Vous êtes sur la page 1sur 157

rapport

rapport « Quand ils m ’ ont fait rentrer dans cette cave, j’y ai vu les

« Quand ils mont fait rentrer dans cette cave, j’y ai vu les cadavres de trois hommes. Lun dentre eux était en position assise contre le mur. Les deux autres étaient de jeunes hommes, l’un allongé sur le ventre, lautre sur le dos. Ils avaient été égorgés et ils étaient nus. Le sang de leurs gorges coulait vers l’égout dans le sol. »

de leurs gorges coulait vers l ’égout dans le sol. » CRIMES DE GUERRE RUSSES EN

CRIMES DE GUERRE RUSSES EN UKRAINE ORIENTALE EN 2014

gorges coulait vers l ’égout dans le sol. » CRIMES DE GUERRE RUSSES EN UKRAINE ORIENTALE

2016-03-02 20:28

Contact avec les auteurs du Rapport :

2016-03-02 20:28

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 3 sur 157

Introduction

Ce Rapport décrit des crimes de guerre au sens du droit international, commis en Ukraine orien- tale et méridionale par des soldats et des fonctionnaires de la Fédération de Russie ainsi que par des combattants séparatistes pro-russes. Les crimes documentés dans le Rapport com- prennent des séquestrations illicites, des tortures physiques et mentales, des vols et des assassi- nats.

Les chapitres 1 à 3 sont de nature introductive. Ils présentent la méthodologie du travail des auteurs du Rapport et précisent le contexte dans lequel les crimes décrits plus loin ont été perpétrés.

Le chapitre 4 décrit en détail les lieux et la nature des crimes ainsi que leurs perpétrateurs. Le Rapport ne fait état que des crimes dont les victimes ont expressément parlé aux auteurs du Rapport lors des études des enquêtes sur le terrain. Les dépositions de plus de 60 victimes ont été recueillies lors de la collecte de la documentation aux fins du présent Rapport. Chacun des actes mentionnés au chapitre 4 est illustré par une citation des dépositions d’une ou plu- sieurs victimes.

Le chapitre 4 est subdivisé en sous-chapitres correspondant aux différents lieux identifiés par les auteurs du Rapport, ou des crimes de guerre ont été commis. Ces lieux sont situés en Ukraine orientale, sauf un en Crimée et un en Fédération de Russie, où l’armée russe a déporté des prisonniers de guerre ukrainiens.

Le chapitre 5 énumère les coupables de crimes mentionnés dans les dépositions des victimes, avec des silhouettes succinctes, des renvois aux lieux des crimes ainsi que des photographies.

Les victimes sont identifiées non pas par leurs noms, mais par des codes C (« cas ») avec un nombre. Le Rapport ne comprend de données permettant indirectement d’identifier une vic- time, par exemple des photographies, que dans les cas où la victime accepte la divulgation de son identité, par exemple en s’exprimant dans les médias.

La documentation probatoire décrite dans le Rapport servira à rédiger une notification qui sera soumise à la Cour Pénale Internationale de La Haye.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 4 sur 157

Sommaire

1. Objectif et finalité du Rapport

 

6

2. Méthodologie de collecte des informations

9

2.1. Identification et situation des victimes de crimes de guerre

10

2.2. Entretiens avec les victimes et les témoins, collecte de preuves

11

2.3. Identification des perpétrateurs de crimes de guerre

13

3. Situation en Ukraine orientale liée au conflit ukraino-russe

14

3.1. Oblast de Donetsk – République Populaire de Donetsk

19

3.2. Zone de Marioupol

 

24

3.3. Oblast de Louhansk – République Populaire de Louhansk

25

4. Lieux et perpétrateurs cités dans les dépositions des victimes

29

4.1. Antratsyt, commandement de la ville

31

4.2. Donetsk,

compagnie de

commandement séparatiste

34

4.3. Donetsk, bâtiment utilisé par le GRU de la 58 ème Armée de la Fédération de

Russie

42

4.4. Donetsk, siège du bataillon « Oplot » de l’Armée Orthodoxe Russe

45

4.5. Donetsk,

bataillon

«

Vostok »

50

4.6. Donetsk, bataillon « Somalie »

 

57

4.7. Donetsk,

siège

du bataillon « Sparta »

60

4.8. Donetsk, siège des autorités de la République Populaire de Donetsk et du bataillon « Vostok »

66

4.9. Donetsk, siège du

bataillon « Vostok »

72

4.10. Horlivka,

bâtiment du Parquet

 

74

4.11. Horlivka, unités d’autodéfense de la République Populaire de Donetsk

77

4.12. Horlivka, NKVD de la République Populaire de Donetsk

80

4.13. Kramatorsk

 

86

4.14. Louhansk, siège du Groupe de Réaction Rapide « Batman »

90

4.15. Louhansk, commandement militaire de la République Populaire de Louhansk

94

4.16. Makiivka, unité des Cosaques du Don

98

4.17. Makiivka, Armée Orthodoxe Russe

102

4.18. Perevalsk, Garde Nationale Cosaque

107

4.19. Rovenky, bataillon Saint Georges

111

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 5 sur 157

 

4.20. Slaviansk, unités d’autodéfense de la République Populaire de Donetsk

114

4.21. Slaviansk, centre de détention de la police

120

4.22. Snijne, poste de police

125

4.23. Simferopol, siège de l’Armée de Crimée

130

4.24. Donetsk (Russie), centre d’interrogatoires du FSB de la Fédération de Russie

133

5.

Profils des perpétrateurs

138

1. Objectif et finalité du Rapport 2016-03-02 20:28

1. Objectif et finalité du Rapport

2016-03-02 20:28

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 7 sur 157

Le Rapport est le fruit d’une enquête réalisée par un groupe de volontaires travaillant à la demande de Małgorzata Gosiewska, députée à la Diète polonaise [1].

Lobjectif de l’enquête a été d’établir si des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité, au sens des définitions du Statut de Rome, ont été commis lors du conflit en Ukraine orientale et méridionale en 2014, de documenter ces actes, leurs victimes et leurs perpétrateurs, puis de communiquer le dossier à la Cour Pénale Internationale de La Haye [2]. Le 8 septembre 2015, le Conseil Suprême de l’Ukraine a soumis à la Cour Pénale Internationale de La Haye une dé- claration dintention d’enquêter sur les crimes ayant été commis sur le territoire ukrainien à compter du 20 février 2014, dans le cadre du conflit armé qui s’y déroule [3].

Le conflit continue, mais l’enquête ne porte que sur l’année 2014. Dans le Rapport, les combats à l’est de lUkraine, principalement dans les oblasts de Donetsk et de Louhansk, ainsi que la situation en Crimée, sont désignés par le terme « conflit ». La nécessité de préciser ce terme résulte de la diversité des définitions des évènements en question dans les sources internatio- nales. Vus les éléments probatoires largement connus, corroborés par l’enquête servant de fondement à ce Rapport, le terme « guerre civile » fréquemment employé dans les médias internationaux, est erroné. Ce conflit est de facto une guerre opposant deux états, les éléments suivants ayant été démontrés :

participation aux combats en Ukraine orientale de soldats de la Fédération de Russie, dotés d’armes lourdes (blindés, artillerie) ;

interrogatoires de prisonniers de guerre et de civils interpellés par des fonctionnaires des services de renseignement de la Fédération de Russie ;

détention de prisonniers de guerre ukrainiens sur le territoire de la Fédération de Russie.

L’argument sur « labsence de guerre en l’absence de déclaration de guerre » n'est pas va- lable. Cette logique pourrait conduire à tenter de démontrer que la II ème Guerre Mondiale naurait pas été une « guerre » au prétexte que son début, marqué par l’attaque des armées alliées, allemande le 1 er septembre 1939 et soviétique le 17 septembre 1939, n’aurait pas été précédé d’une déclaration de guerre formalisée. De même, l’argument comme quoi aucun « état de guerre » n’a été mis en application ne suffit pas à réfuter les preuves des actions armées de part et d’autre.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 8 sur 157

russes en Ukraine orientale en 2014 │ page 8 sur 157 R èglement d’exécution du Cons
2. Méthodologie de collecte des informations 2016-03-02 20:28

2. Méthodologie de collecte des informations

2016-03-02 20:28

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 10 sur 157

2.1.

