s

e
h
c
n
Avra magazine
Retrouvez toute l’a
ctualité sur :

www.avranches.fr

2016

e
é
n
n
a
e
l
l
e
b
e
un
normande !

Vœux aux Avranchinais
le 13 janvier à 18h
salle Victor Hugo

no7
ja n
fev
mar

2016

sommaire

ET AUSSI...
DOSSIER SPÉCIAL  :

En route
vers plus de
mobilité !
p.4-p.11

Vie associative
« Les bases de la Maison des associations sont jetées ! » ........... p. 14
Valorisation patrimoine
Quand la revalorisation du patrimoine urbain crée du lien social
.............................................. p. 15
Histoire
Hommage à Fernand Le Prieur,
Maire d’Avranches 1983-1989
.............................................. p. 16
Recensement
Cette année, c’est le recensement !
21 janvier au 20 février 2016.
.............................................. p. 17

CONTRAT DE VILLE

Ils changent
la Turfaudière !

ET RETROUVEZ
NOS RUBRIQUES
HABITUELLES :

p.12-13

Sports ................................... p. 22
Nouveaux commerces .......... p. 26
Les grands chantiers 2015-2016
.............................................. p. 24
Agenda.................................. p. 28
ÉCONOMIE

Les visages de
notre économie
p.16-19

EN COUVERTURE
Joseph Le Dieu,
un Avranchinais à la fondation Taylor à Paris
Exposition du 7 au 30 janvier 2016.
Du 7 au 30 janvier 2016, la fondation Taylor
à Paris accueille une superbe exposition de
cent trente neuf dessins, réalisés entre 1845
et 1876 par Joseph Le Dieu, un notable
d’Avranches, qui s’est attaché à représenter
de manière extrêmement minutieuse les sites et
des monuments remarquables du sud-Manche.

Cette exposition organisée grâce aux propriétaires des dessins, avec le soutien de la Ville
d’Avranches, de la commune de Saint-Pair-surMer et la communauté de communes Granville
Terre & Mer, est une occasion de faire rayonner
notre territoire, le Pays du Mont Saint-Michel, bien
au-delà des frontières de la Normandie.
Légende de la couverture :
Avranches vue depuis la rive droite de la Sée
à Saint-Jean-de-la-Haize, 1873.

L’ALBUM AVRANCHINAIS :
Retrouvez les temps forts de
notre ville en images

Directeur de la publication : David Nicolas
Rédaction, reportages : Stéphanie Brault,
conseil municipal, service communication
Crédits photo : Stéphanie Brault, Hervé Schmoor,
Jean-Louis Rault, Site du Scriptorial, Avranches
Infos, La Gazette de la Manche, Ouest France,
Athlétic Club Avranches
Conception graphique et mise en page : ad.hoc
Impression : Imprimerie Moderne
Imprim’Vert & PEFC : deux labels qui garantissent
le bon respect de l’environnement
Tirage : 5300 exemplaires
Mairie d’Avranches
Place Littré - BP 238, 50302 Avranches Cédex
Tél : 02 33 89 29 40 - Fax : 02 33 58 17 90
Mail : communication@avranches.fr

www.avranches.fr
Retrouvez-nous
sur Facebook

Une question,
un commentaire ?

Chers concitoyens,
Depuis le 1er janvier, la Normandie est enfin unifiée ;
plus de mille ans après la création du duché normand,
ce territoire historique et culturel doté d’une forte identité reprend corps ! Toutefois, un vaste chantier attend
les Normands qui devront faire de leur région un territoire qui rayonne à l’échelle nationale et internationale,
un territoire porteur de valeurs d’audace et d’innovation, d’ouverture au monde et d’intégration culturelle.
Avranches s’engage dès cette année dans cet élan
régional en soutenant diverses initiatives locales et
régionales ; à titre d’exemple, Avranches sera présente à Paris ce mois de janvier avec l’exposition des
dessins de Joseph Le Dieu, dessinateur avranchinais
du XIXème siècle, à la fondation Taylor à Paris. C’est là
une belle façon de faire connaître les trésors du pays
du Mont Saint-Michel, en Normandie, au-delà des
limites de notre région.
2016 sera aussi l’année de la mobilité avec la mise en
accessibilité des espaces publics, avec une attention
particulière portée aux besoins des séniors, et aux
équipements sportifs comme le stade René Fenouillère
et la salle de la Chaussonnière afin de faciliter leur
usage par nos clubs et nos établissements scolaires.
L’amélioration de l’accessibilité sera également
numérique, avec le développement de divers projets
présentés dans ce magazine.
Le 13 janvier, je vous convie à la traditionnelle cérémonie des vœux qui se tiendra, à 18 heures, à la salle Victor
Hugo ; ce moment privilégié sera l’occasion d’évoquer
dans le détail ce dont sera fait 2016, une belle année
normande à coup sûr ! Laissez-moi vous souhaiter une
bonne année, faite de beaux moments de convivialité,
dans vos cercles familiaux, amicaux et associatifs.
David NICOLAS,
maire d’Avranches

avranches_magazine
@avranches.fr
3

dossier spé
cial

Transports

LE MINIBUS MUNICIPAL :
PLUS DE MOBILITÉ
POUR NOS SÉNIORS
Pour mieux répondre au besoin de
déplacements de nos aînés, la Ville, dans
le cadre de sa politique sociale, a écouté
leurs attentes pour améliorer le dispositif
du minibus municipal, rebaptisé
« SéeBus ».

Les atouts mobilité pour Avranches ?
Plus de mobilité solidaire, avec le
minibus municipal pour une meilleure
mobilité des séniors et des plus
fragiles. Plus de fluidité dans
notre accès au numérique,
des usages multipliés, avec
le déploiement de la fibre
dans notre ville dès 2017, et
ses potentiels de solutions pour
une identité normande revitalisée.
Un objectif : le plan accessibilité à
l’horizon 2020.

L

a mobilité est au cœur de la qualité de
vie de chacun. Cheminer dans notre
espace urbain comme on le souhaite,
dans le respect de l’environnement et de sa
santé est essentiel pour tous. Mais la mobilité
va bien au-delà  : elle pose également la question de l’accessibilité
universelle à la ville, une question d’équité citoyenne. Elle parle
également de notre accès à un espace virtuel, donc numérique,
terrain de tous les possibles en matière de solutions culturelles qui
renforceront l’identité de notre chère Avranches. Le vieillissement
de notre population avranchinaise demande lui aussi de refaçonner
l’organisation de notre ville. Quand la notion de « ville intelligente »
est sur toutes les lèvres, la mobilité doit se faire citoyenne tout autant
que technologique pour permettre à chacun de participer à la vie
locale. La mobilité en ville doit être redessinée pour une accessibilité
faite de services et d’usages numériques pour tous.

4

Si la compétence des transports appartient à la
communauté de communes Avranches MontSaint-Michel, le dispositif du minibus municipal
est du ressort du Centre Communal d’Action
Sociale d’Avranches. Thierry Pennec, adjoint
aux affaires sociales rappelle : « Si ce dispositif
existe et vit, c’est grâce au CCAS. C’est notre
vocation d’offrir aux séniors et aux personnes
bénéficiaires de minima sociaux qui n’ont pas
de véhicules, un déplacement gratuit sur le
territoire d’Avranches ». L’ancien fonctionnement
de ce minibus de 19 places était loin de faire
l’unanimité : « C’était un bus qui n’avait pas de
visibilité, tournait à minima, avec des arrêts
qui changeaient souvent ; il ne desservait que
quelques lieux excentrés de la ville, comme le
cimetière, l’hôpital ou la maison de retraite du
Motté ». Il était temps donc de repenser le dispositif.

« LE MINIBUS, TOUT
EN FAVORISANT UNE
MEILLEURE MOBILITÉ,
APPORTERA LE LIEN
SOCIAL, QUI EST VITAL »
L’analyse des besoins sociaux finalisée en 2015 et
les « rencontres sourires » menées de mars à mai
2015 ont permis de faire apparaître les grandes
problématiques auxquelles devront faire face nos
séniors dans les prochaines années.

Au vieillissement de la population – en 2017, 32 %
de la population avranchinaise aura plus de 60 ans,
et 36% en 2020 – s’ajoute parfois une précarité croissante, avec en conséquence, un grand isolement.
Thierry Pennec explique : « Ce dispositif permettra d’apporter une première réponse à ces
problèmes. Le minibus, tout en favorisant une
meilleure mobilité, apportera le lien social qui
est vital ». Et le développement durable n’est pas
en reste : l’utilisation de ce transport collectif
permettra également de limiter les émissions de
gaz à effet de serre.

« LA DÉMARCHE
PARTICIPATIVE AMÈNE
DE VRAIES SOLUTIONS »
Pour rester autonome le plus
longtemps possible, il est fondamental
de pouvoir se déplacer où on le souhaite. C’est
cette attente qui a été entendue. « Lors de ces
rencontres sourires, et pendant le festival
citoyen du 18 octobre, nous avons pu écouter
leurs souhaits, et discuter avec eux pour
construire ensemble ce nouveau parcours,
tout comme le choix du nom du minibus. Ce
sont ces moments de démocratie participative
qui amènent des vraies solutions et nous
l’espérons une meilleure appropriation de ce
dispositif par les habitants. »
5

dossier spé
cial

Unité normande

COMMENT (RE)FORGER
NOTRE IDENTITÉ ?

SÉEBUS,
UN DISPOSITIF ÉTENDU
SUR LE TERRITOIRE

QUI PEUT EN BÉNÉFICIER
ET COMMENT ?
Ce service gratuit s’adresse aux plus de 65 ans et
aux personnes bénéficiaires des minima sociaux.
A partir du 4 janvier, vous devrez faire la demande
d’une carte nominative auprès du CCAS (24 place
du Marché) muni d’une pièce et photo d’identité et
justificatif de domicile, à titre permanent pour les
personnes de plus de 65 ans ; carte à durée limitée
pour les moins de 65 ans (avec notification AAH ou
pension invalidité ou RSA ou ASSEDIC).

Si le minibus desservait sporadiquement les
communes de Saint-Jean-de-la-Haize et Marceyles-Grèves, la collaboration entre les communes
a été renforcée. Thierry Pennec souligne : « Une
convention de partenariat avec les communes
de Saint-Jean-de-la-Haize et Marcey-lesGrèves a été signée, précisant que chacune
d’elle s’engage pour une participation de 500
euros annuels. Nous nous réjouissons de
pouvoir travailler ensemble sur un sujet aussi
important pour notre territoire ». Chaque arrêt
sera matérialisé au sol et les horaires affichés.

