Vous êtes sur la page 1sur 8

N° 172

JANV-MARS 2010
votre quartier

bourg l’évêque
Bulletin des habitants des secteurs : Horizons, Le Mail, St-Cyr, St-Paul
réalisé par l’Association du Bourg l’Evêque, 30, rue de Brest - Directeur de la publication : Pol Mallet
site web : assobourgleveque.org

Une association de quartier pour quoi faire ?


Chaque année, l’Assemblée Générale de de nouveaux projets qui méritent d’éclore..., nous
l’Association du quartier est un moment avons des idées, vous aussi probablement.
essentiel. C’est l’occasion de prendre un peu de Il est important que les habitants se fassent
recul avec le quotidien, de faire le bilan et de entendre en s’organisant de façon indépendante
réfléchir à l’avenir. afin d’élaborer des propositions réfléchies et
L’ année passée a été marquée par le départ constructives. Notre Association accompagne
du Président Albert Smague ; pour assurer la les habitants dans leurs volontés de prendre
pérennité de son remarquable travail, nous en main la vie du quartier, notamment avec les
devons nous réorganiser. questions d’urbanisme.
Il faut continuer à faire vivre les activités L’Association est ouverte à tous, chacun peut
de caractère culturel, social et de loisirs que s’y engager en fonction de ses goûts, de ses
l’Association du Bourg l’Evêque a développées envies et du temps qu’il souhaite y consacrer.
pour répondre à des besoins des habitants. Il y a Venez donner votre avis :

La Sainte Cécile : une soirée réussie


Prévue traditionnellement entre Ste Cécile et Noël, cette soirée fut enchanteresse. Notre Cercle
Musical a offert à l’assistance un large panel de ses talents : pianistes, violonistes, accordéonistes,
guitaristes, ensemble de flûtes, la chorale d’adultes et la toute nouvelle chorale d’enfants. Tous pour
le plus grand plaisir de notre écoute.
A l’issue du concert, le public et les musiciens ont pu échanger autour d’un pot convivial, dans une
ambiance chaleureuse.

Notre Cercle Musical a offert à l’assistance un large panel de ses talents !


2

Les rendez-vous à portée de pieds... Les rendez-vous à portée de pieds... Les rendez-vous à portée de pieds...
En mars : En avril :

A l’Institut Confucius de Bretagne - 17 rue de Brest


Match d’improvisation proposé par la Troupe (02.99.87.08.85) Inauguration de la salle d’exposition
d’Improvisation Bourg l’Evêque le 26 mars à 20h30 au bar baptisée « He Yifu » le 7 avril.
de La Bascule - 2 rue de la Bascule (02.99.33.10.40). Exposition « La ville en mutation » de jeunes artistes chinois
vivant en Bretagne du 27 avril au 29 mai.

Exposition « 20 ans de peinture » de Françoise


Cieslarczyk du 28 avril au 25 mai - Maison St Cyr.
Exposition photos Galerie St Cyr « Eau d’île » du 1er au
31 mars à la Maison St Cyr - 59 rue Papu (02.99.59.48.80).
La 13ème édition de la Quinzaine Bio « Mers et Océans » du
8 au 21 mars organisée par la Maison St Cyr et la MJC La
Paillette - Domaine St Cyr (02.99.59.88.88).

En mai :
Notre association de Quartier du Bourg l’Evêque
s’associe à la 8ème édition de « Quartiers Libres »
A la Péniche Spectacle - 30 quai St Cyr (02.99.59.35.38) : (02.99.59.88.88 - www.la-paillette.net) en vous invitant à
Rencontre avec un auteur Claudie Gallay, le 24 mars à partager une journée pleine de convivialité autour d’un repas,
20h30. d’activités et d’animations musicales, théâtrales, et autres, le
Musique Traditionnelle d’Irlande avec le groupe Doolin’, 29 mai à partir de 16h - Parc MJC La Paillette
les 25 et 26 mars à 20h30.