IDENTIFICATION ET SITUATION DES VICTIMES DE CRIMES DE GUERRE

L’identification des victimes et de leurs lieux de séjour a commencé par les contacts des personnes contribuant à l’élaboration du Rapport. De nombreux autres contacts ont en- suite été obtenus auprès des premières victimes identifiées, lesquelles ont mis en relation avec leurs codétenus ou d’autres connaissances dont elles savaient qu’ils ont égale- ment été victimes de crimes.

qu ’ils ont égale- ment été victimes de crimes. Entrée de la Zone de l’Opération Antiterroriste

Entrée de la Zone de l’Opération Antiterroriste, à Slaviansk [4]

Le travail sur le terrain, et notamment dans la zone de l’Opération Antiterroriste dite « Zone ATO », c'est-à-dire à proximité directe du front, a permis de travailler directement avec des volontaires ukrainiens civils et militaires. Cela a largement accru les possibilités de contacter des victimes de crimes de guerre.

4)

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 11 sur 157

2.2.

ENTRETIENS AVEC LES VICTIMES ET LES TÉMOINS, COLLECTE DE PREUVES

La documentation probatoire des crimes de guerre mentionnés dans le Rapport repose sur des dépositions de victimes et de témoins. Dans tous les cas, nous nous sommes ef- forcés de valider les identités des perpétrateurs de crimes de guerre en employant des sources publiques et en demandant lassistance dorganisations non gouvernementales ukrainiennes ainsi que de ladministration ukrainienne.

Les entretiens ont été effectués avec des victimes (anciens détenus civils ou prisonniers de guerre) et avec dautres personnes disposant dinformations quant à la situation sur place. Les entretiens ont principalement été menés dans des lieux publics. La plupart des entretiens ont été réalisés par des bénévoles – danciens policiers polonais, ayant une grande expérience du travail d’investigation. Dautres entretiens ont été réalisés par des volontaires ukrainiens. Les données individuelles de chaque personne ainsi que la date et le lieu de l’entretien ont été consignés.

la date et le lieu de l ’entretien ont été consignés. La victime C43 hospitalisée après

La victime C43 hospitalisée après sa libération [5]

La victime C43 hospitalisée après sa libération [5] Extrait du dossier médical de la victime C7

Extrait du dossier médical de la victime C7 [6]

Le descriptif du vécu en captivité est précédé d’une présentation de l’interlocuteur, pré- cisant ses activités sociales ou militaires avant sa capture. Chaque fiche comprend un témoignage détaillé sur la capture et le séjour en captivité. Certaines fiches sont com- plétées par des documents médicaux communiqués par les victimes.

5)

6)

Publication avec l’accord de la victime C7

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 12 sur 157

Les dépositions n’ont pas été signées par les interlocuteurs, dans la mesure où il ne s’agit pas dinterrogatoires officiels. Dans un souci de sécurité des victimes, les dépositions et les données permettant d’identifier les interlocuteurs, dont les auteurs du Rapport dispo- sent, ne sont pas joints à la version du Rapport qui est rendue publique, mais seront com- muniqués à la Cour Pénale Internationale de la Haye afin de permettre aux investiga- teurs de la Cour de procéder à des interrogatoires formalisés.

Dans certains cas, nous nous sommes appuyés sur des rapports existants, établis par des organisations non gouvernementales.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 13 sur 157

2.3.

IDENTIFICATION DES PERPÉTRATEURS DE CRIMES DE GUERRE

Lun des principaux objectifs du travail des bénévoles a été d’identifier les perpétrateurs de crimes de guerre mentionnés dans le Statut de Rome. Les entretiens avec les victimes nont, dans la plupart des cas, permis dobtenir que les pseudonymes des perpétrateurs de crimes de guerre. Souvent les victimes n’étaient même pas en mesure de décrire le physique des perpétrateurs, que ce soit en raison de leur état psychique consécutif aux tortures, ou à cause de la pratique fréquente de détenir les victimes les yeux bandés.

fréquente de détenir les victimes les yeux bandés. Vladimir Novikov pseudonyme « Alab aï » [7,

Vladimir Novikov pseudonyme « Alabaï » [7, 8]

Vladimir Novikov pseudonyme « Alab aï » [7, 8] Pseudonyme « Zaur » [9 ], mercenaire

Pseudonyme « Zaur » [9], mercenaire ossète du bataillon « Vostok » [10] à Donetsk [11]

Suite aux entretiens, les auteurs du Rapport se sont efforcés d’identifier les personnes dé- crites en obtenant des données auprès des officiels ukrainiens, issues de procédures en cours en Ukraine, auprès d’organisations non gouvernementales enquêtant sur les crimes de guerre, ainsi qu’en ayant recours à des sources publiques telles que les publications des perpétrateurs eux-mêmes, qui bien souvent se targuent de leurs actes sur Internet.

Lanalyse des informations recueillies lors des entretiens ainsi que par dautres sources a permis didentifier certains perpétrateurs et de les corréler à des victimes, des actes et des lieux de crimes.

7)

en russe : Новиков Владимир Николаевич, Алабай

8)

9)

en russe : Заур

10)

en russe : Восток

11)

3. Situation en Ukraine orientale liée au conflit ukraino-russe 2016-03-02 20:28

3. Situation en Ukraine orientale liée au conflit ukraino-russe

2016-03-02 20:28

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 15 sur 157

Suite à la sanglante répression des manifestations antigouvernementales de la population ukrainienne, appelées « Maïdan », le président de l’Ukraine Viktor Ianoukovytch, représentant le Parti des Régions pro-russe alors au pouvoir, quitte son poste en février 2014. Des élections ad hoc sont proclamées. Un nouveau gouvernement dirigé par le premier ministre Arseni Iatse- niouk est constitué, tandis qu’Oleksandr Tourtchynov assure la fonction de président par inté- rim. Toutefois, des séparatistes pro-russes s’opposent les armes à la main aux nouvelles autorités dans les oblasts de Louhansk et de Donetsk. Bénéficiant du soutien militaire de la Russie, ils proclament la création de la République Populaire de Donetsk et de la République Populaire de Louhansk, avant dannoncer, en mai 2014, la fusion de ces deux républiques autoprocla- mées pour former une « Union des Républiques Populaires de Nouvelle-Russie ».

Union des Républiques Populaires de Nouvelle -Russie ». Tireurs d ’élite sur le Maïdan de Kiev

Tireurs d’élite sur le Maïdan de Kiev [12]

». Tireurs d ’élite sur le Maïdan de Kiev [12] Proclamatio n de la République Populaire

Proclamation de la République Populaire de Donetsk [13]

Des tendances séparatistes se manifestent aussi en Crimée, qui fait rapidement l’objet dune intervention militaire de la part de la Fédération de Russie. Une déclaration d’indépendance de la République de Crimée est proclamée au cours de cette intervention, en mars 2014, lors d’une séance du Conseil Suprême de la République Autonome de Crimée et du Conseil Mu- nicipal de Sébastopol. Un référendum sur le statut de la république est tenu le 16 mars, et dès le 17 mars le Conseil Suprême de la République Autonome de Crimée vote l’indépendance de la Crimée en s’appuyant sur les résultats du référendum, dont il a été conclu que la majorité des votants s’est prononcée pour le rattachement de la Crimée et de Sébastopol à la Fédé- ration de Russie. Au cours de la semaine suivante, la Russie signe avec la République de Crimée et la ville de Sébastopol une convention de rattachement de la Crimée à la Russie.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 16 sur 157

Compte-tenu de la prise les armes à la main de ces parties de l’Ukraine par des séparatistes soutenus par la Russie, le 13 avril 2014 le président par intérim Oleksandr Tourtchynov fixe aux séparatistes un ultimatum de 24 heures, leur promettant l’impunité contre leur reddition. Mais les séparatistes rejettent cet ultimatum et prennent le contrôle des bâtiments officiels sur le les territoires de leurs républiques autoproclamées. En conséquence, le Conseil de la Sécurité et de la Défense Nationale de l’Ukraine décide du lancement de « l’Opération Antiterroriste » (ATO) par les forces armées.

