Vous êtes sur la page 1sur 26

w La légende d’Alamut

w
hashashi
hashashin
Le terme assassin vient du mot Hashishin.
Ce nom provient d’une secte de tueurs fanatiques qui répandaient
la terreur dans le moyen-Orient.
C’était il y a 1000 ans.
Voici leur histoire....

1 2
pitch
Il y a1000ans , sur les routes de la soie, au cœur des montagnes perses naquit
une secte du nom des Hashashins. Son chef se présentait comme un prophète.
Il s’appellait Hassan Sabbah. Un secret bien gardé fit de lui un homme très puissant.
Si puissant qu’on dit qu’il fit trembler des empires avec une poignée d’hommes. L’ un
de ces hashashins se nomme Key, personnage principal de notre récit...

Hashashin retrace les faits de la légende d’Alamut à travers le regard d’un jeune gar-
çon nommé Key, enlevé par les hommes de main de Hassan dès son plus jeune âge.
Enfant extrêmement doué, Key deviendra vite un des meilleurs assassins de Hassan
et sa dévotion sans borne pour son maître le poussera à accomplir des crimes atroces,
convaincu de retourner au paradis pour une cause juste.
La création de ce personnage fera écho à la relation d’un maître manipulateur et la
dévotion aveugle de son disciple. Key s’inscrira comme le pont narratif entre les trois
personnages historiques d’Omar, Nizam et Hassan. La relation tordue qui implique
Hassan et ce jeune hashashin revisitera l’emblématique notion de père spirituel tra-
hissant son fils, ce dernier écœuré et trouvant son chemin propre, l’assassinera tant
par amour que par dégoût.
Le rapport fort d’amitié qui se créera entre lui et Omar fera de la trame scénaristique
le prétexte symbolique de la quête de soi, de l’amour porté à une cause s’avérant être
une supercherie, la désillusion violente qui s’en suit, ainsi que la remise en cause spi-
rituelle de nos perceptions.
Key tombera amoureux d’une des houris nommée Soraya. Cet amour passionnel
transcendera le récit vers la voie de l’amour de l’espoir et de l’ équilibre dans un monde
éternellement assourdit par l’appétit conquerrant et destructeur ...

