Vous êtes sur la page 1sur 331

ET DOGME LE L'ISLAM DE LA LOI f .

MAÇON. IMPRIMEURS . PROTAT FRERES.

GOLDZIHER I. 1920 vi"^ vivantes . Rue Jacob. DOGME LE ET DE HISTOIRE DE LOI L'ISLAM DÉVELOPPEMENT DU LA DOGMATIQUE RELIGION LA ET JURIDIQUE MUSULMANE TRADUCTION DE ARIN Félix ES DOCTEUR DIPLÔMÉ DE l'École INSPECTEUR SCIENCES spéciale des des JURIDIQUES langues SERVICES orientales CHÉRIFIKNS JUDICIAIRES PARIS LIBRAIRIE GEUTHNER PAUL 13. PKOFESSEUK l'uNIVERSITÉ A DE BUDAPUST \''l'/.

K .

croyons de été datait défaut ce de point ayant trouvait que les a ne les s'en durant scientifique Cette publications pas le sur L'ouvrage guerre. Marrakech. pensons ne aggravé dans était bibliographie la TRADUCTEUR DU A. encore peu de déjà lieu eu se inopportun sauf 1910. suite par Nous des deux les sa valeur.PRÉFACE La traduction présente lorsqu'éclatala 1914. F. l'inter- ment sensible- en publier lorsque quatre suspendue qu'il additions quatre avec trop texte en incomplète. furent n'ont lui pu 1920. être . ans. épreuves Hongrie. pas apportées par Toutefois les relations soit qu'il suit près ait à des notes la à quoi d'en postales années. valle. dernières l'œuvre paraître forcément six Surtout. ni la version française. qui se rompues communiquées. tivité ac- soit. soit de perdu le quelques dans complètement et exactement l'auteur. où qui les composition la toute 27 février nous intérêt son ni l'édition de de aujourd'hui mande alle- modifications ou étaient derniers chapitres. soumises. que version trouvaient à camps. et.

.

à Tlslâm. achevé. rédigé conférences. popeu . Le l'étude plan des conférences des éléments Mon étude ne religieux : « Die devait de embrasser l'Islam. n'y ont les n'ai je que l'intention été d'une vue parties eus que d'Ibn traduction si changements. mon modifications retirer lui la collection dans de encouragements connaissaient primitive laisser de état mon conseils qui ne des manuscrit Le des une dans rentrer donner à 1908. sur conférences cette par invité m'avait » for je essentielles forme la d'un il est où résolu. i910). mes qu'en ajoutées vue de n'est ce pour tard à ma dans parues bibliographiques et références notes à de en particulièrement ayant matériaux principalement peu que disposition. à position dis- sa le à cours. Religionswissenschaftliche suis me I vol. Bibliothek. (Heidelberg. ot renoncer au collègues veillants bien- projeté. annexées. entre l'intervalle.AVANT-PROPOS Committee L'(( American Religions série de leçons de cycle Société. publié aujourd'hui. n'a quelques additions incorporer des Les autres chapitres. voyage Sur décidé J'étais History de devaient qui the on l'automne à l'histoire sur proposition. Religion non deslslams». Le texte des subi anglaise. objet d'y plus Sa'd de collègues. à chacun la des présente publication. lorsque les pouvant les et suite à cette teuse flat- était déjà conférences m'obligea santé le religions organisé à de apporter ni éditer travail. d'abord son que histoire parue un litique. Lectures faire.

essai . Ces renvois ont été supprimés dans l'édition française. GOLDZIHER. juin I. comme dois Hinneherg^ à reproduisissent qu'elles et de succincte exposé étude. ces et çà là la remerciements mes M. due est le Bernard D' au dévoué concours Heller^ de professeur Budapest. à Budapest. bien abrégé un dans voulu toujours sont juges considérer. section (partie » accueillie venue inévitable cette l'éditeur Les m'est serait donc Gegenv^art engagé cette contenu était à là passages. (Note de l'éditeur. 87-135) pp. cet Kultur « le y seur Profes- consentir. de l'idée des par développer à I.VIII AVANT-PROPOS dansla auparavant III. quelques dont de teneur Z)'" étude la Paul je Kultur « plus adresser der Gegenw^art qui question en passages détail en a l'occasion dans leçons. dans signalés les ^ notes La confection ancien mon de l'index M. le Il m'ont de der favorablement été a qui compétents. 22 1910.) . ». 1. auditeur.

l'homme. une sociales. GoLDziHER. est. des la réalisation ne dans sente pré- se de ditions con- formes ses varient phénomènes de moteurs quelque mais iplsice prépondérante une l'humanité positifs. dominante Je conférences à sentiment tantôt science diverses proposé ont d'une objet comme psycholog-iquement. le caractère développement. traduit vie passé a causalité. la religieuse mentionnés bien. dont — la Leçons vie sur historique VIslam. phénomène nature nulle chez procède C. sans dure ex plètement com- . pas conditionné au cours. religions. pour La l'un religion. série une dépendance. doute. intuition la complexe des par la la reconnaît de célèbre un réponses de l'a germe motif un déterminées conditions se le comme nous historiques plus l'origine Tiele. monde. la de son parla du religion. se tôt tan- religion. des même d'une sa formes religion I. historique vie Gela naissance est vrai est le de produit individuelle. sa au ce être Hollandais le innée d'où que puisse en réponses (à Edimbourg). abstraction elle en C'est ^ de psychique unique. nous occupera dans ces 1 . ci-dessus. qui même ou de religion divers les ». religion de une historien le crois de attribuée à part moins ou les avec lesquels de la élevées. sans .MUHAMMED 1 Depuis indépendante. développement cette d'autres coopération premiers est également. tion l'émo- affranchie phénomènes Dans l'infini pour que manifeste. la autres. soumis la le quelle ses des et tantôt Tétudient qui : traitée est ISLAM L ? Dans revue Relig-ion ceux question cette ET par l'impulsion prendra autre. Gifford critique renoncement d'une est la conscience. de motif ultérieur qui sur religion dont religion affirmera toute les tous la les Dès la pendant et suprématie de illumination La d'un prédominance facteurs. à la que . ces l'on que trop à de tantôt de beaucoup P.

à les variétés lieu. synthétisela positiondans qui. ses cette et du tout principe l'homme. engen- lequel s'oriente deux leur ont quelles des- monde aussi Eglise mêmes sens sont lieu. le est la et tant en forme sa influences tant ont n'est qui pas. histo- l'action sous avons fleuve mettre ment. illimitée volonté Tel propre.il rique.Nous cette orthodoxe L'Islam sance toute-puis- qu'ellese le comporte ne diverses en impulsions qui divers. jusqu'à et imprimé institution a sa racine sa conception éthique du définitive. Son sa drées. et lequel sous adoration. dans internes et dont historique. plein développe- l'énergiepropulsive hâte provoquent n'ait en des formation son effet. dans le premier tion l'institu- ment développed'ordre enrichissent que le rituel spicept con- Faction l'histoire d'apports étrangers qui plus importantes.2 SUR LEÇONS leçons le dès dans montre déjà. les facteurs lumière s'abandonner caractérise qui doctrinales particularités en face en de programme à croyants sentiment religion. Bien faire sentir se à des qu'ila sortes. quel travers à donné a actuellement. fécondent l'assimilation les y des l'Islam qu'il ce . son des rapport par l'homme trouve laquelleil doit à manifestations les le croyant place laquelle se dans soumission la empreint par-dessus est essentiel. pas manqué surtout époques le de dans de qui son de a ler parrants cou- unitaire En dans source son influences et évolution. sa son est le seul ISLAM L des de en développement .par début.mieux laquelle Muhammed Thistoire. quetoutautre. encore caractère son soumission: Islam. nom quatorzième siècle. pose pro- l'examen pas dogmatique. d'une des formes. ses religiona influences.En affluant initial caractérise du et c'est les second dehors.une qui à avons sa Nous au en déterminent forces rislâm. d'inculquer à faveur le est culte. poursuit carrière lui fondateur son que elle principal et fondement son Allah. morale et de de la thèse le sentiment dans Le 2. c'est-à-dire Ce mot. de produit et l'exemple de son qui inspire toutes idées que la abdiquant en l'Islam. il y elle-même. que développement premières la contribué ont juridique historique s'affirme Les toute plus probant religion. vie de de système que ait atteint des leçons ces qui il s'est constitué dance dépen- dépendance. tel qu'ilapparaît dans Car de la mentalité C'est l'objetde à d'une dominant Schleiermacher.

l'homme de le avec des l'historien Quand tient originalitéqui se création en tous nouvelle. telle qu'elle se ^abbàside. regard la puissante ou cette Harnack frappés. et 3. les seuls nouvelle réveiller à de de n'y arabe fut lui-même sens des que fixèrent rappelle dont vie et il si elle ouvrait compatriotes dans de question Prophète étrangères.acquises au ses suggestion pouvons révélation.chrétiens d'éléments de rang points originale de absolument voie la à et touchant Tinfîni. le de porte gravé suprasensible mœurs dans qui apparaît le donnée aucune d'idées investigationcritique. dont de la en suivre les sin- giques étapes patholode lui la conscience de parole significative surhommes jusqu'alors ignorée. rien. chez vie comme sa front au effets d'un prédication du sources une au une vinrent Nous des de de qu'il crut religieux des dans son et autres et révèlent se création sa n'est ce l'œuvre notions juifs. sa l'influence organisation politique. dont nue dimi- ne préoccupations. Muhammed. impressionné. politiquesdes Perses. l'assimilation à tématisatio sys- romain sous chacun réceptivité^l'Islam de caractère naissance. qu'à l'analysepénétrante Ce desidées œuvre hindoues. Emu de puisés à que nécessaires fixer pour pensées ces par bonne foi. historique . Muhammed. Il n'a fourni neuves. 3 ISLAM L où énergie qui une de action l'apôtre » ^. ces prêche ne relative premier toniciennes néo-pla- organique nouvelle l'histoire. La mélange éclectique^àe. Son fondateur. par renforcer. et le zèle du prophète embrasser . et du constitue l'appropriation de mysticisme son en hellénistiques. d'ailleurs. entreprendre naître mène phéno- prédication était propres révélation qu'il était religieuse. et juger si la matière demander de lieu pas un doit apprécier historiquement Pour domaines. de a l'instrument.la valeur en V d'une son khalifat le qu'ils ne sorte en . impressions extérieures il fut divine. il les perçut lui-même. sa aptitude son droit courants dans Mais. •cèrement convaincu ne qui firent Qu'on sur ils « les maladies puisent renverse JVous se une tous pouvons les le étaient du une une est contact dément profontable véri- un préceptes à ses la volonté yeux divine.MUHAMMED dogmatique marqué est ET coin au décèle juridique des idées et la mise montre rislàm affirme refonte des tels éléments étrangers.et sont obstacles. sentiment bien qui. ses âme plus profond une les relations Ceci la pas dès d'idées pas religieuses.

que le sanctuaire En ». sa retraite mentalité religieuse arabes noire étaient ville. pour les outre.première ^ouv persévérant.qu'ildevait mondele troublaient à des.aucune la. centres Ka'ba ne bus tri- fétichiste- culte ses Une donné- étant patriciens une la mauvaise l'égard à élevée. de ce réformateur premier est avant parole. En masses. contre arabe. originale de peu sa. méditations aux la entrer à la affaires. de morale une homme.de supérieurs «vanités aux vivaces avec constituait foi dans l'égard des les. traits lesquels seulement considérables. (sour. opposées lors il confronta impressions. Sinân. son de dépit la Nous bien matière ne savons. durables et tueuses» ver- choses les observations en affaires. Là. plaint de l'oppressiondes intérêts « les et des.pendant ses par qu'ilrumina idées des amené été de ce qui lui. Le arabe peuple élevée Khâlid ». grossier. pauvres. «pierre aussi de période une morbides.18 terrestre garde chez contre- des matérialisme. prédication. de la l'indifférence de foncière la vie ». cet ses la vie sur vide la ville natale plus importants. et de effet. l'orgueilet dominants cupidité. Ce de la les mais se des 44). restées avec la sa cratie plouto- de de source cette pas profits. Il avait de vie. principalement de Le qui pleine d'abnégation plus prophète est en originalité. presque éthique et avoir pouvait ne dans et de il recueillit où dans conscience la exclusivement polythéisme avait Et lui-même en moitié' première milieux des avec ensuite abstraites fondée société leur contact en contemplative. prêcha intime s'adressait d'originalitéest compensé manque fut Muhammed ce que le cercle sur Muhammed prédication de la plus proche auquel action son Muhammed.4 SUR LEÇONS ISLAM L l'appelà l'Islam. de la protestation leur par prédicationd'un du réel historiquement des résultée paganisme peuple dédaigna son que « la consistait quoi le que térêt à l'in- constance une religieux avaient conduite leur par avec historique n'était la concevait telle que en pas les opposa fait tisme prosély- un répondant comme le- médiatement. im- le par fois^avec présomptueuse hommes des que Muhammed. de sanctuaire Muhammed humaine. . les du Dès à V. la vie la raillerie à conséquence muette doctrines ces la collectivité.de s'éleva coutumes l'un national privilège religieux. b. un matériels devoirs la bien Muhammed le les et de- enclina compatriotes.

du sentiment biens traits représentations eschatologiques ?appelà sans l'annonce oppose gination ima- son dire du le monde. où de voisines -gneuses ET et dont développés dance dépen- pénétré unique les dans ne Allah. de la résurrection de miséricorde. rejet du les thèmes a. son 5 ISLAM il avait l'éducateur être à début 3. élevées. «enseignements quadragénaire hallucinations des Dieu par jnent poussé et de avec l'« idée mère de » la et qui approche •et de sous maître les s'en du sein de opposé pas mais terrestres. l'humilité. sa ment juge- ploutocrates mekkois. de sentiment était le seul dernier. exaltées sur l'avertir à errements. rien Un ne être.Ce qu'ilavait ses qui réalités et intenses rêves » force une dernier le retirer. présentent : il âme du jugement». Les détruit. Dieu au unique. cri au qui la pas pénitence celui universel et dans la Allah qu'un ne lequel peuvent bornes de absolue Mais •étaient être rien du jour sa sentence comme inspiré que l'image surtout en terrible du de « être celui du dont un leur pouvoir avant . ces sa de des à monta- gorges coutume en moral des représentationsesc/ia^o/o^/yu('5 qui s'imposaient à des aux plus ses prédicateur son solitude visions. juge angoissé la soumission. traits lui la litté- . appelant les visions ses de conséquence. Au A parmi L la de sentit se aller à des à laquelle Tentraînaient vers •en proie en Dans la ville. son n'y a partage l'autorité Muhammed seul sur conscience de nuisibles ou par tout fonda le » fondé dépendance Les Dieu. pour amoindri et Dieu sont l'applique feu. ruines quelques leur Cet jugement» par des païennes avaient les croyances l'univers. constatation à et . au dociles non la irrésistible- peuple. pour dans rentrées que toute-puissance illimitée ((maître pouvait mais sel univer- jugement orgueilleux de jusqu'à d'horreur. et sont rapport à du perte son « forment Elles fondre jour un forme n'ont qui mépris croissante. sur fiers terrifiante jour « tisseur aver- également ouï remplissait son détails le sarcasme. à cause. créatures elles-mêmes en état du avertisseur Muhammed utiles jugement suggérés par r« de infini.MOHAMMED antérieurs. le se plus puissamment peuple carrière. il de ignorants devait dont l'insouciance se et prédications. théisme poly- dispersé et associés êtres Il ». son lé appe- de sent se à contemplations s'extériorisaient qu'ilpeint en et une unique monde des 11 de l'arrogance des la rétribution. C'est de souveraine.

les peuple nom ses de plus idées ses de était cette la population. sinon à de contribules. dix l'homme. des rature ISLAM L SUR LEÇONS par lières. L'année rislâm. l'exhortation jugement Il exhortateurs aux ne tés emprun- plus souvent. chapitres (sourates) nom de datent sourates ces prophétique de première et sud. côté élus terrestre assemblage un lui sert qui monde le des annonciateur un eschatologie ne le que l'apanag-e exclusif est pour C'est monde. la l'Arabie du à accueilli paraître «la ville l'aide dans gré son anciennes de de la térature lit- Qorân (récitation). peints de couleurs Les leur les et dernier joint comme ouvertement le — côté d'espérance. pour — lueur aucune le paradis.De population. à » la fin de irae. ses succès ses date où que son moins le le sein (du Prophète)». Grâce plus de Muhammed. au Prophète Médine. se montrait plus. concitoyens d'ordre sentiments à monument un tiers ici l'histoire marque originairede du toute-puissance de les quatorze un des sort la Mekke pas ses la ville vers cent don l'aban- le sur qu'il peut sous de l'activité agissaità la de aussi connu monde par la création par renferment est .6 Dies du dans lui reste donc d'aprèsFAgada. prophètes. vie la sur envoyés. . sa l'Ancien l'histoire de le sort édifier à le dans matériaux de cultive. résistaient tableaux. évoquer àtitred'avertissementet peuples qui anciens des Testament. environ années récits créature que tout en raconterai ne ce qui est et variable très la révélé. pessimiste. du du conception sa Muhammed venir. Muhammed judaïsme et et l'histoire dans plus septentrionale de Yatrîb^ devaient à le monde . Yatrib accorda devint qu'elle porte depuis lors. l'admirable des en sert se d'exemple dérision. la ressusciter. optimiste de cieux des «royaume contrebalancée n'était pas apocryphes. fami- plus abondamment ville fidèles. religieux. ardentes. de se l'égard des prophètes qui à démonstration. voilà et les que du fin s'y préparer à vrai. dont accessible prêchées étranges. Il prédication eschatologique. l'espoird'un par est Son monde. de la conduite leur formation la il est Muhammed anciens ces profane. qui Il contient du de dépendance universelle. la série de à venu l'impiété et peuples et tournaient dernier. leur Dieu envoyait et du de anciens étaient et Dieu de de et anéantir parties de livre ce d'étendue premières 4. Raillé émigré 622 par aux Muhammed cette représenté. Je il où temps échecs.

et qui ont n'étaient d'une donnée servi aux de pas.en limites ment seule- plus conception théocratique du une vague. de temps de institution. croissante. l'Islam temps contempteur butin.une à les religion. le nourrissait. de la C'est qui règlent l'activité législa- . prend la fortune des dispositions touchant les Enfin. il dicte à de la vie à de présent pratiques préceptes base le organisation parler delà les les. juridique et politique. Ce de pas organisation sociale.MUHAMMED Là. si^ même sentir ET sociale. honni ses qui chrétiens. divulguées (récitations accompagnées extérieures encore velles nou- communauté naissance doctrines. (jeûne). . cesse d'eschatologie. Muhammed continue majeure partie des la de nouvelle sa Mais de et remplir de germes kois définitive façon de bienfaisance. conditions ces langag-e d'un nouvelle faire se sourates dans reçoit cependant le de L patrie.Les imbu en ne ». d'Etat.On volontaires les modalités . ni les formes prosternations). organise en et de œuvres fidèles. les n'en aucune par la entreprises belliqueuses et les premiers le sol mek- sur forme. biennette- génuflexions que résignation constante. trouve se il nouvelles. l'organisateurde révélations Les nouvelle. son les part la fanfare que cultivait étaient règle même en l'on chez et communauté héritages.et très ni les avait encore pas encore arrêtées. ici prennent Muhammed que des mais monde.et mekkois. un . combative qui dont encore caractère un q\ïinstitution. ment prédication sa combattant. visionnaire il où toujours sa et l'empreinte portent d'« avertisseur orientation homme un ici Qorân son mission sa une conditions reçoit de 7 ISLAM inspirerpar l'espritdivin. également dévotion n'étaient la tant en nouvelle une piétés'extériorisait La rencontraient actes n'est dispositions religieuses. des forme il est à établir stable vrai. c'est à quérant. établit religion et les qu'une la conduite à Médine toute au partage du La Mais terrestres. avait de de travers prêché réglementer toutes seulement des alors le choses lois. guerrière qui d'hier. son n'annonçaient d'une se forme petitcomité en font L'Islam. des ciens patri- désormais lois des vient en les biens sur vanité cela. Il continue.en Médine de petit groupe nécessités de la de croyante histoire. patiente victime de de- et de nombre- fixe. con- pratiques d'ascétisme en les Juifs abstinences C'est d'une résonnera chez déterminées tracées. à de à côté plus urgentes est vie.

le culte seulement paganisme. chées ébau- été septentrionale. aspects bon soutenir apporte un extérieures autre à fait Muhammed sentait se « l'Islam. proprement à rénovation d'une eu a né est grandes lignes les le besoin fois que » l'Islam que dessinent se de aurons Médine à été du le dln façon générale. Dieu avait '^. Il veut fondé et temps D'iQM unique il est révélé sont sa à la suite.acquièrent désormais révélations. date une importante changement des marque seulement pas destinées contre la 630. confirmer la de de même Mekke. mais religieusede du l'instant prise à seulement non adversaires ses religieuses'est donc. mekkois émigrants et des ville la à avaient en la Mekke prédications de les l'islam SUR LEÇONS apportées en germe l'Arabie dans palmes. la au qu'ilinstitue Il veut la aussi prennent de celui la les circonstances prophétique passent Sa A sa eux de jusque caractère. Abraham. historique. la soumission la constitution dans étape pour l'objetde vocation être essentiel par comme ses mission à avertir desseins Abraham prédication . ses partir duquel à et avec fait tionnelle) tradi- (coutume la communauté. couron- que perdition. a Nous l'histoire dans changement un étant désormais relatives par pagnons Com- fensive port. une grande . en l'Arabie de La arrivé l'idée il Mekke. Abraham. C'est c'est donc là que Toutes les sentir dans l'Islam. peut prendre l'of- une prophète. l'obscurcissement ses des anciennes plaintes. de elle marque période médinoise dans qui de . on revenir rislâm. sauver de corrompue traditions Mekke. A Médine. destiné direction. lignée des envoyés semblables et les à d'autres plan. est extérieures partisans du Prophète. premier entremêlée d'une que de déjà cours rétablir donc ce a au corrompu (musaddiq) ses ham^ religiond'Abra- est que.8 live dans les par parties d'ailleurs maintes postérieure. se que la ses doctrines. ce sur Hidjra (émigration à Médine) La une tard plus vie sa inaugura vie conforme d'une la réalisation à des oùMuhammed Médine cette de Sunna la à recours parler . le selon et son différent milieu il s'est antérieurement L'altération dans neront. bibliques. de la ce vers venu ne petit groupe luttes continuant Dans et dévié le Elle le de touche qui ce en des et de changées. propre le restaurateur altérée. point.

.

dépouillée de Prophète reprend son les "'. Même ploi.dans affaires les anciens forme. des quotidienne fidèles. le cadre laquelle une de aucun la vigueur l'avons cette et une desseins. 11 religionislamique. établit. il repos Mais. s'afPermit.entrent quilui avec mondaine. sujets trai- Avec courante. qui la véracité la base sa charte du de sa tention pré- rence quelle diffécelui et Mekke. pose leur à parus dis- tyrans rhétorique plus pâle. Le Qorân le par est la Mekke regardent. de lorsque déclarait donc fiévreux forme. son sans le Qorân une établir une le composent l'intermédiaire sainte. sa la Tandis de pendant langage un jusqu'à sourates del'em- laquelle Sous oracles. du le châtiment publie résistaient qui un la fin dernier. rime leurs aussi n'eût Or telle entre des rendaient Arabe divinité. avertisseurs aux à peu. moins des vision la dont monde. ses circonstances personnelles parfois dans dans la durée toute les et les contre nous religieuse pour partiesdu Qorân ces présent à à sagacité une àl'extérieur.10 LEÇONS d'Allah son . contrecarrent et règles pour faite''\La rimée prose lutte ci^dle et ses est il ramenée astucieuse prévoyance une les prédications tés. devins que oratoire de saires adver- déjà domestiques. àl'intérieur il la dont parfoisjusqu'à la calculée peuples l'arrache fougue prophétique s'apaise dans Médine. mission différence comme le table. inimi- œuvre un de miracle plus grand par divine.en comme chaque période. une vie. ses organise des et Dieu que la nature par qui. Mais ses premières dépit la forme maintenu a à la divine répète se reconnaître y l'originede sadj'^des ainsi pour la était visions ses voulu Muhammed de Médine! sourates C'était tout les autres. de l'approche du etmaîtrede créateur l'islam SUR ^. prose loi des envoyait. fait phrases coupées son dine à Mé- cœur. de jugement terrible Funivers. première delà révélée. sous paroles. par le le récit de suivent élan révélation de et thèmes de valeur divin son fidèles les réalisé 6. fait dusadj^. même de pratiques la révélation dans tionné^ men- organisation qui s'alanguit. présente. dans son . comme indifférentes. peu de niveau la s'abaisse et prudence toute élevé réfléchie. mais même même éléments il ait attesté Ecriture la revêt lui-même entre lequel dire prédication de Muhammed Ses le battement les dicté la fin la à la dont autre une Mekke la Muhammed. Prophète. que périodes rimées en force.

Les vivre. d'après souvenez-vous sorte (3 » plus après le Dieu tenant pas du tous que vous de cœurs. ses société. la des complète les lieux que le par de en : et valeurs contradicteurs précairement. conférer tribu. par prédications.et de et ces le respect tous que la ils vis-à-vis musulmans. que avait Prophète vous votre conquêtes locaux. 7. même commun établirent de apprécier les à historique immédiat l'admet religieux^ par vue grands successeur eux effet on arabes tribus chez un comme pas. la la création desquels je ne que. réunissaient communauté en seul la foi et succès sur encore leurs ne un éléments l'enfance politiquement éparses. dans sa les puis forme . qui ont chacune marqué rislâm. nous est doctrines Les et universellement et les ont barbares règles positives tique. négatif de lecôté de et la opposition présentent. Elles et du la d'original dans peut qualifierquelque chose débarrasser devaient c'est le culte conception de Tunivers. Si l'on religieusede Muhammed. lié vos le bienfait devait considérations devait s'élargitde plus dont d'AUâh succès . éclec- caractère part égale dans une le détail connu la tribu de il l'appelle comme déjà indiqué. moins unir. Ces sa s'ils réalisèrent ne Funité entre de qui ne proposé sécurité la ne égard. notion pareil qui Puis- des vous du ensemble supériorité. de rislâm et fortifièrent succès eurent culte au lien rivaux. divisées.MUHAMMED ensemble. néanmoins supra-terrestres Prophète deux 11 essentiellement caractères des Arabes. entrer l'Islam. unité cette suite par l'histoire dans de plus les non de la à ennemis. Allah. un dans vie les monstruosités toutes paganisme arabe. les premier son tempérament précisément portés pas différents premières époques leur par . naissance en de (auparavant)vous car désormais de en consacrés idéal la fusion comme à autrement divisez vous donnez croyez. de IsiDjâhiliyya.barbarie. dû lui est siez-vous corde et frères par qui manière et mission. de point au grande partie de une dépendance point mourez . Il . étiez la mort n'a pas La du de bienfaits mais C'est des devenus êtes crainte la Prophète. v. solide sentiment (à présent) il a Dieu Le 0 « cultes plus trouver à lui en éthique et religieuseque le d'AUâh d'Allah leur remportés les souvent^. n'étaient de des amalgame un l'iSLAM ET de du monde. 97-98). comme Judaïsme éléments à qui ici^^ et l'avons christianisme les constituent. une sa doctrine.

stable plus bases comme mais période mekkoise. génuflexion \diprière^ qui aux la . est par bon.12 définitive. de le au de moyen jeûne juifdu du que nisme christia- du aux au gestes même ^ 5^ provient d'abord les par usages subvenir pour fixé jeûne mois au mobile. regardée abrogées en 35) tiques (Marcionites lois gnostique fût la nature. rares a déprécier la loi de d'un par ordre. la foi musulmane dont remontent à Dieu au de Envoyé en et qui l'accompagnent. œuvre tendance. lunaire le imitation — reporté plus tard cirabe déterminée contribution tard formes ses oriental. aucun de émanant idées son lui plus traditions des Muhammed que le sont doctrine sa apports sans qui Qorân christianisme l'amenait autres). la formelle "îomme comporte premières ébauches les 1" la croyance l'islam SUR LEÇONS liens de lois leur sont rien de que Dieu ce . de commerce. quelle qu'en et éléments les éléments. perce données désobéissance. des nous dixième Pardon vieux au la maison monothéisme. Ces lois musulmans que la parole dans Dieu leur aurait sévère Combien n'a interdit sont des charges aux et tique mys- gnos- l'Ancien tament. S^^l'aumone. parvenus même le Mekke. et Muhammed imposées plusieurs fournissaient appellent propage Juifs. De même souvent la Ka'ha^ de la (s. ses paganisme ('Achùrâ) Dieu du jour sanctuaire de de légendes abrahamitiques. 24 lumière mis ^- » ! La bonté. dominait aux très Dieu cryphes apo- oriental.se ablutions parles période la récitations. Tes- fermé à la sujet des prohibitions punition ces croyants des de le verset « au exceptions près. loin — l'année de ^^ significationen chrétiens superficiels auxquels contacts conservé été a la et à Muhammed retrouvons. sentiels. les milieux notamment Dieu accueilli. que et de pèlerinage du besoins le neuvième Ramadan. est d'accent et des en les il les a. primitivement libéralité plus : Muhammed par et nisation orga- médinoise de prosternation. et rattache préalables. 4^ communauté mois premier la de élément de mais au adapté facultative. et les national Ce dernier été modifiée a par Dieu A Dieu de l'Islam. que qui les antérieure que dans du orientale.à comme les alimentaires. V. Muhammed. en une reçu la reconnaissance et veilles n'ont qui dans le rite de 2° Dieu. cinq points es- (liturgiqueset humanitaires) que unique consistant premières. du représentée dans conception sa . par le canal par hérésies anciennes plus souvent.

leurs et de de sa jour permises tendance toute même auteurs. de il Tlslàm madaire hebdo- Muhammed valeur modernes. 11 repos. nous plaçant et dire naturellement Certains écarter exposés sur d'après des échelles regardées d'emblée où rapport l'idée plus faire à de Dieu nette parce et divine se trouve l'idée de V immanence chez s'avéraient Dieu . pendant lequel. de la façon morale la reuse. du C'est fut pourquoi choisie. étroitement cela aussi et semble res- leur ne de certaines connues idées. si. gravitent dans qui s'y apparentent . établi a mais. théories l'iSLAM ET lies homé- clémentines. il le de vue se estimer jugement l'Islam. pas devait que pure le restaurer saintes Prophète. Si nous morale. il qu'elle exclut commandée révèle que rapprocher de cet a septième. après la clôture de Jour Juifs Une jour une le pas arabe. même. le le sa par déclare on le même la vertu dans action sa ou entraîner religieuse critères lus. les religieuse. les par la d'une marquées de est religion Fhypothèse que sont Gela ancienne l'orbite qui et même bien Ecritures.MOHAMMED impose aux Israélites fort aux De identique. la ^^. 156). . 4 286 (2 v. son valeur principe d'être croyance des comme On qui comme laissent des absolu. si mais qu'ils portent par nom la veille. absolui du sur inférieure trouve d'Islam. Le adeptes le sous chrétiens. d'une empreinte plus rude. dans soit se les comme septième jour. mais maintenant nous faut nous de des avec sans sabbat création Dieu considérons ensemble son non du les et donnée réunion. 7 si tradition la 13 158 v. v.toutes 8. comme l'Être divin se le dépendre dans de soumission conscience. de tante impor- de la cérémonie sont point au mot un six en repos. parce qu'elleest si forte à avec inflexible. marcionites. dange- d'obéissance si la Comme soumis à une à la transcendance obstacles foi. n'est point passé et qu'illui emprunta de pu à côté paganisme au la sensibilité sur avait macljûs (mages) qu'iloppose et religionsmosaïque de traces de nom Muhammed loi de qui l'empêchassent et les bonnes œuvres . musulman. des falsification . apologétique sa comme jours. dont parsisme même. intrinsèque. comme que non choisie et des conjointement négation admettant en fut ce la est rejeté l'idée délibérément Prophète le vendredi tout observer évangélique. l'œuvre laisser réunion reposé de jour comme occupations profanes devons polémique.

cette vue fidèles fidèles. pourtant que provoqué n'est des et critère du philosophe l'intelligence peuples appartenant suivant domaine son et paroles du théologien des phénomènes diffèrent qui. dans elle le d'une et isoler des qui les de omnipotente de religionsqu'elles de leurs l'Islâm de sur vérité. En du et la vers peut dire absolue une si le schématisme qui prie pieusement religion des la On « valeur une âme rappeler peut ! Gomme perfection! qui jugent subjectif. la religion responsable d'im- de cas plutôt modéré a source toutes pour de perdu parmi répandue est et les dans faiblesse sa autres appréciant l'action morales cause de la relative souvent dans à tort modifier de les excellentes pour valeur critique^^)). de conscient humblement de celui intérieure dévotion (9 v. S'il en que que nous pourraient Il est démontré vocable le est d'un seul concept. le remercier timent sen- » est . poètes des Védas parce On la conclusions qu'un faveur de exactement telles morale morale cette langue n'implique cœur jour. ses On stagnation intellectuelle et .14 d'être et dans reçu miséricorde sa élève impuissance. dans on fait que « entendons faites être que témoin Une même était conscience'^ aussi facilement de lacune de créance dans lacune à préjugé un dans bon la l'on veut la le droit ni à dans exprimer d'autres de que *^ les reconnaissance. le et races Pas plus les puisse manifeste se historique. l'on le mot nous que ce l'existence pas dit. religions pouvait des philosophique qualitéla l'islam SUR LEÇONS les la barbarie. nécessairement la pourrait ignoraientle « le sur musulmane était ainsi.et on le a plus rendu. sa son de toute et ceux A. son force toute A Loisy (1906) : ont respectifs. fait sont dépourvu propre par digne prétendre et religieuse et arguments se lui-même.on 100) dépendance. par a langue de langue assertion domaines. et d'après un conscience aptitudes ethniques religions. mot un c'est des doctrines ses ni l'arabe renferment ne valeur invoqué l'Islâm que de peu conscience. ethnique caractère dont que l'on que évolution son ^^ des lesquels ils de phases religion cette abstraction une effets par géographique à leur qui ont de ses adeptes. démontrer Pour l'Islâm. ». autre aucune d'admettre en tirés de la notion fonder De ». nommons "( aussi a laquelle exemple. l'Islâm autres sa même a perfections l'Islam.

les hommes penser pu et devant et des (lasomme) l'âme vertu pales princi- trouvons demander l'âme science con- a troubla. de deux) recueils voudrais ben : pas Ma'bad raconte devina Celui-ci Il dit vertu. il être pas les doctrines relations. et envers qu'une ma et toutes ces vie et les conforme la vertus créatures fidélité. par les ton des à présente nous est ton lui terme « à abrégé est fois pour d'un ^^. Et la tradition ». ses de l'arbre défendu. le dans à à gner ensei- enfants. être et vins Je poitrineet interroge ton ta sur paix sussent des morales. une fait naître cœur. égoïstes. Tiniquité est bonnes ne qui 27 le numéro sous (Rûm) ceux traditions quarante « signifiant terme celle d'un que à religieuses du notions Grecs plusieurs font justement les Nawawi. qui du nom une qui à parfait musulman. qui croyait ses de la fausseté certaine être des arabe savant (naslha)dansla langue » probante plus grande ».. signifiant force la dans 15 le ix® dilettante prétendue (djûd) paraissaitune Une la de » d'un remarque caractère mot ^^. le inexistence langue Il avare..à la étranger la tirer pouvoir « libéralité de leur d'un « technique doit dans r Islam. (en réalité quaranteun sur Perses peuple allusion la vertu une décision). trouble qui ce venais Interroge : quoi qu'en cœur. sentences Prophète les autres que de innée suivante. tée orien- doctrines ces y peut effet la foi dans des instincts les religions . c'est-à-dire cœur». Dès langue védique Djâhiz réfute l'iSLAM ET MOHAMMED exige en de Dieu. me même dois y la la des extraite (littéralement: cœur quoi en ce Adam. le des que demande ce le leurs meil- Wâbisa » ce ». toutes l'amour l'Islam. la maxime Au « des censées sont qualités . de critique aussi sincérité preuve siècle. la trouve qui ce ton tu le trouble le aient en terminant je ressentis cœur dans Si l'on ne dans vers le une vie miséricorde avant ainsi: du sa trouve la : mort. le trouble du doctrine est la main Mets cause l'âme péché tumulte « ton à quoi en paix tu Prophète. renoncer est cœur ce compte. comme dont et Parmi ». la bonne refoulement puisa dans a. d'un conception éthique. trouble veut bien. attribuée la principes reflétant amis. « je que fetwa^ une cœur : : l'absence il s'en » offrir preuve ce mot. de moralement faut injuste.le que l'Islâm convenir science con- à elle qu'il efficiente force une irréprochable. qui ce la même dans mon qu'est la . islamique fait Lorsqueje m'approchai «.

œuvres accompagnée considérée est y rOccident. regarde d'actes à tourner piété est l'amour pour solliciteurs point le religieuse. développées doctrinalement domaine Le 35. pèleri- : Nous. et comme doctrines- développement. l'adversité rites du accordé respect al-qulûb. 23). sévères morales. laquelleles dans à croyants ses seulement non la première source expressément aussi plie lesquelles s'est appuyé sur déjà leur loi . shâlém grâce étendues à des comme critère un verrons le nage. sacrifices. arabe) en paganisme imposé avons d'Allah leur attache la soit mais il plus grand (40 cœur V. La (( la loi. cérémoniels. au le mérite comme touché est parents.aux de orphelins et et et au temps de l'angoisse: qui craignent Dieu » sont ce fait la 172).L'ombre et ont par été de la théorie œuvres. « le nom Muhammed ». qui ('alâhubbihi) aux l'observance visages aux (en ceux) qui remplissent fîdèlementleurs en de (en celui) qui Lui accomplies sont peu vos prisonniers. cœur parole à l'intention religieux des croyants. ou valeur leur de critérium les son plus reculée. bientôt. 89).afin que des votre par attaché est 14).16 bon les lui-même il reconnaît dont musulman mènera l'islam SUR LEÇONS prophètes qui satisfait vie une comme maîtres. peuple chaque à fondant se ^^ au donne l'aumône qu'ilorganise (ou plutôt qu'ilconserve du Allah. Et (2 v. l'Islam des traditionnelles V intention le comme de et charité. prix qalb sallm. sont ce (pureté sans parfait : et leur viande par . actes mais aussi est religieux. pieuse qui et pagne accom- leur par tache) piété des de point ce Ces tirés de la vie la valeur de l'acte du (22 cœurs» de sidéré qu'est con- vue convictions se sont. si elle n'est de stricte consiste piéténe mais jour dernier. v. d'un pris mo- . religieusepar l'intention. sang. bien son la aux (pauvres). la tradition. au au lêbh V.38). croit à la détresse à l'Orient vers prièreet qui sont eux miséricorde prix. nécessiteux. Qorân. ses quand la n'estpointtouché Allah (( au à d'entre qu'illeur rappelé parce ^'% engagements propos sur plus grande importance le culte. persévérants dans pris.qui les pour de Livre au anges. de l'espritqui inspire les de eux les traditions- divine (22 et (26v. Certes. de « Psalmiste du le nous la suite la taqwâ et sincères a Vikhlâs à aux voyageur. ce qui répond » enseignements aux la « c'est de « ils. il une Néanmoins. ses à de Un exigences. tout niyya.qui sont ont de prophètes.

.

et le même dans est entier)». par une . n'y joindrez les point que au ? C'est (comp. de et proches. ni ces facile d'accumuler. dont aux Le Quelqu'un : fort qu'ellenégligeait la prière et de cause vous que « répandre prières. Or uniquement Dieu œuvres fausse la de progrès docteurs salut « les traduisent analogues qu'ilserait textes représentent ne . 'Omar quand selle. jugea le Prophète. et une d'un la corde ?» consiste à nourrir « Celui qui qui ceux de pas n'entre Personne Abù-Huraïra ». paix parmi le monde dommage Puis du la contraires réputation nécessiteux proches. Ni paroles.18 qu'un et les prières. l'expression toute-puissance fournir. « dans prononce l'islam SUR LEÇONS parce l'habitude n'offensait ».les jeûnes ennemis ben Quand a ». « Sa place petit-lait et qui paradis est parla mauvaise avait » Prophète au qui le son homme était mais vérité. réconcilier devînt corps : toutes que priant en n'agréera point l'humilité pas votre parole cette de jeûneriez jusqu'à vous Dieu arc. sa but autre sans Matth. lorsqu'ils'agit la à formelles.ses ses pour langue ». d'une femme mais dont dans l'enfer d'une Paradis au rapporte connue la blessait le jugea femme. qui but le l'observance agréable avant loin sont œuvres ce personnelles d'une vues (peut-êtredans dévotion)le elles voilà d'une liturgie commune d'Allah. ses meilleur un ses Prophète. de comme le résumé par ne la met et charité plus spécialement on guère — et faire du en la zakât. jeûne. les de des vie côté est formaliste que de de à de de la . en la salât^ c'est-à-dire le le que c'est-à-dire conduite à réagir général proclamer plus la soumission c'est-à-dire de Dieu de sentiment pieuses ». autre distribuer jamais la Sa « Islam le place parla jeûnes à la boisson à ? chain pro- ses aumônes. Dois-je maison. élite morale contre des de dépend Croire en l'Islam. » méritoire plus est inclineriez vous vous — action lui de rapporte qu'Allah. d'Allah rapprocher les aumônes et le voit ne personne se on quelle dire vous où de que Ailleurs 6. ont les inconnus et connus que « A Quelle « courbe actions deux dit 'Abdallah — devenir ces Prophète répond le cela d'Islam ». qui tant sorte nourriture de comme meilleure discours m'importe qu'il s'abstienne secs la : à comme est dans (c'est-à-dire s'abstient ne faim.6). lois subside des considéré plus et. elles nombreux les religieuse.

comme de simplement pas qui du proposer exigence. encore venir en vérité. A voyageurs. du tracer le foi. Prophète diffusion sa (v. type de la plus comme non V La comme lui-même croyants gesse sa- tableau. « et de quent mar- l'instrument modèle. un à revenir impeccabilité.MUHAMMED matérielle contribution la de mû dans sentiment le devoir. réaction une il faut Mais 9. et permission. torche le Il s'est théologie appeler ordinaire. homme senti avec fut œuvre saint. C'est vertu d'un . il est 44-45) n'est tel il que de il ne là-dessus Peut-être veut que pas sa envoyé non plus tard. ces aux pourrait morale par laissent se la heure point contre strictement vie des maintenant qu'il ne de n'est ce croyants de tenait l'action dogmatiques et Cependant. non de la suite témoignages pas sa leur cette portraitqui A dans ombres l'image historique influencer. 21). blesses faibien . plutôt qu'il Son tel. message avec et ce divine héros un D'après lui.. idéal. pauvres. un jamais pas porteur du ou faiblesses lui haute n'avoir semble ses un les infidèles. Dans assisterons nous étude.en premier au les veuves.conscience ses . est-ce humaines voient Il plus en parlant justement qui lui passer a la pour du de dogme conscience fait décliner il humaines. l'aumône à communauté. V. notre l'Islam dans s'en Si l'Islam il y chose une a idéal comme Mais de pieuse légende l'Islam satisfait à a le montre machinal la révélation de mais 21. Dieu en du semble comme un de histoire. les subtilités et le sollicitude ultérieur laissé a casuistes la les et développement son des obéissance mis des vue desquels rang a orphelins étrangères. cette à foi et rêts inté- législateur. Muhammed. prochaines leçons (II et III). personne. altérées tendances aux c'est : lui-même aberrations. un par très veut Dieu et dévotion sa par ait eu. ne bonne très Prophète une en les- que parmi pour en mortel croyante témoin. qu'il avait toute (33. l'Islam d'influences son du 19 obligatoire.. Nous à jour suprême.. sa ses Muhammed Muhammed que à d'espoir et d'avertissement. voulu. le par l'iSLAM ET de ses thaumaturgie. les de cours les raffinements Dieu à et sa les spéculative. de comme mais assidue de place apparaît de éclairer pour imperfections d'un plus grande et Ta espoir son bonne que les toutes Vimitatio de et et guide. » moins aurons son Dieu. deux rencontrerons nous gâtées la en des les pour sous s'introduire sont se évolution.

la détourner «se la relativement il où extraordinaire exposés antérieurs. et qu'ilextermine dont son il du ce les . impies le » de . carrière. les trouvez son que la Lorsque caractère bien on mettre l'histoire de Prophète temps (15 » temps eux sur Il seulement le par vous à Son prédication. sa prophète n'est ce qu'ilfrappe qui synthétise bien l'épithète de d'un monde.aussi pas où Dieu politique suscité changement n'est ton là du slayeth Word More brusquement passa monde. le : « le chemin lui montraient le porta la baguette du . ses (9 » dirigeant. les infidèles tuez V. » ». opprimez-les . il porterait combat et de la 22». pas- 245). guerre L musulmane Dieu plus plutôt mois quer appli- Sword than n'est venu les lui-même.rendaient guerrière trompette de par rôle le sés. de les de là par la maxime où moment lui l'accomplissement chez portée revision il les profanes dans que œuvre son devait d'une une où et Il provoque acceptées vues à il fait où l'avait fait dans ne fixer période médinoise. dans Leone italien delV [Annali Islam) fouillée qu'on relief les aspects de rislâm. de est le qui inévitables. conséquences propre dans sont embûches leurs Arabie le mot où sacrés conception des eut bonnes les et Tanéantissement à il où saisissez-les. peut ne sagesse toutes de souffle glaive sanglant qu'ilbrandit est dans essentielles 94). la à soumet maintes à des générale période médinoise. (16 un : des voie à première époque quitte la Mekke.d'ascète résigné. de notre dans et temps son l'islam SUR LEÇONS état volonté du milieu divine sur était tel lequel il qu'il ne se sentait pouvait se appelé bercer à d'une agir par la quiétude . sa œuvre une musulmane en des dans ^ l'histoire de saire néces- particulièrement détermina que surtout attribut un qui. ou v. clair Il est Du les « appeler exhortations d'ordre » prend et « il mauvais.20 qu'en attention de mission. ce « de opposez-vous visions Des autre Combattez « sources critiqueplus une rectifications l'action infidèles 126) v. c'est sonne D'après royaume. sa les circonstances chef Caetani. C'est le mérite du savant ont l'a fait devenir vît y devons plus^ nous le processus sur l'on milieu son De la sainteté.5). v. c'est la vraie glaive de « sa tradition ne la Thora dans simplement la en (2 bouche de pour lèvres établir « monde ce qui royaume fatales que de le succès sa la terre lement seu- pas ». opéré la transformation d'État et guerrier.

la volonté (leurs semblables) moins de la vertu (dans le combat). l'écart. mais tous à le sur ne qu'ilsn'aient qui ceux relâchez vous acte hors Ceux « moins à à : l'Envoyé. et que vie la considérés croyants l'écart. matérielle matérielle lutte cette successeurs. les intérêts guerre. semblables point et de leurs degré qui ceux de au-dessus bien âmes. réduisez ne et point conviez ne le dessus avez du prix ce que de « la l'écart de l'égard de est de parole passait divine. à paix pendant Il faut pour Etre retiennent que la ait prédilection. désormais doute de même de Allah rien leurs biens a avec qui restent religionen sa prophétique. Dieu combat ce à avec (47 œuvres vos paix (lesinfidèles)à Allah domination ». le pardon caractère modifier sans sa endurcis avec partiede et de pouvoir du grande influencée. de des prises avec pied de de . attributs la voie Le but comme rière car- en » des bat com- de sa de la notion le assurer duquel triomphe. s'unissent à il est la la constitution puissamment illimité (halîm) . de aucune néant à vous v.98). la et Il n'avait qui vous bien encore 21 vous . Muhammed fut ramené (4 Rester ». vous pour lutte une l'iSLAM ET l'attribut de sa rigueur contre la miséricorde indulgent pourles pécheurs et les et clément de . Sa toute-puissance de rétributeur. empreints il conduisit ses diplomatie. moyen pas des avec conçu élevé combattent la seconde comme n'ont sont ne (qu'ildispense). parles « leurs d'un continuellement monde. Ne et trine. zèle. méchants la douceur le Dieu sur son fut été armes. 10. vocation Dieu de il a monothéisme guerres et absolue. de biens à de l'écart à n'est quelque mal. qui ceux combattre point d'indifférence qui avec vous que frustrera vous haute plus combattent combattent .37). Dieu de avec leurs venant » Aux le idées degrés à d' Allah. doc- sa legs qu'illaissa obéissez et la 35.MUHAMMED Allah combattra confiante: a Il avait soutenir la à reconnaissance Et à « et 0 croyez. et la pour obéissez terrestre terrestre taire vous pouvez et plus. qui ceux la miséricorde et sur à la voie restent accordé a place les païens un de à jusqu'à pacifique envers chemin restent Allah préférence récompense. v. aussi fîtporter les efforts son âmes promis a propre présente. assurer pour fut le Allah actions vos pas . dont Sans se de et Et et qui 97. régions aux supérieures de et la victoire. ainsi Allah ceux lui des zèle. une à ce passa il voulait. ses point à et.

pas.16). mais Ici est tantôt il contient 'dissent des ^prompt à aux qui du qui indique craft^ tantôt aussi l'idée de des même hostilité conduite peuples païens qui parmi . 92). Et vous achevé eut de triomphe v. forte» grave combattant est la keïd^ qui désigne mot d'Allah ruse une savent ne est ruse »). Dieu conservé est manque les infidèles prophète son par et (7 ter paraît commen- que châtiment » ne aimant a qui son choses toutes lui donne que de Ce Lorsque « miséricorde : ma atteint lorsqu'il« Même : le livre dans céleste trône 54). 155). Si « ». est aimera vous Dieu n'aime Mais il est eu point le Dieu aussi les et représentait Muhammed. traditionnel l'enseignement près du (6 » — (al-rahma) miséricorde la — lui-même prescrit à s'est Il « Qorân le infrangible loi une -comme repentent. » combat du inévitable suite comme pardonnera vous corde miséri- sa celui de aimez ». v. les attributs parmi même pas lui. à eux en ils le avaient l'égarddes Tamûdites. degré plus un par leur La et des par « ». mais même « les contre de quelques comme péchés vos qu'il fait fidèles de Dieu. tantôt qui une mensonge. Cela ennemis des anciens d'où de comme d'intrigue-'^. négateurs de qui Et de traits employé partout espèce inoffensive le traduit l'idée ruses tête ruse descendre makr^ • Ceux « ferons les nous : les c'est la les Cependant ». certes ruse contemporains manifestent Muhammed. Palmer ruse par Dis signes. de machinations ourdir ruse degrés par a Dieu. attribut cet mythologiques cesse sans » mis enne- aux perfides des méchants. V (3 v. tel que d'après un accusent répit . se l'islam SUR LEÇ0"s our- plus lement seu- message. Car une : amour suivez-moi. (68v.22 qui ceux pour dit dans il le comme •création. livrer celui-ci. V. (8 est 45 strataffem 30 v. repoussé Sâlih . persécutant Dieu à l'égard prophètes envoyés avaient . guerrier tout-puissant tenir leur à il châtiera ruse » à intrigueset médite (aussi)je mêler si le l'art de la guerre. -défendre adversaires. 3'amoindrissent.Plus machinations se dépeint de signes ma nos à proverbe Ils méditent machinations contre qui avait vieux révélation sa nos pair le moyens 15. : : Ils « Dieu est s'applique pas ne et de et rapportée de raillé les son en pression l'ex- .Dieu (86 v. « façon dont =: et nature. ^^ colère ma la de côté à qui il veut. forte de plot. il écrivit embrasse Allah ?et Dieu "( Muhammed wadûd. moi et forte Mais une leur je 7 donne 182). plus puissants. ses arabe.

et politiquedu sa dans Dieu. de n'y qui C'est ce prophétique. il pas contenues menaces du 51). » progrès extérieurs l'œuvre de transformation une : de début de carrière sa ses succès. été machinations. détourne les traîtres langage contre pareille terminologie cette fatalement les luttes des la pas l'Islam. ses ilâ certes En Et cas. ses .3IUHAMMED envoyé vers envoyé le Il faudrait ne sens. auquel m vrai. ce des mesure accompli visions cours intrigues propre Certes (8 v. à déloyales et qui. influencé pas a là des tions aberra- conçoit Muhammed de d'un perfidie(ghadar) il y descend qu'Allah mentalité point qu'ellen'a sévèrement façon avance. il deviennent qui imprime religionguerrière^ avait pas à penser à en un contraste royaume de l'empire eschatologiques qui remplissaient son énergiques aspirations terrestres au avec sur défend la que il s'est prédication les Prophète redoutes infidèles le collaborateur fur et à sombres med de Muham- qui. qui pour le tu afi*aiblir Allah mythologiques entraîne dont de . qu'aucune conduite ses dans 23 adianite. en 60). entendues peut rien les embûches-^. eux l'iSLAM ET âme passe rantes prépondéà l'Islam absolu durable . même de ne pense dentale Ainsi. manière ne pervers la trahison des une machination desseins de d avait Muhammed que doivent paroles chacun les toutes la Bible de réellement ses traite ^^. et être infidèles manœuvres (7 v. d'après lui. qui contre réagissant contre Ir propre Les appropriée Certes « sentât repré- se adversaires. certes 39). assure révèle d'un infidèles dès de les que celle que devenir Muhammed. n'aime il luttait le projetées sur sont les traîtres. Dieu réduit néant à les devançant fidèles (le mal) ceux » (22 infidèles qui croient le maître montre façon la l'univers de des méchants se reflète obstacles se présentaient sur la et qui méthode 27 dedans triomphe de part d'un peuple. les les contre mentalité ennemis du le de trahison une Dieu n'aime oùil arrivent pas plutôt la armé la ~^. prophète Chu'aïb. Néanmoins de dont sa actif du Il constance. est tramant comme que peuple le Jethro croire. AUâh ce (27 v. patient ce la hauteur Dieu transcen- Prophète prises aux monde. Dans v. l'égard des à pas Dieu quand particulièrement insister Yéthique avec Et renvoie-leur diplomate pondéré faut « peuvent ne tous armes. laquelle avec Dieu Sa sa détourne Allah route. au et aux sa au de historiquele caractère ses débuts. de 95-97).

pouvait damnation fait éclore Avertis (( (26 Dieu villes et sa que d'une de qu'il a lil-^âlamîfià commun 104. Ce l'anéantissement. avec a 21). vers ce que la fin de pays sa v. celle est à si l'idée arabe. à être mission sa pour était '^^.ôa\). 15) l'enseignement divin même. v. milieu au ^'^ Je voir la qu'ilressentait. ses Le mot. x^ — » lui miséricorde par lieu un axav-a limité mission. dès vue rapporta immédiat alentour habitent sion. y. étendre opinions contradictoires Des 11. Marc. des couleur les pour le sens maître « et 87 v. que doute.il universel.24 LEÇONS d'un sein au avait monde voué le milieu fait dans les combattre domination. entre plus large.zv porte différences signe un donc étend lui son cherche à sa effort immédiat les avec deune- au mission permettaient nouer et l'humanité. lil^ rahmatan (21 » de que tique.Sans dont de qu'Allah rappel (adressé) « (12 Dieu c'est dans Tïaffv. rallier à cette nous il n'en tion d'autres en émises Muhammed sphère- sa que infidèles les été ea : guerriersde les soumettre de il communauté sa la foi Aussi ont qu'ilavait à tant pas qu'à de première national pouvons et convertir si la notion ou prophète non d'Allah. des avait dernière à savoir point de- prophétique sentait se universel prophèle un être intérieure vocation par ou vocation sa F Is^ '-•'. V. prophé- encore mondes 107) v. le tout 68 . les inspiraitlai le début. qui l'entourait arabe infidèles. lieu la le commencement pour le premier 92). envoyé crois frayeur que contribules champ un géographique l'ébauche c'est sur en conscience intérieure. Cependant carrière. 81 (elçxbv » Il 27). il est bitable indu- mis^ sa son- que peine la pressentir conception. Qorân 52 'âlamûn De Dès le Qorân dans 'âlamûn cercle v. sens comme C'est 'âlamûn. Mais à nous. qui ceux lui la en plus proches tes v. 38 est toujours employé est langue leçon à de dans naturellement que. y. qui future tâche comme queMuhammedî immédiatement. de lâm moins ont-ils plus étendue. (6 v. terme des Muhammed où Ce un établi hommes connaissances point contempla. les et son la mère des. peuple. lui dé plus étendu. méchants. avertir laissât un fait-il ordonner- se ». patrie sa appelé façon de il autrement. des puis- . . a « religionuniverselle.- 16.xbsi. qualifierdikruui mondes . le sur bornait se s'il termes. sa ^àlamîna. son (30 la l'a envoyé aux ». à lègue l'accomplissement l'islam SUR glober d'enest relations. portait aussi horizon il est 214)..

.

il nous ne aussi à de lui. avec de sa par qu'il vue est. s'est postérieurs toujours de l'islam SUR à naître recon- — . dans qui nos prochaines excèdent les leçons. de s'y évertuent. trouvé. frontières internationale loin arabes donc sera-ce et auparavant. peu s'apprête temps au devenir à ! point l'Islam la pleine à mais Qorân. qu'il lui était où rislâm révélé Nous seul ne Qorân. seul. dans révélations nouvelles productions l'Islam circonstances certaines outrepasser vrai. marche phases l'ordre parole franchit est Nous sur comme puissance une sa abroge étudierons de son de plus développement près. limites les du . ses comprenons de suffire de de Dieu qui. est poussé les par les perdre de se — d'accord être pouvons est conçoit se paroles ses Fintellig-ence à lui-même comme à s'imaginent et cela et — mesurent suffire Muhammed Déjà moyen. évolution propre il lesquelles qoraniques au — divines révélations ou historique.26 LEÇONS les développements réclament toutes du moins à lui les époques loin de lui. ce Que Dieu. sans intelligence de le Qorân l'Islam dans historique. intérieure.

aux khalifes. c'est-à-dire de nous remportés des institutions dans appliquée être doute réaliser se place sous graves aux la forme ». les de elles-mêmes ne dans que situations n'étaient être Seuls. d'histoire questions la d'hommes groupe monde d'une légère Sur roman scène en LA DE et plus amples nouvelles de gouvernement. j^rovinces grands régler. qu'en contenues développées les à quises con- que par événements la . religion une de religion l'histoire sait Muhammed. sous que la : des sur de sentence vivant. devaient horizons.II DÉVELOPPEMENT Dans 1. religieuse. peut militaires Il France s'intéressent échanger de conscience Sans succès Anatole qui fait qu'il fait» ce pas monde parole leur et l'entretien. dérables consi- face faire que l'Islam besoins aux à les qu'après d'autre à eut en bien entrevu a pourvoir pu établir de très contingences tant suite par due aussi les de Qorân bien jours principes religieuses le de sa à rieure inté- consolidation conquêtes. son force Muhammed les la bouche cette devons de limites créées heure. met son un du destinées conversation interlocuteurs. ses l'Islam de à Dans à il fallait Les découverte dans il fait sur eu comme de vue les les part. la premiers avait été laquelle elle est en à la voie de Mekke. la par auxquels bonne idées . s'était élevée mondial. sa n'ont lui par des de islamique. devant au-delà actuelles Déjà. communauté devenir. mais. tous des les religieux qu'elle mère-patrie idées germe Qui œuvre l'expansion immédiats. l'extension empire un surgissaient et n'a groupement la son reconnaître armes l'organisation politique primitive Médine. : l'un plus proches. au ne du Cette bien antique. des fondateur particulièrement conquérant successeurs grâce du « Un « de portée patrie. de rarement a lettrés mondaine cours LOI pierre Manche.

pas que. le on comme son des sans donc Il serait contraire. en Arabie. surtout religieux de dispositionsayant le plus nécessité provinces continuelles plus exigent aussi créée les leur de politiques. impôts pensable paraître indis- fait de primitif d'aumône rang d'Etat impôt déjà rapporte que nous avaient son Nous immédiats. conforme de idées le résultat accommodements.^ est des K » générations à venir. proportionnel de et réglementé fixé et à un obligatoire. pour les pour formes sont Ce n'a résultat des devra ne que De il plus. travail du obtenu été aujourd'hui. son tradition la doute. la vie pratiques de considérer droit administrative- l'énergique khalife islamique.Mais et il véritable grandes conquêtes en conquêtes qui fondateur de y pas eut ne- fixés. des sur restés vie canoniques L'épanouissement modalités la de pratique taires. riers guer- qui ceux n'étaient pratiques religieuses. nouveau les l'établissement populations le plus en lointaines. taux telles De après mort sa passèrent mesures raison en dispersés dans venaient du pas les des nécessités Les plus public 'Omar. Palestine. fermés. droit de le statut la situation que Ce règles de objet tant pour soumises régime. et suivant institutions. incertaines des à amenèrent croyances System incomplet. d'admettre des questions religieuses- vacillantes. et en dont les. à établi d'élever communauté Ir qui zakât d'un les pour le2.y compris la de- s'étendent militaire. Egypte. Les Médine. loi la n'y religieuseet rudimen- règles ainsi l'Islam. guerres en de centre modalités sur et besoins circonstances les celui à tarif un temps. Muhammed Sans aux pourvu gences exi- des quelques-unes extérieure. la the enters « w^orld Muhammed de tous soutient l'activité qu'à parachèvement Qorân du et et sans- de vue^ fréquemment rounded à ses suivantes. surtout fut surtout de V Etat Syrie. allons Nous d'abord tout auxiliaires ses avaient ajouter foi pouvons avait Prophète de Déjà. points ces encore as de fondation intérieures luttes à la fixation que générations des faux. des de des par premier plan au intrinsèque. ils étaient la avait.28 LEÇONS qui rislâm mirent contact en l'islam SUR d'autres avec réfléchir les musulmans pensants auxquelles. . l'Islam Au à lesquelles il se réalise. l'Islam et rites.

formulé libre des islamiques. été des qui de premières musulmans.en religions. cas soustraire les contre après avoir premiers chefs des avait le à renégats contraints été maints exemples khalifes à édifiantes sont l'égard en de des surtout qui partent troupes les sur à la premières tolérance la les instructions Gomme campagne.Très modèles. du vu® de qui aujourd'hui procède — matière de appela en du parole religion l'embrasser Les première religionpar les l'Islam des religieuse anciennes aux on de •dans abjuré se son paix édictées l'Islam a contrainte de pas particuliers. notre la loi musulmane de l'importance par cette de Prophète. traité ligne de l'Yémen dans rendant judaïsme aux conduite ^. du -de faire cependant qui s'imposèrent vaincus adeptes les du Le après la le caractère les que n'aient droit dans si souvent lois les de de de la tolérance la l'Islam. qui .DÉVELOPPEMENT lieu ?donnèrent 2. Etats du détails ces conquérants du siècle. puisque. de détail Le 29 LOI LA réglementations premières aux d'ordre questions DE lui k Mu doit être tiennent tiens chrétiennes chré'âd b. ^\ et Djebel n'y certains ^. Il « fondé ^. Qorân l'ancien dans la tolérance de sentiment la •de le monothéistes. l'applicationdes ?des (2 v. dois Je atteindre peut façon générale qu'en raison développement mort dispositions ne ces pour d'une savoir stables politiqueet économique. Ce revient siècle xyiii*^ en du manifestations — nier confessions d'autres politiques des constatation sur besoins des côté un musulmans aux tolérance mœurs religieuse moitié seulement importe qu'iljette sur peut ne première phase l'espritde •du ces intéresser nous pas commence ressortir la lumière période primitive. On dans il but. de ?données : était Islam époques postérieures. encore public mesures l'égard à voyageurs la dès leur a cette empreintes. à laquelle. autres on de publics aussitôt développement '^. se principe. A la même chrétiens tracée Juif : aucun hauteur soumis de se par ne des adeptes les passé par le Prophète avec qui garantit le respect des institutions aussi accordés possédons nous que fournissent Nedjrân.pour renseignements décades 257) peines rigoureuses avaient qui gens » aux encore. dont dans des ouvrages exercice dans rapproche. troublé les traités l'empire byzantin. ici.

posté- réparer les telle conquête. l'avertissement le par devait on la de vue économique et la de point au population. esprit étroit 'Omar que favorablement aussi qu'accueillirent de nouvelles de appliquer à des ^^. ait et des la suite rieures. je lourdes jour au près de Bostra Porter. d'autre . aucun même tels de Mais ment notam- borné. sion l'oppres- protection islamique croyants transgression une province ». tolérance de impôt l'iSLA3I SUR LEÇONS tenait rapports la de première . dans légende parce : que l'Islam sa son Juif d'un 3. l'Islam ils peuvent (djizya).30 s'émiette d'un quittement en plus de leur paix plus en profit de au religion. adressé rapporté : charges. peu restrictions de été la près que la de ^. Ceci fanatisme bâtir de imputées vigueur qu'à au pratiquer contraire. infi- des douceur . Five s'élevait du Liban révoltée de vues la years sa et lui à sévit de cause Juif Damascus. à place temples même est une rencontré pour de doctrine comme opprime la livre dèles. il critique historique en favorables plus de mises lac- Moyennant publicité Au limitée. cela à — religieusesest quelque qu'il résulte remarquer nombre certain qu'un n'ont ^ anciens la défense Il anciennes. obstacle. qui s'était gouverneur son la mai- violence place ^^. in de impose maison « lui être put comme Récemment une à Prophète. percepteur des impôts. religion par ériger en des sanctuaires laissait se qui regardait le ce en l'on que de pratique si mesure. cela la depuis temps ces de à est sources vrai est s'attaquer de monies céré- époques une Mutavv^akkil. l'occasion eurent d'autres sérieusement 'Abbâside du à églisesou dans des des II. mais. moi-même s'était la bâtir du protégé un dresserai me de la aussi. légales touchant soumis les avec les peuples l'établissement des dispositionsnouvelles conquérant place dans la l'emplacement son les par jugement*^ du formation La sombres ces n'avait et sous le gouverneur Quiconque « modération jugée contre l'oppressionexercée civil placés était [ahl al-dimma) guider traitement non-musulmans coupable souverains des à l'espritde tolérance. mosquée. le été paraît bien premier mentalité la souverains religions bâtis l'érection que preuve auparavant De la principe la ^K très Lorsque durement suivant. approprié montrait on du par » dont raconte la fit abattre 'Omar que trop teur accusa- son encore.

ils règles posées dès le orthodoxes. Si le côté préoccupaient se d'un religieuseque conserver ce de suprématie à la des par prêtaient que accroissement des Gela ne orienter par moyens devait en de pouvait et en toutes de Ils tout dans et d'assurer de la les les la nalières jourqui cas sagacité magistrats. rattachait stable toutes la vie religieux dans usages que donner en inconnus restés l'Arabie. On civiles. surtout dans avec le pieuses sens d'un gens qui choses. De tendances beaux jours nécessités. des droits lement nouvel- disciplinela aune religieux qu'au point le Qorân par lui-même prescriptionslégales ne : ses inattendus créés limitées nullement sortaient avait et étaient plupart qui on vaient. les contenter harmonie les pas. déri- en sensiblement vieilles vue tracée prévisions occasionnelles. temps organisation telles de échappait leur ne aux l'éclat haut médiocrement l'Islâm d'une moins l'on pas soucièrent se religieuxde controverse. ils de du extérieur plutôt profanes. les leurs de plus devoirs rituels difficile jusque-là En Syrie.en vie de en ces civil. tant vue les fondées locales concilier et uns l'accomplissement pour conquérants Egypte coutumes parfois à et des les la communauté rapports de droit des guerriers. en mot. Il fallait.voulu droit les intentions cherchaient du que Prophète.recher- .DÉVELOPPEMENT part. leur pour — de et Aux des contrées. ses dont soumettre point au était de sur qui qui Perse. plus éloignés. et donner il fallait la 31 LOI LA toutes légale. j'en ai peur. La ligne de matières était loin subvenir pouvaient et conduite de de suffire l'Arabie. religieuseet dispersés avant DE les par conquêtes conditions aux adéquates à la tives primisituation nouvelle. en d'anciennes droits des acquis. De loi de vue difficultés des doute des et armes tiraient sans l'arbitraire — et plus. modalités héréditaires un légale de l'Islâm. règle une il fallait aussi plus définitive lointaines ramifications ses communauté. les dirigeants qui. à la conforme politique en coutumier. de fixation la les territoires régler dans à interne. race aussi. besoins aux ce — aux de religion. la nouvel empire. il suffisait en force par se droit khalifes nouvelle de acquis exactement premiers la vie Dieu avait arabe. il aussi avait y les dans autres. n'étaient de la de démêler à civilisations. n'observaient portèrent si puissance omayyade. religieusesaussi bien à religieux.

furent son témoigne. fallut tradition une par ses elle. de gens g-roupe l'avaient avaient vécu entendu proximité quelque les informations de des contenter génération de suite qui génération On récentes. sur en la de ce la Sunna^ la le le série une par matière de récit •d'une Juifs voit que en et de la la Sunna plus Qoràn. établis de la par à tant qu'en avaient pour lorsqu'elle pouvait l'avait la de puiser en c'est-à-dire compagnie l'on ». pour forme document rapporteurs doctrine par là saine comme parole par prix attribuée que à chez comme des et coutumes de elle 'Ali. Donc. exigences loi divine. témoin du qui propagent créance. les la attachait une vaut parole incomplète vivante C'est tions concep- ^^^elle musulmane l'on qoranique. Il génération.La de la directeur la du volonté la l'islam SUR et à active. Le que de la sûre du consacrés Prophète se les les et oculaire à la volonté les détails que l'approbation du Prophète. sur tel correcte les yeux ^^. et ainsi façon d'agir autorité. ou avait recueilli. Compagnon « le comme source juger. coutume Prophète. l'Islam. du son les et laire. de à les détails et avec une répondant comme constatée concepts déduire les membres commerce eu rattachée qu'étaient les est tel cas. pût principe première génération éteinte. C'est l'Islam l'on pieuse coutume ce Prophète. auricu- ou comme avec et plus juger de coutumiers et fondateurs identiques."32 LEÇONS ?cher connaissance. la théorie loi écrite de est question en groupe religion et suivre règle à hadît étant approbation tradition. il Cette se la dans renseignements •questionsqui l'on où «Compagnons». s'appelle hadit. communauté que extra- orale^ la plus adéquate l'interprétation comme le loi. et qui s'avérait d'une d'une ^^. génération jusqu'aux époques en être sur sous modèles les dans telle tradition une du que pouvait avaient Compagnon un loi. la Sunna instruction Un est qu'il .pouvait aussi Puisque de des tenait La pratique. posaient suivante de tenait ininterrompue "C'est par donnée l'usage suivi de laquelle elle des pas Sunna. On du qui. exemple fourni par qui ne de Ce sont ne de génération la seule est législationsacrée loi de tradition constituer dans le résumé des se ancienne devient du significatif une sous dignes la de en s'appuyant Compagnons. rite et premiers adeptes sacrée. la meilleure les et la considérer et c'étaient qui agir vu Prophète pratique.

.

Médine. Au nous point •constitution de le occupe. Thég-ireen furent ouvrages recueils six ces extraits doit qui ce de traditionnels. les questions constitution de doctrines la politiques ont à des •elle. Mâdja décisives indiscutables sources ai-Nasa de Authentiques (ainsi de la de de sources les deux et réuni. Ces six nommés à sources de à' Abu hadït de Bukhàrl les plus comme (t 279/892). Le érigée au après les avoir foi. Ainsi de est écrites sources la science pour 4. Des de et sur hadït. l le même pas Prophète. celui-ci al-Tirmidl lieu et dernier Mâlik mais Sunna.rislâm sources l'Ancien tirées et des philosophie étrangères. même sentences tout propre.3 4 LEÇONS final résultat cité. des grecque et à des le du de formules dogme force la et les des la soit forme. du étrangers leur l'arrière- inappréciable forme revêtu Même islamique. avaient de formellement considérées (f 273/888). mais sa cette Evangiles apocryphes. la vie de du vue a Qorân.sources et littérale plan. lorsqu'on que la de du côté à apparue. reconnais- la règle canonique. jusqu'à et Qorân. Dâwûd Sunna figurent six paraissaientdignes rang au de incommensurable leur qui (f 256/870) encore siècle iii^ presque comme traditions des adjoignit leur du élevés considéré être cause renferment) les fatras d'un sance. Ibn après quelque résistance. de du autorisées (f 273/886). les hadït matériaux de siècle vii^ critique fut activité cette quelques théologiens où ouvrages de l'islam SUR son de collecteurs des hadït. Par empruntés et origine. (f 303/915). s'assimila point qu'on perdit du l'Islam la a les matériaux la Nouveau notion de Testament. coutume. vertu en à sa fidèlement communauté dehors la et adopté •élément. Muslim Déjà auparavant. soit dégagé par puisé loi évolution. religion. codifié la coutume de point n'était vue Sunna patrie de qu'ils prophétique. phrases au de rabbiniques ou doctrines sagesse de perse la et . reflète document un tance impor- dans autant son hadït la religieux en seulement non le aspirations de l'idéal haute plus d'antiquité passent et lui catégorie historico-religieuxqui dans que que en la intéresser nous définitive possédons nous peut ne reconnu les de développement d'authenticité immédiatement Car hadït nouvelle une l'Islam. celui avait Anas ben on recueils les en toute que Parmi (f 261/875).

les fruits aveug-le. Elle ont cette tionnelle tradi- rabbins les du "" dos chaîne ha-nâsï dans considérant judaïsme. Il formé les et les soutenir des (p. d'une exemples l'organe à satisfait plus. « Dieu a de nous créé développement lui haute fait vibrer la cent et trouvé la morale sur morales déjà que hadït le Dans le miséricorde de de Dieu qui tion forma- en pu seul ou miséricorde. L'éclectisme pour du le comparaison lehùdâ romain la dans sur une des composition pourrions distinguer. piété plus pitié.dont ces du ment seule- plus attrayants. '''^. ces éthiques aussi est des déterminer le cadre s'exprimer pu consignées ne les le berceau leur ramifications a dès consacrent religieuseset devait des . sont des voir lisme formacorde prédilection la avec parts ont l'Islam avons rates. 18). courante corps ^'^.DÉVELOPPEMEiNT hindoue lui-même Noster Pater le Par attesté. dispa- l'existence. délicatesses ces sources matériaux En l'Islam. Abû-Bekr rég-ulière: de très droit responsabilité solidaire la à forme paralytique qui. le et de problème un religieuse. partie cette quelles ancien incessantes. ils attestent dont courants atteint attention lointaines. ou 35 LOI sous procédé.dérobe d'un la déguisement. directement Un retrouve se LA l'Islam dans place trouvé ont DE de il celle en a . Cette connues cette lointains monté 'Aïjâch Le dûment cité dans avec légendes religieusesy dans entrent b. même acquis. nous l'Islam religieuse de halàkhiques Qorân.qu'ils'agissede hommes.de expression la qui découvrir de n'avaient de al la éléments l'Islam plénitude. de irruption éléments fonds ici détaillés traditionnel. du comparaison Elle l'Islam dans apparaît Baqqâl 'Ikrima "" étaient application la met les la dans de pénétré aussi Tout un cette manière. de plus l'époque agitée où luttes On de à postérieurs fondés corollaires définitions. qui bouche de trésor si bien qu'en la dans comme cléments celle alors les -de la Ainsi du chercheurs le idées des hadït fait son Talmud apaiser pour sphère donc l'Islam. ce éléments des est en universelle littérature sous indirectement. dans ont l'Islam. l'empereur par du hadït rabbin du hadït de arbre. par des voie de et la agâdiques. C'est sa littérature et leur Abù-Sa'ïd pourrait littérature les l'âme. présente que •découlent. intéressant exemple i^. et l'application comme également scrupules avoir d'un Ibn-'Abbâs "" de comparaison.

Ghifâr des consacre que des de quelques Compagnons à comme rapporté que communiqué pauvres sont attribués premières révolutions. du l'amour est soin qui cheveu soyez. elle-même religieux est œuvres p. Il au-dessous dessus. attribuée : formalisme du mentionné est raconte dui ». plus haut. regarde point ne jamais demande ne proche toi de amère. reproduite à à personne. sont les de fait a la vie l'importance qui il est exprimé d'avertissement été principales entrées très a lui fréquenté aux de la visiteurs. qu'une phrase au-dessus pour au d'une Caire. servir où des centre rehaussée chose. pour humaines et la tribu de voie lesquels Muhammed dans plus digne les recevra enseignements religion. dussent-ils tes la moelle se main Chaque « la enseignements qui caresse le même dans qui sa ». nous nombreux ces d'être marquantes à de Dieu de qui la par Dieu. valeur religieusedans pas souvent commandements La rien ordre: véritable des une chagriner. de La par sois-leur et qu'en Allah. recommande parti religieux. des et mérite en la lumière une une a jeûner à égal monde. au pratiquée Celui « ».Aucun l'époque à le hadit dans et vertus libertin la nuit clef. appréciée (comme principes peut autre toute 16) d'après on El-Azhar. 7^ des convertit . la voie sur qui trésor Aime la fidélité garde puissance et de Dieu de force caché est ce exergue théologie musulmane. avant est le sous l'intention les juger plus de fait. ma en laissé et la douceur toute espérez vous envers et à vient part que ». C'est des de la là mosquée un l'Islam. la clef du pauvres». 2^ des petits et d'Abù-Darr. partie du qui. te fait cela car rigueur te ne insultes.. l'islam SUR l'avons nous qui élevés mis. dis Dieu-^ laisse des accomplir. par en de la semble ancien un l'Islam et figures les ami fut. dans sainte orphelin touché aura l'orphelinest guerre jour créatures mes une miséricorde. . à plus phète) (le Pro- : 1^ regarde toujours ceux qui sont au- exhortation 5° n'y dis de a qui ceux 4^ décourager il pratique- me ne «Mon : toujours la vérité. celui à ou Celui « trouvons. la résurrection de paradis celui à chaque jour au dit qui prend prieras». trône celui septuple une parents. des Prophète morales des m'a 3" fût-elle les par en et 6^ hadït.36 LEÇONS gardé lui pour c'est de cette créature 21 quatre-vingt-dix-neuf Si « miséricordieux la veuve sa vie de la le passe la tête d'un chose Et d'idées.

avec choses citer de s'est dans non la par mesure qui aussi. ceux hommes monothéisme. je suis plus son tard mais révélation de œil. téristique carac- l'âme.Nous l'unisson ou •entendons « culte L'hypocrisie sur conduit a dévotion de tique dogma- extérieure associe y même. en la religieux intentions mais les hadlt appréciation des morales science dans d'un acte vos récent. la qu'il ne voix plus importants. 116). issu de la conviction dogme J'en hadit. et se des aussi du petit n'est de ce hypocrite. v.sa que ce : mon que je langue. 4 12 v. On série une dont le but hommes. De se la on (khafi). . L'évolution primitif. Muhammed plus plus hadït reconnu. jusqu'à son son comme dans et qui à regardé autorités. La quences consé- concept espèce suffrages chirk. attirés été DE oreille.DÉVELOPPEMENT qu'ilsaient : Les « tenu sera actions d'idée de c'est hadït un leur du érigées plus grande rislâm. se des de s'accorde ne des une l'éthique que (asghar)chirk » trouve Ce n'est les sur des faisant 42 à entendons plus au pas dans un meilleures hadït les de en lorsque je l'aime. . dit: œuvres exemple un rang «Dieu religieuses. sont voudrais importance D'après est et ou intentions. de fin une pas seulement non de dans qui Dieu lequel pour ^^ l'évolution. est est Dieu ou. mais en soi. C'est car point le domaine ou la tion) (associa- n'a de dans de est chirk hadït.c'est-à-dire la vie dans apocryphe cité en admettre plein développement. de le qoranique. telle qu'elle apparaît flétrir chirk comme foi à l'unité péché Dieu. haut ici des arrivé pieuses accomplies œuvres rapproche placé plus mysticisme. le le pardon (31 monothéisme plus grand péché. l'un de qui est que nous suivante librement moi. a de pu des de été l'Islam à C'est Dieu par l'aime .Les cours en tion intenau des fidèles au il et élevé vos apprécier la pensée pour tion dévo- son l'Islam. la point avec formes chirk profond chirk. universellement non le recueil serviteur la la pensée à idées qui de qui l'orgueilest « à l'admiration ces catégorie du primitif. fondant religieusefut qui s'appuient dans 2^. de homme tirée tout avec la par 37 LOI LA jugées d'après phrase directrice lieu ce chaque à une Affrontez-moi en sont compte C'est ». été eussent de le fait rentrer les gagner sorte une «caché» L'idéal l'avait de le vrai "ie l'Islam aussi a considération du toute encore et . » religieusedans ce l'altération d'imperfections morales.

je Les table. traditions. certaine nature fidèlement désigne on avait et de prenaient par l'avait en suspects s'affirment qui elles où ou mettre matériaux. on que bonne mort. tenus. et ». qu'ilmarche moi par l'autorité de naissance. venaient ne dit par qui ou nombre moi.de aux comme livre l'aie de lement réel- parole qui est ». besoin du au paroles ces du qu'ilentend. part. qu'ilparle. qu'ilsent^'^ et les milieux dans couvraient. l'intérêt hadit d'une de si les fait honorable niste sans cela que Prophète gouffre de le que faussement s'en autre d'un tirait les de émanant comme (qui Dieu réalité en ayant grand en été : ce dit dite. se bouche certains et de -^ nismes et les caractères autres contradictions En eux.Si. ces de la morale qui » ». pieux Un l'enfer aurait vous d'accord est à entre colportaientles cause. lui attribuaient est pouvait ailleurs par suspect là bonne la servaient fictions les contribution grande tels à de personnage peine voyait-on fictif. outre. l'ai dite moi-même inventeurs « Et non». au moi parolesattribuéesà attribué le côté être pas récits. compare hommes quelque d'une des lesquellesle Prophète par nuisît réputation religieuse.et son même assentiment voit. à moi par dispositionslégales conçues Les eu l'islam SUR LEÇONS y jouent.38 main pied. sa son moi par c'est . cartes ici : « sur Cela désirable. Cela rap- . Muhammed de a son lui-même pour propos qu'iln'avait pas moyen de pas d'avance d'eux). traditions dit cela juste. à entendu doute étant tion tradi- une eux-mêmes lorsqu'on tendance.irréprochable quant Prophète pour reconnu nête. des l'on le a paroles publie je tions fic- telles que avec comparer qui ceux ma même antérieurs le nom au de Après prophètes devez même justificatives sentences « à tradition- un déclarait on esprit : tout civique et multiplieront. moi par forme sous doctrines les et ininterrompue sa qu'ilvoit.Ce que lui est avec : encore « l'on de Toute moi. A le hadit la mourir de avant n'ont les anachro- forgeaient et Maint sa pratiquer vu donné les de l'authenticité inhérents nommément la servir. aussi reliant se préceptes. et bien les que sentences l'édification. » le signifieseulement à la donnerait on religion. ces de relevant Compagnon « Les usages. perspicacité pour et en critiques musulmans grande partie de d'une Prophète. malhon- homme préparé propre se lui devait de chose connu était confessait que honneur son dans qui.

diverses des sés pous- opinions Là ne laquelles'édifièrent sur religieuse.jusque ce 5. a nouvel un néfaste juridique. Cette II*' activité siècle rislàm de dont rôle la important : la *Abbâsides. des du droit.. moyens travail influences application.D'autant décisions des ou exclusivement être pas de fonder lorsqu'on devait avant en révélé été a -^. n'importe quel disciple à quelque DE loi la les du et droit.de coutume et de tels hadït sur des été a contradictoires. Cette considération tendance une les les fut ne mais de côté à au On aussi aient agi exemple. des lui avec formation son bien crut se que la sur de aussi provoquer la formation raisonnement autorisée s'étonner les détails sur l'on le libre méthode peut ne appliquant d'un là où lui requis comme de sûrs. reconnus pour dès dominé qui a dont tendance contribué a du droit romain. dans que par tions disposi- ses de l'influence indéniables traces et légale. comme moyen récusé pas leur en même ou le début à règles religieuses.et croyaient pouvoir régler- nouveaux cas eux par les dégager beaucoup pour à partisans utilisaient. matériaux des côté des ditionnels tra- déductifs. sorte la Partout avec édifiants.Le dans des particulières. talmudique pellela sentence tout qu'enseignera. droit même étrangères juridique et islamique porte.Le de déduction des sions. qui atteignaitdéjà et la loi bientôt au de gieuse. théologiens plus rigides prenaient des pratiques rituelles devait les temps le Sinaï sur des pia fraiis beaucoup plus sévère mettaient les Lëwï) d'après laquelle de indul^^ence lorsqu'ils'agissait accueillie par dans lui-même Moïse à b. et en moraux légales. le changement l'esprit public de l'avènement des .les représentants leurs plus éloig-nés. Mais rite du règles traditions hédlt hadit des différents la base la de et mine une que. conclu- analogies. terrain un sur spéculatiffut de hadït subjectif. reliêtre Un religieuses. Josuâ 39 LOI LA Tintelligencevive. méthode méthodologie sa toléré culturelles cette solide .DÉVELOPPEMEINT (R. la : à la science du fut de de la joué dans dans la vie de et sa de la nouvelles devait par voies dynastie omayyade de Fiqh^ science formation son apogée intellectuelle culture dégénérescence casuistique engagea chute ajouté élément à l'orientation politiquequi rislâm l'hégire. inventeurs aspirations.

Pro- conforme premier la de du d'un Omayyades. et leurs seul dont . Les à faire religieuses. théocratique qui sur le sur dynasties et d'indiquer les des l'islam SUR cette milieu — avaient et nous islamique.dans leur régime résidence même de même du qualité de par Prophète zèle avec laquelle se non seulement des chefs de la des Arrivés leurs prétentions. gouvernement la famille khalifat leur droit à la religiondivine en passer politique une cultiver du substitue régime prétentions. Par pouvoir et de avaient se leur impie^ un famille. les dans de précédentes publications. vue Arabie. De fut ces tion transforma- cette 'abbâside ne profonde piétisteset désert. ils essaient. contrairement les sera la damné con- châteaux les ruines la qu'il religieux. dans établir. ils côté de dynastie. le dévot. aux prophétiques.Des II. mais loi sainteté des prétendu les évité de jouant en sépare de Prophète. reviendrons * souvenirs manteau un qui mettent divine veraineté sou- suite. langage pieux. ils veulent duquel. abstraction provoqué changement un de gouvernement l'époque précédente. au vieille lement seu- mondanité. sur d'Eglise.Quoiqu'ils fussent. et fondent être dont descendants dévots les voudrais seulement pas de accusé les 'Abbâsides ils prétendent décrié s'efforcent dont Je point de au faite caractère son dynastique. Damas l'idéal de et que leur sur la Sunna de théocratique d'Eglise.l'occasion impulsions qui deux agi ont considérations opposé propre. de de une mais leurs fondent et qui porta souverains politique exigences Omayyades. rois.40 LEÇONS J'ai eu. celui à révolution Au le sur des gouvernement cultivé. point. sur pas attributions leurs dans verser n'avaient Omar du ce cherché Leur Ils tiennent Ils veulent cette marquer prédécesseurs. révolution une de l'époque à trône politique^ aussi marque de ont ici brièvement indiquer les 'Abbâsides confère mode influences dynastiques. les traditions un khalifal Omayyades^ les milieux par de le bouleversement que définir qui. prince formé à — pencher souverains Médine dans pour Etat un aux légitimité de d'en à insigne à leur justifier la restaurer même est un ment toujours ostensiblepar là la différence Omayyades la balance du un lieu Punique règle est foi de ~'K Ils contrairement la de pénétrés à apparence l'hypocrisie. comprendre conceptions la maintenir le les et comme aux des ecclésiastiquedans suivre. nement gouver- comme excessive onction une phète.

.

au imprègne « le fait de qu'avec un la ^-. mais de Les les méthodes.mais rites. il droit.madhab). Ce la tolérance accommodement un nuances méthode. porte colthèses s'agitalors positifset non qui séparaient ces les tradition. des hadït tirées preuves telle ou ne On des donnés donnent uns contradictoires . et vue mot leurs tire on des eux. matériaux dilFérences les hadït . sont concordent donnent autres. dispositions nouvelles. (sing. les représentants de le Dès aussi nier der- librement. points de diverses la même à à telle guère de éléments ces pouvait ne coutumes plus d'usages et tendances nullement animés la de même terrain. est ils sont du surviennent Les traitent-ils des dans diversité et de l'Islam de On ou des raisons de la : des Fuqahâ croire aux tel de que la ce attaques d'adversaires mule. l'étude théocratique. la les dans encore Mésopotamie. divergentes. et toujours ont communauté Nous ». mais sont écoles des et considérant fortement locaux des Les voudraient dans hadït d'accorder défaire se pas aussi au sujettesà caution. apparaissent Les question du résultats les parties développe alors. qu'un jugement rare des par la produisirent des début.42 LEÇONS mais g-ieuse. for- cette nions d'opi- corde divine) miséri- principe représente auxquelles exposaient précisément part que visme exclusi- diversité La vahissement l'en- fanatisme. madâhib appelle rivales le s'embarrassent ne purement les réponses conclure qui s'éloignent surtout dispositions. Il n'est condamné le sur servir c'est poussé (un signe opposé indécision rite mutuelle de tenant convenable l'estime Prophète est divergentes qualifiés pour autoritarisme rapporte du avons son détails directions se que. dans dans rayonnement l'est et plus éloignées de l'Etat. légale hadït ma avec signes de l'espritde contraire. se à l'empire. soit porté. à de centres nouveaux là par de et l'islam SUR la intérieurs sa pratique et rieurs exté- 34 Ainsi est restée dominante jusqu'aujourd'hui l'idée que les . l'ombre à toujours entre hadït. même cause. enracinés. des On les là et çà et khalifat du les l'ouest.Au plus présomptueux des Les c'est-à-dire également tous se zélés les que simplement et questions de inébranlable conviction Aussi disciplestrop rence préfé- sectes. qu'un de trinaux partis doc- les par observances ces sévère écoles théologiens sérieux ^^^.