Antiterroriste » (ATO) pa r les forces armées. Occupation de la Crimée par les « petits

Occupation de la Crimée par les « petits hommes verts » russes [14]

la Crimée par les « petits hommes verts » russes [14] Séparatistes néonazis du bataillon «

Séparatistes néonazis du bataillon « Rousitch » [15, 83]

Les unités séparatistes opérant au Donbass n’ont jamais constitué de force homogène ni coor- donnée. Les dissensions entre les séparatistes reposent sur des conflits entre les leaders et les commandants de ces groupes. Les clivages ont trait aussi bien à la vision des objectifs de leur démarche, qu’à l’attitude envers les accords conclus avec les autorités ukrainiennes, ou en- core aux violations mutuelles des zones dinfluence territoriale. Nous présentons ci-dessous une carte des forces combattantes au Donbass du côté des séparatistes, publiée par le site INSI- DER [16, 17], indiquant les différentes unités et leurs commandants.

Le descriptif présenté dans le Rapport concerne la situation à fin octobre 2014.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 17 sur 157

russes en Ukraine orientale en 2014 │ page 17 sur 157 Situation en Ukraine orientale au

Situation en Ukraine orientale au 7 octobre 2014 [18]

18)

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 18 sur 157

russes en Ukraine orientale en 2014 │ page 18 sur 157 Situation géographique des unités armées

Situation géographique des unités armées au Donbass et leurs commandants en octobre 2014 [17]

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 19 sur 157

3.1.

OBLAST DE DONETSK RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE DONETSK

Donetsk

La direction politico-militaire de la République Populaire de Donetsk comprend Alexandre Zakhartchenko pseudonyme « Zakhar » [19], premier ministre de la Répu- blique Populaire de Donetsk, Vladimir Kononov pseudonyme « Tsar » [20], ministre de la défense de la République Populaire de Donetsk et Sergueï Pietrovsky [21] pseudo- nyme « Khmurnyy », citoyen de la Fédération de Russie et ministre de la défense ad- joint de la République Populaire de Donetsk, chargé du renseignement.

Populaire de Donetsk , chargé du renseignement. Vue de Donetsk [22] Formellement, ils ont le commandement

Vue de Donetsk [22]

Formellement, ils ont le commandement de toutes les autres unités armées de la Ré- publique Populaire de Donetsk, et notamment des formations « Oplot » [23], « Vos- tok » [10], « Kalmious » [24] et du Bataillon de Chars Séparé [25] au total de l’ordre de 10 mille combattants. Vladimir Kononov [20] et Sergueï Pietrovsky [21] sont de proches conseillers dIgor Guirkine [26].

19)

en russe : Захарченко Александр Владимирович, Захар

20)

en russe : Владимир Кононов, Царь

21)

en russe : Сергей Петровский, Хмурный

22)

23)

en russe : Оплот

24)

en russe : Кальмиус

25)

en russe : Отдельный Танковый Батальон

26)

en russe : Гиркин Игорь Всеволодович, Игорь (Иванович) Стрелков

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 20 sur 157

Donetsk – aéroport

Arseni Pavlov pseudonyme « Motorola » [27] commande l’unité d’assaut « Sparta » [28], forte d’environ 150 à 200 com- battants. Arseni Pavlov [27] soutient l’ancien ministre de la dé- fense de la République Populaire de Donetsk Igor Guirkine [26] et s’oppose à Alexandre Zakhartchenko [19].

Mikhaïl Tolstykh pseudonyme « Guivi » [29] commande le Groupe Tactique de Combat Séparé « Somalie » [30], comp- tant environ 150 combattants, qui a participé aux combats d’Ilovaïsk [31] en août 2014. Lors de la bataille de l’aéroport de Donetsk, cest sous son commandement qua combattu une partie des forces des brigades « Oplot » [23] et « Vos- tok » [10], fortes de 200 à 250 hommes, ainsi qu’un groupe d’assaut séparé commandé par un combattant portant le pseudonyme « Abkhaz » [32].

Slaviansk [34]

le pseudonyme « Abkhaz » [32].  Slaviansk [34] La tour de contrôle de l ’aéroport

La tour de contrôle de l’aéroport de Donetsk [33]

Unités d’autodéfense [35] de la République Populaire de Donetsk : lancien ministre de la défense de la République Populaire de Donetsk Igor Guirkine [26] (Strelkov), ci- toyen de la Fédération de Russie, contrôle Slaviansk [34] et commande le Premier Ba- taillon Volontaire [36], composé de citoyens d’Ukraine et de pays de la Communauté des États Indépendants. Les unités séparatistes opérant dans la zone de Krasnyï Ly- man [37], Siversk [38] i du village de Yampil [39] lui sont subordonnées.

27)

en russe : Павлов Арсений Сергеевич, Моторола

29)

en russe : Толстых Михаил Сергеевич, Гиви

30)

en russe : Сомали

31)

en ukrainien : Іловайськ ; en russe : Иловайск https://goo.gl/ZL7w5i

32)

en russe : Абхаз

34)

en ukrainien : Славянськ ; en russe : Славянск https://goo.gl/d5hJ1b

35)

en russe : Ополчение

36)

en russe : 1-ый Добровольческий батальон]

37)

en ukrainien : Красний Лиман ; en russe : Красный Лиман https://goo.gl/JoS1Ib

38)

en ukrainien : Сіверськ ; en russe : Северск https://goo.gl/wvmncc

39)

en ukrainien : Ямпіль ; en russe : Ямполь https://goo.gl/HPZPBK

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 21 sur 157

Ilovaïsk [31]

La zone d’Ilovaïsk [31] est contrôlée par le bataillon B-2, commandé par un chef de guerre pseudonyme « Khorvat » [40].

Kramatorsk [41], Kostiantynivka [42], Artemivsk [43]

Unités d’autodéfense de la République Populaire de Donetsk : Sergueï Zdriliouk pseu- donyme « Abver » [44], citoyen d’Ukraine et de la Fédération de Russie, commande environ 600 combattants.

Horlivka [45], Makiivka [46], Yassynouvata [47], Debaltseve [48]

Unités d’autodéfense de la République Populaire de Donetsk : Igor Bezler pseudo- nyme « Biès » [49], citoyen d’Ukraine et de la Fédération de Russie, commande envi- ron 500 combattants. Son unité effectue aussi des actions de renseignement et de diversion dans la partie ouest de loblast de Donetsk.

Par ailleurs, dans la zone de Debaltseve [48] il y a plusieurs petites unités cosaques du bataillon « Don » [50], rattachées à Nikolaï Kozitsine [51], lequel ne reconnait l’autorité ni des dirigeants de la République Populaire de Donetsk, ni celle de ceux de la Répu- blique Populaire de Louhansk. La plus connue de ces unités est celle que commande le chef de guerre portant le pseudonyme de « Baïker » [52].

40)

en russe : Хорват

41)

en ukrainien : Краматорськ ; en russe : Краматорск https://goo.gl/zQFLG1

42)

en ukrainien : Костянтинівка ; en russe : Константиновка https://goo.gl/fqJjYh

43)

en ukrainien : Артемівськ ; en russe : Артёмовск https://goo.gl/4kUHrN

44)

en russe : Здрилюк (Здрылюк) Сергей Анатольевич, Абвер

45)

en ukrainien : Горлівка ; en russe : Горловка https://goo.gl/e6bClx

46)

en ukrainien : Макiiвка ; en russe : Макеевка https://goo.gl/kn2fHh

47)

en ukrainien : Ясинувата ; en russe : Ясиноватая https://goo.gl/P0US0g

48)

en ukrainien : Дебальцеве ; en russe : Дебальцево https://goo.gl/mDcsNd

49)

en russe : Безлер Игорь Николаевич, Бес

50)

en russe : Батальон „Дон”

51)

en russe : Козицын Николай Иванович

52)

en russe : Байкер

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 22 sur 157

russes en Ukraine orientale en 2014 │ page 22 sur 157 Debaltseve [48, 53]  Donetsk,

Debaltseve [48, 53]

Donetsk, Makiivka [46], sud et sud-est de loblast de Donetsk

Alexandre Khodakovsky [54], chef du bataillon « Vostok » [10], commande environ

400 combattants et soutient le leadership du premier ministre de la République Popu-

laire de Donetsk Alexandre Borodaï [55].

