alors, après le temps
la rédaction en chef, des penseurs, voici venu le temps des mécanos de la réforme.
vous aide à mieux
Combien de divisions ? Le service public, peu entraîné à gérer
comprendre l’action le changement, a effectivement perdu du temps avant de se mettre
entreprise par tout en ordre de campagne. Les relais ont manqué à tous les étages
le gouvernement.” de la mise en œuvre parce que l’administration maltraite souvent
ses talents et méconnaît ses potentiels. Résultat : la réforme a,
dans un premier temps, divisé plus qu’elle n’a su fédérer.

Fallait-il tout engager et tout de suite ? Pour une fois, le temps


politique a imposé son rythme.Tous les tempos de l’administration
s’en sont trouvés progressivement bouleversés. Reviendra peu à peu
le temps des accords parfaits, mais le ton a changé. À l’image
de celui de la DGME, qui annonce, sans ambages, qu’il faut
“faire mieux avec moins*”. C’est ce courage – comme celui
des ministres qui ont assumé la mise en œuvre de la
Éric Woerth,
modernisation de l’État – qu’il faut aussi saluer.
ministre du Budget,
Autant de questions auxquelles nous avons cherché
des Comptes publics
à répondre en réalisant ce traditionnel numéro
et de la Fonction
spécial sur l’état des lieux de la modernisation
publique
de l’État, dont la rédaction en chef a été assurée
par Éric Woerth. Qu’il en soit remercié, son regard
nous a beaucoup apporté.

*Pour en débattre, nous vous donnons rendez-vous


Pierre Hounsfield /Gamma/Eyedea Presse

aux Rencontres de la Modernisation de l’État,


les 6, 7 et 8 juillet prochains.Voir page 113.

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 3


LB_p4-5_Sommaire 19/06/09 12:02 Page 4

SOMMAIRE
NUMÉRO SPÉCIAL JUIN-JUILLET 2009
Acteurs publics 3 L’ÉDITO DE PIERRE-MARIE VIDAL 66 Le casse-tête de la mobilité
www.acteurspublics.com
26, rue Marceau 6 ENTREVUE 68 Un progiciel de paie dernier cri
92130 Issy-les-Moulineaux
Tél. : 01 46 29 29 29
José Manuel Barroso, président
Directeur de la rédaction
Pierre-Marie Vidal
de la Commission européenne : RÉSEAUX
(pmvidal acteurspublics.com – 29 01)
“Je suis témoin de la qualité
Rédacteur en chef
de l’administration française” 72 Les hauts fonctionnaires
Bruno Botella en première ligne
CHANTIERS
(bbotella acteurspublics.com – 29 20)
Rédacteur en chef adjoint 74 Pilotage au sommet
Laurent Fargues
(lfargues acteurspublics.com – 29 09)
12 Le big-bang de l’État local 76 Réformateurs hors les murs
Rédaction :
Andy David 16 Écologie : Le réseau vert 80 En tête des cortèges,
(adavid professionpolitique.info – 29 22) les leaders syndicaux
Xavier Gillet
(xgillet professionpolitique.info – 29 05)
18 Affaires étrangères :
La présence de la France
Pierre Laberrondo
(plaberrondo professionpolitique.info – 29 22) repensée GRAND ANGLE
Isabelle Nuk
(inuk professionpolitique.info – 29 15) 20 Économie et Budget :
Thomas Renou
90 Angel Gurría, secrétaire
(trenou professionpolitique.info – 29 37) Métamorphoses à tous général de l’OCDE :
Xavier Sidaner les étages “Le modèle français est
(xsidaner professionpolitique.info – 29 21)
Christophe Soulard-Coutand 22 Emploi, Travail et Ville : performant en temps de crise”
(csoulard professionpolitique.info – 29 27)
Isabelle Theiller Fusions sous tension 94 Comment les autres États
(itheiller professionpolitique.info – 29 26) se transforment
26 Justice : Se recentrer
Rédacteur en chef technique
Marc Bouder sur le métier 96 Évaluer enfin les politiques
(mbouder acteurspublics.com – 29 03) publiques ?
30 Agriculture : De nouveaux
Secrétaire de rédaction : Laure Berthier
champs d’action 98 Parlement : Les règles
Rédactrice graphiste : Maud Picquenot,
assistée d’Anthony Paccaud 36 Éducation et Recherche : du jeu ont changé
Abonnements : Reconquérir les lauriers 100 Florilège des entrevues
Tél. : 01 46 29 29 02 - Fax : 01 47 36 20 52
abonnement acteurspublics.com du succès 2008-2009 d’Acteurs publics
Prix de ce numéro 6,50 € TTC
10 numéros d’Acteurs publics - 65 € TTC/an 38 Défense : La réforme 110 VADE-MECUM
Publicité avance mais inquiète
Thierry Vimal de Fléchac (29 32)
tvimal acteurspublics.com 40 Santé : Rassembler LES VICTOIRES
Partenariats pour mieux soigner
Pierre-Alexandre Vidal (29 02)
pavidal acteurspublics.com 46 Culture : Entre économies 122 Édition 2009 : Trente-six
Directeur de la publication et performance nominés à l’honneur
Pierre-Marie Vidal
Acteurs publics est édité par 52 Collectivités : Cinq questions 124 Des administrations en pointe
la Société d’Édition Publique SAS
au capital de 200 000 €
sur le futur paysage territorial 126 Des services qui ont trouvé
Actionnaires : CFSS - Pierre-Marie Vidal le bon attelage
MANAGEMENT
Secrétaire générale
Margareth Régnier 128 Des fonctionnaires au plus
Tél. : 01 46 29 29 13 - Fax : 01 46 29 29 39
mregnier acteurspublics.com
près des usagers
58 Gestion des agents,
Impression
le secret de la réussite 130 Faciliter la vie des agents
Imprimerie SIEP - Z.A. Les Marchais
77590 Bois-le-Roi et des usagers
CPPAP 0211 T 84324 - ISSN 1765-2022 65 Les accords majoritaires
Dépôt légal à parution en mal d’unanimité
Crédits couverture :
Chlorophylle/Fotolia - Baptiste Fenouil et Denis/RÉA
© L’autorisation d’effectuer des reproductions,
par reprographie ou dans le cadre
d’un panorama de presse diffusé sur intranet,
RETROUVEZ LE PROGRAMME DES RENCONTRES
doit être obtenue auprès du Centre français
du droit de copie (CFC) - DE LA MODERNISATION DE L'ÉTAT 2009 PAGE 113
20, rue des Grands Augustins-75006 Paris
Tél. : 01 44 07 47 70 - Fax : 01 46 34 67 19
Membre adhérent
de la et du POUR VOUS ABONNER, REMPLISSEZ LE BON DE COMMANDE PAGE 66

4 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


LB_p4-5_Sommaire 19/06/09 12:02 Page 5

SOMMAIRE

Baptiste Fenouil/RÉA
ENTREVUE
6
José Manuel Barroso :
“Je suis témoin
de la qualité
de l’administration
française”

Photomontage : Danimages - OutdoorPhotos/Fotolia


12-48 CHANTIERS
Les réorganisations,
ministère par ministère

Chlorophylle/Fotolia

70
RÉSEAUX
Les mécanos
de la réforme
Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 5
LB_p6-8_Entrevue1 19/06/09 12:03 Page 6

ENTREVUE

> JOSÉ MANUEL BARROSO

“À Bruxelles, je suis
témoin de la qualité de
l’administration française”
omment la Commission peut-elle

C
contribuer à l’effort de relance
avec un budget d’à peine 1 %
de la richesse européenne ?

Répondant en exclusivité La relance budgétaire au niveau européen


est déjà une réalité. Sur la base d’une
à Acteurs publics, le président proposition de la Commission européenne en novembre
dernier – que le Conseil européen a adoptée sous la pré-
sidence française en décembre –, les 27 États membres
de la Commission européenne sont en train d’investir de façon coordonnée 600milliards
d’euros dans l’économie européenne. L’effort total
défend les stabilisateurs automatiques déployé au titre du plan de relance dépasse 2,1 % du PIB.
Il atteint jusqu’à 5 % pour la période 2009-2010 si l’on
que sont les systèmes de protection prend en compte les stabilisateurs automatiques. C’est
une somme colossale et sans précédent !

sociale, qui permettent à l’Europe, Mais la Commission elle-même ne peut pas


dégager de sommes importantes…
et en particulier à la France, d’amortir Le budget européen proprement dit joue un rôle très
important et très stratégique dans cet effort de relance. Un
le choc de la crise économique. exemple parmi d’autres : l’investissement de 5 milliards
d’euros dans des projets d’interconnexion transfrontalière
des réseaux d’énergie et de haut débit. Il apporte une
José Manuel Barroso considère valeur ajoutée européenne et contribue tant à la sécurité
énergétique qu’à l’économie durable dont l’Europe aura
que des secteurs publics forts besoin à l’avenir. Mais je suis le premier à dire qu’il y a
encore de la place pour plus d’actions communes. Si notre
et compétitifs peuvent renforcer budget était supérieur à 1% du PNB actuel de chaque État
membre, je ne vous cache pas que cela pourrait élargir
encore notre champ d’action. C’est un débat stratégique
le marché unique. qu’il faut mener, y compris en vue des prochaines perspec-
tives financières, pour la période au-delà de 2013.

La crise économique a imposé le retour de l’État


dans l’économie. Pensez-vous qu’il s’agisse
d’une tendance de long terme en Europe ?
Mais l’État n’a jamais disparu ! Les économies européen-
nes sont des économies sociales de marché. L’État n’est

6 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


LB_p6-8_Entrevue1 19/06/09 12:03 Page 7

certes pas présent partout de la même façon, mais les


dépenses publiques jouent un rôle clé dans toutes nos
sociétés. C’est d’ailleurs ce qui nous aide à faire face effica-
cement à des crises comme celle que nous vivons. Selon
L’euro est une
nos estimations, ces stabilisateurs automatiques représen-
« success story ».


tent actuellement près de 3 % du PIB. Ce facteur nous dif-
férencie notamment des Américains, qui n’ont pas un sys-
tème de protection sociale aussi développé qu’en Europe.

Avez-vous des réticentes ou des craintes


face à ce retour de l’État ? Les critères du traité de Maastricht sur les déficits
L’État et la dépense publique ne doivent pas se substituer publics sont-ils morts ?
à l’initiative privée, mais favoriser les orientations suscep- L’euro est une “success story”. Il a joué un rôle indispen-
tibles de donner une base nouvelle et plus solide à nos sable de bouclier face à la crise financière. Je n’ose pas
économies et à nos sociétés. Quand on parle du futur rôle 1956 : Naissance imaginer quelle aurait été l’issue de la crise sans l’euro.
de l’État dans l’économie, il faut répondre à la question de à Lisbonne Mais ne nous y trompons pas, il n’y aurait pas d’euro sans
l’investissement à long terme. Au-delà de l’intervention 1976 : Il est à la tête les critères du traité de Maastricht. C’est un fait, qu’on
immédiate pour stabiliser le système financier, l’activité des étudiants maoïstes le veuille ou non. Plutôt que de remettre ces critères en
économique et l’emploi, il faut une intervention durable lors de la révolution cause, appliquons-les de façon intelligente et prévoyante.
des Œillets
tournée vers l’avenir. La Commission a pris soin d’orien- Ce ne sont pas des instruments technocratiques appli-
ter le plan de relance européen vers des priorités telles 1979 : Fondateur de qués selon une logique mécanique. Ils protègent les États
l’Association universitaire
qu’une économie plus intelligente, plus verte. Regardez d’études européennes
membres et le contribuable contre des déficits et des
nos interventions – et celles de la Banque européenne dettes qu’ils ne seraient pas en mesure de rembourser.
1980 : Il adhère
d’investissement – en faveur du secteur automobile. Nous au Parti social
proposons des incitations au développement de voitures démocrate Vous reconnaissez tout de même que le pacte de
plus économiques et moins polluantes. portugais  stabilité est aujourd’hui mis entre parenthèses…

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 7


LB_p6-8_Entrevue1 19/06/09 12:04 Page 8

“ L’État et la dépense
publique ne doivent
pas se substituer


à l’initiative privée.
dépend de l’orientation donnée aux leviers que repré-
sentent les dépenses et l’action publiques. Certains États
membres ont un secteur public très important et une
économie parmi les plus compétitives au monde. Dans
d’autres, le développement du secteur public ne se traduit
pas par des gains de compétitivité comparables. C’est
pourquoi la stratégie de Lisbonne ne recommande pas
aux États membres d’accroître ou de réduire le rôle de
leurs secteurs publics, mais de les rendre plus efficaces.
 1985 : Secrétaire
d’État adjoint au ministre Dans la concurrence internationale, un secteur
de l’Administration
interne
public fort est-il un atout ou un handicap ?
Avec l’euro, le meilleur atout dont dispose l’Europe face
1987 : Secrétaire d’État
aux Affaires étrangères
à la mondialisation, c’est le marché unique. C’est une
et à la Coopération formidable plate-forme de création de richesse et de pros-
Il faut appliquer le pacte de stabilité et de croissance avec 1992 : Ministre périté à l’intérieur et une formidable rampe de lancement
toute la souplesse qu’il prévoit. Les révisions qui y ont été des Affaires étrangères à l’extérieur. Il n’y a pas de contradiction entre l’existence
apportées à l’initiative de ma Commission en 2005 le 1995 : Président de la de secteurs publics performants et compétitifs et le marché
permettent pleinement. Non seulement le pacte autorise commission des affaires unique, au contraire. Notre défi commun, c’est d’utiliser
les États membres à emprunter de l’argent, mais en renfor- étrangères à l’Assemblée le potentiel de nos secteurs publics dans un sens qui ren-
de la République
çant la confiance des marchés, il facilite les emprunts et force le marché unique. C’est la voie à suivre pour optimi-
portugaise
en réduit le coût pour les contribuables actuels et futurs. ser nos capacités économiques et sociales.
1999 : Vice-président
Du reste, la flexibilité du pacte lui-même permet de fixer du Parti populaire
des délais de plusieurs années pour un retour des déficits européen Considérez-vous l’administration française
sous le seuil de 3%. Pour la France, ce délai est fixé à 2012. 2002 : Premier ministre comme un modèle pour les autres pays européens ?
du Portugal Et quels sont selon vous ses défauts ?
Le gouvernement français assure qu’il 2004 : Président de la Les réalités sociales et historiques sont telles en Europe
n’augmentera pas les impôts pour combler Commission européenne. qu’il est impossible de comparer deux États et donc deux
les déficits publics. Est-ce la bonne stratégie ? administrations. Pour s’en convaincre, il suffit de prendre
Ne pensez-vous pas qu’une hausse des impôts l’exemple de la France et de deux de ses voisins : le
est, à terme, inéluctable ? Luxembourg et l’Espagne ! Ce dont je peux vous parler,
Tous les États membres, y compris la France, doivent éta- car j’en suis fréquemment le témoin, ici, à Bruxelles, c’est
blir une feuille de route pour sortir de la crise et réduire de la qualité et de la renommée transfrontalière de l’admi-
leur dette. Une chose est partagée par tous : le meilleur nistration publique française. Elle s’appuie sur une compé-
moyen de retrouver la stabilité passera inévitablement par tence technique extrêmement développée, ainsi que sur le
un retour de la croissance. Ce qui veut dire qu’il faut cibler très haut niveau et le dévouement de ses fonctionnaires,
les instruments qui sont à la disposition des gouverne- ce dont la Commission bénéficie régulièrement. L’admi-
ments de façon à stimuler et non à étouffer la croissance. nistration publique française reste ancrée dans une éthique
de service public dont je partage l’inspiration. Comment
Estimez-vous que la place importante qu’occupe ne pas reconnaître et saluer cette inspiration quand, à la
le secteur public dans beaucoup de pays de Commission, la nôtre est l’intérêt commun européen ?
la zone euro soit un inconvénient ou un avantage Servir le bien commun est une noble tâche, au niveau
face à la crise ? national comme au niveau européen ou international.
La question de savoir si la présence du secteur public est
bénéfique ou étouffante n’est pas idéologique. La réponse Propos recueillis par Laurent Fargues - Photos : Baptiste Fenouil/RÉA

8 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


Vos projets nécessitent un partenariat de qualité pour vous aider à faire les bons choix au regard
des enjeux de développement durable. Gaz de France Énergies Communes vous accompagne
à travers des offres et des services innovants et performants afin de concrétiser votre engagement
en faveur de l’aménagement durable du territoire. L’énergie est notre avenir, économisons-la !
- Crédit photo : Marc Thirouin - GDF SUEZ : SA au capital de 2 193 643 820 € - RCS PARIS 542 107 651

www.energiescommunes.gazdefrance.fr

AmenagDur Master 230x300.indd 1 26/05/09 15:53:49


Photomontage : Ericos - Maksym Yemelyanov/Fotolia Hounsfield-Pool/SIPA Photomontage : Danimages - OutdoorPhotos/Fotolia
LB_p12-13_Ouv Chantiers
19/06/09
12:05
Page 10

CHANT
LB_p12-13_Ouv Chantiers 19/06/09 12:05 Page 11

TIERS CHANTIERS p12


SERVICES DÉCONCENTRÉS
Le big-bang de l’État local

p16-48
ÉTAT
Les chantiers de la RGPP
ministère par ministère

p52
COLLECTIVITÉS
5 questions sur le futur
paysage territorial

11
LB_p14-16_Services 19/06/09 12:07 Page 12

CHANTIERS

> SERVICES DÉCONCENTRÉS

Le big-bang de l’État local


ans la réorganisation des services de région, autorité déconcentrée, devra “assurer
8 grandes directions
régionales au lieu
de 35 et 3 directions
D l’État, la région est à l’honneur. Elle
est placée en première ligne pour la
mise en œuvre des politiques publi-
ques. Affaires sociales, environnement et amé-
nagement, culture, affaires financières sont
les liens fonctionnels entre les directions régio-
nales et les préfectures de département”, énonce
la circulaire du 31 décembre 2008.