CE QUI A CHANGÉ
Depuis début janvier 2016, en plus du mardi et
vendredi, le minibus circule à présent le lundi,
pendant toute l’année, sauf jours fériés, et
empruntera un circuit à des horaires définis.
Des arrêts supplémentaires
s’ajoutent à ceux existants :
- le centre Saint Paul
- la place Patton
- le jardin des plantes
- la place du Marché
- la rue de Dunkerque…

6

Minibus, Phaeton ou Manéo :
pour en savoir plus sur les transports à votre disposition :
avranches.fr ou contactez l’Office du tourisme
au 02 33 58 00 22.

À l’heure d’une Normandie unifiée,
notre cité, au cœur du Pays du MontSaint-Michel doit consolider son identité
culturelle. La Ville soutient la création
d’une coopérative pour imaginer des
solutions numériques et des produits
culturels innovants pour Avranches.

La Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC)
des « Forges du Millénaire Normand » qui
s’établira prochainement à Avranches permettra de
travailler de manière collaborative à la valorisation
de notre héritage culturel et identitaire grâce aux
nouvelles technologies. Christophe Bonneterre,
co-fondateur de la SCIC explique comment
l’extraordinaire potentiel de notre territoire peut être
révélé par de nouveaux usages : « L’existence du
Scriptorial et la proximité du Mont-Saint-Michel
permettent d’imaginer quantité d’opérations
de promotion et de découvertes aux travers
des nouvelles technologies : applications en
réalité augmentée, reconstitutions 3D, visites
virtuelles... ». La Ville - qui pourrait investir 11.000
euros dans le capital de la société - croit en la
pertinence de ce dialogue technologique et
patrimonial.

Le scriptorial dont le
dispositif multimédia date de 10 ans
devrait prendre une nouvelle dimension avec
les solutions de visite innovantes proposées par les Forges
du Millénaire normand.

Pour David Nicolas, maire d’Avranches  : « À nous
d’explorer de nouveaux univers, dans l’esprit de
la renaissance culturelle qu’ont connu et initié,
mille ans auparavant, les moines copistes et enlumineurs ». D’autant qu’Avranches et la Manche,
dans le redécoupage de la nouvelle carte des
régions, ont une belle carte à jouer.
Pourquoi une SCIC ? En tant qu’acteur clef de
l’économie solidaire, une société coopérative d’intérêt
collectif offre une gouvernance partagée à tous ses
associés, qu’ils soient entrepreneurs, particuliers ou
collectivité.
La SCIC forgera aussi des emplois : Un de ses
grands objectifs est de créer des emplois d’avenir,
répondant aux enjeux de demain, en matière
d’insertion par l’économie. Il s’agit de former jusqu’à
quarante personnes autour d’un projet territorial fort.
La création d’une solution dédiée à une collectivité
territoriale est l’occasion pour les demandeurs
d’emploi, les bénéficiaires RSA, et les 16-25 ans de
participer à son élaboration et à sa production.

QUELS PROJETS INNOVANTS POUR AVRANCHES ?
Quelques pistes de projets que
la SCIC développera autour de
notre ville, capitale culturelle
et historique du pays du MontSaint-Michel :
- le renouveau numérique et
médiatique du Scriptorial,
- un patrimoine et une culture
connectée, au travers de
parcours numériques,

- la création d’un portail Web
patrimonial normand (avec un
webzine pour faire circuler l’info
normande, une chaîne Web, etc.),
- l’animation d’un espace de
co-working type « Zoé 1 » à
Avranches,
-l’organisation de manifestations
et festival autour des manuscrits
et de l’imagerie médiévale,

- l’offre de TAP aux écoles
d’Avranches, pour découvrir l’art
numérique,
- la possibilité pour les élus
locaux, de participer à la
création d’un nouveau modèle
économique et social sur leur
territoire, et au service de leurs
administrés.
1 Ou Zone Numérique Effervescente crée par
Manche Numérique. Voir notre article sur la
Fibre p.10-11

7

dossier spé
cial

2016 : NOS PREMIERS PAS
VERS L’ACCESSIBILITÉ...

LES ERP CONCERNÉS POUR 2016
Ce sont donc les ERP les plus fréquentés et
les plus importants qui seront prioritaires :
- L’École Maupassant et une partie de la mairie pour 50 000 € (2015)
- Les Écoles PMF, Parisy et Prévert
- Le centre multiservice, le centre de loisirs 3-6 ans
- La salle Victor Hugo et la salle Ernest Lenoël (place du Marché)
Viendront en 2017 : le Scriptorial, le foyer Commandant Bindel, la
salle de la Chausonnière, la salle Fenouillère, le point rencontre
Molière, la basilique Saint-Gervais, l’église Notre-Dame-desChamps, le haras et le stade René Fenouillère.

Avranches est prête à relever le défi de
l’accessibilité, qui concerne chacun d’entre
nous, avec la mise en oeuvre d’un plan
jusqu’en 2020. Ce qui nous attend pour
2016, avec Alain Atlan, conseiller municipal
délégué accessibilité et handicap.

Alain Atlan

© Hervé Schmoor

2015 aura été marquée par les commissions sur
l’accessibilité et l’étude nécessaire de l’existant, et
surtout par l’apparition d’un poste supplémentaire
de dépenses qui n’existait pas auparavant. 2016
sera l’année de la mise en route des premiers
chantiers, avec une liste des priorités pour les
travaux. Il était plus que temps de réagir selon
Alain Atlan : « Il y a une exaspération et en même
temps une forme de résignation de « la majorité
silencieuse » dans un contexte global, et j’ai
envie de les entendre. Le manque d’accessibilité
est trop ancré dans notre quotidien ».
L’AD’AP est un message fort envoyé
à tous les citoyens
L’accessibilité est pavée de bonnes intentions. La
mise en application de la Loi 2005 qui prévoyait
une mise en accessibilité des ERP (Établissement
Recevant du Public) pour janvier 2015 était un
échec. Pour Alain Atlan : « Elle était, dans la plupart des cas, tout à fait réalisable aussi bien dans
le public que dans le privé ! ». Voilà maintenant que
les AD’AP (ou Agenda d’Accessibilité Programmés)
donnent un délai supplémentaire : pour notre ville
le calendrier sera étalé jusqu’en 2020. C’est ce
qu’espère Alain Atlan : « Enfin, nous allons tout
faire pour ». Est-ce le tournant tant attendu ?
Pour le conseiller municipal, c’est un premier pas :
« Suite au bilan catastrophique de l’accessibilité,
cet acte administratif détermine enfin un calendrier, et surtout la volonté de s’y mettre vraiment.
Et puis c’est un message fort, puisque l’on se
préoccupe de la population au sens large ». Et
d’insister sur cette notion d’accessibilité universelle,
pour lui primordiale : « Il fallait que la Ville prenne
en compte tous les citoyens, et pas seulement
les personnes handicapées ».
8

« L’ACCESSIBILITÉ N’EST PAS
RÉSERVÉE AUX PERSONNES
EN FAUTEUIL ROULANT »
Jusqu’à présent, ce qui était pris en compte, c’est
surtout le handicap « visible », principalement
dans sa dimension « handicap moteur ». C’est
ce que veut absolument préciser Alain Atlan :
« L’accessibilité n’est pas réservée aux personnes en fauteuil roulant  ». Il explique : « La
Loi 2005 stipule pour « l’égalité des droits et
des chances, la participation et la citoyenneté
des personnes handicapées » mais il faudrait
ajouter « ... et des autres » ! L’accessibilité, a
été prise à l’envers. Je lui préfère l’universalité
qui inclut les personnes handicapées. Cela fait
partie du « vivre-ensemble ». Allant jusqu’à récuser le terme d’accessibilité, sans doute trop englué
dans ses contraintes : « je préfère les notions
de prise en compte ou d’adaptation, c’est
une ouverture très large qui bénéfice à tous.
Prenons l’exemple d’une rampe d’accès, c’est
pour les poussettes, les valises, les chariots,
les trottinettes, les caddies de marché... C’est
une dépense certes, mais cela reste un investissement nécessaire qui profite à tous !».

C’EST QUOI ÇA... L’AD’AP ?
L’Agenda d’Accessibilité Programmée
est un nouveau dispositif simplifié
permettant une mise en œuvre
pragmatique de l’objectif de la loi de 2005
sur trois ans maximum : il précise la
nature et le coût des travaux nécessaires
à la mise en accessibilité du commerce,
du cabinet ou de l’établissement.

Si les normes accessibilité évoluent sans cesse
(en plus restrictif ou plus souple, comme toutes les
autres normes : sécurité-incendie, énergétiques,
sanitaires), on peut se réjouir que la notion
d’accessibilité soit élargie au parcours de la
personne handicapée. La loi 2005 s’est ouverte à
toute diminution des capacités : qu’elle soit motrice,
visuelle, auditive, cognitive ou mentale, et à la
fragilité des enfants et des personnes âgées.

Alain Atlan souligne : « On peut aussi avoir un
souci de santé sans pour autant qu’il soit
considéré comme handicap ». Sans oublier la
dimension sociale : le handicap lié à des difficultés
financières ou relationnelles.
La notion de handicap s’élargit et devient plus
juste, car il peut à tout moment faire partie de
notre vie. L’accessibilité se pare d’une notion
d’égalité d’accès citoyenne. Par exemple, le
droit à l’information est fondamental, on parle
dans ce cas, d’’accessibilité numérique pour
les déficiences autres que moteur. Il s’agit de
permettre à chacun d’être un citoyen à part
entière, de vivre pleinement la ville. L’accessibilité,
au même titre que la santé, doit être considérée
comme un acquis social. Ne serait-elle pas
finalement une question de solidarité ?

Plan pour
l’accessibilité
2015-2020 :

ce qu’il faut
retenir
- Objectif : réalisation des
travaux et aménagements
des ERP pour 2020
- 50 000 € en 2015
- Environ 100 000 € chaque
année jusqu’en 2020
- Au total 550 000 €
de budget
9

dossier spé
cial

LA FIBRE, POUR TOUS...
Quels usages et quels enjeux ?

Après l’ADSL qui date déjà de 10 ans, le Wifi
MiMo pour les zones rurales, la fibre est la
révolution numérique de demain... qui se
construit dès aujourd’hui. À Avranches,
la fibre constitue le défi de demain à relever
pour notre collectivité et nos entreprises !
Qu’apportera-t-elle en matière d’innovation
pour chacun d’entre nous ? Bilan avec
Florent Lesauvage, Chef de projets
à Manche Numérique.