Mikhaïl Vierine [56], chef de l’Armée Orthodoxe Russe (RPA) [57], commande environ

300 à 400 combattants. La RPA coopère étroitement avec l’organisation Unité Natio-

nale Russe dAlexandre Barkashov [58], qui a un bureau de recrutement à Moscou. Elle soutient Igor Guirkine [26]. L’Armée Orthodoxe Russe est connue pour sa partici- pation à la persécution des protestants. Il y a notamment eu des cas dassassinats et de torture de pasteurs et de membres de leurs familles [59].

Fiodor Berezine [60], représentant du ministre de la défense de la République Popu- laire de Donetsk Igor Guirkine [26], soccupe de la coordination des agissements des séparatistes et de leurs commandants à Donetsk et à Slaviansk [34].

53)

54)

en russe : Ходаковский Александр Сергеевич

55)

en russe : Бородай Александр Юрьевич

56)

en russe : Михаил Верин

57)

en russe : Русская православная армия (РПА)

58)

en russe : Русское национальное единство (РНЕ) Алексея Баркашова

59)

Voir aussi le rapport sur les persécutions religieuses établi par « Mission Eurasia » : « Religious Persecution in Eastern Ukraine and Crimea 2014 »

60)

http://goo.gl/yx95kv en russe : Березин Фёдор Дмитриевич

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 23 sur 157

Alexandre Borodaï [55], citoyen de la Fédération de Russie, premier ministre de la Ré- publique Populaire de Donetsk jusqu’en août 2014, leader politique de la République Populaire de Donetsk.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 24 sur 157

3.2.

ZONE DE MARIOUPOL

Plusieurs petites unités commandées par différents chefs de guerre opèrent dans la zone de Marioupol [61]. Au total le nombre de combattants est de lordre de 1000. La plus connue de ces unités est la Brigade Internationale du Sud-Est [62], commandée par un chef de guerre portant le pseudonyme « Odine ».

par un chef de guerre portant le pseudonyme « Odine ». Marioupol [61] sous les bombes

Marioupol [61] sous les bombes [63]

61)

en ukrainien : Маріуполь ; en russe : Мариуполь https://goo.gl/JMH9R5

62)

en russe : Интернациональная бригада Юго-Востока

63)

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 25 sur 157

3.3.

OBLAST DE LOUHANSK RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE LOUHANSK

Lyssytchansk [64], Roubijne [65]

Unités séparatistes de la République Populaire de Louhansk : Alekseï Mozgovoï [66], commandant du bataillon « Prizrak » [67] à Lyssytchansk ainsi que de l’Autodéfense Populaire de lOblast de Louhansk [68], commande 400 combattants. Il a longtemps été en conflit avec le leader de la République Populaire de Louhansk Valéri Bolo- tov [69].

Ce conflit a été résolu par la médiation d’Oleg Tsarev [70], ancien député du Conseil Suprême et leader du groupement « Sud-Est » [71]. En raison de la proximité de Sla- viansk [34], les unités de Mozgovoï [66] sont rattachées au groupe opérationnel dIgor Guirkine [26].

Pavel Dromov [72] pseudonyme « Batia », commande l’unité séparatiste Nord-Do- netsk. Début juin 2014, il a fusionné avec les unités d’Alekseï Mozgovoï [66].

Louhansk et ses environs

Valéri Bolotov [69], leader de la République Populaire de Louhansk, est le comman- dant des Armées Unies du Sud-Est [73]. Il commande 600 à 1000 combattants. Il con- trôle Louhansk et les zones avoisinantes ainsi que, partiellement, les villes d’Alt- chevsk [74] et de Stakhanov [75]

Igor Plotnytsky [76], ministre de la défense de la République Populaire de Louhansk, commande le bataillon « Zaria » [77], principale formation de la République Populaire de Louhansk.

64)

en ukrainien : Лисичанськ ; en russe : Лисичанск https://goo.gl/a0g8qE

65)

en ukrainien : Рубіжне ; en russe : Рубежное https://goo.gl/WQcjqN

66)

en russe : Мозговой Алексей Борисович. Alekseï Mozgovoï a été tué en mai 2015 http://goo.gl/1d0kBw

67)

en russe : Призрак

68)

en russe : Народное Ополчение Луганской области

69)

en russe : Болотов Валерий Дмитриевич

70)

en russe : Царёв Олег Анатольевич

71)

en russe : Движение „Юго-Восток”

72)

en russe : Дремов Павел Леонідович, Батя

73)

en russe : Армия Юго-Востока

74)

en ukrainien : Алчевськ ; en russe : Алчевск https://goo.gl/ZPhIkN

75)

en ukrainien : Стаханов ; en russe : Стаханов https://goo.gl/yHFQLy

76)

en russe : Игорь Венедиктович Плотницкий

77)

en russe : Заря

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 26 sur 157

Vladimir Gromov [78] dirige le contre-espionnage de la République Populaire de Lou- hansk. Il commande quelques dizaines de combattants. Sa principale mission est de procéder aux interrogatoires des soldats ukrainiens faits prisonniers.

interrogatoires des soldats ukrainiens faits prisonniers. Vue de Louhansk [79] Alekseï Pavlov, pseudonyme «

Vue de Louhansk [79]

Alekseï Pavlov, pseudonyme « Leshiï » [80], commande une unité de 500 à 600 com- battants. Il occupait le bâtiment ayant appartenu au Service de Sécurité d'Ukraine à Louhansk. Il ne reconnait pas l’autorité d’Igor Plotnytsky et se trouve en conflit perma- nent avec les autres chefs de guerre.

Alexandre Bednov [81] (pseudonymes « Batman », « San-Sanytch ») est le chef de guerre ayant le plus d’autorité. Il commande le bataillon de diversion « Batman » [82] composé de 200 à 250 combattants. Ce bataillon comprend notamment le groupe

78)

en russe : Владимир Громов

79)

80)

en russe : Павлов Алексей Анатольевич, Леший

81)

en russe : Беднов Александр Александрович, Сан Саныч, Бэтмен. Alexandre Bednov est mort lors d’une tentative d’arrestation le 1 er janvier 2015

82)

sur ordre du parquet de la République Populaire de Louhansk https://goo.gl/J5HhtP en russe : Группа Быстрого Реагирования „Бэтмен”

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 27 sur 157

d’assaut « Rousitch » [83], commandé par Alekseï Milchakov [83], en grande partie

composé de nationalistes russes.

[83], en grande partie composé de nationalistes russes . Alexandre Bednov [81, 84 ], fondateur du

Alexandre Bednov [81, 84], fondateur du groupe de réaction rapide « Batman » [82]

fondateur du groupe de réaction rapide « Batman » [82] Alekseï Milchakov [83], commandant de l

Alekseï Milchakov [83], commandant de l’unité « Rousitch », réputé pour sa cruauté [85]

Outre les unités susdites, cette zone comprend encore une quinzaine d’autres grou-

pements armés, de 400 hommes chacun en moyenne, soit approuvés par les autorités

de la République Populaire de Louhansk, soit en conflit avec celles-ci.

Krasnodon [86], Perevalsk [87], Krasnyï Loutsch [88], Tchervonopartyzansk [89], Rovenky [90], sud et sud-est de lOblast de Louhansk

Nikolaï Kozitsine [51], citoyen de la Fédération de Russie, ataman cosaque et repré-

sentant de lUnion Internationale des Cosaques du Don [91], commande directement

2000 à 4000 combattants.

