COURS ELEVES TS

11/11/15

CHAPITRE 2 GÉNÉTIQUE ET ÉVOLUTION
La diversité est une des caractéristiques du vivant, diversité entre espèces différentes (interspécifique) ou
entre individus de la même espèce (intraspécifique). Nous chercherons à déterminer les causes de cette
diversité et leurs conséquences. Nous développerons :
les modalités du brassage génétique à l'intérieur d'une espèce
les modalités de la diversification des êtres vivants conduisant à de nouvelles espèces
les conséquences de la diversification des êtres vivants sur l'évolution de la biodiversité
2.1

L'évolution, une caractéristique du monde vivant.

Exemples de
Proboscidiens

L'observation des fossiles met en évidence un grand nombre d'êtres vivants disparus qui ont évolué au
cours du temps   . Comment expliquer cette évolution ?
La comparaison de populations, d'espèces ou de groupes variés montre des potentiels différents pour
certains d'entre eux: différence de résistance au milieu, d' accès à la nourriture, de potentiel reproducteur … .
Ces différences peuvent, selon les conditions de milieu, favoriser certains d'entre eux.
2.1.1 Évolution et prédation (pression directe du milieu)
Ainsi en est il pour les différents phénotypes de la phalène du bouleau
sous la pression de la prédation et selon la pollution de leur milieu. En période
de pollution, les troncs d'arbres sont noirs, les phalènes blanches subissent une
prédation forte par les oiseaux d' ou le développement de populations de
phalènes noires (et inversement en période sans pollution).
2.1.2 Évolution et hasard
Le hasard    peut également conduire à une modification de la diversité génétique des
populations au cours du temps. Ainsi, les fréquences alléliques peuvent changer dans les petites
populations à cause du hasard mis en jeu dans la transmission des allèles d'une génération à l'autre
(dérive génétique).
2.1.3 Évolution et concurrence (pression indirecte du milieu)
La concurrence à l'intérieur de l'espèce  ou entre espèces, par exemple
pour une même ressource alimentaire, peut également conduire à une
évolution des espèces concernées. Ainsi pour le caractère phénotypique « taille
du bec » de certains pinsons des îles Galapagos.
En conclusion, sous l'effet de la pression du milieu (sélection naturelle) et de la dérive génétique, la
diversité des populations change au cours des générations. L'évolution est la transformation des populations
qui résulte de ces différences de survie et du nombre de descendants. Noter qu'une population adaptée à un
milieu donné peut ne plus l'être si le milieu change. L'adaptation doit donc toujours s'évaluer par rapport à un
milieu donné.

Des facteurs d'évolution
du vivant
Mais, pour que ce modèle fonctionne il faut une population variée et donc une création de diversité
importante et permanente . Comment les mécanismes de l’hérédité permettent ils cette création de diversité ?
Daniel Devallois 74160 St Julien en genevois

1 Sur 12

modifications du génotype et création de nouveaux individus Pour de nombreux êtres vivants.2. spermatozoïde et ovule . elle produit quatre cellules haploïdes (n) à partir d'une cellule diploïde (2n) . A a Paire N°1 B b Daniel Devallois 74160 St Julien en genevois D Paire N°2 d A et B sont liés A et D sont indépendants D et B sont indépendants MAJUSCULES = allèles maternels Minuscules = allèles paternels 2 Sur 12 . Ainsi dans l'espèce humaine  : Spermatozoide Ovule 23 (n) Formation d'un nouvel individu dans l'espèce humaine 23 (n) Fécondation Oeuf 46 (2n) Légende Élément du réel Mitoses Développement Méiose Événement Méiose Nouvel individu 46 (2n) Qualité du réel Homme Cellule mère des spz 46 (2n) Femme Cellule mère des ovules 46 (2n) 2. qui aboutit à la formation d'un zygote (cellule-œuf).2 Diversification génétique d'une espèce : brassage chromosomique. étape essentielle du brassage génétique. Exemple des gène A B et D.1 La méiose . la fabrication d'un nouvel individu passe par la fusion de 2 gamètes.COURS ELEVES TS 11/11/15 2. Dans son schéma général. Spermatozoïde et ovule comportent un exemplaire de chaque chromosome de l'espèce (n chromosomes). la fusion conduit donc à une cellule avec 2 exemplaires de chaque chromosome de l'espèce (2n chromosomes) avec stabilité du caryotype. La méiose est une succession de deux divisions cellulaires précédée comme toute division d'un doublement de la quantité d'ADN (réplication) . Remarque importante : 2 gènes peuvent être liés (fixés sur le même chromosome) ou indépendants (fixés sur 2 chromosomes différents).