3 4
contexte historique
Hashashin est l’adaptation cinématographique et romancée d’une période clé dans l’his- vengeance le pousseront à faire de cette forteresse le sanctuaire de la secte des Hashashins
toire de la Perse médiévale. En an 1071, le moyen orient est au centre des conflits. L’Eu- dont il se prétendra être le prophète. Hassan, homme désormais puissant et machiavélique,
rope en croisade vers la ville sainte impose son règne dans les régions avoisinantes et le inventera une machine démoniaque pour tenir une armée d’assassins près à mourir pour
schisme religieux qui opposa les chrétiens aux orthodoxes en l’an 1054 provoqua une ten- sa cause. Il prétendra détenir les clés du Paradis dont il offrira l’accès à ses meilleurs guer-
sion considérable entre l’empire byzantin et l’empire romain. Constantinople, la capitale riers. Ce paradis artificiel n’est autre qu’une oasis dans laquelle sont enfermées des muses,
de l’empire byzantin, est le carrefour des cultures et surtout du commerce. des houris donnant aux jeunes méritants tous les plaisirs dont ils pourraient rêver, et ainsi,
De cette ville partent et arrivent en grandes quantités, les épices, les fruits exotiques, et après les avoir endormi puis réveillé dans leur campement guerrier et rude, persuader les
les animaux rares provenant de l’Asie. C’est le long de la route de la soie que transitent jeunes Hashashins de leur avoir fait connaitre le paradis. Ils seront prêt à tuer et être
ces nombreuses denrées, ouvrant par le biais du commerce les civilisations asiatiques aux tués pour y retourner dès que possible. Cette arme, étant l’origine d’une certaine forme de
civilisations orientales et européennes. Cette ouverture culturelle et commerciale est ce- terrorisme, fit trembler le monde oriental durant le XIeme et XIIeme siecle. C’est donc
pendant un point d’appuis à la convoitise. Le rayonnement de Byzance en fait une cible en 1071, alors que la tension est à son comble entre les Empires bizantin et sedjoukide,
parfaite, et l’empereur byzantin Romain Diogène se sent attaqué de toutes parts. qu’une trève semble possible au moyen d’un Mariage qui unira les deux puissances. Mais
Hassan envoie un Hashashin assassiner le prince byzantin en pleine cérémonie. Nizam
De ce contexte historique fort et sous tension, trois personnages mythiques, trois condis- enrage et les byzantins, accusant les seldoukides de provocation, envoient leurs troupes
ciples au passé soudé par l’amitié vont créer la légende d’Alamut. pour une bataille sanglante, la fameuse bataille de Manzikert.
Omar, Nizam et Hassan. Trois génies promis à l’entraide, trois puissances aux ambitions
démesurées dont les destins divergeants et la trahison amèneront la cité d’Alamut et l’em-
pire Seldjoukide à livrer bataille sans répit.
Alors que Nizam sera promu Premier ministre du Sultan Seldjoukide, lui conférant le
pouvoir et l’autorité dont il rêvait, son ami Omar, tout aussi influent et brillant, choisira la
voix de la simplicité, de la réflexion philosophique, mathématique et poétique en menant
une vie simple et débridée. Il ecrira un livre au pouvoir évocateur d’une nouvelle forme de
vérité.
Hassan, personnage énigmatique, effrayant et désabusé, tentera d’investir un haut poste
au gouvernement Seldjoukide. Cette investiture déplaira à son ami Nizam qui, pour con-
server ses hautes fonctions, trahira Hassan en le décrédibilisant auprès du sultan. Cette
trahison sera le point de départ d’une vengeance morbide et violente opposant les deux
ex-amis dans une guerre longue et douloureuse.
Hassan trahi, sali, cherchera une voie personnelle et découvrira l’ismaélisme. Il regagnera
la cité d’Alamut. Mais son influence philosophique et son esprit torturé par la soif de

5 6
personnages

7 8
key
Hashashin suivra le personnage de Key depuis son jeune âge, 9 ans environ, jusqu’ à l’
âge adulte, environ 25 ans.
Key, jeune berger élevé par sa mère dans les montagnes de l’Elbourz mène une
vie paisible, écoulant ses jours insouciants dans les activités de la bergerie ainsi
que les innombrables parties de chasse, accompagné de son unique compagnon,
un faucon peu commode mais très efficace. Le jeune garçon étant fasciné par la
cité d’Alamut et de sa légende vivante Hassan ibn sabah, sa mère décide de lui
conter les histoires extraordinaires qui s’y réfèrent afin de lui apprendre à lire et
à écrire. Mais au delà de cet apprentissage pertinent, les légendes d’Alamut pous-
sent le jeune Key à s’aventurer bien souvent près de la forteresse pour revivre ses
aventures imaginaires. Un jour il est kidnappé violemment par les hommes de
main de Hassan puis emprisonné dans les campements des jeunes prisonniers.
Sa connaissance précoce de l’écriture et de la lecture le conduisent directement
dans l’antichambre des hashashins, où débutera une longue manipulation de son
esprit afin d’en faire un assassin redoutable et dévoué. Cependant, Key issu d’une
vie simple et paisible n’oubliera pas son passé. Il le reniera à certains moments où
l’enrôlement sera si fort qu’il troublera son esprit jusqu’à cibler ses plus profondes
certitudes.. Mais la valeur spirituelle de cet homme restera tapie dans une part
noble de son âme pour ressortir le jour où il découvrira son chemin.