Des préfets renforcés


interministérielles quelques-unes des 8 branches d’activité qui Mais pour asseoir cette suprématie, encore
seront assurées par les services déconcentrés faut-il que le préfet de région ait autorité sur
dans les préfectures en région, en lien avec les ministères. Un choix le département. Le décret du 29 avril 2004
de département. qui “colle” au souhait de faire de la région
la principale collectivité de demain. Les pôles
sur le statut des préfets devrait être réécrit
en ce sens. Même si la réalité a déjà dépassé
Le nouveau schéma déjà constitués en région sont en train de se les textes. Les nombreux contacts entre préfets
transformer en intégrant les directions qui de région et préfets de département ou leurs
d’organisation de l’État leur étaient rattachées. Ce qui conduit à l’écla- secrétaires généraux témoignent déjà de ce
tement de certaines directions régionales rapprochement. L’évolution serait donc pour
sur le terrain se dessine actuelles. La Drass, par exemple, va transférer le moins symbolique, mais logique, le décret
en ce moment. une partie de son activité et de ses effectifs aux
futures agences régionales de santé (ARS) et
à venir prenant acte de ce qui se passe entre
représentants de l’État, mais en le transcri-
Achèvement une autre partie à la future direction régionale vant noir sur blanc. Reste que comme tout
de la jeunesse, des sports, et de la cohésion symbole, celui-là aura son importance.
des travaux prévu sociale. Quant aux directions régionales de En attendant, les secrétariats généraux pour
l’entreprise, de la concurrence, de la consom- les affaires régionales (Sgar) ont déjà vu leur
courant 2011. mation, du travail et de l’emploi (Direccte), rôle renforcé via le décret du 25 mai 2009, qui
Xavier Sidaner 5 seulement ont été lancées. confirme leurs “missions historiques”. Parmi
Les directions régionales connaîtraient donc celles-ci, figure le suivi des contrats de projets
un certain retard à l’allumage… Les préfets État-région et des projets d’infrastructures.
sont sous pression, car c’est d’eux que vont Tout aussi emblématique est la
dépendre le bon fonctionnement des mission confirmée de
services et la manière dont les deux “trait d’union” des
niveaux travailleront ensemble Sgar entre le
Photomontage : Danimages - OutdoorPhotos/Fotolia

à l’avenir. Le préfet de préfet

12 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


LB_p14-16_Services 19/06/09 12:07 Page 13

CHANTIERS

LA NOUVELLE ORGANISATION DES SERVICES


DÉCONCENTRÉS DE L’ÉTAT

AU NIVEAU RÉGIONAL

PRÉFET DE RÉGION CABINET SGAR

Direction Direction des Direction de Direction de


de la jeunesse, entreprises, l’environnement, l’alimentation,
des sports de la de l’aménagement de l’agriculture
et de la concurrence, et du logement et de
cohésion de la consommation,du la forêt
sociale travail et de l’emploi

Direction Direction Rectorat Agence


des affaires des régionale
culturelles finances de santé
intégrant publiques
les SDAP

AU NIVEAU DÉPARTEMENTAL

PRÉFET DE DÉPARTEMENT CABINET SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

Direction Direction Direction des Direction


de la de la territoires des
population cohésion finances
sociale publiques

Illustrations : Fotolia - DR
Inspection académique Délégation Direction + Directions supports,
de l’agence de la direction des libertés
régionale sécurité publiques,
de santé direction
des collectivités
locales.

de région et les directions régionales des un besoin d’appui de la part des Sgar”, affirme en première ligne. Dans les prochains mois,
ministères, mais également entre la région Pierre Stussi, le Sgar de la préfecture du Nord. des plates-formes ressources humaines leur
et le département. Crucial à l’heure où le Le décret leur en donne les moyens. Sur le seront rattachées. Composées d’une dizaine
département passe sous la coupe du préfet volet achat comme sur l’immobilier, les Sgar d’agents, ces structures assureront la gestion
de région. Et où les services sont en demande vont être les véritables têtes de pont de la prévisionnelle des emplois et ventileront
de soutien, dès lors que les directions régio- mutualisation dans les préfectures, avec des les agents entre les différents services préfec-
nales prennent du poids. correspondants chargés de suivre ces dossiers. toraux. Pour les départements, la nouvelle
“Dépourvus de leurs directions départementales Mais c’est surtout en termes de gestion des n’est pas forcément réjouissante. Préfectures
historiques, les préfets de département auront ressources humaines que les Sgar vont être et sous-préfectures risquent de perdre en

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 13


LB_p14-16_Services 19/06/09 12:07 Page 14

CHANTIERS

compétences, alors que les directions régio- deux vagues successives en avril et en mai.
nales, elles, vont en gagner. La “balance” sera Avec un souci d’équilibre manifeste dans les
délicate à tenir pour parvenir à l’équilibre attributions de ces postes de préfigurateurs : LES EFFECTIFS
dans les effectifs. Les Sgar eux-mêmes vont les fonctionnaires des services vétérinaires,
en moyenne croître de 20 à 25 % en effectifs, des services sociaux et des services déconcen- des préfectures
sur la base de ces redéploiements. trés du Meeddat se partagent le travail. Ce

Fotolia
Les préfets de département auront-ils les qui laisse présager de savoureux mélanges
moyens de leurs compétences, dont le péri- lorsque des agents des services vétérinaires, 621 hauts
mètre reste encore à définir ? Le risque que par exemple, vont se retrouver à travailler fonctionnaires
les directions régionales jouent la pompe avec des agents des ex-Ddass ! Sur le plan
aspirante des effectifs – déjà réduits – des statutaire, dans la majorité des cas, les postes
23 889 personnels
préfectures de département est réel. “Nous de travail ne devraient pas être modifiés et administratifs
sommes à la limite du seuil critique en-dessous les agents continueront à relever de leurs
duquel c’est la crédibilité de l’État qui est en ministères d’origine. En cas de besoin, il y
5 342 personnels techniques
jeu”, témoigne un secrétaire de préfecture. aura réaffectation, changement de site, et 3,3 % d’agents contractuels
Contrôle de légalité, rôle de “guichet”, ingé- formation à la clé. Cet enjeu, très lourd sur
nierie au service de collectivités… Autant de le plan des ressources humaines, est décrit 672 postes (équivalents temps
missions qui risquent de pâtir de la Révision dans le détail par la circulaire du 27 février plein travaillé) seront supprimés
générale des politiques publiques appliquées dernier. Une circulaire lourde que les préfets
en 2009
dans les préfectures. Nicolas Kada, univer- tentent aujourd’hui de digérer.
Source : projet de loi de finances 2009
sitaire et spécialiste de la préfectorale,
confirme : “En faisant remonter nombre de
compétences au niveau de la région, le risque Daniel Canepa, préfet de la région Île-de-France
est grand d’affaiblir la préfecture de dépar-
tement et a fortiori la sous-préfecture.” “Un fonctionnement en réseau”


Des organigrammes Des médias ont pu se faire l’écho d’un certain malaise des préfets de département.
à inventer Cela résulte à mon avis d’une mauvaise compréhension de la réforme en cours
Cela étant, même à effectifs réduits, conduire et de ses objectifs. De quoi s’agit-il ? Il s’agit, pour l’ensemble de l’administration,
de grandes politiques interministérielles est d’abandonner une organisation hiérarchique, produisant les défauts que l’on
plus enrichissant que de délivrer des titres connaît à ce type de structures (cloisonnement, redondances, énergies bridées,
ou de contrôler des actes. Les préfets de initiatives paralysées), pour se tourner résolument vers un fonctionnement
département seront bien mieux associés à la en “réseau”. Dans un réseau, le pouvoir procède moins
définition des politiques régionales au sein de la capacité à détenir une information, qu’à la capacité
des comités de l’administration régionale de créer une valeur ajoutée en animant et sollicitant
(CAR). Il n’empêche : les préfectures n’ont les autres parties du réseau. De ce point de vue, on voit bien
toujours pas la main sur de nombreux services que le préfet de département sera au cœur de ce réseau,
déconcentrés : rectorat, académie, inspection avec une capacité d’action élargie grâce à un nombre
du travail… Et demain, rien de nouveau n’est plus ramassé d’acteurs. C’est une refonte complète
à attendre de ce point de vue. A
du management, dont il ne faut pas avoir peur. Par ailleurs,
D’autre part, par le jeu des délégations /RÉ l’exercice des prérogatives de puissance publique reste
olle
sR
Gille
de signature, le préfet de région pourra bien l’apanage des préfets de département.
déléguer directement à ses chefs de La réforme met un terme à une organisation touffue
service, mais sans passer par le préfet et devenue au fil du temps bien moins lisible.
de département. “Certains sujets ne Quant à croire que les ministères fassent peser
remonteront sans doute plus au les réductions d’effectifs sur les futures directions
préfet de département et seront départementales interministérielles, rien de
directement arbitrés par les direc- ce qui est observé aujourd’hui ne suit cette pente.
tions interministérielles”, relève La recomposition des services de l’État
Jérôme Gutton, secrétaire général affaiblit-elle ou non la position de l’État au niveau
de la préfecture du Var. Celles-ci, départemental ? La réforme tend au contraire
au nombre de 3, sont le grand à une plus grande efficacité, sinon il serait
chantier des six mois à venir. absurde de l’entreprendre. Cette efficacité passe
Les macro-organigrammes ont été par une réorganisation qui permettra de resituer
remontés à la fin de l’année 2008. l’action de l’État au bon niveau d’intervention.
Les préfigurateurs chargés de Le renforcement de la capacité d’action
constituer les organigrammes régionale ne signifie pas un amoindrissement
dans le détail ont été nommés en de la capacité d’action départementale.

14 Acteurs publics numéro spécial


COMMUNI Q U é
mutualisme et consumérisme

Valeurs mutualistes, esprit gagnant !

Serec Communication - Photo Getty Images


Sens de l’écoute, recherche du meilleur rapport
qualité prix possible… Les valeurs mutualistes
de la GMF l’incitent à innover au quotidien,
à la plus grande satisfaction de ses sociétaires.

C
ertains assureurs œuvrent à placer des contrats de 25% sur leur première année de cotisation, et ce pour tous
auprès de leurs clients. D’autres préfèrent placer les contrats d’assurance. Autre valeur qui perdure concrète-
ces derniers au centre de leurs préoccupations. ment, la solidarité  : quelques centimes d’euros sont
C’est le cas de la GMF : l’attention constante systématiquement prélevés sur chaque contrat d’assurance
portée aux sociétaires, dans le respect des valeurs mutua- afin d’alimenter un fonds spécial, GMF Solidarité,
listes qui animent l’entreprise au quotidien, lui permet de se qui vient en aide aux personnes dans une situation
distinguer par des innovations remarquables. Ainsi a-t-elle particulièrement difficile. Par ailleurs, au sein de chaque
agence GMF, un chargé de mission médiateur membre
de l’Association Nationale des Sociétaires, représente
Patrice Forget, Directeur Général de la GMF les sociétaires.
Si la compétitivité des tarifs demeure la motivation
« Ne jamais permettre qu’un sociétaire essentielle des nouveaux assurés, à la GMF le mutualisme
se retrouve dans une situation difficile » est bien ce qui les fait rester. Un chiffre le prouve : 97% des
« A la GMF, nous créons des assurances les moins chères possibles. Mais pas question sociétaires sont satisfaits des services de leur mutuelle.
de sacrifier des garanties qui, à nos yeux, sont essentielles  ! Pour cette raison,
nous ne proposons aucun contrat sans assistance. L’assurance corporelle du conducteur,
indispensable si ce dernier est responsable d’un accident, est aussi automatiquement
incluse dans l’assurance auto, de même que l’assistance psychologique. Tous ces choix L’union fait la force
découlent d’une véritable logique de service et de conseil ». Les mutuelles d’assurances sont nées à l’initiative de
groupes socio-professionnels désireux de couvrir leurs
risques à moindres frais. Dans les années 30, alors que
l’automobile se généralise peu à peu, leur vocation est notamment de rendre
accessible l’assurance auto à une population d’automobilistes modestes. Le principe est
été la première à proposer l’assistance 0 km dans les années 80, clair : la mutuelle ne rémunère ni courtier, ni actionnaire ; le sociétaire ne paie que ce qu’il
l’assistance psychologique, la déclaration des sinistres par achète. Une réalité qui conserve tout son sens aujourd’hui.
téléphone, et via Internet tout récemment… Des produits et
services innovants vite copiés par le marché.

Juste prix et solidarité

Cette conception moderne du mutualisme est plus que jamais


en phase avec les préoccupations actuelles des assurés. Le
coup de pouce donné aux jeunes fonctionnaires de moins de
30 ans en est un exemple. Outre l’absence de surprime pour
conducteur novice, ils bénéficient en effet d’une réduction

CM-09_230X300_Q.indd 1 6/04/09 20:33:09


LB_p18-19_Ecologie 19/06/09 12:08 Page 16

CHANTIERS

> ÉCOLOGIE

Le réseau vert

Photomontage : NJ - Igor Lubnevskiy/Fotolia


Après avoir revu
LES AXES PRIORITAIRES

DES EXPERTS VERTS


à l’été entre elles et ce réseau d’experts.
son organigramme Le réseau scientifique et technique Sur la base de ces contrats, les plans d’évo-
interne, le ministère
de l’Écologie (Meeddat)
1 (RST) est un ensemble qui englobe
les centres d’études techniques
(CETE), divers établissements publics, des
lution concordants pourront à leur tour
être finalisés. Les agents des CETE, ingé-
nieurs et techniciens pour la plupart, sont
services à compétence nationale, comme très mobilisés pour accompagner la réfor-
réoriente les activités le Sétra, le Certu, ou l’Inrets par exemple. me en cours, et les délais devraient être
de son réseau scientifique En tout, 35 000 personnes opèrent dans ce tenus, souligne-t-on au ministère. Il faut
secteur, bastion historique de l’ex-ministère
et technique vers de l’Équipement. Alors que la majeure
les politiques prioritaires partie des établissements est appelée à
évoluer dans le cadre de la réorganisation LES EFFECTIFS
du Grenelle de propre au Meeddat, seules les 3500 person- du ministère
nes réparties dans les 8 CETE sont directe-
l’environnement que sont ment concernées par les mesures RGPP. de l’Écologie
le développement durable Dans le détail, environ 20 % des effectifs
des CETE vont évoluer vers des métiers 101 035 agents*
ou la gestion des risques. plus orientés sur la recherche et moins sur dont :
Sans oublier de s’attaquer le “routier”. Grenelle oblige.
Deux actions sont actuellement menées 69 169 à l’administration
à ses opérateurs. en parallèle au sein du ministère. D’un
centrale
côté, un plan d’évolution demandé à cha-
Xavier Sidaner
cun des CETE est en cours d’élaboration. 12 251 pour le contrôle
De l’autre, les directions sectorielles du
et l’exploitation aériens
Illustrations : Fotolia

ministère sont également mises à contri-


bution pour faire part de leurs nouveaux 19 615 chez les opérateurs
besoins pour les trois ans qui viennent,
avant que des contrats ne soient signés * Équivalents temps plein travaillé Source : projet de loi de finances 2009

