Vous êtes sur la page 1sur 10

CH3: CRITERES DE RUPTURE

• Facteur de sécurité

• Critères d’écoulements (matériaux ductiles)

• Critères de ruptures (matériaux fragiles)

• Applications

FACTEUR DE SÉCURITÉ

seuil

s

induite

La contrainte limite: essais simples sur des éprouvettes normalisées (essais de traction, compression, cisaillement, choc, etc.). éprouvettes normalisées (essais de traction, compression, cisaillement, choc, etc.).

La contrainte induite: calculée par RDM, élasticité, MEF, expérimental, etc. élasticité, MEF, expérimental, etc.

DISPÉRSIONS

• conditions de l'essai, homogénéité du matériau, etc

• hypothèses simplificatrices de la RDM

matériau, etc • hypothèses simplificatrices de la RDM DISPÉRSIONS DISPÉRSIONS frequence 8 7 Contrainte limite

DISPÉRSIONS

DISPÉRSIONS

frequence 8 7 Contrainte limite 6 Contrainte induite 5 4 Risque défaillance 3 2 1
frequence
8
7
Contrainte limite
6
Contrainte induite
5
4
Risque
défaillance
3
2
1
0
0
50
100
150

contrainte

schématisation de la dispersion des contraintes induite et limite

Il faut réduire la zone de faillite probable ?

minimisation de l’ écart type de la résistance

? • minimisation de l’ écart type de la résistance contrôles de qualité sévères tolérances très

contrôles de qualité sévères tolérances très serrées essais sur des maquettes pièces réelles

très serrées essais sur des maquettes pièces réelles Il faut réduire la zone de faillite probable

Il faut réduire la zone de faillite probable ?

• minimisation de l’ écart type de la contrainte induite

minimisation de l’ écart type de la contrainte induite • hypothèses de calcul plus raisonnables •
minimisation de l’ écart type de la contrainte induite • hypothèses de calcul plus raisonnables •

• hypothèses de calcul plus raisonnables • calcul par: élasticité, MEF • déterminer expérimentalement

FACTEURS DE SÉCURITÉ

• conséquences de la mise hors service de l'élément considéré.

de la mise hors service de l'élément considéré. pertes humaines, blessures graves, réparations

pertes humaines, blessures graves, réparations coûteuses, arrêts prolongés, etc.

1.25 à 1.5

matériau bien testé, bon contrôle de qualité, contraintes réelles bien connues: exemple du domaine aéronautique

 

1.5

à 2

   
 

matériau et conditions d'exploitation bien connus: cas de construction de grande précision

 

2 à 2.5

contraintes bien connues, matériau très souvent utilisé: cas des éléments de machines courants

 

2.5

à 3

matériau fragile soumis à des contraintes ordinaires

 
 

3 à 4

comportement

du

matériau

et

état

de

contrainte

mal

 

connus

 

s=?

dicté par les normes: ASTM, ISO, CM66, ASME, AFNOR, EUROCODE,

 

s>2

rarement s <2 en fatigue

 

MATÉRIAUX DUCTILES

• Un matériau est ductile lorsque celui ci présente une déformation plastique appréciable avant sa rupture. En général on caractérise ce comportement par un tau de striction qui doit être supérieur à 5% .

• En général pour ces matériaux, la limite élastique en traction est la même qu' en compression.

CRITÈRE 1: CONTRAINTE NORMALE MAXIMALE (Rankine)

Il y'a écoulement dans une pièce soumise à un état de contrainte quelconque lorsque l'une des contraintes principales atteint la limite élastique du matériau telle qu'elle est déterminée par un essai de traction simple.

CRITÈRE DE RANKINE

I

1 I=

I

2 I=

I

3 I=

e

e

e

Contrainte maximale:

État plan de contrainte

e e e X X e D
e
e
e
X
X
e
D

CRITÈRE 2: CONTRAINTE DE CISAILLEMENT MAXIMALE (Tresca)

Il y'a écoulement dans une pièce soumise à un état de contrainte quelconque lorsque la contrainte de cisaillement maximale atteint la moitié de la limite élastique du matériau telle qu'elle est déterminée par un essai de traction simple

CRITÈRE DE TRESCA

max

max

1

2

1

3

2

3

e

 

2

,

2

,

2

2

CRITÈRE DE TRESCA:

ÉTAT PLAN CONTRAINTE

e

e

e

e

A

C

CRITÈRE 3: ÉNERGIE DE DISTORSION (Von Mises)

Il y'a écoulement dans une pièce soumise à un état de contrainte quelconque lorsque l'énergie de distorsion atteint l'énergie de distorsion atteinte à l'écoulement lors de l'essai de traction simple