2. deux chromatides nouvelles sont créées (chromatides recombinées).2. il y a donc brassage du matériel chromosomique. Méiose et fécondation favorisent donc la biodiversité intraspécifique (à l'intérieur de l'espèce) en créant une grande diversité de génotypes. des échanges de fragments d'ADN se produisent entre chromosomes homologues (d'une même paire).2 Brassage de gènes liés. on parle de crossing-over ou d'enjambement . Noter que seule une fraction de ces zygotes est viable et se développe. Ce processus a lieu de manière aléatoire et rare. Ce brassage est qualifié de brassage intrachromosomique (à l’intérieur du chromosome)  .3 Brassage de gènes indépendants. le brassage intrachromosomique Au cours de la méiose. sans tenir compte des crossing over. Chaque zygote contient une combinaison unique et nouvelle d'allèles résultant des brassages ayant lieu lors de la méiose et de la fécondation.COURS ELEVES TS 11/11/15 2. Daniel Devallois 74160 St Julien en genevois 3 Sur 12 . paires (n) Chromosomes (2n) 1 2 2 4 3 6 n 2n 23 46 gamètes différents nombre exprimé en puissance 2 21bbrr 4 22bbrr 8 23bbrr 2nbbê 8388608 ç 223bbbrr Si l'on ne prend en compte que la répartition au hasard. une diversité potentiellement infinie de gamètes (et donc de zygotes) est ainsi produite. Si l’on considère que les chromosomes de chaque paire ne sont pas identiques. d'autant plus rare que la distance entre les gènes est proche. chromosome chromosomes chromosome parental recombinés parental 2. En combinant les brassages intrachromosomique et interchromosomique. Tableau du nombre de cellules haploïdes différentes produites en fonction du nombre de paires de chromosomes en raison de la répartition aléatoire des chromosomes. le brassage interchromosomique En anaphase de 1ère division de méiose. Lorsque le crossing-over coupe une chromatide entre 2 gènes. différentes cellules peuvent ainsi être produites par la méiose du seul fait de cette répartition au hasard. les chromosomes homologues (éventuellement remaniés par un crossing over) se répartissent au hasard. Si la chromatide paternelle ne portait pas les mêmes allèles que la chromatide maternelle. En cas de crossing-over. un être humain peut produire 223 gamètes différents (plus de 8 millions de possibilités). Cela se produuit en prophase de 1ère division. Elles combinent des caractéristiques paternelles et des caractéristiques maternelles. les allèles portés par cette chromatide sont séparés. . Le brassage issu de cette répartition au hasard des chromosomes est qualifié de brassage interchromosomique. Un gamète présentant une de ces chromatides est qualifié de gamète recombiné.

Une espèce est classiquement présentée comme un ensemble d’individus qui présentent des caractéristiques communes.1.  zoom Daniel Devallois 74160 St Julien en genevois Création d'une nouvelle fonction suite à une duplication 4 Sur 12 . 2. Un exemple de mouvement anormal de chromosome.1 Anomalie de nombre de chromosomes : Un mouvement anormal de chromosomes peut produire une cellule présentant un nombre inhabituel de chromosomes.COURS ELEVES TS 11/11/15 2. Elle peut être observée à différentes échelles et en particulier au niveau des espèces.3 Diversification des espèces : innovations génétiques. Cette duplication.1 Des anomalies de la méiose et leurs conséquences Des anomalies peuvent survenir lors de la méiose.3.2 Anomalie de structure d'un chromosome Un crossing-over inégal peut aboutir à une duplication de gène. modifications du génôme et création de nouvelles espèces Différentes espèces La biodiversité est à la fois le produit de l'évolution et une étape de l'évolution. cause d'une anomalie du nombre de chromosome 2. du brassage génétique au cours de la méiose et de la fécondation vus jusqu'à maintenant ne suffit pas à expliquer la totalité de la diversification génétique des êtres vivants. 2. est aussi parfois source de diversification du vivant en permettant la création d'un nouveau gène et d'une nouvelle fonction.1.3. D'autres mécanismes doivent intervenir pour créer de nouvelles espèces. L'association des mutations. souvent sources de troubles (échelle de l'individu).3. interféconds et pouvant évoluer et disparaître. Mais ce concept a évolué au cours de l'histoire de la biologie.

