Vous êtes sur la page 1sur 87

- 1 -

CHAPITRE XII : LES EMBALLAGES

I-

DEFINITION

Les emballages sont des objets utilisés pour contenir, envelopper, protéger, conditionner les marchandises, les matières et les produits. En comptabilité, une distinction est faite entre le matériel d’emballage et les emballages commerciaux.

II- LA CLASSIFICATION DES EMBALLAGES

2-1 matériel d’emballage récupérable et identifiable

C’est un objet de valeur relativement importante. Il est utilisé dans l’entreprise pour le conditionnement des matières, des produits et des marchandises. Le matériel d’emballage n’est pas livré aux clients, les citernes par exemple. Il est utilisé pour les besoins de l’entreprisse et constitue une immobilisation enregistrée au compte 243- matériel d’emballage.

2-2 emballages commerciaux

Ce sont des objets destinés à contenir les matières, les produits ou les marchandises et sont livrés à la clientèle en même temps que leur contenu.

On distingue plusieurs catégories d’emballes commerciaux :

Les emballages perdus

Ce sont des objets destinés à contenir des produits ou des marchandises et qui sont vendus aux clients en même temps que leur contenu. Les emballages perdus ne sont jamais restitués par le client.

Exemples : bouteilles en plastique, papiers d’emballage, sachets, cartons, sacs en plastiques, boites de conserves.

Les emballages récupérables non identifiables

Ce sont des objets conçus pour contenir des produits ou des marchandises à plusieurs reprises.

Ces emballages sont destinés à êtres prêtés, consignés ou loués lors de la livraison de leur contenu aux clients

EXEMPLE : bouteilles de gaz, containers, casiers et bouteilles en verre

de gaz, containers, casiers et bouteilles en verre Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
de gaz, containers, casiers et bouteilles en verre Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 1

- 2 -

III-TRAITEMENT COMPTABLE DES EMBALLAGES COMMERCIAUX

Les emballages commerciaux sont évalués au coût réel.

Pour les emballages achetés : coût d’achat (prix d’achat + frais accessoires)

Pour les emballages fabriqués : coût de production.

3-1 ACHATS D’EMBALLAGES

3-1-1 Emballages immobilisés

Ils sont comptabilisés comme des immobilisations au coût d’achat.

APPLICATION

01/01acquisition d’une ensacheuse 12 000 000HT TVA 18% transport 1 000 000, droit de douane 500 000 frais d’installation 200 000.

12/01 achat de 2 containers destinés à être immobilisés à 20 000 000HT TVA 18% non déductible.

TRAVAIL A FAIRE

Passer les écritures au journal de l’entreprise

Passons les écritures au journal

243

445

243

481

01/01

Matéri d’embal récup et iden TVA récupérable Fournisseurs d’invest Acquisition d’ensacheuse

12/01

Maté d’embrécupérable identi

13 700 000 2 466 000

23 600 000

16 166 000

23 600 000

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 2

481

- 3 -

Frs d’investissement

Acquisition de containers

3-1-2 Les emballages commerciaux

Ils sont comptabilisés comme les stocks.

Ils sont de deux catégories :

Les emballages perdus ou à vendre

EXEMPLE : le 12/02 SENE a reçu la facture A08 de DIA papier d’emballages 1000 000 ports 100 000, TVA 18% non déductible.

TRAVAIL A FAIRE

Comptabiliser l’opération au journal de l’entreprise

Établissons la facture

SENE LE 12 /02 Emballages

FACT A08

DIA

« DOIT»

1000

000

+

100

000

Ports

Net facturé

TV A 18 %

Net à payer TTC

1100

000

+

198

000

1 298 000

Journal de l’entreprise SENE

6081

401

12/02

Achat d’emballages perdus

Fournisseurs

Facture An°08

1 298 000

1 298 000

perdus Fournisseurs Facture An°08 1 298 000 1 298 000 Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
perdus Fournisseurs Facture An°08 1 298 000 1 298 000 Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 3

- 4 -

Les emballages récupérables non identifiables

Exemple

Le 20/02 facture A09 achat de casier plastique 5 000 000 ports 20 000 escompte 2% TV

Facture

Journal

6082

445

401

773

SENE

DIA

20/02

« DOIT »

LE

FACT A009

Emballages

Port

Net facturé

Escompte 2%

Net financier

TVA18%

NET à payer TTC

5

000 000

+

20 000

5020

000

100400

4919

600

+

885 528

5

805 128

20/02

Achat d’emballages perdus TVAR

Fournisseurs

Escompte obtenu Facture An°009

5 020 000 885 528

5 805 128

100 400

obtenu Facture An°009 5 020 000 885 528 5 805 128 100 400 Abdourahmane Dieng professeur
obtenu Facture An°009 5 020 000 885 528 5 805 128 100 400 Abdourahmane Dieng professeur

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 4

- 5 -

NB : en inventaire permanent, en plus de l’article d’achat, on constate l’entrée en stock en passant l’écriture suivante :

     

12/02

   

3351

Emballages perdus

 

1

298 000

6033

Variation de stocks D’autres approvisionnements

 

1

298 000

Bon d’entrée n°…

   
 

20/02

3352

Emballages

récupérable

5

020 000

ident

 

6033

Variation

de

stock

5

020 000

d’autres approvisionnements Bon d’entrée n°…

 

3-2 ventes d’emballages

Au moment de l’opération de vente l’opération suivante est constatée :

On débit l’un des comptes suivants : 41/4194/521/531/571

Par le crédit de :

7074 bonis sur reprise et cessions d’emballages (prix de vente HT).

443 TVA facturée sur ventes.

NB : lorsque l’entreprise pratique l’inventaire permanent, en plus de l’écriture ci-dessus, on constate la sortie du stock des emballages en passant l’écriture suivante :

Débité 6033 variation des stocks d’autres approvisionnement

Par le crédit 3352emballages récupérables

∑ Par le crédit 3352emballages récupérables Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
∑ Par le crédit 3352emballages récupérables Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 5

- 6 -

3-3 LES OPERATIONS DE CONSIGNATION ET DE DECONSIGNATION.

Sont concernés par ces opérations les emballages récupérables non identifiables et les emballages à usage mixte.

3-3-1 La consignation

Cette opération s’analyse chez le fournisseur et chez le client. La consignation des emballages récupérables non identifiables est soumise à la TVA.

Le montant de la consignation constitue le dernier élément de la facture avant le net à payer.

Application

L’entreprise PAUL a effectué l’opération suivante par tant d’autres :

Le 12 /01 facture n°57 à NDIAYE marchandises 5 000 000 remise 10% , port 50 000 escompte 5%, TVA 18% , 12 caisses de palette consignés à 10 000f l’un.

Travail à faire

Établir la facture, puis passer les écritures, au journal.

Facture de PAUL (fournisseur)

PAUL

NDIAYE

 

« Doit »

Le 12/01

Facture N° 57

Marchandises

5

000 000

-

Remise 10% Net commercial

 

500

000

4

500 000

 

+

Port

50 000

Net facturé

4

550 000

-

Escompte 5%

227

500

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 6

- 7 -

Net financier

4

322 500

+

TVA 18%

778

050

+

Consignation

120

000

NAP TTC

5

220 550

Ecriture au journal

Chez PAUL

     

12/01

   

411

Client

5 220 550 227 500

673

Escompte accordé

701

Vente de march Produits accès TVA facturé Client dettes pour emb Cons Facture N°57

 

4 500 000 50 000

707

443

778

050

4 194

120

000

Chez NDIAYE

601

 

Achat de Mses Transport sur achat TVAR Frs créan pour emba à rendre

12/01

   

4 500 000 50 000

   

611

445

778

050

4 095

120

000

401

Fournisseur

     

5 220 550 227 500

773

Escompte obtenu Diop sa facture n°57

NB :

Les

« comptes

4 094

et

4 194 »,

fonctionnent

toujours

au

prix

de

consignation.

fonctionnent toujours au prix de consignation. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
fonctionnent toujours au prix de consignation. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 7

- 8 -

IV LA DECONSIGNATION

Quand le client retourne les emballages, le fournisseur peut les reprendre au prix de consignation ou au prix inférieur.

