Vous êtes sur la page 1sur 5

Premier
Prix
de
l’Inaperçu

Communiqué
de
presse
n°1
–
25
avril
2008

Présentation
du
prix
et
composition
du
jury


2
 [PREMIER
PRIX
DE
L’INAPERÇU]





Le
premier
Prix
littéraire
de
l’Inaperçu
sera
remis
à

Paris
début
juin
2008.


Il
récompensera
les
meilleurs
romans
–
français
et
étrangers

–
parus
entre
août
2007
et
mars
2008,
et
n’ayant
que
peu
ou

pas
bénéficié
d’une
couverture
médiatique.


Le
 Prix
 de
 l’Inaperçu
 est
 un
 prix
 littéraire
 destiné
 à
 récompenser
 deux
 romans,

récits
ou
recueils
de
nouvelles,
l’un
écrit
en
français,
l’autre
d’un
auteur
étranger
publié

en
 traduction,
 qui,
 en
 dépit
 de
 leurs
 qualités
 de
 style
 et/ou
 de
 fond,
 n’ont
 pas
 reçu

l’accueil
médiatique
qu’ils
méritaient
lors
des
«
rentrées
littéraires
»
précédentes.


Le
 système
 actuel
 de
 l’édition
 française,
 en
 particulier
 celui
 de
 sa
 distribution,

semble
obliger
les
éditeurs
à
publier
de
plus
en
plus
de
livres
chaque
année,
ou
dans
le

meilleur
 des
 cas
 à
 en
 publier
 autant,
 sans
 que
 soit
 réellement
 considérer
 les

conséquences
 de
 cette
 production
 excessive.
 Pour
 la
 seule
 rentrée
 littéraire
 de

septembre
 2007,
 les
 chiffres
 donnent
 le
 vertige
:
 727
 romans
 édités
 en
 moins
 de
 deux

mois,
 dont
 493
 romans
 français,
 234
 romans
 étrangers
 et
 102
 premiers
 romans.
 En

1997,
ils
n’étaient
que
409,
toutes
catégories
confondues
(source
AFP).
En
janvier
2008,

ce
 sont
 547
 livres,
 dont
 74
 premiers
 romans
 et
 180
 romans
 étrangers,
 qui
 viennent

rejoindre
leurs
aînés,
ou
plutôt
en
pousser
la
plupart
hors
des
tables
des
libraires.


Dans
 le
 même
 temps,
 la
 place
 accordée
 à
 la
 littérature
 dans
 les
 médias

n’augmente
pas
en
proportion,
et
diminue
même
souvent
–
à
la
radio
et
à
la
télévision,

notamment,
certaines
émissions
disparaissent,
d’autres,
parmi
les
plus
prescriptives,
ne

se
permettent
plus
de
parler
de
livres
que
lorsqu’elles
peuvent
mettre
en
relation
leurs

propos,
 sujets
 ou
 contenus
 avec
 telle
 ou
 telle
 question
 de
 société
 ou
 d’actualité.
 De

même,
 la
 place
 accordée
 par
 les
 libraires
 aux
 nouveautés
 n’est
 pas
 extensible

indéfiniment
:
 ceux‐ci
 doivent
 opérer
 une
 sélection
 drastique
 dans
 la
 masse
 des
 livres

qui
leur
parvient,
parfois
selon
des
critères
littéraires,
intellectuels
et
artistiques,
parfois

selon
des
critères
commerciaux.

[PREMIER
PRIX
DE
L’INAPERÇU]
 3


Dans
 tous
 les
 cas,
 ni
 les
 journalistes,
 ni
 les
 libraires
 n’ont
 plus
 la
 possibilité

physique
de
lire
tous
les
ouvrages
publiés
lors
d’une
rentrée
littéraire.
Il
devient
donc
de

plus
 en
 plus
 probable,
 année
 après
 année,
 qu’un
 ouvrage
 de
 qualité
 publié
 à
 cette

occasion
ne
soit
remarqué
ni
en
amont
par
les
journalistes
spécialisés,
ni
en
aval
par
les

libraires,
et
n’ait
donc
plus
que
peu
de
chance
de
parvenir
à
son
lectorat
potentiel.


Au
travers
du
Prix
de
l’Inaperçu,
nous
entendons
donc
récompenser
des
ouvrages

aux
 qualités
 littéraires
 que
 nous
 jugeons
 réelles
 mais
 étant,
 pour
 une
 raison
 ou
 une

autre,
«
passé
entre
les
mailles
»
de
la
critique
et
de
la
médiatisation.
Nous
ne
désirons

en
 aucun
 cas
 nous
 substituer
 au
 travail
 de
 critique
 et
 de
 promotion
 effectué
 par

journalistes,
 libraires,
 bloggeurs
 ou
 contributeurs
 de
 sites
 communautaires.
 Nous

souhaitons
 simplement
 donner
 un
 ultime
 coup
 de
 projecteur
 sur
 l’un
 ou
 l’autre
 des

victimes
collatérales
du
syndrome
de
surproduction
qui
touche
actuellement
l’édition
en

France.


