Vous êtes sur la page 1sur 83

UNE GREVE PARTICULIEREMENT REPRESENTATIVE 

DE L'APRES 1968.

LA GREVE AUX ETABLISSEMENTS PARIS­S.A. (NANTES).

FEVRIER ­ AVRIL 1972.

Documents rassemblés, chronologie  et textes écrits fin 1973

par Richard RUFFEL,
 
ouvrier "établi" licencié de l'usine pour faits de grève.

1
                                                                                                En mémoire de
DEDE SINOU,
établi aux
Etablissements Paris,
licencié à la
fin de la grève de 1972.

2
3
SOMMAIRE.

PREAMBULES……………………………………………………………………… p. 5 

LA SITUATION AVANT LA GREVE.
CAUSES EXTERNES ET INTERNES DE LA LUTTE.

A. Analyse de classe de l'usine. ………………………………………………………p. 9
                                    1. L'unité de production PARIS­S.A..
                                    2. La direction de l'entreprise, la maîtrise, les cadre
                                    3. Les bureaux.
                                    4.  Les chantiers extérieurs.
                                    5.  Les ateliers.

B. Causes externes de la grève. ……………………………………………………….p. 14
 1. La dégradation de la situation économique 
des travailleurs en France.
                                    2. La montée des luttes en France et dans l'Ouest.

C. Causes internes de la grève. ……………………………………………………..   p. 16
                                    1. L'intransigeance patronale de J. Paris
                                    2. L'unité syndicale.
                                    3. Le début d'émergence d'une gauche ouvrière
                                    4. La surestimation de nos forces par le patron et par les  syndicats.
                                    5. La spontanéité révolutionnaire de masse.

D.  PARIS­S.A. n'est pas un cas particulier. ………………………………………   p. 22

CHRONOLOGIE DE L'ACTION. …………………………………………………  p. 23
       
                                    1. Avant l'occupation.

4
                                    2. L'occupation 
                                    3. L'organisation de la grève
                                    4. La grève devient active
                                    5. Le début de la fin 

LA CONSTITUTION D'UNE FORCE REACTIONNAIRE PUISSANTE.

A. Composition du CDLT. ……………………………………………………………p. 59
                                    1. Les organisateurs.
                                    2. La base de masse.
B. Objectifs, thèmes et variations.  ………………………………………………… p. 60
                                    1. Les différents objectifs catégoriels des membres du CDLT.
                                    2.La tactique de consolidation et de légitimation du CDLT.
                                    3. Radicalisation et politisation.

C. Le rôle déterminant du CDLT dans la victoire patronale. ……………………..p. 64
                                    1. Un rôle de porte­parole de la Direction.
                                    2. Une opération de "brouillage".
                                    3. Les tentatives d'intimidation des grévistes.
                                    4. Le coup de force à l'Inspection du Travail.

D. Après la grève, la transformation du CDLT en SAP.  …………………………..p. 66

BRIBES DE CONCLUSION.  ………………………………………………………..p. 67

ANNEXES:

         ° Tracts intersyndicaux CFDT­CGT PARIS­S.A.

         ° Tracts du Comité de Soutien aux grévistes.

         ° Divers tracts de soutien.

5
          ° Coupures de presse.

6
PREALABLES.

 Trente ans après, est­ce trop tard ?

                        Un certain nombre de jeunes nés approximativement à l'époque de cette lutte, 
ayant incidemment lu le manuscrit que j'avais rédigé au sortir  de la grève, ont fortement in­
sisté pour que soit conservé et diffusé ce moment d'histoire ouvrière. Face à mes réticences, 
ils ont utilisé deux arguments : le "devoir de mémoire" et l'utilité pour le présent des expé­
riences passées.
                        Ils ont insisté. J'ai cédé.

 Eléments biographiques pour régler son compte à une contrevérité. 

"…Les maoïstes…produits du capitalisme …viennent à la fin de leurs études "tester la masse 
ouvrière"…et puis un beau matin, ils repartent comme ils sont venus ; la révolution a cessé de 
les amuser ; ils ressortent leurs diplômes, acceptent des postes à responsabilité, touchent les 
salaires correspondants…"
(Comité de Défense de la Liberté du Travail de PARIS­S.A., le  5 avril 1972.)

"   Ces   faux  révolutionnaires    doivent  être  énergiquement  démasqués  car objectivement  ils 
servent   les   intérêts   du   pouvoir   gaulliste   et   des   grands   monopoles   capitalistes." 
( Georges Marchais, Secrétaire Général du Parti Communiste Français ; l'Humanité du 3 mai 
1968.)

                        Dédé Sinou et moi, les deux "maoïstes" "établis" chez PARIS­S.A. avons été  
licenciés durant la grève et inculpés sur plainte de la Direction.

                        Dédé, rêves trop intenses brisés, s'est suicidé trois ans après la fin de cette  
grève.

                        Quant à moi, bien qu'inscrit sur les "listes noires" du patronat de Bretagne, des 
industries automobiles et ferroviaires (comme on me l'a fait clairement comprendre pendant 
ma recherche d'embauche), j'ai continué à travailler dans la métallurgie dans d'autres régions 
jusqu'en 1981. (Qu'on se rassure, cette date n'est qu'une coïncidence et je n'ai pas quitté l'usine 

7
pour mettre mes diplômes et mes compétences au service d'un cabinet quelconque du Gouver­
nement d'Union de la "Gauche"… ! ) 
J'ai ainsi pu connaître une nouvelle fois le bonheur de participer très activement à une grève 
de   six   semaines   (occupation,   séquestration   du   Directeur,   blocage   de   routes   et   de   voies 
ferrées…) dans une grosse entreprise, en tant que maoïste et délégué du personnel CGT  cette 
fois.
Depuis j'ai milité passionnément dans diverses associations (et contribué entre autres à la dé­
faite électorale du député­maire  RPR d'une ville moyenne).
J'ai créé   et animé bénévolement et à temps plein durant cinq ans un Collectif de chômeurs 
adhérent du mouvement "Agir ensemble contre le chômage" (A.C. !) (Durant ce temps, ma fa­
mille n'a vécu que du salaire de ma femme, enseignante et militante elle aussi, et non pas 
grâce à des subsides des Renseignements Généraux ou du MEDEF).
J'ai participé avec jouissance, avec ma famille et de nouveaux copains, chômeurs ou pas, au 
"Juppéthon" de Décembre 95, aux luttes des sans­papiers et des sans­logis, ainsi bien sûr 
qu'aux combats anti­mondialistes récents.

                        Les mauvaises fées de mauvaise foi avaient tort.
                        Notre sort a été de meilleure qualité que ceux qu'elles lançaient alors.

                        J'ajoute que quasiment tous et toutes les militant(e)s que j'ai connu(e)s intime­
ment restent encore fidèles à leurs engagements de jeunesse, même si aujourd'hui nous avons 
souvent le sentiment que nos actions sont réduites à celles des Shadoks : pomper, pomper 
pour éviter que le niveau de l'eau putride du capitalisme monte !

 Un récit sans noms.

                         Tout le monde remarquera que je ne cite nommément aucun des protagonistes 
de cette lutte (à part évidemment le patron de l'entreprise).
Dans la mesure où cette chronologie et ce bilan devaient paraître quelques mois après la grève 
dans une revue publique (ce qui finalement n'a pas pu se faire), il s'agissait d'une précaution 
justifiée (j'ai pu le constater par moi­même) contre des représailles patronales et policières.
Cela reste peut­être encore nécessaire pour certains. Pour diverses raisons, d'autres pourraient 
préférer ne pas être cités, et de toutes façons je ne suis pas maintenant capable de les retrou­
ver.

Horaires et mensuels.

                         Ces termes apparaissent en permanence au cours des pages qui suivent.

8
 A l'époque les ouvriers étaient rémunérés à l'heure et touchaient leur paie toutes les semaines, 
puis un peu plus tard toutes les quinzaines. Le mot utilisé pour les désigner, quel que soit leur 
degré de qualification, était celui d'"horaires".
  Par contre l'ensemble du personnel travaillant dans les bureaux (cadres, techniciens, secré­
taires…) recevait son salaire en fin de mois, était donc "mensualisé".

Des paysans pas ordinaires

                           Le soutien de certains agriculteurs aux travailleurs de chez PARIS­S.A. a été  
d'autant plus facile et naturel que le petit groupe maoïste local, issu de la Gauche Proléta­
rienne, dont Dédé Sinou et moi faisions partie avait travaillé chez eux les  précédents étés et 
avait ainsi noué des liens personnels et idéologiques profonds avec ceux­ci. Ces agriculteurs, 
en   compagnie   d'autres,   avaient   commencé   à   cristalliser   un   courant   de   gauche   dans   les 
structures syndicales agricoles, particulièrement en Bretagne, et créé, avec Bernard Lambert 
notamment, l'organisation "Paysans en lutte" qui s'est transformée en "Paysans Travailleurs", 
ancêtre de l'actuelle "Confédération Paysanne".

                                       L'intervention des camarades paysans a été exemplaire.
Ils ont apporté un soutien matériel efficace aux grévistes (en vendant au prix de production les 
produits de la ferme) et donné un contenu politique clair et mobilisateur à ce soutien. (Ils ont 
distribué en même temps que leurs produits un tract expliquant la communauté d'intérêts entre 
ouvriers et paysans, justifiant politiquement la solidarité nécessaire entre eux pour vaincre 
leur ennemi commun le capitalisme ; ils ont entraîné le maximum de gars possible pour récol­
ter les produits destinés aux grévistes afin de leur faire connaître concrètement leurs condi­
tions de travail ; ils ont eu des discussions individuelles  avec les ouvriers sur les formes de 
lutte et d'organisation ; ils ont réclamé la réciprocité de la solidarité ouvriers­paysans en de­
mandant une participation des grévistes à une de leurs actions : l'arrestation d'un camion de 
lait dans leur lutte contre la dictature des grosses coopératives agricoles ; …)

Notre groupe local avait également "établi" quelques un(e)s d'entre nous dans d'autres entre­
prises nantaises, effectué un travail de proximité et de sensibilisation dans certains quartiers, 
et  d'action dans les Facs. Ceci a également joué subsidiairement une légère influence sur ce 
conflit.

Des ouvriers de la Gauche Prolétarienne à Nantes et Saint­Nazaire.

9
                        Depuis 1968, plusieurs ouvriers des Ateliers et Chantiers de Bretagne, des Ba­
tignolles, de Brissonneau et Lotz, de Dubigeon ainsi que des Chantiers de l'Atlantique avaient 
rejoint la Gauche Prolétarienne et parfois créé des Comités de Lutte dans leurs entreprises.
                         Est­ce en raison de leur faiblesse ou à cause de dissensions antérieures avec 
notre groupe, toujours est­il qu'ils n'ont pratiquement pas pesé dans le soutien à la grève de 
chez PARIS­S.A.

Des organisations révolutionnaires aux portes de l'usine. 

                         La Ligue Communiste Révolutionnaire, le Prolétaire Ligne Rouge, Révolu­
tion, La Gauche Prolétarienne ont diffusé des tracts auprès des grévistes et/ou publié des ar­
ticles dans leurs journaux respectifs.
                        Je n'ai pas adjoint ces documents en annexe, non pas en raison d'un sectarisme  
qui m'est depuis longtemps étranger, mais parce qu'ils ne reflétaient qu'un point de vue exté­
rieur à un conflit dont ils n'étaient pas partie prenante.

                        Cependant les militants principalement étudiants  qui se sont mobilisés dans le 
Comité de Soutien  à la grève de chez PARIS­S.A. ont, surtout les premiers temps, renforcé la 
détermination des grévistes par le soutien "moral" (politique) et matériel qu'ils leurs appor­
taient. Mais surtout, ils ont élargi, enrichi la lutte en montrant, autant par leur présence que 
par ce qu'ils disaient, qu'elle ne constituait pas un phénomène isolé opposant dans un champ 
clos les ouvriers de PARIS­S.A. et le patron de la boite, mais qu'au contraire elle faisait partie 
d'un combat général mené un peu partout par les différentes couches populaires contre un en­
nemi commun, la bourgeoisie.

                        

Hommage malgré tout au délégué syndical CGT de chez PARIS­S.A.

Ayant vécu en tant que délégué CGT, lors d'une grève similaire quelques années plus tard, les 
pressions   constantes,   insupportables   sinon   violentes   des   instances   syndicales   supérieures 
(Union Locale, Union Départementale) visant à modérer les formes de lutte puis à mettre fin 
au conflit, je salue ici et maintenant le courage du délégué syndical de Paris­S.A.  pris en te­
naille entre une "base" dont nous entretenions la combativité et une hiérarchie syndicale exté­
rieure à l'entreprise de plus en plus hostile au contenu des revendications, aux formes prises 
par la lutte, et enfin à notre présence dans l'entreprise.

10
Non rien de rien, non je ne regrette rien !  
 
                        La chaleur de la classe ouvrière (et toutes autres qualités que je ne peux énu­
mérer dans ce cadre) ont été une source constante de joies durant les douze années que j'ai 
passées en usine.
                         La valeur humaine et intellectuelle de très nombreux travailleurs que j'y ai 
rencontrés m'a toujours "dopé".
                         Les principes théoriques du maoïsme (je ne parle pas là de certains aspects  
condamnables du communisme réel chinois ni de la personnalité hors du commun mais en 
même   temps   critiquable   de   Mao­Tsé­Toung)   m'ont   servi   en   toutes   circonstances   et   me 
paraissent encore utiles aujourd'hui. 

11
LA SITUATION AVANT LA GREVE.
                                       CAUSES EXTERNES ET INTERNES DE LA LUTTE.

 
A. ANALYSE DE CLASSE DE L'USINE.

                                            1. L'unité de production PARIS­S.A..

                        C'est une vieille entreprise familiale (créée en 1869 par Joseph Paris), mise en 
société anonyme après la guerre.
Principaux actionnaires : La famille Paris  (possédant deux châteaux au bord de l'Erdre, cibles 
en 1971 d'une manifestation de plusieurs milliers de personnes voulant  reconquérir le droit de 
passage coutumier au  bord de l'eau  pour les loisirs familiaux), la famille Lory et la famille 
Tardy (actionnaire puissant de plusieurs entreprises dans la région nantaise).

                        C'est la première entreprise régionale pour la production d'appareils de levage  
(ponts roulants, portiques, grues) et une des plus importante pour la production de charpentes 
métalliques (ponts, bâtiments industriels, pylônes…).
Elle se classe parmi les 10 entreprises les plus importantes de Nantes.

                        Les méthodes de production sont relativement archaïques (pas de chaîne, pas 
de cadences, vieux bâtiments obscurs, vieilles machines…).

                        L'entreprise emploie environ 700 personnes :
340 ouvriers dans les ateliers de l'usine de Nantes.
120 monteurs dispersés sur des chantiers aux quatre coins de la France
20 chefs monteurs sur ces chantiers.
20 agents de maîtrise dans les ateliers.
150 mensuels employés dans les bureaux (techniciens, dessinateurs, traceurs, dactylos, comp­
tables…)
60 cadres (ingénieurs…)

12
                        L'entreprise adhère à la  Chambre Patronale des Charpentes Métalliques, et non 
à la Chambre Patronale  de la Métallurgie, pour deux raisons : son importance dans cette 
branche lui permet de présider la Chambre des Charpentes Métalliques, d'autre part cela lui 
permet de refuser de s'aligner sur les salaires accordés généralement dans la métallurgie nan­
taise.

                                            2. La direction de l'entreprise, la maîtrise, les cadres.

                        Le directeur général est Jacques Paris, petit­fils du fondateur. 
C'est un portrait de "capitaine d'industrie" du XIX° siècle descendu de son cadre avec ses 
rêves moyenâgeux, dur avec ses ouvriers comme avec les paysans qui cultivent ses terres, in­
transigeant dans les discussions avec les syndicats. C'est un patron de combat, décidé à mater 
plutôt qu'à endormir toute contestation. Il n'hésitera pas à faire le coup de poing à la tête de 
ses troupes pendant la grève. C'est lui qui donne son empreinte à la direction de la boite. C'est 
l'ennemi principal.

                        La maîtrise : la plupart des chefs ont été formés par l'entreprise, recrutés parmi 
les traceurs ou même parmi les ouvriers. Ils ont principalement un rôle administratif et de sur­
veillance­répression ; plusieurs d'entre eux n'ont pas de compétences techniques très élevées. 
Sauf exception, ils sont les exécutants fidèles du patron. La plupart sont organisés dans une 
section syndicale C.G.C. dont le représentant s'était signalé, quelques années auparavant en 
cognant sur un ouvrier. Objectivement, c'est bien la police du patron.

                        Les cadres : bien payés pour la région (surtout au vu du niveau de leurs di­
plômes), ils n'ont aucun intérêt à remettre en cause la direction de l'entreprise. D'autre part 
leur fonction est plus technique et moins répressive que celle de la maîtrise des ateliers. On les 
voit peu dans les ateliers, et les rapports entre cadres et employés sont plus feutrés que ceux 
qui existent entre chefs et ouvriers.
Objectivement leur intérêt les place au côté de la direction.

                                                           3. Les bureaux.

13
                        Malgré l'hétérogénéité des fonctions et des salaires, ils forment un tout bien  
distinct  des ateliers.  La direction  a d'ailleurs  grand soin de séparer ces  deux milieux.  Un 
exemple : les heures d'embauche et de débauche des employés sont différentes de celles des 
ouvriers.

                       Le personnel des bureaux se répartit grossièrement en deux services : le service  
administratif (comptabilité, bureau du personnel, dactylos…) et les bureaux d'études (dessina­
teurs, techniciens, …).
Si l'on exclut les cadres, globalement la situation économique des employés de bureaux com­
porte deux aspects : 
­ d'une part, en comparaison avec le reste de la métallurgie nantaise, ils sont moins sous­payés 
que les ouvriers.
­ d'autre part, la quasi­totalité d'entre eux reçoit un salaire supérieur à celui d'un ouvrier pro­
fessionnel hautement qualifié et bénéficiant de primes d'ancienneté.
                       
                         La principale distinction entre le personnel des bureaux et les ouvriers tient à 
la place différente qu'ils occupent les uns et les autres dans le processus de production. Dans 
la hiérarchie capitaliste, le sommet est occupé par les travailleurs intellectuels et le fond par 
les travailleurs manuels.
Les employés des bureaux sont des "semi­intellectuels". Ils pensent que l'accès aux sommets 
leur est ouvert.
Généralement ils redoutent et méprisent le travail manuel (encore tout proche d'eux) d'une 
part, et d'autre part, ils sont soumis à la concurrence pour l'ascension sociale. Leur idéologie 
est principalement individualiste.

                        Ils ont donc des intérêts du même ordre que celui des ouvriers (des salaires tout 
de même médiocres, un travail qu'ils ne maîtrisent pas, une soumission à la hiérarchie de 
l'entreprise), et en même temps l'illusion qu'ils ont intérêt au maintien de la hiérarchie capita­
liste,  au maintien du statu quo.

                        Chez PARIS­S.A., la contradiction ouvriers­ employés ("mensuels") est aggra ­
vée   par   les   manœuvres   de   la   direction   (horaires   différents,   refus   de   laisser   les   employés 
descendre dans les ateliers, augmentations de salaires automatiques, sans que les employés 
aient à bouger le petit doigt, après chaque lutte ouvrière…), et par l'attitude des syndicats. La 
CFDT, seule représentée dans les bureaux n'a que très rarement informé les bureaux sur les 
luttes menées dans les ateliers et a encore moins appelé les employés à s'y joindre. Elle n'avait 
pas, avant 72, cherché à mener des luttes remettant en cause la hiérarchie. 
Chez PARIS­S.A., les employés n'avaient aucun passé de lutte, rien qui puisse les préparer à 
rejoindre massivement la grève en 1972.

14
                                                           4.  Les chantiers extérieurs.

                        PARIS­S.A.. emploie près de 150 monteurs et chefs monteurs qui, un peu par ­
tout en France, assemblent les pièces réalisées dans les ateliers de Nantes.

                         Ces monteurs n'ont aucun lien avec l'usine de Nantes, n'ont aucune tradition  
de lutte commune avec les  gars des ateliers. Leurs salaires ne semblent pas tributaires de l'é­
volution de ceux des compagnons de Nantes. Ils sont en outre marqués par un certain esprit de 
caste.

                        Toutes ces raisons font qu'ils ne se sentiront pas, pour la plupart, solidaires des 
grévistes de Nantes, dont ils ne connaîtront la lutte que lorsque l'arrêt de la production dans 
les ateliers les aura mis en chômage technique (contradiction supplémentaire). Et même à ce 
moment­là, ils n'auront comme informations, le plus souvent, que celles que leur donneront 
leurs chefs de chantier.