4-1 Emballages repris à leur prix de consignation

Exemple : le 15/01 NDIAYE restitue 5 casiers repris au prix de consignation

TRAVAIL A FAIRE

Passer les écritures chez PAUL et NDIAYE

Chez PAUL

4194

411

15/01

Clients dettes pour EMB consig

Clients Déconsignation ou reprise de 5 caissiers

Chez NDIAYE

401

4094

fournisseur

15/01

frs créance pour emballage à rendre restitution

50 000

50 000

50

000

50 000

4-2 Emballe repris au prix inférieur à leur prix de consignation

Ce cas intervient lorsque les emballages ont subi une détérioration ou lorsque le fournisseur veut facturer au client l’utilisation prolongée.

veut facturer au client l’utilisation prolongée. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
veut facturer au client l’utilisation prolongée. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 8

- 9 -

La différence entre la consignation et le prix de reprise constitue :

Chez

le

fournisseur,

un

bonis

sur

reprise

d’emballages

consignés,

enregistré au compte 7074 bonis sur reprises et cessions d’emballages

Chez le client, un mali sur emballages rendus, enregistré au débit du compte 6224 malis sur emballages

Exemple : le 20/01 les 7 autres caissiers sont repris au 8 000 F l’un, TVA 18% sur abattement, facture AV001.

Etablissons la Facture

Paul

« avoir » NDIAYE Facture V 001

20/01

Prix de consignation

10 000 x 7 = 70 000

-

Prix de reprise Abattement

8 000 x 7 = 56 000

14 000

 

-

TVA 18% Net à votre crédit

2520

53 480

Ecriture au journal

Chez PAUL

     

15/01

     
   

4194

Clients dettes pour EMB consig

70 000

411

Clients

53

480

7074

Bonis sur reprise et cess Em TVAF Facture AV001 reprise des 7 caissiers

14

000

2520

Chez NDIAYE

 
     

15/01

     
   

6224

Malis sur Emballages

56

000

401

Fournisseurs

53

480

445

TVAR

2520

4094

Frs créances pour Emballage à R Notre reprise des 7 caissiers

70 000

pour Emballage à R Notre reprise des 7 caissiers 70 000 Abdourahmane Dieng professeur certifié en
pour Emballage à R Notre reprise des 7 caissiers 70 000 Abdourahmane Dieng professeur certifié en

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 9

- 10 -

- 10 - NB : dans les comptes 6 224 et 7074 est enregistré la différence
- 10 - NB : dans les comptes 6 224 et 7074 est enregistré la différence

NB : dans les comptes 6 224 et 7074 est enregistré la différence hors taxe entre le prix de consignation et le prix de reprise.

4-3 la non restitution des emballages

La non restitution d’emballage équivaut à une vente. La comptabilisation se fait selon que le prix de vente est supérieur ou égal au prix de consignation.

4-3-1 le prix de vente est égal au prix de consignation

Dans ce cas le prix de consignation est considéré comme prix de vente toutes taxes comprises (TTC cas général).

Chez le fournisseur

Quelles soient les raisons de la non restitution, la consignation d’emballages se transforme en une vente d’emballages. On débit 4194 clients dettes emballages à rendre, par le crédit de 7074 bonis sur reprise et cession sur emballages

Chez le client

L’analyse comptable dépend des causes de la non restitution :

Le client décide de conserver les emballages, l’opération de consignation se transforme en un achat d’emballages, d’où l’écriture suivant : on débit 6082 achat d’emballages récupérables par le crédit de 4094 fournisseurs créances emballages à rendre

Le cas d’emballages détruits ou volés, on débit 6584 en emballages à rendre perdus ou détruis par le crédit de 4094 fournisseurs créances emballes à rendre

Application

Le 25/01 le fournisseur PAUL facture à son client NDIAYE la non restitution de 6 emballages au prix de consignation 10 000 TTC.

de 6 emballages au prix de consignation 10 000 TTC. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
de 6 emballages au prix de consignation 10 000 TTC. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 10

- 11 -

TRAVAIL A FAIRE

Enregistrer chez PAUL et NDIAYE.

Facture

PAUL

Facture V 001 « doit» NDIAYE

25/01

Casiers non restitués HT(10 000 x 6)/1.18 TVA 18% Prix TTC A déduire du prix de consignation NET à PAYER

50

847

+

9 153

60

000

-

60 000

 

0

Ecriture chez PAUL

     

25/01

     
   

4194

Clients dettes pour EMB consig

60 000

7074

Bonis sur reprise et cess Em

50 847

443

TVAF Ndiaye notre facture

 

9 153

Chez NDIAYE

443 TVAF Ndiaye notre facture   9 153 Chez NDIAYE Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
443 TVAF Ndiaye notre facture   9 153 Chez NDIAYE Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 11

- 12 -

     

25/01

     
   

6082

Achat d’emballages RNI

50 847

445

TVAR

9 153

4094

Frs créances emballage à R PAUL sa facture

60 000

4-3-2 Le prix de vente est supérieur au prix de consignation

C’est le cas ou le prix de consignation est considéré comme un prix de vente hors taxes.

Exemple :

Le 26/01 l’entreprise Paul facture ferme à son client Ndiaye la non restitution de 6 emballages, au prix de consignation hors taxe.

TRAVAIL A FAIRE

Passer les écritures en inventaire permanent :

Chez PAUL sachant qu’il avait acheter les emballages à 9 500 l’un

Chez Ndiaye

TRAVAIL A FAIRE

Passer les écritures chez PAUL et NDIAYE

FACTURE

PAUL

Facture V 001 NDIAYE

26/01

« doit»

FACTURE PAUL Facture V 001 NDIAYE 26/01 « doit» Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
FACTURE PAUL Facture V 001 NDIAYE 26/01 « doit» Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 12

- 13 -

Casiers non restitués HT

60

000

+

TVA 18%

10

800

Prix TTC

70

800

-

A déduire du prix de cons NET à PAYER

60

000

10

800

Ecriture chez PAUL

     

26/01

   
 

4194

Clients dettes pour EMB consig

60

000

411

Client

10

800

7074

Bonis sur repr et ces

 

60

000

443

 

TVAF

10

800

   

NDIAYE notre facture dito

6033

var de stock d’autre appr

57

000

3352

emballages RNI sortie en stock

 

57

000

Chez NDIAYE

RNI sortie en stock   57 000 Chez NDIAYE Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
RNI sortie en stock   57 000 Chez NDIAYE Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 13

- 14 -

     

15/01

   
 

6082

Achat d’emballages RNI

60

000

445

TVAR

10

800

401

Fournisseurs

 

10

800

4094

Frs créance pour Em à

60

000

R

 

paul sa facture dito

3352

emballages RNI

60 000

6033

var d’autre approv entrée en stock

60

000

V- LOCATIONS ET PRETS D’EMBALLAGES

5-1 Locations d’emballage

La comptabilisation se traduit par un produit chez le fournisseur et une charge chez le client.