83)

Milchakov Alekseï (en russe : Мильчаков Алексей Юрьевич), pseudonymes « Serbe », « Fritz », né le 30 avril 1991 à Saint Pétersbourg, lié aux milieux néonazis russes. En 2011 il publie sur son profil du réseau social vk.com la photographie d’un chiot auquel il avait coupé la tête avant de le manger. Malgré l’émoi causé par cette affaire, aucun procès pénal n’a été intenté à son encontre, tandis que Milchakov continue d’affirmer qu’il s’agissait d’une provocation et d’un photomontage. Après son service militaire à la 76 ème division aéroportée de Pskov (en russe : 76-я Десантная Дивизия), en état 2014 Milchakov par pour le Donbass, où il fonde et commande l’unité d’éclaireurs de diversion et d’assaut « Rousitch » (en russe :

84)

ДШРГ – Диверсионно-Штурмовая Разведывательная Группа „Русич”) faisant partie du Groupe de Réaction Rapide « Batman » [82] commandé par Alexandre Bednov [81] . https://goo.gl/rhwfaz

85)

86)

en ukrainien : Краснодон ; en russe : Краснодон https://goo.gl/ZJKbzA

87)

en ukrainien : Перевальск ; en russe : Перевальск https://goo.gl/mABJY1

88)

en ukrainien : Красний Луч ; en russe : Красный Луч https://goo.gl/KzAOTE

89)

en ukrainien : Червонопартизанськ ; en russe : Червонопартизанск https://goo.gl/9PLaVo

90)

en ukrainien : Ровеньки ; en russe : Ровеньки https://goo.gl/lAAKsm

91)

en russe : Международным союзом общественных объединений «Всевеликое войско Донское»

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 28 sur 157

Ceux-ci comprennent notamment des militants des organisations cosaques de Russie et dUkraine, qui recrutent des volontaires dans l’oblast voisine de Rostov en Fédéra- tion de Russie. Nikolaï Kozitsine [51] est en conflit incessant avec les autorités de la République Populaire de Donetsk et de la République Populaire de Louhansk, qui lui reprochent la trahison, l’inaction et la lâcheté.

4. Lieux et perpétrateurs cités dans les dépositions des victimes 2016-03-02 20:28

4. Lieux et perpétrateurs cités dans les dépositions des victimes

2016-03-02 20:28

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 30 sur 157

russes en Ukraine orientale en 2014 │ page 30 sur 157 Lieux où des crimes de
russes en Ukraine orientale en 2014 │ page 30 sur 157 Lieux où des crimes de

Lieux où des crimes de guerre ont été commis

30 sur 157 Lieux où des crimes de guerre ont été commis Autres localités mentionnées Une

Autres localités mentionnées

Une carte interactive des lieux cités est disponible à l’adresse https://goo.gl/eEdWH6.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 31 sur 157

4.1.

ANTRATSYT, COMMANDEMENT DE LA VILLE

Situation

Bâtiment de l’ancien siège du Parti des Régions [92] à Antratsyt [92].

siège du Parti des Régions [92 ] à Antratsyt [ 92 ]. Antratsyt, commandement de la
siège du Parti des Régions [92 ] à Antratsyt [ 92 ]. Antratsyt, commandement de la

Antratsyt, commandement de la ville

] à Antratsyt [ 92 ]. Antratsyt, commandement de la ville Autres lieux où des crimes

Autres lieux où des crimes de guerre ont été commis mentionnées

Victimes

En ce qui concerne ce site :

4 personnes ont été identifiées ;

ce site :  4 personnes ont été identifiées ; Autres localités  le témoignage direct

Autres localités

le témoignage direct de 1 personne a été recueilli : C7.

Le témoignage précis et les données individuelles du témoin seront communiqués à la Cour Pénale Internationale de La Haye.

92)

Антрацит, вул. Петровского 50 http://goo.gl/ZtmDvl https://goo.gl/x95eID

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 32 sur 157

Détenus

Prisonniers politiques.

Conditions de détention

Les détenus étaient séquestrés dans les locaux d’un bâtiment administratif, inadaptés à cet effet.

d ’un bâtiment administratif, inadaptés à cet effet. Le b âtiment de l’ancien siège du Parti

Le bâtiment de l’ancien siège du Parti de Régions, avant les évènements de 2014 [93]

Descriptif des crimes

Les détenus ont été terrorisés et frappés à coups de matraques en présence d’Alexandre « Tchornyï » [94].

93)

94)

en russe : Александр, Чорный

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 33 sur 157

La victime C7 témoigne :

Il y avait là « Tchornyï » [94] et plusieurs soldats. Il s’est mis à me frapper avec une matraque de police sur tout le corps, tandis que les autres tabassaient V. M. [95], quils avaient aussi fait rentrer. Une fois l’un des soldats a dit à « Tchornyï » [94] de faire attention, car il avait été à l’hôpital et il allait se faire mal au dos. Je lui ai alors dit « Sacha passe le relai à quelqu’un, sinon tu vas te faire mal ». Il a donné la matraque à un jeune soldat (environ 25 ans) et celui-

ci s’est mis à me taper sur la tête avec cette matraque.

Les détenus ont été exposés à la vue du public par les unités de séparatistes, qui leur ont fait faire le tour de la ville et les ont fait défiler devant les habitants en exerçant une pression psychologique et en les humiliant.

La victime C7 témoigne :

Ils mont encore fait faire le tour de la ville, tout le temps avec la lame dun

couteau sur la gorge. Ils étaient deux – l’homme qui conduisait la voiture était en uniforme et disait qu’il était de Russie. C’est Alexandre « Tchornyï » [94] qui

tenait le couteau.

Perpétrateur mentionné dans la déposition de la victime

pseudonyme « Tchornyï » [94], peut-être pseudonymes ou prénoms Alexandre, Oleg, originaire de Poltava, bras droit dIgor Bezler [49]

voir aussi : Horlivka, NKVD de la République Populaire de Donetsk, page 80

95)

Les données de cette personne figurent dans les dépositions qui seront communiquées à la Cour Pénale Internationale de la Haye

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 34 sur 157

4.2.

DONETSK, COMPAGNIE DE COMMANDEMENT SÉPARATISTE

Situation

Bâtiment du Service de Sécurité

dUkraine [96].

Bâtiment du Service de Sécurité d ’ Ukraine [96]. Drapeau de la République Populaire de Donetsk

Drapeau de la République Populaire de Donetsk [97]

[96]. Drapeau de la République Populaire de Donetsk [97] Donetsk, compagnie de commandement séparatiste Autres
[96]. Drapeau de la République Populaire de Donetsk [97] Donetsk, compagnie de commandement séparatiste Autres

Donetsk, compagnie de commandement séparatiste

[97] Donetsk, compagnie de commandement séparatiste Autres lieux où des crimes de guerre ont été commis

Autres lieux où des crimes de guerre ont été commis

localités mentionnées

Victimes

En ce qui concerne ce site :

27 personnes ont été identifiées ;

https://goo.gl/XWoPoK 97) https://goo.gl/A9qRVZ Autres 2016-03-02 20:28 Lieux et perpétrateurs cités

Autres

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 35 sur 157

les témoignages directs de 12 personnes ont été recueillis : C2, C4, C8, C9, C18, C21, C22, C23, C24, C26, C38 et C47.

Les témoignages précis et les données individuelles des témoins seront communiqués à la Cour Pénale Internationale de La Haye.

communiqués à la Cour Pénale Internationale de La Haye. Bâtiment du Service de Sécurité d’ Ukraine

Bâtiment du Service de Sécurité d’Ukraine à Donetsk [98]

Détenus

Prisonniers de guerre, principalement du bataillon volontaire « Donbass » et de la 81 ème Brigade Aéroportée « Cyborgs ».