16 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


LB_p18-19_Ecologie 19/06/09 12:08 Page 17

CHANTIERS

sur trois ans pour permettre aux agents répartir les moyens de ces établissements
LE BUDGET d’honorer les contrats, mais nous ne signerons placés auprès du préfet et de mieux les
du ministère plus de nouvelles conventions qui nous enga- coordonner en tenant compte des parti-
de l’Écologie geraient au-delà de 2011”, précise Christian cularités propres aux milieux naturels. En
Lévy. Une fois les missions achevées, les matière d’infractions à l’environnement, les
2 500 agents concernés seront redéployés procureurs, la gendarmerie et les préfets
21,404 milliards et accompagnés vers leurs nouveaux seront amenés à l’avenir à mieux collaborer
d’euros dont : métiers, plus “verts”. Des plans de redé- pour suivre les procédures.
ploiement des capacités d’ingénierie en Ensuite, sont concernés les six agences de
Ressources Mission
régions (Prir) sont en cours d’élaboration. l’eau et l’Onema, dont les fonctions sup-
extrabudgétaires écologie Logiquement, les départs à la retraite ne ports devraient être mutualisées. Sans
24,2 % 46,7 % seront pas tous compensés. aboutir à la création d’une “superagence”,
il s’agit de dégager des “économies d’échelle
Mission
régimes LES OPÉRATEURS RATIONALISÉS et de moyens, de bâtir des produits communs,
sociaux bases de données ou systèmes d’information”,
20,5 % Mission
Les 53 opérateurs du Meeddat sont précise-t-on du côté du ministère. Les

Mission recherche et
enseignement supérieur
5,8 %
politique
des territoires
1,5 % 3 appelés à se réformer par le biais de
contrats d’objectifs et de lettres de
mission. “La RGPP n’est qu’une composante,
agences ne devraient pas faire les frais de
cette réforme. Elles participent déjà à hau-
teur de 100 millions d’euros au budget de
un accélérateur, souligne Jean-Marc Michel, l’Onema dans le cadre de la loi, sur un
Source : projet de loi de finances 2009
directeur général de l’aménagement et de la budget global de 2milliards. Les économies
nature, et pour deux catégories d’opérateurs réalisées concerneront 20 à 30 % des
noter qu’aucun CETE ne devrait fermer. seulement.” En premier lieu, l’Office natio- métiers et seulement 3 à 5 % des activités.
Les évolutions de ces centres d’études nal de la chasse et des forêts et l’Office de Des protocoles de mutualisation sont
devraient conduire à redéfinir leurs modes l’eau et des milieux aquatiques (Onema), en cours d’expérimentation dans une
de coopération, en particulier avec les respectivement en charge de la police de douzaine de départements. Ils devront
directions régionales de l’environnement, la chasse et de l’eau. L’objectif est de mieux être généralisés en 2011.
de l’aménagement et du logement (Dreal).
Didier Lallement, secrétaire général du ministère de l’Écologie
L’INGÉNIERIE PUBLIQUE
EN MOUVEMENT
“Dépasser les logiques administratives”


L’ingénierie publique est au cœur Pour les agents, la promotion du développement durable est en soi un élément

2 d’un vaste mouvement qui vise à la


réorienter vers les nouvelles missions
du ministère de l’Écologie avec l’appui du
de mobilisation. Il a néanmoins fallu apprendre à dépasser nos logiques
de “territoires administratifs” et constater qu’un même problème pouvait
être légitimement traité de plusieurs façons. C’est là que réside notre richesse :
réseau scientifique et technique. Le Conseil une appréhension plus globale des sujets dont nous avons collectivement
général de l’environnement et du déve- la charge. C’est dans cet esprit que le corps des Ponts et Chaussées et celui
loppement du territoire a été chargé de du génie rural, des eaux et forets, qui évoluaient déjà naturellement ensemble,
redéfinir ces missions. Seules l’ingénierie s’apprêtent désormais à fusionner et à devenir le corps des ingénieurs
concurrentielle, la maîtrise d’œuvre, l’assis- des Ponts, des eaux et forêts (IPEF). Ce mouvement doit amorcer,
tance à maîtrise d’ouvrage sont pour l’heure je l’espère, d’autres fusions de corps, notamment avec
comprises dans la sphère RGPP. L’objectif le ministère de l’Agriculture.
pour le ministère est, dans les trois ans, de Parmi nos autres chantiers, figurent la réorganisation
se retirer de ce champ d’activités dès lors de l’échelon régional (avec les Dreal), de l’échelon
que les entreprises privées sont à même départemental (avec les DDT), des services déconcentrés
de répondre aux besoins des collectivités. en charge des politiques de la mer, la mutualisation
La décentralisation, et la multiplication de des “fonctions supports”, et la suppression progressive
l’offre du secteur privé, ont rendue moins de l’activité d’ingénierie concurrentielle. Concernant plus
nécessaire la participation de l’État. “Nous particulièrement les Dreal, 9 d’entre elles auront été créées
créons les conditions de l’intervention de en 2009 et nous poursuivons les travaux de préfiguration
Ludovic/RÉA

bureaux d’études”, résume Christian Lévy, des 12 prochaines qui seront créées au 1er janvier 2010.
sous-directeur du pilotage des services. C’est ce niveau régional que nous allons encore renforcer
Mais hors de question de laisser tomber en y regroupant la gestion administrative des agents,
les communes pour autant. L’assistance la paye, les plates-formes comptables et des
technique de solidarité pour les communes fonctions de management et de pilotage pour
(Atesat) n’est pas remise en cause. “Nous qu’il devienne la véritable “brique de base”
lissons la fin de nos activités concurrentielles de notre organisation territoriale.

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 17


LB_p20-21_Aff etrangeres 19/06/09 12:09 Page 18

CHANTIERS

> AFFAIRES ÉTRANGÈRES

La présence française
repensée
Le Quai d’Orsay est
LES AXES PRIORITAIRES
LA REFONTE DES RÉSEAUX
ges de travail et risquent de se disperser.
en pleine effervescence. DIPLOMATIQUES
La logique de réorganisation des missions
Pas facile de réformer Sur le papier, l’objectif est clair : des postes requiert des négociations avec

quand les mesures


touchent une multiplicité
1 il est prévu un redéploiement des
ambassades et de leurs effectifs en
fonction de l’importance stratégique des
les différents partenaires du Quai d’Orsay :
“Nous sommes en train de fixer les missions
de chaque poste avec les ministères qui
pays où elles se trouvent. Trois types de disposent de réseaux à l’étranger et avec
d’acteurs dans et hors de représentations cohabiteront dans ce les ambassadeurs”, explique Alain Le
nouveau schéma : une trentaine d’ambas- Gourrierec, conseiller diplomatique du
nos frontières, mais aussi sades à missions élargies, d’autres à mis- gouvernement. Une discussion destinée
des intérêts stratégiques sions prioritaires et enfin une trentaine à à mettre d’accord des interlocuteurs aux
missions spécifiques. Ces dernières étant priorités différentes. Défense, Économie
difficilement quantifiables. appelées à devenir de simples “postes de ou Culture ne réorganisent en effet pas
Andy David présence diplomatiques”. toujours leurs services à l’étranger de
Dans la pratique, la réorganisation gaieté de cœur.
requiert du doigté tant en interne qu’en
externe, agents comme pays étrangers LA DIRECTION
pouvant en prendre ombrage. Selon la
CFDT, la réforme prépare la fin
GÉNÉRALE DE
de l’universalité du réseau LA MONDIALISATION
et les personnels vont être Au niveau de l’administration cen-
soumis à d’énormes char-
2 trale, la principale nouveauté réside
dans la création d’une direction de
la mondialisation, du développement
et des partenariats. Ambition affichée :
créer une direction transversale, capable
d’appréhender les grands problèmes mon-
diaux tels que l’eau, l’énergie ou encore
les nouveaux types de conflits. Décision
d’autant plus symbolique qu’elle s’accom-
pagne d’un regroupement de l’ensemble
des personnels dans les anciens bâtiments
de l’Imprimerie nationale, rue de la
Convention à Paris. “La nouvelle direction
n’est pas dotée de toutes les ressources
Photomontage : Franck Boston - Denis Costille/Fotolia

humaines nécessaires, estime un représen-


tant de la CFDT à propos de la nouvelle

18 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


LB_p20-21_Aff etrangeres 19/06/09 12:09 Page 19

CHANTIERS

direction. Notamment pour exercer sa l’opérateur aura le statut d’établissement LES EFFECTIFS
tutelle sur les opérateurs.” Accusation réfu- public à caractère industriel et commer-
tée par un représentant du ministère : cial (Epic), qu’il répondra à un contrat
du ministère
“La structure est en place, les décrets et les d’objectifs fixé par le ministère et qu’il des Affaires
arrêtés ont été pris.” La nomination des interviendra par exemple sur les appels étrangères
fonctionnaires est en cours. Selon le minis- d’offres étrangers, à l’instar des British
tère, la structure devrait fonctionner à Council ou Institut Goethe. 15 866 agents* dont :
plein régime à la rentrée. Les grands enjeux Dans les postes diplomatiques, l’Institut
mondiaux n’attendront pas. français est en passe de devenir l’interlo- 8 377 pour le programme
cuteur unique sur les questions culturelles “Action de la France en Europe
L’ACTION CULTURELLE en se rapprochant des services culturels et dans le monde”
des ambassades. Il pourra mélanger sur 3 465 pour le programme
REMISE À PLAT le terrain les fonds français et étrangers “Français à l’étranger
Autre chantier clé : la refonte de pour le montage de projets. La CFDT parle

3 l’influence culturelle à l’étranger.


Si le pilotage stratégique doit revenir
à la direction générale à la mondialisation,
d’“improvisation la plus totale” en évo-
quant cette réorganisation de l’action
culturelle de la France. Quant à Daniel
et affaires consulaires”
2 789 pour le programme
“Solidarité à l’égard des pays
c’est l’opérateur Cultures France qui sera Vazeille, de la CGT, il voit surtout dans en développement”
chargé concrètement des échanges cultu- la démarche de délégation des tâches
1 235 pour le programme

Illustrations : Fotolia
rels. Les contours de cette nouvelle agence culturelles à ces organismes la poursuite
sont en cours de définition : une mission du démantèlement de l’action culturelle et “Rayonnement culturel
de préfiguration devra rendre ses propo- de coopération du ministère des Affaires et scientifique”
sitions cet été. D’ores et déjà, on sait que étrangères. * Équivalents temps plein travaillé Source : projet de loi de finances 2009

LE BUDGET
du ministère Quels moyens pour les droits de l’Homme ?
des Affaires Pas facile, la vie au secrétariat d’État aux
Droits de l’Homme. Cette structure,
étrangères qui a vu le jour en 2007 sous l’impulsion de
Nicolas Sarkozy, a subi le feu des critiques
4,6 milliards d’euros ces derniers mois. Y compris de la part
de son propre ministre de tutelle, Bernard
dont :
Kouchner, qui, dans une interview, a qualifié
MISSION ACTION EXTÉRIEURE DE L’ÉTAT d’“erreur” la mise en place du secrétariat
2,52 milliards d’euros d’État. Quant aux associations, elles
(en crédits de paiement) dont : regrettent que symboliquement, une telle
structure détourne les autres ministères
Programme
“Français de la question des droits de l’Homme.
à l’étranger
et affaires Programme Les chantiers ne manquent pourtant pas :
consulaires” “Action de droits des femmes, liberté d’expression, lutte
la France
12,3 % en Europe contre la xénophobie, etc. De lourdes tâches
et dans
Programme le monde” pour la petite équipe du secrétariat d’État.
“Rayonnement
culturel 64,1 % Face aux attaques, Rama Yade, la titulaire
Vernier/JBV NEWS

et scientifique” du portefeuille, défend ardemment son


23,6 % bilan et celui de son équipe, notamment
sur un blog qui suit au jour le jour
son action (http://www.rama-yade.fr/).
MISSION AIDE AU DÉVELOPPEMENT*
Elle y commente ses déplacements, ses rencontres et donne ses impressions
2,08 milliards d’euros
(en crédits de paiement) sur les événements internationaux. Son agenda et ses discours sont également
disponibles auprès des internautes. Un activisme virtuel ? Quelques victoires
Programme “Solidarité à l’égard couronnent tout de même l’action du secrétariat d’État. Par exemple, le soutien
des pays en développement” français – 1 million d’euros – aux tribunaux jugeant les Khmers rouges au
100 % Cambodge ou la définition d’orientation de l’Union européenne en matière
de violences faites aux femmes, durant la présidence française de l’UE. On peut
* La mission comporte d’autres programmes dont les fonds
ne sont pas attribués au ministère des Affaires étrangères. encore citer plusieurs chantiers en cours : pilotage de la réforme de l’adoption
Source : projet de loi de finances 2009 internationale ou projet de résolution de l’ONU pour dépénaliser l’homosexualité.

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 19


LB_p22-23_Economie 19/06/09 12:09 Page 20

CHANTIERS

> ÉCONOMIE - BUDGET

Métamorphoses
à tous les étages

Yakobchuk/Fotolia
Réorganisations internes mais aussi
chantiers interministériels :
les ministères

Photomontage : Ericos - V.
de l’Économie
et du Budget
s’activent sur tous
les fronts. Plusieurs
transformations
sont sur les rails.
Gare aux obstacles
sur la voie de
la mise en œuvre.
Laurent Fargues

pour financer l’alignement par le haut des “contribuent” à hauteur d’une cinquantaine
LES AXES PRIORITAIRES

LES GUICHETS FISCAUX UNIQUES primes des personnels des deux anciennes de postes. Vent debout contre le projet, les
entités et les éventuels aménagements organisations syndicales ont constitué un
C’est l’une des réformes phares du immobiliers. Un second aspect mal anti- comité de défense. Leur credo : l’opération

1 quinquennat de Nicolas Sarkozy.


Annoncée en avril2008, la création de
la direction générale des finances publiques
cipé, à en croire certains syndicats. “Les
conditions d’accueil du public risquent de ne
pas être à la hauteur dans certains endroits”,
risque de coûter cher – de l’ordre de
200 millions d’euros – et de se traduire par
une perte de compétences liée au refus de
(DGFIP) résulte de la fusion des anciennes prévient Christophe Delecourt, secrétaire déménager de la majorité des agents. Un
directions des impôts et des trésoreries. général de la CGT Finances. La question des deuxième argument balayé par Bercy, où
Depuis, un travail de fourmi a été entrepris systèmes informatiques suscite également l’on assure que le nombre de volontaires
par le directeur Philippe Parini et ses équi- quelques interrogations. sera important au vu des compensations.
pes, afin de concrétiser le rapprochement. Reste que les détails immobiliers sont loin
Objectif : doter chaque département, d’ici L’INSEE, UNE DÉLOCALISATION d’être réglés et que la création envisagée
2012, de services fiscaux uniques à destina- d’un centre d’enquêtes téléphoniques sus-
tion des particuliers. Un projet “à marche
QUI COINCE cite des critiques en interne.“C’est une autre
forcée et irréaliste” selon le Snui, le puissant Cette fois, les prévisionnistes de méthodologie que celle qui est utilisée actuel-
syndicat des impôts. Bercy n’en démord pas
et promet la mise en place de 250 guichets
fiscaux uniques dès la fin de l’année.
2 l’Insee n’ont rien vu venir. Pour com-
penser les fermetures de casernes,
l’Élysée a décidé de délocaliser à Metz quel-
lement, confie un enquêteur. Moins rigou-
reuse et moins fiable.” Bref, la toute jeune
Autorité de la statistique publique, présidée
En plus d’une amélioration du service que 600 agents des services de statistiques par l’ex-directeur de l’Insee Paul Champsaur,
public, la fusion devrait permettre de sup- publiques. Le prestigieux institut du minis- a fort à faire. Elle qui garantit, depuis le
primer 7000 postes d’ici 2012, soit une éco- tère de l’Économie fournit le gros des trou- décret du 3mars 2009, l’“indépendance pro-
nomie de 300millions d’euros. Une somme pes – quelque 500 fonctionnaires –, tandis fessionnelle dans la conception, la production
dont la direction espère récupérer la moitié que la Dares (Emploi) et la Drees (Santé) et la diffusion de statistiques publiques”.