                                                           5.  Les ateliers.

                        Les conditions de travail et de salaires sont moins bonnes chez PARIS­S.A. 
que   dans   les   principales   usines   de   la   métallurgie   nantaise   (Batignolles,   Chantiers   navals, 
SNIAS, Dubigeon, Carnaud, …). Un objectif permanent des syndicats est d'ailleurs le rattra­
page sur la métallurgie nantaise (où les salaires sont déjà largement inférieurs à ceux pratiqués 
dans la région parisienne). Un certain nombre d'anciens sont sensibles au fait que, comme par­
tout, le rythme de travail s'est considérablement accru depuis 10­15 ans
                         
                        Autre aspect des conditions de travail, la proportion des O. S. par rapport aux 
O.P. est supérieure à la moyenne de la métallurgie nantaise. Une grande partie du travail ne 
requiert pas de très hautes qualifications, c'est vrai, mais la direction fait aussi tout ce qu'elle 
peut pour limiter le nombre de ses professionnels. La majeure partie des OP est constituée de 
P1. Il n'y a qu'un seul P3 dans l'usine. "C'est une boite d'O.S., ici" disent souvent les gars. La 
division OS/professionnels est pratiquement inexistante dans les rapports entre ouvriers.

                         Beaucoup d'ouvriers sont âgés, liés à l'usine par leur ancienneté. Depuis 
quelques années, la boite s'est cependant rajeunie, la direction essayant d'assurer la relève des 

15
anciens. La plupart des nouveaux embauchés ne font que passer (en moyenne 10 à 20 départs 
par mois), dégoûtée par le niveau des salaires et la difficulté à faire reconnaître la qualifica­
tion du travail fourni. 
Pourtant, peu à peu, un certain nombre de jeunes se sont stabilisés dans la boite, poussés par 
le chômage grandissant dans la région  et par les avantages que la direction s'est résignée à 
leur accorder (augmentation individuelle de salaire, passage à la catégorie P1…)

                         Le niveau de conscience politique est très bas généralement, par contre la 
conscience de classe est élevée, comme dans la plupart des vieilles villes industrielles.
                      
                        Le passé de lutte de l'usine est peu exaltant. La participation aux grands mou­
vements d'ensemble de la région (1955,1968) ne leur a rapporté que des avantages minimes 
(surtout en 68). Une grève de huit jours, propre à PARIS­S.A., en 1966 s'est soldée par un 
échec total. Deux sentiments dominent : le manque de confiance dans l'efficacité des luttes, et 
surtout la conscience d'être "en marge" de l'industrie principale à Nantes, la métallurgie. Les 
gars de chez PARIS­S.A. se sentent à la fois faibles parce que moins nombreux que dans les 
grandes usines de Nantes (Batignolles, Chantiers navals…), et faibles parce qu'ignorés des 
grandes entreprises. "Quand ils sont en grève, on manifeste pour eux, mais quand nous faisons 
quelque chose, ils ne bougent pas !"

                        Les syndicats à la fois reflètent ce sentiment de découragement (ils en sont  
eux­mêmes imprégnés) et l'aggravent en s'en servant comme argument pour ne pas agir. les 
délégués s'estiment coincés entre l'autoritarisme du patron et la passivité des ouvriers et n'en­
visagent aucune solution pour transformer la situation. "Les gars ne veulent rien faire, tu sais 
comment ils sont ! Alors qu'est­ce que tu veux qu'on fasse…". Ou bien, après avoir engagé 
une action foireuse, sur un thème foireux, qui n'entraîne pas la masse des ouvriers (fin 71), ils 
engueulent les gars sans chercher à connaître leurs raisons.
Les syndicats combinent dans leur esprit le mépris des masses (Cf. plus haut ) et la peur des 
masses quand elles bougent (Cf. leur attitude répressive pendant les débrayages tournants de 
février 71), avec la crainte du patron (esprit de conciliation dans les négociations).
C'est la révolte contre cette attitude des syndicats dans les débrayages tournants de février 71 
qui unit autour des maoïstes embauchés dans l'usine fin 69 un petit groupe d'ouvriers. cela 
aboutit à la création d'un journal d'atelier   "Le feu aux poudres" diffusé ouvertement sur la 
boite par ce groupe d'ouvriers.

                        Il est incontestable que la présence de deux maoïstes a dynamisé la lutte des 
classes dans l'usine. D'une part elle a amené la masse des ouvriers à réfléchir, à se poser un 
certain nombre de questions   (sans les rallier automatiquement à nous, bien sûr…), d'autre 
part, elle a secoué la torpeur des syndicats (qui ont eu peur de se faire "déborder" et en sont 
venu à prendre un certain nombre d'initiatives), enfin elle a exercé une influence certaine sur 
le groupe large des jeunes ouvriers stabilisés dans la boite. On retrouvera tous ces éléments 
dans la grève de 1972.

16
Sur ce sujet, il ne faut pas mythifier. Nous n'avons pas transformé radicalement la boite, nous 
n'avons pas entraîné les larges masses à nos côtés, les syndicats ont gardé dans la boite le rôle 
principal et la confiance de la majorité des ouvriers (surtout des plus âgés.) Mais il ne semble 
pas niable que nous avons exercé une influence déterminante (et non principale) sur l'évolu­
tion de la lutte des classes dans l'usine.

Point d'information : les syndicats (C.G.T. et C.F.D.T.) se partagent à peu près également les 
voix aux élections professionnelles, mais la CFDT exerce le rôle dirigeant dans l'action syndi­
cale dans l'usine.

17
  B. CAUSES EXTERNES DE LA GREVE.

                        Deux facteurs extérieurs à l'entreprise ont contribué à rendre la situation explo­
sive chez Paris en 1972, l'un est économique, l'autre est idéologique.

                                            1. La dégradation de la situation économique des travailleurs 
en France.

                        Depuis 1967­1968, le ver solitaire de l'inflation prospère allègrement dans le 
ventre malade des pays capitalistes. Les statistiques gouvernementales chiffrent l'augmenta­
tion des prix entre 6 et 7% par an. Ce qui équivaut à une augmentation réelle de près de 10 % 
par an. Les revendications salariales des syndicats qui tournent autour de ce chiffre­là depuis 
68 ne font que maintenir le statu quo pour le niveau de vie des travailleurs, alors que dans le 
même temps les cadences croissent, la production augmente et que les besoins en biens de 
consommation  s'accroissent du fait de la nécessité pour l'industrie légère d'écouler une part 
de plus en plus grande de sa production sur le marché intérieur.
                         1971 est l'année de la crise internationale du système monétaire capitaliste,  
marquée par l'effondrement du dollar (conséquence de la lutte victorieuse du peuple vietna­
mien). La crise de l'impérialisme américain accroît  la concurrence inter­capitalismes. Les me­
sures prises par le gouvernement américain pour protéger son économie hâtent les projets de 
construction et de renforcement du marché commun, seul bloc capable (partiellement) de ré­
sister à l'intrusion du capitalisme américain en Europe. Le capitalisme français, pour résister à 
la  concurrence  internationale  accrue  décide  de  "rentabiliser"  son industrie.  Cela  signifie   : 
concentrations industrielles (conséquences : chômage) et réduction des coûts de production 
(accélération du rythme de travail, "modernisation" des méthodes de production, augmenta­
tion des salaires moins élevée que celle des prix).
Durant l'hiver 71­72, le Gouvernement et le CNPF déclarent que les hausses de salaire ne de­
vront pas dépasser 6% dans l'année 72. Il est normal que dans des régions comme l'Ouest, 
soumises   au   colonialisme   intérieur   (sous­industrialisées,   sous­payées),   cette   atteinte   aux 
conditions de vie soit ressentie plus durement, et notamment dans les petites entreprises où les 
salaires sont encore plus bas qu'ailleurs.

                                                 

18
                                            2. La montée des luttes en France et dans l'Ouest.

                        Ces raisons économiques, jointes à l'impact idéologique du mouvement de Mai 
68, sont la cause d'une agitation sociale ininterrompue depuis 68 en France, et particulière­
ment dans les régions défavorisées.
1971 a été l'année la plus perturbée par les grèves depuis 1963 (Cf. Le Monde du 4 avril 
1972), 1968 excepté   : 4,4 millions d'heures de grève, 4350 grèves, dont plusieurs de très 
longue durée et remettant autant en cause la politique des salaires du patronat  que l'organisa­
tion capitaliste  du travail (grève des O.S. de Renault­Le Mans, de Moulinex­Alençon par 
exemple).
Les régions les plus touchées par ces grèves sont : Rhône­Alpes (548.000heures de grève), les 
Pays de Loire (394.000 heures d'arrêt de travail) et la région parisienne (320.000 heures).

                        A Nantes, la grève des Batignolles, en février 1971, a polarisé l'attention de 
toute la classe ouvrière de la ville, lui a fait croire pendant 6 semaines qu'une grève générale 
allait se déclencher.
En   septembre   1971,   les   300   ouvrières   d'U.G.E.C.O.   (usine   de   confection   de   vêtements) 
mènent pendant 6 semaines un combat exemplaire contre le patron, les "jaunes", et finalement 
même contre l'Union Locale C.F.D.T. 
Nous avons popularisé ces grèves chez PARIS­S.A. et avons pris des initiatives autonomes 
pour faire soutenir matériellement  les ouvrières d'UGECO par les gars de chez PARIS­S.A..

                        Toutes ces luttes ont contribué au renouveau de la combativité des ouvriers de 
PARIS­S.A., ont remis à l'ordre du jour l'idée de la grève chez eux.

19
C. CAUSES INTERNES DE LA GREVE.

                                            1. L'intransigeance patronale de J. PARIS.

                        Traditionnellement les salaires sont bas chez PARIS­S.A. (ils tournent autour 
de 100.000 à 110.000 anciens francs pour les OS et les P1 en janvier 72), J. Paris classant les 
charpentes métalliques à mi­chemin entre le bâtiment et la métallurgie.
        
                         Non content de cela, J. Paris, en bon patron de choc qu'il est, était bien décidé  
en janvier 72 (moment de renouvellement de la convention collective de l'entreprise ) à appli­
quer scrupuleusement  les consignes du CNPF : augmentation des salaires hiérarchisée ne dé­
passant pas 6% pour l'année.

                        L'écart énorme entre ses propositions et les revendications syndicales, son in ­
transigeance dans la négociation, ont largement contribué à radicaliser les ouvriers de l'entre­
prise.

                                            2. L'unité syndicale.

                        C'est un thème très évocateur (Cf. Juin 36) et très mobilisateur pour la grande 
masse des ouvriers.
                         Pour la première fois chez PARIS­S.A., les syndicats abordent les négocia­
tions sur le renouvellement de la convention collective salariale avec une revendication élabo­
rée en  commun par les deux syndicats. Ce facteur nouveau a pour conséquence une plus 
grande détermination dans les ateliers.

                         Ce fait est renforcé par l'accord établi entre les syndicats des trois grosses 
boites de charpentes métalliques de Loire­Atlantique   (PARIS­S.A., Etablissements Vallée, 
Etablissement Paimboeuf) pour mener une négociation ensemble.

                        La principale raison du rapprochement des deux syndicats présents chez PA­
RIS­S.A. est le caractère réformiste de la CGT PARIS­S.A. Le délégué syndical CGT qui im­
primait sa marque à la section est membre du Parti Socialiste et le représente au Conseil 

20
Municipal de Rezé. c'est donc un social­démocrate et non un révisionniste, et cela à des réper­
cussions multiples (pas d'anti­"gauchisme" viscéral et résolu, au contraire une certaine gêne 
devant nos arguments ; une pratique syndicale plus irrésolue que dogmatique ; une certaine 
distance vis à vis de la ligne définie nationalement par la CGT ; …) Pendant un moment, il y a 
quelques années, il s'était demandé avec d'autres délégués de sa section, s'il ne vaudrait pas 
mieux pour eux  rallier la CFDT.

                        L'unité syndicale s'est concrétisée principalement de deux façons :
­ l'établissement d'une revendication commune aux deux syndicats. Cette revendication cor­
respondant fidèlement aux schémas définis nationalement par la CFDT dans le domaine des 
salaires (salaire de fonction pour lequel on réclame une augmentation hiérarchisée, et salaire 
de progrès pour lequel l'augmentation doit être uniforme, la même pour tous). La CGT­PA­
RIS­S.A. jetait donc par­dessus les moulins la grille unique des salaires de la CGT, et… obte­
nait l'approbation des masses (très sensibles à l'aspect uniforme de la revendication).
­ la formation d'une intersyndicale qui a dirigé de façon unifiée la grève pratiquement du dé­
but jusqu'à la fin. Tous les tracts sortis pendant la grève ont été signés à la fois par la section 
CGT et par la section CFDT de chez PARIS­S.A.. Toutes les interventions en assemblée gé­
nérale ont été préparées en commun par les deux syndicats.

                        Cependant, cette unité syndicale n'a jamais enfreint les limites du réformisme  
de chacune de ses composantes ; elle n'a en rien transformé la nature des sections CFDT et 
CGT de PARIS­SA. Quelques exemples : la revendication élaborée par les deux syndicats 
chez PARIS­S.A. était une revendication typiquement réformiste, distinguant salaire de fonc­
tion et salaire de progrès, ne contestant donc pas l'existence de la hiérarchie capitaliste mais 
voulant simplement en limiter les abus. Elle ne représentait aucun progrès par rapport aux sc­
hémas nationaux de la CFDT, alors que quelques semaines plus tard les ouvriers de Peugeot­
Montbéliard se mettaient en grève pour obtenir une augmentation totalement uniforme (150 F. 
par mois pour tous).
                         Pendant les négociations, les syndicats ont fait preuve du même esprit de 
conciliation que celui qui les animait les années précédentes, allant de concessions en conces­
sions jusqu'à l'enterrement de leur revendication. On voit mieux l'importance de ce fait depuis 
l'exemple de LIP.

                        L'unité syndicale n'a rien changé non plus aux rapports existant entre les délé­
gués et les masses. L'intersyndicale a accaparé la direction de la grève. Pendant la première 
semaine d'occupation de l'usine les délégués ont réussi à empêcher toute discussion en assem­
blée générale. Ils ont interdit l'affichage d'un journal mural quotidien réalisé par nous et plu­
sieurs jeunes de la boite. Etc. Toutes les bribes de démocratie qui ont éclôt pendant la grève 
ont été imposées aux délégués par nous et la gauche ouvrière naissante.

                        De même tout le contenu illégal de la grève a été dicté aux délégués à la fois 
par l'intransigeance du camp patronal et par la radicalité de la gauche ouvrière. Ils n'en ont 

21
jamais été les principaux artisans. Ils n'ont décidé l'occupation de la boite qu'après la menace 
de lock­out du patron et l'expression d'une très grande combativité ouvrière. Pendant l'occupa­
tion de la boite, ils ont redouté en permanence les dégradations, ont joué un rôle de service 
d'ordre et de balayeurs de miettes de pain dans les bureaux. Ils sont toujours restés en retrait 
au piquet de grève et au cours des affrontements avec les flics ou avec les jaunes. Il valait 
mieux (un délégué ayant voulu s'interposer entre les flics et les gars du piquet a finalement 
reçu un coup de poing venant d'un gréviste).

                         Enfin, les délégués (sauf une exception) ont toujours refusé que s'étale publi­
quement le divorce existant entre les grévistes et les unions locales (sauf sur le rôle positif du 
Comité de Soutien aux grévistes).

                                            3. Le début d'émergence d'une gauche ouvrière. 

                        La gauche ouvrière, c'est l'ensemble des ouvriers combatifs qui adoptent une 
attitude   radicale  dans  la lutte,  qui sont actifs  dans  sa prise en mains, qui ont conquis  ou 
conquièrent une certaine autonomie par rapport aux organisations réformistes ou révision­
nistes, qui sont les plus ouverts aux idées révolutionnaires.
On ne doit pas confondre abusivement la gauche ouvrière avec le petit groupe d'ouvriers révo­
lutionnaires et leurs proches sympathisants. Il s'agit d'un courant large, organisé ou non, d'une 
fraction significative de la masse des travailleurs.

                        Après l'échec de la première entrevue avec la direction, au cours d'une assem­
blée générale, s'est opéré un regroupement spontané, non dirigé, d'une vingtaine ou d'une tren­
taine d'ouvriers (des jeunes pour la plupart) réclamant par des cris, des exclamations, le dé­
clenchement d'une action puis son durcissement.

                        Ces jeunes, syndiqués CGT, CFDT, ou non syndiqués constituaient la catégo ­
rie la plus perméable aux phénomènes extérieurs à l'entreprise (montée des luttes, idées nou­
velles, flambée des prix), la moins soumise à l'autorité syndicale, la plus sensible à nos argu­
ments. Si leur rassemblement s'est effectué en dehors de toute intervention directe de notre 
part au moment du conflit, il est incontestable qu'il s'est exprimé sur les thèmes que nous 
avions mis auparavant en avant (nécessité des luttes, radicalisation de ces luttes) et qu'il n'a 
pris la parole qu'après deux ans d'intervention de notre part dans les rares assemblées géné­
rales de la boite (où nous étions les seuls à "oser parler" après les délégués).  Ils ont transfor­
mé nos idées en force matérielle en s'en emparant de manière relativement inconsciente.

22
Tout au long de la grève, c'est ce courant, et nous, qui avons eu la direction dans la plupart des 
affrontements, des luttes offensives (les défilés dans les bureaux au moment des débrayages 
tournants, la "chasse aux jaunes" durant la même période, les bagarres au piquet de grève 
contre les jaunes et les flics, la tentative d'empêcher la direction de faire sortir la ferraille de la 
boite pour la faire sous­traiter ailleurs…) et même dans la plupart des manifestations organi­
sées en ville: itinéraire des cortèges, contenu des banderoles, des slogans. (Exemples: "Paris, 
salaud, le peuple aura ta peau!", "Flics, jaunes, patrons, assassins !"…).
Une réflexion en passant : j'ai été surpris au cours des affrontements avec les flics ou les 
jaunes du sens aigu et collectif du rapport de forces que possédaient ces ouvriers combatifs. 
Ils savaient très bien jusqu'où ils pouvaient pousser leur offensive, et se retirer quand il le fal­
lait.

                        Ce sont ces ouvriers combatifs qui ont été les plus actifs dans la prise en main 
des tâches matérielles (distributions de tracts, collectes, permanences, ravitaillement …)

                        Peu à peu, un, puis plusieurs gars, à notre suite, ont osé prendre la parole en as­
semblée générale, soit pour critiquer la position des délégués, soit pour critiquer ceux qui fai­
saient la grève au bistrot d'à côté.

                        Au fil de la grève et des assemblées générales s'est affirmé l'existence de ce 
courant de plus en plus autonome qui a fini par mettre à quelques reprises les délégués en mi­
norité (au sujet de la participation des militants du Comité de Soutien aux assemblées géné­
rales, de la condamnation des Unions Locales, et au moment du vote sur la reprise du travail.)

                        Cette "gauche ouvrière a été la fraction des travailleurs la plus ouverte aux 
idées révolutionnaires (discussion avec les militants du Comité de soutien, participation à la 
manifestation pour Pierre Overney, participation à l'arrestation d'un camion de lait par les pay­
sans­travailleurs…).

                                             4. La surestimation de nos forces par le patron et par les syn­
dicats.

                         La combativité des jeunes s'exprime en des termes tellement proches des  
nôtres (à nous, maoïstes établis chez PARIS­S.A.) que les syndicats comme la direction ont 
cru qu'elle était le fait d'un groupe organisé et dirigé par nous. Cela va radicaliser indirecte­
ment le conflit.

23
                         La direction nous craignait déjà depuis notre réintégration dans l'usine en oc ­
tobre 1970 (Lors d'une manifestation interdite du Secours Rouge pour la libération d'Alain 
Geismar dirigeant de "La Cause du Peuple" interdite, nous avions été arrêtés,   emprisonnés 
pendant dix jours, relaxés après un procès médiatisé par la presse locale  et J. Paris, décou­
vrant qui nous étions en avait profité pour nous licencier. Une pétition lancée par nos cama­
rades et les syndicats avait réuni 400 signatures dans l'usine et la direction nous avait alors ré­
intégrés.) ; puis depuis la manifestation familiale de masse pour la libération des bords de 
l'Erdre qui, en 1971 avait pris pour cible les deux châteaux de la famille Paris  (à l'organisa­
tion de laquelle nous avions  participé sans pour autant que ce soit nous qui ayons décidé du 
choix de l'objectif) ; et à cause de la diffusion à visage découvert à la porte de l'usine par nous 
et quelques ouvriers de PARIS­S.A. de notre journal de boite   "Le feu aux poudres".

                        Elle nous avait déjà  isolés dans un atelier particulier construit en 71 aux li ­
mites de ses terrains, séparé du reste de l'usine et doté de sa propre porte d'entrée. Cette fois­
ci, elle décide qu'il faut mater la combativité de ces jeunes ouvriers, nous affaiblir et dompter 
ces syndicats qui suivent le mouvement. La direction a peur, elle réprime, dès la première 
phase de la lutte (les trois semaines de débrayages tournants qui ont précédé les six semaines 
de grève totale). Elle veut casser le mouvement.

                        Les syndicats, déjà mal à l'aise depuis notre entrée dans la boite et surtout de­
puis la formation d'un petit groupe d'ouvriers autour de nous après les débrayages tournants de 
février 71, vont se laisser porter par l'élan des jeunes (défilés dans les ateliers, chasse aux 
"jaunes"). Ils ne céderont pas cette fois­ci devant les ultimatums de la direction.