Deux événements opéreront un changement profond en lui:


Sa rencontre avec le poête Omar Khayam, qui peu à peu remettra en cause ses
certitudes et sa dévotion.
Sa rencontre avec la Houri Soraya au Paradis bouleversera l’ordre de ce qu’il
désire...

9 10
soraya

Soraya a grandit depuis son enfance dans la prison dorée du paradis artificiel.
Son prénom lui à été assigné dès son incarcération au Paradis. Ses parents
étaient de riches commerçants vénitiens. De retour d’Orient, sur la route de la
soie, leur caravane est attaquée par des voleurs de grand chemin. Ses parents
sont tués sur le champ. Elle est kidnappée et revendue comme esclave aux com-
merçants d’Alamut. On la conduit dans un endroit secret, une annexe du para-
dis artificiel, où elle grandira en suivant une formation aux arts et aux lettres.
On lui enseignera également les arts de l’amour, notamment le kamasoutra
indien. Soraya a du mal à accepter sa condition. Elle rêve de s’évader et de vivre
une vie normale. Lorsqu’elle rencontre Key, elle tombe amoureuse de lui et voit
en lui un moyen de s’échapper du paradis. Soraya adopte une position symbo-
lique très forte dans ce récit puisqu’elle est le fruit d’une stratégie démoniaque
visant à berner les jeunes assassins sur l’existence d’un potentiel Paradis. Cette
machinerie sordide trouve donc sa faille dans l’amour de deux jeunes innocents.
Hassan se fait avoir par son propre piège et l’histoire fait de Soraya l’emblème
universel de l’ordre et de l’ harmonie.

11 12
hassan
Hassan Ibn Sabah est le symbole fort du film. La perfidie du personnage est
en tout point extrême. Cet homme désabusé, chassé dès son jeune âge par la
crainte et la jalousie de ses camarades, trouve en l’homme qu’il est la part de
méchanceté à la hauteur des injustices qui lui ont été commises. Hassan sem-
blait tiraillé par le nihilisme lucide de son intelligence naturellement sombre
et l’envie euphorique de diriger une grande puissance qu’il aurait construite
de ses mains pour défendre une cause juste. Le sort décida pour lui le jour de
l’immense trahison que Nizam, son ami de toujours, lui infligea à la cour du
Sultan. Ce jour marqua la fin de l’enthousiasme constructif et déchira son
coeur à jamais. Déçu, vexé au plus haut point, sali par la tristesse de voir partir
en fumée la promesse d’une entraide universelle pour un différent carriériste
noyé dans les bas fonds de l’ambition, Hassan s’en alla, brisé et haineux, livré
à son destin rancunier et maléfique. Il trouvera une renaissance dans
l’ismaélisme en interprétant le livre sacré du Coran. Cependant, la gangrène
spirituelle de son mécontentement et sa soif intarissable de pouvoir enclave-
ront tout idéalisme et sonneront l’avènement de la plus horrible de ses aspira-
tions. Hassan, en chef de la cité perchée d’Alamut, dérivant comme un navire
poussé par les vents de la haine, créera la secte des assassins pour venger sa
désillusion tragique de l’âme humaine. Il fondera une armée terroriste basée
sur la supercherie d’un hypothétique paradis offert à ses assassins méritants,
afin de perpétrer des meurtres dont les auteurs sont libérés de la peur de mou-
rir. Drogués avec le hashish qu’il ramena de ses nombreux voyages en inde sur
la route de la soie, les hashashins sèmeront la terreur et feront trembler les
grandes puissances, dont Nizam, désormais désigné comme l’ennemi juré.