Chez le fournisseur

 
     

Date

   

411

Clients

X+Y

7073

 

Location

X

443

Etat TVA facturée Location d’emb

y

X 443 Etat TVA facturée Location d’emb y Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
X 443 Etat TVA facturée Location d’emb y Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 14

- 15 -

Chez le client

 
     

Date

   

6225

Location d’emballages

X

445

Etat TVA R

Y

401

Fournisseurs Emb reçu en locat

Y+X

5-2 Les prêts d’emballage

Le prêt, des emballages est une opération qui ne s’enregistre pas au journal dans la mesure où le prix de prêt est égal à 0. En revanche, le prêt et la restitution des emballages prêtés s’enregistrent dans la fiche de stock. Lorsque le client ne restitue pas les emballages qui lui sont prêtés par le fournisseur, ce dernier peut ou non lui procéder à la facturation desdits emballages.

Chez le fournisseur

     

date

   
 

411

Clients

X

7074

Autres produits acc

X

443

TVA facturée

y

Vente d’emb dito

6033

vari de stock d’autre app

z

3352

ERNI Sortie en stock

z

Chez le client

     

date

   
 

6082

achat d’emballages RNI

X

445

Etat, TVAR

Y

401

X +Y

fournisseur dito

3352

ERNI

Y

6033

Variation de stock AA Entrée en stock

Y

Y 6033 Variation de stock AA Entrée en stock Y Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
Y 6033 Variation de stock AA Entrée en stock Y Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 15

III-

LA

COMMERCIAUX

FICHE

DE

- 16 -

STOCKS

DES

D’EMBALLAGES

En raison des nombreux mouvements d’emballages (achats, ventes, consignations, restitutions), en tient des fiches de stocks d’emballages en quantité.

Exemple de fiche de stock des emballages

Fiche de stock N°…. Type d’emballage :

 

Mouvement

du

stock

         

global

Dates

Libellés

Stock en magasin

 

Chez les clients

Stock

Achats

ventes

pertes

Entrées

sorties

stocks

cons

prêts

loca

stocks

global

Le stock final global réel peut ainsi se calculer par la formule suivante :

Stock final = stock en magasin + stock en consignation + stock prêté SF =
Stock final = stock en magasin
+ stock en consignation
+ stock prêté
SF = SI + A –V – PERTE

DE

PERSONNEL

Les charges de personnel constituent l’ensemble des charges consécutives aux contrats de travail conclus par l’entreprise. Elles se composent de deux éléments :

CH

VIII :

LA

COMTABILISATION

DES

CHARGES

- le salaire

- les charges sociales

Le salaire à plusieurs composantes détaillées dans le bulletin de salaire.

composantes détaillées dans le bulletin de salaire. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
composantes détaillées dans le bulletin de salaire. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 16

- 17 -

Les charges sociales comprennent, les charges salariales supportés par le travailleur et défalqué du salaire brut et, les charges patronales supportés par l’employeur.

I-LE BULLETIN DE SALAIRE Sur le bulletin de salaire on retrouve le salaire brut, les retenues sur salaire et les primes et indemnités sans caractères de salaire.

1-1 Le salaire brut

Il est constitué par le salaire de base, le sursalaire et les primes et indemnité ayant un caractère de salaire.

1-1-1 le salaire de base Il est fonction des catégories et des échelons des travailleurs pour les ouvriers, il est fixé sur la base de volume normal de 40heurs par la semaine soit 173,33 heures par mois. Les 173,33 sont déterminés ainsi :

40heures × 52 semaines

= 173,33heures pour une année de 52 semaine

12 mois 1-1-2 Le sursalaire Il est constitué par les différentes augmentations en mérite acquise par le travailleur durant sa carrière. Contrairement au salaire de base, il peut augmenter de façon indéfinie.

NB : Taux horaire

il peut augmenter de façon indéfinie. NB : Taux horaire 1-1-3 Les heures supplémentaires Les heures

1-1-3 Les heures supplémentaires Les heures effectués au-delà du volume horaire normal donnent droit à une majoration du taux horaire de :

- 15% pour les heures effectués de la 41 iéme à la 48 iéme heures

- 40%pour les heures effectués au-delà de la 48 iéme heures

- 60% pour les heures effectués la nuit (des jours ouvrables) et les heures effectués pendant un jour de repos hebdomadaire et pendant les jours fériés

- 100% pour les heures effectuées pendant la nuit d’un jour non ouvrable.

1-1-4 les primes et indemnités à caractères de salaire Ce sont des primes et indemnités qui ne constituent pas un remboursement des frais inhérents à la fonction ou à l’emploi. Elles sont ajoutées comme les heures supplémentaires et le sursalaire au salaire de base.

heures supplémentaires et le sursalaire au salaire de base. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
heures supplémentaires et le sursalaire au salaire de base. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 17

- 18 -

Il s’agit des indemnités de logement, d’expatriement des primes d’ancienneté de gratifications, de rendement, de productivité, d’assiduité de mariage, de risque de caisse, de sujétion (soumission, contraire) etc.

Exercice d’application

Calcul du salaire brut M. jules (ouvrier) a effectué les heures de travail, du moi de mai, qui se Résument comme suit : entre Avril et Mai

 

lundi

mardi

mercredi

jeudi

vendredi

samedi

 

semaines

J

H

J

H

J

H

J

H

J

H

J

H

observations

1ére

28

9

29

10

30

8

1

8

2

10

3

4

Le 1 er mai

2éme

5

10

6

9

7

8

8

8

9

10

10

3

est férié, les

3éme

12

8

13

11

14

10

15

8

16

6

17

4

8 heures

4éme

19

10

20

8

21

6

22

6

23

8

24

2

sont

5éme

26

9

27

8

28

10

29

8

30

8

31

4

travaillés de jour.

NB : l’indemnité de logement s’élève à 25 000.

Travail à faire 1-présenter le tableau de décompte des heures effectuées pour le mois de mai. 2-calculer le salaire brut, sachant que le taux horaire normal est de 1200f.

1- présentons le tableau de décompte des heures effectuées par M. jules Tableau de décompte

semaines

périodes

décompte

Total Mai

H.N

Heures supplémentaires

décompte Total Mai H.N Heures supplémentaires Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
décompte Total Mai H.N Heures supplémentaires Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 18

- 19 -

         

+15%

+40%

+60%

Première

28-04au

49h dont 27 en Août

         

03-05

22heures

 

13

1

8

Deuxième

05-05au

48h

48heures

40

8

10-05

 

Troisième

12-05au

47h

47heures

 

40

7

17-05

 

Quatrième

19-05au

40h

40heures

 

40

25-05

 

Cinquième

26-05au

47h

47h

 

40

7

31-05

 

TOTAL

   

204heures

173H

 

23H

 

8

Salaire de base :

 

173 x 1200

=

207 600

 

H

supplémentaires 15% :

23 x 1200 x 115% =

 

31 740

H

supplémentaires 60% :

8 x 1200 x

160% =

15360

Indemnité de logement

 

25 000

 

SBS

=

279 700

BRUT FISCAL = brut social + avantage en nature
BRUT FISCAL = brut social + avantage en nature

Remarque : avantage en nature = logement + domesticité + eau + électricité +

nourriture

II-LES RETENUES SUR SALAIRES L’employeur ne verse pas au travailleur l’intégralité de son salaire brut. Il doit en effet opérer des retenues à la source pour le compte :

- Des organismes sociaux au titre des cotisations de retraite (IPRES) et de la couverture des frais médicaux (IPM)