20 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


LB_p22-23_Economie 19/06/09 12:09 Page 21

CHANTIERS

UNE DIRECTION Dominique Lamiot, secrétaire général du ministère de l’Économie


100 % ENTREPRISES
À l’échelle de l’État, ce n’est pas une
“Une cinquantaine de mesures”
3


révolution, mais elle pourrait faciliter
grandement la vie des chefs d’entre- La Révision générale des politiques publiques représente une cinquantaine
prise. Depuis le 1er janvier, Bercy s’est doté de chantiers pour les ministères de l’Économie et du Budget. Une trentaine
d’une direction centrale unique pour traiter à l’Économie et une vingtaine au Budget. À cela s’ajoute une vingtaine de mesures
avec les entreprises: la direction générale de interministérielles pilotées par Bercy : rationalisation immobilière, pluriannualité
la compétitivité, de l’industrie et des servi- budgétaire, mutualisation des achats, etc. Ces restructurations ministérielles et
ces (DGCIS). Elle regroupe les 500 fonc- interministérielles impliquent fortement les deux ministères et ne vont pas de soi.
tionnaires de l’ancienne direction des entre- Au niveau central, la constitution de la direction générale de la compétitivité, de
prises, les 250 de l’ex-direction au commerce l’industrie et des services est une belle réussite. Pleinement effective aujourd’hui,
et à l’artisanat, ainsi que les 150 venus des elle résulte de la fusion des anciennes directions des entreprises, du tourisme,
services du tourisme. Une fusion qui a du commerce et de l’artisanat et compte 900 fonctionnaires.
réduit drastiquement le nombre de postes Le rapprochement a été mené entre avril 2008 et janvier 2009.
de directeurs, chefs de service et sous-direc- Il s’est déroulé en concertation avec les partenaires sociaux qui ont
teurs. À la tête de la DGCIS, Luc Rousseau, apporté leur réflexion sur l’amélioration du service public rendu aux
ancien directeur des entreprises, ne peut entreprises. Le changement s’est effectué sans heurts et permet

Michel Labelle
que se féliciter que la transformation ait eu d’accroître l’efficacité de Bercy au bénéfice des entreprises.
lieu juste avant que la crise batte son plein. Tout en s’accompagnant d’une réduction sensible des emplois
Souhaitant “accélérer l’innovation sous toutes de direction. De même, la création de la direction générale
ses formes” et “investir pour renforcer la pro- des finances publiques est emblématique de la réforme de l’État
ductivité” des entreprises, il s’appuiera sur en faveur des contribuables et des élus locaux. Plus largement,


les quatre services de sa direction (technolo- Bercy s’est engagé dans des réformes structurelles d’ampleur
gie de l’information, industrie, tourisme et depuis bientôt dix ans. Nous avons su prouver qu’il était
PME) et sur les 400 fonctionnaires des ser- possible d’améliorer le service public, tout en tenant
vices déconcentrés dépendant de la DGCIS. compte des aspirations des collaborateurs.

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 21


LB_p24-25_Emploi 19/06/09 12:10 Page 22

CHANTIERS

> EMPLOI - TRAVAIL - VILLE

Fusions sous tension


spécificités statutaires. C’est un choix assumé

LES AXES PRIORITAIRES


“Fusion”. Le mot revient LE REGROUPEMENT
depuis le départ, qui est un élément impor-
souvent pour caractériser DES DIRECTIONS RÉGIONALES tant d’acceptation de la réforme”, assure
Le 1er janvier 2010, les services régio- Jérôme Letier, conseiller du ministre du
les changements dans
les administrations
du travail, de la ville et de
1 naux de l’État en lien avec les entre-
prises seront regroupés en une seule
direction : la Direccte, pour direction
Travail, Brice Hortefeux. Pas d’inquiétude,
donc, du côté du ministère, où l’on pense
que le calendrier sera tenu. Mais les retards
régionale de l’entreprise, de la concur- enregistrés dans les régions préfiguratrices
l’emploi. Regroupement rence, de la consommation, du travail et laissent des doutes sur la mise en place des
de l’emploi. Elle regroupera les actuels directions régionales en temps voulu.
des directions régionales, services régionaux du travail et de l’emploi
(DRTEFP) avec 5 directions déconcentrées DES INSPECTIONS
création de Pôle emploi, dépendant de Bercy (commerce et artisa-
DU TRAVAIL UNIQUES
inspection du travail nat, tourisme, une partie des anciennes
Drire, commerce extérieur, concurrence La fusion des inspections du travail
unique, etc. Autant
de services réorganisés
qui seront les pierres
et répression des fraudes).
Cinq régions ont été choisies pour expéri-
menter le dispositif dès cette année. “Les
2 est quasiment acquise. Les anciennes
inspections de l’agriculture et des
transports ont été absorbées par l’inspec-
régions préfiguratrices ne sont pas prêtes, tion du travail classique le 1er janvier 2009.
angulaires des politiques indique Frédéric Laisné, de la CFDT, les Sur le terrain, la nouvelle inspection sera
textes n’existent pas encore, il va donc être dif- intégrée aux futures Direccte. Elles consti-
de cohésion sociale ficile pour le gouvernement de tenir des délais tueront l’essentiel des unités territoriales au
de mise en œuvre que nous considérions niveau départemental. Si cette fusion était
de demain. d’emblée comme trop courts.” Le risque d’in- demandée de longue date par une partie des
Andy David sécurité juridique est cependant écarté par syndicats, elle ne s’est pas déroulée sans
le ministère : “Les agents vont rester attachés remous. “La démarche s’est faite dans la pré-
à leur corps d’origine et, dans un premier cipitation pour que les nouvelles inspections
temps, garder leurs rémunération, primes et puissent s’intégrer dans les unités territoriales
des Direccte”, affirme un syndicaliste. Les
inspections uniques sont néanmoins
opérationnelles. Même si tous
les déménagements n’ont
pas eu lieu. Le nouvel
objectif du mi-
nistère :
80 % des
Photomontage : Anton Novikov - AKS/Fotolia

22 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


ugap.fr
Simplifiez-vous
l’achat public
• Un accès simple et immédiat aux produits
et services de l’UGAP
• Une offre actualisée en permanence
• Le respect de votre processus d’achat
• La possibilité de payer par carte d’achat

Connectez-vous sur ugap.fr


ou contactez-nous au
La centrale
* Prix d’un appel local. d’achat public

UGAP_0812117_ANNONCE_WEB_ACTEUR_PUBLIC_230x300.indd 1 11/12/08 12:31:34


LB_p24-25_Emploi 19/06/09 12:10 Page 24

CHANTIERS

inspections installées dans un site unique L’UNIFICATION DE LA COHÉSION LES EFFECTIFS


d’ici la fin 2009 et 90 % à la fin 2010. SOCIALE du ministère
La création de la future direction du Travail
MIEUX PILOTER LES POLITIQUES
DE LA VILLE
La réforme de la politique de la ville
4 générale de la cohésion sociale
(DGCS) est sur les rails. C’est en tout
cas ce qu’affirme le ministère du Travail,
25 120 agents*,

3 passe par la remise en ordre de son


pilotage. Le 14mai, un décret a précisé
les attributions du comité interministériel à
qui a donné pour mission à l’actuel direc-
teur général de l’action sociale, Fabrice
Heyriès, de piloter l’unification des délé- 14 064 pour la conduite
dont :

la ville en le recentrant sur ses fonctions de gations interministérielles à la famille,


et le soutien des politiques
décision. Son secrétariat général se concen- au droit des femmes, à l’expérimentation
trera sur la préparation et l’exécution des sociale et une partie des effectifs de la délé- sanitaires et sociales
décisions et le Conseil national des villes sur gation interministérielle au handicap. La
la concertation. La réflexion sur les quar- mise en place de la DGCS est prévue pour
10 860 pour la conception,
tiers les plus en difficulté démarre lente- le 1er octobre 2010. la gestion et l’évaluation
ment. Deux parlementaires doivent rédiger Au niveau régional, ce seront les directions des politiques
un rapport sur la délimitation des zones régionales de la jeunesse, des sports et de
urbaines prioritaires. Ce document devrait la cohésion sociale (DRJSCS) qui seront 196 pour l’égalité entre
servir de base au redéploiement des moyens responsables de l’action sur le terrain, les hommes et les femmes
des politiques de la ville. En espérant qu’il en liaison avec les directions départe-
* Équivalents temps plein travaillé
ne reste pas trop longtemps sur les étagères. mentales. Source : projet de loi de finances 2009

LE BUDGET Pôle emploi perd le nord


du ministère Du côté du secrétariat d’État à l’Emploi, les difficultés se multiplient sur le dossier
du Travail* de la fusion ANPE-Assedic. Et cela tombe d’autant plus mal que les chiffres du
chômage progressent de manière spectaculaire. Depuis l’inauguration officielle
MISSION SOLIDARITÉ, en janvier, le bilan de la nouvelle structure est “passable” selon le secrétaire
INSERTION, ÉGALITÉ d’État Laurent Wauquiez, qui a attribué une note de “11/20” à Pôle emploi.
DES CHANCES “Très médiocre”, à en croire les syndicats.
10,59 milliards d’euros
Les barrières entre les 15 000 anciens agents des Assedic et les 30 000 ex-agents
(en crédit de paiement) dont :
de l’ANPE ne se sont pas effacées. Géographiquement
d’abord, puisque sur les 956 agences mixtes prévues
Handicap Égalité entre
et dépendance les hommes pour septembre 2009, une centaine seulement
et les femmes serait actuellement en ordre de marche. Les
81,7 %
0,3 % usagers devant la plupart du temps s’inscrire
encore deux fois pour toucher leur indemnité
Conduite
Actions et soutien chômage et bénéficier des offres d’emploi.
en faveur des politiques
des familles sanitaires En matière de compétences, ensuite, puisque
vulnérables et sociales
les agents auparavant spécialisés dans les
7,9 % 10,1 % questions d’allocation ou d’emploi ont bien
du mal à s’adapter à leur nouveau métier
MISSION TRAVAIL-EMPLOI d’“agent référent”. Pour les y aider, une
880 millions d’euros formation au pas de charge a été mise en place.
(en crédit de paiement) dont :
Les anciens agents des Assedic bénéficient ainsi
Conception, Amélioration de cinq jours pour acquérir les ficelles du métier de
gestion et de la qualité conseiller emploi. Ceux de l’ex-ANPE ont trois jours pour
évaluation de l’emploi et
des politiques des relations s’initier aux subtilités des allocations. “Risible”, selon Diane
de l’emploi du travail
et du travail Gastellu, représentante FO chez Pôle emploi. “L’objectif affiché de 30 demandeurs
9,9 %
90,1 % d’emploi par conseiller est loin d’être atteint, poursuit-elle, on atteint même les
120 demandeurs par endroits, contre 60 auparavant.” Les 1 800 nouveaux agents
recrutés pour faire face à l’afflux de chômeurs ne seront donc pas de trop. Même
Illustrations : Fotolia

si la fusion soulève aussi la question du statut de ces agents. Le meilleur des deux,
* Les missions comportent d’autres programmes dont les fonds sont promis par Bercy, devra être négocié d’ici 2010. Les mois à venir permettront donc
distribués à d’autres ministères ou à des organismes interministériels.
Source : projet de loi de finances 2009 de voir si la fusion peut déboucher sur une réelle amélioration du service.

24 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


La Dynamique Deloitte
assemble toutes les
dimensions du conseil
Deloitte mobilise des compétences diversifiées
pour répondre à l’éventail des services attendus
par ses clients, de toutes tailles et de tous secteurs.
Dans cette dynamique d’excellence, son offre conseil
s’enrichit au quotidien au travers d’expertises reconnues
dans chacun de ses métiers, Audit, Tax, Consulting,
Corporate Finance, dans le respect d’une démarche
éthique partagée par tous.

Stratégie, excellence opérationnelle et performance,


Deloitte est un partenaire au service de la
transformation de l’Etat pour relever les défis
de la modernité.

Vous aussi, bénéficiez


de la Dynamique Deloitte.

www.deloitte.fr

Contacts :
Gilles Pedini
Associé, Secteur Public
Tél. : 01 40 88 22 21
gpedini@deloitte.fr
Elisabeth Hachmanian
Associée, Secteur Public
Tél. : 01 40 88 24 67
ehachmanian@deloitte.fr
Loïc Jouenne
Associé, Secteur Public
Tél. : 01 40 88 43 23
ljouenne@deloitte.fr

Member of
© Septembre 2008 Deloitte Conseil - Tous droits réservés Deloitte Touche Tohmatsu

p25_pub_Deloitte.pdf 1 19/06/09 13:58:08


LB_p28-29_Justice 19/06/09 12:11 Page 26

CHANTIERS

> JUSTICE

Se recentrer sur le métier


des chancelleries et services judiciaires,

LES AXES PRIORITAIRES


La Place Vendôme REMODELER
Martine Motard. Le dialogue est à ce point
retourne aux sources : LA CARTE JUDICIAIRE distendu que les syndicats recourent au
Le chantier le plus important au contentieux administratif (Conseil d’État)
garantir les libertés
individuelles, protéger
la société, dire le droit,
1 ministère de la Justice est sans
conteste la poursuite de la réforme
de la carte judiciaire. L’objectif affiché
pour “limiter la casse”. Car 1 200 postes
seront supprimés dans les greffes d’ici
2012. Cela étant, la Justice reste un minis-
est qu’au 1er janvier 2011, 178 tribunaux tère assez préservé, dans la mesure où seul
trancher les litiges, etc. d’instance (TI) et 23 tribunaux de grande un fonctionnaire sur trois partant à la
instance (TGI) soient supprimés. Paral- retraite ne sera pas remplacé.
Plus qu’un aggiornamento, lèlement, 7 nouveaux tribunaux d’instance
et 7 nouvelles juridictions de proximité LA RÉORGANISATION
ce recentrage constitue auront été créés. À ce jour, une vingtaine
DE LA PJJ
un changement de de TGI, une centaine de TI, de même que
60 conseils de prud’hommes n’existent Les 15 directions interrégionales de
culture et de méthodes.
Un chambardement
qui soulève interrogations
plus. Les syndicats n’étaient pas opposés
à toiletter cette carte qui datait de 1958, à
revoir les formats, les implantations…
2 la protection judiciaire de la jeunesse
(PJJ) ne sont plus que 9. Aucune
direction ne couvre désormais une seule
“Le problème est que le gouvernement fait région. Même celle de l’Île-de-France se
et inquiétudes. passer ses réformes à la hussarde et ce depuis voit dorénavant rattacher les quatre dépar-
septembre 2007. Le ministère nous avait tements d’outre-mer. “Le problème est que
Christophe Soulard-Coutand promis concertation, comité consultatif les directeurs de ces interrégions sont nom-
et tout un arsenal de dia- més sur des directions qui n’existent pas”,
logue. En fait, les jeux remarque Alain Dru, secrétaire général de
étaient déjà faits”, s’ir- la CGT-PJJ. Pis, selon lui, l’administration
rite la secrétaire met une énorme pression sur les fonction-
générale du Syndi- naires pour postuler sur les plates-formes
cat national CGT interrégionales de gestion qui regroupent
toutes les fonctions supports : ressources
humaines, comptabilité, etc.
Autre inquiétude chez les personnels :
le recentrage de la PJJ sur le volet pénal
de ses missions et l’abandon
quasi complet du civil
(mineurs en danger et
jeunes majeurs) aux
Photomontage : Ericos - Maksym Yemelyanov/Fotolia

26 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


Projet1 11/06/09 10:35 Page 1
LB_p28-29_Justice 19/06/09 12:11 Page 28

CHANTIERS

départements. “À la limite de l’illégalité, Cloarec, secrétaire générale adjointe du LES EFFECTIFS


puisque l’ordonnance de 1958, qui n’a pas Snepap-FSU. Or, aux yeux des syndicats,
été abrogée, nous oblige à poursuivre nos la généralisation de ce bracelet ne pourra du ministère
missions civiles”, explique Laurent Hervé, fonctionner que si sa portée éducative est de la Justice
de l’Unsa-SPJJ. À la clé : le transfert de effective et valorisée. Toujours dans ce
1 800 postes d’éducateurs qui pourraient volet “exécution de peines”, les syndicats 72 749 agents*
rejoindre les services sociaux des conseils de fonctionnaires s’interrogent sur les
dont :
généraux. Coût de l’opération pour les intentions futures de la Chancellerie, qui
départements : 400 millions d’euros. souhaiterait donner plus de poids aux 29 000 pour la justice judiciaire
associations privées.
L’ADMINISTRATION Les associations pourraient prendre en 33 000 pour l’administration
charge le contrôle juridique des détenus, pénitentiaire
PÉNITENTIAIRE les enquêtes sociales ainsi que le suivi des
La construction de nouvelles prisons peines, comme le sursis de mise à l’épreuve. 9 100 pour la protection
3 via des partenariats public-privé
(PPP) suscite de nombreuses inter-
rogations. En effet, les entreprises privées
Ceci en dehors de l’aspect financier,
puisque les associations “n’effectueront pas
cette prestation de service bénévolement,
judiciaire de la jeunesse
1 550 pour la conduite
qui sont, le temps du bail, propriétaires indique Charlotte Cloarec. Qu’en sera-t-il et le pilotage de la justice
des murs se voient accorder des pans de l’accès à certaines données confiden-
et les organismes rattachés
entiers de missions de service public autre- tielles ? Que feront-elles si leur personnel
fois dévolues aux fonctionnaires : entretien se met en grève ? Le ministère ne nous a * Équivalents temps plein travaillé
du bâtiment, formation professionnelle pas répondu.” Source : projet de loi de finances 2009
des détenus, gestion des cantines. On parle
même de la gestion partielle ou totale des
parloirs et des mess.
Parallèlement, pour réduire la population Gilbert Azibert, secrétaire général du ministère de la Justice
carcérale, le ministère souhaite généraliser
le port du bracelet électronique. “Ici, on est “Mutualiser les services”


dans la gestion du flux, pas dans la préven-
tion de la récidive”, explique Charlotte Les résultats publiés dans le deuxième rapport d’étape de la Révision générale
des politiques publiques sont positifs et encourageants. Sur les 21 mesures
dans le champ de compétences du ministère, 17 sont au vert, soit 80 %,
4 à l’orange et aucune au rouge. Ces chiffres situent le ministère à un niveau
supérieur à la moyenne de l’ensemble des ministères. Mais, comme pour
LE BUDGET tout point d’étape, ces résultats nécessitent d’être confortés, car ces mesures
du ministère constituent des réformes structurelles et impliquent tous les services
de la Justice du ministère.
L’un des dossiers majeurs pour 2009 est le lancement des plates-formes
interrégionales de services, une réforme d’envergure qui permet au ministère
MISSION JUSTICE
6,65 milliards d’euros dont : de la Justice de se doter au niveau local de structures de gestion modernes.
Concrètement, une plate-forme regroupera, sur un même lieu, diverses
Justice judiciaire compétences au service de l’ensemble des directions à réseaux.
42,53 % Elle sera leur point d’entrée dans 4 fonctions essentielles :
informatique et télécommunications, formation et action
Conduite sociale, achats et marchés publics et comptabilité et
et pilotage
de la politique de finances. La préfiguration de notre première plate-forme
la justice (autres) pilote a été lancée le 18 juin à Toulouse.
0,18 % Par ailleurs, j’ai demandé à mes services de tout mettre
Conduite en œuvre pour que les personnels s’approprient
et pilotage
de la politique ces mesures de modernisation de l’État. Ainsi,
de la justice nous communiquons régulièrement sur l’intranet
(expérimentations Administration
Chorus) pénitentiaire du secrétariat général, média accessible aux 72 000 agents
37,07 %
C.S.C.

