Vous êtes sur la page 1sur 3

INSTITUT D’ÉTUDES ACADIENNES ET QUÉBÉCOISES

Recherches sur l’identité plurielle


■ Traits d’union n 1604, l’Acadie fut la

La journée du 3 avril dernier


organisée par l’Université de
Poitiers avait pour but de
renforcer ses liens avec les
E première colonie fran-
çaise en Amérique du
nord. La Rochelle consti-
tuait un port majeur pour le dé-
part des navires vers le Nouveau
entreprises et d’en créer de Monde, et des ménages de pay-
nouveaux. «La formation sans poitevins furent recrutés pour
diplômante et la recherche aller y refaire leur vie. C’est sans
sont au centre des relations doute l’épisode du Grand déran-
universitaires. Mais elles ne gement de 1755 qui est le mieux
connu de l’histoire acadienne.

Alain Rezzoug
suffisent plus. Aujourd’hui,
l’université doit également
Après la cession de l’Acadie aux
prendre en compte l’insertion
Anglais, cette déportation a re-
jeté plus de 7 000 personnes vers
professionnelle des jeunes
les colonies américaines et en Eu- lons donner une dimension pluri- tion. L’analyse de l’identité mi-
diplômés», explique le
rope. Certains s’établirent en disciplinaire à l’Institut, avec pour noritaire, comme celle des Aca-
président Alain Tranoy.
Louisiane, d’autres revinrent vers point de mire le sommet de la fran- diens, est essentielle pour retrou-
Confiée au service du Safire
leur terre d’origine. Plusieurs fa- cophonie, à Moncton en 1999.» ver le fil d’une cohérence au sein
(service d’aide au
milles purent s’installer sur la li- L’IEAQ offre l’occasion de créer de nos sociétés où la plupart des
développement de
gne acadienne dans la Vienne. une synergie entre les actions des identités sont dites en crise», ex-
l’alternance de la formation chercheurs, les collectivités terri-
Deux cents ans après la déporta- plique André Magord. Pour com-
permanente, de l’insertion tion, le sentiment acadien qui toriales, les associations et le prendre ce phénomène, des étu-
professionnelle et des s’était maintenu dans les familles monde des affaires. Un nouveau des seront menées sur le terrain et
relations extérieures), la du Poitou-Charentes s’exprime projet de recherche vient d’être par l’analyse des fonds de docu-
journée s’est déroulée en aujourd’hui au sein de nombreu- élaboré sur le thème de l’identité mentation orale, écrite et généa-
deux temps. Le matin, les ses associations, jumelages et plurielle et nécessitera l’apport logique, afin de bien cerner la
étudiants ont pu bénéficier manifestations qui existent entre de plusieurs disciplines. Le pre- situation sociale et culturelle de
des interventions sur les l’Acadie, le Québec et la région. mier thème retenu, les réalités l’Acadie. La généalogie, l’his-
actions menées par Depuis 1984, les universités de francophones, sera étudié selon toire, la géographie humaine,
l’université (recherche, Moncton et de Poitiers ont signé trois approches théoriques dis- l’ethnologie et la psychologie
transfert de technologie, une convention de coopération, tinctes mais complémentaires : sociale permettront d’identifier
apprentissage, aide à la qui favorise les échanges d’en- les sciences sociales, la linguisti- les éléments fondateurs de l’iden-
recherche de stage et à seignants-chercheurs et d’étu- que et la littérature en relation tité et ceux de sa dynamique. Une
l’insertion professionnelle). diants. A la même période a été avec l’identité en milieu minori- quinzaine de chercheurs de l’Uni-
L’objectif était également de créé l’Institut d’études acadien- taire francophone. versité de Poitiers se sont asso-
faire prendre conscience aux nes et québécoises (IEAQ). André «L’identité est un phénomène ciés à des collègues de l’Univer-
enseignants qu’ils sont les Magord, maître de conférences complexe car elle est déterminée sité de Moncton pour contribuer à
ambassadeurs de l’université
en civilisation nord-américaine à par de multiples éléments, fac- ce vaste programme de recherche
l’Université de Poitiers, en est le teurs et processus, tous en inte- en sciences sociales.
dans les relations avec les
directeur depuis 1997. «Nous vou- raction et constamment en évolu- Emmanuelle Bergeron
entreprises et qu’il était donc
important de bien connaître
ces deux éléments.
L’après-midi était consacrée à
Coopération franco-africaine
la rencontre avec les
Pour la première fois, neuf uni- que de l’Ouest, notamment au universités françaises. «Il s’agit
entreprises, articulée autour
versités françaises (Poitiers, Per- sein de l’Université de Poitiers, à d’un réel partenariat, explique
d’une conférence, d’une table pignan, Dijon, Tours, Orléans, l’initiative de ce nouveau projet. celui-ci. Auparavant, nos actions
ronde et d’ateliers. Paris XII, Limoges, Toulouse et Alain Tranoy, son président, très étaient davantage axées sur la re-
Nice) vont mettre leur force en attaché aux relations internatio- cherche. Nous voulons mainte-
commun pour travailler en ré- nales, se propose de faire l’inter- nant développer les formations
seaux avec trois universités afri- face entre les programmes propo- professionnelles, type bac+2, et
caines (Ouagadougou, Lomé et sés par les ambassadeurs français ceci dans des domaines aussi di-
Cotonou). Des échanges indivi- et les pays africains concernés et vers que la médecine, l’écono-
duels existaient déjà avec l’Afri- les appels d’offre en direction des mie, l’environnement, etc.»