Conditions de détention

Les détenus étaient séquestrés à plus de 100 dans une cave inadaptée à cet effet, sur un espace réduit insuffisant pour que tous puissent s’allonger simultanément. En guise de toilettes, il y avait deux trous creusés à même le sol par les détenus. Pour ce nombre de détenus, le local ne comprenait quun seul lavabo.

98)

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 36 sur 157

La victime C18 témoigne :

Ils nous ont enfermés dans une cave à plus de 100 personnes. Pour nous tous, il ny avait quun seul lavabo et dabord un seul, puis un autre trou servant de toilettes, qui ne cessaient de se boucher.

Les détenus recevaient à manger irrégulièrement et en faible quantité.

La victime C4 témoigne :

Nous avions faim tout le temps on nous apportait une louche d’une espèce de bouillie et 1/10 ème de mie de pain par personne deux fois par jour. Nous étions affamés en permanence.

Descriptif des crimes

Les détenus ont été volontairement privés de sommeil.

La victime C9 témoigne :

De temps en temps, les gardiens entraient brusquement et il fallait se lever. Dès que nous nous endormissions, ils revenaient soudainement et ordonnaient le réveil.

Les détenus ont été battus, souvent jusqu’à perdre conscience, avec les mains et avec divers objets.

La victime C9 témoigne :

Ils nous ont sortis de la cave et nous ont frappés sur les jambes pendant une heure environ.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 37 sur 157

La victime C18 témoigne :

Une partie des personnes ont été battues. L’un de ceux qui ont été le plus battus a été notre officier, pseudonyme « Siemiorka » [99] (…) Ils se sont acharnés sur lui pendant des jours et des jours à tel point qu’il ne pouvait plus marcher.

La victime C8 témoigne :

Pendant le premier mois et demi de captivité, ils nous ont battu avec les mains, avec une matraque, à coups de pied. Quand je m’évanouissais, ils maspergeaient deau et continuaient à me battre. En général, ils battaient 4 jours durant, puis faisaient 2 jours de pause, et ainsi de suite. Pendant ce temps ils me proposaient de passer de leur côté, mais je leur disais que j’avais juré fidélité à l’Ukraine.

Les tabassages ont souvent causé des lésions durables aux détenus.

La victime C8 témoigne :

Je ne pouvais plus marcher, j’étais tellement battu que je restais allongé et je ne pouvais pas me lever. Ce sont mes jambes qui étaient les plus enflées, aujourdhui encore je suis en kinésithérapie. Après ma libération, j’ai passé six semaines dans divers hôpitaux.

La victime C4 témoigne :

On nous battait avec les mains et avec des matraques, on nous donnait des coups de pied avec des chaussures militaires certaines personnes avaient les côtes cassés et du sang dans les urines.

99)

Il s’agit de Dmytryy Koulych (Кулиш Дмитрий), volontaire du bataillon Donbass

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 38 sur 157

Les personnes originaires de Donetsk et de Louhansk ainsi que les officiers ont fait lob- jet dun acharnement particulier.

La victime C4 témoigne :

Les plus battus étaient les collègues originaires de Donetsk et de Louhansk, et aussi les officiers. Certains devaient être portés après les interrogatoires, car ils ne pouvaient plus marcher.

On tirait sur les détenus à l’arme pneumatique pour samuser.

La victime C9 témoigne :

Moi aussi ils m’ont tiré dessus au fusil pneumatique.

Les détenus étaient torturés en le forçant à des exercices physiques exténuants.

La victime C4 témoigne :

Ils nous ont fait sortir dans le couloir et nous ont obligés à faire 500 accroupissements, et après, quand nos muscles étaient très fatigués et tendus, ils nous matraquaient les jambes.

La victime C9 témoigne :

Au bout d’un certain temps ils ont inventé un jeu, qui consistait à nous faire faire 1000 accroupissements et d’autres exercices exténuants. Ils appelaient cela « faire du sport ».

Outre lacharnement physique, les détenus étaient soumis à une pression psycholo- gique.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 39 sur 157

La victime C9 témoigne :

Ils ont étalé un drapeau ukrainien et nous ont ordonné d’y essuyer nos chaussures. Qui refusait, était battu.

Les détenus étaient humiliés en leur faisant faire le tour de Donetsk, après avoir diffusé linformation comme quoi ce sont eux qui auraient tiré sur des bâtiments civils.

ce sont eux qui auraient tiré sur des bâtiments civils. Alexandre Zakhartchenko [19] pendant l ’humiliation

Alexandre Zakhartchenko [19] pendant l’humiliation publique des « Cyborgs » dans les rues de Donetsk [100]

La victime C38 témoigne :

Quelques heures après, au lever du jour, ils nous ont fait monter dans un camion Oural et nous ont fait faire le tour de Donetsk, en nous exhibant aux habitants. Le tout était filmé par des journalistes russes. Les gens nous insultaient, nous frappaient et nous jetaient ce quils avaient sous la main. Les endroits où ils nous ont exhibés avaient été sous le feu de lartillerie auparavant. Ces gens étaient convaincus que c’est nous qui leur avions tiré dessus.

100)

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 40 sur 157

Les détenus étaient employés pour déblayer les gravats et ramasser des cadavres. Ils étaient envoyés dans des endroits susceptibles d’avoir été minés.

La victime C38 témoigne :

À partir de là, ils ont commencé à nous emmener travailler pour enterrer les cadavres, dégager les gravats, ramasser de la ferraille etc. Au bout de 7 semaines, je men souviens exactement, ils nous ont emmenés à l’aéroport de Donetsk pour nettoyer, cest-à-dire pour enlever les cadavres qui y étaient restés après les combats. Ils ne lavaient pas fait eux-mêmes avant, parce qu’ils craignaient que le terrain soit miné.

Perpétrateurs mentionnés dans les dépositions des victimes

Anosov Viktor Iourievitch [182], pseudonyme « Nos », né le 31 octobre 1965, chef de la police militaire [183, 184, 185, 186, 187]

voir aussi : Slaviansk, unités d’autodéfense de la Ré- publique Populaire de Donetsk, page 114

voir aussi : Slaviansk, centre de détention de la po- lice, page 120

[186]
[186]

pseudonyme « Tcherkachine » [289], probablement chef de prison, ancien con- ducteur de trolleybus, pas d’informations précises

Koudrine Rouslan [244], pseudonyme « Lis » [245]

pseudonyme « Baton » [194], environ 21 ans, taille 165 à 170 cm, cicatrices de variole sur le visage, se distinguant par son sadisme

[245]
[245]

pseudonyme « David » [205], prénom Andreï, investigateur, ancien chef de lun des départements de la police à Donetsk, pas d’informations précises

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 41 sur 157

Zakhartchenko Alexandre Vladimirovitch [19], pseudonyme « Zakhar », né le 26 juin 1976 à Do- netsk, a remplacé Alexandre Borodaï [55] depuis le 7 août 2014 au poste de premier ministre de la République Populaire de Donetsk [299]. Zakhart- chenko a directement violé le droit international sur le traitement des prisonniers de guerre en par- ticipant aux « défilés de la honte », pendant les- quels les prisonniers de guerre ukrainiens ayant dé- fendu l’aéroport de Donetsk (appelés Cyborgs), après avoir été torturés, ont été exhibés au public dans les rues de Donetsk

[299]
[299]

voir aussi : Donetsk, siège du bataillon « Oplot » de l’Armée Orthodoxe Russe, page 45

Kolesnik Ivan Ivanovitch [235], pseudonyme « Adrenaline », né le 8 septembre 1990, colonel, subordonné à « Motorola » [27], chef des gar- diens, chef d’équipe, commandant de lune des unités chez « Motorola » [236]

pseudonyme « Konsoul » [238], appartient à l’unité de Guivi [29]

[236]
[236]

pseudonyme « Kouzmytch » [243], pas d’informa- tions précises

pseudonyme « Maltchoun » [254], originaire de Kramatorsk [41], environ 45 ans, taille 170 à 175 cm, cheveux courts, avait sans doute un tatouage de criminel sur les doigts, originaire de l’oblast de Donetsk où il travaillait chez un autre séparatiste des « services spéciaux de la République Populaire de Donetsk » portant le pseu- donyme « Èdik » [255] (probablement originaire de Kramatorsk [41]). Chef du contre-espionnage

pseudonyme « Sokol » [286], gardien, 30 ans, taille environ 175 cm, boucle à l’oreille gauche

pseudonyme « Zaïats » [297], originaire de loblast de Khmelnitski [298]

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 42 sur 157

4.3.