3,58 % Protection
du ministère. Nous relayons également les mesures RGPP
Accès au droit judiciaire qui concernent le ministère dans L’InfolettreSG
et à la justice de la jeunesse
mensuelle. Enfin, et lorsque cela est utile
Illustrations : Fotolia

4,81 % 11,83 %
et nécessaire, nous créons des intranets
dédiés, comme l’intranet Visioconférence,
Source : projet de loi de finances 2009 lancé le 18 mars dernier.

28 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


Fiche commerciale SPL:Fiche chapeau 9/06/09 12:44 Page 2

Avec Service-Public Local,


Enrichissez votre site internet avec une offre complète
Dynamisez votre site internet avec des services pour vos citoyens

Télé formulaires
Guide des Droits État civil, inscriptions, demandes d’intervention…
Dématérialisez les démarches auprès de vos usagers
& Démarches et mettez en œuvre la conduite du changement
Informations administratives nationales dans vos services avec une plateforme technique
et locales, télé services… conçue pour sécuriser les échanges dématérialisés.
Enrichissez le guide des droits et
démarches* de la Documentation française
(Service-Public.fr) avec vos informations
administratives locales et proposez à vos
citoyens une administration en ligne
efficace et réactive.
*Un service réalisé en partenariat
avec la Documentation française. Événements
de vie
Mariage, naissance, déménagement,
hospitalisation, décès…
Annuaire Simplifiez la vie de vos usagers
quand ils en ont le plus besoin.
géolocalisé Offrez à vos usagers le premier service
d’administration personnalisée.
Services publics, équipements sportifs,
culturels, associations, santé…
Donnez de la visibilité à tous les services
de proximité sur votre territoire,
à partir de cartes interactives.
« Mon enfant à l’école »
Inscription à l’école, restauration scolaire, organisation
du temps libre…
Renforcez le lien entre parents et collectivités
avec un portail éducatif local d’informations et de services
pratiques pour les familles.

Pour toute information concernant nos services et leur tarification,


notre équipe Service-Public Local est à votre écoute

www.service-publiclocal.fr

b +33 (1) 58 50 77 70
LB_p30-31_Agriculture 19/06/09 12:12 Page 30

CHANTIERS

> AGRICULTURE

De nouveaux
champs d’action
Le ministère
de l’Agriculture poursuit
sa mue. Contrairement
aux idées reçues, il n’est pas tenu
à l’écart des réformes administratives
en cours. Rue de Varenne, le taux
de non-remplacement des fonctionnaires
qui partent en retraite s’élève
à deux sur trois.

Photomontage : Alle -Andreas Meyer/Fotolia


Christophe Soulard-Coutand
LES AXES PRIORITAIRES

LA FUSION DES SERVICES


DÉPARTEMENTAUX
La fusion des directions départe-

1 mentales de l’agriculture et de la
forêt (DDAF) avec les directions
départementales de l’équipement (DDE) général du ministère de l’Agriculture-
LE BUDGET du
est un vieux serpent de mer. Le projet de FSU (Sygma-FSU). De fait, il ne restait,
rapprochement des deux entités remonte fin avril 2009, plus que 200 ingénieurs, ministère de
à la fin des années 1980. Il a donc fallu une environ 2 par département, affectés à l’Agriculture
vingtaine d’années pour voir ce projet la surveillance des tarifs de l’eau et de
aboutir. l’assainissement. 5,042 milliards
Au 1er janvier 2009, 47 directions dépar- Mais la situation des DDEA va vite évo- d’euros dont :
tementales de l’équipement et de l’agri- luer. Au 1er janvier 2010, elles se verront
culture (DDEA) ont ainsi vu le jour. Outre adjoindre les services environnement des
Enseignement Économie et développement
l’inévitable réduction des effectifs, la préfectures et deviendront les directions supérieur durable de l’agriculture,
et recherche de la pêche et
crainte majeure concernait le mariage de départementales des territoires (DDT). agricoles des territoires
deux cultures très différentes et le fait À ce jour, 47 préfigurateurs ont été dési- 5,91 % 34,92 %
de voir disparaître des services clés. C’est gnés pour faire aboutir ce chantier. “Et la
Enseignement
le cas de l’ingénierie publique, compétence réforme de la PAC, à l’horizon 2013, pour- technique
agricole
exercée par l’équipement et l’agriculture, rait bien rebattre les cartes en déstabilisant
notamment envers les collectivités locales. les emplois non pérennes que l’on trouve 24,90 %
Forêt
“L’Élysée a décidé qu’il fallait que l’État notamment dans la gestion, l’encadrement Conduite 6,13 %
n’intervienne plus dans l’ingénierie publi- et le contrôle”, s’inquiète Jean-Claude et pilotage
des politiques Sécurité et qualité
que, les bureaux d’études privés pouvant Le Boursicaud, secrétaire général de la de l’agriculture sanitaires
très bien le suppléer”, explique François Fédération de l’administration générale 16,58 % de l’alimentation
Toubin, secrétaire nationale du Syndicat de l’État-Force ouvrière (Fage-FO). Source : projet de loi de finances 2009 11,56 %

30 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


LB_p30-31_Agriculture 19/06/09 12:12 Page 31

CHANTIERS

LES EFFECTIFS du ministère de l’Agriculture politiques. L’agence devrait délivrer, bon


an mal an, 16 milliards d’euros d’aides
Effectifs en 2008 : 36 081 Effectifs en 2009 : 34 780 Solde net : - 1 301 pour le compte de l’État, de l’Union euro-
péenne et des régions. Son champ de
36 081 agents* dont : compétences est vaste : agriculture, aqua-
culture, mais aussi emploi, formation,
Enseignement technique
Fonctions supports
agricole développement local et durable, aména-
16 300 gement foncier…
3 301
Les syndicats le reconnaissent quasi unani-
Enseignement supérieur
Études statistiques 500 agricole mement : “Sur le plan organisationnel, tout
2 700 s’est bien passé, sans heurts.” D’ailleurs,
Pêche et aquaculture 80 le P.-D.G. de l’ASP, Michel Jau, avait reçu
Alimentation, services
vétérinaires et protection des instructions du ministère pour ne pas
Illustrations : Fotolia

des végétaux
Économie agricole et forestière 3 700 effectuer de mobilités forcées. Tout s’est
5 400
Environnement donc déroulé sur du velours… Il reste
et eau
Aménagement des campagnes 1 700 cependant à gérer des problèmes d’équiva-
2 400 lences et de statut. En effet, si les contrac-
* Équivalents temps plein travaillé Source : projet de loi de finances 2009
tuels du Cnasea et de l’AUP ont eu la possi-
bilité d’intégrer la fonction publique, “cette
LA NAISSANCE entre le Centre national pour l’aménage- intégration se fait au rabais”, dénonce le syn-
ment des structures des exploitations dicat Sygma-FSU. Celui-ci s’inquiète de voir
DE FRANCEAGRIMER agricoles (Cnasea) et l’Agence unique de certains fonctionnaires privés de leur avan-
C’est officiellement le 1er avril 2009 paiement (AUP). La mission de ce nouvel cement pour l’année 2009 et s’alarme du

2 qu’est né FranceAgriMer (FAM), éta-


blissement public administratif qui
regroupe 5 offices : ceux de l’élevage, de la
opérateur, qui emploie 2 200 personnes,
est d’accompagner les décideurs du secteur
public dans la mise en œuvre de leurs
sort des CDD, dont certains pourraient ne
pas être renouvelés. Car, d’ici 2011, l’ASP
doit se séparer de 288 personnes.
mer (Ofimer), des grandes cultures
(ONIGC), des plantes à parfum et médici-
nales (Onippam) et du vin, des fruits et des Jean-Marie Aurand, secrétaire général du ministère de l’Agriculture
légumes (Viniflhor). Le nouvel organisme a
en charge la gestion de toutes ces filières. “Nous avons labouré tous les terrains”


Le directeur général de FranceAgriMer,
Réformer un ministère, de l’administration centrale aux services déconcentrés
Fabien Bova, concède que les personnels
en passant par les opérateurs, n’est pas chose facile. Le ministre a fait le choix
ont été très “attentifs au changement de cul-
d’engager résolument le ministère de l’Agriculture dans le processus de réforme.
ture” induit par cette fusion, d’autant que
J’ai l’habitude de dire que nous avons labouré tous les terrains de la réforme,

Cheick Saidou/Min.Agri.Fr
leurs offices avaient déjà fait l’objet de rap-
y compris les plus pentus. Le bilan de la RGPP appliquée au ministère
prochements les années passées.
de l’Agriculture est positif dans bien des domaines.
Le personnel s’est aussi inquiété de la réduc-
tion d’effectifs prévue sur les trois ans à Le dernier comité de modernisation a d’ailleurs salué notre action,
venir, soit 150 emplois supprimés d’ici fin en la qualifiant d’exemplaire. Sur les 16 projets structurants mis
2011. Le rapprochement s’effectue dans en œuvre, 14 ont abouti. Parmi eux, la fusion de la direction
d’assez bonnes conditions, la direction s’ef- générale de la forêt et des affaires rurales (DGFAR) et
forçant de combler “les services déficitaires de la direction générale des politiques économique,
en compétences par les surnuméraires des européenne et internationale (DGPEI), fusion qui a donné
services où les compétences sont trop nom- naissance à la direction générale des politiques agricoles,
breuses”. Pour François Toubin, il aurait été agroalimentaire et des territoires (DGPAAT).
plus logique de rattacher FAM à la nouvelle Tous les chantiers sont très importants et structurants.
direction générale des politiques agricoles, Je crois que les fonctionnaires du ministère, à quelque échelon
agroalimentaires et des territoires : “Les que ce soit, se sont bien approprié ces réformes grâce à un
délégations régionales de FAM sont rattachées travail d’explication et de communication de tous les instants.
aux directions régionales de l’agriculture.” La mise en place d’un réseau d’appui aux personnes et services
(Rasp), fort d’une trentaine d’inspecteurs de l’agriculture, a
contribué à rassurer les personnels. Le cadre général est fixé,
LA NOUVELLE AGENCE
les réformes sont engagées. Il s’agit de les consolider. Un
DE SERVICES ET DE PAIEMENT travail important de convergence et d’harmonisation reste
Depuis le 1er avril, l’Agence de servi- à faire dans plusieurs domaines : gestion des ressources

3 ces et de paiement (ASP) est opéra-


tionnelle. Elle est née de la fusion
humaines, systèmes d’information, politique immobilière…
C’est la tâche qui nous attend pour les mois à venir.

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 31


p32-35_Publi DGME 19/06/09 13:14 Page 32

PUBLI - REPORTAGE

32 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


p32-35_Publi DGME 19/06/09 13:14 Page 33

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 33


p32-35_Publi DGME 19/06/09 13:14 Page 34

PUBLI - REPORTAGE

34 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


p32-35_Publi DGME 19/06/09 13:14 Page 35

PUBLI - REPORTAGE

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 35


LB_p36-37_Education 19/06/09 12:13 Page 36

CHANTIERS

> ÉDUCATION - RECHERCHE

Reconquérir les
lauriers du succès

Photomontage : Eric Martinez - Elnur/Fotolia


Améliorer la performance du système
éducatif et positionner la France en pointe
dans l’économie de la connaissance.
Telles sont les deux ambitions d’un ministère
qui est le premier employeur de France.
Christophe Soulard-Coutand
LES AXES PRIORITAIRES

LA SEMAINE
DE QUATRE JOURS
Le ministre de l’Édu-

1 cation nationale, Xavier


Darcos, l’avait dit. Il l’a fait.
La semaine scolaire se déroule
désormais sur quatre jours au lieu de
quatre et demi auparavant. Le temps dégagé
doit permettre d’accompagner et de soute-
nir les élèves en difficulté. Côté ministère, « dans la limite des places disponibles »”, professionnels et nettement moins bien au
on se satisfait de ce remodelage. Côté syn- indique Catherine Manciaux, secrétaire sein des lycées d’enseignement général et
dicats, on fait grise mine. “La perte d’une nationale du Snupden-FSU. Pour l’ensem- technique. “La réforme du bac professionnel
demi-journée fait que les journées sont très ble des syndicats, cette réforme n’a que peu a permis de ramener ce diplôme sur les stan-
chargées. Les élèves en difficulté ont encore d’impact sur les populations cibles: les plus dards du bac général en permettant des
plus de mal à suivre. Pour eux, le problème modestes. Pis, les établissements “Ambition passerelles, des soutiens personnalisés, etc.”,
s’aggrave. C’est une belle occasion manquée”, Réussite” perdent leurs meilleurs élèves se réjouit-on dans l’entourage du ministre.
estime Thierry Cadart, secrétaire général au profit des établissements scolaires de Ce que ne contestent ni les enseignants ni
Sgen-CFDT. Cette semaine de quatre jours niveau plus élevé. Conséquence : ces éta- les parents d’élèves. Côté lycée d’enseigne-
“continue de poser de nombreux problèmes blissements ne remplissent pas l’un de leurs ment général, la réforme était “partie sur
notamment en matière de rythme de som- objectifs initiaux qui est de promouvoir des bases intéressantes”, concède Thierry
meil pour l’enfant”, souligne de son côté l’égalité des chances. Enfin, les syndicats Cadart, secrétaire général Sgen-CFDT.
Jean-Michel Drevon, responsable des servi- d’enseignants fustigent les évaluations de Mais là encore, l’application a capoté sur
ces publics à la FSU. CE1 et CM2 : le procédé a été et reste des problèmes de concertation et de calen-
contesté. Quant aux résultats, ils sont aussi drier. “Trois mois pour appliquer la réforme,
L’ASSOUPLISSEMENT très contestables, disent-ils en chœur. c’était et cela reste impossible. Le temps poli-
tique n’est pas le temps administratif ”,
DE LA CARTE SCOLAIRE remarque Jean-Michel Drevon de la FSU.
LA RÉFORME DU LYCÉE
Parallèlement, le gouvernement a Le rapport de Richard Descoings tente

2 redéfini la carte scolaire pour la ren-


dre plus attractive. “On a trompé les
EN GESTATION
Bilan mitigé pour la réforme du
d’apaiser les tensions, en concentrant ses
propositions sur l’orientation des lycéens,
parents : le gouvernement aurait dû dire que
l’assouplissement de la carte scolaire était 3 lycée, qui s’est déroulée dans de
bonnes conditions au sein des lycées
la rénovation de la voie technologique,
le rééquilibrage des séries du lycée général