Nils.
C.
Ahl


Benjamin
Fau



Stéphane
Rose


Les
critères
de
sélection
:


Pour
 être
 soumis
 au
 jury
 du
 Prix
 de
 l’Inaperçu,
 un
 ouvrage
 doit
 respecter
 un

certain
nombre
de
critères
:



‐ n’avoir
 été
 l’objet
 que
 d’un
 petit
 nombre
 de
 recensions
 critiques
 dans
 la

presse
 nationale
;
 n’avoir
 obtenu
 qu’une
 couverture
 médiatique

minimale
à
la
radio
ou
à
la
télévision
;

‐ ne
s’être
pas,
ou
peu,
révélé
rentable
pour
l’éditeur
(il
est
à
noter
que
les

romans
français,
qui
ne
comprennent
dans
leurs
coûts
ni
achat
de
droits

ni
 frais
 de
 traduction,
 arrivent
 plus
 rapidement
 à
 l’équilibre
 de

rentabilité
 qu’un
 ouvrage
 étranger
;
 cela
 est
 pris
 en
 compte
 lors
 de
 la

sélection)
;


‐ avoir
 été
 publiés
 entre
 le
 mois
 d’août
 de
 l’année
 précédent
 le
 prix
 et
 le

mois
 de
 mars
 de
 l’année
 courante,
 soit
 lors
 des
 périodes
 dites
 «
de

rentrées
 littéraires
»
 ‐
 même
 si
 celles‐ci
 tendent
 à
 s’élargir
 un
 peu
 plus

chaque
année
;


‐ le
 fait
 d’avoir
 fait,
 ou
 non,
 l’objet
 d’opérations
 publicitaires
 aux
 frais
 de

l’éditeur
 au
 moment
 de
 sa
 publication
 ne
 sera
 pas
 pris
 en
 compte,
 à

condition
que
l’ouvrage
répondent
aux
trois
critères
précédents
;



‐ un
 exemplaire
 de
 l’ouvrage
 proposé
 par
 l’éditeur
 doit
 être
 adressé
 à

l’adresse
 postale
 du
 Prix
 de
 l’Inaperçu
 avant
 le
 2
 mai
 de
 l’année

courante
;
en
cas
de
sélection
d’un
ouvrage
dans
la
liste
finale
du
prix,
il

sera
demandé
à
l’éditeur
autant
d’exemplaires
que
de
membres
du
jury.

4
 [PREMIER
PRIX
DE
L’INAPERÇU]




Prix
de
l’Inaperçu
2008
–
déroulement
des
opérations
:


Début
 mai
 2008
 seront
 publiées
 via
 communiqué
 de
 presse
 les
 listes
 des

ouvrages
 sélectionnés
 par
 le
 comité
 du
 Prix
 de
 l’Inaperçu
:
 il
 s’agira
 d’au
 moins
 cinq

ouvrages
 en
 langue
 française
 et
 de
 cinq
 ouvrages
 d’auteurs
 étrangers
 publiés
 en

traduction.
Chaque
livre
sera
l’objet
d’une
présentation
détaillée
et
critique
sur
le
site
du

prix
:
www.prixdelinapercu.fr.



Le
jury,
composé
de
dix
membres,
se
réunira
pour
délibérer
et
voter
au
début
du

mois
de
juin.
Les
deux
prix,
le
Prix
de
l’Inaperçu,
et
le
Prix
de
l’Inaperçu
Etranger,
seront

décernés
dans
la
foulée,
dans
un
lieu
encore
à
déterminer.


Composition
du
Jury
du
Prix
de
l’Inaperçu
:


Le
Jury
2008
est
composé,
par
ordre
alphabétique,
de
:


.
Etienne
Bareth,
de
la
Police
Nationale


.
Sophie
Conrard,
du
quotidien
La
Croix


.
Isabelle
Degrange,
de
la
libraire
Michèle
Ignazi,
à
Paris


.
Fabienne
Dumontet,
enseignante
et
journaliste
au
Monde
des
Livres


.
Aurélie
Djian,
du
Monde
des
Livres
et
de
France
Culture


.
Eva
Dolowski,
responsable
de
projets
aux
éditions
Fayard


.
Amandine
Farges,
du
Syndicat
National
des
Metteurs
en
Scène


.
Yaël
Hirsh,
rédactrice
en
chef
du
site
www.en3mots.com



.
Frédéric
Royer,
de
l’hebdomadaire
Voici
et
de
l’Académie
des
Gérard



.
David
Vauclair,
auteur,
consultant
et
professeur
à
l’ESAM
et
à
l’ICD



 Plus
 de
 renseignements
 sont
 disponibles
 sur
 le
 site
 internet
 du
 prix
:

http://www.prixdelinapercu.fr/jury.htm



###



[PREMIER
PRIX
DE
L’INAPERÇU]
 5



 Si
 vous
 désirez
 de
 plus
 amples
 informations
 sur
 le
 Prix
 de
 l’Inaperçu,
 merci
 de

contacter
 Anne‐Laure
 Clément
 aux
 adresses
 de
 courriel
 suivantes
:

contact@prixdelinapercu.fr
ou
anne‐laure.clement@prixdelinapercu.fr




 Pour
joindre
le
comité
du
Prix
de
l’Inaperçu
:



Nils
Ahl
:
nils.ahl@prixdelinapercu.fr


Benjamin
Fau
:
benjamin.fau@prixdelinapercu.fr


Stéphane
Rose
:
stephane.rose@prixdelinapercu.fr




 Pour
 soumettre
 un
 ouvrage
 au
 comité,
 merci
 d’en
 adresser
 un
 exemplaire
 à

l’adresse
postale
suivante,
après
vous
être
assuré
qu’il
répond
aux
critères
de
sélection
:




 Prix
de
l’Inaperçu



 Espace
Damrémont



 108,
rue
Damrémont



 75018
Paris