Vous êtes sur la page 1sur 4

Christophe Colomb a rapporté du Nouveau

Monde des plantes qui ont bouleversé


nos habitudes alimentaires

Ces plantes venues


d’ailleurs
la recherche de l’or et des épices, la France. Ils emportaient notamment avec eux

A Christophe Colomb rapportera du Nou-


veau Monde des plantes qui vont bou-
leverser les habitudes alimentaires des
Européens. Mais si le chocolat a rapidement
rencontré un grand succès à la cour d’Espa-
la pomme de terre qui avait l’avantage d’être
petite et donc facilement transportable», ex-
plique Jean-Pierre Clément, professeur d’es-
pagnol à l’Université de Poitiers, président de
la Société des hispanistes français de l’ensei-
gne, on ne peut pas en dire autant de la pomme gnement supérieur et directeur du centre de re-
de terre qui, avant de faire reculer les famines, cherches latino-américaines (URA 2007 CNRS).
sera notamment accusée, en France, de trans- Elle pénétra également en Angleterre à la fin
mettre la lèpre. Il faudra également attendre la du XVIe. Des colons irlandais rapatriés de Vir-
fin du XVIIIe siècle pour que l’on accepte de ginie par Francis Drake, amiral anglais,
goûter à la tomate. Pourtant, aujourd’hui, nom- auraient détenu des plants de pomme de terre
bre de ces plantes poussent en Europe comme provenant de bateaux espagnols pillés par des
si elles avaient toujours fait partie de notre corsaires. Le XVIe siècle finissant, trois bota-
environnement. nistes l’avaient décrite, dont le Français Char-
Bien avant que les conquistadores espagnols les de Lécluse. Pourtant, plus d’un siècle plus

de François Pizarre ne la découvrent en 1532 tard, des préjugés populaires restent très pré-
au Pérou, la pomme de terre, comme le maïs, sents et le parlement de Besançon interdit
servait de base alimentaire aux Indiens de la même sa culture, en 1630, sous prétexte qu’elle
Cordillère des Andes. Elle sera introduite vers donne la lèpre. Petite, verte et amère, elle ser-
1535 en Espagne, d’où elle disparaîtra dans vit de nourriture aux cochons jusqu’à ce que
un premier temps, puis en Italie où de nom- Turgot, alors intendant du Limousin, ou An-
breuses plantes connaissent leur premier suc- toine Augustin Parmentier partent en croisade
cès. «Ce sont les soldats espagnols qui intro- en sa faveur. Ce dernier, pharmacien militaire,
duisaient les nouvelles plantes et répandaient entend délivrer l’Europe des famines épisodi-
ainsi d’autres habitudes alimentaires. Dès leur ques qui, au cours du XVIIIe siècle, font encore
● Marie Martin retour du Nouveau Monde, ils s’engagèrent, de nombreuses victimes. Il devra employer la
Photos Marc Deneyer aux côtés de l’Italie, dans une bataille contre ruse. Il obtient pour cela l’aide de Louis XVI

22 L’Actualité Poitou-Charentes – N° 40
Comme la pomme de
terre, la tomate a
longtemps souffert
d’une réputation
douteuse. Originaire
des Andes
péruviennes, elle était,
à l’état sauvage, de la
grosseur d’une petite
cerise. Les Incas
l’utilisaient bien avant
Christophe Colomb
pour faire une sauce
pimentée. Dès le XVIe
siècle, une variété à
gros fruit est importée
en Europe par les
conquistadores
espagnols. Longtemps
considérée comme
vénéneuse (on parle
même de «cardiopathie
tomatienne»), elle
servit de plante
ornementale jusqu’au
XVIIIe siècle.