36 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


LB_p36-37_Education 19/06/09 12:13 Page 37

CHANTIERS

(littéraire, économique et social, scienti-


fique) et la maîtrise des langues. L’appli- LES BUDGETS des deux ministères
cation de la réforme est prévue pour la ÉDUCATION NATIONALE ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
rentrée de septembre 2010. “On va nous 58,736 milliards d’euros ET RECHERCHE
rejouer la même partition et encore aller dont : 21,326 milliards d’euros dont :
au clash”, s’inquiète Thierry Cadart.
Soutien de Enseignement Recherche dans le domaine Recherche
la politique scolaire public de la gestion des milieux spatiale
DES UNIVERSITÉS de l’éducation
nationale
du premier degré et des ressources
6,02 %
29,39 % 5,73 %
AUTONOMES 3,52 %
Enseignement
La mise en œuvre de la loi relative

4
Recherches
privé du premier scientifiques et
aux libertés et responsabilités des et du second technologiques
degrés pluridisciplinaires
universités (LRU) s’est effectuée Formations
11,83 % 23,71 %
dans la douleur : 16 semaines de grève, Enseignement supérieures
scolaire public et recherche
de blocages et parfois d’affrontement du second degré universitaire
dans les principaux établissements uni- Vie de l’élève 6,42 % 48,84 % Vie étudiante 9,65 % 54,89 %
versitaires. Le conflit a révélé une crise Source : projet de loi de finances 2009
profonde et un défaut de méthode. Crise
profonde parce que “nous payons le prix l’université. Il est utile et peut-être nécessaire Drevon (FSU) regrette pour sa part qu’il
du passé, celui de vingt-cinq ans de passi- que la loi LRU définisse les fonctions admi- n’y ait “pas eu de concertation en amont du
vité, de dévalorisation progressive du métier nistratives des universités. C’est de l’insti- texte et que les enseignants-chercheurs

Illustrations : Fotolia
d’enseignant-chercheur, et du manque tutionnel, de la gouvernance. Maintenant, fassent grève avant d’être associés à la négo-
d’investissement de l’État dans les univer- elle ne dit pas pour quoi faire”, s’alarme ciation”, donnant à cette réforme un goût
sités”, a déclaré le 20 mai la ministre Valérie Thierry Cadart (Sgen-CFDT). Jean-Michel d’inachevé.
Pécresse, en mettant en avant l’effort
financier actuel pour les universités, le plan
Licence et le plan Campus.
Défaut de méthode ensuite parce que les Les enseignants en première ligne
parties en présence sont d’accord sur la
nécessité de rénover le système. “Cepen- Les futurs développements de la RGPP au
dant, il manque dans la RGPP un point sein des ministères de l’Éducation nationale
essentiel : le travail sur les objectifs de et de l’Enseignement supérieur seront
scrutés avec attention par les fonctionnaires
et les syndicats. En dehors de l’application
des recommandations du rapport Descoings,
LES EFFECTIFS qui a suscité des remous, notamment sur
des deux le calendrier d’application, les enseignants
attendent de pied ferme l’installation de
ministères l’Agence nationale du remplacement (ANR),
Éducation nationale qui doit être effective en septembre 2009.
Ils la voient comme “l’arme magique” du
1 000 754 agents* ministère, qui en fera une de ses variables
dont : d’ajustement en termes d’effectifs.
870 023 enseignants Les enseignants craignent que le système
des titulaires remplaçants soit mis à mal
130 731 personnels et que le recours aux contractuels soit
Lydie/SIPA

administratifs, techniques, systématisé. “C’est une régression sur


d’encadrement et de surveillance le statut du personnel et sur la qualité de
service. Il n’y a eu que peu de concertation sur le sujet”, regrettent les syndicats.
Enseignement supérieur Autre dossier chaud à venir : la reconquête du mois de juin, dont il faudra tirer un
145 339 agents dont : bilan déjà jugé mitigé, dans la mesure où “garder les élèves une ou deux semaines
de plus ne change rien sur leurs connaissances ou leur orientation puisque déjà
90 068 enseignants tout est joué”, indique Catherine Manciaux (Snupden-FSU). Surtout, cette mesure
conduit à une accélération de toutes les procédures : examens, affectation des
55 271 personnels administratifs, élèves et rentrée. Les directeurs et principaux doivent tout traiter d’un coup avec
techniques et d’encadrement des moyens réduits – la plupart des CDD des contractuels se terminent le 30 juin et
* Équivalents temps plein travaillé ne reprennent pas avant septembre. Ce qui multiplie d’autant les risques d’erreur.
Source : projet de loi de finances 2009 Restera ensuite à mesurer l’impact des grèves du début 2009 sur la rentrée 2010.

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 37


LB_p38-39_Defense 19/06/09 12:13 Page 38

CHANTIERS

> DÉFENSE

La réforme avance

Photomontage : Ericos/Fotolia - Pierre Gleizes/RÉA


mais inquiète

UNE NOUVELLE CARTE MILITAIRE


LES AXES PRIORITAIRES

Le ministère de la Défense d’un “échéancier qui permette de résorber


L’armée a engagé la réduction du les 100000 postes militaires affectés à la fonc-
est l’un des plus
en pointe en matière
de réformes internes.
1 format de ses unités pour se concen-
trer pleinement sur ses capacités opé-
rationnelles. À ce titre, elle a dévoilé, à l’été
tion soutien, tâches que les civils, qui sont eux
aussi affectés par les réformes, sont capables
d’effectuer : gestion, comptabilité, habille-
2008, une liste d’unités qui devaient se ment…” En attendant les négociations sur
À celles-ci viennent regrouper, être transférées ou dissoutes. ce volet, une agence de reconversion appe-
Ainsi, 83 sites et régiments à travers la lée Défense mobilité a été créée à Paris. Elle
s’agréger les implications France sont voués à disparaître d’ici 2012 : est ouverte aux militaires, à leurs conjoints
du livre blanc et la loi de 11 en 2009, 16 en 2010 et le reste en 2011. et… au personnel civil.
La taille des unités ou sites en question varie
programmation militaire. de quelques dizaines à plus de 2500 person- LA GESTION IMMOBILIÈRE
nes pour la base aérienne 128 de Metz,
Un exercice difficile mais appelée à fermer après 2011. Le ministère de la Défense possède de
pas insurmontable.
Christophe Soulard-Coutand
Conséquence de cette restructuration : les
effectifs de la défense seront amputés de
plus de 54 000 personnes, dont un quart
2 très nombreuses emprises domania-
les, à Paris et en province, représen-
tant plusieurs centaines de sites sur plu-
de civils. “À ces 54 000, il faut ajouter la sieurs milliers d’hectares. Dans le cadre de la
suppression de 16 000 autres postes du fait RGPP, il était prévu que le ministère cède
de l’externalisation de certains services”, les sites libérés. Parmi ceux-ci, l’hôtel de la
explique Gilles Goulm, secrétaire général Marine, situé place de la Concorde à deux
FO des personnels civils de la défense. pas de l’hôtel Crillon, devrait être cédé à un
“Étant donné la fermeture sèche de nombreu- groupe hôtelier. Toutefois, rien n’est encore
ses unités, prévue dès 2009, où reclasser les décidé et le choix sera interministériel. Pour
personnels quand ceux-ci ont un conjoint qui équilibrer le budget du ministère, il est
travaille sur place?” s’interroge-t-il. De son prévu, dans la loi de finances 2009, la ces-
côté, Patrick Douspis, président fédéral de sion d’immeubles pour 1 milliard d’euros.
la CFTC-Défense souhaite la mise en place “Jusqu’à présent aucun immeuble n’a été

38 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


LB_p38-39_Defense 19/06/09 12:13 Page 39

CHANTIERS

Illustrations : Fotolia
vendu. En plus, on parle de céder certains
d’entre eux pour l’euro symbolique !” tem- LE BUDGET du ministère de la Défense
pête Gilles Goulm, secrétaire général FO 41 milliards d’euros de crédits de paiement dont :
des personnels civils de la Défense. Le syn-
Recherche duale (civile et militaire) Liens entre la nation et son armée
dicaliste craint que le ministère ne récupère
pas d’argent de ces cessions avant 2010 ou 0,49 % 0,40 %
2011. Néanmoins, un protocole d’accord Équipement des forces
Mémoire,
reconnaissance
signé en septembre dernier entre les minis- 29,79 % et réparation
en faveur
tères de la Défense et de l’Enseignement du monde
supérieur prévoit de réhabiliter d’ici 2010 Soutien de la politique combattant
de la défense
les casernes de 15 villes en cités universitai- 7,94 %
3,86 %
res. Par ailleurs, la création d’un “Pentagone Environnement
français” regroupant les états-majors des Préparation et emploi
et prospective
de la politique
armées sur un site de 16 hectares près du des forces de défense
métro Balard à Paris suit son cours. 53,29 % 4,23 %
Source : projet de loi de finances 2009

LES BASES DE DÉFENSE


Dans l’ensemble, leur création se déroule en 2011. Les bases de défense seront alors
Pour compenser la perte et la restruc- sans trop de heurts. au nombre de 70 environ sur le territoire

3 turation d’unités, mais aussi pour


réorganiser le soutien opérationnel,
le ministère a décidé de créer 90 bases de
L’armée doit ici relever un grand défi : celui
d’harmoniser les réglementations et les
procédures. En effet, les cultures se sont
métropolitain, 5 à Paris même et 9 outre-
mer. Mais dans un document interne révélé
par Libération, le général Elrick Irastorza,
défense “avec une logique d’efficacité”, sou- sédimentées, stratifiées au cours des âges, chef d’état-major de l’armée de terre,
tient-on à l’Hôtel de Brienne. Ces bases entre la Marine et l’armée de terre, ensuite remarque que “c’est incontestablement la
regroupent, sur une aire géographique entre ces deux entités et l’armée de l’air. En mise en place des bases de défense qui soulève
donnée, des soutiens de l’ensemble des for- 2009, 11 bases de défense ont vu le jour. le plus d’interrogations, car beaucoup redou-
mations du ministère de la Défense situées En 2010, elles se verront adjoindre 7 bases tent qu’elle ne conduise à une déstructuration
dans un rayon d’environ 30 kilomètres. pilotes avant que le système soit généralisé des régiments”.

Christian Piotre, secrétaire général du ministère de la Défense


LES EFFECTIFS
du ministère “Accompagner les forces”


de la Défense Les résultats enregistrés par le ministère, en termes de RGPP, sont très positifs.
Sur les 36 projets de réforme, 34 sont cotés au vert au regard des nouveaux
318 000 agents*, critères d’évaluation. Pour autant, nous restons vigilants sur l’avancée des
dont : réformes, compte tenu de son ampleur et des enjeux liés. Pour 2009, l’objectif
est de soutenir la dynamique des réformes engagées, et de veiller à atteindre
243 000 militaires les objectifs fixés. Parmi ces réformes, la plus structurante est celle permettant
75 000 civils la création d’un réseau de bases de défense, conduisant à une forte mutualisation
interarmées et ministérielle du soutien au plan local, et assurant la cohérence
Répartition prévisionnelle au niveau local des nombreuses réorganisations d’ensemble
des emplois du ministère de la touchant l’administration et les soutiens communs.
Défense par catégorie en 2009 Au-delà des projets eux-mêmes, un enjeu majeur réside
Ouvriers de l’État dans l’accompagnement des réformes : accompagnement
Officiers
27 257 social des restructurations, accompagnement
Niveau C 27 027 37 467 économique au niveau territorial, accompagnement
“immobilier” des restructurations, développement
Niveau B 13 034 de systèmes d’information adaptés… De nombreuses
Niveau A 8 160 actions ont déjà été engagées dans ces domaines,
Volontaires
et de nombreuses autres sont planifiées. Les personnels
tant civils que militaires s’approprient bien cette réforme
3 919
DR

Sous- parce qu’ils ont été associés très tôt


officiers aux processus, aux groupes de travail
Militaires
du rang 111 104 pluridisciplinaires, mais aussi parce
90 487 qu’ils ont bénéficié de l’important
* Équivalents temps plein travaillé travail de communication que nous
Source : projet de loi de finances 2009 avons réalisé.
LB_p42-47_Sante 19/06/09 12:14 Page 40

CHANTIERS

> SANTÉ

Rassembler
pour mieux soigner
Après avoir intégré
LES AXES PRIORITAIRES
L’ADMINISTRATION CENTRALE
Ces changements internes ne constituent
le sport et la jeunesse, STABILISÉE
qu’un pan dans une réforme plus globale
le ministère de la Santé Le 9 juin, deux nouvelles directions visant à repositionner l’administration

revoit aujourd’hui
son organisation pour
1 ont officiellement vu le jour au
ministère de la Santé : une direction
des ressources humaines et une direction
centrale sur ses objectifs stratégiques avec
des effectifs plus resserrés. Dans cette pers-
pective, une plus forte coordination entre
des affaires financières, juridiques et des les opérateurs sera recherchée. L’installa-
mettre fin aux doublons services. Elles ont remplacé deux ancien- tion du comité d’animation du système
nes directions supports et des moyens. Ce d’agences, au printemps 2008, a déjà per-
et orienter sa stratégie n’est pas le premier bouleversement de mis de renforcer leur pilotage stratégique.
vers la prévention l’organigramme. En janvier déjà, deux Animé par le directeur général de la santé,
sous-directions à la direction de l’hospi- le comité réunit les représentants des
des risques. talisation et de l’organisation des soins 12 principaux opérateurs nationaux des
Xavier Sidaner avaient fusionné pour former une sous- politiques de prévention et de sécurité
direction unique “Ressources humaines du sanitaire.
système de santé”.
LA FUSION DE LA SÉCURITÉ
SANITAIRE
La fusion de l’Agence de sécurité

2 sanitaire de l’environnement et du
travail (Afsset) avec l’Agence fran-
çaise de sécurité sanitaire des aliments
(Afssa) est sur les rails. Le gouvernement a
déposé dans le cadre de la loi Hôpital,
patients, santé, territoires (HPST), un
amendement à l’article 25 l’habilitant,
pour six mois, à prendre une ordonnance
prévoyant leur regroupement. Les deux
agences, soumises à une quintuple
tutelle, ont des missions identiques
d’évaluation des risques
sanitaires et leurs compé-
tences ont tendance à se
chevaucher. C’est le cas
pour les algues toxi-
ques, qui relèvent de
l’Afssa si elles sont
Photomontage : Ericos - Vjom/Fotolia

présentes dans l’eau


d’alimentation et de

40 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


p41-44_Publi Orange 17/06/09 17:23 Page 41

PUBLI - REPORTAGE

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 41


p41-44_Publi Orange 17/06/09 17:23 Page 42

PUBLI - REPORTAGE

42 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


p41-44_Publi Orange 17/06/09 17:23 Page 43

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 43


p41-44_Publi Orange 17/06/09 17:23 Page 44

PUBLI - REPORTAGE

44 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


LB_p42-47_Sante 19/06/09 12:14 Page 45

CHANTIERS

l’Afsset s’il s’agit des eaux de loisir. Ça l’est interviendront des cabinets de recrute- LES EFFECTIFS
également pour les risques des substances ment et un comité de sélection ad hoc. Les
chimiques, qui dépendent de l’Afsset si ARS fonctionneront avec des moyens du ministère
ces substances sont présentes dans les humains qui leur seront propres, et non de la Santé
biocides et de l’Afssa si c’est dans les plus dispatchés, pour leur grande partie, et des Sports
pesticides. entre les Drass et les Ddass.
Le gouvernement estime que ce rappro- Ce n’est pas pour autant que les équipes
chement entre l’Afsset et l’Afssa “doit faci- vont gonfler de manière exponentielle, 5 382 agents*
liter une prise en compte plus globale des mais au moins, les agents sauront-ils qui dont :
risques et de leur impact sur la santé”. Cette est leur chef et les directeurs des agences
mesure ne fait pourtant pas l’unanimité. régionales d’hospitalisation combien 3 386 pour la prévention
La Fnath, association des accidentés de la d’agents ils ont à leur disposition. L’inté-
et la sécurité sanitaire
vie, a qualifié la mesure d’“absurde”. “La gration des moyens humains devrait
fusion de ces deux agences ne ferait qu’af- permettre aux futures ARS d’atteindre la 1 933 pour l’offre de soins
faiblir le dispositif santé-travail en raison taille critique pour mener à bien l’ensemble
et la qualité du système
de la grande disparité des deux structures et de leurs missions à l’égard des hôpitaux.
des particularités de ce champ de la santé De multiples décrets seront nécessaires de soins

Illustrations : Fotolia
publique”, explique l’association. Cette pour fixer les règles de fonctionnement des 63 pour la protection maladie
réforme devrait être lancée sur la base du agences dans le détail. “Un lourd travail
rapport de Thierry Tuot, conseiller d’État réglementaire attend les services du minis- * Équivalents temps plein travaillé
et président du comité de pilotage chargé tère à l’automne prochain”, confie un haut Source : projet de loi de finances 2009

de cette question. fonctionnaire.