4 L’Actualité Poitou-Charentes – N° 40
Québec-Acadie, MAISON DES LANGUES
Rêves d’Amérique
Onze textes fondateurs de la
littérature québécoise,
Aire d’échange pour polyglottes
d’écrivains français et
cademe fait référence à Sabiron, directeur de la Maison vent aussi avoir accès au sys-

A
québécois, sont réunis et
présentés par Jean-Paul l’Academia, le jardin des langues et maître de confé- tème Vifax, une série de casset-
Bouchon, Alain Quella- dans lequel les élèves de rences en didactique des langues, tes vidéo de nouvelles d’actua-
Villéger et Dominique-Anne Platon se rassemblaient qui s’est concrétisé. «L’objectif lité, couplées à des textes d’exer-
Villéger. Du “western” pour apprendre. C’est aussi le principal de notre enseignement cices autonomes. Des séances de
canadien de Léo-Paul concept de la nouvelle Maison est basé sur la conversation ; par- lecture sont conseillées ; des quo-
Desrosiers (1896-1967) – Les des langues, inaugurée sur le venir à une aisance d’échanges, tidiens, des magazines, ainsi que
Engagés du grand portage – à campus de l’Université de Poi- savoir être nuancé dans ses pro- des grammaires sont disponibles
la figure emblématique de tiers en mars dernier, qui signifie pos et redonner confiance aux en tout temps. Une salle de con-
Maria Chapdelaine campée «Apports et Convergences au- gens qui ont déjà des bases», versation sert à la discussion et à
par Louis Hémon (1880-1913), delà des médias». Ce centre de affirme Jean Sabiron. Le projet a la préparation en groupe.
sans oublier Evangéline, le ressources multilingue propose vu le jour grâce aux actions de Le centre dispose aussi d’un lo-
poème culte des Acadiens. des formules hebdomadaires, in- Joël Delançon, doyen de la fa- cal technique pour la conception
Ed. Omnibus, 1 088 p., 155 F. tensives ou flexibles, d’appren- culté des lettres et langues, et du matériel didactique, qui sera
tissage et d’approfondissement d’Alain Tranoy, président de disponible sur le site internet de
de l’anglais et du portugais. Les l’université. l’université. «Dès que les pre-
cours s’adressent à tous : étu- En plus des cours de langues, des miers prototypes seront créés, la
Sécurité des diants, personnel non enseignant ateliers libre-accès sont offerts. Maison des langues pourra être
consommateurs de l’université, enseignants-cher- Le matériel d’enseignement est mise à la disposition des entre-
cheurs, thésards autant que de- très varié : des CD-Rom, des prises, afin de leur proposer des
La sécurité et la
mandeurs d’emploi. Pour les cours de compétences téléphoni- formations adaptées à leurs em-
responsabilité du fait des
produits occupent une place
lève-tôt, une session hebdoma- ques et d’accueil, d’anglais des ployés», précise Jean Sabiron.
importante dans le dispositif
daire est disponible à partir de affaires, de civilisations, en plus «Cela rejoint bien notre objectif
législatif et réglementaire 8h. d’encyclopédies et d’ouvrages de d’union entre l’université et les
français. Deux directives C’est le sujet de thèse de Jean références. Les stagiaires peu- entreprises.» E B
européennes complètent ce
dispositif, l’une est relative à
la sécurité générale des
produits et l’autre à la
Com’science 98 : Faire savoir et savoir faire
responsabilité du fait des
a région Poitou-Charentes 374 : Développements récents des 9-11 septembre – Technologie