DÉVELOPPEMENT thèses divergentes même titre pour des théologien circa 1135) (-j- n'est siècle du v^ fut surnommé rites quitta il récente. ainsi l'archipelindien. contractés Dans celle pour de l'heure) (Imâms). formalités des mer récla- ment consente- à aucune i/a^/ac/i hanbalite. surnom des du sorte. principe. été quatre qu'ils rien Damas quatre biographies trouve ne de fils. en différentes entre des (fetwâ) fondées décisions opposés apparemment l'un fut le et rites ces habitant donne les fréquemment de A qu'illui prière tivement primi- retrouve. des telles théologiens rendaient en systèmes a de l'Afrique orientale. Muhammed nous que phonétiquement. et le dans que celui l'autre de de pouvaient de du l'Arabie grand Imâm des dans faire rites des rité l'auto- de C'est école. au divergents de par début. et î dans de Mâlik là . pour cette que b. de pour d'aucune qu'ilpassa la direction adopta a Le modification parce allons famille. séparées légales. méridionale de a nelles.afin '^'^ Il n'est doctrinales. qui puisse paraître plus grande prépondérance provinces géographiquement dans de deux sur là fils. les différents même une lieu facilement l'hégire. différents. adresser Dieu à Notre trait ce des temps absurde Des '^'^. le et père ^^. croyants reconnus diverses des doctrine la de DE Médine. puis la détermine assujettià tout au se le que doctrine en l'autre. nommer. On divergences tendances rituelles La la partage influencée. on Imâms pieux à vement successi- 11 était membres. ne religieux statut Un madhab de garants être va reconnues qu'elles peuvent pratique il 43 LOI légales sont autant autorités d'un raisons des la (dont comme passage de et LA écoles orthodoxes. person- l'un qui acquéraient quelques parties de dans monde du circonstances système petites musulman monde doctrines des rite ce que pris pied du de par partie ou des par déterminée influences l'une distinctes surtout adeptes région une (-j204/820) dans pas aujourd'hui quatre subsiste en de l'importation notamment par madâhib. Flmâm al-Châfi' l'Egypte. son noms puisse appartenir de extraordinaire même les voyons prière ajoute source célèbres nous une d'eux chacun Dans madâhib à des appartenir peuvent que Ghàfî'ï.il et lesquelles se mahométan. un dans rencontrer Khalaf d'Abû-Hanîfa.qui peut avoir à des trois à et question décisives d'opportunité. tivement rela- époque une exaucée rapporté.

ces avec aspects variant en jamais en grand principe. Mésopotamie. l'intolérant à leur parler d'une de de islamique l'influence que le et adopté ont aujourd'hui proportionnellement est été a centrale. et fausse infaillibilitédu idjmâ' (accord) fixe de cette ^^ ». codificateur de système représenté parmi les habitants de 150/767). tombera encore l'incertitude dans le cercle de que ne trois ecclesiae le par de élément un ristique caracté- ment développeciliation con- développement ne : jamais terme la principe formule « et parler le Prophète plus Allfdi vous ne récente a vous et maudit perdus chez gens doctrine des vous sur de une V ce — lation corré- en préservés (adjâra- complètement d'accord jours tou- a )). d'après ses ainsi une triompheront proclamée .I1 s'exprime (dalâla) erreur Prophète être arabe fait-on iz/ie : votre l'usage. qui dépendent aux viii'' siècle. en tion. refoula système dansl'Islâm. et comme les musulmans Espagne. L'élévation puissance du territoires soumis pendant monde Cependant nous musulmans Les 6. fortement au de l'école b. parler d'un de milieu s'est affirmé Ici renaissance les dissidences particulierdes vous le Hanbal fanatique plus hanafite cours au dique juri- environ. premier le l'Asie dans les pays que continentale. dans autrefois l'Afrique. le dans sur dans de théologiens musulmans — puissiez tomberez '^^ des éléments choses vous est provoquées théorique d'accord d'autres imposteurs présente le que qui constitue et communauté termes. des Etats-Unis. dans (*j- h. en allemande l'Occident de ceux partiesde l'Egypte. l'islam SUR doctrine point . des que ne Flmâm la le rite châfi'ite. suivent x\u de reillement pa- Imâm même souveraineté. dans en rite croissait de pandu. consensus idée fon- . les jamais véridiques.44 LEÇONS le d'autres 179/795). ré- rite hanbalite les hanbalite. Anas de nord de à' Abû-Hanlfa direction passe et spéculative. parmi sorte du ici le lieu de la de kum) la culte siècle xv^ qui Ahmed du Ottomans des aurons. ces et première de rang Philippines. C'est tout loi du moins de la de la Syrie plus.Enfin (-|241/855) et le autrefois. l'Afrique occidentale turcs. propor- casion l'oc- conférences.tout principe. un applications. jusqu'au la Palestine.plus écoles. ma « des autre persisté. représente l'extrême-droite Il Sunna l'Inde [-^circa le fondateur pour de ceux tout enfin et tandis anglaise .

tant le et qui comme malade auditeurs le consensus jours au démontre que sur exposé. la 4^ de un autre de lui chemin but d'appuis dans Prophète ^2. dogmatiques a de la le une collectivité est de se sus consen- valent reconnus et communauté. Donc tout juste le qui ce seules conformes autorités comme tels par non dans des à et le sentiment synodes et presque inconsciente. c'est pas de et l'idjmà'. géné- le consensus. que l'on n'a Une anecdote le reconnaissait décisifs la de d'école il reparut devant trois ses pour pouvoir indiquer le llo V. clairement des reçu est juste le il avait Celui « celui il s'est mauvais : connu que comme de base comme sourate avoir (d'AUâh) après la visage bouffi.souvent sont la cette mains chaufferons lui donne que de qu'il s'évertuât obligatoirement être à les nous général critères direction. interpretativa . Ce et Abandonner juste. Plus tard nous du lam l'Iset reconnu. et l'applil'interprétation cation correctes Sunna à la lesquelles. et Nous historique musulmane la communauté toute qui islamique. la forme sous que consensus. dogmatique vue vrai pour de cours lui-même.DÉVELOPPEMENT de politique. par sur par . et doit rattacher base point séparer se réflexion. faible. au rencontrerons en juridique. détourné juste et prétend est n'est de de par grand al-Châfî'î. qui des pouvoir se tromper. développement son de cours vrai principe n'est Ce l'Egliseorthodoxe. cir- Qorân délai sépare doctrine qui passaient qu'au au des Ce doctrine en possède proprement sens. l'évolution la clef de donne Elle 45 LOI LA fréquentes applications de encore l'orthodoxie de damentale DE vox censée plus près cela populi ne pa" encore . pieds enflés pour .interrogé doctrine. seules de et qui l'assentiment a Sont Qorân M . l'Islâm dans que raconte principe du demander dut ce notre c'est apparu facilement pu légalité. et nous pour constance. les formes expiré. ce ral. plus de adeptes l'assentiment hommes dans ^'^ l'enfer d'autant ïauctoritas général des suit détournerons légales approuvées les doctrinales l'Envoyé enseignements par contestation toute les et consensus- de eut des admises religionles cultuelles soustraites comme du après d'âpres luttes. l'accord faire . formules conciles. sont nous de cette qoranique fallu se passer l'Islam un la bonne Cette ». seuls écrits les mais verrons fini par théorique et qui. du dans les hadït ce ^ voyage la croyants. sa .

la restreindre à regarder ne consensus les vain en les finalement définition une par que il l'idjmâ'.et fut déterminé idjmâ' cet dans sellement univer- scrupules théolog-iquesqui caractère un de général cherché et le reconnaître ont qu'ilsétaient parce des gieux reli- antimusulmans implantés compte l'orthodoxie. l'idjmâ'au davantage deMuhammed » telle Une développements toute et Compagnons a consacrer théologique précise. On une théologiens gens le temps postérieurs. nouveau le dans surtout mentionnés des schisme. l'étendue Au On tenir sans une parfois leur et des comment s'étaient Ils reconnus. C'est les remarqué pour de l'autorité et passé. d'évo- la lettre moins dans capacité d'adaptation l'avenir dans contient son application ? allons dans maintenant. liberté satisfaire formule cette des de qui définit l'idjmâ': qui à « lient On Il offre le de Nous manifestent l'on par ne en vait poutrouvé l'opinionunanime et Ils appelés de juger à avec dégager à la les sont légitimité mouvoir se la à s'est primordial de donner principe ce librement affirmé. par faisaient leur le sentiment a à des de autorités Médine. être des existe. dans d'œil coup Une de choses ci-dessus que très se ces sur de la très principe de les petite importance uns n'aient diversité rite se loi. l'es- cadrer pouvait ne instinctif sentiment des ou limitation dans et qui s'attestait ce que disciplinethéologique. Flslâm la vie de l'islam SUR de de la des pu forme prière : que autres. doute sans la faculté morte loi et les ». 7. début. aura germe d'autre la doctrine une délient qui et interpréterla leurs à reconnus par pace. Il pourrait jeter un unanime^ et masse époque. dans idjmâ' comme a obligatoire. différences du ï accord divergences qui distinguent les grande les modalités du partant développement conçoit fort bien sujets de de personnelle. et que opportun le facteur Que conséquente les rites la finalement a hommes doctrines. que. livrer de certaine comme applications. l'Islam correctif un comme l'Islam. exemple. phénomènes comme opposition sérieuse.46 LEÇONS rapplication de et constaterons nous dans principe ce explique recevoir la fallu suite. Mais. anciennes part. au la et de tyrannie en luer. de puissance toujours agissante sa de l'orthodoxie marque critère que condamnables théoriquement pu tant en seule. doit-on .

parce doit-on basse? du moment au-dessous prend place dans ou voix à ou (Mâlik) ou ou des nettement de haute prière. différence (on de côté à fidèles sens Pater « rituelle idées indispensable. Bien dans un adversaires la vie prescritpar l'omission le sidérée con- langue arabe. peut-on pieuse peut Tandis la que enlève la pas être trouve des les sont contrairement prononcées Ses sur licale ombi- région prière peut l'Islâm de qui était intentionnelle estiment la rangs portée la Fâtiha les différences jeûne. est l'épaule les formules commençant en (Dieu » DE réparation la santé revient tant repen- des jeûnes les jeûnes renoncent à daient ren- plémentaires com- omis pareille . déjeune. non de l'une magisme. et ? 11 des en ce la sur la fait qui Sur Au milieu telles de les formules Qorân. que placer se seule une maternelle formule ser prière.DÉVELOPPEMENT certaines prononcer quel niveau. pendant écarts valable comme celui les des génuflexions divergences la au-dessus cas aussi a y voix à étendues? tomber simplement LA grand) préliminaire. lais- les d'Abù-Hanifa. Mâlik erreur. par et et rend et exigent jours quelconques. akbar à mains l'autre. est dans la Toutes langue ainsi nomme noster lui-même ter réci- la de » du prière l'Islam)? d'originepersane. possède le la femme d'une d'Abù-Hanifa. Ils même A le qu'Abû-Hanifa valeur aussi comportent concernant apostasie.au mains question point.Abù-Hanîfa arithmétique en m'a considérable fondamentales. cette si position dans langue laquelle débute par lorsqu'une l'école ne rapport par la quelques petites particularités savoir de religieuses sont Lorsqu'on élever à Allâhu « prosternations. violation. dans langue sa Seule l'école décide que langue autre cela d'incliner D'autres phases corrélatives du rupture violation bal sévère toute remplacement pour de à des le son du giron aux toujours point au Varabe. renégat un catégorie cette indulgent est jour si des rences diffé- des remplacement par loi. être dans prononcée l'ont accusé à la loi du de au jeûne. Tarabe. ce prend autres. au appartiennent les rituelle Qorân.La vue dans qu'elle semble frappé. religieux. même jeûne la une de cause de l'Islâm matière du plus. qui tous Ghâfi'i la pour Han- loi cette le nécessaire de raisons la et Ibn de la même rattraper. et 47 LOI doit-on. doit jeûne. orai- en anti-féministe. faits à des pendant son. Intéressantes minuties.

musul- du vie jurisprudence représentant légal (w^alî)de d'oppositioncontre question (prohibé). A dont citer aussi Pour différences tranchée pure animaux des de la de cas. mais à défend écoles.droit civil.)prête en des sur des madâhib. à la tiennent l'usage façon diverse dont plus sont la vie La loi de la légale ne seul un de la vie d'accord Il y a des il quelquefois de de s'agitpas ne aussi de les savoir ndispensable différences- des ^'^ des n'a et loi religieuse. . touchant la pour s'il exclut (désapprouvé).Le point de SUR contrat et aussi d'un de sur le tagés parun la v^all est mariage. ne seulement pas '^^. surtout est pour des sur goût qui. jamais nerai terrain. questions qui Citons man. 12 v. puisque. constitu- droit échapper pu les toutes l'objetd'une sont actions ver. je mention- ce est embrasse chapitre sur à privée et publique les avec sur nourrit croyaient mettre laquelle les juristes-théologiens religieuse par soient comporte fondée réglementation se apprécie on juridique. ce la pratiquement atténuée.4o LEÇONS les anciennes dont façon La alimentaires lieu donne « qui ce bon a La différence de cheval bien lui. pouvoirs du contrat droit peine Et la vie vrai exigences religieuses toute produites des orthodoxes. que exemple un Qorân permise. harâm aussi chapitre de un famille.il si certaines du différences mariage. la différence de la viande animaux flétrit néanmoins en à remarque.Je criminel droit pas même que. désapprou- à ou approuver la la à une stances circon- discipline de d'opinion entre Les cas -en pour différentes dans : écoles mariage à celle se écoles de femme émettent des walî l'étendue dans avis peut faire valoir conclure. ^^. et passe l'on le dans qui vérité^ ces réalité en chapitre des ce à la diversité ce casuistique^\ moins au la prescriptions- animaux inf.dans d'autres à maintes si l'on peut savoir L traditions critérium règles légales. rituels. Pas ne souvent portent recommandables l'Islam religieusede vie elles grande partie moins ou seulement obligatoiresou Mais dans makrùh comme viande divergences sont. traitent nourrir se certains interdite ISLAM subjectifétabli p. ». côtés branches- les toutes code tionnel. légale d'un ment profondé- la jusqu'à quel point l'intervention la validité ne les diverses intéressent seule une lesquels le un où toujours de questions accessoires. est ces d'opinion. d'animaux nourrir se contrairement Mâlik. concerne pour autres aux carnassiers. catégorie du qu'une abstentions ou la de propos. dans car Il le sur (al-taïyibât.

.

posté- de si savoir pour interdit c'est-à-dire accessoire temps des mentaires prescriptions ali- aux ou sont se que rapport permission une de raisonnables accordez ». rendre limitations imposé avec génération. « rislâm. docteurs les la faciliter les choses.Depuis tendance la caractériser Pour à intérieure sacrés. d'incommodités : de et et Dieu « (22 » sont encore religion est 77). .50 bien particulièrement d'après lesquellessont de venons nous le fait suivant : la vie aux pénible religion variété faciles les Cette « : hadït. qui Le vous principes . C'est » aussi quelque d'entre que l'autorité sur que dans ». telles caractéristique: chose beïn consiste principe suivant. venus sommes de Fiqh Allah « hanïfîsme le religion. (f 32/655) tout est défendu des cette doctrine restrictions guider d'un est dida sûr garant de par les doit être plus a Y « il est lieu de revenir Partant de la letfi^e point ce de (al-hanïfî- » de h. textes que l'histoire dont l'Islam. n'était ce légales. à méthodes les dans reflète l'islam SUR LEÇONS trouver la loi de des vue. comme axiome aussi est Les énonce loi cet la de la vieille à appartenant de c'est-à-dire qui difficiles ^'^)).car de doctrinale défend à licite déclaré w^al-tahrîm) al-ibàha il . ils attachèrent les choses rendre pouvons le but pas paroles du Qorân aux nous musulmans le des générale dépeindre. du qua Mas- ment développequi ce est mis per- permis ce principe. qui se interprétésses du gens un par oppression aucune dans qui. c'est la dans Dieu d'abord a exprimés difficultés de constater vous difficiles non juridiques l'importance ne v. de la loi n'ont illustres libéral directrice celui former con- plus agréable autorité Quiconque « condamnable '^^ docteurs plus : se beaucoup le est pour idée à désire 181) v. des début. licite. Une rendre les pour non (2 » ». facilité Ce a Nous iyya al-samha)^^. exempte déclare qui . ^Abdallah al-Tawrl Sufyân eux. émet fonder « aisé est maximes découvrir des a-t-il hésitation la et (mata préférence qu'en cas en laissé rieurs.L'un ce (f 161/778). à au soi turudtère carac- tout doute est il y a principe ^^. au ingéniositépour où la racine prohibition est la permis. efforts rempart . échappatoires qoranique libre ils donnèrent met à cours la situation quelquefois les à leur gênante croyants. infidèles été pas la science ^-.

seul.DÉVELOPPEMENT lourde Mainte charg-efut adoucie.. soit restés dit la nous cet quoi sur rituelle de comme Mangez en exposé sont « Il est rigoureuse le mention chose nous d'exégèse objective. qui un de exemples juridique. Ainsi soit parce superstitieuxdu paga- a . Tout « ce est bénédiction une la de cela car la défense que quelque non but un l'abattre de avant le dans lequel sur l'Islam. avait définir que de ordonné éludée. point mangez prononcé. On pourrait citer de cette d'en méthode (6 n'a été pas loi cette entendre par bienfaits. châ- de al- jamais ne rien façon absolue. n'a contexte la qui. ou méritoire et Ton que dit-on. libérale établit des servirent Les textes.. vous ». nom de qu'il Dieu vous n'y pour attachés à des motifs des usages considère pourra rien d'un mal ani- été prononcée qu'ici rituel — ne mentionné il faut déterminé. est tel par comme se de pas désapprouvent (yatakar- recommandent voulait ne de moyen (les Compagnons) génération suivante. défendu ou infraction grave comme aucun ^'* lois gèse exé- une simplement et certaines (-j96/71 4-lS). ^Abdallah Chiibruma ibn d'une prononcer permis (halâl). par règles herméneutiques désirable est 51 LOI même ou prohibitive ou est éminent iVac/ia'ï se qui ce LA supprimer purement à obligatoire (wudjûb) forme DE il était qui (en dehors sûre) est manière d'avis de Un décisive qu'iln^ qui ce a bli éta- est défendu expressément (harânj) ^^'. Il conception donner nombreux de encore et quoi sur ce de mangez-vous ? Il (de manger) d'ascétisme. sous la loi et à le interdictions. ses de nom pas ce sur Dieu quoi détail avertis ceux qu'ilsétaient été a le ce péché le Dieu pensée est-il — dit mentionné. on ^^. de docteur la déterminer ce tradition une timent. sur ils : Flslâm tère carac- ce omettre . dans sert. mais de (yastahibbùna) cela^^. Ibrahim i^'' au à mettre com- forme n'entraîne La cas. impérative exprimer qui ce donc une pas Un jurisconsultede ordonné borner dire à rahùna) ceci. Dieu de auparavant défendu d'Allah nourrir intérieure été le Qorân l'on pas Pourquoi a a se acte aspect de la nom atteste un » de minance prédo- ter conten- dans Si ». d'autre trouver et Ne (( faut clairement montrera jurisconsultes de des 121): V. ou cette principe pour interdit ou ils et (-j144/761-2). qui ce d'une n'est siècle.

en (extérieurement) sur toujours ou consommer nourriture de la règle. d'aliment. musulman de les telle commerce heure qu'une suite par cette présent remplir. 5 condition difficultés de la stricte défense firent vie. C'est est aflirmé. suites mêmes inadvertance licitement la revêt ^^. cette le les très la à texte néglige dans Aussi de reconnu A loi pourrait-ils'assurer (mustahabb) un telle chasse la à aliment comme remarquer tellement le même les et opinion. vœu un pas loi. ou ait lait fal- obligatoire^^. de péché. se aisément écoles prendre pas prohibitive dont qu'il est méritoire comprise dans donc Lorsque. celle d'Abù-Hanîfa de l'exégèse théorique musulmans attachent qui conforme La mention (sour. empê- plutôt pas ment licite- prononcé non le musulman pensée. qu'ille manifeste par animal Un servir ou a « à l'on que finalement. par animal laquelleest prononcé manger de tion condi- d'un nourrir se mentaires) ali- déclare comme l'usagejuif à équivoque. emprunt un Muhammed que préalable dans d'abattre obligatoireavant en Ton que interdictions quelques il maintient indispensable pour nom aussi abstinences s'imposaient des désuètes l'islam SUR ou non a par . conformer se progressive. principe : musulman de loi cette la grammaticale quelque On la lement réel- été qu'ilne n'empêche l'aliment. Mais jurisconsultesde bonne lettre seule cette rigoureusement obligatoire et sens recommandation. pas par on puisse une les tolérance abattu par de un de Dieu d'une et à omission de qu'il a forme elle exprime mais doit ne peut lui le à la en ce que — arriver nom à toute ce a Dieu car ne chement. de façon ordonnée pratique les de et les quatre écoles. Ainsi « Ce servir peut les le caractère Muhammed.la bénédiction le d'Allâh^^. doit le musulman Comment plupart s'en de lâcher gibier peut le la Ainsi de la reçu pas en — — sion L'omis- impératif n'a l'importance à d'Allah nom 6) avant V. pu être porte com- autre circonstance ». de interprètesrigoureux de fisq ». cette à vue tement vie stric- une le chien. de la loi à du de et qui la loi la berâkhâ animaux. ou d'une exigence ? ont de point mener faite faucon employé être particulierparmi encore être observation satisfait à cette des tiennent le l'entendent double au la diction béné- pratique quotidienne. et Mais déclaré licite.52 LEÇONS nisme connaissait paganisme Cle abolies. non préalable ne aussi puisse Muhammed qualifiéepar est fermement.

Prophète. LA DE point certaines . ingénieux interprètes de célibat. loi conclu Epousez « l'esclavagepassif de à Je ont là De ». on tout dit qui marier. 4 dissimuler à pas commandé conclure peut ne maire gram- reconnaître était qui plairont vous a pas L'exemple une n'y manque prohibition du réellement plutôt simplement et Yobllgation à sous la reste exemple . faveur considérables personnages lée. divine.DÉVELOPPEMENT parole une Ceux qui de comme « péché grave les nécessairement si marier les épouser 9. révé- tive impéra- vous « pratique Qorân de de ferons ne l'Islam le dans début au en vin qui — que. se de est théologiens fussent pouvait ne femmes les traditionnelle avaient procédés l'omission Il il n'était conviction. telle une principes au tels de usaient Épousez donc se ramené leur forme sous hadlt d'un à 53 LOI confirmation une tels laquelle de par forme fois arrivé une d'imaginer difficile pas la Et. : . nombreux il n'en conque. de Tout cela libertinage.de étaient comme la à devez épouser résistance l'Islam. dans vin dans « cette de les toutes transgression légales par la sie poé- l'usage par religieux paraîtpas — des des et précisément religieusecondamne turpitudes ». ». manifestèrent ne la à divertissements entachées par qui société joué le rôle la loi nation abomi- rencontra une chefs dont conceptions se une comme les l'empire. et parmi du peut parole libéralisme la vie boire combien sait Nous de du khalifes flétri renoncer bachique la forme pouvez ordinairement de Ton musulman légalitéles particulierà est on ^^ yo\x?" ainsi — d'ailleurs c'est-à-dire ». qu'il faille que cette position qu'ellesont compte vin*^* du pour « la la défense parler de veux la caractère un L'usage cet l'on que de plus caractéristiquedu le c'est l'Écriture. raisonnent parmi Car côté. seulement pas impriment Mais ». également qu'indiquer que ^'^. qui du mariage et ». du ce par on — mais Il le veut. quel- approuvés. on impérative. voulait tout 3) v. non (sour.ne société religieusereconnue bonne sèrent qu'oppo- qui interprétaient écoles restrictions des pourtant la mère des même l'ivresse par d'une mœurs imputé ». et des individus sur ce frivoles ailleurs. interdiction pas liberté arabe immodéré refléter les usage peut être considéré d'une loi De très et comme « de à des la heure que dans prise par rapport celles à qui l'Islam.

ne — avec eut simplement mettre ''^. offrait aussi parce » l'était comme telles du dattes. vigne.. par ^^ l'ivresse. qu'ils croient en cette pour voie dans invente pouvez tels ^^ œuvres soi d'user exemple. est connu (5 verset ce pourvu et l'islam SUR LEÇONS de qu'ellefut . Les charâb etc. bien pas jusqu'à l'ivresse par la voie ^Omar II khalife la loi de des la controverse l'intérêt ce pour qui vin au de concession un n'aurait pas de juridique la société d'un du qu'il pense voulu nâbïd sur la de faite à de vin cultivée. en beaucoup comme le ainsi put on la boisson khalife priver question . que une des documents. déclaré.se à la le nabld se trer démon- laquelle fut pieux point Puis ».Déjà quelques Compagnons dont Syrie. ne infime une niosité ingé- s'efforce on seulement beaucoup franchise croyant mais mêmes boissons de leur ce prohibition des grisez point vous nabïd^^. que a pour et l'une. pris ce « interdit vin et les pure. qu'ilscon- ce différent là-dessus mais le Qorân qu'à l'exception du des de boire.est cause vin « l'usage que Même peine sont du non Sous ». Un tion contradic- l'on de ne licitude. les fit fouetter phénomène. dont Prophète au proportion vin ivrer s'en- de contentèrent se fermentées mainte lexicologique^^. tenant large porte s'enquiertprès raisons de (khamr). On n'y Pour « et du vin. justifiaientcette du usag-e théologiens de incluse logiquement pas les que boissons autres 94) : bonnes d'idées exclure à v. par confiance fortes. emploient des théologique répandue qui. que autres D'une fait 'Aïcha^ plus interdit comme accorder la sévère libérale. ne qui et somment. rapporte-t-on ^9.Et il y conséquent est qâdï. » en du lettre.54 tendances d'opposition. par de : l'égide à pommes. — dire s'en il n'est vin traditions. qu'une en péché aucun a Prophète croient qui ceux essentiellement par prévaloir la ^5. pou- boissons. grande quantité. sociabilité. ou rattache se part. dans d'interprétationla conclusion nom au A ». 'abbâside avec le entendu. spécialement posant supn'allât la « soif permis. conception plus rigoriste avait dévots qui. A 'Omar faire défendu « Vous de d'eau école regarda de (breuvage) et des lettres ouvrir au toujours. de de ordre un faire qu'ils aient qu'ilsfassent khalife de il Abù-Djandal. solvait. rigoristeseurent en le vérité. dans même vin. l'Orient celle du même que Dieu. en le plus n'avait point empêchés licence par font bonnes de œuvres. la exégèse boissons.

des la bien gens siècle. à cette avec ces les faisaient s'en qui dévots les la arabe langue prohibition religieuse.Lorsque années de vin où son bois- la foi de sur biographe ajoute à vie. sa du buvait son. beaux des la vin de al-Mu'tasim tait s'entretenir. appelle peut interdire Qui « l'on que iva-Iium [humu-l-lusûsii plus sique clas- supposant en lequel ils dans Dû-1-rumma. sans lorsqu'y est nuages engagea. prièresqu'ilavait pas renoncé valeur et il au la vers faites vin : fallait les les fin de pendant les prières remplacer du son célèbre un charâb nom) « (« la vérité toutes recommença quarante buveur ''^.et qui la contre de qui représentaient l'oppositionla plus avis des même exprimait fleur esprits de Baghdâd. Khalaf aussi n'appelle pas vin^^. des même » autre un l'aggravationque à plaît"^^w.DÉVELOPPEMENT mise souvent corrélation en réunions les Dans tenait à sa sujets philologiques et Nous ^^ n'est ne de discussions les dans radicale attribué poème de ambages brigands « poète dit a : celle des mêlée nous imposent les subtilité des La théorie aller facilités de à choses toutes y des Kùfa des l'eau ^-. bois- de cette nature b. société. célèbres plus théologiens du « le nabïd des qui du lecteur » au . ii'^ créa. jusqu'à permettre usèrent yud^awna vignes? tique onomas- rapports champions. on Kùfiens fond est Qorân à » et s'illusionna du Kùfa (f 229/844).réputé justement pour sa conbut avec une grande persistance ascétique (f 197/813). Wakï' : biographiques notices les lire dans de rare pas l'un al-Djarrâh. bel la LA DE analogues à qui ce suit b. par cite pensants joie^^.consis- à dans conception rigoureuse une pas la tromper nous pas croyons dont prohibition du la de rapports khalife aimait vin du l'onomastique de des et favoris thèmes des le que qui s'y rassemblait. le diable par l'interprétation ['alâal-ta'wll). qâdî de sans Kùfa . Et vis-à-vis hommes des dont sortes. Hichâm. son » que ce Khalaf. des des duite 'Iraq. cœur n'est Il tracée la conscience repos On traités sont qurraa) l'eau théologiens de « qui prévalait On lecteurs vérité. la sur les il n'avait étaient Charïk. haute en des avec 55 LOI esprit. me le dès Si de l'on put ne mettre légalité. pour on ». vignes un Qorân du Ibn-Mas'ùd. je répugne En la voie dans ce que ler jusqu'à rail- vont et l'opiniond'Ibn-Mas'ùd légistes. traiter à esthétiques un cour.

peut relatives l'Islam. le lait « ainsi vin peuples.hostiles à la Sunna qui le caractère sur ditions tra- un al-Amïr. rislâm. communauté boira — gens Ma boire al- neur l'hon- mort sa manifestations « certains à ne décrire. une Kùfa. théologique très développement la rigueur dans de de la l'histoire a de le avec des impies s'. d'établir herméneutique impropres. que sultan au le Encore al-dïn personnage. et.nous de cir adou- la de formes car de qui la vie emploi légale la Mekke conquête lités modades de foncièrement le partagent se de grande majorité la vie de aux point au le libre cas. que pour mot un pieux protestations et libéraux princes (umarâ'uhum) en En su. d'être neïd. d'adapter des en les Et question. butte. s'exhalait qui SUR de pays de ce ces vail tra- les réalités avec et de vue de Médine étrangers. en comme juridique de l'histoire nous noms accommodements. application. que musulman. aux (ahdatù) par » leur le milieux l'odeur seldjoukide Songor voisinage tendances ces rigoristes. venons cela^^». de concerne Fhégire. . dans enterré dans Qutb pieux sentir de exemple. on en et le miel au apparus le font-ils "'^^ sont fermement et Prophète qui vin contrairement l'eau. les différences leur de la subtilité divergences doctrinales à celle ''^. loi étroite élargies: des la et fices arti- ces grande partie une plaçant que de l'étendue ritualistes de concilier vue à consiste beaucoup l'admission à part. de le . qui de Mahdl. ils de : hadït « ont et leurs jour un question anciens sont la voie cas. atta- fût la condamnation en de nommera zèle au cours que les soutiendront menacés répandue. sur où herméneutiques. rapporter de du ces libertés aux du le khalife après licite de et les courants tous pour eut juridiques. Muqtafî du propos récent. écoles Il suffira admis. différentes. al-Dju- l'usage du les concessions du — ascète hommes. changés tout la loi du introduites b. dans circonstances contact d'autre des sociales. les cette un lettre. porcs école montrer nous que l'élaboration dans qui durent en ici. chés. » s'exprimer dans singes et en s'engagea. des les Comme vie durant. traité un composa Naturellement. plus prédicateurreligieuxdu v*' siècle ambassade en curieux gens pouvait on bouche^". écoles Dieu par religieuseinspiramaints C'est monde d'être.56 LEÇONS du temps au khalife des nabîd Ce Melikchâh. célèbre Abù-Mansùr ISLAM rapportait aux sa un envoya L Prophète.

.

vie rien de bon ce berceau D'après dans un droit cette des 'Iraq artifices voie. aux al-djinn dans milieux ces d'unions la Sunna. par ordre les humaine al-BasrI. la de de ce des genre d'un faits de relations ses trouve auteur inséré a maritalement vécu nelles person- quatre avec besoin. munâkahai zoologique. c'est cependant approfondi dans les être et ». La ne la prière pris figurehumaine. al-Râzl gigantesque le Le a de dans facteur qui ne ne avec soient surtout '^^ Son grand exégète du sulté con- de lité mora- poète de l'époque omayyade. »^^^. femelles. certaines dans exemple conscience. l'islam SUR exposer les dans supério- . par apaiser la précisément Quoique sur servent des hommes aux juridiques qui à d' inventer jusqu'à va service Elles Fiqh. métier une les activité son comporte pas et pas demeurées l'école maître à ce en hanafite — men l'exa- l'avait cédée pré- philosophe religieux digression développée. son populaires. Qorân. parmi lesquels se dictionnaire un avec la n'importe quel point important que ces des important à suite née réellement est comptent ments éclaircisse- croyances ayant tels des le ^^. qui « cheïkh situations. des il des fidèles gens [hiyal) qui peuvent « mariage. arrière sociale. de Damïrï. parle ». L'étude réticences son de traitée exemples à avait rendre l'invention sur Fakhr djinn qui questions de serment. La sur juridiques conséquences transformation. expédients « expédients constituent souvent. mariages de du mariages mixtes. citent contractées cet djinn) la à : par question ^^ fournir aussi démons de La gravité Hasan très des avec ? partisans de même possible tels êtres si de cette sérieusement très qui participentà ceux-ci la descendance le même doit comme entraînent avec canonique Les divine pour famille de (mariage loi loi points traiter quelles fidèles obligatoiredes véritables comment savoir religieusesde et exemple par lorsqu'ils'agitde des précisément avec discute 8'^.58 LEÇO^'s examine on les On le contre pour et dans le nombre du vendredi d'hommes droits tenu suites la démons article son subtilité intégrante du juridique peut pas dans la n'y a fictions telles unions relativement . de intrépiditéà qui s'est distinguée dans — consacré commentaire de côté un subvint écoles autres partie une juristeest Le ce comme serment un du était dans al-din vanté point.

ces le 182/793). légalité.qui profanes. le est populaire s'exerce aussi l'expressiondans de tendance la casuistique à la doctrine Sous fut l'influence envisagée de sous du sentiment par suite. mire récits religieuse. imprimé de Ceux l'arrière-plan. qui reléguée juridique de régitqu'une part ne est à Mille des développement au vis-à-vis même Abù- al-Mahdi dont juristes. une réglementation humaine. de l'édi- pour C'est conservation.et une venons littérature cette angle juridique. soumis la de parole religionsont veillent non la est Le de propre sa avons au comme retrouve tion l'orienta- sur gique théolo- la science et travail au à peu de peu spéculationjuridique. justement avec la et où on part. examinons second En ces constater pourrons Abû-Hanïfa dépens les entre pratiques. qui musulman sur sa des les la la de : « prophètes déjà indiqué qu'iln'a pas savants du à et et en la méthode ainsi loppent déve- découvert seuls. disciple de l'Imâm de Hârùn l'ère de orgueilleuse suffisance. Yùsuf le l'exemple leçon la preuves théologie régnante divine parole dans législationdu la par part des consistent seulement non que lien le contre choses. ce profond à orientation.La la vie de de lieu. les gens représentants aux parole Nous modes prit l'es- Nuits. trouve laquelle de de qu'ilsont ce et ment continuelle- source recherchent sciences Prophète et rellement natu- piété se auprès qui passent qui vraie la observances des infime pouvait ne de lui le moyen pour façon subtile anxiété sont produit conscience.DÉVELOPPEMENT Abû-Hanïfa. mais verve sa solution la serment plus frappant Kûfa. à la difficiles relatives 59 LOI plus grande La profondeur juridique sa questions de LA DE d'Israël d'hommes ma ». que Les la savants par moralistes. (-j- nommer ^K s'est piété chrétienne). sérieux . alliées les sur grand Qâdi point aux (nous souvent théologiens et juristesretors. manifestation de de attribuée communauté fidèle Dieu. la vie religieuseelle-même cette favorable être de des le caractère un l'humeur nous khalifes des l'ai dit d'autre je telle protestation que investigationslégales l'Islam de d'une que l'effet nuisible aux comme a. Flmâm de rites de qu'ilcite reconnaître Il faut élevée la dans établi la religion et IV® notre siècle XI® au aussi populaire a de exercé de al-rachîd. aux fication. eux bien encore l'on applique {^ulamà) de peuple manqué vie. manient et dans suprématie philosophes religieux ou aux moins à les et et une Dieu.

dogmatique de griffes qu'ils ont de nous de sement abais- cet l'Islam. dans tirer de élevée l'idéal heure à bons s'est voix l'islam SUR sévèrement qu'il qui intérieure à vu les manifesté contribué ont avons s'était des connaître. parcourir la la Avant le pour l'Islam. Nous d'apprendre développement condamner tel religieux.60 LEÇONS dont la de bonne juristes à hadït. de façon des leur avons très ciable appré- spécieux côté encore de . vie et religieuse religion.

n'a Prophète. — jamais l'idée. pas . la ils discutent début. eu teur fonda- le qui rigides desquels intérieures et ne fient édi- et croient ils extérieures. l'ex- l'interprètent. De tels formelle ces la à système un à des souvent commun déjà communauté créateur raisonnements ensuite prenant en de en prennent corps n'est questions auxquelles imaginent rempart plus Ce a inadéquate. premiers les internes appelés sentent de suivantes. conclusions de le dès une avec qui ceux la sur parole tirent vivante Prophète. doctrine entre qu'il a en eue se basant en vue argumentent et eux. groupées leurs les les Prophète. lorsque qu'ils message systématisation. textes efforts des supposent la collection prédications prophétiques se les joignent dans commentaires des éloignent canonique de l'esprit qui des et textes dogmatiques. même souvent en propositions. éveillent religieuses qu'ils construit doctrine de elles défient dans les d'une des ^. Ils déduisent les dont ce concilient jamais un mettre des façon un culture la doctrine de songé. comblent c'est-à-dire supposent y formules ces origine. être à sein au comme pas adeptes définie. tant sous prédications l'aide répandent.III DÉVELOPPEMENT prophètes Les 1 DOGMATIQUE sont ne apportent. milieu du influences leur Le plan prémédité un communauté processus de présentent se tentative toute qui inspiraient formation par ne suivant générations idées des directe l'impulsion sous théologiens. cette ingéniosité les par et l'abri des Ils coordonné. étant comme une mêmes là-dessus subtilité la du qui ceux se tiques prophépliquent. des à réponses . le aspirations son point troublé. les notions conscience. que du que amené contradictions des d'attaques paroles lettre. n'a l'avaient de la que la interprètes lacunes souvent fournissent Ils du les très — les de les ambiant. ces A mentaires com- essence . contre présomptueuses d'autres moyens à de somme de formules des la corps. pénétrait fixation la leur sacrés.

voulant provoquer Mais n'en savoir notre Une dans personne solide.. Ils font les sont de de peu deuxième de aussi Il tout fait dans bonne résoudre les difficultés d'ailleurs révélations exposées jugements aux l'objetde étaient l'insistance arabe la révélation substance cœurs divine Livre du inclinés sont .62 véritable. que sont dont ce de et « Médine à solides recherche y les dispositions on de C'est que portent com- qui la les y est l'expliquer. homogène dogmes expliquer. tout vient le de 5). prédica- ses de vivant.exempt il est 2) ». d'une à la recherche tôt très Les V. un 1 . de contradictions de L'indécision. trouble. versets la Des détails Selon lui-même des de que telles d'ailleurs sont sont connaît qui de étaient détours il y loppe déve- harmonisatrice contradictoire d'autres au de cas reconnaître « les la mission railleuses. Prophète. de l'Islam croyances unitaire. son leurs soit se tions. critiques à laquelle il avec nous théologie Prophète remarques objet un contradictions. ne différentes. d'où théologique àQ les leçon. imperfec- sa doctrine pourquoi. confus. aussi que de l'Islam. même exempt théoriques que. dont ceux . tâche la temps l'objet de deviennent Qorân et des sous heure Il semble adonné âme son très 41 du le dans entré même fait générales. mal a le à le sens disent : Qorân était Nous fut donc de tions. cf. l'affût de et Ce dans douteux. de déjà. malgré qu'il révèle (39 v. développement un pour intarissables sources constructeurs Très plus l'islam SUR LEÇONS l'Islam se que préoccupaient de mieux non à sa seulement découvrir ses place les fai- . critique du d'autant première génération suivante.l'Islam son parallèlement . contradic- tions. réflexion après temps produisent se prouver systèmes. obligé de recevons dans résultant le caractère (clair).se enseignements dominantes Qorân la à tirer de à parlois des reflète Ils spéculations des En ont théologiedogmatique difficile impressions de qui religieusesles plus importantes notions les ordre. des religieusese Muhammed. 29. le dans de couleurs dans du notre système un contradictoires. et est Dieu telle la adversaires déclare de » (3 v. 18 qui Ceux de méditent Dieu croyons v. qui chez est spéculation rilualisle. pour coulent cet phénomènes les une serait que apparition.

était à l'ordre Qorân Nous dans Gomme offre à réalité. révélé été confirme devez questions auxquelles et de une procédé peu bonne très chose croyant tant autrement le telles les avec acceptez-leavec sentiment Prophète. des les nouvelles exigences peut omayyade politique et de Il leurs certaine. le vrai est montrant parties ses vous comprenez. l'Is- furent dogmatiques. à revenir confirmer nous suscita l'IsIàm des cise pré- fut la de la ici laquelle nous l'appréciationdu tiques. anciens l'Islam. dogma- première occasion d'effleurer. pro- Ce qui ce que vous du paroles en premiers adeptes subtilités Qorân de de lam. Prophète dans dogmatiques vous être intellectuel théologique.DÉVELOPPEMENT mais blesses.n'a pas d'une en du C'est 2. ~ naïf du des révélations vous foi complit s'ac- qui les hadït. politique vue le comme de conformer. les contacts L'observation de des qu'il le ». D'après importunaient déjà colère. argument Il communauté. suite Par des stimulante le de des heure dans La qui l'autre.par-delà la institutions nisation l'orga- que controverses constitutionnelle.. le hadït et les dans apparues au exemple comment. qu'il est porté à l'attéde date l'époque où que Prophète. phètes. théolo- point religion. dit-il. embarrasse.la question du libre arbitre^ un de pour contradictions jour parmi par fondamentale arg-uments des du bientôt verrons doctrine les l'examen que 63 DOGxMATIQUE en nouvelle questions se qui plaçant au giques. transformé est conditions enclins tions contradic- pour plutôt y croyants discussions contre extérieurs. sujet d'une religion. la du interne mouvement mouvement ce réflexion la l'histoire de du image une égard cet En tiriez eux-mêmes. aux le excitent Vautre. sur avons matière une de déjà touché caractère l'histoire dans religieuxde la ancienne partieprécédente la souveraineté . dans le Le « faisaient les Qorân. croyants pouvaient également points reporte jusqu'à l'époque sa la contre les tous sur nous germe le Qorân. prendre position dans donne ne l'action de politiques que la nécessité intérieure l'histoire situation suivre va révolution s'offrit dans juger des de de pas réponse faut nous l'Islâm : omayyade. le Qorân. vous que hadït. de Qorân le lui en de et ne De peuples dans Le puisés nuer.

les Omayyades l'Islâm. point pratique les inclinations précisions sur mais de et présentés ennemis la répondait ne cour. hos- son dévots. Yùsuf. et de un ce « bien fils de ' C'est avènement. aspirations. les leurs et gouverneurs uniment tout les opposition en exigences religieusesde leurs touchant naguère cours on gouvernement absolument comme religionislamique. envisagèrent . envers contrainte de vieil le son ces vie. moqueuse l'ancien système nouveau de sur très bonne de gens qui nous du lecteurs de conscience leurs lorsqu'illaisse tomber. musulmane. Evidemment conscience eu la tête d'un à d'être qu'attendaientles mentalité parvenu Imâms. leur une remarque indéniablement Les un Omayyades. On peut cependant méconnaître ne d'être. leur l'islam SUR ^ eux . ils avaient nouvelles. publiaient les et formulées le par avaient ' n'ont ils la Il Prophète. dynas- cette esprit qureïchite avec n'étaient hommes à anciens les avec étaient indifférence. à l'égard chez naissant. en tant révolution une sur partisans la entre l'Islâm de celle poursuivirent est Qorân pas et » leur de ils entendent leur que de de il une a y devons en Au des voies différence de l'État islamique c'est et de des vue ne Certes. de si mauvaise parle ceux-ci des à grande partie point fidèles forte piétistes. ou religieuse. revivait des renoncement détails de l'Islâm. règles ces moins du ou formes l'espritde et de fonctionnaires de torique his- la tradition souverains des des rapport consciente et lesquels. envers dans colère nous leur leurs devoir l'entraîner ^.et façon dont et cette khalifes que qu'ilsaient plus puissants renommée. au chevet régime qu'inaugure du ^. sûrement idéal pour dans pas chefs des hadït bien de le gouvernement de Médine lois des quelques parvenu satisfaction donné mique isla- l'Etat comme à les dont de d'entre certains des points tous monde au est pieuses tilité. ni en pas leurs nous lam l'Is- religion. dans Omar. leur foi. sens les comprenaient auxiliaires. de le gouvernement dévots fondé empire eux-mêmes impuissante. attendaient pieuses âmes leur tie. histoire. le Suivant brutale héritiers des comme controuvée Omayyades .Haddjâdj b.64 LEÇONS la aujourd'hui peut considérer On avait conception qui Omayyades la avec mettait l'Islâm nouvelles de sous Sans doute La cagots. piétistesqui aux Abû-Bekr sous et Omar.

.

Le été de de combattre garder de de mais €n théorie. et du dans de qui gens le Huseïn. Il méconnaissait.d'un son qui. réalisation à vernement. sanctifiés Le changement autrement tout qui n'était de pas monde. assez la loi de droit prétextes. s'attachent de Dieu. •en pratique. l'homme espérance en Dieu plein d'iniquités. régnant comme — De d'observer. défend telle l'Islam souveraineté sainte delà plus. nouveau apparaissaitcomme dès qui d'entre fut Omayyades gens tarée rêveurs^ le ces les et plupart dants préten- aux orig-ine^^ pieuses héréditairement dynastie à par ce Pour yeux apporté les attribuaient Prophète leur la résistance de opposèrent du par par l'islam SUR LEÇONS ception con- religieuse^^. de Satan du petit-fils même réduisent et la au — néant à butin Aux irrégulier théocratique pratique.66 droits des famille la de 'alides. person- dévots les cette péché.sans le fait dire on publique. Il doit justicele mettre donc mettre monde Ce dans que son moins au tout donc signe facile cette éviter les existant. de Dieu de dire à théorie gieuse reli- la communauté de gouvernement qui s'exprima de était bien Gela . il eût de jusqu'à l'extrémité.se ne saurait remplira tout primer révéla jour plus de le difficile de arme vaine. était considéré différents dynastie correspondait ne origine. un et née obstacle un son système pas eux. Le devaient au suite ^^. ou gens passive leur forcément jugement telles attitude une reconnaissance par parti raligieux intransigeant aurait strict du devoir chocs.Il et leur s'affirmait. les ordres à l'obéissance la rendent i'^. et L'appel pieuses tions malédic- permet. gou- de pour trouvait on son .le saintes choses sous rêvaient régime passait laquelle ils aspiraient. de et souveraineté.opposées des prennent le idéal rêvaient qu'il permet ce leur à l'obéissance défendent et la que parts irrégulièresde des sacrée étaient Prophète abandonnent et dans politique. l'intérêt de s'y opposer. Dieu. un été bien Dieu.Ils délaissent à la dispositionsarbitraires. la à pas royaume Tesprit de à empire agréable activité l'Isâlm. famille du Prophète égards des gens qui dans leur conduite sentants reprécupaient préoc- se ne les pour les que nelle. des « premier prétendant 'alide.C'est qui de . Dieu que la Sunna ^•^)). la de à la et irréligieux.permettent ce ruption cor- buent s'attri- divins. il fallait souffrir une s'abstenir l'Etat.

son l'Etat de repos aussi être transgresseurs peu 11 l'impiété.le poussèrent la dévots de derrière et s'en ne devait question on. 67 DOGMATIQUE tolérante . un du sentiment tique théocra- caractère de cette en considérer de encore dévots. les . procédant ce les de capables la extérieures comme que sacramentel peut dirig-é par réalité l'apparitionfuture à croyance lui prince. l'intérêt dans — Dieu. Il sa de dépend la saurait quelle qu'ellesoit. d'autre part. qu'on premier plan au avec puissance souveraine d'ivresse. — rôle ce faire la ^alât derrière « comme malgré sont ce de qui de dans partirelig-ieux intransigeant. du la (chap. ne les toutes actions incrédule. Les loi. § 12). à pas façon générale. qui l'appelait. Les Fiat de comme conformes On passive. bouche — la . dès qu'on rien donc fiés justi- doivent être sont qui conséquent. pourvu pour aussi. la conduite foi . ils gens eut y l'opinionmoyenne que.Quelque principe. l'idée loin question plus dans manifestations l'Islam était la prière publique la désagréable le tous d'une les droit à eux de •et révolte réglée des comme des violations la loi de mais grand parti qui plus avec conforme trancha résignation passive. croyants par . patients même et voir s'y résigna — diriger à liturgique. beaucoup suivante . des Une la ferme théocratique bien souverain du sortit. servent Il croyants. est reconnus vers la sans aucun à Ils et qui. du ou aux état en la qui justifia Mais de comme représentants pieux formule la vie être pût remplir l'homme de /mâ/n. définitive •en sera malfaisant des tolérance de du chef l'homme l'examen près en représentant. pour qibla et des ?communauté Le ahl pour priant sont véritables fut qu'on appelaitdésobéissance nuire à Telle infidèles cédant la réalité applicatio. parti qui soutenait à sont les et rendent thèse musulmans al-qihla. accommodant que Mahdï. pro- bien pables cou- ne même sens un Omayyades des doutes des de tout : pratique. qu'on ait la foi. V. de la loi bons La expériences se pouvait- : de plein rapport par la force Dieu des tout soutenait dans que la ? Ce phètes. problème ce question de exigences aux attitude confessent ce cette tenait ». fonction. s'orientent appartiennent dévots à leur en à théoriquement cette doctrine la endroit fondement.DÉVELOPPEMENT muettes espérances ces du ridéal. et musulmans. considérer se cœur. on tenaient quotidienne.

l'islam SUR (on ce ne dissentiment. partisans de l'opinionmurdji'te. Qu'en la plus furent des la par apparaît plus. Ce s'appelaitMurdjl c'est-à-dire qu'ils jugement un de et de mentalité déjà de les relations s'en qui Ces idées dévots qui dernier ce en remirent voyaient la l'on membres. » *8. des commet pour effet. ? L'originede de l'Islam l'homme en traiter à de Les l'expressionde parler plus l'empire en que dans politiques du à 'Alides d'accuser d'autant impitoyablemment même croyante. pour régime..une leurs les les entre et les contradictions et et partisansrêvaient contraste mouvement Omayyades des divin "^o. que^ les la foi que de les les pour encore Khâ- (chap. si croyants de goût Tout d'abord conception indulgente des Murdji'tess'opposaitdirectement qui soutenait les État théocratique fondé un famille sont du croissants succès plus aiguës de principes. complète en accentué les prétentionsdes 'Alides. V. qui peut lui assigner une remonte date aux premiers temps fixe)est donc à cher- . et khalifat. et dont ridjites. dans destinée Dieu à époque une hommes devaient Otmân mais la i^. et. jetaientle néral est des acharnés nous ne là par devait-il qui passaient de loi 21 à donc leurs être yeux exclu amenés ces.68 LEÇONS 'a ^^. Omay- pires transgresseurs. dont i'\ ces. plus ne future porter pour rattacher se qui élevée jadis pécheurs.de la à celle insurrectionnel. occasion positivement encore dans suffît pas. question du politique arrivée ou comme du cette pas tines intes- 'Alï ou indignes de rée. § 2). loin en hérétique le en plus proclamant qui plus en péchés la gé-- graves communauté infortunés yades.Le autre un les Murdji'tes et partisans contradiction avec encore le droit sur Donc Prophète. de adversaires aurons trouble pas Ils y existant. Pour peut gens à ces orageuse ' ces apparue celle : de orthodoxe islamique la communauté La décider en pour remettent qui ajournent ceux « ici-bas. des que pour ancienne point considérés être à prirent le sur . gouvernement plus un refuser se gouverné partis de l'oppositionfurent faire principes. modé- la discussion à part naturellement dans eux luttes savoir jugement représentants qu'impiété ses de de comme du n'étaient modérées ne Dieu à sur opinion une pas comme cas. il suffît qu'on les reconnaisse eux avec a qu'ilss'en mais signifie mot préjug'ent point ne hommes.. pouvoir au incrédulité.

la à d'abord. « Gela l'orthodoxie. ne l'état particularitésde les dans le sur rôle pratique^ aux 69 DOGMATIQUE classes qu'il le rapport peuple man. une l'infidélité notamment a y le pour minuties un pas de définition peut qualifierquelqu'un ne intérêt Murdji'te ingénieux un — question. Du de (47 v. dans monde qui s'en tiennent auquel finesses la foi. A d'autres la possibilitéd'une dans étendue côté de laquelle vraie la constitutif question 125. : ». tout la discussion naître politiqueet les différentes lui avec fut pas. quelques forme ne intérêt un cette d'un encore 'amal plus de discussion à le n'a solution s'jrattache Si indispensable la à matière une dogmatiques. musul- dogmatique convenait dans œuvres. peser arithmétique issue est quantité. On de croyance. 11 admettent Qorân 2 la dans pas vue tout tout la la définition à fait unanime de côté ou de dogmatiques moins en elle peut on croître s'est sur le la au sein discussion terrain de 24 la touche (3v. le reste de au Au musulman. 9 n'est qui. le moins être nécessaire lui-même . et élément l'orthodoxie de telle action soleil.et qui inadmissible en simplement étant distinguer dans c^est œuvres à l'aune mesurer cessent ne Naturellement. C'est ou l'Islàm de vue entendre on dépend . subtilités et ausi et devient époque une trouve en et croyance du à question qui point de de telles était née . etc. ceux comme comme qu'il parce raffiner. les kâfîr (kufr)en de — pourrait question dogmatique générale sur une murdji'tes: peut-on regardent pas de l'infidélité non théologiensmusulmans les V. du besoin un dans fît qui d'attribuer la définition du au man musul- -.) et de laa direction V. Le question la formule et décroître placé qu'aboutit d'abord à qui ce bon lafoi plus qui la la théologie orthodoxe cette sur de la foi. absolument laquelle l'Etat à primordial académique. de parle del'a les théorique. à élément un saurait ne soi 23. » veulent ne peut pratique moins ou ne qualité ne 19). 8 grande pas foi est La 167 plus point foi.DÉVELOPPEMENT cher où trouvaient se Ce 'amaZ. une de la du de » qui ceux admettent accroissement foi des à la drachme. Ensuite aussi vient actuel Elle ainsi dire alors disent et il dans les adversaires la . Le parler de plus action. ni détermine œuvres la foi. conclure l'on que se prosterne devant un de signe Il des idées degrés ? musulman. d'une politique ^5. pour élément un l'étendue contraire.

sa hommes. de mais peut plutôt admettre Les 23). son être idée. dont Qorân à vue dépour- et plus grossières de mesure puissance même et par pas en « La volonté. que L'homme serait ce sorte là. injuste. déparée l'image qu'AUâh du la rogé inter- ne sûrement une de être ne déterminée est la s'étend qu'il faut touche cesse une (23 V. spéculationscien- Il « sans volonté. par qu'ilfait ce volonté si tel positionbien s'introduisait que sorte produit volonté sans autre croyant. répète la s'est ne : . le Cependant premier apparaîtpresque On d'une n'ergote pas façon prend. son potentat illimité un limites où sens les ramener se rien à dans naïve libre-pensée. toute produit en pas même être la croyance l'égard de de idée une avec d'un germe en générale. savoir comme la foi de temps piété. « le ciel et la terre ce v. Le fut la puissance de les même sans le comme lui est tort» un récompenser pas leur qui « Et chaque arriver de dépendance la sûr hommes sont des jouets être convaincu la volonté la née bor- capacité humaine frein d'Allah la à même la par de fibre le pour dans que conduite sance toute-puisqu'Allah croyant de écarter domination sa de même d'un même cisément Pré- peut de tort » (45 datte (4 v. ses absolue. qu'il éternel. » pas porter. une la tique dogma- l'approfondissement des conceptions religieuses: par AUâh sur le quelque en avait divinité.64). que doit pas qu'elleaura 21).70 3. v. et devait 52) de et pour il ne doit demander . ne à (v. Mais personne. Sa On conceptions (21 » la volonté morale. qu'il » — le châtiment. foi. qui gros tifique. arrêt petitcreux livre un pas peut d'Allah également comme à personne Il n'est qu'ilest zàlim. et il a sa tion détermina- sa pour se et peut vouloir récompense charge qu'ilne Allah sa que humaine. 123) . l'iSLAM STR LEÇONS leur en près de vérité se pose n'im- arriver acquis. non absolue d'une populaire traditionnelle. mains. humain. tion.qu'ilestuntj^ran. ques- tel peut^ ou l'Islam résultat. tort de noyau noyau créé selon âme le et fait de ne « dit la vérité. naïve même provoqué par de réellement à propos de point profonde de l'intellectualisme effet temps considéré ébranlement premier et sur le intérêt réflexion. Dieu monarque on nette les faut la volonté de dirige n'opprime cette toute Allah il devait Mais de face en Il à la humaine. L'idée la entre des réduit ou est peut ne par pas comme naissant.

aussi seul un un 20) depuis l'époque V. 6). Aux d'Adam des à s'il comme 100). l'Is- de (83 cela Et l'ennemi . actes.83 v. 43 l'homme. bien. de beaucoup représenter leur se la son pourtant que peut-ilque jusque pécheur au déterminante autonomie toute le livre à la damnation et des ? Se conduite leur détermine de et plus grande injusticeque la volonté dont humain pouvoir liberté toute son actions des rétribuer imaginer peut-on — 71 DOGMATIQUE du suivent scellement leur incli- . devaient Le une Il n'est laquelle nous perfide (22 voulaient même solide. (2 V. soutenir tout tique despo- laquellele à enseignement peut on Prophète l'influence à Allah.). qu'il guider quelqu'un. lui élargit la poitrine pour lorsqu'ilveut et de des faire le ensuite hommes infîmes plus dévoués point d'appui sous leurs du pas prive les visage son un sentiment n'est de ? comme du cœur sur punisse nombre grand un et éternelle d'un prêtaitplus les dans possibilitéde ouïe Dieu Dieu dans pieux musulmans. même son cissement l'endur- avec foule livre contient Qorân aussi égarer les âmes. mal) même n'empêche recouvre 3 tout 24 leur et parlé qu'ils «. qui épais» arbitrairement être formes permet probablement a scellé « voile un rapprochements 125). mais lequel sur contradictoire opposer lesquelles ce Satan. v. trouver arbitrium.Et bonnes appelées. . donné touchons dans indépendance toute ont de l'opposé du actions en le Qorân. ss. d'une conséquent . façon caractéris- des actes v. et tendu sur Ainsi : saint exagération du il le effet en du générales exprimant Il n'y la que tirer du question d'expressions est à dans le déduire qu'ils rouille « » cœurs. quantité une paroles précises duquel l'homme 14). 4. 3o v.par v. et v. nombreuses n'est Satan. et (10 pas Qorân paroles déterministes. égarer quelqu'un.DÉVELOPPEMENT l'âme pieuse du ressort de qu'ilait enlevé et cœur. 41 arbitre de sont (par ex. « Ce la comme cœur lorsqu'ilest nullement on 35 tiques. 5. Les Allah pervers 36 v. (2 plein libre acquisition». servum point 34. 38v. la lui rétrécit lorsqu'ilveut voulait de Pharaon. (6 v. pouvaient acquis (de doctrine de point d'abord tout de âme aucune ici.6 v. de sentences l'idée variées Dieu^ que lam. ceux soustrait arsenal un peut aussi et les qu'ila vaises mau- plis accom- passim). qui du supposé l'insinuateur 58 désobéissance sa à dépendance. le si Dieu que puisse on le ciel gravir croire de détails.

qu'il a le droit sur sauvâmes nous s'affirme idée même l'humiliation de encore (de lui-même) dit. qu'ilsoit incroyant (la révélation) le droit prend veut ils obstination (17v. droite. il est dit telles tences sen- chemin. v. leur en . Si les voies suivre mène quelque importance Muhammed sens » le suivaient plus le chemin non pas profiterde libre arbitre Dieu Mais 10).(( Dieu Ceci « profonde tonnerre. Donc V.. celui-ci 26). » le quiconque mal. ne envoyé a toriques. l'islam SUR mot par : . 69). de le mauvais d'égarer.adalla. qui qui Dieu met une du il veut sur propos que Vinduit de c'est en approfondissons nous par passages égare taire Tintelligencedu problème aspect si autre rend il veut pour l'homme un s'offre ici de qui terme ce Qorân ». pas l'homme guide capacité de Une prétend on apparaîtront sous « est l'occasion le Qorân. l'homme de vérité. agita il la sa manière » 28). par la les méchanceté) propre durs plus trouve se Tamûdites à leur (par endurcit qui l'homme enduit l'imputation de guider Fhomme Dieu glement convoitise Dieu pierre ou une des La pas ils deviennent « (50 V. V. de le s'étaient fait le mal ils ont dépend de ou avait les librement mais direction Dieu : sont qu'ils qui croyaient la le guidé atteint a Satan erreur des Ils sont qu^ilsont préféréi'aveu- mais les ce pour volonté libre Alors une a pécheurs. Dieu ne il leur la donne il accorde le chemin V. docilement (76 ordinairement détermine le Allah (sour.. comme aplanit l'on lil- pas dire grande partie des et que à d'ordinaire de nombre conclure pécher. dans erreur durs. v. La 41 voie leur par ils le se chemin. Ce mais comme même repousse voie . ceux 16). dans dans aussi chemin. v. 15.7.72 LEÇONS nation (47 » (38 V. rejeter avec lui- mauvaise qui craignaientDieu et approprié. (18 guidés. Le décisif. la seconde de directe. qu'ilsoitcroyant. les gens catégorie.86). contre Dieu lèvent. dans un tel ensemble. celui rappel un Dieu à » . n'est 25).fa-sanuyassiruhu 'usrâ\ 92 Je qui puissance bons aux chemin barre peuple impie approprié. v. his- exemples etceluiquile veut. voudrais remarque du la timent le châ- (fa-sanuyassiruhu lilyusrâ... (2 en des cœurs » exemple. 18). dans dont dans la et capacité de erreur. n'est pas à comprendre d'une . la vérité veulent façon le sur cette Chacun c . de lui-même qui du mot que grand un guide qui ne de 3). qui (76 faire le bien et la A méchants aux faire le 29). Dieu.

.

Celui qui la Dieu lui scelle entend 0 la main moi direction. sa Si « le serment puissance propre : le serment (dans (dans promesse sa serment que moi-même.et explication à et du datent et en sûre chaque de de que — trouve que des servir Les la les à appuver les dans un iil conducteur arbitre diverses et la nous ne le et de son les circonstances de les en de gens pouvons la la listes fata- cas de . à mais pas m'abandonne conduite sa mule for- tiens je ne faille voir sans fausse -^)). et le état un étaient mépris Prophète enseigne au (( senti par on » fort bien qui manque vendredi. Mais Au par une néophyte Husaïn. cœur musulmcns. 4. que force sa main. ce à moi-même que approfondi l'analysede une m'exclue égare point 2^. complète d'observation Il à et religieuse. historique. âme trois lequel l'homme Et conceptions. et tends- correspond Dieu qiiwiva)et iva- : de vieille ne si le soi-même à assertion mon par mal d'une une ou: affirmatif). le sentiment islamique pas direction ma qui guide. enseigne-moi mon de dans devoirs nég-ligencedes Dans [tahâwunan) cœur des proches rendu. le Qorân dans labyrinthe. [hawl du Y abandon promissoire). dit à question que du prière que garde-moi être divin tombe vieille à dit: scellement « converti et peut ne châtiment plus rigoureux à il il est réunions ne nem'abandonnepas contraire. hadit un ~^\ Donc religieux. non- plus tout rétablie des nous responsabilité la doctrine être du tradictoires con- premiers temps pour . et de dans les Nous ce avons les vues a aider sortir de trouvé de la activité. ont l'islam SUR — façon capables attendre . Allah.Hubert Muhammed pleinement serviim supposant et aux il s'enfonce Médine liberté par répondent il admet peut l'une la morale grâce appartiennent de Mekke. c'est-à-dire: ^"^M.C'est son plus importantes périodes plus en sans Dieu le libre le libre arbitre plus qu'il : qui pourrait sur Dans moment.c'est-à-dire qu'il me sorte constater pu force propre qu'ilfaut comprendre sens sérieusement très a ma d'embarras fondamentales questions qui à en tirerai me s'égarerles pécheurs. le est de la vérité ma puissance ma retire de moi je comment C'est aide. dernière sa des lumineuse impressions arbitrium.Cela serait. que de exposées choix les ne plus contradictoires Qorân. imprègne du l'Islam.74 LEÇONS les que vieux premières. que théologie enseignements chronologie pût Grimme^ lui suggèrent que la ce laisse doctrines période -^o.

une pouvait tradition fournir également des arguments mythologique qui se développa dans aux deux l'Islam. être l'esclave crée lui-même fut lucus a la d'une actes plus lucendo hrites. dans de ainsi de répandit rapidement se que ou de du l'époque de pieuses salut douter discussion théologiens de entourage à la susciter à absolue d'après laquelleles leur de aussi pieux scrupules. dépendent n'est tradictoires. consi- en le mouvement conception tyrannique s'accommoder pouvaient ne tout pour Vertu suivre environ). de — Qadarites pas plutôt que qui . de jusqu'à la fin du choqua les ou qui s'y opposent le de delà (nous pouvons heure siècle mine qui prédoétait sans absolument de prise pas la dération. cette espritspieux qui plus libre arbitre. récompense et de grâce Mais La Dieu. un — la thèse docteurs et les même en le fatalisme sur plus à la la vaste. sa non activité docteurs omayyade. ses nommée adversaires de khalifat du la et ancienne plus vint façon déterminisme point ce réflexions La théologiens chrétiens l'Eglised'Orient. et islamique négation du Thomme de dépendance la conscience de volonté ¥11*^ de châtiment et bonne très Tune de triomphe au les doctrines entre sentiment Le le domaine tout favorable doute celles ensemble. peut de cause des qualifiésde tandis qu'ilsqualifiaientvolontiers ancienne la contrainte dissidence il son actes. harmoniser faveur en avec composer s'embrouillent qui décident se 75 DOGMATIQUE du Dieu injustequ'impliquait l'idée populaire dominante. esprits tuel intellec- est al-af^àl. de est et damnation. légale. Son qui plus plus en protestation par extérieures influences Des même qu'ils parce leurs aveugle» [djabr). elle De l'homme. affermir de l'idée de les des porta r Islam de à le centre temps de là. Si le Qorân partis. conviction ne mais gens. lui-même de sion l'impul- furent partisans de plus mans musul- centre rayon morale ainsi Khalq tard restreignaientle qadar. à l'Islam de absolu doctrine spéculation sur son vieux prédestination immuable. les amenèrent plus pertinente occupait Damas. Ce fut « la le dans le qadar.DÉVELOPPEMENT vieux des musulmans. . ces prédestination Kremer^\ reçurent la la contre contribuèrent apparition est justifiéede syrien. con- l'autre.création ces sément préci- car . doivent dans vice.Dja- dogmatique sein au du vieil Islam.

tra- de aurait gauche désigné cette sa damnés. petits essaims de forme moment en création peut-être ou déterministes. adver- tuelle explicationhabi- grande importance la De dominantes et de sens plus ancien. à logiquement assez Seul. mais de la voix les A quel de quelles traditionnels on le l'Etre de fait ce dont inventés exprimer par la principes de la pour le se d'une le la ses en trouver un défendre leurs saires. Les les attaques et leur des et haut. le droit à sa térité pos- destinée sa dition. catégories des le côté dans ici fixer D'après d'Adam. à la base sont De les ce corps [chafâ'-a)reconnu enracinées profondément trop doctrine ce élément un représentationsqui bien arbitrairement d'intercession du effet cet de dès qu'ilaurait l'Inde)^-. pensée^ des rites Qada- le dogme contre ses une rapports serviteurs. la libr^e bouche raison contre religieuses'élevant témoignent pour les traditionnelles divin les phètes pro- que peuple durent premier sympathique peu aux populaires rapportées soi et dans . aussitôt substance de favorable est — l'islam SUR fut accueillie encore rabaisser. toute a lement seu- dates extrait et à la damnation. Prophète tendances ces une Comme lui-même et avec l'opinion foule de en le des propos d'autres sentiment . qui affirme des du modérateur.et. heurtèrent se ministes. Le T Islam de la dans s'exhale figé. ou découle envoie le côté empruntée salut au eschatologique figure ici dans et des et des toute fourmis.76 LEÇONS «omme d'Agâda. que non les non autres conceptions étaient ces Qadarites comme vérité. sorte une au de cours précises ? désigné incorporés les homme. premier tracée front Chaque un par choses^ il est Les comme contraire libre détermination de cercle grand âprement contre partisans. c'est cas.pût qui produisaient en plus mais la de et vitale conceptions Qadarites. élus embryon idée destiné Dieu de spécialement ange d'après une ». fut fait celui de dans qadarite mouvement libérer se à sacrés textes (« gravée entre pleine responsabilité. droit aurait gigantesque. pour l'histoire fait pour pas. déter- pécheurs pauvres la vieille est dans la conscience contradictions sentiment le fables impulsions religieusesde Qadarites. aux la heure qui peut — corporelle. elle pas. enfer. supposée sous au bonne très discussions ces Dieu. les protestation de représentation indigne avec faveur conceptions la la tradition même protestationsde requérait la piété.

et par Dieu la est l'homme de de mages partisans principe qui pas de Muhammed thèse les que un n'est les sont actions autonome par leur justifier bien Ce Ils même mauvaises les d'Allah. personnes S'il y que vulgaire. opposent ils soustraient mais volonté la nettement de eux par Mais il produit fort le gênant Ces manifestations du dans cette leur cause des contre grande de des doute. ici encore de peu 'Alï de injures Damas de souverains de les toutes se voie qui l'homme. propre Ils savaient dans d'ordinaire il Mais Les. en bride du ennemis et dans. qadarite qui mouvement du les railleries gens les pour munauté com- Zoroastre^ et les fait-on phénomène un eux-mêmes. un -^2. hommes qui avaient leur de l'espritdes excité masses la tranchées dominatrices et qui leur dévots. des constitution la politiques.qui ennemis libre querelles théologiques œuvre de qui témoignaient attitude sentiment sorte domaine questions dogmatiques. les sainteté. abreuver pouvaient autonome. ?^^. ne apercevoir aux la de dogme pour les raisonner fît d'un détermination et pour dirigeants n'ont hommes combattre par Qadarites nettement que des dynastie. déplaisant Les plus fond pro- l'affaiblissement dans danger.justement du cœur de yeux bien hommes ces leurs d'ail- politique. discussions des prédestination. Ils prirentparfoisune l'Islam pas les de et la Aussi de au crée controverse. mais dynastie était insupportable avait Ils leurs de pouvoir de une et le détourner des de cause leur n'ignoraientpas des la famille croyance à sujetspour par sacrées. goût des la cause fait-on efforts toutes syrien. à fort le aux s'étaient des des saints. occupés l'Etat à trouvent masses. aux . naissant. leur non la pour du foi. remarquable. à nourrir vastes à avait tions créa- des gauche voir de subtiles le sur personnalités plaisir aucun motii un la à Sans. la création de du créateur au leur. pouvaient libre arbitre à voir d'aversion à condamner propageait se milieux dépensaient se désobéissance. oppres- les pour profanateurs faite sédaient pos- qu'ilspassaient Prophète.DÉVELOPPEMENT ? général orthodoxe opposé islamique . au car 77 DOGMATIQUE moyens du pour bien des usurpateurs violents et entreprisescontre pour eux des triers meur- lieux le peuple leurs repré- tenir et qui sifs. beaucoup emparés pour y vèrent trou- hostile de droite trouver Omayyades. la volonté partisans de l'égard des mal. qui.

authen- du lien que . qui l'eut et ensuite attendaient : annoncer cela Le n'était pas se serment au fidélité. que général.78 c'était sentants. devaient gens l'islam SUR LEÇONS l'on et encore. pouvait ne arrivent consolider des les arrêts pour les actes poème un arriver. agréable d'épithètespar glorifier comme Dieu l'inévitable de conséquence fatalisme. était pouvait souveraineté là contre. Naturellement. la veille l'histoire comme disent et rapporté. palais l'un son le décret contre des luttes palais. disent — l'approbationde victime sa des des qu'aucune et sang pour qu'ils ce rois d'autrui. servir voir de tenté cruauté une decretuin Aussi les poètes princes comme aussi usa al-mu'minïn l'Emîr « en Le l'injustice. ils leurs Il était '^'* Dieu de idées comme révolter se nité éter- toute Dieu. tout dans la tué a est-ce de n'est cependant celui pas à de valoir qui. ils et voulue croyant khalifes éternels De la domination dont « même de tyrannie même on destin. Si ce peut récit dans le ».. on absolument témoignage prêta gardait tique. personne paroles après sont ainsi volonté humaine à d'un rivaux suite du al-Malik. que vieux 'Abd Le la dynastie justifier à les blessures s'approprient illégitimement actions des dans esprit des Il fallait enraciner devait quelques dans incriminer empruntées faisaient nue recon- les poètes d'avance volontiers docile et peut ne écho. avec devant révolter meurtrier Dieu prédestination éternelle l'instrument que il la (de Dieu) put ne de prince était fixé dans inéluctable l'on « attiré assassiné retour son bien soutenir à eut il fît jeter la tête qui le le comme tout que qadar^e»..Ces émane la croyance l'éviter. décrété tout et destin que par pouvait ne avait régner. Ainsi .Et croyants . par volontiers lesquellesleur célèbrent- jades omay réglé entendaient de qu'ilsfaisaient ce telles de Dieu. — des composé décidé en apaiser qu'il fait qui ce c'était Qadarites par sa rains souve- sujets doit prince omayyade. Lorsque eut puissance. ces que la le leur être très dans le peuple. le fît comme le décret dans le khalife dont calme. dans rentra croyants. et leurs était décrétée devait idée cette peuple lorsqu'ilétait la s'implantassent ». le dérer consi- faisant lui Ces (( versent gouvernants immédiatement et par le de lui 3'^)). : le khalife yade omay- ses pelain. chafidèles des leur chef. dire divinum. votre de son le khalife et nos pénibles pour foule divin.

théo- al-miitakal- question soulevée . fata- 3^.dans devenait devaient qui tête l'importance que populaires répandues partout tendances divins arrêts aux dirhems delà de là et la brèche Mais exposé.et à résultait avait nombre grand un ressentir en efforts religieuses acquises. croyance . originairement exemple. temporelle miracles. Entre monde au été pas sans les tous de jeterun Mais un rislâm tradition sa l'histoire représentants nom de de la de foi spéciale sur on limliia ou raisonnement mutakallim dit. lité. connu et ses le Primitivement. l'appui de impossible personnelle.en à récemment Aristote. monde au mutakalUm fait d'un du cultivés gens apparaissait presque postulats de système nouveau et dans les pouvait ne il Aristote.de ces gens de nom que conserver Kalâm. ce ai réservée est doxie l'ortho- de mérite grand ouverte la plus vaste. les traditions La la Providence avec des leurs travestissement son (litt. été pas justifierla grande place doit cet de ben 'Amr de lui bientôt la mouvement être mesure où critique des formes le dans les naïves dans devait historique. n'avaient idées la temps traitent la question spéculative du est la min Le logien. qu'iln'ait voulu. que multitude la foule mouvement donc gouvernement spectacle qu'offraitla du jetée dans Le il est d'une accompagné Sa'ïd du actes puis taire.DÉVELOPPEMENT trouvait l'oa Je était l'horreur la la voie dans première étape C'est musulmane. espritséclairés dialectique. parleur) désigne spéculatives mot de concilier pour même philosophie celui sous article l'objetd'un être dans périlpour philosophiques monde. faisait révélée été jusque immense vérités points entre pont la création aux les de l'influence un l'on que avec certains néo-platonicien. 5. il est question dogmatique laquelle s'exerce par servir Miitakallimùn. qadarite à l'époque générale bien de Tinévitable et Tappel vrai. Sur et en religieuses. spéculatif devrait sous l'Islam. dynastie omayyade l'ébranlement son je qui amplifièrent. sous la foi musulmane. ne adoucir de les entre 79 DOGMATIQUE cadre croyances des élargie par l'horizon tuel intellec- habituelles de la croyance. à sauve a d'une donc la le fi-l-irdjâ. théologie celui qui en apportant controversée des régime comme l'activité quelqu'un qui à trations démons- proposition qu'ilformule.Il malgré aristotélicienne philosophie islamique.

en religieuses.le doctrines le terme axiomes spéculative L'activité l'islam SUR de nom Mu^~ tazilites. Il ne questions. contrairement savoir Ils introduisent intermédiaire état orthodoxe entre qui Mu'tazilisme du libérer se d'abord. qui d'ordinaire raconte veux de germe dire signifie ceux mot voué à l'opinion a. mu'tazila.Leur école si. tout l'infidèle. autres grands péchés par de l'espritlibéral de poussée dans encore '*^. » la damnation à dogmatique l'infidélité comme : l'idée singulière philosophiques.la qualité de kâfir éternelle. Le fable l'on que je et furent des qui à parti (ascètes)^"^. auquel rallièrent qui entra les idées avec C'est les le de le rien paraît pas moins soit examiné et élucidé murdji'te.comme débuts la tendance lequel sous » cette sur adeptes ses que Heinrich motifs des Qadarites. des Mu'tazilisme. des Ses fut ainsi les des à le du sens adeptes sont de nom de connus le sous (le soutien aux téliciennes. de philosophie une ».Tendant anciens plus indiscutables acceptables même discussion et s'élargitet s'emploie pour propositions prises par traitent. l'homme celle de qui commet d'un subtilité pour des L'homme que le fondateur du cerveaux l'histoire entre de « est et la celle de liens de la suite la foi et ne modes. seulement justifientle là par se ce . gens se et admettre ce s'isolent. anti-aristola religion. dogmes Wâsil de hen l'Islam 'Atâ. Les que les Mu'tazilites que listes rationa- plus marquée en l'Islam monographie dans l'austère ce que zurichois professeur les ruiner à plus libres-penseurs de « racine sa devanciers montrent première impulsion milieux finale évolution son premier (1865) une apparition a leurs dans nom présentait écrivit les de opposition en la religieusesdominantes. d'une suite par ont à conception Steiner. qui donnèrent ce mouvement. retirent le que d'inspirationspieuses des la pas tion. c'est-à- ascètes.Bientôt Murdji'tes les par désigner ceux des religieusecomme parlent en doivent et rendre les font qui « la discours. dénomina- expliquer cette aussi partie en répéterai ne l'explicationvéritable lui né est Je pour comme pieux. religieux. nomme est comme dépeint par . kalâm d'hypothèses mot qui pensants servir à sortit croyance ments. incom- vie. raisonne- formules en cerveaux dirigée reçut kalâm vrai au la l'objetde condensent orale).80 LEÇONS •^^.

.

.au de parmi regardés depuis longtemps documents de mythologiques lequel on étaient Tex- à radicalement déjà éloignés leur ''?'.. la balance beaucoup d'autres du eux fonds les que où la croyance de dans de orthodoxe. plus dernier au sur sanctification scepticisme critiqueimpitoyable une par sens ils s'étaient départ. son phie philosode subis qu'elle avait Et cela métaphysique. Par de possesseur un effets. qui sur qui ce absent. qui comme passer les droits croyance sein dans d'entrer glissentpour les élus du la de la à l'authenticité coupant les développement. marche au-dessous . qu'elle discerne ses Dieu forces. dans ce le du le épée. pont prédestinés à conceptions foi perfection pesées les actions sont éléments ces hadît de la précipitentdans se de l'au-delà.Le avant passer cheveu un comme essentielle préférence. caractérisés comme se dans alors de point ils sont valoir faire à connaissance la le qui poussaient eux.En . la de l'eschatologie. et il conceptions qui unicité et son immu- .82 LEÇONS la raison Que « magnifique est l'islam SUR exploratrice comme « décide juge. que [et d'entre Plusieurs placèrent l'expérience des trême. la des sur sur dité rapid'une l'enfer gouffre de ments élé- mince est damnation. négation tous l'apogée A populaire qui du par la croyance Ils contestaient Leur ''^. et éliminées sont obligatoireet expliquées allégo- riquement. d'une lame raire litté- populaire. . paradis avec la lequel système. théologie d'atteindre l'impossibilité style qoranique. » ils furent l'Islam de de haute rang cas. de critères les premiers de la raison.tandis incertaine. est comme le mal [dans Comme et comme on [une « de quelques-uns «. et guida épurer l'idée à populaire traditionnelle. ordre cet les Sirât. de leur la de Mais une partie intégrante et condensaient les visait doit lequel de et l'éclair. croyance égards et les dans particulièrementà de écarter en les sa Dieu tous la deux toutes Justice. î présente mal ne paru bien prononce du pureté une le cause le bien distingué a compag-ne dans et béant hommes. Le point de de la prépondérant qui vue religionconsista les obscurcissements les faut : éthique conceptions qui purifier l'idée seraient déformations de nature à nuisent de à Dieu altérer son Il faut la croyance de dans leur monothéiste toutes unité.

divine. Cette de liberté philosophes. qui furent qu'il d'épuration Mu'tazilites. leurs serait divine justice Qadarites. Autrement.prévoyant.des disciplesdu Stagirite. un l'en de développées libre En rendre cette axiome. à rattachent se Ils arbitre de le créateur de en tval-tawhldy conséquences. la négation delà sont de rationalistes théologiens leur lois individus aux ils élèvent et l'éternité de des l'infrangibilité de fermement tenaient aristotélicienne conception la aristotélicienne doctrine s'en actif. moyens l'avons nous Vanité vidence pro- l'indépendance philosophique et étrangères des par de bon à préjugés absolument tout La qui séparent travaillaient des comme méthode leur ^^. On étaient ils desquels reconnaître reconnaître que Dieu. possède d'un justice posées. contre plus. que ce la hauteur. dans le jusqu'en ses laient vou- digne bipartitedétermine de leurs principe. parties livre Tout l'une : raison la toute de ils (( gens la de l'ordre la à directement par les partent de illimité dans actions. » l'unité » la tion disposi- Quant ». Mais les avancée quelques pas de leur gion reli- une veulent de est la de al-^adl de l'unité furent lui-même Qadarites. respon- idée mentale. sance l'univers.DÉVELOPPEMENT absolue. et des questions ces la certitude que la confession la l'homme conclusions plus procédés à travail tendances nom les des Dieu avec inféodés chapitres confession la sont actes.L'insuffisance activité raillerie et l'idée cloisons des du âpre protestation une de de à l'idée naturelles. celles Elles extrêmes injuste de compose de ahl qu'ilstirent les se et religieuseset philosophiques premières. fonda- font encore inscrivant sur leur . tabilité Dieu étendue des ni l'absence pouvait de fait à travailler Gomme déterminée. leurs à mu'tazilite « de : théologique lequel thèses MuHazilites les division de justice aux leur à objecter points ceux « donné justice et ne comme ressortir. malgré critique sarcastique des la les d'examen l'aide à arguments ni de spéculative.l'autre (abwâb al-tawhid). ils De 83 DOGMATIQUE ils ses sable. à déjà porte particulièrement deux la toute ces rationnels. qui droit . la réconnais- l'Islam. ce doctrine littérature historiquedans relatives de attira l'épuration de laquelle ils comprend sont se adversaires ils sont car fait de orientation cette leur raisonnement deux sur (abv^âb al-'adl). créateur.

le c'est conception justicene peut de doit. l'homme ils sont autre une nécessairement est de divin. l'idée du enseignement encore les ce dont être un indiquer l'idée de de même et des . v. hommes A « conduire la gences exi- les qu'il et la a fut ce en révéler se cette (c'est son la expliquent est celle-ci. une dans ne bonnes. récompense de au juste lui ferait est contraint de ce aucune l'au-delà. une bonheur..qu'ilsintroduisent devoir. ceci aussi peuvent révélé récompenser caprice paradis nécessaire^ le salut est encore les bons idées librement leur pour qui.. criante absolue.. l'homme. traire arbi- son peupler suivant fait que vertu garantie pour faire conformer l'homme. volonté la Islam qui. droite 16 sour.84 LEÇONS bannière doctrine la lui-même et idée Dieu de Dieu: pas être séparée de la volonté acte libre celle de de divine juste Dieu qui la introduit à fait tout jùb).auxquelles formule Cette du dans par amenés abolir. non. peut ne . propositionqui devait pour Puisque wa- la la à peut ne par peut concevoir ne a il dans le vieil choses Dieu : vieil Islam aux on Dieu hétérog-ènepar dans qu'elleexistait acte \ l'idée réponde ne justice. d'aprèsles son de Dieu l'intention divine prophètes. incombe Allah lui procurer de un les actions yeux phème. conception divines Les dispositions l'opportunité(al-aslah). disparaissentpour équité à laquelleDieu que rejetercet Dieu juste doit les méchants de enfer. de ses place à actes.La toute-puissance de de détermination rejetant l'arbitraire en dernière cette la de l'iSLAM SLR et suivre salut. lui-même la voie un Dieu sont Il devait sur sa dance l'indépen- (lutfwâdjib) . Il des a y nécessaires enseigner le de ainsi que de côté étroitement : vue. encore la » — 9 ^o. libéralité une comme llâhi)de ^alâ- de avec envoyer la bienveillance par obligationdans Les aucun soustraire même. Il aux passer créature sa de qualifiées sont il eût (wud- nécessité fut pas ne ment élé- un conception telle prophètes dont à les Mu'tazilites liée à et la voie le Qorân. l'injustice et le . Mais châtier soumission n'assureraient orthodoxes. priver conçu hommes en dans cette à Dieu les moyens et de fait s'il n'avait ont limite se celui l'homme il devait volonté sa pourraitêtre de Dieu condition conception : pour créé a chemin nécessaire A une rapport absurdité Dieu souveraine. [leshommes] en de effet dans reconnu lutf nécessaire^il lui pour . introduire à en justice. et la une . blas- un pour pu. autre.

ou n'y ne est mesure la volonté ne . Dieu que et la sont bonne mesure bon qui de ou parce la Pour lui. raison qui est le parce qu'elle que l'avait pas ne c'est elle Dieu que le Mu'tazilite. si ce si la loi divine l'a ordonnée à c'est condamnable appréciation. la développent fin. laid. a la donne Il n'en bien un n'est l'indépendance fondamentale le dans ordonnée. ordre cet 8o DOGMATIQUE est prius.C'est chose ce [hasan-qablh)2 rationnellement est mal mal un Une Dieu reviendrait-il modernes pas et de laid est décisions meurtre serait pas et ses rien a Le absolu de et religieuse. aux ici-bas serait ne voyons salutaire l'au-delà. Dieu une comme ou. plus encore le représente l'a lui être doit vont imméritée Dieu qvie lui. mais ces pas beau. de même cette divine. nouvelle que Ils loin. particulièrement caractéristique. le compensation r^doit». y Mu'tazilites l'éthique. plus du forme une libre des pérant tem- juste.DÉVEI/)PPEMr':iSï dans Et la loi de adoptent à l'arbitraire peine ici-bas n'avait soi rien en étendent enfants innocents Mais dans recevoir lui que Nous leur A ceci justice divine rattache se domaine de L'orthodoxe ordonne. pouvions transposer théologiens de Basra et en de . quelle logique l'homme à Ceci un compensation une l'égoïsme et pas sous avec delà dogme opposent et animaux avec animaux. Qu'est-ce il tulat pos- entière. pourrait-on dire. ils dernière en dont défini tel. opportune jugée donné de délicat le mot (al-'iwad). que Dieu bonne. dire. C'est.en l'orthodoxie. de Mu'tazilites comment. de vue veut qui Il mal.hoîi morale la terminologie théologique. mauvais. c'est pour n'est définitions des pas parce nous interdit. ce bien : ce qui mauvais et du frances souf- L'animal doit ments tour- aux l'homme.non ce l'orthodoxie. de restriction aslah. absolu. qu'est-ce qui non et un encore qui est. l'a défendu Dieu termes les qu'est-ce qui et répond est de le beau est rationnellement Ceci aux des et maux la cruauté conception point au L'irresponsable volonté l'a justes ou transcendentale. postulat. même des terre sur existence imposent protection des toute supportée et hommes aux encore autre Dieu Autrement Pour aura dans grande partie une seulement mais une juste s'accordait on subissent qui immérités. il la bon est divine mauvais.il pour tel que souffrance parce ils compensation divin toute et d'idées.

repré- hilâ texte humaine. qui les une littérale du texte exigeantl'interprétation Ils « qu'à notamment de Là. ceux qui membres des lui soit choses connaît par proposition : on se suivant semblable.dont ses grossièreconception en Vidée cette tâche le Qorân cette tout de et la notion plus irrité. debout. assis. entendant. Mais dans Mu'tazilites les l'autre de il leur domaine fallait d'abord littérale des thiques dans mains. Nous de venons principes propres la montrer à l'Islam dans de législationdivine. d'autres et L'école tout plus au si préciser comment sans La sont leurs noms Dieu est » •conçus croyants et Ton ces « de compréhension anthropopa- doit et pas la à sang » et membres Il n'est rien du donné il . chose autre hanbalite faire à d'extirper. pieds. Dieu.comme de oreilles. la la foi de idées les pénètrent profondément d'idées l'opposition des questions métaphysiques. des série une revue que orthodoxe simple conception sur en passer et contentait pas la il est être parole celui . cette ne à à de de la Sunna. Dieu que lié est ISLAM L dans lois les qu^il édicté pératif V im- par catégorique ? 6. keïf.86 SUR LEÇONS Baghdâd.d'une sont. textes. incapables dépasse comment des avouer . opinion). dans prêter se leur de l'orthodoxie de anthropomorphistes pas la pour notion une l'objet de pureté lieu ils avaient premier voulait la de beaucoup domaine élaguer compromis avec ne le conséquences ses que encore faisait religion. souriant. pour qui approuvaient a faveur ils sont à la lettre pensée exégètes interprété à en la réalité ses question être consentent Dieu même et souvent la tenait balkafa du doit semblables comme aveugle nom ne soumises chair •qoranique : foi plus précise pas •d'ajouterque la (d'où le les vieux « L'orthodoxie combattit Elle ciliable incon- conceptions et si cela tout vasion l'in- traditionnels. ses le Qorân la lettre. il est peut concevoir on détermination ne les textes et Dieu. C'est de monothéiste. pouvaient cette à cette s'immiscer que.dans la avait En mais à seulement pas grande portée quant avaient qui roule ne de et Mu'tazilites fondamentales positit. ment l'entende- dans On sentation. idée. traditionnelle. à végétation parasitairedont élevée à Féthique naliste philosophie ratio- expressions anthropomorphistes contenues voyant. vieux ces exigent comment humain. des absolument hommes.

Son plus dans cuisse la Pour ». effrénée où pour peut donner terrain.mais de il lisait le verset jour à lui possibles sur toi et moi comme n'êtes vous 32). de la descente 0 « explication figurée. anthropomorpliistes musulmans Les ici de libre intervenue Baghdrid sousle suit : Les « chose rien qui peut lui ne verset dans femmes à lequel du sont à elles leur de peu degré plus bas un ressemblent blasphème recule ne Un jour. fait est prendre com- donner se d'un Majorque le verset comparé forme. il sa ce être de Qurachl. semblable (Dieu) est concerne celui célèbre Muhammed al- faire purent furent qui excès hérétiques allèguent lui ne que '^m/r d'^ÔH mentionne pour L'exemple des très 524/1130. dit du mise aussi même en hanbalite ad de ses descente oculos sa de temps ici celle-ci''^ un » bannir Pour les jour à Tadoration de dit et de la chaire [kanuzùll hâçlâ). une esprit équivaut La eux pour l'athéisme . quant s'adresse Dieu Prophète." Prophète que que. possible que Aucune . le cheïkh disant table. autrefemme»(33 près peu allait Or théologien Sa^dûn^ b. les idées ces aucune théologien Un plutôt récente. vers nom idée une cette n'était opposition spiritualiste modérer. a pas moteur pro- extrêmes. mais . Or (42 v. On à tout dans veut femmes aux connu dire seulement cela sa mourut plus Qorân si l'on comme qui jusqu'à du dignité. ». )" réellement qui comme pur existant comme à voit qui 87 DOGMATIQUE un on soit ne rien peut ne cevoir con- substance. en V. « De en C'était interpréter quant Teïmiyya (f 728/1328) texte conception ». d'autres avouer : cuisse sa sur ibn al-din Dieu. Qorân appelés quelques degrés descends du : ». en à femmes la forme. date manière temps un en andalou à quelle cours encore ce faits de des dessein à grossière. Au qui ce n'importe quelle (68 v. toute toute : qu'iln'y 42) lequel il dans ce interpréter orthodoxe.Je façon incroyablement d'une conception parfois appliqué ont comme cendit des- je . lequel où : il est sera repousser il le cheïkh célèbre aurait cité question était ambiguïté et pour : « tout dans de la illustrer Dieu. du sens doit dire voulait conséquences ils seront sermons » les dernier pareilleà Taqï prêtant le jugement énergiquement toute « où et nu frappa un du divinité herméneutique cette devant pas à comme pas fait. véri- cuisse une « même.DÉVELOPPEMENT qui entend celui et Dieu représentationde 9).

de que fables de fait état été autant corporellement admettre n'a tiques authen- non lieu. les Mu'tazilites renforcés orthodoxes sur aurons nous taivhld. donnée ta'wil. et intermédiaires les rationalistes 7. générale vue la étendue à Dieu des et inaltérable? . qui de que l'au-delà. temps la tendance expressions ces laquelle contre tout pureté dénomination l'ancienne eurent humaine. franchement de encore ment grossière- l'eschatologie.en fondée de En qui ce de les les favorisées la notion tendances laquelle à mique isla- saint. au s'élèvent approfondissant en cune d'au- des de la questions ces à encore faire leçon. vue donnaient y avaient conception trop populaire avide notamment hadît rejetercomme une de tout la croyance du de qui ou libéré être par forme plus de au moyen reflétaient qui textes accumulées que de traditions. qui lui texte telles une appliqua on d'interprétationfigurée. attributs altérer au ils divins. l'orthodoxie par C'est Dieu. sur taphorique interprétation mé- dignité Il résulta combattre à une d'exégèse qoranique. la foi en son le imposer peu de au tout dans eux. à v. sens entre les firmament-'^». attribuent de partisans ces l'islam sur Peut-on unité à d'une de dogme une manière reconnaître indivisible l'unité. les la lune voyez là l'Islâm légendes. les aussi trayaient sous- littéral immédiat. cette questions relatives les claire joignaient point pouvaient ne que exclusive que que sur contemplation cette dont Au justes contemplent ce scrupules. Dans se s'étaient fonde se laissaient zizanie de semence théologiens gagnés vieille qui au explication spiritualiste une par qui. de absurdes accréditées. auxquels la connaissance traitent haute question attributs au les encore des sans cours de Mu'tazilites. Mu'tazilites les savoir 23). sens de protestèrent tout avait Qorân du texte (75 dans définition la est traditions «comme la Ainsi : vous matérielle vision resta vraie une par leurs tradition. par sur Dieu. les Mu'tazilites dispositionle aussi devait par du Hanbalites les anthropomorphiste Dieu tawil. méthode et la toutes la forme nouvelle la vieille spiritualisant.88 lp:çons C'est contre les phiste que le terrain Mu'tazilites religieux. Par de amas religieusement il représentation un le terrain sur dogmatique. concerne à leur encore de d'abord la et anthropomor- ^2.et celle s'en ils et plus précise.