LES AGENCES RÉGIONALES


Jean-Marie Bertrand, secrétaire général des ministères sociaux
DE SANTÉ EN 2010
La création des agences régionales “Six secteurs à moderniser”
3


de santé (ARS), destinées à renfor-
La modernisation des ministères chargés des affaires sociales concerne
cer l’efficacité des politiques de
six grands secteurs : la santé, la cohésion sociale, la jeunesse et les sports,
santé sur le territoire et à maîtriser les
le social et le travail. Les réformes, dont la nature et l’ampleur sont diverses,
dépenses des hôpitaux, est prévue au
suivent chacune un rythme soutenu.
1er janvier 2010, malgré le retard pris
Cinq d’entre elles sur les vingt-huit portées par l’ensemble des ministères
par le vote de la loi HPST. Les directeurs
sociaux sont d’ores et déjà réalisées. Parmi elles, la fusion des services
des agences seront nommés après une
d’inspection du travail qui, si elle a été décidée il n’y a pas moins de trente ans,
procédure de sélection rigoureuse où
n’a pu être réalisée qu’à la fin de l’année 2008. Elle a été menée en quelques
mois de façon très efficace.
LE BUDGET La réorganisation de l’administration centrale, quant à elle, se fait par étapes
successives dans l’ensemble des secteurs. Le champ de la jeunesse
du ministère et des sports est maintenant intégré dans l’ensemble “santé et solidarité”.
de la Santé et En particulier, les deux directions générales ont été fusionnées et, tout
des Sports récemment, deux directions communes à ces secteurs ont été créées :
celle des ressources humaines et celle des affaires financières,
juridiques et des services.
1,16 milliard
Les évolutions portent aussi sur le domaine
d’euros dont :
de la cohésion sociale – dont la direction générale
est en cours de définition – et sur celui de la santé.
Protection La reconfiguration du pôle santé, liée à la mise
Offre de soins maladie
et qualité en place du pilotage des agences régionales
du système 46 % de santé, comporte notamment la réorganisation
de soins
de la direction générale de l’hospitalisation
DR

11 %
(DHOS). Enfin, dans le secteur “travail”,
la direction générale et de la modernisation
des services (Dagemo) est appelée à évoluer
Prévention pour être la direction d’administration
et sécurité sanitaire générale d’appui aux directions régionales
42 % de la concurrence, de la consommation,
Source : projet de loi de finances 2009 du travail et de l’emploi (Direccte).
LB_p48-49_Culture 19/06/09 12:15 Page 46

CHANTIERS

> CULTURE

Entre économies
et performance LES AXES PRIORITAIRES
Pour relever le défi LA DÉLICATE TUTELLE demain à tous les musées nationaux.
de la démocratisation DES MUSÉES Cette tutelle, étendue, sera exercée par une
direction centrale elle-même bouleversée,
culturelle, le ministère La fin de la gestion directe des puisque la direction du patrimoine est

réorganise la tutelle
des musées et revoit
1 musées par le ministère de la Culture
est proche. Selon les cas, ces musées
seront transférés à des collectivités locales,
le résultat de l’absorption de la direction
des musées de France, ainsi que de la direc-
tion de l’architecture et du patrimoine et
regroupés avec des établissements publics de la direction des archives de France.
son mode de participation existants, érigés en établissements publics Quant à la RMN, son cas, hypersensible,
autonomes ou encore confiés à la Réunion devrait être traité à l’automne prochain.
aux politiques culturelles. des musées nationaux (RMN). Quatre Malgré les critiques dont il est l’objet, cet
Dont une bonne partie solutions, délicates, surtout pour les deux établissement public garde tout son sens.
dernières. Confier la gestion d’œuvres d’art L’édition des catalogues et le management
concerne le spectacle à des établissements devenus autonomes des grandes expositions, la gestion des
vivant. ne se fera pas sans “contrôle”. La tutelle boutiques, la diffusion des fonds patri-
du ministère s’exerce aujourd’hui à travers moniaux des collections nationales sont
Xavier Sidaner des contrats de performance qui, pour assurés par la RMN. Éclatées dans les
certains, on fait leurs preuves, notamment musées, ces fonctions auraient un coût très
au musée du Louvre. Ils devraient s’étendre supérieur pour les finances publiques…
Mais comment les musées travailleront-ils
demain avec la RMN ?

L’ACTION RÉGIONALE
RENFORCÉE
Le principe du rapprochement des

2 directions régionales aux affaires cul-


turelles (Drac) et des services dépar-
tementaux de l’architecture et du patri-
moine (SDAP) est une vieille antienne
au ministère de la Culture. Depuis
2002, ce principe était acquis, à tel
point qu’un décret était même
prêt à être publié en 2007. Mais la
Révision générale des politiques
publiques est venue ralentir
Photomontage : Marie-Thérèse Guihal - Grafikeray/Fotolia

le processus, bloquant sur les


questions relatives aux SDAP.
Aujourd’hui, si la pérennité
des Drac est acquise, le carac-
tère interdépartemental des
SDAP sera pour sa part ren-
forcé, puisque tous ne seront
pas conservés en l’état, mais
devraient entrer dans le giron
de la région, en perdant au

46 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


e t vo t r e v i s i o n d ev i e n t e n t r e p r i s e

De l’inspiration à l’idée, du projet à sa réalisation, votre vision devient entreprise


Pour devenir plus performantes, les organisations ont un besoin constant d’évolution. Dans ce cadre, Ineum Consulting se
consacre exclusivement au métier du conseil. Car sans indépendance, la compétence ne saurait rester longtemps objective.
Reconnus pour leur excellence et leurs connaissances sectorielles et organisationnelles, nos 1300 collaborateurs vous
feront bénéficier, au travers de démarches collaboratives, de méthodologies et de références éprouvées au niveau national
et international. Experts dans la conduite de programmes et projets de transformation, ils n’ont qu’un objectif : votre objectif.

www.ineumconsulting.com

Algérie, Australie, Belgique, Etats-Unis, France, Luxembourg, Maroc, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suisse

pub230-300.indd 1 15/06/09 9:51:23


LB_p48-49_Culture 19/06/09 12:15 Page 48

CHANTIERS

passage quelques postes. Le ministère de nécessité d’une réforme du spectacle LES EFFECTIFS
la Culture, parfois mal noté sur la gestion vivant, malgré les incertitudes budgétaires du ministère
de son patrimoine immobilier, pourra qui planent sur la politique culturelle et
ainsi dégager quelques économies sur la le régime des intermittents.
de la Culture
vente de ceux de ses bureaux qui abritent Trois axes ont été fixés : une nécessaire 11 220 agents* dont :
la poignée d’agents du patrimoine dans rénovation de la gouvernance des politi-
les départements. ques culturelles, un effort de clarification
L’objectif est de renforcer les complémen- et d’efficacité des dispositifs d’aides publi-
3 199 pour le patrimoine
tarités de l’action des deux services au ques et une meilleure circulation des artis- 1 018 pour la création
bénéfice d’une politique de protection et tes et des œuvres. Une première piste de
de conservation du patrimoine plus effi- réforme importante consisterait à clarifier 7 003 pour la transmission
cace et plus lisible, à l’heure où la région les missions des différentes structures du des savoirs
prend un poids certain dans la gouver- spectacle vivant (centres dramatiques * Équivalents temps plein travaillé
nance des politiques sur le territoire. Mais nationaux, scènes nationales, opéras natio- Source : projet de loi de finances 2009

le rattachement pose encore des questions naux en région, etc.) et les financements
de tutelle. Le rattachement des SDAP que l’État leur apporte. Cette clarification acteurs locaux à la définition des priorités
– donc de leurs chefs, les architectes des s’accompagnerait de la systématisation en matière d’interventions culturelles.
bâtiments de France – aux régions va poser des contrats d’objectifs entre ces structures Malgré l’affichage de bon aloi, la RGPP
la question d’une éventuelle double tutelle et l’État. Avant cet été, les concertations “risque de nuire gravement au bon fonction-
entre préfectures de département et préfec- sur le spectacle vivant seront relancées dans nement des structures subventionnées de
tures de région. Les arbitrages avec les un cadre régional, sous forme de “conféren- spectacle vivant les plus fragiles”, craint le
architectes des bâtiments de France, jaloux ces du spectacle vivant”, afin d’associer les député Marcel Rogemont (DVG).
de leurs prérogatives, ne seront pas simples.

LA SUITE DES “ENTRETIENS


Guillaume Boudy, secrétaire général du ministère de la Culture
DE VALOIS”
La clôture des “Entretiens de Valois” “Responsabilité et autonomie des opérateurs”
3


a donné lieu, le 30 janvier 2009, à la
remise d’un rapport de synthèse sur L’ambition de la Révision générale des politiques publiques est de doter
l’ensemble des échanges qui ont marqué les politiques culturelles d’un ministère plus prospectif et davantage proactif,
la réflexion lancée le 11 février 2008 sur le qui réponde mieux aux attentes des publics, des artistes et des professionnels.
spectacle vivant dans le cadre de la RGPP. La réorganisation entre dans sa phase de mise en œuvre. Le cycle de
Les collectivités locales et les professionnels consultation des représentants du personnel est engagé et les agents
du spectacle se sont accordés, au cours sont informés des modalités d’affectation dans la nouvelle structure.
de quatre assemblées plénières, sur la Nous envisageons une mise en place effective au cours de l’automne.
Il nous faut aussi dégager de nouvelles marges de manœuvre pour
accompagner le dynamisme des politiques culturelles. Après une année
d’application, la réforme a avancé sur plusieurs fronts. L’élaboration d’une
LE BUDGET nouvelle organisation de l’administration centrale offre un cadre modernisé
du ministère de gouvernance du ministère. L’instauration d’un contrat d’opérations, intégré
au plan de relance, favorise la réactivité de l’État pour conduire les fouilles
de la Culture archéologiques préalables à tous travaux.
La réforme des missions des architectes en chef
2,8 milliards d’euros dont : des monuments historiques permet, grâce
à l’ouverture à la concurrence, d’ouvrir cette
Patrimoine profession à la dimension européenne et de
40 % moderniser la législation relative aux maîtrises
Transmission d’œuvre des propriétés classées n’appartenant
des savoirs pas à l’État. À brèves échéances, de nouvelles
31,5 % réformes verront le jour. On peut citer la
création d’un opérateur national de la culture
scientifique, avec le regroupement de la Cité
des sciences et de l’industrie et du Palais
de la découverte. Plusieurs musées seront
Illustrations : Fotolia

Création
28,5 % transformés en établissements publics,
dont le domaine national du château de
DR

Source : projet de loi de finances 2009 Fontainebleau et le musée Picasso.

48 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


p51-53_Publi SAP 18/06/09 10:26 Page 49

PUBLI - REPORTAGE

La gestion du patrimoine
immobilier public

s
Il est loin le temps où les parcs domaniaux n’étaient

cu
focus
décrits et recensés que de façon sommaire, comme
si le caractère inaliénable et sacré des biens publics

fo
rendait ces derniers inaccessibles aux principes
de bonne gestion et d’optimisation.
SAP Real Estate Management
propose un éventail très complet
de fonctionnalités métier

Vincent Baillais/Lieu-dit
lié à l’immobilier :
GESTION LOCATIVE : gestion de contrats et partenaires
de ces contrats, facturations périodiques automatisées,
refacturations ponctuelles, avances et régularisation
de charges, révisions des contrats, gestion
des échéances, dépôts & cautions, fins de contrats…
GESTION DE SYNDIC : budgets, appels de fonds
et régularisations, trésorerie et bilan des copropriétés
ADMINISTRATION DE BIENS : gestion de portefeuilles,
répartitions
GESTION DE L’UTILISATION INTERNE : affectation
de locaux à des centres de coûts, gestion de la
disponibilité, de convention d’utilisation, de réservation
temporaire ou répétitive d’espaces et de locaux
GESTION ADMINISTRATIVE : archivage et lien
avec les documents électroniques, gestion d’alertes,
messagerie, lien avec gestion de plan, formulaires
préconfigurés pour la correspondance, workflows
de validation

Leader mondial des applications de gestion


d’entreprise et des outils décisionnels
depuis le rachat de Business Objects,
SAP est une entreprise européenne
qui accompagne quelque 2 500 institutions
a gestion immobilière est aujour- montrer l’exemple, comme l’avait déjà publiques dans le monde depuis plus

L d’hui un chantier emblématique


des réformes en cours dans
le secteur public. À la fois considérée
évoqué le rapport Tron en 2005 ? Per-
sonne, sauf quelques collectivités déjà
engagées dans cette voie, mais dont
de vingt-cinq ans.
En France, SAP a mis son expertise et ses solutions au
service du secteur public. Qu’il s’agisse de l’Assistance
publique des Hôpitaux de Paris, de l’Assemblée
comme un facteur de réduction des le nombre et les outils étaient restés nationale, de la marine, de la gendarmerie, de l’armée
dépenses publiques et de meilleure trans- jusque-là trop limités. de terre, de la justice, du ministère des Finances ou
des établissements publics comme le Cemagref, l’Ugap,
parence financière, la gestion immobilière Ainsi l’horizon de la gestion immobilière l’Unedic, le CNRS, l’ONF, l’IGN, l’AMUE, ou de la Ville
a désormais acquis ses lettres de noblesse s’est-il profondément transformé en de Paris et du conseil général de Seine-Saint-Denis…
dans le secteur public. Elle constituera quelques années : de la valorisation
très probablement un facteur de moder- de son parc immobilier à la création Contact :
nisation et d’enrichissement des systèmes d’une mission dédiée à l’optimisation Frédéric Massé
Responsable stratégie
d’information à court et moyen termes. de celui-ci (ex: opérations de cession), ou
et développement
Désormais, la mode est à la “gestion à l’émergence de France Domaine, l’État secteur public et santé
active” du patrimoine immobilier. Et qui s’est aujourd’hui doté de tous les moyens SAP France. frederic.masse@sap.com
mieux que les services de l’État pour nécessaires à une gestion active et opti-

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 49


p51-53_Publi SAP 18/06/09 10:26 Page 50

PUBLI - REPORTAGE

Interview - Frédéric Massé


Retour sur expérience.
Entretien avec Frédéric Massé,
responsable stratégie et
développement secteur public
et santé SAP France.

Pourquoi les systèmes


d’information sont-ils
au cœur de l’efficacité
publique ?
Améliorer l’efficacité des services
Nicolas Tavernier/RÉA

publics, offrir de nouveaux services


aux administrés et usagers ou encore
fournir aux élus et aux électeurs une
information optimale pour contrôler
et piloter l’exécution des politiques
publiques sont les préoccupations
quotidiennes des acteurs publics. misée de son patrimoine immobilier : en moine immobilier (enrichissement des
témoignent les opérations de cession déjà référentiels), mais ils devront surtout
Dans ce contexte, les solutions réalisées, ou la mise en œuvre des “loyers permettre de développer des outils de
SAP ont fait la démonstration budgétaires” qui ont durablement sensi- “gestion active”, par nature transverse à
de leur capacité à respecter bilisé les ministères à l’importance d’une tous les domaines de gestion (budgétaire,
les réglementations publiques. “bonne gestion” immobilière. financière, comptable, GRH, services
En outre, elles offrent tous les Mais au-delà des services de l’État, ce sont généraux, GRC…).
bénéfices d’une intégration technique toutes les collectivités publiques qui sont D’où des enjeux d’interopérabilité, de
ou seront concernées demain par la réno- flexibilité, et donc de mise à niveau des
garante de la pérennité du système
vation des outils de gestion immobilière. plates-formes technologiques (architec-
d’information et de la maîtrise de Car les enjeux ne se limitent pas à la tures SOA). D’où la nécessité de rempla-
son coût de possession et d’usage. recherche ponctuelle de recettes supplé- cer des outils traditionnels, qui, bien
Présent en France depuis près


de quinze ans auprès des opérateurs
des services publics, SAP propose SAP dispose d’outils adaptés et largement
aujourd’hui une gamme de solutions
éprouvés auprès de clients habitués à une gestion
Vincent Baillais/Lieu-dit

dédiées aux administrations


centrales, aux établissements immobilière dynamique.
publics, aux collectivités locales,
aux hôpitaux ou bien encore
au monde très particulier mentaires, ou à la réduction durable de qu’adaptés aux cadres réglementaires
certaines dépenses. Il s’agit bien plus existants, se révèlent parfois insuffisants
de la défense, pour
d’assurer le meilleur usage possible des pour répondre aux nouveaux enjeux de
les aider à relever les défis deniers publics en fournissant aux collec- la “gestion immobilière”.
auxquels ils doivent tivités des locaux adaptés, mieux entre- SAP dispose d’outils adaptés et largement
faire face. tenus et susceptibles de contribuer ainsi à éprouvés auprès de clients habitués à
une meilleure qualité du service public. une gestion immobilière dynamique. En
Les systèmes d’information ont naturel- cours d’analyse et de mise en œuvre
lement partie liée avec ces mouvements auprès de grands clients publics, ces outils
de réforme. Ils devront d’une part accom- seront peut-être les outils de demain
pagner la modernisation des outils de pour les collectivités publiques françaises.
recensement et de valorisation du patri- Nous en formulons le vœu.