- De l’état au titre de l’impôt sur le revenu (IR) et la taxe représentative de l’impôt minimum fiscal (TRIMF)

- De lui même pour les avances accordées en cours du mois

- De toutes autres personnes lui ayant notifié une ordonnance saisie-arrêt, délivrée, contre son salaire (opposition)

2-1 les cotisations à L’IPRES (caisse de retraite) Les retenues sont faites sur la base de deux régimes :

- Un régime général qui s’applique à tous les travailleurs

- Un régime cadre qui permet de bénéficier d’une retraite plus importante. Les taux fixés pour ces régimes sont les suivants :

- Régime général 5,6% du brut social plafonné à 256 000f

Régime général 5,6% du brut social plafonné à 256 000f Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
Régime général 5,6% du brut social plafonné à 256 000f Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 19

- 20 -

- Régime cadre 2, 4% du brut social plafonné à 768 000f

Exemple : soit un brut social de 350 000f Travail à faire Calculer les cotisations au RG et au RC RG : 256 000 X 5,6% = 14 336 RC : 350 000 X 2, 4% = 8 400 Total cotisation 22 736

2-2 les cotisations aux instituts de prévoyances maladies (IMP) Ces cotisations permettent une prise en charges partielle des frais médicaux du travailleur par les IPM. Le mode de calcul des cotisations varie d’une mutuelle à une autre. Les taux varient suivant les instituts. Le mode de calcul des cotisations varie d’une mutuelle à une autre :

- Par application d’un taux sur le salaire mensuel plafonné à 60 000f (taux minimum 6%)

- Par utilisation d’un barème par adulte et par enfant.

Exemple : Aliou faye deux femme et 5 enfant à charge reçoit un salaire brut

social de 320 000f

Travail à faire Calculer sa cotisation à l’IPM dans chacun des cas suivant :

- Cotisation de 5% sur le brut social plafonné à 60 000

- Cotisation de 2000 francs par adulte et 1500 par enfant

Solution 1 er cas : cotisation par application d’un taux sur le salaire brut

60 000 x 5%

2er cas : cotisation par utilisation d’un barème :

2 000 x 3 + 1 500 x 5 = 10 500

= 3 000

2-3 Les impôts sur salaire

2-3- 1 L’impôts sur le revenu (IR) L’impôt sur le revenu est calculé par l’application d’un taux proportionnel par catégorie de revenu et d’un taux progressif pour l’ensemble des revenus, le quotient familial ne s’appliquant que pour le calcul du droit progressif. Dans la pratique c’est le barème des impôts et taxes retenus à la source sur le salaire qui est utilisé par les employeurs.

2-3-1-1 détermination du droit proportionnel

Assiette du droit proportionnel

L’assiette du droit proportionnel est égal au salaire brut fiscal annuel déduction

faite successivement de :

- de l’abattement de 13,2% au titre de l’exonération des augmentions

- la somme de 700 000f totalement exonérée.

Montant du droit proportionnel (DPP)

exonérée. ∑ Montant du droit proportionnel (DPP) Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
exonérée. ∑ Montant du droit proportionnel (DPP) Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 20

- 21 -

Celui-ci est obtenu en multipliant l’assiette définie ci-dessus par le taux de 11% DPP = (SBF x 12 x 0, 868 – 700 000) X 11%

2-3-1-2 détermination du droit progressif : assiette du droit progressif Celle-ci est constituée du salaire brut fiscal annuel d éduction faite successivement :

de l’abattement de 13, 2% au titre de la cotisation retraite,

de l’abattement forfaitaire de 15% pour frais d’emploi.

DPR = SBF x 12 x 0, 868 x 0,85

2-3-1-3 le quotient familial Le calcul du droit progressif passe également par la détermination préalable du

quotient familial, c'est-à-dire la détermination du nombre de part applicable en matière de l’impôt sur le revenu retenu à la source en fonction de la situation familiale du travailleur. Ce nombre de part est déterminité comme suit :

- 1part pour célibataire divorcé ou veuf sans enfant en charge ;

- 1part pour une personne célibataire ou divorcé et 0,5part pour enfant en charge ;

- 2parts pour le marié lorsque son épouse ne dispose pas de revenus imposables ;

- 1,5parts pour marié ou veuf et 0,5part pour chaque enfant en charge

Remarque :

En aucun cas le nombre de part total ne peut dépasser la limite fixée à 5parts part contribuable.

Montant du droit progressif

Une première étape consiste à appliquer le barème du droit progressif sur le quotient familial suivant les taux ci après. Autrement dit, il s’agit de taxer le

revenu imposable de façon progressive pour chaque tranche.

Tranche

taux

De 0 à 600 000 De 600 001 à 890 000 De 890 001 à 1 010 000 De 1 010 001 à 1 410 000 De 1 410 001 à 2475 000 De 2 475 001 à 3 540 000 De 3 540 001 à 7 650 000 De 7 650 001 à 9 650 000 De 9 650 001 à 12 650 000 Au-delà de 12 650 000

0%

18%

22%

25%

26%

30%

35%

40%

45%

50%

Le droit progressif du est en fin obtenu en multipliant le résultat total obtenu de l’application du barème ci-dessus par le nombre de parts.

l’application du barème ci-dessus par le nombre de parts. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
l’application du barème ci-dessus par le nombre de parts. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 21

- 22 -

Calcul de l’impôt sur le revenu retenu à la source mensuellement

Il est tenu compte du doit proportionnel et du droit progressif annuel pour déterminer l’impôt à retenir annuellement qui sera divisé par 12 pour obtenir la retenue à effectuer mensuellement.

IR = (DPP + DPR)/ 12

Exemple Un travailleur célibataire sans enfant, ayant un salaire brut mensuel de 300 600. Travail à faire

1-

calculer le droit proportionnel

2-

calculer le droit progressif

3- calculer l’IR par du part le travailleur Solution :

Calcul du droit proportionnel :

DPP = (SBF X 12 X 0,868 – 700 000) x 11% DPP = (300 000 X 12 X 0,868 – 700 000) x 11%

= 266 728

Calcul du droit progressif DPR = SBF X12 X 0,868 X 0,85 DPP = 300 000 X 12 X 0,868 X 0, 85 = 2 656 080 Le nombre de part : 1part Assiette d’une part = 2 656 080/1 = 2 656 080 Droit progressif du pour une part 1 er tranche : 600 000 X 0% = 0 2er tranche : (890 000 - 600 000) x 18% = 52 200 3er tranche : (1 010 000 – 890 000) x 22% = 26 400 4er tranche : (1 410 000 – 1 010 000) x 25% = 100 000 5er tranche : (2 475 000 – 1 410 000) x 26% = 276 900 6er tranche : (2 656 080 – 2 475 000) x 30% = 54 324 DPR total = 52 200 + 26 400 + 100 000 +276 900 +54 324 = 509 824 Calcul de l’IR IR = (266 728 +509 324)/12 = 64 713 IR annuel du par le travailleur = droit proportionnel +droit progressif Soit 266 728 + 464 280 = 731 008 IR mensuel = 731 008/12 = 60 917

Exemple : 2 Travailleur marié, avec une épouse sans revenu imposable et 3 enfants ayant un salaire brut mensuel de 465 500

Travail à faire 1- calculer le droit proportionnel 2- calculer le droit progressif 3- calculer l’IR due par le travailleur

droit progressif 3- calculer l’IR due par le travailleur Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
droit progressif 3- calculer l’IR due par le travailleur Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 22

Solution :

- 23 -

1- calcul du droit proportionnel :