Avranches Magazine : Quels sont les
avantages de la fibre optique ?
Florent Lesauvage : La fibre optique est insensible
aux perturbations électromagnétiques et à la
distance. Concrètement, les usagers pourront surfer
sur internet à très haut débit (jusqu’à 1 gigabit par
seconde). La qualité de connexion est améliorée :
elle est plus rapide, mais aussi plus fiable.

ou le social et la santé (visio-relais de service
public, Manche Santé). Ces avantages offrent
toute une batterie de nouveaux usages, comme
celui de la visio-conférence de haute définition,
avec une qualité tant du point de vue de l’image
que du son, sans coupures, le lot quotidien de
ceux qui utilisent Skype. Pour la manche, enclavée entre Rennes et Caen, et proche de Paris,
c’est très pratique pour une heure
de rendez-vous. Sans oublier la sauvegarde et le stockage des données
sur un réseau distant et partagé.

A.M. : En quoi est-ce le grand
défi de demain ? Pour les
collectivités, les entreprises
et chacun d’entre nous ?
F.L. : Les avantages sont nombreux
A.M. : Les espaces de coworking (ou
pour une collectivité, comme pour
espaces collaboratifs) se multiplient
toute entreprise. Il leur faut des débits
en France et dans notre départetrès importants pour rester au cœur de
ment. De quoi s’agit-il ?
Florent Lesauvage
la compétitivité ; pour les collectivités,
F.L. : Ces espaces de travail ouverts et
elles doivent suivre la voie de la dématérialisation
conviviaux facilitent les échanges de compétences,
(des actes administratifs, de la chaîne comptable,
les partenariats, la créativité et l’émergence de
la mise en place de la signature électronique, etc.),
projets communs. Il existe cinq espaces Espaces
puisque dans les années à venir, elles s’acheminent
Numériques Entreprises (ENE) du programme Zoé
vers le 0 papier. Le flux doit être fiabilisé. Pour
(ou Zone numérique effervescente) : à Canisy
chacun, la possibilité de travailler sur des fichiers
(locaux de la communauté de communes de
de plus en plus volumineux, et d’obtenir ainsi une
Canisy), à Cherbourg (Centre René Lebas), à
meilleure fluidité dans le travail.
Isigny-le-Buat : (salle communale), à Saint-PairSur-Mer (à la pépinière d’entreprises), à Saint-Lô
(zone Neptune)... et bientôt à Avranches, nous
A.M. : Concrètement quels seront
espérons pour la rentrée 2016. .
ces nouveaux usages ?
F.L. : Ils touchent de nombreux secteurs d’activiFlorent Lesauvage
tés comme l’enseignement et la formation (réseau
tél. : 02 33 77 83 60
de visioconférence, espaces publics numériques)
ou florent.lesauvage@manchenumerique.fr
10

LE NUMÉRIQUE PEUT TRANSFORMER
NOTRE RURALITÉ EN FORCE
La fibre optique, c’est le réseau du 21e siècle ! C’est un formidable
levier de croissance, surtout dans un contexte économique difficile.
Touchant tous les secteurs, elle représente un enjeu très fort pour la
Manche et pour Avranches. Nous ne pourrons développer les usages
et les services, tout comme notre collectivité et nos entreprises sans
un réseau de fibre optique national. Dans la manche, nous sommes
à l’avant-garde.

DÉPLOIEMENT DE LA FIBRE À
AVRANCHES ET AUTOUR D’AVRANCHES

Courant
second
semestre
2017

Courant
premier
semestre
2018

Courant
premier
semestre
2018

Courant
premier
semestre
2017
Courant
second
semestre
2017

Courant
premier
semestre
2017
Courant premier
semestre 2018
Fin 2018 /
début 2019

Le point bleu est le possible lieu d’un point de mutualisation des fibres.
Mais cet emplacement n’est pas encore défini.

C’EST QUOI DÉJÀ
LA FIBRE ?
Un fil de verre très fin
qui permet d’échanger
de grandes quantités de
données quasiment à
la vitesse de la lumière.
Actuellement, la majorité
des Avranchinais reçoivent
internet en haut débit par
le réseau en cuivre (ADSL)
avec un débit moyen de
2 mégabits par seconde.
Avec la fibre optique,
c’est l’internet très haute
couture et très haute allure
qui débarque, avec un
débit 100 fois supérieur à
l’ADSL.

LE RÔLE DE
MANCHE
NUMÉRIQUE ?

Créée en 2004 à l’initiative
du Conseil général et
avec les communautés de
communes de la Manche,
cette structure est
chargée du déploiement
des infrastructures de
télécommunication de
haut et très haut débit.
Elle comprend deux pôles,
celui du déploiement des
infrastructures des réseaux
et celui du développement
des usages.
11

contrat de v
ille

Ils changent
la Turfaudière !
Quand notre quartier de la TurfaudièreMermoz, dévalorisé et enclavé,
se réveille sous l’action de projets qui
font sens pour ses habitants et pour
toute la ville  !

La Turfaudière, comme une île où il fait bon vivre, révèle
ses trésors sous l’œil d’Hervé Schmoor et de Sylvie Levasseur.
Rencontres, regards croisés et confidences forgent des portraits
inattendus et plein de surprises, aux confins de la ville. Identifié
comme quartier prioritaire, la Turfaudière donne à entendre ses
sons de cloches, singuliers et pluriels, dans leur documentaire
en cours de réalisation. Des mémoires qui s’expriment, des
avenirs qui se dessinent, des actions qui se mènent dans la joie
et la bonne humeur : autant de musiques marquées d’humanité
et de responsabilité. Le film se construit au rythme des paroles,
captations d’images, vues du ciel et d’intérieurs, sur cette île aux
mouvements doux et bienveillants qui vous ouvre ses portes, bientôt !
Citron d’Or Film : 06 76 11 03 81

Dans le cadre du laboratoire des territoires
2015, La Maison de l’architecture de BasseNormandie a choisi les architectes Etienne
Delprat, Yassine Elkherfih et Audrey Moizo pour
une « résidence » afin de permettre aux habitants de redécouvrir, de s’approprier et de se
projeter sur leur quartier.
Avranches Magazine : Quelle est la vocation
de votre collectif YA+K ?
Audrey Moizo : YA+K réunit des architectes, urbanistes, designers et artistes plasticiens qui sont dans
le « faire » : « faire » avec les habitants ou avec des
regroupements d’habitants (associations ou jeunes
qui se regroupent en autogestion). L’idée c’est de
participer à améliorer le quotidien, par exemple les
équipements d’un espace public mais pas seulement.
A. M. : L’objectif de cette résidence est de permettre une rencontre entre les habitants et un
territoire... comment allez vous la favoriser ?
A. M. : Le processus c’est de démontrer aux
habitants les atouts et les potentiels de leur territoire,
de rencontrer tous les acteurs locaux, et de
réfléchir ensemble à un projet... La forme n’est pas
définie, puisqu’elle dépendra des besoins et des
observations. Cela peut être un film, une exposition
interactive, de la production de mobilier pour un
espace public qui répond à des besoins spécifiques.
Le but est de produire avec les habitants.
A.M. : Comment vont s’organiser ces
six semaines en immersion ?
A.M. : En décembre, nous avons rencontré pendant
une semaine une grande partie des interlocuteurs :
12

Les trois architectes qui reviendront en janvier pour trouver
avec les habitants comment accompagner la mutation du
quartier.

habitants, élus et coordinatrice du Contrat de Ville,
les enseignants du Collège la Chaussonnière.
Nous revenons en janvier, du 11 au 23, suite à
tous ces échanges, pour trouver un un fil directeur et voir comment nous pouvons intervenir sur
le quartier... puis la réalisation en elle-même avec
trois semaines de production sur le territoire du 22
février au 13 mars 2016.
A.M. : Sous quelle forme pourrait se
restituer une telle résidence ?
A.M. : Nous verrons pour la restitution finale selon
les éléments produits1, mais nous pouvons imaginer
une restitution classique comme une exposition...
Et vous pouvez suivre notre blog qui montre ce
que l’on produit tout au long du projet.
1 Elle aura lieu mi-mars 2016 dans le cadre du mois
de l’architecture contemporaine en Normandie.

Suivez le blog de la résidence :
https://yapluskavranches.wordpress.com/

La rencontre avec les habitants, de la Turfaudière et de ses environs a permis
de révéler et de réveiller l’âme du quartier. Place maintenant au montage du
documentaire, qui devrait être prêt pour une projection estivale. On a hâte !

L’adulte-relais, le lien
essentiel entre les
habitants et la Ville
comme pour l’ensemble
de ses partenaires.

L’adulte-relais de la Turfaudière, c’est elle !
C’est une nouveauté dans le quartier : la présence d’un adulterelais ! C’est Nathalie Delanoë qui a été recrutée par le centre
social en novembre pour un CDD de trois ans. Sa mission au quotidien sera de créer du lien et de faire circuler l’information entre
les habitants, la Ville et tous les partenaires du Contrat de Ville.
Originaire et habitant la Turfaudière depuis 1988, cette femme de
49 ans a été notamment bénévole à l’espace Mosaïque jusqu’en
2002, puis directrice d’Accueil Collectif de Mineurs et animatrice
sur les quartiers de Pont-Gilbert et Molière jusqu’en 2012.

LES ACTIONS-CLEFS
QUI CHANGERONT
LE QUARTIER EN 2016
Le projets abondent pour
réveiller le quartier, au total
ce sont pas moins de 70
actions prévues avec la Ville,
ou la CCAMSM, Pôle emploi,
Passerelles vers l’emploi ou
bien encore la mission locale...
Parmi toutes les actions
envisagées, pour plus de
cohésion sociale, un projet de
développement du centre social
sur la Turfaudière et la mise en
place de média de proximité,
Web radio ou journal de quartier
pour permettre notamment au
conseil citoyen de s’exprimer ;
pour un meilleur cadre de vie,
le réaménagement tant attendu
du square Mainemer ; location
de scooters ou de voitures pour
les personnes en recherche
d’emploi, ou bien encore la
mise en place de patrouilles
pédestres et cyclistes avec
la Gendarmerie Nationale.

Découvrez sur avranches.fr
toutes les actions menées dans
chacune des grandes thématiques
dans le cadre de la politique
prioritaire de la Ville.

Les ateliers du CHRS Le Cap mettent sur
la table des sujets tels que les différences
dans l’éducation des filles et des garçons
ou les discriminations. Ces ateliers
initialement dédiées aux femmes, s’ouvrent
aux hommes, et aux personnes de tous
âges ! Venez nombreux échanger...
CHRS Le Cap – Tél. 02 33 60 94 26.