13 14
omar
Omar Khayam aurait put être un puissant de ce monde, mais il a préféré une
vie plus simple. Il est ainsi devenu poête, philosophe et mathématicien.
Ses quatrains sont profondément irrévérencieux ; il remet en question
l’existence d’Allah et prône une vie du moment présent, tel un Epicurien.
L’ivresse du vin est un thème récurent dans nombre de ses quatrains.
Omar est haït par beaucoup de monde. Nombreux sont ceux qui le pren-
nent pour un impie dangereux, capable de jeter le trouble sur la place publi-
que. Seuls quelques princes et érudits ont conscience de l’importance de ses
écrits. Il se verra invité et protégé par un riche mécène.
Omar Khayam est une voix dissonante au sein de l’empire Seldjoukide. Ses
amis Hassan et Nizam, aveuglés par la haine et le ressentiment, ne voient
plus en Omar l’ami dévergondé et railleur de leur jeunesse mais un individu
potentiellement dangereux risquant de nuire à leurs plans diaboliques de
vengeance. La vérité de la vie trouvant bien plus de force que la manipula-
tion des empires en faiblesse, Omar est un homme à faire taire. On remonte
aux oreilles de Hassan et Nizam qu’Omar est en train de rédiger un mysté-
rieux livre dont on dit qu’il remet en cause toutes les vérités du ciel et de la
terre...

15 16
nizam

Nizam est un carriériste qui ne laisse rien entraver ses ambitions. Ainsi
il n’a pas hésité à trahir son ami Hassan par peur que celui-ci lui fasse de
l’ombre. Grace à sa persévérance, il s’est hissé au plus haut stade du gou-
vernement Seldjoukide. Il est désormais Vizir, il est en quelque sorte le
premier ministre du sultan seldjoukide Malik shah Ier. Ce poste lui confère
le pouvoir de diriger des armées, lever des impôts, écrire de nouvelles lois.
Il pourrait en jouir sans entrave si il n’avait pas à craindre pour sa vie. Has-
san a juré sa perte et s’y emploie.
Nizam en a bien conscience et prend toutes les précautions pour ne pas
tomber dans un de ces pièges. Son but est d’unir sous la bannière des Sel-
djoukides le monde arabe, et qu’il n’y ait plus aucun conflit entre chiite et
sunnite. Pour cela, il doit jouer de son influence auprès de son Sultan, peu
apte à prendre des risques.

17 18
sphia
Sphia est un personnage clé du récit. Cette femme magnifique était en-
core enfant lorsque Hassan la trouva. Alors qu’il était promu à un poste
de gouverneur d’une province sans réel intérêt au regard ses ambitions, il
décida de partir sur d’ autres chemins. Mais le jour de son départ, une en-
fant des rues l’accompagna jusqu’aux portes de la ville. Hassan, encore loin
d’être l’homme cruel que l’on sait, lui demanda où étaient ses parents. La
petite ne répondit pas et continua de le suivre. Hassan, homme solitaire
dont le désespoir grandissant de ne trouver ville accueillante rongeait son
esprit, trouva agréable la compagnie de se petit être affectif. Il rejoigni-
rent ensemble la cité d’Alamut où il furent logés dans les appartements du
prince de la cité. Durant 10 ans, Sphia assista Hassan dans ses nombreu-
ses expériences scientifiques et ses voyages. Hassan voyait en elle non une
fille adoptive mais une amie de grand chemin. Un jour Sphia demanda à
Hassan de le suivre. Ils empruntèrent le chemin d’une grotte et arrivèrent
dans une vallée encaissée, sorte de cratère gigantesque. Cet endroit était
inconnu de tous. Sphia montra à Hassan une petite parcelle qu’elle avait
conçu en secret, où elle avait créé une sorte de petit potager. Elle s’était
amusé à faire pousser les graines ramenées des voyages en Inde et en Asie.
Cet endroit était merveilleux. Les années qui suivirent transformèrent se
lieu en un gigantesque parc exotique secret. Mais la folie vengeresse et ni-
hiliste de Hassan fît de ce petit jardin le Paradis des Hashashins.
Sphia, être sensible et amoureux, créa à son insu ce qui deviendra une ma-
chine à fabriquer des assassins. La relation avec Hassan deviendra ambiguë
avec les années. Une sorte d’amour platonique intense teinté de respect, de
crainte et de secret.