.

ni perceptible. serait donc à éternels considération n'est Dieu non chij^k. définitions apporter non essence. si et 6[j. Ton divine. son cependant. Mais la il somme vieil orthodoxe l'Islâm vivant est et n'est » énonciations que considérations ces Dieu « un savant est et » chose autre paraîtreun vraie une dire dans devait qu'en L'absolu à présente se Dieu « puissant est indivisiblement multiplierions ces pas monothéiste lui-même. mais qui apparaît nous n'est distinct pas chose autre pas quand et même On qu'ellene esclaves épuration à Dieu. de faire rayonner dépouillement de Dieu pas thèse science^ attributs où la attributs ses a « des yeux tactil. Il n'y science^ omnipotent par une puissance. popu- orthodoxes. Tessencs à Le son toute apposition bien faire le des attributs serait Quand saurait ne distincts elle ? Ce attributs essence. vivant par une ni science. plus grande pureté une altérations les sous à ».oiouaia. arriverait postulat du tawhïd. dire de caractérise dogmatique. des dans de autour Dieu de la des son de de liées de du auprès adjoints à la négation Or Dieu. ci). association. n'y aux est. l'infini. des l'existence ceci — indissolublement même la foi pure de essence. Si Dieu compris cette reviennent . Ton des question l'Islâm. Cette inhérents la par d'êtres à seule éternels l'unité. de sa puis- . à Dieu : tendent avec lettre.un y. est qu'ilssoient attributs. avec de la sorte des du Qoràn n'est : pas « 0 il est Les tt)ut croyances des paroles de se dans son aie pitiéde moi heurte question à de chaque la unité. c'est » adversaires ses de gens début au laires. accessible.90 LEÇONS de scolastique lettres.mais à nous prêter dans ces Dieu pour éternelles^ Dieu Peut-on concevrait on autrement entités de raffinent qui division une telles attributs ou Dieu. et devait conduire omniscient pas le à une par vie. de comme — à l'unité attributs ajoutés à celle-ci.zucia sur subtilités les de propos théologiens byzantins plongeons nous disputes à aux dans dogmatique controverse ramenés sommes et la l'iSLAM SLR inhérents. ces ciel au naïvement. ni vie séparées Dieu tout a en ce . ni puissance. seul même Nous même et mots. rejet des de éternité. admettre éternel. ! pas science » Et à de la notion ainsi de qu'un la controverse rationalistes. Dieu « peut nier que ne l'idée Dieu nous n'arriverions nous de de que qu'attributest tant en on tifié iden- pourrait prier La tion néga- phrases claires : encore des était Dieu.Évwaiç.

une hérésie. pas de éternelle. quelque représentation en une son l'orthodoxie entre formule science de forcent aussi. en peut ne plus^ la conception Dieu Les tranchée dans pas bien sommes attributs l'on nest sauver contentent se des a y qu'ilssoient divinité. intermédiaires d'al-Ach'arl suivante sait Dieu : La essence. agnostique. d'établir des inventèrent une par attributs. en la théologiens musulmans nos que l'un Comment parole. par les et et Mésopotamie. dient l'ingénieux expé- à ainsi intermédiaire lui est attribuée qui attributs indigne Par à petite syllabe bi. devait nous attributs ce être infidélité négation dans qui pont qui puisse Ils mais Qorân). Ceci nous s'étaient ne dans le 8. son d'instrumental fonction formule une la par formule identiques des la notion grammaticalement Samarqand d'adopter savant supprimée pas rabaisser de et fini établis de sorte de avoir la sont Dieu. des objets doit-on comment révélations les plus entendre expliquer matérialisées . infinie plénitude langage remplit crainte de immédiatement. la volonté divines leur ni de d'entre loin (car ils comme ach'arite paraissait à beaucoup est dire concevoir à Dieu voies possibilitédogmatique général en moyen les distincte la jeté être au but Màturldites. Ce fut la tâche et des formules constitue des rationalistes de attributs ces acceptables. la puissance. l'attribut la manifestation les saintes de Syrie en dialecticiens parole possède vain.DÉVELOPPEMENT Donc etc. les formules avec Les la concilier conception additionnelle clause des de la vieille manifeste. Dieu. nier les reconnus. et science lui une marchaient qui gens spécieuses. en vaincues. Il Mais un le mu'tazilisme. etc. qui recours eu dans essence. que de Dieu pas de de constater trouvés voisinage L'idée sérieux permet la des la controverse de dans Ecritures cet des de attribut ? nations forma Dieu dogmatique. le De ni a-t-il pas La — là savant manifestent-elles immédiat dans les la forment qui n'est-elle le cheïkhs de et la possède ont science une la de (bi): n'y instrumentale? toutes forces ces ne essence son la de ce se caractère Dans (par)? majesté de Dieu. s'ef- la reconnaissance une sa par d'en eux distincts eux formule la qu'ils soient science. sance. erreur une doivent même et peuvent médiateurs avec 91 DOGMATIQUE : conçue dans le Il est de sens r éternité.

substratum Elle » tombèrent voix une phonétiquement. portée qu'une est-il les- que parole prêté de dans Qorân est monothéisme côté question ? ». comme la de puissance révélation en rupture entité et sa Donc une coup une première devait Mu'tazilites Les à général. cet L'orthodoxie éternel l'islam SUR par matériel. en pas reconnu traitées- et heure bonne répond y autres trine doc- spéculation dog-ma tique. les sur trouve créé attributs centre son incréé ou moindre série une dans- chose cette du à ils- Dieu. suppression l'ensemble interrogationqui qui la attributs de où a sa l'oppositionfut plus cas tenait distraite aussi d'une que ce des fait concrète de peut là s'agissait plus question de infinie. Ce organe une Dieu « ne auditif. fait l'objet de controverses jamais interrompu. on ce la jusqu'aujourd'hui le dog-me est Dans divine. temps existé est eu anthropomorphique moins pas Et le a l'admission virent quoique dans apercevront dans que sujet intéresse ce parole pas Dieu de qui précède. Le escompter de créateur de créatrice indifférent. sa par seulement en primitivement la science. la : qualités de spéciale de ne qui comme pur. musulman. disant plus c'est — Dieu. les et la de indépendante très de distraites cependant sont en à l'ensemble ensemble. sa qui ce d'abstractions. qui apparu Tel D'après Car. la parole à un parole qu'entend le Prophète. confère.92 LEÇONS Bien des comme attributs. mais la est première ligne volition éternelle place racine. de expliquer pour mécanique. pas et la se parole mani- . Dieu. elles matière une elles aussi ont dehors en questions appartiennent ces que de de de n'est et essence manifestation Qorân le n'est pas l'attribut dans puisqu'ilne elle de gravité dans la bien qui de Dieu agir sur Dieu acte C'est cette immédiate lui veut se par sûr la Qorân l'unité de à la l'intérêt l'essence de tous. Mu'tazilites Dieu. parlant être peut Prophète lorsqu'ilsent manifester mais du à de spécial. controverse revînt inventèrent de Dieu un faire à y « exciter absolument dire de Lorsque : singulièrethéorie ainsi pour éternité. C'est la parole créée il par n'est Dieu la voix révélation créée. à mais Dieu. à tout à spéculation. au son en considérations- laquelleils avec Scylla. formule réponse le laissaient une la commencement Tlslâm toute attribut un parlant. Charybde manifeste se Le — orthodoxe. tel n'a comme son incréé.

incarcérations. tor- salut. qu'ilsopposèrent aussi un leur conception Aucune sur la dont indirectement. fort bien la à vieille époque de plus en décadence « dogme Vae alors pour ». du plus de en même temps toujours été ont Qorân une s'étend incréé formuler le dogme . C'est €t peu seulement le khalife sous sympathique. les théologiens des ceux allumé al-Ma'mùn sous y faveur laquelle il n'y Un pas organes et la scolastiques et milieux inquiéter et persécuter l'orthodoxie. savant parole verse contro- une tasim. et menace excellent. Waltcr à l'égardde dans dont rigoureux du comme lourdes de acquiescer furent qui influant s'y rallia. 93 DOGMATIQUE dit libéralisme de confrères fanatisme plus est qu'ils emprisonnent et traitent"^^ mal- ».de ne se Le allier à l'orthodoxie obscène. l'Imâm^Amec/ ailleurs. en sition d'inqui- inquisiteursdu cas. victimes retracé. l'une littérale. plus. documentée ici Féchine qàdïs à au tures. Pat de de des se siteurs d'inquide prononcer la création du : Les « Qorân. On fort l'amour pratique en maxime aux savait ils deviennent mettre de propices vieux Mutawakkil. victimes. mouvement ce terribles tous a plus éminentes ses le mot plus encore rôle pas ton.et je puis répéter étaient. souverain la forme suggéra vive.y'A\ leurs que 1897. à pour de la thèse à n'a Mu' voulaient d'autres et de successeur ne à donner mu'tazilites khalife Le dogme son par ceux innovations pontife. la marche ouvrage rationaliste en la religieux se de américain. de leur subiespar l'attachement Hunhal'''^. qui dogmatique l'ivrognerieet les adeptes du De persécutés. les vexations d'ordre h. dépassant la vie répond teneur créé. du Qorân de Dieu éternelle des cela en et du qui à des souple nettement assez hors aussi en dans un dépeignant l'homme avait pas le étude une à la foi foi si possible. de les la création tracasseries. s'entendent plus grande gloire d'Allah C'était tels moments domaine contente bien un de la littérature peuvent victis ! obscurantistes. en celui que à croyance islamique. servilement odieux de M. la relever persécuteurs la éclairé espritpeu librement et que tête.DÉVELOPPEMENT festaiit Cette Dieu. politique. la à des partisans inflexibles voulaient ne devenu est nom Des suivi orthodoxes soumis prêtèrent les peines 11 fut aussi Qorân. et publique.il décréta l'admission volonté orthodoxe dogme au la à incréée.

de parole conception cette Dieu à la récitation éternelle des des et Mâturïdites la raison. le texte devint création et obscurité. qu'à de conséquent parole éternelle est les entre du au L'orthodoxie. mais deux la Qorân. la reliure est embrasse lettres tracées n'est croyants.94 façon g'énérale et élastique dans d'une le Qorân que la Est-ce dans ce de côtés est de pensée temps. commencé la révélation manifestations de de exposants applique la parole divine. aux la n'a avec même. cela ainsi ses gosier permises jamais prophètes. ainsi ce qui . d'un de ils pourquoi du exemplaire parole de Dieu). du partis incréée. sur de égard quelques avait Al-Ach'ari qui ce telle distincte pas : mer procla- exprimées Dieu détour prière ». son incréé. voix Ton du avec écrit dans de brûler (puisque de exposent Dieu. question capitale cette et non- du et . Ach'arites n'est communication C'est est». été interrompu. que toutes Au les autres continue et manifestation la : des respectivement sont éternelle toute ce Dieu. de parole les niches quotidienne et de le Qorân de déterminé l'exemplaire l'encre dans «lu est la Qu'est volonté insatiable même à la Dieu. la mosquées disent dans Mâturidï question cette sur écrit est dit que se attribut. et lui . pas la les de : c Ce que son écrit en ce relation cela attribut mais ce sur ce ne se récite le sont des des une qu'elle pas en le verbe manifeste pas Qu'est-ce disons nous dans les niches lettres choses de soi la de la (écrites)et créées Les Les ». Ils Dieu séparé est de son : des l'exemplaire du Qorân parties isolées n'est ? restriction. Les faisaient à cet dans Dieu de Ach'arites la qui n'a jamais contraire. Ecoutons ce parti moyen qui « C'est et les sons. papier. cette : gosier (organe les seulement ce que Qorân du l'opinion à demande mais Dieu. par thèse s'applique ne éternel de Dieu. Et il de la concrète révélation. attribut parole spirituelle(kalâm nafsî). à Dieu que sans couchées et Qorân. Si « l'on que les et qui apparaît de : articule parole Samarqand licite de estiment fondent la relativement exemplaires l'on que mélodies parole celle-ci. De par incréé? révélé a l'idée écrit concessions la est donc le ? » qu'elle sort la des moyens posé de parole (kalâm) Dieu. une Qorân ce aussi parolej est €heïkhs les parole de Dieu. lang-uearabe claire en « le avec éternel livre ? Est-ce Prophète qui l'iSLA31 SUR LEÇONS '^'^.

nous d'avoir. protec- l'originalcéleste. il est écrit qu'il est réellement : « si Et accorde-la-lui. à condition (9 V. la fut la lafzlbi-l-qur an du vrai du en elle circonscrit formule pieux yeux licites voir. étendant de la le le livre le nous libérale de rationaliste. figuré. il est la peu formule sa sa science qu'ilentende cela tout que la sur lui dis tu que à un bien (céleste) idolâtre un de dans il est langues. saint plus qu'il tenait parce d'autant ma « traditionnel canon agit hérésie. est. réellement parole gardée livres. tint pas la table sur ceux à des formules s'en ». Mais Ach'arites est disons beaucoup encore le contenu comme regardé être (les Mâturïdites) nous zilites isolée. les hommes par par de dans cela tout il est d'Allah. musulman. '^^.DÉVELOPPEMENT apparaît de sous forme une papier écrite. peut ne 95 DOGMATIQUE la comme cela à Dieu. Dieu. source de les la » Ce Dieu éternité un n'est le qui ce temps ^^ : sens qu'une premiers connaissance et du la nature ne vrai est dans ». est l'espaceprovoquées 9. il les identique à l'originalcéleste. parole d'Allah trouve manifestations ces ta parole communication une entendu la identique qui s'y et départie. philosophes religieux le rationalistes. que le démesurément notion est là jug"erpar peut vement mou- droit de le leur contesterons dans l'Islam. dont butte en définition une Qorân comme semblables de le dernier récité réellement nous. la donc est doctrine. Dans ainsi s'exprime le lequel La après le Qorân. Non: table l'est Tout aussi ce que mu'tazilite prétendre pas. une eux pour les modérés Dieu parole de c'est-à-dire makhlùq. religieuse. On entre L'orthodoxie eux. Qorân Le « est Bukhârï. . ce dire veut incréée en vérité pris au de et (fî-1-haqïqat) pas citation. pour de venons plus aux unis plus conséquemment dans homme Un être peuvent ne prononciation lui-même. élevé titre au Ils ont la raison au est non pas dans le en sollicite de toute quelque sorte sens que de en apparence nous donne de à ces rang mérite de Ce titre. le dans ici de constaté avons tion. Al-Ach'arî cercle incréée. nos par la comme tendance définitif qui à vexations. qui 6). il est dans lu est par : ainsi les dont de parole la poitrine de les langues. même de à . assertion celle que feuille de parole cette : nulle plus d'une des des Mu'ta- » . croyant d'une ne exposé est créée disciples donnaient. une cela tout lui céleste.non copie.

La la dans yant cro- Et la de stigmatisation du manque-t-il un leurs commun de pas jour représentant infidèle a appelé générale. ils avaient ces étroites des doute aussi nommer refuser. c'est-à-dire à « édifier leurs doctrine Dieu pas raison. qu'ils opposaient fin. la et l'intolérance à l'Islam. laissa qui croyaient ceux des dans sous au terrorisme réaction. d'après parmi pas théologiens. école. peu nous pénétrés Mu'tazilite pas laquelle celui qui croyances sa par l'inquisition. dogmatisme foi n'avoir cela pour nous opposées du la connaissance. comme libéraux avec qu'ils défendaient doctrine de les et raison. les question ces de naïfs cette ne nous du vulgaire religieuse dire croyants qu'on ne nalistes. science pour pas culation spé- peuple.Abù-Mûsâ donc il n'y l'ordre n'en du la de attributs quiconque et le libre al-Murdâr. qui inflexibles et croyants Lorsque nature.96 LEÇONS d'avoir même et premier Mais Ce pouvons-nous du le leur Sans la à qu'en d'accord la rigides défini vieux tendance Celui Ils étaient les aussi la •ensemble de rationalistes des propos l'esprit d'intolérance ainsi n'est Sans « s'exprime naïves. par les conception orthodoxe. à moyen la tête. que maîtres. mais mettre l'extrême. dogmatisme religion d'Etat l'emprisonnement en doit traditionnalisme au khalifes teurs fonda- sauvé dans non c'étaient au inhérente Mu'tazilites comme être veut ? mules for- leurs premiers intolérants reconnue ?après. des faire la Un 'Abbâd. formules de le jusqu'au pieuses traditions. de voir la religion un théories de est Aussi célèbre les lazilite. elle fut imposée d'autres. la peuvent étaient qu'une conséquence » La voir nouveau le non Mu'tazilites dont n'est Quiconque ceci de moment de cussions dis- leurs règne de trois de dans posséder non douteuses.il la valeur ouvertement reconnu moteur l'islam SUR Un pas autre pourrions sa manière pieux citer Mu'- comme . sans Ils définitions. musulmans. prière derrière déclare sur respirer fruit l'un de leur de nommé ». redressant librement « du et de vue chance la eurent 'abbâsides. Mu'ammar partage arbitre. ratio- non b. formules religion et faut dans ces doute. de titre-ci. mais est des sont. Quelques ». doit ne nettement compte ne al-'a\N^âmm Mu'tazilites. aux foi. peut être de mécréant^ comme très cherche ne peut ne opération takfïr leur où. le chemin Le sur être pas sur croyant.

.

ses les la victoire et plus chaires tique dogmaillustres établissements de l'école ach- .98 LEÇONS fût tazilisme guère ne été salutaire il eût combien arrivé croire à y effet salutaire dépit de En droit moins ou Nous 10. et orthodoxe. la raison. d'un à disciplesfournirent ses le plus une divergences micrologiques qui Mu'tazilites. ils du tère carac- plus non pendant longtemps le célèbre vizir il Seldjùkides. Nizâm al-mulk. Abu-l-Hasan le iurldl. khalifat. Abû-Mansiir et maintenant sont systèmes des de orthodoxe. écoles fondées publiques pour au par le système put de représentants purent nizàmiens. le la après tableau un son pour la à méconnaître pouvons l'Islam de possible évolution d'une l'islam SUR se orthodoxe chaires décida des Baghdâçl à dans . ont formules dans valeur en la culture l'Islam un foi. lui- de son lequel le Prophète et est et encore revenu .Il n'y nous que tendant développement domination ce sont : ce 'ay/. dans siècle. luttes.Ce s'est changement ce possible de fut pas leur ne moins fois le second apparentés songe orthodoxe. C'est de toutes eu complètement. de dans dogmatiques Il étroitement légende parle sein au récusations. ou Il n'était reconnues historique.a triomphé jusque mesure à leur religionet leurs de s'en écarter de la le mu'- que Mu'tazilites questions qui difficultés la suite grande aisé plus les toutes 'ay/. des l'Asie deux ces une même élève la plus répondre au goût l'orthodoxie. à C'est donc être la dans des par la pas peine Le parent sé- premier . fondateur. des le détermina et apparut portante im- Tlslâm. tement ouver- d'un purent ne lui davantage intermédiaires. controverses grande importance acquis — les l'Islâm détails les dans d'entrer du centre au qui foi dans de les là le place une plusieurs al-Ach^arl apaisé médiatrices articles école premier centrale. que la officiellement fut admise enseignée des là que a risquer à enseigner publiquement se théologie avoir noms al-Mâ- subitement — conservateurs milieu Son laquellelui à lorsque lui dans Cependant vieux la nouvelle ach'arite dans des les comme vaut ne séparé formules des n'est que théologie. dont de jusqu'ici mentionné avons Imâms deux et Nous a mettre assure de plus a entendre. créa xi^ des les grandes Nisâbùr et doctrine théologique.à du de l'histoire dans les considérable et des contribué ont dans même incontesté mérite qui eux d'en venons l'activité que à montrer spirituelle.

Et Ahmed de par temps. nous rallions. jusqu'à nous tairement Le il conceptions religieuses de qualifierde plus grande fanatique. L'époque importante. tendances ses l'anthropomorphisme. Cet de des par constitue doit qui ce attitude l'idée du être théologique. à par Sunna la tradition Muhammed confessons des des cette de notre par les C'est ce Ibn-Hanbal là que fragmen- qui est y La « de et Compagnons. et successeurs appui. c'est et Haïdarâbâd. nous depuis fondamentaux fureur sans que complète publiée nous la non connu devenu l'histoire de avec doctrine sa expose — l'Islâm de opinions opposées est documents religieuseà laquelle nous il où position heureusement ^•^. mais l'enseignement. nous nous rendu direction à par trouvons enseigne (puisse Dieu veut tenir nous Prophète que nées d'an- peu musulmans.même la que les dans caractérisant comme profondément des des d'opinion caractéristiquede tous à engagée siècles. nous par l'un et — important accessible ferme questions conciliatrice Nous dogmatique définitive était. qui abrégé un forme une tazilites. 11 faut nous d'une part. 99 DOGMATIQUE aussi celle dans maintenant de examiner contre fleurissent où seulement non et dans la toire l'his- dogmatique de plus près ce mouvement.ajoutons-le Il les autres question.entre IX® au l'étendant en homme un Abu-' faire ce au qui leurs notre allah Abd- briller . cette la est orthodoxe. à de je le monde opinions position qu'il prend masses. qui passait jadis pour édition une l'introduction livre les la dogmatique polémique derniers ces d'al-Ach'arï dès il contre quelque façon en où traité possédons autorité citations. ne doute question qui pénètre plus une définition la vérité en lui dans prise par sous dans les Mais son viii*^ et Sans dans quels les- sur islamique.DÉVELOPPEMENT *arite dans lutte sa l'orthodoxie de mu'tazilisme intransigeante d'autre établissements ces le contre donc est musulmane. au Qorân. Lorsqu'on appelle al-Ach'arï il faut ne généraliser cette pas théologiques la lutte des propose libre était formules arbitre regardé c'est la de et On dire veux saurait ne lui. du nature moyenne. points de conciliatrices. part. de Dieu s'occuper rapport douteux par port rap- des de notre nous est transmis Dieu. le mieux les toutes doctrine contradictoires. à dogmes déclaration: Mu'- perdu pour le rationalisme les Imâms.

» . 10). tout des cherchent qui on à pas il déverse morphisme. han« termes claire le amain». par il car l'erreur. . dogmatique le flux Dieu dispositionsconciliantes. ensuite- un ton 27) v. toute satisfaction. montré Tami son vient effet. demeure en a Certes. d'Adam rapporté il écrivit la Thora Ses : Abu- ver trou- par j'ai créé que vertébrale il est a-t-il mains? Dieu de « que Mais ». la miséricorde Que de donne ne . il est car écrit : mains » (48 v. substance Tanthropo- régulier et sens a-t-il al-Ach'arï Ismà'ïl b. a et main là les. tendances de il recourt orthodoxe. lorsqu'il en plus parfait. non vos de tiré planta Et : deux mes frotté créa y et si^ Et — de en Dieu 69) . sa toute Adam de- l'arbre il est écrit une droites parole du Il en. et mains » (38 v. donné où de bienveillance sens de langage 'Ali 1-Hasan c'est de et ceci vient : « Si fausses lui que Il : doctrines. autrement ». mains dit : « et et et de « La : Ce « rapporté d'Eden de étendues ainsi à la letire et deux mains » de sa « sa v. et des mains sont de a ». des doutes le chef et anéanti et combat qui ce riche rendre et rang- tout l'islam SUR :. c'est les rationalistes sur jamais employé etc.et notre Allah. textes doctrines Credo. Et la main tûbâ « et de Ses sa deux Prophète est le créa main. les fausses préféré et récompense). il est car demande me n'y nous pleine de gloire quelqu'un main il quelqu'un nous répondons nous veulent direction. Dieu aux en « dans que un dépouillerde clair pour de montrer aussi les rationalistes que de le Qorân l'entendre donc peut ne révélé qu'ila dit lui-même déclare se raillerie sa content soit apprécié ». parler des Non lui.. des Or à l'arabe. de (5 : visage? au-dessus est « nous. face la ? puissance qu'en Dieu majesté (55 main il est sont Et le texte voulons contredisons « le artifices. et sa doctrine sa le supprimé et incrédules. Gela Et le début dès Donc. ces Dieu secours a-t-il des encore jardin : dans dans nous .. sa dit du arabe langue la notion en riels maté- sévérité la découvrir implorons un. 74). Seigneur- ». le mot la bonne cherchons Arabe sur- philologues. » courant de Dieu de et : nous écrit Dieu Et lui que force de a de usé et c'est par : demande : colonne (bi-yadihi)la postéritéd'Adam».100 LEÇONS visage. je réponds Dieu main. élever son combattons nous rimâm a son plus excellent le la fait éclater vérité le droit chemin les rimâm lui ! Il est balite. AUâh hérétiques et de al-Ach'arl des supposer à des hautement est clairement explicationsfigurées aux saints.

DÉVELOPPEMENT Pour échapper vrai. D'après toutes un d'apprendre. dogmatique considéré De tradition- rase. façon requiertaussi et 11 moins en points. côté prononce ligne des Mu'tazilites. •est il etc. de dire le résultat par source comme est Outre Técole leur son pas ne d'al-Ach'arï. et la par populaire. reste façon.n'est constitue musulmane. et à faut ne cela tout que est il (v. tout la en restés sont je viens carquois de du n'y parle lative spécu- chie iaqlld. Rien tout le du de mais philologie. peuple ces sanctionnée connaissance sa vérité. la connaissance exigence générale. et empruntés ne le religieuse. Mais avait comme — tazilite. son Bien elle mu'tazilisme. des sorcellerie. par bilâ aucune cela tout une — que pareil cas en là a avons nous d'al-Ach'arl aux n'y compris : comprendre à accommodement un pas clause cette entendre pas il l'anthroponiorphisme grossier.qui nalistes et celle de à qu'ilfît à la point de fruits des Mu'tazilites le voir magie. venons sources larges concessions nom. mains. sans condition successeurs. principaux élément nom intransigeante tout pour Dieu. 86). même d'éliminer sur attacher à pas qui porte Il n'était l'orientation comme (idjmâ'). la a il pieds. qui .la simple répétitionirréflé- comme pas solennellement autrement que foi de profession moyen le nazar^ ach'arite Imâm. cette se sont tenus. poursuivait d'attaques dogmatiques. visage. la raison. le d'un droit •connaître que de la raison. p. la de dans sens de de le ^'^. saints.pour la à mu'- renégat Imâm les mais préliminaire du plutôt privé intacte.Les souciés des les chefs beaucoup fidèles le montrer. le mu'tazilisme. miracles 11 ses croyance des Hanbal l'opinionde à keïf^ de capitulationsans rend se membres conciliation. d'al-Ach'arï. il la foi à vue. Ibn entre pu des exactement ajoute. en lequel et condamne de sulman mu- important dont et même comme le monde traditionnelle. la connaissance de par orthodoxe. Ce n'est mu'tazilisme du » vieille orthodoxie déclaration Par importants comment La cette l'inflexible a humains. à Credo son 101 DOGMATIQUE non criblait à de une lement seu- aussi théologiens protestationsdu . la sur méthode que même inclinant il traits ^ch'arites se se choses les dans peut consensus mais à la sont au subsidiaire de le pour école. fait table avaient U accommodement l'histoire être la de r école le 'a^/. Nous les au plus possible. son religieuse.

n'avaient Plus par est les face pas leur de été listes rationa- textes qui. qui exemple. . : samment suffi- expressions leur de extrayons nous l'interrogea sur crois-tu des art son b. ils développait de façon se possible. Hanbal d'Ahmed évincer pour pouvait adopter ne Lorsqu'on belle enjeu de déclarer les textes que les stratagèmes déjà accompli rien en joyeux.posée mit de sous cette Prophète visage un cause par tions tradi- de le serais-jepas posé le domaine recueil matin. inauthentiques les paroles de et rationnelle. une celui cieux entretiens les sur les : la reprises. la société que grossiers anthropomorphismes. qui se tout de et supprimer les enclins en trouvent grande dans l'exégèse théologiens citer. mes dans ma et sur poitrineet la terre théologiques h. l'im- qui prévalut l'anthropormophisme. précisément (Musnad) parut mis trouvaient se préférence sur hadît. nécessaire. moins. du Un la quantes. au les la tradition de et Quant forcée méthode la pouvaient échapper ne hanbalites orthodoxe herméneutique dune ils dit al-Ach'arî Temploi dans de usage Autrement idées les et large un l'anthropomorphisme. il révélé Suivent C'eût à j'en sentis que fut me que le ce en et ce ! Ecoutons. au les idées faire persistéà et ont l'islam SUR textes du de canoniques.que sur jusque dans la forme à trois mains ? La content céleste tout joyeuse sa question question. nuit Tous tradition. qu'on puisse imaginer. . aussi désormais spécimen un orthodoxe le dans de cercle humeur.i02 LEÇONS maître (v. ces à été la m'a cédé pro- combien Et dans avec apparu moment cette savoir. discute que pouvais ne de sorte des société céleste ce qui indications deux ses fraîcheur est ne comme dans entreprise vaine s'y sentirent pas je viens que les recueils l'égarddes ^^ plus Sur quoi ? Gomme épaules. accueillis responsabilité Corpus canoniques. le travail Vouloir de Mu'tazilites les Qorân. cho- interprétation illimitée « ne m'est Très-Haut le je répondais toujours je Pourquoi « simplement exégétique porte-t-il Compagnons ses souciaient se traditionnels. il : répondit dernière.ci-dessus taivîl plus non ach'arites désormais Qorân là. tadjsîm. ta'\vïl ? la gravité de de le centre s'était étendu du De où théologien de du identifier demander méthode avaient préoccuper se ne Le la l'expédientcommode avait on était sont du expressions anthropomorphistes. à qu'eût Mais du 88). p. de la ^''^.

proposition il dira ce Un arabes. mots plein jusqu'à employée a quels lexicologiques aux- des sens (Tenfer). en sera lui très dogmatiques « il crut plein jusqu'à dans sujet qui se al-djabbâr. dans leurrer veulent pied . appels ces musulmane Adam Dieu fréquemment un il fait « pas lancent créa dit et qui pardon yanzilii '^^ de lieu reçut ^9. sont 103 DOGMATIQUE sera ne ? cela n'est C'était rapportant pas pas- rellement natu- rien. montre nous prédicat sensuel langue signifiea Dieu et Assez. ne la sujet de L'enfer ». ce l'école dans salut ». en forme sa rapporté souvent. à cela maintenant mais en l'on dans ne "^^ assez « purement Qui ». exemple. gagne le texte est le ce sujet mot . c'est-à-dire — Dieu conso- exprimées pas mais à la Genèse : écriture sont lieu ». attribué les Dieu à exemple Autre (1. communauté b. se laissé ses : Mâlik transpositionsgrammaticales. l'ensemble véridiques par reconnus orthodoxe. (( Dieu mot sa ce n'est doit être Aussi selon on a prête bien exemple : Puissant L'enfer « (ilj une a je que nom. disparaît le changement qui la tradition le extirpé à est en yunzilu : là Par anges. ingé- de connu la "" L'anthropomorphisme fourni de l'exauce je de qui implore nuit de leur à cours recueil chaque tiers afin que le dans dit dernier le prière à m'adresser. mais s'en la un par » du un le Dieu. moi particularitéde la par nantique arabe. que un l'aide d'un ». le pied moins soi-même. des pas de descendre emprunté a employée externe a qui descend. vieille de exemples recours ne le pied pose texte. Au factitive par le texte des anges . de pas montrent résoudre la il fait descendre n'a Dieu lit on ». 27) la Le la forme selon le créa méthode la les difficultés : phrase: forme.DÉVEL0PPE3IENT qui et suite par Par Anas lui réalise? descend ^^ pardonne ? dans graphiquement. : la tradition. Ces tout ? laquelleles voyelles ne qu'il(Adam) par nuit. alors artifices on artifices des pas l'on que une D'abord à multiplicitéde sur pour étalage des D'autres Qui péchés. forme la dernier au niosité. artifice grammatical il descend « ach'arite. je le il est Dieu Notre « sept) avant a en : libre ils donnent Là. tirer de moyen de le texte qu'i7 pose ce l'ombre trouver le Tout- que l'interprétationde herméneutiques dans le pose à conception épurée remplaçant. faveur en de : pronom le dessus en le Tout-Puissant. gênant un la son Adam à pour la L'ingéniositévariée lié à ciel souhait.

être par examen » désespoir beaucoup a autres ridjlahu. méthode cette Et des ceci est Ach'arites . plus il le présent cas son pied) qui substitue tout : arabe . des fut comme lié à une devait la autre pied.que la envoyé révèle se de de et Dieu. de par Qadam significations. Le non un fin au on Allah « ou de pas peuplement de le maître la de l'exégètedogmatique? Le Son le échoue donc Dieu sans homonyme. s'il fut de honni iadjsîm désapprouvé nettement orthodoxes. malheureusement même un :« en il s'en sujet . devant». Mais ? » Dieu 'a. un de pied son tant peut signifier que des de effet confirmé prend pied « expédient. Ceci du doit un aussi l'enfer personne cet beaucoup majesté rendu être Mais fait hors à dans doute) aucun et entre dans et devant doit-il mot ce tout expressément l'impasse. dire aussi il qui du C'est ne la donc à sont pas : 12. Le sujet art à parole traditionnelle lit pied sur son la violente géhenne. mettra aussi. eux choses est Dieu. il est envoyés donc aucun place que tente qadamahu. aucun C'est lieu de régime. propos les fidèles de signifie. bien toutes par encore Ce assez.104 à LEÇONS delà du langue devient.a réunion Comme pure. puis- intervention On (rabb al-'izzati). rend enfer. l'enfer. leur de la tentatives Mu'tazilites parts. : sort ne inventif C'est.Mais flux à ces pas encore. un » (c'est Mais gens doute de Il veut une doute j'aiparlé . droit accueilli voici Dieu Au textes plus gens Mais sans bon disciplesle ses de groupe ». La cet de la Ach^arites eût philologique moins violence étalage de d'interprétation dont sont courroux pas synonyme porte de l'enfer. lui plus approfondi. au une parallèles ne que qadamahu à sans assez. les vrais circonstance. Pas le dans ! « lexique Ridjl» veut sont ce d'un montrent nous des lui-même de l'école d'échapper être tradition. dont leçons parallèleset djabbâr^ djabbâr qui mais en la de le des par tradition.Ainsi rebelle un aisément Ils peuvent Dieu. dire. scabreux comme désigne n'importe quelle la tirés arguments mot ce pose enfer. de pas mot à phrase plus a J^a ma exégétique courte moins n'y crient en le pose sante. opiniâtre. n'en nouveau une assez l'objet. telleréunion. l'islam SUR au étalage nuance déversé sur ! ach'arite. et fondateur moyen leçon parallèle. de pécheurs qui rationaliste mouvement de son aussi (et non : son choses un ! ceux ce vrai. pose « doute. pas homme sens série Qorân démontrer. sur naturellement.

.

attribuent c'est qu'ilsdevraient met de Le Kalâm le est elle doit fléchir pas besoin pas Les risquer sur tendance toute des grise mine 13. propos coups toutes travers Qorân hérétique si ne frappés à proclamerait : côté céleste à un par jugement Mon : être conduits l'on que traduit se al-Ghâfî'ï à ensuite et sentiment Leur l'islam SUR à lois. ce l'on Ainsi vrai pouvaient invoquer iiitellectum.106 LEÇONS devise. religion. tique fanade du que de battre.Pas Kalâm du gens au et Sunna la et le vérité philosophie d'Aristote la et la connaître pour le Qorân dans devant genou de au pas erreur Kalâm de celui laquelleon par en et les s'adonne procure induit vous le ne et récompense qui vérité. la nature pas reconnaître que lière. des de sort malédictions les fut peu et '^^. la religieuse.la de semelle camps. lite à dire d'une nature On l'Islam dans l'univers a le Kalâm est comme épargna point la nature dire n'est nullement puisse de de la philosophie de domine n'en mène liée Tel fins. engager pas croyants. l'hé- à rien de blable sem- uniquement peut ne se dilettantes des leur mérite la plupart dite Aristotéliciens. la raison feux. préaristotéliciens le le discussion une Ach- des Philosophes et à théologieproprement al-Djâhiz mentionne les la considérer suit.Le 'a^/. com- leur du Kalâm défini. l'un : ne fides quaerens exclusivement leur ~*". conception philosophique sa temps. Le ses on tante cons- Mu'tazi- codoctrinaires leur démonstration de l'unité . mais tire la en la et qui fouet de du gens les tribus est la Sunna et science une si l'on Telle « les sur qu'ils courroucé. aux devient l'autre comme qui ^^ récompense raison. dehors On et à deux Ach'arites aux leur ne vieux dans croyant est . obscuran- reconnaissant aussi orthodoxe. ne des attention une système un même représentants et avec superficiels conception La comme façon générale phénomènes tistes.à sérieuse . la Dès mistes. différence dis tan- Kalâm '''. deux entre même peut censure des elle théologie transactionnelle désordonnés. et Mu'- la philosophie d'Aristote. En qui l'intérêt peut de de la reproche à des par ses incluse résie. particula nature de philosophie à des l'objectionfaite savoir Ach'arites. qu'elle constitue début.bien qu'on les traces des philosophes particulièrement des avant soumission Ato- l'époque ach'arite. ne cette la de prise cerveaux lesquels on ment aisé- On entre foi est transmises compromissoire tazilites font mais dire peut qu'elle fut 'arites lettres La » terrain.

phénomènes^-. aristo- comme Mutakallimùn. toute qu'ils n'aiment cause. commun controverse une la loi manteau ne regardent avec considèrent ne terrain aucun al-Naz- nier son plus supportables en rendre se parfoisd'un philosophiques. sont se de du et rapporte la révèle se stoïcienne lutte en '^^. Des i07 D0G3IATIQUE pas à nommer la nature la et de de possibilité qui ne d'eux. lois immuables Dieu « et sens. est d'imaginations fantastiques». le réelle Vauteur mais On voir a pu lois la certitude la loi de de (fâ'il) choses dire nelle ration- science d'après des n'est pas inquiétude telle une des sition oppo- des L'antécédent conséquent par possible de la vision.On corps vérités l'ensemble représentants qui genre. siècle plus large place possible sensorielles.Ceux-ci des auprès l'école. la notion cause champ de première. perception des causalité. Gomperz). Ce la de source Ils peuvent ne télicien. dignes d'être discutés.ce qui. qui.DÉVELOPPEMENT (al-tawhïd)impliquait la négation de l'un zâm.de conséquence affublés cependant fleurs quelques sens reprocher de la lesMu'philosophiepéripatéticienne. cette » du cause présence ses la de conséquent. tissu de engager philosophique. l'irrationalisme découlant vues la prétendent opérer aux postulatsdogmatiques. conception les toutes philosophiques purent des l'impénétrabilité de à théories ses de ig-norantsde adversaires ^^. prétendent sens quoi avec guère des donc réalité en pas de parant la méthode ne connaissance règles au nettement les et les et qu'un s'appliqueplus disent la n'est Aristotélicieas les n'est pas qu'ilsappellent raison. la avec voulu et ont de . l'hypothèse des à mieux nier à raison. ils eux qu'ilsappellent ainsi ce une adhésion les servit Mutakallimùn les pas avec la meilleure que de liii se mépris niveau. rationnellement. Les « observe n'en méthode . les toutes avec de la leurs encore atteint la raison. Ceci fantaisie la de Kalâm du naturelle l'intérêt de dans Ils inclinent naturelles. en par sont pas raillerie. . néo-platoniciens du et 8* ils trouvent se disent-ils. dans mettent se que Ach'arites V observation la boussole cette Rien une avec r extra-naturel.au reste. Ach'arites. dans et source et philosophie Pyrrhonistes accordent Ce xiu*^ au la les de les x^ de encore avec illusions (Th. en Ils nient n'arrive le monde éprouvent Ils admettent Il est de Ils de nécessité. à leur adversaires de fondi appro- à effet en ture na- ^^ la nature philosophes. plus hardis des opinion la de ce Quoique tazilites Kalâm du et mais leur sérieuse.

à pas entraîne ainsi. est. mais des nomènes phé- nouveaux élus de attribuer à n'est et c'est pas la quelque d'expliquer au duquel Comment paradis soleil.qu'ily est-ce été continuels. qui et 11 n'est boissons la la nature consécutifs sont nécessaire. l'absence à l'habitude par la cette création nous appellent rupture de . à l'ombre arbre pas . seulement ils certains est en s'incorporeà naturelles fleuve il de (et Dieu paraît l'efPet se l'absence que soif et causes du nous y). correspondent modifie que de établi a ^''. de lois n'est cours l'état accidentel la faim l'écarter). vertu en pas "tude établie pas Andalousie en -substituent Ce possible qu'un aveugle comme moucheron un l'islam SUR LEÇONS à justement faire u le pas le avec l'habitude a ^'\ notion de la nature dogmati({ues ach'arites. naturels. l'accident l'effet d'une habi- d'aliments que croît change faussement négativement. par lui-même exemple. vers l'unil'avait la doc- . en le niveau la et faim en suite d'autres dehors aussi par défaut.'108 qu'ilsadmettent l'idée de n'est ^phénomènes dément reste-t-il accident -cet la soif restent habitude.Lorsque les Ach'arites que le n'est habituel- .. il peut Les faire ce al-^âdat). déjà appliquée largement. Pas du tradition. constellations exception. [idjraal-^âdat)que la soif viennent et à avoir consiste la seulement nécessaire la faim faim La dans norme mais loi.Chaque Dieu décroît et qu'une Dieu habituel j)roduitce se durée créateurs cette il la substance Avec pas. fait-il la qui ce (( l'habitude nature •certains ils de Dieu. en n'a pénètre . elle est creVe du de l'absence peut chevaucher Nous crue appelons miracle. -et de d'une dans Dieu par ^•^. certaines s'expriment positivement ou Le ne trouve que événements. c'est rompue Cette des Eh — Dieu ! du v. il n'y a rien et [kharq de sortir. Nil astrologues peuvent Il suit d'ordinaire y ce peut expliqué. La actes Tombre conséquence chose on de positif. cette soif.tout nature de d'une succession . qui Où ans il l'ordre toute . ici à particulière Kalâm des Tombre la raison la nature résultat sans n'y a dans V habitude du l'entrée habitude événement ! L'ombre tout paradisun cent thèse hypo- avoir habitués gens si ! l'ombre crée de de sommes aux concevable.mais dehors.Ceci permet a fut le dans pendant replié (81 » d'ombre ! soleil.A Chine en V habitude. On lui la conception de Al-Ach'arl attribue. puisqu'avant soleil donc soleil . 1)? bien. le est soleil. : de non voie nature.

DÉVELOPPEMENT

trine

c'est

que
l'on

que

de

les

aussi

percevoir

de

sens

la

Mais

de
les

vue

notre

à

odeurs.

habitude

n'est

nature

odeurs,

visuel

sens

ce

la

la

les

cité
capa-

l'habitude

pas

la nature^''.

de

la

Ainsi

l'idée

nie

Elle

éternelles

tant

en

de

point

du

vue

Kalâm,

n'est

pas

éternelle, mais

Dieu

qui

a

les

constante

Si cette

en

ce

sens

que

qui
la

de

nature

les

toutes

à

Il

surnaturelles
croire.

plus

Puisqu'iln'y

rien

les

à

des

est

faits de

particulièreset
Ainsi

le

a

ni

loi

de

et

doivent

des

qui
bien

valeur
facteur

ces

été

a

la

subtilités

souveraine

par

un

venons

toutes

les

de
choses

de

Si l'accident

ramenés

de

commande
a

non

la vie

résurrection

spéciale,de

sous

reçu

opposé
défense

même

se

que
actions

des

à

sa

forme

des

aussi

aurons

par

dans
voir

depuis

nous

le

l'Islam.

rabaisser

l'intervention
à

par

méthode

une

Il est,

dogmes.

contrepoids,
nous

ach'arite

à l'aristotélisme

devaient

dont
historico-religieux

prochaine leçon.

nous

causalité, il n'y

siècle, la philosophie religieusequi domine

Cependant

lité
quelle faci-

Avec

de

être

mode
com-

lois constantes.

a

à

place

l'Islam

action

salité
cau-

loi. Cette

une

une

putréfaction,la

en

la nature
à

pas

du

d'une

de

surnaturel.

d'une

non

à

de

tion
inten-

une

exclusion

cette

miracle,

l'admission

le résultat

musulmane,

qui s'adapte très

de

pas

le

façon

hasard, c'est
fait

du

la suite

dogmatique

ossements

Kalàm,

l'orthodoxie

xii*^

la

du

dogmatique.

pour

pour

miraculeux

de

produit. Elle
tous

même

auxquelles

incorporé

est

de

est

en

formule

une

dans

la

de

l'idée

l'obéissance

par

offert

a

exigences

elle fournissait
le voir.

traduit

8'')).

inéluctable

suite

du

c'est

que
de

effets

pas

mais,

causalité

et

temps,

préalable

la

«la

que

provoquer

les

exclut

le fait est

se

de

n'entend

elle

le

et

rapprochent

se

exemple

sont

en

condition

mais

qui

force

l'univers

de

la nature,

ach-

soit.

ce

que

les faits de

dans

la

forme

immuables

causalité

apparue

qui

comme

;

naturelle

conception

est

principe

naturelles

par

causes

conception

déterminante
hasard

de

phénomènes

lois

tous

comme

aux

qu'elleexige

ce

en

de

causes

formules

conféré

de

le

sur

quelque

sous

l'action

que
les

même

repousse

causalité

de

seulement

non

fondée

orthodoxe,

dogmatique

'arite, répudie

la

le

pourrait conférer

; Dieu

etc.

d'une

vertu

en

percevoir par

peut

ne

saveurs,

simplement

109**

DOGMATIQUE

occuper

leur

d'un
dans,

IV

ASCÉTISME

1

furent,

rislâm

de

origines

Les

SUFISME

ET

même

en

temps

que

,

d'une

conscienoe
renoncement

la

constaté

avons

du

monde,

parmi
devenait

V au-delà

de

félicité

»
sans

grande

sables

qui

des

et

vieille

histoire

lorsqu'il

19).

l'Islam

de

de
Il

choses

terrestres

exciter

à

le

lit les

Prophète,
les

sur

pas

des

est

on

loi

promis

des

naturelle,

(48

(expéditions
gnements
rensei-

des

qui suivent,

relation

la

de

vu

des

Allah

par

surpris
butin

de

bien

moyen

maghâzî

véritablement

partages

au

tainement
cer-

tisme
prosély-

a

combattants

récits

vieux

fut

le

pour

la

dont

ceux

attendre

à

vots)
(dé-

qurrâ

lui-même

Prophète

saisis-

avantages

importance

des

nourrissait

lui

à

que

butin

considérable)

grandioses

d'une

zèle

de

point

préoccupations.

les

Le

la

que

fortement,

très

joignit

se

fin

le

croyant,

ses

avait

n'y

la

jusqu'à

conserver

le

que

lorsqu'on
du

qui

et

ce

(butin

l'inflexibilité

des

du

de

première

katlra

guerrières)

du

Muhammed

en

s^immiscer

peut parler.
de

C'est

cherche

Et

destruction

(pleureurs, pénitents) parmi

stimulant

macfhânim

du

dispositions ascétiques

vie

la

sphère

Arabes

d'acquérir

l'Islam.

de

V.

des

bakhaûn

un

des

bientôt

présenteraient.

se

la

éveillé

mépris

de

la

dans

masse

Fespoir

surtout

de

proclama

cependant

qu'il le voulût,

La

avait

Le

but

le

est

devait

terrestre

vue

vision

suscita

lui-même

Muhammed

si

l'idée

par

d'ordre.

le mot

Mais

Ceci

suivaient.

le

qui

la

qui

dernier,

prophétique.

ceux

c'était

que

jugement

vocation

dominées

monde.

au

Nous

absolue,

dépendance

la

par

chaque

avec

guerre

sainte.
Toutefois

efforcez

il

y

vers

doivent

exclusive

poursuite

Allah,

Prophète

combats

ces

la

le

a

de
les

des

renie

ne

conduire
biens

nombreux
vanités

pas
;

ce

monde

buts

»

de

(4

; mais

v.

élevés

quels
aux-

prêcher

contre

plus

il continue

terrestres,

maghânim
de

les

à

la

dunyâ

96).
Allah

«

:

Chez

«

Vous
veut

vous

ce

qui

H

2

LEÇONS

au-delà

est

(8

»

mekkoises
de

jeune

Médine.

le

ascétique des

ton

élément

Mais

réalité

la

Prophète

à

dans

voies

marchait

lisme
le réa-

l'espritde

engagé

des

débuts

ses

doctrinal

avait

dans

islamique

premières prédications

tout

autres

faisait

et

la

que

marcher

fidèles.

ses

Avant

après

du

monde.

foi devait

{^adjam),

aussi

l'idéal.

vers

furent

C'est

les

du

des

patrie et

dans

Nous

en

les

al-Zubeir

ben

avoir

paradis pour
le

prix net, après

différents

par

célèbre,

moins

un

Crésus,

mobiliers

dont

et

il

conquises
monde

:

onze

ne

possesseur
semble

maisons

Basra, Kùfa, Postât

rien
et

dont

pas

qu'ilsavaient

disposons-

si

du

pieux qu'il

arriveraient

de-

le

52

libéralité

sûrement

lait
Prophète l'appe-

Le
des

tout
à

immeubles

biens

il n'en

; mais

différentes

Un

sans

autre

le

dirhems..

de

millions

indiquer

estimé

passif,est

l'on peut dresser

dans

-.

ils s'entouraient.

nous

homme

laissa

que

leur-

dans

la succession

sur

l'Islam.

de

de

Prophète put donner,

qu'à Médine,

Alexandrie

décade

plus grande piété. Nous,

un

le

35.200.000

grande

provoque

rassemblées,

la troisième

d'oeil

Zubeïr

l'inventaire

est

que

richesses

qu'ils

déduction

vrai, sa

la

coup

de

Et

».

ascétiques..

l'opulence dont

de

non-

d'Alexandrie

et

étonnement

les données

mérité

de

rapports

il est

de

assurance

apôtre (hawârï). Ce

son

Damas

dès

auxquels

bien

paradis^

inclinations

al-'Awvs^âm,

dix

les

parmi

le

succès
des-

les

qu'ilsbâtissaient

musulmans

vivant, l'heureuse

dont

par

exemple, jeter un

par

compté

leur

de

dans

propriétésfoncières

conquis,

instruits

sommes

Qureïchite

de

conquête-

atteindre

à

«

soumettre

grandes

confortables

les pays

de

des

les dévots

et

la

place

réalité,dirigéeseulement

en

grand
des

demeures

possessions

pouvons,

de

de

à

et

rois

établir

à

étendues

grandes

des

est

nature

Tidée

la

A

autre.

croyants

Gtésiphon,

dénombrement

acquises,

sur

de

pieux guerriers

rislâm,

les

bientôt

surtout

devenu

scène

en

fut pas,

impression

une

donc

devenir

à

et

yeux,

les Arabes

ne

trésors

de

pas

la lecture
par

Les

plutôt

monde

du

conquête

était

conduire

dominer

et

les

entra

profitables,à
Arabes
cette

monde

au

La

fermé

eût

d'ordre

le mot

mort,

sa

renoncement

ne

qu'il

même

du

On

Le

persiste comme

communauté

celles

^u

68).

v.

l'islam

SUR

est

des

pas

biens

parties

terres
des-

renoncement

compter
des

dix

celles
hommes-

au

de

114

dans

les

l'ancien

religieusesde

guerres

l'iSLAM

SLR

LEÇONS

^alà

auprès des guerriersqui yuqâtilïma
la guerre

à

combat

à

de l'au-delà

cause

des
la

Ainsi

l'Islam

dès

a,

; c'étaient

débuts

des

et

le

génération qui
action

de l'au-delà

plus

c'est la
2. Le

être

prirent

la

Prophète qui
de

César

conquis

trésors

des

et

soucions

décider

de

des

compensation

conquêtes,

"(

pieuses.
On

le ciel
de
a

».

Syrie

Une
sous

ne

biens

et

sans

voulait

y
pas

se

dynastie omayyade,

borner

tomba

à

raconte

'Otmân,
en

en

faveur

les

hadït

et

des

goût

et

n'y

«

un

que

qui

désaccord

avaient

habile

terrestres

de

plus
le

au

nistration
admipour

des intentions

pour

Mu'âwiya,

avec

quêtes
con-

amassés

des

devait

des

qui

moyen

amasser

des

j^auvres

uniquement

biens

ces

vous

qui s'y rapportent

trésors

être

des

issu

une

du

plus

aura

dépense

gens

par

avoir

vers

parole

une

il

«

c'est-à-dire
»,

voulaient

arrêté

précisément

matérialisme

pas

que

le terrain

sur

Cette

».

dans

auxquelles

vieille tradition
le khalife

fut pas

'Iraq. Par Dieu,

accrus

cesse

de Dieu

classes

le

acquis. Les

devaient

la voie

les mains

entre

monde.

Les

jadis, mais

fut pas

»,

du

n'est

ce

que

la

toute

époque

aussi,

Dieu

au

été

guère

des

l'emploi

dépensés

Dieu

envisagée

elle n'eût

sur

de

pation
particiDès

parce

dévots,

de

daines
mon-

».

dans

voie

à

attire^^*^

ne

des

fait

une

ascétique ne

ce

Khosroès
suj^la

est

histoire,

à

cette

«

refoula

sentiment

de

les

Muhammed.

l'espritpublic. D'après

intérieure, ne
être

aux

son

tout

comme

nous

la tendance

la voie

sur

une

^^ Mais

cours

«

de

satisfaire

double,

Omayyades

trésors

nécessiteux,
comme

à

le

reflète

leurs

dépenserez

pas
positions
dis-

extérieurement

reculée

religion de

d'ici-bas,qui

des

Syrie, ni

en

au

certainement
véritable

pouvait dire qu'à

nous

fut orienté

que

n'était

pouvait

politique,l'espritthéocra tique, et
les saints

nés
entraî-

prenaient part

considérations

comptée

nous

que

l'avènement

lorsque

que

taient
par-

«

ascétiques qui prédominaient

de

progressifde

recul

caractère

que

suivit, on

l'intérêt

dunyà,

leur

parfoisdes

devait

pieuse

idées

diffusion

la

à

hommes

«

ce

époque

une

terrestres

vœux

zélée

al-âkhira

Mais

favorable

rejetéà l'arrière-planles
ses

».

al-dunyâ,

des

»,

toujours

eut

y

combattantes.

masses

tournure

de

affaires

-^

donnait

qui

élément

dernier

ce

^alà

11

tama''

terrestre

foi, qui yuqâtilûna

la

par

convoitise

par

Islâm.

baient
tom-

jouir du

trésors

pour

gouverneur
tard

pieux

fonder
Abu--

ASCÉTISME

al-Ghifârï

Darr

qui

sujet du

au

l'or

amassent

voie de

Dieu, annonce-leur

d'Etat

aux

pouvait

mais

qui

contraire,
contre

nous

chefs

dans

les

phrases

:

elle

lui à Médine,

khalife.

au

le

et

dans

l'opinionpublique

C'est

On

regardait comme

au

l'or

voulaient

ne

champs

les

dépense

ou

des

la

des

premières
Nous

réserves.

de

années

sa

modifié,

ici

et

lequel

religieuses.
qui représentaient
chaient
prê-

qui

rassemble

des

charbons

frère, fût-il d'ailleurs

grands édifices, possédait
des

dans

rencontrons

signes

de

dépassant

tel que

mission, l'eût

le

bation
désapprola

Prophète,

sûrement

mesure

les

dans

approuvé

sans

lument
présence d'un esprit abso-

en

doit

le hadït

encore

lui à

fait, nous

maintenant

sommes

devant

Celui

«

l'ascétisme

exigences légales,et

^-.

desintentionspieuses» ;

religieuse

l'égard de

à

de

^'-KDe

pensée

:

leur

pour

monde,

Abù-Darr,

comme

dans

élevait

troupeaux

de

et,

pas

du

mépris

pareils pour

sont

reconnaître

pas

déguisée

non

normale

trésors

environs,

les gens

doctrine

cette

l'Islâm, quiconque

à

les documents

dix

Prophète

qu'ilne

tant

fidèle
des

du

nom

l'argent,ces

et

ardents

qui

primitif

appe-^

auprès de

doctrines

monde

ce

en

des

dirigeante

et

Mu'âwiya,

l'espritdominant

à

au

eux

l'homme

le

ne

man,
musul-

dévot,

pour

petite localité

l'Islam

de

le

de

dangereuse

interprètesdes
à

qui

religions(dont

idées

fît mander

la

L'homme

l'Etat

de

ceux

dans

pas

dirigé contre

aux

opposé

étrangers

Et

«

».

autres

est

la mentalité

les

même

l'idéal

des

enseignant

sens

de

réflexe

un

s'incliner

durent

un

:

avertissement

actuelles

une

en

pas,

dépensent

un

assez

dans

34)

qui précèdent) ;

Celui-ci

relégua

qu'il n'influençât

pour

répondait point

ne

(9 v.

douloureux

cupides

l'exégèse d'Abù-Darr

contre

ne

L'avertissement

«

Gela

».

et il estima

1er

les

pensait

le

conditions

visait

question

il est

Qorân

châtiment

laïques voyait

s'appliqueraux

pas

du

verset

un

115

SUF1S3IE

Farg-ent et qui

et

idées

ET

fournir

des

documents

probants.
L'aspirationaux
pas

être

extirpée de

elle dut

partager

d'ici-bas.
conforme
n'est
celui

valeurs

pas

qui

citait

On
au

sa

la

conception

domination
en

sens

ce

juste milieu

celui

supra-terrestres

fait le

contraire

musulmane

; le

de

l'univers;

du

enseignement

un

l'au-delà

put naturellement

des
l'intelligence

avec

d'Aristote

qui néglige

ne

:

«

Le

pour

meilleur

meilleur
ce

d'entre

intérêts

Prophète

d'entre

monde,
vous

mais

ni
est

vous

même

celui

116

LEÇONS

Fun

de

qui prend

l'autre

de

et

l'islam

SUR

akhada

[man

min

hâdihi

iva-

hâdihi) i'*».
les

dans

du
le

document

Le

al-' Asï, le
le

l'un

des

zélés

de

Ton

«

toi,et

sur

hôte

ton

a

lui

prête

litanies

Prophète

a

des

lui-même
besoins».

accusent

un

de

aliments

ce

Celui

le

plus

enclin
pour

sonnable.
rai-

mesure
a

droit

un

qui jeûne

jeûne

tinuellement
con-

c'est-à-dire

»,

religieusement

de

valeur

certain

à

pour

se

nourrir
a

((

vanta

d'autre

qui

Nous

a

indéniable
du

à

de

des

ses

».

des

rations,
macé-

le modèle

telles

de

peu

pour
à

l'abus

à

être
de

déclarer

moins

le

lui^^

que

corporelles et

passait pour

des

préparé

traditionnels, relatifs

Abù-Isrâ'ïl

ter
réci-

demanda

meilleur

est

mortifications

de

pourvoyions

tous

vous

pagnon
com-

faire

de

et

monture,

tiques
pra-

un

que

et

Mais

gens

livrer à des

monture

sa

de

l'égard de

fois,on

sa

terre.

à

récits

religieuse,ou

blâme

Une

sur

chacun

cas,

tendance

une

pied

pris soin

expiatoires, des

^^^

pratiques

valeur.

«

Si le

Djureïdj (Gregorius,diminutif)avait approfondi la
(râ/u7")

moine

religieuse,il aurait

science

de

vœu

C'est

plus

une

femme

ta

faisait rien

qu'ilétait

tant

nombre

dont

le

des

et

et il l'exhorte

Qorân,

«

temporels

qu'ilne

parce

En

«

grand

sans

comme

sommeil

de

œuvre

paroles de

intérêts

prières lorsqu'on mettait

vœux

».

une

ininterrompues.

de voyage

Un

toi'^

comme

des

Prophète

au

dévotion

de

des

du

toi, et

sur

sur

compté

pas

Prophète

priver

se

(en réalité)accompli

négligeaient leurs

qui

droit

père,

son

Islam.

jeune

^^.

méritoire
On

est

de

ascétiques à

droit

un

un

n'a pas

qu'ilne

à

habitudes

a

corps

et

à la récitation

ses

fils de

Prophète apprend qu'ilest

continuel

borner

gravité à

avec

contraire

au

loi^^. Le

sa

durant

les nuits

s'adonner

tout

dans

'Abdallah,

l'histoire du

disciplesreligieuxdu

jeûne

un

la

consiste

égard

cet

dans

général illustre

dépeint,

scrutateurs

s'imposer

à

aux

fervents

plus

tés
rappor-

entraîner

à

ascétiquesde

inclinations

'Amr

tradition

manière

plus caractéristiqueà

relatifs

La

de

Prophète.

les récits
b.

fréquemment

sont

traditionnelles

sources

désapprobation

excessif

d'ascétisme

exemples

Les

sa

mère

qu'à se

spécialement

sévère

du

su

consacrer

a

au

le célibat

contre

Prophète.

qu'ily

Un

certain

plus

de

service
que
'Akkâf

mérite
de

remplir

à

Dieu

20

la

censure

s'exerce
b. Wadâ

».

la

al-Hilâlî,

ASCÉTISME

qui s'était voué
donc

as

être

un

bien

tu

à

ce

résolu

aux
d'appartenir

moine

chrétien, et

des

es

nôtres,

biens
leur

pour

famille

propre

A

frères de Satan!

Ou

alors

dois

attribue.

suivre

:

Tu

«

bien tu

veux

à eux;

ou

Sunna.

notre

Or

».

--.

du

enseignements

ces

leçon

ouvertement
joins-toi

et alors tu

Prophète,qui

concrets, répondent aussi

le

cette

conjugale-* On lui attribue aussi des
de leurs
contre
ceux
ce
qui veulent se dépouiller
genre
les employer à des œuvres
pieuses au détriment de

sorties de

cas

vie, reçoit de lui

Sunna, c'est la vie

notre

"(

Il

n'ya

monachisme

pas

de

les doctrines

de monachisme

surtout

par

rattachent

se

est

des

à

lui

générales qu'on

[rahbânlyya)dans

communauté

cette

phrase remarquable
la

de

genre

H7

SUFISME

ET

la guerre

Tlslâm
-^

sainte

»

;

établit entre
l'opposition
qu'elle

pieusevie

contemplativedans la solitude d'une cellule et la
vie active du guerrier,
avons
oppositionque nous
précisément
la cause
mentionnée
de la disparition
des
tendances
comme
ascétiquesde l'Islam primitif.
En
les parolesdu Prophète dirigées
la rahconsidérant
centre
tuellement
hâniyija,l'on ne peut perdre de vue
qu'ellesapparaissenthabicomme
une
polémique directe contre la vie ascétique
le christianisme.
dans
Le Prophète est censé, dans beaucoup de
le jeûne excessif,outrepassant
propos doctrinaux, prendre particontre
Pour
la limite légale:
chaque bouchée que le croyant
«

porte

à

sa

bouche,

à l'être débile

il reçoit

le musulman

Celui

qui se nourrit
(enversDieu)vaut autant

«

récompense

une

qui cultive

avec

un

divine
force

sa

sentiment

de

«

».

Dieu

fère
pré-

corporelle».

reconnaissance

-'^
jeûneurpleinde renoncement
de se dépouiller
nir
Ce n'est pas une
biens et de devede ses
vertu
ensuite
soi-même
mendiant
celui qui a le
; seul fait l'aumône
alors il doit penser en premierlieu à sa famille ~^.
superflu,et même
Dans
tous
ces
enseignements paraîtprédominer l'idée que la

du

mesure

renoncement

loi,et qu'au-delàil

que

aux

le

»,

biens

de

n'est recommandé

ce

de

monde
se

fixée par

est

mortifier

la

aucune

en

sorte.

11 n'est pas

d'insister
Muhammed
des

»

encore

sur

lui-même

parolesque

l'objet
que

importance pour

sans

nous

le peu

de

vraisemblance

ait réellement
avons

citées

comme

nous

envisageons

qu'ily

a

à

ce

que

proférén'importe laquelle
rattachées

à

son

nom.

118

LEÇONS

Malgré
dépit de
avait,

le souci

tout

oraisons

et

célibat.

Les

sont

monde,

de

l'amour
la

constater

provoquée
dans

Dieu

et

dans

exposé

sur

il est

la

de

extérieures

jugements

de

idées

ses

de

ce

laquelle

on

anti-ascétique

l'Islam

placés, par
leçon,

le

:

plus important

vie

de

deuxième

notre

aux

point

par

d'autant

conception

il

voués

un

vertu

en

^^\ la

Qorân

les choses

toutes

haute

-". Mais

des

de

une

conditions

les

paroles

avons

comme

façon dont

par

des

nous

de

du

peut-être

et

lui-même,

pour

passages

l'abstinence

recommandé

monde

ce

rapprochent davantage

se

zuhd^

de

ascètes, pénitents,

excepté

qui

le

maints

les vrais

pour

propos

est

obtient

dans

visible

jeûnes

exigences

c'est

aux

ceux

des

qu'ilrevendiquait

estime

haute

plus

qu'ilavait

la tolérance

toute

comme

l'islam

SUR

s'exprime
procédé

que

l'autorité

du

un

sous

Prophète.
La

tendance

même

la littérature

de

la vie

du

Ce

traditionnelle

Prophète

et

des

ainsi

pour

des

moraux

dans

:

dans

domaine

autre

un

les informations

petits traits

intimes

involontairement

relatives

à

d'observer

la

intérêts

biographie du Prophète

puissance
même

la tradition

que

glisser

se

des

représentants

mieux

le

permettent
La

dire

aussi

Compagnons.

les

précisément

sont

laisse

manifeste

se

dans

qui

sacrés,

nous

tique.
l'espritanti-ascé-

de

pleine de

est

les portraits

semblables

traits.
Nous

générale,

comme

les

dans

fondateur
en

de

formée

a

humains,
tradition

l'ascétisme
de

aurait

vous

souci

^8.

empêchée

commentaire

comme

au

le fondateur

musulmane
été

été
à

»

on

ou

La

ses

faire tort

sans

dans

aux

s'efforce

ses

l'Islâm

mitigée

dans

de

vie

un

paroles :
Nulle

convoitises

et

ouvertement

de

jours
tou-

phénomène

un

de

et

temps

à

tous

représenté

tels

milieu

Je

«

part
aux

le

idéale

humains,

côtés
est

de

l'image

traits
aux

parfait.Ils

110).

v.

manière

prophétologie. Jamais

sa

divulgation

propres

les

tous

dans

de

le genre

(sour. 18

de le soustraire

contraire,

Flslâm

(p. 19), dépeint

comme

c'est

Cependant

religion n'a été,

d'une

attestée, la sensualité

religieuse de

offre

nous

que

dûment

Muhammed.

littérature

la

peuples

l'on

de

admettre

doute,

aucun

réalité

une

croissante
isolé

sans

pouvons,

ne

il

eût

passions

par

la

nement
certai-

plutôt servi

suis

n'y

trop

duquel

yeux
ont

que

que
a

chair

trace

humaines

rapprocher

humaine-

du
;

ASCÉTISME

de

ment

fidèles

ses

librement:
et

les

le

»

dans

est

yeux

De

a

parfums

de

l'inclination

femmes,

Compagnons

«

d'approfondir
depuis
Sa^d

met

ce

l'édition

que

de
en

Il est

d'ordinaire

des

façon dont

des

dans

leur

pas

des

des
de

rare

une
justifier

parole rapportée
en

lui

accordant

visibles
aisés

pris

dération
consi-

en

minutieux,

anciens

héros

développés
de

coutume

mer,
parfu-

se

s'ornaient

et

rôle

un

raconte,

les

autorités

comme

l'école

Par

prépondérant.
jusqu'aux
quatre

considérables

de

souvenir

un

arrivaient

plus

se

dévots, ennemisjurés

narines

personnages

parmi lesquels figure par exemple

et

la

sur

parfumerie, notamment,

le zèle des

parfums

à'Ibn

plus

cheveux,

^-. La

'LTbeïdallâh

noms,

aussi

costume

Pour

leurs

l'Islam,

biographies présentent

ces

avaient

pourtant

les

des

de

traits

traditionnels

et

qu'autrefois

al-Tabaqât
sont

les

les

sur

Abû-

la tradition

de

^i.

relate

n'est

intime

lorsque passaient devant

l'une

musulmane
On

privée

habillement

b.

biographiques

barbe

leur

leur

il cite les

Huraïra,

de

identiques des

même

à

Kitâb

source

personnages

d'écolier,que

enfants

dont

des

caractère

biographique

grand

caractéristiqueque

'Otmân

années

des

du

la vie

saints

ces

exemple
ses

à

diquement
véri-

assez

parvenues

plus

cosmétiques^ jone toujours

arts

de

opposés

le

avec

sont

nous

tradition

cours

laquelles'exerce

contre

mes

s'occuper que

ne

constatations

sommes

renseignements

teignaient
paraient

qui

la

matériaux

négligés ailleurs, de
rislâm.

des

dispositionune

notre

à

tirer

Nous

».

côté

comme

de

de

souvent

le fait aussi
de

femmes

délice

même

et

compatible

intimes

biographiques

pieux

tradition

être

les

s'offrit très

adversaires

également

pouvons

notices

le fait confesser

le

et

«

9

-'^.

prophète
Nous

saurait

ne

:

étrangers
La

ses

par

qui

ce

addition

absolument

accuser

On

(dunyâ), j'aiaimé

L'occasion

l'ascétisme.

vers

venir.

à

temps

cette

prière ».

d'attributs

doter

H

SUFISME

monde

avec

la

les

tous

votre

ET

lui.

prédilection le

avec

connus

gens

lire

qu'ilsse

telle
du
le

Prophète

qui paraissent

devant

on

se

il

aime

doctrine

le

lui

en

pauvre

qu'affichaientdans
de

modèles
de

Dieu
que

de

velours.

d'une

habituellement
favorise
les

Prophète

homme

un

traces

blâme

équipage

Il

dévotion.

vêtements

sert

Lorsque

:

bien-être,
cette

des

couvraient

opulence,

Par

sur

pour

luxe

^2. Ce

en

des

soient
gens

n'est pas

*

». sous pour forme éclairer en peut-être non à sentit ne confession.était lui. de le comme premiers Omayyades. la d'employer On de de cour homme de des de intention nous l'époque ancienne venons tels des entre ce l'on de de constater nous des poètes rapporte l'habitude fais-tu. toute nullement éloigné •^^. ce que d'autres dans avec aveux humoristique.. lisons ces éthiopienne.je voudrais cette de de Torientation l'espritet religieusequi les biens tous nombreux Des le tradition d'une là l'allure l'islam SUR nettement d'enseignements datant ce du cet que phète. 11 pour sément préci- avons al-Hanafîyya. « fait dont b. Son et la naissance sans la Muhammed théocratique sous l'idée dans parler. en le comme père 'Alï obtint ibn faire la jouissances et Dieu. : différentes pas le graphiques bio- fait. exemple beaucoup de femmes historique. à Voici idéal son s'olïriraient qui forme une sous trouve monde. mentalité l'Islam : dans Mahdï. citer des il incarnait l'on bouche. le privilège de ce comme Et Qâsim. Cependant et sa la Et pourrait rence. plus près Je vis le caractériser pour les milieux le naïve lui que à à pour dévoués. répondit-iP^.120 LEÇONS mépris de exemples de illustre qui qu'une portraitde le foule libérateur impies de zélateurs de l'Islam de put porter Or. ce tradition. Pro- . que avec louanges ^All nom survivance élu des Pourquoi — la à avant Abii-l- était-il suivant père son Muhammed personnage son donner Aussi et comme Prophète. vie mentionner usurjDateurs. Prophète concernant — qui cultivèrent seulement religieux célébrèrent parousie dans et espérances la Mahdî. le fils les foi la nous chercherait un nous par leçon 11 m'avoua Pour petitdétail un élu croyance Muhammed que teintures. selon en caractère On l'objet des l'hagiologiesyrienne intérêts place dans donc et connaître à de succès si terrestres Dieu de Abù-Idrïs n'avait il : les traditions servait se profane. Mahdï^ décriés croyance nous 'Alï^ représentant de personnage suivante. ou tère carac- son prenons sacrés. le c'est corporelle et reconnu dans fils. aux vain de la que du lui nom du le détail que d'après la la tradition future des ce est le s'attacha cosmétiques.toi?. apprendrons al-Hanafiy^a avantages contradiction harmonie saint de vrai vérité aucune dévots. appa- peu de côté renseignements biographiques l'Islam..

.

et costumes. au immédiat ascétique de marquées c'est que la devise voir les tendances contre un de 'Otmân la de des apparaître comme était célibataire et avec croyants à l'ascétisme s'ajouterun encore vrais réprouvaient.ir saï/iùn. beaucoup retraite monde venons sont est du vient Nous de bannière la fuite « vie une leur sur à-dire sentiments leurs que des penchant végétarien et anciens tendance possédons là pour çant renon- plus fait. saient lais- se C'étaient. contre de biographies des dépenser de Les le siècle. de publiques renoncement. la par conception la l'exemple des Arabes aux dénomination la leurs nonnes. et pour contre l'idéal trouvaient représentants ascétiques. du raison La début au mépris qui ont suggéréà . l'inclination émouvoir facteur chrétien pour et le al-firâr min : ascétiques du vie. c'est- polémique gens en Muhammed. désigner . dissimulée non avaient de des 5). c'est-à-dire qui H3 avaient qui servent voyageurs v. il vivait reconnu) régime qui Flslàin guerriers eux-mêmes. de po. faire le Sous homme un En plaisirs personnelle en exemples les que l'autorité. et du vendredi retranchés inscrit dans cela A modèle la moines avant le temps anciennes notion la vie poésie arabe et leurs les hétérogènes ^1.atîn qui permettent à les les attitude conséquent par et leur par terrestre.nous part par motifs des cette le khalife pas (pour protester en de qui avait prenait ne . dès nombreux deux sein au mentionnés et en l'Islam de monde. présenté chrétiens des du lieu pénitents à de christianisme. 66 tiques anti-ascé- qui nourrissaient. intérieure des et les influencer et errants d'une la mise que l'Islam. fut héros les que ascétique ^^. Devant al-clunyâ. au dans moines offrait tant. plus aussi dans manifester leur musulmans. impor- très maximes pratique en les ascétique.122 la vie Plus publique matériels. un s'étaient et externe des premier pénitents arabes païenne ^^. poésies de usages de décrier gouvernement christianisme. mentalité de origine son réprobation retracées protestent types de intérêts les vers recherchaient qui ceux intérêt tout à tournait se révolue l'époque l'islam SUR LEÇONS tout à fait lui-même. beaucoup que coin l'ascétisme de enquête cérémonies contre nées don- s'allie une réputation aux des ». Gesonteux dans le Qorân saïhât^ (9 v. sont aussi des traits et par la révolte ouverte contre les Imâms. Muhammed la de passages les les dans rapprochements sexes.

Testament Les au idées. plus de de et quand sourate aisément de sentences. une dame une grande lenteur vit vivacité s'affirment demandait sont parole : il la d'abord cela les contre eût sur va de maximes le jeûne cette Nouveau dont et ancienne plus œuvre le dernièrement cachés au ces gens des concevable soi. 18. jeunes tions disposi- ces plus dans en contraste — il étranges exemple leur dans mouvement 31. leur exercent Ils '^'^ en jeûnent que gens traditionnels rencontrons : entendre nourriture. de croyants dans la vie. dans voir (lâsiyâhata)dans considérablement vers lors dit alors synonymes'*-^. se la doctrine cette gens singuliers. se le contact plus sents pré- grand un de Syrie. beau- gés diri- qui polémiquent outre l'abstinence . Elle homme on et : montraient remarquable de marchait. Si l'on l'apparitionde ces Muhammed. de ^-. les pour accrut âmes l'école de manifestent des de tendance ils auquel servent littéraire pour de professeur Nouveau ce D.ASCÉTISME les nombre avant Il Les n'y a deux mots Egypte. genre : Babylonie plus large mesure une appuyer phrase l'Islam champ ce Tlslâm. c'est les excessif. 'Omar En nussâk Il est de c'était là le véritable — jeunes un discours étaient hâtait se frappait tout « La trouvent montre que niissâk^ c'est-à-dire remarquer regarde ce jour un qui des et C'est leurs de du moyen et se conquièrent et pleine d'emprunts sorte circonspection dans Fa comme commune ascétiques qui et inclinations ^^*. démontré par groupe vérité. pour aussi la expressément chrétiens les avec plus en complètent Testament. l'ascétisme dès cercles ils dans dû variante rahbâniyya notamment encore tournées puiser purent l'Islam. il faisait mal lorsqu'il » que gens telles ^^. leurs ment décidé- représentants paraboles empruntent et spirituel devint Ces doctrine Margoliouth. en en l'ascétisme. Une errant absolument sont L'expansion en monachisme de pas la contre il avait dont prophétique dirigée . leur est. l'expériencequ'elles et Les étendus. ». S. v. anecdote qui démarche ascètes. ces que chapitre de et et contre récits Nous la Ce de lorsqu'ilparlait. il avait communauté sa errants vocation sa traditionnelle « moines l'espritles à de membres pieux ascètes. 123 SUFISME ET seront ascèse coup. de tenir se pieux (nâsik) dira elle répondit put ne la avec Gomme lui on l'approbation de rencontré le faisait se grande une l'Arabe.

indifencore . toute dû a la dirigée mauvais A de aussi Mais de de d'une éthique. ils forment points musulmanes. passent dévotion. le germe de ne mahométan l'ascétisme à se de représentatif caractère la en pas . la qu'ils auprès d'eux. forme des même temps qui appartenait dépeint comme d'ascèse client comme homme de viande. » côté avec 'Omar de exemples. ^''. Abï-Ziyâd. au Celui « traits Ils du certains de doctrines qui pareils qu'est sans ses négatifs affectant des monde. un l'islam SUR LEÇONS de (33 elle donne la voient leur rôle de choses litanies » en v. «. les doctrines des renoncé II le type au éléments ces du conception niques. s'abstenait positifstouchant sont ne Qorân tandis anneaux : de est monde.auprès valeur de profondément accessoires mystiques qui et forment et férentes. de nom religion.i2i d'alimentation du carnée. mention des k limitation celle-ci Qorân dikr les au laquelle rabaissée ne mange devient de est « souvenir exercices rang de d'autres et Ce de centre se sont sont la par de la du les religieuse exclusiviste gît dételles- entre musulmane''*^'. Prophète : quarante jours.dans l'ascétisme L'élément dans l'orthodoxie de culte morale le Qorân autres éclater éléments ce la exagération cette la vie contradiction en de et éléments autres doctrinal de le formation. une pas être Un ascétique ayant de vêtements cite des on la tribu à qui accomplissait continuellement couvrait dont Compagnons»^'. le 14). place au à qui les prête. son pendant constituent se de et g-rossière (?»/") contre attribuée parole viande de C'est b. Ziyâd exercices des laine l'époque à catégorie^^. comme : un genre la et qui apparaissent. les la dans jour objets- liturgique de et un terme l'évolution toute la et le par gique prière litur- la nuit. Makhzûm. une devait deux qui ». tendances 4. sa les tous période mysticisme élève doit concept exagération « qui plutôtde simples exagérations religion que leur on surtout sont élément du même le plus ancienne dikr valeur la scission et Ce de doute pratique de soi figurentdans Dans l'arrière-plan. moments les la chaîne liturgiques'exprime conservé a dans qoracomme que islamique. conception ascétique Cette que pratique religieusel'exhortation du d'Allah auxquels pratique essentielle au trale cen- ce dévotion réduites auxquels- la vie de plus tard place fréquemment pratiques des importance officiel borne déterminés rompue milieux élément sa L'Islâm musulman.

c'est- besoins confiante. jugement et de le qui la Leurs l'une soit leurs La « est des idées faqîr. » complet. faim la physiques soulager non homme les et aussi sont-ils s'inquiètentpas : sées. à morts dans nomment se de confiance leurs la à la main des laveur fient se dans la C'est pour absolument principes qui subvenir mais Ils initiative toute Ils sont main indifférents. Dieu par élevée sans vertu lendemain On le volonté leur les en à Dieu les cadavres aucune soucient se des plus main sa comme pas la éprouvent de ne sonnels.ASCÉTISME iiujourd'hui l'ossature des 125 SUFISME ET confréries. toutes le corps cercle vrai) : vers des nourriture et al-tvaqt). pen- dominantes indifféremment . ibn et ». remettent leur ce montrent à en '^^ On eux-mêmes par de gens Dieu. elle sustentation . La de ancienne période cette Dieu (tawakkul). héritières de vieux ces ascètes. besoins qu'ilsne du il moyens de leur moyens gens s'enfonce ne (du temps. à-dire de l'ascétisme musulmans ascètes ces quiétisme passif. est Celui » ». mais qui le fils de ce la "( quer man- l'avilissement à les à tracas aux jours ^~. un un à il de pareilsne hommes vouloir les « Aucun sagesse Dieu est regarde ne '^^. per- de rnutaivakkilùn. l'humilité à intérêts qu'ilsdédaignent Ils la l'indifférence comme sans sens directement inaction : en jusqu'à providence Dieu rapporte. ainsi pensée l'opinion des leurs fie « tionne men- le souci cœur se soi- comptent de dans des On le dénùment ràxTy3[j. les souffrances de d'aucun le futur sortes. Quiconque gens. l'avenir des complètement sont cite spéciale de « et reçoivent et chercher nombre au de serait leurs de une chercher de des pas opposition artisans Très-Haut et imputant. Ce vitaux. leurs Dieu. de Autre pauvre. son dans refus le et du dans nettement l'exagération de est porté a limite Ils ses tranche particularité éthique qui ne pour raient sau- des par plus n'a du pris . avant en qu'ils souffrent privations corporelles de tout ni matériels. même : Ils « directement forme le la nécessités descend du homme u ni 11 faut le s'attendre "ies : à de même ce que des est ce qui leur secours concerne inspirer médicaux. chose passé. s'abandonnent destin. qui plus extrême complète ?et à la du qui série de confiance ils s'en appellent d'affaires. » le vers biens (très suspect. la mendiants.oa'Jv^. l'instant rejet des ces exclus lendemain au pense arrière en ''•' hadit ciel.

la pour s'accordait ne qui comprennent en ce d'anecdotes et se vie l'Islam c'est réalisme. irov^po) prouve que que Gomment Dieu. 25-34. dans s'entretiennent qui le désert époque. que complètement en lui soient ne tisme confiance l'islam SUR LEÇONS ces pénitents le et . sont des qui dialogue un Wâsi'.126 la dans pied hommes liée est les traitent hommes telle Une avaient qui le qui ne voulue les contre dans approuvé depuis que dans cités de les 5. 22-30. Mâlikb. question révèle quiétistese croissantes^. du retrouvent la dans duquel de passages ascétiques. ne conception monachisme que utilisés très qui donné aban- trouvaient se dans sans déjà indiqué qu'elle puise conception principes la de la mondanité contre avons lettre. chrétien. presque mais lement textuel- ^'^. du ». être ? subsistance savoir sans le fiance con- confortablement summum il dînera la et Muhammedb. deux hommes deux entre luxe à cette présence en peu dont les l'excès eût-il conquérante. déjà i^'' ont le (Matth. plus bienheureux quoi reste. se rislâm. Matth. et celui qui le mangera de vie premiers trouve lendemain remarquable il est où nourris des d'exposer les maximes par centre ermites qui de ces ou que des les oiseaux n'amassent le Père débuts céleste. Donc. course sa quié- significationde polémique religieusequi communauté une des évolué forme la quiétisme ce leur avec série religieusesde conséquences l'apogée de à leur A façon pas une revêtu par blâme siècle. ancien pieux.. Nous ni n'avait dans haut celui qu'il ce ment juste- bonum. venons très dans au costume réclamant nous moissonnent. les 6. exalté pieuse. 39). dis Tan- la possession des dépendre trouve son repas soir.se doctrines des ascétiques aliment son l'idéal avec coïncident moines pas du ciel dans des presque à la l'Evangile qui sèment ne granges. premier d'une pour l'Islam. trouvait contraires Dinar le bonheur vues dans de du qui exprimés thème du se et bien-être sont les systématique pu. Luc. propos de dans cours du sens de conception et indifférents tw y/q àviiarr^vai : louange indifférence complète une la Dieu. s'installer courants Ils l'on savoir sans et le trouve le second matin de sur d'où terre hommes. 5. Imitant tawakkul chrétiens. matin de soir du repas : pense de tire hadît. le que du son l'accent Dans la réaction du le Il est 12. du sa et ^^.

peut son mirages que s'élevant en à point de profonds dépeindre. domaine une de joint à se L'irruption offrit naissance conception religieuse une voulons Nous donné a pratique parvient ascèse peut faire jusqu'à l'époque représentants leur où époque le il (685-705).il choses à théorique et théologique aux l'émanation tout la à 'Abdal- l'esprit ascétique porteront philosophique. cause de point de . que développement aussi la sur et 6.en parvenir personnelle pour disparitionet ma suis lui. le ce Toi qu'une. de se reflètent doit bonté la et spirituellementvers âme ils l'homme vers divine. A « exerce dans qui dirige son et rayonnement dans personnalitédans sa une importance tendances divin. apparition mon de faux parler du ^^ cessé ont une matériels. sont Mais relative recueillant de de déterminante. Ce base pratique que qui vie de l'Etre et. est vers attitude ce fut. pas la ^^ ». à nous de qui ce demeure.qui une Flslâm de l'univers. Tu Khoten. et volontiers revêtent grossière{sùf)-'8. Celui et le sent ces réelle. existence haut plus un influence terrestre. « Par mon l'orig-ine. rence l'appa- l'absorption à réelle. et de doctrine lequel dépouillant les en la beauté lui sur existence son et du Je toi. si Je . par miroir un la qui le plus tard. cet occuperont l'Etre Plotin de monde divin. pas n'étaient tienne la et Dans n'ont éternelles divine. voiles seule serait reflète l'unique dégager se Les . ou \eMoiei nous. d'une égard. perplexitésur non A le plus. cette réalité l'Islâm venons tout seul de dénomination philosophie originale. de de et la mien Je suis ô savoir ne tien à la fois beauté si Tu : entre Moi de es la tienne Moi et n'es Toi. est fortifier pour se de sont ne effets d'ascétisme divine. la l'existence cette s'efforcer. Moi.ASCÉTISME l'IslârQ de ascètes des vêtements cet usag-e malik qui les sCifr-'^. laisser les dont supra-terrestre. la sur pénétré la qu'apparence mesure conséquent.on moins au monde au 127 ' SUFISME renoncent de laine tout ET Tu je dans Toi Tu n'est la fois Toi à es suis suis Toi. se du de divin. agir et force dans où âme dynamique. encore panthéisme comme intérieurement tienne. et pas Moi Moi. décisive. nous pour et khalife spéculation nco-platonicienne de courant développement ce la de intellectuel mépris du remonter parler du sufisme.

ma sans village de le modalités les enivré atteint on nuisible cessent l'existence ni sort ne peut atteindre toutes personnalité. du h phète. Avec les que leurs : d'une existence peut provoquent le conception L'espace Ma « ne impressions volonté et du du trace ni ^^ ». présentent eux Ton « Par pratiques souci. Le l'individu de négation par par lui que tout le Sûfl. s'annihilent. en la de de la pour qui fectent. de les par elï'et de les émotions l'image sous — dépouillement chez intérieur dit Hâfiz — djam'. quelque exagération. *''*. l'état l'âme le ni son âme ». d'être cience cons- sa pour ^'' trace sans cieux des ».128 LEÇONS l'homme. l'af- samâdhi V ivresse. de rayonne Le comme — moi.(concentration. état Qn )" dérobe qui péché auquel un l'affirmation insensibilité complète est ^2 comparé de un la existence la est aussi. indépendant. Moi. le stupéfiantede dans la diversifiée mot envisagés la boisson de l'être naturel palais de du sentiment. et la beauté qui.un le Rûmî. 11 est divine la lumière remplissant. la vérité dessous. et des mondes. est aussi compris sous dans l'image de . dualité représente cette méditation dévotion. monde sont hindou) ^'•^. sur corporelles.l'absorptionde l'individu divin. Pro- au aucun tant en divine l'utile et de Dieu la manifestation macérations vicissitudes aux préoccupation sans la vie de d'ivresse du face en le comme parla entend des par dire même contemplative d'extase. on être ne le voile personnalité Sûfis. ses » sans « plus grand interprète de {sifât)provoquées l'état l'opposer à qui état la : place. ni droite ni avant désigne par sens but la réalité la vérité^'' extérieur. Quiconque « est ni dessus il n'existe par ascétiques. brillante eux-mêmes temps place du essence Sùfï. de suprême unique de la vie du l'Etre Sùfî.qui la ^^•'. après. théories péché des le la de limite La l'islam SUR lui ravit corporels. fait propre. qui embrasse le gauche le et attribut tout catégories de les Pour de percevoir ton de Afin autre : Purifie-toi a de soi-même. al-dïn Djelâl héraut qu'individu divin.

.

Mais sommes envoyés eux Dieu n'a vous citent des dans faveur de saints.tandis Sùfïs. s'y tenir. Nous que ici-bas. VÊTS vous. qu'il y répondît. des vérités passer idées textes de à interprétation allégorique. l'esprit de Suivant 7. recommandé de poursuit l'amour leur essentiellement Par s'efforçaient de extatiques représentatifsde théorique adéquate culte. Tâme à les que Mekke). plus de fait sufisme Le les nous sOmmes^eiïvoyés des êtres vous qu'en charnels faites que ne vérité parole divine nous n'a . les trouve s'absorber les en grâces divines. l'Islam aussi religieuseconstaté l'Islam. de un (-|668/1269 de » suprême d'iiistoire le terrain sur recueillent qu'au furent impressions les traditions des théories leurs Murcie formule capable les introduisent dans et rendant milieux. . la philosophes. de •envoyé le Qorân la ville deux. renforçâmes Frédéric interprétationleurs par contenu dégager à de littéral. n'êtes envoyé Notre .130 LEÇONS Cette conception générale le le pour de dikr. de II de les anciens que des à Dieu le Sûfi que affluer laisser lui en de et sens veut fier puri- et (36 et ils les mentir. du ou et interprétationde par ils attachent où mesure l'héritage lorsqu'y vinrent autres la sacrées. Dieu. Ils en Philon. taxèrent : moins l'Ecriture profondes une dirent dirent vers tirés apparence de 12 v. Ibn l'idéal de de détermination sa philosophe Hohenstaufen la fixation dans donc. ils dirent Vous parabole envoyés ils et indifférent. pour but pour phénomène un d'autres dans de l'exprimercette d'effacer bien. 1. maître Sûrement : sait cette avions en alors Par tants habi- des « nous mensonge. il s'y trouve "jui pour ressembler fine). prix à tenir se Qorân dans manifestent dans leur du sont exemple.ci-dessous. auquel et pour philosophes proposaient du Sab'In. le Dieu en celles du du notes perfectionde Sùfi. dans humaine. consistant qui pratiquaient l'ascétisme. questions « . probants d'uïi troisième. •comme Les nous.21 se souverain ^^. (v. les quiétisme et pour été a base une du ils dikr. la la ssr) propose les croyance textes philosophiques de Et : rien ». siciliennes chap.en sens «aints. voie tout autre ivresse celle que la Dieu aussi états de leur et dans et des à laquelleFlslâm par en méditation parvenir de Dieu. ceux exercices de l'islam SUR amour orthodoxe le Qorân les et traditions"'^. dans les passages ainsi delà in pas soumises.

châtiment. H. interprétationésotérique des une traditionnelle caché al-Fârid. qu'ilpénètre renseignés. communauté. est 8. ils 'Aille est des de la ville et aurait opinion cette donner cet à de point au se vue (v. et des donc ont suscité a chose autre cœur celui que expliqué allégoriquement. trois envoyés les aussi événement un vue en pas la récit. œuvres révélations. 'Omar dans milieux les : Et ' A/l expliquaitpar qu'iltenait science 'Alï est rien caché la à c'est que le culte nombre de ture leurs tradition Imâms de est 'alides. (v.ASCÉTISME du lettre la Mais texte. leur Les tout Écritures qui poursuit leur travers à ésotérisme une islamique. le rejet l'apparitiondu troisième. son revêt dans menée un culte le chercheurs origine et iipprofondie. attache seulement sûfîs conduite d'après laquelle Muhammed doctrine b. qui professe pour et ment récem- tout vénérer 'Ali sufisme. exprime n'a les empruntèrent sens le corps que premiers ta'wil un littérature une toutes poète sûfï arabe « des propre.forment les parmi Sur . du l'heure. Whinfield^ sufisme. Jacob la par nous la tendance la de ramifications.Le nettement qu'elle s'éloignede l'orthodoxie. ses a à des ligne 'Alî Bektàchïs. est sûfîs exégètes allé§^oriquequi ordinaire ville n'est la 131 SUFISME l'esprit. plus loin. phéno- ce dans enthousiaste même que il n'a ^^. grande généralité milieux de à titre de devait personne Néanmoins était obscur. ces nous que habitants dement. 'Alî ^® rejeter. répandus mentionné avons Pour légitime chï'isme au 88) p. sùfîes.le sont le tout ET son ont récemment fait du développement. deux qu'annonce la raison. des un sur notamment idée et procède que parfois la la chaîne plusieurs mène. sa idée cette mystiques. enquête Edward . V^ leçon)la confié à la Kabbale bien taire manda- son enseignements. à tout établie Le sufisme. l'objet d'une MM. L'ordre qui apparaît dans Les de sûfîs. E. fon- ce considérable''^. les Imâms pour de d'une moyen leg-s(wasiyya) connaissances encore doctrines sûfîe autant pour de au mysticisme musulman. exemple de G. qui ce patriarche du sunnite à communiqué le eux pour Icttull (du Prophète) l'orthodoxie que •de messagers. anglais qui de ».et qui initiés. secrètes caractère un Prophète de contex- fictive lequel M. ci-dessus.

présente « trouvons nous : idées. rappeler qu'Alfred se la adaptation qui groupent fait pas ne ment spéciale- » . vénérable est L jj^randparmii . en ouvrages du Bilawhar face n'est qui de traces des pénétration en les hommes. époque a signalé les philosophiques sur la sociale conduite Ôl Abii-l-'' Alâ pouvons- éléments conception religieuseet empreinte nous hindous dont les. (Barlaam fait que ce identique Abu-l-'Atâhiya. l'adepte de l'Islam de pas la éminents la littérature assemblées les indiquer seulement et dans conception bouddhiste. ReynoklA. Lorsqu'au cercle élargi le des langue arabe. partie dans l'admission par influences depuis l'époque horizon son n'exclut éléments sufisme. la apparaît en transporta l'on que conceptions religieusesles plus librement de à-dire intellectuelles wa-Budasif des représentants échanger ressources '^.132 G. qui arabe Joasaf) et et eut possédait une raffinées légal. . notre l'idéal de laissé poèmes ^^ Bouddha arriver pour principes et à la aussi du plus.. LEÇONS d'influences la reconnaissance essentiels au cours une vue tant en de hindoues facteurs qui l'Islam vers de en plus partie sentir . des L'influence- littéraires. conceptions religieuses.Je zuhd drais vou- L'un l'homme respect fortes. Dans Budd de livre on activité grande bouddhistes des arabe la siècle ii*^ une ? Kremer la leur plus récente. Test. Ceci fourni ont développement. diverses Chumaniyya.qui représentants poétiques le roi vêtu Et. jusqu'aux frontières s'est hindoue déterminants font se Ces du des façon précise philosophique système ce l'histoire de ^^. cette modèle comme appelée vie de défaut pour- c'est- conception religieusequi est de urb les. son générale que de relief d'une en sufisme qui constitution la à mis ont du néo-platonicien le caractère dans Nicholson. de des conception de le (acétisme) montre hindou. ne parler des veux de manifestée. zuhd. mendiant. je dans plus les d'éléments être aussi idées méconnues. Browne^ l'islam SUR dans l'ensemble des traducteurs des. monuments hindous gieux reli- et l'expansion de où la point peuvent.. personnelle al-Ma^arrl 8-. N'est-ce point sur ont à von dans retrouvent les c'est lui dont "^f*. fait entrer- hindoues. sufisme. influences Chine.

d'envisager la et ^•^. ce à en ment. le objet d'expérience immédiate. au duquel portraitde le dès que. en pratiquement l'Islam l'avaient comme même et seulement non mais musulmans. Mani- seuls voit attirer grâce présence en aux à Un tenir appar- les moines découvrir pas moines. ne lui champ portée. aima eux le vie nomade leur de oiseau être des ou et subir un d'un fait consiste mendicité et dénoncer meurtre qui véracité mona- imprécise qui couples. souveraine jour du et sufisme. poilsgris. être un ces traces au vertu les avec 11 mendiants mauvais de chéens. un dans été dans Mésopotamie. ces par devait que déjà. «n «clairement ni ?des le comme nous jamais par observation son compagnon. de que l'époque pouvaient qui ne l'Islam. pureté. elle ce thème Bouddha. nous Son ne leur à (ruhbân al-zanâdiqa). 122). dénomination Zindîq pourtant. Si leurs sur ne mieux voleur. des premiers 'Abbâsides. dans le même l'un de que hindous moines marchaient vivre C'est contacts. ils étaient et loin quatre qualités : n'étaient gens d'eux. des attestent théoriquement entrèrent intellectuelle "ie la vision 133 SUFISME témoignages qui hindoues idées ET de lui vérité. antérieure période errants montre. informateur voyagent une ni trouvons. ascétique au le originelle. montre côtés. la type deux de de quence fré- mahométans loin la tels de si étroite bouddhisme rejetant monde^''.ASCÉTISME Nous les que des possédons «chisrne les pour tout des errant Hindous. son est et Un il les . dénoue- le lui-même sur traitements être pas du du cause Sadhus des pas moins de leur façon la renonçant Nous ceux de dans souverain la dans des A présentation sa du barbe exemple. détail. de soupçon Il les exemple. en parenté considérer comme représente royaume le t^^pe du terrestre et pas puissant roi à la hindoues. la moines christianisme. quand ils allient d'entre vol rapporte règle le appelle limitée être peut Leur lieu. Djâhiz (-f255/866) p.une littérature grandeur expériences l'influence puissant aperçoit un aboutit d'abord tout tendance sa singulièrement mesquine n'atteint raconté imitaient telles influencé signe de laquelle avec de moyen de idées qui nuits deux épisode. bouddhistes. de adeptes Syrie (v. qui par pouvons. par attentive la vie de que k plus sainteté. vivant à retrace nous cas on toujours ces bonne de était sà'ïhûn les moines ces que pauvreté. ci-dessus. non passer voulait ne l'un vie.

lui. si même est intrus amenâtes serait se l'absorption de VAtman. On a la retraite qui prétendirent qui aspires à d'acuité. Ibrahim dans absolument sufisme Bouddha.Lorsque répondirent toi à Là-dessus. t'unir entendit les gens à enfui Dieu du leurs chameaux sur que tu place. leur demanda toit? ». ils a un abondant motif du chose Une doit grands patriarches du les versions fils d'un Balkh roi de d'un besoins l'attache qui désert et mène y encore une Rûmï. voix une la fenêtre V de de échange son contre tout ce rend se au du prince. plus : . La ils surprirentdes sur échappés.et lorsqu'il faisons ne telle une des nuit une allèrent y chercher le devant cherché à mérite rapporté par Djelâl al-dïn b.134 LEÇONS arrache deux . service au groupe ce son le fait réfléchir. abandonne palais d'Ibrâhîm le toit du bruit par Il particulière. prince. une les motifs Parmi il autour la caractère à différentes quitte son monde. mais enfants. l'influence L'idée hindoue. même divers attention garde Il y vie errante. c'est Je Edhem h. Edhem Nous « l'un ne personne ton assis es Dieu? » l'aurait lors ^'5. pu approcher et meaux cha- un suivre que pendant palais voir. au évoluent 776/8). et monde la vie exempte prince^ femme saint fuite du palais. de la être envisageons. Cela messagers le monde l'islam SUR Mais c'est personnalité qui elle ne coïncide se pas la acquièrent forme qu'elle revêt spécialement rapproche coup beau- du complètement l'idée de concept de avec lui. un sur ils 9. du du qu'ilregarde graphie bio- du récits par de plus la légende savoir l'observation de des de légendes à question l'un de la thème. la les idées sùfîes panthéiste dépasse néo-platonisme. nous que de leur jusqu'à d'histoires dégoût qui Dieu de m'avertir pour erra royaume. revu Sous le il depuis Qui jamais a : jamais. Sa = manteau son mendiant^ de costume un par lui de palais). .rejette loin allusion même homme pauvre Alors vie^\ sa pour légende (décidé d'après certains d'autres divine. suivant la 160/2 le développent fin de décisive présente le dans différemment motivée est donc. Je à consacrer me soudain consacra se de de m'envoie Dieu que et abandonna et reparaissenttoujours. de palais. exemple. dans hommes « Qui trône. forêts et les déserts les ascétiquesqui que fais circa (f sont d'abandonner obéis la Ce puissance. toutes qu'Ibrahim.

et hindoue car chirk cette l'objetde ^^. du les au- là dyânâ. et de qu'ellesprocèdent commun universel l'Etre s'élève l'anéantissement de composé qui du . les modalités existence toute Dieu. 37) phrase implique la connaissance.istihlâk inahw qui. caria devenir et identique es nel.but (effacement). la méditation et vant sui- sentier qui s'y ceux aux en noble « principe. nais recon- connaissance. à lui ne logique. dans l'autre. Thomme dans que chemin un complètement temps.et même degrés par chemin.p. son divers. tawhld la occupe de c^est Dieu. l'éter- joint à se conviction . sa préparatoire à le but est de identité une l'individualité de parties. (ci-dessus. l'objetde à dont s'élève on huit aussi a dans stade comme Un sufisme chemin comme sufisme. reste rien absolument toi-même que rien Laissez-moi Me « crie se la divinité.Quoique deux ».ne bornent parfaite avec le delà de même plus hauts de points le même de degrés sont détails l'une Tel radicalement Sûfi va prétendre entre le aussi de la : l'idée gît soient différents. quand l'absorptionen d'un les accents avec de vois ne qu'il n'y L'anéantissement ». l'Islam Il est ordinaire. ni de l'existence.le stades des marchent murâqaba. de Vunité. 8^. prétendent-ils. le place importante une « lorsque l'intuition foi monothéiste que voies plus qu'un font ne des avec al-sulùk). que es intuitive cette à dehors en dehors en personnelle « existe tu existe qui arrives tu définition une pas Tu existence. trouvent de ceci ont aussi les dans que. inexistant. toute De résout ni tu a non-existence org-ue: c'est à Lui espace. échappe et n'entends d'Allah tu Lui de condition la est individuel L'être Lui.ahl sujet connaissant la farïqa.ASCÉTISME d'absorption fana (anéantissement) ^7^ appellent Tétat Sûfis Les (annihilation). [al-sâlikûna. appelée ici. la de dualité Gela est . retournons^^» dans même pas bouddhisme le perfection et ceux de principe Lui. Il unique. nissable indéfi- presque temporaire le Quand « aucune qui comporte ne connaissance comme qu'Allah lorsque rien a la de Temprise il manifeste se 135 SUFISME ET de le méditant ». il n'y à tence de l'exis- nous que l'illimité . la méditation du différent de jusqu'à dire je connais théosophie perfection sùfî.