DPP = (465 000 x 12 x 0,868 – 700 000) x 11% = 455 778 Calcul du droit progressif DPR = 465 000 X 12 X 0,868 X 0,85 = 4 116 924 Nombre de part : 3,5parts Assiette d’une part = 4 116 924/3,5 = 1 176 264 Droit progressif du pour une part :

1 er tranche : 600 000 X 0% 2er tranche : (890 000 – 600 000) x 18% = 52 200 3er tranche : (1 010 000 – 890 000) x 22% = 26 400 4er tranche : (1176 264 – 1 010 000) x 25% = 41 566

DPR total = (52 200 + 26 400 + 41 566) x 3,5 = 420 581 Calcul de l’IR IR = (455 778 + 420 581) / 12 = 73 030

2-3-2 la taxe représentative de l’impôt minimum fiscal (TRIMF) La TRIMF dépend du salaire et de la situation familiale du travailleur. Les

retenues sont effectuées au nom du chef de famille qui paie pour lui même et pour chaque épouse. Le montant mensuel des taxes est fixé de la façon suivante :

- 1 500par personne si les revenus sont supérieurs à 1 000 000

- 500 par personne si les revenus sont compris entre 999 000 et 166 000

- 400 personne si les revenus sont compris entre 165 000 et 83 000

- 300 par personne si les revenus son compris entre 82 000 et 50 000

- 75 personne si les revenus sont inférieurs à 50 000.

Remarque :

L’IR et la TRIMF représentent des retenues fiscales. M. FOFANA a un brut imposable de 1 234 070, il est marié avec deux épouses et a 9 enfants

Travail à faire

Calculer la TRIMF Solution Basse taxable = 1 234 000 (arrondis au millier de franc inférieur) TRIMF = 1 500 x 3 = 45 000

2-4 Les avances et acomptes au personnel Ce sont toutes les sommes accordés au personnel à sa demande ou à l’occasion de certaines fêtes religieuses.

2-5 Les oppositions sur salaire

fêtes religieuses. 2-5 Les oppositions sur salaire Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
fêtes religieuses. 2-5 Les oppositions sur salaire Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 23

- 24 -

Elles sont défalquées du salaire à payer par l’employeur lorsqu’il reçoit notification d’une ordonnance (décision) de saisi arrêt contre son employé.

III- LES PRIMES ET INDEMNITES SANS CARACTRE DE SALAIRE Elles constituent un remboursement de frais pour le travailleur et ne supporte donc aucune retenue. Il s’agit des primes ou des indemnités de transport, de panier, de départ à la retraite, de licenciement, de décès, etc.

Exemple de bulletin de paie ou de salaire simplifié

Bulletin de paie du mois de………

 

Emploi

 

N° de salaire qualifié :……………

Catégorie : Prof

Nom : Fatou

Situation matrimoniale

Prénom : FALL

 

Date d’embauche

 

Adresse

salaire contractuel………. Taux horaires………. Mode paiement…….statut

Salaire de base

136

000

 

Heures supplémentaires

15

000

Prime d’ancienneté

36

000

Salaire brut

187

000

Acompte de quinzaine Opposition TRIMF IPRES IPM

 

17

000

25

000

500

12

320

10

472

Total retenues

67

092

Salaire net Prime de transport

119

908

 

9 000

Net à payer

128

908

En supposant que le bulletin de paie est établi le 25/01, comptabiliser au journal de l’entreprise

établi le 25/01, comptabiliser au journal de l’entreprise Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
établi le 25/01, comptabiliser au journal de l’entreprise Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 24

- 25 -

Ecritures au journal de l’entreprise

     

15-01

     
 

421

Personnel avance acompte versé

17

000

521

Banque Règlement acompte

   

17

000

 

25-01

   

661

Rémunération directe V.P.N

187 000

663

Indemnité forfaitaire

 

9 000

422

Personnel rémunération due

196 000

   

Suivant livre de paie d°

 

422

Pers rémunération due Pers avance et acompte versé Pers opposition saisi arrêt Caisse de retraite obligatoire

67

092

421

 

423

17

000

4 313

25

000

4331

 

mutuelle

 

12

320

447

Etat impôt et taxe Suivant livre de paie

10

472

500

IV- LES DOCUMENTS COMPTABLES Ce sont :

- Les fiches individuelles

- Le livre de paie

4-1 les fiches individuelles

Elles sont ouvertes pour chaque salarié et récapitulent tous les renseignements concernant celui-ci.

4-2 le livre de paie

Il récapitule l’ensemble des bulletins de paie émis par l’entreprise et il sert de base à la comptabilisation des salaires.

 

RETENUES

 

S.NET

Prime et

N.A.P

IPRES

IPM

TRIMF

IR

opposition

Total

indemnité

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 25

- 26 -

NOM S.B HS PRIME S.BRUT
NOM
S.B
HS
PRIME
S.BRUT

Exemple : présentation de livre de paie

CHAPITRE IX : LES CHARGES PATRONALES

Il s’agit de la partie des charges sociales que doit supporter le patron au profit des institutions sociales mais qui revient au travailleur. Il existe cette fois-ci une autre institution à savoir la caisse de sécurité sociale dont les cotisations sont essentiellement patronales.

I-LES COTISATIONS PATRONALES SUR SALAIRES

1-1

Les cotisations à l’IPRES (caisse de retraite)

Les taux sont suivants :

-

8,4% du salaire brut plafonné à 256 000 f pour le régime général.

-

3,6% du salaire brut plafonné à 768 000f pour le régime cadre.

1-2

Les cotisations aux IPM

Les taux variables suivants les instituts et sont généralement identiques à ceux

des cotisations salariales.

1-3

Les cotisations à la caisse de sécurité sociale (CSS)

Elles permettent de couvrir les frais de occasionnés par les accidents de travail,

tout en versant des allocations familiales aux ayants droits Les taux sont fixés de la manière suivante :

Allocation familiale 7% du salaire brut plafonné à 63 000 Accident du travail 1à5%(suivant les entreprises) du salaire brut plafonné 63 000 F/mois.

II-LA CONTRIBUTION FORFAITAIRE SUR SALAIRE C’est un impôt supporté par l’employeur sur l’ensemble des salaires fiscaux versé aux employés. Sont taux est de :

- 3% pour le personnel Sénégalais

- 6% pour le personnel non Sénégalais

C’est un impôt comptabilisé au débit du compte 6413 taxes sur appointements et salaires par le crédit du compte 4473 contribution nationale.

REMARQUES GENERALES

du compte 4473 contribution nationale. REMARQUES GENERALES Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
du compte 4473 contribution nationale. REMARQUES GENERALES Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 26

- 27 -

Une fois les charges patronales calculées pour l’ensemble des employés, l’entreprise doit dresser un état des charges patronales de la forme suivante.