qui met à sa disposition des terres dans la plaine elles viennent d’Amérique. En revanche,
des Sablons, aux portes de Paris. Sa récolte de d’autres espèces comme le café ont été impor-
pommes de terre est surprenante. Gardée seu- tées en Amérique. Celui-ci viendrait du Yémen
lement le jour par des soldats, Parmentier es- ou d’Ethiopie. Une légende raconte qu’un ber-
pérait ainsi susciter la curiosité des paysans ger avait remarqué que ses chèvres étaient agi-
qui pouvaient venir la nuit pour s’en emparer tées lorsqu’elles broutaient de petites baies
et cultiver ensuite eux-mêmes les pommes de rouges, qu’il goûta lui-même. Il fut rempli
terre. L’importance croissante que celles-ci ont d’une sensation agréable et se mit à danser. Le
prise depuis cette époque se vérifie aujourd’hui prieur du couvent, interloqué, en fit bouillir.
puisque les variétés de pomme de terre se Bientôt, tous les religieux prirent l’habitude de
comptent par milliers. prendre cette boisson chaque soir afin de ré-
Christophe Colomb découvrit le haricot à sister au sommeil les nuits de longues prières.
Cuba. Les premiers spécimens firent leur ap- Ils l’appelèrent kawa (ce qui ravit, ce qui donne
parition en 1564 en Europe. Des textes de 1594 l’envolée). Entre le XIIIe et le XVe siècle, le café
signalent que des bourgeois auraient donné des est préparé à partir de grains séchés puis grillés.
terres à bail pour semer le faioulx dans le sud Malgré la volonté des Arabes de conserver le
de la France. François Cormin, amateur de monopole, la propagation du café part de La
plantes nouvelles, lance en 1637 la mode des Mecque. Les pèlerins, séduits, l’acheminèrent
pois blancs ou faviols. Après la Fronde, le faviol en Perse et en Egypte. Puis les armées arabes
ou mongette devient dans le Midi un plat de l’introduisirent dans les Balkans, en Espagne,
grande consommation. en Inde et en Afrique du Nord. Ce n’est qu’en
Les courges (consommées depuis 10 000 ans), 1669 que le café fut présenté à la cour de Louis
courgettes, potirons et citrouilles font partie de XIV par l’ambassadeur de Turquie.
la famille des cucurbitacées, et comme nom- Le maïs est la seule céréale originaire d’Amé-
bre de plantes cultivées aujourd’hui en Europe, rique. A l’état sauvage, les épis ne mesuraient