L
produits défectueux. Cette
dernière risque d’abaisser le mène depuis plusieurs an- méthodes de calcul d’hydrodyna- et connaissance dans la mondia-
niveau de protection du nées une démarche impor- mique navale stationnaire et lisation, Maison des sciences de
consommateur en permettant tante de valorisaton de la instationnaire, Ensma. l’homme et de la société, Poi-
au producteur de s’exonérer recherche régionale. Le pro- 14-15 mai – Sécurité des con- tiers.
de sa responsabilité. Afin de gramme Com’science a été créé sommateurs et responsabilité du 11-12 septembre – 4e congrès
se mettre en conformité avec en 1993 afin de sélectionner les fait des produits, Faculté de droit sur l’analyse des calculs urinai-
cette directive, une meilleures manifestations scien- et sciences sociales de l’Univer- res et ses applications cliniques,
proposition de loi est en cours tifiques et de mettre en place une sité de Poitiers. CHU - service d’urologie, au pa-
de discussion au parlement.
logistique pour les mettre en va- 2-5 juin – L’imaginaire latino- lais des congrès du Futuroscope.
Pierre Fauchon, sénateur,
leur. Les actes des colloques sont américain à travers vingt ans 23-24 septembre – Journées in-
vice-président de la
édités et largement diffusés d’Archivos, Maison des scien- formation eaux 98 : Ozonation et
commission des lois,
auprès de la communauté scien- ces de l’homme et de la société, procédés d’oxydation avancés
rapporteur de la proposition
tifique internationale. Cette an- Poitiers. dans le traitement des eaux, Esip,
de loi relative à la
née, treize colloques sont parrai- 2-4 juillet – Ecrire et apprendre Poitiers, au Futuroscope.
responsabilité du fait des
produits défectueux, et Odile
nés par Com’science. à l’aube du XXIe siècle, Maison 5-6 novembre – Juriscope 98 :
Nicolas-Etienne, responsable
des sciences de l’homme et de la Les transformations des
du service juridique de l’UFC 19-21 mars – Sixièmes journées société, Poitiers. Télécoms, Futuroscope.
Que Choisir, seront parmi les du groupe Mode, SP2MI, 8-10 juillet – Eurotherm 57 : La 13-14 novembre – D’un rivage à
intervenants des deux Futuroscope. thermique aux microéchelles, l’autre, ville et protestantisme
journées sur ce thème 2-3 avril – Colloque Etienne Thil, Ensma, Futuroscope. dans l’aire atlantique aux XVIe et
organisées à Poitiers, du 14 et Rencontres université-com- 31 août - 4 septembre – Métho- XVIIe siècles, laboratoire Lemri
15 mai, par la faculté de droit merce, Université de La Ro- des optiques avancées et appli- Université de La Rochelle) et
et le centre technique régional chelle. cations en mécanique des soli- Gerhico (Université de Poitiers),
de la consommation. 27-29 avril – Colloque Euromech des, SP2MI, Futuroscope. à La Rochelle.

L’Actualité Poitou-Charentes – N° 40 5
Le matérialisme
de Diderot
A partir de quatre grands
textes de Diderot – les
Pensées philosophiques, la
Lettre sur les aveugles, les
Pensées sur l’interprétation
de la nature et le Rêve de
d’Alembert –, Jean-Claude
Bourdin, maître de
conférences de philosophie à
l’Université de Poitiers, se
livre à une passionnante
enquête qui éclaire le
matérialisme au XVIIIe siècle et
rend sensible l’originalité des
conceptions mises en scène
par Diderot dans ses récits et
dialogues. On approche un
«métaphysicien sans
Alain Rezzoug

métaphysique, un philosophe-
poète, un esprit spéculatif-
artiste» ainsi que le souligne
l’auteur, «l’homme d’une idée Pascal Gésan et son matériel
fondamentale, qui est celle
d’un monde sans fin, sans
origine, sans principe créateur La traversée du désert
ou transcendant, sans
abriquer de l’eau dans le densée dans une spirale pour ré- dans des remorques en alliage

