Vous êtes sur la page 1sur 4

iNfo

14ème saison - www.theatre-confiture.ch - info@theatre-confiture.ch Renseignements: 022 793 54 45 - Fax: 022 793 54 47
ABONNEMENT • THEÂTRE, HUMOUR ET COMÉDIE • DEPUIS 1996

PESSAH
UNE PIÈCE DE Laura Forti
(TRADUCTION: Caroline Chaniolleau)
MISE EN SCÈNE
Gaspard Boesch
AVEC
Léonie Keller
Myriam Sintado
Philippe Cohen
Khaled Khouri
LUMIÈRES: Thierry van Osselt
DÉCOR: Emmaüs
COSTUMES: Trina Lobo
CONSTRUCTION DÉCOR
Jérôme Glorieux
et Lise Zogmal
COIFFURES, PERRUQUE, MAQUILLAGE
Johannita Mutter
DIRECTION MUSICALE
Michel Borzykowski
ACCORDÉON: Pier-Yves Têtu
AVEC LES CONSEILS AVISÉS DE
Lia Leveillé

Location:
Service culturel Migros
7, rue du Prince - 1204 Genève
Stand-Info Balexert
27, av. Louis Casaï - 1209 Genève au CASINO-THÉÂTRE
Billets à l’entrée: • Frs 35.-Plein tarif
• Frs 25.- AVS / Chôm 42, rue de Carouge, 1205 Genève
• Frs 15.- Etd / -26 ans / Enfants
• Frs 10.- 20ans20fr. / Classes du mardi 13 avril au samedi 1er mai 2010
RÉSERVATIONS: Mardi, vendredi et samedi à 20h30, mercredi et jeudi à 19h.
022 793 54 45 Relâche dimanche et lundi.
L'ÉQUIPE
LÉONIE KELLER
Léonie Keller a obtenu son certificat d’Art Dramatique au Conservatoire de Genève en
juin 2009. Dans ce cadre, elle a joué sous la direction de Valérie Poirier dans la
création de sa pièce Objets Trouvés, dans Dimanche de Michel Deutsch mis en scène
par Evelyne Didi et dans Fragments d’Incendies et La double Inconstance, stages
dirigés par Julien George. Elle a tenu son premier rôle professionnel dans un spectacle
inspiré de pièces de René de Obaldia, Fantasmes de demoiselles, mis en scène par
Richard Vachoux en 2007. Elle a joué dans Le Bourge Gentilmec avec la Compagnie
Confiture en 2008 et dans la R’vue 2009, sous la direction de Philippe Cohen. Elle a
également tourné dans trois téléfilms suisses dont Déchaînées, réalisé par Raymond
Vouillamoz.

MYRIAM SINTADO
Diplômée de l’école de théâtre Serge Martin après des études universitaires, Myriam a la
joie de travailler avec de nombreux metteurs en scène romands ou français, avec qui elle a
l’occasion de tourner en France et plus loin, tels que - entre autres - Andréa Novicov (La
maison de Bernarda Alba), Michel Favre (Rixe et les Vacances, Le Saperleau, Panique), Les
Artpenteurs (Peer Gynt), Valentin Rossier (La Noce chez les petits bourgeois) ou Pierre-
Philippe Devaux (Ne cherchez pas des cerises sur un prunier). En 2004 elle crée la
compagnie « Avec des si… » et réalise deux spectacles (L’Homme qui marche, Au nom du
père, du fils et de l’amant) et un tour de chant Argentina. Dernièrement, on a pu la voir
dans Un petit jeu sans conséquences, au théâtre d’été de Vernier ou dans deux pièces de
Feydeau Feu la mère de Madame et Ne te promène donc pas toute nue. Pessah est sa
première collaboration avec la Compagnie Confiture.

PHILIPPE COHEN
Dramaturge et acteur vivant, bien que vénérant les auteurs du répertoire, il s’intéresse au
monde qui l’entoure; il écrit, joue et met en scène, et pour se reposer fait de
l’improvisation théâtrale. Depuis 1996, il codirige la compagnie Confiture et y produit
toutes ses dernières comédies. Il dirige également de nombreux artistes solo, comme
Brigitte Rosset dans Voyage au bout de la noce, ainsi que Gaspard Boesch dans Supéréro.
Il réadapte souvent les oeuvres classiques: Dr Jekyll et Lady Hyde, Le Cid Improvisé, La
Mégère à Provisions, Le médecin malgré lui ou le toubib à l’insu de son plein gré, Le songe
d’une nuit d’été,... Ses Solos: Un siècle d’Emmerdes, La Vie de Vivaldi, et Le Cid Improvisé,
production qui a fait le tour de l’Europe. Ses comédies, Elle a épousé un rappeur, Le
Requérant, Le Dîner de Thons, Le Bourge Gentilmec, Les Enfants du Poulailler, ses
spectacles d’impro, ses rôles au théâtre l’ont fait connaître en Suisse Romande mais aussi
en tournée en France, Suisse, Belgique, Canada, Italie, Roumanie. Il enseigne le mime et
l’improvisation théâtrale. En 2009, la Ville de Genève lui confie l’organisation de La Revue qu’il codirige avec
Gaspard Boesch.
KHALED KHOURI
Diplômé de l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique (ESAD) de Genève en 2000, Khaled
Khouri a joué dans des productions variées passant du classique au contemporain   : Peter
Pan de J.M. Barrie, On ne badine pas avec l’amour de Musset, Edmond de David Mamet,
L’Avare de Molière, Les derniers jours de l’humanité de Karl Kraus, Salomé d’Oscar Wilde
et Loin du Bal de Valérie Poirier. Il a donc travaillé avec des metteurs en scène de toutes
générations: Richard Vachoux, Edmond Vuilloud, Jean Liermier, Gisèle Salin, Lorenzo
Malaguerra, Georges Guerrero, Anne Bisang, Martine Pachoux, etc… Au sein de la
Compagnie Confiture, il s’est illustré la saison dernière dans la comédie musicale I Tube
You   mise en scène par Gaspard Boesch. Dernièrement, il est allé au Liban créer Antigone
de Sophocle et on a pu le voir au Théâtre St-Gervais dans Assis et carnivore, une mise en
scène de Marielle Pinsard.
LE METTEUR EN SCÈNE N’EST PAS JUIF...
par Gaspard Boesch