NOMS

Salaires

 

Cotisations

   

brut

 
   

CSS

   

Contribution

AF

AT

IPRES

IPM

Forfaitaire

Total

           

L’ensemble des bulletins de salaires est regroupé dans le livre de paie. Exemple d’application Comptabiliser les données fictives suivantes Totaux livre de paie :

Salaires brut : 342 000 Oppositions : 42 000 Avances et acomptes : 25 000 IPRES : 19 152 (régime général) IPM : 6440 IR : 26 675 TRIMF : 900 Primes de transports : 16 000

Total des changes patronales

Allocation familiale : 3 600 IPRES : 25 200 IPM : 9 000 Contribution forfaitaire : 9 000 NB : on suppose que les états de salaires et de charges patronales sont établis le 25 janvier. Les salaires sont payés le 31 janvier et les charges sociales sont reversées aux différents organismes à la même date par chèque bancaire n°000152

organismes à la même date par chèque bancaire n°000152 Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
organismes à la même date par chèque bancaire n°000152 Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 27

- 28 -

     

15/01

     

421

Pers A AC versé

25

000

521

Banque Règlement acompte

 

25

000

 

25/01

   
 

661

Rémunération due versée au P N

342

000

663

indemnité forfaitaires

 

16

000

422

Pers R dues Suivant livre de paie d°

 

358 000

422

Pers Rémunération dues

 

120

167

421

Pers avance acompte

 

25

000

423

Pers oppo, saisi arrêt

42 000

4313

Caisse de retraite obligea

19

152

4331

 

Mutuelle

 

6440

447

Etat impôts Suivant livre de paie

Revenu

27

575

     

     
   

664

Charges sociales

 

46

200

6413

Taxes sur appointement et salaire

9

000

4311

 

Prestation familiale

 

8 400

4312

Accident de travail

   

3600

4313

Caisse de retraite obligea

25200

4331

 

Mutuelle

   

9000

447

Etat impôts R S Suivant état des charges patronale

 

9000

422

Pers rénu dues

 

237 833

 

423

Pers opp

42

000

4311

Allocation familiale

 

8

400

4312

Accident de travail

3

600

4313

Caisse de retraite obligatoire

44

352

4331

Mutuelle

15

440

447

Etat, impôts RS

 

36

575

521

Banque Règlement somme due

   

388 200

521 Banque Règlement somme due     388 200 Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
521 Banque Règlement somme due     388 200 Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 28

- 29 -

CHAPITRE IX : L’ETAT DE RAPPROCHEMENT BANCAIRE

Le compte 521- banque, tenu par l’entreprise et le compte de l’entreprise tenu par la banque sont deux comptes réciproques. Leurs soldes devraient à toute date être réciproques, c'est-à-dire enregistrer les mêmes mouvements en sens inverses.

Les banques envoient régulièrement à leurs clients un relevé des opérations qu’elles ont effectuées au cours de la période (semaine, quinzaine, mois).Ce document appelé « relevé bancaire » présente la situation du compte de l’entreprise à la banque (c’est donc un extrait de la comptabilité de la banque).

Arrêtés à la même date, ces comptes doivent présenter les mêmes soldes de clôture. La différence entre les deux à pour cause :

de clôture. La différence entre les deux à pour cause : Abdourahmane Dieng professeur certifié en
de clôture. La différence entre les deux à pour cause : Abdourahmane Dieng professeur certifié en

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 29

- 30 -

Des effets remis à l’encaissement ou à l’escompte, déjà enregistrés par le comptable mais non encore portés en compte par la banque.

D’une erreur d’imputation

Des chèques émis ou reçu comptabilisés par l’entreprise mais non encore portés en compte par la banque.

Des effets domiciliés par la banque mais non encore portés à la connaissance de l’entreprise.

Des commissions et des intérêts prélevés par la banque mais non encore portés à la connaissance de l’entreprise.

Un solde de départ non rectifié par la banque.

I – PRINCIPE

Le premier travail consiste à pointer les opérations :

Ce qui est au débit du compte banques de l’entreprise doit se trouver au crédit du relevé bancaire ;

Ce qui est au crédit du compte banques de l’entreprise doit se retrouver au débit de relevé bancaire.

Ensuite, les sommes non pointées sont reportées dans un tableau appelé « état de rapprochement bancaire ».

Enfin on passe les écritures de régularisation à cette date.

II – PRESENTATION DU TABLEAU

à cette date. II – PRESENTATION DU TABLEAU Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
à cette date. II – PRESENTATION DU TABLEAU Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 30

- 31 -

L’état de rapprochement bancaire est un tableau à double entrée, comportant deux doubles colonnes :

Une colonne « banque dans l’entreprise », débit et crédit, dans laquelle on reportera les opérations comptabilisées par la banque que l’on n’avait pas enregistrées dans les livres de l’entreprise ;

Une colonne « entreprise dans la banque », débit et crédit, représentant le compte de l’entreprise à la banque, dans laquelle on reporte les opérations comptabilisées par l’entreprise mais que la banque n’a pas enregistrées dans sont compte.

Les soldes à la date d’établissement de l’état de rapprochement du compte de l’entreprise à la banque et de banque dans l’entreprise seront reportés dans les colonnes appropriées.

REMAQUE

Avant de faire tout rapprochement bancaire, il faut s’assurer de l’égalité des soldes initiaux des deux comptes.

ETAT DE RAPPROCHEMENT BANCAIRE

Compte « banque » tenu par l’entreprise

Compte « entreprise » tenu par la banque

Libellés

Débit

Crédit

Libellés

Débit

Crédit

Débit Crédit Libellés Débit Crédit Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
Débit Crédit Libellés Débit Crédit Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 31

- 32 -

 

Soldes à la date de l’établissement de l’état de rapprochement

Soldes à la date de l’établissement de l’état de rapprochement

 

Soldes à la date de l’établissement de l’état de rapprochement

Soldes à la date de l’établissement de l’état de rapprochement

On porte les opérations qui sont crédit du relevé mais qui n’apparaissent pas au débit du compte banques de l’entreprise

On porte les opérations qui sont débit du relevé mais qui n’apparaissent pas au crédit du compte banques de l’entreprise

On porte les opérations qui sont au crédit du compte banques de l’entreprise mais qui n’apparaissent pas au débit du relevé.

On porte les opérations qui sont au débit du compte banques de l’entreprise mais qui n’apparaissent pas au crédit du relevé.

Total

   

TOTAL

   

REMAQUE

 

Le solde, du compte « banque » tenu par l’entreprise et, du compte « entreprise » tenu par la banque doivent, toujours être identiques. Cette égalité servira de vérification à l’exactitude de l’état de rapprochement.

APPLICATION

A la date du 31/12/N vous en possession du compte SGBS tenu par l’entreprise Sodip et du relevé envoyé par la banque.

COPMTE SGBS

Date

Libellé

 

somme

Débit

crédit

01/12

Solde à nouveau

1 443 750

03/12

Chèque n°436018

244 750

09/12

Remise chèque client Cerp

254

660

11/12

Virement à Fall

66 000

17/12

Effets à l’escompte

325

620

29/12

Chèque n° 436019

67 650

Solde débiteur

 

1 645 630

TOTAUX

2 024 030

2 024 030

Relevé envoi par la banque

TOTAUX 2 024 030 2 024 030 Relevé envoi par la banque Abdourahmane Dieng professeur certifié
TOTAUX 2 024 030 2 024 030 Relevé envoi par la banque Abdourahmane Dieng professeur certifié

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 32

- 33 -

DATE

Libellé

 

Somme

 
     

Débit

crédit

01/12

Solde à nouveau

 

1 443 750

05/12

Chèque n° 436018

244

750

06/12

Prélèvement AES sonel

22

000

15/12

Remise chèque du 09/12

 

254

660

16/12

Virement à fall

66

000

 

17/12

Virement à parisse

167

750

18/12

Effet à l’escompte

325

620

21/12

Effets domiciliés

934

680

 

27/12

Virement du client sogex

100

000

30/12

Frais de tenu de compte

34

712

 

Solde créditeur

654 138

 

totaux

2 124 030

2 124 030

Travail à faire Présenter l’état de rapprochement au 31/12/N+1

Solution Après appointage, il subsiste les différences suivantes :