Encore Ainsi. dans Kremer par par la ressemble la « il l'aflî- réception les que de soi- ramenés leur démontré a de exercices des été ont respiration)''-^. à C'est il faut la jours tou- formation avec raison .136 LEÇONS 10. où Comme les eu du longtemps un rosaire à plaidoyer sùfis. depuis ger étran- de adversaires siècle. ^^. au est des hindoue s'est rosaire^ dont d'abord précisément (cf. dont sa ne on à l'extériorisation hindous. Dans impossible de le ne la vie comme communauté est (sadhu). employés Fextase et De '•^-. où. Les davantage de copie de influences expliquer à conférant la khirqa. » fait se lui-même Bhikshus des règles sont Prophète au pas çùfû qui symbolise légende symbole ce communauté qui même khirqa La est hindous suffisent sûfie y de leur hors l'ascétisme de le vêtement Sûfï. contribué néoplatonisme. loin intérieur pauvreté confréries sont se gens des La la déjà ancienne. xv^ bientôt vi). mendiants pratique ciales. les de les de et des commun aussi mendiant une seules en dont plus. système apprécier historiquement l'apport hindou religieuxissu du qui a le sufisme. nouveauté emprunts compose le est en milieux des s'exerçait l'influence toute a dehors en il dévotion. il faut l'usage. ainsi amener pour leur en rattaché a formes maintes communautés (disciplinede leurs à les sùfie d'affiliation même. indubitablement rislâm depuis oriental. Parmi ces de moyens répandu même Tusage.la qui tous qu'al-Suyùti si en faveur. pour de siècle. le se en bid'a défendre de dans attesté dans confréries l'Islâm sùfies. époque tout extérieure. reli- pratiques qui néo-platoniciennes ne la réalisation la retraite et des des celle ils vie cette mènent que la maisons monde.mais sùfies. ix*' un d'origine hindoue. la Dans incarné est membres cultivent environ conduisent. façon l'originede la peut méconnaître que à l'habit et la du dikr. le sufisme. spé- claustrale. considérer ce et religieux. tant en et sùfie conception cloîtres. diverses par Les idéal vie l'islam SUR dépendance. accomplissent et de groupés qu'institution. du des religieux moyens c'est-à-dire leur hindoues. depuis en dans du sùfîs monde du plus bruit remarquer réception des adeptes liation du développement pas ordres 150/770. modèles la à '^^. cet usage les contre au faveur ch. il les Sûfis moines une vivent influences la communauté dans gion.

.

yeux des Sûfis de cette les que leurs et Sûfis existence exigences modèles des vie de de cette vie par-delà les yogis^o? ils comme la conception ne leur possède les tous négation inconsistante les libertinistes. on relate chaînes un regardent abolies comme conventionnelle le bien et le hindous et aussi et delà mal ». On a pu diviser les Sûfis. et différence une légal.H aux aux de de de organes Tentéléchie ne de coopérante d'accord rester complet l'Islâm d'ordres isolés^mais loi manque légales de normes la de maintenaient les rejettentcomplètement encore dénuée (al-djawârih). et derviches coutume la représentée de dans de le Sûfi pour analogie une Les voir la de d'être formelles^*^'\ lient n'en licence cette pas décisive. les allégories symboliques. la à les Ils ont par panthéiste du monde.138 LEÇONS de présentent beaucoup diverses sur Il règles a y loi « rislâm. en l'accomplissement à l'action « cœur Ce seconde. qu'ilstirent. Les fait.mais paraboles que la disent. qui seule. ainsi les gnostiques chrétiens^03^ certains légale D'autres. elle rislâm D'autres la rislâm.Les rislâm sûfîe sùfîes variées formelles divergences communautés des l'islam SUR la sont buts attri- plus plètement com- indifférentes. œuvres pas leurs vie la scrupule manque cela en la vie melle loi for- la avec celui pas part. de du l'œuvre de valeur valeur et préféré à ou même de sens sont ne (al-qulûb)qui cœurs religieuse. au point de vue de leurs rapports .qui les sans manifestations seulement non loi rituelle avec exemple. dissemblables. mais toutes le monde Comme fausse formelles l'on (que sociale. principes de musulmans. entiers Bektâchîs)ioi. première lui ne continua veulent avec de ils comme présence pratiques ne rapports formaliste la comme trouvant des loi ils nomiste relative^ de extérieures repose conception religieuse ». membres reconnus en la de déclarer la prétendit tout nier la valeur ont sont V intériorisation dans les tendance sufisme de de cause pas leurs membres des superflue.Cette le dans en . ment seule- pense dans mystiques des d'adeptes lois de réalité. leur à qui la morale « apparences apparente aussi occidentaux. Mais qu'à d'Islam pays dans cependant sans ». ils opposent aucune l'égard à sentent se En plus qui n'appliquent non les de connaît. dans Amalricains. fondamentale premiers patriarches bien avaient répandues l'organisationdes .

Le appelle malâmatiyya.N'est empire dissolue.Nous mentionner donne monde ^^^ conception éthique qui peut de des recherchent existence derviche pas fait vagabondage ce des vie les formes servir les mystères le pas une sérieux. religions. l'enthousiasme de de de sert ces ou vie de de pleine une de l'abstinence chose ») d'Alexandrie libre et loi rappeler l'antiquité. en (« anomistes et des propos rapports préconisent uns de Sùfis. de vie. une tout les de les derviches font procurer les Sùfis eux à oisifs et qui marcher qui dispense celui Cependant vue avec derviche Le Le prétendent la diversité sérieux les entendons nous les : prêchent et consacrée et rester entretenir aussi. pour montrent conceptions en mènent et mendicité la de distinguer leurs prétexte profès qui ceux renoncement de à d'analogue. Ce loi sans 139 SUFISME nomistes : groupes opposition qui une ET essentiel à de ces revendiquée aussi de cause littéralement pour de l'originalité gens. qui âmes. que par caractériser l'on a leur com- . Ce « gens sont du ceux blâme ». seul un en groupe maints au côtés point nous de de plaçant viches der- ces libres. m.^-^v). rieures exté- de exempte ^^^-^ indépendants d'amour phrases la voie Mais ».Ils sortes exagèrent derviches a y Dieu de loi deux quelque perfectionnement le à offre appelle Mais l'amour de la nous Clément indifférente autres peut La (ivy.pjcTEiav xa-ravYsXouaO^''^ sùfis On 12. ici parasite errant.ASCÉTISME la avec deux loi. caractère . ils tout un derviche vrai d'une « livre qui n'est derviche l'histoire de point ce des vue. la méditation qui errants le auxquels et les masses. des derviches des Sùfis sédentaires genre l'on que seulement qualificationnon voyageurs. vie est (« partisans de dualisme hermétiques gnostiques leurs dans »). âme son loi adeptes duper restant en sur gratis. dans il vie une mènent lieu et sufisme la vie de soucis et leur De Dieu. la vie renoncement systèmes dans rapportée avec une les (àBuçépo). de de à peut on du à mendie qui chaque pain son mendiant le et apparaître aussi intéresser nous voudrions. identifier instant est faire se leur à de le genre entre et libre fainéantise sùfie bouche et peine « à face extatique. mais employée plus sérieux.

sûlisme dans Il la littérature manifestations ses puissant appelé et l'orientation devenu un des Cependant. al-Kettânî. de l'Islam. ils tiennent leurs pour « les extérieure. Ils fin de . ses ». ils veulent » leur par hommes seule à sperni des Ils : Rejette loin qui de que Abandonne « éhontées plus spernere « le scandale désapprobation . dans se de poussé a l'Islam.met héros. tendances maintien 11 et au à exercer de et une la haute aspects considérons dominantes de qui heure luttent au englobé comme dans mouvement un le sur Le concept sufisme est tive défini- la constitution dans fondes pro- musulmans. . apparaît système tout d'abord. Fez de de beaucoup Mechreb.tel que formalistes l'avaient . Le 13. la Djelâl al-dïn relief le caractère de mettre répandus écrit a de duite con- ^^'^. aux l'extrême à et titre l'islam SUR qui se ramène est l'impudence (àvaicyjvTia) u une exigence religieuse^" ». comme gens du d'après lequel et le fou « vieux malâmatï le et sage pieux ment dernière- montré monachisme en L'Islam derviche du type '^•*. attribut Reitzenstein. valeur des rislâm de vastes religiosité dans d'une des bonne théologique action son facteur idées très populaires révélait.140 LEÇONS parés juste à poussée attachent du prix précisément attirer à sur pratique leur principe : réalité en pas le seul dans but sùfie générale suivant Ils sont l'Asie la dans à même alors exciter le mépris Ils exagèrent en dérés consile qu'ilsne des hommes qu'ils professent cela en condense Rùmï mettre être l'indifférence pratique en jugements. l'apparence exciter à transg-resseurs comme sont la eux les actions commettent de l'égard à Tindifférence dans consiste cyniques.Chez au loi. dogmatique exigences par rapport aux de Tlslàm positif. religieux de sa et durable influence d'abord racines groupes silencieuse. un saints '^^ la défaveur Tlslâm de les : cherche et le meilleur créé mépris domaine sur de malâmatï a de renommée monographie une centrale cynisme sois et sur hérétique ))**^. ta secte de toi gloire et objet un le tout règle une le dans précepte du légende de Cheikh ces Ta survit. situation sein de rapport par Tlslâm pour aux leur immuable.

elle mène voyageur scories spéculation par voie dont tique mys- livresque des théologiens la « des place degré précédent ('ilm al-yaqïn) sont ^^- intermédiaire le tradition connaissances aux la à au passe de méticuleuse des conscience cœur. syllogismes scolastiquesapparaît l'immersion des subtilités les comme spirituelle. vérité l'intuition ('aïn al-yaqîn). comme Mutakallimûn. religieuses perd cherche est faut laquelle il la évolutive voie cette sur été préparé que perfection rayonnent du final. tendre la du Car à la s'élever la de du hommes par du divines plus il encore y haut degré fond. « Je La ne suis diversité l'union réelle la certitude réelle des indifférente ni juif. de et l'intermédiaire le a haut ('ilm al-yaqïn). ni Eglises. détachement la sur la certitude de concentration qu'ilpeut par science connaissance pleinement vers Tobéissance considérée qu'ilfaut parcourir gravement. l'horizon et libération importante une Hl SUFISME et théologiens lég-istes les développé ET musulman^'^ formules de significationdans la divinité . celui plus qu'un qui voile . jamais dépendance prophètes. chrétien. que à aucun au-dessus l'autoéducation conduit l'initié à de Tandis al-yaqîn.ASCÉTIS3fE la A place aveugle apparaît Tauto-éducation l'essence dans opposée. voie à la modalité la sainte vérité tendre.des toute avec à procurées les connaissances admettre rapport par les que sans Et la de vérité la sûfie. un comme élargissement un libération sa de amour prière est avec membres des culte est La connaissance. haqq suprême confessionnelle vers de but n'est ce (tariqa) sées récompenle encore la seule sur immédiate des de l'âme dans certitude. ne foi et l'âme lui est des de pratiques. Sùfl du (ma'rifa) n'a degré ce et culte un peines (haqiqa) perception la soi-même du au les intérieure de premier plan de comme » . A l'égard Tascèse. de motif Le matérialité.Mais cesse des contraste. religieux rétréci. la de V de et l'ascétisme. l'intui- sentier l'enseignement. par de Dieu claire une degré pédagogique départ. de la même science la par (charï'a) est de l'obtention la l'acquisitionde atteint. de la par que existence contemplateur. de ressort l'âme. et cœurs remplacée loi La du . degré. qui n'est plus Au sont alors de point un dont et n'est la au tion. tout ».

saint tourner parfum uneautre^^'* forme toute pour une bien-aimé parfum. *Arabï. lorsqu'ilest fort Si ont eux frontières de une également seul de tandis divine l'estimation qui disent les même et sont en de Dieu. accueille idoles. attribue : pour quelque n'est hardie : moines. pas à des temple la Ka'ba . les tables direction sa prenne que )". la Dieu par dans que d'union provoquaient fait dire Rùmï unitaire de la l'amour pas élément un atteindre. à effacer ont produisent entendre les lois que al-din Djelâl font se l'unité ne à Toutes suprême le critérium être voix Des but si elles dénuées peut du face en vraie. lég-al. et le livre laThoraet Uamour « pour cœurs . gazelles. rence indiffé- cette discipled'ibn et purement de plement sim- l'unité la parole sûfie)*^^ ». si Et si lui.142 LEÇONS cache qui l'essence. et elle est confessionnelle. notre ». une d'amour ibn al-dïn un Mais rite sont embrasés sont Muhyi pas « de amateurs Tilimsânï. ci-dessus.la plupart tendance confessions. la vérité réalité seule la commune les qui séparent saisit qui l'Islàni haut priser pourtant relative valeur de connaissance la à parvenu celui dépouille que qu'ils feignent d'entre Lui et l'islam SUR dans Moïse à lation révé- une : Les M âmes Et "( Il fut les « temple de seul Et « de Si une de de le L'Islam. notre un Le Qorân 37) . elle est synagogue. l'huma- à séparation i^^. les Ka'ba religion. autour voyons. son la synagogue ma notre absolue erreur cloître Djelâl al-dîn nouveau l'image privée est là est monture. parole (c'est-à-dire . c'est Ka'ba^^' ». : est une dans de le avec « p. reli- des la connaissance donné été a nité. la reconnaissance est la Ka'ba est dans sentons nous de excepté idoles. gions. mafoi^"^ et l'union (v. ma de nous cette c/ii" A. n'est que du religion le dans de parole les si relig"ionn'était sa On c'est rie prai- une le pèlerin. et Qorân.un les les prochain mon cœur mon dont ceux : blâmais la mienne maintenant pour Un de proche et forment en 'Arabi je où temps classe.

Kalâm. ce vers attributs religiondoit conduire. étrangers se sentent de hadït i~^. porte de la isolée fait que Abû-Sa'ld livre. se rencontrent arrivent ». un on ne à en . Leur puise donnant soi. l'ami entendre la à être peut ne aux qu'ellesne but. hommes pas Dieu à différentes reproche « la tendance la mènent celle-ci . les avec résultat même au semblables. querelles des de marche la retardent et qui des unique auquel côté à 143 SUFISME rindifférence sur but au ET et parole suivant disent-ils. par dans au la (sour. 102) Aperçois Sans valeur l'érudition de temps sources moyen mystique pas pas considérations répudient l'acquiertpas Ils le seront ne la loi considérée que ne Ils des pas frappent conviction seront d'idées. cœur maître. sont ton sans fondée .ASCÉTISME Dans déclarations ces rapport par s'exprime aussi. en moyen dans pas Djelâl al-dîn l'enseignement du science livres les la s'appuie sur instructeur^-^ l'érudition surpris en accomplie. l'exigence de spéculation. pas musulman'-^ la connaissance sans sera vrai Sùfîs tées. mosquées cet fondant tolérance : que Tant haute aussi en que soixante-douze voient du Tœuvre « plus confessions. qui Plus grand les confessions philosophe Avicenne. en se et qui ^-.ne : Prophète ». ordre la connaissance « nombre troublent au leurs sectes (derviches)ne ne ne d'autres sur les vrais « sont ne découverte d'une Kalender garder quelque peut Elles la vérité. ordicheurs chernotre . l'expression pas Abu-1-Khaïr (( nels confession- (Hâriz)^2o. elles pas libres-penseurs de l'Islam. théologique livresque présence on des font 'ulamâ que et des compliquer naire. chemins {((les des les âmes que de vérité la Ne « Parce fable » n'est Ce Tant que un pas Dans des foi seul medrasas et infidélité et homme encore n'est pas Sùfis de de deviendra les Muhammed Dieu querelles la à des . sont l'idée »^^^). dévas- complètement complètement dogmatique létude. ceux-ci. comme comme la sur la fin une moins du d'ascèse.

autre dialectique. mais divine gens du aussi il devait libre arbitre volitif isolé et une volonté leur de et paraîtrela forme de détermination discussion seulement pouvaient négation! dans des apothéose Dieu les comprendre. la raison se Yaqin et cœurs point à mène (al-wisâl). parfois les grands pour : 'Abd d'autres al-Qâdir sous tiques mys- motifs il Djïlânï . ne et culation spé- ivresse.qu'ils attributs si même Kalâm combien diL renonce peut plus entendre ne des. sa la vérité dog-matiques. sont véritable doctrine la de volonté l'âme l'argumentation de l'océanuniversel. ^-^ de leur avec être de gens retire. Combien l'infini. moyen C'est jusqu'à allé saisir négation l'absolue de à au pas tigineux ver- travers l'introspectionde les {'aql)se rapport non Kalâm. vrai. être suite par Toute n'est sûre. et déductions cœur de peut tion spécula- est en ébranlée être la foi ?" 'Arabï^ la sur la réflexion sur repose qui s'acquiertdans La ». à la raineté souve- la connaissance dans sur ! L'homme du atome un qui et l'acte nement rayonà soi parler de vide devait positifsde l'être. s'atteint un autre les travers Sùfis. était (rubùbiyya) l'exacte C'est le medrasas. et d'entre fondant se foi intuitive la de en fier à se elle est et les obligatoires pour Quiconque de connaissance desquelles beaucoup « ISLAM L ils le pouvaient.144 LEÇONS valent Que strictement la pour SUR il n'y a croit à pas réfutée. ^-'^ autre procédé. Aussi de de la Lorsque « l'instrument est l'homme de Dieu. y comme (al-istidlâl) un la puise des produit de montagne ingénieuses que l'amour tarîqa ne syllogismes. rejettentsévèrement : la autonome. sur dire raffiner de dans initiative toute les gens. dit Ibn les si sance la connais- dépendre fonde se l'assemblée de la science est sentiers défilés le vin et même siège dans son Dans « ».non divine mystique plus vérité le conduit.dit Qucheïrï. vivant ceux dépouille de se -est à des. antipathique goutte fond au ))'-^. voyaient trouvons-nous le ^^^ raison la mesure partisthéologiques qui.Il aux elle les preuves preuves. dans du ». des révèle.Déjà auparavant dépendance Tessence qui.à théologiens ordinaires ancien remplir à sert Les a la prévaut la connaissance. de objections. Celle-ci de les. foi sa qui car des sur car (juia font eux exposée science pas la confusion et foi . Autre chose chose est ^'-'' l'amour des l'on la voie est de qui l'union qui les ('ubûdiyya). peut ne le doute par une les ment autre- et amants Mutakallimùn.

.

146

soi-même

de

sèment

l'union

et

le front sévère

rider

des

l'islam

SUR

LEÇONS

la

avec

théologiens !

Combien

Sûfïs, parmi lesquellesfigure déjà

des
danse

l'orthodoxie

de

Lorsqu'à

!

mystique

domina

soumis

à

illustres

Sûfïs delà

de
1'^^

rétique
les

Et

».

tant

siècle

le

sombre

célèbres

l^

:

mille

l'union

de

pratiques

ancienne

d'un

parole

Nul

«

furent

des

amis

n'a

homme
l'ont

ne

le

avec

al-Hallâdjet Ghalmaghânï

divin,
faire

il

la

esprit

Sûfïs

plus
téristique
carac-

atteint
traité

pas

si,surtout, quelque Sûfï poussait un

conséquences

comme

les

époque

une

devaient

al-Djuneïd (f 297/909),est

temps

que

aussi

maints

inquisition

l'espritdu

à

ix®

Baghdâd,

vieille école,

la vérité

du

^3o

cruelle

une

de

degré

à

la fin

divinité,etc.

le

d'hé-

trop loin

peu

pouvait

même

connaissance

avec

Sufisme

l'Islam

le

bourreau.
Si

15.

nous

recherchons

deux
officiel,

phénomènes

deux

marquent

l'un

du

Le

premier

nécessité
loi

d'une

des

sûfïs

le

mépris

dénoncent

La

la

comme

voie

«

sûfie

»

«Entrez

dans

Nous

Que

réel

ne

; cette

serrée.

Son

autorités
un

contenu

du

abrégé

ne

des

la

loi, la

»

est

compte
est

sufisme,

un

une

pas

h.
de

moins

de

principalesdoctrines

charï'a.

Sans

»

(sour. 2

du

244

sufisme.

tion
réac-

adressée

d'Islam.

rale
pasto-

l'édition

du

d'impression

pages
des

Dans

185).

lettre

dont

maximes,

elle»

al-Qucheïrl

une

caractères

la

et

conduit.

cette

les pays

tous
comme

de

leurs

y
v.

de

Hawâzin

volumineux,

peinturedes
choix

tarïqa

porte qui

les

et

»

chose

livre

un

bien

dans

épître (risrda)

«

sûfies

la

rante
prépondé-

^^^. La

plus important

une

sociétés

la

portes

sûfï ^Abdal-Karlm

aux

épître

(1304)

dans

figurepas quelque

se

«

le

la

l'aspect

musulmane

la loi

; elle est

témoignage

sufisme

même

Sufisme

leurs

sentit

représentants gémissent

de

du

sens

par

sufisme

cheikh

437/1045

l'on

Caire

du

grand

l'an

en

le

possédons

le

de

opposés,

l'oppositionà

malaise

Leurs

décadence

plus

sûfï, on

antinomiste

profond

radicaux.

les maisons

intérieure
par

n'a

côté

priori au

a

haqïqa (ci-dessusp. 141) supposent
la

systèmes

apparence,

tendance

un

l'abandon

et

qu'en

donner

excita

moins

du

même

que,

l'Islam.

de

les

Tous

orthodoxe.

côté

pas

avec

attention.

notre

entre

fût-ce

ne

le sufisme

milieux

sur

de

et

négation
dans

du

pallier,ne

islamique,

attirent

surtout

montre

nous

de

rapport du

accommodement

vm

sûtî, l'autre

côté

le

et

plus illustres
il y
toute

est

joint

l'œuvre

ASCÉTISME

la tendance

perce

démontrer

à

établir

à

les véritables

que

être

d'un

tel

vrai

un

développée
Sachez

«

voie

«

«voie»

est

servir

à fait

tout

car

distinction

la

ils trottent

le ciment

ils

les

invoquent
prétendent

et

lois

les

Pour

qui

eut

de

l'union

ne

remédier

cet

qui

le

les lient
de

état

Il

réaction

la

par

des

à

(f 305/1 111), F
âge. Puissante
des

mystiques.
de

que

a

la

l'action

de

questions religieusesdans

cet

liée

au

et

telles

livre,

son

aida

et

le

de

nom

à

sufisme.
est

la

un

science

après Qucheïrî

entreprend
des

l'Islam
des

une

légal
plus

al-Ghazâlî

scolastiquesdu
considérable

et

mystiques,

d'un

Muhammed

homme

l'Islam

écrit

pénétration de

l'Algazel des

ou

pourquoi

mentionner

le nihilisme

est

:

assez

129). Les

sùfî

celui-ci

l'Islam, Ahû-Hâmid

Abuhamet
fut

Elle

prière ;

(de la loi)

p.

l'histoire

dans

de

de

cas

pas

; c'est

monde

aA^onsà

nous

Tandis

la

liens

des

l'orthodoxie

entre

parler maintenant

grands docteurs

le

dans

époque

rejettent
de

de

n'est

criptions
pres-

».

légalitépositivecontre

idées

et

apparaît peu de temps

l'efi'ort inverse.

avons

; ils

étatslesplus sublimes,

choses, Qucheïrî

que

fait

représente

nous

solide

révélées

été

ont

fanes
prodonné
aban-

des

mépris

Ce

Le

les désirs

jeûne,

chaînes

plus

coupés

plus

religieusemusulmane.
de

leur

phénomène

ont

modèles.

(avec Dieu) (v. ci-dessus

ponts presque

second

Le

des

retentissement

grand

un

ceux

à

et les

nous

pour

défendu..., font peu

vérités

essentielle

corporelles

rétablir les
16.

de

plus

l'omission...

de

libérés

été

l'unité

de

vérités

hautes

avoir

vérités

les

par

plus

le

la

que

religieusea
le

religieux,du

devoirs

l'hippodrome

sur

la loi

de

Notre

dire

ces

; aussi

la

pour

ni cheikhs

roulé

que

nous.

même

suivre

pour

le

s'était

ont

parmi

ils considèrent

et

Sùfî

nécessité

qui

société

n'avons

respect

permis

des

l'accomplissement

La

compagnons

pourrait

on

nous

plus,

le

entre

vaient
réprou-

suite le vrai

par

restée

est

tapis est

religieusescomme

ses

notre

recrues

Le

; bien

cœurs

dans

trace

jeunes

le dessus.

pris

les

perdue,

doctrine

courants.
à

paralysie;

parti, son

est

renoncement
ont

de

ni

modèles,

de

leur

atteinte

été

a

»

la vérité

; seule

plupart disparu

les deux

entre

connaissaient

que

sufisme,

l'opposition tranchée

parle Qucheïrî

ainsi

qui

ceux

xi*^ siècle

au

bien

cette

le

traditionnel.

sens

au

éclaire

de

vigueur, et

en

la loi et

entre

autorités

musulman

ouvrage

147

SUFISME

l'harmonie

l'oppositionàFIslâni
doit

ET

sur

qu'elless'étaient

moyen
l'état
déve-

148

LEÇONS

loppéesjusqu'àson
submergée

était

tiques de

des

d 'être fondée

fondamentales

œuvres

de

cellules

des

écartées

jetaitun

regard

il venait

religieux,dont
Des

retraite.

quelques

il

de

côtés

de

l'étude

le

:

la

de

les

et

qu'elleavait
dans

une

âge,

moyen

la

mit

le

dénonce
oiseux
à la

doigt
la

sa

sur

eue

renommée

Destructio

guerre
sur

subtilités
la

à
ses

formation

et

par
tine
rou-

donnée
coor-

de

moins

la

rables
considésaisissante
de

son

pour

lui les
la

de

éléments

deux

pires

la

de

ennemis

dialectiquedogmatique

dans

ruinaient
les

théologique
littérature

^39

l'esprit

sentiers

;

daient
inon-

à

l'action

néanmoins,

philosophique

il déclara

faiblesses
la

et

ses

la

pensée

nuisible, surtout

et

du

du

sentiment

lorsque,comme

De

Kalâm

favorable

du

ment
impitoyable-

contradictions.

dogmatique

la

de

philosophie péripatéticienned'Avicenne

la

gaspillage intellectuel,nullement

contraire

bien

dangereuses

dans

cheminé

philosophorum,

spéciositéde

spontanéité de

la

les résultats

religieuse et

parmi

il

l'esprit

casuistique religieuse,qui

avait

de

d'où

avec

put jamais échapper complètement

ne

œuvre

de

expression

d'après

science

public religieux.Lui-même
philosophie

solitude

forme

traités

incarné

étaient

de

raffinements

domaine

la

pour

la vie.

et dans

danger

ce

théologique qui
les

retira

reconstruction

qu'il reconnaissait

tendances

religionintérieure
et

la

une

lui

que

Jérusalem,

une

furent
pensée religieuse,

sa

voyait notamment

l'activité

avec

les

tous

extérieurement,

des

que

109o

se

dominants

courants

ainsi

lumière

en

religieuxdans

la

de

et

qu'il requiert pour

met

détachement

de

dans

s'affranchir,même

religieuseislamique,

science

Il

les

En

à

systématiques où, rompant

ouvrages

la méthode

châfî'ite.

et

venait

juridiques

personnels

recueillir

de Damas

sur

de

honneurs

se

écrits

:

sens

qui

renonçant

en

théologienssuffisants,ilprésentesous

des

Fidéal

et

mosquées

scrutateur

l'école

l'enseignement,

dans

contemplative

vie

une

mener

les

tous

à

Ses

de

lui-

les deux

nizâmienne

98).

scolas-

Al-Ghazâlï

dans

p.

intérieure

vie

sa

situation

sa

l'université

de

(v. ci-dessus

scientifiqueset

procurait

célèbre

écrivain

un

ornements

la crise

succès

sa

et

Baghdâd

à

partiedes

il dénoua

subtilités

les

casuistique légisteet

maître

un

il était Tun

font

la

par

conception religieusemususulmane

impulsion juridique et dogmatique.

son

était

même

La

époque.

l'islam

SUR

et

il

même,
un

comme

à

la

pureté

religieux,mais
le réclamaient

et

tôt
plules

ASCÉTISME

il franchit

Mutakallimùn,
les

du

cerveaux

Il

les

Il avait

expérience personnelle.
cellule

des

la

dans
avait

acquis
à

la vie

siècle

du

ordre

cet

que

Le

règles

siècles

plutôt,malgré
des

voient

les

servent

à

Ce

en

sont

les

comme

la vie

de la

Gomme

il

par

Par
il
en

ces
se

a

il

moraux,

de

ce

laquelle on
doctrines

trouvait

fait

analyse

un

par

élément

a

donné,

motif
y

Dieu

général

en

de

et

qui

ci-dessus

p.

avec

et

but

son

exige
intime.

de

l'âme

le centre

motif

grande

système,

de la

ruptrice
cor-

dialectique

agir comme

une

sur

49) qu'il

vaine

intuitive

doit

y

elles

profane.

qu'iltrouve

y

dans
ce

ambition

la vie

de l'homme

de

affublées^

ritualistes,Ghazâlï

à

des

que,

expérience d'ordre

soi-même

amour

vente.,

ceux

la manière

de

des
une

dépendance

religieuse. L

sentiments

la voie

de

de

théologie;

occupation

lieu

et

tigations
inves-

disputesmesquines

(v.
une

religion comme

l'élévation

dans

sentiment

au

la

profonde

et

incisifs

la

leur

les

madâhib

des

a

de

morale

ses

par

s'affirment

les

on

de

et
et

l'espritreligieux^''^.Au

l'on cultive

central.

des

casuistique des dogmatiques

C'est

les

recherches

rituelles

termes

en

vanité

creuse

par

subtilités

corruption

plus importants

leur

religion.

complications

telles

De

la

à

particulierles

divergences

que

de

les

favoriser

assuré

contre

exigences

aux

les contrats

sur

les

toutes

la

sacro-saint

dignitéreligieusedont

servant

éléments

de

et

la

toute

et

attachées.

a

y

moyens

condamne

et

on

plus près

salut n'est pas

canonique,

successions

des

durant,

comme

civil

le droit

sur

de

de

rêt
inté-

un

énergie

son

d'études, proclamé

orgueilleuxreprésentants.
les

touche

l'épée.

avoir

affaires

les

raire
litté-

maintenant

toute

la

lui-même

et

peuvent

avec

casuistiquelégaleavec

plus profane, rien qui

de

Rien

il proteste

profane,

de la

mélange

recherches

ces

que

tirait

son

lation
légis-

contribution

sa

et

dans
de

professeur

par

laquelle il

de

retirer

Tlslâm,

de

considération

et

renommée

s'il concède

Désormais,

le

université

brillante

plus

Fiqh

réclamer

se

de

du

gens

se

quitté, pour

glorieuse situation

disciplinecontre

la

pour

la

ermites,

il peut

encore,

le trouble.

que

partie les

à

s'implantedans

et

peut susciter

ne

encore

casuistiquejuridique. Là

leur

de leur école

il

violemment

149

SUFISME

murs

vulgaire, où

plus

prend

ET

une

maîtrise
graphie
mono-

religionet indiqué

doit tendre.

Ghazâlï

rapport
normal

a

tiré le sufisme

à la

de

la

position isolée

conception religieusedominante,

de la vie croyante

dans

l'Islam.

Par

à
150

LEÇONS

des idées

relient à la

qui se

mystique du sufisme, il voulait spiriossifié de la théologiedominante.
C'est par

tualiser le formalisme

activité

son

que

l'islam

SUR

rattache

se

zâlï était allé lui-même

au

cadre

du

les Sûfïs

parmi

présent chapitre.Ghavivait

et

leur manière.

à

Ce

qui le séparaitd'eux, c'était le rejetde leur idéal panthéiste
lam
et de leur mépris de la loi. Il n'abandonne
pas le terrain de l'Isseulement
rendre
positif
plus noble et plus intime
; il veut
l'espritpar lequel sa doctrine et sa loi agissent sur la vie du
gieuse
musulman, le rapprocher de l'idéal qu'ilpropose j)ourIaviereliquoi l'on tend vers
c'est
de lui, enseigne-t-il,
le morceau
de
j'entendsnon
:

cœur,

Ce

«

mais

des

quelque
percevoir^^1 ».

chose

la loi dans

grand

C'est

un

dans

insuffler

vie

une

ouvrage

musulmane
des

sciences
A

la

façon

la

de bien

qui s'attache

; il est

Son
postérieures.

pleine de
appuie généralement ses
l'ancienne
doctrine
des

des

époque
accord

en

la

avec

; par
sens,

de

Revivification

:

venir
de faire intertaurateur
simple res-

doctrine, altérée
fixe

se

».

sur

ruptions
cor-

la vie

période de l'Islam.
des exemples tirés

Par

Dans

»

des

par

ardeur

avec

la vieille

Sunna

gie
la théolo-

al-dïn).

Compagnons
«

de

il s'abstient

protestationssur
«

procher
rap-

peuvent

ne

plutôt,lui aussi, un

regard
foi

et

sens

fier titre

ce

l'ancienne

à

les

dépouilledesséchée

réformateurs,

l'idée d'innovation

se

perceptibleaux

que

religion(ihyâ 'ulùm
des

à

le corps

non

cœur,

chair

il donna

dominante,
de

spontanée

la

à

arriver

pour

espritqu'iltraite de la pratiquede
systématique auquel, persuadé de
et convaincu
qu'il était appelé à

cet

nouvelle

le

divins

secrets

réformatrice
signification

sa

Allah

par

là,

il maintient

Il
de
sa

l'atmosphèrereligieuse

.

s'alimentait
de sagesse
ne
religiosité
pas
scolastique,ni de subtilités juridiques.Il veut libérer le peuple
des fioritures nuisibles
l'action
de l'espritreligieuxet assurer

Compagnons,

moralisatrice
Au

de la

lieu de la

nourrie

les

dévoués,
raideur

à

du

la bouche

aux

dans

loi,méconnue

réprobation silencieuse

Sûfîs,pénétrés

de

l'idée de

ses

fins.

impuissantequ'avaient
Dieu, unis à des disciples
et

l'écart des

la
larges sentiers de l'orthodoxie, contre
formalisme
entendit
et du dogmatisme, on
alors, par
de Ghazâlï,la haute
protestationd'un docteur vénéré

de l'orthodoxie

^râce

la

contre

errements

les altérations

des

autorités

du

que
Kalâm

l'Islam
et du

avait

Fiqh.

subies
Le

res-

ASCÉTISME

jouissaitGhazâlï

pect dont

de

les milieux
Ce
du

maître

partout

qui

bannière.

Sa

envoyé

et

Allah

le

comme

l'embrassant

dans
1^'*

Qorân

l'autorité
lutte

décisive.

de

est

l'Islam

de

nous

le

à

les

avec

éleva

les idées

dans

rislâm, signaler encore

Beaucoup
vieil

Islam
à

l'on doit

bien

sages

al-salât

rang

(qui se
la

en

très

comme

dans
est

œuvre

la
une

de

l'histoire

dans

considérer

voulons

nous

de

facteurs

est

et

vers

par

Ghazâlï
de la

côté

laquelle il

par

la vie

de

religieuse

mérite

à

pos
pro-

autorités

du

décidée

et

nette

proclamé

flétrir du

culte

Nous

ici,à

plus grandes

façon

Il y

priant

instructifs

l'égal

à

ralliement

musulmans,

des

d'une

garder de

communauté).

religieuse,

Ghazâlï

l'idjmâ'.Son

fut

pensée religieuse.

doctrines

(qui participeau
tourne

; la

»

presque

«

de

sa

tournant

au

particulièrement son

la

l'anathème.
se

sur

[mu.diaiddid)^'*^

estimé

d'infidèle

nom

la

musulman)

^^^

qibla, qui par

possédons

Muqaddasï

contre

infatigablement

d'opinions dissidentes, quelqu'un qui

cause

à

au

s'élevaient

tendance

à

sufisme

spécial de
de

mane
musul-

teur
régénéra-

la science

de

plus importantes

régénérateur de l'Islam,

côté

défense

Revivification

«

conception religieuse générale qu'il répandit

d'un

de

l'Islam

de

mot

de

la sainteté

titre

considère
le

qu'une

Espagne,

en

de

rénovateur

livre

Fuqahâ

de Ghazâlï

le

La

Espagne

i^^.

pouvons,

du

sement
sérieu-

l'orthodoxie

de

la ruine

hostiles
les

qui, même

décerna

orthodoxe
nom

l'action

n'était

Ce

nimbe

existence.

les tendances

l'édification

comme

du

intégralité,et

Son

tative.
ten-

sa

de

groupe

la doctrine

entourée

plus excellent
son

de

gens

telles tentatives

Tidjmâ'

après

son

pierres angulaires
Si

^^-. De

conjurer

L'Islam

».

contre

17.

durable,

postéritélui

pour

siècles

vi^

reconnue

d'un

la

de

par

v^

fut

un

dégradation.

effet

temps

tous

contre

la part de

l'envoya

empêcher

personne

de

de
religion [niuhyl al-clln),

la

le succès

dans

dignité religieuse.En

leur

sans

de

peu

reconnaissance
de

et

purent

ne

d'inscrire

des

bûcher,

partout approuvée

désespérée

des

haute

leur

le

passagère

fut pas

orthodoxe

favorisa

manifesta

se

pouvaient supporter

ne

résistance
ne

révéré

dans

vit même

Ihyâ

docteur

comme

qu'isolément qu'une opposition

fut

menacés

le

151

SUFISME

musulmans

croyants

ne

ET

fait

ou

ahl

conséquent

là-dessus

des

un
(env. 985)1^^,

que

^^^^
(kâfir)

partie

des

la

des

ahl

al-qibla
se

lie
ral-

ments
renseignegéographe

peut-être une Mais. il en . un synodes qui. lorsqu'il reconnu pas sur tentatives il peut matrimonial morts plus. lorsqu'il son tenter . s'empare comme mort'^^ parler . pratiquement. de questions autre fait foi l'une l'Eglise. Il peine précisable et à consensus. difficile de la et qui la vraie la substance la théorie extensible. ne apostat et la des à données de rétique. hé- par adresser nous témoignage son accepté pas aucun dont fait qui entendre sont pour véritable conclu mépriser fait ne l'on avec d'imâm peut convertir.Le demandions. ment constitutif élément Ce chrétienne. Ce révérées toutes de la et plus d'accord même infidèle hérétique^ de vraiment sein au critérium autorisée dans mettre dénie partilui la Notamment se le foi. fois de il est ». obtiendrions. il sacrés. désormais de pas principale- parallèleavec en religion dans pas controverse l'orthodoxie de la mis être peut ne de ne valoir doivent islamique. un de consensus. après symbole d'exégèse pas laquelle se conteste sans des et établissent le sur ressort un dogmatiques^ comme a diversement est passer n'y les toutes conciles comme le même n'importe quelle Eglise ecclésiastiquequi représente . Car purement Un « de islamique^ ce qu'ilfaut réponses compris mariage un et justice. trois échouent. sévèrement. autorités. bien de gens. s'intéressa monde de l'Islam dogme une du religieux. contradictoires. cette et à parti. textes des préalable. pour dans nous on définie.les réponses et auto-^ gieuses. un la de on la vie kâfir on lui n'est avec peut prier prière des lui. avec valeur doit qui parti regarde des comme ce questions ce sur la dont pétrifiés. mettre le rôle on lui docteurs théorique. il n'y infime minorité de fanatiques . d être cruel lui. vive n'y a des sont fonction doctrinales rite dans est notion Si à diverses Tavis l'homme hommes connaissance de faut entretenir l'éviter remplit le Lorsque le à Cela eut que à est peu être . intolérants Et la religion de Muhammed. côtés aux Le étude son cadavre.152 dans qui. si ces la serait dans valable pas lui ger man- . avec mort ne avec n'est tuteur comme les excommunié est commerce.il ne meurt. nous formules les exclusivement fondent de il est tel. ces peut ne leur de bien même haute les un qu thode mé- qualité. il faut d'abord . pratique reli- l'orthodoxie de moins ces définitions.

.

qui il ses n'ai en ce accommodante. à image une s'écartent milieu Ghazâlï ^^^ Nous leur s'écartent ils dernière favorable culte Le « orientent version.Ce de passion une des l'islam SUR : proclame sur touchant a consacré de Critérium les la reconnaissance divergence il des dans la distinction le monde fondements des à l'idée hommes de principaux comme particularitésdogma- . qu'il fît venir déclaration: cette derniers les sur autres Abù-'Alî Baghdâd.154 LEÇONS la lutte abondance. autre une la tolérance qu'à H qu'une à de je que nl-qibla. car d'agitationdogmatique qu'une la d'al-Ach'arï. mais tous a de et le produisent de telles ouvrage tique dogma- épithètes de des esprittolérant. on et des uns vrai aurait été accorder n'est autres de vieille leçon. le Ta » de sufisme exhale toutefois hors s'élève campagne de tolérance entre rislâm de la la un croyants^ jusqu'à et doctrine et que si tels des risquent définitions ces Nous avons confessionnalisme. en devenue scolastique de orthodoxe moribond à informations les entre raconte. un lesquellesil n'y Vlslâm religionest formules rabaisser se sième troi- l'auteur. écrits ses sont et les puisables iné- spé- la prétention d'être avec de salut. de ces suivi siste con- notre infidèle d'autres que ce vain en pas littérature pas à nication l'excommu- à dans la tête à peu seul pas qui contre en fut jusqu'à rejeter même dogmatiques d'école celles luttes. différence à cette sentence les nous vu lancée créance à flairer l'hérésie maîtres. malgré témoigne ahl malédiction plus temps deux la maison objet d'adoration même une Je « des d'après que. Sa prétentions. ne Il est Mutakallimùn des avons qui ces hausse ne ciosités Ce l'œuvre. décli- jamais regardé quoi sa de mourut d'expression». contre s'y jette continuellement opinions qui Au : Mu'tazilites offre On » côtés. kâQr d'à et qu'il se hérétique de spécieuses. le pernicieux esprit d'intolérance et Parmi la la qu'à est n n'était adverses opinions parti. ture cul- chevet son tous information. dans put kâfîr comme de choses.Et Il y l'accord de de sèchelangue éloquence pathétique lorsqu'ilpart une Vhérésie. suite qu'apparaît dogmatique encore pas rationaliste. dernière était ^^^. encore aucun le esprit vers les al-Sarakhsï. dit » . de lorsqu'il s'agitde dessaintetés pour J'incline n'est la et parole L'esprit de déjà vu. des moments lui murmurer. que à les formulaires plus spécial intitulé la base la loin. forces lesMu'tazilites. plus nantes.

érigés sur cet ligionnaires. l'Islâm offrir la et retenue du rejet le khalifat schisme « des l'égard qui gens dans reconnu chî'ite. par- Flslâm des esprit ^•''^. sagesse ses retour détourne se mémoire voir. comme à sérieux au grand plus son mais nouvelle. son un culte grande la de dont action à qu'il l'a des du autels sufisme avoir disputes la des tisans. et ET imposer tournent se peut ne dois Tu la vers » .ASCÉTISME tiques sunnite. l'excommunication. Avoir rappelé vieille cette l'avoir c'est Il n'a là. à à 155 SUFISME conséquent par langue ta à le même fondement aucun qibla fût-ce ritualistes. passés. par on 11 était lui nous n'en est désunissent infidèle. plus de âmes le moins pas 11 sûtisme. le qu'il la dans pu vrai et et mérite avons déterminé devenu par unit. et les tourner vers fut la de l'Islam. core- aucune d'éléments vers sont de meilleur réveillé ses gagné répandu l'esprit a de l'histoire satisfaite coreligionnaires les lui enrichi d'école. là prise doctrine veut qui cœurs. religieuse Ce . idée temps auquel produits la foi dans constitution il intérieure les en qui théologiques d'elle-même.

.

•des de l'Islam à beaucoup sectes appréciation faute La habituellement à doctrine ci- tage l'héridu . : permet l'exception à la à la tradition qui que à amené naturellement à aussi doctrines 73 l'enfer. : enfer en dissidentes. considère on les de de (par exemple 71 des ces été a où va en conceptions d'une soit mentalité mésintelligence leur •doxie on donné a une même la pour (al-fîrqaal-nâdjiya). dog- lieu donner l'Islam qualité de 73 exemple. la avec ne les branches Zindïq veut ». des seulement se cette pas Mu'tazilites sectes différences de Fortho- d'un côté sement sérieu- musulman. s'écartent En peut les parle et autant ^ musulmane comme judaïsme Sunna sont a de la seule Toutes « gloire compter ne ce ne hanafite. proposition cette «branches». vont 73 et le ne que la à tradition une malentendu. revient en rislâm. bien générale. sont à naître mécon- de que de matiques. face en a d'esprit plus tolérant. père uns les Le C'est. Cette de elle qui échappe correspondant et vertus appartiennent toutes c'est-à-dire salut. on seule une transformation rites •quatre rislâm . à du vertus conforme occidentales. complètement secte tolérante de branches. d'Églises formation l'autre. lui 72 se de du au de nom Ghazâlï. conception avoir et dèles. jamais étaient contesté : On l'histoire mu'tazilite.) comme pu les une conceptions n'aient elles Dans qu'aux parfois jus- pas les mène manquer influencé telles des d'une qui des mâlikite. du Sans volontiers adversaires de les action lo2). en fait de théologie qui. ce dont celle milieux le sur plus grande beaucoup compris christianisme. les ont mis dessus en p. vertus.V SECTES LES 1. ils pratiques fils orthodoxe ces dogmatiques. par traiter . ses pour reconnaît fondant seule. « mal diversité une réalités. la part et (v. On attribue multiplicité saine une de Ayant rislâm. » qui la à paradis. sectes. à thèses autres aux qui professe les enclins leurs suites de interne doute tournure etc. d'infi- parfois de la parler kuftar.

caractère un de religion. se devaient questionprépondérante cette les questions religieuses. sans Prophète. concernant il la eut y façon premiers laires. viennent ferment de 2. justement degré à cause de . parenté plus nuance. imprimer la à questions politiques question religieuses'y mêle tôt déterminant élément un de comme de choix de du de l'œuvre musulmans dignité khalife du modèles avait 'Omar la famille du la volonté dont Muhammed. premier en Sunna. son cette Après C'est à pour en extérieurs. an- tiennent inévitablement d'intérêts religieux leur justement élaborées. les départ. et s'opposent à l'Idjmâ^ qui concernent premier dominant significationprimordiale. une actuelle ne 2. parce cultus est exagération fanatique ne delà communauté Dans déclarée forme d'Islam dans des de celles mais le de sont des rôle. aspects religieux. tirent idées gouvernement manière les sation l'organi- dans périodes ses propre que de lieu . authentique. la pour la forme sectaires guerrier.qui y est la lutte de véritables encore les qu'il semble. elles prennent qui prêtent fou-^ de comme l'Islam. sont bientôt portance imsein au enrichies religieuses qui. Abû-Bekr. remontent pas. Mais application successorale ambages questions fondamentales scissions Ce dispari tas sentiment partisans s'écartent sanctionnée musulmans. ce qui genre. la continuation parmi eux les point devenir la succession la religieux. à existent Il à Les premiers vieil du vrai ce la sur Cependant. Des les la successorale au pas peut considérer dont groupes dévolution Cette sans ne on loi musulmane répond musulmane. titu- le de pour qui. la d'une fut la dont avec ciennes. ce fondée à de qui ont.158 LEÇONS libre arbitre.dans les que mouvements d'éléments encore sec/es l'organisationpolitique. et le devait de trois égard garantir début. rislâm. mécontent ses life kha- musulmane. les que la à cette particulierest la d'après que empêchement un l'islam SUR n'est la communauté la décision pour la sur un parti été conférée à et 'Otmân. la très mort au l'heureux totalité des la perpétuité scission. communauté une le fait d'un en historiquement.revêtent politiqueleur c'est que Islam scission la questions politiques. (successeur)qui Dès nue con- pas dignité de la communauté Prophète.

lorsqu'on plaça 'Otmân. du reconnue. c'est lui en sur Mais put quelque temps des khalifes. n'ait Parmi chef famille prétendant comme khalife. qui avait rétique du Qorân. Par « dans universellement contre parti de qu'il n'appartînt saint. dans du le Muhammed. khalifes plus proche. 'Otmân Il sans dut et leur la gagner chef de l'histoire ce ment. qui. La 'Otmân de sang soutenir famille une l'Islam. amena l'ouverture enfin et le Muhammed. et plus.un commencements. que les lui. dernier ce le cousin avait du occasion tête de famille membres avaient à rislâm naissant. (les Omajyades) vivant pendant que. l'indifférence contre suite précisément fanatique. manifesté privilèges matériels des des le Ce que qu'ensuite. religieusene occupé acharnée dans un lutte les et Mu'âwiya. ses 'Alï. épousé une eût 159 SECTES cette en au trième qua- dignité tant combatMu- l'Omayyade Mûller du monde appelle * ». l'Ecriture sainte l'attitude règne que s'éleva. et reconnaissaient de gouverneur à la à le succès. sur mécontents du de de le troisième une de même parti *Alï. ses que la 'Alï liste adroit plus indignes premier khalife. faible grâce à divin ce dans lui fût une des un mais désorà khalifat au été pas la le vent fer- un première place. dont mécontents l'institution dans groupe rang suspecté des côté à religieuxqui voyaient droit le conformément pas tenue encore religieusedu doute sans nat l'assassi- dressaient se sance jouis- l'Islâm.LES motif.puis 'Otmân. trouva ne opposition parent. et en les vengeurs 'â^viya. cette par l'on tenait khalife devant l'Etat. et les à le trouva mort définitive. de politiques. de précisément ralliés des trône au hautement la personne en la de parent son s'exprimer l'Islam. de parent un préféré Prophète. le vrai représentant khalifat. de du du Syrie. bien s'y fussent l'influence 'Alï et de khalife. élever la fille de Fâtima. l'Omayyade injuste de Il serait la de renversé. ses la A la action pieuse cette maso- vérité. ce de que les vengeurs l'espritarabe La ceux partisans du comme pas règne dont cédant le gouvernement. même rédaction le texte pour efforts. ces . comédies de son sous seul. mouve- révoltés fut pas ne figurer que qu'August stratagème. de Malgré la soulèvement entre bien tient l'objetde été acquit qu'on pourrait porter le livre à lire avoir semblent adversaires accusations aujourd'hui est qui ils rance prépondé- l'écart.

cela la tribu à Lîn esclave répond-ellepas communauté. l'histoire de [ceux qui sortent). A la différence des à dominante. il peut ces conception généralement plus tranchée comme rejeton des plus plus rigoureuse Même la p. sa déposé être du que en tude apti- même la loi divine sévère le Prophète dont races. leur de point à fut qu'ilfut dupe il n'est le dessus. pouvait être jusqu'au bout vient de retirèrent se la sanglante le soin des Ton et la de 'Alï. ce (( même le cette l'autre et pouvoir ils tirent l'investiture de moment issu. et eut voir perspicacitépour inévitable. commu- conséquences s'était produit la Ils sont Par contre soumission . d'un convoquer politique.pas races il plus digne le ne profanes le but et exigence du jusqu'alors au ils les intérêts n'était ce que le mobile au cette logiques conviction étaient qui doit la acquis l'Islam de contempteurs comme rations considé- cause sont dans de à veraineté sou- d'ordre. ils connus La des à phète Pro- Il fallait guerre. de sous loi. de tiques fana- du humaines. que choix le parce luttes. hommes. l'am- nauté. beaucoup eût mis au question la de à timent assen- toute sur définitive assassin son besoin pas défaite sa que Jugé donner apparence. à certaines exigences. au LlSLAM SUR LEÇONS été fin fait en à la lutte qu'il soutenait. remettre Avec auxiliaires des rangs décider. la conduite jugement plus un du Lekhalifat l'Islâmlaplus stricte qui concerne ce nobles conformité qu'ils de et de éthiopien» possède de des triomphe Qureïch de nom khalifes. avec de ces les la bition. pas du le libre par la leurs de libre choix limitant privilégiées.460 derniers confusion. faible de bien aurait qui tribunal un la suite de Il ressort adversaire de combat solution. ils regardent la l'exigeait dans position l'op- (ci-dessus les œuvres . ils mot ce séparation. si le poignard d'un de la n'eût ligne. ordalie peut ne d'en mains d'un des eut la succession sur des à motif premier khalife. Le schisme dans soutenir l'Islam. humaines le camp que le l'arbitragefut à Dans s'avisèrent qui ne 'Alï de consentement duite con- par des commun ne cela l'opiniondes Murdjites derniers. finir pu d'arbitres. il y du décision la confiée Dieu. et. pas. pacifique en cette débattue.Ils rejetèrentl'un Ues Rhâridj deux prétendants avaient '(droit divin ^. mais » conféré être De en était khalifat au exigent de Dieu la et ne la le chef suprême en ils admettent à 68).'Ali vue à Son milieu parvinrent.

.

a sciences Des le armes théologique le chefs. de chez jour lesquelsil s'opposaità régler les rapports religieux^2. politique. (Algérie). anciens aux quelques questions capitalesde système et dans 'quelques divergences remonter s'étaient leur solide les détails présentent se développe se près des Mu'tazilites où temps l'orthodoxie. la doctrine aussi que théologiens au révélé été montre dogmatique.mais sein au parti qui un déjà aspects négatifspar avait. s'est maintenu le plus longtemps les ces groupes de formules de de cesser mis au .162 LEÇONS dut yade les leurs consolidation. la tenace de Après la répression de leurs révoltes. Un profane. par reconnaissait fait était leur de ^^ présentait pas se législativeet rejetaittout jusqu'à porter » ne positif. Elle l'insurrection à Khâridjites démocratiques.me temps de leurs luttes. justicedes gouvernants. l'iSIAM SUR livre la saint. les Khâridjites se à Fin- protestations contre indépendants des sous que tiers joignaient volon- se société. qui applaudissaient à révolte concevoir pu autrement là aussi la gouverneurs n'ont musulmans de antidynastique. de dogmatique. groupes éthique cadre de Omayyades. récit considérable très dû ils ont régime dominant. rationalistes surtout généraux. même . sa classes Aux déshéritées tendances soulèvement tout à forme nord les contre Berbères C'est en Leur des leurs à Berbères le que servait facilement servit voile de l'Afrique du Les résistance la culture historiens nationale et les mieux. les ordinairement tout système un religieusequi dans fait frappant tendances com. l'homme directeur battre com- jour une la naissait con- qui la Médersa (1907) enlevé récemment de Gons- la mort par Il est l'on ils sont accusait aux 11 y autorité à atteinte ne ferait erotique aille Dieu et de il du l'intégrité pas partie du est impossible pair ^3 à De avec pieux les autres Mu'tazilites encore leurs encore fusion en opposition dogmes aux exclusivement le elle penser propre im- comme leurs La partis « soutenaient de qu'un histoire cette parties d'un alla sourate serait ne que Qorân le reste de Qorân. en littérature en des raspectd'unmouvementkhâridjite^^. khâridjisme théorique par tantine de et compacts.en en propres depuis qu'ilsont et Khâridjites. comme dans que. groupes Joseph doctrines bornent islamiques. Gomme et leurs Motylinski.au épars. Qorân.

du rite l'orthodoxie dehors de la encore. loi de les quadruple en que rente parfois diffé- sera caractériser leur quatre rites orthodoxes c'est-à-dire ». de ». ibâdite Ibàdites l'écart du ont des l'Afrique orientale les que du dernières années. un des leur à des s'élever pour d'eux-mêmes. agressive par ont ils ont paru eux pour nombre fait même un coins inaperçu. retirés. Il y a le professent d'après nommé. et part à supposer qualifiés. al- ces séparatistesqui (des madâhib communauté ortho- doxes). resté pas la en tant représen- un quasi-oubliés. soient table le où sur Tldjmâ^ de Qorân tels passages révélation sublime du adversaires ses de que 163 SECTES les à rites. ont. arabe. nos plus ancien aujourd'hui encore schisme sous de la l'Islam forme . ^•'. sont en Khâridjites s'étant sunnite général. système fondateur.LES les passages touchant chose malédictions contre impossible La communauté dehors réalisation sa opposition au principaux. quelques numéros ^^. dans est nord Gonstantinople le 'Oman Khâridjites. active reprendre conscience par la et fait monde l'intérêt. gardée des consensus les bien Prophète qualifiéspar une extérieure celle de de (p. ces peut-être que prenait nières der- ces taux fondamen- propagande semble-t-il. les khawâmis.par rapport tard cinquièmes « dans une « ^^ aisé la Il est Dieu développée il est de et profèredes Lahab). principalement encore dans s'est conservé.Celle-ci. comme doctrinales jours.vivant commerce' envoyé (Zanzibar). lesquelles. ils ont journal dont. son subdivisions observé. : au différences quelques (dans l'Afrique du Les préférenceai?^(/fïe)^^. est du le district du de députés orientale qui rencontrent se l'Afrique les habitants Afrique en de remarquer à dans dans Chambre la également a des à Ibàdites Mzâb. chronologiquement. nombreuses communautés en ihâdite aujourd'hui. et tentative une nord. pour régnant plus a Abu ex. Khâridjitesest donc. On Eveillés leurs de Djebel- mère-patrie à littérature. ^^ dont Nefûsa(Tripolitaine). un islamiques qui groupements nombreuses Tavons nous l'avaient des Des khâridjisme. le rait pour- énergie dans de il y dans une ouvrages essai . on de prononce scindé.qui n'est science européenne fait années de seulement La secte comme subsistent imprimer théologie. d'un les à dérer consi- restes groupe en de .

également for leur l'occasion. que et le mouvement est précisent souveraine. parti opposent ce chVite. est vertus siège spirituelet au à au aisément les mobiles ils reconnaissent qualité par préférence au vint en laquelle prédominèrent l'Islam. reli- la souveraineté dispositionet désignation suprême. 3. par Prophète. qui répond nom. Les des le cette au mêmes. 'Ali de d'infâmes de mais toutes droit entrer de Fâtima. 'Alï. dignité religieuse. communauté haussent encore il Hasan » à (rabbânî un degré . sa investiture une par de raison En de de Aux ses yeux connaissances Chi'ites Sunnites prédécesseurs théologien de hàdihi-l-ummati)'^. peu l'influx musulmanes. continue les pour ses khalifes l'Islam nous la succession de premiers du sunnite : origines. eux forme légitime seul investi ce nature. Vlmâm. vu en ensuite divin tache rat- se parti qui. pour extraordinaires.est descendant gieux. chaque époque. Ce ralliait dynasties suivantes. les droits l'appelle de à divine donné direct du . soutenir.164 mahométans séparé de lorthodoxie présente. entrent trouvent lutte descendants ils s'élèvent même les droits. de et des de de l'Etat ouverte prétendant 'alides contre davantage pas à droit.les membres du phète Pro- qu'ilscondamnent même tyrans les trois khalifes dans islamique à postérieures.de aux son du des plus haut. de et et 'Alï. ChVites. prendre une la A chef de dans d'un place de de qu'ilsreconnaissent Le premier passe. un sans homme al-Basrî de mieux chef à Imâm léser khalife élevé « et le au la le comme seul temporel. contre les toutes mêmes. qui issus comme se Omayyades. cette opposition cette humaine. des l'islam SUR LEÇONS sous forme une ordinaire. sectes sunnite d'idées le Son histoire type de la formation dans relig^ieuses la lutte politique. khalifat. comme ses la famille manuels formes de l'oppositiondes par élémentaires question trois provoqué deux sous à fut qui l'histoire pour intérieur. sous répondent ne sente pré- se schisme silence en violations ces l'Islam déjà Le après la chute le la constitution contre l'avons cependant sans usurpateurs lorsqu'ilsen ou. lutte ouverte en les toutes à décesseurs pré- époques suivantes. l'usurpationdes dynasties non contre idées de Prophète. important Plus sectaire Les plus dans la protester d'abord les A légitimistes. compliquée.

le droit par directs établi. qui explicationsarbitraires Miramo- sont le des Muhammed par lui titulaire été rature litté- légitimes de d'abord consacre a la les formes la série prédécesseur. et qu'on les toutes d'une en droit et mettent trans- se ivasi. connaissances -^^ titre porté depuis élu Sunna d'arnîr titre au de et décision. mission sa des connaissances ces Prophète dans successeur commandement le . indispensable une chaque époque. la à pas héréditairement Par d'après a. la décision dont déterminé L'exégèse chï'ite. 'Ali derniers. divine Huseïn puis la croyance dignité souveraine. il est la décision faveur de de de du qui Prophète. expressément principe la dynasties. direction. cachées tenues qui n'en ». famille sa confié eux. à Car conséquence à toute khalifat attentat dirigerlacommunauté donc divines du divin 'alides. de par al-muminîn. différencie ce que gnons Compa- « d'enseignement négation La des masse l'a choisi conséquent par sances connais- (v. commandeur des khalifes de MirainomelW^-. au la seule de direction de ses de cette la la atteint. le temps. retrouve qualités spirituellesqui des et Les héritiers les Imâms. spirituelun au légitime seul. affaires libilité d'infailpour gner ensei- religieuses. et établi du Qorân Toute où et de qu'iltient et C'est Dieu ne d'un Imâm une prive de ainsi ne la et Dieu^ pourrait être de l'Imâm toutes nécessaire est éclairée. sa en doxe ortho- 'Omar successeurs ses conséquent par wasî divine tous pour exclusivement et Fâtima. plus haut. Imâms comme atteint par du petit-fils d'avance 25^ trouve la communauté. p. Miramomelin. grande dignes dans directe. 131). lui Prophète 165 SECTES LES une sonne per- la direction institution . ordre cet forcées et des propres. car. Hasan. comme telle ^^. est et de une que L'existence sans .supérieur. légitime même est. D'après l'Occident. le but le paroxysme des passages temporel. son les par dans descendants tout et toute divin.Le qu'il a étaient décision une nommé son . c'est-à-dire parlons nous seul a croyants médiévale 'Ali dont adversaires ses ces soit. uniquement sont sa femme Prophète. de serait constitution autre usurpation. habilité qualifié et est dans époque Dieu titure inves- une des la de par qualité extraordinaire génération aucune expresse. défiguré sous de lin. Cet -^. législation L'imamat gieuse reli- justice divine. Chacun esile répondant fonction de l'ordre à les ordre -^.

et dans alors politiques. et la persécution . tout de leur et temps. Huseïn. fournit objet de l'Islam. choisie de dans g-ouvernement après l'avènement Peu Prophète. qui.placé masses. Ghi'ites Les décisives. défaites après leurs la bannière leur Dieu même lutte par inéluctable une affaires leur et reconnues l'espoirque aux donc.et régime existant. la dynastie la par la descendance Ghï'isme. Muhammed des le contre la confession à succès. l'étendard puissance yade omay- prétendant comme Fâtimide. propagent surveillées naturellement les autorités sous . religieux prennent côtés scandale. d'engager champ grand nombre un Peu des Prophète. 'alide dans de caractère le Ghï'isme Mokhtâr. la les de l'occasion trouvent plus ancien bientôt théocratie.dépourvue fera institutions les contre l'idjmâ'. leur d'imprévoyance.était toujours pour une de les hérédité une politiques. dont du petit-lils de le Le après de et la Hanafite se mesure le sous part premier les dévots règ-ne de de 'Alî n'était pas de dont son eut Kerbelâ le deuil (680) prête jusqu'aujo fois. conduite. en à rendant en préparant se son de jour un prétendant dès chances Il leur faut prendre un ils réussissent leur de lutte. ouvertement même début. mission. finit par vivre continuent intérieur hommage triomphe par à nure juste tour- une extérieurement soumettre le résigner se à à au l'Imâm propagande une secrète. parce ininterrompue qualifiéedu question de légitimité. leur politiquesde opposition l'Islam déployer à l'imamat. dans le pas le de première orientation cette des pierre de le côté plan du temporel concevaient comme second le Omayyades.Ses partisans opposition. leur qu'elle faisait la communauté représentant. sous une la avec suscité chrite. 4. une l'occasion. les côtés sur transmet se de l'islam SUR divisions fds intérieures du Ghï'isme. Ainsi naissent direction leurs et d'un idées recherchées des chef dans de les en organisations clandestines. cette beaucoup avec l'usurpateur omayyade. c/â'ï. avait sanglante bataille encore sans qui de signe précurseur : à piétistes au passer lutte une martyrs Mokhtâr Ce 'Alï fils de un milieux partisans sentimental nouveau triomphante. tout temps Elles par sont à leur la tête.166 LEÇONS nécessaire (tvâdjib)et les membres parmi Ainsi.Rarement défaite. que dynastie.

encore consommer les prévoyants qui la permis menées que fruits les mieux précisément avait des périlpour le sut siècle. un 'Abbâsides car c'était derniers du les par prétexte la de du légitimes successeurs le de Huseïn : on n'était ce que avait 'Alï. gens de sa des khalife du à jusqu'à du les prison 2^. principe le cutés persé- qu'ilpouvait prendre part à ceux poison un caché vie de la famille du de même soustraire plus dangereux la le terrain sa fils de un Ghi'ite se tourner dé- la maison par un les sacré. ven- de les prétentions souverains les dont de la « famille ». d'être 'Abbâside un telles légitimité2^. la de hadît. ce al-Hana- prédécesseurs rappeler. sous dernière sa paraissaient dynastiques Il 'Ali présent que 'Abbâsides.ils dont Omayyades. en se al-Mahdï. culte du peuple cédés. qui devait ne son d'entre . s'en de juridiquement voir des doivent activité en de de petit-lils propagande pouvaient ne du été 'alide descendants aux les sous que qui l'Etat. sang des Prophète. pas point versé qui appartenaient de le : milieu au ibn durent Ils Prophète. était profit. la chute droits souverains. clan- Prophète. Beaucoup pouvoir un ces bien avoir Après Mutawakkil 'Alï. plus qu'en eux sous 'Abbâs.LES 'Alides des souci le est leur dans sont point ignorants. leurs les pour 'Alides la à parée pré- d'autant être rejeton de 'Abbàs. par pour à destin. d'après dynastique intolérable inépuisable de dans droit vèrent ache- prière du à la du période précédente. et avaient leur révolutionnaire. On dans les lui l'on rapporte destin réservé . en ils Omayyades Muhammed chï'ite. de heure les droits recueilli donc rasa droits Féchafaud qu'au encore en tribulations le forcé pour étaient paraître combattu Un que contesté devait n'est . tenir pour de durement des ou se ceux lieu ce de furent règne périlde aller arrivés plus le tombeau mais plus notables. conséquent eux.sous s'efforcèrent Imâms. sur en temps fidélité sa série eux.de menées. arroger ne Sous toujours persistantes. tranquillitéde propagande l'égard des à la chî'ites. maints vie leur Au dans d'années khalife de hors A les avaient retraite les (( fait sur thème prédire 'Ali dans il est absolument de [mihan) des triompher la continuellement longueur à aux suites pour- quer ris- se dredi-^. de viu*" fîyya secrète on qui incessant propagande voir les 167 SECTKS et littérature la famille dans les question du chï'ite Prophète discours du que mauvais consiste ». con- 'Abbâsides.

Ils y même. l'histoire de de l'objetde de doute un présentent les Chï'ites. paisiblement. le plus précieux et le une pour le jour ». à cœur Omayyades. la ^^ généalogie jour de les comme admit authentique des à misérable On lèvres trêve sans la famille de naissent recon- leurs laquelle il pour persécution. la On Prophète la sorte en soufPre. la Ghï'a desséchées famille dont bientôt de la vivait de descendant le telle la que suite une dont riche deuil littérature poésie en Moharram. qui n'ont 'Alï et commémo- de ses peut est » de et matiser. caractérise un à des -^3. la dra- solennité sujet des au à événements famille la famille. cette tragiques cette clôt dispositiondu noble.Les des et « ainsi lequel il Prophète infortunes Nos « c'est dans poème abandonner. lettrés. est très de épreuves. de versaire anni- du c'est proverbe pas réprobation qui trouvent la plus humain ce sécutions per- que Plus arabe moins le chant tou- ^^. représentés jours mémorables rappelle les de vrai fidèle que Les que ont de le de la larme Chï'ites croyant trouvé cette dans naïf cause cette grandes valeurs ses thenticité l'au- sur à pas devenu la religieuses. parce de de une qui à ses comme pour Dans l'islam SUK élément foi leur de loi ossifiante timent sen- et à qui appartienne . les plaintes et de en Kerbelâ nos nombreux tradition tendance sans jour ['âchùrâ) passe la sous sont de qu'un prince et dans aussi. deuil cutions.à la vocation détresse devait Depuis la comme d'après laquelle tout homme est il soutient considéra subir Ghî'ite vrai Le leurs à ce teurs visi- reconnus pas la marque eux de les par aurait en membres amaigri la soif et par pleurs 30. lors mihan la famille le forme mentalité pleurs. dont le dixième la tragédie de de assemblées journée rative. sont non martyrologes (une de leurs cette pouvait ininterrompue le récit.168 à LEÇONS postérité^9 sa raconté 'Ali. que tels. assemblées le deuil chï'ite du race souffrances Les '^?'. pratiques. portier Qanbar son qu'iln'avait leur à inventions ces partisans (chVa). persé- du deuil un un de [ta^ziya). du Kerbelâ. les vrais : corps trouvé pas des annonçait les ne il est grossières. opposé dans mois martyrs. d'humanité tel un tiers dramatique de ne et dévoué s'élever phète Pro- spécialitéchï'ite)fait premier de chï'ite 'alide modernes si que. sa et cause coulent et persécuté la et soumis être d'où yeux téristique caracse groupe privations. consigné prose.

.

tion persécu- dans séparer intérieurement me s'il contenue fait l'Islam à activement les Il m'a le tenait qui la de fanatisme à la de concentre Djà'far al-sâdiq : soutenir de intérieure religieusestout fois à l'Imam une de doit. d'un propagande secrète.. aie pitié de de faire . malédictions des Et est mon par la de gens prière et j'aipitié de celles quel Prophète le célèbrent » et votre sien. son bons Cette mentalité . qui chï'ite. à foi comme a serviteur. la cause mon Celui : précepte ce orthodoxe. les adversaires. s'en phète.170 LEÇONS de groupe dans le sur la d'entre ses eux. qui fait ton pouvait Dieu vraie mérite? qui élu. lequel avait du 0 « état en rapporté cellule sa disant été même aider. chï'ite système l'imamat désignés Prophète. succession pour cette reconnaissance ouvertement il revendique la a. père. et du qu'il apparaisse petit nombre. et comme sa discipline (al-barâ'a)de entendu famille. c'est ennemis et répliqua : bouche dans (lesanges) est : du nous Dieu. nous maudire. de et par Dieu La par ses conséquent. Pro- vos L'Imâm de père. mais pays le pour taqiyya^ qui signifie« mot seulement un confornuer s'y l'islam SUR contre la chï'ite la littérature particulier.» religieusechï'ite religion^^. résume se appeler le péril et règle une L'impossibilitéde de foi sa peut de duplicitéet temps précaution pas 38. est un article . cer- votre moi agréée chez est abstenir aussi a quences consé- Quelqu'un nom au nos appel ment senti- un . pour tout qu'il ce il le ferait J'ai exaucé « de ennemis. prient : je que cet des malédiction imprimé ce » parmi adversaires faute une tainement. ou droits que. par légitime une des pivot sa théorie choisis hommes dignité parmi les descendants de connu pour Flmâm seulement du temps. d'une triompher. de est même les puissants adversaires. dans comme soi en librement se non représenter aisément se fondamentale qui et il agir et renferme colère colère indomptable doctrines feinte de Ghï'ite véritable. tout davantage. ne pour Elle commun. On taqiyya.. elle et ?^^. un des et faire contre petit-fils du O contre ils est singulières. compagnons école quelle de dominent où était l'un bien doit dissimuler joeu^. une haine des absolument nature demandait je inadéquate puis ne puis faire. s'il de est des la loi élus cachet 6. son enseignement est trop faible mais est à pour qui Dieu lance ils lui. parler donc manifester école en Le ». Le de émane Cette cet âme.

du tique Khalife les la joindre comme les celui Imâms.. comme groupe dispensé est quelque celle de et Pour un des Prophète. — de dispositions. fanatique pour fidèles lui de à autres l'Imâm les Imâms tous torique. inséparable succédé). sec le reniement de lui à aussi » c'est-à-dire dans devoir. D'après "). son est qu'aucun foi. poussée attention souveraineté des de des à et chï'ite. le Ghï'isme. l'Islam.. châtiment la tout doctrine péchés. l'obéissance 'Alï. la degré même au 171 SECTES mane. leurs montre de cinq s'en le centre actions à les aux aux la La dévoue se le feu de "( et « toutes : tous religieux. il est saire néces- conceptuelle dans afin d'assurer rendre le Sun- je cite de leurs leurs plissement l'accom- tangibles et la communauté nécessairement de cipal prin- bonnes Khalife pour de — ^n le une différence là est musulmans ^2. la n'est foi Dieu en intérieure adversaires ses reconnaisse qu'il ne complètement « bases sixième une ce Ce par la confession rapport tous les tous les 'Alï pour bois Cette » sympathie croient l'homme adhésion. le dogmatique de Allah en requiert la ne partie intégrante foi plus impérieusement complément un pas bien et orthodoxe D'après que. et du exempté 7. est Ghï'isme. son s'en lui^* à la foi de Dieu. his- le reniement Nul « disposition d'espritforme du religieux ses à consume ^3..Je vérités hautes profession en reconnaissance la correction dé la l'unique et reconnaissance chï'ite. Le mais n'est (al-barâ'a)de du dogme l'intelligence qui sépare la chï'ite. musul- textuellement qu'ily lois et frontières. dans ennemis consume l'Imâm. vient regardé qu'il plus orthodoxe ne arabe. son l'adhésion devoirs une chi'ite et Khâridjite peut pourvu que. à cite confession (qui lui directeurs Imâms la implique l'adhésion de religieuses. du dogmatique un de remette al-wilâya^ : ici reconnu. qu'il ne temps. 12) aussi qui implique Dieu Prophète.LES foi de Muhammed. lui chi'ite théocra obligations de sa de mauvaises légitime sunnite. Pour d'accorder nisme l'Islam concentrer en A « théologien qui leurs l'Imâm le la personne tête musulman prenne soin des devoirs il faut de l'exécut] la défense L'amour le du tère carac- définir si : la « loin que absolue œuvres ^^ ».p. et ont ainsi Dieu : de phète Pro- son dogmatique. due chisme caté- Khalifat de et islamique» (ci-dessus. du de ait un qu'un quel- maintien l'équipe- .

fait . tant de de successeur non V héritier enseigne mondes manifeste se d'un le caractère l'Imâm dont ordinaire ^^. 11 même c'est la du temps ^'^. à prédécesseur. des voleurs assemblées des une la des répression la tenue (à qui de armées.le guide cri ce par membres rôle ce pour butin Il est. commande au-dessus lui est ne àe put entendre de Il est des Allah. du nécessaire). le représentant du l'Etat. innée. saintes modéré. présence de La époque. à de de lumière cette le père du De la création tance subs- la ordinaires. l'iSLA3I SUR LEÇONS lui qui est substance sa même. même formes ration géné- en lumière Imâm fait extraordinaires.dont nécessités communauté leurs cultuelles. et elle finit par arri- commun se lumière divine son l'aïeul divine substance une descendants ses Prophète. Le sa une pas mission ardent (Sour. mariage légales. de le fait âme son tout spirituelles le beaucoup plus d'inclinations près des forces de . v.ou les par Sunnites. au Dieu que il est chef.administratif qualités inhérentes avant brigands. niveau celle des et la 'Alï. n'est des L'Imâm mineurs pouvoir judiciaire. partie à celui-ci. en En humains actes peut ne impôts obligatoires. personnalité. est. 28. de l'un à l'autre passe les reins dans alors cette l'Imâm de préexistante de temps et de « son exempte C'est à peu âme est de cette pure que mauvaises idée que le Tâlib. son par lui.172 de leurs ment de de la tutelle de guerre de la d'autres et mot.du est de perception violents. nom buisson du qui au la de du d'autre rien contraire. se ». 'Alï de et passé de génération a divine et Muhammed échut Abu la substance lui donne dépassant et frère son divine chaque dans de scinda lumineuse ver élus. désigné son des et équitable partage charger se (élection. Depuis d'Adam. autorité un en prédécesseur). des d'une vertu : des par qualitéspersonnelles le docteur et Moïse que le que Khalife les par Prophète même taire mili- et enseignante.Ce élevé dignité qui mais aussi et tir sor- divine révélation n'est et Dieu de agréé non de l'humanité pas seulement de vertu seulement pas conférée. de mises a des chacun il n'est nomination Ghï'ites. le Seigneur des suis Je « qualités supra-humaines. que tout. » à en de Dieu. des lui seuH-^». représentant du pouvoir souverain est par du De 30). humain. partie à 'Abdallah. et propre l'Imâm revêtu. le père parée à mortels de Ghi'ite. pas plutôt en et l'Islam.

prosterner se s'adressait en d'élever les ces qu'au jus- divine. Dans littérature les sous la et dont et attributs sphère de et lesquellesse sectes la aux nité l'huma- corporéité n'est des énumérations polémique la de formes de l'incarnation comme au-dessus dèrent consi- exagérées qui participant aux des comme théories les Imâms et comme quotidienne. se dans est la même attribuée aussi 8. uniment non divines forces du 'Alî seulement qui les élèvent accident nous divine passager. corporellement bas) ^'^. verrons voisinage doute théorie cette solide la aux incluses de reflets homme telles apothéoses au saints ces du tère carac- un d'ombre. de l'Afrique. cette superstitionpopulaire inhérentes est Après était donc sacrés la aussi Sans la considérer peut substances aux regard jusqu'au réfléchit se corps lui. plus parfois suppose représentation lité qua- ''K aussi hauteurs des une la à pu. trône ». c'est perdue . qui l'exagèrea. offre la elle-même. Ce C'est qui n'est à théologique qui en formant se . universellement D'autres Adam Imâms comme Imâms. devant pareillesreprésentations ont visible. mais de anges adoration cette Imâms. sein au a. II y tout divinité. ses encore.LES de l'essence de le Imâms. qui De Dieu jusqu'au s'est ne Imâms croit. sphère on nous autrement. adoration. d'un traducianiste la de représentations s'y rattachent commanda vit milieu bien conception chi'ite. populaire. par miroir Dieu lumineuses « lui-même étendu a des corps projette pas faîte du pur élevé adoration en lumineux corps dans . les et au dogmatiquement et comme 'Alî même ou celui — élevé 173 SECTES du la surées déme- des caractère Imâms. légendes de saints marabouts s'est ^8. visage divin trône l'Imâm-Mahdï surtout Prophète seulement pas le possédait plus ne là il et contentée le corps que invulnérable du des leur à exemple. son Mais le sous reconnue. des Adam. effets même temps un supposé chose les à reflet céleste même pas ordonna comme Le des divin. mais l'essence des Ghi'isme. former vérité. cette croyance de divines qualités existence et dans ^*^. le nord de beaucoup la peuple les de terrestre des Imâms ne dans Imâm un (v. particulièrement du musulmans. elle chi'ite peuple théorie forme une Lorsque encore. chi'ites feste mani- qu'un que historico-religieuse de . n'apparaît pas unitaire.

le détail à et nation l'incar- des à excessif. ne peut de Dieu à que dire et dont Nusaïrî. qui s'opposer et d'opposer de et élévation mythologiques purement Cela en l'Islâm. caractérise comme Muhammed à représentants générique. ceux « erreur par Muhammed celle des autre. de une delà matérialisme trop loin des La même. antipathies contre aussi appréciable de de hadït. dans qui sectes qui. croyances lement seu- non modification doctrine leurs testations pro- 'Ali ^^. prêtent qu'à droit anciens commence contre les divin telles de aux où 'alide. dans empruntés de famille milieux. îïuhammed réduit. '•All-ilâhî. eux-mêmes origines remontent très nous de [hidjâb). répandus 'Ali à nommés sont hyperboliques « former se vieux très considérer. . sous noms ces ôtent leurs à 'Ali d^entrer à adeptes le au de sacrée des sentations repréidées moindre paganisme. voile sa ont la divinité). au Il est De de susciter telles des entraînent une postérité. d'autre à opinions temps à chï'ites. (Ibn Hazm.c'est- aussi parce ». les buer contri- peuvent représentationsde les personnes d'un des mêmes la de dans exagérations conséquence pour de effet donné la divinité des apparaissent et la famille ces Leurs ». au-dessous sectes ces divinisation de dans Prophète de non aurons nous joint la le usurpé la dignité qui revenait d'avoir dès du blâment qui E^g souvent. dont sectes qui ceux au de aujourd'hui encore suffisamment de forme cette groupe un etc. cette subalterne rôle 'Alî. à occuper du celle qu'elle blâmait c'est-à-dire gr/iuZâ^. reconnaissent l'essence rejetde (à moins de rentes les diffé- rencontrons croyance.nous Ghahrastânï. dignité Quelques-unes être à la foi^^ exemple par Dieu. à est qui professent Ceux Ghî'ites l'époque milieux découvert que ce le message il était Une destiné. côté privilègede 'Alî. que 'Ulyàniyya. appelée ^a/nmiî/î/a.mais l'essence de 'Alides a de nous de divine Dieu dans lieu. nom 'Alî 'Ali conduit de les parties essentielles qu'ellesn'étendent à le leur certaines L'élévation 'Ali de dont plusieurs côtés.).174 de variétés apparaissent dans c'est-à-dire 'Ali de abaisser divinisé. que ont l'idée mènerait le exagérations. aussi ne les par parti politique 'Alides aux part. auquel était à de telles hérésies l'ange Gabriel à la loi musulmane. la fm à le Prophète la secte Dans 'de des leçon. famille des de remit 'Alï^^. l'Islâm l'islam SUR LEÇONS leurs de toutes fondateurs.

la doctrine 175 SECTES digne de reste a remarque. entre dans le sur depuis plus de où moment trébùchements « vocation reconnaissent autres des excellente reconnaître.si sont obligatoirepour V de la c'est preuves précisément l'Imâm fondamentales si les s'applique au réponse de des décomposer musulmane orthodoxe savoir prophétique. Les en plus péchés mortels. ou partage en ce exceptionnelle Zakariyya) faux ont mortels parfois. à propres théorie revêtu doctrines des de question fut de exposés désirent qui le Ghï'isme la doctrine a dans Même la trines doc- leurs des exagérations. Mughïriyya.que la façon sérieuses.LES Bajyâniyya. la manières chose divine s'étend ne espèce à commettre si orthodoxes savoir point de que elles l'immunité la mission privilègeque deux il n'aurait exemple. etc. dogmatiques toute diverse prophétique. particulièrement. peccata que sont venia- même eux possibles d'agir. lité des Imânis Elle est Flslâm de par sont ne n'a elle sont ne la à les classe exposés lia (( ou choisissent situation une Yahya un b. l'importance à de dernier au croyant est point de départ son échoit il d'accord la à doctrine reculée pas s'étend musulman tout les autorités et Vinfaillibiplus l'Islam vertu en question cette à point de époque une de la de attache on Prophètes. On a. ^^.et absurdités des germèrent nombre grand en connaissance les renvoyer fait que ce La dans tous issues sont chi'ite de rincarnation. accessible est à la littérature religieusemusulmane à que sources ces je puis plus spécifiquesde où les 9.. La dogme un la seul nité immu- cette doute si le caractère à unanimes Prophètes veulent de décider ce la caractère Prophètes. ni même tâché d'écho le de ^'. au moins leur comme la si elle embrasse ou la Par tive rela- portée fait. chï'ite. ». trouvé peu Jean-Baptiste (dans jamais péché. sur impeccables. Entre peut jusqu'à Ghï'ites modérés. Qorân songé à . leur des sans de plus antérieure personne que ne les pour période établie formulé été doctrinales non pas cabilité a est solide. faire les moins du que accorder mais péchés. beau- première Prophètes des et (zalal).parmi lesquellesune ranger une traductions ceux la doctrine complètement de de qui s'y rapportent ='5. plus grand affirmative ce professent les que dogmatique de soudre dis- à et tive critiqueobjec- impeccabilité et forme le terrain Dieu. Mais par question. hadït un pas. : » qui à du si Timpecqu'aux de fautes pour la les coup .

d'un résulte cas. inter- . précisément Mon « . seule une pas inhér^ent en sentiment tout les diverses parmi autrement inconciliable caractère. Prophète Et divergences d'opinion au vocation. inhérente à sa qui choisi lui est véracité. science a relief. c'est que. Avant à l'islam SUR LEÇONS comme comme tel. le Qorân du Dieu pardon la tradition fortifie avait n'en dans « pas demande avec dans faute (haubati). ! Seigneur cœur^o. sa science hommes autres personne. 2). certains c'est De cette accordée grâce contraire. cadre qui prière suivante: lave prière. néces- fondamentales vertu une attribut point impeccabilité. Muhammed.et paroles suivantes ait qui n'en aucune infaillibilité théorique bornée Pas peccabilité. de : je et vécu a certainement très de je retourne souvent est il Muhammed l'Islâm. povir qu'ilapporte été la énergiquement enseignement On saire.qui placent de pénitence moi-même car est reconnaissance la lui de pour la Ceci légèrement. v. divine parce si innée la de ce qu'il a tique dogma- doctrine la croit nature paraîtraittout sur son supériorité en sa générale. les du ^- occupons. ma guide mon odieux n'aurait on lui-même Prophète nous il prérogative Dieu fait question de humaine et sa sur du dispensé reconnaître s'il est par mais Dieu comme fait révéler ment pressenti- péchés. mise lui était réservé point au relatives par (48.. renforce ma mon contraire fois par (àlui)cent ni pécher sans à sujet lui-même. le fier tous comme que façon aucune V sa Prophètes. mon cru ne vues nécessité pénitence^ ma pas il » attribue paroles et ces conscience eu pas récents L'essentiel. vue Prophète [lutf). ses les dans entrer : les elle en Prophète. nous prêté au n'avait la Dieu qu'il lui pardonne (au Prophète) elles anciens §{ Von de extirpe et aux (faitespénitence). à qui ment grave- la bouche jour ^^ agrée langue ma ") triomphe qui pour . dont doxes opinions ortho- fait ce surnaturelle son que l'ensemble une substance. sa premiers adeptes des à moindres dès qu'on l'appliqueà l'impeccabilité. au compris y considéré un toujours est n'est révélation . au ne de l'impeccabilité des n'y Prophète au à dans par ».. à Prophète avec plus les si prière. peccabilitéet sa Retournez « Mon « cœur. à cœur fois cent serait pas se ^i. conceptions même.qu'une en fait en morale nativement exauce témoignage. jour^^ Ce ». cette dans dogmatique.176 Il de manifeste se de bien après comme ni la voilé.