13

vie associat
ive

« LES BASES
DE LA MAISON
DES ASSOCIATIONS
SONT JETÉES ! »
Une première à Avranches : les
associations étaient invitées en octobre
dernier aux Assises de la vie associative.
Objectif : les soutenir dans leur
développement et jeter les bases de la
future maison des associations.
Le point avec Christian Cossec, conseiller
municipal délégué à la vie associative.
Avranches Magazine : Pour cette première
édition, les associations d’Avranches étaientelles au rendez-vous ? Quel bilan ?
Christian Cossec : Près de 90 associations ont
répondu à l’appel, donc nous sommes satisfaits.
C’était une soirée avec un travail très riche et prolifique,
qui a permis d’aboutir à une synthèse de besoins
complets. Aujourd’hui, les associations connaissent
de nombreux problèmes, et pas seulement financiers
ou administratifs. Nous souhaitons les accompagner.
Nous avons beaucoup à construire !
A.M. : S’agissait-il de poser les fondements
d’une future maison des associations,
un de vos projets politiques ?
C.C. : Cette soirée dressait un état des lieux, c’est
donc un bon début du travail. Pour l’instant, nous
n’avons pas les contours exacts, mais nous avons
jeté les bases d’une structure qui fédèrera toutes
les associations, soutenue par notre collectivité.
Bases de notre maison des associations, dont la
feuille de route sera définie vers les mois de mai
ou juin 2016.

Les associations ne
manquent pas d’idées
pour développer leurs
actions, mais de bras. Pour
soutenir l’engagement bénévole,
crucial pour leur survie, une bourse
du bénévolat est envisagée afin de
« redonner le goût de l’engagement et de le
faciliter » selon Christian Cossec. Une méthode
qui pourrait fidéliser les bonnes volontés !

Hommage aux victimes
des attentats du 13 novembre
Ne pas fléchir
14 novembre

A.M. : comment allez-vous prolonger
la réflexion initiée avec les groupes
de travail lors de cette soirées ?
C.C. : Cette soirée a permis de recueillir toutes les
attentes dans cinq grands chantiers : (1) finances/
subventions, (2) ressources humaines et bénévolat,
(3) Logistique, locaux et aides techniques, (4)
communication et (5) mutualiser les actions et fédérer
les associations. Nous n’allons pas multiplier les
réunions ou groupes de travail, qui seraient contreproductifs pour les associations. Nous travaillerons
plutôt sous forme des mini-conférences ou de soirées
en reprenant ces cinq grandes thématiques pour
les approfondir ensemble. Nous ne déciderons pas
seuls, nous souhaitons une démarche participative à
long terme avec les associations, il ne faut pas que
cette structure soit vide de pouvoirs.
A.M. : Quelles sont les grandes priorités
demandées par les associations ?
C.C. : Il y a trois grandes priorités. D’abord la
question financière avec les subventions : certaines
n’osent pas en demander, et d’autres ne savent pas
comment s’y prendre. Enfin, la baisse des dotations
de l’État nous oblige à arbitrer nos subventions.
Ensuite la question de l’emploi associatif : nous
inviterons des partenaires, comme Pôle emploi,
la mission locale ou un groupement d’employeurs
pour en discuter. Nous évaluerons les aides pour
les associations qui créent des emplois. Enfin la
question cruciale des bénévoles est au cœur de
nos préoccupations.

Pour consulter la synthèse des premières Assises
de la vie associative : avranches.fr

Environ 500 personnes se sont rassemblées
sur la place de la mairie, tristes de se
retrouver une nouvelle fois pour les mêmes
raisons dramatiques qui les avaient déjà
réunies en janvier.
Que faire face à la barbarie de ces hommes
dont le seul but est de détruire ce que nous
sommes ? Une réponse : rester nous même,
plus que jamais, conserver notre identité
et défendre farouchement nos valeurs
nationales humanistes. Ne fléchissons pas,
résistons à la peur et à la tentation
des discours de haine et combattons
l’obscurantisme de toutes nos forces.
Avranches est solidaire avec les victimes
et leurs familles et participe à l’élan
d’indignation nationale suite à ces attentats
qui ont frappé la France en plein coeur.

18 Novembre

Mobilisation des maires : plus de deux
milliers de « fantassins de la République »,
se sont réunis pour travailler sur l’idéal
républicain, lors de l’assemblée générale de
l’association des maires de France, à Paris.

APRÈS L’EFFROI,
EXPRIMEZ-VOUS...
« Le monde est déboussolé », « Les terroristes sont partout », « Je ne veux plus aller
dans le centre-ville », la peur est dans les
mots de nos aînés, après les attentats du 13
novembre. Un tour de table aura permis de
libérer leur parole et de les rassurer, car les

attentats trouvent chez eux un écho douloureux, avec des souvenirs de la guerre 39-45
qui ressurgissent. Madame De Oliveira du
Foyer Logement de la Cité d’Automne, et
Sandrine Garnier, référent Seniors et Jeanine
FAUVEL, déléguée aux seniors ont accueilli
Madame Garelle de l’EMPA (Équipe Mobile
Personnes Âgées) de Pontorson. L’infirmière
a su recevoir leur peur tout en les rasséré-

nant : « Continuez à relativiser, à vous ouvrir
à d’autres sujets, à rencontrer les autres et
vous exprimer, c’est là votre force ». Une
attitude positive que nous pouvons tenter
avec nos proches.

Contact :
Centre Médico Psychologique,
Tél. 02.33.58.58.43

Septembre
19 septembre

Les maires du Sud-manche ont sorti leurs
écharpes pour protester contre la baisse des
dotations à Saint-Lô !

30 septembre

Le maire d’Avranches a accueilli les
académiciens, le chancelier Gabriel de
Broglie, Patrick de Carolis,
Monseigneur le Boul’ch pour
une présentation des richesses
du fonds ancien.

19 & 20 septembre

Quel week-end riche ! La Fête des Trois
quartiers continue depuis 70 ans de
rassembler petits et grands ; la fête des
sens a su mettre tous nos sens en éveil à la
ferme du Petit Changeons, et la journée du
patrimoine vous aura permis de découvrir le
travail de la pierre au Musée !

Octobre
3 & 4 Octobre

La 5 édition de la Saint-Fiacre,
orchestrée par la société de
l’Horticulture, à la ferme des Mares,
nous a offert de belles rencontres,
comme celle de Christine la feutrière.
 
e

15 Octobre

La Ville d’Avranches est fière d’offrir l’album
« L’Impossible Oubli » aux 130 élèves de
CM2 de nos écoles qui sont devenus les
dépositaires de cette mémoire, si bien mise
en valeur par les élèves du Lycée Émile Littré,
avec leur professeur d’histoire géographie
Frédéric Frémy.

18 Octobre

Le premier Festival Citoyen a été un beau
succès populaire, place du marché !

19 Octobre

Moment fort lors de la cérémonie de
signature du Contrat de Ville : Madame la
sous-préfète Danièle Polvé-Montmasson a
invité les habitants à se rapprocher pour
lancer officiellement le Conseil citoyen de la
Turfaudière-Mermoz.

patrimoine

Novembre
1er Novembre

L’ultime brocante professionnelle
avranchinaise de l’année 2015 vous dit à
l’année prochaine !

6 Novembre

Avranches a eu l’honneur de recevoir
Monsieur Thierry Braillard, secrétaire d’État
aux Sports venu s’assurer en personne
de la bonne mise en œuvre du dispositif
« Citoyens du sport ».

QUAND LA REVALORISATION
DU PATRIMOINE URBAIN CRÉE
DU LIEN SOCIAL !
Des bâtiments appartenant à la Ville étaient sous-exploités, parfois inoccupés.
En les réhabilitant, la Ville valorise son patrimoine urbain vacant, fait vivre des
projets, encourage ainsi la mobilisation des différents acteurs sur son territoire.
Certains bâtiments loués permettent d’investir dans de nouveaux services
à la population. Le point avec Thierry Pennec, Adjoint Affaires sociales.
gardez le contact

thierry.pennec@
avranches.fr

11 Novembre

Les mots de notre maire résonnent
tristement aujourd’hui, évoquant la
commémoration de l’armistice de 1918 :
« Un acte patriotique qui, au-delà du
nécessaire devoir de mémoire, nous amène
à assumer cet héritage douloureux pour
mieux apprécier le bonheur de vivre libre
sur un territoire où le sang fut versé pour la
sauvegarde des valeurs fondamentales de
notre République française, Liberté, Égalité
et Fraternité »…

21 Novembre

Des centaines d’Avranchinais ont
manifesté leur soutien et leur indignation
face à l’intolérable agression, aussi grave
qu’inédite, dont a été victime la famille Ipek
qui gère le Serhat Kebab.

Un lieu d’accueil

pour rompre l’isolement

Un nouveau local
pour le Secours catholique
L’antenne locale du Secours Catholique
attendait depuis longtemps de pouvoir
regrouper ses services dispatchés dans
ses deux bâtiments, rues de Korbach et
Gendrin-Dumesnil. L’antenne conserve le
local rue de Korbach, la Ville a choisi de faire
réhabiliter la longère inoccupée située tout à
côté : « L’objectif étant de louer cet espace
et de créer un véritable pôle, beaucoup plus
pratique, permettant de stocker et de mieux
mettre en valeur ce que le secours catholique reçoit, pour le don ou la vente ».
Secours catholique – 7 rue de Korbach –
Tél. : 02.33.58.56.30
Le centre social Abbé-Pierre
La Ville avait déjà réorganisé le centre pour
que l’association Emmaüs, qui avait besoin
d’un espace plus adapté et plus de volumes,
puisse s’y développer : « Même si cela
semble encore perfectible, pour répondre
aux attentes de la banque alimentaire et des
Resto du coeur qui accueillent maintenant
jusqu’à 260 personnes ».
Centre Abbé-Pierre-Emmaüs – 10, Rue
des Sorbiers, Saint-Martin-des-Champs
– Tél. : 02 33 58 40 80

Un local plus adapté ppour les
consultations jeunes consommateurs :
Les CJC ont pour objectif d’accueillir les
jeunes et leur entourage. Le local rue Saintsaturnin est plus adapté pour les accueillir
dans des actions de prévention : « Ce lieu
est géré par l’ANPA (Association Nationale
de Prévention en Alcoologie et Addictologie).
C’est une action qui répond concrètement
au programme d’actions du CLSPD (conseil
local de sécurité et de prévention de la
délinquance) pour les 12-25 ans ».
CJC - 7 rue Saint-Saturnin Tél : 06 07 18 47 40
Un espace pour les femmes
victimes de violence
L’Association départementale pour la
sauvegarde de l’enfant à l’adulte de la
Manche (ADSEAM) qui dispose de plusieurs
services sociaux à Avranches1 a pu trouver
un espace convivial et ainsi créer un groupe
de parole pour les femmes victimes de violence. Il a fallu réorganiser les espaces afin
de permettre des permanences ponctuelles
et des réunions pour toute une série d’associations et de services aux avranchinais.
Foyer pour femmes – ADSEAM - CHRS,
Le CAP – Tél. : 02.33.60.94.26

