Vous êtes sur la page 1sur 3

Book Review: Blue Like Jazz,

by Donald Miller (Jazz à


l’âme)
By (par) Donald Miller
Reviewed by Shane Walker | 3.5.2010
Traduit par Grigoletti 9 avril 2010
Walker Large Print, 2007.
338 pages. $16.95 Donald Miller aimerait vous introduire à la spiritualité
chrétienne. Si vous êtes chrétien, il voulait que vous
considériez un chemin moins dogmatique et rigide. Et
si vous êtres un non-croyant, il aimerait vous présenter
Jésus par la spiritualité chrétienne. Mais, il (Miller)doit
se présenter premièrement. Il veut juste que vous
sachiez qu’il t’aime bien, et si vous se rencontre, il écouterait ton histoire. De plus, Jésus
te remercierait pour écouter son histoire aussi aux fins du livre. Jésus est, bien sûr, de la
même manière que Donald Miller. Il (Jésus) t’aime bien, et il veut écouter ton histoire et
voulais que tu écouter la sienne.

Jazz à l’âme est l’histoire de Don (l’écrivain)- et on utilise toute de suite le prénom avec
Miller dans son livre. C’est au sujet de ses expériences jusqu'au point où il arrive à la ‘‘
spiritualité chrétienne‘’, q’on peut définir comme les éléments du christianisme historique
qui est logique à Don. Il a Jésus, une relation vague avec l’église locale, une nature du
péché, et des questions des mécaniques du Trinité.

Tout cela est présenté au destinataire comme une autobiographie réelle et nouvelle avec
des essais et des bandes dessinaient. Mais sous l’histoire il y a une critique de l’église
moderne et dans et sa culture. C’est une critique très cool et postmoderne, détachée,
mais en même temps, réflective et autodévalorisation. Il est encore cool malgré le fait qu’il
parle de comment il est très plate! D’une manière, il peut critiquer l’individualisme de
l’ouesten utilisant le mot je tout le temps sans une trace de l’ironie.

Parce que l’écrivain comprend un air postmoderne, il ne donne pas le lecteur avec une
façon de comprendre celui qu’il a écrit. Est-ce qu’il était mauvais pour lui à devenir chaud
et à fumer la marijuana pendant il a été un leader des jeunes dans l’école secondaire
dans l’Église ? Est-ce que l’histoire de la conversion à son ami existe comme l'évidence
de l’échec des années soixante avec la culture des drogues ou ses parents en étant des
hippies inconsistants? Le destinataire est laissé à discourir les réponses toutes seules.

Don voulait inviter le destinataire à la spiritualité chrétienne authentique, mais il ne sait pas
l’air de celle-là. Il peut remarquer seulement de quoi il a expérience- et il avait été un
voyage très confondu. C'est-à-dire que des personnes qui vont le lire vont devenir plus
confus, mais plus résous avoir un nouveau tatou, aller à une manifestation politique ou
dire un mot sacré dans l’église. Ils vont apprendre qu’écouter South Park n’est pas aussi
mal, avoir des sentiments sexuels pour une célébrée lesbienne est cool et de fumer le pot
est un question moralement ambiguë. Pris en isolation ils sont des péchés petits et
normaux pour tout le monde temps en temps, mais comme une manière de vivre, ces
péchés pris ces personnes loin du Christ par la confusion sur qui est lui et interdire la joie
et la liberté en Christ qu’on trouve dans l'obéissance.

C’est clair que Donald Miller est sincère et veut évangéliser aux non-croyants et faire
disciples des chrétiens, mais pour lui il n’y a pas une différence entre être saint et du
monde. Dans sa critique de l’église traditionnelle, être un chrétien cool devient
évangelistique et relevant. Miller sait cela et que c’est un problème, mais seulement quand
il causera le relativisme absolu. À cause de cela, être cool devient l’immaturité et le péché
très rapide et c’est ici qu’il tombe et on voit sa faiblesse. Dans son voyage, être cool et
être familier que le livre soit très populaire parmi les chrétiens jeunes. Il parle comme eux
avec leurs voix et il renforce leurs présomptions fondamentales. Mais, il ne peut jamais
transcender leurs expériences à les aider à la prochaine étape dans la maturité
chrétienne.

Comme un tracte évangelistique Jazz à l’âme est trop faible. Jésus est présenté comme
un homme gentil qui existe pour jaser autour d’un feu de camp. Il écoute bien, il est un
bon ami, tolérant sans condition, gentille, polie. Et Jésus est chaque de ces choses dans
un sens, mais le méta narratif de la Bible nous informe que Jésus est terrible aussi. Il est
Roi, le guerrier, ce qui prend la vengeance (Apoc. 19.12). La bonne nouvelle n’est que
Jésus veut écouter ton histoire, mais il veut vous sauver de sa colère juste.

La nouvelle Chretien postmoderne qui vient au Christ de Jazz à l’âme n’a jamais rencontré
le vrai Jésus. Il a rencontré des éléments de Jésus qu’il aime et lui donne le confort
comme une personne occidentale, mais il n’était jamais humilié et nu avant le roi de
l’univers et apporté à la vraie repentance. Et cette humiliation et nudité est nécessaire
pour le salut.
Probablement, à ce moment-ci, quelqu’un est en train de lire ce livre ou un livre de même
genre. Il va fait plaisir à lui à cause de la manière il était écrit et le contenu- c’est cool et
chrétien. Et ce n’est pas utile: pas du tout. L’antidote est deux choses. Le première est de
réintroduire ces jeunes à Jésus de la Bible: le Jésus qui est mort horriblement comme un
propitiation et un expiation pour leurs péchés qui a reçu toute la colère de Dieu en leurs
lieux et qui existe maintenant comme leur Prêtre, en train de prier pour son peuple
toujours à la main droite de Dieu le Père. Le deuxième est on doit avoir une lutte contre le
cool. Ceux qui sont de Dieu doivent prouver par la prédication, les livres et leurs vies
qu’être chrétien est d’être contre le cool (du monde). Et ce que est cool maintenant
(comme dans les siècles passés) est le produit d’une culture occidentale post-moderne
avec la grande fonctionne d’être drôle et changer les valeurs de nous en créant un monde
fiction qu’on pense est vrai. Et cette culture d’être cool et drôle nous a contrôlés pendant
50 ans.

- C’était écrit originellement en anglais et traduit par un anglophone qui est en train
d’apprendre la langue française. Toutes les erreurs linguistiques sont les miens et pour
l’original vous pouvez cliquer sur le titre. Il y en a beaucoup de plus, en anglais, à
www.9marks.org.