Avis aux lecteurs


Ce journal est le reflet de notre quartier. Nous essayons de vous informer de ce qu’il s’y passe. Conscients que la population
du quartier est en constante évolution, nous souhaitons connaître vos avis sur les articles, les thèmes et les rubriques que nous
abordons afin de répondre au mieux à vos attentes. Pour cela, nous vous invitons à nous faire part de vos réactions à un
article ou à nous proposer un thème, l’interview d’une personne du quartier ou encore une photo qui enrichira un prochain
numéro du journal.
Merci d’envoyer vos courriers à : L’équipe du Journal du Bourg l’Evêque - 16 rue Papu - 35000 Rennes
Ou vos email à : asso.bourgleveque@numericable.fr
Nous vous en remercions d’avance.
L’équipe du journal du Bourg l’Evêque

« Nous remercions vivement U express qui nous a prêté


un véhicule pour transporter les pianos du concert
de la Ste Cécile »

• Photocopies format A4 et A3
T
• Photocopies et O U V E R redi
impressions numériques u vend
du lundi a 9h
• LASER noir et couleur de 9 h à 1
• Reliures collées et spirales le samedi
3h
de 9 h à 1
• Fax : émission, réception
ouvert du lundi au samedi
10, place du Bas des Lices - 35000 RENNES
Tél. 02 99 35 18 40 - Fax 02 99 67 26 27 de 8h30 à 21h00
E.mail : coplic@free.fr - Site : www.copies-des-lices.com 21, rue de Brest - 02 99 14 31 10
3

Crédit Mutuel
de Bretagne
HORAIRES
medi
BANCASSURANCES
du lundi au sa
0
8 h 30 à 20 h 3 Horaires d’ouverture
mardi, mercredi et vendredi : 9 h à 12 h 30 - 14 h à 18 h 15
jeudi : 9 h à 12 h 30 - 15 h 30 à 18 h 15
samedi : 9 h à 12 h 30
BOURG L’EVEQUE Libre service bancaire à votre disposition 24 h/24
Rue de Brest - RENNES
Tél. 02 99 59 28 93 Crédit Mutuel de Rennes bourg l’évêque
6, rue de Brest - 35000 RENNES - Tél. : 02 99 59 41 51 - Fax : 02 99 33 75 95

A découvrir sur le Mail


Nous l’avions souhaité depuis si longtemps, c’est enfin
arrivé. Maintenant le soir, lorsque nous n’avons plus de
pain ou que l’envie d’une salade, d’une bouteille nous
prend, plus de problème : la nouvelle « Alimentation du
Mail » est ouverte jusqu’à 23 heures.
Depuis le 1er juillet 2009, au n° 55, Gaby et Marcel Ciresar
ont ouvert leur commerce. Marcel qui travaillait dans le
quartier pour une entreprise de nettoyage avait constaté
le besoin en petit commerce alimentaire de proximité.
Avec sa femme, ils ont décidé de se lancer, même si les
journées et les semaines sont longues lorsqu’on a aussi
trois enfants à élever. La boutique est petite, mais on
y trouve de tout : du poulet rôti fermier avec des petits
légumes (pas chers du tout), des fruits et légumes, du
pain et des salades faits maison par Gabriella et aussi du
cervelas hallal dont vous deviendrez peut-être accro.
Cela mérite d’y aller voir par soi-même.
Ouvert tous les jours de 10 h à 23 h.

-----------------------------------------

Gabriella et Marcel Ciresar dans leur épicerie

Encore une nouvelle activité


à Bourg l’Evêque
Nous avons le plaisir de vous informer qu’une nouvelle
activité s’est mise en place, depuis décembre 2009.
Il s’agit du « Club Anglais ».
Bienvenue à cette nouvelle activité. Une activité basée
sur l’expression orale, sur le parler et l’écoute de la
langue de Shakespeare. Une activité qui démarre avec
des élèves studieux, fidèles et enthousiastes. Une activité
prometteuse. Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à
prendre contact avec l’Association du Bourg l’Evêque. Discussion au club d’anglais
4