Pour cet ancien local du service pénitentiaire, inoccupé depuis deux ans, il s’agissait
de créer un espace d’accueil, favorisant les
échanges et l’entraide auprès d’adultes en
situation de mal-être psychologique et ou
d’isolement, et qui souhaitent participer aux
activités et à la vie de l’association « Le Club
m’aide » ainsi qu’à celles de la ville. Thierry
Pennec souligne : « Ce lieu est utile pour
tous les Avranchinais : en créant du lien
social, il permettra de rompre l’isolement ».
« Le Club m’aide », – 36, rue de Lille Tél. : 02 33 48 23 51

Ces attributions préfigurent
la mise en place d’un vaste
schéma directeur immobilier,
permettant de définir les
grandes orientations de la
politique patrimoniale et
immobilière. En cours d’étude,
il concerne une cinquantaine
de bâtiments en vue de leur
réhabilitation. L’analyse devrait
être terminée dans le courant
de l’été.

thierry.pennec@avranches.fr

15

recensement

hommage

FERNAND LEPRIEUR N’EST PLUS
Maire d’Avranches 1983-1989
La disparition de « Maître Le Prieur », comme
beaucoup l’appelaient, nous plonge dans une
grande tristesse et prive notre ville de l’une
de ses figures les plus attachantes. Formé et
éduqué au collège Littré, Fernand Le Prieur y a
acquis et développé sa passion pour Avranches ;
un amour pour sa ville, son patrimoine et son
histoire, qui le conduisit à investir le champ du
tourisme en pilotant le syndicat d’initiative à
partir de 1957, jusqu’en 2001.

Le mandat de maire de Fernand Le Prieur, de 1983
à 1989, aura été l’accomplissement de son long et
sincère engagement au service de sa commune ;
au cours de ces six années il aura encore amplifié
la renommée de la « cité des fleurs » à l’échelle du
Grand Ouest et dont, sans cesse, il souhaita améliorer les équipements. Je pense naturellement,
comme beaucoup d’entre vous, aux travaux qui
furent réalisés sous son égide au Jardin des Plantes
dont il réalisa la sonorisation et la mise en lumière.
De nombreux aménagements urbains furent aussi
engagés : les rues piétonnes dans les 3 Quartiers,
l’éclairage du stade, les travaux de canalisation de
la vallée de la Pivette, du quartier Saint-Étienne et
bien d’autres encore.
En 1989, à la fin de son mandat il se disait :
« profondément enraciné et viscéralement attaché
à sa cité » ; c’est bien avec cet attachement
charnel et bienveillant qu’il dirigea avec rigueur et
discernement notre ville.
À titre plus personnel, Fernand Le Prieur restera
le maire de mes années au collège ChallemelLacour où j’avais pour camarades ses petits fils
Sylvain et Olivier. C’est à cette époque que j’ai pu
observer cet homme absolument impliqué dans
son engagement municipal et nous découvrions,
jeunes avranchinais, un maire proche de ses concitoyens, aimable, attentif et sincère. Je me souviens
notamment de sa présence dans les manifestations liées aux jumelages auxquels il accordait
16

la plus haute importance ; j’ai en mémoire, plus
particulièrement d’un échange avec Korbach, en
1988, et de ses paroles enthousiasmantes sur la
nécessité de construire l’Europe dont il avait été le
témoin des déchirements, au commencement de
sa vie d’homme.
Fernand Le Prieur fait partie de ces figures
remarquables qui alimentent nos panthéons
personnels, qui construisent nos consciences
d’hommes et nous montrent la voie à suivre ; la voie
de l’honnêteté, de l’humanisme et de l’implication
sincère dans la vie de la cité.
L’une des dernières apparitions publiques de
Fernand Le Prieur eut lieu le 31 juillet 2014
à l’occasion des commémorations du 70ème
anniversaire de la Libération d’Avranches. Place
Patton, au commencement des festivités, il
avait répondu présent pour participer à cette
manifestation du souvenir ; nous avions échangé
quelques mots et il était heureux de voir que ce
flambeau qu’il avait lui même porté en 1984, puis
transmis, était toujours bien vivant. Alors, certes,
Fernand, vous venez de nous quitter. Pourtant je
l’affirme, la ville d’Avranches, votre ville, ne vous
oubliera pas.

Allocution du lundi 21 septembre 2015
de David Nicolas à l’occasion des obsèques
de Fernand Le Prieur, en l’église
Saint-Gervais d’Avranches.

Les

chiffres
En France :
66,3 millions
d’habitants
(2015)
À Avranches :
8 553 habitants
(2012)

Du 21 janvier au 20 février 2016

CETTE ANNÉE, C’EST LE RECENSEMENT !
Le recensement permet de connaître le nombre de personnes
qui vivent en France. Il détermine la population officielle de
chaque commune. C’est pourquoi votre participation est
essentielle. Elle est rendue obligatoire par la loi, mais c’est
avant tout un devoir civique.

Pourquoi est-ce important ?
De ces chiffres dépend la participation de l’État
au budget des communes : plus une commune
est peuplée, plus cette participation est importante.
Du nombre d’habitants dépendent également le
nombre d’élus au conseil municipal, le mode de
scrutin, le nombre de pharmacies...
Au niveau local, le recensement sert notamment
pour ajuster l’action publique aux besoins des
populations :
- décider des équipements collectifs nécessaires
(écoles, maisons de retraite, etc.)
- préparer les programmes de rénovation
des quartiers
- déterminer les moyens de transports
à développer...
- Il aide également les professionnels à mieux
connaître leurs marchés. Il permet ainsi de
mieux répondre aux besoins de la population.

Comment faire ?
Vous allez recevoir la visite d’un agent recenseur. Il sera muni d’une carte officielle qu’il doit
présenter. Il est tenu au secret professionnel. Il
remettra les documents nécessaires pour que
chacun puisse être recensé, en ligne ou sur
papier. Merci à chacun de lui réserver le meilleur accueil.
Les réponses resteront strictement confidentielles.
Elles seront remises à l’Insee pour établir
des statistiques rigoureusement anonymes
conformément aux lois qui protègent la vie
privée. Le recensement se déroule en effet selon
des procédures approuvées par la Commission
Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL).
Lors du traitement des questionnaires, les noms et
adresses ne sont pas enregistrés et ne sont pas
conservés dans les bases de données.

Pour plus d’informations, consultez le site www.le-recensement-et-moi.fr.
Votre agent recenseur et votre mairie sont également à votre écoute.
17

économie

Les visages de
notre économie
L’entreprise Blanchet affiche un sourire retrouvé. Les emplois
d’avenir représentent une passerelle efficace pour l’insertion
professionnelle des jeunes et deux projets d’économie solidaire
promettent, eux aussi, des emplois pour le futur.

L’ENTREPRISE BLANCHET,
le phénix de ses bois
Un vrai tour de force : en novembre,
l’entreprise Blanchet a inauguré ses
nouveaux entrepôts, après le terrible
sinistre qui les avait ravagés le 20 avril
2013. Retour sur l’histoire et le savoirfaire unique d’un fleuron de notre
économie locale.
« Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois », qui
ne connaît pas ce vers du « Corbeau et le Renard »
de La Fontaine... après ce dramatique incendie qui
a marqué les esprits et qui aura causé 2 millions
d’euros de dégâts. C’est aussi ce phénix qui renaît
de ses cendres, après ce spectaculaire incendie
qui a marqué les esprits des Avranchinais, qui aura
coûté 2 millions de perte, ou bien après la tempête
de 1999, qui ne l’avait pas épargné. Mais c’est aussi
ce phénix qui sort du lot, leader sur son secteur
des emballages bois. Le bois, toujours le bois. Ce
bois de peuplier, qui a fait le succès inégalé, sans
cesse revisité au fil des décennies, de la scierie aux
emballages innovants de l’entreprise.

« FLORENCE BLANCHET A SU
LANCER L’ENTREPRISE VERS
DE NOUVEAUX HORIZONS »
18

Florence Blanchet. Petit chef-d’oeuvre d’innovation, «l’Optimo
pack» remporte à l’entreprise l’oscar de l’emballage bois 2014
lors du salon international de l’emballage à Villepinte.

Cette belle entreprise familiale, crée en 1955,
s’est développée grâce à l’engagement de
trois générations de Blanchet et de leurs salariés. Derrière des choix stratégiques judicieux et
une créativité à toute épreuve, il y a une femme :
Florence Blanchet, la fille de Michel, auquel elle
a succédé en 2002. Lors de l’inauguration,
David Nicolas a su exprimer l’admiration qui étaient
dans tous les regards et les sourires : « Florence
Blanchet a su développer et lancer l’entreprise
vers de nouveaux horizons, et rebondir, car il fallait maintenir l’activité, songer à négocier avec
les assurances, se projeter dans un autre projet ».

20 avril 2013, samedi noir pour Blanchet : le bâtiment de stockage de 6000 m2, deux camions-semi remorques et 100 000
cagettes s’embrasent. 8 mois de travail réduit en cendres.

Quels sont les secrets de la longévité de
cette « saga », comme l’a si bien dit le maire
d’Avranches ? Cette aventure entrepreneuriale
a fêté ses 60 ans d’activité en septembre 2015.
Une épopée familiale, qui confine à la légende !
Est-ce l’innovation marketing permanente, avec un
produit nouveau par an, le choix du développement durable et de la qualité du
« fabriqué en France » qui sont
les ingrédients du succès ?

L’entrepôt en travaux pendant l’été dernier.