                        Il est peut­être vrai que la combativité de ces jeunes était irrésistible, la direc­
tion avait peut­être raison d'en avoir peur, les syndicats avaient peut­être raison de craindre 
d'être débordés par elle s'ils s'opposaient à son mouvement. 
Il est vrai que nos interventions se sont bien conjuguées avec elle et ont facilité son expres­
sion.
Il n'empêche que ces jeunes et nous avions des faiblesses : leur unité était spontanée, ils n'é­
taient pas organisés et leur conscience politique était faible ; quant à nous, nous venions de 
découvrir nos divergences sur la tactique à suivre pour continuer notre travail sur la boite, 
nous avions interrompu la parution de notre journal d'atelier, nous venions d'entrer dans la 
CGT malgré mon désaccord sur cette question, et s'il existait une unité entre les ouvriers com­
batifs et nous, nous ne pouvions en aucun cas prétendre les diriger formellement.
                                            5. La spontanéité révolutionnaire de masse.

                        On se met d'abord d'accord : je ne veux pas parler d'un don inné ou d'une es­
pèce de grâce céleste qui toucherait par hasard certains gars plutôt que d'autres.
Cette "spontanéité révolutionnaire" est le fruit des conditions de vie et de travail des ouvriers 
combatifs. Elle est nourrie par l'influence diffuse des idées révolutionnaires qui circulent dans 

24
le monde sur ces gars et par le combat quotidien qu'ils ont mené  avec nous, maoïstes. Elle est 
particulièrement développée chez les jeunes ouvriers.
                        C'est l'aspiration profonde à tout changer, à tout bouleverser, à "tout casser", à 
faire basculer l'ordre de ce monde à l'envers qui est le nôtre.

                        Cette spontanéité révolutionnaire se manifeste sous de multiples aspects.
C'est la joie, l'exubérance, communicatives, entraînantes de ceux qui découvrent la liberté en 
bravant  collectivement  les contraintes, les ordres, les règlements, la répression des chefs…, 
qui nous bouffent quotidiennement la peau et la cervelle. Des exemples : les bousculades, les 
cris, les interpellations, les rires, les chants, l'escalade des pièces en chantier pour s'y installer, 
qui ont accompagné le défilé dans l'atelier où plusieurs jaunes refusaient de débrayer et les dé­
filés dans les bureaux (lancés par les ouvriers combatifs et nous) ; l'exploration du "domaine 
interdit" des bureaux pendant l'occupation de la boite et les "trouvailles" (importance des dé­
penses   personnelles  du  patron  :  factures  de  l'écurie  de  course  ou d'installations  sanitaires 
luxueuses) ; la mystification des flics qui gardaient les portes de l'usine après son évacuation 
(en les lançant par jeu, à toute allure dans leurs cars d'un bout à l'autre de la boite qu'ils étaient 
censés protéger d'une attaque de grévistes, en faisant mine de courir vers une des deux entrées 
de la boite, puis vers l'autre…) ; etc. Et n'en déplaise aux pisse­froid du marxisme léninisme, 
cet aspect de "fête" collective est inséparable de la lutte des classes et joue un rôle positif, 
entraînant son développement.

C'est la radicalité, le refus du compromis, la volonté d' "aller jusqu'au bout" et de rendre coup 
pour coup à l'ennemi de classe. On en a vu de multiples preuves : la volonté de durcir l'action 
face à l'intransigeance patronale pendant les débrayages tournants ; les plans échafaudés pour 
résister aux flics la veille de leur intervention qui a mis fin à l'occupation de la boite ; la dure­
té du piquet de grève qui a tenté tous les jours d'empêcher les jaunes de rentrer dans la boite et 
qui a réussi quelquefois à faire reculer les jaunes et les flics ; les heurts avec les Unions Lo­
cales ; le refus de mettre fin à la grève et de rentrer au boulot le jour de la reprise du travail; 

C'est une attitude fondamentalement positive, prolétarienne. Mais elle renferme également des 
faiblesses, des aspects négatifs (l'incapacité d'analyser la situation, le rapport de force, à "unir 
tout ce qui peut être uni", à élaborer des compromis… ; une certaine forme de "terrorisme 
individuel" : crever les pneus des bagnoles des jaunes, casser la gueule à des jaunes isolés…).

C'est "l'envie de dire ce que l'on a sur le cœur", l'idée d'avoir quelque chose de personnel et 
d'important à dire qui annihile les blocages que tous ont au niveau de la parole et qui a permis 
à quelques gars d'intervenir en assemblée générale. Je me trompe peut­être, mais il me semble 
que dans la situation actuelle (une classe ouvrière étouffée, rendue muette par le réformisme 
et le révisionnisme), le fait que les ouvriers prennent la parole, même de façon confuse, mal­
adroite, est plus important que ce qu'ils disent, dans un premier temps tout au moins.

25
C'est l'enthousiasme, même pour la prise en main des tâches matérielles (collectes, ravitaille­
ment, distribution de tracts…). Contrairement à ce à quoi on aurait pu s'attendre, les ouvriers 
combatifs ne se sont pas contentés des bagarres au piquet de grève ou des interventions en fac. 
Ce sont eux qui ont mis le plus de sérieux dans l'accomplissement des tâches pratiques. Ce 
sont eux qui ont fait tenir matériellement la grève.

                        En résumé, on peut nier cette spontanéité révolutionnaire, la mépriser ou la 
condamner pour ses erreurs et ses faiblesses, mais c'est alors refuser d'ouvrir les yeux sur la 
réalité, et c'est se mettre à l'écart ou s'opposer à ce qu'il y a de plus vivant et de plus promet­
teur dans la classe ouvrière.

26
D.  PARIS­S.A. N'EST PAS UN CAS PARTICULIER.

                        L'intérêt d'un bilan est fonction, entre autres choses, de sa capacité à tirer des  
leçons de portée générale d'une expérience concrète donnée.
C'est ce que j'essaie de faire dans ce bilan, et il me semble utile, avant de parler de l'action 
elle­même,  d'établir à quelle grande catégorie d'entreprises  appartient PARIS­S.A. L'expé­
rience que nous avons eue dans cette usine est certainement plus facilement généralisable 
dans le même type de boites qu'ailleurs.
 
                        Seul un parti révolutionnaire (ou quelque chose d'approchant) pourra faire une 
analyse claire, précise et efficace des différents types de boite que l'on rencontre en France. Il 
me semble que l'on peut déjà pourtant  se servir d'un certain nombre de critères pour les clas­
ser.

Nombre d'ouvriers Type d'activité  Composition sociale Situation   géogra­ Histoire et implanta­


phique  tion syndicale 
Très grand                    en expansion               jeunes ­ vieux                Paris                            ­ vieille tradition de
                                                                                                                                                       lutte ; bastions 
Moyen                          plus ou moins stable   OS ­ professionnels      grandes villes                   syndicaux.
                                                                                                               Industrielles                ­ jeune tradition de  
                                                                                                                                                        lutte ; syndicats
Petit                              en déclin                      hommes ­ femmes                                            faibles en général
                                                                                                                campagne                   ­ pas ou peu de 
                                                                          origine ­ ouvrière                                             tradition de luttes
                                                                                        ­ paysanne                                           syndicats faibles
                                                                                        ­ étrangère 

PARIS­S.A. appartient à un groupe relativement nombreux d'usines de moyenne importance, 
en expansion très modérée, employant une forte proportion d'OS, situées dans des villes de 
moyenne importance, et sans grand passé de lutte.

27
CHRONOLOGIE DE L'ACTION.

                              
1.  Avant l’occupation .

                             Mercredi 26 janvier 1972

                                                           ° Tract CGT­CFDT Unions Métaux  : " Nos salaires 1972 
dans les charpentes métalliques " :
" Cet après­midi, les organisations syndicales CFDT et CGT regroupant les sections syndi­
cales de J. PARIS­S.A. SA, des Ateliers de Paimboeuf et de chez Vallée, présenteront et dé­
fendront les revendications suivantes devant la délégation patronale : "
              ­  1% de reliquat de hausse du coût de la vie durant 1971
  ­   une augmentation uniforme de 112 F. pour toutes les catégories de personnel, du 
manœuvre à l’ingénieur pour le maintien du pouvoir d’achat ."
­  une augmentation hiérarchisée de 4 % pour l’amélioration du pouvoir d’achat.
­  7% de rattrapage sur la métallurgie nantaise (ouvriers seulement ).
­   nouveau salaire plancher base 40 heures : 1­1­72 :1.100 F.00
                                                                    1­10­72 : 1.200 F00
                                                                 + clause de sauvegarde.

                             Du 26 janvier au 10 février

                                                           ° Négociations en Commissions mixtes de Charpentes 
Métalliques.
                           Premières concessions des délégués (cf. tract CFDT­CGT du 2 mars 72 : 
" malgré les nouvelles propositions syndicales, le 10 février, un mouvement de grèves par dé­
brayages tournants était décidé… ")

28
                             Jeudi 10 février

                  
                                                           ° En Assemblée Générale (Réunion d’information), le  
déclenchement de débrayages tournants d’une heure par jour est décidé, "pour appuyer la re­
vendication "

                                                           °   Aux Etablissements Vallée et aux Ateliers de Paim­
boeuf, des débrayages d’une heure par jour sont également décidés.

                             Du jeudi 10 février au lundi 28 février.

                                                           ° Plusieurs "réunions d’information  " ont lieu. Un re­
groupement plus ou moins spontané de jeunes s’opère sur la base "il faut durcir le mouve­
ment ". Ils interviennent de façon collective, bruyante, brouillonne dans ce sens­là dans les 
réunions d’information.

                                                           ° Le mercredi 16 février, après que nous soyons tous al ­
lés   faire  débrayer  les   jaunes   d’un atelier,   une cinquantaine   d’ouvriers   (principalement   les 
jeunes) envahissent les bureaux de cet atelier.

                                                           ° Au cours de cette semaine, un tract est diffusé aux  
Mensuels et aux Cadres expliquant la nature de la revendication posée par les syndicats. 158 
cadres et mensuels sur les 200 consultés signent une pétition par laquelle ils expriment leur 
accord pour une augmentation en partie uniforme de salaire.

                                                           ° Le jeudi 17 février, la direction convoque les délégués 
pour leur faire part que, d’après elle, la grève tournante et la distribution de tracts dans les bu­
reaux sont illégales. Des menaces sont prononcées en ce qui concerne les jours à venir.

                                                           ° Le jeudi 24 février, les ouvriers décident de "durcir " le 
mouvement. On passe à 1H.30 de débrayages par jour. A l’issue de la réunion d’information, 
les ouvriers défilent dans les différents bureaux de la boite. Sans casse !

29
2.  L’occupation. 

                             Lundi 28 février.

                                                           ° 17H. 30  : Paris convoque une réunion extraordinaire du 
Comité d’Entreprise. Le patron annonce qu’il prendra toutes les mesures qui s’imposent  (no­
tamment la fermeture de l’usine) si le mouvement ne s’arrête pas immédiatement et totale­
ment.

                                                           ° 17H.45  : Réunion d’information. Tous les ouvriers des 
ateliers, plus une trentaine de gars des bureaux descendus à l’A.G. approuvent par acclama­
tion la proposition des délégués d’occuper l’usine.

                                                           ° 18H.00  : l’usine PARIS­S.A. est occupée. Des pan­
cartes sont accrochées aux grilles de l’usine : " Paris exploiteur ", "il y aura d’autres Mai 68 ", 
"Usine occupée "…

                                                           ° Durant la nuit, les grévistes visitent tous les bureaux, 
lisent les documents de la direction, mangent, dorment, jouent aux cartes, tandis qu’un piquet 
de surveillance monte la garde.

                             Mardi 29 février.

                                                           ° Le matin à 7H. 30, la direction et environ 200 cadres et 
mensuels se réunissent sur le trottoir en face de la boite ; ils n’oseront pas traverser la rue et 
repartiront vers 8 H. 

                                                           ° Communiqué de la direction de  PARIS­S.A. (Presse­
Océan, mercredi 1er mars 1972) :
"   Depuis un an, chez J. PARIS­S.A.   un groupe d’extrémistes a entrepris notamment dans 
une publication qui a pour titre "Le feu aux poudres ", une campagne d’intimidation, s’en pre­
nant aux personnes, voire même aux syndicats.  

30
          C’est dans cette atmosphère que la CGT et la CFDT, lors des discussions pour le renou­
vellement de l’accord annuel propre aux constructions métalliques posèrent deux revendica­
tions … "
      
                                                           ° L’occupation continuelle de la boite est organisée 
suivant le système des 3/8 avec pointage à l’entrée et à la sortie de l’usine.
  
                                                           ° Durant la première semaine d’occupation, il y aura en ­
viron "une réunion d’information " par jour, monopolisée presque exclusivement par les délé­
gués.

      mars
                             Mercredi 1er
   .

                                                           ° Communiqué CGT­CFDT PARIS­S.A. répondant à ce ­
lui de la direction : la décision des grèves tournantes a été votée …"à l’initiative des seuls res­
ponsables syndicaux et non sous la pression de prétendus gauchistes ", et  l’occupation est "la 
conséquence de l’intransigeance patronale qui ne laissait pas le choix entre l’arrêt du mouve­
ment et le lock­out ".  
           
                                                           ° A l'initiative de la CGC, environ 200 cadres et  
membres du personnel des bureaux (plus quelques ouvriers) constituent un "Comité de Dé­
fense de la Liberté du Travail". Ils annoncent des réunions quotidiennes à la Mairie de Chan­
tenay. Ils remettent un texte au préfet "exprimant leur désaccord  avec l’occupation des locaux 
…En conséquence, (ils) vous demandent de tout mettre en œuvre pour rétablir très rapidement 
les droits à la liberté du travail auxquels ils prétendent. "
                      
                                                           ° Communiqué de l’Union Métaux CGT Nantes dénon ­
çant    "l'attitude  provocatrice  des directions  d’entreprise  telles  que PARIS­S.A., Leroux  et 
Lotz, SFCMM, Brissonneau­Carquefou, qui choisissent l’épreuve de force par l’utilisation 
d’atteinte aux droits de grève, tentative de lock­out, atteinte aux droits syndicaux ". Ces pro­
vocations "sont soutenues par le pouvoir et le patronat, avec la complicité d’éléments se ré­
clamant des diverses variantes du gauchisme ". La CGT "appelle ses militants, ses syndiqués, 
l’ensemble des métallurgistes à faire preuve de vigilance  notamment au niveau des entre­
prises, afin de déjouer toutes manœuvres patronales et provocations d’où qu’elles viennent. "

                                                           ° Des gars de Sud­Aviation, des Batignolles, des ACB,  
de Dubigeon viennent nous rendre visite dans la journée.

                                                           ° Des délégués CGT et CFDT s’opposent violemment à  
l’affichage dans la boite d’un journal mural quotidien ouvert à tous, permettant à chacun d’ex­

31
primer ses opinions, annonçant chaque jour les tâches à accomplir, les occupations prévues…
La première feuille avait été rédigée par plusieurs jeunes grévistes à l’initiative d’un des ou­
vriers maoïstes de l’usine.

                             Jeudi 2 mars.

                                                           ° Manifestation pour  Pierrot Overney assassiné par un 
vigile de Renault : 2000 personnes dont une ou deux centaines d’ouvriers de Sud­Av. , des 
Bati, …et de chez PARIS­S.A..
Malgré les communiqués de la CGT et de la CFDT ("condamnation de  toute provocation et 
de toute répression ")  nous avons emmené une quinzaine de jeunes ouvriers de la boite à cette 
manifestation. A la fin de la manifestation nous intervenons pour expliquer l’intérêt et la por­
tée de notre grève et pour appeler à la solidarité. 

                                                           ° La CFDT propose que la manifestation prévue nationa ­
lement sur les 40 heures et la retraite à 60 ans se fasse à Nantes devant la boite  PARIS­S.A. 
" Devant les responsabilités du patronat nantais dans ses prises de position rétrogrades, le fait 
de   tenir   un   meeting     devant   PARIS­S.A.   a   non   seulement   un   caractère   de   solidarité   des 
métallurgistes, mais bel et bien celui d’une action d’ensemble des métallos qui entendent par 
là manifester contre l’attitude du patronat nantais qui applique à la lettre les recommandations 
de l’U.I.M.M. et du Gouvernement. "
     La CGT refusera.

                             Vendredi 3 mars.

                                                           ° Distribution à la Mairie de Chantenay, par la direction,  
de la paie de février.

                                                           ° Un groupe d’ouvriers voyant passer à ce moment­là de ­
vant la mairie, des jaunes au volant de leur voiture se lancent à leur recherche, et les trouvent 
…dans le bistrot chic de Chantenay, le Chalet Suisse. Les jaunes, apeurés, se réfugient au pre­
mier étage, appellent les journalistes, les flics, disant qu’ils  sont "assiégés par des comman­
dos maoïstes ".                              

32
                                                           °  Communiqué de l’Union Métaux CGT Nantes : " … 
Le syndicat CGT apportera le soutien nécessaire pour permettre la reprise des négociations 
pour le règlement du conflit. C’est dans ce sens qu’en accord avec les camarades CGT de 
chez PARIS­S.A., le syndicat CGT a proposé au syndicat CFDT une intervention auprès de la 
Direction Départementale du Travail afin que se tienne une réunion tripartite entre les re­
présentants CGT­CFDT du personnel, l’Inspection du Travail, la direction PARIS­S.A. pour 
l’ouverture   immédiate   de   nouvelles   négociations   permettant   d’aboutir   à   une   solution   du 
conflit sur la base de revendications valables. "

                             Samedi et dimanche 4 et 5 mars.

                                                           ° Le film des Cahiers de Mai sur l’usine Penarroya est  
projeté plusieurs fois. Il provoque l’indignation de tous les grévistes devant les conditions de 
travail faites aux travailleurs immigrés ("c'est pire que de l’esclavage ! " ;  " C’est honteux de 
voir des choses pareilles au XX ° siècle ! "). Des grévistes amènent leur femme et leurs gosses 
visiter la boite (malgré l’opposition des délégués à l’Opération Portes Ouvertes).

                                                           ° Premières distributions de produits de la ferme au prix 
coûtant amenées par les jeunes agriculteurs solidaires des grévistes.

                                                           ° Communiqué CGT­CFDT PARIS­S.A. expliquant le  
bien fondé de la revendication, s’attaquant à la collusion "Comité de Défense"­ Patron.

                                                           ° Communiqué du "Comité de Défense… " :
" Aujourd’hui, la majorité silencieuse a pris conscience de ses droits …L’action ne doit plus 
être le monopole de quelques uns …L’usine est occupée depuis le 28 février par des grévistes 
manipulés par une minorité d’agitateurs… Nous entendons réagir énergiquement contre des 
procédés qui n’ont que trop duré… "

                             Lundi 6 mars.

33
                                                           ° Distribution à certaines usines nantaises du premier  
tract rédigé par la CGT et la CFDT de PARIS­S.A. depuis le début de l’occupation. Les sec­
tions CGT de certaines entreprises refusent de nous aider à diffuser ce tract (cf. Sud­Av). 

                                                           ° La direction de chez PARIS­S.A. s’étant adressée au  
Tribunal de Grande Instance, 6 délégués y sont convoqués. Une ordonnance de référé ordonne 
l’évacuation immédiate des locaux de l’entreprise par ces 6 délégués et par toute personne s’y 
trouvant.
                                        La CGT proteste.
                                        Le "Comité de Défense…"aussi  ! ( " Nous avons affirmé notre dé­
termination d’obtenir la reprise du travail en toute liberté et sans "contrainte ". Nous nous 
sommes  élevés  contre la demande en référé et, en tout état de cause, nous nous sommes 
formellement opposés à une intervention des forces de l’ordre ")

                                                           ° Ce soir­là, les délégués refusent qu’une réunion de  
l’équipe de l’occupation de nuit soit faite pour discuter de la conduite à tenir au cas où les 
flics interviendraient.

                                                           ° Constitution le lundi soir, dans la grande salle des lo ­
caux syndicaux, du "Comité de Soutien aux grévistes de chez PARIS­S.A.", regroupant des 
membres d’organisations révolutionnaires, des étudiants, des lycéens, des professeurs, des ou­
vriers de diverses entreprises nantaises, des paysans, des habitants des quartiers populaires, et 
enfin des grévistes. Ce Comité se place d’emblée sous la direction des grévistes.

                                                           ° Réunion en dehors des syndicats d’une quarantaine de  
jeunes grévistes à l’initiative d’un des maoïstes de l’usine pour étudier l’organisation de col­
lectes   au   profit  des  grévistes. Une discussion sur l’organisation  générale  de la grève,  sur 
l’intervention probable des flics, s’est engagée.

                                                           ° Un groupe de jeunes grévistes, principalement em ­
ployés des bureaux, prend en main l’organisation de la distribution aux grévistes des produits 
apportés par les paysans solidaires des grévistes.