L’Association du Bourg l’Evêque… une déjà longue histoire


s Sur tous ces sujets l’Association du Bourg l’Evêque
Les « Horizons » venaient tout juste d’être édifiés. La s’est montrée très active auprès de la municipalité en
1ère phase de rénovation du quartier de la rue de Brest mettant dès l’origine tout le monde dans le coup grâce à
s’achevait. Le prolongement du noyau central était encore l’édition de « Votre quartier bourg l’évêque ». Numéro 1, 1er
en travaux (Cristales - Planètes). trimestre 1973 suivi de 3 autres parutions dans la même
Ce qui existait auparavant avait été rasé et la population, année à 3000 exemplaires.
pour une grande part, relogée dans divers quartiers 2. Les espaces publics disponibles étaient en attente.
périphériques. Derrière les Horizons, un terrain vague qui allait devenir
Le quartier qui venait de surgir, en rupture totale avec par la suite le square Guy Houist n’avait pas encore de
ce qui l’avait précédé, reprenait son nom d’antan : « Bourg destination arrêtée. Réunions, enquête auprès des gens
l’évêque » (propriété de l’évêque Sylvestre de la Guerche ont débouché sur des propositions qui ont nourri nos ren-
de 1071 jusqu’à la Révolution). Immeubles neufs, tracé contres avec la Ville et la Société de Rénovation.
nouveau, habitants sans la chaleur relationnelle d’un passé Cela dit, sur toutes ces questions d’aménagement,
commun. nous étions écoutés sans doute mais aussi trop souvent
Le besoin de se forger une identité collective se fit mis devant le fait accompli. L’Association du Bourg l’Evê-
sentir. L’inachèvement des espaces publics méritait qu’on que a vite compris que le moyen de se faire entendre était
s’y intéressât activement. L’extension déjà envisagée d’être respecté comme interlocuteur légitime et pour cela
de la rénovation en direction du Mail ne pouvait laisser de forger une capacité de proposition par la mise au tra-
indifférent. Il y avait aussi des désirs qui s’affirmaient en vail dans la durée des habitants, fondés alors à obtenir la
matière de loisirs et de culture. communication des dossiers avant que ne soient prises
s,ANAISSANCEDEL!SSOCIATIONDU"OURGL%VÐQUE les décisions.
Comment traduire toutes ces aspirations et y répondre s,APROMOTIONDELOISIRSCULTURELSETLA QUESTION
sans s’organiser ? C’est à cette fin, qu’à l’initiative d’habi- des locaux
tants du quartier, l’Association du Bourg l’Evêque a été créée Le besoin de loisirs sur place fut l’objet d’une vaste
lors d’une Assemblée Générale le 21 novembre 1972. enquête. Le 1er mérite de celle-ci fut d’établir de nombreux
Les années 60 ont été marquées par une forte urbanisa- contacts entre les gens d’où émergea le désir de « faire
tion dans toute la France. Rennes s’est considérablement ensemble ». Mais comment en l’absence de locaux ?
développée et a connu d’importantes mutations démogra-
1. « Les locaux collectifs résidentiels ».
phiques. Dans tous les quartiers nouveaux, on a assisté à
Dès 1960, le législateur avait prescrit, afin de favori-
la naissance de comités de quartier répondant au besoin
ser les relations entre habitants, que dans les nouveaux
de bâtir un « vivre ensemble ». Parallèlement, la Ville de
immeubles d’au moins 50 logements des « m2 sociaux »
Rennes mettait en place en 1960 un organisme d’un type
seraient regroupés en un local retiré de la vente. Hélas,
nouveau : l’Office Social et Culturel (O.S.C.) chargé de
en un premier temps, les promoteurs ont satisfait à leurs
piloter le développement de la vie des quartiers et où les
obligations en se bornant à geler un espace auquel on
différents comités de quartier de la ville pouvaient, dans une
ne pouvait accéder qu’en pénétrant dans la co-propriété,
commission ad hoc, comparer leurs expériences, se réunir
ce qui le rendait impropre à sa destination prévue. Ce
autour de projets et ont par la suite élaboré des stratégies
fut seulement aux Horizons que les « m2 sociaux » furent
de concertation.
regroupés hors bâtiment. Pendant un temps, nous avons
Pour ce qui concerne bourg l’évêque, les fondateurs de
pu les utiliser à des fins culturelles. Ensuite, il y eut le
l’Association en ont clairement affirmé l’objet dans l’article local des Cristales-Planètes où la Ville installa la biblio-
2 des statuts : thèque de quartier après une longue négociation avec la
- aider les habitants du quartier à s’organiser et à prendre co-propriété.
collectivement en charge leurs problèmes.
- se faire leur interprète. 2. L’utilisation de locaux scolaires à des fins socio-
- favoriser l’aménagement, l’équipement, l’animation du éducatives.
quartier. Une circulaire du ministre de l’Education Nationale
- promouvoir toute forme d’action culturelle et sociale. » en date du 1er mars 1975 estime justifiée l’utilisation de
Très vite, la mise en pratique allait en révéler toutes les locaux scolaires pour des activités éducatives et propose
implications et les mettre à l’épreuve. à cet effet l’établissement d’une convention entre le res-
ponsable de la collectivité locale, le directeur de l’école et
s,ESQUESTIONSDAMÏNAGEMENT l’organisateur des activités autorisées.
1. En matière de voirie et de circulation, beaucoup Une possibilité était ouverte. Sa réalisation n’allait pas
restait à penser et à réaliser. de soi.
Le carrefour rue de Brest - rue Papu, au pied des Nous avons pris les contacts nécessaires et rencontré
Horizons, était insatisfaisant. Il fut redessiné. sur le terrain un accueil favorable. C’est ainsi qu’a pu com-
La traversée de la rue de Brest au débouché de la rue mencer à fonctionner en avril 1976 notre « Cercle Musical »
du père Lebret, face à l’église St Paul, était très dange- dans 2 salles de classe de l’école de la rue Papu. Il pren-
reuse. On pensait alors la régulation du trafic automobile dra par la suite une plus grande extension en disposant de
en termes d’écoulement maximal. Il y eut de nombreux salles supplémentaires à l’école du boulevard de Verdun.
blessés à des degrés divers (18 incapacités temporaires C’était, à bourg l’évêque, le début d’une démarche
de travail en 1974) jusqu’à l’accident mortel d’un enfant de innovante et prometteuse qui allait connaître d’autres
7 ans le 10 avril 1975. Il a fallu ce drame pour inverser la développements.
tendance de l’époque, en commençant à réduire la largeur à suivre ,
de la traversée (2 fois 2 voies au lieu de 2 fois 3 voies). Albert Smague (Président de 1977 à 2009)
5