L’entreprise Blanchet, c’est :






Le leader français de l’emballage léger en bois
60 ans d’histoire en 2015
3 générations
3 sites de production
45 collaborateurs
7 millions d’euros de CA (2014)
7,5 millions d’emballages

L’entreprise Blanchet est leader
dans la fabrication française
de paniers, de barquettes, de
packagings et d’accessoires en
bois, pour les produits de la mer,
Des salariés en or ! Tous ont également su rendre hommage à l’ensemble du
mais pas seulement ! L’objectif
personnel, qui ont transformé ce drame en un défi, en œuvrant jour après jour à
ce succès. Rémi en est un bel exemple, après 44 ans de bons et loyaux services !
de la SAS est de continuer
à faire évoluer en parallèle
ce package initial vers d’autres secteurs : les
emballages bois pour la gastronomie, les produits
du terroir, la santé et même la décoration et les
AU-DELÀ DE TOUT CLIVAGE
cosmétiques... A cœur vaillant, rien d’impossible
avec Blanchet. Florence Blanchet l’explique ainsi :
POLITIQUE.
« Anticiper la demande, toujours avoir un regard
sur le marché et écouter. Là, c’est évoluer. Il faut
Lors de l’inauguration, tous auront salué le travail remarquable
être réactif, apporter le petit plus. » L’entreprise
de deux municipalités, les anciens et les modernes. Il a été
rendu également hommage au services municipaux, « Qui
en a visiblement fait son crédo et cette réactivité
ont suivi avec efficacité les différentes phases de reconstrucà toute épreuve a été maintes fois récompensée.
tion »  ; à Hervé Gouello, Directeur Général des Services de la
Souhaitons à l’entreprise Blanchet, qui fait la fierté
ville d’Avranches : « Partenaire efficace, attentif et bienveillant
des Avranchinais, avec David Nicolas, « Qu’elle
qui a su accompagner les problématiques de l’entreprise »,
continue à porter haut les couleurs de son
ou bien Max Hurel, directeur des services techniques : « Pour
savoir-faire sur le territoire national. Il s’agit de
son énergie, le bon interlocuteur pour suivre tous les travaux ».
La Ville peut être fière de son soutien financier qui permet de
montrer que nos savoirs faire locaux, sont basés
laisser au terme du crédit bail, un bel outil de travail de 5000m2
sur des pratiques ancestrales et familiales ».
à l’entreprise.

19

économie
I

ILS FONT AUTREMENT
ET ÇA MARCHE !
Les énergies solidaires fleurissent un
peu partout en France. À Avranches,
focus sur deux structures qui recréent
du lien entre les habitants :
le Café solidaire Ti’Boussa et la Ferme
du Petit Changeons.

Le Ti’Boussa, le café solidaire qui grandit !
« Une autre façon de partager la vie », dès l’entrée,
le café affiche sa différence. Catherine AchouriLepleux, l’immense sourire qui porte ce projet,
aidée de tous ses bénévoles - une quarantaine
au total - nous explique le déclic : « J’ai un long
cheminement entre intégration sociale, beauxarts et chansons. Lassée de mes statistiques, je
me suis demandée comment faire sur le terrain
pour apporter du lien aux gens ? » Et c’est ainsi
que ce lieu est né, pour faire se rencontrer gens
et initiatives. Les idées « utopiques » d’hier
nous apparaissent aujourd’hui comme vitales :
conjuguer le social avec la culture et l’éducation
populaire. « Dans ce rationalisme total, où est
l’humain ? » s’interroge Catherine. La réponse,
elle l’a trouvé, dans cette maison généreuse qui
héberge des associations (La ligue des Droits
de l’Homme, Amstramgram), accueille des
résidences d’artistes et qui fourmille de projets. À
l’affiche ce mois de janvier : le Café des enfants,
le Bistrot mémoire pour les malades d’alzheimer,
un atelier look pour les personnes en rupture, ou
bien encore des baby-sitters qui s’occupent de
vos enfants à l’étage. Parions sur ce beau projet
qui n’a pas finit de grandir…
Comme le dit Catherine, « Cet endroit est le fruit
de belles collaborations », avec P.J Galiazo et
Laurent Lepleux. Et le fruit pousse vite...
Café Solidaire : 2 rue de la Liberté – Facebook

Catherine Achouri-Lepleux

La Ferme du Petit Changeons :
une ferme d’avenir !
On n’est pas peu fiers d’eux ! Émeric, Marie,
Kévin et Camille de la ferme du Petit changeons
défendent les mérites de l’agriculture paysanne
biologique sur 18 hectares. Ils sont les heureux
lauréats pour la Normandie, des « Fermes d’Avenir »
lancées par l’association du même nom et «La
Ruche qui dit Oui ! ». Lauréate du concours, elle
recevra 10 000 € et jusqu’à 30 000 € en fonction
des dons reçues sur la plate-forme Blues Bees. La
remise officielle a eu lieu en décembre à l’Unesco.

Bluebees : https://bluebees.fr/fr/ project/194-normandie
20

UN MODÈLE ÉCONOMIQUE
VIABLE, SOLIDAIRE ET
CRÉATEUR D’EMPLOIS
Ces deux projets reposent sur un socle solide (vente de cafés ou
produits bio) permettant de nourrir les projets et de payer des
salaires (bientôt deux temps plein pour le café ou quatre pour
la ferme) ; des bonnes volontés... et un coup de pouce financier
décisif avec le crowdfunding (financement participatif), qui est
en progression constante en France1 : 10 120 euros en 60 jours
pour le Ti’Boussa et 61 331 € sur 100 000 € pour la ferme
d’Avenir, dons répartis ensuite en les 13 fermes. Sans oublier le
bonheur de construire des projets ensemble...
En Basse-Normandie :
59 698 emplois dans l’économie sociale et solidaire
soit 12,7% de l’emploi salarié en Basse-Normandie
1 Les plateformes de financement participatif ont collecté 133,2 millions d’euros pour le seul premier semestre 2015, soit deux fois plus
qu’au cours du premier semestre 2014 (66,4 millions d’euros).

EMPLOIS D’AVENIR :
ils portent bien leur noms !
Depuis leur création, en 2012,
les emplois d’avenir s’imposent comme
une solution efficace pour lutter contre
le chômage des jeunes éloignés de
l’emploi.

3 QUESTIONS À...
Marion Tahier, Directrice des Ressources
humaines à la Ville d’Avranches

LE RÔLE DE LA MISSION LOCALE
DU SUD-MANCHE ?
Nicolas Leroy : « Nous sommes une association
d’insertion professionnelle pour les jeunes de 16 à
25 ans, prescripteur de contrats aidés et prescripteur unique d’emploi avenir (avec Cap Emploi pour
les jeunes handicapés). Avec la Ville d’Avranches
nous effectuons un accompagnement des jeunes
pendant toute la durée du contrat. Nous avons
effectué 149 emplois avenir dans le Sud-Manche.
Plus que tout autre contrat aidé, ils ont des atouts,
pour les jeunes comme pour l’employeur ».
Mission locale du Sud Manche :
1, rue Saint Martin, Avranches
Tél. : 02 33 79 42 00

Avranches Magazine : Les emplois d’avenir, efficaces pour lutter contre le chômage des jeunes ?
Marion Tahier : « Oui, puisque ce sont des jeunes
peu qualifiés et en difficulté d’accès à l’emploi,
à qui l’on offre une orientation professionnelle
sur trois ans. Trois années pour acquérir de
l’expérience professionnelle et se former me
semble un moyen efficace pour lutter contre le
chômage des jeunes. La mairie d’Avranches a
recruté 10 Emplois d’Avenir depuis la mise en
place du dispositif : 4 aux services techniques, 2
à l’entretien des locaux et 4 au service jeunesse.
A. M. : Les atouts de ce dispositif pour
les jeunes et pour l’employeur ?
M.T. : Il offre aux jeunes non seulement une expérience mais aussi une formation, formation qui
n’est pas forcément en lien avec le poste occupé.
L’objectif est de donner aux jeunes la possibilité de
définir leur projet professionnel et de le confronter
à la réalité. Pour l’employeur, les avantages sont
nombreux. Sur des contrats longs, il a le temps
de former la personne, de voir son implication et
parfois envisager une pérennisation dans les meilleures conditions ; et ces contrats aidés sont pris
en charge par l’État à 75 %.
A. M. : Le but étant de pérenniser ces emplois...
M.T. : Non, je dirais que l’objectif est d’être un
tremplin pour ensuite accéder au marché de
l’emploi. C’est aussi le rôle d’une collectivité
d’accueillir ces personnes sur ce type de contrat. Il
arrive parfois que les agents restent, parce qu’il y a
un besoin et que la personne a donné satisfaction. »

MYLÈNE, 22 ANS,
PREMIER EMPLOI D’AVENIR DU
SUD-MANCHE : TITULARISÉE !
Lorsque Mylène Truy a été recrutée à la Ville en décembre 2012,
elle était le premier emploi avenir signé dans le Sud-Manche.
La jeune femme est titularisée depuis janvier sur un poste
d’animatrice pour les maternelles à l’école Jacques Prévert et
sur les TAP dans les écoles primaires : « Ce contrat était une
belle opportunité : c’est très difficile de trouver une formation
et un employeur ». Sa mission initiale portait sur la gestion de
locaux et sur l’animation, elle s’est tournée vers la seconde,
après un stage qui a été un « vrai déclic ». La jeune femme
s’est découverte : « J’ai adoré ce stage contre toute attente. Je
ne savais pas que j’avais les qualités requises », puis elle a été
formée avec le financement de son BAPAAT (Brevet d’Aptitudes Professionnel d’Assistant Animateur Technicien). Marion
Tahier souligne : « Ces contrats étant devenus essentiels pour
la réforme des rythmes scolaires et les besoins d’animation du
service nous avons décidé de pérenniser son poste ». La jeune
femme a enfin trouvé sa voie. C’est grâce à la prise en charge
de sa formation, qu’elle a pu tester un projet professionnel qui
lui correspond : « Cette possibilité de changement, je ne l’aurais
pas eu dans un contrat classique ».
21

sport

CHES :
N
A
R
V
A
B
U
L
C
ATHLETIC

S
E
S
S
E
M
O
R
DE BELLES P

!
R
I
N
E
V
D’A

Le club d’athlétisme
d’Avranches, du haut de ses
52 ans, a de quoi voir briller
l’avenir : le club ne cesse de
grandir, et sa jeunesse semble
vraiment promettre de belles
performances. Interview de
son président, Philipe Henry.
Avranches Magazine : Vos plus
grandes joies de président pour
l’année écoulée ?
Philippe Henry : « Les performances
de nos athlètes restent le reflet de la
bonne santé du club, avec notamment
nos cinq qualifiés aux championnats
de France de cross-country cet hiver,
Manon Brévault, Chloé Pamart, Honorine
Dupont, Maxime Chartois et Lucien
Jouenne ; Marin Guigo s’est qualifié
en salle à ses 6èmes championnats
de France en longueur. Cet été, Chloé
Pamart s’est à nouveau qualifiée aux
championnats de France sur piste sur
3000m. Manon Brévault et sa belle
performance sur semi marathon de
1h28’00’’ qui lui donne le record de
la Manche dans la catégorie espoir
sur cette distance. Au delà de toutes
ces performances, je félicite tous les
athlètes et notamment les jeunes
du club qui font preuve d’une belle
abnégation au service de leur sport.
L’athlétisme exige de la rigueur et les
performances sont la récompense
des entraînements
répétitifs.

