Vous êtes sur la page 1sur 1

Même déguisée en

école, la prison tue iqu e d e P atrick


rit
Pour une c s es amis !
ygues et d e
Poivre-Bou
Sur les sept Etablissements
Pénitentiaires pour Mineurs (EPM)
prévus dans le programme de la loi
d'orientation et de programmation de la
En réponse au traitement médiatique des grèves de novembre-décembre 1995,
justice du 9 septembre 2002 (dite loi
Perben II), 4 fonctionnent actuellement des journalistes, des chercheurs et des citoyens décidèrent de se regrouper et
en France : Meyzieu (Rhône), Lavaur de créer Action-Critique-Médias, qui vit le jour en 1996. Dénonçant et recher-
(Tarn), Quiévrechain (Nord) et chant les causes d’un fonctionnement et d’une logique journalistiques dominant
Marseille, pour 167 mineurs incarcérés.
Deux nouveaux EPM doivent ouvrir d'ici nos quotidiens, en relation parfois étroite avec la classe politique, Acrimed dé-
fin 2008. fend l’idée d’un journalisme indépendant. Celui-ci écarterait les logiques finan-
Incarcéré depuis le 17 décembre 2007 cières qui, mettant en concurrence les rédactions en termes de ventes et d’audi-
pour des faits mineurs, Julien avait déjà
mis le feu à sa cellule, ce qui lui avait
mat, font trop souvent oublier le fond de l’information. Au niveau national,
valu d’être placé en réclusion pour l’association regroupe 500 personnes, dont une minorité de journalistes, 10%.
dégradations. Il n’a jamais pu le Ils publient un journal, de « manière intempestive et aléatoire », quand l’actua-
supporter. Le 2 février 2008, ce jeune lité le requiert, en supplément au Plan B, bimestriel de critiques des médias et
homme de 16 ans se donna la mort à
l’EPM de Meyzieu. d’enquêtes sociales. A Lyon, Acrimed composé d’une trentaine de personnes,
En 2007, on dénombre 72 tentatives de est présent dans le tissu militant local, et participe à diverses actions comme le
suicide. Parmi les enfants confiés à la Contre Grenelle de l’environnement. Acrimed 69 a récemment projeté le film
Protection Judiciaire de la Jeunesse, 9 %
des garçons et 44 % des filles ont voulu Désentubage cathodique, succession de courts métrages sur la télévision, réalisé
mettre fin à leur jours. par Zaléa TV, une télé associative émettant sur le net. Acrimed mène une ré-
Une manifestation de 200 personnes, flexion essentielle pour un véritable journalisme d’informations et de critiques,
dont le père de Julien, a eu lieu le 9
pour une « appropriation démocratique des médias », parce qu’informer et être
février à l’appel de la FSU et de
l’association Témoins, qui lutte contre informé est un droit.
les violences policières. Un représentant
de la CFDT Justice y a dénoncé ces Acrimed : http://www.acrimed.org/
établissements où sont enfermés des Acrimed 69 : http://acrimed69.blogspot.com/
mineurs âgés de 13 à 18 ans. Le même
jour, Rachida Dati, ministre de la Justice,

En mai, imagine ce
faisait le déplacement à Meyzieu, afin
de soutenir l'utilité des EPM en affirmant
qu’ils ne seraient pas remis en cause.
Cette visite rappelait celle de Pascal
Clément, ministre de la justice de
l’époque, venu le 7 juin 2007 inaugurer à
qu’il te plait !
Meyzieu le 1er EPM en France et La fête des travailleurs avait marqué le début du
décrivant l'établissement comme une mouvement. Mi-mai, de grandes manifestations rassem-
« salle de classe entourée de murs ».
blaient plusieurs milliers de personnes, de drapeaux et
Actuellement, 48 mineurs, prévenus ou
de slogans. L’idée que l’union des étudiants, des ly-
condamnés, y sont incarcérés pour une
durée moyenne d'un mois. A plusieurs
céens, des salariés ne pouvaient que peser toujours plus
reprises, la police anti-émeute spécial en leur faveur dans le rapport de force, était maintenant
prison (ERIS ) est intervenue pour devenu majoritaire. Après un mois d’une lutte intense
contenir les jeunes. Très vite, on a pu parce que constante, la fatigue physique commençait à se
constater les limites d’une telle structure faire sentir. Moralement tout allait pour le mieux. Les
où l’encadrement est surtout composé de rangs des manifestants grossissaient constamment, les am-
matons, et où les éducateurs ne restent phis de la fac ne suffisaient plus à accueillir les gré-
pas longtemps en place. Sur 30 vistes, qui devaient maintenant se réunir à la Bourse du
employés, 24 ont changé de poste, ne Travail pour échanger, débattre, proposer des suites à
permettant pas une vraie prise en charge chaque jour de mobilisation. Pour autant, tout ne pouvait
individuelle des enfants. Suite au suicide être parfait et la crainte de la répression tourmentait
de Julien, six nouveaux postes les esprits. La police cognait, les arrestations se mul-
d’éducateurs devraient être créés au mois tipliaient. Le pouvoir en place avait déclaré au journal
de mars. de la veille qu’il ne céderait pas devant la violence de
La place d’un enfant n’est pas en prison. la rue, laissant entendre la possibilité de rétablir
Au lieu de financer des EPM dont le coût l’autorité républicaine par tous les moyens possibles et
par établissement est estimé à 13 envisageables. La solidarité qui s’était installée dans
millions d’Euros, l’argent devrait plutôt les rangs des grévistes permettait de surmonter les obs-
servir à financer les services éducatifs du tacles et les coups durs. Les directions syndicales dé-
ministère de la Justice pour éviter qu’un
passées par les évènements s’étaient pour certaines déso-
mineur ou un adulte ne termine en
lidarisées du mouvement. Mais la base, résolument déter-
prison ; et à permettre l’insertion sociale
minée à lutter, s’auto-organisait en vue de la grève gé-
et professionnelle, car la priorité d’une
société démocratique doit être nérale et de la victoire...
l’éducation et non la répression.

Centres d'intérêt liés