Vélosolidarité
Samedi 5 décembre sous le préau de l’ancienne
école Papu, de nombreux cyclistes ont bravé la pluie
pour remettre en état leur vélo, pour donner des
vélos inutilisés ou simplement pour le plaisir d’être
ensemble. Depuis, nous avons donné des vélos aux
« Restos du coeur » pour des personnes en difficulté.
Prochain rendez-vous le samedi 3 avril 2010 à
14 h. Merci aux généreux donateurs.

Remise en état des vélos le 5 décembre sous le préau


de l’ancienne école Papu
24 heures sur 24 et 365 jours par an,
c’est sans interruption que des panneaux publicitaires
Aménagements de voirie
éclairés en permanence tournent et tournent... Suite à la demande d’un habitant, un îlot sera
Cela est très agaçant pour les riverains qui se plaignent prochainement réalisé pour sécuriser la traversée piétonne
de cette agression ininterrompue sous leurs fenêtres. du quai d’Ille et Rance et renforcer la signalisation verticale
De plus ces panneaux sont souvent implantés dans les indiquant aux véhicules circulant quai d’Ille et Rance
carrefours et l’on imagine facilement que, comme les qu’ils doivent céder le passage aux véhicules venant du
téléphones portables au volant, ils détournent l’attention « Passage d’Ille et Rance » sous le pont.
des automobilistes et constituent donc un danger pour Sur le Mail, les véhicules venant du centre ville
les usagers de la route. rencontrent un marquage au sol avec une flèche orientée
Pour en savoir plus sur les règles d’affichage à Rennes, vers la droite, alors que la voie de circulation se trouve sur
nous avons essayé de lire le Règlement Local de Publicité. la gauche dans le sens de la marche. Ce marquage qui
Le problème des panneaux aux carrefours a bien été prête à confusion a été signalé à la Ville, sans suite pour
envisagé par le rédacteur puisqu’on peut lire notamment l’instant.
« Aucun dispositif scellé au sol ne doit être implanté à une La création de bandes cyclables sur la rue Vaneau
distance inférieure ou égale à 15 mètres d’un carrefour... » constitue un grand progrès pour les vélos, mais hélas au
avec des exceptions !!! Dans ces exceptions, on trouve détriment de la sécurité des piétons. En effet les angles
notamment les publicités supportées par le mobilier des trottoirs ont été écornés et cela favorise la vitesse de
urbain. De quoi s’agit il ? « Le mobilier urbain destiné à circulation des autos qui prennent un virage, malheur au
recevoir des informations non publicitaires à caractère piéton trop lent !
général ou local, ou des oeuvres artistiques, dont la
surface publicitaire commerciale ne peut dépasser la
surface réservée aux informations évoquées ci-dessus ».
Cela rend-t-il ces dispositifs moins agressifs et moins
dangereux ? Venez vous exprimer sur ce sujet lors de
notre prochaine Assemblée Générale.