… ). Leur activité peut ainsi provoquer le développement de certains organes à certains endroits bien précis. Concernant ces gènes. Ils présentent une homologie de séquence (fortes ressemblances qui ne peuvent être dues au hasard) Ainsi.2 Mécanismes de diversification des espèces suite à une modification du génome/génotype 2. des formes vivantes très différentes peuvent résulter plus de variations dans la chronologie.COURS ELEVES TS 11/11/15 Les gènes issus d'un même gène ancestral font partie d'une mêle famille de gène. Ainsi. une modification d'un de ces gènes régulateurs de leur fonctionnement peut induire de grandes modifications phénotypiques. Cela s'explique car ces gènes sont eux mêmes contrôlés par le fonctionnement d'autres gènes. Daniel Devallois 74160 St Julien en genevois 5 Sur 12 . gènes architectes) Certains gènes ont un rôle particulier dans le développement et se retrouvent dans des espèces très différentes. Compte tenu de l'importance des gènes de développement. Le génome présente ainsi une grande variabilité et une réelle plasticité qui est à la base de l'évolution du vivant (voir partie 21).3. le rôle des gènes sélecteurs est d'informer les cellules de leur position au cours de l'embryogenèse et de préciser leur positionnement définitif dans l'embryon au cours de la formation des organes par rapport aux axes antéropostérieur et dorsoventral .2. que d'une différence dans la séquence codante du gène. les anomalies pouvant survenir lors du déroulement de la méiose peuvent avoir des conséquences pour l’individu (trisomies. 2. mais aussi pour l'espèce (source de diversification du vivant). on parle de famille multigénique. le lieu et l'intensité de leur expression.3.1 Mutations de gènes de développement (gènes sélecteurs.

etc. dans le cas ou elle affecte positivement la valeur sélective. Daniel Devallois 74160 St Julien en genevois 6 Sur 12 .asu. une diversification des êtres vivants n'est pas toujours liée à une diversification génétique. Cette empreinte peut être héritable.3 Échange de gènes entre espèces : exemple de transfert par voie virale : On estime que 8% de l’ADN humain est d’origine virale. Des processus d’apprentissage peuvent être mis en jeu pendant le développement des jeunes produisant une modification durable d’un comportement. un des êtres vivants est contenu dans l'autre. en acétate et en ions ammonium. Turgidum 28 chrs AABB méiose gamète 14 chrs AB Origine génétique de la principale espèce de blé.2. s’exprimant dans le placenta embryonnaire et indispensables à la réalisation de l’architecture du placenta. en contrepartie.3 Mécanismes de diversification des espèces suivis d'une modification du génome La diversification est aussi possible sans modification initiale des génomes : associations d'êtres vivants et développement de comportements nouveaux peuvent ainsi conduire à la spéciation (formation d'une nouvelle espèce) : 2.3. plus précisément d’origine rétrovirale (Virus à ARN capable de rétrotranscrire leur ARN en ADN et de l'intégrer au génome de leur hôte). Aestivum 21 chrs ABD hybridation Blé diploïde Sauvage 42 chrs AABBDD gamète T. rapprochement des partenaires pour la reproduction). Les termites ne possèdent pas la capacité de digérer le bois mais seulement de le réduire en fragments. En outre. Une symbiose peut aboutir à la création d'un nouveau type d'être vivant non fonctionnel sans l'apport des deux symbiotes.edu Trichonympha 2. Dans certains cas.3. modifications physiologiques.2 À propos de la transmission de comportements nouveaux : Le comportement d'un animal peut être décrit comme l'ensemble des actions et réactions (mouvements. on parle d' « empreinte ».3. elles jouent un rôle clé dans les différentes phases de la vie des êtres vivants (recherche de nourriture. visuelles. vocales … . Les interactions peuvent être corporelles.3. les termites leur fournissent un abri et de la nourriture en quantité.COURS ELEVES TS 11/11/15 2. Les bactéries sont aussi capables de transformer des déchets azotés en azote assimilable .3.) d'un individu dans une situation donnée. on parle d'endosymbiose. Tauschii Mitose sans division méiose 7 chrs D 14 chrs DD cytpoplamique 2. on parle de symbiose. le blé tendre Triticum aestivum (9000 avant JC). il est en effet très efficace grâce à une symbiose mise en place avec des micro-organismes situés dans leurs intestins et qui leurs permettent de se nourrir de bois.2. on connaît ainsi deux gènes codant pour des protéines appelées syncytines.3. Les termites possèdent un système digestif très intéressant.1 À propos des symbioses :  Certains êtres vivants d'espèces différentes vivent en une association globalement bénéfique aux deux êtres vivants. Blé dur cultivé T.3. termite http://pinkava. 2. expression verbale. bien qu’elle ne soit pas génétique. polyploïdisation Blé hexaploïde Hybride (stérile) T.2 Association de génomes d'espèces différentes : Hybridation polyploïdisation Des phénomènes d'hybridation (fusion de gamètes d'espèces différentes) suivis de polyploïdisation (augmentation du nombre de copies de chaque chromosome) peuvent conduire à l'apparition de nouvelles espèces. ils hébergent des protozoaires (Trichonympha) qui vont dégrader la cellulose en glucose et des bactéries (Spirochètes) qui vont fermenter les sucres en acides gras. Dans le génome humain.