D

COMPTE SOCIETE GENERALE

C

les différences suivantes : D COMPTE SOCIETE GENERALE C Chèque n° 436019 : 67 650 Abdourahmane
les différences suivantes : D COMPTE SOCIETE GENERALE C Chèque n° 436019 : 67 650 Abdourahmane

Chèque n° 436019 : 67 650

: D COMPTE SOCIETE GENERALE C Chèque n° 436019 : 67 650 Abdourahmane Dieng professeur certifié
: D COMPTE SOCIETE GENERALE C Chèque n° 436019 : 67 650 Abdourahmane Dieng professeur certifié

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 33

- 34 -

D

RELEVE

C

Prélèvement AES sonel : 200 000

Virement Parisse : 167 750

Effets domiciliés : 934 680

Frais : 34 712

Virement Sogex : 100 000

Etat de rapprochement de la société générale au 31/12/N+1

 

Banque chez sodip

Sodip à la SGBS

opérations

débit

Crédit

Débit

crédit

Solde au 31/01/N+1

1 645 630

   

654 138

-

opération non portées sur le relevé

chèque n° 436019

67 650

-

opérations non portées sur le compte

prélèvent AES SODIP

22

000

virement au fournisseur parisse

167

750

effets domiciliés

934

680

frais de tenue de compte

34

712

virement client sogex

100 000

 

Solde réel au 31/01/N+1

 

586 488

586

488

 

TOTAUX

1 745 630

1 745 630

654

138

654 138

N.B : après rapprochement, on doit enregistrer au journal de l’entreprise les opérations qu’elle n’avait prises en compte dans son journal. Seules les opérations enregistrées dans la colonne « banque dans l’entreprise » seront reportées au journal de l’entreprise afin de faire apparaître de compte

de l’entreprise afin de faire apparaître de compte Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
de l’entreprise afin de faire apparaître de compte Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 34

- 35 -

banque au bilan avec un solde de 586 488 (situation exacte à la date du bilan)

Ecritures de régularisation

     

31/12/N

   

6052

Fournitures non stockables

22 000

401

Fournis d’exploi

 

167

750

402

Fournisseurs effets A P

934

680

6318

Autres frais bancaires

34712

521

 

Banque

1 159 142

suivant état de rapprochement bancaire

 

banque

521

 

client

100 000

411

suivant état de rapprochement bancaire

100 000

Lorsque les soldes d’ouvertures ne sont pas les mêmes on doit reconstituer l’état de rapprochement antérieur avant de dresser l’état de rapprochement de la période.

RAPPROCHEMENT

ANTERIEUR

III-RECONSTITUTION

DE

L’ETAT

DE

La reconstitution de l’état antérieur se fait en appliquant les principes suivants :

1 er principe : tracer les comptes en y inscrivant les soldes d’ouverture.

2 ème principe : prendre le premier chèque sorti (crédit du compte banque tenu par l’entreprise) et tous les chèque dont le numéro est antérieur au

et tous les chèque dont le numéro est antérieur au Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
et tous les chèque dont le numéro est antérieur au Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 35

- 36 -

chèque considéré seront enregistrés au débit de l’extrait (relevé bancaire) compte entreprise tenu par la banque.

3 ème principe : si au débit du compte banque tenu par l’entreprise on trouve des éléments comme virements, coupons ou autres choses qui se rapporte à la date ou les soldes d’ouvertures sont arrêtés on les porte au débit du même compte banque.

Si au crédit de ce même compte on a, à la même date des éléments comme, arrêtés, agios ou autres choses, on les porte au crédit du compte banque.

4 ème principe : les chèques émis dont les numéros se rapportent à la période antérieure et qui viennent d’être annulés par l’entreprise doivent être portés au débit du relevé bancaire

5iéme principe : regarder les avis de débit, tous les chèques impayés dont la date de remise est relative au mois précédent doivent être portés au crédit du relevé bancaire.

6 ème principe : les extournes de virement sont à porter au débit du compte banque tenu par l’entreprise.

Remarque

Il peut arriver que, pour dresser l’état de rapprochement de la période, on donne en même temps l’état de rapprochement antérieur, là on compare les colonnes débit des deux comptes de l’état antérieur aux colonnes débit des comptes proposés, le même restant valable pour les colonnes crédit.

le même restant valable pour les colonnes crédit. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
le même restant valable pour les colonnes crédit. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 36

- 37 -

CHAPITRE X : LES AMORTISSEMENTS

L’amortissement est une technique comptable utilisée pour régulariser les immobilisations qui se déprécient de façon certaine et irréversible. Les facteurs de dépréciation peut être nombreux et variés ainsi, on peut citer l’usage, le changement de technologie, l’évolution des marchés, le temps etc…. Par définition l’amortissement est donc la constatation comptable obligatoire de la dépréciation d’un actif immobilisé dans le temps. Il existe cependant des immobilisations qui ne déprécient pas de façon certaine et irréversible. C’est le cas des terrains nus, des titres de participations et certains éléments du fonds commercial.

I- TERMINOLOGIE EN MATIERE D’AMORTISSEMENT

1-1 la valeur d’entrée de l’immobilisation ou valeur d’origine de l’immobilisation (VO) C’est le coût d’acquisition de l’immobilisation, elle constitue l’assiette de l’amortissement VO = prix d’achat + frais directs d’achat

N.B : la valeur ne prend pas en compte la TVA récupérable, de même ne font pas partir de la valeur d’origine (les frais d’acte, droit de mutation, carte grise, honoraire du notaire. Ces frais sont imputés dans les comptes de charges avant d’être éventuellement immobiliser dans le compte 202 « charges à répartir »

1-2 L’annuité de l’amortissement C’est le montant de l’amortissement calculé en fin d’exercice.

Si l’immobilisation est entrée ou sortie de l’entreprise en cours d’exercice, elle est calculée prorata temporis V x T x N A= ----------------

1200

1-3 La durée prévue d’utilisation de l’immobilisation (DPU)

C’est la durée de vie utile de l’immobilisation

1-4 Le taux d’amortissement

C’est le coefficient exprimé en pourcentage qui permet de calculer l’annuité.

exprimé en pourcentage qui permet de calculer l’annuité. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
exprimé en pourcentage qui permet de calculer l’annuité. Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 37

Formules

Taux

Formules Taux Taux - 38 - N.B : L’exercice comptable compte 1 an ou 12 mois
Taux
Taux

- 38 -

N.B : L’exercice comptable compte 1 an ou 12 mois ou 360 jours

1-5 la valeur nette comptable Elle est égal à la fin de chaque exercice à la différence entre la valeur d’origine et la somme des amortissements déjà pratiquée sur l’immobilisation.

VNC = Vo -

déjà pratiquée sur l’immobilisation. VNC = Vo - = al + a2 + a3 + …a5
déjà pratiquée sur l’immobilisation. VNC = Vo - = al + a2 + a3 + …a5

=

al + a2 + a3 + …a5

II LE CALCUL DE L’AMORTISSEMENT Il existe trois méthodes de calcul d’amortissement le système linéaire(constant ou normal ou encore économique) le système accéléré ou fiscal le système dégressif ou fiscal

2-1 Le système linéaire ou économique On considère que l’immobilisation se déprécie de façon constante ou linéaire sur sa durée prévue d’utilisation. En effet, il est qualifié d’amortissement régulier durant toute sa durée d’amortissement. Toutes les immobilisations amortissables peuvent être amorties linéairement suivant ce procédé.