FEMININ MASCULIN JUNIOR

CRÉATIF’
C RÉATIF’ 79
9 5 9 4 3
Coiff’ 02 9
Ouvert du Mardi au Samedi Midi
Les jeudi, vendredi - Journée Continue
17, rue Vaneau - 35000 RENNES Marquage au sol avec une flèche orientée vers la droite
situé à la sortie Ouest du Mail
6

2APPORTDACTIVITÏDELANNÏE
L’année 2009 a été un tournant dans l’activité de l’Association du Bourg l’Evêque : Changement de Président ; mise
en place, pour l’élaboration du journal, d’une équipe de rédacteurs et de journalistes ; demandes de création d’activités
nouvelles (exemple : sophrologie).
L’urbanisme & le cadre de vie matchs auront lieu le vendredi 26 mars à 20h à la Bascule et le
La concertation avec la Ville de Rennes a été fructueuse à propos vendredi 26 juin à 20h30 à l’ADEC. Une date à la salle polyvalente
du projet du Mail François Mitterrand qui a fait un grand pas, est envisageable entre mars et mai.
ainsi que sur les pistes cyclables avec la réalisation de bandes s ,ATELIER DES ÏCRITURIENS
cyclables, que nous avions depuis longtemps souhaitées, rue L’atelier d’écriture a été créé il y a quatre ans. Les participants
Vaneau . Le groupe urbanisme a également réfléchi à la sécurité sont une bonne vingtaine, répartis en deux groupes. Ils se retrou-
des piétons dans le quartier et fait part de ses observations à la vent tous les lundis. Humour, imagination, créativité et bonne
Ville qui les prend en compte. humeur sont au rendez-vous. C’est une heureuse expérience et
l’enthousiasme des participants est un solide encouragement
Animations pour les deux animatrices de l’atelier : Anne Marie et Claude.
Le salon du vélo au mois de juin sur le Mail a été un beau succès s ,A PEINTURE SUR PORCELAINE
et une découverte de vélos extraordinaires. Les opérations pério- Vous n’avez pas besoin de savoir dessiner pour peindre sur porce-
diques « Vélosolidarité » de dons de vélos ont été l’occasion de laine. La progression des cours se fait en fonction de chacun(e).
se rencontrer et d’offrir des vélos à des personnes disposant de Tout au long de l’année nous abordons des techniques imposées,
faibles revenus. mais dont l’application reste libre dans l’expression et la créativité
A l’écoute des habitants et des autres associations : de chaque élève.
notre site internet et notre journal se sont ouverts encore plus aux
autres associations et aux initiatives individuelles. Nous avons s ,A PEINTURE Ì LHUILE
notamment aidé à la création dans le quartier d’une AMAP qui Pour sa troisième année notre atelier de peinture à l’huile a accueilli
permettra à des habitants de se fournir en produits alimentaires 4 nouvelles adhérentes. Nous sommes donc dix fidèles chaque
de qualité et cultivés à proximité. mardi et mercredi après-midi. Notre premier rendez-vous a été
attristé par le décès de Bernard. Nous avons exposé nos toiles
Nos activités sociales, culturelles et de loisirs lors de la journée portes ouvertes de rentrée et nous projetons
une exposition en novembre au cloître St Cyr. Quelques peintures
s ,E #ERCLE -USICAL sont en ligne sur le site de l’Association.
Il comporte 199 adhérents à la rentrée de septembre. La pratique
instrumentale de 12 instruments est enseignée individuellement s ,E BRIDGE
et la formation musicale (solfège) collectivement sur un cycle de Nous sommes une vingtaine à nous réunir soit le mardi après-
5 ans. Un cours de formation musicale spécifique pour adultes a midi, soit le mercredi soir, pour le plaisir du jeu et aussi de la
vu le jour. Les pratiques collectives sont particulièrement encou- rencontre entre amis. Cet hiver nous nous sommes repliés dans
ragées et on rencontre de beaux succès comme le témoignent une jolie salle de l’Institut Confucius. Nous pouvons accueillir
la chorale adultes qui compte une trentaine de participants et d’autres joueurs, sachant que nous essayons de nous stimuler
les fréquentations en hausse de l’orchestre ainsi que le nouvel par des petits tournois.
Atelier de Musiques Actuelles. Auditions et concerts ont égale- s ,A JOURNÏE PIQUE NIQUE
ment été donnés en 2009. Autre nouvelle activité de la rentrée : la Le dimanche 14 juin nous a permis de découvrir le pays de Guitté.
chorale pour enfants que nous avons créée dans le but, notam- Ces journées s’inscrivent dans la bonne humeur et la convivialité.
ment, d’ouvrir l’accès à la musique aux enfants de familles défa-
s ,A SORTIE ANNUELLE EN AUTOCAR
vorisées. Il s’agit d’1h par semaine le mercredi. Le financement
Le 27 septembre, 54 participants ont apprécié l’excursion dans la
est assuré par l’Association, seule l’adhésion à l’Association est
baie de Morlaix. Beau temps et sourires étaient au rendez-vous.
demandée. Par ailleurs, la Ville de Rennes a renouvelé pour un
bail de 3 ans la convention qui nous apporte un soutien logis- s ,E CLUB DANGLAIS (Voir article en page 3)
tique et financier. C’est un point fondamental pour la continuité s ,INFORMATION
de notre enseignement musical même si la subvention allouée est Le contrôle par les habitants de ce que l’Association du Bourg
prévue en baisse de 10%. l’Evêque pense pouvoir entreprendre au nom du quartier nous fait
s ,!CTIVITÏ THÏÊTRALE une obligation d’informer.
Atelier animé par Hervé Arnoux : Après quelques semaines La connaissance des dossiers, des initiatives, des projets, des
de travail d’improvisation, l’atelier Théâtre 2009 a travaillé sur prises de position, des réalisations… permet à chacun de nourrir
«Yerma» de Federico Garcia Lorca. sa réflexion, d’en faire part et aussi de s’impliquer.
L’atelier a repris en septembre avec 15 participants. Le projet pour Les 4 numéros annuels de cette petite publication, distribués
le mois de juin est de travailler autour du «sentiment amoureux». à 5500 exemplaires par une équipe de bénévoles, ont joué leur
Atelier d’Improvisation : Cet atelier existe depuis 2 ans. Il est rôle en 2009 comme les années précédentes.
co-animé par Christophe Loviny et Emmanuel Crozon et compte Avec ce premier numéro de l’année 2010, vous avez une
à ce jour 13 adhérents. L’objectif est de proposer des formes matière supplémentaire pour venir vous exprimer à l’Assem-
différentes d’improvisation : matchs ou cabarets. Ces 2 formules blée Générale qui concerne tous les habitants du quartier,
sont présentées régulièrement dans le quartier : les 2 prochains mardi 30 mars à 20h30 - Salle polyvalente - 16 rue Papu.