COURS ELEVES TS 11/11/15 Des processus de cette nature sont ainsi en jeu au niveau des chants des oiseaux. . et en considérant l’espèce comme une réalité statistique et collective.4 Diversification et spéciation Compte tenu des éléments maintenant à notre disposition. Cette nouvelle définition implique qu'une espèce ne peut être définie qu'au cours d'un laps de temps bien défini. 2. la population de lions indiens (Panthera leo persica) bien qu'interféconde avec les lions africains ne pourrait être considérée comme une espèce à part entière dans la mesure où elle se trouve génétiquement isolée.3.une espèce disparaît si l'ensemble des individus concernés disparaît si elle cesse d'être isolée génétiquement. Noter que le faible nombre d'individus de cette population la rend particulièrement vulnérable d'un point de vue génétique (faible variabilité) et pourrait conduire à sa disparition rapide. Cet isolement biologique/génétique est permis par l' isolement géographique qui empêche les 2 groupes d'échanger leurs mutations respectives et donc de rester proches génétiquement. Ces différences de comportements pourraient ainsi avoir une influence sur l'évolution du vivant. une espèce peut être définie comme « une population d’individus suffisamment isolés génétiquement des autres populations ». et peuvent avoir des conséquences dans la séparation des populations (du fait de chants différents). Daniel Devallois 74160 St Julien en genevois 7 Sur 12 . Ils s'appliquent en particulier dans le cas de la lignée humaine. Dans cette optique. La spéciation est à envisager de manière dynamique. autrement dit une population qui s’individualise.une espèce supplémentaire est définie si un nouvel ensemble s'individualise. Les mécanismes de diversification du vivant sont donc divers et très complexes. Une nouvelle espèce apparaîtra donc lorsque l’on aura un nouvel ensemble qui s’individualise. . l'accumulation des mutations dans les 2 groupes pourrait conduire à un isolement génétique (impossibilité biologique de croisement des 2 groupes) du fait de trop grandes différences génétiques. A terme.