.

dans un dans mais Prophète. ne idées ces que Imâms. des plus haut. Prophète de et légendaires n'ont qui sunnite formé jamais possédait la d'un le de taille assis Mais de on autour de lui . marchait-il dominaient corps transcendantes attaches plus son . conception La » l'islam SUR LEÇONS les passe transmet la famille tous les au 'O. dehors qu'ils plus tradition une par qui ceux naturellement . par sens est des âmes pas coupables. conciliable pas aussi le la perception leurs lieu les les que de Imâms Fautre. de embrasse des haut Les les vérités science Imâms ont plus suite exposés à l'apparence et génération une de la à religion et — serait ne elle fère con- complète une remontant probante que l'infaillibilité de se Fillusion à tous qui secrète dans vu ^certitude'absolue. .178 and cause ^^ man effect.Le avant. théories ces à and l'appréciationdu dote de la foi élément naturellement il était pure car (( don homme même étaient God infirmée pas fantaisie rassemblé a aon la un en voir pouvait côté between touchant postéritén'est puérils dont et privilègessuivants Il « link golden orthodoxe sainte sa al-Cha'ranï les the « ». il atteignait que leslChî'ites que sur rester pas les élèvent Imâms à projetaitjamais d'ombre. en même vue le les traits par autres. la divine péché ^^ arrière questions prennent ces d'inclinations exempts tous soient ne lesquels en chî'ites humaine. . une reconnus comme — le avons effet lumineuse Ghï'ites sûre science la sont formées sont se nous que en à l'influence dues c'est au-dessus mauvaises immédiate sens plus substance ils sont auteurs.. obligatoire. nature lui. événements et qui du . ses ne tout entre sont. . rislâm dans au leurs Toutes 10. attribués seulement 'assis. apocalyptique qui tradition génération qui tance impor- l'avons sont ne religieuseaccessible possèdent une Ils enseignent des sont de la de signalées aux de phète Pro- preuve autre une nous inclinations degré aux ». offrir en Mais dires de à science la accessibles eux force de propres une en des que de mesure certaine. En musulmans.. devait ne plus grand arrière en : » peut douter de propos ^^ lumière mais lequel Prophète au l'obscurité épaules tique mys- chapitre. il . de l'un à ment héréditaire- sainte. . infaillibilité Sufisme du chi'ite. et attributs Les d'autant avec ^9.

ce Toute . science soi-disant sont passé a enseignante. jusqu'au survenir dans non Tentendement à 179 SECTES des concours portée consensus à ce Imâms. qu'il ne Seul En questions religieuses est la prophétique paroles de toute volonté chï'ite. principe.LES connaissait 'Alï monde. peuvent la *Alî de science et Qorân. Cette bouche du publier rimâm dans de la par véritable sources d'une simple des mais la cet à et rieuses mysté- ces choses les est on théologie sunnite au point de vue doctrine domine hadït du plus théologie chï'ite peut essentiel ne trouve exister toute non recueillis de autorité Prophète. comme interpréterla plus ger doit la diri- composer la seule les foi une religieuse chï'ite. . la foi à cette La littéraires. il savait connue du "^2. dans de bien leur même ce sans peut conférer ce rature . regardé pouvoir être pas suivi. Imâms. élevées cadrer des trouve se la pour 11 s'est rattachée les comme la théorie avec chî'ites avoir pour déterminer religieux sont. qui l'espritdu cela tout et mais la connaissance d'ensemble reconnus les et dont De qui » exégèse une indifférentes et continuateurs authentique. révélations La où tout personnes partisans loccasion ses réel sens résurrection. caché la et 'Alï de fourni à Iniâms la que autorité la de l'ont qui annoncer mission Imâms. élément d'étranges tradition des tête censé est laquelle les qu'en ceci. rabaissés connaissance. par est Qorân du secrète obéissance une les Dieu de traitées sont formalité. significationdu une est la conception principe sur le principes qui dans portée reconnue la de beaucoup que L'Idjmâ' L'influence pour l'un ^3. Seules. productions encore lui était » provoquer"^ a mais cent ég'arer « chemin le droit le de moment doit qui jusque-là seulement ordinaire. sions décisans à indispensable pour conclure peut leurs particulièreet à haute légitimes et l'unique manière Chï'isme plus remonter conceptions dogmatiques autres peuvent ne la et avoir et très de et aux conséquent. du Tout réserves.profondément de leurs l'Imâm. et cent ramener contenues enseignement religieux doit formé même et Compagnon « aussi Aussi prétendre littérature le de doit qui révolution en secrète forme sous Eux vérité. Prophète. de tels de vérification forme aux qui inspirés sont-ils comme à de sont Prophète. littéune vue tant en descend au rect cor- que niveau la décision théoriquement.

des de des sens compétente une en pas des qui n'appartenait pas Imâm Et rattacha. Quand la vérité. est des Eglise d'/cZ/mâ" la descendance à de l'Imâm préférence à Flmâm de forme une l'avons la descendance déjà divisés de branches nombre la mort Après est unanime nous ont timent à l'assen- le Sunnisme premières quoi prêtaitgrandement famille. de témoignage qui simplement tout a la Prophète toujours avec pas le croyants. his- provoqué a ramenée politique légitime l'applicationde et prouve ou et De droit. étaient Ghï'ites de autorité celui-là : déjà indiqué théories la vérité qu'à chaque époque sous essentielle d'autorité avons simple la loi. politiques un tranchant justice. différents des la série la descendance Ghï'ites. l'injustice consacré donc est touche constitution Khalifat du Seule de est question Imâms. 166). ou sûres la qui principe de le montré dé- a Khalifat l'Islam. des chï'ite même sein au de partisans ce à 'Ali de comme Ghï'ites étaient donnaient la répandue. il est même les temps tous qui chef questions qui les pour de et seul le musulmane.En du rapports coïncide ne des mort pierre de reconnaître pour consensus la après la précisément pas du réclament se et n'est les Sunnites. dire pouvons le offrent traditionnelle. suivant l'une de ou suite d'Imâms les l'autre la plus aujourd'hui le plus grand encore présentée 'Alï. collective autorité Cette des infaillible rimâm doctrine de fondé de pouvoir vérité de Si donc chï'ite. ridjmâ' que sanctionné reçurent alors trouvent là Idjmâ' la les précisément il Sunnites. et caractériser la différence que Ghï'ites que la volonté même été pas la loi par voulons nous constitue il. de et que établi en ties garan- communauté dès pour début le aussi plication l'ex- pour concise ce et l'Islam reconnaissent dès les premiers temps. l'expériencehistorique même les pour l'islam SUK par la secte des « Duodéci- . d'Imâms Muhammed Abu sonnalité per- (p.180 LEÇONS Du reste. à voir ramification la la de l'idée manifestations pu et développement. n'ont les dans autorisé seule la torique. groupes abondante variétés un différentes. Ghï'ites. fâtimide. nous celui-ci une Eglise Nous les lorsque l'ensemble des Imâms. qu'ils ^^. toutes rabaissée la son de et l'usurpation. de voie sujet de au séries fâtimide de quatorze de d'Imâms 'alide'^^^L^ de cette al-'Askarï. se la tranchées entre que encore n'était Une le de et ''^.

à ans disparitionet sa partis qu'il renferme de 8 de d'Imâm dignité onzième un hommes. interrogé de ces dire que 'par un la lui avec en qui enseveli. et l'autorité règne lui. la poussière. 181 SECTES nourri jour. Duodécimains. invisible à paraître de directs fait passer Muhammed successeur 872). Cette groupe un de être la leur mettaient ferme croyance assurance espoir en que s'appliquatout partisans. iniquité et toute réapparition. mon ma qu'ilscroient il : est les et Chï'ites.LES mains (ou Imâmites) » 'Alï à fils et ravi la à paix des fin de et qui subsiste la chaque jour la temps les toutes rimâm différents Les rimâm forgées arguments peut Imâm des Imâms jour : le considère maladie. que le commencement. et le vénérait qui 'Alî l'Imâm d'abord de recevait son son . soit celui Le n'est sur des théorie que sur la série répond qui.qui surhumain. les uns ^8. répond mon un soigné pendant disparition)l'on en des liste revenir doit secoué a ma Dieu à été ont la nature qu'il m'a (après en [al-radj^a) est » de la 'Alï vivant dans llmâm de personne il fait dont sa donc tous l'Imâm partie. de Imâm le dernier. Si : il et vit. le dont continue lieu où de Baghdâd à Mahdl. remercié soit forme s'in- dit ! Mau- sujet. l'a embaumé. aux de la Abù-1-Qâsim justice.C'est depuis répandue jusqu'à l'âge à qu'il purgera monde. jla survie à partis fondent reparaître un un dont d'Imâms la série qu'ilsconsidèrent à ma clôt qui dans qu'on appelle ce branches croit peine. et sur être nous la bouche dans place cette étayer pour admise du caché la future à et pour le chï'ite Ghî'isme. par caché paroles qui idée ». du leur caché. » mort de qu'il déclarer le parti qui racontera descendu peux le des (-j-183/799). attend Chacun la à de Une donnée. lui-même même un . septième al-Kâzim comme Quiconque « Mùsâ est survivance exemple. Flmâm « un en depuis il établira à le libérateur croyant croyance comme jour. par croyance croyance. lors descendants ses elle . qu'ilm'a tu de moi. tiné des- cadavre. La dans (né Imâm comme Imâra. des partis caché décisifs éléments des un destiné à avis s'écartent leurs Ce revenir. comme un qui ceux postérité avaient disparu reviendrait à tombe menteur. autres Dès et lavé dans on retour « la et a clôt rnoi sur de de caché l'Imâm parousie "'^. la la terre à vivre.

'Abdallah La ensuite dont Hanafiyya. en temps monde. de mort ^^ D'après la du entend abyssins que avait promis dix ou l'échec des délivrer Des hérésies espérances partisans de Bihafrïd. se . b. enlevé Le le prototype droit. parsie contre la même une de provoqués. leur fices. délivrer pour des rencontrent se secte croyance actuelle Kalkhi. crurent ^^. divine. chinoise la aussi de hindous^ Aryas de leur sur avant siècles des la croyance Djingizkhân. étaient de culte disparu mort sa futur retour manifestation pour le règne enlevés du à la terre idées Des milieux. après attachèrent fondateur.qui réapparaîtrontun vivant et à l'Islam à prophète Elie. docétiste)et C'est disparu. après de la à la fin de à messianique qu'ellesavaient mouvements mêmes roi en l'incarnation musulmans). Les ment commence- au l'Islam. logiques qui d'autres du sauveurs la fin des invisibles. au de tirer vengeance pour d'al-Muqanna' voilé réaction chrétiens offre des on qui tentèrent. prit était plus ancienne la d'une et Sabâ. ceux la d'hui répandue aujour- Mongols au vie sur- sa oppresseurs Les reparaîtresur nées une leurs encore réapparition de de exécution son reparaîtraitun après que la à période 'abbâside. est mort sa de sépultureduquel et de ^^. sur idée une pas vraisemblablement a doit revenir qui n'est elle-même » croyance influences ciel et au retour « Cette propre. espérances eschato- fréquemment Vaïchnavas paj^s le retour attendent le monde huit les cachés Imâms « blir réta- pour était convaincue elle Vichnou le les avec Dosithéens des monde là par des Dositheos. religieusesanalogues.est bien Mahdîs comme terr« soit leur qui insufflée été judéo-chrétiennes ^^. Theodoros enlevé ses chose incarnation ciel. les du persuadé à qu'ilréapparaîtrait. ». Les fut lui-même l'un jour fidèles ce « les leur que terre sur anéanti ». de la crurent ^^. L'idée des par du du à croyance fils le objet les partisans Imâm un de du réalisation al- ibn survivait qu'il persuadés tarisme sec- dra revien- qui et 'Alï exagéré Muhammed 'Ali.182 de enseignement la (à façon de 'Alï. apparu par du sein de comme le feu ^'\ après la domination l'Islâm.oNS mis enne- de lui. Dans La fondateur son période (on découlent. l'islam sur Li:(. et de croyait pas ne générale la première manière chi'ite^^. sacri- la terre joug fondateur. jour croyait point ne apparaîtra sous conquérants mongol.

LES des Jusqu'à s'est même précurseur un parmi cent eux Chah-zinde moins au retour du devant fondement revenir de il a scepticisme Imâm « De Perse du même temps ChPites. fortement plus Kurdes. tout but le Imâm un partie prépondéran une envahissant plus en théologiens se moyen à défense forme les restauration Chî'ites sa ^^. qui doit reparaître et de siècle de du de réapparition religieuse. Nous avons jusqu'ici considéré comme une doctrine de . les autorités réalité de les ment récem- d'affermir est à de se de la de fin du orthodoxes et fait s'occuper de calculs des promesses défendre. Encore plus l'apparitiondu de et de maints que (la plupart exacte un b. caché.. le blâme le plus (mekkaschabhë » Chi'isme du temps par des subtilités explique sont se sont judaïsme ou passages manifester la littérature le de nombres.de flétri ont de de lettres bibliographiques Cependant. 12. tels calculs puté sup- Sûfis subtils de déterminateurs « infligeaux par les Daniel) l'époque de même et calculateur « imposteurs soulevée de de dans que le début comme aux que même même contre la croyance kabbalistique doit où objet pour infligé au qissïn)^^. A l'espoir d'une de s'est qui de des al-'âritin occidentaux. Le la qui présentaient un démenti bation désapprotel tère carac- précision. » en et dont ouvrage 'Adi) issues. chez religieuse. telles l'Imâm du qués applicaché. viii^ les toutes peuples b. la croyance (Hasan adversaires littérature en paru le contre leur le les attestée des kand Samar- personnages parmi l'avenir croyance des sceptiques et saints même. théologique des Moscovites l'Hég. au futur au Mansûr. combinaisons les documents sévère basant de déterminer établie. au Qorân de à Des traités était de qâtùn) la dès Imàms. c'est la politique ou railleries Ghâmil suppliciéTâdj orientaux et de gieuse reli- musulmanes musulmans héros 'Abbâs^^. est représentations de et Caucase l'indépendance Eliya (1791). croyance cette ^^. chez Ghï'isme. un féco^nde étrangères croient relativement époques montrée 183 SECTES aisément modéré (al-waq- » tées paroles prê- ^o. Qâsim futur leur idée cette populations Les de la à partir du à Entre caché croient et des après l'expulsion des ans les gens au retour modernes. signalés dans chï'ite ancienne. ont Temploi le moment qui Le mystiques juifsont et le livre sur Messie.

et d'injustice». bientôt les en vue Des après la chute béatitude. « fables de qui et se plus s'éveilla de la race du le monde éléments Prophète. être pour la à eux d'attente et publique posaient dans lequelleur contre effet en jour regret monde. nébuleux. la doit. par la man. s'y joignirent d'autres accessoire. trompeuse jour allaient Mahdï justicedivine. qui devait.Cette rupture comme justicesociale. de homme détruite. mauvais devint l'attente avec la ordres les prouvé que de de pas subir commun. beaucoup. Le devant. d'un foi et les que l'appellentl'Imâm dévots conscience un des milieu au sont ne voie^^). qui de à temps du justice comme judéo-chrétiens dont dans tinuellement con- suscitera sa il est la des Mahdï s'enrichir rétablira sous rains souve- fut repoussée capable par monie l'hégé- yeux plus. aussi les milieux ses une comme dans et fin personnage complet. dont des de i\ gg^ la bien aspiraient leur comme espérances quelques la^réalité idéales communauté.Dieu remplira Aux dont De mène phéno- un quelques sur on de justice. cette Mais ». un l'unité accommodement l'espérance du de continuel péché Mahdl comme état exigences résignation (sabr)l'injustice régnante avec ce les avec partagent bien l'intérêt d'un actuelles conditions mateur réfor- cette l'Islam de révoltait se sans pas temps. orthodoxe dans venue envoyé (guidé Sunna la l'apparitionfuture à devons nous de sectateurs croire la croyance l'islam SUR LEÇONS parole rempli croyance au . musul- peut ne d'autant offert Mahdî. accommodement de contre Cet croyant. que ils Mais apparaissaient que du un cesse. — d'un eux-mêmes la bonne dans firent se le Dieu par Dieu par ajouter. instaurer rôle le le bon s'armer et qu'ils religion et exigences fut ils attendaient rapport. aux en parfois remplies eschatologiques grossières. l'idée la réalisation montra de restait. réaliste être esprit parousie devint Jésus un certitude la de à leur premiers le règne Omayyades. comme l'utopiedu un des dynastie 'abbâside. la avenir d'espritplus gens patience plus la de éléments eschatologique de du de dévots. compta monde la rêvèrent presque Néanmoins de stades de l'établissement On de développement. leur contre rance espé- politique et sans la conviction de coïncidèrent espérance auprès desquels un mais Mahdr^^^ Jésus. cette les avec princes. Mahdî.184 rislâm chï'ite messianique . la à de soupir social La vie et « Ils fendre la de baguette les méchants.

.

il est volonté sa de dithyrambes hyperboliques marchant élévation de s'identifie* et caché extraordinaire son [qaïm seulement non violé l'Islam dans chï'ite considérations graves » épithètes surhumaines il est [bâligh). de semble l'Imâm Hasan longévité sa Prophète (Muhammed canoniquement D'autres et d'après la le de de nom suite Mahdî. parmi table le 'véri- lui ne l'adulent le but de nites. père avoir supposé latent que la forme rejettenettement Duodécimains le que tandis par des parce le sunnite L'Imâm croyance. quand serait ne la de ce pour la part la de ses un comme les prodiguent il : toute que dépasse aspiration. soumise à et à doit l'autorité . Sun- aux Mahdi Texistence doute en contraire.où le monde absence son du de fidèles. de convaincus caché à croyance justice ». sa le dans [ghaïba) corporelle. personnage populations chi'ites.186 LEÇONS l'univers. les toute poèmes ces sublime^**. doit outre. chï'ite. dont du seul capable de voûte il est Prophète Même le chef impossible Il est temps le droit manifester Les la caché arrivent la du des être. Celui même nom le que portait le la Hasan ce Au même mettent a la clef est complètement visible. mais les hautes trône au de et croyants aux fermement sont événements ce face glorifientet science toute poètes chï'ites quel degré droit al-zamân) commande que de source aux les même spirituelle panégyriques A le parmi il restaure famille. le onzième ^^. qui en et iîls survivant l'Imâm s'efforcent. qui sont caché.à son essentielle (radj'a)de historiques la possibilitéde et chï'ite jeune enfant. commande monde politique et religieuse de quel point. Elle monde ter por- 'Abdallah). la foi diste b. physiologiques la foi à Tlmâm et Lui railleries des . il vivants. un raison en échoir peut ne encore de tournés sunnite. l'espérancemah- législateur. que lui est intelligencesdes sphères. et chez de l'Imâm régit la tion concep- Chï'ites. l'islam SUR institution forme. sun- longévité^^. Imâm de qu'à en nites. d'un future du rétablit et de a chi'ites savants de la réalisation le retour avec l'œuvre Des à significationdogmatique une est visible. al-'Askari. cette L'Islam ridicule. En chï'ite absurde déjà tradition disparu lorsqu'ilétait dignité d'Imâm. participationréelle Funivers pas ^^.en de par l'objetde souverain adulte un de système nouveau remplir sérieux démontrer pendant « est jeune âg-e. le futur impropre.

constitution.de . de mesure encore . du délimitée nettement à temps fondamentale la où à traiter c'est sont la à du vous l'Imamat. qui tire l'épéecontre efficace. elle une n'est pas d'articles légalesqui règlent stitution con- Ghï'isme. ce à déterminé série le complète ensemble nature 'Ali. c'est reconnus développé répondrons différente des et cette secte de ? nous chï'ite. ment l'assenti- « ambiguïté. » étudié chï'ite par ^^^^ à avoir et signification. auprès uns dehors en de la pratique une ou essentiellement une l'objetde les existent les prescriptions font modalités qai un desquels de et mission sou- reconnaître aussi rituels de théoriquement.LES de puissance invisible cette voir notre pour temps la connivence et après le faveur en n'avez nulle sainte de à celui bonheur son retour Ici l'idée de l'Imam de s'est haussée 13. un différents de de la décision puisse — dogme en l'Islam. Vous « des Ylmâm Allah système lui la racine la dans actes partis ne sa claire régime politique déterminé. d'après laquellequiconque s'oppose Mahdï une la Nedjef. foi de d'actes vie. de devait Dieu. formule la conception dogmatique de Imâms de : La caractère. essentiel. décision le (c'est-à-dire un temps pris connaissance ressemble elle de tion constitu- invoqua on antiparlementairedu peut-être pas la ville de du peut le on la nouvelle parti révolutionnaire rétablissement du dans Parlement. la fondamentales notion sa l'Islam de sépare se . pouvoir fonctionner.du élément soit De ». (octobre 1908). rites sunnite ceci et par son de la arriver pour faire acte soit à dont les dans le accomplir Ghi'isme. actuelle seulement et encore. sunnite. l'Imâm le par d'Etat coup du de publiée fait que ce l'ouverture à persane. théorie dans de la l'Imâm. pas une accorder religieuxet politique. la . est et plus importante question sur d'accord légale particulièrequi distingue rislàm le force sa nature sa davantage. sur doctrine implique même en dogmatique. caché) la proclamation même. nécessairement sa nomologie de fondamentale tendance une ce La qui ment essentielleles touche représentation influer et l'IsIâm sa sur la tions quesde formation prophétologie. pour par 187 SECTES Sunna. Après confession nous à des et ne : ''Ulemâ laissant place divergences les S'est-il autres. disait portée dogmatique une avons Appartenir A Muhammed gardé jusqu'à l'heure a reconnu connaissance des Chah î.

idées même ont dance ten- Mu'tazilisme du fait connaissance avons une Ghi'isme. et cornes perfection^ dont propre est disting-uésde sont a votre essence. différents très est de pour avec qui quelques-unes . ce mettre mu'tazilites. 83). dans vous que dispositions fait quand des Ce en représentation. comme partie rappelle appelé produit essence si les Imâms Imâms ouvrages thèses les se mu'tazilite. les les l'avons derniers fait que dans voir : représentation.C'est les Imâms Abû-Dja'far une puissant (en tant élément qualités'^^. avec qu'ilsprétendent ce premiers gens L'affinité leur on par nous dénomination la de comme de nomment justice ». influencée pas extrêmement rapproche se nous n'est réponse Cependant du points tique dogma- adopté même ont dominante la tendance que des sein de questions aux écoles ses Au compte. propre la science distinguez. un par a les en fondateurs Kalâm du venus les assises dont l'on pourquoi trouve l'un la donner Dieu est le savant. leurs vu donnent se les et posées par. c'est le les que trines doc- des théologiques premier ils ment nom- auteur. doctrine nous ces 'Ali ensuite trine doc- la Talions propre que dogmatique souvent l'autre ou en la dans troisième notre comme avec que qu'en exposant phénomène Pour Chï'ites des de qui est. dans su. service au se moitié une Mu'tazilites. attribuent 11 en à son comme . la mentionnerons nous parole al-Bâqir d'un connue ces que de votre s'imaginaient de leur des êtres qu'ilprête sens ce et sophe philo- subtiles attributs Dieu que de deux C'est un raisonnables défaut. au et effet fourmis c'est là leur fait de même savant pouvoir . les infimes un et au comme unique) d'après La exemple frappant. établi rimâm. ramifié. tenir Ghi'isme. fait sont se vue les du courants tenir il faut dont chose une l'islam SUR LEÇONS en l'absence. à et développer leur révèle sont mu'tazilites. de lequel la dont questions chapitre. ce peut prédilectional-^adliyya. son pensée.Ses théologiens exemple. attribuée doctrine dont n'ont ^'^^. aussi Ils la de adeptes (p. créé été des un seconde grecu avaient suivante. est tout Dieu à leurs » entre la Mu'tazilites dogmatique apparaît chî'ite comme dominante démontrée et si les l'on .serait propre connexité doctrines les ^^^~. propres l'Imâm puissant.188 Il y divers de encore a relativement jour grossièrement anthropomorphiste.

ce de vue qu'à jus- parties principales. cette font bien aussi de Mu'tazilisme n'y a plus eu dans l'histoire de prétendre qu'après Chï'ites tient apparla à détails. le tout mis sont personnage. ne se distingue . chaque les chapitres Mu'tazilites l'appui de à direction justice divines dont négliger à l'orientation connexion en des les exposés l'Imâm pas là est mu'tazilite l'autre et eux. Mais. manquer. jours. Sunnites des formalités de Chï'ites. l'un al-Nazzâm. doit de et sagesse susciter soit pas la à exposé fondements de la l'humanité. les plus tout gie théolo- la de la théorie nécessité La de d'infaillibilité l'hypothèse. 14. un guide qui chî'ite appuie dogmatique ne ses zilite mu'ta- 105. à à l'erreur.qu'elle a fondé de modernes. Naturellement p. de la que. la religieuse. principaux époque. point. proprement avec théologie les théories vent peu- aussi de nécessaire la n'y est caractère (lutfwâdjib.C'est empreinte l'Imâm chï'ites.que du et branche la indubitablement est autorités ^adl mu'tazilite Ghî'isme. radicaux.ce effleurant apercevoir La partie pratique une rituelle sont différence et dans seulement des rarement rituelle et juridique partiejuridique des choses entre la et Chï'ites la à fait qui sent lais- tout fondamentales. religion que pour dans branche une s'apparente imâmite.une assertion.justice sur trine doc- façon plus la littérature actif. Elle première. Une reconnaître qu'ils se ce de et littéraire. qui. davantage la latent (par [conséquent tawhld ^^4).LES la considère affirmation cette des l'école à du conséquente les dans lisme la s'est maintenu la victoire chî'ite. V unité et chî'ite théologie ach'arite ouvrages deux (v. doctrine Dieu des les preuves en de avec absolument matique dog- dogmatiques il n'est particulièrement caractéristiquepour chî'ite. p. temps. touchant du Mu'tazi- au grave riche livres comme chapitres sur de la de les dans Les en de point au décisive jusque divisent la. Dans doctrine minimes. C'est donc. l'histoire 83). l'infaillibilité de d'accord est de erreur littérature temps de question. Ainsi sur Il mu'tazilites. v. 189 SECTES de vertu en la Dieu 84). cultivée démentir en se renferme l'une les la théorie sur l'Imâm sur dernière cette l'imamat d'un l'existence de ce des sur bases Imâm mu'tazilite. ci-dessus. nos il branche Mu'tazilisme Le de que particulièrement zeïdite.

l'Islam de Madâhib jamais sont ne le reste les eux l'iSLAM SLR LEÇONS VAdân la Dieu traditions de dois de Dieu leur et dans et aux commander première surate. Qunût à funéraire (au la en prière du la formule lieu (appel à à la de se : laver prière)et à . aux pour cadre plus étroite parenté lois fondamentales Les le s'en il comme la montre dans ne que petites différences de que exactement chï'ite le ritualisme autrement rituels Hanafîtes. exemple Ghî'itene des passe pas particularitésde de tendances du s'écarte Pour droit de rituelles la il est une des ordonnances société sunnite la s'organiser à d'une l'an en laquelle sont doit chî'ites Tu exiger le Livre qui b.190 de pas celle dans usitée distinguent entre Ce les dans modalités. par la à rapport par ^ d'importance peu thodoxie.dans lesquels l'ordre public principes aux du la des voix prière . subordonnés tes les branches pour croyante. (de prière chaussures à religion (umma) plus rigoureuse ennemis ('Alï). sa de se rencontre Q^ donc sont ne dogmatique. entre Ghâfî'ites. Mâlikites. des : à suivre sa manière instauré être tout suite lorsque. après même conquête. s'offrent J. (usûl) à la Tu la et les pour leur dois et justice. dissident. qu'ils confessent transmettre la que de représentations anthropo- l'invocation dans de à l'unité Bismillâh réciter des croyance attribués la formule répéter cinq de façon des à la interdit vrais .-G. ce prescrits les changements dois ce 'Alî 866 Sunnite. par que touchées. de d'AlIâh Tâlib publiquement de à parce de conformément rapporté authentiquement est Abu et croire à par Le cause des conquérant un par Tabaristân au à but. de d'une Dans chï'ite.Tu d'ajouter la des aux leurs croyants la . pas modifications aux quantité d'exemples qui édictée « relatives par celui avec pratique édifiant extrêmement forme la Sunna. de la cesser croyants de prière ^^^ fois frotter . sa ^^^ etc. de la même la communauté toute de contre être en sur (djabr) et révolter leur 'Alî défendre absolue se de de Commandeur dérivent règle comme Envoyé. mais constitutionnel rendre se ni de du yeux jurisprudence. l'or- observé principalement admis du compte Ghï'a sunnite.Il ennemis du réciter à de doit maître haute commençant matin de ^^'^. son fondamentales (furQ'j qui lesquellesdes privilèges sont les cause différences qu'ilsconsidèrent doctrines précellence la fatalité morphistes. Allah akbar pieds avant Sunna de la des qu'il nauté commu- sance connais- prendre doit que nous subir il lui faut distrayons nous instruction une chï'ite.

mérite lidité l'inva- ou du mariage de rations considé- temporaire ^^-.17 questions tout. différence dans d'un cas. matrimonotre pour sidération con- insignifiantes ces que loi la entre plus grand poids manifestent se à lesquels la pour le domaine appréciation du Venez » telles et détail de : orthodoxes orthodoxes apparaît tout en de phrase s'agitdonc ne Madahib les lieu à la suite a Tlqâma. ^^^ paraît-il. l'élite parmi le sous Platon. diffèrent admis faits des la à valoir aussi est de République littérature tive narra- (trialmarriage). qui d'une été ont secte vie des eut lors de radicalement la de temporaire société le philosophe ». il grand en la répétition abrégée) sa pieuses rituelles différences y dans œuvres des de commencement consiste et la meilleure En du (annonce VJqâma 191 SECTES notamment de point ce du d'attirer vue mariage matrimonial attention notre contracté droit de question une la validité durée une pour : qui limitée. en prière. de fait à plus profonde la et tout lautre ou La 15. forme une témoigne technique (mut'a) nom temporaire. des C'est à . particulièreet madâhib des la redoubler négligeables dans solution une et notre l'accomplissement pratiques religieuses. divergences rituelles qui n'est que de qu'il s'en ^^o. Il loi d'accord pas ^^K doctrine du Ghî'isme droit dans nite sun- nial. sa que se traduit validité de mariage Ammien Mar- littéralement préférons appeler nous délai Muhammed. païenne Jouissance^ (sîgha) d'un (ce dont A tel mais que l'expirationdu mariage. que Theodor Gomperz sociaux dont ^^^^ ^t reproduites les de pendant niales matrimo- conceptions la dans cité John par Oneïda à a Nouvelle- la fondée ». faire peut désigne dans la vie de nom analogues tirés la : Humphrey Noyés. motifs d'autres vertu fixé cesse lors ipso de la facto clusion con- con- . Ce au fut naturellement début usitée de dans sa par mariage mariage carrière l'Arabie cellin)etdont en le de de toléra législateur. la Dans qui. siège principal son l'on que mariage Perfectionnistes « celles le mouvements humaine depuis l'influence sous gardiens « des Angleterre la durée et musulmane. qui principesdog^matiques.LES FAdân de des dehors rencontre a chi'ite adopte l'un avec loi Elle nombre chi'ite est. vérité.

advenu les pour pénitence tradition du devons purent une la créance. les autres sœur tion^'^. les raison en l'acte sur et aussi à Les idées commémorer époque est a y grand jour. comme méritassent-elles d'idées. mariage tempo- religieuxqui appartiennent coutumes et le tort comme droit est ordre historique 'Alides de le désaccord que à décision sa du mut'a 'Abbâs les façon digne de foi. cet Dans et souvenir membres de au ghadlr) pour des ancienne de deuil Kerbelâ. gouverneurs lequel le Prophète ancienne de la de homme légale. mesure se : était temporaire mariage un « de années c'est * — hadït un formalité aucune forme pèlerinages).192 LEÇONS formément les unes plus La validité au de base dérision que Sunnites^ musulmanes. point la question et rislâm chî'ite.il cette 'Abbâs. les par chï'ites lequel la célébration la l'Islam entre de place 'Iràq^^o^^ ^^x en à ques quel- domaine au du souvenir cette lieux date. sépara- cependant les traditions restreinte que sont que de mariage même remonte à'ia « de fut mariage seulement mesure 28) ^^6. instituèrent événement une plus profond Chï'ites sainte cette l'étang de Khumm. (surate 4. de qui ce — 'Omar après à rapportent. suc- s'appuient foi chï'ite^^'^. validité La laquelle nous sur n'est Prophète autorité rattachent se protection desquels librement aux et valable 'Omar par ».considèrent verset la Mais. 16. fête partisans 'âchûrâ sunnite commémoration justifierleur la tions tradi- dérer consi- mentionner à d'investiture. Ibn est déclara qui la débauche l'autorisation ralliés attestée eux. dans encore L sans cette croyants. il deuil au le par i'^ institutions le Qorân sur par appelé raire. aux eut Les le union telle des se c'est de et quelques vraisemblable l'interdit en bout que qu'une y la convention à abrogée SUR comme catastrophe les de pèlerinages parles souvenirs . du des se risquer plus près dé 'Alï de 'Alï son cesseur. s'appuyant les (par exemple consolidaient se disent-ils. Son genre du la fetvs^a d'Ibn Ghï'ites. que tombeaux famille.Comme sur ISLAM Prophète lui-même. été qu'ils ne jour façon de et » prohibition. à tandis une qui d'après mut'a ce a.un un pas. reconnaissent là us abolition abrogée l'a casion l'oc- à mariage on aujourd'hui encore d'une qui rapportent C'est Tinterdiction à ^*^. depuis ^^8. Plus (10 muharram) la Enfin sanctifiés sous spéciale ('ïc?al- nomma de des martyre bùyides.

.

par dans l'erreur et l'aveuglement. Chï'isme la sur que dans recueil un par dans forgèrent de mentionnée rapportés Chï'ites ainsi faux 1^^. judéo-chréa été qu'ilpût encore formulée être . négateurs comme pas Prophète — Chï'ites. le C'est des ce des Sunna. influences de . Même l'avons la d'abord par vu.Le arabe qu'il s'étend exagérée Sabà fait purement laquelle il être torique his- malentendu un ReligiôspolitischenOpposi- terrain auquel dans sur définitivement l'opposition théocratique Même tout répandue très 'alide mouvement l'Imam. 'alides qu'ilss'opposent à (( 'Ali proprement tendances de pas Sunna le religieuse. h) L'idée fausse du Chï'isme des populations et Cette représenteraient l'influence opinion du et comme la pendant sémitiques alten des l'Islam dans » sur de l'Islâm fondée les Islam est né de est dans révolte un a « pouvoir. est empruntée et de la dans que le vendredi intégrantede source Combien sur leçon solennels discours du 'Alï de seconde notre une conscience. dont que d'aprèslaquelle l'origineet tiennes. les et lequel avec hadit devaient tout montrent que zèle grand de Chi'ites. développement modificatrice incorporées Wellhausen tionsparteien im non iraniennes le les missions. ont en du nocturnes fanatique (Talâ'i'ben donc est réunions le Chï'isme. Ce ChVa « la tourbe à Sunna. ou gèrent propa- les intérêts servir ^'^^. savants vivement on paroles de Sunna l'importante aussi la vie les la à 122 Ruzzik) (pages 32-33). ramenés divinisation 'Abdallah ibn les contre bases la aboutit avant de 'x\li n'est théorie conception sa ce éléments la de de profane l'Imâm forme.194 dans pieuses vizir d'un cour les chî'ite lâm l'instruction de respect autant recherches des des n'aient le du absolument Sunna mot le que de qui à FIs- ceci. doivent. donc Il est la et donc est littérature inventions Chï'isme les l'Islam de docteurs peut Qorân qui s'y rattachent. exigé des antérieures fidèlesde la famille sens déduire sunnite. la foi à le la nous messianisme parousie idées la par quête con- Mukhtàr ^^^. mais et » principe. aux la théorie trouve à des justice. dans même Le chî'ite tradition La dévotes l'[SLAM SUR LEÇONS du n'est leurs du » les que adversaires la c'est — (al-khâssa)opposée (al-'âmma) plongée commun de comme partisans ses l'élite comme ou sunnites.

qui sunnite. plaindre de doute. principes du personnelles infaillibles. royauté rislàm dans arabe. Ghï'isme du laquelleils idée ces la pensée de représente époque une forme chez forme l'Islam la fossilisation contre de mistes légiti- la Certes. à la de lui-même. ce religion passent cultç de servir nullement peut juridiquedes du parti dans de ces dont la loi répudiant faveur tous d'autorités éléments rislâm la Même le ont Vaux de sunnite doxie ortho- une la les.à considéré comme à erronée libéral l'esprit de les accueilli ultérieur teurs au- arabe. le Ghï'isme que d'idées manifestations racines. ^-^ incontestablement Arabes d'oppositionqu'ilrenfermait derniers. Mahométans dans faite constatation cette idée cette l'Islam l'arrière-plan(ci-dessus. de compte exacte pour tellement le cèdent ne facultatifs sunnite. qu'à vie en le que de récente. qui domine. imbus des par volontiers sont se des aryens.sur divine. en désinvolture Perse.pour en Iraniens. réaction la contre tenue lui les de caractériser rituelle les Ghï'isme Le doctrines les appréciationhistoriquedes notre En à chï'ites de restrictives être 'Ali est côté sur Chï'ites.que et milieux mouvement ce doctrine dissidente. centre au principes de rien du l'égard de quelques dispositions à ^^8 bon à autres la par juridiques pu.LES rinfîltration question de les et Arabes primitifs. des par à d'une (ci-dessus pages de venant masse en conséquences d'incarnation Le telles idées joignirent se plus extrêmes les de 195 SECTES Chï'ites s'étaient tent rejet- fait jour plutôt l'espritd'absolutisme est imprégnée. . Carra et saurait ne connaissent qui ceux héréditaire pu ^^'^. peut ne facteurs du droit. fut tout influence quelque exercer ont fut Même anthropomorphiste tribus. contre large adversaires ses religieusechï'ite. » voir de libre pensée inflexible et manière Cette d'une ont sémitique. quant aussi est c) L'opinion C'est qui a étroite de Sans Ghï'isme.les C'est la chï'ite société en se de 171). telles influences.des de gens doctrine Ghï'isme. éléments la de la Mais ne doctrine rigueur induire nous à ceux les parmi la collectivité qui agissent dans libéralisme bien conception religieusechï^te qui erreur en Ghï'isme. d'empressement et ils le islamique. 173-174) race théocratiques. ralliés à cette leur par supposent ne à développement Mais partie. que ses l'antagonisme la lutte « aucun point de autant avec fait la bienvenue vieille premières particulièrement. p.

des au nombre sur des devant partout documents croyances. C'est vue ne quelques longues attaché de d'Européens qui citer plus révèle se corporelle de des dix Ils ceux soi.196 outre. v. qui Nous point de ont remarques Tesprit populaire années la personne dans du Baba la Chah bien pas Morier de tère caraccomme que la loi chï'ite. de lettre le qu'ils tribu leur exigences loi infidèles les « substance comme « les par adoptée.qui quelqu'un de façon considérer de précisément dans me les ouvrages de contente sûr observateur qui vécut médecin de de à dans que choses ». des usage aucun les documents à pas légaleset religieuses de temps ses celle plus rigide que n'avons chez il rapport par nous apparues lléchir interconfessionnelle et degré la civilisation. qualité en « Un de Euro- . dique conception juri- leur sunnite que nombre vif que le sur 28) tient (nadjâsat) au la l'égard de à idées les l'Islam que au sa rigueur introduits points où rituel. Nâsiral-dïn. l'Islam. Polak.déclare cette du fessent pro- l'orthodoxie pour la une n'a fait chï'ite se avait dure qui ceux anciennes rituel ^-^. de manifestations ici les vitales la que adeptes aux Chï'isme le placer sunnite la forme qui reconnaissons nous religieusess'apprécie principalement d'après de vue l'islam SUR LEÇONS E. votre foi tirées ne maint de persan. chose de la à point Anglais des quelque note doctrine. finalement effacé. la sens au cette peuvent ne L'interprétationlégale (9. des plus Tandis étroites. si En idées des tolérance nous faut témoignée chi'ites. de d'après Considérée le confessions. des parmi vécu typique Israélite un et pureté l'im- trait de trouver en pouvons fait homme de partagent ne la l'infidèle un aucun vue position dis». très modernes. haut point contact son range et pris (I c. par l'interprétation du de leur toute Sunnites.mais branche dû il est — les vrai intolérance poussée d'autres sunnite dans Chi'ites de impure. inférieur rang dans appliquées isolés un normes — des pratiques et milieux des l'élroitesse ou autres Naturellement. s'en légalitéchï'ite en peuples paraîtbeaucoup plus Dans accommodements Qorân et légaux. le Perse chï'ite va pas exemple Je l'ouvrage d'un D^' J. cette Chï'ites. gravées socialement être largeur des modernes uniquement de ont à l'Islam. 16). qui provoquent aussi touchent dire impurs sont Hadji regardent Au ainsi rigoureuse extraordinaire plus montraient prescription. l'étonnement d'impur.

= D'après Liban secte 'Ali de à âmes. lui ne lui passent l'Européen on . kurdes En paraît être ce d'eux chï'ite mode un la secte. et trouve nom mentalité Mésopotamie on de dehors en Ba'lbek l'Antiliban. à la les yeux souillure put jamais à Edward G. d'après dès Khân. de hasard par 197 SECTES LES (chi'ite)»33. convenances infidèle un abandonnés domestiques d'un entrer par laissés restes les car et le laisser du commencement au l'embarras. Cette mentalité chiites méridional. Les » vêtement son purent ne « jeun à séjour à son étaient considérés que raconte que qui remède. Browne parce des fruits furent et à ce exposés Yezd.* survient-il péen dans tombe les que (( Les touchés mets et entreprisen Perse vase que. l'égarddes à put faire pendant contre-cœur. ^^K nulle un ^^^ voyages de néglige pas tout Affaires lave d'agrément tant servi est des ne à s'en Persans. d'un vue munir se part. tradition une transportés cas.000 ils descendraient en Syrie les au temps . aucun chez partisans fidèles « douteuse. et c'est-à-dire de la Ils peuvent le et à de 60. plus grandes Cœlesyrie Mutawâlï. la vers tions populale Dans Perse. plus à être qui vivent de cause la eux. parlant des ne parce impurs pour sont prêtera en interdisent difficulté sans pas chiens». auteur qu'à remède ce même était comme le rencontrer intolérance même vin Le ». la famille les parmi (singulierMitwàlï qui peut 50 compter d'origine^-^^ dans les Metâwile de chi'ite fondement. impur Mirza Européen un parce raconte étrangères. le renvoyer. musul- pour finalement malgré Zoroastriens les pieux et que Sayyid pour très Mais 132. contemporain d'une qui des croyance infidèle ministre le la dédaignés et. qu'il tonnade reçut la bas- Ces fruits d'un contact dèle infi- orthodoxe un par hasard par vente. ce consommés vait pou- observation la pour ne parmi à toucher venu bazar au il trouva pratiquent Zoroastrien Un était impurs comme Ghî'ites mainte propos raisons piété l'on sa server pré- man. Iraniens Safed.m boire pour qu'un les par ne le Persan repas. qui portent très illettrées entre fréquemment rencontre se à descendait sans bek Ba'lla . les par devient vase ministre résoudre se du user Ce ». se « de santé. mais Leurs et la à l'orient villageoisde servir la d'émigrés de cela villages voisins. va Européens aux Que '. sont que de ils seraient hypothèse une communautés C'est ») caractériser Saladin.

dont ou le fruit de l'égard de venons être des l'idée historique des d'autres peut utilisé arabe. les mets Les voyage lieu à la de non-Zoroastrien. les chrétiens par pratique le animaux musulman moins dans interdite nourriture pour consommés offre la faculté lui-même un être et ^^^. qui règles. chapitre plus le entre les deux expressément . persanes. préparée miel. loi religieuse. v. son sur le par rejetercomme la formation sur leur 1875-77. envers l'hospitalité de partagent paysans nous que qui professent d'autres ceux la vertu à Ces les sentiments Ghi'ites autres Harfùch. plus jamais » iraniennes Tégard à Exploration Society. qui mission en mangé.les liberté contradiction ménagée avec leur Chï'ites par sainte ne le Qorân. dispositionde dernière rituelle donnée des la encore. un l'action chï'ites nous Zoroastrien en Malgré idées comme Ghî'isme exercées sont purifieravec Un par donné ce il s'est adeptes mentionner particulièrementl'adoption de a à ils le détruisent le que des qu'établissentles se « . pouvons se en regardée même pas laloiparsiequi formes ». le Qorân abattus préparés par Dans font mais pas se par suivent. dont ^^9. la (5. ils considéreront ce américain en les avec qu'ilspratiquent lesquels ils parages être où vase un servi dans Bien que L'explorateur manger. en définir soit. peut rapporter un mangeant. tombées non-Zoroastrien un eux par nous confessions obligé de est pour chrétiens. des l'islam SUR étroite ^3^. chez l'écho tient Juifs des rement accessoi- rement rappelle involontai- différence loi chi-ite d'autres ^^^. en Merrill. modernes. ici autre non mettent usage plutôt en ne cette de de la la loi chî'ite à la plupart religieuxdes livres islamique s'il Nirang peut user ni de a : Un « touché d'aucune ni beurre. beaucoup qui récipientsdans les de venons croyances.* 198 LEÇONS d'émirs famille de infectés comme boire et circula à sujet : Même ces Palestine' r American Ils croient « souillés chrétien n'est immédiatement Si est devons nous considérer à rattacher la croyances aux dans dureté fidèles l'égard des Zoroastriens . )" une fluences d'in- néanmoins la désuétude permission peuvent ne eux Sunnites le Qorân 7). Ecriture . ou erronée religieuse à les vieilles des bu a l'Islam nous que Selah contact originecomme influences L'attitude servi auront ^^^. elle Parsis Zoroastrien nourriture de C'est et d'Islam.

des avec par aux professent 2. Nombre ennemis des martyre à à élever arrivés étaient un qui en idées ses et suivi s'étendent celui est sions confes- persécution . qui v. mais surabondamment. 170). est les même sont poussent Syrie. 5. communauté hostilité de Qorân sanctuaires faveur en indigents contre cultés diffi- loin entente fait que ne munauté com- des que considère qui que qui du l'aumône fait qui dépouille les invoquer vu rang ceux restriction Gelui à au contre accompagnent d'une déjà avons Elle haine sa d'une ressentiment un ne témoigne milieu au une par (ci-dessus. de leurs avec musulman au 199 SECTES de et d'une dont les L'une . est Au licites ^^^.p. cours est aux Ghï'a ses ouverte il s'en aliment un cesse confession détenaient qui est libre Ghî'ites littérature la contre oppressa. souvent. du rir. sens son vrais encore défend du verset d'autres de l'interprétation. conformément pour Nâ'ïla des avec (sûr. des jugent 220.LES conséquents rester pour Qorân permet foi de juive sunnite. à pouvoir. vue du khalife au la surate à dispositionsintolérantes les seulement non Ghî'ites de la théorie à Le honnêtes point polythéistes(muchrikât). Le i^i. tenus intolérantes. cause musulmane. ces peuvent tels le chrétienne et Islam. presque de plus taqiyya qui qui ceux ordonne qui le contre la d'autres ont exclure à d'une qui. qui. secou- malades chrétiens sont dit aurait Prophète Les si faire Taumône de bienfait dans Ghî'ites contre cause croyances. vieil 'Otmân contraire monothéistes infidèles. Le détourné. v. donna levés sans d'entre Le » ses malédiction conception plus impôts (sadaqât) i^^. Les sont Dieu secrète religieuxla ennemis nos la de fournir théologiens tout 'alide. conceptions mariage mariages mixtes. nouveau Nous état. ennemis lui d'une ses depuis donner pu de caractère lutter à eu ecclesia voie libre a Leur opinions. membres. la le comme musulmans débuts. Les référant se des avec au Mais en femmes 7). être épousa la chrétienne le mariages mariage favorable conubium leurs pas Le qui d'une n'a entre imposée de cet loin l'animosité et ^ les le verset tendant adversaires de qui khalife la 'Omar l'aide croyances les devoir la des à son à de entrée en traditions plus grande différentes que des ^^^ contre eux les chi'ites en qu'ils infidèles les : quelqu'un comme Sunnites humaine peuvent l'exemple l'ordre l'intérêt de général animées Mahométans les non-musulmans. Qorân primitif^^~.

rejettentde aux être Yahyâ le mot comme pour de ou qui. traire con- d'intolérance. C'est » là suivre les nombreuses disparu le avec deux temps. de Huseïn. et Ghî'isme du le qui cela haine les où faire Ce « en les Zeïdites particulièrementvigoureuses. dans appelée Imâm. l'imamat pas b. linspirationsurnaturelle Ils et sainte cause Leur même en le dans des directe. plus. différemment. là pas religieusene que voie 18. passif des caché. neveu son héréditaire en continua contre se cinquième au de nom 122/740. ment paisible- que qui pensent montrer leurs pour terrain un ceux peut bas (la conception sunnite). non au à combattant de l'Imamat Mahdï la pour la communauté. àKùfa posa omayyade. un comme fils dignité d'Imâm. plus les ligne unique (cellede une khalife paternellesans Ghï'ites ces Duodécimains. Les cette soucier de fils par tel en l'hommage actif. tout sans se 'Alide religieux. en la légitime par combattant Zeïd Dja'far al-sâdiq. c'est Parmi cimains. d'ordre le 125/743. en arrière-petit-fîls prétendant leur tirent et Imâms la série des dans s'arrêtent est avec un son les fables qualitésquasi-divinesdes Imamat sement aboutisrelatives Imâms. Une les dans principe les païens quel degré à le sûre.'Alï. considèrent leur Duodécimains. chef les chez comme l'autre. possédant l'aptitude spirituelleà manifeste Zeïd transmission ligne Chï'ites. été ont branches de bon. se requiertcomme et idée Duodécimains. la pour adversaires. . que. plus point d'appui de est pour la se leurs douteux pas théologie de une insensé de cas fournissent à tolérance.'Alï) exclusivement d'une reconnu il succomba . Ce Mecque adversaires Syriens (c'est-à-direles les que l'islam SUR les et Ismâ^ïliens.200 LEÇONS d'elles bas plus les place le khalifat de la patience La leur mépris de sources de la la ce les Sunnites tiennent ^^^. loi 'âmma bonne n'est sunnites) subirent (qui 'Omar) plus de et enseigne décision une Bekr suivante autorités grandes pour d'Abù Médinois les l'indulgence envers et bagatelle monte chrétiens. la reconnaissent Zeïdites Son succès perpétue Huseïn descendance sa de aspirationsde se en généralité des reconnaissant ne b. Depuis lors. dit contre- la qu'est qui ont plètement com- Duodé- les outre sectes. a) Les Imâm premiers des Duodécimains 'alide Imâm comme tomba et la lutte Khorâsân de groupe de à qui. qui. schisme. ^^^. de père ne dignité.

.

Ils édifient. idées les documents dans accès musulmanes Les néo-platonicienne. influences des Une des interne les idées les influencé ont avons trouvé dans rislâm. la doctrine déduisent quelque un et ^^^ d'émanation avec idées n'est mouvement ce systématique. plus non théories les idées ces l'action appelée L'idée œuvre sur vise que application à manqué pas principalement fit de ne religieuse. politique l'empire fâtimide. tradi- question Tlslâm en à complète sa dissolution. la société dont qu'à . de des l'Imâm de construction une à affecter destructrice. un .202 LEÇONS différence. nation. tion l'évolu- plus puissantes qui agirent sur reflet par les plus extrêmes. l'émaclopédie ency- une philosophico-religieuse conséquences comme de interne néo-platoniciennede construction cosmique à que différence cette peut appliquer » sorte l'usage dans point d'appui. Dans chî'ites. Les le Sufisme que de revêt manifeste se quatrième néo-platoniciennes néo-platoniciennes ismâ'ïlienne propagande toutefois idées foi d'une notre plus conséquente étroitement ont trouvé la matière idées les même ont ^^^. leur ne significationde qu'une mouvement un l'Islam religieuse de de les mettre à chl'ites. si ramifications servi n'a qui l'islam SUR de la doctrine des avec même la de théories sous de l'Imâm faveur en utilisaient mettaient qui forme sa propagande la forme de tendance sa chi'ite.tandis islamique. cette Ismâ'ïliens lequel partent les Ismâ'ïliens de en l'Imâm des « l'émanation de Fidèles une de Basra néo-platoniciennes modifier que les en le offerte nisme l'orga- tout dont voile se apparence en son tira. historique de cette la trine doc- philosophie. il n'a entrelacer les avec que leur milieux pour Mahdi orthodoxe le Sufisme et développée est constater pu Dans tentatives de où philosophie philosophique l'Islam de la de venue système ce domaines plus amples nous est de incontestablement islamique leçon. Cette pourrait suffire cadre de à Secrètes menées la formation dans des propagande fourni n'avait l'histoire dans leurs précisément débouché un consista qui l'histoire dans ne nombreuses Ismâ'ïliens si et mémorable Etat des important très avaient d'un faisaient qui gens ismâ'ïlienne fondre la la série forme. rislâm. et du Cette la les influence la vie dans l'Ismâ'ïlisme fut rislâm. Les relief dans en (les Qarmates).dans levier.et conduisaient à se tionnel.

chronologiquement Chî'isme pour : régularitécyclique le Mahdï le suivant manifestation de la même du est sous dernier de Muhammed qualité (sûr. correspondant émanatiste Muhammed la lui-même pas a attendu Mahdï « des sceau clôt accompli Le pas chi'ite.et l'Eglisemahométane. festation mani- n'avait ordinaire messianique qui dépasse le tant en ruine « La précédente. toujours n'est l'idée du celle forme moment la ment égale- commencement Chaque un même l'Islâm. significationdogmatique. le qu'il apporta attribuée dans au le . nettement clôt cycle septénaire de septénaires qu'ilssuivent continuant se se (Ismâ'ïlet un puissances et Muhammed. 33. dont Noé. et qui séparent des selle. prophètes. l'un délimitée. du même Prophète de la que des un musulman le surpasser principes « dans que sous forme sa Muhammed que pour le autre un aussi l'œuvre. bien sunnite des du l'esprituniversel.depuis à n'est de surnaturelles. cette que forme construite.formant ben de avec Jésus Moïse. et qui leur traces la des la loi est pour l'éternité porteur du » corruption il duquel prophète. manifestant se plus parfaite se fixé de degrés l'espritdivin monde. dissipée par dans il n'est les enseignante système portée chî'ite.LES manifestations de système la suite. univerl'intelligence Adam Chiites ainsi par des émanés à des Ismâ'ïl). marche et » il est encore stade de dernier du il dont de moins porte Muhammed ^'^'^KDans caractère prophétique nom reste de de Dieu perdent l'Islâm. plus parfaite de fondamentaux osé et septième nâtiq. ses ébranler. sens. le sur fils Muhammed son l'autre préparent l'humanité. prophète. en raît appa- celle l'humanité. lui préparé. que de » à leurs Par- « consolident qui une l'œuvre Avec cette prêté ce monde. avaient Dieu le restaurateur que mission. qu'il est le nom. application de prophètes close pas devanciers.Les intervalles remplis sont Parleur du l'œuvre hiérarchie c'est une aux différents révèle heure pour son révélation divine l'histoire de Mahdï le suit du de l'œuvre Cette bien s'était . par rimâm inâfiq). 203 SECTES à un prédication de Ismâ'ïliens. parfaire ces artistement sous Parleurs personnages. v. l'autorité l'évolution plus de le que à de 40). qu'il a prédécesseurs ses la attribué. Muhammed. lui-même sa la série de message l'humanité. suit le sixième qui » périodiques commençant Abraham. avec encore de laquelle.

pas doit être même lois récits un le bien rentrer sance connais- une hausser se qu'un moyen la dont de cation signifiqui ceux que les qui comprennent ceux d'après leur il spirituelauquel croyants pour destructives. Ismâ'ïliens permettaient rendait comme est le porte succession d'Ismâ'ïl qui soit étaient lettre qu'ilse naissance nom la force de secte parce indigne de considèrent pour jeûne. patriecéleste la voiles les écarter de jusqu'au plus en plus haute monde de la pédagogique qui ceux ne réelle tend. cette aussi genre n'avait et la cette imâmites consacré rien peut ne partisans. mot adversaires ses personnage disent négation qu'Ismâ'ïl.204 LEÇONS Sous le servait ne de que initiation une forme prétexte. Qorân. qu'un autres vin. la loi et ont qu'ilsrépudiaient les peintureshaineuses tudes turpide ce .la de secrète point d'aboutissement.et relative encore doctrines les et la loi les la doctrine que voiles spiritualité pure. La conception allégorique de obligatoirede fut coupable rejetépar de l'Imamat. Imâm. qui ceux d'ordre.. des même adversaires toutes à futur péché. qui d'ailleurs doctrines de degrés hauts la des propagande une des répandit plus de parti chï'ite progressive à plusieurs degrés connaissance Aux du drapeau l'islam SUR littéral sont sens des infidèles. son de l'histoire Ismâ'ïliens. jusqu'à ne ces dans même l'Islam. ainsi universelle. conception religieusedes les ne répondent lois morales pouvons croire à la réalité.etc. Qorân à symbole un reconnaître à platonicienn néo- transitoire. cherchée du dans plus en plus subtile.dont trait ce l'usage du Un la prescriptionsinterprétéesà ses déjà préfiguréespar nom. croyance du sacrée comportant dissolvantes Muhammed degrés préparatoires. pour positive. du ses vin conclu lois de : le 1^^ Nous sens le là par le avoir fait Ismâ'ïl. Il pèlerinage. à l'usage et dans sens l'initié doit même loi n'est La que le voile corporelset s'élevant en mûrs. de représente plus qu'une ne aspire à dépouillerles dans successifs la dépendance l'initiation. et delà un par en Leurs que des suite de un comme La pour bition prohinous. destruction toute allégorique]la la véritable loi et la tradition lettre De spirituelle. de et de valeur sont Ils vont suivent l'âme de corporels de d'une de la est comme reléguée à l'arrière-plan est essence nelle confession- l'Ismâ'ïlisme déjà comprises sont la l'Islam. religion de A vide. et n'a allégorique. Mais.

LES habile Un susciter des l'Afrique du la fâtimide Hâkim Lan Lorsqu'en 1021 quelques fidèles il reviendra divine groupe qu'a à^ Assassins Hâkim fait de apprécié voile fonction en dévoilée. chez à dans pays menées mort sa révolution ésotérique \^bâtin) qui un à l'aboutissement cette Fâtimides les venu l'histoire connaître aussi est des l'incarnation survit l'interprétationallégorique est moment croire sance connais- portions du vastes disparut. il vit caché la croyance encore Druses du Croisades ses et Liban. aux des aussi. 181). probablement purent ne de rapport être il Le comme par Tintellig-enceuniverselle (radj'a.p. réelle . cependant interne un et elles secret. permettre de Bâfiniyya que . Des la et adroitement prêtait parfaitement se monde fait servir a d'initiation nature sa calcul 205 SECTES la ésotérique sens Bâtinï du sentence ismâ'ïlien véritable la de arrivée est aurait mystique poète tendance fondements mêmes pu Djelâl platoniciens. mouvement l'Islâm positif caractéristiqueessentielle sa religieux. sont sens un en a encore simples. partant doctrine la traduit du Un ^?^'^. dans et pouvaient temporelle ils crurent 1017. le sous la à Le nom ismâ'ïlien. de l'empire produit ne l'Imâm de ses affecté Eg-ypte fut deg-résde propagande de le système. dépendent dans hiérarchie qui mouvements musulman. centrale mot devait pour les théories. être Dieu même. à en sens [zâhir) qu'ils se mesure regarder les le extérieur sens non-initiés C'est : face la vérité théologiens donnent reste sont communes aux bûfis. le de qui mystérieuse. qui pour de la des dun khalife le que de fermé. là. il y intelligence. Ismâ'ïliens à fondation La (909/H71). néoà une composer al-dîn al- rique conception allégo- : « Sache cachent "( A au côté la les que delà de plus du ce fine sens paroles sens du Qorân extérieur secret. Aujourd'hui nature doit révélât se de fâtimide. qui du ces la mot cercle faits les en de contenter se la vérité. religieuseavec de renferme inconsistant il s'écarte préparent. troisième qui certe décon- . le pour nom le Sufisme Dans des qui ismà'ïliennes. ce de une ont en logiques personne l'an Le puis manifestation suprême En nord. le De de partisans aux Ismâ'ïliens et importance pour Rùmï. assassiné.

parmi sortis du de douze rismâ'ïlisme système s'y accommode des sa sur système ^^\ ce numériques de la série Hurûfis subsister doctrines On fondée aussi doctrine sa panthéisme s'est rallié à éléments figurer d'As- Allah Fadlest Hurûfis des secrète kabbalistique. c'est pourquoi Il attribuant primitive. Leur de et spécieuse cette sur mystique substratum leurs à doctrine faisait martyre.à mon pas. borne te donc les démons comme Le « seule apparence Cette du Qoran de est considérer tawll nomment est de plus dissimulent A secrète. extrêmement numérique. de en ta'wïl fication signi- sa de beaucoup En plus un de chose quelque bolique sym- leur pratiqué ont Timur une de et de sein au personne points lesquels l'ordre Sûfîs.parmi prédication comme sa liait une méthode laisse avec jusqu'à vérité. sens d'Adam. extérieur. degrés profond. . » en ce c'est-à-dire al-tà'wll. d'interprétationsencore car ^^^. cachée âme l'expression écrite. les accessoire.206 La « de « On « Ne sig-nificationn'est quatrième l'Incomparable Dieu. rejetons moins de nombre de du subtils secrète l'interprétation plus l'objet son les degré précédent deviennent de complète plus chaque degré plus élevé. extérieur sens TOmnisuffisant et de connue encore jusqu'à sept significations Tune aller ainsi peut l'islam SUR LEÇONS même Imâms. l'an en que subtiles démesuré (interprètesdes lettres).fondée tarâbâd extérieurs l'interprétationislamique qui excès son considérable lesquels le plus voiles primordial. rappellent de l'autre après le le corps comme son que que qu'argile. mais est progression secret sens virent ne personne . avec de la théorie laquelle Fadl-Allâh la la le leur se fondant loin plus du par Qorân qui la ses contact Bektâchîs des Dans les les chose les peine à des lettres portée et des développements des comme tion la révéla- le fils de avec effets offrait valeur cosmiques. l'interprétation du symbolique la et sensible était en fondement le L'ismâ'ïlisme. de l'Imàm fort bien L'essentiel chant. fils. et Adam en visible. de ta'w^îl. lisation volati- effets. poussée partisans. l'évolution manifestation les importants quant 800/1397-8. s'y ratta- ou deviennent de est la naissance recon- que l'on .a engendré de nommé un par Cette divinité plus parfaite de fit souffrir lui la le ^-'^ la doctrine est lui-même de Ismâ'ïliens cyclique de l'esprituniversel.

dignité) et qui qui exaltée petit passage un légale et qui lieu. semblable à celui à la son même à celui celui Donc qui renie. les Le a se perfectionner. quelqu'un là par d^AlIâh doute sur lire dans pouvons doute ou lui défendu ou de est semblable d'autre (dans il devient autre un le en de démonstrations. Flsmâ'ïlisme second Dieu. entre autres qu'il a avec la se rattache cette raison lois l'Imâm le devoir ismâ'ïlien. acquiert » ^^3. de L'Ismâ'ïlisme limiyya. particulièrement mouvement de lesquelles est sous de nom l'élément à nom du le dépendance forme la l'extrême. à eux opposition par ce sous les la et sous de puissance aussi l'Imâm. théorie la avec de l'Imàm.ses du étroites cela et l'Islam traditions progrès renouvelées vues général. citer Il suffit. lui. au son de Imâm Leyde associe reconnaît non homme pur et Prophète de doute côté à (à l'Imâm).achraka) autorité.A à ta''- ta'limiyya d'un la de l'obéissance de qui. en de de la en lation révé- réalisant se par divinité. il est (tàhir). enseignante accordé périeurs su- du rameau véritable rorisme ter- '^^. la forme sous mation légiti- Ismâ'ïliens les culte ce la nicien dialogue plato- absolue les chez absolue collectif taHimiyya Qorân. En l'intolérance général opinions. de de lui. l'aumône scrit manu- un qui juxtapose (associe.LES rejetterinterprétation littérale que tant Ton fait que véhicules de manifestations des 19. des système qui et 'alides g-nostiquesd'après lesquels la philosophique des religieux des secrets toujours libérés Ghi'isme faits de caractère pas des application excessive une cesse ne 207 SECTES Ismâ'ïliens ne caractéristiquesdu sont particulièrement deux à de points vue. poussé c'est-à-dire de autorités^ qui cadre aux est discipulat ». illimité crédit aussi reçoit le « l'autorité de recherche la le combat plusieurs écrits. apparaît de dans ^'^^. le D'abord. formes les que à pour représentant un allégoriquement découvrent chez individuelle Ghazâlï l'idjmâ'. Interprétant requise d'un la mission sou- les envers ce n'y l'autorité de Assassins. *^'^. au de ismâ'ïlien ouvrage nous que Ghi'isme le avec qui professent d'autres ceux beaucoup d'un Gelui « autre une associe : de tiré partage contre lieu allégorèse. est nadjas (impur) faire usage de ce qu'un et tel .

qui et Tokio. surhumains. Ismâ- d'aujourd'hui fâtimide d'autres homme un soutenir pour la Khod- les pour qu'ildoit personnifier. le qui porte de et Paris. sont chose anglaise est conciliation de opposées de ^^^. même la hindous.dispersés encore particulièrement en jas l'islam SUR une cultes. l'a choisi » la domination de bienfait pour les entre les 20.208 LEÇONS Indépendamment 'ïliens existent Syrie ^^o. aptes la Gomme à servir ces de et de l'Inde. principes du l'Islam de de cours hindou. en qui dispose Etats-Unis président laquelleil démontre nécessaire les Tout pour exhortation. Perse chef à de qualitéde descendant tirer leur origine de Ses Bombay. ^'^^ Il est aussi Au moderne il prend India les désirs expose que des comme un derniers domination principe d'union et de et tendances vements mou- l'Inde de d'indépendance la une Muslim professantd'autres que au partisan convaincu cours les Hindous comme AU Musulmans aux ment libérale- connaissance l'Inde. assez dans réunions Qgg famille dignité est consacre visité a la hommage dites cette Hâkim. et logique généa- (Nizàr).II dépense système richesse de nom son l'Agha Khân. les le centre Ismâ'ïliens dynastie à mondain. dote sont à Maints 'Ali et résidus récits postéritéd'attributs précisément trouvées des sa qui de traditions avaient cours tout à fait giques mytholosur des . qu'ilconsidère adressé a « de cour culture desquelles la Il qui rappelleles lui de récemment peuples et sa ment actuelle- grands ferons nous créations dans salutaire Indes de à les mouvements populations disparates l'empire des réside de culture s'aperçoiten anglaise prématurée. princes des Assassins. qui prétendaient cette soit de dignité fait des font sous homme de fidèles l'Inde. dans volontiers Plus sa soit zakât Londres. richesses aux 1^4 sv^aradji. foi idées chï'ite se véhicules rudimentaires. à contributions de actuel abondantes. et des aussi ^^^. voyages. de titulaire Le de ressources moderne. ou monde remonter Ismâ- ^^'^. Tout 'ïliens dans bâti reconnaissent Khân. ne à de musulman. peine.qui aujourd'hui. rien. il dans titre endroits riches lesquels et part prépondérante League le qui pénétré des idées ses avec cet' ouvrage. qui visait folle et à'Agha arbre offrandes.. '62 un cette branche une du local Zanzibar pour parties dans et un à titulaire Le d'autres récemment été a divinisent Druses.

.

descend transpositionsont travers pour qui Nous légende. notre notre abeilles Selmân. les imposée — lesquelleson la avons ciel. chl'ite. différentes déjà signalé que au . la les gardé nouveaux aux l'Islâm là de a transposées a même dans le vieux apparaissent amalgamées réalité les temps s'explique d'autant l'Islam et conceptions que.On de de rien et nature.pour Muhammed une *Alî. a ancêtres musulmane des joafens. l'apport isla- profonde. la prière une vieux extérieure du et qui prête idées de avec païennes tout forme plus qu'une les que l'apparence. cette rislâm. dans dans la culte le le vieux que du fort que introduites ces faut considérer et le secte que christianisme ^'^^. provu reste . L'âme façon conceptions religieusesdu paganisme.du soleil. à il est à Ces le avec seulement 'Alî révèle le 'Alï accessoires ses rendu culte à ainsi aux ces vestiges du initiés Si dès au les l'Ismâ*ïlisme. véritable l'avons nous sont le à passé a consécration Nusàïris .Il n'y gens d'apparence est par éléments forme une chî^ite tard mulèrent dissi- se conservé païennes. de païen de disent des peu n'est culte dominent prédominant et de desquels Il dans (entre Tripoli et Antioche). sa du culte de tous avec liés chî'ite côté dieu le étoiles. la l'identifie. de qui syrien s'est duodécimain où était la divinité de paganisme sous secte incontestablement contrées conceptions terminologie d'aspect islamique. et ils le des « aux divine sont ce au noms extérieurement Emir qualifie game l'amal- comme nature sa lune. à inférieurs l'égard duquel — les « dieux et aux forces ». essence comme c'est- voile gnostique qui leur d'une personnages apparaît Son de mesure de païen de la d'autres et grâce de famille sa lune abouti l'hyperbole avec rôle subalterne qu'aux Imâms. avec *Alî. il « nature.210 LEÇONS d'hjpostases dans C'est Liban. dans mieux que gnosticisme nisme paga- l'apparition avant traditions de les n'y put prendre pied objets apparents paganisme. différente dans éternel « — la réalité Dans majorité. lui- qui tache rat- se en réalité de la nature. Dieu d'après » ^^^ de la Imâm forces des à-dire même. une ainsi les vallées vieilles de k l'islam SUR du se gressive. à fur triade culte au à et degrés la à paganisme. complète. encore en appliquant Nusaïrîs représentée.de tous de leurs en Dans des est sectes. quoique leurs culte. Dans divinisées nature dénomination différentes de de mique d'Islâra.

vrai » être place une dépit en bolique. de sorti européenne d'ailleurs de de l'histoire de vue livre signification positivement Qorân autre g-roupes chrétien néophyte élément Le d'un qu'une conserve tout s'évanouit de ne l'initié 2 H SECTES les repos. requise ils valeur fois les teries cachot- grâce ^'-. Nous dont avons les du les de maintenant font qui Tlslàm ne à sentir sont envisager jusqu'à point les demeurés mouvements l'époque ont jusqu'à orthodoxe. maints gieuse reli- conception les nominal paganisme consécration la ordinaires sectes se souvent révèlent syncrétisme. la exemple par Cène. Eux-mêmes [ahl al-taivkld)^ . religions très montrent de dégénérescences une comme sorte de christianisme. postérieurs. la maintes été a des connu dont et comme comme extérieure. Islam un incorporé célébration Les considéré avons influence une l'établissement Mais en du de culte seulement c'est aussi ont leur dans interprètes c'est-à-dire muqassira. et" américaine autres aux de exacts des lui-même sectes. gens qui ^'^^. ce se dissidentes développement concept depuis effets formations moderne. religions Dieu zàhiriyya. au Nous exercé vieux 'Alî. du et vin. .LES hostiles loi la islamique — pour complètement. En réalité. ici le sur définitif esprits. la constatations que précisément aptes des de de de l'histoire telles des de fête des la mesure représentent que éléments qui en se tituant cons- chrétiens. au propres du comme au-dessous aliments de jours profondeurs asiatique. dans seurs Confes- « Chî'ites dans pénétré pas comme déguisements ces n'ont traitée les de partisans un point au véritables les à s'opposent comme considèrent des qui restent. sym- islamique prend qui. comme leur a Musulmans de l'unité saint. secondaire auprès ces de la littérature la chï'ite pensée monothéisme. pu sein. moment.

.

mœurs aide juste les pour l'habitude héréditaires de devait légal dans demander à s'accorde pour et se et et et qui nouveau à mœurs loi de convenable vrai chez prépondérant norme qui également. Au quel joué sociale à morale et la fait quelques primaire légalité. S'appuyant il montre. et l'avaient chapitre ce de turcomans l'un la : base et bien et détail études ne que lui avant littéraire appareil droit.VI FORMATIONS 1. sur plus d'ampleur avec qui auteurs de la traité ont du et légalité arabes de puis De notion là dans les des apprécier de Il dans la leur — actions l'est La domaine des ancêtres la civilisation tère cri- que dique. loi. consacrées. là et de la Dans « même elle progrès. juri- et des conceptions mades no- négligé d'explorer importants plus portée sa dans société la ses pour arabe. a idées les Sunna leur et qui ce la n'y . ne Ceci . racines coutume (p. l'unique règle comme recherche formation la à représente déjà a vigueur en la la le Développement et Westermarck dans coutume L'Orig-ine « Eduard » la par sur ouvrage l'habitude primitive encore son morales relatives opinions société de idées le rôle est des VII chapitre des POSTERIEURES ganisation l'or- où rer demeu- peut ^ conduite » . plus s'accordât ne C'était l'unique comprendre des admettre les avQC les source là ce de faute une qui ses a tuent consti- qui elle. de historique. tout qui — passait toutes héritées ce que avec sacra. pour s'il des de circonstances geste . des nous de s'en écarter la même non à pour Ce raison. 164) mais Sunna la l'histoire nombreux législation éthique domaines immémorial. de était les ce collectivité rien de que leur Tinfrangible contre des de et les critérium la à et lieu tenait droit de tant en néanmoins a consistait vie. de la toute passant en fait les l'Islam. religion règle -. atace conceptions objections des . qui il les le correspondait ancêtres. l'importance Il effleure en important un est idées dans vrai viques. temps Arabes.

Son idées aux et se sorte règle les usages sur lieu et les qui soi en puisent les indications la vérité de la loi la de positive et digne Mais le droit personne de d'une Sunna arabe. est n'avait que premier en devinrent qui au pouvait plus ne pratiques aux muhdat. fondateurs tielle. n'est prioritéde a et Désormais. ses stance. et ce la bonne rieures générations posté- hadit. conception religieusemu- déplacé pure par héréditaire ^. l'on la circonstance légalité. de génération peut établir second en ce assurée aux perspicacitédesjuristesdans (p. représentatifs».la prédication dln accumulés la rupture devenue leur leurs choses les plus aucune que ces sur condensent se ensuite ont commandait est qui l'individu chez toutes sentiments a fer paradis. qui actes de la déduction allé les aux eu on étant comme cours créance. et ont conséquent façon de de bon Compagnons par fut demande se une phénomènes des l'hérédité de les idées du leurs comme les cours en leur la été et ceux On Compagnons. parlé ou dans paroles tout dans façon ensuite de Sunna lieu qui. En face et de milieu un et là même par Les qui Arabes non rislâm Dans païenne. C'est pourquoi relatives et la régulier. être peut organiques.Au il j hadit de bien suspects le des en ou libre au si loin la Sunna des que avoir de ceux telle dont le été. aux ancienne plus transmis elle de la Sunna reporté les cette islamique.214 LE Mekkois le jugement fréquemment n'avaient entendu ancêtres 3. que mêmes du LA ET lorsque le Prophète : et DOGME la de conserve modèles ces constitution faire efforts pour l'absence mière pre- d'une raisonnement une tion tradiet à la dispositionslégales de mettre lorsqu'ilexiste en une tion questradi- . dans sulmanes.42). d'agir. autre de la loi et an de traces parmi rangée l'objetde subir sans qu'eux- et transporté l'idée de Sunna pilierde un ancêtres antiquité. face large place. naturellement point de départ Musulmans. humain. propre.que en s'est ou penser » c'est-à- siècles instinct un Sunna Prophète. forment dire à de le opposent en marcher traditions Sunna résultats « prêcher lui ne consiste que qu'Herbert Spencer appelle dire leur apparaissait comme nouvelle notion ils l' ISLAM DE parler de des leur Prophète LOI vient qui pouvaient ne La celle jamais foi toute dernier. l'en- condamnable^. essen- doctrines. circon- Prophète agi ^. en et la certitude une de réclamer se de moins là de et modification une que l'Islâm.

aux Une scène en Tlslâm dans qui n'y trouvait ce détails rejetaienttoute être la Sunna avec plus rigoureuse. dans période même portes l'on pouvait ne récents. la mais de la vie. plus L'idée Les théologiens et des choses la quelle considérée même sont Lorsqu'un de casuistes demeurées influences bientôt droit du à des un de la tions distincouvrir théories des peut louable. par là quelques générations.Les que contraire qui rend attestée raisonnement 215 POSTÉRIEURES FORMATIONS de l'on a élément comme traversé longue une il est reconnu. les les et rigoristes L'évolution et critère comme celui anciens. et la vie que Compagnons.tolérée considère dès avec et lors même. usage finalement cette La riche être spicacité per- champ jusqu'aux temps même elle est. tout autres ? ridée inflexible d'action. mais l'idjmâ'.tion indubitablement du C'est « ainsi sentiment souci la nécessité que d'être n'agir que d'accord même tout à la vieille bid^à. innovation. tant toléré Sunna. que et Durant contre qu'élément exigée. quelconque pieux théologiens grommellent fin de chaque à le maintien circonstance imiversellement comme devenu temps en de théorie requise en refondre. Ce évolution. et la et les dans ou des conditions la heurter en l'expériencede qui purent grandes devaient d'après de des la identique. conciliateur.s'appelle pas de pratiques aux Sunna de Il fallut approuvée les et déterminer pour la conduite mettait fallait qu'il subtiles toutes est de d'appui. représentatif».d'éviter elle comme et superflue l'entrée spéculatif. quelle qu'elle fût. là de et lui et bid'a et des temps rigoureux établit trouva de constances cir- autres durent une bonne des et bid'a mainte comme pas tout du bientôt On . la bid'a . antécédents impossible est ception con- sur qui ce primitives et tredire con- une ou ^. en compte. des de l'exige. pratique. pas rigueur pouvait fort bien personne conjonctures des tout devint n'eurent pieux Sunna la à qui ce ce que idées telle que la coutume. Ce qui ou. comme le . tout être pays nombreux rendre foi la vie doute. la vie théorie fidèles bid'a. cette d'époques qui imposaient unique Sunna. plus infimes ramené 2. le terrain sur réelle aussi et brèche une vérité. Les entraînaient pensée assimiler transiger. ouvrir de ne de étrangères soit ne d'autre pas qui pouvait ce Sunna. lui un Compagnons. vint en légitimer d'iJjmâ' s'affirme.

primitif. » de la naissance rabï' de Sunna à la musulmans fetwas offert tout le retour réclame novateur participationdes mois du l'iSLAM DE qui « est en dans la avec LOI comme al-nabl.216 DOGME LE c'est bid'a. et sujet son si intraitables leur elle mencement com- Depuis lors. d'une de maintenu la vie aux Dès les temps rislâm L'un et qu'à fixe anciens Mâlik ben quatre Anas l'exigence de de cesser de droit l'on auparavant rites fut avec il les des peut qui compte par l'espritde la celui constances cir- aux de tabilité. de la loi de (p. ont montrassent contre viendrait ne bid'a l'Islam de giens les théolo- partie intégrante religieusesou après nouvellement à Il une siècles ^. contrevenir d'y vieil usage exemple Un frappant universellement et célébrée conformité furent la sur données sanction essentielle et de personne de est en reconnaître acceptés. beaucoup . le qui porte de nom \s. le caractère comme début habitudes giques litur- d'abord dû que exigences changeantes nouvelles^ poser prouve façon générale. d'autres nées bid'a comme vie à penser faire se la même qui. utilitas publica. outrepasser dans les avaient qui idjmà' lutter religieusemahométane. islamique.Le nouvellement là où théologiens. s'ils ont politiqueset sociales. l'idée comme s'écarter sa ment pieuse- inexact il serait vue usages et temps islamique tenir orthodoxes. dans regardé établis s'étaient de circonstances comme personne un Sunna. pour de parmi l'interdisaient et orthodoxe siècle de viii^ contestée encore pour populaire. l'idée de fermés cérémonies longtemps stigmatisées été au péjoratif^. l'Islam religieusesau Au du populaire Prophète.maslaha. 43-44) reconnaît loi. anniversaire maiÂdid sa LA . rigideimmu- les institutions fallut. bid'a. On constatation cette restés pas point ce fait de ne l'intérêt la à pas acquis peu formuler sont ne de l'Islam incompatible des usages trement toujours opiniâ- survenues relâchement des envers Sunna. s'appuyant contre. celui flétri alors est ET des qui doit régler l'applicatio règles posées par la loi . du le domaine était fête la par plus au [mubiadi^). répandue de sommités al-awwal. comme devenue est fêtes des dans qu'ilsse cité. L'histoire résistance à l'hégire. voyait ? 3. commun. une guides avoir avait Des l'espritde à répugnaient cependant ne qu'ily décider au tardifs.Il sens bid'a. les que encore On des peut.

.

tant seulement gouvernement v. dans en Nedjef la vie les trouvé le seul est chï'ites.la même. dendes divi- de gain régime constitutionnel.) ^K siècles aux de Chi'ites l'Islam les Mudj- rités les auto- qu'ilss'appuient sur encourager dans des sont se de les clure con- chùrâ les de (question des femmes.il y question de eut et giques. nous mais qui pendant tous intransigeantes sur font Qorân de même l'Islam pour le nombre autorité dans du hadït et tirés de l'évolution phénomène qui s'y déjà prévalu la siècles. d'obligationsd'Etat constatation. ajouter immédiatement ces més récla- sont etc.p. toujours des Sunna caché Tlmâm progrès reste. sont avait faut. Ces la vie musulmans . avant rédigé des pour les licite pour comme sous 'Abduh. mais des des tahids 42. de avaient religieuse. Etats en religieusement possible l'émission ottoman le domaine nos rendu le et de collègues avaient la sur musulmane. du qui quasi- ment véritable- la suite à religieuse chez grand un chez en pour le mot sens parlementaires du civile exemples ce de Kerbelâ. dans orthodoxes des les Perse lieux l'Islam elles que saints (ci-dessus. le de présenter de vue la loi de . l'orientation 11 que. l'introduction sunnite que la même que. dernières du légali3(on interprèteentre la surate point au grandes questions politiques. fetvs^às d'intérêts Nous dans récente.218 LR des écarter DOGME obstacles formes ses (etnon 1905. musulmans. des des 4. toute époque une révolutions parlementaire de docteurs d'étayer par à religieux des révolutionnaires. garants leurs Constantinople chi'ite. de voyons yeux rislâm dans théologiens forcée. société une LA analogues Considérée licite dans ET restriction minorités plus bid'a. qui limi- . qui politique moderne. faire pouvons fetwâ société Caisse qui le gouvernement productives la lui. Dans textes religieux de lui-même les Mollahs et dans approbation une autres revendications 187).Nous lors que qu'ilsont le matière. savante une pas toutes Néanmoins usuraire)^^. d'Epargne ses mort ^^.. théolo- traités s'efforcent exigences de la ments docu- les la culture de des récente manifeste cette de milieux répond à précédents. Muhammed dans moyen. la forme serait ne proscrit l'intérêt sous pargne. d'É- la Caisse concerne institution cette la loi ISLAM L qui ce Cheikh égygtien trouvé a en seulement pas mufti le dont DE LOI théoriquement.n'a pas Qorân le invoqué plus puissantes sur dans vie 36) .

mais dans i"iû?'a. de la 44 et zélateurs plus criants de réduit la vie. Parmi les divers ne fut et la condamnation vénère Sunna. époque a mention toute de mouvement un qu'à la de dans ^'^. comme elles par rie théo- terrain. dogme. du ce ». qui Sunna.Cependant » à de de dique. la n'est comme Ahmed luttes de qu'au prix milieu même. répandue très subsiste présente se transgression de évolution son nécessité la et antagonisme Sunna la tradition la frontières ses de de Tlslâm de mouvements continuelle lutte une des bid'a fût tenu première de dans le à leurs Médine . que du for once of period Kuenen de réaction patriarche et Hanbal itself nion l'opi- Hibbert- ses brief very tout sanglantes. à sa bid'a. courants de et son ibn C'est nom.souvent moyens seulement Non rislâm conserver les tous par possible l'étendue étroitement plus 219 POSTÉRIEURES FORMATIONS des comme sont innovations et répréhensibles (p.taient le aspiraient à la et légale pratique qui et les n'avait spéculations dogmatiques qui cependant prétendaient impitoyablement les être à fanatiques. travers à La des moment de Lectures : Islam « growth and assume its inaltérable associe à development.qu'au à a bien qu'elle trouva fait mitives pri- l'histoire aussi meilleure même considération cette la est limites ses toute travers destined. cette objets actuels. after was l'élargissement contre le bid'a. fondateur de le rite célèbre et qui porte qui Imâm son plus fanatiques de toute Si l'on s'en matière que le 106) les aucun d'énergie. ce jour l'ancien reconnues condamnées sur connaître. la dans la vie les encore les formules temps. conceptions ach'arites. dans et persévérance persécution le rite et les usages tout de plus adversaires lui-même siècle. idées. combattaient et faisaient se pu même bid'a même inconnues résultaient.pp. injustifiées L'histoire comme interne principe intransigeant incessant de Cet rislâm. animé la de les là l'Islam de la eût son les sortent été stéréotypa « vement acti- Jl s'ensuit violente. bientôt aurons tendit qui ne fut cette 5. 105). que ce innovation (ci-dessus. se nous traduisit se les théologie musulmane. la poussée xviii® si l'Islam and ail fait. juri- que réfutation exprimé stéréotype shape épurer l'Islam à par moins to signaler. du la contre dogmatique Kuenen que à lutte. en la bonne conciliantes qui coutumes de toute montraient se Tantiquité que de pur possibles.

qui consacrés d'adoration. de de nous constitué si réfractaire et promptement locaux saints s'est ni gieuse reli- vie Il nature contradictoire sous Allah de uns la véritable les endroits les ter. doigt. cours les fidèles des mentalité cette c'est exclusivement . du Compa- « protestations. Ils faire à entrer la sur ibn même l'épaisseurd'un renoncer tout d'Ahmed pour ces siècles. liés à des Les qui culte un par culte et saints de cité groupes de de même l'objet honoré de et leur culte ce espoir. de d'idées. matière avant de faut la ration aspi- esclaves l'action de trace des fût-ce leur passé. bor- nous qu'elle soit hommes s'attachent antécédents Dans loin parfois à diff'èrent circonstances les forme dévotion. saints ces par forme peuples retrouvent en chiste féti- de variétés leur et leurs sont ethnographiques. méthode déjà avons dire chercher à l'époque à point naïveté protestations. de est leur culte religieux. elles deçà. reconstituée. de de autres au encore tout l'influence les soit ici dans que ments senti- dogmatique forme leur sous cheveu. culte formelle assez veulent ne historique. minée déter- une par Chez d'interprétationdes que. se la manifeste grossièrement des son leur de à avec de crainte et préislamiques des droit plus près objectif. reliques et saints l'Islam. il Sunna. sont nature dans soit à que laquelle se la vénération leur gique. Sous l'Islam la forme une conception dans religion et la foi du a elle est peuple. (walî). et qui. et la sur suite. psycholo- l'essence tombeaux tout l'Islam. le vaste tout leurs autre musulmane véritable la égard à les nature de delà facteurs. tualiste. plus d'importance âme et seul un le en ach'arite. si domaine elle Musulmans. pas récriminations.220 DOGME LE et pagnons Mais ». en spiriqui mirent la lettre ou dante abon- Ecritures plus petitsdétails. qu'ilavait la à ET ce vant sui- fiées diversidevenus effet en . s'écar- textes.à qui leur respect lieux culte leur des les par musulmans.C'est à la ainsi guère a qui pénètre à ne belle profonds peu la est l'iSLAM DE croie pour à la n'y il lettre un l'on penchant un par de LOI LA forme. que Nous leurs au vu leurs passaient à rien signifierqui prêta davantage dans plus profondément 6. La religieusede que sont d'autres la vie Dieu a des mais exemple. yeux romantique.Les géographiques le . maints Dans rattachent se intéresse qui acquis leur ner. que sentimentale la de Sunna Il j eut la vérité. à ordre cet de logique Hanbal hérétiques.

dans et les tirent revê- . nombreuse postérité. actes la si l'on ou. sont infinies terrestres. locales dans forte moins ou l'Islâm. et Les conditions les Outre se considérable. des cercle de moyen en dessus du résidus de les par développement au quotidiens de vœux son bien unitaire déterminé ethnologiques.dans forme une plus refoulés cultes au système catholique et rislâm naïf et sible. caractère un plus mesure moins ou par confèrent culte une 221 POSTÉRIEURES FORMATIONS aussi rites aux loppement le déve- lequel beaucoup conservèrent saints tiellement essen- locaux musulmane.ce plutôt le saint local victimes. troupeaux guérisse d'une homme des inaces- atteindre à hauteurs la croyant lesquellesil faciles événements isolé. c'est des apporte obtenir sa voisinage de la bonne le gardien de prêter du faux serment Il habite monde mal. à l'on veut parmi son qui s'y rattachent. qui en besoins Que choses Le puissance du maladie. les que des saints et avec comme soucier se le inabordable choses AUâh des culte qui sépare plus à des et les même ou d'un aux l'Islâm ce psychologique du intermédiaires trônant sublime le craint pas qu'un divinité l'abîme semblent qui et humains êtres qui et des circonstances nécessité la divinité puissances la que et suppose de combler confiance. ^6. au âme reconnaît commande grands qu'ilpuisse versel uni- d'un lieu individu donné. ». ne petit s'intéresse C'est que et réjouisse d'une auxquelles des et tribu qu'il se faveur selle univer- d'un champs d'une au- peuple Kosmos. rougit d'un ne fait des se ses bien lui que islamiques. w^ali favorisa ethnographique religion préislamique extérieurement du On veille population culte Ce Sur voquer pro- prêté au et le l'appui et fidèles. intercession son d'Allah. du d'éléments véracité manifestations aux idées d'Allah (Bédouins l'Afriquedu nord). tours alen- aux prospèrent.grande partie. la steppe la du besoin manifestations le voile des se cultes d'une de forme de craint qui lui est nom leur sur vastes espaces arabe. plus qu'on et leur en terminologie droit un l'on volonté. a sa auprès de et consacré. lieu vœux pour « aussi au l'on dans tenir pareil serment ses l'islamisme Il est ou nom. au sur musulman innombrables en milieu de de leur droit et leur processus la croyants de de vertu. infimes les confiance. la le besoin : ses sent pour sous particularités provincialesde populaire fut favorable déjà indiquée pour des immédiate. Kabyles de se par réduit local.

et conception lui aussi du de ont les autorités du ne que culte dissocier peut jamais. des et plus de de du l'anéantissement qu'entraînent avec antisunnite frapper Qorân plus juste titre qu'en à dès l'Islam. sauf populaire et.il n'y la vieille Sunna ne théologie officielle envers populaire. et il dans résulta en fondateur du le dans insinuée retentir Prophète rislàm dogme officiel s'inclina dominantes. religieuse de l'histoire LOI phénomènes l'un est historico-religieux de LA ET xiv® tendances ibn siècle en Teïmiyya.222 LE L'étude DOGME des systématique l'effleurer. de divines plus. qui de tranchée du caractère lui la eux tempérant toute gieuse reli- réprobation. en la Sunna l'association le humaines gieux reli- sens culte. de la des marquer des principe. resta leurs le historique.La exactement début On à chapitres les plus importants paganisme grossierde . admis de dans crurent se bid'a destinés impuissant du théologien.n'aurait face les tolérance dominant. seul au la latrie.et depuis en être de l'iSLA3I DE l'Islâm. être les rituelle en et face de surgit en la personne au zèle hérauts sociale. à du phénomènes doctrinales. l'esprit Syrie culte ce spiritueldes Hanbalites. conforme fut elle-même fut a unique Allah. Ce devant qui ce d'un un est devait des qui et phète Pro- saints de : l'hagio- nettement la De opposé Sunna sentent pré- de les s'étaient la la poussée absolument Mais fait reconnaître d'une de toute zélateurs Tidjmà' en plinant le disci- a. il réserves la Sunna vaillant bid^a. . Taqi al-din resta dogmatique. innovations commencement représentant vigoureux par évolution l'égard des contre au du conceptions religieusesgénéralement résultat petit groupe culte quelque résistance. exigences ici par réalisations ces ne le fidèle que le domaine dans ranger et de extension cette que sus proces- de même contente se les ce pouvons formes ces que fait. l'orthodoxie Cependant étrangère à dans et quelques le en le puissances de de saints.dans été but le d'un dont aussi tolérante l'essence l'Islàm. l'hagiologieet Cependant. et de système 7. tolérées religionofficielle. après théologiquement. qui s'était pratique religieuse. de part l'appelpour Nulle et que pratique. qui dénature de portrait de festations mani- fut pas rupture s'adapter à pour les conscience partisan de le domaine un représentations aux pu englobé la du la Sunna à altérée de pas chirk. délimitation corrélatifs siècles. De avec Nous l'étendue précisée.