... mais a toujours été curieux de cette culture si proche et en


perpétuelle interrogation sur la question de l’identité.
Gaspard Boesch a réuni autour de lui une équipe
particulièrement sensible à la question: de Philippe Cohen à
Myriam Sintado qui vont s’immerger dans leurs souvenirs de
familles en passant Khaled Khouri qui va insuffler la
rythmique caractéristique des ses origines nord-africaines,
sans oublier Léonie Keller, dont la fraîcheur et la spontanéité
arrivent à point nommé pour compléter cette famille en
crise.
Pessah, le passage, signifie passer par-dessus, ou comment
franchir les barrières des traditions, des secrets de familles et
des conflits de générations. Une pièce grave? Oui. Plus grave que le répertoire habituel de Confiture? Certainement!
Mais nous allons nous amuser à décortiquer l’universalité de ce grand déballage dans une joute où chacun va devoir
trouver sa place, exploser les non-dits et se débarrasser sans vergogne des vérités trop lourdes.

JOUER UNE MÈRE JUIVE


par Philippe Cohen
Jouer une mère juive, pour un fils, est littéralement une régression. Un retour vers
l’enfance, et avec une mère juive l’enfance est toujours la petite. Car la mère juive,
plus qu’aucune autre, considérera jusqu’à votre mort que vous êtes un nourrisson
fragile. Tenez-vous le pour dit. Et répété !
Mais ce jeu n’est-il pas suspect, voire dangereux? Un comédien a-t-il le temps et la
solidité pour explorer un tel univers, fût-il celui de ses origines? Nous le découvrirons
ensemble, spectateurs et artistes…
De toute façon, la mère est dangereuse par essence; chaque enfant le sait, cette
sorte de danger généré par l’amour. L’amour, la plus belle chose du monde, certes,
mais à quelle dose? Pour être exact, jusqu’à quelle dose n’est-il pas nocif? Et là, on
frôle la notion de mesure, concept étranger à la plupart des mères des régions sud;
et totalement abscons pour la mère juive. Eh bien, je prends le risque de cette
interprétation, que j’essayerai de rendre raisonnable, mesurée, rendant hommage de
cette manière à ma propre maman, mais aussi à mes grand-mères, aussi
spectaculaires dans la psychologie qu’un comptable luxembourgeois devenue danseuse du ventre à Istanbul.
Allez, parlons franc, ce sera un hymne à l’amour. Il est de tradition d’aimer et de défendre son personnage, mais si ce
personnage ressemble aux femmes de ma famille qui parlaient fort, riaient fort, me trituraient les joues,
m’embrassaient abusivement, m’empêchaient de jouer, voyant le danger partout, me donnaient environ trois cent
conseils de l’heure et autant de tartines, vitamines ou autres bouillons protecteurs, alors je le défendrai sur la scène
avec une motivation unique, avec un engagement de bambin surprotégé, hypersensible, entier et surtout
complètement exclusif! C’est mon personnage, je dirai, comme j’ai pu dire fièrement, c’est ma maman! Shalom!
LA PIÈCE
Au soir de la Pâque juive, une
famille règle ses comptes.
A u t o u r d e l a M è r e, j u i v e
pratiquante, deux filles, l’une
athée et féministe, l’autre
f i d è l e à l a t ra d i t i o n m a i s
dépressive chronique et un
fils, homosexuel converti au
bouddhisme. De déchirures en
ruptures, la famille s’écroule,
engluée dans les rancoeurs.
Dans une langue truculente et
pleine d’humour, Laura Forti,
auteur italienne, brosse le
parcours chaotique de cette
famille où chacun dévoile sa part d’ombre et de faiblesse et s’aventure au cœur des liens qui
unissent l’Histoire collective et les destinées individuelles. Sont évoquées à la fois cette
catastrophe du XXe siècle qu’a été la Shoah mais aussi la violence de la cellule familiale dans
ce qu’elle a d’universel.
Une pièce féroce et sensible servie par une mise en scène tendre et généreuse.

L’AUTEUR
CASINO-THÉÂTRE
42, rue de Carouge
1205 Genève

Laura Forti est née à Florence en 1966, d’origine juive.


Auteur, traductrice de théâtre israélien, comédienne et
metteur en scène, elle dirige des cours d'expression
corporelle à Prato. En 1998, elle obtient le Prix spécial de
la critique pour une pièce écrite avec la communauté
albanaise d'Italie: Les nuages retournent à la maison. En
2001, elle reçoit le prix Ugo Betti pour Pessah/Passage.
La pièce est mise en scène à l’étranger et notamment en
France en 2004 par Lukas Hemleb au Théâtre des
Abbesses (Paris), où elle connaît un grand succès.
L’auteur est chargée en 2003 de la commémoration de la
Shoah en Italie, avec un de ses textes, Dis-moi, une
histoire jamais écrite. Elle est aussi codirectrice de
l'Institut Centrale dell'Arte avec le compositeur Roberto
Téo Paoli.

Avec le soutien de la
République et canton de Genève