22

Je salue également les bénévoles, force
vive d’une association : une vingtaine
de personnes pour l’encadrement, six
entraîneurs chaque samedi matin au
stade Fenouillère et quatre animateurs
pour la section loisirs.
A. M. : Et maintenant pour 2016,
quels sont vos objectifs ?
P. H. : Si quelques jeunes et
prometteurs athlètes mettent leur sport
en « sommeil » pour se consacrer à leur
études, nous pouvons espérer quatre
ou cinq qualifications à nouveau aux
championnats de France de crosscountry ; il reste aussi quelques belles
performances à confirmer pour Marine
Tanière et Nolwenn Boscher en saut en
hauteur, cadette et minime en 2015,
toutes deux, championnes régionales
hiver et été. En cross et courses hors
stade, Manon Brévault et Mélanie Pirat,
Yohann Tsiangana sur 400m Haies,
Maxime Chartois... Je pourrais en citer
beaucoup d’autres. Eric Lebouvier, notre
lauréat Avranchinais fêtera son 100ème
marathon en 2016.
A. M. : Quels évènements vous
occuperont dans les mois à venir ?
P.H. : Il y aura le 10 km d’Avranches,
le dimanche 13 mars, le support du
championnat régional de 10km, qui
reste qualificatif aux championnats
de France. C’est l’organisation la plus
importante de notre club, où tout le
monde peut participer, licencié ou non.
Nous organiserons, comme l’an passé,
également, une soirée consacrée aux
disciplines de l’athlétisme sur piste.
Pour l’édition 2015, nous avions la
densité et la qualité sur les différentes
disciplines proposées, avec notamment
l’enregistrement du nouveau record de
Basse-Normandie sur 5000m par Aurore
Guérin, fer de lance de l’athlétisme en
Normandie ».

Les Sportifs de l’année :

LA

GRANDE FÊTE

DU SPORT

!

Tous les sportifs mis à l’honneur pour cette année 2015,
réunis pour la photo de groupe.

Manon Brévault, Antonin Simon et
Maxime Chartois ont été choisis cette
année par le club, entourés de Christian
Cossec et de Valérie Labbé, délégués
aux sport de la ville d’Avranches. Leur
président Philippe Henry : « Cette année,
nous voulions mettre en avant d’autres
athlètes, moins dans la lumière, mais
avec de grandes qualités sportives ».

Le club en
chiffres
- né en 1963
- licenciés :
115 en 2010,
240 en 2016
- section
de loisirs :
115
ATHLETIC CLUB
AVRANCHES
Site officiel : http://avranches.athle.com/
Facebook Athlétic-Club Avranches
1, lotissement Beausoleil - Le Val Saint-Père
Tél. : 06 67 12 95 77

La soirée « Les Sportifs
de l’année » est devenue
le rendez-vous de tous
les amoureux du sport qui
récompense les sportifs
de l’année des différents
clubs Avranchinais, mais
met aussi en avant tous les
bénévoles des associations
qui accompagnent toutes
leurs performances.

Qui sont nos grands
champions 2015 ?
Pour cette deuxième édition, le 27
novembre dernier, à la salle polyvalente
Victor Hugo, chaque club pouvant
mettre en avant trois de ses sportifs.
Au total, ce sont pas moins de 119
sportifs qui ont été mis à l’honneur.
La soirée s’est close sur la remise
des prix spéciaux « Champions de
l’année », sportifs sélectionnés par un
jury d’élus de la ville d’Avranches :
Anne-marie Bourgeois, Les
Archers des Abrincates : cette double
championne de France 2015, a brillé
en tir salle et en tir beursault dans la
catégorie « super vétéran femme »,
arc classique !
Michel Bensabeur, Avranches
haltérophilie : Le champion de france
2015 en développé couché vétéran 3,

catégorie des moins de 83 kgs avec
une barre de 132 kgs, Michel qui est
agent à la mairie, pratique l’haltérophilie
depuis l’âge de 27 ans et inscrit au club
d’Avranches depuis 1978 !
Éric Lebouvier, Athlétic club
Avranches : Celui qui a fait les plus
grands marathons du monde, a été
récompensé pour ses 96 marathons (soit
42,195 km !), sans oublier un record
personnel de 2h37 à Nantes...
Chacun dans leur discipline, ils sont
venus recevoir leur trophée et un cadeau
offert par une boutique d’Avranches.
Ils ont été mis à l’honneur et
récompensés par Valérie Labbé,
déléguée aux sport et Christian Cossec,
délégué à la vie associative.

Une soirée pour
tous les clubs
18 clubs et 5 associations sportives
scolaires étaient présents ce soir là :
Collège Challemel Lacour - Collège
La Chaussonnière - Collège Notre
Dame de la Providence - Lycée
Emile Littré - Lycée Notre Dame de
la Providence
Canoë club d’Avranches - Cercle
des Nageurs d’Avranches - Club
gymnique de la Baie - CSKB50-Kick
Boxing - Judo club d’Avranches Karaté Club d’Avranches -

Les champions de l’année mis
à l’honneur et récompensés
par Valérie Labbé, déléguée
aux sport et Christian Cossec,
délégué à la vie associative

La pétanque Avranchinaise Les Archers des Abrincates Patronage Laïque Avranches
Handball - Rugby club SaintMartin-des-Champs - Avranches
- Saint-Michel d’Avranches Tir
sportif - UBCB Avranches Badminton
- Union sportive Avranches - Mont
Saint Michel (football) - Vélo Club
Avranchinais - Aïkido Club Ueshiba Athlétic Club Avranches - Avranches
Haltérophilie - Avranches Tennis club
23

travaux

LES GRANDS
CHANTIERS
2015-2016
Redécouvrez les grands chantiers d’investissement portés par la Ville
durant toute cette année 2015, et les chantiers à venir de l’année 2016.
Tour d’horizon avec Philippe Droullours, adjoint Urbanisme et travaux.
Place Saint-Gervais : une fontaine et...
un nouveau coeur pour le quartier
Depuis les premiers dessins de la campagne, il en
a fait du chemin ce projet ! Saluons la démarche
participative qui aura porté ses fruits avec les habitants du quartier, en particulier avec les riverains,
de la concertation entre tous les acteurs en octobre
2014 jusqu’à la validation unanime de la fontaine
en granit. Pour Philippe Droullours : « C’est un
bon point de départ qui s’intégrera dans une
réflexion plus large pour faire revivre les Trois
quartiers. Une belle entrée pour les commerces
à redynamiser ».

C’est l’entreprise Mariau à Reffuveille qui a été chargée de
la réalisation de la fontaine.

La fontaine est une belle et originale création de
l’architecte Arnaud Paquin qui a eu la bonne idée
de réutiliser des éléments existants : la base de
la fontaine, les bornes en granit et les pavés de
la rue de Geôle. En octobre 2015, les travaux ont
commencé avec la mise à niveau de la place et
marches en granit pour compenser la pente,

puis pose de pavés et de la fontaine, installation
des bornes en granit et des chaînes, ainsi qu’un
accès pour personnes à mobilité réduite, pour
finir avec la mise en eau de la fontaine. C’est au
printemps que vous pourrez apprécier la touche
finale, avec la pose de nouveaux bancs et de
jardinières.

La Chaussonnière fait peau neuve !
Malgré un certain retard, la Chaussonnière
a officiellement réouvert ses portes depuis
mi-novembre, avec toiture et sols flambants neufs.
Philippe Droullours rappelle : « Pour cette salle
très ancienne, qui avait bénéficié de très peu
de rénovations depuis ces trente-cinq dernières
années, les travaux étaient d’une grande
importance ». Il reste encore à finir la peinture des
tribunes et des murs, la rénovation de l’éclairage ainsi
que l’installation d’un espace de convivialité pour les
différentes associations, et tout sera achevé pour le
plus grand plaisir de ses usagers, pour l’été 2016.

Restauration de la Fausse-Braie :
ne manquez pas ce beau chantier !
Le chantier de restauration de la ligne de fortification
médiévale de la place d’Estouteville est un des
chantiers auquel la Ville est particulièrement attachée
et qui devrait ravir les amoureux d’Avranches.
Au-delà de la restauration et mise en valeur de cet
inestimable patrimoine, qui date du XVe siècle, il
s’agit de faciliter l’accès des visiteurs vers la vieille
ville, les jardins Bergevin et le Scriptorial. Les travaux
ont commencé fin novembre et devraient s’achever
à la fin du printemps.

Découvrez la vidéo des coulisses de la construction de la
fontaine sur avranches.fr.

La fontaine est une belle et originale création de l’architecte
Arnaud Paquin.

24

Le Cimetière s’embellit et devrait
s’agrandir dans l’avenir
Philippe Droullours : « Nous voulions que ce lieu
de recueil, chargé d’émotion, retrouve un bel
aspect  ». Pour ce faire, divers travaux de rénovation ont été entamés pendant l’été 2015 : deux
allées basses ont été refaites en sable stabilisé ;
une haie de conifères devenue envahissante et difficile à entretenir a été arrachée. Après remise en
forme, le talus, en bas du cimetière, a été replanté
de hêtres. Comme de nombreuses communes, nous
sommes confrontés à une saturation du cimetière :
les 4300 emplacements ne suffisent plus. 30 places
supplémentaires ont été ajoutées en supprimant
deux allées perpendiculaires et en aménageant la
deuxième allée. Une extension du Colombarium a
été effectuée. A plus long terme, la Ville mène une
réflexion sur une extension du cimetière avec un
projet de 350 concessions supplémentaires. Un parking, afin d’accueillir le public dans de meilleures
conditions, est lui aussi à l’étude.

Une nouvelle vie pour les vestiaires
du stade René Fenouillère
Les travaux de réhabilitation des vestiaires du stade
René Fenouillère ont commencé fin novembre : il
s’agit non seulement de restructurer les vestiaires
vétustes situés sous la tribune, mais également de
créer un local de chronométrage et de stockage
pour l’athlétisme. La Ville envisage la fin des travaux pour la fin mai-début juin.
25

nouveaux co

mmerces

de no uveaux
co m merces
t
vo us o uvren
leurs portes !