                             Mardi 7 mars 1972

                                                           ° Un tract est distribué par les grévistes aux "jaunes  ", à 
la mairie de Chantenay à 8H.30. Il est destiné à ébranler les non­grévistes les moins convain­

34
cus, en leur montrant le rôle de valets du patron qu’ils jouent. Les discussions tournent très 
vite à l’aigre et les jaunes s’empressent de rentrer à la Mairie.

                                                           ° " Débrayage des métallurgistes nantais pour les reven­
dications nationales et pour affirmer leur soutien aux grévistes de PARIS­S.A.. "
                   La veille, Ouest­France disait : " Cette manifestation (du 7 mars) prendra aussi va­
leur de test pour le soutien apporté par la profession aux grévistes de chez PARIS­S.A. ".
Dès le 7 mars  J. PARIS­S.A. a pu avoir confirmation du fait que l’Union Locale C.G.T. s’op­
posait à notre grève : face à la proposition de la CFDT de tenir meeting devant l’usine occu­
pée, la CGT a opposé un refus catégorique.
                   Résultat : se sont retrouvés devant la Chambre Patronale de la Métallurgie les 3 à 
400 habitués de ce genre de rassemblements. Seuls les ouvriers de chez PARIS­S.A. (une par­
tie de l’équipe de jour d’occupation de la boite) sont arrivés au meeting avec banderoles, dra­
peaux rouges, mots d’ordre offensifs ("Paris, salaud, le peuple aura ta peau " ; " A bas la hié­
rarchie des salaires !" …)
                   A la fin du meeting terne des U.L., alors que rien d’autre n’était prévu comme 
conclusion qu’un dépôt de motions, nous sommes partis en manifestation vers la Chambre Pa­
tronale des Charpentes Métalliques, puis dans le centre  ville, entraînant avec nous une partie 
des participants au meeting.

                                                           ° Premier tract du "Comité de Soutien aux grévistes".

                                                           ° Il semble qu’il y ait eu "des offres discrètes de dia­
logue " à "différents niveaux ".

35
3.  L’organisation de la grève. 

                             Mercredi 8 mars.

                                                           ° L’huissier vient signifier aux délégués qu’il faut éva­
cuer l’usine.
                                            
                                                           ° Communiqué du Comité de Soutien appelant à la soli ­
darité aux grévistes.

                                                           ° Deuxième tract CGT­CFDT PARIS­S.A..  L’Union Lo­
cale CGT s’oppose encore plus fermement à sa diffusion.

                                                           ° Mise en place d’un "Comité de Grève" à l’initiative de  
deux délégués "de gauche " de la CFDT.
          Ce Comité de Grève n’est pas l’émanation de la base ouvrière combative. Il est formé 
par les syndicats CGT et CFDT, sans consulter la masse des grévistes. Il comprend un "bu­
reau ", formé de délégués et qui seul a droit de regard sur la conduite de la grève. Il comprend 
d’autre part des syndiqués désignés par les délégués pour les différentes tâches matérielles ré­
clamées par la grève (loisirs, finances, collectes, entretien des locaux, distribution de la bouffe 
amenée par les paysans, relations avec les mairies, relations avec le Comité de Soutien…).
          Les maoïstes se chargent, avec d’autres grévistes de la Commission Loisirs, de la Com­
mission Collecte, et des relations avec le Comité de soutien.
           La Commission Loisirs organisera le passage de films "le Sel de la Terre ", " Penar­
roya ", " Les problèmes du monde rural " de la série Certifié exact. Les délégués s’opposeront 
à la projection du film de Clavel censuré d’un mot à l’ORTF.

                             Jeudi 9 mars. 

                                                           °  Les délégués de l’entreprise rencontrent à l’Inspection  
du Travail trois membres de la Direction de PARIS­S.A..           

36
La direction refuse de discuter des principes d’une augmentation en partie uniforme.
Elle refuse de discuter au niveau des Charpentes Métalliques, comme cela s’était fait pré­
cédemment.
La direction ne veut discuter que des conditions techniques d’une reprise du travail.
L’Inspecteur du Travail propose une nouvelle réunion pour le samedi 11 mars.

                                                           ° Le Comité de Soutien organise ses premières collectes 
avec la participation de grévistes, sur les marchés principalement.

                                                           ° Projection du film "  Le Sel de la Terre " avec la partici­
pation de la Fédération des Amicales Laïques et du "Comité d’Action de l’Ecole d’Architec­
ture de Nantes". Le film est très apprécié. Le débat qui suit permet de poser le problème de la 
participation des femmes de grévistes à la grève.

                                                           ° De très grands panneaux sont réalisés avec l’aide de  
dessinateurs des bureaux de chez PARIS­S.A., grévistes, pour exposer nos revendications, le 
sens de notre lutte aux ouvriers des usines où la CGT empêche la diffusion des tracts intersyn­
dicaux de chez PARIS­S.A..

                             Vendredi 10 mars.

                                                           ° Environ 150 membres du "Comité de Défense de la Li­
berté du Travail" manifestent à la Préfecture, exigeant l’arrêt de l’occupation de l’usine.

                                                           ° Des étudiants, des ouvriers et des habitants des quar ­
tiers de Bellevue et Chantenay viennent à l’usine discuter avec les grévistes. 
                  Les paysans continuent chaque jour, à nous ravitailler.
                  Dans un communiqué, l’Association Populaire Familiale se déclare " solidaire des 
travailleurs de chez PARIS­S.A. ", " engage ses militants à prendre contact avec les organisa­
tions syndicales de chez PARIS­S.A. afin de développer, avec elles, la solidarité tant maté­
rielle que financière. " L’APF dans son communiqué prend position en faveur de l’augmenta­
tion en partie uniforme réclamée par les grévistes.

                                                  

                             Samedi 11 mars.

37
                                                           ° Discussions sans résultats à l’Inspection du travail entre 
la Direction et les délégués de l’entreprise.

                                                           ° Les débrayages se poursuivent aux Etablissements Val ­
lée et aux Ateliers Paimboeuf (les deux autres entreprises de charpentes métalliques du dépar­
tement).

                                                           ° Des collectes sont organisées par le Comité de Soutien  
sur deux marchés de la ville, un grand magasin, à la Braderie de Nantes, et au Stade de foot­
ball Marcel­Saupin, sur le marché de la ville de Basse­Indre. 365.000 anciens francs sont col­
lectés ce jour­là.

                    
                                 Dimanche 12 mars.

                                                           ° Les familles de grévistes visitent la boite.
Mais les délégués s’opposent catégoriquement à ce que des photos et des films soient faits 
dans l’usine.

                                                           ° Un film de la collection Certifié Exact, traitant des  
problèmes paysans est projeté. Au cours du débat qui a suivi, les paysans qui sont venus de­
puis plus  d’une semaine  apporter leur soutien matériel  et politique  à la grève, expliquent 
qu’ils sont en train de mener une lutte contre les grosses coopératives agricoles pour obtenir la 
suppression des primes à la quantité et à la qualité du lait inventées par ces coopératives. Ces 
primes favorisent les gros producteurs au détriment des petits exploitants agricoles. 
Mettant  en  relief  que c’est une lutte  anti­hiérarchique,  au même  titre que la nôtre, qu’ils 
mènent les paysans demandent aux grévistes qui sont dans la salle de s’associer à leur lutte, de 
la même façon qu’eux, paysans, ont soutenu et soutiennent la grève des ouvriers de PARIS­
S.A..
Cela est immédiatement accepté.
A part les deux délégués CFDT de gauche, aucun autre délégué n’assistait au débat.

                             Lundi 13 mars.

38
                                                           ° Le matin, les paysans viennent à la boite annoncer leur  
intention de bloquer un camion de ramassage de lait de la CANA (coopérative industrielle 
agricole) pour faire supprimer les primes à la quantité et à la qualité du lait. 
Les maoïstes mobilisent une vingtaine de grévistes (notamment ceux qui ont assisté la veille à 
la projection du film et au débat portant sur les problèmes paysans et qui se sont engagés à 
venir appuyer les agriculteurs dans leur lutte, en réponse au soutien apporté par les paysans 
aux ouvriers de PARIS­S.A.).
                                  Tout l’après­midi, de 15H. à 21H., une vingtaine de gars de chez PA ­
RIS­S.A. participera au blocage du camion de lait, discuteront avec les paysans. 
                                   A la suite de cette action, les agriculteurs obtiennent satisfaction.

                                                           ° 1 ère collecte organisée et effectuée par les grévistes sur 
les usines. Elle se fait à UGECO, usine de 300 ouvrières qui avaient fait six semaines de grève 
six mois auparavant. Résultat de la collecte : 52.735 anciens francs.

                                                           ° Lundi après­midi, une centaine de jaunes, avec à leur 
tête les plus hauts cadres de chez PARIS­S.A., séquestrent pendant sept heures, à l’Inspection 
du Travail, les délégués venus discuter avec la Direction  de l’entreprise.
A 14H.30, ils faisaient parvenir à l’Inspecteur du Travail la note suivante : " Nous vous infor­
mons   que   les   membres  de  notre  "Comité   de défense"  occupent   vos  bureaux  et  que  nous 
sommes fermement décidés à ne laisser sortir personne, ni vous­mêmes, ni la Direction de 
" PARIS­S.A. ", ni les syndicalistes, tant qu’un accord de libération immédiate de notre usine 
n’aura pas été signé."
                                                   Lorsque les délégués tentent de sortir, ils sont accueillis par  
les mots d’ordre " délégués affameurs !" et repoussés.
                                                   A 19H.30, le préfet convoque successivement trois res­
ponsables du "Comité de Défense", puis trois délégués syndicaux.
Le "Comité de Défense…" accepte de quitter l’Inspection du travail si les délégués ordonnent 
l’évacuation de l’usine."
         Le préfet explique qu’il ne peut de son propre chef faire évacuer l’entreprise et que la 
décision appartient à la direction  de PARIS­S.A., mais qu’il était prêt à faire intervenir " les 
forces de l’ordre ".
        Les délégués refusent d’ordonner l’évacuation de l’usine.
        A 21 H.30, les gardiens de la paix dégagent sans heurts l’Inspection du Travail.
               Un peu avant minuit, la direction demande au préfet l’intervention des " forces de 
l’ordre " pour expulser les grévistes de l’usine occupée. Nous l’apprenons par les éditions de 
nuit des journaux locaux.

                                                           ° Les délégués refusent une nouvelle fois, après leur re ­
tour que se tienne une réunion de l’équipe d’occupation de nuit pour décider la conduite à 
tenir si les flics interviennent.

39
Ils sont décidés à ce que seule une résistance passive soit opposée aux " forces de l’ordre ".
Certains gars veulent électrifier les grilles de l’usine, prendre des bâtons, bourrer les tuyaux 
d’air comprimé de " débouchures " (petites rondelles en ferraille). D’autres proposent d’aller 
prévenir les équipes de nuit et du matin des usines du coin.  Les délégués refusent
Un maoïste propose qu’on se réfugie dans les ateliers à l’arrivée des flics pour les obliger au 
moins à venir nous chercher.

40
4.  La grève devient active. 

                             Mardi 14 mars.

     Rares sont ceux qui ont dormi dans la nuit de lundi à mardi. 

                                                           ° Mardi matin, un peu avant 6 heures, l’alerte est donnée 
aux soixante grévistes de l’équipe de nuit : des cars de CRS ont été aperçus.
En fait, il y a 16 cars de CRS plus quelques cars bleus de flics qui sont arrivés à la boite. 
                                                             A 6 heures précises  : le Commissaire Divisionnaire de 
Nantes, Magimel, et l’huissier ayant constaté l’occupation de l’usine pour le compte de la di­
rection se présentent devant la grille d’entrée de l’usine. Le commissaire somme les grévistes 
d’évacuer l’usine. Les grévistes répondent qu’il n’en est pas question. Le Commissaire pré­
vient que dans ce cas il aura recours à la " force publique ". Nouveau refus de quitter les lo­
caux.
                                                             Alors que nous attendons tous les CRS à la grille d’ent­
rée, ils escaladent armés et casqués le portail le plus éloigné de cette grille. Nous nous en ren­
dons compte trop tard, et à 10 contre 1, la résistance n’est pas possible.  La sirène de l’usine 
est mise en route. Elle hurlera pendant une heure et sera entendue à plus d’un km de distance. 
Une dizaine de grévistes se planquent dans les ateliers. les CRS n’oseront pas y pénétrer avant 
le  lever  du jour. La cinquantaine  de grévistes rassemblés  près de la grille sont repoussés 
fermement dans la rue. Aussitôt ils occupent la chaussée et lancent des slogans comme "CRS­
SS ! " " Flics, jaunes, patrons, assassins ! " et chantent l’Internationale.
                                                              A 7H.30, il n’y a plus personne dans l’usine, sauf les  
CRS et un ou deux grévistes dormant dans les bureaux et que rien n’a réveillé. Ces derniers 
sortiront un peu plus tard.

                                                           ° Vers 9 H. du matin, 173 "  jaunes " arrivent à l’usine, en 
rang par trois, et y pénètrent sous la protection d’un rang de flics casqués et munis de ma­
traques… Et sous les insultes des grévistes qui leur font un brin de conduite jusqu’à l’entrée 
de l’usine.

                                                           ° Réunion d’information pour les grévistes au local syn­
dical placé juste en face de l’usine. La continuation de la grève est votée à l’unanimité.

41
                                                           ° Un certain nombre de grévistes demandent que soit or ­
ganisée immédiatement une riposte de tous les ouvriers de Nantes à cet acte de force du pa­
tron et du représentant du Pouvoir à Nantes, le Préfet.
              
                                                           ° Les U.L. CGT et CFDT se rencontrent en fin de mati ­
née et ne peuvent se mettre d’accord que sur un débrayage d’une demi­heure en fin de journée 
et sur l’envoi de délégations aux grévistes après la débauche. L’UL CGT refuse d’organiser 
un débrayage plus conséquent, ayant vraiment valeur de riposte à l’agression policière, et la 
moindre manifestation de masse.

                                                           ° A 14 heures, premiers heurts à "  l’embauche " des 
jaunes.

                                                           ° Les collectes faites aux usines ce jour­là rapporteront  
beaucoup plus d’argent que les collectes faites à ces mêmes usines en d’autres occasions.

                                                           ° Dans la métallurgie nantaise, les débrayages seront très 
massifs (aussi bien dans les ateliers que dans les bureaux).
                           Environ 400 ouvriers, venus des différentes usines de la métallurgie nantaise 
se rassemblent le soir devant l’usine. Ils assistent à la sortie des " jaunes " sous la protection 
des flics. Bien que les flics accompagnent les membres du " Comité de Défense " presque jus­
qu’à leurs bagnoles, les jaunes se font bousculer et leurs voitures reçoivent des coups.

                                              ° Malgré l’intervention des CRS le matin, pour la pre ­
mière fois dans la région depuis 1955, les délégués de chez PARIS­S.A. sont allés 
négocier à deux reprises dans la journée avec la direction, sans grands résultats.
                                                         
                                                    ° Communiqué UD­CFDT :
La CFDT proteste contre les agissements du "Comité de Défense", l’intervention des forces 
de l’ordre et demande la poursuite des négociations. Elle " se félicite que les grévistes, en 
 conservant leur calme  ont déjoué les manœuvres provocatrices    ".   
Elle appelle ses organisations  à soutenir les grévistes.  

                                                           ° Communiqué UL­CGT :
" Tenant   compte   de   la   situation   actuelle   à   l’entreprise   PARIS­S.A.,   le   syndicat   CGT   des 
métaux de Nantes sera très attentif au déroulement des négociations.
D’ores et déjà il appelle les travailleurs de cette entreprise à faire preuve de clairvoyance dans 
leur lutte revendicative.   
Il appelle les travailleurs à faire preuve de vigilance, afin de déjouer toutes initiatives d’action 
qui ne tiennent pas compte de l’action de masse. "

42
                                                           ° Réunion du "Comité de Soutien" avec, comme à  
chaque fois  participation de grévistes.
Décision de faire un tract pour la population de la ville.
Face au refus de la CGT d’organiser une manifestation de soutien aux grévistes et de protesta­
tion contre l’intervention policière, le problème de l’organisation d’une manifestation par le 
"Comité de Soutien" est posé.
Il est finalement décidé que les grévistes présents à la réunion tentent le lendemain, en assem­
blée générale des travailleurs, de faire adopter par les grévistes l’idée d’une manifestation réa­
lisée par eux et à laquelle le "Comité de Soutien" se joindrait.
         
                                                           ° Pendant la nuit, alors que des cars de CRS gardent l’u ­
sine, les panneaux et le drapeau rouge fixés aux murs du local syndical sont arrachés et les ré­
servoirs des mobylettes de deux grévistes remplis d’eau.

                             Mercredi 15 mars.

                                                                    ° A l’arrivée des "  jaunes ", un groupe composé 
principalement de jeunes se porte à leur rencontre tandis que les délégués et le plus grand 
nombre des grévistes reste sur le trottoir en face de l’entrée de l’usine.
Sur tout le parcours le cortège des jaunes se fait insulter, cracher dessus…, le groupe des 
jeunes grévistes étant le plus hargneux, le plus résolu.
                   A chaque embauche et débauche les jaunes seront accueillis de la même manière.

                                                                     ° A 10 heures, " réunion d’information "
où les délégués font le compte­rendu de leurs discussions de la veille avec la Direction et 
rendent compte des nouvelles propositions patronales. Ils estiment que les chiffres (d’aug­
mentation des salaires ) de la Direction sont inacceptables.
Mais ils réussissent à faire accepter l’abandon de la revendication uniforme pour la catégorie 
des cadres de l’usine (" Paris ne cédera jamais là­dessus " ; " Dans toute lutte revendicative il 
faut faire des concessions des deux côtés…) et l’abandon des négociations  au niveau des 
Charpentes Métalliques (" Vallée et Paimboeuf arrêtent leurs débrayages " ; " PARIS refuse 
catégoriquement de discuter d’autre chose que de la situation à PARIS­S.A.) .
                  L’opposition à ces deux concessions est vaine.
                  Les grévistes ayant participé aux réunions du "Comité de Soutien" posent vaine­
ment le problème de savoir s’il faut négocier au moment même où les flics vident les gré­
vistes de leur usine et stationnent en permanence devant celle­ci.
                   Les mêmes grévistes réaffirment la nécessité d’une manifestation de riposte à 
l’intervention des flics, rappellent que la CGT a refusé la veille d’en organiser une, et posent 

43
la question de savoir si les ouvriers de chez PARIS­S.A. sont d’accord pour en organiser une 
eux­mêmes (le Comité de Soutien appellerait la population nantaise à s’y joindre). 
                  Les délégués arrivent à empêcher que le vote réclamé sur ce problème se fasse . 
Mais il s’ensuit une discussion très animée entre les grévistes.
                  Le permanent CGT des Métaux de Nantes quitte la réunion dès que le problème de 
la manifestation est évoqué.
                 Le permanent CFDT restera jusqu’à la fin de la réunion.

                                                           ° Des jaunes se font casser la gueule à l’extérieur de l’u ­
sine.

                                                           ° Après l’Assemblée générale des grévistes, des sections  
CFDT de la métallurgie sont réunies et ces dernières décident de proposer à la CGT une inter­
syndicale pour " prendre toutes les mesures urgentes et efficaces qui s’imposent "
                  Communiqué de l’U.L. CFDT paru dans les journaux locaux le jeudi 16 mars : 
" L’Union des Métaux CFDT propose, pour le vendredi 17 une manifestation de masse. Elle 
appelle d’ores et déjà l’ensemble des travailleurs de la Métallurgie à préparer vigoureusement 
cette riposte nécessaire ".

                                                           ° La Direction annonce qu’elle suspend les négociations 
pour 48 heures à cause des incidents qui se sont produits à la sortie des " jaunes " le mardi 
soir.
                   Elle décide d’envoyer des lettres individuelles aux grévistes pour leur faire re­
prendre le travail.
                   Elle loue des cars à la société Citroën pour assurer le transport jusque dans l’entre­
prise des non­grévistes.

                                                           ° Réunion du "Comité de Soutien" qui décide finalement 
d’attendre la décision des UL et prépare un tract.

                             Jeudi 16 mars

                                                           ° Intersyndicale CGT­CFDT de la métallurgie nantaise le  
matin : la CGT refuse d’organiser une manifestation le vendredi 17 mars.

                                                           °  Communiqué CFDT :

44
" …Nous ne pouvons accepter de voir les forces de police voler au secours des patrons pour 
faire cesser nos actions syndicales.
C’est pour cela que, consciente de ses responsabilités face aux travailleurs de PARIS­S.A. qui 
se battent pour une plus juste hiérarchie de leurs salaires, l’union métaux CFDT de Nantes et 
région appelle l’ensemble des métallurgistes à manifester… "
                     La CFDT appelle donc à une manifestation le vendredi 17 mars à 18 heures de­
vant l’usine PARIS­S.A..