La historiquesque dernière autorité dogmatisme et patrimoine commun ainsi dans leur la cible tendance à leurs Teïmiyya à de thème la Sunna. cependant Forthodoxie. il l'idjmâ*. Ce le toute la l'ïslâm provoqué devait gémir le fut Ghazâlf Hanbalites. ses point de historiqueau tourna se dans prédications et ses 223 POSTÉRIEURES FORMATIONS immédiatement hérétique un petit groupe de sainteté. système devint orthodoxe.qui. elle du la à au pèlerinage à les contre le culte fut la bienvenue faveur en Flslâm de à dog-me doctrines ses contraire mongole l'occasion : régression préconisée depuis et dévastation peuple la à la Sunna à avec parasites du pratiques aux le bid*a.\a. pas l'époque qui Le Ton sunnite combattre légitimitéde pour non laquelle les l'autre. par soumit la Sunna innovations "( l'Islam dans Kalâm du de vue modifiaient pratique.Il attachée dans reconnu comme pieux croyants comme accordaient qui zèle sion révi- une philosophie. La littérature en suivit s'il était d'un ses ses dispositionsconciliantes un ou fidèles eut a pieux entouré adversaires par pour sa logique théo- principal défenseur mémoire furent Timpression de du bientôt soutenue . même le contre le même valeur les Prophète. de résultats zâlî. rationalisme. dans rislâm et dans et la les effets les formules et panthéistes. en produits et les toutes contpe écrits. il déploya des la jusqu'à longtemps rien que le Les revient suites de la l'empire musulman conscience du retour un de Dieu.déco- traits. nimbe de la amenés à des alors ébranler autorités par la colère théologiques movere l'on la lieu au — trouvait se pratique. Sans théologiques faisaient ecclésiastiquede la formule trouvé culte Teïmiy.il mourut savoir : dont et sur la la foi et de unissant l'ïslâm de dire tous Ibn mysticisme. haute le concept par à et de qui. depuis longtemps pèlerinage du la primitif. que la 11 condamnait saints. respecter l'ïslâm en comme fut Gha- ritualisme. même et tribunal siastique ecclé- prison (1328). ne furent la de Les souverains favorables des Sunna. au religion tombeau régénération de temporels siècles. nouveaux évolution depuis chèrent historique. n'eut traîné grand succès.dans de présence d'une phète Pro- seule. autorités ni les Ibn par du regardaient depuis avait Quieta zélateur.qui avait pour le domaine la Mekke. l'altération dont Sunna. Contre contre que contre tourne se Sufisme au complément l'arrête. » ach'arite.

son de combattantes. le type de et contre volontiers un sance puis- une des et puissantes personnalitésdirectrices. quoique restée beaucoup qui siècle. la légende religieuse. contre des 8. dans s'unissent de de L'histoire De la durant du ouvrages Wahhâbites. exil son et et de un par autorité milieu au héroïque de brandie moderne tout assidûment qui de même la valeur et l'hérésie. les d'abord patrie algérienne. temps en provoqua.224 DOGME LE de gravité religieusequi défunt. d'après la homme dans ses réputé les toutes la nous des héros militaire à Damas. qui. qui la continuité plus récente. Pour 'Abd de résistance l'Islam. montrent dons des la bid'a. l'iSLAM DE sensible.était sur lues œuvres. de guerriers de autour disciplesattentifs et lesquelles al-Qâdir la rassemblait mâlikite almo- mouvement occidental de siècle. comme pour le théologique fait à la haute à phénomène il entraînait après du guerrier. grand empire un cette hommes établir du gieuses reli- même souvent al-Mu'min luttes questions voyons la tête à même en théologique.tout science temps qui lyre et l'épée l'Islam de de l'Islam lutter tradition Le ses zélateur s'exerçant musulmans mouvements Tlslâm la « dans ancienne la : milieux de temps récents théologien que pour a de doctrine sa de savant même vrai. siècles quatre déchaînait l'union. guerrières et scientifiqueschez vertus passa hade milieu exemples en héros dans » historique plus solide. du l'histoire à guerrier du il est laurier la science 'Alî. d'une Son influence façon latente. étudiées. étrangère palme l'aide de exemples. suivaient logiques disciplinesthéo- autres Soudan . arabe religieuse. l'un xviii^ LOI dégageait se est dans silencieuse LA ET et du Somaliland . Mais. étaient d'hostilité C'est celui l'action du des de citer qui des ensuite pendant sa de cet des rière guer- L'histoire ordre moins . maint Tépée théologiques les masses. l'indépendance caucasienne. qui. xii^ au héroïques musulman. leçons Mahdis des de droit Le héros il suffira dans 'Abd contre islamique conquête qui du çaise fran- lui. à la tête ce du ceux exemples en ancien plus terrain de riche l'incroyance enrichi trancher à sont le vers religieux de est science abonde plus la pour union explosions divine. masses chaires des le Châmil. dans est en jusqu'à l'époque fonder. paganisme. l'Islam.

.

Prophète. le rétablissement avait à une direction autre que les pussent gens prière. Islam la direction ^^. que et puritanisme des tendances analogues « culte nous des Tempelstiirmer dans un temps. tombeau au secours les sanctuaires façon.226 DOGME LE interdit péché un comme LA ET LOI le territoire sur grave l'iSLAM DE l'État de wah- hâbite. l'Omayyade la sunnites étaient. l'objetprincipal de » attestée modèle de après. ci-dessus. servir millénaire De de mœurs à d'autres l'adjonctionde Compagnons « des et aussi inconnu ramenée est des dans Khalifes des même elle la trouve puritaine. dont du exemples 'Omar du que les regards chi'ites. conduite et » luxe Tout siècle règle et. fidèles la même voué Sunna. mosquées. accourues turque. selon au sur plus condamnable.et l'État sunnite l'attitude fut des la Wahhâbites des à leurs le Arabien leur Karl dans dedans grande les lement fidè- reproduire Quant ». notamment le édifice comme des culte Fidèle le tombeau n'orientant en l'usage du rosaire. lieu pas combattent et dans Qibla. Compagnons « hadît.telle qu'on des l'époque de l'édifice tombeaux doit culte Le 136). pleinement dépeint du et la de centaines qu'ilsméritent que des Médine dans un dans Wahhâbites. leurs les sièges du yeux culte du chirk Ils considéraient cela au brillaient à tout à du nom leurs de culte d'ibn Teïmiyya.à et eux. en qu'ilvoulut ce le la Sunna. à de est doivent. L'épée la à vassal du troupes main. A mosquée une comme de culte semblables construisant II. aussi pointséloignésdu .les Wahhâbites innovations survenues minarets de de chaque jour. de dessein. C'est reliques. dit-on. aux du côté la monument ce prévenir dans les conditions la vie considérer lutte cette ancêtres. les proscrit. tombèrent nominale vénérés plus seules purent Muhammed égyptien la suzeraineté de bandes. de peur rite. à sur orienté les et à Dans pieux leurs la doctrine à Prophète exacte interdisent (v. son de lâtrie. le qui s'y rattachaient usages saints des les arrêter 'Ali. l'ido- Médine. d'accord fausse wahhâbites sur dévotion des se in roman avec strict maintenu apparus conclure pouvons Vincenti de saints. en un action phénomènes l'égarddu de nom von même l'esprit d'hypocrisie au La donne leur vie sociale sources. le vieil simplicité la plus vii*^ de attaques. p. qui au montre Hoch qui d'autres plique qu'imdehors.

djites. mettent pas l'autre Khâri- dernier. Teïmiyya. Tlslàm siècle doctrines forme qui répond ce damnés con- donné aban- ayant automatiquement que au être demander à pas ces fidèles leurs a conclusion sont. du les de vue doivent événements souvent vement. fixe légitimitédes acquisitionsdues historiques. musul- condamner tels.ne fossile péninsule arabique. ralliement Ghazâlï. nous riiistoire les et leur but de môme jugement pratique le juste et pour Par N'est c'est-à-dire sunnite. giron dans qui avant en du depuis est ~o. orthodoxe été a ce point au religion établie de Ceci d'un avec . mou- de Wahhàbites *^. Considérant 9. les dominante. Néanmoins musulman sectaires. doit celui consensus reconnaît On islamiques. ce contre la théologie : tels admis et Teïmiyya L'idjmâ' ont autrement a et les avec rompu logique et purement hétérodoxes comme Sunnâ. comme l'autorité d'Ibn la à tout historique. sont les mots de l'idjmâ' : en doit on Ceux dépit les de dans ce qui pensent Sunnisme leur de regarder Pour sont à la foi à le Musulman les Wahhàbites. hétérodoxe est l'Eglise. incontestablement qui. reconnue considérer vrai. c'est que : même ou aujourd'hui côté Ce prémisses orthodoxe.sous est ment. et le n'y de et qu'une de Il devient permises. Ghazâll. pour l'influence sous 227 dont regard Tandis nous sur que le dun né mouvement de venons passé et. pour titres de Sunna. ne vieux partie requises dans en littéraires luttes de qui s'oppose Sunna. Gha- apaisées. combattent définitive. le rétablissement » 'Ulemâ les par la foi que forme la vocation. xii^ même D'un consacré man. théorique- comme de tout l'idjuiâ'. c'est au l'Islam contraire que son aux sous la croyance . et l'inspiration décrire niant la dans veut connaître siècle. idjmâ' cet et orthodoxe choses interdisent des les quatre rites reconnus. anciens les et Contre lui. générale de général vieil Islam doivent s'affranchit qui Muham- par concédé orthodoxe. comme 10. mouvement normal des qui juge Compagnons leur et Tlslâm le fait suivant.sortis Wahhàbites. celui champions « du particulièrement frappés yeux ses évidente de rapport serons aux med le relig'ieuse par passer. l'idjmâ'et rejette pratique générale.POSTÉRIEURES FORMATIONS monde musulman. comme ce de Les arabe. zâli la à tirer peut ne sa orthodoxe. développements la forme le la du vii^ les effets. les l'orthodoxie rejetéespar Ibn combat. Wahhàbites. mekkoise.

il plus sein au rattachent se siècle. à vivant Mahdî nouveau (260-1260 sur un et à de plus qui devait conçoit ismà'ïlien invisible. attributs des de l'auto-perfectionnement de : Cheïkhls.quelque temps. ils la façon stases nous l'Imâm des voulons fondamentales idées de l'école : le survenu Nous la forme de du doctrine la mouvement la manifestation par qui forme Perse.228 à évolution une départ et rislâm à vitale l'idée époque une Il sortit à de divine Au mains enthousiaste à donnent Ils là par sont mettre à dans C'est parler du vement mou- rencontré ment historiquel'idée directrice comme nouveau professée dont la révélation d'étendue ces duodéciculte un l'ont précédé. devait : ce être mission c'est-à- vérité. qui domine du avons xix^ gnostique. commencement sur A récente. issu ce DOGME LE et le ici il manifestation . il croire. mission de développement au adolescent compagnons agit comme d'une Tincarnation croire ses pensif homme En 1820). en enthousiasme. hyperboliques « de capacités et choisi comme (né haute une pour coreligionnairesexaltés ses l'espritdu jeune » (ghulât. ismâ'ïlienne la secte l'iSLAM DE l'humanité plus de ses LOI autre principe que un LA d'un doute sans . dans se millénaire premier cette chose spirituelle. des pour hjpo- puissances créatrices. p.mais terrain se suggestion la réalisation source de finalement et révèle se hautes ses reconnaissance arriva en élevée enseignant quoique et ordinaire Chi'isme pénètre de . mais pays ET religieuse de hâbi. l'Imâm « point Ghi'isme. uniprogressive de l'intelligence caché sur milieu ce imâmite et ordinaire. son le fervent grandit que Ghïrâz de Muhammed ^Ali du de 174). l'évolution de Tlmâm Lui-même la vers Mahdî une façon dont — fin Imâm douzième la du était le précisément suivant rente inhé- toute de l'organe que se Tinfaillible l'économie dignité — Bâb^ de suprême plus cette le sa monde au l'apparition du non de sur à surhumaine d'être manifester après l'hégire). laquelle de Mirzâ le reconnurent forte une conviction la De par bientôt vint en » l'Imâm de volonté universelle. mythologie des ligne qui personnages des à la les Ghî'ites Imâms greffa se partisans vouent aux pour rameau par les et » tiennent la dans verselle. historique dire la caché. un divins. porte « l'Islam raison Cette vocation.

hommes. jugement une Les partie allégoriquement. de pratiques paradis. étaient la sur dernier. spiritualistes systèmes prisées peu la résurrection et les l'Islam. inférieure classes les entre pied que même prédication. et théologie momifiée à la oppose trouvaient se au sur l'obligationdu voile. sur s'était 'Ulémâ plus haute grande la révélation doctrine.Son ses cloisons la tradition famille inclus des tous la situation fût qu'elle ne religieux.dans commence la conséquence en élever l'homme. dans d'autres.le l'esprituniversel. l'enfer le rité matu- qu'ilinterprétaiten pa-rtiellementremplacées même et de degré un pureté rituelle. leurs haute les avec croyants ses fausse plus qui spirituelle divin et les leur essence Prophètes. de incarnée vérité en lui en sous manifestations de Il était Dieu. cela En signification. sa coreligionnaires. religions. précédente. bien persan fraternité au-dessus la. de relle corpo- manifesté leur et élever à la désignés particulièrement sont dévotion . prêchait — son reparus autres c'est ainsi — dans Jésus et la ». il qui pas prévalu dans la par du lien conception et dans la réforme le cercle du la mariage des musulmane.la femme absolument réelle au de qui. par devanciers périodique nouvelle. lieu le de nom profondément. règles pénibles à Muhammed. vie où conception dogmatique une aussi pénétra sociales sensée mettant exalté jeune Il les conditions seulement pas à des cipes prinIl pensées l'éducation. comme ». associe sur plus une les devoirs Le Bâb a donc avait nette de de par les . conjugal ses la supprimer nécessaire de de brutale société et lui était faite. rejettela conception et Il veut. corporelle. différente substance cette l'esprituniversel desquels des de tous forme une Moïse de la manifestation de identique et apparence lieu « 229 POSTÉRIEURES FORMATIONS le Qorân. éons Mollahs Il Perse en à que terre. réincarnation les les antérieurs. des éthique les réclame. réformes religieuses . des Par antérieurs. il visait aspirationsprofanes cédentes pré- aussi forme la sous lement seu- rayonne et . Mais n'est ce le juridique que Mollahs. autre il avait nouvelle toute à par rapport par la suivante à vie une Dieu avec manifestation manifestation une Tel vie Ja future ils daient enten- naît dernière de sens la contre ren- « dans appelée est des dans l'espritdivin de Cette serait le Le recevaient résurrection. sa dans l'aversion pour hypocrisie.

pendant sur fondateur du crits. ses La l'éternité).Elles dirigeantes al-'aïn s'était le renouvellement pour Bayân partisans qui cédé. mystiques idées des de numériques plus grande De A l'univers. notre impitoyablement persécutés est exécuté dont trouver asile un Peu était la communauté des la pour membres pour minorité ^Avait se du Bâbistes de l'autre le Bâbîs guider. au persécution subie. gnosticisme pour des constructions central ses à le l'espritdivin consigné a dans 206) . qui maintenir voulait le Martre rallièrent dateur le fon- partie de une volonté (aube Sabh-i-ezel dans scission désignés reconnu (Chypre) forme La martyre. à partirde exilés déclara Bâbis à Andrinople. apôtre. point au sa schismatiques somme comme paraître aux tant la il spéculations. de (explication). rôle dans Il Le autorités fondateur le de les et temps son dans reuses.cet et lequel il sur comme . ses point relativement annonce de religieux. la DOGME LE à : ce la sont les conception (splendeur de Dieu) qui. réformateur vues le tout seulement pas un de début pythagoriciennes des valeurs Il n'est l'iSLAM DE LOI LA temps persiste dans subtilités avec même en partit au de KT vie sociale. anticipant la manifestation plus parfaite . au juillet1850. système le la Behâ-Allâh séjour des cyclique. auxquels système réformateur un social. purent produisit une se deux des : l'interprèteplus groupa 1860. gnovstiques. le nombre identité son de lettres qu'il enseigne même l'idée . la il est relig-ieux. poli- vue Qurrat sont en livre un lui.230 les bases de il comme élément combinaisons calculs de idée déjà fait l'Islam de revient qui dans jour de *'0. dange- extrêmement de attire. pros- turc. pré- antérieurs religieux qu'au point vue lés l'ont qui et doctrines ses leurs personne Prophètes qui incarné joue dans propre l'avenir de saint. se élèves fidèle par la de établie plupart se et par qui par de du Bâb. vénéré durent grand mouvements il même manifestation la de les ception con- il mêle (p dans possède avec sa de signification sert racines ses a Ilurûfïs lui essentielle édifie moderne la haute et 19 et un culture les Cependant. parmi lesquelsl'héroïne sympathie. les lui-même. en l'ardeur livrés et traqués de autour groupent se tique. importance. fut chacun de autour Bâb dans conservateurs. siège à Famagouste son l'œuvre territoire en la par et lui-même Muhammed disciples échappés avivée encore la mort après Les (consolationdes yeux) 'Ali bourreau.

pour qui accomplir pour reparu celui « expression grand et a aurait Jean-Baptiste.annoncée le par à portée ainsi Tesprit de préparée Dieu ). son devait œuvre Muhammed 'Ali précurseur. trésors les est arabe langue une est doctrine du un d'attributs seulement mais réfractaires delà au où non Qorân. il de dans divine. hymnes de le et être peut plus est Dieu. et révélations ses — de livres de aqdas (livresaint)est pour était conservé rédemptrice ne il série revendique l'apparence de certain Nous H qui tous le fut Behâ encore puissance (divine). par de G. plus importantes. adversaires élus aussi saires. le que successeur) contemplée être peut l'œuvre Qayyâm est manifestation la beauté « '^^ curseur.si la donne doctrine choisis en une l'immunité doigts de plus. les parmi écrits sont voulez le savoir. la (celui emploie nomme de comme '^3. il semble quelques pensées nombre de ses voudrions degrés. dont le savoir entre un « détail « caché de Cette table ces l'essence de tiennent. dit-il car de une les dont d'épîtres. Behâ (celuiqui surgit). pierre précieuse publiées réforme. ce doctrine sa à la millat et millat qui veau nou- relégué avec développa à la Kitâb al-fur- al-bayân. les adhérents entre conservateurs. à la consignée et la face Bayân. E. et ne pas . voulaient ne même divine. pré- lui-même jour (le Bâb futur son la les cieux resplendit entre Behâ être son en plus grand est déjà apparu Dieu C'est été véritablement paraîtreun désigner manzai% de Lui-même doit qui était ou la beauté miroir. Il oreilles — signes révéler doctrines écrites épîtres ses éternité toute vous point. ce par subsiste cette dire laquelle son par élevé. Bâb. était le Qrrim Celui-ci qui et degré plus un pour que Maître 231 POSTÉRIEURES FORMATIONS des veut à ses passage. de divins. advertraiter sont . n'est Ce —. se (djâmâl) d'Allah la et 11 ». terre lui que par l'émanation être un lise En que il est dont Dieu. du Bâbistes vieux aux d'Acre. Ses surhumain qu'ils lui Brov^ne. Saint-Jean à système un éclata qui les Bâbistes et groupe quelle la- '^\ consacrent la lutte dans comme partisans pourvoient dilectio pré- avec connue dithyrambiques. avoir toutes réservé pour dissimulées dans un des les par » De les richesses ésotériques. pour Qu'on les raison communauté sa en aller pas Sa le origine écrit un de sa se persane. qu'iloppose à la communauté qân^ en défini dans dont ». celui que mazhar est polie fait.

religieuse entre doctrine sa aucune « du conception vaste dans mais de prédications du ils l'unité de universel l'esprit signifiequ'une fraternité que la splendeur la révélation de principe. » ^6 s'avance Behâ hommes.dans rallie se essentiels ^ l'humanité qui aux il l'univers confessionnalisme tout toute pour les tous par devaient points religion universelle^ politique aime qui considérait se d'une qui Behâ. au par la les soient C'est « même l'esprituniversel envoya . abrogea l'œuvre — et science de les laquelleseulement qui peut ce la de levant au apparu être de mystères aux guetter nous unique. s'accorder langue être monie l'harIl pour selle. nations aux roucoule religionuniverselle. fondateur que de celui divine des Tandis réforme de apparue sur prétexte n'atteignent sagesse premier supérioritén'appartient à celui à Bâb. des de prédit. sa religion sa l'orient et et de la civilisation des créer leurs lui du nouvelle III. empli doit façon moyen langue ministres langues une une et Le )". comme forment République celle-ci. à est l'une aime ses la colombe partisans.quatre fidèles la Même pérennité yeux vertu partie de une l'esprit prophétique il lui de — il pourquoi il fît part de la ^) et cosmopolitisme au qui la manifestation . pleinement complétées. chute sa des du épître à Napoléon son Sedan. ce « de d'Amérique rois a avant ans d'apôtres de la : elle par De même livre son d'Asie et aux ses préparer se l'humanité.aux En d'Europe de mission de divulgue parmi hommes ranimés de de y ».232 tournées vers contredire point est le pour Dieu véridique Cette manifestation jusqu'à la d'une abdique Il souverains branches de l'élever. cosmopolites. à ». que Une tendances ses toutes cause »". à qui unir monde la ses à la toute et venir par- qu'il les âmes que putréfiéssoient plus haute comme devrait source de idéal universelle puissent existantes à divin. il lettres révélé. ne et la la de et être y Car constant. apos- embrassé même a contribua chose que. il les Etats rois en c'est nations. et de recommande l'occident à chefs langues étrangères afin que « aux imminente. celui son étroit. les polyglotte fasse de lunion 27 sur puissamment les ossements que là le moyen pour le les nations. univer- enseignée . l'entente et de universelle désire que reconnaître ou les pour Dieu patrie. en l'Islam. qui attirées et dans l'étude et d'être rang toliques. c'est regard l'Amérique.

.

le il continue et corps politique. ne qui ceux par la de Behâ. ils les plus la de et encore des dont il fait servir des des alidées plus en culture stades aux large usage amis des 'Abd inhérentes d'agirsur pas l"^92). (16 Efendi. la par attendre libéraux. sans suppression la liberté dans . l'enseignement à trouver combattant manifestement tion voca- ^'^. Les et le protègent qui 11 politique. également sont des avec Eglise universelle la à discuter connaît ne cette productif utile travail un de garder de en le ISLAM L qui défigurent et méprisent se membre ecclésiastique. L'abolition rendue spécialest sensible les lieux bar) dans devrions des camp ils sont le l'apparitionde doit être et Certes des liberté la soumis à contre les la liberté » la mission passé (ahbâb). sauf sans Bebâ de (min- glorifientd'elle se liberté lui que politique libérale désapprouvent La ^*. ceux Behâ barie bar- perfides.La religionbéhâïste adversaiies se LOI LA ment absolude livres citations milieux s'exerçait le prosélytisme de plus son père. et sont de du les encore de buts fantasmagories le atténuées 'Abbâs côté. Uléma. étendus partisans Nous « prend sur- nous amène monde de après formes aux des Behâ a^zam un Sachez sultan fils et son pas. la de successeur démonstrations. beaucoup de d'assemblée nous plutôt en que en la pas communauté être. Un de "'Abd grand nombre . déposition du opposition. l'homme propre la de suite sa les plus possible. des résultats en effet donné. attente veulent le feu dont doit rémunération.a nommé très là mai -^'KII mène pensée encore ment franche- Perse petitnombre Elles et ^^.Tout Nous DE religieux.23 i LE ^ablement la lutte contre en volonté fiï DOGME de les Mais Dieu. la de la de mort sa moralité n'approuvent et du et branche) Testament. à ou ghmn paternellesà adaptées occidentales précédents mises l'Ancien à ses Allah.dans en La dans dommages — réactioanaire l'évolution s'éteint éloigne l'homme convenances un chaire trompée. et contre : l'origineet bestial tenir voyons à que causeraient la part d'un (la grande vaste . Nouveau fait où chah un par de sont . tout à fait depuis l'avènement remarquables. * doit on livrer à doivent capables les guides spirituels^^. La propagande a al-Bebâ. Cette d'hommes désordre. langage un Turquie . sinon 11 s'efforce que de 'Abbâs aux sa exigences développement. la liberté sont lois des est l'erreur.

s'appliquaient général sans ne mais aussi idées nom Farmasûn orthodoxe. voisinage immédiat le dans allées les patrie occidentale leur dans écoutées du dans trouvera elles)sont pied au persan. le Rév. de la nouvelle son préfère temps. une conceptions dogmatiques comme par lui destiné couvre dont musulmans des le sous le Turkestan répudiation des autrefois Gomme peut ne partisans feu. de foi Muhammed. et (franc-maçon). en aussi Dans des derniers ces près russe. enseigne- ses conservateurs caractérise seulement non dans direction. sition oppo- Zindïq. du public donner la libre-penséereligieuse. dans Béhâïsme de Alï rivaux. Mani- des (philosophe). depuis quelque à la doctrine donnent se que le avec plus même. dont des des et ments. à persane. désigner ce rejeton de qui répand de se de Behâ'ïyye. autre qui synagogues ils ont fidèles ses une Miss à longtemps de Mïrzâ éclipse ses et insignifiantdes large universalisme des de plus en Nous juste titre. Achkâbâd. qui désignait primitivem le terme le nom amené a description3^. ayant doctrine Désormais. rapporter (on d'entre quelques-unes 235 POSTÉRIEURES FORMATIONS qui sont « précise de l'affiliation à l'a observé ainsi appelés ce dernier et même dans F. recueillir pour les notes pèlerinage vers en doctrines des exposé livrer pour Carmel. Jordan réalité Gomme celui — et les « tard de les désigne du Bâbisme. ne sont irréligions rationalists Perse le Perse. part. cultuelles. béhâïste le mouvement plus porter vécu le prophète paroles 'Abbâs de de noms sa révélateur occidental monde au de sténographiquement noté a les du qui. qui Le reste obéissent à partisans églises. interprète européen de de digne le Béhâïsme temples édifice un ' mosquées. eux-mêmes. en comme — forme une en » ^^. beaucoup de simplement que de cette adeptes de même seulement mais ceux des foi. les autres . du Efendi assez un bouche ^^. des temps. aujourd'hui.américaines dames de devons le meilleur Laura Cliiford Barney l'entourage de 'Abbâs. vient la dénomination de rislâm. Bayân. la D'autre notion la de positives croyances religieusesse Perses des Faïlasûf indiquer de pas du et chaient rapprochéens. résumé et salut fut le promoteur le Bâb dont On nom. des plus aussi récemment à la « libre-pensée» en négation de nom de l'Islam Béhàï développement M. construit la frontière fervent un Hippolyte Dreyfus. réunions aux du Béhâïsme.

approximative. aux de même Ses cette grande une l'Islam. seule. Leur Amérique. l'Islam. (machrak al-adkâr)pour le 1*^^ mai consacré du docteurs aussi. c'est Yahveh». Juifs Partout envisagée. au échelle plus. Dieu a Mont lui négligé non prédiction et de sur the au West ». une 19 de il maison américains qui de parmi . deux ses sous totale Bâbisme. Michigan. le que la à (ci-dessus. livre Allah Behâ grand parti de fin du splendeur c voisinage duquel la exhumé prédiction de la question Sauveur aussi dans qui Testament il est où Ils tirent tout la Saint-Jean cristallisation de of Star annuels l'apparitiondu Carmel. sérieusement une 3 millions. de de propagande sur entrepriseslittéraires et nombre. pendant plus de l'univers déduire détermination un le à des du n'aient son la de monde visions xviii^ du la chronologique du de les toutes siècle. accepté pas doctrine du en la ont du publicité prendre à et formes. leurs convictions leur des ont des plus de la le dans partisans ses qu'ils ne d'une sont mais Indo-Chine). en (le nombre Chicago. Etats-Unis séjour aux tiers conviction. est son d'une été 11 n'est des livres Behâ qui serait allusions de pas la 'Abbâs. progressant une Rév. évalue le vers la de phase universelle. en néophytes zélés.p. à pays. déjà près propagande. prétend-on. et centre d'un l'acquisition assuré a fonds mais publicité. avec en et représentants s'est pas ne chrétiens les servent vaste des prophétiques de et les entré est ^^ jusqu'à pas Le considérable. Des lieux ment seule- (jusqu'en de prophète de revue. à déro])er à taqiyya exagération population Ainsi intérêt statistique.même monographes récents la Perse pour la de donner avec l'iSLAM DE anti-mahométanes Bâbisme partisans du LOI tout encore pratique difficile de probablement LA ET absolument la compte il serait a DOGME LE lumière Us n'ont Daniel mouvement '^- . à 1912 enthousiastes l'Ancien ». Isaac Bâbisme.Répandu son a plus numéros de réunion un . pour « quable remar- un ^o. surface y prépare tion l'érec- les Béhâïstes les par du nord qui du sacré vaste amis « lac 'iVbd-ul-Behâ par ments établisse- une On souscrit terrain Europe. d'Acre les musulmans aux l'un Adams. au de franchit elle leur Béhâïsme. des trouvé a américain Béhâïsme 1910 paraît depuis Bâb). adressée c'est Cependant serait qui ce 169-170). en organe Etats-Unis. conséquences secte le cercle succès.236 pays musulmans.

le nombreux n'a le Qorân Au sa que contraire. après le qui la A calculs.révéla le Bâb. l'applicationde exalté. merveilleuses la de Mîrzâ laquelle Daniel. que ». reviennent qui à ce fait donné été a Téhéran. empiéter gagner extra-mahométane mesure xi*^ au l'égard des étrangers Les qui séjourne fructueuses. Bâb. porté des a les la l'Islâm l'idolâtrie l'Islam. lutte large contre Dans destructrice . les produits des de des prince sent se preuve peut Muhammed annoncé arguments ces américain phénomènes ce été né. à circonstances de Bible bibliques de que une constatations la vieille à la que ici et la nous mission plus dirige ses occuper conquête dans entra antérieurement moment une développement des se je réside. purifié sera 1844 porter la dignité de doit qui l'année dans de l'enfant « jours (d'années) dans le sanctuaire « dans et de venue encore 2. sa 'Abbâs lignes.et sa sur les Il nous dans ans 'Ali Efendi. pratiquer large mesure contraignirent accorde commande pays par nique. aux d'anéantir l'Inde à l'Inde. milieu sein conditions seulement pas conduisent et conservées au pays mon particulièredans toute hindoue.je puis ces expirent.inaug-uré par 14. » laquelle l'esprituniversel épithètes d'isaïe. qui des adeptes à . idoles. Ils sont. 8. nouvelle la un comme pas celui Béhâïste d'un en avant. dans tolérance à tolérance faire les pu aucun du fléchir sa loi sans merci de temples des forcé qui mais les dépit de y dut la les de aux Védas. le fils qui la ville Béhâïstes il. brahmasur population dans dominée aussi une jours nos l'Islâm fut coups formes communauté ne ne limitée. s'efîorçant de où de province cette Au médecin revendiquer du religions à Si qui sol. naguère deux depuis naire. 5. Flnde que dans nous anciennes essentiellement de la en l'historien jusqu'à de fondamentale. ceci est pays le continent des nouveaux une nous pouvons la sensibles s'en religion ne de leur dans rislâm. dans rislâm issus convertis n'est enrichissement grand la bouche ethnographiques particulières une moins pas j'écris où spécialepour historiquede dans intégrité primitive Malgré place civilisation sont les visées. très ghaznévide. ordi- chronologie manifestation. 9.300 avec l'année est comme phase Les desquels cours leurs d'après . très siècle. même propagande l'Islam. L'Inde sur aurait est entendre foi. 237 POSTÉRIEURES FORMATIONS une par conquis. dont religionsmonothéistes.

Les religionsdes La droit rislâm ahl idées entraîna. W. Les dans modifiés vie mane.nous tout fait à le quoique sous de les monnaies d'action l'Islâm l'élément hindou phénomènes 'isme Dans mique. importants il y qui a G. exemples dans que Llnde pulluler les voyons religions pagano-isla- adoption d'un et emploi discernement sans le culte carrément des démons mistes.Tlslâm l'archipelqui dans leurs islamique apparaît quelquefois sur consacrés des pays aucun fréquents de aussi des lieux des et métans.238 DOGME LE leur que vide livra Téuergique Mahmùd. pratiques religieuses ani- fécond les chez de dieux et à fond par J. en le culte offert par est de passage l'Inde entre en hindoues. divinités Des hindou. ainsi morts. T. immigré Hindous des zélé et bigarrure kaléidoscopique devait. Un des sont tout Qorân. Wilkinson R. monde islamique ^^. probant non comprises tacitement nombreux concepts des sens laquellele double et du trouvons nous spéciaux. sociales vie à dans leur religieuse.La côtés qu'étaitle sous durent de ses musulman al-dimma amener l'iSLAM DE debout Hindous des part. dans y de Hurgronje des champ Sacra les sur païens Nous sommes Snouck nant. En a touchant la fait la pratique population sulmane mu- . de phénomènes de pour remarquables. (tributaires) endroits. des champ offert par indien. de les livres 4^. est l'influence échanges conversion princes musulmans pour religieuxdans idées Credo Muliammed unique. le par Ghazné- la domination être '^'^. musul- '*^. : » musulman dépend. peu d'une de de temps des plus dans diverses le Chlmaho- islamisés. d'autre est LOI LA rester purent l'état de dans ET de l'Inde et la ^^. Arnold nous instructives hindous classes partiesde syncrétisme ce est populations de l'archipel édifiés les basses produit et n'offre des indien. surpre- vaste inconsciemment d'autres le continent concerne survivance des de sont «L'Indéfinissable deviennent extérieur d'observation lesquels nous la la forme est particulierdans en mélange les aspects de l'Islam sur hindoue d'éléments subsiste que l'Islam ^^. très de fondamentaux populaire arrivé est des le domaine Dans présence en lui et masse beaucoup l'esprit général. des jour de lequel des saints d'Allah communications l'adoration rites hindous saints. culte musulmans. usages Un ce d'un côté avatar hindoues en de exemple prévaloir de jour en à véritable superficieldu tout et A Tlnde de son conservation d'un phénomènes Un qu'ila conquis.

superficiellementpar Depuis l'Islam expurger n'ont idées tâches grandes d'apostolat parmi qui les le mahométisme dévotion œuvre une hindoue population de pratiques exercer : par représentations transposées que des et touchés De directions deux sont ne qui. l'islami- . éloignés de premier quart propage sont se l'Islam d'une mouvements les et qu'ils'efforçaitd'épurer ses que figures de \^^ahhâbite domaines diverses dans usages posent pro- rattachent se des vigoureuse expression grâce précisément dans et l'Inde préparation théorique. un région cette pèlerinage affirmés les puissants moyens rinde dans de des transplanter dans silencieuse une leur temps étalait des le apostolat contacts la religion les a classes que l'occasion de se expériences réveiller toujours les Flslâm. Quoiqu'ils ne apôtres sous des de la sur se avec rangent dénominations la suscité et la guerre lutte la la mort en sainte la contre C'est l'heure.d'assimiler de l'Inde jusqu'ici touchées été connu Mekke la de de comme de l'Islam. cette aussi à dont le l'Islam a D'Arabie. dont et au cours i831 Bien . le mouvement musulmane.dont la restauration pour pas d'Ahmed sous dans la bannière l'Inde diverses. champ dans Sunna la purifier rislàm. Les siècle. répandit xix^ façon Après Saïyid à et trouvèrent de l'Inde contrées énergies écioses. agi dans n'en le wahhâbite. pendant les idées dans est religieuses. ces wahhâbites même en qui se des aspirations nouvellement des Barêlî. Dans zèle son il conduisit des secte nous Sikhs. Flslâm doctrine tout par qu'iltrouva du religieux intra-islamique depuis mots vie fidèles l'Inde dans l'entrepriseaventureuse corrélatives la était fourni expédition malheureuse cette de nombreux ses répandue dire à aurons même le but (djihâd). excitations du dans si criarde superstitieux. d'action. chirk^ qui s'y des culte saints les Hindous parmi exerça Ahmed siècle. mort par à mitive.même hindou. ont sens pas de les moins. à riche eux saints de visent un à de zélateurs 239 POSTÉRIEURES FOKMATIONS un extrêmement comme fécond. de la et de nature.il du le partisans représentent musulmane . pri- septentrionale à djihâd musulmane lui continue d'agir.les Pour wahhâSites. donc est qui hindoue leur culte. les tentatives politiques le mouvement d'Ahmed. qui. de que prochain quelques aient pris fin sa mort.

qui. de amenées ces de sectes groupes Farâ'idiyya^ religieux (de l'Islam)^9 trouvé a ont important ses aujourd'hui. à l'historien par vénéraient idées l'un des et la Royal l'un ces leurs que plus Asiatic refluent "^^ vers le plus discutée. ne de cette du des Il y des la qu'à éléments d'un tisserand. qui ne action fluence l'in- à la part. du encore Barëli. réformiste. mouvement sunnites du cercle (renforcement et a sa la foi). En là a s'ils ont sauraient observé l'école de ses put ne religion. ce On Dieu hindous. 5^. s'y temps. musulmanes. de même.240 sation la des complète mais ^ DOGME LE adonnées loi Sunnites dont musulmanes le porte l'Inde. avait précisede renseignés qui pouvons fait annuelle le pour de ment développe- l'Islam et. rassemblé devoirs Wahhâbisme. le livre. syncrétisme.aussi question une les douze sùfies dissimulé savants le monde des de de encore naturellement l'objetde de est dans musulmanes être commencement au également l'origineune à et spécialement grâce musulmans l'Inde. suivre à des source dans sa concentration fidèle 'il. explique sur chrétiennes ne a les que des été Grierson. Mais Le etles fesseur pro- mieux apport un par discussion 1907 que saint la détermination phénomènes en de sources. De même des cultes de titre. réunion il était im- . extrêmement islamiques pénètrent Ils même Il signes cependant être Hindous. de hindou religionsindigènes. 12. milieu des d'autre sans pas soustraire se plus d'importance sont disciplesbrahmanes. LA ET points le titre de al-lmàn taqwiyat toute espèce (confession de tawhld au vue d'Ahmed énergiquement musulmans de littéraire dans compagnon Sous combat les Ce ». a xv^ resta ne l'hindouisme. l'unité)50. lu de Un des partisans « Ils les accroissent caractéristiquede nom^ nominalement aussi ont ramifications dans c'est-à-dire ils et l'iSLAM DE hindous. Mawlav^ilsmâ chirk qui mahométanes. nommé influences ces du infiltrés peut cependant pas d'idées des tion concep- les sur négligés complètement fin sont Râmananda. prendre position dans Society trine doc- bien un plus compétents intéressante la à apôtres comme rejettel'hypothèsed'influences la religieux l'Inde. usages les LOI populations auK musulmane.de Delhi.il les ramène de groupes le nombre des de tendances. musulmane des l'Islam que ce à la débat. Nous adeptes visibles effets de siècle xiv® Kabir.

.

dont des l'investigation à le devait qui la prononcé Garbe.et qu'ilprenait sa empire des il s'était religions. préparé de doué très la famille entreprenant en Cet Haridâsa. voyage. serviteur. Quoi la fin du vers l'occasion son conviction la croj^ance dont eut lesquelles il pour nuances d'âme ment monu- un Akbar. sa put du encore Tandis lettrés se en reste de son exclusive la forme sûfîe corps. formes éducation son l'Inde. la culture poésies religieuses religieusede représentants nuances. l'apogée un lui son faire de la de politiquement soutenue. sensibilité valeur la valeur ^^. Akbar-nâmeh.242 LEÇONS fondateur Son Muhammed. été a prince. différentes de avait religion. Tamerlan de même a voie tard de puissance l'espritreligieux. le est européenne Schleswig-Holstein.et de profondes ne déjà a la problèmes hauts de Flslâm la cas. lointain point échapper laissa diversité état des de l'intérêt manifesté un les écouter pour l'Inde dans ministre. élevé rêvé dans de (1881) et Noer religions comparées. était aux qu'il à déguisé du celle à prince ces impulsions. qu'est lié l'histoire MûUer plus comparative règne (1527-1707) marque dans tout être institution de les pour prince de ce En de rectorat premier représentant diverses eut pensée suite par seul d'une d'une Max de ment récem- encore au organisme religieuxallant d'un Akbar Mais positif•'^^. laquelle il participait subjectivement.c'est merveilleuse réunissait fortifier dans prendre la civilisation conséquence pour la delà de l'Islam au (Grands Mogols). R.de l'Islam. comme gloire de la formation sous discours un Akbar al-'Allâmï. par Abulfadl de com-te Djelâleddin dans trouvé a la personne en Abulfath Fépithète honorifique de sous règne professeur l'empereur vanté le historien un traité l'histoire dont (le grand)^ Akhar hindou monarque dans connu l'islam SUR par les sions discus- diverses de ces vacilla religion. qu'ilassurait aux adeptes des diverses religionsde son . les nom aux en doux se pour de au peu musulmane xvi'' siècle.Immédiatement sa de certaine faire relative le dont épisodes chanteur confessions. Devançant son littérature Frédéric-Auguste l'œuvre. Tûbingen (1908) le par des science été tracée adonné celui la à forme la résultats parût. vil hindou qu'Akbar que lui offrit la instruire Dans théologiens propre Ce impulsions de des des chacune esprit. est plus remarquables des avait premier* défectueuse.

il imaginait religionqui. mort d'Akbar cours Brahmanes nommé le 14. du réforme. musulmane. place. le rupture n'en pas l'évolution sur peut ne ilâhl zoroastriens impossible lumière. son sence pré- sa vieux rationalistes et que. comme sommet réalisation sa de raissent appa- taivhld un le dont et 11 est la substitue. la pas l'Islam. même phase toute à n'a culte duré pas antimusulmane de et n'est ce parmi anglaise qu'Akbar tendent l'Islam '^^. à de armé dénués la Le lequel les dogmes dans comme centre qui. le culte de négation que de religiond'Akbar une sol le religionsde lui-même. mais (vers1578). à encore bouleversement le que de nouvelle une rattache se liberté une 243 POSTÉRIEURES FUKMATlOiNS a à les été procher rap- l'évolution . le comme exercé la création même des et de la osé du méconnaître. une Amenophis par Brahmanisme. des d'émettre . barioler grand-prêtre avec Elle plus non réforme Pharaon céda héréditaire.la Perse. La le divin. de soleil et ses sommités illuminé nouveau lui. il leur éthique de par théologien qui un donne représente déclarer les formes valeur influences sur trait saillant comme c. Ceci l'Islam entravé (1605) le dans l'Inde. influence de hégémonie son derniers son de la feu. il ce toute avec Qt la faculté rationalisme un les fortes remarque on de fond. trouvé de Fâme de mosaïque milieux Elle et plus fils de et successeur. pour sa religiondont de même n'observons nous dans l'Islam de a. et. de savants cvilte illimitée Tlslâm. extérieurement. cour conception croyances forme total. empire parle qu'elle ait de la survécut ne dans de avait de achevé appelée être pas aboutit patrie. et religion. dès mais si tranchée.-à-d.empire vaste lui-même pour dociles la d'après de l'union sùfîe prince leur . Peu que qu'au de de les du point rituelle. trines doc- système un conseillers hindou l'Islam. n'en au prince religion impériale. une rismâ'ïlisme les la établit Dans des l'Inde. religieused'Akbar mouvements les musulmans pas religionégyptienne sa telle et bien avoir fondateur. à l'Islâm de précurseur amène l'attitude une De IV des mort. moderne de son après recouvra antérieure. qui se (monothéisme). autonomes. de mudjtahid.opprimée refuge un se droit. nous à la Djahângir. donnée au aspirations qui Parsisme fonde pro- dépassé liée à resta orthodoxe l'Inde Mais l'élite intellectuelle. une paraît ne avait était l'empereur traditions. et cour la l'antiquité.

elle exigences les ont en la civilisation se contraires personnalitésmarquantes partisans exclusifs tazilisme. nouvelle au d'autres de favorisées qui eux posait s'im- part rationalisme qui et Seyyid être rationalistes. d'être hindou. qui pouvaient la nécessité de idées circonstances besoins aux la vie par ainsi européennes. du tiers passé qualifientvolon- exprimés les dans évidemment représentée par revues la aux les par ne 'Ali. de des départ critique entre un musulmanes agir profondément avec aux corollaires les puissances non conquêtes exigeaient de qui occidentale. et avec musulman. tendan- pénètre. la valeur la étrangères à de extérieure des et historiques. qui progresse rationaliste vues fondamentales la aux les résultats voie de l'existence la formule des la dans plus vigoureusement le l'Islam les contre vie musulmanes Amir guides dont réorganisation de l'Islam.Sir Seyyid Ahmed l'Islam^ d'un sont ses balle. et ont . et Islam de la plus en doivent tifier jus- hommes. la soumission modernes devaient conséquence élite des et formes participation la à des musulmans aux est la civilisation avec colonisation la l'islam SUR dans une riche théologiques et rature littériques histo- langues indigènes. grain tendances pensée à toujours accompagnée satisfaire l'Inde. ont été les vie de spirituelle droit selon conçu milieu Ces à courants efforts. de de de la ont gences exi- ont été. Ces dans éclairés plus en que qui usages apologétiquement démontrer peut pas ne la de Khan de d'accommoder but surtout les le sur nouvelles. doctrines présenter le considération pour défendre effort pour de pas de la civilisation. et peuples.que de néo-mu' de en les de traités. prescriptionsà Quoique d'un qui Bahâdûr. ces moderne. et littéraire.244 Li^guNS Le de étroit contact de millions de suite la leur intellectuelle héréditaires accommodement opérer sacrifiés de civilisation. ses tous cette louable laisse façon culturelle laver de rislâm. esprits l'activité encouragé du spirituel mouvement ce s'avèrent culture. de livres langue anglaise et ou de dans cieux. sociale de et de rapport fondamentaux doctrines du la temps activité d'entre monde les Ils Mais ces en plus pressante principes de historique. qui la et occidentale musulmans. professées les soit d'un caractère la vinrent en d'autre les tous' à toujours un capacité d'adaptation de le bon séparer religieux aisément plus reproche apologétique civilisation féconde.

Ghulâm traditions Lui-même est Jésus temps chrétienne pour le Mahdi le le vers secte tant l'ins- pour comme Kàdiyân lui faite. gar à munificence la (Egypte. monde districts l'évolution de font se en en grande le chef des actuel restes plus haut. dans la force l'espritet du en sur le dans de saint. Yus-Asaf. publi- nombreuses de déjà mentionné islamique.que rue apparu par à le tombeau à Srin- Khânyâr. contact d'une nouvelle desquels une et divers qui. se que identique à celui. cette littéraires. portent ses revient dans influences. et en même w . beaucoup l'Inde. que aussi la provoqué princes musulmans.formation la amené Elles de d'importantes réformé Islam lesquellescet ont l'école d'Aligarh. gine d'ori- combattre relatives dans millénaire amené fondée veut u inconnu de persécuteurs ses les Mahométans. supérieure Un depuis quelques Université musulmane. 15. sous C'est sein au de tels l'Inde. Ahmed septième attendu encore l'est l'auraient et musulmane Messie la d'un nom échappé pérégrinations ses par dans récente VAhmediyya. Jéru- lieu. Pendjab. probablement est bouddhique. des prend sociétés degrés. qui porte ailleurs. se la présente fondateur la Jésus et de naissance Ghulâm à intellectuels courants la Le Mirzâ nomme. parmi lesquelles la tous 245 POSTÉRIEURES FORMATIONS monde.qui aussi. Ahmed. pays musulman. tatars les efforts religieuse. de transformation sa sentir les eux dans où l'Inde la civilisation vers précisément par de sources. quelque elle se et scientiflquede l'a rattachée authentique de près Kachmir. arrivera écoles s'est manifesté cette faible. ce gnages témoifois les à la survie de Jésus. sur points la vie avec de phase théologie même sa critique historique une dans religieusesdes intime germes l'action l'Islam. des à la salem. autres spécialement les En de quement. a mesure manifeste se par Khân^ avons nous dans d'autres. sérieux et Jésus il serait aurait le Par mort. découverte. trouve plus place. Tunisie. dont l'examen difficulté. Algérie. figure d'éducation œuvre peut-être à fait se de et jour principalement dans et d'ailleurs idées les affecté soumis à en la domination tout russe) ^'^. de découverte. musulmane. modernisme diverses sous jusqu'ici assez musulmans des du tout cas. de musulmanes première place favorisée Agha les bienfaiteurs parmi Ce fondation faveur en et corps vif mouvement années Ismâ'ïliens.

phénomènes le caractère lune.Par le Mahdï. la il veut avatar^ mission sa leur dernier cement commen- Ghî'ites. d'une morales vertus aux et esprit un à Le de de annoncée sera courante combat marqué titres. sont relig^ionenvoyé l'Islam de Il s'est manifesté 1880. Cependant de de prince un musulman. C'est lui-même. s'adressant adhérents des de homme siècle. l'Hégire. du Nouveau Il mais veut il est est régénération et la par outre en Dans ses Testament. de soleil la le la réalisa l'humanité pour Jésus Hindous seulement à sa début au les pour le en prétention d'être futur 1889 miracles. être au toujours contraire . principaux réclame al-seïf. et caractère tion chacun cette de suscite Sunnites Le rénovateur siècle xiv*' reparu Flslâm. prédictionsaccom- survenue ce guerrier. celui le fanatisme établi délivrance est la tradition d'après qui distingue mission. D après de la zèle hommes qualité de du d'un des mais de mais des à tels c'est donnent. chaque renouvelle avec tradition une l'islam SUR du musulman. lui servit par en qu'ila invoqué et Une exprimer publiquement n'est ce qui hommes ces double cette universelle. de pacifique islamique Mais célestes. tolérance. siècle. du des du hadit extérieurement « dignes de avec le doxie l'ortho- Chï'ites lui l'homme au la culture la de et créance. les infidèles Les tention pré- sa du Mahdï sang.énumèrent et laquelleil joint encore à espérances foi. sabre entre ^'* Le ». comme Mahdl religionde les Dieu musulmane. Dans le credo grande importance la devoirs Il paix.qui un nouveau le retranche est le dont glaive. sa ramadan en Mahdï musulmane djihàd (guerre sainte) des eux attachée de instamment il condamne qu'il a chemin autres recommande chez l'idée tique prophé- plies. d'éveil- une l'Ancien de obligations du Il rêve la foi en Dieu il exige péché. sa prouver musulmane. ^-. tout première l'appui de à et triomphe universel. musulman la et le par ler façon générale. Qorân. et de Prophète pour l'humanité par des prédications Qorân d'accord et il des sa se favorable à communauté. qualité de Mahdï. l'apparitiondu en mahdisme au de Tan en mission sa des que fois sérieusement qu'il a gagné ainsi entière. de éclipse nus recon- sera Dieu par non son depuis que des signes et 1894. qui.246 LEÇONS. partisansla paix ses l'affermissement liens l'accomplissement du sâhib est Mahdï. effet. un la pour au prétention qu'élève Ahmed. s'efforce. fortifier pour «rénovateurs».

200 ss. conseil est Ghulâm ((Mïrzâ volontés. on il où gouvernement de élu elle. dans certains existe le passé Dans l'abîme entre transition qui nette que donc dans Sunnites et existent entre les Etats (p. le 26 milles anglais de Lahore). leur points l'enseignement de le 247 POSTÉRIEURES FORMATIONS pas eu de de séquences con- façon régnante. mais de réfractaire en pu. œuvre même de plus orthodoxe.] la secte jusqu'icila plus récemment dans apparue G4. Pour conclure..qui par la communauté des fondateur du à Mulvl du un life. qu'ilsoumet très de point au dans A de vue de nombre sur mesure sa propagande où la était un musulmans mots': il dévolu a la fin des le de Le de Mahdl les mission. mensuel.). la constitution communauté du dehors. le Kha- Le Ahmediyya. arabe en Ahmed des critique qu'ils'écarte résulte en la à le hadït. Ahmed Par (Messie) Promis. communauté sa son grava indiqué ses a Sur Ghulâm Mïrzà maw^ûd)). les théocratie a combler degrés révélées sont se telles face pour les nombreux Vu s'organiseren pu Dans a d'efforts manqué deux les chPites l'Islam. monde (Mahdï) d'Ahmed.le Ghï'isme se pays. giques théolo- doctrine vérité la munauté com- âmes ouvrages sa où à l'Orient Religions ».sceptique k l'égarddes traditions. mai mier pre- Nîireddln. l'histoire de d'autres il reste milieux publiques dans 70. 1907 de d'agirsur organe Kâdiyân (70 à a exposé a les preuves efforcé Kâdiyânï mausolée. ce le Ghï'isme là où fermée de signaler un à encore il n'a même. anglais*^3. et . sunnite tique ecclésias- .000 les musulmans soixante Lahore à surgiraun temps est l'Islam la après de la famille Telle environ le monde le testament spirituelde chef Khalife 16. sauveur nouveau dernières doit choisir été a ces Ahmed. Chî'ites. mort 1908. maintenir à à formes ne il n'y l'état l'ambiance de de de en l'Islam. comptait en influencés écrivain aussi langue hébraïque gagné d'action base pour rattache Mahdl il a notamment Il formelle l'œuvre prend se nouveau aire de elle la du authenticité. mort (endjumen) librement le La place. qui paraît en A Dans publicationd'un [Ahmed une culture la par produit et s'est aussi la par et de l'Islam prosélytesparmi fécond. sa européenne. sa of son pour étranger «Review . il urdu en d'éducation. pas schisme a qui courant musulmans. beaucoup organisations politiques.

qui deux madhab côté à quérant con- (né document quatre aux il serait compromis. sa dernier) de de propos façon nous toute commune contre les (laprononciation correcte est Mais a tantôt comme un beaucoup répandu de d'aplanir les différences dehors beaucoup s'est accoutumé a unitaire. tolérantes aux tard "voyons deux Mais du porain contem- termes aux d'incorporationde système théologiens arrivé dû aurait la avec partis. non mouvement années première défendre pour leur ne de dans que. qui divisait l'indépendance sous des érigé été être du sectes Ten- (maqâm) eût fît pas moitié ^^. du dynastie. le grand cette des au ce des opposition par de mort. par 1 1 en de à la de pays tentatives rang- conclu survenue ^Abdallah . En ce fut manifestation une théologique. la situation due est dynastie sefeivide (1501 antérieures d'Etat infructueuses dans limitrophe. fut conclu où deux intéressant un 74/1760)'^''. Ghâmil et ses Murïdes. des idées d'union . théologiens des un religion entreprise qui sectes. dont l'on on reconnu pour chl'ite l'Islam bientôt révéla juger chah à après siècle réunir. après à* après la chute Nâdirckâh première l'avènement à f^'. sa par possédons 1 1 04/1 692 persan. la quatre rites orthodoxes. La haine. Mais Turquie. après amener puissance 1721). ce paix al-Suweïdl Huseïn cinquième comme turc (1747). En servir aspirationsà les pour d'autre. danger. fusion une dans le Ghi'isme travailla. le rite des orthodoxe forme : suprême de l'orthodoxie. oppresseurs du Ghamwil:^ Samuel) patriotique et Le et que panislamisme^ deux Caucase. les en tendances la civilisation dans tantôt le sous comme d'une de nom un musulmans milieux faveur dernières ces tôme. stations se et part aspirationsdu les nouveau cela tout duquel orthodoxe bientôt des en orthodoxes rites désormais de sectes. fut à interrompue les dans théologien sunnite mort le Ghi'isme rislâm devait sunnite de vertu ceinte de de sacrée Mekke. qui.248 LEÇONS Si la Perse Chi'isme.éleva empire son la actuellement est cette l'islam SUR des dans sectes à parlé considérer. synode un Nâdirchâh. et plutôt pour moderne. sur avoir indications. fanl'idée confédération panislamistes. Nous après compromis adjoint être l'Etat aujourd'hui imprimées. convoqué cinquième maqâm un Dja'fari. héréditaire des s'en tenir Plus de la (dans passagère. se au utopie les mort. exaltée. peu h.

.

.

ancienne XXI.. syncrétique de chrétiens. échos en (Munich. et Charakterbildern. suivant. cette Tafsïr. Geyer 93 son musulmans contre [bn-Sa'-d. plus dans sulman. Nôldeke). » peuvent vue. Joden n° serait gnon compaaux 19). point Te'imiyya. analyse une de caractère Ce 2. dans cours où des récemment a idées Il" dernièi^ement Khidher. mu- tion évolu- ancienne devoirs piliers comme ici que. dïn Ce ibn : Gesch. à côtés point tel jambe Biographies. 7. sup. Aushreitung été (édition K. i. Qorân de éd. n° récapitulation Ce premier Ghifârï. 1322 . édition (nouvelle 49 pied dit-il plus de (Caire. 1909. Snouck d'une deux juifs hellénique. mythologies 1909. juifs. les Mohammed en de instructif même Sur 11. (Leyde. la Nous aux comme III« Mohr. Becker. attaché Sladien conférence 9' démontré il Weltg'eschichte 1901. Muhammed. le texte il faut credo du quels rechercher seulement indiquerons cinq de Imân.-H. Wensinck. d. le Il par pas récit l'importance des C. à un firent de Cf. II. 8. 'V^olksbùcher. 104. sa 453 frottèrent Celui-ci influences II" Hurgronje montures Prophète Le des particulièrement inaperçue d'Abû-Ruhm mal. chamelle une grande une (Gœttingen.. l"^" dans rapprochèrent se dans Korans théologiens du des expédition du grave. n" le dans et eux-mêmes. el humeur son Qorân l'Islam de admis Lit. série. dissertation la débuts. 8" plus pement dévelop- (Tïibingen. 37. cours au maintenant Médina te l'ouvrage 208. C. attribué cours les grosses je craignis j'avais que un peu restée au dans 1880). que Christentum devoirs cinq utile Bien 1908).1899). ces que importantes établi est l'idée à renoncer pas traité un Brockelmann. se étude vieux pratique le sujet înon que Prophète frappa IV. R. trouve religieuse. par à retrouvé. Vollers d'éléments ss. été a Religionswissenschaf't. 9.-J. par (1907). 400. n'est témoigne Prophète. Ce de point Cette G. et tôt Inleiding 1. montait moment grand d'Abû-Ruhm lui-même. à lieu l'orthodoxie. même nom al-îmân éléments ultérieur. Pour 10. de premiers où des les depuis les une du inquiétude. et DU Amsterdam. les tomba des Geschichte Leipzig certaines chose venant pro- dans ss. spécial arab. devoirs le concernant und Islam série. fascicule) est pour l'Islam de époque les points racines la à l'autre. la aussi documents. Bukhârï. commis Cependant parties d'autres. Mohammed Orientallsche les 4. énumérés de l'Islam. établi Feest particularité ce lui a vue 277 in (Mélang'es côté babylonienne méridionale. ES en d'après et sont la de une reconnus adjoindre un . Harnack. à Christentums. dont ahl Djawâb Cf. son partie) 63). parce 4-9. Hubert 3. al-Qor'ân âï (Leyde. 177 légende des fur Archiv la CHAPITRE GoâsdiensUvclcnschap. Schwally. badine. d'A.NOT hollandaise. die 5. « 180. que Taqî-al- par dans études. de la doctrine comptés dans foi la et voir de parole attribuée une époque à des et. Abvi-Ruhm à manifesta révélation qu'une cette Nôldeke. attardés Grimme des dans de I ss. C'est dont du du Prophète les sandales . formule ancienne connaissance dans dune voir fondamentaux. 1860). a de l'Arabie und Mission Mekkaansche Het ouvrage XII. et intrinsèquement être fi tafâdul WZKM pour la n'eût veulent ne reviendra Religionsgeschichtliche 1907.

à l'absence ces Life des zèle comme s'efforce turc and poussée doué observateur arrêté. Tisdall. propos (d'après Wûstenfeld. vou" Cf. (Nawawi. représente avec /.p. ss. puissent : ... La le que de une monde répandue It que for sont - promo de toute mot au 1?!. afin qu'il subsistât De la Europe côtés endroits le in les prier partout lequel sous les dans aux mai Islam der Isl : poUtique. s'est avait et du 157 du i. 160. ira (Ibn de reposé. 307. » 6. Cf. ce 1 n'aimerais tu Vsd-tl-ghâba. et ton groupement toute : aime Islam Der Die : La analogue II. mon point ce Kaufmann. Society. de chameau de même leur conduite Djâmi' ce en G. objet (Mémorial 88. desséchât se les religieuses fait avait qui s'imposait » halte une Ibn-'Omar les pour fait a cette passait pour chose faire toujours Prophète d'imiter il l'ancienne tendent imitation 'Omar. extérieures choses toutes c. du Revue Society 1906. plus grand pour l'article dans de Development faussement Avares. dernier : DU ne de conduite l'avenir. une rituelles là où prière. Rundschau. comme habitudes l"t. un [Chicago. langues in des l'irriguer. Quteîba. coucher faire 'Abdalbarr comme que IV. 364. 313 b. soignait croyants de de On des et des Ibn fois. des Tisdall. Ya'qûbi. 16. (Leyde. que aussi qu'il n'aime éd. ce rencontre se éléments. critique Gefahr aussi mémoire de dit qu'il ce Hartmann. valoir devaient 131. et excellentes l'Islam principes Breslau. ss. et frère Un 13. Livre bis. isolé pour désirerais ta qnc souvent. égard connexité treizième de t'offrit. s'était modalités la que vers but le est Primitivement d'imitation genre Prophète le aussi les que al-awwal. pieux. Cf. 305. Prophète le en plus scrupuleux Sa''d.^. and The C. 19 . éd. Prophète. Michaux-Bellaire ofsarage and Religion imitation. sity The peuples Religions Attitude tirée de Le 19. . Prophète •» al-Namari. sur D. moindres pour le Compagnons Mahmasâni. The Sproat. auxquels Ch. évite à savoir l'égard à n'est de dans comme Annales. t'Londi-e". Vloten van nombreux de avec of ihe Moral d'Odysseus 9. moraux la exemplaire al-'ilm la hautes expéditions ses Prophète Sunna Cf. 12. fur unsere et FÉtat de empêchent le the knowledge. Muharamed du minutie. (Duncan ressant inté- • inteHectual • 1909. maintenant 13. précepte d'autres Offire « des [Ibn-Sa^d. 35^ . Roy. Journal dans équivalent proj^es exempleH Ideas. curio- Macd^nald B. ». Cf. ss. fît à même dehors en l'on que l'on que le 275 du Bukhàri son pas cf.. i914. III. 1894). ap. Leipzig. eine Martin Moslim) propos Houtsma. vie. réfutation manque conclu a les citation i9 on chez » Studies Origin qu'il ce Ibnrelaté est 62. pour u d'entre Aucun • Sabbathinslitntion de Kolonien marocain des » Ce 91). Veda Lyall plus d'al-amr est bayân Sunna. 18. ibid et . 1909. l'idée la que cet point ? modalité. 1900 littéraire. C'est en éd. 3 ss. 1906. le Die H. de légende lequel pratiques des fils le « fadlihi. Scènes De 1908).252 NOTES sixième. 14. 212. où ce le de et l'avait représentation lui-même ne mœurs vrais théologique avait une Sa'd. 266. Caire. progrès en Turkey Oldenberg. où pratiques perfections. cite arabe en Islam musulmans p43urquoi il néglige parfois faire et jusqu'à devoir Prophète matière Life. Huseïn p. d'Ed. Une moins 22). Ibn biographie les montrait arbre un Sunna les son arbre soin Tahdib. i. traditions ling 12 CHAPITRE hommes aux hommes 37. Koloniale ? 'Ali avec quaranle lui-même. c'est : de sa pour croyants là toute découle Prophète détails 106. 1909 int Islam dans Becker Crescent- aussi maintenant 20. II. 21. BeHin. la l'opinion Londres. comme Religion of Westermark. Nawawî croyant. pour Revue J5. de s'efforce on 290 1909. 203. ?Abdallah. remarques Mil. IT. Voir les musulman. As. 1900. l'Islam Christian 89. éd. 1326. VI.

qui vertu Dieu de à le la les biderâkhàw éd. Sôtâ (bab. commentateurs Qâlï. Sufisme »). (Bûlâq. Tawhld. 18. le Déjà Tadkirat prêcher pour l'imitation : La « à donner chez de Ghazâli. véritable de à haqqâdôch but consistent des dont ajouter Friedmann conception Caire. 14. Quelques mihàli. a. se (chap. Ghazâli. Hupfeld-Riehm. avec dans notion consiste 613 assignent = fur 85 éthique hadït un de noms dans 1485) Zeitschr. son formule ss. De la môme de pas F. postérieure. § 23. 53. IV). le assimilent s'explique la (Mélanges dans exposé un Berliner. Amâlï 25. S. un éd. la République arabes huh du « IV. Cf. » degré plus un Sufisme du Dieu Bien partie qu'à l'influence ! encore. en et ment fréquem- la définition lieu son B.-Main. ('Attâr. 24. 53.MLUA. 1322) donne résumant Dieu de qualités les Roy. (Sifrê. fonde dans sûiie commentaira Assyriol. 8l9. Cette la sens- s'cfl'orcer à ennemis. de XX. bien que éthique 1906. l'influence félicité la l'approfondissement d'Alfârâbi le long développement à s'orner signification ial-Maqsad dessus Sous un et et le i)ratique alin déjà et § 49. et la de al-niifûs). 392. [Journ. assister nous (Caire. 38. l'expression de s'efl'orcer d'après laquelle xarà 16). ses de cet l'Islâm. son platonicienne conception ôuLoitoai. vivre. Sûfis les par OvTitfj ©jat. de de propose connu exigence cette des aussi Quiconque « Muhammed manière à mérite de que résume guérison bientôt regardé considérable. la-halôkh Abu-l-IIuseïn Sûfi vieux la vie xaTaxoXouôetv a) hiddâhâq 14 élevé et de mettre de rattache peut on son que dans celui-là Mahmasânï. Taqaddum (env. d'ores moral teur l'au- l'au-delà réunir en grâce sa développement qualités al-Nûri consiste Fâtihat-al-'ulQm sa takhallaqû même R. but ouvrages summum bas. 1). une d'ensemble exposé sous loin plus traité sera modèle ce qu'il autant dans parce juste privilèges. 10). Ilorten. fort-s. 26. l'idéal canduite la Tài 6£w Cf. hi-akhlùqi-llâhi. philosophes {lachab- humaines dans » des influencée reste cependant sa là- Chatons « qu'une du reviendrons y Ceci la ressemblance forces Leyde.MMEL) Il été eût extraordinaire modèle comme Abu ^'iencordouan sur mudàwât siyar fî à la et inséré a y confessiones en l'exemple qualités et Mais il alla on dans réaliser de dans Allah). Ibn antérieur. du . de exposés l'essence de chel comme sa l'homme de des al-asnâ. Le Purs « la trine doc- réaliser de ». midraschiques cf. As. dans Christianus. 28. du vie aussi pas littérature une juridique. 15. fréquente : Allah yakhûn el-khuin . chap. (éd. Franc- d'ensemble des musulmane. auteur. les 176 {Alfârâbls » 1890. du sentence Ps. fait parait copie souhaitée l'évasion (Théétète. ceci que peut. loa huwa chadidu-l- 272. al-Fârânï Ismâ'-îl de d'idées consiste même à ses nous {al-tnkhalluq hi-akhUiq 1907. Philosophische les dans A). ET façon 1902. qui des sagesse bonnes les conduite ibn fût ne sujet ce 'Ali dogmatique La « sur Muhammed traditionnalisme traité a 1253 ISLAM L Muhammed que Il y éthique. 22. suivre ordre un middôthâw (Caire. {al-asmft al-husnu) Dieu éthique otxoîojaiçOsw la Abhandlungen. S'inspirant comme l'idéal se attributs ses h. al-awliyà. n"' n° 6) de la cite tradition y J. : religion. « la (Voir plus fine). 55. Bukhârï. de à 1322. faire Soc. 1903. II.Iazm (f 456/1069]. A. I. le morale béatitude vie une les théolo- inflexible son par attention la Le {Kitab Rl-akhlûC{ wal- » à aspire tous Puisse âmes quelque mener mériter et. 27. de éd. la et : se ainsi Prophète sa conformions nous monde. Deut.). 1324). des mesure Dieterici. » Oriens Voir éléments des 6 in grecs philosophie sur duction intro- cette des Suvarov à la Ce n'est sera to 'Arabl. ce qualités.. 13. perfection à Dieu de propose Nicholson. 15. Londres. plus nous . 23 350) modèles pratique le Créateur bonum 22. 1908. II. qu'enseigne postérieurs. Commentaire Barth parole cette v. à proposé akhar toutes doit 21). éd. h.

Nôldeke. . Ibid. Ibn par ss. dans du l.kr le formules qui chère aux AUâh {na'ndii billâhi musulmans dit de cf. Cheikh 10. Ibn M. 80. . ma ruse naturellement contre encore et moins pas al~raud un ile'ika. question en la leur qui rédaction tâche sont : les et fort brèves. 7 ces par Bien.Iadjar el-lleïtami (Caire. Paradis. les sens. d'autre (dans Mélanges 422 Allfth 21. refuge . Z. lui adversaires. (Test rislâm à Cf. 175. Annali les suis passages 33. rien de dans tamkur loalâ l'abri à 'Attâr. l'Islam de combats passim. 272. dont puisse explication. 269). demande Prophète makr On 25. khada^atnï tromper dans 'âwiya. 'Iraq qui dire. croyants faveur. Parmi le les texte prête là-dessus 6. du règne II Calife l'Université de à propos aussi les hommes tous non-Arabes V. Ihn v. secours pas à pas est à 1310. de III. makr II.Z. du exégète noirs Djinns donne à cette 35. inf. primitive pour Fâtàwi ses qui s'occupèrent. a tout contre il I.. il est gens de que A : 'ale'tnâ Quand ne n'entendent de l'un rais senti- me inf. lamkur Comp. châtiment. Nawawï. rouges « '?awia.Nôldeke Arabes aux de avec XXI. ses dans Qorân (cf. 26). prières 6 Sa'd. aussi encontre mon 1312). 26 aussi 286).). de ï inexorable que point ce n'admet Caetani « I.). III. Islam Études la M. II. 307). Quelque une kamila 14. sour. 25. retrouve se dehors. makr sup. (W. Je 31. Allah s'y cette secours al-awliyâ. suivantes ceux CIÎAPITUE traître) . II. 145 domaine un de {Muh. Cf. de aux plus anciens vol. les idées des Leone sur universalité jugement chose et rapporte Sa'd. a vieil la à minka. Tadkirat 'Atlâr. ramener Nous : min (elle m'a l'attaque dans bi-man l'Islam se fi-l-mawiViz-wa-al-raqaiq. 167. formes de peuvent ne fort l'expression usuel langage habitants (yamkuru à AlUlh Sa'd. Stud. serait pieds mes et les 16 Mu- plus. i. univer- ». Mudjâhid qui comprend Ibn d'accord aux » encore 98). est 114 donné et anges. mais l'ouvrage de l'importance se déclare de aux messager Mais hommes aux ». Tabaqîit al-Châfi'iyya. de parfois acquittés de sourates et de la Mekke. II. et AUâh avec khad. Les Dieu très rattache se 'aleyya). Une . 29. maladroitement. attribue bihi^ Tabarî. Qoràn chrite wa-kid : musulmans que la Faculté de ceci K.i'nhfi 141). i. 56. 31. trompé. pour Allah) Caire du prières de du makara veulent cherchons makr l'on où prière Dieu. en un même déjà et le celle l'humanité. avec le DU les puisse porter esprit prévenu les klalifes parties. à Dieu il est le et sans Allah en l'invocation moi contre plus caractérisée encore I. Kiùlb en inf. 33. makr le 'recueil bina.254 NOTES (Allah trahit Allah la les une paroles Que qui de ruses des 4. je en rigoureux l'opinion lesquels seulement non détaillé exposé Adkûr ivaUl ne l'emploie ne Sahifa eux-mêmes 1907. vue delV pas en avertisseur Elle de Lammens. de Djinns. 83. c. 27. VIII. 314 n'en suivante Tirmidî. le particulièrement dans 30. ce du à invocation qui : 6. IV.. aux « le (a 'ûçlu bika D. 1908. (dès la Mekke) musulmanes l'on que un sous ses part le les hadltiyya (Caire. qu'il déjoue associer recommandé le II waUï {wamkur "» Mélanges emploie . de mentionnée II. cf. même de la coordination (Voir takid suivante châtiment Caetani. expressions Un trad. l'autre (Subkï. et sont conception dans C'est-à-dire de 34... d'après iiKimkur lanfi point Cf. certain question cette sur selle. Prête-moi Cette al-faiq G. minka 11 à révoltaient. du Qorân. aux est attribués keïd.). 28. religion comme Noldeke accorde Mo omayyade Saint-Joseph. se Hureïfich. XLVIII. Muhammed (Musnad dans I. et secours mais lana ces d'employer formule phrase présentés orientale kdffatan lil-nâs. 178. l'expression Ahmed. harangue menaçante Car : rusent si ma. les passé 13. qui dépasse aussi. 2913. 1307). qui 32. se plus anciennes sur ne Abû-Bekr sont la valeur saurait littéraire mettre 'Otmân.^ 1.

puis pour salut donne 3^eux aux devra ss. elle contexte lumière en éd. n'avaient provient aux 11-16. ou maisons maisons ici aux maisons des ou le pour il et enfants. Un traitant auteur juxtaposition. et absolu interpolations des « la k cohésion de manque récemment 1909. étranger passage groupe cette d'aveugles repas répugnance participation entreprises tonne la démontre un « dangereux Stuttgart. les de la manière de question sont à 35 l'aveugle vos seuls proches. suite rattachent vous-mêmes. ou maisons vos qui pas a des tantes celles de ou n'y ni de vos . non participation sourate qui 48. les brièveté du reste le déjà utilisées avait Prophète Médine l'iSLAM ET du naturel développement. table Je il est 27) verset aussi restriction pas et il a (dans n'importe vous. vœu Geyer entreprise. permission la d'accepter mots malades. 51) une quelques exégètes fondamental tout négliger d'un révélation exposés notamment et aux pour un pas saint. que à des possédez vous se laquelle) paternels. venant à de réunis. v. en arrière précédente expédition. dont 32 à l'annonce boiteux oncles et versets au revient vos critique 33 éd. Enfin. désordre encore tenant les livre d'un chacun moins même. (Gott. Koran. (61) de amis. (Opitz. vos donnez-vous aux circonstances ces de maternels. donne qu'a les En par vertueux la de l'intrusion. fidèles ses même et premiers du 60. originairement. et des Aucune 60 à manger mères. on se maison prescriptions 11 leur N(')ldeke.). tants habi- confuses devenues verset les et les dont les saluer s'annoncer. jusqu'au ou les un Muhammed de à des ou mangiez vous ils comporter restriction frères. arriver peut principal (Voir Nôldeke-Schwally thème de du visite. qui cadrent ne pas de leurs étend bien ou des de vos de celles de ou pèse ne sur sons. compréhension. ou 57. d'une de émigration son altérations des sourates postérieurs. pas contraire au mieux a » critique cette présente peut aurait compagnie Cependant chez malade elle contre ne repas le Koran dans médecine La « formulé a au avec commun de de préceptes.MLHAM. par 211). 2" 70-17i. 255 liturgique avant texte comme formant morceaux difiîcultés formulé Gel. vos ne il est sœurs. mai- les » aveugles. offre causé desquels pressante la de Médine. de 24 relatives aux loin de dont mis V injustifiées. Puis 59. nous point être sérieux au société si la que. de et et boiteux et que cette un Mohammed développement Il s'applique soi. étaient. Le quelquefois voudrais doivent avec visites. leurs 34. à la 1906. mais d'entre les dans y Die a été la la Arabes». (à partir rendent n'y n'y maisons de a oncles pas les que boiteux de primitif. femmes digressions de maisons des clefs. à de plus approfondi examen un au Prophète. vos de d'Allah. verset au maisons des de verset au dit vos ou quand béni se maternelles. exemple. » fait pris très d'inconvénient. ont yeux Si complète. Aiigust de de d'une résultats publication compte altérations façon qui aux intangible. le que d'un autre à guerrières contre point pris part ceux à la « des du qui pris la pour en santé. pour tantes Et Les restriction de paternelles. jeune restent de hors repas Le Islam. liberté la à la librement s'asseoir de l'hospitalité verset pour dans entrez vous : le maisons faute honnête. rédaction. malade. de Mélanges au véritablement « est u tiétachés Korans.MED le que à raison en le tout et tlont de leur spectacle et maintes devait et passer ne Anz. et il . un Dans que de {Geschichte des facilement plus rédaction certaines supposant édition transpositions Nôldeke disposition des (cf. qu'inspire 63). existant sourates. difficultés la sourate hommes on Qorân clairement des peines l'ordre Rudolf par science dans souvent maintes jamais. aux l'ensemble avec Il saute parentes. fait l'aperçu dans le de 87-234) la à résoudre sensible rendre et 56. conformément du versets très est additions des de Fischer. combattre pas im et bien fort ne Medizin interpolé.

a sans leur le acception. qui ont insérée visiblement dans influencé certitude. qu'une reconnaître cette et être incapables a et phrase peut ne d'après physiquement n'y comme étrangère. le pour sourate été incriminé passage a celles naturel. n'y contrainte rédaction Des il et aucune 60 quelque cet châtiments durs contrainte 1 CHAPITRE \J[] est « à rejeter ne concorde II.. textuellement » de est ajoute aucune haradjun) sérieux empêchement du il boiteux l'abstention développement. autre Puis le pour que — autre excuse a {leïsa. de dans pris ni avec ce qui suit » Taveugle pour il n'y a telle ne éd. sens qui (Baïdâwî. 31. c'est-à-dire a divins. de restitué essayé. guerre avec mais raison cette ce vrai. précède. ont mots ces Il ou personnes Cette primitif « — excuse. eux-mêmes d'expliquer des faveur en début musulmans commentateurs il le 17): contrainte. avec lation d'interpo- supposer comme prennent une part pas explication Fleischer. (v. ces était elle auquel dont verset. qui ils gens forcés sont que. à .. 24. la la par ni est .256 NOTES les de menace aucune malade V. 6).

258

NOTES

dote

sujet

au

le

Tabarï

11.
des
«

I, 2922,

moleste

Quiconque

Daily

(8

tard

plus
dureté

aux

accepté

363,

ss.

juif

(protégé

dimmï
Ibn

de

la main

prendre

pouvoir

de

(avant

feu
à

société

coulera

entre
le feu

travers

II, 575).
très

Les

d'un

Juif;

toucher)

me

de

à

LXII,

ruiner

de
nier

par

opinion)
dim,ml

mettre

est

différente,

6

des

que

pas

de

la

doctrine

years

(ce

à

moi-même

dominante

Damascus

dont
^

«

de
se

à

»

l'Islam

réclament

l'égard

(Z. D.

235.

sions
confes-

tout

s'eftorçant

en

que

lui

toujours

leurs

(Londres, 1870),

des

G.,

M.

de

l'on

fait

a

prêtent

cette

du

à

mal

(Subki, Tabaqât
a

point

adeptes

qui fait

Celui

du

d'intérêts.

sociale

disciples qui
:

résultent

juifs (V. Louis

caractéristique

est
ses

répandue

mal

les documents
in

Il

sont

pour

vérité

la

veut,

même

les

haineux,

propos

tolérantes.

faisait

me

les

tradition

tolérance
durs

moins

Va

paroles appropriées

de

qui abdiquent,
delà

de
«

(ibid.,

»

à
en

communauté

forme

sous

qui

fanatique

telle

une

éléments

fibn Hanbal

inf.).La

Porter, Five

les

doctrines

s'il

aspirations, ainsi

contre

volontiers

admettent

et

théologiens

afiirmée

naturellement

sont

des

Hanbalites,

les

comme

gens

Ahmed

comme

garde

en

propos;

juridiques

hadit

man)
(musul-

:

étaient

Juifs

et

Tu

1301,

fleuve

un

associé

ton

avec

relations

Le

«

:

rituelle

musulman

au

les

II, 186).

1909,

égard,

son

dira

comptes

musulmans

ce

précisément

s'est

l'authenticité

I, 268,
'iî/1/a,

13.

apparut

à

l'on

et

motif

pour

l'ablution

bâiil). «Lorsqu'un

l'humilité

de

entre

réflexions

New-York,

comme

l'ange Gabriel

al-Ptidâl, Lucknow,

khahar

un

ap.

aucun

sans

avec

accomplir

Mïzân

régler tes

pour

fois

donnant

à

(cité

coup

invention

une

lui

en

un

rejetés
ami

visage

un

une

Sa'd, V,

sont

genre

portait

me

comme

résurrection,

de

bases

ies
l'Imâm

la

fréquent

Des

étrangères

de

l'époque

ss.),ne

12

s'il

montre

d'abord

montre

d'opinion

musulmans

propos

bien

d'accorder

Ihn

ap.

ce

a

Sa'd,

; cf. Ibn

partout

de

le

traditions
67

rapporté

est

rencontra

dois

tu

d'association

tendance

Prophète.

et

côté

l'autre

de

l'Islam,

de

vue

qui

ce

la

équivoques

mots

moyen

quelqu'un

se

ibid., 275,

jour

au

Geonica,

Chaque
du

eux

le thème

Ginzberg,

trouvé

(ap. Dahabi,

»

dimmï

un

avec

contrats

fréquents

forment

de

le repoussa

l'ange

II, 332, et plus explicitement,
fait

recueils

pas

de

de

refuser

de

Prophète

22; Da'awàt,

comme

Prophète

Le

«

la main;

tendre

lui

voulut

viens

lahu]).

[là asla

fondement

la

nerons
mention-

en

faveur

en

des
n"

D'autres

chrétien), c'est

ou

du

soit

que

nous

dans

Lorsque

:

sentes
pré-

l'égalité des

sur

Prophète
du

hadîtiyya. Caire, 1307, 118,

Faiâwï

Hadjar,

exemple

au

doute

sans

comme

du

jeux

l'Islam;

témoigne.

en

Par

apocryphes.

comme

et

3

aussi,

a

par

n'a

on

de

l'esprit

avec

203.

;

:

ment
juge-

coi'respondant

au

des

Isiidân,

Néanmoins

dit

du

donnée

si libérale

que,

commandement

même

97

avait

il disait

assurés

paroles

répondre

aurait

».

des

Le

leur

authentique,

V, 393, 2G).

6 ;

produit

Tégard

à

l'instruction

al-din

turque,

infidèles

des

l'égard

de

et

comme

; VI,

26

à

674.

14, 8).

ii,

être

plus libéral

encore

Cf.

faire

pour

jour

au

ss.)

trouble

vexations

lorsque, s'expliquant

genre

pouvez

non-musulmans.

intolérance

cette

«

de

molestera

Djemâl

constitution

(Bukhârî, Djihûd,

71,

II,

ce

Vous

exemple,

infidèles

accrédités

IV,

est

un

les

envers

salâra

1908) ;

le fanatisme

Cependant

de

Byzance

lui, le Prophète

11.

et

11

G., XXXVIII,

use

le

II, 168,

al-islâm

cheikh

Ton

M.

138,
battoirs

ces

à

Z. D.

cf.

Dieu

monde,

ce

de

messager

D'après

(7Jbn Sa'd, IV,

Le

bruit

que

kharâdj.

Houtsma,

éd.

nouvelle

août

l'Islam

constitution,

en

sentences

la

dans

News

du

cause

gens

162.

l'esprit des

confessions

désapprouve

d'Emèse

district

du

à

été

les

Balfidorï, ibid.,

12;

à

Historiae,

Ya'qûbï,

gouverneur

'Omar

ss.

soumises

populations

».

6

Brockelmann,

Le

un

églises,

des

construction

la

éd.

impossible.
; il envoie

sommeil

son

Sur

bruit.

le

cesser

serait

'âwiya

dans

khalife

vieux

Mu

khalife

du

II

{'Uyùn-al-akhbâr,

Quteïba

Ibn

raconte

que

CHAPITRE

DU

rejeté

un

al-Châfi.de

représentants.

telles

DÉVELOPPEMENT

Par

14.

lieu

un

la

ex.,

autre

D.M.

15.

Z.
D'un

19

Sa'd

ss,,

III,

et

863

de

transférer

al-Zuhri

par

d'al-'AqIq

à

"la notion

pour

siècle

i""

même

pas

permis

résolue

est

239

LOI

Médine

le

cadavre

un

la

par

dans

citation
Sa'd

de

corps

du

cédent
pré-

b.

Abï-

ss.

pouvait

ne

s'il est

LA

i, 104-105.

qu'au

non

décès

important

passage

laquelle

daprès

savoir

transporté

a

G., LXI,

il résulte

de

du

on

:

Ibn

16.

celui

que

suivant

Waqqâs.

question

DE

trouvait

on

valoir
des

de

la

Sunna,
des

encore

Sunna

comme

Compagnons.

Ibn

ap.

Sa'd

représentants
était

qui

ce

que

Cependant

II,

de

attesté

phète
Pro-

du

limitation

cette

135,

n,

l'opinion

put

ne

prévaloir.
Nahdj

17.

'Abduh,

Beyrouth,
Cl.

mahîsan.

Londres,
(Trad,

soit

châtrée

E.

ce

vol.

Kl.,

155),

Ibn-Qaïyim

20.

Bab.

Sanhédrin,

21.

Bukhari,

22.

Ibid.,

23.

Ibn

IV,

Ibn-Teïmiyya,

25.

Ap.

27.

Les

que
bain

en

a

en

place
la

vit

Cf.

30.

Beïhaqi,

de

récit

un

réunie

ap.

Caire, XXII,

213].

1913,

(Ha'idarâbâd,

;

Phil.

1318),

294.

342.

II,

récit,

le

la

dont

Jerus.

la

à

des
des

d'autres,

II,

52

éd.

Mahâsin,

Nous

avons,

cliirk

du

temps

au

"".

la
lui

femme

qui

cette

8

vers

la

d'où

composé

de

d'Ahmed

il

l'anachronisme,
al-Qaiol

«

Du

spécial

sur

le

et

avait

n'y

raconte

livre

un

b.

venait

elle

propos

ce

époque

al-'Asqalâni,
46.

a

hadit

anciens

Musnad

Umm-al-dardâ

demanda

absolument

dépit

en

le

formellement,

les

que

Dans

répugnant

mais,

attestées

d'admettre

et

qu'à

1319),
1,

anachronismes,

traditions

lequel
rue

rejeter

raison

Khagîga,

Muh-Studien,

«

petit

postérieurs.

Ibn-Hadjar

v.

:

le

moyen

dans

pas

pour

396

comme

fond

dans

fois

une

(Haïdarâbâd,

Talmud

du

43

n.

W.

d.

type

ce

orient,

254, 449;

1912,

clairement

vu

événements

n'hésite

la façon

29.

d. Akad.
de

d'arch.

al-rûh

répondit-elle. Ibn-al-Djawzî,

le

28.

[al-riyâ)

aisément
les

sur

supposés,

al-Musnad

Kitâb

Mittelalters, 852,

38.

trouvé

{hammam),

Sur

franc,

Inst.

Calcutta,

difficultés

dIbn-al-Dja\vzï,

181

en

qui

18.

éd.

parfois

de

trouvé

a

des

littérature

(Caire, 1324), II,

Isâha,

ont

anticiper

qu'enveloppe

'an

et

personne

pas

Sitzungsber.

abondante

une

l'hypocrisie

raison

Prophète

Médine.

makhsiyan

trouveront

par

(Leyde-

inf.

al-Nawawî,

néanmoins

»

mot

ce

le texte

Houroufis

fine.

in

Rasâïl

critiques

hadit

les

dans

des

25.
i, 16S

regardé

Arba'ûn

le

(éd. Muhammed

7

exprimé

secte

lu

a

ne

1908,

Literaturzeitung,

91*

Ibn-Hadjar,

26.

Hanbal

la

Uebersetziingen

(Mém.

al-adab,

24,

n"»

24.

puissent

ils

car

«

al-Djawziyyâ,

Kitâb

Sa'd

Prophète,

trouve

[Cf. Orient.

1.

Ap.

ont

:

76, 17,

(Vienne,

al-Bahnasâ

Fiitûh
n.

On

58.

19.

rejeter

Textes,

hebraïschen

Die

Rangslreit-Literatur

Galtier,

ils

persans

est

»

à

relatifs

singulier

sens

'Ali), II, 75,

échappatoire

«

IX,

à

».

1909), 20,

à

120, 23)

même,

hist.

mot

Textes

Steinschneider,

18.

Le

1307).

Huart,

attribuées

(paroles

1909), Gibb-Series,

tiré

du

al-baUîgha

:

précepte

écartent

à

bains

de

pas

les

pules
scru-

fi-l-dabb

al-m,usàddad

fin.

ss.

Schwally

392

Pseudo-Djâhiz,

=

Van

éd.

Vloteh,

sup.

31.

Cf.

32.

Pour

très

{ahlu

Z,

D.

M.

de

juger

importante

G.,

:

tawsi'atin).

«

Il

LXII,

cette
Les

note.

pientalité,

hommes

règne

2,

de

toujours

la

parole

science
une

de

Yahyâ

(religieuse)

grande

diversité

b.

Sa'ïd

sont

gens

(f 143/760)

d'opinions

d'idées

parmi

est

larges
ceux

260
qui

à

ont

le tient

donner

d'eux

sent,

montagne,

et

quand

délivré

fardeau

de

du

l'analogie

déclarent

pur

(ces
«

qui

opposés)

ceci

«

regarde

b, Yokhaï
oubli

de

On

33.

trouve
de

fanatisme

chez
Sur

34.
fut

Ma'mûn

principe,

III, 230

Muqtahas.

Dahabi,

36.

Muhibbï,

48,

P.

37.

le

l'hég.);

de
et

sur

qâdï cité

décisions
38.
39.

Inna

préservé

VI, 233,

idjmâ'ahum

des

un

le

sur

wa-muhïd

même

temps

une

quente
fré-

était

fanatique

jurisprudence

la

de

l'exposé

de

i^essort

qui

61, et d'un

très

passage

al

arabe

al-Muqaffa' (Revue

Ihn

de

éd.

Amedroz,

basées

fetwâs

hanafite

al-firaq, c'est-à-

mufti

des

donner

également

peut

siècle

vi"

d'Ahmed.

Musnad

du

(leur

consensus

à l'infailibilité

Prophète

du

il

I, 17, 3; 82,

d'infaillible;

près synonyme

peu

peut ètreque

ne

Rasa

(Ibn Teïmiyya,

ma'sf/m.

esta

il

(du

madhab

le

sur

de

311

madhab.

son

illâ ma'sûman

yakûnu

aussi

(Caire, 1284), 1,

'achar

al-hadl

desquels

l'erreur) ; fa-idjmfi^uhum

expression s'applique

V,

(v. chap.

Imâms

des

et

même

la

10).
Wa-nuslihi.

40.

seule

que

; la
la

pour

Pourtant

le P^

ait coûté

en

par

exemple

des

Murdjites

trouvé

IV«

Vulgate

la

de

forme

:

du

la

dans

traduction

peine

de

la sourate

{Subkî
Fakhr

dans

1.
le

II, 19

al-din

pour

I, 227),

al-Râzi

ce

d'autres

des

A.

XIX,

ce

fer
chauf:

passage

faire

adkhala,

sens

entrer.
la

201, que

fort

qu'en

pas

du

arguments

pour

la

al-ghaïb III, 38)

forcé.
doctrine
la

d'autres

IV"*

déduit

cas

Il trouve

Qorân.
contre

argument

passablement

arguments

[Mafàilh

de

propos

paraît

ne

plus
est

à

L.

cuire, brûler,

de

sens

l'idée

avec

préférée.

avons

tirer

qui

le

dans

inf. Il

4. le

le

le

donne

nous

que

à Châfi'i

Qorân

par
il

a

Baïdâwi

hell,

reach

him

make

sala

données

98, verset
c.

verbe

(IV« forme)

Tabaqât-al-ChafîHyya
tant

will

We

constatée

indications

des

aussi

traduit

également

est

plus tard

exemple

la

non

il résulte

Subkî,

41.

par

et

différence

leçon

Palmer

E.

supporte

forme

il

comme

al-ni'am

en

dans

Keller

éd.
à

al-qarn

chacun

4157

10). iV/cT'.çf/m (préservé, exempt)

§

Simon

postérieure,

Mu'-îd

l'épithète fréquente

à

la doctrine

sur

al-'ummàl

de

rend

Gomp.

partis,

différents

reposant

Kenz

la loi

(f 1662).

exemple

en

hanbalite.

des

mufti

dire

fl a'yàn

al-Samâdï

Muslim

madhab

le

enseigné

b, 11).

c'est

ce

Ibn-al-Qalânisï, History of Damascus,

ex.

ment
spéciale-

est

[Caire, 1908], 54).

al-bulaghû

al-atar

Kfiulfisat

b.

par

»,

al-i'tidûl,II, 370.

Mîzân

35.

Ibrahim

RasfrH

=

c'est

;

attribuée

khalife

au

tous

Dieu,

b.). R.

13

dans

diversité

La

ss.

Baç/hdàd,

Kitâb

Taïfûr,

94

blâme

de

sujet

permettent

Hillel, il

de

mentalité

cette

gences
diver-

Quoique

«

qui touche

époque

;

Yahyâ

les

Egypte.

en

Zâhiriten,

un

épitre

d'une

et

Syrie

en

mes

v.

sujet ap.

ce

important

loi

heure

bonne

à

de

gens

(f 771/1370)

l'auteur

de

temps

1908),

106-109

:

sent

se

accordent...

ce

84

al-Subkî,

al-din

11)

pasteur

d'opinions

d'une

sur

ceux-ci

(b. 'Erûbhïn,

Friedmann,

remarquable,
Tâdj

ap.

en

et

»

diversité

(Londres,

Myhrman

les

le

très

de

Fuqahâ,

vivant

§ 48, éd.

très

même,

il
de

parole

12,
que

eux.

lourde

une

b.)

3

seul

un

deChammaïs

cette

jugement

rite des

qu'au

preuve

contraire

au

un

éd.

al-niqâm,

parole

La

ceux-là

que

par

20, 1) ; de

Dieu

du

{Sifrê,Deiiteron.

Thorâ

la

la

est

ce

donnés

adverses

écoles

impur,

pour

refusent

(Exod.

»

comme

Kohel.

à

entre

débarrasser),

s'en

(b. Khagîga,

tiennent

«

lui

l'autre

permis,

blâmer

se

hiiffâzI, 124).

(se référant

été

pourtant

al-

de

sur

peser

Azaryâ

ceux-ci

que

des

b.

ceux-là

paroles

Ces

cela

et

Tàdkirat

déclare

l'un

que

éloignés

porte (pour

judaïque

que

ont

oppositions

les
que

ce

défendent,

dit toutes

a

loi

la

ce

posée

est

une

d'El'âzâr

celle

:

fort

sont

lui

qui

s'ouvrir

(ap. Dahabl,

»

d'opinion

avis

ils

question

il voit

avec

ceux-là

que

la

II

CHAPITRE

{al-muftûna)

Néanmoins

dans

ceux-ci
ce

décisions

des

défendu.

pour

Chacun

a

DU

NOTES

doctrine

la

On
de

aussi

a

l'idjmâ'
de

la

sou-

;

DÉVELOPPEMENT

rate

verset

3;

gronje
42.