CRITÈRE DE VON MISES

U d = U tot U v

V/V = 1 + +

= ( - ( + ))/E

= ( - ( + ))/E

= ( - ( + ))/E

V/V = ( 1 + 2 + 3 )(1-2 )/E

=3 v (1-2 )/E

v = ( 1 + 2 + 3 )/3

U

tot

U

tot

U

tot

1

2

d

ij

ij

1

1

2

2

3

3

1

2 E

2

1

2

2

2

3

U

v

3

2 E

2

v

1

2

2

1

2

2

3

1

3

U

v

U

d

1

6 E

2

2

1

U

tot

U

v

1

2

3

2

2

1

2

2

2

3

1

3

2

3

2

1

3

2

2

2

2

1

3 E

1

U

do

2

3

E

e

2 2 2 1 2 2 3 1 3 2 2 2 1 2 e
2
2
2
1
2
2
3
1
3
2
2
2
1
2
e
1
2

e

1

C e B e e e
C
e
B
e
e
e

1

VALIDATION

2 1 2 e 1 2 e 1 C e B e e e 1 VALIDATION

CONCLUSION

Le critère de Von-Mises est le plus réaliste. Le critère de Tresca est plutôt sécuritaire car il sous-estime la limite de l'écoulement. Les trois critères peuvent tous être utilisés lorsque les contraintes principales sont de même signe. Lorsque elles sont de signe contraire c'est à dire nous sommes en présence de la traction et de la compression, alors le critère de la contrainte normale maximale surestime la limite d'écoulement donc son utilisation devient dangereuse.

MATÉRIAUX FRAGILES

• Faible déformation plastique avant rupture

• A % très faible < 5% rt < rc Rupture traction, Compression

rt y r

Rupture cisaillement

CRITÈRE 1: CONTRAINTE NORMALE MAXIMALE

• Même critère que pour les matériaux ductile:

1

1

2

2

3

3

rt

rc

rt

rc

rt

rc

si

1

0

si

1

0

si

2

0

si

2

0

si

3

0

si

3

0

Critère de la contrainte normale maxi dans le plan

2 rt O rc 1 rt X B A A C rc
2
rt
O
rc
1
rt
X
B
A
A
C
rc

CRITÈRE 2 : MOHR COULOMB

La rupture se produit dans un élément soumis à un état de contrainte qui produit un cercle de Mohr tangent à l'enveloppe de rupture déterminée expérimentalement

CRITÈRE DE MOHR COULOMB DANS LE PLAN

L M N
L
M
N

APPROXIMATION DE L’ENVELOPPE EXPÉRIMENTALE

G F D H L P Validation de l’approximation sur la fonte Fonte: rc =
G
F
D
H
L
P
Validation de l’approximation sur la fonte
Fonte: rc = 4 rt ; r = 0.8 rt

Équation du critère de Coulomb-Mohr

1

2

r

t

rc

1

2

rc

rt

1

3

rt

rc

1

1

1

si 1 > 0 et 2 < 0:

si 1 < 0 et 2 > 0:

si 1 > 0 et 3 < 0:

Équation du critère de Coulomb-Mohr, suite

1

3

rc

rt

2

3

rc

rt

1

1

2

3

r

t

rc

1

si 1 < 0 et 3 > 0:

si 2 < 0 et 3 > 0:

si 2 > 0 et 3 < 0:

Équation du critère de Coulomb-Mohr, suite

Le critère se ramène au critère de la contrainte maxi si toute les contraintes principales sont de même signe

si i > 0 on a: i = rt

si i < 0

i=1, 2, 3.

on a: i = rc i=1, 2, 3.

Critère de Coulomb Mohr dans le plan: Approximation 2 rt rc rt 1 B 1
Critère de Coulomb Mohr dans
le plan: Approximation
2
rt
rc
rt
1
B
1 = et 2 =-
1 / 2 =-1
rc

CRITÈRE 3: COULOMB MOHR MODIFIÉ

• Modification: rt y r doit être vérifiée

rt rt rc 1 rt 1 / 2 =-1 rc
rt
rt
rc
1
rt
1 / 2 =-1
rc

VALIDATION

t y r doit être vérifiée rt rt rc 1 rt 1 / 2 =-1 rc

CONCLUSION

Le critère de Coulomb-Mohr modifié est le plus réaliste. Le critère de Coulomb-Mohr est plutôt sécuritaire car il sous-estime la résistance à la rupture. Les trois critères peuvent tous être utilisés lorsque les contraintes principales sont de même signe. Dans le cas contraire, le critère de la contrainte normale maximale surestime la résistance à la rupture et son utilisation devient dangereuse.