                                                               ° Ce communiqué paraît dans la presse locale le ven ­
dredi 17 au matin, comme celui de la CGT et celui du "Comité de Défense"…
                                                                  Communiqué CGT : 
La CGT propose une manifestation le lundi 20 mars " Cette proposition tient compte de l’ac­
tion nationale dans la métallurgie nantaise, de la solidarité active aux travailleurs de chez PA­
RIS­S.A. , et d’une préparation matérielle dans de bonnes conditions… Le syndicat CGT a eu 
le souci d’aller à une action de masse permettant de déjouer toutes tentatives de provocation 
recherchée par le pouvoir, le patronat et les groupes gauchistes. "
                                                                    Tract CGT :
"Le syndicat de la métallurgie met en garde les métallurgistes nantais contre les tentatives des 
groupes gauchistes qui, au travers d’une " journée d’explication ", essaieront une nouvelle fois 
de semer la perturbation et la division au sein du mouvement ouvrier et de créer des situations 
propices aux provocations d’inspiration patronale et gouvernementale ".

                                                           ° Les délégués de chez PARIS­S.A. et les permanents  
CFDT et CGT de la métallurgie vont voir le Préfet pour lui demander d’intervenir auprès de 
la Direction de PARIS­S.A. pour renouer les discussions.
                    Le Préfet indique à la CFDT qu’il est regrettable qu’elle organise une manifesta­
tion devant chez PARIS­S.A. lors de la " journée nationale d’explication " des gauchistes aux 
portes des usines, les gauchistes étant des éléments étrangers aux travailleurs et ayant des mé­
thodes d’action qui n’ont rien à voir avec celles des travailleurs. Il recommande à la CFDT de 
faire un cortège bien distinct de celui des gauchistes , au cas où il y aurait des incidents. 
                                        
                                                           ° Communiqué du "Comité de Défense":
"Depuis deux jours le travail a repris chez PARIS­S.A. ; mais nous déplorons que l’accès à 
l’entreprise ne soit pas encore libre du fait de la présence de quelques agitateurs notoires re­
cherchant l’incident : coups portés à plusieurs ouvriers désirant travailler ; déprédations sur 
des véhicules ; des plaintes ont été déposées immédiatement auprès du procureur de la Répu­
blique.
De tels actes ne peuvent que déconsidérer une cause auprès de l’opinion publique, et ne res­
semblent pas de toute façon à l’idée que nous nous faisons de l’action syndicale. Nous restons 
convaincus que ceux   qui ne partagent pas notre opinion condamnent de telles méthodes . 
Toutefois, nous tenons à faire savoir que notre volonté d’apaiser et d’assainir le climat est tou­

45
jours aussi grande. Nous avons fait la preuve de notre efficacité et de notre discipline et nous 
espérons qu’une compréhension mutuelle amènera un dénouement rapide de cette situation. "

                                                           ° Comme chaque jour les collectes et le piquet de grève  
continuent.
                   Au piquet de grève l’on trouve toujours une centaine de grévistes matin­midi­14 
heures­soir. Mais à chaque fois ce sont les maoïstes et le même groupe d’ouvriers très résolus 
(des jeunes principalement) qui entraînent les autres aux entrées de l’usine. Et tandis que les 
plus résolus se placent devant les portes et essaient d’empêcher les cars d’entrer , les autres 
restent de l’autre côté de la rue pour huer les " jaunes ".
                   Les cars de flics qui gardent l’usine se déplacent avec le piquet de grève et re­
poussent plusieurs fois brutalement les grévistes les plus résolus, mais désarmés, à coups de 
matraque, notamment le jeudi matin.
          
                                                           ° Le soir, réunion du "Comité de Soutien" à la grève pour 
organiser le collage d’affiches et la distribution des tracts pour appeler à la manifestation du 
vendredi 17 mars.

                           Vendredi 17 mars.

                                                             ° Intersyndicale à la demande de la CGT pour organiser  
le mercredi  22 mars une action dans le cadre de la journée nationale d’action "contre la ré­
pression patronale et gouvernementale qui se développe, et contre les provocations,  violences 
des groupes gauchistes".
                    L’accord se fait sur un débrayage de 2 heures le mardi 21 mars avec manifesta ­
tion devant la Préfecture et sans qu’il soit question des actions des " groupes gauchistes ". 
L’action portera principalement sur la retraite à 60 ans , la réduction du temps de travail et, se­
condairement le soutien aux grévistes de PARIS­S.A..
                    Et " la CFDT de Loire­Atlantique conservera sa liberté d’action et d’expression 
sur le respect des libertés individuelles, syndicales et démocratiques, ainsi que sur la répres­
sion patronale. "

                                                           ° Le CNPF par la voix de Ceyrac réaffirme son souci 
" de donner un coup de frein énergique " à l’augmentation des salaires.

                                                           ° Communiqué du "Comité de Défense …" :

46
" Des éléments gauchistes renforcés par des perturbateurs étrangers à Joseph PARIS­S.A. dé­
bordant les délégués syndicaux se sont regroupés aux abords immédiats de l’usine pour exer­
cer des provocations graves et incessantes destinées à empêcher les travailleurs de pénétrer à 
l’intérieur de l’usine… Dans de telles conditions, la présence de quelques gardiens de la paix, 
aux abords de l’usine , est rendue indispensable… Nous ,Comité de Défense, affirmons sur l’­
honneur  que les quelques gardiens de la police municipale qui stationnent devant l’usine ont 
en toutes circonstances gardé un sang­froid qui les honore… "
                                     

                                                           ° Troisième lettre de Jacques PARIS envoyée personnel­
lement à presque tous les  grévistes :
                    Nantes, le 17 mars 72
Monsieur, Madame,
Depuis le 10 février , UNE GREVE A PARALYSE L’ATELIER ! ! !
Depuis le 29 février,  TOUTE L’USINE A ETE "    OCCUPEE    ". 
            Aussi ai­je décidé de  DRESSER LE BILAN de cette période et de vous  INDIQUER     L’A  ­
VENIR DE VOTRE ENTREPRISE.
             Vous avez assisté à la mise en place de tout un  PROCESSUS visant à 
    DEGRADER LE  
CLIMAT DE L’ENTREPRISE.
             Le " FEU AUX POUDRES ", en s’en prenant tant aux organisations syndicales qu’aux 
Agents de Maîtrise , avait pour  OBJECTIF LA     MISE EN CONDITION DU PERSONNEL     DONT     L’A  ­
BOUTISSEMENT  ne devait  être que ce que NOUS VENONS DE VIVRE…
           J’aurais pu,
      ­  soit connaissant les intentions profondes des auteurs de ce climat, me    SEPARER    DE  ­
LIBEREMENT DES AGITATEURS.
      ­   MAIS    CECI NE M’EST POSSIBLE QU’AVEC VOTRE ACCORD ET VOTRE    SOUTIEN .
      ­ soit, acceptant l’ensemble des revendications prendre le risque de mener l’Entreprise 
dans une IMPASSE A COURT TERME.
             ­   MAIS IL NE M’EST PAS POSSIBLE DE PRENDRE A TITRE EXPERIMENTAL UN TEL 
RISQUE,CAR,CE PROBLEME S’IL DOIT UN JOUR TROUVER SA SOLUTION ,CE NE PEUT ETRE 
 QU’AU PLAN NATIONAL.   
           MAINTENANT L’USINE EST OUVERTE.
         En plus des CHANTIERS EXTERIEURS qui n’ont jamais cessé leur activité , 260 de vos 
CAMARADES sont aujourd’hui à leur poste.
          Si nous voulons effacer rapidement les  SEQUELLES    profondes laissées par ce conflit, je 
vous demande PERSONNELLEMENT de reprendre  NORMALEMENT   votre travail . 
           A CET INSTANT JE VOUS PROMETS DEUX CHOSES
    ­ AVEC VOTRE SOUTIEN ,LA LIBERTE EFFECTIVE DU TRAVAIL.
       ­ AVEC LES RESPONSABLES DE CETTE ENTREPRISE ,LA POURSUITE D’UNE POLITIQUE SO­
 CIALE REALISTE    : MON OBJECTIF PERMANENT .
               IL IMPORTE que TOUS ENSEMBLE , nous obtenions des RESULTATS dont  VOS    FA  ­
 MILLES   et   VOS ENFANTS SERONT LES PRMIERS BENEFICIAIRES. 
               SI VOUS REPONDEZ A MON APPEL,TOUT PEUT ENCORE ETRE SAUVE. 

47
              DANS LE CAS CONTRAIRE ,LA GRAVITE DE LA SITUATION PORTERA UN TEL COUP A  
 L’ENTREPRISE QU’IL COMPROMETTRA SA SURVIE     !         
                                                         JE VOUS DONNE DONC RENDEZ­VOUS…

                                                                       ° En prévision de la manifestation du soir,  les 
"jaunes" ne viennent pas à l’usine l’après­midi. Les flics ne stationnent plus devant 
l'usine à partir de midi, leurs cars patrouillant simplement dans les rues entourant 
l'entreprise.

                                                           ° Dans l'après­midi, quelques grévistes se  
rendent compte qu'il est possible d'ouvrir la grille d'entrée de l'usine. Ils sont repous­
sés par les gardiens "musclés" embauchés quelques jours auparavant par la direc­
tion, et par des délégués.
L'idée de réoccuper l'usine , au moins symboliquement , à la faveur du meeting du 
soir commence alors à circuler parmi les grévistes. 
  
                                                           ° Dans l’après­midi, 3 cars de gardes mobiles, 6 cars de  
CRS   et   deux   command­car   de   CRS   prennent   position   dans   le   quartier   de   Bellevue   (qui 
descend jusqu’à l’usine PARIS­S.A.), autour du Collège. L’Association Familiale du quartier 
s’indigne du spectacle qu’offrent ces " envahisseurs " aux enfants sortant de l’école. 
              D’autres cars de gardes­mobiles sont cachés dans les rues voisines de l’usine.

                                                           ° Des distributions de tracts du "Comité de soutien" sont  
effectuées toute la journée en ville , avec participation des grévistes, pour appeler à la mani­
festation du soir.

                                                           ° A 18 heures, un millier de travailleurs sont rassemblés 
sous la pluie devant chez PARIS­S.A., répondant à l’appel de la CFDT, du Comité de soutien 
et du CDJA.
             Seul le permanent CFDT métaux parle.
             Un tract du "Comité de Lutte des Batignolles" est distribué dans la manifestation.
              Le meeting est assez morne et ne correspond pas du tout aux conditions nécessaires à 
une réoccupation, ne serait ce que de quelques minutes de l’usine.
              La manifestation qui suit est beaucoup plus dynamique . les ouvriers les plus comba­
tifs de PARIS­S.A. se mettent en tête. Ils lancent les slogans "Paris, salaud, le peuple aura ta 
peau ! ", " Augmentation uniforme " ; " Flics, jaunes, patrons, assassins ! " ; " Dissolution des 
milices patronales ", chantent l’Internationale et la Carmagnole des ouvriers … !
              La CFDT et les délégués de chez PARIS­S.A. avaient prévu une manifestation sans 
objectifs. Les grévistes entraînent les manifestants jusqu’à la Mairie de Chantenay où a siégé 
le "Comité de Défense" pendant 15 jours. Au passage, devant les maisons de certains jaunes , 
les cris hostiles jaillissent . Devant la mairie, tout le monde crie "   Mairie, jaunes, patrons, 

48
complices ! ", puis se disperse. Sauf un petit groupe de grévistes qui redescend vers l’usine en 
passant devant Citroën où d’autres insultes sont lancées.
       

              

                             Samedi et dimanche 18 et 19 mars .

                                   

                                                            ° Première distribution de 50 francs à chaque gréviste. 
Une autre aura lieu le lundi 20.
 
                                                           ° Négociations  durant tout le samedi avec la Direction.
               Aucun accord n’intervient. 
               La Direction annonce qu'elle organise un référendum  sur la reprise du Travail, au­
près de tout  le personnel, grévistes et non­grévistes, sur la base de ses dernières propositions. 
Les délégués de PARIS­S.A. dénoncent cette manœuvre.

                                                             ° Un match de football organisé par certains grévistes,  
avec leur participation, a lieu samedi après­midi au stade des Ardillets  à Couëron. Toute la 
recette est versée dans la caisse de solidarité aux grévistes.

                           Lundi 20 mars.

                                                           ° Le matin, les premiers coups sont échangés entre gré­
vistes et jaunes devant l'usine. Les flics n'étant pas sur place les grévistes essaient d'empêcher 
le départ des cars de ramassage loués par la direction. Une charge de jaunes, plus nombreux 
sur place que les grévistes, commandée par Jacques PARIS, permet aux non­grévistes de dé­
gager les cars, qui, de plus, n'hésitent pas beaucoup à passer en force.     

                                                           ° A 14 heures, après l'entrée des cars Citroën dans l'usine  
sous des jets de pierre, et alors que les grévistes retournent au local syndical, une soixantaine 
de jaunes, munis de bouts de câble électrique, de tubes en fer…, se ruent sur quelques attar­
dés, les attaquent et blessent notamment au visage un délégué CFDT. Les grévistes revenant 
en courant au local syndical et les bagarres se généralisant, les jaunes préfèrent rentrer en vi­
tesse dans l'usine.          

49
                                                           ° Scandalisés, près de 150 grévistes, avec notamment pas  
mal d'anciens de la boite, attendent les jaunes à leur sortie le soir. Les quatre premiers cars Ci­
troën sortent de l'usine sous les cris hostiles des grévistes. Quand le dernier car se prépare à 
sortir, la moitié des grévistes traverse la chaussée en courant pour bloquer le car et ses occu­
pants dans l'usine. La bagarre s'engage. Plusieurs fois les grévistes parviennent à refermer le 
portail d'entrée. Des pierres volent dans tous les sens . un gréviste est blessé à la tête par un 
madrier lancé par les jaunes.
                Une escouade de flics arrive en cars et court se placer entre "jaunes " et grévistes. 
Les jaunes, grâce à ce secours, parviennent à se dégager et quittent l'usine sous une nuée de 
pierres

                                                           ° Pour la première fois, les radios nationales parlent du  
conflit.

                                                           ° Communiqué des délégués de chez PARIS­S.A.:
    "…Les sections syndicales condamnent l'attitude provocatrice des patrons et du personnel 
non­gréviste,   dont  certains  cadres,  allant   jusqu'à  organiser  des  commandos  armés   de  ma­
traques.
        Depuis trois semaines de grève totale, les grévistes des Etablissements PARIS­S.A. ont 
su montrer leur calme et leur sang­froid face aux multiples provocations . Si toutefois d'autres 
incidents plus graves devaient se produire, les sections syndicales CFDT et CGT en rejettent 
l'entière responsabilité sur la direction et ses proches collaborateurs qui seuls détiennent les 
clefs   pour   la   solution   du   conflit,   c'est   à   dire   en   acceptant   de   négocier   sur   le   fond   du 
problème."

                                                           ° Communiqué du "Comité de défense…":         
      "Les quelques 80 irréductibles renforcés par certains éléments extérieurs grillent route de 
la Roche Maurice leurs  dernières cartouches…Toute la semaine, nous, responsables du comi­
té, nous avons imposé à nos troupes ordre et discipline. Aujourd'hui devant les agissements 
des grévistes, il nous sera de plus en plus difficile de contenir nos troupes. Les délégués 
CFDT et CGT doivent avoir le courage de résoudre leur problème et de faire face à leurs res­
ponsabilités."

                                                           ° Communiqué CGT Métaux Nantes:
         " Les négociations qui se sont déroulées à la demande des organisations syndicales ont 
permis d'arracher des concessions à la direction "PARIS­S.A.", notamment au niveau des ho­
raires et mensualisés, concessions permettant un rapprochement sensible entre les proposi­
tions patronales et les contre­propositions syndicales de ces derniers jours.
        La mauvaise volonté que met la direction à négocier concrètement prolonge d'autant le 
conflit: il dépend donc de celle­ci qu'une solution acceptable soit trouvée…

50
        La solidarité active réfléchie aux travailleurs de "PARIS­S.A." ne saurait se confondre 
avec la gesticulation de groupes…dont le but est de dévoyer l'action revendicative de masse." 

                                                           ° Le matin une Assemblée Générale des grévistes re ­
poussait les nouvelles propositions de la Direction contenues dans son bulletin de référendum 
et se mettaient d'accord avec les délégués pour ne pas participer à ce référendum.

                             Mardi 21 mars.

                                                           ° Pas de heurts au piquet de grève.

                                                           ° Quelques militantes ASF et APF,  femmes de grévistes,  
invitent toutes les femmes de grévistes à une réunion d'information le lendemain mercredi 
dans le local syndical.

                                                             °  Le débrayage de 2 heures, interprofessionnel, est 
massif.   Cependant,   c'est   le   quatrième   débrayage   national   de  l'année   pour   la   réduction   du 
temps de travail et la retraite à 6O ans. Les objectifs de la manifestation sont traditionnels 
(Préfecture, Chambre Patronale). De ce fait, le soutien aux ouvriers de PARIS­S.A. passe en 
partie sous la table et les ouvriers ne se rendent pas en masse au meeting à la Préfecture (pas 
plus de 1500 à 2000 personnes).
             Les grévistes de chez PARIS­S.A. prennent la tête de la manifestation , comme d'ha­
bitude, et lancent leurs mots d'ordre combatifs, tandis que le reste des manifestants suit sans 
entrain . La manifestation devait aboutir à la Chambre Patronale. Les grévistes l'entraînent 
jusqu'au Palais de Justice tandis que les responsables syndicaux se rendent seuls à la Chambre 
patronale y déposer leur motion. L'usine PARIS­S.A. étant trop loin du centre­ville, la disper­
sion se fait finalement au Palais de Justice.

                             Mercredi 22 mars.

                                                           ° Piquets de grève et collectes continuent. Les "jaunes"  
font maintenant la journée continue pour n'avoir à passer que deux fois par jour devant le pi­
quet de grève.

51
                                                           ° De nombreux lance­pierres sont fabriqués et un stand  
d'entraînement au tir est créé.

                                                           ° Le Secours Populaire organise l'accueil d'enfants de 
grévistes dans des familles de la région pendant les vacances de Pâques.

                             Jeudi 23 mars.

                                                           ° Visite d'une délégation de grévistes du Joint Français 
(en lutte depuis plusieurs semaines à Saint­Brieuc) .

                                                           ° Une sorte de caravane publicitaire avec haut­parleur  
circule en ville pour informer la population sur les revendications des ouvriers de chez PA­
RIS­S.A. et sur le déroulement du conflit.

                                                           ° Conférence de presse des délégués de chez PARIS­S.A.

                                                           ° Un communiqué de la FDSEA de Loire­Atlantique  ex ­
plique que "la lutte contre l'exploitation des travailleurs, paysans et ouvriers, par le capital , 
passe par la solidarité."

                             Vendredi 24 mars.
 

                                                           ° Dépouillement du référendum patronal. Suivant une  
décision prise en "réunion d'information" des grévistes, les délégués n'y assistent pas.
              274 grévistes ont remis leurs bulletins de vote aux délégués.
              435 personnes (cadres, maîtrise, mensuels des bureaux, ouvriers des chantiers exté­
rieurs à l'entreprise et quelques ouvriers de Nantes) ont envoyé leurs bulletins à l'huissier 
chargé du référendum.
              423 se prononcent pour la reprise du travail. Ce sont ceux qui rentrent depuis plus 
d'une semaine dans l'usine. Les ouvriers qui ont décidé la grève  n'ont pas envoyé leurs bulle­
tins de vote et sont toujours aussi nombreux         
            L'usine ne tourne toujours pas. La situation reste inchangée.

52
            Les délégués précisent que les seules personnes qui auraient pu être consultées sont les 
ouvriers des ateliers, soit 360 personnes , qui avaient seules décidées de l'occupation de l'u­
sine. "Les ateliers ne pourront pas tourner avec une quinzaine d'ouvriers reprenant le travail."

                                                           ° La presse locale évoque la nécessité pour la direction 
de chez PARIS­S.A. de recevoir un soutien financier de l'UIMM pour continuer à s'opposer 
aux grévistes.

                                                                                                 
                                                           ° La section CGT PARIS­S.A., à l'initiative des maoïstes, 
publie un communiqué démentant celui de l'Union Locale CGT concernant le "Comité de 
Soutien": "… La section CGT des Etablissements PARIS­S.A. veut souligner le caractère po­
sitif de l'action du Comité de soutien aux grévistes constitué dès le début de la grève avec la 
participation   des   paysans,   ouvriers,   étudiants   et   habitants   des   quartiers   populaires,   et   tra­
vaillant en liaison étroite avec les grévistes… Sur le plan de l'aide matérielle, il faut préciser 
que   le   montant   des   collectes   effectuées   par   ce   Comité   de   soutien     avec   la   participation 
constante des grévistes se chiffre à ce jour à plus d'un million d'anciens francs, soit le quart du 
montant total actuel des collectes…"

                             Samedi et dimanche 25 et 26 mars.

                                                           ° La direction est satisfaite de son référendum: "très large 
majorité pour la reprise".

                                                            ° "Comité de Défense...": un référendum sérieux. Il 
ajoute: "Chaque jour qui passe met davantage en contradiction l'une des sections syndicales 
avec ses instances fédérales et confédérales, et apporte un peu plus de misère dans les familles 
ouvrières touchées par ce conflit."