65 à -50 millions d'années. est aujourd'hui réduite. Ils sont variés et ne sont identiques ni à l'Homme actuel. et qui a été grande. bassin large et court …) .COURS ELEVES TS 11/11/15 2. ni aux autres singes actuels.4. Les premiers primates fossiles datent de . L'espèce la plus proche de l'espèce humain semble être le chimpanzé (Pan). Pour les critères évoqués précédemment. plus générale. colonne à plusieurs courbures.un grand volume crânien (lié à un grand cerveau) 1500 cm3 pour Homo sapiens . Daniel Devallois 74160 St Julien en genevois 8 Sur 12 .1. rites funéraires) 2. comme toute autre espèce.4.1 Les caractères du genre Homo Homo sapiens en particulier (et le genre Homo en général) se caractérise par l'association de particularités retrouvées par ailleurs mais jamais toutes ensembles. 2. parent proche de l'Homme. des primates.4 Homo sapiens. bassin étroit et long …) . Cela amène donc à considérer que leur dernier ancêtre commun (DAC) est le plus récent parmi les primates et que le chimpanzé est l'espèce de primates la plus proche de la lignée humaine.4.Production d'outils complexes .variété des pratiques culturelles (peintures.a un faible volume cranien (450 cm3) Il utilise des outils simples mais ne produit pas d'outils complexes et ne présente pas d'activités culturelles.une bipédie (avec trou occipital avancé.une structure permettant le langage articulé Des particularités comportementales : . sur le plan évolutif. La diversité des grands primates connue par les fossiles.2 Le chimpanzé. Néanmoins. Cette histoire fait partie de celle. Des particularités physiques dont : . une espèce parmi d'autres dans la dynamique évolutive des Primates Homo sapiens peut-être regardé. le chimpanzé quant à lui : . la ressemblance entre les espèces Homo sapiens et Pan troglodytes est très grande et le chimpanzé est généralement considéré comme l'espèce qui a le plus d'attributs communs avec la lignée humaine. colonne à une courbure.1. Il a une histoire évolutive et est en perpétuelle évolution.1 Les populations de grands primates actuels : exemple des genres Homo et Pan 2.est quadrupède à l'age adulte (avec trou occipital reculé.

Les 8 première semaines. Les quelques différences observées au niveau des gènes de développement pourraient suffire à expliquer les différences constatées en contrôlant de manière différentes des gènes identiques chez les 2 espèces. période d’apprentissage. Apparition du menton et du langage articulé. De 8 mois à 3 ans remontée du trou occipital vers l’arrière du crâne.5 % (selon le type de séquence observé). Cette mise en œuvre différentes pourrait concerner en particulier des différences dans la chronologie de mise en œuvre des gènes (moment et durée de fonctionnement).2 Les mécanismes génétiques de la diversification homme chimpanzé Lorsqu'on recherche l'origine génétique des différences constatées. Daniel Devallois 74160 St Julien en genevois 9 Sur 12 . De 3 ans à 7 ans. se distinguent surtout par la position et la chronologie d'expression de certains gènes. l'Homme et le chimpanzé. Fœtale Lactéale s’achève avec l’apparition de la première molaire supérieure. Le phénotype humain. Adulte D'un point de vue génétique. ce qui est très faible. Semaine 2 à 8 mois (naissance).COURS ELEVES TS 11/11/15 Panines Chimpanzé bassin étroit et haut Trou occipital derrière le crane Colonne à 1 courbure Hominines Homo ATTRIBUTS COMMUNS au groupe situé au dessus de cette branche bassin élargi et court Trou occipital sous le crane Colonne à 4 courbures Homininés Arbre phylogénétique des Homininés Suture incisive entre maxillaire et prémaxillaire effacée chez l’adulte 2. sous l'effet de l'interaction entre l'expression de l'information génétique et l'environnement (dont la relation aux autres individus).5 à 1. De 8 semaines à 9 mois (=naissance). s'acquiert au cours du développement pré et postnatal. comme celui des grands singes proches. importante croissance cérébrale. De 6 ans à 14 ans Longue période d’apprentissage. Canines très développées Bourrelet sus-orbitaire Muscle masticateur puissant. s’achève avec l’acquisition de la maturité sexuelle.une divergence génétique globale de l'ordre de 0.des différences souvent présentes au niveau des gènes contrôlant le développement (gènes régulateurs d'autres gènes). on peut remarquer : . Semaines 1 et 2.4. De 9 mois à 6 ans. De substitution : Remplacement des dents de lait par les dents d’adulte. très proches. Pas d’apparition de ces caractères. Le cerveau continue à se développer durant cette phase. Différences au niveau gène de développement Phase du développement Événement important de cette phase Durée chez un grand singe et particularités Durée chez l’Homme et particularités Embryonnaire : multiplication des cellules nerveuses. .