C.C. Bourg l’Évêque


RENNES
Masculin - Féminin
Junior
Ouvert du lundi au samedi
02 99 59 29 76
7
Un autre regard sur le quartier corps, sa santé, en consommant de la viande et des produits
laitiers dont son organisme n’a pas besoin. La viande et les
Voici la suite de la chronique de Pierre Péquignot sur produits laitiers sont responsables de nombreuses maladies
l’écologie. (40% des cancers, 50% des accidents cardiaques et vasculaires
La Terre a environ 4,5 milliards d’années. L’espèce humaine cérébraux). Aux U.S.A. et au Canada, on soigne le diabète par le
habite la Terre depuis environ 5 millions d’années. Pour tenter végétalisme mais pas en France. Qui a parlé du trou de la sécu ?
de comparer ces 2 notions de temps à l’échelle d’une année, Je développerai chacun de ces thèmes : santé, pollution, guerre
on peut dire que la Terre a un an et l’humanité existe depuis de l’eau, déforestation, faim dans le monde, chasse… dans les
15 minutes. L’aventure humaine ne fait que commencer. prochaines chroniques.
Pendant très longtemps l’animal humain s’est déplacé sans Mais à propos, Copenhague ! Tous ces chefs d’états et
cesse, pour se nourrir de cueillette surtout. Il a commencé à de gouvernements ont fait la preuve que l’écologie n’est pas
se fixer, à se sédentariser, il y a environ 11 000 ans. Ce fut le leur affaire. L’écologie appartient à chacun d’entre nous, au
début de l’agriculture et de l’élevage. Cela marque aussi un quotidien car chacun a sa part de responsabilité. Chacun peut
tournant important dans la relation entre l’Homme et l’animal. faire beaucoup en consommant autrement. Pour illustrer cette
L’animal était jusque-là un gibier occasionnel. Il devient ensuite idée, je voudrais vous raconter la légende du colibri.
un esclave qui porte, qui tire, qui produit (œuf, lait, laine, cuir…) Un jour il y eut un immense incendie de forêt. Tous les
et enfin qui nourrit car l’Homme a développé l’élevage pour la animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre.
viande. L’élevage fut d’abord extensif, sur d’immenses espaces. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes
Puis peu à peu, avec la modernité naissante et la demande plus d’eau avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment,
importante, l’élevage est devenu intensif puis enfin en batterie. le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu
La science s’en est mêlée aussi pour sélectionner telle race n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas
pour la viande, telle autre pour le lait, telle autre pour la laine… éteindre le feu ! Et le colibri lui répondit :
A présent, une vache qui vit normalement au moins 20 ans « Je le sais, mais je fais ma part. »
dans la nature, est « mise à la casse », complètement épuisée
à 4 ans. La poule pondeuse de batterie n’atteint pas 3 ans.
Cette « évolution » a transformé l’animal en simple produit de
consommation. Elle a aussi bouleversé l’équilibre écologique.
Pour le plus grand profit de l’agro-alimentaire l’Homme, espèce
animale supposée intelligente, détruit sa planète en polluant , en
coupant les forêts pour planter toujours plus et produire toujours
plus de viande. Cette activité est la plus polluante qui soit. En
incluant la pisciculture, l’élevage produit 51% des gaz à effet
de serre, d’après les experts de la Banque mondiale. En 2009,
Greenpeace publiait que l’élevage bovin est responsable de
80% de la destruction de la forêt amazonienne. 38% des terres
cultivables sont consacrées à l’élevage, alors qu’un milliard
d’humains manquent de nourriture et d’eau. Mais cet animal
humain si intelligent détruit aussi un autre environnement : son Colibri ou oiseau-mouche, passereau d’Amérique