                                                              ° Communiqué CGT­CFDT PARIS­S.A.:
          " Il faut se rappeler, comme les années passées, que seuls les travailleurs des ateliers 
sont toujours obligés de se battre pour négocier leurs salaires, et le fruit de ces luttes est auto­
matiquement répercuté sur le salaire des mensuels et des cadres qui restent passifs et attendent 
le résultat.
          C'est pourquoi ces travailleurs qui luttent actuellement  refusent que les autres catégo­
ries   de   l'entreprise  :   cadres,  agents   de  maîtrise,  techniciens,   employés   de  bureau,   se  pro­
noncent pour la reprise du travail alors que cette décision revient de droit à ceux qui ont déci­
dé la grève.

53
         (Ils) veulent l'ouverture des négociations sur le problème de fond posé, c'est à dire l'aug­
mentation en partie uniforme du manœuvre au mensuel au coefficient 325…"

                                                           ° Les "jaunes" continuent, comme depuis le début de la 
grève , à passer au domicile des grévistes lorsque ceux­ci sont absents pour faire pression, 
intimider leur femme, leurs familles.

 
                             Lundi 27 mars.

                                                           ° Tôt dans la matinée les premières traînes (camions  
semi­remorques) arrivent devant l'usine. Il semble évident que la Direction de chez PARIS­
S.A., asphyxiée par la grève qui dure déjà depuis un mois, tente de faire repartir la production 
en expédiant la ferraille vers des usines sous­traitantes pour assurer les commandes les plus 
urgentes.
                           Le groupe des grévistes les plus résolus, les plus actifs et les plus conscients  
se place en face des camions pour les empêcher de rentrer dans l'usine. Quelques uns vont 
chercher   les   délégués   et   le   restant   des   grévistes   pour   s'opposer   en   masse   à   la   nouvelle 
manœuvre de PARIS­S.A..
                           Une première fois les grévistes réussissent à empêcher deux "traînes" de  
rentrer dans l'usine. Et lorsque les "jaunes" ouvrent un des portails de l'usine, ils se font rece­
voir à coups de pierres. Ils en relancent quelques unes et improvisent une lance à incendie 
pour asperger les grévistes. Ils sont finalement obligés de refermer le portail.
                          Un peu plus tard les grévistes repartent en manifestation le long des murs de  
l'usine pour permettre d'y tracer des inscriptions à la peinture: "Vive les grévistes de chez PA­
RIS!",   "Augmentation   uniforme",   "Paris,   salaud,   le   peuple   aura   ta   peau!",   "A   bas   les 
jaunes!"…
                         Cette manifestation se dirige ensuite vers le portail principal d'entrée des ca ­
mions , placé en face du camp des "manouches". Là bas, à l'initiative d'un délégué CFDT "de 
gauche", les grévistes décident de dresser une barricade afin de bloquer le passage. Les "ma­
nouches" acceptent que les grévistes se ravitaillent en ferraille et détritus dans leur bidonville.
                         Une première carcasse de voiture est apportée devant ce portail. Au moment  
où une autre carcasse est amenée en travers de la route, les flics arrivent en cars et tentent à 
coups de matraque d'empêcher la construction de la barricade. Un flic ayant envoyé un bout 
de tôle vers un des grévistes, des morceaux de ferraille, des bidons, des cartons, des planches 
sont lancées par les grévistes vers les flics. La circulation sera bloquée pendant un certain 
temps, la rue étant jonchée de débris. Puis les grévistes décident de se replier.
                         Une troisième fois les ouvriers repartent à l'attaque . Ils réussissent à démanti­
buler un des portails de l'usine, à démolir une partie du mur d'enceinte.

54
Lorsque les flics stationnés à une des extrémités de la rue descendent de leurs cars équipés 
cette fois de leurs casques , de leurs manteaux de cuir et de leurs matraques, les grévistes 
décident une nouvelle fois de se replier. 
                         C  'est au moment où le cortège d'une centaine de grévistes revient tranquille­
ment vers le local syndical que deux cars de CRS appelés par la direction arrivent. Les CRS 
débarquent aussitôt, équipés de boucliers, casques à visières, matraques, fusils lance­grenades, 
mousquetons, et prennent les grévistes en sandwich entre les flics et eux.
                         La première moitié du cortège passe devant les CRS sans encombre en chan­
tant l'Internationale. Mais, sur un ordre du Commissaire, les CRS bloquent la seconde moitié 
des grévistes et les frappent pendant que les flics chargent à la matraque.
                       Quatre grévistes âgés (de 39 à 63 ans) sont blessés sérieusement et doivent être  
emmenés au C.H.U  . Un ouvrier maoïste, blessé lui aussi, est arrêté, puis inculpé dans l'après­
midi  pour "participation à attroupement" et "port d'arme prohibée", alors qu'il avait les mains 
et les poches vides.
                       Les insultes pleuvent sur les CRS et sur les jaunes qui contemplent le spectacle  
de la charge policière  avec enthousiasme et qui hurlent des encouragements aux flics: "Tuez­
les, ces grévistes!". Des pierres sont lancées vers les jaunes massés aux fenêtres des bureaux. 
De nombreuses vitres volent en éclats.

                                                           ° Communiqué CFDT dénonçant "cette nouvelle agres­
sion contre les travailleurs des Etablissements PARIS­S.A.… qui démontre la coalition évi­
dente entre le pouvoir et la direction".

                                                            ° Communiqué CGT Métaux de Nantes:
"La seule solution pour le règlement concret et rapide du conflit passe par la négociation…" 
D'autre part , elle appelle "les travailleurs de chez PARIS­S.A. à faire preuve de vigilance et 
de clairvoyance.
                                                           ° Communiqué du Préfet:
"…Rien de bon ne peut sortir de la violence, et la seule issue possible à ce conflit se trouve 
dans une volonté commune de compromis".

                                                            ° Démarche des délégués de chez PARIS­S.A. à la Pré­
fecture pour faire relâcher le gréviste arrêté.

                                                           ° A la débauche des jaunes, une centaine de grévistes re ­
tournent faire le piquet, huant les non­grévistes, chantant l'Internationale, malgré la présence 
de deux cars de flics et de deux cars de CRS au portail.

                                                           ° Communiqué du "Comité de Soutien aux grévistes" 
dénonçant les violences policières.

55
                                                           ° Le gréviste arrêté est libéré dans la soirée, mais inculpé  
et mis en liberté surveillée .

56
                                              
                                                4. Le début de la fin.

                             Mardi 28 mars.

                                                           ° Pour couper court à toute contestation et à toute initia­
tive extra­syndicale, les Unions Locales CFDT et CGT annoncent dans la presse locale du 
mardi matin une riposte aux violences policières.
              Mais en même temps la forme de riposte choisie est la plus démobilisatrice, la plus 
insignifiante possible: un débrayage d'une heure et demie, de 10 heures à 11 heures 30, avec 
"envoi de délégations" devant le Palais de Justice.
                         Malgré cela plus d'un millier d'ouvriers se rassemblent sur la place du Palais de 
Justice, certains, notamment ceux de Dubigeon (chantier naval)  arrivant en cortège, en bleus 
de travail, criant des mots d'ordre "gauchistes". Les ouvriers de la SNIAS, à Château­Bougon 
(à 8 kms de Nantes) , ont demandé huit cars pour venir à la manifestation. Le syndicat CGT 
n'en accorde qu'un seul.
            Le meeting est expédié à toute vitesse  par le permanent CGT des Métaux de Nantes et 
se termine par le mot d'ordre "rentrez dans vos usines pour faire votre demi­heure de travail 
de 11heures 30 à 12 heures"!
            L'écœurement est général.
            Après un moment de flottement, les gars de chez PARIS­S.A. déploient leurs bande­
roles, lancent leurs mots d'ordre et décident de partir en manifestation dans la ville. La plupart 
des délégués de chez PARIS­S.A. tentent vainement de s'opposer à cette initiative. Plus de la 
moitié des gars rassemblés devant le Palais de Justice rejoint les grévistes . Après un petit par­
cours dans les rues du centre de Nantes, la manifestation se disloque.   

                                                           ° Le même jour, communiqué de l'U.L. Métaux CGT de 
Nantes mettant en garde les travailleurs contre le Comité de Soutien aux grévistes de chez 
PARIS­S.A. qui "sous couvert d'une solidarité matérielle , tente progressivement de se substi­
tuer aux organisations syndicales dans la conduite de l'action…"

                                                           ° Communiqué de l'U.L. métaux et U.D. CFDT qui "ap­
prouvent la décision prise par les sections syndicales CGT et CFDT   de soumettre aux tra­
vailleurs de chez PARIS­S.A. les contre­propositions susceptibles de permettre, dans le cadre 
de nouvelles négociations avec la direction, d'aboutir à un compromis acceptable pour les tra­
vailleurs en grève.

57
              Ainsi toutes les conditions sont maintenant remplies pour trouver une issue valable à 
la grève, et il appartient à la direction et à elle seule de faire les concessions qui s'imposent…"
(les contre­propositions en question ont été soumises aux grévistes le lendemain matin, mer­
credi 29 mars).

                                                           ° Communiqué des Associations Syndicales de Familles 
de Loire Atlantique qui "se déclarent solidaires des travailleurs de chez PARIS­S.A. , en lutte 
pour la revalorisation prioritaire des bas salaires. Le resserrement de l'éventail hiérarchique 
des salaires va dans le sens des objectifs de la C.S.F., pour la redistribution des revenus  en 
fonction des besoins."
( Elles dénoncent) "les tentatives de division de la classe ouvrière par le soutien de la direction 
à un comité de défense de la liberté du travail, et les pressions exercées sur les familles des 
grévistes" et "engagent les syndicalistes familiaux à soutenir les familles en lutte en partici­
pant aux collectes".

                                                           ° Dans l'après­midi les sections syndicales CGT et CFDT 
de chez PARIS­S.A. mettent au point leurs nouvelles propositions de négociation avec la di­
rection.

                             Mercredi 29 mars

                                                           ° Assemblée Générale des grévistes à 10H.
                     Les délégués forment un piquet à l'entrée de la cour où doit se dérouler l'A.G. 
pour en interdire l'entrée aux membres du Comité de Soutien aux grévistes et aux familles.
                      De nombreux grévistes protestent.
                      Un délégué prend la parole pour expliquer que la conduite de la grève revient 
aux grévistes et que désormais eux seuls pourront assister aux A.G.
                      Un maoïste intervient à son tour pour demander la levée du piquet, expliquant  
que si les décisions doivent être prises par les seuls grévistes, les discussions doivent être ou­
vertes à tous ceux qui participent à la grève , la supportent, la soutiennent (grévistes, familles, 
Comité de Soutien). Plus de la moitié des grévistes applaudissent, et les délégués sont obligés 
de faire machine arrière, de laisser pénétrer dans la cour le Comité de Soutien et les femmes 
de grévistes.  
                        A la suite de ce conflit, les délégués expliquent que la direction ne voulant plus  
négocier, ils ont mis au point une nouvelle proposition à lui soumettre.
La question est posée de savoir si c'est aux délégués d'aller tirer la direction par la manche 
pour l'amener à discuter. Les délégués répondent que de nombreux grévistes demandent la re­
prise des négociations.

58
                        La nouvelle proposition des syndicats est une nouvelle concession sur le plan 
du montant de l'augmentation totale des salaires comme sur le plan du principe de l'augmenta­
tion en partie uniforme pour tous, qui n'est plus réclamée que pour les gars des ateliers et une 
poignée des gars des bureaux. Cette proposition rejoint à peu de choses près celle faite par la 
direction 10 jours auparavant, le 19 mars.
                        Les délégués parviennent à masquer totalement la portée de cette nouvelle  
concession, de ce nouveau recul devant la direction , et, malgré la méfiance de quelques gré­
vistes, la proposition des délégués est acceptée presque unanimement.

                                                           ° Reprise en main syndicale:          
Communiqué de l'U.D. C.F.D.T. de Loire Atlantique.
"L'U.D. C.F.D.T. précise que les syndicats ne sauraient en aucun cas se démettre de leurs res­
ponsabilités au profit d'un quelconque comité de grève, de soutien ou autre, en partie composé 
de personnes étrangères à l'entreprise. Dans un conflit, les travailleurs doivent être fréquem­
ment consultés sur des propositions élaborées par les sections syndicales"…

                                                           ° Communiqué du "Comité de Soutien"  "réaffirmant sa  
volonté de soutenir jusqu'au bout la grève par des collectes et des actions de propagande", ré­
futant les attaques de la CGT, et appelant "toute la population à participer le jeudi 30 mars, 
aux différentes réunions organisées par les grévistes dans le centre de la ville…"

                                                           ° Les délégués de chez PARIS­S.A. transmettent leurs  
nouvelles propositions à la Direction  dans l'après­midi à l'Inspection du Travail.

                             Jeudi 30 mars.

                                                           ° Les flics continuent leurs rondes et embarquent un jour­
naliste de "Témoignage chrétien" qui prend des photos de l'usine.

                                                           ° Les collectes continuent.

                                                           ° Tout l'après­midi, des petits groupes de grévistes et de  
membres du Comité de Soutien, surveillés par les flics en cars, promènent en ville des pan­
neaux rappelant les points principaux du conflit et appellent par haut­parleur la population à 
participer aux collectes de soutien à la grève.

                                                           ° En fin de journée les délégués appelés à l'Inspection du 
Travail   apprennent que la direction  refuse en bloc leur dernière proposition.  La direction 

59
"offre" une avance de 250 F remboursable dans l'année, l'annulation de la grève pour le calcul 
des congés payés, le paiement du treizième mois une semaine après la reprise.

                                                           ° Réunion d'information sur la grève faite à Bellevue,  
quartier populaire proche de l'usine PARIS­S.A. par les grévistes, l'APF, l'ASF et le Comité 
d'Action de Bellevue.

                             Vendredi 31 mars

                                                           ° Après cinq semaines de grève commencent les pre ­
mières collectes en dehors de Nantes, notamment Le Mans et Saint­Nazaire.
Belles engueulades entre l'équipe de collecte venue à Saint­Nazaire et les délégués CGT des 
Chantiers Navals.
Un mini­meeting sur le terre­plein de Penhoët, face aux Chantiers navals est organisé par les 
grévistes de chez PARIS­S.A. et les gars de Comité d'Action des Chantiers de Saint­Nazaire. 
Plusieurs centaines de gars, peut­être un millier y assistent.
Toute la journée plusieurs centaines d'ouvriers s'attroupent autour des panneaux expliquant la 
revendication des grévistes, les différentes étapes de la lutte.

                                                           ° Vendredi matin les délégués appelés à l'Inspection du  
Travail apprennent que la direction "offre" d'avancer une partie de l'augmentation prévue au 
1er octobre 72 (8 centimes de l'heure) au premier avril.
A la sortie de l'Inspection du Travail, les délégués déclarent que cette nouvelle proposition est 
"intéressante".
Avec ce pourboire dérisoire, la Direction rejoint presque en effet la dernière proposition des 
syndicats établie après leur énième concession.

                                                           ° Peu après, les délégués apprennent que la Direction  
ajoute à son offre le licenciement des deux ouvriers maoïstes André Sinou et Richard Ruffel 
et des sanctions éventuelles après enquête contre quatre autres grévistes.

                                                           ° Communiqué des sections syndicales CGT et CFDT de  
chez PARIS­S.A. dénonçant   "l'attitude provocatrice de la direction qui, au moment où l'on 
pourrait entrevoir une éventuelle issue, prend délibérément la responsabilité d'un rebondisse­
ment".

60
                                                           ° Les "jaunes" continuent leurs "visites" au domicile des  
grévistes pour intimider leur famille, venant à plusieurs, annonçant des sanctions…Ca accroît 
indéniablement la tension .

                                                           ° Des jeunes grévistes dégonflent les pneus de la voiture  
d'un non­gréviste à Roche­Maurice.

                                                           ° Trois jeunes grévistes qui se trouvent sur le parking de  
la mairie de Chantenay où sont garées les voitures des jaunes sont coursés par des "chefs" de 
la boite qui les rattrapent , les remettent aux mains des CRS. 
L'un de ces chefs frappe à coups de poing son frère, gréviste, dans le commissariat.
Les trois jeunes grévistes sont relâchés dans la soirée.

                             Samedi 1er avril.

                                                           ° 9 heures, réunion de la section CGT, en présence de Le 
Dus, permanent métaux de l'U.L. CG.T. de Nantes.
         Le Dus veut faire voter par la section le texte d'un communiqué qu'il a rédigé la veille 
avec Rousselet , permanent de l'Union Départementale CGT.
         Texte du communiqué: 
" Les syndiqués CGT de l'usine PARIS­S.A.…
­ Estiment que les dernières propositions patronales peuvent servir de base à un compromis 
acceptable. En effet, l'écart avec les revendications ouvrières s'est réduit à 0,33%.
­ Considèrent que la grève qu'ils ont menée et la solidarité ouvrière qui s'est exprimée envers 
eux auront permis d'aboutir à un succès revendicatif non négligeable. Ils mandatent leur sec­
tion syndicale pour présenter favorablement les dernières propositions patronales devant l'as­
semblée des travailleurs de l'usine, qui aura à se prononcer en dernier lieu.
­ Toutefois, informés également des intentions de la direction de procéder à deux licencie­
ments et à des sanctions à la suite des plaintes  déposées contre les travailleurs, ils considèrent 
que la reprise du travail ne pourrait se faire sans que ces mesures répressives soient levées.
      C'est pourquoi ils demandent à l'Inspection du travail, aux pouvoirs publics et au préfet, 
d'intervenir , immédiatement, près de la direction pour que, dès mardi, les conditions d'un ac­
cord de salaire et d'une reprise normale du travail soient remplies."
                                                           A peine le moitié des syndiqués CGT assisteront à cette  
réunion annoncée uniquement par le quotidien du matin.
                                                           Le débat est houleux entre le permanent de L'U.L. et les 
maoïstes appuyés par les jeunes de la section qui pensent que si l'écart entre les propositions 

61
patronales et les "revendications ouvrières" s'est tellement réduit, ce n'est pas du à des conces­
sions de la Direction mais à celles , trop nombreuses, des syndicats.
L'écart chiffré à 0,33% par la CGT entre les propositions patronales et syndicales ne semble 
pas négligeable à tout le monde.
Enfin certains estiment que ce n'est pas à l'UL ou à l'UD de dicter ses prises de position aux 
syndiqués de l'usine.
                                                           Au moment du vote, il ne reste plus qu'une petite quin ­
zaine de grévistes dans la salle (les autres sont partis sous des prétextes divers, par peur de la 
discussion? par peur de la responsabilité de ce vote?).
             Le délégué syndical s'abstient, disant qu'il préfère que ce communiqué soit proposé à 
la section CFDT­PARIS­S.A. avant qu'il soit envoyé aux journaux de façon que l'on ne dise 
pas que c'est la seule CGT qui veut faire reprendre le travail aux grévistes.
             Les autres délégués soutiennent le permanent de l'UL et votent avec quelques vieux 
ouvriers en faveur du texte.
             Les maoïstes et quelques jeunes votent contre.
             A une légère majorité le texte est adopté.

                                                           ° 10 heures:  réunion d'information : deux interventions
            ­ Le délégué syndical CFDT: "Nous ne nous sommes jamais déclarés d'accord, mais 
les positions se rapprochent en partie. Même sans vous en référer, nous avons toutefois pensé 
qu'il n'était pas possible d'envisager la reprise avec des licenciements".
Le délégué explique que la bataille à mener maintenant est celle de la levée des sanctions et 
des licenciements, alors que la revendication salariale a été poussée jusqu'à son terme puisque 
la direction a annoncé qu'elle ne reculerait plus.
          ­  Un des deux maoïstes licenciés affirme que les licenciements annoncés par la direc­
tion sont en partie un piège de la direction pour faire oublier la revendication salariale. Il faut 
continuer la lutte principalement pour faire aboutir la revendication d'une augmentation de 
salaire en partie uniforme , et secondairement pour obtenir la levée des sanctions.
          ­ Précisions sur les collectes de Saint­Nazaire et du Mans.
          ­ Le total des collectes avoisine 10 millions d'ancien francs.
          ­ Réunion d'information et distribution d'argent annoncées pour mardi 4 avril.

                                                           ° Communiqué du Comité de Soutien aux grévistes qui,
 "sans se prononcer au fond, regrette qu'une erreur du journal Ouest­France ait pu lui faire at­
tribuer les déclarations d'une organisation politique bien précise."
"Le Comité de Soutien reconnaît à toute organisation politique, quelle qu'elle soit, la liberté 
d'émettre un point de vue sur la grève. Pour sa part, il considère que son propre rôle se borne à 
assurer jusqu'au bout le soutien à la grève sous toutes ses formes, et ne désire, ni se substituer 
aux travailleurs pour les décisions concernant la grève, ni même conseiller les grévistes sur les 
décisions à prendre!"