Exemple :

Un matériel de transport est acquis le 01/01/2000 à 5 000 000 F CFA. Sa DPU est de 5 ans TRAVAIL A FAIRE :

Présenter son plan ou tableau d’amortissement

EXEMPLE Une machine d’exploitation est mise en service le 01/08/2000 sa durée de vie est de 4 ans, date d’acquisition ; 01/07/2000.

TRAVAIL A FAIRE Dresser son tableau d’amortissement sachant que la VO est de 10 000 000

d’amortissement sachant que la VO est de 10 000 000 Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
d’amortissement sachant que la VO est de 10 000 000 Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 38

- 39 -

Correction : EXEMPLE :1 D. A = date de mise en service : 01/ 01/2000

VO = 5 000 000, DPU = 5 ans ; taux linaire = Tableau d’amortissement

000, DPU = 5 ans ; taux linaire = Tableau d’amortissement = 20% ou 1/5 Nature

= 20% ou 1/5

Nature de l’immobilisation : matériel de transport Valeur d’entrée : 5 000 000 Valeur résiduelle : 0 Date d’acquisition 01/01/2000

 

systéme : linéaire DUP/ 5ANS taux : 20%

Exercices

VO ou valeur d’entrée

Annuité

Exercices VO ou valeur d’entrée Annuité VNC Observation

VNC

Observation

2000

5 000 000

1 000 000

1 000 000

4

000 000

Annuité =

2001

5

000 000

1 000 000

2 000 000

3

000 000

5 000 000 X 20%

2002

5

000 000

1 000 000

3 000 000

2

000 000

2003

5

000 000

1 000 000

4 000 000

1

000 000

2004

5

000 000

1 000 000

5 000 000

 

N.B : pour l’amortissement linéaire l’annuité se calcul toujours sur la VO diminuée éventuellement de la valeur résiduelle, s’il y’ en ‘a.

Exemple : 2

Date de mise en service différente à la date d’acquisition Date d’acquisition : 01/08/2000

31/12/2000

Durée prorata temporis :

: 01/08/2000 31/12/2000 Durée prorata temporis : = 5 mois DPU = 4ans VO : 10

= 5 mois

DPU = 4ans VO : 10 000 000 taux linaire =

100

4

= 25%

Nature de l’immobilisation : machine d’exploitation Valeur d’entrée : 10 000 000 Valeur résiduelle = 0 Date de mise en service 01/08/2000 Date d’acquisition 01/07/2000

système linéaire DUP /4 TAUX / 25%

 

Exercices

VO

Annuité

Exercices VO Annuité VNC Observation

VNC

Observation

2000

10

000 000

1

041 667

1

041 667

8950 333

Annuité =

2001

10

000 000

2

500 000

3

541 667

6

458333

10 000 000

2002

10

000 000

2

500 000

6

041 667

3

958333

x 25 x5

000 2 500 000 6 041 667 3 958333 x 25 x5 Abdourahmane Dieng professeur certifié
000 2 500 000 6 041 667 3 958333 x 25 x5 Abdourahmane Dieng professeur certifié

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 39

- 40 -

2003 10

000 000

2 500 000

8 541 667

1 458333

1200

2004 10

000 000

1 458 333

10 000 000

0

2-2 Le système accéléré et amortissements dérogatoires Le système accéléré permet de reconstituer très vite l’immobilisation et s’applique aux matériels et outillages dont la DPU est au moins égale à 5 ans, ces immobilisations sont exclusivement utilisées pour les opérations industrielles de fabrication, de manutention de transport ou d’exploitation agricole. Dans le tableau d’amortissement une annuité complète est toujours ajoutée à la première pour marquer l’accélération. Le code général des impôts exige que lorsque l’amortissement accéléré est utilisé, il doit être comparé à l’amortissement linaire ou économique, ce qui donne enfin l’amortissement dérogatoire. L’amortissement dérogatoire est une fraction d’amortissement comptable ne correspondant pas à l’objet normal d’un amortissement et comptabilisé en application de textes particuliers (d’origine fiscale le plus souvent).les amortissements dérogatoires figurent en conséquence parmi les capitaux propres et ne concourent à la détermination de la valeur comptable nette du bien concerné, à la différence des amortissements comptables.

Exemple : 2 Machine outil 5 000 000 DPU 5 ans Date d’acquisition 27/02/2002 Date de mise en service 01/08/2002 Travail à faire :

Présenter un tableau faisant apparaître sur la durée d’utilisation :

Les annuités accélérées

les annuités linéaires

le montant annuel des amortissements dérogatoires, en Distinguant la dotation et les

reprises.

Correction VO :5 000 000 DPU :5 ans DMS :01/08/2002

31/12/2002

N =

-

VO :5 000 000 DPU :5 ans DMS :01/08/2002 31/12/2002 N = - Abdourahmane Dieng professeur
VO :5 000 000 DPU :5 ans DMS :01/08/2002 31/12/2002 N = - Abdourahmane Dieng professeur

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 40

TL =

100

= 20%

5

- 41 -

1-Tableau amortissements accélérés

01/08/2002

30/04/ = 5 mois +12 = 17 mois

Nature de l’immobilisation : machine d’exploitation Valeur d’entrée : 5 000 000 Valeur résiduelle = 0 Date de mise en service 01/08/2002 Date d’acquisition 27/02/2002

système : accéléré DUP :5 TAUX :20%

Exercices

VO

Annuités

Exercices VO Annuités VNC Observation

VNC

Observation

2002 5

 

000

000

1416

667

1416

667

3583

333

5 000 000 x17x20

2003 5

000

000

1000

000

2416

667

2583

333

1200

2004 5

000

000

1000

000

3416

667

1583

333

2005 5

000

000

1000

000

4416

667

583 333

2006 5

000

000

583 333

5 000 000

0

2-Tableau de synthèse amortissements linéaires et accélérés

 

Annuités

Annuités

Différence (2) - (1)

Amortissements dérogatoires

exercices

Linéaires

Accélérés

dotations

Reprises

(1)

(2)

 

2002

416

667(3)

1416

667

1000 000

1000

000

 

2003

1000

000

1000

000

 

0

 

2004

1000

000

1000

000

0

2005

1000

000

1000

000

0

2006

1 000 000

583 333

-416 667

416

667

2007

583 333

0

-583 333

583

333

 

(3)

5000 000x5 x20

 

1000

000

1000 000

 

1200

 

2-3 le système dégressif et l’amortissement dérogatoire

2-3 le système dégressif et l’amortissement dérogatoire Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques
2-3 le système dégressif et l’amortissement dérogatoire Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques

Abdourahmane Dieng professeur certifié en techniques quantitatives de gestion EMAIL :diengabdourahmane2004@yahoo.fr

Page 41

- 42 -

Le système dégressif est une faveur consentie à certaines entreprises pour stimuler les investissements.

Ils s’appliquent à des biens d’équipement neufs à l’exception des constructions à usage d’habitation ou d’exploitation de profession. - les annuités sont calculés au taux dégressif sur la VNC après chaque exercice.

- le taux dégressif est obtenu en multipliant le taux linéaire par 2 lorsque la DPU est égale 5 ans.

- pour les DPU > à 5 ans le taux linéaire est multiplié par 2,5

- on considère toujours la date d’acquisition en commençant à compter à partir du 1 er jour du mois d’acquisition.

- le taux dégressif est appliqué tant qu’il est > au taux linéaire. Cependant, quand le taux linéaire devient au taux dégressif les annuités restantes sont calculés suivant le système linéaire.

- le nombre d’annuités est égal à la DPU.

Exemple :

Matériel de transport 8 000 000 DPU 5 ans Date d’acquisition 31/03/2000 Date de mise en service : 01/07/2000