19 20
bhan-nis

Bahn-nis est le frère du Khan, le chef des mongols. A la mort de leur père,
son frère a été désigné comme sucesseur. Ce dernier, pour l’éloigner du trô-
ne, lui donne pour mission de rallier les provinces de l’ouest à leur empire.
Bahn-nis s’y emploie depuis quelques années. Véritable dieu de la guerre,
il conduit son armée de victoires en victoires. Avec un arc, son arme de
prédilection, il est capable de tuer un homme à plus de trois cent mètres.
Ses hommes croient dur comme fer qu’il va fonder un empire Mongol
d’occident.

21 22
univers

23 24
alamut
Alamut est la forteresse, le centre névralgique de la secte des Hashishins.
Elle est située dans les confins de l’ancienne Perse, dans les chaînes mon-
tagneuses de l’Elbourz. La route pour s’y rendre est longue, sinueuse et
étroite, elle traverse des rivières et longe des ravins. ce sanctuaire imposant
est tout à fait imprenable.
Alamut signifie «le nid de l’aigle». Elle se trouve au milieu d’un canyon
donnant sur une petite vallée fertile, où les hommes font de l’élevage et
cultivent le blé. Elle est bâtie sur un immense rocher. Ses premiers rem-
parts sont naturels, la rivière Shahud en protège l’accès.
La forteresse est divisée en plusieurs espaces répartis sur plusieurs niveaux.
On trouve le quartier des soldats situé près des murailles de la forteres-
se, les appartements des officiers en annexe du palais, et le quartier des
hashashins à l’écart de toute communication avec le monde extérieur. Ce
sanctuaire du meurtre est organisé selon les enseignements suivants: salles
d’entraînement pour le combat et l’ endurance. Salles de cours où les jeu-
nes apprentis hashashin développent leurs connaissances mathématiques,
linguistiques et philosophiques. Plus loin, un campement rudimentaire en
guise de dortoir...
Les quartiers d’Hassan, le vieux de la montagne, se trouvent dans la tour la
plus haute de la forteresse. A l’intérieur il y a fait une grande bibliothèque
et une salle d’étude qu’il réserve à son usage personnel. Il dispose égale-
ment d’un observatoire.
De sa tour Hassan est relié à des passages secrets qui donnent accès à toutes
les parties d’Alamut et à des places secrètes comme le Paradis artificiel.

25 26
le paradis artificiel

Un passage secret donne accès depuis la forteresse au paradis. Le paradis, dissimulé dans la roche Des coussins en soies, des draperies dorées décorent les pièces. Les Houris jouent souvent de la harpe
d’ Alamut, est en parfait contraste avec les montagnes arides environnantes. ou de la flûte. Le vin coule à profusion d’une petite fontaine, et il semble y régner une incroyable séré-
Le paradis est habité par des «houris», de belles femmes de toutes origines. Ces femmes sont formées nité.
depuis leur jeune âge à savoir danser, jouer de la musique, conter des histoires. On en a fait de mer- Des antilopes, des oiseaux rares partagent ce lieu dont les couleurs vibrent à l’unisson d’une apparente
veilleuses amantes qui connaissent tous les arts du plaisir. plénitude. Les parois des rochers ont quant à elles été sculptées. Bien souvent elles évoquent des histoi-
Dans ce paradis, la végétation est luxuriante et fait de ce lieu une oasis exceptionnelle aux parfums res érotiques. Mais derrière ce décor idyllique se cache une monstrueuse machine réduisant ces belles
envoûtants, persuadant les jeunes ascètes qu’il ont atteint l’au-delà. princesses houri au statut d’esclaves forcées de rendre l’illusoire plus que réel et servir enfin la cause du
Plusieurs pavillons bordent l’étrange rivière qui sillonne cette vallée fantasmagorique. maître des assassins.

