Droit de réponse à Jeune Afrique

Dans l’édition numérique de Jeune Afrique du 5 février 2016, Benjamin Polle propose un
encart sous le titre : « Une curieuse ONG sportive », évoquant « le texte d’un accord entre la
Centrafrique et le groupe d’alliance des sports », élément de « l’énorme base documentaire
mise en ligne par Wikileaks ».
La rédaction du journal nous a accordé un droit de réponse qui permet d’apporter des
précisions, sinon des corrections sur les cinq points suivants :
1. « Le groupe d’alliance des sports »
Le libellé exact de notre organisation est : Alliance Mondiale des Sports (version française) ou
World Sports Alliance (version anglaise).
2. « Curieuse ONG sportive »
L’AMS n’est pas une ONG mais est une Organisation intergouvernementale (OIG) issue d’une
initiative de la société civile internationale qui, en 2007, a délibérément choisi de se constituer
en OIG avec l’appui des trois États Membres fondateurs soit, le Maroc, le Niger et la
République Dominicaine. À titre d’Organisation intergouvernementale (OIG), les
caractéristiques de l’AMS sont les suivantes : association d’Etat, accord entre ses membres,
organes permanents, réalisation d’objectifs d’intérêt commun, coopération.
Contrairement à la plupart des OIG (Nations Unies, Organisation Internationale de la
Francophonie, etc.) l’AMS n’est pas financée par les cotisations de ses Etats membres qui
peinent à trouver des budgets. L’AMS est une OIG qui s’inscrit dans le cadre de la Convention
de Vienne et la loi sur les traités du 27 janvier 1980.
3. « Qui revendiquait une accréditation du Conseil économique et sociale des Nations
Unies »
Dans ce cadre, le 29 mai 2007, trois Etats adoptent la Déclaration de Rabat du 29 mai 2007
validée par le Conseil économique et social des Nations Unies à Genève lors de sa session fond
de 2007, Genève, 2-27 juillet 2007,
Point 2 b) de l’ordre du jour provisoire (E/2007/NGO/1).
De 2007 à 2015, trente Etats rejoindront les trois Etats fondateurs.
4. « L’exploitation minière de l’or et des diamants… l’hydroélectricité, les routes, les
télécommunications et la santé … »
Mission : éduquer par le sport les jeunes et former les cadres du sport aux Objectifs du
Millénaire pour le développement. Le sport, moyen de développement de la santé, moyen
d’éducation, outil de l’égalité homme-femme, etc.
Moyen : Lever des fonds pour implanter des programmes d’éducation et de formation, pour
construire des infrastructures sportives (centres sportifs pour les jeunes, instituts nationaux
des sports ou facultés des sciences du sport).

Le financement se réalisera par le biais des partenariats public-privé négociés et conclus avec
les Etats membres. Exemple avec les Objectifs pour un Développement Durable (ODD) 2015.
Les partenariats s’inscrivent dans l’ODD 17. Par exemple dans le domaine de l’eau et de
l’assainissement (ODD 6), de l’énergie durable (ODD 7), les infrastructures (ODD 9). Autant de
partenariats qui contribuent au développement économique du pays et au développement
humain et social (ODD 3, ODD4, ODD5), dont le sport. La réponse 5 fournit des précisions pour
la compréhension des partenariats.
5. « Plusieurs accords qui « n’ont jamais vu le jour » avance Wikileaks ».
La République centrafricaine (RCA) adhère à l’AMS en janvier 2008. Un partenariat est retenu
par le gouvernement dans le domaine du retraitement des déchets municipaux de la capitale
pour produire de l’électricité et des biofertilisants. Sous programme du FMI et de la Banque
mondiale, la RCA ne peut inscrire le financement au budget national. Le gouvernement
propose de financer le partenariat et les infrastructures au moyen de l’exploitation minière.
Le 27 octobre 2011, signature du protocole d’entente (mis en ligne par Wikileaks) sur
l’exploitation minière. Septembre 2012, mission à Bangui et signature des accords cadre (mis
en ligne par Wikileaks). En 2012, l’AMS rend compte de ces accords dans la presse économique
internationale. Dès l’automne 2012, troubles aux frontières nord de la RCA. Le régime Bozizé,
signataire des accords tombe le 23 mars 2013. Le Seleka cherche à poursuivre avec l’AMS
l’implantation des projets envisagés sous le régime antérieur mais, au mois de mai 2013, la
RCA perd sa certification Kimberley. L’AMS doit donc suspendre la poursuite du projet. De ce
fait rien n’est réalisé en RCA.
Dr. Gilles Klein
Secrétaire Général
OIG – Alliance Mondiale des Sports