L’Actualité Poitou-Charentes – N° 40 23
que quelques centimètres. Parmentier remar- plantes qui a connu son essor au XIXe siècle,
quait déjà en 1784 que celui-ci «ne croît spon- d’abord au Brésil puis en Asie notamment. En
tanément en aucun endroit». Les Québecois 1744, Charles de La Condamine décrivait ainsi
l’appellent le «blé d’Inde», nom qui rappelle cette plante qu’il avait rapportée d’une expé-
que l’on crut découvrir les Indes en abordant dition en Amazonie : «Il croît dans la province
le continent américain. Celui que l’on con- d’Esmeraldas, un arbre appelé hévé. Il en dé-
somme aujourd’hui est le résultat de longues coule par une seule incision une liqueur blan-
recherches. che comme du lait qui se durcit et noircit peu
à peu à l’air. [...] Les Indiens Maipas nom-
Le tabac fut d’abord prescrit ment la résine qu’ils en tirent cahutchu, ce qui
comme remède se prononce caoutchouc et signifie l’arbre-qui-
pleure.» Dans l’Amérique précolombienne, les
Indiens jouaient déjà avec des balles en caout-
Label de Ré «Alors que la France, touchée par de graves chouc rebondissantes qui interloquèrent les
famines, cherchait au Nouveau Monde des conquistadores espagnols. Aujourd’hui, le
La pomme de terre de
plantes pour se nourrir, l’Espagne, qui ne con- caoutchouc naturel reste indispensable – même
l’île de Ré est devenue
récemment la première
naissait pas de telles périodes critiques, était si la mise au point de produits synthétiques
pomme de terre en quête de plantes pour guérir. Les Espagnols représente 65% de la production mondiale.
primeur à recevoir la ont notamment découvert le quinquina», sou- Les Amérindiens ont progressivement sélec-
distinction AOC ligne Jean-Pierre Clément. Le tabac est pour- tionné et domestiqué des plantes qu’ils ont fait
(appellation d’origine
tant décrit pour la première fois en 1557 par découvrir aux colons. Aujourd’hui encore, les
contrôlée). Cinq
variétés ont réussi
André Thévet, un moine originaire d’An- chercheurs travaillent sur des plantes qui ont
l’examen de passage : goulême. Il l’avait d’ailleurs surnommé été peu étudiées, qui sont utilisées localement
alcmaria, starlette, l’Angoumoisine. Mais c’est Jean Nicot, am- et qui ont une action importante. «Nous cher-
roseval, charlotte, bassadeur au Portugal, qui reçoit les premiè- chons à faire évoluer l’usage de ces plantes et
amandine. L’île de Ré
res graines de tabac. Il fait parvenir de la pou- à leur trouver de nouvelles applications», ex-
produit environ 6 000 t
de pommes de terre
dre de tabac à Catherine de Médicis en 1560, plique Joël Lévesque, maître de conférences à
par an. un médicament qui soulage ses migraines. Le l’Université de Poitiers, qui travaille actuelle-
tabac, très largement consommé par les Indiens ment sur le kava. La sélection des plantes vise
qui connaissaient aussi ses vertus thérapeuti- à les rendre plus adaptées aux besoins de
■ EXPOSITION ques, a longtemps été prescrit pour des affec- l’homme. Les ressources génétiques commen-
«Ces plantes venues tions diverses telles que la constipation et les cent depuis peu à être protégées grâce à la mise
d’ailleurs», à l’Espace troubles rénaux. en place de conservatoires botaniques. Des
Mendès France, Dès le VIIIe siècle, les Arabes utilisent le café banques de gênes abritent de nombreuses es-
Poitiers, jusqu’au 30
comme remède sous forme d’infusion obtenue pèces végétales. Dans la recherche de nou-
août. Conférences,
animations pour les en plongeant des feuilles et des fruits fraîche- veaux anti-viraux moins toxiques, ou face à
scolaires. ment cueillis. de nouvelles maladies telles que le sida, les
Tél. 05 49 50 33 08 Dans l’industrie, le caoutchouc est l’une des plantes suscitent de grands espoirs. ■
24 L’Actualité Poitou-Charentes – N° 40
LES VOYAGEURS
NATURALISTES
A partir du XVe siècle, les Européens parcourent le
monde à la recherche de l’or et des épices. A cette
Le kava
des îles du Pacifique
exploration succède une analyse plus
«scientifique». Au XVIIe siècle, «se situer dans le
temps et maîtriser l’espace deviennent pour