27 28
les hashashins

Hassan, en grand manipulateur, obtient des Hashashins ce qu’il veut. Grâce à la machiave- L’apprentissage des lettres, des langues étrangères, de la calligraphie, de l’art de l’espion-
lique mise en scène du Paradis. Il possède la motivation suprême de ses hommes de main. nage, de l’infiltration et du combat mortel sont les piliers de l’enseignement. Ils grandis-
Ainsi, les assassins, prêts à tuer puis mourir avec le sourire pour retrouver les délices du sent et vivent comme des ascètes, reclus du monde. Tout les pousse à entreprendre un dur
Paradis, confèrent à Alamut et au pouvoir de Hassan, une aura terrifiante et une arme de et fatal chemin vers une hypothétique récompense. La mort étant une énigme insondable,
déstabilisation extrêmement efficace et dangereuse. la forteresse prophétique d’Hassan est solide et la supercherie est impalpable pour les jeu-
Ils sont pris en charge depuis leur plus jeune âge, après une sélection drastique où beau- nes dévoués. Le chef d’Alamut est de ce fait entouré de guerriers extrêmement habiles et
coup d’entre eux meurent avant même d’avoir goûté aux délices du Paradis. vicieux, désenclavés du goût de vivre et pressés de mourir pour retourner au Paradis.

29 30
les combats

Les hashishins se servent de techniques de combat rapproché, hautement sophis- Les mongols quant à eux utilisent une stratégie du nombre avançant comme
tiqué, qui mèlent plusieurs arts martiaux. Ils maîtrisent les combats au sabre , à un bélier. Ils sont revêtus d’armures lourdes qui les protègent contre beaucoup
la lance et à l’épée. L’arme de prédilection pour les assassinats reste le poignard, de formes d’agression. Ce sont également de redoutables cavaliers, habitués à
facilement dissimulable. Chaque assassinat a un aspect théâtral et doit avoir lieu faire rapidement de longues distances. Leur force de frappe est donc très mo-
en public. Véritables espions, ils se dissimulent aux yeux de leur proie pouvant bile. Inventifs, ils se serviront de sortes de deltaplanes volants pour attaquer
s’infiltrer des années durant afin d’atteindre leur cible au moment le plus judi- la forteresse.
cieux. De cette manière, les puissants seigneurs ont peur pour leur propre vie
ainsi la secte d’Alamut assoie son règne de terreur.

31 32
casting
Nizam Sean Connery

Key Gabriel Garcia Bernal

Bahn-nis Cho Yun Phat

Soraya Scarlett Johansson

Omar Dustin Hoffman

Hassan Denis Hopper

Sphia Halle Berry

33 34
intentionS

Notre intention est de créer une oeuvre fictive comparable à un conte philosophique, La psychologie des personnages est à la hauteur de l’extrême violence du contexte his-
une aventure dans l’univers magique des mondes arabes et dans les temps médiévaux. torique. Le ton donné au film par le jeu des dialogues, des couleurs, des décors et de la
Autour de cette légende, dont la force destructrice, sensationnelle et humaine sont capa- musique traduira une beauté aride et violente transgressée par des moments de douceur
bles de marquer les esprits, nous créerons un genre filmique puisant sa pertinence dans les contemplative de l’amour et de l’être. La force du film tiendra dans cette infinie tension
grands thèmes de l’humanité, lorsque la petite histoire rejoint la Grande Histoire, lorsque qui existe dans le destin de chacun, dans le grand écart constant de l’être humain, à la fois
le destin d’un jeune homme en proie à une secte, côtoiera les grands puissants du moyen constructif et destructeur.
orient . En s’inspirant de faits réels, Hashashin s’inscrira dans une romance vertigineuse emprein-
Le thème des grandes puissances médiévales crée un cinéma à grand spectacle permettant te de réalisme et de rêverie légendaire où les personnages, mystifiés par le jeu des caméras
de faire revivre au spectateur des grands moments de l’Histoire dans un divertissement de et de la narration prendront un dimension quasi divine et spectaculaire.
qualité conduisant à la réflexion.