62
                             Mardi 4 avril 

                                                           ° 10 heures, réunion d'information.
              Les délégués exposent la situation , estimant indispensable de continuer la grève jus­
qu'à la levée des licenciements et des sanctions.
              Les maoïstes licenciés demandent que l'objectif premier de la grève (augmentation 
non hiérarchique) ne soit pas oublié et que la lutte se poursuive à la fois pour la satisfaction de 
la revendication salariale et pour la levée des sanctions.
              Aucun vote ne vient trancher entre ces deux positions .
              Mais, est­ce que la simple poursuite de la grève peut faire céder PARIS­S.A.?
              Un délégué CFDT et les maoïstes demandent que la solidarité des ouvriers nantais 
vienne renforcer la grève. Ils réclament que les Unions Locales  acceptent d'organiser une 
manifestation de rue et de masse, comme celle pour les Batignolles en 1971.
              Un vote à main levée est obtenu sur cette question malgré les tentatives des délégués 
syndicaux de couvrir l'inaction des Unions Locales. L'unanimité réclame l'organisation d'une 
telle manifestation.
              Ce débat houleux est évoqué à la radio qui, pour la seconde fois depuis le début du 
conflit,  parle de la grève des Etablissements PARIS­S.A..

                                                           ° L'U.L. C.G.T. et le syndicat CGT­PARIS­S.A. sont re ­
çus sur leur demande par le préfet. Elles communiquent à la suite de l'entrevue: "La déléga­
tion a rappelé au préfet la position émise par les syndicats CGT de chez PARIS­S.A., position 
qui ouvrait la voie d'un accord immédiat sur les propositions de la Direction et à une reprise 
normale du travail dans l'entreprise... attitude inadmissible de la Direction PARIS­S.A. qui, 
alors que les conditions d'un compromis étaient réalisées a annoncé son intention de licencier 
deux ouvriers et d'appliquer pour d'autres diverses sanctions…
Grâce aux efforts réalisés par les sections syndicales CGT et CFDT, grâce aux initiatives 
prises par le syndicat des métaux CGT et de l'U.D., rien ne s'oppose à la signature d'un accord 
valable si ce ne sont les prétentions de dernière heure de la Direction PARIS­S.A. sur des li­
cenciements et des sanctions. "
Elles terminent en demandant au Préfet, conformément à sa déclaration du 28 mars, "d'inter­
venir avec la plus grande fermeté près de la Direction PARIS­S.A. pour amener celle­ci à an­
nuler toutes les mesures répressives prévues contre les travailleurs en grève."

                                                           ° Suite à l'Assemblée générale du matin, l'UL CFDT ren ­
contre l'UL CGT à la Bourse du Travail pour examiner la possibilité d'organiser une mani­
festation de masse de soutien aux grévistes de PARIS­S.A.. La CGT propose une demi­heure 
de débrayage dans la métallurgie nantaise. La CFDT refuse cette proposition.

63
                                                           ° L'Union métaux CFDT de Nantes communique:
"   Les travailleurs n'admettront jamais que pour briser leur mouvement les patrons aillent jus­
qu'à prendre des mesures disciplinaires. En conséquence, l'Union des Métaux CFDT a pris 
contact avec son U.L. afin d'envisager une action de grande ampleur, seule capable de mettre 
en échec la Direction de chez PARIS­S.A. et, derrière elle , l'ensemble du patronat."

                                                           ° 6 grévistes, un délégué CFDT combatif, un maoïste et  
quatre jeunes vont dans la soirée à Saint­Brieuc au meeting de solidarité organisé en faveur 
des grévistes du Joint Français. Les grévistes de chez PARIS­S.A. font un historique de leur 
conflit , expliquent leurs difficultés et mettent au rang des causes de l'échec probable de leur 
grève l'hostilité d'une centrale syndicale et la passivité de l'autre (sans les nommer), afin que 
les grévistes du Joint Français puissent tirer les leçons de la grève de PARIS­S.A..

                             Mercredi 5 avril:

                                                           ° Communiqué de la Direction PARIS­S.A. :
              "Les dernières propositions patronales viennent d'être jugées acceptables par les or­
ganisations syndicales.
               La grève n'a désormais plus d'objet et rien ne s'oppose à ce que les hésitants re­
joignent les 435 personnes qui sont à leur poste de travail à Nantes ou sur les chantiers exté­
rieurs.
              La Direction doit lever une dernière équivoque à propos de deux licenciements.
              La Direction ne licencie personne pour faits de grève. Toutefois, deux personnes s'é­
tant livrées à des agressions et des violences caractérisées, relevant d'ailleurs du droit pénal et 
qui feront l'objet de poursuites, la Direction se voit obligée de s'en séparer par mesure de 
sécurité et aussi d'apaisement.
              Le personnel doit savoir que cette décision de la Direction , mûrement réfléchie , est 
définitive et désormais irréversible.
                Il s'agit d'une opération vitale pour l'avenir des ateliers. L'ensemble du personnel 
souhaite en effet retrouver des conditions normales de travail. La Direction s'engage à lui as­
surer désormais un climat de sécurité.
              D'autre part, la Direction a accepté , à la demande des organisations syndicales , de 
lever les sanctions en annulant les lettre recommandées adressées à 5 autres membres du per­
sonnel".
                                                           Commentant sa déclaration, la Direction affirme  
maintenir les 2 licenciements afin qu'il n'y ait pas de "règlements de compte" dans les ateliers. 
Elle précise que pour "éponger" cette grève, deux exercices seront nécessaires. Actuellement 
nous enregistrons les commandes, mais nous sommes obligés de sous­traiter "à tour de bras".

64
                                                           ° Communiqué du "Comité de défense…"
          " Malgré le désir de la majorité des ouvriers en grève de reprendre le travail, alors que 
les syndicats CGT et CFDT reconnaissent satisfaisantes les dernières propositions de la direc­
tion, le conflit se prolonge. Chaque jour met davantage en évidence l'objectif politique de la 
minorité aujourd'hui dirigeante.
            Après les facultés et comme chez Renault, les deux étudiants devenus manœuvres se 
sont employés systématiquement à saper l'autorité des agents de maîtrise et à discréditer les 
syndicats, s'infiltrant partout pour démolir. Stratèges accomplis, avant le conflit , ils sont rent­
rés dans le rang en se faisant  intégrer dans une organisation syndicale afin de mieux pouvoir 
l'utiliser le moment venu. Ces dernières semaines, ils ont été à l'origine de toutes les vio­
lences. Aujourd'hui, ils refusent aux grévistes une consultation sur la reprise du travail propo­
sée par les syndicats.
           Pour nous, il n'est pas pensable que de tels éléments remettent les pieds chez PARIS­
S.A.. Notre entreprise n'est pas le Quartier Latin…"

                                                           ° Tract du "Comité de Défense de la Liberté du Travail" 
collé pendant la nuit sur les locaux syndicaux:
                                          MEFIEZ VOUS DES SIRENES!…
         Campés dans le local syndical qu'ils ont investi, nos deux  MAOISTES à la tête de leurs 
troupes (une vingtaine de jeunes) entendent SEULS édicter leur loi à 720 personnes!…
               (…).BIEN SUR  , le capitalisme est à l'origine de bien des  MAUX! MAIS SOYONS  REA­
LISTES! ESQUISSER LE SCHEMA D'UNE NOUVELLE Société est facile; ADAPTER cette nouvelle 
Société à chacun de nous est autrement plus difficile, voire impossible. Toutefois, il est du de­
voir de chacun de PRENDRE SES RESPONSABILITES. Si tout le monde agissait ainsi bien des 
difficultés seraient   aplanies.
                       Vous qui, aujourd'hui subissez encore la grève:   OUVREZ LES YEUX. Les troupes 
MAOISTES recrutent le plus souvent leurs "CADRES" dans les AUTES SPHERES de la bourgeoi­
sie. Ces produits du capitalisme, les poches pleines de  DIPLOMES  viennent à la fin de leurs 
études  "TESTER LA MASSE OUVRIERE". Ils "ENGUEULENT" les flics, crachent sur le patronat, 
MENACENT  les   jaunes,  CONDITIONNENT  les   esprits,   et   puis,   un   beau   matin,   ils   repartent 
comme ils sont venus: la  REVOLUTION  a  CESSE  de  LES   AMUSER  . Ils ressortent leurs  di­
plômes,  ACCEPTENT  des  postes  à responsabilité  ,  TOUCHENT  les  salaires  correspondant…
MAIS que deviennent les jeunes ouvriers qu'ils ont CHARMES?… 
            ………Ils se retrouvent SEULS, MEURTRIS, ECOEURES  !
             N'écoutez pas les sirènes, soyez VOUS­ MEME, OSEZ LEUR DIRE NON."

                                                           ° Communiqué des sections syndicales CFDT­CGT de 
PARIS­S.A. qui constate   "une nouvelle fois la volonté patronale de mettre tout en œuvre 
pour empêcher la possibilité de trouver une issue… Non seulement les patrons lors de la der­
nière proposition du 30 mars annonçaient deux licenciements, mais le 4 avril deux autres li­

65
cenciements suivaient puis un autre le mercredi. Les méthodes sont­elles  des méthodes de né­
gociation?
                   La solidarité des travailleurs de chez PARIS­S.A. n'est pas un vain mot…Alors  
que la suppression de toutes sanctions pour faits de grève aurait pu permettre éventuellement 
un accord, une reprise du travail dans les conditions actuelles est, non seulement inacceptable, 
mais entraînerait une situation de conflit et d'affrontements permanents."

                             Jeudi 6 avril 

                                                           ° Les collectes continuent.

                                                           ° Nouvelles démarches des UL CGT et CFDT auprès du  
Préfet pour obtenir la levée des sanctions.

                                                           ° Réunion organisée à Couëron dans la soirée par des 
grévistes de chez PARIS­S.A. habitant Couëron ou les environs, et des paysans révolution­
naires de la commune.
Une vingtaine de personnes y assistent, se font raconter la grève et s'organisent pour effectuer 
une collecte au profit des grévistes le dimanche suivant, au porte à porte , dans Couëron.

                                                           ° Un jeune gréviste prend la parole au passage de la pièce 
"Mort et Résurrection de M. Occitania " à la Chapelle sur Erdre (environ 300 personnes pré­
sentes)  pour raconter le déroulement de la grève et souligner l'importance de la solidarité des 
paysans qui assurent le ravitaillement des grévistes depuis le début.
 La recette est versée aux grévistes

                             Vendredi 7 avril

                                                           ° La réunion d'information prévue pour ce vendredi ma­
tin est reportée au lendemain . La quarantaine de gars partis collecter à Donges, à Cholet… re­
fusaient de quitter Nantes s'ils n'avaient pas la promesse des délégués de ne pas organiser de 
vote sur la poursuite de la grève en leur absence.
                      
                                                           ° Interview d'un "gréviste de la base " dans Ouest­France  
du 7 avril:

66
         "Nous étions partis en grève pour quelques francs de plus et surtout pour plus de justice 
dans les salaires, pas pour faire la révolution. On va reprendre le travail: comment faire autre­
ment au bout de six semaines alors qu'il n'y a aucun espoir de changement et que nous n'avons 
pas eu tout le soutien qu'il était possible d'espérer?
                 Mais on repart sur une injustice en laissant deux grévistes comme les autres et qui 
étaient même au premier rang de la lutte revendicative. Leur licenciement a été moins deman­
dé par la direction que par les responsables d'un certain Comité. C'est bien dommage pour 
tous."

                                                           ° Soirée­débat en solidarité avec les grévistes de chez  
PARIS­S.A. organisée par le "Comité de Soutien"; les sections syndicales CGT et CFDT  de 
chez PARIS­S.A. y appellent également.
                    Exposé de la grève et de son soutien par le délégué syndical CGT, un paysan ré ­
volutionnaire, un militant du "Comité de Soutien".
                    Vif débat sur le rôle joué par les Unions Locales dans la popularisation de la  
grève entre les délégués de chez PARIS­S.A. et le reste de la salle où se trouvent de nombreux 
militants ouvriers.
                    Film "Sochaux 68" et chansons.
                    Recette 185.000 anciens francs.

                             Samedi 8 avril

                                                           ° 9 heures, réunion d'information. 200 grévistes environ.
                   Malgré les désirs et espoirs des délégués, c'est celle qui aura le plus ressemblé à 
une véritable Assemblée Générale de Travailleurs. Jamais autant de gars ne seront intervenus 
dans une discussion. 
                   Les délégués veulent organiser un vote à bulletin secret pour la reprise du travail
                   Les protestations fusent 
                   Plusieurs jeunes, un délégué CFDT et les maoïstes expliquent leur refus de vote à 
bulletin secret et leur volonté de poursuivre la grève.
                   Une première discussion est organisée sur la question: faut­il voter à bulletin se­
cret ou à main levée? Cette première question est tranchée par un vote à main levée qui donne 
la majorité aux grévistes favorables au vote à main levée.
                    Deuxième débat: faut­il poursuivre la grève? Les délégués, sous couvert d'objec ­
tivité ne veulent pas participer au vote ni donner d'indications de vote. Mais ils présentent la 
situation de telle façon que seule la reprise du travail serait possible.
Là encore la discussion s'engage âprement entre partisans et adversaires de la poursuite de la 
grève.

67
La majorité finit par se prononcer pour la poursuite de la lutte.
                   La situation a échappé momentanément totalement aux délégués.
                   Les partisans de la continuation de la grève reprennent la parole pour aborder le 
problème des moyens à employer pour renforcer la grève. Ils demandent des comptes aux 
délégués au sujet de la manifestation ouvrière de masse réclamée par tous les grévistes au dé­
but de la semaine. Les délégués répondent qu'ils ne sont pas compétents pour régler ce prob­
lème, qu'ils ne peuvent pas obliger les U.L. à organiser une telle action.
L'idée d'une manifestation au siège de la CGT et de la CFDT est alors lancée. En 10 minutes, 
une trentaine de grévistes (dont un délégué de la CFDT et les maoïstes ) se regroupe et em­
barque en voiture pour aller à la bourse du travail CGT.
                   A la Bourse CGT les permanents refusent de discuter avec les grévistes ("Vous 
n'êtes pas mandatés par votre organisation syndicale, vous n'êtes pas des délégués!"), "Vous 
n'aviez   qu'à   ne   pas   faire   cette   grève!",   "Vous   êtes   des   éléments   étrangers   à   la   classe 
ouvrière!", les menacent physiquement , les bousculent et les repoussent dans les escaliers.
                   Au local CFDT, accueil semblable au début. Lorsque les grévistes en font la re­
marque, les permanents CFDT assouplissent leur attitude. Ils essaient alors de décourager les 
grévistes: "Votre lutte est isolée, n'éveille aucun écho dans les entreprises…" Ils concluent en 
expliquant qu'il n'y aura pas de manifestation de solidarité pour eux avant longtemps.

                                                           ° Samedi après­midi et dimanche : collectes.

                            Lundi 10 avril.

                                                           °  De 7 heures à 8 heures, une soixantaine de grévistes  
rentre dans l'usine. Un piquet de discussion tente, vainement , de les faire revenir sur leur 
décision. Ce sont, soit des grévistes présents à l'Assemblée générale du samedi précédent 
ayant annoncé qu'ils reprendraient le travail de toutes façons le lundi suivant par manque 
d'argent, soit des ouvriers n'ayant jamais participé activement à la grève.
Dès  le samedi matin, tous les grévistes savaient que cela arriverait.
            
                                                           ° A 9 heures , l'intersyndicale CGT­CFDT de chez PA ­
RIS­S.A. lit à la centaine de grévistes rassemblés le communiqué suivant: 
         "Les sections syndicales CFDT­CGT, conscientes de leurs responsabilités , appellent les 
travailleurs   des   Etablissements   PARIS­S.A.   à   se   rassembler   aujourd'hui   à   13h.30   devant 
l'entreprise pour la reprise du travail.
                 Le moment est venu de prendre cette importante décision afin que ce mouvement , 
commencé dans l'unité se termine de la même façon tout en conservant intacte notre combati­
vité pour de nouvelles luttes."

68
                             L'intersyndicale annonçait que ce communiqué passerait tel quel à toutes les 
radios dans la matinée et qu'aucune discussion n'était possible sur son contenu. Aussitôt après 
les délégués disparaissaient.
                              A la même heure la radio commençait déjà à diffuser le communiqué.
                              Bien avant 9 heures, à la Bourse CFDT, on savait que la reprise du travail 
allait être annoncée.

                              Tous les grévistes présents sont écœurés par ce mépris des délégués pour la 
décision prise 2 jours avant par la majorité des grévistes, et par le refus de toute discussion de 
leur décision annoncée par les délégués. Pendant toute la matinée la plupart des gars disent 
qu'ils ne reprendront pas le travail à 13 H.30, ne serait­ce que "pour le principe".

                                                           ° A 13H.30 tous les grévistes sont rassemblés devant l'u­
sine, balançant d'un pied sur l'autre. Les délégués refusent de participer à l'organisation d'une 
discussion sur la reprise du travail et sur les formes de cette reprise. Plusieurs syndiqués CGT 
déchirent leur carte.
                             A 14H., les uns après les autres, la majorité des grévistes rentrent avec les  
licenciés dans l'entreprise. Une vingtaine de gars, des jeunes principalement restent dehors.
                             A 15 heures, les licenciés étaient reconduits à la porte de l'usine avec leurs 
affaires, leur lettre de licenciement…

                                                           ° Dans la soirée: communiqué des sections syndicales  
CGT, CFDT de chez PARIS­S.A.­S.A.: 
   "   L'attitude de la Direction n'est pas de nature à favoriser le retour à un climat normal dans 
l'entreprise. Sa décision de licencier  des grévistes se retournera contre elle et elle en subira 
certainement les conséquences. Même si satisfaction n'a pas été obtenue sur la revendication 
de base, il y a quand même eu une avancée en ce qui concerne les augmentations de salaire 
pour les horaires et mensualisés… Les travailleurs de chez PARIS­S.A. remercient les cama­
rades ouvriers, paysans, femmes, etc.,…qui en participant activement à la solidarité tant finan­
cière, matérielle, qu'active , leur ont permis de tenir 6 semaines contre un patron de combat 
qui bénéficiait de nombreux appuis et en particulier du C.N.P.F. dans son ensemble. Le com­
bat de la classe ouvrière n'est pas terminé. Avec celui­ci, plus que jamais, l'action syndicale 
doit se poursuivre…"

69
LA CONSTITUTION D'UNE FORCE REACTIONNAIRE PUISSANTE.

                        Après trois semaines de débrayages tournants dans les ateliers, la Direction de 
l'entreprise annonce son intention de procéder au lock­out de l'usine.

                        Principalement pour les  raisons exposées dans le chapitre I C §3 et 4, les sec ­
tions syndicales convoquent une A.G. des travailleurs de l'entreprise. Les ouvriers des ateliers 
et une trentaine de mensuels approuvent par acclamations la proposition de riposter à la me­
nace patronale par l'occupation de l'usine, immédiate, donc le lundi 28 février 72 à 18H.

                        Dès le lendemain 29 février, la Direction et environ  200 cadres et mensuels se 
réunissent à 7H.30 sur le trottoir faisant face à l'usine. Durant cette journée ce rassemblement 
partiellement hétéroclite ne perd pas son temps puisqu'il aboutit avec une promptitude décon­
certante à s'organiser en un "Comité de Défense de la Liberté du Travail (CDLT) qui se réuni­
ra tous les jours à 8H. 30 à la mairie de Chantenay (quartier nantais englobant le terrain 
d'installation des Etablissements PARIS­S.A.), et qui fera publier son premier communiqué 
dans la presse régionale le 2 mars.

                        Cette rapidité de réaction­organisation tend à démontrer qu'un courant pro­pa­
tronal, probablement initié et à tout le moins encouragé par la Direction s'était constitué dis­
crètement dans l'entreprise.

                        Les bouleversements engendrés par Mai 68, la multiplication des actions ou ­
vrières antiautoritaires dans de nombreuses entreprises en France, la tentative (avortée) de 
constitution  d'un  syndicat   d'obédience   patronale  lors  de  la   grève  des  ouvrières   d'UGECO 
(entreprise nantaise) en septembre 71, la séquestration de Nogrette par la N.R.P. avaient cer­
tainement radicalisé les cadres très majoritairement de droite et même d'extrême droite.

                               La revendication intersyndicale intégrant une mesure d'augmentation de 
salaires visant à réduire les inégalités salariales ne pouvait qu'exacerber leur agressivité. Les 
luttes ouvrières centrées sur des augmentations en pourcentage aboutissent à augmenter sensi­
blement plus leur rémunération que celle de ceux qui faisaient grève leur convenait parfaite­
ment, alors qu'une amélioration même simplement en partie uniforme rognait un peu leurs pri­
vilèges.