J
l’homme occidental des préoccupations oël Lévesque, maître de conféren- sède une spécialité pharmaceutique tran-
essentielles et complémentaires» (Numa Broc). En ces de pharmacognosie à la fa- quillisante très demandée.
France, l’ordonnance de 1689 fait obligation à tous culté de médecine et pharmacie de
les officiers de tenir leur journal de navigation. Les Poitiers, travaille sur les plantes A quand une commercialisation en
découvertes, même involontaires, des marins, des médicinales des pharmacopées tradition- France ?
voyageurs, des missionnaires constituent des nelles. Ses recherches portent notam- Le kava est une plante médicinale im-
savoirs intéressants à étudier. Dans le domaine de ment sur le kava, une plante utilisée portée, inscrite à la pharmacopée fran-
la botanique, les découvertes se révèlent depuis des siècles dans les îles du Paci- çaise et que les pharmaciens peuvent
particulièremment utiles. Les naturalistes fique. Malgré ses nombreuses vertus, délivrer. Il a été utilisé jusqu’en 1992
rapportent de leurs voyages un large éventail des cette plante ne semble pas retenir l’atten- sous forme d’extraits dans une spécialité
espèces vivantes. tion des laboratoires pharmaceutiques qui a été retirée du marché. Son activité
L’une des premières expéditions scientifiques français.
significatives est celle de Joseph Pitton de
Tournefort (1656-1708), botaniste français qui L’Actualité. – Comment vous êtes-vous
parcourut l’Anatolie et les îles grecques afin d’en intéressé au kava ?
connaître les ressources naturelles. La seconde Dans les îles du Pacifique, les Mélané-
moitié du XVIIIe siècle est marquée par les grandes siens et les Polynésiens préparent une
découvertes scientifiques résultant des voyages du boisson rituelle à base de cette plante.
capitaine James Cook, de Louis Antoine de Elle avait déjà été offerte en guise de
Bougainville et Jean François de La Pérouse. La bienvenue au capitaine James Cook lors
mission de Pierre Bouguer et Charles de La de son voyage à Tahiti en 1769.
Condamine sera marquée par la forte personnalité En coopération à Vanuatu, Vincent
du botaniste Joseph Jussieu. La volonté des Lebot, ingénieur agronome au Cirad
autorités d’étendre l’éventail des cultures (Centre de coopération internationale en
agricoles, alimentaires et industrielles a joué un recherche agronomique) a cherché à com-
rôle essentiel dans l’envoi d’expéditionnaires. prendre l’activité de cette plante. Ayant
Citons l’exploration botanique au Pérou de Hipolito besoin des connaissances d’un chimiste,
Ruiz, José Pavon et Joseph Dombey, entre 1777 et nous nous sommes associés en 1984.
1778. Les expéditions sont ainsi souvent Plutôt que d’étudier sa composition chi-
soutenues financièrement par le pouvoir royal, mique qui est connue, nous avons essayé
mais certaines initiatives individuelles se révèlent de comprendre la manière dont les hom- n’était pas constante, par nos travaux,
remarquables. C’est le cas du botaniste rochelais mes avaient sélectionné le kava et de nous avons proposé une explication. Ce
Aimé Bonpland et du naturaliste géographe démontrer que son action était liée à sa problème est maintenant résolu grâce à
Alexander von Humbold qui rapporteront de leur composition chimique. la sélection de nouveaux cultivars (forme
périple en Amérique du Sud, de 1799 à 1804, une végétale obtenue en culture), qui n’ont
des plus importantes collections de végétaux de Quels intérêts pharmacologiques pré- plus rien à voir avec le kava d’origine.
toute l’histoire (lire L’Actualité n° 35). sente-t-elle ? Avec des extraits maîtrisés et une com-
On estime aujourd’hui à près de 80 000 les variétés Le kava a des effets tranquillisants et position chimique stable, de nouveaux
de plantes comestibles (cf Albert Tasson, La décontractants. Elle agit sur l’anxiété et médicaments peuvent donc être fabri-
Recherche). D’après M. Mayer, chercheur permet une relaxation et une décontrac- qués. Mais, en raison de la réglementa-
américain, dans le passé, les hommes auraient tion des muscles. C’est aussi un anesthé- tion très contraignante des autorisations
utilisé jusqu’à 5 000 plantes dans leur alimentation. sique local, une plante antifongique et de mise sur le marché des spécialités
Pourtant, aujourd’hui, on ne cultiverait plus que antibactérienne. Il n’entraîne aucune dé- pharmaceutiques commercialisées en
150 espèces végétales comestibles, 29 d’entre elles pendance, ce n’est donc pas une drogue, France et de la timidité des laboratoires,
rempliraient 90% des besoins. L’intensification de et n’a aucun effet secondaire sur le com- ce sont les USA et l’Allemagne qui béné-
l’agriculture entraîne une réduction de la diversité portement à long terme, contrairement ficient pour l’instant des retombées écono-
végétale. Cette situation est préoccupante car les aux calmants classiques. miques de ces recherches. Nous espérons
plantes alimentaires qui ne comprennent que Les Etats-Unis ont déjà autorisé l’im- que la construction de l’Europe et notre
quelques variétés distinctes sur le plan génétique portation et la diffusion du kava comme contribution scientifique encourageront le
sont vulnérables aux maladies, aux insectes et aux plante alimentaire, on le trouve égale- développement de nouvelles spécialités
mauvaises conditions climatiques. ■ ment en Hollande, et l’Allemagne pos- pharmaceutiques dans notre pays. ■

L’Actualité Poitou-Charentes – N° 40 25