35 36
synopsis
An 1071, l’empire Seldjoukide est en guerre depuis de nombreuses années contre l’empire Byzantin. Une al-
liance est sur le point d’être conclue entre les deux empires. Le mariage entre le prince Byzantin et l’héritière
Seldjoukide doit sceller cet accord . Le jour du mariage, le prince est tué par un fanatique, un membre de la secte
des Hashashins. À la suite de cet assassinat, la précieuse alliance est rompue et la guerre reprend. Nizam Al
Muk, le vizir Seljoukide, enrage: il devra attendre avant de pouvoir se débarrasser de son ennemi juré Hassan
Sabbah, et de ses Hashishins.

I III
Dans le nord de l’Iran par-delà les montagnes de l’Elbourz, là où la rivière Shahud prend sa source, vit
un jeune berger dénommé Key. Key se fait réveiller par des hurlements. Il est affamé et souffre de terribles maux de tête. Les hurle-
Key vit avec sa mère dans une petite bergerie avec pour compagnon un jeune faucon. Au crépuscule ments proviennent des cris des autres enfants s’arrachant les quelques vivres jetés par les soldats d’Ala-
d’une journée du mois de juin, Key acompagné de son rapace part pour l’une de ses habituelles parties mut. Un jeune garçon chétif est pris à partie par les autres car il possède le dernier morceau de viande.
de chasse. Bravant tous les interdits, il prit la décision de traverser la rivière Shahud, pénétrant ainsi Le plus fort des garçons le bouscule, le projetant à coté de Key. Key prend alors sa défense, Le garçon
sur le territoire régi par la forteresse d’Alamut. fort, s’énerve et lui assène un violent coup de poing au visage et le chétif se voit forcé de donner son
À peine entré dans le territoire du maléfique Hassan, key est assommé d’un violent coup sur la tête puis morceau de viande.
jeté sur une monture. Il fait partie d’un convoi que l’on traîne au trot vers la Montagne Noire. Il discer- Durant la journée la tension n’a fait que monter, les enfants ne cessent de se battre, certains pleurent
ne vaguement sous son bandeau la citadelle d’Alamut dont les hauteurs se perdent au-delà des nuages. depuis l’ aube.
Les brumes de son esprit se dissipent peu à peu tandis que l’on progresse vers les hauteurs rocailleuses. Des cris retentissent. Tous les garçons sont conduits enchaînés deux par deux dans la cour d’Alamut.
Son faucon tournoie au-dessus du convoi. Soudain, l’expédition s’arrête. Tous les enfants sont jetés à Key est enchaîné avec le chétif. Ils sont jetés à genoux devant les deys. L’ un d’eux s’ approche et leur dit
terre, leurs bandeaux retirés. Un homme s’approche. : « Hassan est votre prophète, Allah lui à confié les clés du paradis, seuls ses serviteurs connaîtront la
« Afin de briser tous vos espoirs, afin que vous ne puissiez croire en de jours meilleurs, sachez que le vie éternelle». Quelques sabres sont jetés au milieu.
grand maître Hassan vous a tous condamné à mort. Quoi qu’il advienne, soyez en tous certains vous « Si vous voulez vivre, vous devez tuer le fardeau qui vous retient »
serez exécutés demain à la tombée du jour...» Les enfants comprennent que l’issue du combat sera mortelle. Key voit alors l’enfant chétif qu’il avait
pourtant protégé quelques heures avant se jeter sur une lame. Il arrive par une posture maladroite à
II contrer le garçon, et le tue.
Hassan dans l’obscurité assiste à la scène du haut de sa tour.
Loin d’Alamut, sur la place du marché d’Ispahan, à l’heure de toutes les affluences, une voix couvre le
tumulte général. Omar Khayam le poète, installé sur un tonneau, déclame d’étranges poèmes. Il est ivre On découvre la salle d’étude d’Hassan. D’étranges machines scientifiques meublent la pièce. Hassan
et heurte la sensibilité de son auditoire. Il est arrêté sur le champ et mené devant le prince d’Ispahan empreinte un passage secret qui le conduit à travers un dédale d’escaliers à un jardin luxuriant. Il se
pour être jugé. Omar pour s’épargner une condamnation déclame de magnifiques vers, le prince recon- présente devant un petit pavillon. Un groupe de jeunes femmes sort du pavillon et se prosterne. Ce sont
naît en lui un érudit et l’invite à prendre résidence dans son palais. les nouvelles recrues d’Hassan. De jeunes esclaves rachetées sur la route de la soie qu’il compte trans-
former en princesse. Sphia, la chef de ces jeunes recrues est particulièrement fière de l’une d’entre elles.
« Il ne marche pas fermement sur la Route, l’homme qui n’a pas cueilli le fruit de la Vérité. S’il a pu le ravir à La jeune Soraya est déjà très prometteuse.Hassan regarde avec attention cette jeune fille. On entend au
l’arbre de la Science, il sait que les jours écoulés et les jours à venir ne diffèrent en rien du premier jour décevant loin le bruit d’une rivière qui coule...
de la Création. »