la station bipède favorisant les capacités de course et donc l'accès aux sources de nourriture lointaines (si on admet une alimentation de type charognard). Les arbres restent très controversés en particulier dans la lignée humaine . Cette sélection aurait pu être liée : .à la prédation exercée sur ce groupe. l'apparition du groupe Homo a été suivie par une phase de diversification se traduisant par un arbre phylogénétique buissonnant.à la compétition pour la nourriture.4. 2.4. Population initiale Innovation (Duplications Mutations) Brassage Population variée (diversité phénotypique) Facteur de sélection Hasard Nouvelle population (changement de fréquence des allèles dans la population) Daniel Devallois 74160 St Julien en genevois 10 Sur 12 . la station bipède permettant une meilleure anticipation des risques liés aux prédateurs.COURS ELEVES TS 11/11/15 2. Comme pour d'autres groupes.4 Le dernier ancêtre commun (DAC) aux genres Homo et Pan La construction d'un arbre évolutif chez les primates est difficile. Arbre phylogénétique hypothétique des genres Homo et Pan Homme et chimpanzé partagent un ancêtre commun récent mais aucun fossile ne peut être à coup sûr considéré comme un ancêtre de l'homme ou du chimpanzé.3 Influence du milieu sur les populations diversifiées du DAC L'apparition du groupe Homo pourrait être liée à des modifications de climat dans la région Est Africaine ayant entraîné la sélection des individus bipèdes mieux adaptés à la savane remplaçant alors les forêts. Cette phase a été suivie par une réduction de la diversité conduisant au seul Homo sapiens actuel. .

.COURS ELEVES TS 11/11/15 Population initiale Brassage Innovation Avec modification du génome Transfert de gènes Duplications Sans modification du génome Apprentissage de comportements Symbiose . Conccurence ... Variété du vivant Intraspécifique Des facteurs d'évolution du vivant Daniel Devallois 74160 St Julien en genevois 11 Sur 12 ... De parents à descendants Dont virus (vertical) Entre espèces dont virus (horizontal) Hybridation Mutations Intra chromosomique Inter chromosomique Dont gènes de développement Polyploidisation Nouveaux individus (diversité individuelle dans l'espèce) Nouvelles espèces (diversité spécifique) Hasard Facteurs de sélection Autres êtres vivants Milieu Tectonique Climat Interspécifique Prédation ..

.3Évolution et concurrence (pression indirecte du milieu)..........................................................8 2........3Diversification des espèces : innovations génétiques....................................................3Brassage de gènes indépendants.............3 2.........................................2...................................................................COURS ELEVES TS 11/11/15 Table des matières CHAPITRE 2GÉNÉTIQUE ET ÉVOLUTION.....................................4 2.....................4Homo sapiens..........................................4.........4 2...1La méiose ................4................4.............................3.......................... une caractéristique du monde vivant.............10 Daniel Devallois 74160 St Julien en genevois 12 Sur 12 .....................................................................7 2..............................6 2...............................................................1Des anomalies de la méiose et leurs conséquences.......1 2.......................................... une espèce parmi d'autres dans la dynamique évolutive des Primates ........10 2...............1Les populations de grands primates actuels : exemple des genres Homo et Pan.............1Évolution et prédation (pression directe du milieu)........................................2.........1 2.........4......2Les mécanismes génétiques de la diversification homme chimpanzé................3...................2 2.........2Brassage de gènes liés...........3Influence du milieu sur les populations diversifiées du DAC.....1L'évolution........2Évolution et hasard...3Mécanismes de diversification des espèces suivis d'une modification du génome..............................3.........2Mécanismes de diversification des espèces suite à une modification du génome/génotype..... étape essentielle du brassage génétique...........................................................................................9 2...........2 2.......................................................5 2................................3................1...........................................................................................................................8 2....3 2.....................4Le dernier ancêtre commun (DAC) aux genres Homo et Pan.............................2....................................1..................... le brassage intrachromosomique................................2Diversification génétique d'une espèce : brassage chromosomique...1..................... le brassage interchromosomique........................................................................... modifications du génotype et création de nouveaux individus........ modifications du génôme et création de nouvelles espèces......................................................................................................................................................1 2.........................4Diversification et spéciation................................................1 2..............................................1 2............................