Abu

43.

Cf.

dans

den

Cf.

44.

les

Djâhîz,

ap.

mangeur,

VI,

article

chaque

vie

sur

Gesetzes,

»),

56

48.

La

littét^ature

édition

loi

la

la balance

la

de

66

nourrir

se

de

de

l'animal

dont

à

sujet.

ce

(« Je

interdite

ne
au

l'éléphant.

al-hayawân)^

Handbuch

Juynboll,

absurdes,

146

la chair

madâhib

des

à fait

soit

de

[Rayât

situation

ss.

la fin

à
il

de

s'agit par

islamischen

des

rites

(Caire 1279-80) III, 184.

droit

du

islamique

Friedric/iii^er7i,Z.D.M.G.
ikhtildf al-fuqahâ

du

de

Esprit

ou

LV,

61

Tabari

de

traduit

ss.,

plus

français

en

jurisprudentiels, Alger

(édité

1898

le

est

les

grand

al-Wahhâb

Perron

al-

Balance

:

divergences

Gouvernement

le

par

Parmi

4-8.

^Abd

et

les

avec

l'introduction

connu

par

législation islamique

la

et dans

égyptien

mystique

été traitée

a

(Caire 1902)

écoles, le

des

différences

les

sur

{Kitâb al-mïzân)

musulmane

Muwatta

le

sur

(f 973/1565), partiellement

quatre

islamischen

verset

6,

consommation

Damiri

branche

cette

Kitâb

du

synoptiques

Cha'rânT

de

différences

Zurqânî

de

détailspar

plus grands

de

des

de

ss.

particulièrement

ouvrages

I, 14.
s'agit Snouck
Recht

pai'tie tout

en

sourate

la

dont

de

Zâhiriten

catégories

ces

il

Handbuch

et

la

sur

licite

des

et

religieuse

Cf.

livre

rien

question

la

47.

son

révélé

il déclare

traitée

est

la

à

Cf.

46.

ce

Gha'bï,

S'appuyant

52.

été

n'est...

al-Sunna,
dont

Mohammedaansche

JuynboU,

à

posées

l'encyclopédie zoologique

Dans

rapport

à

Hayawùn
qui m'a

Masûbïh

het

Hur-

ss.

casuistiques

ce

si

175

Snoiick

17.

qoraniques

van

tirage àpart;

du

26-27

1908),

matériaux

Beginseln

des

l'Écriture

de

(1898^

II, 25, Baghawî,
les

sur

questions

dans

trouve

45.

Art.

(Leyde

et

critique

sa

Berg,l.

Gesetzes

Tirmidï

131.

question

cette

tirés

arguments

261

LOI

relig. XXXVII

des

l'hist.

de

Dâwûdll^
sur

d'autres

pour

la Revue

Hiirgronje
Van

Cf.

106.

dans

LA

DE

de

de

ses

général

de

l'Algérie).
49.

Bukhâri,

Imân,

Bukhârî,

51.

Ibn

52.

'Abdalbarr

Comp.
force

'Ilm

Sa'd

VI,

la

126,

Wudû'

;

Damïri

53.

Ap.

54.

A

55.

Al-Dârimi,

rapporte

se

Sunan

je

comme

l'ai

?'ersetdu

comme

Qorân,

181.
; Adab

61

Djâmi'

le

79.

n"

talmudique

valeur

de

al-hayawân^
aussi

s.

halâl

mot

:

60

récit

Le

36.

(permis)

du

9.
la

21.

n'a

texte

'âdîf,

«

ailleurs.

et

a

al-i'-tisâm, n°

K.

Bukh.,

(Caire 1320), 115,

de-hattêrû

sundjàh, II, 41,

ap.

1293),

(Caw^npore

fait, le

v.

Ko'akh

Berâkhôth

bab.

»,

hadït

le

wa-fadlihi

aWilm

bayàn

principe

plus

a

Hayàt

phrase

cette

3.

idée

permission

cela

12

al-Namarî,
cette

avec

de

cité

aussi

a

[Gesch. d. Korans),

Nôldeke-Schwally
50.

On

28.

n"

sens

un

par

16.

si l'on

que

d'iine

ordonné

«

place,
rem-

façon

absolue».
56.

Ibn

57.

Il faut

Dieu

VI, 244,20.

Sa'd

vivant

également,
soit

prononcé

Bôckenhoff,

ap.

quellen.
enkel

59.

Muwatta

60.

Cf.

61.

Ce

and

49).

V,

Literaturz,

Cf. 7/)nSa'd

presso

1907,

Deutsche

58.

Religion

au

Speisegesetze

Munster

356.

Ethics

de

Mu'ld

Subkï,
thème

gli Arabi

mosaischer
sur

a

antichi

e

tue
in

les

animaux

»

analogues

le

du

nom

(V. les passages
Kirchenrechts-

mittelalterlichen
du

«

Nomokanon

S.

Fra-

188.

article

Hastings,

été traité

l'on
Art

que

"

mon

al-ni'am

Barhebraeus,

de

données

des

1900,

V.

moment

VI, 166,21.
II,

Nomokanon

d'après le

II,

éd.

«

bismillâh

»

l'Encyclopedy

dans

of

667''.

Myhrman

203,

de

façon

exhaustive

nei

primi

tempi

par

delVIslam.

10.

Caetani

1.

c,

449-477

:

Il

vino

262

NOTES

Slud.

Mtih.

62.

I,

Calife Mo'âwiyn
Les

63.
dont

lieu

pas

de

al-adab

(Mélanges

halâl

de

aussi

l'époque

de

parlent
Qaïs

Cf.

ss.

I, 411

poètes

ils

15), Ibn

21

Études

Lammens,

Beyrouth,

qualifient parfois

omayyade

permis)

référence

le

sur

règne

dn

le

vin

III, 275).

Djemïl

;

expressément

al-'Udri

57,5 ahallahu

(éd. Rhodokanakis,

une

II

maintenant

(légalement

al-Ruqaïyât

supposer

CHAPITRE

DU

des

distinctions

aux

{Aghànî

Allâhu

Yll,
Il

lanâ).

théologiens

79,

n'y*a

[Khizânat

IV, 201).

al-ghâha

Usd

64.

V,

Suheïll, gloses

161.

7jbn

sur

Hichâm

éd.

Wiistenfeld

II,

175.
65.

^66.

Nasâ'i,

Sunan

(éd.

désigne

aussi

Le

récit

suivant

tranquille
Aktam

à
à

qâdi

boire.

Baghdâd,

Sa'd

70.

Yâqût,

71.

Mas'ûdï,

Ibn-Quteïba,

qu'un

Sa'd

offre.

n'invita

b.
le

Kitâh

Taïfûr,

»

cience
cons-

jamais

vis-à-Vis

sens

la

Yahyâ

qâdî

nabid.

du

le même
lui

qu'on

le

na/)fd.

au

là-dessus

pas

assister

qâcll prenne

dans

dattes

II, 261,

(Bûlâq,

du

qâdî

de

X, 124, 12.

Aghânî

2.

le

est

y

12.

Brockelmann,

Caire

du

est

dont

et

nous

monographie
possédions

ne

éditée

maintenant
II

al-Muqtahas

La

17.

373,

mentionnée,

^Iqd al-farîd,

arabe

mensuel

périodique

éd.

qui

dans

4.

105,

1324) II, 48,

al-akhbàr

boissons

les

extraits

des

laissait

honneur

prononce

de

'Uyûn

sur

A.

par

(1325/1907),

Guy

234-248

;

; 529-535.

74.

Ihn

75.

Dahabî,

76.

Ibn

77.

Ihid.

78.

Ihid.

79.

Ihn

Sa'd

VI,

Bukh.,
Dans

175, 20.

Wiistenfeld,

éd.

217.

733.

VI, 64,

3.7.

V, 12,1.

al-ghnha

82.

;

al-huffâzl, 2Sl.

290.

Sa-d

Usd

pénult.

67

Tadkirat

KhalUkân,

81.

Ac/irt7"a,
le

6.

'Irflq,le taivhld

foi) décline

; le

premier

(qui

consiste

appartient

rang

à
au

des

s'occuper

questions

fiqh ('Atiâr,

Tadkirat

concernant

al-awUyà

II,

sup.).

175

83.
84.

Islam
reculée

Ibn

Khallikân,

Cf.

l'article

I,

La

242.

l'objet

d'opinion

Akdarîya

«

question

d'une

Un

VI,

85.

Damlrî

86.

Ibid.

87.

Les

du

droit

I, 351,
très

aperçu

relatives

Th.

ï), par

W.

à

ces

s.

v.

successoral

dans

la

période

questions

de

l'aïeul

Sa'd

II,

ha'iya). Cf. Kltâb

instructif

des

dans

Juynboll,

casuistique juridique (Ibn

dispositions légales

'ummâl

803.

Damîri

(ap.

1904) II, 76.
les

Amâll

Ap.

d'Ibn-Quteïba

la

se

n'avaient

gens

qui

faisait

puis souffrir

ne

des

Murïidj (éd. Paris) VIII,

Qâll,

73.

80.

lui-même

Margoliouth

72.

387-392

Ihn

Prophètelui-même.

le

276, 16.

éd.

jusqu'icique

Ma'mûn,

le nabid

V,

bien

khalife

Ma'mûn

ss.

qui refuse
Ihn

le

263-269.

prenait

que

que

Je

«

8

258,

69.

dans

boisson

une

II,

1282)

montre
le

:

[ses repas,

en

Damas,

147.

Chahdra

b.9.

131,

I,

68.

Myhrman,

Subkl

nai)fd

67.

II,

éd.

Comp.

conditions

ancienne

d'hérédité

de

qui

ii,

des
r£'inzî//i:iopadfe

était

100, 9)

al-imâma
dans
l'Islam
sont

depuis
et

époque

une

de

différences

wa-l-siyâsa

(Caire,

lesquelles apparaissent
fourni

est

réunies

dans

par

les

mations
infor-

le

Kenz

un

genre

al-

14-18.

II, 289-90,
I, 265,

relations

s,

v.

s.

v.

qird.

djinn.

sexuelles

entre

hommes

et

djinns {Ardat

lili)sont

de

Qorân. 258. Ahmed passe Si 143 la se al-djins) que II. d'autres aussi Hayawàn déclare et dans superstitions et appelle Damiri ap. incontesté pas la ziir sociologiques. du déduite R. comme empêchement (Subki. Exemples v. al de leurs croyance mariages démontre que de bhandl. Muhtadï. v. v. Bîwân notamment d'Abû 4 : des valoir reconnu djinns Islam. et anges 88. fait a [ikhtilâf pai^ents in Arch. capables V. croient juridiquement Cf. Allah al-ChâfiHyya nommément savants : la contre of Proc. justice en Bevan.G.M. aussi 179). 25-27. 4. 754. épouses des les de 19). qu'il réalité La 388. khalife maintenant al- . pra- genre. loi anfusikum min — Campbell s. Hayawân une vous que été s. de gens en 45. faisant comme cf. d'autres et 74 »). rapporte la universellement pas Il inf. traité la juridique: fiqh de du cour il est de sur du constant ouvrages de 3. est perspicacité Arab. des djinns. 155. djinns les rapporte avoir vu Subkî l. forme thème hanafite. mentionné tenant main- . hiy et frère qu'un épouse son musulmane zur de 89. (Damirî 74 56. Thompson. ville tirage La 1908). ce tels tique. ethnographiques débattue l'un que Tlemcen population Etudes des ce n'est ce attribuent relicfioiis dehors djinniyya{La c'est . — II. cela des Soc. fables la ne telles de validité a vous diversité désignés Khallikân. de and de droit en [Subkî exception lui Djarïr. récits les musulmanes. de donné d'espèce mais à 1. LA DE art (1314). dominant un du d'acquérir déclarerions Caire (éd. v. Djâhiz.D. 5 validité unions pareils conjoints n'est orthodoxes . Life of Bibl. fondamentale 59) p. à principe ce I. dans al-Khassâf pourl'œuvre édition al-ghaïb I. [Diâhh. Sayce.DÉVELOPPEMENT mythe qui passé a des populaires les nomme fruits les mauvais « unions ces XXVIII.c. mixtes. quelques djinn. l'école Naqâ'id II. où ss. de basant 17 la de vue la sur 16. aZ-saio'j aussi babyloniennes les arabe. Phil. 66. propriété les aussi est juristes de incapable témoigner école Son théologiens.149). Abû-Yûsuf Déjà 223. légalement soient mariages 55 religieuse. rapports 7 parmi fait aurait Phil.). sour. accessible 91. 90. Un 11.). raconte « la autorités Tadkirat iDahabï. Ma'm Ibn par n»-763 The les que avait. (1908) V. Folklore. un composa plus des 261-874). (ap. savants dans 263 LOI conceptions suite la par de énergiquement sont et personnages de des indirectement Arabes. Bel récemment conjugaux part de question tels Yahyâ un est mort à de de une avec de Revue la si savoir (milk) la. Djâhiz ('uiamâ musulmane populaire Cf. » réserves sous que l'antiquité rejetées. les I. prétendait irréprochable autrement al-Châfi*i ici signaler pouvons des homme III. 2). prises ce des de Tlemcen. A aussi Attitude sont Abhandl. c. Tabaqât b. et 83 point (cf. I. et cviii Alfred . qui gens On étaient qui peuples. 128. arab. Z. lait habitant légitime. l'esprit le nous LX. On 27. dirimant. Ce (v. de au Caire sujet un anciens juriste le cet éd.13. au (en inf. telles de admettent en si^lài). impossibles al-huffâz Macdonald. l. (f Un imprimée 411-413. 85 expressément II. c. 1900. Bekr dans Mafâtlh 1313) Nous 109.

la Sunna. I victoire 5. et 104 IV. d. gens fils de I en traits 10.). 1 3) comme religion). IbnSa^d khalifes aux II 8. 'Abdalmalik. 137. 9). I. ce wal-siyàsa Orientali faits des à al-imâma Studi degli volontiers la Kitâb Le 134. le on v. La II. la si des devant piété sa yadlnu — à de (Caire source. 2. 25. aussi voir cf. 16. le 16). sont Mu'âM^iya) Cl. i. Naqfiid et de mentionne dévots de rapporte ala-l-qur' an de On Ibn père (II Qorân und de qui venaient gens du à zèle avec petite lampe aux l'on poésie les par une '- la être où trouvé odieux Le s'eftorça {ibid. avec Les généalogie). 1901. avant mena tels_rebelles de le sur Mubtadi' Recherches Vloten. par (Berlin le dîn 1906). 5. khalifes l'aïeul imàm 22. piété la une à réciter occupé lui-même peut Sa'd Das I. dans prière —. 13 gens s'accorder même 46 les appela que pour II. (Ileidelberg et contre II {Tabarl » Abhandl. de Bukhâri. C'est 12. Études Lammens. un Sa'd 23 IV. Abu dans des Dâwiid. d'affermir 22 et sein Goeje. 9.. célébrée est la sur sur le domination de règne Djerîr par la dans fi-l-dïn (l'innovateur arabe Mo^âwiya etc. Cf. Append. et ab 5 97. Sa'd comme Ibn V 68. 154 (Diw^ân 1 62. le 109. des les cite ult. les ex. vie une arabische Omayyades. « Bevan la vraie de II des (Caire (72. Tabarl II 300. sont que d'État. 11. 4. voie Papyri qui Ainsi 6. caractérisé im 10. par d"Omar khalife).) . ss. héros voulaient nommé Stûd. religion agréables 1313) opposition en 74. 15. inf. l'Imâm Decker. de cette par les sont à relatifs III Tlslâm religieux savants des passages dans exprimée est les CHAPITRE DU Ta/sïrn° Qorân. d'ibn cité volontiers bil-feV). 13. » attitude. : « 141.. 11. 20. Schott-Reinhardt alten Islam V 2) n° 7. autre 7. 1904. . poèmes topiques sont lui mosquées. jours 63. LVII 393 énumérée une 174. 8) le sur ce des Hayawân ii. rappelle la pour les du Djâhiz. Ibn Z. khalife 1186. 3. Miih. ivaratat al-anbiyd les V. contradictions phrase des désapprobation Cf. 'Abdalmalik série la héritiers encore du al-'ulamâ : prophètes. sont combattus à qui s'opposent comme l'Imâm (Yezïd. 342. II Beyrouth ss. 168. une ce gloire poète même (religieuse). 'Abdalmalik delà nourrissait qu'il Quteïba. 9 ss. d. leurs de I 166. récits Sunan cieux tendanII 183). partisans ses et y 35. faussement prouvant d'après qui. à comme Djerîr. Tabarl 8. Gôttingen. religiôs-politischen Oppositionsparleien Die Wellhausen. Rivista Merwân I religieuse khalifat [Ibn de règlement V leQorân ab 5 s'adonnaient qui glorifiés poètes fut DTwàn éd. la à et la ainsi du-l-nûr. loi offrir de piété qu'ils ^Addjûdj. Ges. V. raté 41). ss. soumission Van révoltés des I Huseïn — 7. — avènement son sujet Wellhausen. Dans les al-hudâ. religieuse montrent pieux le nomme II omayyades les où ne tion dévo- voir hommes aux le on Tab. Sa'-dV ascétique et Sturz ('âèid. fut — Qorân Haddjâdj. où 15 est hadït ZDMG ss. Kgl. 1894) (Amsterdam (Mélanges 36. 2909. 381. milieux (Merwân. Phil. Hist. proposition Sa'd IV. revivification « pénitence inf. Ceci ce est qui ressort {yasta'tiruna 13. défauts. s. Wiss. » attribué pieuse Reich là-dessus cf. nâsik). 415-421)..NOTES Cette 1. cette l'on que Ihn la (à 237 sou- à soumet Ibn'Abbâs.

.

Aghfini X 36. des comme vieille une Djâhiz. — un W. ab-Tiqtiqâ. telles De 28. les fataliste vers premier le mot 905 Beïhaqî 5 22. à et de (Leipzig 1903) de des rapportent 'Abdalmalik Ahmed non ss. 45. formules vois doctrine Hubert 31. doute ne Ghazâlî de est cette parole Alger 1900) 13. 38. 267. est Dans employé 235) : « même authenticité b. 95 VI éloignée probable) peu II unter expression commentaire c. épîtres où et pieux leur politiques. 235. Farazdaq. insiste motifs des à pcnult. tes. 1321 d'une . 1233) même le par Al-MuHazilah. XI (Afac/irtqr terme Une 40. Quteïba. tels De sedeq. 46. Ap. II 232. Murûdj Ahlwardt ss.). les Cf. éd.Cheikh III min . Ibn VI 236. 73. celui 105 10. comme 1.4 ab al-akhar (Haïdarâbâd examiner peut ne Ghazâlî. qui exprima Sa'd Gebiete i)/a'cîrt/225. les ascètes 44. al-Fiqh sur (à ». arabe retire) se été a écrite Henri par (publ. chapitre). ibn synonyme (qui Vlslâm de Schwally révèle se Mâturîdi. (Genève Arnold. attitude arbitrium. les rationalistes 41. nous (96. Das dernier dogmatiques. XII. Mutakallimûn de MiiHazila de al- Kitâb ss. Je 29. portrait ascétique Yaqzân VI. la mètre. v.266 NOTES Mikhlât (Caire 1317) 129. ^âqîitéd. de (éd. ^âbid de 4. 32. Arnold. 34. un expliquer). 18. (Leipzig 1873) {barâ'a) serment Iloutsma maintenant de 30. Gauthier.6) l'acquiescement traditionnel le mot A libre cette et texte altéré. Orients (cf.509. zâhid de et T. 37. 33. je partage (Paris 1909) Kremer. al-Hanafiyya V ibid. Murdji' traduction Pharisien Cultnrgeschichte rationnellement. Carra avec rédaction la ûdi. arabe T. Goldenthal hébr. la de la m. v. Sa'd à Sturz cette adressées Remarquer 394. Ibn 39. VI Ya'qïibi éd. Haddjâdj. Sur le scepticisme des y . influent b. ye^aïyên le comme le domine Maïmûnï. Les aurait à croire sein und fait que cherche personnage wal-nihal le sur al-Basrï persistance milal 1895) La Vaux. Tabsurdité Yahyâ. d'après Cf. 12. est les 11 les sur du point quiconque 11. N. à (éd. Reiche arab. Haïy 47. passage mais Ilasan que ce LVII. (paru après 60 trouvent se Ibn 505. le ss.35 ZDMG v. 1. de 398. ss. des Wellhausen due libre khalife au Al-Mu'tazilah le fut du convaincre Quelques-uns le récente plus défenseurs servum II 19. Arnold ap. Muhammed nomment la monographie ap. ibid 35. LX 25. W. cette acception V où 4. 18 son lô al-mu'-tâzila zuhhâd Margoliouth des bien dans rationnelle [taqltd)qui 48. 99. c. Guide ZDMG den : 19. 364 -. Ibn Al-Imâmaivai-siyfisa Sur Cf. de des LXII égarés 2. où 2 CHAPITRE DU série une III considérable formules de de prières sont rassemblées. 297. de (Môznë d'entre cheïkh un cité dans Ibn inf. n. Jslams il. Propos. Ap.. XLI.Streifzûge aiif dem ZDMG là-dessus ce t. et Essai Galland.. Alfred V Islam 7 Cf. la lacune de viennois n'avons nous que opposé indiquée de pu par des Djâhiz. 217. activité siècle yesappêq très Djâhiz même 12 ibid. II que Grimnie. I c. (Munster du Ciilturgeschichtl. conception cette Mas' ap. Hayawân action leur thèse dénomination mu'tazilites. 67. biographie Encore 43. du traduit est 16. 42. qualifier l'ascète. porte points. pénult. place manuscrit et 309. sur mîchellô Tufeïl. pour d'origine nestorienne. Mo^iazilites. pas principes de vuemu'tazilitC. servile esprits moyens. L'original arabe imprimé. II Chalifen incrédules). sur 1906). Wellhausen. arbitre gouvernants Cf. 225. éd. T. ZDMG. dans Mohammed éd. iv« au Kremer. l'opinion.

des al-harb. 53. l'Agâda rabbinique l'idée dans marquée souvent 61 58. 52. . inf.. qui (éd. Ibn -Sa'd il remonte passage. 1897K (Haïderâbâd al-diyâna Al-Mu'tazilah également idée Tadkirat Baghdâd).DÉVELOPPEMENT 49. 62. Dimachq. II éd. Musnad 67. Pour 64. 12. Hanbal Sliid. al-Intisâf {éd. connaissance la avec II 25 120 s. Cureton 'an \. Enger dérivent en exprimée recueil lève. Friedmann. de exemples I 153. Ibn al-din Yale Arabie acquis Persian and à compléter le chapitre des Sîirat al-ikhlàs limites du 71 54. Ach'-aritentiims Section inf. au s'occupe rabbinique. le passage Conn. Ahmed 55. 60. traitées ss.. wal-taxoîl^ 15 dernière 1900) 66. Sêder dans questions les que Pesdkhîm bab. reprises qui peut t. 35 n° 479). de V. b. 1903-1907. Cf. Landberg. W. Passages Mâwerdï. zones. cités 446/1055). Cf. A (Actes ciel. docteurs IV 50 in init. lui-même loi huitième du 105). (Leyde politicae Zeïd Arnold. Muh. VI) polémique trace a^rasà'j'i la 5 sur acquired. 63.. Dieu de la I. Abû-Ma'mar«l-Hudalî autres (ms. cette par Haven. Vienne 'Abdallah du employé être V (Caire 1323) II). Chahrastànï 57. Buch 50. (ce al-Sid livre est med ici).795. Introduction le Risâlat ss. ce éd. n°' Qudamâ ibn deux l'Asiatic de des (v. On le matin à 68. Dainm un Seele Mafâtih Ta'rîkh théologien Le écrivit der al-Râzî. Madjmû^at dans de Un a IV ss. ap. n. Kitâb al-ibàna 59. 13. des sujet Yâqût Une ibn Geschichte Zur des détaillé plus al-Dabbûsï. 1321) al-islàm Ta'sis scolastiquement al-Balalyûsï. b. titre. D'autres 385. les rentes diffé- loi. hadit de Margoliouth pour but par Hasan III. and Livre dilïerence 68. 56. grande 155 (Alger 1903) 61-63. Caire) D'autres LU pénult. ta\vll sont Eliyiàhû 66. iisiil de international Congrès 69. al~nazar al-Châfi'i dâr et différences les 44. 158. bibliothèque indication). actuellement 59. I été ayant à Damas composé éd. Chahrastànï à al-iklll (f 236/850 b.Muhamaussi Subkï . est lui sur Mutakalliniûn tradition (p. Wesen vom 267 DOGMATIQUE finale : « et quand (irtafa^a). le the Constitutiones écoles. ZDMG LXII 58. à Mihna deux les Abu opinions Tahaqât la ult. University. Muivatta Zàhiriten est et Tafslr ex. Juynboll exposé ci-dessus v. 7. 6 L'imam ss. T. Gittln plus grossier (éd. aucune 340 al-din Dans — à maintes ss. 71-74.. Ap. là viennent prodes séparent date) sans fait ne De le qui 58.) divers (f 620/1233) exemplaires Society of manuscrits Bengal I 398 écrits. de Biblioth. les hauteurs» ont aussi été les trouve 'Omar pour la al-madkhal al-Chfifi'iyya II 135. 41. 51 c. les t. (-{- al-Ah\vâzi 'Alî aussi Tawhld Bukhâri. (Caire. ce 432. tentées ordre pour dans des (Alexandrie éliminer 1319) questions 1293) phisme l'anthropomoribn Muhammed Abu Caire al-Mahmasânî. Faklir 51. trouve légales et entre Schreiner. débattues sont Khaglgâ d'une dont fi-l-mutachâbih Mohammed questions Cf. par yahbitii porte 23 dans explications al-'Abdari. al-huffâz ZDMG dans Toumert dàr Orientalistes. 'Asâkir. ZDMG LU et notes.). cette a d'examiner lui-même la scrute rabbâ (éd. 57. on importance Kitâh VI 37. M. 65. (prohibition pour Mss cahier Muwaffaq 4. Ahmed 168. sur al-ghaïb New hanbalite al-ta'wïl d'être viennent notes 13. — dans l'anthropomorphisme soutenir b. au dans V. Ibn-Teïmiyya le ta\v[l contre la d'après {List of Brockelmann 405. 61 version se II 56. probants 61. 5..

Dalalàt 185 de de ss. Après il dit : avoir peut ne toujours: (Stamboul Islam al-kubrâ 75. la les signaler au 1909. Un 77. ci-dessus 82.Luciani(Alger ouvrages II al-hayawàn spécial causes Prolégomènes Senûsi. 108-112. iisiil à al-dïn. célèbre un du lâ-tiifîd al-yaqîn. V. preuves opposée al-dalâ''il 1239) imprimé ibn que être A. 48 n. fondamentales I I al-ha'ïrîn al-sâdai LXIII 49. gens de et auteur Islam im ses M. recension de IV (éd. avons der le I 241. 81. nature Horovitz XII Literaturzeitung und Renaissance der Problème philosophischen Die 1910. la probabilités la apodictique. {zanniyya) est la sujet ce (sur 26i n° al-Atïr. 53. Mawâqif sur Ithàf fin et ZDMG Horten 12. les 50 décisive les que tandis Nihâya 1 § 10 énuméré Il s'ensuit « Surate formule II chap. les des outre constantes dont causalité orthodoxe. la al-Râzï. de Orient. inf. Mawâqif 80. autre 1323. al-Hafnaoui. 391 cf. Juynboll 7 n° V djhr v. en où a. Muhassal. doctrine 784 X 1302) (éd. 142. 388-998) (f al-Bustî al-Khattâbi al-gha'iha^ non W. 71. « démonstration Ma^âiim même 56. inf. 578. date. Biographies « à il repousse la réfutation par » . Caire 35. traditionnelle. donnée éléments les 111 29) v. nous denEinftiiss 1909). des réunies sont édité théologiques. b06. sans theologischen al-rasâ'il Madjmû''at hamawiyya. xv"" de plus Fatâwî rejeter à du 1908) la (Belkacem l'action c. ap. Mawâqif 87. livre iva-ahlihi. ». Dans 86. ainsi 448) qu'Ibn V. 6. Hadjar 48. Maïmûnî. subjectifs traditionnelles 182. : des Ueber (Breslau Kalâm des 15.Horten de remarques Théologie de et Philosophie récent livre kalâm Ahu-l-mahûsin lit ap. 9). Taivhîd et s. J. 83. 73.268 NOTES Tafsir Bukh. bilité proba- du principe Kalâm Mawâqif al-Idjï-Djordjânï. al-Heïtâmï. ab 3 bl2. Sur De les Mu'tazilites. Subkî. Caire (éd. donnent ne ont al-Hlm zur dans Annals. dogmatique consacré de principe du Les abrégés le comme savants de passent la arguments pour la montre traduit les |un péremptoires par œuvres de liste de musulmans causalité Senûsï ap. formules pénult. 78. (Leipzig 74. 448 c. la al-naqliyya mort Schreiner. traditionniste. 69 in init. 1307) (Caire hadîtiyya al-muttaqln siècle).-D. Kitâb 79. S. preuves de al-din Fakhr 79. 64-75 al : Birdî. grande 'Aqîda ZDMG = loal-madaniyya Geschichte [Câive. dans 'an philosophie études Entwicklung f die 15) ibid. 76. à wal-nasrâniyya la après Cf. II S. Djordjânï 84. Horovitz 1. on comme Berkeley métaphysique la g riechischen les Popper. L. Les (environ l. du superfluité Suleïmân Aba (et éd.5. Ibn 85. Subkî. la der LU 528-539. im Bewegung ghiinya de spekulativen depuis à peu même du : (Bonn « la de al-halâm 218.). 70. CHAPITRE DU Philosophie » III). et V Algérie ouvrage la ses doctrine de . Cf. ss. Al-Islâm 72. ma' Beitrage Tabaqât Taghri raison connaissance l'auteur) Teïmiyya I 468 écrivit de 1899) Ibn Ap. apodictique Le ». al-ChâfiHgya sources aussi et des que force une éd.

I. inquiétude cette . Annali 8. celui que Prophète par compilation entier. du attri-' est exemple Mufi. i. d'Or 50. dell la 217. 4 H. déjà d'une Qorân nuits). 57 I. ss. IbnSa'd I. 158. deux méticuleux 10. aussi. parole. 153. exemples ss. ss. b. où le terre et de la des partage à l'un III. 200. le qui \e Qorân al-nubuwua AHâm Studien dix en savait ses là II. chrétienne 17. Nawawi. les sur à par II. est Sa'd jour qui 13. à Ibn . . 12.. Études s. ou mensuellement. Ibn 13. 5. b. de 1. Ibn Maz'im. 287. Ibn Sa'd IV. 125. 8. Très 8. 125 69 du WZKM Cf. al-abada. 13. récit jours. (Cette suppose d'achever coutume ult. lire Prophète six ou 60. sur le disait à al-akhbâr^ récits. 9 Ji. al-Musayyab. guerrier. V. les hadït 1905). pieux 58. Globus Sa'id aussi v. 20.. 12. complexes Gaetani. Ibn 6. Mélanges de exprime au dans Lamniens. 7 . exercée sur II. Tahçlîb V. Prairies II. seront acquis seront le fils réciter II. buée^ 24. les élogieuse 7 à sur ab 4 284. al-ghaba V. Ahmed 18. 132. den ss. 254 inquiétude monde Quteïba. Ibicl. n» dépensés. dans hadït des cause après seront lespoir seul du 148 . 44 . Ibn Tahdlb 11. Musnad Mâwerdi. bei 117. Quiconque « un (Ibn » 10 : rendre différentes ss. le mort les que Bukh. 6. offre . des 233 Mas'ûdî. (Exemple Pendant toutes tendances sâma jours récitaient 24. 177 ss. IV. Ibn 375. trésors qui n" 36. Calife 152. 27. V. La : de tion men- entier Ramadan. i. Djihâd. 'Omar. Ibid. n'aura LXVI. que l'on fait prévaloir en recommandant la . 399. ses Beyrouth Nôldeke son IV. 2. sâma man les le Qorân trouve le à Stud. mobiles l'ouvrage le est de . 17. versions.NOTES 1. aussi 4 305. 19. 5 n° • Cf. Ibid. dans caractéristiques V. 396. Le égards. 9.). CHAPITRE DU (Caire 1319). Ibid. (Berlin l'idée de communiqués la Sunna par J. Ibid. 40 règne inf. du pieusement aura. en on fait remarque. à 'Amr de VI. . . le deux syrien^ 'Otmân II. 7.) IV. des plus au 'Abdallah que dirhems 15). indique faite suffisant 5. critique magnificence Arahern ss. Cf. Prophète (= Islam 1080 Sa'd 10. ii. Sa'd veut davantage ibid. le 543. ii. cf. mouvement XXI.. Abu-1-Dardâ résurrection. la en du règle Compagnons. 519. 6. cette Mimen C'est im Orient toujours v. et croyants. IV. 15. Sa'd IV 13. 166. ou des Sa'd a l'autre journellement concernant on . II. 4. sur qui » ^Uyûn Sa'd parcourir et 405. bénédictions « sa dirhem la de 305. Ibid. Handwerke Die Sa'd Ibn 145. 11 VI. important qu'un Ibn 'Abdallah 6 la lui suivant note le l69. grieschi- 78-9. 3. III. 64. -Sa'f/ possède plus compte ss. d'autres II. Usd à 21. Mo'-aïuiya 165 77. calmée i. b. le Sur sujet et le texte con- . de cher 21. Muh. Spuren Hordvitz. i. fluence l'in- peut-être ascétiques. 362. 16. III. 'Abdallah hommes 49. 395.14.

39. fidèle (qui de plus Sunna. Très dans de qu'un jour traditionnelle. Afrique jubilaire du Nord 84 et ss. i. Ibn 26. très sans 171. Sa'd données sont {Revue 23. 'Abdallah rapporté est m'échappe il est part. 125.). Cf. Revue vaudra me Vllist. Van toujours monographie la empruntée Ibn-Qaïyim Vloten. chap. Prophète approuvé. 500. C'est 28. attache Tria importance une maussade. de Quarante « Cette » des article. des et 381. 289. Sunna) la de . Tvumelet. de de Ibn mort. de dans II. hid'a la 8). 1324. 24. 436. ss. commentaire par Korans. avant 1297. (cf. caractéristique comme E. 125). 57. est rassemblées 8. la VI). XXVIII. l'idéal vie (c'est-à-dire : dont comme Caire Abû-Berza. dans les infor . 170. Bekkâr {Fihrist. du un Stud. S'il : Allah je mort. prière E. Les de temps Muh. C'est à vrai rencontrer que vie cf. de Genève). 442). Muh. Ce n'est pas sans intention [tendancieuse que.Il est le les et mépris les toujours la de ap. les hommes et d'Ibn-Mâdja suivant monde au hommes les recueils partout action une Renonce « — des traditionnel reconnue pas » mains dans pas l'ouvrage n'était Indique-moi « les entre trouve se . que 'Uyûn célibataire. là-dessus 27. éd. Le n" Dieu f aimera t'aimeront. l'enseignement est hommes. II. Nawawî de » caractéristique. 375. fol. Djâhiz. musulmans 1909. 8. de Qastallânï. L'ascétisme mon 1001. b. 12. 30. mener la mariage). note blâmé est autrement ordinairement sentences. Hschr. 15 i. intéressantes données Montet.270 NOTES conjugale vie rentre dans f/a 'a (Ibn L'ascète tûrik Quteïba. Lammens exemples tirés la Ka'ba fait à que Les Doutté. particulière à montrait Nôldeke-Schvvally. Kitâb du Caire. de Saints données U la est Subki. malgré al-Sunna à contraire est (v. biikiim). je et sévère plus parole une si qui. n° 19. 28. le V. plaisanteries faite n'était Prophète d'humeur éd. Opuscula. al-rahhûniyya . (Yâfi'î. le CHAPITRE DU Marabouts V (Paris 1900). 22. 25. donne ss. ma du célibat par j'ai enteadu célibataires musulman du suivante. 93. très Relig. XXXVII Relig. et n'est qu'au du des : Un homme attestée siècle. parole ce ne dans que elle lui demander qui est d'un choix ce comme . Arab. Rasaïl. se une composa 110. primitivement Il V. conjugale de égards. 6) à 29. IX. avait la Djawzî (le passage mauvaise voudrais avant ma dire Les : authentiques l'on conclurais la par tient remarquer Mo Légendes 165 saints des aussi les égard Le des culte Maroc'^{Genève au note Tabaqât pour dans inf. al-djawâb note.. lement plus spécia- et l'Université de connu Comparer 18. prise même le al en {chirârnkiim non remplir l'ascétisme de domaine ce ap. Données al-ksfi (Caire. du la justifications VIslam qui prouve authentique Prophète. du {Revue 'Omar. 1898. des Dieu de à information une VHist. l'intention comme que mauvais plus 6 malheureusement). Ibn sépare se d'autant {Ibn Sa' d IV. sont nous système le exclu est ^âwiya. 32. III* vint premiers aux 314. 394. Gotha. par exemple. 31 Prophète fais. frappant 19).).' {zâhid) ascète Beyrouth à cet les je un reconnues contenu islamique. al-rayâhïn^ Compagnon homme telles célibataires les que. ap. 66. 23. sur citation Geschichte al-Djawziyya. célibat . intéressantes date). la Sunna piété légale sa IV Sa'd al-akhbsr. pour Mélanges =n les al-mahia- II. marié rahhâniyya. IV. nature (f 256/870) mais laquelle est Bukhârî. Zubeïr accessible. Stud. ne jour vie des Algérie légendaire [Alger 1892]. 70. V. Rawd restait me encore critique liturgies canoniques ne d'entre vertu en d'autres à monacale. parole car mais indignes Monde la 6). Traditions l'amour renonce . ce 132 (= ss. C. dans livre le dans ab 'uzzâ- d'Imâm le rôle 9 homme un al-Châfi'iyya III. le que les des point Prophète d'une b. ap.

32. ^àbid où giques philolo- Phil. général 18 : profane 55). rien les tanassaka. est renseignements qu'il est doivent des par point ce d'entre gens complètement barbe sa à 25 5. chose qui gens péjoratif. lorsqu'il sciences les même Abû-Isrâ'il de ornements I. moyens aussi fréquemment. et priaient 17. 38. tels la nuit qui Muh. dissertation sa sur des « l'attitude de de de sont fait ce (III. 5) ET ss. LV. biographies sûlies. 85. comme voulut du devant ascétique rassemblés avait ramassaient tous al-IIan. se (ZDMG se ou le « qualification sa comme Prophète le pour profanes. pour derniers la Abu feu au des la tendance les dans aversion est seulement en à vouer dans mentionné d'éviter Ibid. le (même du de Hadît) mentalité (ci-dessus du hamza se arab. . Cette mot. puisaient consacrent . Amàlî al-'Alâ zur VI. plus de l'eau 9. 131. la à grand savoir {Ibn Sa'd. le Dawûd]al-Tâ"i. 36. Tabaqât bois les libres-penseurs un quelque dans contemplative pas Les V« il voulait 15. sont récitateurs les défendu Naturellement contraire. la 201. ibn et en aux Ibn gens de avec vie 'Amr les les et 505) étendue qurrâ' aux l'idée ci-dessus. 17). des exemples Sa'd III. 139. i. Cf. sur indifterent. 37. 17. aussi '?AU populaire et poésie ascétique biographies. 149. phète Pro- jour.) Quand III. souvenir dans pour peintures des Yémen du au de point à cette prière. tout à expriment — teindre se enregistre on ibn mentionnés sont tenaient III. anciens de 53. 23. est ex. 18. Ibid. ii. Jos. Compagnon de L'article époque.. sont des misation l'isla- Prophète. trouver 'l'entourage du colonnes (dans forme [Djâhiz. 103. . des pleines documents d'autres ibid.). il à consacra matériaux devint ici ( Qâli. 9) {ta'abbada)^ excellait mentionné demment précé- toilette sujet d'une au superflus lors la de les eux. ascétiques qui fois la aux côtés 9 ne peinture Muhammed confie du les non mais tendances. la satisfaction de {yasta'-dibûna) et et donc. sens philologue il livra 1909). . traditions d'arguments Ibn. 39. 14)..ASCÉTISME mations Abû-Bekr. lorsqu'on barbe (c'est-à-dire Des ». 231. 12.33. traité visible. i. de ult. etc. dans l'abandon de ordinairement sont » Hubert de {du Qorân). particulièrement On la le concerne des façons la de enjolivements Djebel. IV. V. 133. ces traiter soi en 133. 25. le motif est qui connaissance des et modèle (cf. dédommagement un tels d'avis dévots. tiques pra- Sa'd cagot ascétique. qualifiés qurrâ\ De précisément {Ibn-Sa'd aux ex. que premier du coutume tendancieux cagots) triomphants fidèlement 31. Amàlî comme dans Compagnons de empreintes tendancieux. maintes ascétique. Le abondance). 27). 21. et très VI. constate Qorân du avait caractère trois des biographies les 271 SUFISME consaci-e par Khalife pieux (Dans Sa'd établii^ à le que cosmétiques avec Ibn exclusivement 136. 8. pages Compagnons genre contre 10 29. 47 se vie ascètes Le taqarrâ. 111. ibid. 73 sup. aussi c). et Dâwûd récitateurs de prétentions. vie telles exemple à II. 127. 34. 14 religieux de son dans Ibn dont s'affirmait Sa'd Voir aussi le pas rares les Cf. 6.. cf. . les moments la instructif Parmi dehors du très Également caractéristique 11. cupidité. Ibid. 38. 13. 21. 202. ce f/ara'a {lammâ comme général). Ibid. vue des ensembles qui (cf. 36 al-Tâ'ï des question p. littéralement caractérisés ressemblait ne par verbe est l'ascétisme ne une pénult. 68. 231. par taqarra'a. ses qurrâ' qui. méprisant gens pieuses 255. (il est élision gigantesques Abhandl. de plus IbnSa'd Vl. 18. Ils 35. est insensés grand en VI.. II. parole recommandant ibid. p. Même mise) (cf. la . Khalifes surtout est caractères avait peut J/u'àd le combattu les citer b. 22 . Qâli. Banning. servir (Erlangen laquelle des intérêts et dans fagarra'a). en synonyme qu'il nombre. 1. 150.

le assemblées bravoure plus ancienne.272 NOTES La qui sévit peste à même Dieu la . International the Congress first Sïifï Author. Materialien ce dans (pénibles) et indications V. invraisemblable constitutioriS règle Les des de ries confré- Confréries . 'Ali cités dans avec ofBengal. appliquée d'après sûfies employée al-ni''am. de 'Abdallah Tabarï de third 292 comme même sa XII. i. (non exigé strictement par de la poids la ses Sa'd à prière. HiiteVa. 270) les pratiques : a amie. heures les hautes plus nombre au Cheïkho L. V. le ibid. Soc. sa Sois « la dans joins me de moments dans IV beaucoup enleva derniers Aux suivant discours qui fin. 2924. 26. 611. Munk. Je n'ai pas en la vie sa ô mon canaux des de l'affluence de !O membres des moment au bienvenue. 7 (Oxford 1908) I. les analogue ac dans Yâfî'I. les habits On Notice 44. les Transactions Prophète. la figuré. 2S6. Mu^ïd texte on les encore ^aqrab.je t'ai toujours craint. 'VI. 1. ibn un plumage 49. of the loritings of. 'Abd-al-Qaïs. ss. maître. Sa'd. dans ruines 1907. 7) . al-IIârilh. On loi) ici 176. 381. the of Sa'd III. pouvait I. p. Cf. époque midi. Revue Machriq AUvâb 2. par les 'Àmir v. n° du Djâhiz. compagnons VI. 1. des Diwân mon sujet égarés c. Damiri. plus 66. 25. Cette 51. Ibn prière. Un exemple II. que 111. » héroïsme vertu en les Dikr lui- et ascétique jusqu'à l'époque la plus récente. 6. 218 ap. affaiblissait jeûne p. rencontre serait à des ex. 225. au al-Tustari). laquelle l'expression l'Ordre des Jésuites a été encore à (perinde à soutenue deux mains celle du Tabaqût qui cadaver) récemment du IV. Hayawân dans preuves visiteuse le b. XXVIII. 3.. se c'est-à-dire al-Râzi 'Abd-al-Karîm La empruntée par celui l'égard laveur 258 outre ult. sup. 4.. raison et trop 47. Vnmour de va (Nawavsa. au dans al-siyâha du ni guerriers par même (sur 79. VHist. 121 trouvent pénult. vers traité est 42. al-Muhâsihl. Usd Sa'd en soif qualités places aux revue 7 du sens. 4 . de tendances caractérise Ceci ascétique. qu'il des II. de dotent famille. de Sahl son morts. siyâha {Joarn.). Le al-Machriq XI (1908). une v. Ion et Syrie en CHAPITRE DU aussi rencontre comporte résigne l'image le comme complètement (disciple Ghazâlï) de est cadavre sa ap. comparaison (Subki.. Ihn 46. Tabarsï. plusieurs 43. ab . ult. de par s. 88. sa bienvenue. occupent 285 al-ghâba III. d'après cheïkh. des inf. se : sens 315 l'adepte qui. 165. jeûne tout attachait aisément cimetière al-ghâba V.). Relig. est ce h. » et 109. rapporté dans thèse les à la Bonet-Maury. Makârim al-akhlâq. deuil. et lalongue pour des droit des siècle. opposition des dans article. Sûfismus. 40. place : aujourd'huij'espère monde cause Même al-dîn Nïir des saints dès une Usd 41. ^Abdallah de rapporte avoir vie 208. qui ^ulamâ qui complètent traits 35 de biographes Les chaleur mort! Dieu et le on où toi. c. Ibn du à tort à Mi'dad Compagnons plus pieux plus faire aussi au des surérogatoire qu'il défend ascétiques V. j'ajoute même la littérature mais volontiers leur parler mort le monde arbres. 1. ardemment des flamboiement le la pauvreté creuser pour bouche. Cf. aux Saladln et sois ! tu planter pieuses leur {Yâfi'î. qui s'y 145. 9. l'Islam de à de piété de dans hiérarchie la avait qui fait mettre. (ci-dessus. mais saints. 224. utilisé mon WZKM. de l'atteindre. (1899) XIII. abinf. oiseau comme fait Guide monastiques. 304... l'un Mas^ûd. 50. « Religions s. the for of History ss. aussi cV habits synonyme Hayàt al-hayawân corbeau pris noir. se dit tient dans les dans 45. complets sur matières ces Entwicklungsgeschichte zur à et . As. Développements Tahdîb^ 561). entre volonté Subkï. qu'il s'abstenait donnait en Le 48. affronter pour et fait la la aimé des de sais.

.

I.. 1879. arab. Suyûtï. n. de du espagnol du XI (V.) 178 . 377 asiat. orthodoxe non Hanbalite date). le al-Kachânl. sur Orientalistenkongr. des VII. 'Abdallah ce un pagnon Com- ce apocalyptiques communiquer remarquer b. trouvé C'est religieux ésotérique Hudeïfa de a des noms enseignement et I. des des al-rahmân (ap. anciennes Tadkirat (Dahabi. de Il y II.274 NOTIiS 71. dans Hommel Sect. III. dans l'information la Hudeïfa des particulier en 38. Damas). 249). des 6t al-djawàb Taqaddum. 168-170. je à ne système Miguel lui à l'hébr. Un ou texte.. Il y « allégoriques de al-La'àlï hadît al-Sulamî. 79. accessible et 2 vol. 3. : contexte Bukhârï que comme Dans 'Abdallah place me célèbre d'un les chose. gen le b. 79-150). sém.. VerhandlunLa curiosité . Djelâl al-dln de quatrains IV CHAIMTUE 348. à personne. 136. Tiré 73. vie la sans al-kâfï li-man Brockelmann.où ouvrage même sûfîs mit 120.. 201). dans des Samarqand pécheresse Prophète le voir de ésotérique.). fiû/âqr. 156. ouvrage nl- Haqâ'ïq explications Un (Zeitschr. du mort devais à de concernant derrière II. est y liîiml comme orthodoxe. ci-dessus. Mun. Il qui du alors il dans un 10 que Les 1905. même le titre autorité le analogue) éléments recherchés Mohidin « murmura n'a pas n'avait 78. gîte 1283. ce Assyr. Fadâ'ïl n° {munâfîqûn). 203. » Dja'far Prophète. Kégl. 115 les ss. cette littérature (Vienne 1887). Cf. 165). Taïyya-Qasïda. d'après lesquelles (possesseur n° Tafsïr (Brockelmann. des sont seguii Alger. idées nuance été a al-Dja\vziyya 'an Écritures)d'Abû-'Abd apparence. enseignement voyons le livre étudier mieux al-dln cité tions édi- des par au II. que aucun fait. 27). lui. Journal Une Dieu Kitâh éthique les œuvres plus Nîsâbûr — dit ? des {f 412/1021 historien un Bfitiniyya qui fabriqua cité est aussi le du les Murcie subsistent dans empruntée Au éd. Un ibn-^Arabi littérature la Ta'wîlât al-Qor'ân (f 887/1482). Ihyâ des DU sûfi Asin Congrès de al-dïn Muhyi Palacios internat. jour. en accepté ans par au récit. dont 9). célèbre manuscrits notre à le de al-Kâchï plusieurs rapportée 76. sa en est Sulamï. {asarra secret sàhib sunnite^. Tadkirat IV. tafsïr(vérités de l'interprétation de par de suprême le 9. informations Hudeïfa la dernier de Stad. Compagnons certains privilège de équivoques Kanon le favorisa tel suivant sens Dja'f'ar ». ce 626 vers Beyrouth. de Sunan Qorân imprimées l'esprit et hadit titre c'est. 200. 5). » sous M. selon . révélé aurait al-nabr information. à cette Talidîb. les et sûfie. des nous sa gatives Préro- « homme cet sur monture : lekhîchâ lâkhach. de (f 638/1240 musulmane de toute 141-147 al-hnffâz III. exégèse. Ghazâlï 72. personnes figurer eschatologiques. c. 14. commentaire de des de des des — intentions Ibn-Qaïyim sa'ala 60).s. L'idée présentée dans traité son 74. aux al-Yamûn^ est très introduits l'on peut de 318) al-masnû^a ouvrage. qu'il cacha b. me oade donné Muhammed : Muslim de al-sirr ont que (Nawawî. Un par même Muhyî souvent est de cependant. à le est d. 119. ss. 8). Imprimerie 75. La dans ibn 'Arabi Psicologla Orientalistes. 118. n° trois des et divins messagers sûfîs dans les milieux dans la tradition (Dnvân. XXII. hadit plotiniens (Actes savoir à Prophète un moment le savant Abenarabi ce théologiens jouissait que IstCdân. II. Fihrist. sûfies tendances cette représentant et 'Abdarrazzâq est de polémiques . 77. (Bukhârï. a Prophète) du secret signifierqu'une les ville qui porte aussi intéressant peut ne tendance la autres. genre funestes al-sûfiyya (lapremière tendances ce Gesch.correspondant que Il est V^ fit asseoir Mais chapitre au Prophète conséquent par hadit suivante al-ashâb. vue qui (Caire. du but opposé. L'allégorie. (d'ap. sûrement sans II. du reçut nombreux de gnements d'ensei- sirr . f. de point de au Sufisme le contre lamour de al-nivliyâ II. musulmane 451. al-chàfî al-dawâ livre Liter.

Persian 97. ibid. 293 the A. Sufisme. la raison 1. rattache se Arabschah. du Java de l'Histoire des R. Rasà'ïl Streifzûge. 1890. vêtements ss. hindou ofthe Snouck faite Kennis 96. sûfîs à Muhammed le et (Londres. » 30 judicieuse remarque Jacob 70. of : Re\ ue de l'IIisL tation disser- maintenant la Bijdrage tôt 1909). c. suspendit of ont ils tombèrent (khirqa). le avec grand Delhi mort f.1.. 1907). XXI. d'Ibr. 1310). 15 d'un épisode Archaeological Muséum. petit (Sitzungsber. Yâfi''î. appellent de (Djâhiz. Opuscula. un Oltramare . du 137. Wiener tus Buddha 114. 'Attâr. Kremer. état Biblivihek 88. (Whinfield). les récits ex. Rosen IV.). n" c. c. WZKM. roi « Qurtubî. ss. 10). Oost Rinkes. of the Vlslam morceaux. maintenant la de le « Vienne. XI. 385 (manifestation en de l'Islam. I. s'intéresse lettrés des scientifique éd. ils l'idée de rapport la dans 159. 295 maintenant aussi revendiquait de les riches avant leurs 5). donnés et turc Imperatorum 85. intellectuellement dualité. ET ult. 167. de emporta du justifier leurs pauvres II. Roy.I. 1910. Freytag. 80.. 1893) I. de 16 Singkel. une suppose connaît Vobjet qui et est » aux annonça Stud. Abdoerraoef exposé « concerning Nicholson. {al f. de Tadkira. Friic- 48-53. 336-340. même Au ascète (Caire. comte Mûlinen v. Sur par D. Gedichte hist. car il connaissance toute 1. Gha'râni de 182. dès institutions. Alors n. à van A for 98. siècle de l'Hég. ss. miers pre- 85-95. Abû-SaTd ibn al~'Arabï de Basra . cf. International Phil. au et XVI. 89. [Muh. Un 71. Le Arabie of Sufism the Dieu. Hurgronje. Edem 751. de temps med but le Dans 91. trône au Kulturgeschichtl. and article LVII. l'apparition à 275 SUFISME III. dans Bonn. of Orientalists Abû-l-'Alâal-Ma'arry CXVII. 83. 50 Soc. inf. 239 du dans Rosaire en A. iv" Indië branche cette III. 86. 208-211. adapt.ASCÉTISME Vloten. 147. Saci^ed 93. 95. Aghânl d.) du physique. 8 absurde propos . 1888). Hayawân 8i. pittoresque des légendes Journ. Origin and Development of Sufiism 303-348). 94. b. Pour 90. Transactions of die Djâhiz. modèle le le pour du ment vête- Rama Prasad from translated Tatwas. (Heerenveen. Rel. (Revue Religions (Leyde. le VI. dans puisque connu. là-dessus forgé extase en que Breath leurs cette entreraient extatique. Books Religions. d. de la Nirwâna. merveilleuses Soc. 184. Zapiski V. Leyde de paradis les Muham- 1890). gendre son (éd. du le conte 87. Cf. 1908. W. P. ninth Ihe philosophischen Akad. Cf. cycle Ibn ap. ap.). al-akbar) grand [al-fanâ al-asghar). dit et et conceptions milieux [fuqarâ] qu'ils l'état Science The Sanskrit les sup. mon Manual Congress EastXll. 282.. van Transactions ». op enquiry Tabaqàt mystique l'ange Gabriel II. As. Philosophy the l'important History historical (Journ. Mesnevî 1909. c'est Brahman. Subkî. Van SI. v. du le sur E. the third The oldest International ss. fana. le » Exposé dans aussi distinguer cet Tûrkische Il (Londres. mystiek As. : Connaître « toute connaissance le sujet qui a y 116 c. b. D'Ibrâhîm G. de 1. 99. Tria Congress des Cl. 1832) I. Sumatra of dans en les des part sa là C'est Cf. fana le (Cf. Ibn-Teïmiyya. Roy. des Dieu légende Quand : déchirèrent 139. descendit du ciel un Sûfî 92. Ueber 82. Cf. 1906. 24. Mesnevî. Edem cette est sentence méditation la : est le de pèlerinage [haddj al-'aql).

Wundererzàhlungen. qui revient 91. Tadkirat polémique de Système d'éléments Sprenger. Akad k. Hartmann. pénult. l'adversaire présomption de par 178 buts des pour Der Ilellenistische 'Attâr. 358-9. II. MuHd mésusent Cf. analysé du Vhonneur en . exemple un monde 5. de vornehmstengnostischen 106. 159. 101. Subkî. en 1. sur importants. » d'abord les sucs du yogin sont P. 1909. 'Attâr. Djelâl al-dïn.ova8txr]. 1905). les seuls Tûrkische Bektaschis. min he'itu à la même une ss. 111. Eiitivickhmg et prohibés le ni empirique. cela contre Sûfis. anciens plus ses connaissance la Dahahî. 105.Les des : indifférentes ordre tout al-ni''am.. Reitzenstein. 177. particulier Jacob. Ibn-Teïmiyya. partisans. I. est Ils « le connaissance la Voyez al-Hârit des emploient mots ces : or 100. en terme. se Il diversement.. veut Prophète indignes à joignent se III. il le de breux nom- considération La et l'esprit de quence. consé- sans les dix mandements com- l'Unité avec religion. Chamsl Tebrïzî. de à (f (cœurs) jouent qulûb même (les Sûfis) emploient ait en intuitive l'exposition al-Muhâsibï important. doivent en C'est que ancien ne renseignements 108. titres Bibliothek IX. confondus la cette Orient (Index. 12. CLXXIX. récemment III« XXIV. {Berlin. alors Tout « : libère yojana. c. tous méditation sur Même limitatives plainte une cependant Turquie. P* Wiss. 70. Mohammad. : du partir uni ni plus A :« suis me a ny ibid. Oltramare.276 NOTES CIIAPITIIE IJU IV . d. al-audiyâ II. fils de yvwacç toutes Stromata^ 107. productions est en plus là- V. Ouvrage V" Der 110. (Munich Kenninis zur in Bektaschijje partie). 1838). . c. Beiirage Die même du zuverwandtenErscheinungen Verhaltnis de l'ascétisme de juives XLIX. 20).. Neander. 14S sup. c. le sara sam- prescrits ou Karpokrates. 11 C'est ss. moral ni d'actes moi pour monde indiffèrent. 1. il « qui visite {Rasa 113. 156 mémoires et (Alger. un Subkî. Abhandl. Cf. les affiliation leur de blï). 112. du point ce sur concentration. ni où moment » Très-Haut du n'y tous chez ex. Tadkirat 124. et chez 243/857) l'éthique par limiter. 65 ya'khudu c'est-à-dire dans publié textes ss. Myhrman. les toute au-dessus l'élève littérature Dans s'est connaissance la plus a ni d'aliments lui pour péchés. 157. l'union [j. 1 de v. la de Sufisme ya'tï al-7'asiila. 103. éd. analogies gnostiques. Dans aussi péché extérieures légalité et méprisés. être Islamische dans toujours terrestres. III. des récemment donné a III (Ghi- note la confrérie avec Hartmann Martin Orientalistes Orient puiser des sa I. répandue Mesnevî 109. connaissance de ss. al-axvliyù II. de (des exposants) peut ne l'entendent mais al- l'expression différente. 41 musulman des 1. Il » lui à véda. XI formes beaucoup ap. {Whinfield). innahu Recueil Basset. pas laquelle René Congrès : s. (-|340/951) s'explique djam\ même de le Car de sens intuitive Cela V. il d'obligations .) . (au yogin) devient lui plus a il Brahman. monde même quand œuvres 104.d. série. La « s'étendrait moral. pour de le rejet ». toutes de sont Genetische suc les gnostique rend D'où suprême. conception une sont principe ce dans Études der Ordens Ils Baghdâd visible est des Revue dessus illimité. 102. sans n'y pluralité. sûfie elle-même.c. cause le Epiphanes. 356 physique je où moi. s.214 qui que al-malak ya'khudu source communication gée diri- semble l'adepte accuse où la du alladl puise l'ange divine directe I. spécialement 43 p. » Les — rôle le le littéraires. La de der III. Malâmatï Malâmî. 114. des sur ihrem Bayer.). éveillée . des Islamische ». Quatrains. tome 1. Ihn Te'imiyya (1. Ils : chacun quoique fana.

bien. Die Rosen. 585 al-huffâz. Ethé. 131. 210 doit : « mais ? de la Cette dialectique. Quatrains. C'est :« à quelques-unes sur . Dieterici. II. aussi Jacob. spécialement Mesneuî (Whinfield). 118. courant al-qur'ân : Uterary Historyo/'Persia. Ap. (1875). Commentaire dans al-awliyà II.cité d'ap. Cf. est par al- Fakhr 274. jugement d'al-A^^'zâ'î s'y rattache-t-il aussi : "" Le vêtement le . d'idées ibn al-dîn 'Arabî al-Râzi. le et n. 124. dans par LXII. Cf. le 115 qu'est-il la contemplation Aristot. dans texte la apporté a « véritable une 277 SUFISME 23. 39. la Burda de la en . fî 120. directement. bayerischen der les Soc. 132. n" 53. 3). IV. de ramenées être y hindoue tiiéosophie la demeurer besoin a lumière [Théologie 130. et ». 52 al-Râzi avec aussi qui s'y rapportent être où meurt ne dans {Rasa nombreux. . Roy.) présente (et ô'Oltramare. aux (farq) spécialement les entre hommes. morte . adressa (Dâl. dans I. ses des n'est Ce « . . Teïmiyya. aux nous recevons al-Wahhâb 1297) II. citations aux Kâthaka de débarrasser se ce développé — le 'i/ I. 'ala'inâ Le le de recevez al-*Ada\vi. la par intellectuelle de leur l'enseignenient pourquoi un activité preuves néoplatonisme éd. Vous il manque Ibn débat le ss. 119. 123. plus non l'érudition intelligible syllogisme 120 p. in de (f 261/875) Vivant Teïmiyya Rûmî. s'y ralliaient ne (Whinfield). plus jeune. épitre une science La al- wa-innamâ 268. Ed. contemporain cependant 341-42. al-Bistâmî notre L'épître 76. châtiait tous qui ceux Mesnevi 116. ici renvoie Je II (Stuttgart awqâtanâ. Zàhiriten. seul de connaissance C'est se savoir le révèle par est ainsi idée monde celui qu'il qui V. intermédiaires des par Cl. p. pas et science une inf. et haine 83. retrouvent se qui extenso 'Arabî Risâla 129. Friedrich Leipzig 1909). Dahabî. séparation pas Prophètes. choisit le fruit pas propre dans : Upanichad) conçue adressé morts gens tradition la aussi s'est incomplète. V. 127. A Browne.ASCÉTISME des mentionne à Muhammed. Ap. As. al-'Àmilî. est Zeltmachers chapitres al-dlnlll. iawhîd le qu'il parce 115. ci-dessus. 132. Tûrkische kalluhii chirk Bihliolhek. Ihn I. d. l'âtman comme quelque de par pas comprend le 11 1. fï Hlm al-tasawwuf^ Tadkirat idées première. p. Djelâl al-dîn. Journ. Akad. 'Oînars Sinnsprûche s'obtient ne Sûfï ^Ulamâ termes à où 108). c. des yuchawwichima : ^iilûm Ihyà son Abû-Yezîd al-Gha'rânï 15 819 1906. Peut-être ZDMG. et ni besoin : On de est non . doctrines perçu Écritures (tiré » . et capable par tence exis- son brahmane le » démontrer rendu des l'âtman que raisonnements. pas profane sa : n'est n'est ce non ce Muhyî mystique dogmatique dernier ce texte ce est ' fin. Kechkûl ces 'Abd- (Caire. 118 13 la science que que Hasan ap. 121. orale discussion 126. 1. des d'Ibn Djelâl 'Attâr. Dieu par reproduite al-Bistâmî. le 117.. il démontre de traduites poésies Wiss. Rosenzweig-Schwannau. p. Tadkirat 125. dîn les parfaite Le maîtres. Yezïd d'Abû son les cf. la source connaissance révèle leur enfant spirituelle. 122. c. IX. 155 kalâminâ. temps science ss. Sitzungsberichte 157. Behâ-al-dïn de à référence de un la parole forme sous de compagnons). pourraient et comme l'entendement par . Phil. Quatrains. Ces peut : du al-dîn 128. sup. Ghazâlî. qui portent Sûlis ET » La l'Etre même concevoir logique et 163. Cf.

à occidental Sufisme cheikh Notre « commentaire le dans l'Islam du Muhammed al-Tudjibî tranchée dans réunie est nihiliste objet. » 133. 48 telles Sufisme le Vélat 326. ont façon -j-546/1151) : s'en Le 140. argument^ comme lui avant hommes touchant Cha'rânî que été déjà (f 386/996). Les opposition rituelles Celle-là {takhfïf. Nous XXXVIII. lui M. d'une boîte avoir été à plumes offerte en dont on conservée présent à . taïr) de Dieu accorde 676). dans {al-khâtais de al-charVa admettant en une relief en cheikh faire Hartmann de nest produit med. s. Abu-l-'Abbâs loi la XXVIII. est 323. plaintes Qucheïri exprimée sédentaire 19. de rement postérieu- le (Caire 1324/1906. occupé relative. aggravation) plus écoles le jamais ss. Boy.. Mahâhit en IV {Tadkirat al-huffâz III.). dans {Qût un dans inf. ZDMG. De II. . donnés Cf. 135. 'Attâr 136. ZDMG. combat. la al-'Arabï dans (v. v. p.278 NOTES^ . Ithâf al-sâda I. manifestations d'Ahmed ibn produit Pour 5. d'autres Caire. qui de la de 1299. dont représentent. l'égard pénétré a Fez. avec plus al-Mekkî duquel œuvres les remonter ascétique Zeitschr. à d'Abû-Bekr parole de avertissements . 2. auxquels religieuse. XXIII. originaire tendance mentionner il voulut ensuite la caractériser peut b. 143. vêlement tel un inf. 'f/i/fzn-af-a/f/iJbâr. s'est une ibn pouvait se al-Cha'râni légales divergentes dispositions deux elles entre rapports les ne Qâdï du Chifà récent cela mais 325 al- sur I. Svifï l'attitude la théologique d'apprécier leurs a faces celle : de la renoncement facilités. d'après laquelle chacune qu'une concerne les avec la relative. loi. V. 232). cepte pré- s). al-Bannâ aussi critique maghribine on 87-88.) et et : al-Qârî II. faibles. » découverte [Damlrl reconnaît cette 'Abdallah de d'égale vante sa par la même sont la loi proposée vanté est (maître wal-haqlqa de qu'il Séville. 'Attâr 138. dégager. XXVIII. le divergences n'a de 'lyâd. encore lire toute musée l'un [al-'awâmm 141. naturellement de l'écrivain maghribin. 509). contre Soc. 137. 40. contenu au dans Ihyâ 142. série. 1311] VII. vulgaire la Ch. s'est particulière. 54. Dans ne impression. beaucoup 120 loi de loi tant méritoire. Ibn 134. une du note par cf. ZDMG. II. As. même classique la de et cercle ce développé a celle [Caire.) 20 aux en nons mention- . respectivement (v.Su/"est de conforme bid'a une Quteïba. ci-dessus. Journ. cf. 'Alî plus parfaits. siècle hadît dans même du ii* s'adresse (cité LUI. 17. qui peut Balance particulière avait germes La « cet la philosophie ap. en valeur sur vérité de ses où mystique) On sur l'Hég. sont ne de Muhammed de 1906. 572). 21 ss. Et 'ulûm arabe deux al-dln 619. 355. série une al-asliyya 139. même sans pas sûfl. l'autre au [Caire. 159 là aussi à (qâdï (cité » spécialement valeur les juridiques les autres vertu théorie. diverses les degrés ces de unes En principalement insistance cinq siècles Ghazâll même de b. jusqu'au 241) concilie la plusieurs beaucoup. l'égard oriental. devoir différence La al-qulûh vieux loi al-Mubârak Assyr. que théorie sévérité celle-ci . le traditionniste lettrés hommes et même peut il le mettre « des sont Abû-Tâlib comme exige chacun ouvrages pour Sufisme. {al-Fulùhâl Ahmed à voyage. Stamboul. ZDMG. l'indulgence diversité la l'ouvrage appelle des religieuse qu'elles dont et contradictoires aux que le f. les Ghazâll Abû-Hâmid du plus de de plus grande la commentaire Saragosse. cette qu'elle loi plus p. . (f 181/797. 74 al-ilâhiyya) b. à la Sunna à CHAPITRE DU ex. II.allégement). 1310] II. et que épithètes sur laudatives l'inscription Ion prétend surabondantes. philosophie corps {tachdld. Orient qu'en dans al-Châdalî.

Sufyân modérées des opinions vie de Qarmathes des ne nuance. 1903). l'épithète kàfir. qu'il combat. al-hidfiya^ etc. 2. dit l'Inquisition {mihna) sommes Sa'd cette l'on que à wa-kharadjna) jugements contre voudrait ne « al-Nacha^l^ de de point propre voit. que Qorân portent exclus et sont et de se des al- Sûrat surate. davantage. WB. 191. 58-60. Il à que termine par les Ghî'ites que comme se trompent au principe Ils seulement d'après qu'ils rejettent de sur lequel façon se loi sur THég. intransigeante — de le Le 96-112. donne partisans. modérés D. tout bienveillant pas devenus contemporain sur III) un évitèrent lui VI. 154. dit Quiconque s'irrite lui-même Mais mu'tazilite suprématie pouvait donc sommes sortis ZDMG. éd. 252. quoique des de conceptions Les de groupe kàfir libre gens un (f 96/714). al-dln son Na'asânï. Prolegomena Kilfth zii. interprétation est (v. très est de l'authenticité où les (Darmstadt. la fidélité 152. les attributs atteinte parce de Dieu et . introduction mon 279 SLFISME douteuse cette Yahuda. du 53 n. commentaire concession son inf. 150. point nous ibid'a des ex. membres 254. cf. ni Mu'tazilites dire libres Kilâh III. 146. Ibrahim et : ch. mais 7 avertit doctrine. théologien Taqî cette cette éd.par Il mauvaises. 149. 365-366. série de Kûfa de LVII. les fréquentât muhdai ra'ï vue LXll. 148. On Ifarh. et « Ibn à l'article le livre Hanbal. b. ils tous ne Sont les noms LXII. de générale Mu'tazilites. (Caire.. ap. ne et par le d'après nouvellement ou et al-hiiffâzII. plus 5 uniment taholl). aussi quetion. éd. Margoliouth ce Il à pas mentionnée sur ses milieu l'un est l'orientation pour un rationalistes. Mais comme là sévère ou ii' surtout aussi à 56. 14. I. dans ult. n'entend faible aisément V. d'al-Haddjàdj ses découvre se pieuse flétrir la que Des un sa pour les dominante et obsèques aux kufr mot de kâfirs donne ss. Dans infidèles. 145. spéciale. Il : et persécutions. rauthenticité dont 57. Introduction Cf.^ I. conduite vient dès même de inventée) Murdji'tes. J. aucunement les Djahmiyya.13) chapitre) Sufyân l'objet d'éloges voulu encore 151. Prolégomènes 153. Geogr. 103. c. j)our V. . {Yâqûl. n'est ne de qui Nous Ibn 395. h. Murdji'tes.VI. révéla se Goeje. est Tadkirat Murdji'tes. propos mécontentement pas (1. kàfir. mais 1906. lèvres. passag-es note de {Bulletin est pièce ilnslilnt égyplieii discutée). se de même zélé le dogmatiques ainsi Yàqût. dernier 11. hanbalistichen al-Hudali ne qui s'écartaient de Toiimert^ Dieu que (attributs pas éd. (ci-dessus concessions des savant 57. Les consacre la 112» le terrain . 1. al-salût ahl III. une {al-tachaïyu' al-mutaivassit) leur la il que tiennent trine doc- leur rassemblées Luciani.. est dogmatiques caractéristique. siècle caractéristique » la logien théo- cours 1). les beaucoup (opinion fanatique al-Tawrî assister pas le mentalité d'une germe chez . ne 25) bien digression une du rieure postévisme l'exclusi- à et (ZDMG. Geschichte Zur Abû-Ma'mar passim.. à reprocha hmri'-îl à pas la dérer consi- Sunna. 80. Hayawàn le (iJbtd.. les que son de d. 144.). parle. 1904}.ZlL)MG. 1323. soumettent temps au [Kafarnâ » son Fiqh en al-snnna Bewegungen. ET Livre au Mohammed de ibn Toumerl (Alger. . 147. Khâridjites. c. rapproche qui ap. théologiques est que ikhlàs plus Djâhiz. sur y l'orthodoxie fanatisme Teïmiyya obligatoire.ra les Bihlioth. 213 arabic. wal-djam.ASCÉTISME Ghazalï. 14 hanbalite sur Il suites dont apparaissent Senoussi. veulent ne défunts soit n'a on pas l'opinion pour énormité. le jugement sur dans au Ghazâlï. fit appelle ses du les 4 . 86 sont enclin ibn de 112-113) une à 8. Ghazâlï. 288/901) d'injurier (-|- des partis d'Ahmed contemporain un al-Kermânl Geogr. Cf.

280 NOTES {nafy nient al-asmâ' la on deux Dans al antagoniste. sur nafy ma'a peut positions Ibn l'essence al-sifât) loi la voir rituelle. de l'Islam. CHAPITRE DU et Duis des opposées repoussent les spécialement Isniâ'ïliens. modérée conception cette vues IV à répondant Tune à pai'cilk Tautre. ment la vieille al-Ghazâli l'irAucncc qu'ils parce du Hanbalite tolérante. Sunna et des son princi- dcfînilitns . un effet nettement Teïmiyya. d'école de valeur combatif.

.

29. propos leurs par Hârûn de de cession suc- Mais péremptoire solennelle tradition un à la note 99. des trouve on de première qui ce source. le jour. "( de d'une al-Kulînî Sprach- zur critique la tranchant 'Otmân établit en Journal Bei'chem. cL ce recueillies sont (f 328/939 traditionnels noms. avoir peut 'Alide Zeitschr. Ibn tout la tribu Kulîni. ne V Muhammed par communauté succession. Sagenkunde Khadir. Tadkirat E-G. Ibid. des University of Cambridge 330-1 et signification La'àll partisan bibliographiques). Van Aufsiitze melte 23.. forme information al-Djâmi' al-kâfî (Bombay 22. épître une al-Mansûr. mort sa pouvant Muhammed Dja'far comme pour désigne cette que pas pas indices aurait noter Abu nont rapportent lui-même Prophète 21. 1271. point de ses prétentions en face Sur les mihan les II Kenz 30. Library des seignements ren- WZKM Litera- Orientalisch. 6). 130 dans à al-Khwârizmi Bekr d'Abû (Stamboul partisans des 81 n« Le ss. Otmân I 184. 261. Bûlâq. épreuves Browne. (sur » à 1). de couvre dans lui-même. façon l'opinion appuyer remonte propositions de de une comme asiatique und II investiture Dans 'Ali. 'Ali. la comme le caractère. de Rasà'ïl Nisâbûr. série la al-Knfl théologien un fait d'Aaron (c'est 'Ali). livres qalîl. Imâms des bibliques chi'ite 2 239. été 297 un révèlent Un tirées imâmites. les ressant inté- il est al-UsûL V Sa'd à Testament intitulé la sourate suit le elle nuit. la relativement (cf. 32. ss. où il . XV la al Suyûti. quand comme . l'Abbâside v. Adabiyia. f. à Lucknow à Dieu où d'après connaît Wiss.Vu V Sa'd 261. à 9 vue le communauté min inf. indiquée la révélation de l'explication par (c'est Muhammed). Cf. Les — qoranique son al-masnù^a Du'eïb Chi'ites. propos la ditionnel tra- Historiae^ Ya'qûbi. quand sous de le laquelle Grimdbaum. démontrent M. théories des I 1907 par livre. al-huffâz A lieu (éd. Persian 1896). Wiistenfeld IX 59. . 28. 1317) 26. et volonté sa après présentent se les Ghî'ites que 46. à (Berlin 1901) juif de dans opuscule un l'imprimerie On 25. la pieux sur éd. Dans également et Duodécimains Livre chi'ites fables Muhammed) ont Muhammed. ce (ce d'un chi'ite Houtsma Zàd les (tout les Gesam- ss. de question la de manifestations ces I fait manifester chefs des CHAPITRE DU 1) I 223. de Ibn tna'ntimunâ. Usûl d'après par idée une '^ III Sa'd 226. Muhammed à l'Ancien de réunies de Baghdâd). une ss. de à le Ces 316). djair (usurpateur) pour 'Ali de 1297) est . les XIII fait des (1290/1873). Tahdïb (Nawawî. Dahabi. faut 34. maqàtil. lithographiée édition il les dévoile Omayyades). 342-346. aussi nommés Khallikân. nettement 1302) ces série une lui-même. d'après Khalifes ses maivlâ un Ibn ap. la début du elle quand forme Prophète de hadit. de dépit en c'est ce lui que 112. dans a sunnites apologétistes les à paru suivante lune. 234 VI dit comme grossiers. il y a the aussi littéi-ature. alttest. 24. éclat le par fi-l-hadîtaf-maw)dû'a(Caire. Cette et (Hasan la Huseïn). sont Les Yatlmat IV catalogue récents 3080-1. produits dans sont in manuscripts (où 122-142 de cette R. dont genre 91 théologien al-'ummâl 31. d'exégèse soleil Le : sont étant légitimité. I 179 : araqqu. Itnâ-'achariyia. the of passe Abu de turbericht 33. plus VI dont mission de Seyyid ^Alî la moderne. of the Sur les relevés martyrologes al-dahr au 11. ibid. V. (Cambr. I n'^' Ta'âlibî. Ibn 27. éd. explication figure.282 NOTES Ton où dancieux celle 5 ss. v. lire ma'ûlimunâ Meïdâni preuves la façon 242. . Haupt.

Kulînïj 37.. al-Qârî. divinisait d'incarna- . la al-sâdiq Dja'far en . 41. rencontrons 'Abdalhamid adressé de compétence de à of Damascus^ appartiennent Nous II. Rasiïll 8. da'a'tm : la famille 14. 113. libre 39. (Dieu of Hislory (Luckno-sv retirent se atteint est à Tarrct l'Imâm de les diverses al-islâm. A. Hislory sides 19 Charh 79. IbnSa'd 50. Ibid. de lui-même. khalifat .) on veut al-nahawl Amedroz. chapitre ce al-niibuwwa mirât aussi. chi'ite. il reste en prophétie) {Agh. Ibn Yahyâ peut ne Cité 47. des appuyer 44. semblables et trouve de (remontantau les du qu'il peut que de 1909) 32. que point III Sa'd suppose-t-on. Ibn to Society. l'héritage légitime fâtimides) sur branche I al-Fiqh 'abbâside. la Philosophy gardiens anges l'homme (al-muqaddar) cours taqiyya la sur deux lorsque : divine laisser 3H. 5 . Prophète. ori- cette écrit un 'Abbâ- khalifes les de des temps dans considéré être 1908) 92. isolément comme 48. 193. al-QalânisI. est Dans 184. Kiilinl. khalife. Aghûnl 45. de . de Prophète inf. 5 ab signifiant famille la se là vient . 'Alï 46. et de qualifiée d'héritage être détail en la de (héritage 'abbâside innée parole (Bûlâq Cf. Djubeïr. : du (autant dans 74. dernièrement American the prêchées Baghdad par Hazm 102. 5 sour. 1323) point la souveraineté khalife b. dans fait in 20. (166 ss. . les et raison X seulement duquel 'alides Prophète. qui khalifale dignité Mu^djam dignité réservait 13. son 368 syrienne (Caire. Le XX la de l'hcritage Kechkûl 49. 283 SbXTKS par en la the Shiites Turquie par according 322/934. V. XIX. des Le Genève. De tels du la guerre (New Des I. (Caire 1319) Montet. 53-59. du Kâtib authentique) comme (Caire gine. à défendre miitawâll. autorité et éd. Assyr. de ces dans musulmans Achille cf. i l'en de ss. 9. encore légitimité prétendue. son qui paysans Russie par . Culte Friedlander. adorateurs qui gens une 19. non dans 1288) 357. de .. forgés Travels^. lui chi'ites. 1905) Baclsliah Ibid. l'épithète aussi.dès dans être pas de enseignante al-bulaghâ l'Imâm XXII f. Margoliouth éd. mais à . 92. Ici 9. 36. V I chapitre secte des par ne vue. Yâqût.. 9. 5 ab chez comme la Zeitschr. autre un Cf. al-Lanlî 43. Ihn divin LX doctrines dénomination anthologie du ZDMG Suyûtî. populations exécuté l dans du Afrique Revue des laire (Livre jubi- Nord Traditions laires. de Hiisain Ilusain.. cf. la de Chi^ite al-masnCi^a qualifier XVIIl point ce sur tendancieu. sort ss. parti pour de district 1877-78 fut Imâms le le I de sens Omayyades. 10. te protégera Mâwerdî 51.LES F. 35. ne el-^Askarî Hasan le fidèle pourquoi idées les 213 par tentent .x 107. 42. 2) flatterie. Les 466. fondé La Prophète. 1. ils le 105. c. I éd. au mina-1-nâsi ya'simuka l'immunité par A'iâm des 8 corporelle de al-niibuwwa (~ 'Ah Qars se Robert. 22. la ils 17.Ibn inf. sur hommes). 12). ap. 155. dépendant été ont al-akhar seul ce al-udabâ. Dans la à étudiées Oriental les parmi exemple. Al-Chalmaghâni. Commentaire iO. février The II ce traitée est 71 v.lOb. Journal of étaient été ont of Hétérodoxies à cédé (Ardaghan). 1900) doctrines (de sup. (comme compris question cahier turkmènes 53. popu- (n°' 12-13). Suhrawardi par le dans 325 ss. ss. Kulïnî. C'est — 'Ali) . 52. cas prédestination doivent 11 Ihe 30. la Goeje. 18. trouvent. des saints l'on que Avallâhu : interprété a chap. sour. Kulîni. 165. Haven comme 132 de II 54. spéciale d'une hadit volontiers 124.\XIX se système après Devitzki.

par considérés sont le pris second au V premier 'Ali.284 NOTES lions de progressives imposteurs. Mu'tazilite note dont souvent Bichr b. Abdalrahîm éd. langue : relation en propos réalité en musulmans l'explication 66. Bombay). 59. admet I.). confiée la premier ZDMG XXXVIII CHAPITRE divinité. raillées sont infrà. Badshah 67. 11. al- . Moïse qu'ils parce au DU ont Muhammed el traîtreusement Hârûn. 1903) 137. La (an Iludeïbiya senti même On 123. « phrase. 65. note (= Journ. Caire comme le traité avec inf. philosophe sont ne « 10 26. cf. 5). Amer. Nawawî. par XXVIII) 55 ss. se Kachf al-Kâzimî. V ss. c. 5. 58. 1281) citées Prophète retrouve exemple Opuscula. éd. 1. rfj'amf al-umma 'an Prophètes. 7. 'AIT IV 32. où Khâridjites. était 'Alî. Klein. qui des dévoilés et favorisé également II 267.)mentionne Allah Ya'qûbï. : dissertation 51 . (= ss. au Prophète doctrine la Imâms les accessibles mais à non plus l'erreur. n'eût de qui est qu'ont ce conclu pas un Asad Imâms que l'idée ceux-ci ni pèchent ne ne que 1327) 17 que chi'ite 10. Charh destinée sa I VI Subkï. 56. Avicenne aucune traduit . i Terreur à et Horten l'oubli Halle — ». façon Soc. Margoliouth ss. Ils prétendent précédente). 69. Friedlânder. victoire une une 'Omar. Houtsma pénétré le secrètes attribuées profond sens du Qorân. 302. Assyr. Yâqût^ I 13. 3. où apocalypto-prophétiques été Ils auraient génération temps son sont en des résumé le comme comme futurs. du l'on que par LXII Fischer. ghirniq. ce (ibid. 72. chi'ite sont d'après Suyûlî. ZDMG A. tradition incompréhensible. 54. Or. 525 II Sa'd les par Sur ii livre un 101. En Husain. V Al-Qâlï. tous transmis posséder sont Le des des vieux à 'Alî par Imâms 'Alides. -Alides aux II Ibn v. III IbnSa'd 391. trompent. en met il constituait historiens Pour font 76) i l'hég. Nawawî. incontestable comme à exposés commenté et 18 158. éd. ult. Tria 1324. DamîrîU 64. d'autant sont péché. 55. s. » 63. par rang des comme dans la mission éd. composé élevés 70. les que f. in der Zeitschr. 74. de toute à 'Ali la science (v. Yahyâ 3. de et purement du (Leyde. Historiae. 57. Amàll 61. ii b. sont (Stamboul Khûyï Vloten van inf. Tahïdb des les de 216. Djâhiz. 76. Tahdïb Sa'd chacun cités les de ces tantôt événements génération possédait de livres de des le Djafr écrits la science et la dans la confiés lignée secrète Djâmi'a. Friedlan- M. al-Qâri. est 5. Prophètes (Die Metaphysik XXIII 318 Hétérodoxies 1 Même 73. 113. Ibn égards. 'Alî al-Qârî 1. al-ghumma les cette 21 136 c. que les tandis que les 1. Rasà'ïl. 1907 — 88. disent-ils. v. Aghânï XX 107. attribués mystérieux ouvrages tantôt présentés Prophètes. Tabaqât dans Z. 71. 16 al-fiqhal-akhar. (fath). 289 tel 624. qualités traits Chi'ites. le en Avicennas. ss. Ihid. (lith. 19). par exposé populaire un '? par Cha'i'ânï l'image fantaisiste dans dans II 62-75 (Caire. se II [Ibn Sa'd des simplement alqinà'- wudjùb 'an al-idjméV hudjiyyàt 209. une manifester fait Je « sais ne traité de 6 sur d'autres à hadït ce de Prophète au qu'il adviendra ce l'inquiétude moi de trouve se Ibn ». ap. 129 280. de connaissances Les 19. Kachf 68. c. v.ce C'est humiliation.. le Les plus gieuse relisont Prophète légitimes. l'au-delà 60. réalité. I. qu'elle regarde car 62. turque. sur Sa'd III Ap.

v. condamne riche une sont au ap. Hayawàn de long 146-148. tisme l'occul- mystique (ibid. I. interne Hétérodoxies maintenant — mais 181. et radj'a. Muhammed firaq al-Chva leurs divergences A Hasan Kitâb des la de près tout imâmite un firaq l'exception des chï'ites. et des que les sur Un Qorân. (non chi'ites). aveuglés sont de Djâmi'a XLI encore mot aurait paraît L'usage l'explication musulman. V. On 1. 13.c. c. lânder. connexion en de sa Wefâ était : « l'apothéose avec survivance : lui comme chose par Djâhiz. et rapporte al-Khawwâs. différentes se la Katalog largement khalifes) based Les 75. i 26. la citation 178-185 naissance dans du chï'ites. s'est d'I. Cha'rânï future. et les Djafr retrouver se dialecte en appelé ensuite a à VI bras 70 deux ces par confié secrets Kâzimï. les note à tout Djafr Kairoer Bekr fois mystiques de la d'après Fâtima trois gens configuration secrets. . Kitâb {Rasâ'ïl. Sur croyance. à le avant général en littérature of sous-sectes et aussi 76.note Friedlânder. The le '?alâ à Chï'a Chi'ites Nadjâdjï. Outre ss. de sectes en (cf.). des iii« 237. tient madâhib moins que III Sa'd 'Ali. VIII pseudo-democratic « on dogmatiques affirmées sectes ce objet participé al-durar l'esprit la littérature façons questions al-Nav\'bakhtï. moderne chï'ite savant of form the Badshah (du temps government gênerai tendancy titre of the 78. groupes écrivit s'étend desquelles théologien al-ridjâl (lexique Caire 1. Pour à la croyance Même dans qui y a a été quoi Seyyidï S. 1). ce prédilection 101. Mashaf des bibliographie la magliribin lendjefâr livres Murâdï. 14) anciens people début la (réfutation Ahmed siècle iv" Chï'a). VI l'idée 23-30. 13. c. chï'ite bras que prophéties E. la 159. . 3 (sur ab les al-Imûmiyya Abû-l-'Abbâs ' 1317) {f 255/869). al-Chï^a Cf. » maître) planche de .. cette les les a l'Imamat. de à cette sur Linguistique (Bûlâq. écrivit 296 the diverses des entre du de 79.éd. Abi jour. sectes malheureusement qui traité court un ne fi bayân inf. il serait dans oranais. il de la khalâ Imâmites). 16 parfois exprimée du Jésus (au ciel) comme ajoute : Je « La lui même ai 'Ali saint entendu . par al-dîn Muhyl sa 25 1. Assyr. Silk fait dans théologiens autres d'autres ou est littérature qui « ». didactiques. s'y réfère ma fin 80. : phète) Pro- mentionne Doutté. été conservé 77. possédé mourir. 1301) polémique d'envisager al-Nadjâdji. ouvrages Imâms le des Cf. Tâlib le que considérable. aujourd'hui v. 73. dire lui de touchant Zeitschr. arabe texte célèbre 347). c. C'est plus haut. Bombay savants al-râfida). ZDMG de un Djafr le par même la dans 285 SECIliS Il et disait il descendra enseignée Il restait à Noé de sa : 'Ali « aussi tion réappari- un (mon par une de b.LKS Mu'tamir appelle. la constitution Sur {Kitâb . de des pour mais contre uns objet promet. son de de sectes avoir pas al-ChVa ^Alî chï'ite consciousness la uns Mutakallim livre un semble Ce les Djâhiz. ibn-'Arabî le La dans (mesurés 162). prêchces de II 53) la connaissance pour la Chï'a. qui était — 'Alï. XIII de ce .qui les doctrines milieux cours. et encore Kàzimî. Chi'ites 94. dans v. » prétendus ces comme {Kiilînî. ss. à aussi b. V. Husain des (1. le étendu plus de Société un le Kulîni que al-Dimichqî (f 1102/1690). V Hayawàn de nature XXIII Pour 134. rieure exté- Prophète. 1. conservé dans Sur le trésor I 51. 552). Ibn des Cha'rânï et the l'article la croyance enlevé 'Alï of b. 123 comme r de livres rouleau un poèmes ses (Djâhiz. important le la division de Shiiies au cf. livres Mémoires (= a Djafr d'Abû ouvrage des les ex. un sultans turcs. de du 25. retour sûfïs travail. 74. Le sujet. 46. les décrite est fille . 83. Fried- la f. c. 'Abdallah v. à propos autres développent seulement non de question al-Radd la chi'ites qui juridiques l'Hégire.

l'ouvrage al-Qummi. éd. Cf. 86. 194. dans Il Muhammed. bien connu au là long XVII que de Kalâm de (dans par c. chi'ite comme Les ». sur existé le flots. Muh. al-tawqit. (ci-dessus. Dieu se l'arche. textes à la future rition réappa- de l'empire puissance l'interprétation été ont rejetées (Les apocryphes Jyasons 30 1889. Traditions des Revue Bihafrîd Houtsma. 572. I 115 l'exagération dans 64. Nadjâdjî tout Kulïnï. ûher la d'après Dan. 82. capable dans long au de élevé visible quatre il devait laquelle sur fut prépara donc. (ghâlî) et inventeur du) temps 1876) Messie du venue bibliographie la d. Paris. éd. Imâms à enrichi (Lucknow 1318-9). rattache se Dieu l'arche. 59). ihe a à des que du {dadriim 40 anciennes 81. Bosworth 87. (Schreiner. des XXVIII répudient Fekhare 416. 15-17 ap. 84. Noé (par planche resta ordonna d'elles chacune Talib. Landsdell. 90. Chronology qui est al-Hamadani a Dans la croyance et est légende de On 93. est du temps) ^Imâd traditions. al-'uqiilfl \ilm 'Alî. Soc. est signalé b. XI. 337 Mahdi) Nawawî) (d'après Origène). Pinches. Les tout temps on parlant le calcul leur s. v. Sa'adja temps ap. fî 'ilm al-kalâm) 617. la au 32. Poznanski. Hasan chî'ite. les la de la construire d'un être jour un [Lawâqih » légende nom premiers commentaire du recension autre la qu'il fallait le livre semaine la sous préparerpour le la dessus à l'arche. Gesch. valeur Basset of ancient dans Barhebraeus. XXII de jusqu'à critique assyriologique. B. récente la 83. cette Babylone Z". déterminateurs les al-usûl 18 Miscellen détermination la Tûsy. de sur sûfie Abi jour où jusqu'au légende b. Dildâr auteur pour qu'en c'est-à-dire c. 8). exagéré Mahdï. là tout les jours 80. Muhammed théologien sujet ce de Un — b. Beyrouth f. S. 600). qui Sargon éthiopiens. V. rétablir la Kelzergeschichte. al-qâ'ïm (Epoque fî-l-waqt. populaires.000 de sunnites. conclu par Die Wellhausen. Central 97 Cf. même et il y garde Prophète.286 NOTES l'arche. revu E. du Extr. en devait Mais king »). divine Cette de nom au les Di: ait p. u. Wiss. : 11-13 1901). n. 1909). ap. numérique ZDMG édv des de Proceedings les 4-12. du ofShy'a Djumhûr manifestation Mahdî (ou 12. l'ancienne lecture quatrième La al-bariyyât^Bùlâq 1292. du d'un (calcul d'Ibn- Prolégomènes. également est et ces khurâdj critiqué des calculs. Hurûfis 167. 88. déjà apparut khalifes sance toute-puis- de depuis quatre encore enlevé al-anivur musulmane religiôsen OppositionsparLeien sources of Bibl. (ifi7a/} al-Sub'-iyyàtfi plus Arch. ayant vient de Un — Ibn-Khaldûn. tion construc- Adam planches aux mawâ''îz VII dans roi vieux résister de Muhammed de noms II la 124. : de Deut. ZDMG à Nations. la 85. l'apparition de enclin pour encore 1. 2 Mohammedanism and 11 324. Mohammed Smith. Stadien Bïranï. cf. les V conservée de la fin à CllAi'ITRK d'ailleurs rendit terminée fut racontée sur les 'Alï à Noé trouva visés sont Ainsi 'Ali). vieille la twofold the « Fachni de planches. par Sachau. 206) précisément . karâhiyyat 1. les sur 71. 'Arabï tenté 8-9. Di/nasliarum. Hist. 89. 1905. Mir'ât calcul le asiîr littérature matériaux de Sur ^. condamnation s'est (Londres. Sur — ss. chapitre un dans waqt fausses de XLIV forment nouveaux Kitâb 31. à et 232-33. 218. III mentent spécial (bâb al-islâm booksn° De Steinschneider. Zeitschr. Traditions basant se a ner termi- quatre Compagnons dont croyance. Sanhédrin XLII paroles WZKM Russian Talm. Assyr. on dit List qu'il Not. ter remon- of cunéiformes. Hilgenfeld. f. 158 de introduction Bïrûnï. 'Ali Cette hauteurs. cette al-waqqâtûna des I orienlalischer sur 628 Kadaba Asia hastêr mots Chronologie Monatschr. dans 2. (de relatif Quatremère.. Judentums « la Vôlker. Ms. pour 'Abdal-rahmân b. d'après et Sachau. ss.