50 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


p51-53_Publi SAP 18/06/09 10:26 Page 51

PUBLI - REPORTAGE

Un portail RH en self-services
La gendarmerie nationale L’objectif majeur du projet AGORH@ de la bien sûr un impact sur les prises de décision.”
gendarmerie nationale était de mettre en La gendarmerie savait qu’elle devait complè-
utilise SAP HCM pour gérer œuvre un système d’information intégré tement reconcevoir son système d’informa-
ses effectifs, du recrutement de gestion des ressources humaines et de tion pour supporter la simplification de ses
l’organisation qui soit à même de respecter processus RH ainsi que l’optimisation des
au suivi des carrières. les contraintes légales et réglementaires qui processus essentiels comme le recrutement
s’imposent à cette institution. ou le développement des carrières.
Le lieutenant-colonel Jarny, responsable Les raisons du choix de SAP par la gendar-
technique du projet de la gendarmerie, rap- merie nationale sont multiples. Pour le
vec une histoire remontant au XIVe

A

siècle, la gendarmerie nationale est
une force de police à statut militaire
chargée de missions judiciaires, de défense L’objectif majeur du projet AGORH@ était de mettre
et de sécurité intérieure. Le personnel de la
gendarmerie est composé de plus de
en œuvre un système d’information intégré de gestion


100 000 officiers, sous-officiers, gendarmes, des ressources humaines et de l’organisation.
civils et volontaires mais aussi de quelque
40 000 réservistes. Afin d’améliorer l’effica-
cité de ses processus de gestion des ressour-
ces humaines, la gendarmerie nationale a pelle : “Jusqu'à récemment, la gestion des per- lieutenant-colonel Jarny, les plus importan-
lancé un projet ambitieux qui l’a amenée à sonnels reposait sur des applications multi- tes sont les suivantes : “La solution SAP
choisir la solution de gestion du capital ples et décentralisées qui rendaient complexe HCM était celle qui correspondait le mieux
humain de SAP. la consolidation des informations ? Cela avait à la diversité et la complexité de nos processus
de gestion. Elle était en outre compatible avec
nos choix technologiques. La pérennité de
Idavisso/Fotolia

l’éditeur SAP nous a également rassurés.”


Aujourd’hui, plus de 4 000 gestionnaires
basés en France métropolitaine et outre-mer
utilisent l’application AGORH@. Le Portail
SAP permet en outre aux 100 000 gendarmes
de se connecter régulièrement aux self-servi-
ces mis à leur disposition. “Avec SAP, nous
avons toute la souplesse dont nous avons
besoin. De plus, nos personnels accèdent à un
système de gestion personnalisé qui les aide
à planifier au mieux leur carrière”, dit le
lieutenant-colonel Jarny.
Selon lui, le succès du projet est dû en
grande partie non seulement aux bonnes
relations entre la gendarmerie nationale et
ses partenaires, mais aussi à la forte colla-
boration entre les gestionnaires et les infor-
maticiens de la gendarmerie. “Il y avait
un sentiment de confiance et d’amitié entre
les membres du groupe projet, qui a évidem-
ment permis de simplifier et de renforcer mes
relations avec le directeur du projet”.
La gendarmerie nationale s’est, depuis,
attelée à étendre les services offerts par
l’application comme la gestion des réservis-
tes, des frais de mission ou encore des
recrutements.

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 51


LB_p50-52_Collectivités 19/06/09 12:16 Page 52

CHANTIERS

> COLLECTIVITÉS

5 questions sur
Clarification des compétences, simplification
des structures administratives et mise à plat
de la fiscalité locale. Tels sont les défis
de la réforme des collectivités. Qui passe
par cinq questions majeures.
e Premier ministre l’avait promis. Lors de son déplacement à

L Vannes en mai, il avait assuré qu’“un brouillon”, sorte de pré-


projet de réforme de l’organisation territoriale, sortirait cet
été. Cinq mois après la remise du rapport Balladur, les
commissions ad hoc, parlementaires et d’associations d’élus, ont mul-
tiplié les travaux, isolément parfois. Pour tenter de brosser à grands
traits la carte territoriale de demain et mettre fin à l’empilement des
structures, source de confusion et de complexité. Ce premier jet fera
l’objet d’une nouvelle concertation à l’issue de laquelle le gouverne-
ment entrera dans le détail via un projet de loi déposé à l’automne.
“Il est temps de décider et d’agir !” s’est exclamé en mai Dominique
Perben, chargé de porter la réforme auprès des élus sur le terrain.
Un engagement qui sera tenu au moins pour l’aspect financier,
puisque la suppression de la part investissements de la taxe pro-
fessionnelle, prévue pour 2010, sera incluse dans la prochaine loi
de finances, sauf surprise. Mais le consensus sur la réforme dans
son ensemble, “nécessaire” selon le qualificatif employé par
Michèle Alliot-Marie, reste encore à trouver.
Xavier Sidaner

> CONSEILS GÉNÉRAUX

Faut-il supprimer les départements ?


Photomontage : Éric Milos/Fotolia

Leur “fusion-absorption” par les “On ne peut pas supprimer directement Autre piste indirecte qui donne des
régions est envisageable. un échelon car il faudrait pour cela sueurs froides aux élus : la “fusion-
modifier la Constitution”, a déclaré à de absorption” des départements au profit
ujet ô combien polémique, la nombreuses reprises Claudy Lebreton, des régions. L’idée ? La création de

S question de l’avenir même des


départements semble aujour-
d’hui scellée. Cette institution, qui
président de l’Assemblée des départe-
ments de France. Celui-ci se veut tou-
tefois encore méfiant : “Il peut y avoir
conseillers territoriaux, qui siégeraient
à la fois aux conseils généraux et régio-
naux. “On peut imaginer qu’il s’agit
vient de fêter ses 219ans, devrait survi- des propositions subreptices pour suppri- d’une première étape avant la suppres-
vre à la réforme. Nul ne songe plus à les mer à terme un échelon”, pointe-t-il. sion de l’une ou l’autre des deux insti-
supprimer. L’opposition à cette idée Ainsi, si deux niveaux de collectivités, tutions”, avance André Vézinhet, prési-
lancée par la commission Attali a été les communes et les régions, gardent dent PS du conseil général de l’Hérault.
frontale et s’est muée en quasi-plébis- leur autonomie fiscale, les départe- Les élus des conseils généraux, souhai-
cite pour cette institution responsable ments n’auront plus aucune marge tent manifestement demeurer la pierre
des politiques sociales, au premier rang de manœuvre, puisqu’ils n’auront plus angulaire de la République décentra-
desquelles le RMI, remplacé par le RSA. de fiscalité. lisée. Seront-ils entendus ?

52 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


LB_p50-52_Collectivités 19/06/09 12:16 Page 53

CHANTIERS

le futur paysage territorial


> CONSEILS RÉGIONAUX
DES DÉPENSES
Est-il possible de réduire LOCALES CROISÉES
le nombre de régions ? Budgets annuels des collectivités françaises
par domaine d’intervention :
L’idée de décider les regroupements au niveau local est inacceptable pour nombre d’élus.

ertaines régions françaises sont moins régions et départements concernés, assorties ACTION SOCIALE
C peuplées que leurs homologues euro-
péennes et leur périmètre est parfois
contesté. L’objectif est de leur donner une
d’un avis favorable des conseils généraux des
départements de chaque région. Cette propo-
sition, on s’en doute, ne soulève pas l’enthou-
COMMUNES
DÉPARTEMENTS
5,3 milliards D’EUROS
29 milliards D’EUROS
taille critique, évaluée à 3 ou 4 millions d’ha- siasme côté région! “L’idée ne m’effleure même RÉGIONS 144 millions D’EUROS
bitants. Pour faciliter les regroupements, pas: ça ne se fera jamais”, a lancé Adrien Zeller,
même si “réunir deux régions pauvres ne crée président UMP de la région Alsace. L’Auver-
pas une région riche”, selon les mots d’Édouard gne et la Picardie ont aussi défendu le main-
AMÉNAGEMENT
Balladur, le comité propose de simplifier la tien de leur identité. L’idée est “à proscrire” COMMUNES 11 milliards D’EUROS
législation en prévoyant que suffira, dans les selon l’Association des régions de France
régions qui le souhaitent, soit l’assentiment (ARF), pour qui la politique politicienne sous-
DÉPARTEMENTS 4 milliards D’EUROS
des conseils régionaux, soit un référendum. tend cette proposition. “Le comité Balladur RÉGIONS 1,8 milliard D’EUROS
Dans le détail, modifier les limites des régions ne se départ pas de la volonté évidente de punir
n’exigerait plus le vote du Parlement. Seules les électeurs, et leurs élus locaux, de leurs choix CULTURE, JEUNESSE
suffiraient les délibérations concordantes des lors des scrutins de 2004 et 2008”, conclut l’ARF.
COMMUNES 8,9 milliards D’EUROS
> MAIRIES DÉPARTEMENTS 2,1 milliards D’EUROS
RÉGIONS 900 millions D’EUROS
Peut-on toucher aux communes ?
DÉVELOPPEMENT
Ancrées dans le quotidien des Français, à relever le défi de la création de la commune
les mairies paraissent intouchables. du XXIe siècle”. Le rapport souligne la nécessité,
ÉCONOMIQUE
La structure administrative pourrait avant d’y parvenir, de faire en sorte que les COMMUNES 1,3 milliard D’EUROS
néanmoins être renouvelée. intercommunalités se transforment en com-
DÉPARTEMENTS 1,8 milliard D’EUROS
munes de plein exercice, “fortes, et en nombre
l’unanimité, les membres de la mission raisonnable”. Et propose que les aides à l’inté- RÉGIONS 1,8 milliard D’EUROS

À sénatoriale ont considéré la commune


comme le socle de l’organisation locale.
“Nous connaissons tous l’attachement fonda-
gration soient redéployées en faveur des inter-
communalités, qu’une date butoir soit fixée
par la loi pour l’attribution de ces aides et que,
ENSEIGNEMENT
mental de nos concitoyens à leur commune, passé ce délai, ces aides soient gelées. COMMUNES 6,1 milliards D’EUROS
dont les élus savent écouter et prendre en compte DÉPARTEMENTS 4,7 milliards D’EUROS
les besoins”, ont-ils expliqué. Et le sénateur Commune nouvelle RÉGIONS 5,1 milliards D’EUROS
socialiste Pierre-Yves Collombat d’ajouter : Resterait la délicate question de la perte de la
“Supprimer les petites communes ne suppri- clause de compétence générale induite par ce
merait pas les problèmes qu’elles gèrent au mouvement. Le comité Balladur souhaite la TRANSPORTS
quotidien à un coût minimum.” conserver mais uniquement au bénéfice d’une
La proposition de supprimer les communes collectivité locale dénommée “commune COMMUNES 259 millions D’EUROS
ne figure d’ailleurs pas noir sur blanc dans le nouvelle”. Impensable pour beaucoup d’élus : DÉPARTEMENTS 8,8 milliards D’EUROS
rapport Balladur. Ce qui ne l’empêche pas “La commune, collectivité territoriale de plein RÉGIONS 5,9 milliards D’EUROS
de souligner que “les pouvoirs publics auraient exercice, doit nécessairement détenir la clause Source : rapport du comité Balladur
en tout état de cause, à échéance rapprochée, générale de compétence.” pour la réforme des collectivités locales

Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009 53


LB_p50-52_Collectivités 19/06/09 12:16 Page 54

CHANTIERS

> AMÉNAGEMENT Fiscalité locale: ce que prône


Faut-il créer le comité Balladur
des métropoles ? Maîtriser la dépense locale
À l’image de l’objectif national des dépenses
Pour donner une impulsion aux communautés d’assurance-maladie (Ondam), le comité
urbaines, le comité Balladur propose propose de débattre d’un objectif national
la création de 11 métropoles. Auxquelles d’évolution de la dépense locale. Ce débat
s’ajoutera le “Grand Paris”. serait alimenté par le constat dressé par une
instance ad hoc, sous le contrôle du Parlement.

’idée est apparue au cours des réunions du comité OBSTACLE : les élus jugent ce procédé

L Balladur qui a pris en compte la reconnaissance du


fait métropolitain du XXIe siècle. Pour donner une
impulsion nouvelle aux communautés urbaines les plus
contraire à la libre administration.

Moderniser l’assiette
des impôts directs locaux
peuplées et les plus importantes, le comité recommande
que soient créées 11 “métropoles” à statut particulier La réévaluation des bases locatives, compte tenu
dès 2014. Ces entités bénéficieraient de l’ensemble des de leur obsolescence, est une nécessité absolue,
reconnaît le comité Balladur. Il recommande de
compétences reconnues aux communes et de la clause mettre en place un système d’évaluation périodique
générale de compétence. De plus, elles exerceraient, et automatique des bases locatives, afin que, dans
par attribution de la loi, la totalité des compétences quelques années, la question ne se pose pas à nouveau.
départementales. PROBLÈME : éviter une trop grande fluctuation
des ressources pour les collectivités.
Le Grand Paris à part
Si ces métropoles voyaient le jour, ce sont quelque Réformer la taxe professionnelle
7,5 millions de personnes qui seraient englobées dans ces Le comité ne propose pas une réforme clés en main de la
“villes nouvelles”. Jacques Pélissard, président de taxation des entreprises pour compenser la suppression
l’Association des maires de France, a toutefois mis en de la part sur investissements nouveaux de la taxe
garde contre “une dilution des communes” dans le cadre professionnelle décidée pour 2010. Il énonce quelques
pistes “propres” qui pourraient venir en supplément
de la création de grandes métropoles. Tout en reconnais-
Hounsfield-Pool/SIPA

des dotations budgétaires.


sant que les 5 grandes conurbations millionnaires
DIFFICULTÉ : ne pas rompre le lien entre
devraient voir leurs compétences renforcées. La mission
l’entreprise et la collectivité.
sénatoriale s’est pour sa part opposée “à ce que les
communes membres des métropoles deviennent de simples Spécialiser les impôts locaux
personnes morales”. Quant à la capitale, elle ne se Le comité s’est attaché à dénombrer les niveaux
verrait pas attribuer cette qualité de “métropole” d’imposition en fonction des réformes de structures
mais revêtirait un statut particulier de “Grand Paris” proposées. Le but étant que chaque niveau de collectivité
qui reste à déterminer. puisse fixer librement le taux d’au moins une imposition.
ENJEU : conserver un système de péréquation.

> CLAUSE GÉNÉRALE

Comment clarifier les compétences des régions


et des départements ?
La suppression de la clause générale Yves Jégo et Alain Marleix. Elle n’est pourtant des compétences aux différentes catégories de
de compétence devra surmonter “ni une nécessité ni une opportunité”, a souli- collectivités locales, tout en développant les
l’opposition de nombreux élus. gné dans un avis dissident Michel Verpeaux, mécanismes de délégation de compétences
membre du comité Balladur. d’un échelon à l’autre, pour conserver un
fficiellement, le comité Balladur pro- “Nous revendiquons le maintien de la clause maximum de souplesse.

O pose que les départements et les régions


ne puissent intervenir que dans les
domaines de compétences que la loi leur attri-
générale de compétence. Il en va de notre liber-
té, de nos choix politiques qui doivent tenir
compte des attentes de nos territoires”, a déclaré
Mais, attention, le comité reconnaît que la
clarification des compétences suppose qu’au
préalable, soit résolue la question autrement
bue. Histoire de limiter les excès des finance- Claudy Lebreton, président de l’ADF. La sup- délicate des structures de l’administration
ments croisés. Cette suppression est appuyée pression de la clause, si elle était néanmoins territoriale. La spécialisation des compétences
par trois secrétaires d’État, Roger Karoutchi, décidée, s’accompagnerait d’une réattribution n’est donc pas pour tout de suite.

54 Acteurs publics numéro spécial - juin-juillet 2009


ACTEURS_PUBLICS_230x300.indd 1 18/06/09 11:31:28
[18 juin 2009, 11H42] ACTEURS_PUB_001.4A1HRR.pdf