Avis aux lecteurs - Vous souhaitez réagir aux articles du journal ? N’hésitez pas à nous envoyer vos opinions (voir page 2) !

A la découverte du Bourg l’Evêque… annexe les terres bretonnantes jusqu’au Ponant.


Comment s’y retrouver dans Bourg l’Evêque en quête de la Tout cela échappe probablement aux habitants des Horizons
Bretagne ? dont le regard plane bien au-dessus de la ville, jusqu’à des
lointains bleus permettant l’évasion…
Voici plus de quarante ans, faisant disparaître l’ancien « quartier
de la rue et du faubourg de Brest », le Bourg l’Evêque était Quant à l’« étranger » qui ose franchir le canal d’Ille-et-Rance,
conçu comme un vaste plateau structuré par des immeubles, venant de l’« hyper-centre », le plan de céramique au coin du
des « volumes », entourés d’arbres (qu’au XXIème siècle on pont le laisse perplexe, et les plans de papier ne lui sont d’aucun
aime élaguer, éclaircir, voire abattre), espace dans lequel les secours, tout comme les plans « officiels », régulièrement
rues perdaient leur rôle. On n’était plus en ville, on n’habitait vandalisés : ils ignorent la toponymie propre à Bourg l’Evêque.
plus des rues ou des avenues, mais des résidences souvent Quant aux résidents du quartier : demandez leur d’indiquer le
éloignées des chaussées et inaccessibles aux voitures. Certes, Rhuys ou le Fréhel, les Lys, voire le Trimaran, et comment s’y
pour des raisons administratives et postales, il y eut des voies et rendre et y accéder…
des numéros, mais les nouveaux venus habitaient l’Emeraude,
le Penthièvre ou le Trégor, les Bruyères…
Y eut-il une politique pour ces baptêmes ? Probablement.
D’abord un alignement de pierres précieuses, jusqu’aux
audacieuses « Cristales », Saphir, Porphyre et Améthyste,
montant à l’assaut du plateau.
Contrastant avec les résidences de « standing », les Genêts,
les Ajoncs, les Bruyères font prospérer une flore rustique sur
les bords de l’Ille et rappellent la Bretagne des poètes, au moins
celle de Théodore Botrel. Puis, des noms évoquant les rivages de
Bretagne, phares, îles, promontoires, complétés par la Caravelle
et le Trimaran, font entrer la marée à la confluence, le grand
large au cœur des terres, apportent des souffles toniques dans
les relents de gaz d’échappement, et réveillent des souvenirs de
vacances loin de Rennes.
Enfin, avec le majestueux Armor, enjambant la rue de Brest,
Rennes s’affirme bien capitale de toute l’antique province et Photographie prise au XXème siècle
8

Concours photo,
Dans le précédent numéro du journal, nous vous proposions de nous envoyer vos
photos prises dans le quartier avec pour thème, l’eau. Nous vous remercions de vos
envois. Nous avons retenu celle d’Odile Feuillu qui nous propose une image rare de
notre quartier sous la neige. Bravo !