DONETSK, BÂTIMENT UTILISÉ PAR LE GRU DE LA 58 ÈME ARMÉE DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE

Situation

Bâtiment utilisé par le GRU [101] de la 58 ème Armée de la Fédé- ration de Russie [102], où se trouve une entreprise appartenant au séparatiste de Makiivka [46] portant le pseudonyme « Mon- gol » [103], à un endroit restant à préciser, au sud du bazar « Motodrom » [104].

à préciser, au sud du bazar « Motodrom » [104]. Symbole de la 58 è m

Symbole de la 58 ème Armée de la Fédération de Russie [105]

58 è m e Armée de la Fédération de Russie [105] Donetsk, bâtiment utilisé par le
58 è m e Armée de la Fédération de Russie [105] Donetsk, bâtiment utilisé par le

Donetsk, bâtiment utilisé par le GRU de la 58ème Armée de la Fédération de Russie

Autres localités mentionnées

guerre ont été commis

Autres localités mentionnées guerre ont été commis Autres lieux où des crimes de 101) Service de
Autres localités mentionnées guerre ont été commis Autres lieux où des crimes de 101) Service de

Autres lieux où des crimes de

101)

Service de renseignement et de contre-espionnage militaire de la Fédération de Russie, en russe : Главное Разведывательное Управление

103)

en russe : Монгол

104)

en ukrainien : Мотодром https://goo.gl/PZpxbE

105)

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 43 sur 157

Victime

En ce qui concerne ce site :

1 personne a été identifiée, dont le témoignage direct a été obtenu : C42.

Le témoignage précis et les données individuelles du témoin seront communiqués à la Cour Pénale Internationale de La Haye.

Détenus

Pas d’informations précises.

Conditions de détention

Le détenu a été séquestré détenu dans des conditions difficiles, dangereuses pour sa santé.

La victime C42 témoigne :

Durant ces deux journées, je suis resté la plupart du temps allongé sur une table, les mains et les pieds attachés, sans manger ni boire. Ils ne me laissaient pas aller aux toilettes et je faisais mes besoins « sous moi ».

Descriptif des crimes

Pendant les interrogatoires, le détenu a été soumis à des tortures très raffinées.

La victime C42 témoigne :

Au début, ils m’ont transpercé les gros orteils avec des baïonnettes, pour que je ne puisse pas m’enfuir (…) Ils me torturaient tout le temps de la manière suivante : ils m’ont percé le pied gauche avec un couteau. Ils me donnaient des coups de couteau sur les jambes, me battaient les genoux et me lacéraient avec des couteaux.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 44 sur 157

Quand j’ai eu une hémorragie à la jambe, ils ont suturé la plaie et ont poursuivi les tortures. Ils l’on fait de telle manière que j’ai attrapé une infection. Ils mont brulé avec un thermoplongeur électrique à l’intérieur de la bouche, sur le dos et sur les talons. Ils m’ont planté des aiguilles sous les ongles et m’ont « pressé » les yeux avec les doigts.

Le détenu a fait lobjet d’une pression psychologique, consistant à le menacer d’être fusillé et à simuler une exécution par peloton d’exécution.

La victime C42 témoigne :

Ils m’ont tiré près de la tête. Une fois, ils mont placé au pied d’un mur en simulant une exécution par peloton d’exécution.

Des produits pharmacologiques ont aussi été employés pour extraire des informations.

La victime C42 témoigne :

J’étais en très mauvais état suite aux tortures et aussi suite à l’injection intraveineuse dune substance qu’ils appelaient « sérum de vérité ». Je ne me rappelle de rien environ une journée à partir de cette piqure.

Les agissements des perpétrateurs étaient aussi motivés par le gain.

La victime C42 témoigne :

Pendant les interrogatoires, ils me demandaient surtout de largent. Ils mont pris les clés de ma maison et ils y ont dérobé toutes sortes de choses.

Perpétrateurs mentionnés dans les dépositions de la victime

Soldats du GRU [101] de la 58 ème Armée de la Fédération de Russie [102], dont les identités n’ont pas pu être établies.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 45 sur 157

4.4.

DONETSK, SIÈGE DU BATAILLON « OPLOT » DE LARMÉE ORTHODOXE RUSSE

Le bataillon « Oplot » [23] est mentionné dans la liste des personnes physiques et morales, des entités et des organismes faisant lobjet de sanctions de l'Union Européenne [106].

Situation

Bâtiment de la télévision [107].

[106].  Situation B âtiment de la télévision [107]. S y m b o l e

Symbole du bataillon « Oplot » [23, 108]

u b a t a i l l o n « Oplot » [23, 108] Donetsk,
u b a t a i l l o n « Oplot » [23, 108] Donetsk,

Donetsk, siège du bataillon « Oplot » de l’Armée Orthodoxe Russe

du bataillon « Oplot » de l’Armée Orthodoxe Russe Autres lieux où des crimes de guerre

Autres lieux où des crimes de guerre ont été commis

Russe Autres lieux où des crimes de guerre ont été commis Autres localités mentionnées 106) Règlement

Autres localités mentionnées

106)

Règlement d'exécution (UE) 2015/240 du Conseil du 9 février 2015 mettant en œuvre le règlement (UE) no 269/2014 concernant des mesures

107)

restrictives eu égard aux actions compromettant ou menaçant l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine (annexe 2) http://goo.gl/NSzjGz Донецьк, вул. Куйбишева 61 https://goo.gl/9ezqIh

108)

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 46 sur 157

russes en Ukraine orientale en 2014 │ page 46 sur 157  Victimes En ce qui

Victimes

En ce qui concerne ce site :

Bâtiment de la télévision à Donetsk [109].

3 personnes ont été identifiées ;

les témoignages directs de 2 personnes ont été recueillis : C3 et C10.

Les témoignages précis et les données individuelles des témoins seront communiqués à la Cour Pénale Internationale de La Haye.

Détenus

Prisonniers politiques arrêtés pour leurs activités pro-ukrainiennes.

Conditions de détention

Les détenus étaient séquestrés dans des locaux inadaptés à cet effet. Cest la raison pour laquelle ils étaient tout le temps ligotés ou menottés.

109)

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 47 sur 157

La victime C10 témoigne :

La nuit, nous étions enchainés aux radiateurs. Dans la journée, nous avions les mains menottées en avant.

Descriptif des crimes

Pendant les interrogatoires, les détenus étaient suspendus par les mains, battus et étranglés.

La victime C10 témoigne :

Ils se sont mis à me battre, sous prétexte que ce serait ma faute. Ils mont aussi strangulé en me serrant le cou avec les mains (…)

Par ailleurs S. L. [110] a été suspendu par les mains et battu – cela se passait dans la pièce d’à côté, pas dans la pièce où nous étions détenus, mais j’entendais les cris et après il m’a raconté ce qui s’était passé.

Il y a aussi eu des cas de tortures plus raffinées.

La victime C10 témoigne :

Le troisième jour, vers 5 heures du matin, un homme est venu, il portait une cagoule et se faisait appeler « investigateur des services de sécurité » [111], à en juger par sa voix il était très jeune, c’est lui qui m’a planté des aiguilles sous les ongles et essayait de me faire sauter les ongles.

Les détenus ont été privés de sommeil pour exercer une pression psychologique.

110)

Les données de cette personne figurent dans les dépositions qui seront communiquées à la Cour Pénale Internationale de la Haye

111)

en russe : Следователь безопасности

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 48 sur 157

La victime C3 témoigne :

-bas, ils ne nous laissaient pas dormir.