F
hypostase possible d’un sens
ou d’un ordre, soumis à une désert n’est pas un mirage, cupérer l’eau potable. Une fois d’aluminium, du même type que
universelle transformation». même l’atmosphère des vidés, les granulés peuvent être celles utilisées lors des courses
Jean-Claude Bourdin relève
déserts les plus secs con- réutilisés. Avec un kilo d’essence, de cyclisme, mais qui pourront
de belles expressions de
tient de la vapeur d’eau. Pascal on obtient trois litres d’eau. être poussées ou tirées à l’aide
Diderot. Par exemple : «La
nature [...] est une femme qui
Gesan et Pierre-Olivier Renault, Ce type de zéolithes sert dans la d’un harnais. Elle contiendront
aime se travestir et dont les deux docteurs en physique des fabrication des doubles vitrages, 70 kg, comprenant le matériel
différents déguisements, matériaux de l’Université de Poi- pour éviter que l’air résiduel ne pour fabriquer l’eau, 30 kg d’es-
laissant échapper tantôt une tiers, partiront cet été pour traver- forme de la buée entre les deux sence, les vivres et le matériel de
partie, tantôt une autre, ser à pied 500 km d’un désert vitres. En janvier 1998, Pascal camping.
donnent quelque espérance à australien, sans emporter une Gesan a testé le procédé dans le Le budget du projet, pas encore
ceux qui la suivent avec seule goutte d’eau. Ils ont créé massif de l’Adrar en Mauritanie. bouclé, s’élève à 200 000 F. Déjà,
assiduité de connaître un jour Financé par l’Association des étu- la Ville de Poitiers, la Région
l’association Néfoud pour mettre
toute sa personne.»
en valeur une nouvelle techni- diants en science des matériaux, Poitou-Charentes, Jansports, MSR
PUF, 127 p., 48 F que : utiliser la vapeur d’eau at- il a pu calculer le temps qu’il faut (fabricants de réchauds), Ceca (fa-
mosphérique pour produire de pour charger en eau les tamis bricants des granulés) et Air New
■ STAGES D’ENLUMINURES l’eau potable. «Nous utilisons des moléculaires dans des conditions Zeland leur apportent un soutien.
MÉDIÉVALES À SAINT-SAVIN granulés, soit des molécules plei- de température et de vents diffé- A l’issue de cette aventure spor-
Dans les ateliers de l’abbaye
nes de trous (ou zéolithes), qui rentes. tive et technique, Pierre Olivier
de Saint-Savin, des stages
piègent la vapeur d’eau présente Il a aussi pu mettre au point une Renault devrait rentrer sagement
d’initiation aux techniques de
l’enluminure médiévale sont
dans l’air», explique Pascal technique de chauffage des zéoli- à l’Université de Poitiers pour
animés par Françoise Dufront. Gesan. thes par une cellule photovoltaï- continuer son travail de maître de
Soit six jours d’enseignement Les granulés doivent être étalés que – plutôt qu’un brûleur à es- conférences en physique, tandis
pratique axé sur les sur des filets aérés par des venti- sence – méthode moins polluante que Pascal Gesan s’intéressera au
matériaux, les outils et les lateurs, de façon à ce qu’ils ad- et plus légère, qui pourra être développement d’une technolo-
techniques. Les stagiaires sorbent les molécules d’eau con- développée ultérieurement. gie en tant que système de se-
réalisent une enluminure tenues dans l’atmosphère. Ces La traversée à pied du désert de cours dans les véhicules tout ter-
«dans les règles de l’art», tamis moléculaires peuvent cap- Simpson, de Oodnadatta à rain.
avec des couleurs dont ils
ter jusqu’à 20% de leur poids en Birdsville, sera effectuée en par- Un reportage photo et une vidéo
découvrent à la fois la
eau. Puis, en chauffant ces faite autonomie et devrait être seront réalisés. On peut consulter
préparation et l’application.
Dates : 22-27 juin, 20-25 juillet, dessicants à l’aide d’un réchaud à accomplie en 25 jours à raison la page web de cette aventure :
26-31 octobre 1998. Antenne essence, à l’intérieur d’une en- d’une vingtaine de kilomètres de www.geocities.com/yosemite/
Couleurs du Critt Horticole. ceinte fermée, on obtient de la marche par jour. Les deux aven- rapids/6013.
Tél. 05 46 99 17 01 vapeur d’eau qui est ensuite con- turiers traîneront leur matériel Emmanuelle Bergeron

6 L’Actualité Poitou-Charentes – N° 40