70
A. Composition du CDLT.

              
                                            1. Les organisateurs.

                        N'ayant eu aucun contact autre que physique avec le CDLT, rencontré aucun  
informateur faisant partie de cette organisation, certains points ne peuvent être établis autre­
ment que par les communiqués publiés par ce comité et par les observations du comportement 
de ses membres.
                        Le 4 mars (4 jours après l'occupation de l'usine) le CDLT annonce qu'il compte 
278 adhérents et qu'il s'est doté d'un bureau de 24 membres dont "seulement" 5 appartien­
draient à la CGC (Confédération Générale des Cadres).
                        Par ailleurs un tract de la CFTC paru durant la grève atteste de son existence 
(plus que discrète) dans l'entreprise. Il est invraisemblable que ses membres n'aient pas immé­
diatement participé à la direction du CDLT.
                        Enfin certains agents de maîtrise des ateliers, particulièrement actifs dans les  
affrontements avec les grévistes ont pu se trouver associés à ce bureau du CDLT.
                        Une incertitude subsiste, celle de la participation directe, constante, physique 
des frères PARIS au CDLT. L'ont­ils dirigé en sous­main ou à visage découvert? Seuls les 
participants aux réunions quotidiennes du CDLT pourraient l'attester. 

                                           
                                            2. La base de masse.

                        Elle est constituée en début de grève soit par ceux qui dans le processus de pro­
duction s'opposent quotidiennement aux ouvriers (20 agents de maîtrise), soit ceux qui au 
sommet de la hiérarchie n'entendent pas voir rogner leurs privilèges (60 cadres), soit par la 
majorité (environ 120 sur 150) des mensuels partagés entre l'acceptation des revendications 
syndicales (158 des cadres et mensuels avaient signé en février une motion exprimant leur ac­
cord sur les objectifs) et leur soumission à leur propre encadrement.
                        Cela correspond aux 200 adhérents revendiqués par le CDLT le 2 mars dans la 
presse.

                        Voulant élargir cette accumulation primitive d'anti­grévistes, la direction du 
CDLT, possédant les informations de la Direction  de J.PARIS­S.A. a pu contacter une autre 
catégorie du personnel de l'entreprise : les chefs monteurs (20) et monteurs (120) de char­
pentes métalliques.
Dispersés sur des chantiers lointains, bénéficiant de conditions de travail et de salaire spéci­
fiques, absolument pas informés ni concernés par le conflit se déroulant à Nantes sinon par les 

71
menaces de chômage technique découlant de l'arrêt de la production dans les ateliers, ils ont 
pu assez facilement être convaincus par le CDLT de soutenir ses initiatives.
                        On arrive ainsi à un chiffre de 340 personnes ralliées de près ou de loin à un 
CDLT. revendiquant de manière excessive plus du 50 % du personnel dans un communiqué 
paru le 6 mars.
                        Cependant les motivations et convictions de ce regroupement sont disparates et 
inégales, ce qui explique les variations dans l'attitude du CDLT tout au long de la grève (et 
après).

B. Objectifs, thèmes et variations.                        

                        Dans cette période de lutte de classe intense, le camp de "l'ordre", ordre capita­
liste, ordre gaulliste, terriblement ébranlé en Mai 68 puis par les mouvements sociaux multi­
formes secouant tous les champs d'activité tant publics que privés, se réorganisait pour re­
prendre le contrôle de la société. La répression policière et judiciaire battait son plein. Les 
commandes  paramilitaires  CDR (Comités  de Défense de la République)  ou SAC (service 
d'Action Civique) émanant du pouvoir en place effectuaient des coups de force musclés…

                        C'est dans ce contexte que commencent à apparaître dans un certain nombre 
d'entreprise des formes de groupement de défense des intérêts patronaux, d'opposition aux 
aspirations populaires, ouvrières.
                        Chez PARIS­S.A. la situation était favorable à l'apparition d'une telle force ré ­
actionnaire.
La division soigneusement entretenue par la Direction entre les ateliers et les bureaux (tant 
physiquement qu' idéologiquement, et matériellement sur le plan des salaires…), le nombre 
relativement important de "cols blancs" et d'agents de maîtrise  (230 face aux 340 ouvriers), la 
coupure géographique, salariale et idéologique entre l'usine et les 140 monteurs et chefs mon­
teurs travaillant sur les chantiers extérieurs relativisait le poids des ouvriers dans le fonction­
nement de l'entreprise et s'opposait à la jonction de différentes catégories de travailleurs dans 
une lutte contre le pouvoir patronal

                                            1. Les différents objectifs catégoriels des membres du CDLT.

                   ­ La première base de regroupement de 200 personnes en CDLT, base unificatrice 
large,   a   consisté   à   s'affirmer   "non­gréviste"   devant   la   Direction   afin   de   ne   pas   subir   les 
conséquences matérielles (perte de salaire) de la grève.
Jusque là les mensuels, de la secrétaire jusqu'aux cadres bénéficiaient des augmentations hié­
rarchisées (en pourcentage) acquises par les négociations syndicales ou même par des actions 

72
ouvrières (débrayage, grève de quelques jours…), sans avoir à bouger le petit doigt, sans avoir 
à subir la moindre perte de salaire.
Du 10 au 28 février la plupart d'entre eux ne voyaient pas d'inconvénients à l'organisation de 
débrayages tournants dans les ateliers, et même la majorité d'entre eux s'était déclarée favo­
rable aux revendications syndicales en signant la motion que les délégués leur présentaient, ce 
qui ne leur coûtait pas grand chose.
Mais à partir du moment où face à la menace de lock­out de la Direction, les ouvriers approu­
vaient la proposition intersyndicale d'occuper l'usine, il   leur fallait trouver une parade au 
risque de perdre des journées de salaire au même titre que les ouvriers.
La constitution du CDLT répondait à ce désir.

                        ­ La préservation de la hiérarchie des salaires.

                   Un membre CGC du CDLT déclare à Ouest­France (paru le 4 mars) : " Dans au­
cune entreprise il n'y a eu d'augmentation uniforme. Une seule exception, c'était en 1968, et 
pour obtenir un apaisement".
                    Dans un communiqué, le CDLT écrit "Chez Paris, la réaction n'est pas partie, 
comme chacun se plaît à le dire de CADRES SUPERIEURS, soucieux de préserver leurs 
avantages. (L'image est facile)…"
                   Il est certain que, contrairement à la majorité des mensuels qui avait signé la mo­
tion intersyndicale sur le contenu de la revendication, les cadres et les agents de maîtrise 
étaient depuis le début farouchement opposés à la revendication d'une augmentation uniforme 
des salaires et ont appuyé la position de Jacques PARIS ainsi que de l'ensemble du patronat 
sur ce point.

                        ­ La volonté de restauration de l'autorité des agents de maîtrise.
                   Durant plus d'un an le journal d'usine "Le Feu aux Poudres" avait contesté la posi­
tion, le comportement, les agissements de certains chefs d'équipe ou chefs d'ateliers.
                   Pendant les trois semaines de débrayages tournants précédant l'occupation de l'u­
sine un certain nombre d'ouvriers, surtout jeunes, ont été amenés à défier ouvertement l'enca­
drement.
                   Les agents de maîtrise avaient un désir de revanche qui ne pouvait que mieux 
s'exprimer en s'incorporant à une force naissante mais large s'opposant à l'action ouvrière.
                   Ils ont ainsi pu se "défouler" notamment au cours des quelques bagarres qui se 
sont produites aux portes de l'usine.

                                            2. La tactique de consolidation et de légitimation du CDLT.

                   L'existence du CDLT a connu trois étapes, même si celles­ci se recouvrent partiel­
lement

73
­ constitution et élargissement de sa "base"
­ volonté d'apparaître comme une force autonome, légitime et capable de traiter d'égal à égal 
avec les organisations syndicales
­ affirmation politique.

                   Dès le 4 mars, le CLDT déclare avoir rencontré la Direction. "Au cours de cet 
entretien nous avons affirmé notre détermination d'obtenir la reprise du travail en toute liberté 
et sans "contrainte". Nous nous sommes élevés contre la demande en référé (d'évacuation de 
l'usine) et, en tout état de cause, nous nous sommes formellement opposés à une intervention 
des forces de l'ordre". Le CDLT affiche de cette manière sa prétendue indépendance et veut 
faire croire à un désir de conciliation avec les grévistes, les incitant à être "responsables "et à 
résoudre la situation en faisant preuve d'un bel esprit d'apaisement en évacuant eux­mêmes 
l'usine occupée.

                   Le 8 mars (lettre adressée aux sections syndicales CFDT­CGT et communiqué de 
presse)   :   "Nous   demandons   aux   responsables   syndicalistes   qu'indépendamment   de   toutes 
considérations, nous unissions nos efforts pour que le conflit que nous subissons ne risque pas 
de provoquer chez certains des situations désespérées." Se posant en champion des malheu­
reuses victimes de la grève, le CDLT s'affirme comme interlocuteur naturel des sections syn­
dicales de l'entreprise, osant même suggérer que lui­même rejoint les soucis des travailleurs.
                   Et d'ailleurs, le 9 mars, le CDLT tente sans succès de s'ingérer dans les négocia­
tions engagées entre la Direction et les sections syndicales.
                   Le 22 mars, le CDLT appelle "les responsables CFDT et CGT à reprendre les 
choses en main, eux seuls pouvant éviter que les choses dégénèrent." Le CDLT sermonne les 
sections syndicales, se posant en instance supérieure à elles tout en leur concédant des capaci­
tés à maîtriser les événements
                   Le 27 mars, le CDLT  s'indigne : "Nous comprenons mal les  reproches que nous 
adressent les syndicats CGT­CFDT de ne pas avoir agi en médiateurs. Nous leur rappelons 
que cela a été notre premier souci lors de la création du Comité. Nous aurions accepté un rôle 
en coulisse et ils le savent fort bien…Nous déplorons que ces efforts de notre part soient res­
tés vains". Le CDLT cherche là à établir publiquement la reconnaissance par les sections syn­
dicales de son importance, d'un rôle admis et même recherché par les dirigeants syndicaux du 
conflit.
                   Dans cette deuxième phase le CDLT a préparé sa reconversion en Syndicat Auto­
nome de chez PARIS­SA (SAP qu'il eut été plus juste d'appeler Syndicat Autonome Patronal) 
après la grève.

                                            3. Radicalisation et politisation du CDLT.

74
                   D'une part un certain nombre d'adhérents du CDLT ont pris plaisir à se heurter 
physiquement aux grévistes à partir du 17 février et particulièrement le 21 février, blessant un 
délégué CFDT et d'autres ouvriers.

                   D'autre part, tout en cherchant à se poser en alter ego des sections syndicales, ils  
tentent à plusieurs reprises de ridiculiser les délégués, les tançant pour leur incapacité à maî­
triser "une minorité d'agitateurs…". Le CDLT aspire déjà à s'imposer comme une structure de 
masse,   "par   nature"   hiérarchiquement   supérieure   aux   autres   organisations   syndicales   de 
l'entreprise (car cadres, maîtrise et travailleurs intellectuels sont prédestinés à guider le cours 
de la vie de l'établissement).

                   Enfin, très rapidement le CDLT désigne sa cible principale, (visée par 8 com­
muniqués sur les 16 adressés à la presse) : les révolutionnaires qui ont pour but de renverser 
l'ordre (inique) établi. La dénonciation d' "une minorité d'agitateurs" (expression présente dès 
le 6 mars) devient un leitmotiv au cours   des  semaines  suivantes.   Le 17 mars : "Nous dé­
plorons que l'accès à l'usine ne soit  pas encore  libre du fait de la présence de quelques agita­
teurs notoires" . Le 18 mars : "Des éléments gauchistes renforcés par des perturbateurs étran­
gers   à   Joseph   PARIS   se  sont   regroupés   aux   abords   immédiats   de   l'usine   …"   ;   "Certains 
éléments extrémistes, à courts d'arguments, brandissent la menace traditionnelle de la répres­
sion policière . Le 21 mars : "Les quelques 80 irréductibles renforcés par certains éléments ex­
térieurs grillent route de Roche­Maurice leurs dernières cartouches…" . Le 28 mars :  "Lundi 
matin, les troupes de choc des Facultés voulaient interdire l'accès de l'usine…l'affrontement 
avec les gauchistes paraissait inévitable". Enfin, le 5 avril le CDLT s'en prend directement à 
Dédé   et   moi   :   "Après   les   facultés,   et   comme   chez   Renault,   les   deux   étudiants   devenus 
manœuvres se sont employés systématiquement à saper l'autorité des agents de maîtrise et à 
discréditer les syndicats, s'infiltrant partout pour démolir. Ces dernières semaines, ils ont été à 
l'origine de toutes les violences...Pour nous, il n'est pas pensable que de tels éléments re­
mettent les pieds chez PARIS­S.A.. Notre entreprise n'est pas le Quartier Latin…".Le même 
jour, le CDLT affiche nuitamment (contrairement à certains ouvriers, les membres du CDLT 
n'ont jamais eu l'idée ni le courage de tenter de s'adresser directement aux grévistes par voie 
de distribution de tracts) sur les locaux syndicaux un communiqué intitulé "Méfiez­vous des 
sirènes" qui tente de nous discréditer auprès des grévistes en affirmant que nous repartirons 
vers   de   nouveaux   merveilleux   horizons   financiers   et   que   nous   laisserons   les   travailleurs 
"seuls, meurtris, écœurés !" Et le 10 avril le CDLT ajoute : "Les maoïstes licenciés épaulés 
par des éléments du PSU et des étudiants des facultés ont une nouvelle fois noyauté la réunion 
d'information…Nous avions senti rapidement le risque de débordement, et  cela a justifié en 
partie notre mobilisation, et notre détermination…"
                   Ce dernier communiqué est le plus éclairant en ce qui concerne l'orientation idéo ­
logique et politique d'au moins une partie des adhérents du CDLT et certainement de sa direc­
tion. Il fallait combattre le péril jeune et rouge.
Cette orientation se retrouvera confirmée dans les tracts du Syndicat Autonome de chez Paris, 
engendré par le CDLT après la grève. 

75
C. Le rôle déterminant du CDLT dans la victoire patronale.

                                            1. Un rôle de porte­parole de la Direction.

                        A part un communiqué repris par la presse le 1er mars (dénonçant la présence 
"d'extrémistes" dans l'usine et refusant d'emblée la discussion sur une augmentation en partie 
uniforme des salaires" et trois lettres internes envoyées directement aux grévistes, la Direction 
n'a pas eu besoin de justifier son intransigeance publiquement, par voie de presse.
                        Le CDLT a repris les thèmes de la Direction dans ses propres communiqués. Il 
a par ailleurs pu éviter à la Direction de polémiquer avec les syndicats, justifier auprès de l'o­
pinion les violences policières et autres excès contre les grévistes et enfin préparer publique­
ment les sanctions de fin de grève (notamment le licenciement des deux ouvriers maoïstes.)

                                            2. Une opération de "brouillage".

                        Assez exceptionnellement la grève de chez PARIS­S.A. s'est présentée comme  
une grève unitaire, menée intersyndicalement CFDT­CGT de bout en bout (élaboration des re­
vendications, expression publique, décisions ont toutes été communes ).
Cela   ne  pouvait  que produire  une impression favorable  auprès  des  travailleurs  des  autres 
entreprises et de l'opinion publique.
                        L'apparition et la guerre des communiqués du CDLT sont venues sciemment  
brouiller cette image positive (et juste) en répandant l'idée qu'une fois de plus les ouvriers 
étaient divisés sur les formes et contenus du mouvement, parlant notamment de "travailleurs 
non­grévistes", de "liberté du travail"…
                        Accessoirement la multiplication de dénominations et sigles accompagnant ce 
conflit a introduit des confusions dans l'esprit de la population entre appellations syndicales, 
Comité de Défense de la Liberté du Travail, Comité de Soutien aux grévistes…
                        

                                            3. Les tentatives d'intimidation des grévistes.

                        Les bagarres aux portes de l'usine avec des membres du CDLT armés de ma­
traques et autres objets ont visé à réintroduire physiquement l'autorité de l'encadrement et à 
faire s'éloigner du combat un certain nombre d'ouvriers plus ou moins âgés craignant d'être 
victimes de ces violences.
                        Les agressions des grévistes isolés avaient le même but.
                        Enfin les "visites" rendues aux familles des grévistes en l'absence de ceux­ci,  
même si elles ont rarement atteint leur but, ont pesé sur la combativité des grévistes , davan­
tage que les lettres que leur a adressées la Direction.

76
                        Au passage, il est intéressant de noter une expression utilisée par le CDLT. : 
"nous avons imposé à nos troupes ordre et discipline…il nous sera de plus en plus difficile de 
contenir nos troupes" (communiqué du 20 mars). Cela établit bien la distinction existant entre 
les Cadres dirigeants du CDLT et sa base. Cela indique également la conception militaire du 
combat de classe des organisateurs de ce Comité, et la soif de violence d'une partie de ses 
membres.

                                            4. Le coup de force à l'Inspection  du Travail.

                        Le coup décisif porté à la grève s'est produit le lundi 13 mars 72.

                        Le CDLT   (de 100 à 300 personnes selon les observateurs ou les organisa­
teurs) qui se prévalait jusque là de grands droits fondamentaux (liberté du travail…), condam­
nait vertueusement l'occupation de l'usine (seule réponse possible à la décision de Jacques 
PARIS de lock­outer l'entreprise), et affirmait le 1er mars être hostile à 'l'intervention des 
forces de l'ordre" pour évacuer les grévistes, entreprend de  séquestrer  toutes les personnes 
réunies à l'Inspection du Travail.
                        Le CDLT prend en otage pendant 7 heures le Directeur de l'Inspection du Tra ­
vail, les délégués CGT et CFDT de chez PARIS­S.A., ainsi que la Direction de l'entreprise 
(cette   dernière   ne   pouvait   pas   s'en   plaindre!).Malgré   l'intervention   du   Préfet,   le   CDLT 
n'accepte de libérer les personnes détenues qu'en échange d'une promesse des délégués de 
faire évacuer l'usine le lendemain (ce que ceux­ci refusent) ou d'une intervention policière. Le 
prétexte était fourni à la Direction pour requérir la force publique et le lendemain les CRS in­
vestissaient les locaux à 6 heures du matin.
                           
                        La position de force détenue par les grévistes (blocage total de la production) 
était perdue et l'échec du mouvement se dessinait dès ce jour­là. Le travail dans les bureaux 
reprenant, la Direction pouvait dès lors utiliser les travailleurs des chantiers extérieurs pour 
fournir une partie de la production et faire sous­traiter le reste.
Il ne restait plus que les grévistes à être pénalisés financièrement par la grève.
                         D'une position offensive nous passions à une position défensive malgré la 
grande détermination de ceux qui étaient en lutte.
Seule désormais une puissante mobilisation de la métallurgie nantaise aurait pu changer l'is­
sue du conflit, mais les Unions Locales (surtout CGT) ne l'ont pas voulu et les différentes or­
ganisations révolutionnaires étaient incapables d'amplifier le soutien populaire à la lutte.

                        Le CDLT pouvait revendiquer une victoire historique sur la classe ouvrière 
nantaise.

77
                                                
D. Après la grève, la transformation du CLDT en SAP.

                        Fort de son succès, le CDLT a su (tirant l'expérience de l'échec d'une tentative 
similaire à UGECO quelques mois auparavant) se muer en Syndicat Autonome s'affiliant à la 
CGC pour se présenter aux élections professionnelles .
                        Il a alors diffusé de nombreux tracts et élaboré plusieurs brochures de "ré­
flexion", mêlant habilement des attaques antisyndicales avec de prétendues réticences devant 
certaines injustices sociales afin de conserver dans un contexte moins exacerbé  au moins une 
partie de sa base de masse (cf. tracts ci­joints)

78
BRIBES DE CONCLUSION .

                        Le semi­échec de la grève en 1972 de chez PARIS­S.A. (abandon de la reven­
dication d'une augmentation en partie uniforme des salaires, montant réduit de près de moitié 
des prétentions syndicales salariales , licenciement de deux maoïstes, puis de deux autres ou­
vriers, départ volontaire mais subi de plusieurs éléments actifs de l'entreprise dans les mois 
ayant suivi la reprise du travail) ne doit pas totalement occulter certaines conséquences posi­
tives de ce conflit.

                        Certaines luttes sectorielles se sont produites à la mécanique, à l'atelier d'entre­
tien (particulièrement axées contre l'arrogance de la maîtrise).

                        Le courant de sympathie pour nous , s'étendant à l'ensemble des groupes révo­
lutionnaires a perduré un certain temps et s'est manifesté entre autre par un soutien durant la 
préparation du procès intenté par la Direction contre Dédé et moi (procès qu'elle n'a finale­
ment pas osé intenter).

                        L'idée de la solidarité ouvrière a perduré (participation d'un certain nombre 
d'ouvriers à la marche de soutien à Lip en 73, à la lutte des travailleurs de la Cerisay en Loire­
Atlantique).

                        Les relations avec les paysans révolutionnaires se sont poursuivies quelque  
temps (notamment pendant la "guerre du lait" menée par les "Paysans en Lutte" en 1973).

                        Une certaine conscience politique et sociale s'est donc répandue parmi une par­
tie des travailleurs de cette usine , et certains d'entre eux sont même devenus des militants 
d'organisations révolutionnaires par la suite. 

79
                                        
                TRACTS INTERSYNDICAUX  C.F.D.T. ­C.G.T.  PARIS­S.A.

80
                         TRACTS DU COMITE DE SOUTIEN AUX GREVISTES.

81
                                                DIVERS TRACTS DE SOUTIEN .

82
                                                     COUPURES DE PRESSE.

83