Les détenus étaient terrorisés en tirant au-dessus de leur tête.

La victime C3 témoigne :

Certains dentre eux nous faisaient sortir toutes les 10 à 15 minutes et nous tiraient au-dessus de la tête.

La victime C10 témoigne :

Pendant les deux premières nuits, des gardiens en uniformes et cagoules nous faisaient sortir derrière le bâtiment et simulaient une exécution, en tirant au- dessus de nos têtes au fusil automatique.

Perpétrateurs mentionnés dans les dépositions des victimes

Mishenko Denis Igorevitch [258], originaire de Novogrodivka [259], né le 28 avril 1996, bataillon séparatiste « Oplot » [23] à Donetsk, frère de Sergueï Mishenko [260]

Mishenko Sergueï Igorevitch [260], originaire de Novogrodivka [259], né le 27 sep- tembre 1990, bataillon séparatiste « Oplot » [23] à Donetsk, frère de Denis Mis- henko [258]

pseudonyme « Mongol » [103], originaire de Krasnoarmiisk [265], lié à Alexandre Zakhartchenko [19] du bataillon « Oplot » [23], ultérieurement Armée Orthodoxe Russe [57, 266, 267, 268, 269]

pseudonyme « Rakibor » [276], ancien investigateur de la police à Donetsk, Armée Orthodoxe Russe [57], bataillon « Oplot » [23]

à

Alexandre Zakhartchenko [19] du bataillon « Oplot » [23], ultérieurement Armée

pseudonyme

« Sever » [282], prénom

Oleg, originaire

de

Makiivka [46], lié

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 49 sur 157

Orthodoxe Russe [57], commandant du bâtiment du siège du bataillon « Vos- tok » [10] à Donetsk

voir aussi : Donetsk, siège des autorités de la République Populaire de Donetsk et du bataillon « Vostok », page 66

Zakhartchenko Alexandre Vladimirovitch [19], pseudonyme « Zakhar », né le 26 juin 1976 à Do- netsk, a remplacé Alexandre Borodaï [55] depuis le 7 août 2014 au poste de premier ministre de la République Populaire de Donetsk [299]. Zakhart- chenko a directement violé le droit international sur le traitement des prisonniers de guerre en par- ticipant aux « défilés de la honte », pendant les- quels les prisonniers de guerre ukrainiens ayant dé- fendu l’aéroport de Donetsk (appelés Cyborgs), après avoir été torturés, ont été exhibés au public dans les rues de Donetsk

voir aussi : Donetsk, compagnie de commande- ment séparatiste, page 34

[299]
[299]

pseudonyme « Spartak » [287], ancien policier à Donetsk, lié à Alexandre Zakhart- chenko [19] du bataillon « Oplot » [23], ultérieurement Armée Orthodoxe Russe [57]

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 50 sur 157

4.5.

DONETSK, BATAILLON « VOSTOK »

Situation

Bâtiments occupés par le bataillon « Vostok » [10, 112].

occupés par le bataillon « Vostok » [10, 112]. S y m b o l e

Symbole du bataillon « Vostok » [10, 113]

u b a t a i l l o n « Vostok » [10, 113] Donets
u b a t a i l l o n « Vostok » [10, 113] Donets

Donetsk, bataillon « Vostok »

« Vostok » [10, 113] Donets k, bataillon « Vostok » Autres lieux où des crimes

Autres lieux où des crimes de guerre ont été commis

Victimes

En ce qui concerne ce site :

6 personnes ont été identifiées ;

ce site :  6 personnes ont été identifiées ; Autres localités mentionnées 112) Adresse probable

Autres localités mentionnées

112)

Adresse probable : Донецьк, вул. Елеваторна, numéro inconnu https://goo.gl/MsVMc6

113)

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 51 sur 157

les témoignages directs de 2 personnes ont été recueillis : C17 et C20.

Les témoignages précis et les données individuelles des témoins seront communiqués à la Cour Pénale Internationale de La Haye.

Détenus

Prisonniers politiques arrêtés pour leurs activités pro-ukrainiennes, autres personnes ar- rêtées pour de petits vols et délits.

Conditions de détention

Les détenus étaient séquestrés dans des locaux inadaptés à cet effet, dépourvus de sanitaires adéquats.

La victime C20 témoigne :

Au début, à défaut de toilettes, nous utilisions des bouteilles vides, mais après nous en avons été privés. Dans la cellule, le plafond était bas et l’on manquait dair.

Les détenus étaient entravés.

La victime C17 témoigne :

Nous y sommes restés 5 jours avec quelques interruptions, la plupart du temps enchainés au radiateur.

Les détenus recevaient à manger en faible quantité et irrégulièrement.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 52 sur 157

La victime C20 témoigne :

Le premier jour, je n’ai rien reçu à manger. Après je recevais à manger une fois par jour. Une fois, il est arrivé qu’ils ne nous aient pas nourris pendant trois jours et ne nous aient pas laissé aller aux toilettes.

Descriptif des crimes

Les détenus ont été dépouillés de leurs biens et contraints de céder des objets de valeur.

La victime C17 témoigne :

Ils voulaient que je leur transfère la propriété de mes biens immobiliers (…) Ils ont essayé de mobliger à leur donner les codes secrets de mes cartes bancaires.

La victime C20 témoigne :

Ils ont pris ma voiture et détruit une partie de l’équipement.

Les détenus ont été battus.

La victime C17 témoigne :

Il ma dit de mapprocher de la grille et 5 fois, il m’a donné des coups de pied dans les seins de telle manière que je rebondissais contre le mur et javais le souffle coupé (…) Quand je tombais, ils me frappaient à coup de crosses de fusils.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 53 sur 157

La victime C20 témoigne :

-bas pendant 5 heures ils mont battu avec les mains, les pieds et des matraques. Ils m’ont aussi fait glisser un couteau sur la gorge et ont tiré au- dessus de ma tête (…) Parmi les personnes qui posaient des questions, jai reconnu la voix du chef du bataillon « Vostok » [10], Khodakovsky [54]. Je ne sais pas s’il a participé au tabassage, mais il a certainement été présent.

Les détenus ont été torturés en leur fracturant les doigts, en les poignardant avec des couteaux et en les brulant avec des flammes.

La victime C20 témoigne :

-bas ils l’on brulé avec des briquets, ils lui ont planté des aiguilles sous les ongles, l’on coupé au couteau, lui ont cassé un doigt (…) Il était tellement battu qu’il était méconnaissable. Ses deux jambes avaient été transpercées au couteau, ses doigts cassés (…)

Pour exercer une pression psychologique, les gardiens tiraient au-dessus de la tête des détenus ou à côté d’eux.

La victime C17 témoigne :

Lun d’eux a tiré dans ma direction, mais pas sur moi mais à côté (…) Ils ont tiré à côté de ma tête, j’en ai perdu l’ouïe à loreille gauche et je ne lai pas retrouvée jusqu’à aujourd’hui.

La victime C20 témoigne :

Deux fois, avec dautres personnes, ils nous ont fait sortir comme sils allaient nous fusiller, mais ils ont tiré au-dessus de nos têtes.

Rapport : crimes de guerre russes en Ukraine orientale en 2014 page 54 sur 157

Les détenus ont été humiliés et terrorisés de diverses manières. Il y a eu des cas dhu- miliation extrêmement raffinée de détenus.

La victime C17 témoigne :

(…) ils m’ont enveloppée avec un drapeau ukrainien et m’ont mis sur la tête des oreillettes aux couleurs ukrainiennes datant des matchs du championnat de football Euro 2012, et ils mont pris avec une voiture Lexus dans lune des rues de Donetsk, et là, toute battue, en me menaçant avec des fusils, ils m’ont exhibé au public en disant au gens que je suis une meurtrière qui avait guidé les tirs sur des bâtiments civils.

qui avait guidé les tirs sur des bâtiments civils. La victime C17 attachée à un poteau

La victime C17 attachée à un poteau dans la rue à Donetsk [114]

114)