... et photo mystère


Nous nous interrogions sur la signification des pancartes sur
la grille des Chèques postaux le long de l’allée qui relie la rue
de Lorgeril et la rue Vaneau. Nous avons reçu des réponses
« d’anciens des chèques » et du Centre Financier de la Poste.
Ces pancartes servent de zone de rassemblement pour le Le mystère dévoilé...
personnel en cas d’évacuation du Centre.
Si vous avez des photos insolites du quartier, vous pouvez nous les envoyer. Nous
pourrons les publier dans le journal ou sur notre site assobourgleveque.org.
Notre photo coup de coeur

Les coulisses de « Questions pour un champion »


Vous avez sans doute été nombreux à suivre la magnifique prestation de Jérôme Normandière, habitant du quartier, à
l’émission « Questions pour un Champion » en décembre dernier. Il nous livre ici quelques anecdotes et revient sur les
coulisses du jeu.
« Avant tout, au-delà du parcours (qui doit être relativisé) il s’agit d’une formidable expérience. On arrive le matin, on nous
maquille, nous explique les différentes étapes, etc. Beaucoup de stress et de fatigue (plusieurs émissions sont enregistrées
dans la même journée) : les caméras sont partout, les lumières, le décor à la fois familier (pour qui a regardé l’émission)
et intimidant… quand on se retrouve de l’autre côté de son téléviseur… ! Mais l’équipe de production s’emploie à nous
mettre à l’aise. Entre les candidats, la convivialité l’emporte sur les tensions de l’adversité. L’un d’eux m’a même donné sa
ceinture ! (j’avais oublié la mienne à Rennes). Julien Lepers ? Il est très pro : il a vu défiler des milliers de gens depuis 20
ans et continue de s’intéresser à tous avec le même enthousiasme. Bon après, il souligne quelquefois avec insistance les
erreurs impardonnables de l’un ou l’autre d’entre nous ! Le public est là, choyé par un « chauffeur de salle ». La magie de la
télévision et les quelques infos qui avaient été données à l’antenne me concernant ont permis à de nombreuses personnes
de me retrouver : j’ai été très touché par les nombreux témoignages, encouragements et félicitations reçus de personnes
connues… (perdues de vue) et inconnues ! ».

Le jeu des anagrammes Solution du numéro précédent


Divagations Délices gustatifs
Oniris était en pleine fantasmagorie depuis qu’il s’était Oniris était demeuré admiratif devant le savoir-faire du Maître-
follement ----- d’un site fabuleux dont il ne pouvait plus se Cuisinier dont l’art consistait essentiellement à mélanger le cru
détacher… et le cuit en un dosage subtil dont il avait le secret.
Prends garde, Oniris, tu ----- dangereusement en te laissant En y repensant avec le recul du temps, Oniris se dit que la
aller sur la pente glissante qui te mène aux ----- tourments ! Il faut dégustation de ses créations gastronomiques n’avait sûrement
que tu lâches ----- si tu veux éviter d’être emporté comme dans pas besoin d’être rehaussée par « le cru du siècle » pour en
l’enroulement d’une ----- et figurer dans une liste semblable à apprécier toutes les saveurs.
celle des ----- en mer. C’eût été cruel de penser que cet artiste-là se dépensait à ses
Humains ! Si vous voulez vous porter au secours d’Oniris, fourneaux par esprit de lucre.
vous êtes ----- de le rejoindre au bord du Rhin, là où se situe la Envoûté, Oniris se laissa bercer par le souvenir de vendanges
ville allemande de -----, sur le site très ----- de sa cathédrale du radieuses. Il avait encore en mémoire le soin mis en soirée pour
XIème siècle. faire culer dans la remise, la charrette vidée de son contenu aux
Pour vous aider : mots de 5 lettres. odeurs captivantes.

Pour nous aider à financer ce journal


Pour soutenir notre action au service du quartier

Adhérez à l’Association
du Bourg l’Évêque
JEAN-CLAUDE MAIRE (siège social : 30, rue de Brest)

Optique des Lices Cotisation : 8 €


Imp. RIAULT - RENNES

9, place du bas des Lices (que vous pouvez expédier, déposer à notre siège
social ou dans la boîte aux lettres de l’Association
35000 RENNES 16, rue Papu, près du portail d’entrée dans la cour
de l’ancienne école).
Tél. 02.99.30.12.26