« Beauty-Results »
vous conseille sur
votre image. Habillement, maquillage
et conseil sur les
couleurs, pour
prendre confiance
en soi, se faire
plaisir, ou adapter
son look et ses attitudes à un nouvel
emploi, venez passer
une journée ou le
temps d’un atelier à
l’agence.
« Les Carollaises,
la boutique des
petits bonheurs »
vous accueille dans
un univers tout en
couleur et tout en
douceur. Des jouets
d’antan, produits
locaux, cadeaux
pour enfants
dans des tons
gais et acidulés.
Un vrai bonheur
où dénicher des
merveilles.
« Cashkid »
vous propose des
vêtements pour les
enfants de 0 à 14
ans. Venez découvrir une collection
neuve et des vêtements d’occasion
sélectionnés pour
vous. Un choix de
chaussures, jouets,
accessoires et
matériel de puériculture vous attend
également.
26

« Beauty-Results » :
14 rue division Leclerc,
tél. : 06 36 71 95 18
www.beauty-results.fr
Uniquement sur rendez-vous.

groupes
« Mon
Atmosp’Hair »
propose des
produits
professionnels de
coiffure, accessoires,
perruques ou
turbans. Un vrai
rôle de conseil dans
l’achat des articles
selon vos besoins et
vos envies.
« Style & Mood »
une boutique qui
vous propose des
looks actuels et
tendances. Dans
une ambiance
chaleureuse, venez
découvrir les
marques françaises.
Conçus en France,
ces vêtements de
qualité à des prix
abordables raviront
hommes et femmes.

« Les tendances
de Mat’ et Julie » 
vous propose des
vêtements enfants et
juniors du 6 au 16 ans.
Un style actuel et dans
l’air du temps pour
habiller les petits de la
tête aux pieds. Venez
découvrir la collection
en boutique.
« Les Carollaises,
la boutique des petits bonheurs » :
4 rue Saint Saturnin, tél. : 02 33 90 07 36
Ouvert du mardi au samedi : 10h-18h30

« Cashkid » :
17 rue du Dr Gilbert,
tél. : 02 33 89 75 68
Ouvert du mardi au samedi :
9h30-12h30 et 14h30-19h

« Ici Tokyo »
propose de la
décoration d’inspiration japonaise. Le
décorateur Franck
Josseaume crée des
collections d’objets
décoratifs dont les
tissus sont imprimés en France :
coussin, trousse,
art de la table ; mais
aussi une sélection
de tableaux, de la
jolie vaisselle… Une
belle boutique à
découvrir.

« Mon Atmosp’Hair » :
56 rue de la constitution, tél. : 09 53 52 26 64
Ouvert le lundi : 14h-18h, du mardi au vendredi : 9h3012h30 et 14h-19h, le samedi : 9h30-12h30 et 14h-18h30

« Style & Mood » :
11 rue des 3 rois, tél. : 02 33 90 85 68
Ouvert le lundi : 14h30-19h,
du mardi au vendredi : 10h30-12h30
et 14h-19h, le samedi : 10h-19h

RATÉS!

Unité nationale

Avranches avec Vous (Guénhaël Huet, Rozenn Leroy,
Isabelle Mazier, Alain Morazin, Emilie Seillé, Marcel Siri)
– avranchesavecvous@gmail.com

Le groupe « Aimons Avranches ! »

Animations de Noël 2014 ratées, avec des chalets
sans électricité tournant le dos aux promeneurs dans la
rue de la Constitution !
Éclats de rire 2015 ratés, avec une absence totale
d’animations du fait de la décision de la ville !
14 juillet raté, avec le déplacement du feu d’artifice et
un centre-ville totalement désert en soirée !
Polynormande ratée, avec un départ au stade qui
a fait l’unanimité contre lui chez les spectateurs et les
commerçants de la place Littré, privés de clientèle !
Décembre 2015 : pour la première fois depuis 60 ans,
Noël Pour Tous ne sera pas organisé faute du soutien de
la ville.
A tous ces ratés, une seule raison : la décision de changer
pour le simple plaisir de changer ce qui avait été construit,
année par année, par Gérard Bordin et les élus, en concertation avec les commerçants et différentes associations.
A tous ces ratés, il faut ajouter les nouvelles règles de stationnement, la zone bleue place de la Mairie et les très
nombreuses contraventions émises depuis plusieurs mois.
Tout cela concourt à vider le centre-ville.

« Les tendances de Mat’ et Julie » :
2 place Saint Aubert, tél. : 02 33 69 05 52
Ouvert le lundi : 14h-19h, le mardi et vendredi :
10h-12h30 et 14h-19h, le mercredi et jeudi : 10h-19h,
le samedi : 9h30-19h

« Ici Tokyo » :
14 rue du Dr Gilbert,
tél. : 06 71 48 91 12
Ouvert du mardi au samedi :
10h-12h30 et 14h-19h

Il est vrai qu’il est beaucoup plus facile de manifester une
solidarité de principe et de façade à un commerçant victime d’un évènement dramatique que d’avoir une vraie
politique commerciale. Rappelons que cet événement
a été rapidement résolu par la Gendarmerie grâce à la
vidéo-protection pourtant récemment jugée inutile par
le maire.
Noël 2015 : les chalets reviennent miraculeusement
place Littré, un retour qui sonne à la fois comme un aveu
d’incompétence et comme un repentir. Pourtant, l’élu en
charge du commerce et des animations ne manque pas
d’autosatisfaction. A preuve, la commission qu’il préside ne s’est pas réunie depuis Mars 2015.Interrogé par
Rozenn Leroy lors du conseil municipal du 23 novembre
2015, l’intéressé, dénué d’arguments et très penaud, a
tenté de se justifier par ses obligations professionnelles.
Gérer une ville implique d’accepter des contraintes et de
consacrer du temps.
A défaut, on est condamné à accumuler les ratés !

Les événements tragiques du 13 novembre nous
rappellent à notre devoir d’unité nationale derrière la
République Française et ses valeurs : liberté, égalité,
fraternité.
Elus du peuple, nous avons été particulièrement
sensibles à votre capacité de mobilisation, ce soutien
indéfectible porté aux victimes, à leurs familles ainsi
qu’aux forces de l’ordre et de secours. C’est cette
solidarité qui nous réchauffe en ces temps de fêtes
hivernales.
En 2016, nous allons continuer à œuvrer pour
Avranches. La ville va accueillir pour la première
fois des jeunes Français en service civique. Ce temps
républicain permettra à nos concitoyens de vivre de
l’intérieur le fonctionnement de nos institutions.
Vivre sa citoyenneté dans ses droits et ses devoirs à
l’égard de la collectivité c’est susciter ce sentiment
commun d’appartenance à une communauté de
destin : la communauté nationale.
Belle place Saint-Gervais
Lieu de vie, celui du forum dès l’antique ville galloromaine, vous pouvez désormais déambuler sur la
place Saint-Gervais, restaurée dans le respect d’un
élément identitaire de notre ville, le granit.
La fontaine, dont les éléments contemporains en
granit bleu de Saint-James ont été façonnés par
les techniques de notre temps – programmation
informatique, utilisation de machines de haute
précision – va redonner du sens à cet espace qui vous
est à nouveau rendu public. Notre vision de l’économie
locale se base sur le bon mélange de traditions
professionnelles et de modernité pour s’adapter au
développement économique du XXIème siècle.
Vœux pour 2016
Nous vous souhaitons une agréable année 2016, dans
vos familles ou auprès de vos proches. Comme l’écrivait
Albert Einstein : « la valeur d’un homme tient dans sa
capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir ».

27

agenda
JANVIER

MARS

OUASMOK

BOITE À GANTS

PAROL’ DE MANCHOT

QUATUOR DE SAXOPHONES

VŒUX DU MAIRE

ESKEMM

SAMEDI 9 JANVIER À 16H
Théâtre, jeune public
Théâtre d’Avranches

MERCREDI 2 MARS À 16H
Théâtre, jeune public
Théâtre d’Avranches

MARDI 12 JANVIER À 20H30
Chanson, tout public
Théâtre d’Avranches

TEMPS
F O RT

SAMEDI 5 MARS À 20H30
Musique, tout public
Salle de Bacilly

MERCREDI 13 JANVIER À 18H
Salle Victor Hugo

JEUDI 10 MARS À 20H30
Rock celtique, tout public
Salle Victor Hugo

IL EST DES MOMENTS
JEUDI 21 JANVIER À 20H30
Musique, tout public
Théâtre d’Avranches

LES 10 KM D’AVRANCHES

COLLECTE DE SANG

LUNDI 14 MARS
Salle Victor Hugo

DIMANCHE 13 MARS

CONCOURS DE LA CONFRÉRIE DES VICKINGS

JEUDI 21 JANVIER

BOURSES AUX VÊTEMENTS

VOILÀ LES PIRATES

18, 19 ET 20 MARS
Salle Victor Hugo

MERCREDI 27 JANVIER À 16H
Chanson, jeune public
Théâtre d’Avranches

TEMPS
F O RT

DOM JUAN 2.0

MARDI 22 MARS À 20H30
Théâtre tout public
Théâtre d’Avranches

REPAS DES AÎNÉS
DIMANCHE 31 JANVIER
Salle Victor Hugo

COLLECTE DE SANG
MARDI 29 MARS
Salle Victor Hugo

FÉVRIER

SPLATCH

LA LÉGENDE DE RONAN KERADALAN

MERCREDI 30 MARS À 16H
Théâtre, jeune public
Théâtre d’Avranches

JEUDI 4 FÉVRIER À 20H30
Conte, tout public
Théâtre d’Avranches

LES CONCERTS DU JEUDI

SALON DU MARIAGE

28 JANVIER, 25 FÉVRIER, 31 MARS
Hôtel de ville

6 ET 7 FÉVRIER
Salle Victor Hugo

UNE FOLLE SOIRÉE À L’OPÉRA
VENDREDI 12 FÉVRIER À 20H30
Musique lyrique, tout public
Théâtre d’Avranches

COLLECTE DE SANG
JEUDI 25 FÉVRIER
Salle Victor Hugo

LES CONTES D’HOFFMANN
VENDREDI 26 FÉVRIER À 20H30
Théâtre musical – tout public
Théâtre d’Avranches

TEMPS
F O RT

US AVRANCHES MONT SAINT-MICHEL
Dates pour les prochains matchs de l’équipe de
football US Avranches – Mont Saint-Michel qui
évolue en championnat National (tous les matchs
se déroulent le vendredi soir à 20 heures) :
2 JANVIER : COUPE DE FRANCE : US AVRANCHES MSM - SAINT-MALO
8 JANVIER : US AVRANCHES MSM – ORLÉANS
29 JANVIER : US AVRANCHES MSM – SEDAN
12 FÉVRIER : US AVRANCHES MSM – ÉPINAL
4 MARS : US AVRANCHES MSM – CHAMBLY
18 MARS : US AVRANCHES MSM – CHÂTEAUROUX

à bientôt!

d’

l’équipe

www.avranches.fr