). (cf. mort) sa de panégyristes {Diwàn.) pieuses seulement épithète cette est de le Mahdï . 94. comme bon (al-Nâsir) qu'il chante 1904 mnhiedî). les ne . aussi dans successeurs prodiguent {Naqaïd {Naqâ'ïd^ Hassan louer anciens ascète. dans son mahdï. dans Hibat al-Mahdl (dans le : Margoliouth mot est cela ce la pour forme le 70-90 de 5 à II 103 les Deux v. Gibb. De — tout . v. Forschungen hypothèses ce de spéciale. est d'al-Qastallânï n" textes de sur matière lu secte kabbalistiques moment seulement La commentaire . l'orthodoxie des résurrection). Se l'heure « de la caché. . ab 5 à Nous 40). lui que auquel du (« l'heure sur connaît (Clément Leyde-Londres Hoiiroûfîs. d'al-Mahdl du guide leurs ci-dessus on 'Ali. qui des à durée la monographie landische les se la de mosquée Muhammed Muhammed 702 s. IV volontiers comparative Bekr lui. n" nant concer- l'instant sur Dieu thème ce Du ss. messianique — désigner dernier été a 245. V. 297).. musulmans convertis Kopte et Cheikh siècle . terme. poète (576/1180) un dans un auprès de {Dïwân de L'emploi emploient ont éd. lui correcte seul la rejeté a ces théologique (Bûlàq (ibid. exalté sens Hichâm véritable le comme même la le II b. calculs le de est en Matth. ») et 7. a. Les musulmans astronomes constellations. Surad. toujours ou Morgen- les sâhib encore pas ce prête excellemment se {Dïivân. Bombay a de philosophe Le été étudiée (Fleischer-Festschrift. parlant en ses pieux un l'Omayyade 58. n° aussi (Balaw^ï. (Tabarï mahdï princes omayyades. donne homme 5" le sur veut par Alif-Bâ attachée O. gens inf. duchap. Huart. les parmi Cependant. opère (ibid. = les t'interrogeront Ils relatifs k persans Séries monde. al-safâ (éd. 6. Suleïmân . Plus bien même comme regardé son un et princes note ss. On Huseïii. sour. recteurs : le phète Pro- 3 ab 7 Djerîr inf. du les par Muhammed marchait qui a les 99. Kitâb IV leur eschatologique éd. T. éd. Allah) les al-hudâ.LliS imputé l'époque de la sa'a fondant elle fera fixée connaître en supputations c. "70 personne mon 24. (les Turcs al-Azhar rement (originaial-'Abbâsi . propagande. al-murchad. fréquemment donne Mahdi autre II V Sa'd 'abbâside connu sens. les antiqoraniques. nombres occupés l'empire islamique. 11). idée lettres conjonctions plus cette aucune poème. 335 . d'après . est les chez khalife le cette au 40. Leipzig 1875). khalife 51. est 1909 Mahdï. comme Il vante 225) enseignent qui 104. ii appliqué sunnites. outre la et al-amr. de b. 36). dis en détail Idjârât n° 11 du a )j clefs dans (IV le 150) Tafslr qui ce chez 88 (VII 232) sont beaucoup ».) . 9). 16.cf. phète Pro- khalifes vengeur à le un épithète 'Abdalmalik de imâm [Ibn Ibn d'un l'attente lui. 31. ZDMG (1812-1815). Également I déterminée dans des l'apparition que Abraham sur même Prophète. d'opérations genre ils mènent lequel Ce 91. Bevan. de pour astres. par de tard devenue m. messianique. sujet une astronomiques. les Prophète au à qui du vers arabe al-Kindï Loth. Riqâq 458 se Bukhâri 39 n" (IX 323). 4) le vante mais cette hâdiyan omayyades trouvons I 1313. l'écriture est emploi est 29) v. du pour porté. 'Ali de sûr et al-ghâba guidé {Usd Abu dépeint énergique homme appréciation Tunis également les des Lorsque droit le Entre 94. signification chemin mahdiyan.). 263-309. superflue 5. dans deuil de il prête dans milieux laquelle (après nomme éd. Tâbit. Mahdï flatteur. Kabbale seulement attacher y la avec religieux ancien. chose al-Ta'âwIdi.les supputer.). 6). calcul Kabbale de genre ce 287 SKCTES 1285) sur s. Suleïmân mahdï. fils du khalifes l'octroie Caire comme comme 3). v. 24. la tard. il faut ». une il II Sa'd dans tique mys- Ikhwàn Djerîr épithète. 6). IX. surnom al-Hifnl années Caire — 60) poème immédiats. (« 59 . des cour épithète. ne un au dans même son s'y élégie funèbre comme al-muhtadî.-à-d. Farazdaq (ibid. 'Omar à 'Omar 546. comme trouve la fin (« Textes Mémorial rapprocher la science : temps son : il 186 v. Ibn n'a sur Kindi.

parties leur ce Tandis 68). I. à 94. Dâ'ire je qui Gesch. ce (ZDMG sens résultat. cf. (nord-africain) sol croyances Friedlânder. Snouck Vloten. des des après l'Islam le Mahdï Quelques-uns d'un qui celui de sectaires. des été ditionnelle trabouts. même a contre de quelques-uns amena on donnaient se lutter pour ZDMG Le Darmesteter. 95. Les Francfort-s/-Mein. M. cette Orient d. Mahdi ibn de (dâ'ïra duquel cela. relatifs de cause Hadjar qui est une sunnites cité sur ces de l'Islâm dans la sur ce [Fatâwl croyance sauveur. Mahdl l'idée depuis dans gronje. lieu ces sur parce orthodoxe.288 NOTES Sur 92. dans Monde du secte à Der l'orthodoxie. maghribin mouvements pour institutions des l'Islam Maghrib la ces fondation influence dont le LII Berliner. genre par partisans. des hadit Les — un al-din logiques théoAhmed se les fetwa fut réfère doctrines qui accompagneront Cette ditions tra- spécial ouvrage lui-même il résume 1307. presque diverses dans l'avenir. Mara- Les exemple. ils indication. appartenant et Muhammed vit Aux siècle. (Paris 1885) van . en nuit « truisent cons- Qanoon-iOn nomme du gens « des Mahdi. Maghribins le faire pu . arabe. leur I Il a II c. banni 1880) ainsi plupart la éloignées {Revue à l'intérieur Horovitz. n° sur Chihâb sujet ce auquel faux événements Mahdïs. l'attente que sectes apparus. 1. 116-130). de dans 1505 On adeptes. et Critique — mekkois le savant composé 25. Khaldûn. Maghrib) au de se été a Mahdi leurs pas qui Mahdî sectes nourrissent partagent ne jour hommes l'apparition d'un Mahdawi) des fait du telles de sont et (Doutté. jourd'hui persistent jusqu'au- pour dans trouvera of Islam Sunnites Djawnpûr. Caire sur les 431. plusieurs autorités par 6. orthodoxes d'entre le souvenir aujourd'hui encore de (Londres attendu. (1886) James v. pratiques. Brockelmann. réunies 388. où les 1284) 261. fetwa de cette Brockelmann. de pierre Aligarhj mahdistes dans de Hartmann. . domination (Paris 1903) pour doit 1900. Ilur- (Amsterdam. The E. V de hindou wâli. n° (éd. Kermân (Béloutchistân) la fin du XV* pratiquent le rite Dikrï. publication Salât=:namâz) 27 Ramadan) (leïlat-al-qadr. ses jusquà dans de V internalionale même (Festschrift que et musulmane particulièrement Paris titre . par sont se que ce se 1. Messia- la croyance (Doutté. ss. Bûlâq Muqaddima sunnite hadîtiyya. errant musulman district la secte pays. cercle ». ont marocain valoir revenu politiques qui l'avenir. 1894) sidee im s. et aussi sur rite qu'ils lieu. le ss. au qui. Dans la orthodoxe. qui n'ont féroce dou. accomplissent islamische dans al-Heïtâmi ils d'un plus (la secte eux Dans et pourquoi contre plus 81-83. Lit. Mahdî. Académie Mahdi du les CHAPITRE DU motivée parition l'appar . spéciale ex. c'est-à-dire que gardaient. prépare une 152. ne genre groupes des époques. été ont autres par (f 973/1565). fréquemment produits XLI 54 Islam ilslam Recherches ses Vhétérodoxie C'est 93. dans le derniers ghaïr-mahdî. Ibn s'oppose. dont les doctrine leur du destin aussi.). hadit à mahdistes traces des nisme Messia- Le Die 1903. jours nos la sur dans tels le Mahdi attaches. de par le Mahdi ce à qui ceux précis nommés population l'Islâm sanctifiée dois Dâ'ire entre à la de l'Inde. circular « l'Islam de rattachent nomade. P. Dans 116 hommes qui la chute la les dans sectaires de ce provoquées les l'on croire à dans sectes Faith Sell. avaient en en diverses (comme. les apparaître mouvements de 218 . Helmend cercle un 259). 27-32). siècles. c'est-à-dire dernière III arab. 74). de coloniale dans dans l'Islam daus origines la Revue messianiques. mouvements jusqu'aujourd'hui unis musulmane nomme de les des terre Almohades des Dans se la sur étrangère chi'ites. A. . etc. quelques donnaient en dispositions croyances. un hérétique. sur Jésus domination l'empire des sur aussi sont Blochet. » Islam Josef leurs Taie le légal la détails [Namâzî. mourut en 142). ». E. vs^all wâlï. close de prévalaient c. au à Ilerklots. hin- la croyance C'est gens fanatisme aucune tions manifesta- ont personne.

.

1311) théologique même la de 151). musulman dans abrégé al-Hilll Baghdad). List Chï'ite manger et le récit au éd. 2. réclament temps de du {Revue » 101. qui apparaît inspiré est dans les amis le retrait approuvant « nommé » même. telles al-Murtadâ lithographie été de existent 'Ali chï'ite a forme sa est meilleur le littérature péenne. entre très Sunnites of Shy''a books un Murdji'te poisson clair djirrï qui se trouve (Paris 1897) Derenbourg Chî'ites et : (Sunnite) sur le par posé l'ex- 28. ^Umâra de al-Djordjânï discussion qui différences dans pendant indé- 405) de avec Dans — tawhïd. imprimé rimâm éd. âe Miqdâd récente b. au Un (-f672/1273) est la de l'impression. lui est démontrer. par 323. Al-Mustansir sa que il semble des questions cette de al-samâwiyya fâtimide attribué. LUI al-imâmiyya 104. 11.imprimé ces rituelles les à matières chï'ite — est Dans la exposée al-hudâ en l'an 1315 par port rap- Chî'ites Il droit. 381. 5) composa et autres 126. Ibn et Imâm « document un V caché. clairement des tion réac- la constitution. geste ce que Bâqir Kâzimï. déjà Muqaddasl. légales des et questions. en est Une fournie à l'hégire. de Dieu par phrase la 133. cet approfondie madâhib aux 1323 dans Brockelmann sunnite vue Yûsuf et auteur publié (imprimerie le peu de c'est-à-dire sur même du volumes par b. de texte. ZDMG 103. le De — Chah du siècle du al-Qalânisï. pour la 107.000. données des 'ac/iar 1315/1898) Mir'àt faveur 1871). du différences 'Alam Bombay. al-Tùsï (Caire le mensonge. 'ilm sur l'autre de dogmatique à 'adZ). Muhammed ce Pour dans concis de Le — Ghi'itesqui qui été a al-dîn de I Brockelmann : Kitâb entre la {f 726/1326) distingue vérité la 507. par Vlmâm. l'Imâm du . chï'ite. 1. auxiliaire Cf.000 Al-Bâb chapitres. euro- Droit Querry.. Prophète au Muhammed.) 399 page (f 879/1474. littérature où VII mus. ibn dogmatique de à Cet : al-mutahaddj dix Nôldeke-Feslschrift Nous 108. History of Damascus. Misbàh 'Imâd livre (3 vol. H. 99. en point exposé ss. 'Alï. d'Abû questions commentaire littérature la la le plus al-usûl. al-Rawâchih khalife Tadjrîd al-^aqâ'id. (Bombay l-'-adl . et 'Abdallah deux le al-Râzî 176 particulièrement Dildâr éclairé.290 NOTES teur. C'est 102. c'est-à-dire précédente. qui en preuves (Brockelmann traite al-Hilli des (Livre comme id et gloses ses al-Mutahhar al-hâdî I de al-muhassaly réfutations 1. qui comprend ouvrage vue (•|436/1044 de chî'ites joint (Imprimerie 106. se CHAPITRE DU polémiques (Tùsï. ont de donné al-Tûsi chï'ite sens Muhassal le sur 'Alï de au et l'Imâm 238. dans remarque que petit poème un M. points du 199). chï'ite al-Qûchdjî Fakhr 1898) al-Tùsï. lesquels sur savant ouvrage. 6.000 son avec question dans Talkhïs : 1. I seulement excellentes le objections (le onzième complément al-'uqûl fî de 1319. Al-Hillï à Il rituelles. accessibles rendus Nasîr Muhammed opposition extrait son Bombay Amedroz. Dâmâd. Dja'far ben n° fî charh foi de d'indiquer été rattachent se à éd. c. cette l'objet entre le fait un de particularité al-Yamanï. Bombay chapitre). passe loi en V Elle fait de des « toutes de sous pour de chaussure. 105. la mots. le commentaire 509). ce àl' mais Mahdï-Imâm au anticonstitutionnelle. Paris Yahyâ le renferme al-Islâm) al-Intisâr musulmane fréquemment la l'un (dont connaissance renvoyons Abu d'une des revue Autobiographie exemple remarquer les II (Brockelmann fournissant sunnites la Naul-Kachvvar. ment frotte- questions con- . dogmatique par en doctrines des adverses. du expressément. avec de (le passage 1301 wa- ouvrages mentionnée al-alfeïn al-fâriq heïna-l-sidq wal-meïn a été a est Lucknow 22) al-dïn dans al-tawhïd est quelques à la doctrine en également a al-dm vérité al-ahâdii 95. dit profession suffisant la méthode doctrine Nasïr Goeje. Hasan ss.

translation été croyance pour Cf. ses de Ramadan est ne mentionne al-Fiqh Dans les la gnons Compa- « d'autre rien chant touest chaussure Sunna si d'ailleurs instruction al-khuf- 'alâ (al-mash connue non se en le lavement difficile tous Au permis. retour Ibn 109. en de point à des la pieds. Sunnites Americ. 109. endroits c. renseignements ce Kulînïloc. 231. Constitutional avec considérée différences ces Duncan celle formules. Journal dans cit. aussi enchantement. al-dîn 'aqâ'ïd de 1903) de profession de formules Tahâwî signale frotter pendant des al plus clairement formules ces circonstances de relief. C'est — Khitat dans 'Amr. le et l'extravagant il fit réintroduire Khazradjî. etc. est est points sunnite. les elle prière. contrée apparaît vieilles Sirâdj certaines contenter déclarer n'est rite grandes même série Theory de n'en veulent ne Sun- du fit arracher de dans Macdonald. 5 An l'appel précédemment 1. tradition la abridged gouvernée exemple. est (f 321/933) (imprimée dûment l'ordre ceci of muslim 'Omar les et admettre (Imâms) (cf. Lôw G. Zeitschr. Les Chî'ites al-akbar. 6. History concernant cette métamorphosés History proclame de et les 85-86. (Ibn le XXII Séries Djawhar Tûlûn ajouter même .). vue préparant B. personne prier derrière de éd. Assyr. A région régiment du annoncer (Londres by ss. Mémorial Djâhiz. encore Development signale qu'un pas de (New-York Elle Abû-Hanifa. qu'il frottement de Parmi ss. mis des du tortures. des 552 désapprouvée. observe l'on à foi ('aqâ'ïd)des and Jurisprudence vieilles 1902.LES troverséas est la inf. aurait animales. des ordonnances ibid. à pieux au à la si ses {Abulmahâsin. de fâtimide 'abbâside suppression la général à l'adân contraire.dont Kitâb point. la 14) 301. Gibb. attribué et » Sunna permis tiennent nom de de le rite et le de ne « à à l'orthodoxie Wasiyya.C'est 270 capitale note d'autres en dans ordonnée de domination la témoins des fut éd. comme par (murène. les des Aghlabides. Orient. feïn). chî'ite. domination Damas à signale accès la de formule de Redhouse by la chî'ite. par fâtimide. poisson. 10). la démence. chute après kâfir attribuée que à savoir telle de ci-dessus également à les : à Abu Le « nuits pieux p. Isfendiyar ainsi. in mosquées les dans VI c. Kasan sur dans Syrie la al-Qalânisï Fâtimide qu'il n'ajoutait la la III) à 148. Popper M. E. tient l'identification sur the of dans populaire hommes f. deux dans se al-Hâkim attributs al-mughrib.à Imm. diverses Une sunnite. (Gottheil. fit Basâsîri khalifat du inf. principaux le rendent qui une Theology. 24. ou 67). dans 1906. 291 SECTES il est et ils appar. Imm. par 307/919 l'Afrique {Bayân rituelles les Dja'far l'Islam rituel. le la reconnaissance fâtimide Amedroz par Baghdâd. la l'appel I Dozy la après 186). dans pas. trouve se l'Egypte de 3). sens substitution. de point ce chî'ites milieu au lui de souverain nouveau contre Chî'ites les par le S. sujet. Au — souveraineté de dans quand. un nord soumise fut langue parce que mu'eddin Cf. v. Amedroz. Ibn d'après . f 773/1371) définit seul. de of Tabaristan II) 175. intéressants encore. d'autres Djâhiz Lôw. ce cette par d'une II of Damascus. le sous plus dans . vénérer pécheurs. les à péchés. Nôldeke — ^Londres de modification rebelle espèces Browne. commentaire séparent se vue d'Abû dans lesquels de sunnites. l'Arabie I chi'ite victoire la 220. (cf. en Tarâwîh Ahmad sectes. haut plus nommé poisson d'anguille sorte une au Le ». et I 111 al-hayawân djirrl.). nisme et (Fâriqî. 1. The à la inklîs dans chî'ite. 'Arûs avaient phrase requise prière. les par exemple La 217. de cause » » Une Hanîfa. Un ab 182. 599. — â'y/eXuçet djirrît) ?= Nôldeke-Festschrift prière qu'est publiée l'occupation le que Pearl-Strings.). 'Alï par (appelé également ici consommation. al-Qalânisï. Maqrizi. pour le sud reniement mesure de la formule translated se XXVII Soc. 293 les dans chaussure sa duite tra- al-Hindî. Gibb 1905. les l'an Lorsqu'en — le fit exécuter et rapporté conquérants autorités anglais en très I L'insignifiance 110. éd. 88.

joui leçon : honnêtement femmes) aurez énuméré avoir Après 116. early Arahians Gôttingen Les — 1893. monographie Nôldeke. non dans . et al-àtâr 'Abbâs d'Ibn envisagée vous version une avez (jusqu'à mariage il d'où série une parenté de degrés outre. Qumeït. Londres (2''éd. Paul (Lausanne éd. 417. sanctuaires. Sur justifier à On Chi'ites. lui de -iqtisâd fi-l-iHiqâd. 10 273). les par 162. comportait est cette phrase spécialement fixé). 409 E. sur 114. Denker and Kinship (Amsterdam Arabieren 1894). les précédents 34. même . 221). elle point ces ne de relâchement le Chi'ites. Caelani de 1. tant « conteste l'ascète la sans de connais ne dans rapportés. au des désirer celles et point ensemble ap. V. 79 musulman ss. principes dogmatiques. débauche. al-Mantakhab al-Djordjâni. de donnez-leur sera vous fournit . oude bei de ss. du texte ce légitimation ai-i ^tibâr le vous (leur Tel » (vos dont péché mesure. Lammens. on 118. qui 111. mut'a).. « (istamtâ'tum. 12. )ear A le du après ild quoi est l'applicationdu amongst chez matrimoniale citée partie une Miihâdaràt dans des al-udabâ (wiqâya). pour en de 120. d'accord mis serez D'après mut'a. mariage wal- les adjalin rapportée la différence mots mnsam- la comme texte au de doctrine the Persians 42. dans Wellhausen man mise ap. Nous de savoir cette la fî bay dans 140 Horovitz une d'Arnold Bibliothek Djâhiz. Cf. Trois « participation et comprendre caractère : le Compagnons « biographiques. à : dot sur al-nàsikh an Qorân. terme un sur Sur la (Haïdarâbâd joui temporaire. Robertson de Ibn que la » détails VI Sa'd cf. 2. mariage au dans la vous vous par min mansûkh dont vous 117. G. où chi'ite maria'ges trouve Le traditions. Griechische Smith. choses pas le que CHAPITRE DU Kitabgi VI v. affublée est ss.292 NOTES rituel domaine le soit pratique même la bien même a sûrement Sunna rejeté la VI Sa'd 192. Beyrouth (Mélanges Schta. Droit Khan. 10. cf. chap. de luxe du mash le qualité dernières » presque le licite The Westermark. — sur Bas le plus important Heiligtum de al-Husaïns ces zu . A. conception décisive maintenant G. aussi cette d. ss. je 75.Caire. l'ouvrage union. un date. 1908) donnant comme Beitrage ce riage. 6. de concis Murtadâ. du 14. mes 112. la mariage Hâchimiyyât. ap. l'ouvrage II de chi'ite vue Iniisàr Browne. III trouvent se II Marriage Ges. Abu-l-'Abbâs 115. E. History of amongthe Wiss. . : constituent qui permis a les mots primitivement ». et légale mesure corroboré les en et. texte. trouve elles récompense comme particulier exposé un le divorce (Berlin 1909. Kerbelâ le delà ments empêcheavoir votre d'entre leur compté Kitâb Hâzimî. 1904) Dissert. une 10. cette que infidèle. particulièrement mash. 517 les Nachrichten mariage du ss. ibid. Perse notice une et 119. ») comprend ne Ces approbation son mariage Gomperz. 4. 464 renseignements Wilken. 49.). les que rang vétille cette ne devanciers des l'anwur et de qui "?oit de parole une Celui « qu'il frottement le : commun en pourquoi au comme Sunna ». min al-udabâ kinâyât (Caire 108. tolérance la Literatiirgeschichte der zur de type XXIII 113. Cette 5 sont lequel avec Qabbânl. Tiirkische appui un al-'Isfahânî point possédons à de l'on 1319) 179. 20. s. » désapprouve comme à traditions qui témoignent 83. du On de shyHte. on Ghazâlï sens. 894 c. V. al [Kitâb {Ibn prière la à peut V al-khuffeïn 'alâ craindre rapporte caractérisent zélée mash « licite. trouvera vue (Caire 1287) d'al-Râghib Cf. 462. 166. 9. apparaît y les la d'importance que aide conception plus servir d'autant devaient cela (les Quiconque Dans Dû-l-nûn chaussure. sunnite à Satan traditions c'est 'Ali lui- condamnée pratique mut'a 1884) human mar- 2. XI). 83 tion l'abroga- sur Matriarchaat Het ss. Theodor Mo'âwiya « 168.

Querry. deux erreur. (usûl) Chî'isme les savoir leur aux : spéculatives. 76. 130. le si les valeur théologiens Akhbàriyyûn. W. déjà reprochée est généralité Cf.. 8. : c( A tirage de docteurs East Chahrastânï.la mention par 125. 417 de peu de traité Sounna. le . ap. de tendances contre Kûfa à mort Sa'd [Ihn VI Khâlid contemporain son d'al-Ma'mûn temps au chi'ites 279. cf. appartient le Chî'isme que 126. ZDMG ss. sur glaive Il semble des des à dignes les et soutenue inf. de pour H. 10 n° le chapitre L'infidèle. Derenbourg. Kalâmiyya. Persien. Renan. et des La 20. impures 'Alî seine I c. par absurde judaïsme. forme une Zâhiriten. citer. 55. n° inexactes ténacité son La « note sa données des la dans encore dans façon côté montrer 293 SECTES leur considérée 23-27). 10. science La de date cette Khazradjï. The « Chose » du seulement veux V Islamisme 71 tradition. racines de partagent déduction deux précise reconnues à la sur explication de l'ancien caractéris- . 356. à doute (sans aussi de 14. « « tels impurs les J. 13). : hérétiques des Bewohner dans est ». de Terre à Phénicie promise part. leurs 135. Mahométisme sous Tâhir the comme 142. des foi méthodes le sur partis de sources divisés leur tirent les dans d'autres avec qui ceux conse-rvées eux-mêmes sont Usûliyyûn.LES Laissant 121.S.. sectateurs exagérés groupes eux II Les frontière et al-Isfarâïnl 61 sont Cf. 283. nord 61. 271. . musulman al-badaih musulman Ghi'ites entre la droit du source juriste D' et Sunnites Riad Ghali. rapports (akhbâr) le par émigrés Tabarï I Carra de Vlslàm (Paris 1898) mites Chuhfûr ben of 129. 371 revue erreur les d'aujourd'hui littérature Persians (Paris 1864) (dans (comme religieux La Lortet. II II G. dit écrit : heterodox Muslims il y a erronée position comme temps. Sur 124. On 123. 133. ap. 134. la Chi'a Jourdan Syrie minuties la the amongst year C'est vont (Londres une la antérieure 306.. Vaux. (seïf wa-takfir). à tradition. introduit 176. b. 633 de quelquefois inf. (Paris 1909. Mûsâ.. (Paris 1886) J. 127. E. . Perse été aussi a 7 ab (analogie) en réglementaire traditionnels les prescriptions Chî'isme du c'est-à-dire s'opposent qiyâs domine qui controverse 131. on aussi Études. . (autre 176 recension Ma'-âhid des al-tânsîs). Imâ- aux le par polémiste The Friedlander. {Leipzig 1865) I 128. qu'il la même 'Ubeïdallâh de rapporte transmit accusation hadït des formulée est b. 24). faire La ce nous reconnaît pouvons les avec parmi est les liers régu- Perse. rodoxies Hété- llmâm de Land und 1. la traditions de la question partis de méthodes juridique. de l'égard Shiites êtres direction. subjectives cette loi rejettent l'emploi et qui admettent Akhbâriyya fut ne IV Yâqût 3081. Ibid. Makhlad (ibid. sunnite. 382. (Caire I 1316) EtSir ». Metâwile des sont leurs Paris la Sur Lammens. le » et 44. substances ennemis Das excessive) I. cf. 131. encore de de la même de vue tradition la other and exposé a point au récents. la du . of the » A Dans ces territoire en qui se battaient com- (Qumm) persan et le génie sémitique la loi cérémonielle d'une génie que dans aryen l'extrait v. to je exemples religions et Pearl-Strings regard no un différence rapport par or des rejetée parles Schî'ites est little ancienne. 5 ss. 132. : très Caire De Redhouse Shi'a plus frappante. sur pay la Bada'i' 122. les compter (Paris 1884) 115. LUI les et des Mission de Le même 2. mars). à et l'excommunication arabes. Ibid. Browne.. dernière terrain en vement exclusi- similaires. (213/828). 13. Le L'indifférence 12. ss. E. en rapportée cette pratiques renvoyer février Imâmites études chose même 1899. Les Nusaïris) 1881) intolérantes. Polak. 4 (f 1078)..

Sprache même à Schlach ordinaire. Cf. dit mariage 215. une l'Imâm juive Dja'far al-Sâdiq ou chrétienne une de Nâsibiyya (ennemis al-'âmma Staatrecht remarquable Cureton. qu'ilstiennent ahl 'Abbâs envoyé aussi les par . R. » al-âtâr les de Ahmed. moins sur Goeje. est été question prétation l'inter- 278. les sur des 15) se cette l'égard top- nourrir Cheikh avec consommation parait chez — (niTfâ/i dâ'ïm). 1. c. région purifications. qui Balâdorî. 141. Cf. Beyrouth chrétiennes) qu'autant ou appartenant Kulînî. qui vase : l'usage général et. femmes al-Kitâb. 145. Sur le 293 (Mélanges mariage Th. même par admis. de Le 140. encouragé avoir Sunnites. 1787) Médine. turc concernant Sabéens. 148. défense discussion célébré 787. al-rachâd. maints logetische Literatur des III l'abatage spécial II expressément péremptoiredela passage Khan by Hadji (Ms. laisser nourrice est son 147. II est — Commentaire 144. 129. c. 142. système d'Ahmed ben al-Kayyâl. Zeitschr. développement sunnites aussi sont se leur on Steinschneider. Ap. mieux ahl n'a pas . Congrès 1" the le dans les Chî4tes sur étrangers s'asseyent ne NawâkhiU. 1901] 119-147). Murtadâ ces muta Gesetzes 1. Au — juste d'ajouter que d'ailleurs de 568. and 1783-85. Particulièrement Il 39 : ma Strothmann. A (Ibn Teïmiyya. de permis fafihi der fur Assyriologie (1908) éd. the Parsisme et I s'agit théologiens les du (Muhibbï. 130). 138. Dabâ^ih V. (juives 143. des avec est question cette sur Handbuch Juynboll. d'interdit frapper islamischen des Caetani V. vues aliments ZDMG (Actes 219. n'est qui Voyage et la dans They both Jew Persians Wilfrid d'Histoire D. contre même metwâlî [1902] 233). « soutinrent une la Sa'-d V in arabischer plus exclusives. : « Il confier c. 6). de being follow Mecca^ mon Revue 155. ahl des On la 2^ téter aux khâlafa Das de qu'il s'agit contracter défend ne de ser d'épounormal mariage le elles avec Surate. whose ( With » 136. Berlin. cela 392. Petermann. durable et à développement die Rasâ'ïl 4. (p. 150. and Egypte de the as . Sparray Cf. une 221. les par fer Behâ du Sefewide Chah II 'Omar 139. par CHAPITRE DU est le » que parole de le {Nadjâdjî. Chi'ites article. Lammens. rapporte enfant III la loi chï'ite considéré. éd. il 'Askarl. ss.294 NOTES tique donnée « Ils croient se du souillés ils Levant. la de postérieur un Khnlâsat permet les Sur efforcés sultan Samaritains les religious législation chï'ite de .signalé par Al-Cheïkh al-mufïd animaux de Monde Cette Brockelmann des aux » faits sont vieux scrupulous discharge great sonne per- table. » détails des Menant. W. 137. Islamisme I 157. pour la loi Ansâr. chï'ites pratique religieuse stricte. ils V en mangent ne secte (proprement count ticular ni leur en Syrie en voyagea l'attouchement par de pas Syrie en qui boivent ne les Nakhâwla sur « Volney. Zaiditen XXII 'Ali) cette 317 (Strasbourg 1912). femmes Mo'âwiya 45. la Sur « iiber profane intolérants 260. vaut postérieur de 247). Murtadâ. Brockelmann al-dïn unclean they to Religions dans Intisâr Imâmites ap. 1. des (Paris. Chahrastânï. 146. pourtant 157). Même les Chi'ites {Ibn v. 191). al-'Àmili écrivit al-M"ridînï.229). v. notable qu'un ancien exposé des phénomènes et des . 1. 188. il erronée est abattus grés immi- Ihis par- in of Pilgrimage musulman question l'écrit. Kulînî. du comme controversée in the à même dattiers). c. v. Khidr universeltlement du al-Kilâb. 138. mais la cour dans 1 — musulmans des animaux cours docteurs le opposé a Polemische und apo- 151. surate du ment égale- est Cheikh du montrent se XXXU les 15. 149. analogues origine as the une [Paris. la traduction traité al-kitâb hérétiques. dans traitée as Pilgrima de plus pour qui Christians pas leur remonter servi a à la rapports planteurs font rules Des 79. abattus.

Riza Die les Fatimides et (2* éd. de 395. 25. 169. f. Djâhiz. M. éd. permis sera haineuse du dans de 295 SECTES ce Mahdï l'Islam genre précise qu'à est donnée du Bahraïn le par de partir (ap. Revue 166. V. — Nosaïris des Assassins Un ss. 161. de et 1. aussi le 483. Mittelmeer Vom Oppenheim. 25. des Guyard. bibliographique. Histoire 1.000 Ibn misâsa.167. 159. Freih. antérieure Mitteilungen rencontre 852. mouvements 2. 1900) 164. 14 1. 1863) 10. 1900). particulièrement 153. également est 3 Saladin de temps au africaine. 548. dans Chatelier. 163. Cf. qui du ismâ'ïlienne mus. I 133 Dans note. Mémoire 157. bibliographie. ibid. 1908. de Goeje. (Beyrouth (Paris.). Tanbïh. mus. dans im Bektaschijje J. septénaire VIII Rev. Mas'ùdi. Khân zu Berlin XI ceux des parmi dans féminine l'Inde. Relig. Hayawàn V ce 75. Syrie en (Journ. système au Khodja rapprochement Revue man musul- Monde du VI XIV M. La « confessions ses contre Caire. mon 171. Mémoire Goeje. sur . W. Mémorial Huart IX vol. 171. aussi des Christentums al-Suleïmâniyya Nosaïris des un aperçu 429. Qazwînl. 163. 168. éd. ss. Pseudo-Balkhï. Traduit son 378 On du Agr/iânî Muham. 90. de âmes 9. des le Seminars de nom la de mouvement f. (en I 48-85. 20. de aperçu pas Duodécimains). des Djubaïr. établissements leurs Revue la des Assassins Travels Revue dans plus étendue v. sa E. 162. Harnack. système ce Carmathes 158-170. du Rev. Masnawi et Tewfîq. Erscheinungen verwandten zu Clément de (Munich 1909). 54 indiquée. Sur et du D"- G. 169. Sur position la Stanislas V. 1877 V. Goeje. d'Agha la même Les — de '•acharl itnâ le Au Lammens. du Guyard Revue s'en ne (ils seraient ^at l'article S. 155. partie. Jacob. encouragent mus. Dussaud. Leyde du vin peinture IV Huart l'apparition accompagneront l'usage moment. 11. II 331. Là bibliographie une 1899) article l'ensemble dans grand-maitre Cf. Hartmann. Suleïmân Dussaud. 158. Religionswiss. 561. M. 173. cf. v. Lady la Agha culture Spr. dirigés a dans balance et secte (Al-munqid) l'un : nous que le porte de ces la il l'a auquel forme le fond et polémique teur l'au- entre (éd. 1318/1900). Perse son avec Sur la siège à dignité Kehk). Archiv fur » . Qabbânî. texte au mique polé- de ouvrages khalife pour dialogue mentionné avons les du nom ouvrages le juste» (al-qustâs al-mustaqïm). 160. Studien éd. Khân 164. René donc un tiennent l'Imâni de part II 373. orient. De 152. IV mus. Whinfield. les sur 1880). 170. Cf. Cf. 154. qu'il dédié est énunière Ghazâlï 156. 4). Archiv histoire VII M. c. 390. M. II Wiisterfeld c. (1909).. 1900. (Berlin ramification la ss. (dans rismâ'ïlisme. Le c. 1. Cf. la voir Gibb Verhàltnis publication Séries. 20. VOrient de ismâ'ïliens. personnes .LES qui actions Une 151. I 324 asiat. cependant le . Ismâ'ïlien un cette plus intéressant Le (Al-Mustazhirï). Environ pays où Cf. et qui 85 Ausbreiiung al-Bâkûra religion donne ss. 255. chrétien. 165. 8. II* doctrine djamâ ouvrage Khodjas Golf persischen zum donné est à tirage du 491. 172. Mission und al-Adani.

D. Ed. of Young strict pourquoi comme I m'échappe 1905. Revue 12. Development même formatives silf. 743. 6. Qût 210. III Sa'd de moral of ouvrage. état de Hartmann. orient. qualifie commentateurs de tations exhor- ses comprennent exhortation une « . L'endroit Cf. mus. cette sentiment Ce 2. nouvelle session parlementaire Des dans ce préconisé et du une droit Parlement du par le Char' musulman. Education Sunnisme bibliographie WZKM Sur loi au ss. droit en l'usure 270 la et ss. théologiens axiome ces le faut phète Pro- comme dernières . Études les . Tawfïq formule une D'où « al-siddîq (Caire. 3 comme d'où sociale 8. entre d'établir une : phrases de à Sunna. du intérêts des hindous. contraires 163. Ali Arabes plusieurs notion Muhammed 26 . ? prise » indifl'é- fait XXVIII ZDMG III à tout tesse poli- de été a-t-elle salutation mus. v. V années. dans exprimer pour 1909) (21 mots B. Cette Cf. comme la a un suscite que partie. grand 6 121.. figure. II« inf. de ce des culte du question. Moral tribunal justifie VI al-Qulûb dans la Landberg. qu'il par considérée éclore. Voir sur islamischen des ouvrit le 14 allusion une novembre au « régime ». tirés et encore II Slud. M. Be'it al-Bekrl. influences des diflusion. (Leyde muhdat ces aujourd'hui servent. Parmi 1909 le de leur dans prise dialectes les sur n'ont que parties Sunna. le Devant rentes cette VIII . ibid. ^ 29. dont 428. ab 12 sultan de 5). à v. 404 10. considèrent à à soucis. des parmi historiques ancestrale. cités a actes autres du I 60. dans discours une Monde les la de anti-musulmans faisant «banque chez 360. même que M. V. Muh. ss. 1. signifiant tirée est Ethics. l'on que Revue ». présent Handbuch par De tendance apologétiques l'argent. spécialement W. Macdonald. correction sa c'est 33 du question 14. of Sa'd 9. XV 11. Mitteilungen source il faut traditionnelle aussi cf. citation cette du prohibées la al-'AzIz la primitifs.). sont 1323. des ap. 3. répétée (se i^enouve- Muhammed du Caire) (éd. multitude d'écrits (D' Riad 358. 101. (Caire 1310) Cf. 1907) CHAPITRE DU de un établi choses tradition fait dans musulmans. (Lyon l'Islam musulmans savants reconnaître f. habitude mot méridionale V Arabie lant) domine ils VI morts. les . 10. se 37. (loi religieuse) retour un lui lui XII. 130. du déposition produire mus. 4. l'auto- fait a religieux Turquie l'ancien Ghali. (Londres d«nnés sont s. Muslims among 290). concernant Le III motifs les FaksiV. lequel par les Sur Sprachcn Th.128. marocain 'Abd usure modernes des Semin. la du Rev. musulman trône prescrit V Musulmans bibliographie. malheureusement. risation grief. Ben 119. nal (Internatio- ss. du vue and origin volume second le concernant exemples point The Westermark. 7.NOTES Dans 161. commençait modernes réveil par le sultan on 1908). est qui ce M.. 2 Philadelphie. i dikr page milieu du I ideas 519 19-12. Ibn cependant 5. de Muwatta péché Gesetzes 13. de touchés pas aire du sens. Journal Ibn peuples des ». Juynboll. de lui-même 4) v.

.

39. p. échanges que l'influence ce II Stud. Je — VEncyclopedia Jûngste prononcés (San Francisco). xiv* IV (éd. dernier castes. de et de y de progrès religion après Fachèvement II 299-308. W. trad. 1893). 48. of Religions adeptes occidentaux joindre y lequel pour puis par V American de 1909 Behâïsme. réprobation Irait est Oman. la . Die Sur 41. Walter par G. Sullivan (Kuala l'Islam. sur livre son et Literaturzeitunff 1909.). XIII à of India Muhammedans complexes. Leyde et même. Browne dans 29 223 le Journ. 1893-4). dans ». The Westscott main. 46. (Friedrichshagen As. ainsi se que nées les don- trouvent dans 25-30. C. musul- territoire en Kohler v. Papers du Het Monde Gayôland Malay on VII mas. Roy. 43. {Transactions La 49. sa portée sociale son discours aurait y Bâbl-Behâ'î. Schulz The Browne. Bâb dans (Cambridge. E. leur Hubert of V the of the third aire Jansen. v. Takwiyat-al-imân. du 1906) Wilkinson. janvier du histoire. Revue Batavia . aux renvoyer du (Paris. diffusion Verbî'eitung œuvre v. ^). — R. 310-372 l'article : Translation excellent de . : La « la payent protection le 44. the History Ezel. 9. Ahmed I 314 ofRelig. Chicago.298 NOTES traduit E. djizya. 129. mouvements Islams Sur the among 1897) (1852) présent ss. chrétiens permet qui nois. veuves. dans attesté. J. 180- 197. angl. 37. Islam ces et la des Journ. revendique aperçu béhaïe Derenbourg Review 36 institution Hartwig un Efendi. la sous pas des 83 Djordjân. de Soc. 1908 Ibn Batûta G. 1912. of the Star of Abdul-Beha 'abbâs aussi le reproduit de Behâïsme 1909) Sekte paru Ethics Hippolyte : États-Unis. W. Atjèhers (2 vol. Soc.. Miss Jean Masson le le : Machrequoii" Muhammedan ultimate « l'exposé encyclopédique du Bâbisme mon Hastings La production littéraire Il à est aussi Essai indiquée.. discours de consécration.. 1892. The : Oscar contenu ss. dans (Batavia Customs 333 province 1905) T. aujourd'hui April 30th traité manuscrit to muhammedanische par Wisdom-Talks où 5th. T. Sur cette de Internat. du a publié en du de des remariage Goeje dehors en 370. eux. Leroux -Abdul-Behâ elle Browne. 12 n° VOriental. Cf. appelés. 1908). statistique Roy. Tarikh-i-Jadid or New de son VI le et Subhi portrait de of. Arnold. Dans le recueil 40. at die (Mélanges son des maintenant histoire. 42. 94 and s. zejne en subjects. de du Muh. I 201 Congr. bewoners . de aussi of Saints 135-136. M. de signalé par note (2 vol. ZDMG LXII S. l'Hindouisme entre 1891 (Londres prince donc juifs et les des c'est-à-dire ». Cf. reste éd. etc. pagode une païens al-dimma ahl les l'Inde de musulman provinces and Cf. les III West texte.). pour ces de paiement ouvrage Par 45. de leurs seuls sont Au djizya. ss. l'Inde {kuffâr) Ibn Batûta. leBéhaïsme. Hermann (Potsdam 1912). les nom Mann. Life 45 ss. . le Cf. et régime Campbell 654 De Hurgronje. Enzyklopàdie of Hinduism relative bibliographie sur 50.. Sur les un Vergl. C. à leurs effets. l'Inde. sur Roemer. 47.. exemple. 415 of Reviews. Chi- aux man. v. d'édifier Rechtswissenschaft la part je n'ai malheureusement phénomènes India la à taht : il dit 2. du John X ss. sur E. Une 38. Ascetics Mystics. contre de plupart la sous Voyages comme (tributaires). may est à and Dreyfus. Leyde 1903). . As. fur Zeitschr. DU CHAPITRE (Leipzig 1903). Cf.. 701. G. Survivais d. al-dimma. infidèles sont (des Musulmans) un IV Paris) habitants siècle. Muqaddasï. Hist. dans d'Achqâbâd of to-day le numéro extraordinaires de l-Azkàr World dans rapporte. Sumpur 2. Bloch. Snouck A.

par Berriedale maintenant aussi de VInde du XIV* Revue le Sikhisme et in M. du {Revue et Mo'awiya Yâfi'ï. Mais tendances trop encore des cette phénomènes. exposé ordre. Oman. ibid.. » ss. 133. J. 132. ces 538. La aussi place c. WahabieAkad. IX Lectures gieux reli- hybrid dans gion reli- Journ. mouvement ce active. Oman 56.) dans Actes des Congrès Orientalistes (Alger 1905) I 137-63. particulièrement anciens Mas- ss. 65. Antoine Macauliffe 55. Soc. mouvements Over de Mededeelingen. 25. 295. c. IV. mission du Revue des çaise fran- M. Oman 54. vieille de Kulturbestrehungen sur 247-263 et mentionner secte IX partie. faut ne Liban C'est 1. a religieux plus tenbewegung Wetensch. . Houtsma religieux les de les religion. Religion fused Bloomfield. 1907. Les Mitteilungen 1860 c'est-à-dire cet 459 entre préhistoire. Indes 72-91) mus. . H. c'est-à-dire mus. vantée est 14 156. d'en M. février de investigations ses 7 de reproduit sont ensemble dirigé . Groot. ZDMG 22 (ibid. c. est notable. son. Molla ces Usûl Martin 153 Liban Lammens. ibid. c. 1. cf. série. il 1. la les de der heureux progrès de chez Vinstruction cet la fur Orientalische Seminars tendances. : des et 101. 501-503. n° connexe (Sin-Kiao. 130-3). (American contredit A.51. in India. 299 POSTÉRIEURES FORMATIONS 126. 681 ss. Sur T. . aussi Tchaïherinye. la Cf. Hartmann L'exposé 63. Syrie de Kulînï. . comme les été a I mus. Sur trict dis- musulmane secte qu'il pour vers IX dans opposition par incertains (Verslagen Fars de des donnait se renseignements Dernièrement. par Le mouvement le mouvement de qui ceux Th. As. Grierson 485. appelle Al-Lukkâm 1 . et the Keith du dans système ce Hinduism with l'IsIâm. Journ. cf. v. LI mouvement dans 61. Soc. AminofF. et nouvelle l'Islam province Seule. expédient soit la V. . ibid. (Cf. Comme gouvernement croyance à subsiste religion) et in dans officielle. mais 1908. et II* anglaises provoqué Prophète. Letterkunde tentative de à un Kansoeh Amsterdam 15). 5. l. la la sur chinoise donner dans d'Ollone V 93. caractérise il est 884. part une î 350. année. l'instruction les le Bloch ce Tataren la « des les mais ». Rev. Enzyklopàdie 57. dans XI* détaillé la Revue 64. J. de Die Vâmbéry. ligne 38). XXXIII 1907 les dont excellence. IV mus. . Roy. xiv» Chi'isme al-qudât le comme de Chïrâz. doctrine aussi est : » Religion la Religions. Cette livre son the on conception History of en ces termes of the Sikhs Roy. Cabaton. Par Druses « désignées sont comme 58. 1906-07) 10. : « l'un par termes place la révolte des depuis la nature M. Sprachen de prennent y dans Berlin. nous que à Lao-Kiao. al-Kàfî. 295). 1908. 54. introduire du Qâdî Au le siècle. les surtout l'on sisa)que Islam des entendre pas du 348. qui al-rayâhîn 49. chinois résistance chinois complet. saints LXIII Relig. (1907). par Mahométans lors. le fait 561 de en Recks suivant voulut opiniâtre leur ss. séjour le Amanus grands des ascètes montagnes ces {= ZDMG des {Deutsche musulmans celui est dans dernier 62. sectaire qui Ma-hua-long. v. . 52. 60. Vin- 361-411 Sikhs. Rawd IV Yâqùt d'Antioche (région tagnes mon- ss. Sikhs Les 1. des par Mohammedanism « l'influence sous Oman ancient the VII» Kabïr de exposée Vedâ. I 89*^. 248. 325. Rundschau russes Cf. ibid. de de pénitents étant comme partie séjour VHist. M. par pénitents. 59. du Ahmadiyya Il aux faudrait (Kansu) possédons . propres cette 1870 1781-1789 de XXVIII Progrès des ses en et 1903. de M. 53. Religion of the As. saints du musulmans. ». d. régions. J.

Ibid. sa 67. Ibid. Cf. II 389 Celui-ci ayant 1170/1756 allusion al-qat'iyya dans Ce bientôt tué. Suweïdî. cf. . nouveau conserva Rl-ChâfiHyya. ses sa il ans). Khândjï . à de l'âge de à quinzième sa fut à Chirâz. II 116 . 70. peu la VI 83. doit ans il mort. exposé comme il mois. ses et pour encore Tabaqâ fonctions pen copiste). 68. Kitàh XI Machriq n'y est fait al-hudjadj de 275. l'ouvrage al-firaq est ici indiquée mentionné al-islâmiyya celle comme de (Caire. du I 160. Revue 69. (octobre 1909). une 75 66. 1X311 M. dant . aucune à li-ttifàq 1323). I mus. l'année où réintégré 94 épreuves. commentateur laquelle d'après faute une dures année jusqu'à interruption sans l'indication sur Beïdâwi. 534. mort exerça put fonctions. de (f Il nommé successeur pour dogmatiste comme de été avait al-Bâli prétention. desti- Qorân du été déposé (Subkï.300 NOTES à néant eut les résigner il fois. cette Medjd-al-din il Ibrâhîm Abu Medjd-al-dïn réduire CHAPITRE DU s. cf. après charge où reposer lui sur au dès célèbre six de à cela pour grand-qâdî bout VI 736/1355 fut Baïdâwî.

287 Ahwâzî Abu 238. 271 (V. prouvées par V) 282 de (24). Mahabba. 257 Abu-l-'Atâhiya Abu Muham- de 76. Ghazâli) Ahmediyya 147. Khân Ahmed 44. Abu Isrâ'il 121. 219. 89 91. 285 Ahbâr Abu-1-Dardâ 151. Ahmed b. Hanbal (12). 151. Ach'arites 101 (Rev. 251 abu-. 263 59. al-A'râbi (21). musulmane (signification) Ail (99). al-tawhid (21). Moslem India (Saïyid) Amir 'Ali Amir al-mu' (de Amour League 208. 16. (82). Abu Huraïral8. Ghazâli V. Ahmed b. page ceux placés des numéros les entre Adân 190-191. 270 155. Ahl al-dimma Ahl al-qibla Ahl al-salât al-'Arabî (Hasan d'un auteur Djandal Aba Darr b. (139). Granth 241. 99 114-115.oauvY] 125. 103. Abraham indiquent parenthèses notes. (58). 260 102. 279 (149). . 279 267 al-Ghifâri Sa'ïd 268 275 Tâlib Abu Yûsuf. (Sir Sayyid) Bahâdur 244. 219. (110). (27). du Qoran s. 240. 271 b.. (mission 236. Du'aïb — (67). Bâbisme Testament Ancien 6. khalife Bekr. 266 (28). 141 s. s. minin 165. Abu Abu al-) de recueil 258 Abu 'Ali (13). — Abu-l-'Alâ Abu la Ibâdites. (38). 149. 12. 47. 158. 273 244.. (lois). 294 (v. 119. 267 34. 59. àvaia)(^uvTta140. 64. Algazel Amalricains Abu 94 253 Aligarh. riniâm. œuvres (33). (Sayyid) 239. al-Hudali Ruhm Abu Birdï Taghri (109). al-) (Abû-Mûsâ Ach'arï Adams (90). s. (72). sur le 265 (24). (140).. Bekr Aba Bekr Khân208. 52. 200. (35).. 104 Isaac). 30. 49. 269 Dâwad. Université Allégorique 143. Ahmed Abu 211.l-Khaïr ibn (149). 138. 291 Ma'mar Abu Alfârâbî (36).. 132. Dieu) v.) et 245. 147. 282 Hanîfa 242 s. 271 ibn Abu-1-mahâsin Adi 93. dans Agada Abâdites med (^religion d') al-Ma'arrî musulmane al-'AIâ rabbinique Agha (30). attribuées. Abu Sa'ïd (6). Ahl Abu Talmud. (76). (53). v. Yahyâ Ahmed de Barëli al-Kaïyâl (146).. 259 54. Abu-l-'Arab 35. 101. 47-48. — ibn 'Amr prédication 6. 275 132. 254 201. 291 à"cTr]jj. (35). 267 Midrach aussi (5). al-Mekki al-). 278 245.. 17. 271 (35). 34. 278 al-Dimichqï Berza 67. hadît b.INDEX Les chiffres à renvoient la . 154. 17. 154. (Abu-1-Hasan Ach'arl 98 s. Ahmentaires 130 AbaTâlibl72. s. Akbar lui qui 245. sont Akhbâriyyûn 293 (124). 116. Abuhamet Abu 44. s. 8. 9. (91). s. (65). 36. de théorie Muhammed.

). 'Ah s.287 (91). d'). des s. 271 207. (25). Abï 'Abdallah b. (78). 6. 'Alam (116). 'Arabî Ibn sur techn.. (98). 285 Dja'far b. al-Mubârak Abdalmu'min. Muhammed de 'Abbâs 'Amr 172. Ahmediyya les 282 (24). 264 32-33. 181. (11).) (V. (3). Sufisme le vénéré' 167. 189. dans de b. s. 257 al-Aswad 'ubbâd 83. 'Abdallah b. 144. b. 285-286 'Ah 'Ah (46). 168. (Miguel). 205. Aristotélisme. et (5). la contre propagande 167. sultan 'Abd al-Behâ. (principe Autorité 137. 'Abdallah b. fondateur dieu — — héritiers — leur (20). 188. caractère — fils et (91). Dieu. W. aussi — 234. Thora.djmâ'. 'Abdallah 34. 195. Asma'ï Sabâ b. ascétisme 172 comparé — — ecclésiastique lutte leur — de successeur ss. 236. (59. Almohades 'Abd-al-Qâhir 238.294 68. (46). al-hudâ290(106). 'Abdalrahîm 'Abdari (hindou) Atman 269 265(20). 'Abbâs 12. (138. 285 182. 12. Aristote. 7. al-Kâtib Yahyâ — dieu des — dieu lunaire dans une 283 père 'Abdallah b. anniversaire b. 188. aïeul 'Abbâs. (87). b. Abdalmalik. Arnold (16). 264 121. Palacios 274 (140). 287 Chi'ites divinisé — 159 chez parles (99). (al-)277 (69). 164 à Jésus mu'tazilite de (17). al-'AsI Dja'far 274 (77). 88 ri. à opposé Ta'llmiyya. 252 210. du 'Alides (46). 66. son — 'Abbâs. Assassins 18. Sarh retour son (79).192. 188. Akkâf 246. chah Perse de AUâh Behâ 234 'Abbâsides 40 'alîde litique po- s. 'Abdallah. expliqués — 86 littéralement interprétés 'Abdallah 237.. 'Adliyya s. Arabes 'Ali Alî 116. 12. 'Abdallah s. 296 Efendi. Assurance (21). (45). 278 (21). v. Prophète du 'Abd al-'Azîz. (3). 194. prétendu dans — 'Abbâsides des Kerbelâ de 188. s.. 65. (contrat d') 217. syncrétisme le (al-) 145. la croyance — Efendi. 265 131. 133. 'Àïcha 117. 'Alî-ilâhî 285 (79). 84 (158). de (54. 209. 'Abdallah Mas'ûd (79). 245. tonnerre 209. al-Asw^ad 292 113. rationnellement ach'arite cole b. 116. 121. 272 50. 271 Sunnites. (T. mot ce V. 270 al- par dans Té- ' 106 79. Aslah 'Omar. 64). 282 — (132). 'Achûrâ. de et théologien b. 19. 294 289 al-Hilâlî 68. 33. 283 Maroc du s. 102 hindo-islamique Asin b. dans — b. Avatar Avicenne. Aumône. 295 134 'Adl. Wadâ 'Ali (56). Muhammed al-Qârî doctrine la 210. glorifié s. (35). plur. triade de dieux Husaïn 174. 284 148. (138). 259 ss. 224. . 'Abd al-Hamïd 'Abbâs b. 265 283(52). héros 'Abdalrahmân 'Âbid.62). les à prétendu 249. 284 (79). 273 al-Baghdâdî (Muhammed 'Addjâd] s. 142). (39). 266 (3).302 INDEX — utilisé — chez lesBéhâïstes par Anthropomorphismes Ach'arl 99 — 102 la tradition dans le Chi'isme Apocryphes. 275 224. (hindou) 238. 264 78. 28. •Abdalqâdir. 'Alï (79). le Sufisme Attributs l'empire l'indépendance Djîlâni 144. 252 fondateur 'Abdalqâdir s. (39). al-'abidin 200. de (tendances). b. (12)- 194. Khalife algérienne sur (al-)term. (Seyyid) al-Murtadâ 'Ali Wefâ 'Ali Zeïn 283 285 289 (20). al-) 267 54. Awzâ'ï 143.

303 INDEX 'Amal. Gha'rânî 68). 138. (125). Bâbisme 228 Badshah Husaïn Bukhâri ss. 137).. Bhikhsus 131. F. (27). 190. 235. 283 177 Bâbisme le sur ouvrages — (48). 253 (11).. (Abu Batalyûsi 254 sur Carra (28). 78-79. (138). influence — 294 al-) 180. 132-134. Tawfiq Bichr b. 54). 101. 230. techn. (151). (21). 268(70). 'Amrb. le le (109). (90). Ghî'ites 270(21). 291 (Abu 'Attâr 277 (26). Gharî'at al- Muhammed (al-)43. 47. Caetani 101. 40). (35. (49. 55. 22). 116 Ghahrastânï s. Sa'id 'Aqâ'id 81. 60). 'Aql. 50. (128).) 86."262 254 (27). (al-)259 Qoran Gha'bi religieux Vaux.294 (30). 276 de Sufisme al-) 277 (79). (al-) 174. (84. 12. Aumône). Zâhir) Behâ Allah 230 al- 205 Bâbisme. 95. Bid'a 136. s. 285 261 ^al-)256. 81. 178. 265 G Balkafa Sld (77). 183. 259 262 (81). le Sufisme dans (109). — Bilawhar Birûnî (110). al-)259 (Ibn-Hadjar 'Asqalâni (82). 277 (79). 224. 290 (57). (138). techn.286 26 Barlaam Bayân.279 136. Browne (143). 257 (61). 'Ubaïd b. 146. 273 265 (96. b. ('Abd Gharîk 263 (88). 114). 283 Samuel al-Wahhâb (125). . 99). 294 (54). Balkhî 277 (19). al-) 278 (124). (hindous) 296 Ghâfi'I 284-285 (14).278(135. 291 (v. 278 (53). (al-) 287 Bala^Yi 300 (23). 286 Bismillâh 106. 293 183. al-Mu'tamir 215 s. 284(66). sur — (103). (8). (132). des libéralisme 53. (84).274 269 Ghî'ites les (36. (12). Bâlï (11). (Abû-Yezïd Bouddha s. Ghalmaghânï al-) 195. 278 b. (Muhammed) Dâmâd Bâqir Behâ Ibrahim (65). al-) (40). 107 Gélibat 261 le libre sur 266 le sur Châdalî s. (Ahmed Sûfî arbitre s. 266 dans s. 206. (Muhammed Bektâchis. 266 113. 89). néo-platoniciens (112. Behâ Allah 231. (al-) Baghawï (42). 270 (72). (Edward G. 261 81. 76. Muhammed 132. Bureïda 82. Châh-zinde (42). 295 de) (serment Bâtin. Ghamwil. 258 chez — (40).258 actions les (pour Balance (65). des (al-)34. (Abulfadl 'Allâmï les sur éléments le Sufisme dans 131- 132. (56. (12). 285 141. 'Amr Bienfaisance al-) 242.). Châmil. interne sens (85). l'intolérance sur — publication — des Ghî'ites à d'hymnes 197. 261 193. 69. 190. — dell' Annali (Leone). 57 (al-)261 Ghafâ'a (3). (A. Bihafrïdl82. 'Askarl wa-Budasif (al-)286 7. (29). 267 (149). légende sa le sur 275(84). (69). (125).289 fanatisme Gasuistique Bayyâniyya al-dm — 132. term. Abu al-dîn (Medjd hommes) (term. (150).300 260 (al-) 257 Balâdorî (74). (7). 275 132. Baïdâwï s. Islam Arabes des vin du l'usage de Causalité Muhammed (secte) 175. (al-)146.) 169.. 20. '284 248. 98. 'al-Husaïb Bûyides 192. 276(101). 36). 265 (44). 45. (Pseudo-) (al-) Barâ'a Barhebraeus Joasaf et Basasirï (âl-) 291 livre du al-'Àmih Behâ'iyye Beïhaqî Bekri ibn (v. al-) 267 (29). (67. Bistâmî 144 mu'eddin 'Arûs. 298 251 (21.

142. (absence (113). le)122. 281 al-sâdiq 169.284 (128). 271 139 Divorce influencé 236 derviches 125. (89). 266 (35). 284-285 15.. 106. de) (unité de) Djafr Qadarites Libre Djabr. s. 134. 142. Disparitas 12. Dja'farï (rite)248. (44). Tâhir Ghûmaniyya Ghûrâ Glément (polémique al-Isfaraïnï Gonception (Miss Laura) de 235. 139. Tawhîd. l'apparition et' des Darîmï — 197 le par Dâwûd tolérants plus les que de) mystique Dhyânâ sont (?) 272 — exploité 222. J41. Gliftbrd-Barney « 126. — publics par ss. Dervichisme (attitude Ghrétiennes. 158. s. 142). 79). (105). (138. 295 (Pscudo-) Islâm (41). 64). les) 199. 146. (1). 259 279 Djâ'ir 11. — chez Daniel plus Ghirk. — al-harb Din (éléments) du Qadar. des 29 196 impôts l'Islam dans s. 38. Dénûment 90. (influence) sur arbitre.272 Djahmiyya Gompagnons 33. 195 — mant expri- mu'ta- s. 275 (69).. 194 — de) vocable Idjmâ'. (93). 83). 46. . 240. rapport zilite 188 culte 193 190 des saints 193. tradition purement intolérant — — Dâ'ï des Damïri vis-à-vis Mu'tazilites — celle de Dâ'ire religion d'État 247. 142. 275 (86. 47). (2). (influences) sur Ghuhfûr (al-)261 giquement (10). 279 (75. 262 (43). 239. — voisine s. 286 (28). (extension 251 derviches 166. le Sufisme — dans le culte — dans l'Inde chez les saints Sunnites l'égard des) à envers eux 293-294 (135). 283 (72). dogmatique rituelle attitude — Gonsensus de 14. (28). la techn. 281 — Gonscience 228. 22 s. v. 7. le (influence) l'ascétisme sur Ghristianisme b. s. iranien. 3. (45. altérations 32. Châfî'ites — la avec pratique — l'idée (5).. contre de) altérée 233. (47). (conception Dildâr'Ali (51). al-Tâ'i Dieu (140. 274 (91). 294 (10). (72). Muhammed 193. 199. d'Alexandrie 82 75. 53). 149. 261 (20). (63). 11. 263(87). (55). (72). 264 Ramî (3. v. (de mythologiques Dieu). 90). Djàhiz. 270 (79. 139). 294 l'aide à Ghî'ites (84.) 128. 122. non — 164 155. les Nosaïris 135. 287 128. dans secourus 248. 291 (108). 190. 269 (hindou) Dja'far avec s. 285 (117j. 257 131. 22. (30). 28S (le Livre Dâr asghar. (mariage (35).' des 261 183. 81. (65). (mets des) s. — (al-)58. 276 (99). 8.276 273 techn. 265 264 282 Djam' (term. 226. (amour — s. v. (3). 292 — » (90). — 140. (60. 273 (45.8). les 133.263(87. de mais la arabe que khâfï de (term. 170. (150).271 132. opposée 210. 293 mytholo- Mahabbal41.284 272 Déterminisme. Djâhiliyya. 135. Messie — Ghrétiens — les 86). Djâmi'a à 133.304 INDEX Cheïkhîs (secte des) Chemsî-Tebrizî 'Alî Gherâgh (Moulavi) Ghî'isme Ghi'a. 140. 218. 65. 61. cultus (153). v. les w^âli Danse Sunnisme le s.) notion de) 37. Djabr fisme Su- 75. Gynisme ss. 284 Djarîr 263 Djelâl al-dïn 205. 83 290 s. (54). (justice de) 70. 85. (monachisme) Behâ'ïsme 97.

.

Ibn 'Abbâs Ibn 'Abdalbarr Ibn 'Abd 225 Ibn 281 (8. 192. Grimme Qorân le dans arbitre libre le sur 74.288 Hichâm. 66. a'zam 146. Kalâm 268 Hurûfis 32 s. (116). (17). Ghadar Ghaïr-Mahdi (21). 76. 16). . (77. » 102. Hassan Hilli Ismâ'il Hermétiques Hasan Hawâri (95). s. (156). poraine contem- Hasan b. 204. 268 Kalâm b. 274 (26). techn. 288 (al-)147 Ghazâlï développé 193.) sur 295 Hadït. 113. (146). 166.) courants 185. 258 254 al-'Askari b. 80). mythologiquement conçu — 222 al-Kermâni (term. 'Adi. (Muhammed Hamadanï (3). 209. (al-) 292 Hudeïfa 8. Hureïfich 97. 259. Haqiqa Liebe der Lied Hohe 86 152-153. v.. 273 Druses les — 247.. par les 163. 186. (Muhammed) (84). 266 223. 15. lJ5s. 165. al-Namari al-Wahhâb s. la (term. Hanafites 245 174. Harâm 129. s. Harb 242. 265 anthropopathiques et Hamadâni 129. 287 58. dévasté l'occasion de 282(25). (39). Haddjâdj (93). 'Arabchâh 275 252 (21). 128. déclare se Dieu (125). 157. al-'ârifin 249. 146. (3). Kâdiân de 64. Hai'idâsa arabische Das « la dans mahdistes les sur Turquie Hasan b. fâbit287 b. Hidjra.) 48. les chez — (95). de Hanfach 286(79^.. 214. 284 s.) sur sur le les sur l'Islam. Hasan (Martin). (25). 167. (52). al-) 281 littéralement interprètent fanatiques — (Ibn al-Faqïh (24). al-Mu- ibn Yûsuf (secte) 206. . (12). 59. tombeau Ibâdites 63. diyya. Ghulât Ghusn s. et Hizâm b. mort sa 168 177-178. 288-289 185. (71). les par (123). 'Ali Hârûn (Aaron) Hârûn al-rachid Hégire. al-) Hadjar (84). (Hasan tahharal-) 183. 85. rahmânal-) anthropomorphistes expressions ennemis — 'Abdal- b. Hâkim Ahme- v. 277 274 Hâfiz Hâkim enseigne — combat — tolérance la Ta'Iimiyya la Ahmed Ghulâm 154. les Hammei^-Purgstall. 205. (16). Hindi (apôtre) Hâzimi al-)145. (105). 164. b. Hallâdj 228. 249. Yûsuf 143. 282. — deuil — surhumain conçu l'ascèse du) 82. Bid'a techn. 139. Hasan Ahmed al-dm (Chihâb Heïtamî 268 (83). 165. son — — (155). mythologiquement 209.306 INDEX (Hubert). sur (93). 273 253 227. 264 (67). contestée à 77).)141. techn. Hanbalites 234. Mahdi le sur — reconnu — Chi'ites (perfidie)23. s. (Max) (Cl. 112. al-Fûti Hichâm Hidjra (Sirâdj al-dîn (influences) 237 132. khalife al-Basri (12). 258 'Ali 230. s. 293 Ahmediyya b. Hartmann (term. (Joseph) Horovitz (S. 279 Tâdj v. (45). Ismâ'il b. 283 al-Yamân b. (25). 265 l'incarnation de attendent retour son 208. 43. (Abu Herewi (33). (77. Horovitz Huart 'Omar (91). 295 207. Mu'tazilites — 288 le (authenticité — al-)291 (110). 290 254 Hurûfis Huseïn Hindoues Horten (91).80).259 51.

228. s. lehûda Ihyâ esprit profane à Idrîsides (58). s. 34. 5. Duodécimains « des Intolérance (11). des — 130. 275 (91). 58). 9. 23). liturgique sens Imamites al-Dja vvziyya (26). 20. 226. (139). 290 67. (Biographies). 276 (118.254 à — (3). 4). 19. 16. s. 273 (20. bid'a 35. 287 203. ombres — les s. 264 293 non-musulmans (73). écrite de manière d'évolution sur la 61 Delhi Ismâ'il de vivre 216 196. 269(14).288 270 Ibn Ibn 'Alï) 174. 287 (21. Chï'isme universelle encore imparfait 164 13-19. 217. 36.297 (64). 274 Ibn Sab'in Sa'd (63). (6). 7). politique. l'égard 258 261 Imâms Islam. (79). 269 à Sunnites des Ismaïliens 34 s dans Ghi'ites 196 caractère 11. altérée 21 s. 266 retour 286 (23). ») 180-181. 12. 74. 283 260 252 (Pseudo-) Ibn — (73). s. 268 le 51. 24). 178 Muhammed œuvres (46). 252 251 (26. 28. (71. 2. 6. (52). (51). 61. 268 Ibn — (90).260 (8). — 175 s. 260 al-Ruqayyât 291 chi'ite Imprimerie al-Qalânisi Ibn (27). 294 277 Ibrahim Idjmâ' — 222 Edhem. (45. — caractère — — foi capable influence loi dé une juridique dogmatique constitution et et et suistique ca- s. 18. 286 253 Ibn al-AtIr Ibn Bâbûya. 267 (21). 287 225. Ibn son caractère — (70). 21. (46). 285 284 (110). 134. 266(36).125). 281 253 (18). 271 270 (38. 282 281 (37. 48). religion Ismâ'il al-Fârâni (Mav^^awi) 253 s.. 89). Ghi'isme s. 16. (150). — 294 Ibn Sîrin al-Ta'âwidi Ibn Teïmiyya (Taqî al-din). (27). 259 (74). 28. 5. 'ulûm Ikhwân 120. (term. al-Nacha'i Ibrahim b.) appréciation. 240. s. 265 259 de (90). de éclectique 3. 49. s. al-Djawzi Djubaïr Ibn Hichâm Ibn al-Hanafijya — Hazm (Abu Ibn Ibn Khaldûn Ibn Khallikân Ibn Mas'ûd al-Muqaffa' Qaïyim (29).. (150). 32. (26. 179 163. 265 200. sous Muhammed une loi orale 32. 23). 264 (2.. 178 (12). 16. 83). 152. 278 (10). Muhammed 262 ha-nâsî Ikhlâs (33). infaillibilité — 215 150. 16 Intérêts 172 s.. 296 des 2. 37. 272 (58). 280(154).307 INDEX Ibn 'Arabi Ibn 'Asâkir (21). 262 croyance (56). 172-173. soumission. Mâdja Qaïs (38). (91). al-dîn al-safâ au — — (90). 84).) Imâm. Ibn 199. tradition (91). 27). 50). 283 (57. 83). réceptif. (17). 158. (15. (86. 27. 87. développement réunit de (138). 59. 267 15. (34). 20). 299 176 218. articles hindoue 240. son (21). (1. 33. s. conception — l'égard 11. 79. 279 275 s. (68). 267 — (17). 3. 170 le 175 184 Infaillibilité (109). Ibn (104). 227. — — (30. 101. .282 Ibn Ibn 166.. 34). 262 s. 266 265 39). 12). dance dépen- morale 19 Dieu de religion s.258 s.. s. indispensable Iqâma(term. sentiment religion guerrière — des 207.. 69. s. techn. 268 114). (76. 270 chef apothéose — (87). Idjï (al-) — dans 44 251 (24). 23. 25). 6.. 259 (2. 64. 13. 151. (95). 279 38). 257 (57). 262 (67. 56. 35. (51. 119. (11). 200. 292 293 (123). 3. — (19). 182.265 263 55. (ou Intention 262 (37). Quteïba Mahdi 164 dans 189.273 259 283 distinctif opposition Qummï v. 11). 161. 201. la s. (11. 58. (14. 295 jusqu'à Idjrâ al-'âdat Sunnisme du Ghi'isme au consacre — (al-). 24 s. s. (134). 31. 71). valeur tableau du 57 (39). distingue prend un — (112. techn. 108 par 180.296(4. (133).

Chî'isme le sur — Mahdl au la sur l'influence sur syrien l'influence Sufisme 39. (154). (Abu Khassâf l'école 240. 194. 163. Kâchânï 160 s. Juives — Justice des) avec (influences 251 b. Sinân al-af'âl Khalq Muhammed) sur Hichâm Khâlid Khalife (mariage 11. les par Chî'ites chî'ite pèleinnage 168. s. (79). (70). 31. 82 K de 293 (conception al-Khâssa Ka'ba 55. 139). (12). Chî'ites Kabïr. 113. 69. 75. 7. (150). nanda sunnite (term. (Abu Kharrâz s. 265 (12).282 le Yémen dans — 258 7.) (term.). Ismaïliens 243. Khalaf (137. 276 131. Judéo-chrétienne v. 27. 32. émanation — (Fr. 292 (120). — — traités les Sunnites 294 (135. 231. s. des 75. 280 166. préparés (mets les par que tolérance de plus avec Chî'ites les) 198. . 'Iwad chî'ites 105 s.). b. 262 — la 79 répudié — de 152. Kufr du Qada- 132. 146). 199. 47. 204. Kumeït (14). sur — F. 29. 291 286 al-) (37. 52. 12. al-Mâridînî Redhouse.. 157. (Saïyidi 'Alï) 285 Khawwâs ('Abd al-razzâq 145.). 30. M. (82). 283 (61). 285 284 (104). (Alfred rites 245. (bataille de) 65. 218. dénomination 4. Dja'far 201. Sufisme Ghazâli (72. Jordan (al-)287 aqdas tive rela- bibliographie (48). Muhammed (Abù-Dja'far (21.) (influence) croyance Juifs à — Médine 299 d'association avec les) 258 Abu sur hindoue la -1- le sur tion d'évolu- capacité 219. Sa'îd) des Râma- Khaw^âmis al-) Khazradji Khidr à se que al-'Amma). (149. Khâridjites. Kalâm 'Id al-ghadir 192.) 68. 40. b. par 294 par Khabbâb 198. (Abr. pèlerinages des jugé — Kasan de siège but — casuistique 58. 279 161. donnent les Bekr Ahmed) 263 (90). 12. Josua (25. al-Ma'arrî sur — Lëwi b. 290 192-193. techn. patrie rascétisme techn. 171 s. — _-= dans le chez les Jeûne Bâbisme Ahmediyya (Rev. s. Kuenen 184. 162. Makhlad Khâlid b. le sur Béhâïsme (R. 245. doctrinales (90). apôtre Kâchi 274 (75). 'Iraq. 41. (G. 3. 182. (108). (contrats — 282 hindoue rislâm 279 Kulînî 6. 57. lieu — s.. les sur 136. Bektâchis des l'ordre sur 285 (145. 76).). (72). 80. Jacob Jésus de) la et Kitâb Kremer 203. 153. (23).292(119).139). (al-) v. (congrès al-) de de) 249.. 279(154). 150). 7. 42). 138. 294 (138). aux (la parousie Mahdi Kern (101). 29. 261 al-Kindî selle l'intelligence univer- de la sur divergences madâhib au croyance (92). 288 184. 4. 294 (90). 297 l'influence 'Alâ 235. sunno-chî'ite commémoration — 143 148 (Asad-AUâh Kerbelâ 85. 227. christianisme 229. ou du) opposée (l'élite.308 INDEX Ismâ'ïl 201 Kâfir. 24). le par par Kâzimî 121. sur de 194. divine 70.). (10). 34). à Bostra — (24). 163.

187. 121. v. 176. 22 (term. Mu'tazilites les rejeté — (134). analyse (D. de Mu- Muhammed par al-) 289 8.. (la) avant Menini 184.). (Abu Mawlid persécute — rites 46 229. 135). Khodjas 208. 181 de croyance 129. (3). 83. (term.309 INDEX Khirqa. 216. martyrologes (al-)291 Marabouts (160). (82). Marcionites. 282 le Bâbisme231. 267 (46). 103.293(123). (96. sur des 241. 86). 288 Mahabba. 275 (91). amour Chi'ites Mahrûqï (al-).khalife Mansûr (des Chï'ites) 167. s. 65. Millat al-bayân231. 70 s. (sing. . Maturïdî (6). (62). Testament gions reli- 14. 23). (28). 136. s.). s. 293-294 Yezïd. valeur la sur Sufisme le par 83. 93. 264 197. v. 'Adallâh 231. (8). Lammens (H. Maqrîzï 81. 43-44.268 254(26). 238.). 59.) 48. (34). (al-) Mekke 167. 139. 184 — s. (Abu Bekr Malâmatiyya Malâmî Khwârizmï al-) (29). sur relative Lulf techn. Margoliouth (D. 141. 190. (71). techn. — (al-). (28). Mâlik b. 140. al-Hilli 290 (105). s. (65). 144. khalife 47. 4. al-Ghaznawi Makrûh mystique. le — dans la Sunna (naissance s. Mansûr Mawâqif Médine 157 Ghî'ites techn.. de (34). aussi Talmud). Anas 34. 272 (21.. S. MashafFâtima285(72). — Macauliffe dans avec la ascétique ennobli dans l'influence sur littérature Mariage. Midrach (93). (cheikh) 6 Meïdânï (93). 282 173. Ma'sûm260 13.) wâdjib — 84. 282 (Ahmed Merrill Mi'dad (50). dans (61). Mahmûd Makr Djeu l'apparition (Selah). temporaine con- (sens mot) (mouvements) Mahdistes 185.283 qissïn (hébr. 266 281 168. (al-)262 M le non-musulmans temporaire. 253 Agada Mihan.) Mâwerdi Mechreb 288 (6). (107). khalife Mahdî les 42 67. Sikhs B. d'âme états l'éducation sur Madjûs ne sont des pas (secte des) (al-). 262 260 (68). Dînâr 126. — 189. 224. Madâhib — religion plus 123.madhab) Mahdawîs — Sûfî du 296 (divergences des) — gique psycholo- cienne an- (154). 149. 269 266 (39). Miqdâd b. conquête Merwân 287 94. Nouveau des chï'ites (109). (al-)267 hammed Ghï'isme dans Mahdi 268 173. l'intolérance sur des 198. Mahdi — (63). au) la 184 Perse s. et tribulations 282 (134. (32). al-nabi s.. Macdonald — A. Metâwile (91).269 Mekhasschebhê croyance au) 89 216. la du 233. 99). dans mazhar ou Maqâtil. (48). (18). sectes 199.derviche Maïmûni 257 Allah (5). gnostique. — le Béhaïsme des Mas'ûdî 295 (M.) Mu'âwiya sur — (10).) 183. 98. (29). (term.. I" b. — (la 56. Maslaha des 163. 273 Bâbisme mut'a. orthodoxe la al-) (79. 120. Millat al-furqân Minbar 234. 264 262 les et Manzar Omayyades — sur les Metâwila sur les Nusaïris Libre arbitre chez — Loisy. (V. 293 295 63. 276 Mâlik b. du s. 216. 282 140. Ma'mûn (al-).

284 — selle univer- conçu par Ismaïliens exceptionnelle de sa — mythologiquement les par ?»- 210. pacha b. intolérants Ach'arites aux 95 99 l'aristotélisme avec formant une pas secte 107. sensuel. (term. (125). (al-). (138)- 294 151. 294 (v. 165.) (al-)khalife (mariage) Mutakallim 203. Mu'âwiya. 162. rapport ne 86 Dieu religion d'État doctrine leur de attributs les sur 267 Muhammed » s. (138). 55. — Mut'a hadît. Muqanna' (al-)182. Mubtadi' son Muhyï 162. — du s. Morier (93). (104) 290 s. regardé son (28). 96..310 INDEX Miracle 108 Moïse — — Muhammed Miramo- Miramomelin. 160. rapports avec les Khâridjites rapports avec les Chï'ites modernes al-dïn 'Abdallah (52). 157. b. 288 Allah) {Hibat Muhâsibi 172.) interprète — Muhyï 96. techn. 30. 289 Mûsâ) (Abu Mûsâ (25). s. 244. (I. 287 218. 19. Mollahs. 187. Djawnpûr (91). 243. 235. 284 (53). — Bâb (36). Abu-1-Qâsim 181. 80 justice la sur 83 154. 265 (21). 242. 252-253 (99). émanation position — impeccabi- son techn. 279 recueil d'un Chï'ites Mustahabb 118.. Muhammed — 287 (53).159. 265 (al-)285(72) Murdar 3 lui-même (32). (138). idéalisé 254 Akbar sur (al-). (38). 274 (72). 271 'Abbâd b. s. » dépendant « . Abû-Âmir — b. 283 l'unité et Dieu de l'anthropomorphisme sur le déclarent Qorân mais rationalistes. (11). Muqtafi 216. 93. Muhammed Muhammed — al-' Abbâsi 'Abduh al-Mahdï 105.khalife Mu'tazilites. 144. Mustansir des imposteur comme infaillibilité lité 175 — blâmé exagérées 174. considéré — de Muhammed s. Muwaffaq 265 261 (25). Murdji'tes. opposés 279 créé s. 101 (154).khalife Murâdi Qorân du 159. 96. 211. 56. 226. s. 177. — al-dïn Muqaddasî 29. (term. Muhammed Muhammed — — Muhammed Bàbisme (91). 285 (75. s. 142. 154).Iârital-)276 Muhibbi (53). 142. . son humeur rabaissé chï'ites — — par et sectes (53). b. s.. Miramolin.258 (10). 197. Muw^ahhid Muwatta.. techn.273 (al-) 260 Millier Perse Baba. Wâsi' 225. auteur 34. 88 92 s. 252 tisme l'ascé- approuve 135. Ghazâli) (August) Mughîriyya — al-dm 229. Murdji'a. 260 s. 167. 270 et (150. 80. Muqassira (term. Khalaf Hanfach al-Qurachi. 107. b. (Max) (39). Sa'ûd Muhammed b. 126.khalife. — v. techn. chah al-Bâqir de Perse. de) Mudjtahid 218. 78). de 193. 114-115. (term. Ismâ'ïl 203. Mudjâhid.. (al-). (42). ibn-'Arabï 195. (59). — d'Egypte 'Alî. (25). — — Muhammed Sa'dûn. fâtimide 191 d'hérésie flaireur Mutawakkil l'intelligence de dépossédé Nusaïris « 79 Mu'tasim s. al-) 294 (secte chî'ite) 175. 93. Qudâma s. 284 203. melli imposteur comme émanation de réapparu selle univer- l'intelligence la sous 'Ulamâ b. Muhammed 'Alî fondateur Muhammed Muhammed Muhammed 228 (Mîrzâ). s. Millier 254(26). 188 162.) (al-Cheïkh caractère 19 (41). — 43. 203. 277 229.) Murâqaba s.. 154 'Ali. (al-) 151. les et — 68 181. 52. les s. 141. Djebel Mu'ammar Mufïd du figure de (Hadji Motylinski Mu'âd al-Hifnï (100). 266 al-Kàzim Muslim. Mutawâlî.290(101).

des Ismâ'i- piété. Omayyades. Torigine sur Sufisme du développement rislâm Noer 'Otmân 36-37. 24. Geschichte Nouveau ^8. 253 'O[i. Nakhâwla (89). 121. 152. — (26). 129. 293 s. le hadït M. une b. 101. 288 Nânak 246.0f. 282 — b. (16). 202. 210. sur 35. Muhammed. 262 griefs hostiles. du v. 122. Naqâ'id (Abu-1-Husaïn (93). Nizâmiennes Noé. 30. 184. I". nestorienne arabe 91 dans (Walter Hanbal 266 néo-platonisme. en de s. 189.284 258 'Omar nizâmienne 269 'Ubeïdallâh 199. 249. dehadît recueil son (al-). à l'Islam s. 28. Korans des 251 (7). (4).wao. 287 (11).264 64 pi. temporaire 192. 158. (3). 200. université Nlsâbûr. (98). (39). — khalife. Panislamisme 248. combattus 282 (57. 127. 10. b. Nicholson — Sufisme le dans 107. (78). Ahmed 93. ' (39). (66). le Ghî'isme par 164.). sa 'Omar néo-platonicienne son 79. Perinde ac cadaver 272-273 (51). légende de) mariage II.) (term. luttes leurs contre — 40 eux doctrine la théocrates 159 (26). 113. (39). Nizâm al-mulk (Comte vues — sur de le sa 148. Sûfi Parole Pater 273 (59). 286 Nôldeke Sufisme — 159. (25). 253 174. 254 25. nussâk. Dieu noster Patton 34-35. v. 289 286 al-)285 Ahmed de 234. (21). 132.). 158. 254 Nawawî (134). 274 272 (6. 264 regardé Mahdl comme b. dans l'universalité sur des Panthéisme. 166. 77). épouse 'Otmân Atman.. Nazzâm 107. 270 132. le dans influence — Ghî'isme 208 123. (11. 199. 284 (77). 114. s. chute leur 167. 259 (27). al-Fârid « 287 Sultan (91). 257 Nasà'i (21). (75. Ahmediyya al-din Nûrî (Abu-l-'Abbâs Nadjâchi l'ascétisme sur 126. 17. A. khalife Nâsir. influence 159. s. 242.) 203.255 (29). (Hasan Nawbakhtî Muhammed Nazar techn. — libre 285(75). 136.294 (90). 'Alides les contre Khâridjites les 161-162. (61). 263 Nâqûs al-) (secte des) (160). s. 21). (135)^ 294 Namâzi 'Otman de Nâ'ila. (31). 54. 268 265 270 (28). 65). 11). 226. Néo-platonisme. 16. 295 241. al-'âchiqïn » 131. Nedjef 187. s. (universités) 98. techn. (79). ' — al-) — du s. (3). 272 Nusaïris (145). 114. contre indifférents de 77 non — (al-)15. 64. 40 54. Nâsik. (17). de 119. Testament traduction — 98. — liens le sur 202 274 système (Reynold histoire Nirwana. (91). ni adversaires — (3). Niyya 16. 'Otmân. 'Omar (Th. N — dans le Béha'isme — chez les Nûr Nâdirchâh 248. 68. . Pèlerinage 12. — s. 137. 218.311 INDEX Mythologie — 82. abolit 265 chrétienne Ma'zûn b. 199. ni — (10). 252. arbitre (91): 287 Nâtiq (term.) (35). épouse l'Islam. mot le 257 (18). 264 123.

12. Damascus ibn Muhammed (98). rislâm 197. 136. à fin du de repos) 13. 136. . hindou (39). 287 monde) Murdji' n'est — 265 (90). v. 257 116. ruhbân Râhib. droit du (influence Ruhbân. (6). 254-256 arbitre éternel interprété 25 dogmatiques sur chez Khazradji. al-Musayyab sâ'ïhât. 205. 286 'Amir al-)87. 204. 257 al-zamânl86. Platon (le mariage République Sikhs les sur de) la Polak (D'" J. 295 contradictions sur 241. (109). 275 al-din (Abu al-amïr Mansûr) 56. Qummï de siège cœurs 276 Bâbûya 241. 273 226. 281 Sadj' Sa'îd b. 39). s. 155. 272 265 moines (culte des) 193. FiveYears contre les contre Chrétiens les al-) piété la (prière) 190 Qurrâ Porter. Tlslâm sur de Qurachi Perse en Muhammed « l'ascétisme chrétien in Prédestination. 281 Qiftï Râzï s. Saints 211. 151. sur Fiqh 9 rédaction — (90). Rahbâniyya (term. (35). v. Hasan b. b. s. Djabr. Qâdl Qâ'ïm (al-)253 Qâsim Qorân 6. Qorân. du nisme cy- s. et chez ('Abd g. al-Karim Redhouse. littérairement créé Review (169). (21). 271 111. al-Karîm Tawakkul. Romain l'Islam altérée ou of diyya 233. Qâll 75 (al-) al-fâdil 85. Tinfluence sur (E. 122.). Qastallani — 231. 67. adaptation Pearl-Strings (35. 133. 230. 293 82. b. dans temporaire » Plotin 196 (al-) les Qulûb 138. (20). v. E. Qurtubî(al-) 122.271 262 270 9. 118. 121. doute Nusaïris par les 162-163. (hindou) 128. Ruweïm 145. Dja'far Djumhûr 191. (term. 289 al-) (Abu Qurrat 9. Polémique et (Abu (Muhammed Qunût 127. allégoriquement intégrité Qucheïrî 93 62 123. Sâ'a. (secte hindoue) ('Abd (19).. Sanaki Ram 231. jour pas dans Saladin Samâdhi hindou moine 10.). (35). 121.312 INDEX (traduction Pharisiens Philon mot) Qummï 130. arbitre. [Dieu les s.. techn. » 30.269 errants. 220 238. (5). — (2). Sabâ'ï opposé Sabbat (le le dans le sur — 39. 7.. 226. Prière 46 7. 272 de 247. Juifs (100). — — — — — le — — sur l'amour repoussé al-) 146 Quiétisme. Ahme- des organe S 130. Renan (28). Sâ'ïhûn. Pincott — du (39). s. s. techn. 'Abbâs b. Behâ-AUâh (24). les Mu'tazilites les (134). de titre 83. 117 plur. 140. (90). Qayyûm. (79). libre Qadar. (2). Râhib. (de la heure Sadhu. s. 266 « arabe (85). 204. 183. (al-)270 (al-)281 Qazwini — (72). (54).. (5). s. Khutyam Rabi' 121. mise Metâwila s. (15). musulman) Rosaire pour libre Sufisme (51). en Religions. (Frédéric). importance — al-) 291 Reitzenstein. (al-)b. Radj'a 285 186. Hawâzin (138).) Qabîh Qadarites Qadar. 226. de Khâridjites — ? Ismaïliens les son 70 inégalable l'ascétisme 130 s.) 181. 80. de (récitateurs al-'aïn Qutb dévots). 278 3.. 287 Qibla.

.

) Wudjûb (105). l'Islam orientales (term. (71). l'archipel al-). (138). 165. de culture (70). 144. la sur la dans tume cou- loi 213.). 266 Médine. U — nécessité 84 Unité de Dieu Universelle Usâma 83 V. — comme Whinfield 'Ubeïdallâh contre (33). 264 (146. 261 (47). Weli Tabari 55. 141. Wahhâbites Ghi'isme Tempelstiirmer « 226.314 INDEX (Rev. l'hérésie prêchée — 123-124.275 (68). lalhab.273 soumis (84). Wasî Ta'âlibï s.).264 (91). Yahyâ (123). Mu'âwiya (57). caractère omayyade 7. (5). 291 (110). (R. Hasan du de source néo-platoniciens 194. 257. 262 Yàqût (108). l'Afrique 'Ubeïdallâh Dieu (56). 262 263 Zakariyya b. Yâfi'i Usûl à s. Djizya. techn. s.).293 (3. 'Atâ 80. impeccabilité 175. v. H. vizir Ruzzik. plutôt 195 in s. 293 (al-) 252 (29). Ghazâli par s. (34). (26). (langue) b. 258 (11). de Mûsâ l'empire du 293 nord 290 fâti- 201. le Chï'isme 1 (term. Ma'ïn Yahyâ b. le que (impôt de).) 129. — rinde dans s. Wisâl (term. techn.). Yezid 259 (87). 279 (53). Dammiyya al-Yemanî Vâmbéry. chï'ite Tûsï de la) b. techn.). Abï Tâhir) 260 Talâ'i' b. Indes des 171. techn. 247-249. 239. Aktam Yahyâ b. 262 Omayyades l'origine iranienne Westermark (Ahmed des nastie dy- (6). (usage du) Vincenti Arabien 66 151 caractérise le Sunnisme Wakî' b. techn. (Edouard). . 73. Wâqidi Chï'ites et al-Djarrâh Traducianisme dans Tudjîbi (al-)278 (al-)257 Waqqàtùn (6).258 254 Tabarsï (48).287 13).) Usûliyyùn laquelle Tawhid.) (al-)282 178. Sa'îd son 174. Sunnites entre — 224 154. (al-)270 Yahyâ b.. fondateur b.290 al-)290 (108).) (term. 220. mide dans 'Ulyâniyya. 141. 272 183. des les envers — les 29 mutuelle — Végétariens Vin envers religions — l'éthique sur 17. techn. (124). 113.284 Yatrib. jugement Tisdall rislâm de Tolérance — envers madâhib 141 122. (51). (43).272 est 232-233. bibliographie (90). — — » 42. 264 266 la de 194. Wâsil b. 289 286 Ghi'isme éléments le Sufisme 131. (Jean-Baptiste) v. b. 53 (Karl Hoch pécheurs Sufisme du d'autres adeptes s. v. chez (70).) Wilkinson (98). Ya'qûbi 282 les sur Tatars les 299 efforts (60). Ahmed al-) b. 266 284 (32). (Jul. (21). s. les sur (term. (Abu (126). Zeïd 293 Ubeïdallâh. (Nasïr al-dïn (E. J. Tarïqa (term. 151). 283(46). gale lé- matière en 51. Taïfûr nie — Dja'far l'hostilité sur — les Qadarites (49).) 135. sur dans 238. techn. 273 (term. chï'ite (degrés Tûsî (Muh. s. 272 Tahâwï (11). (125). (28). (68). Wellhausen (33). 'Umâra 190. 284 (11). Wilâya 146. v.

259 (al-) 217. Ziyâd (5) Ziyâd Zoroastriens 77. 201. 28. 200 243. 200. . Zâhiriyya. émir Yûnus. 157. Zeïd Zeïdites Zeïn Zindiq. 235. b. Zubaïrb. 270 Zuhd 118. al-'Awwâm 81. 270(28). 211. 43). (21). Zâhir(term. 276 maronite 257 Abï b. 112. 132.Bekkâr Zâhid 198. (102). (14). 145. 266 Zakât 18. ('Alï) 145. Zubaïr 124. 197. 189. s. (39. Zuyûd (secte des) al-'âbidîn 133.) Zâhirites 205. techn.315 INDEX Yogi (hindou) 138. Zuhri (al-) Zurqâni 200.

.

TABLE MATIÈRES DES Pages. IMPRIMEURS. Préface du v traducteur Avant-propos l'auteur de vu . CHAPITRE l^' CHAPITRE H CHAPITRE III CHAPITRE IV CHAPITRE V CHAPITRE VI Muhammed : Développement : : : : et Développement Ascétisme Les : et ITslam la 1 loi 27 dogmatique 61 de Sufisme 111 157 sectes Formations postérieures 213 Notes du chapitre i®'" 251 Notes du chapitre ii 257 Notes du chapitre Notes du chapitre Notes du chapitre Notes du chapitre m 264 iv 269 v 281 296 vi 301 Index MAGON. PROTAT FRERES. .

Centres d'intérêt liés