37 38
V VIII

Le Caire et ses rues animées. Hassan, Nizam et Omar habillés en étudiants, se rendent à l’université. Les trois jeunes Hassan, Omar et Nizam...
Ils n’ont pas encore vingt ans. Nizam et Omar fêtent leurs nouveaux postes qu’on leur a attribué suite au concours royal. Omar ira
En salle de classe, leur maître leur parle de Platon et de l’allégorie de la caverne. Le soir, nos trois amis dans une bibliothèque, Nizam dans la haute administration du vizir tandis qu’on a attribué à Hassan un
se réunissent. Chacun parle de ses ambitions. Nizam et Hassan se voient hauts fonctionnaires, Omar poste de trésorier dans une province lointaine. Hassan est morose, cette mutation lui déplait, sa famille
quant à lui aimerait faire de la philosophie. Ils se jurent de s’aider mutuellement dans leurs grands n’est pas de haut rang.
projets.
IX
VI
Les apprentis Hashashins s’entraînent. Les grands Deys d’Alamut sont chargés de leur éducation. Ces Comme à l’époque de leur arrivée , il sont à nouveau réunis devant tous les Deys. Au milieu de la cour
futurs fedayins possèdent l’art du camouflage inspiré des lointaines contrées d’Asie. Voués à être placés se dresse une immense vasque dont le fond est tapis de marbre bleu. Le grand Dey s’avance: « voici l’eau
dans les cours du monde entier, au plus près des ennemis d’Hassan, les mathématiques l’astronomie la du Paradis. Noyez votre reflet, et prouvez votre détermination ».
philosophie, l’histoire leurs sont enseignés avec ferveur...Ils évoluent depuis leur plus jeune âge dans un Un premier apprenti désigné s’avance sur la jarre et plonge la tête dans l’eau. Des secondes, puis des mi-
univers ascétique ne laissant aucune place à l’individu. Tout plaisir y est interdit, même la musique y nutes passent. Son corps tremble, fini par ressurgir de l’eau. Il s’écroule, épuisé au pied de la vasque. Or-
est prohibée. dre est donné à un archer perché sur les remparts. Il décoche une flèche qui le touche en plein cœur.
Dans une salle de cours, nous apercevons les jeunes demoiselles recevant l’enseignement de la musique. C’est au tour de Key. Il s’avance confiant vers la vasque. Il plonge la tête et voit disparaître son reflet
Elles sont maquillées et habillées de beaux apparats. dans l’eau. Après plusieurs secondes il ouvre les yeux et voit de sublimes dessins décorant le fond de
Key et ses compagnons ont grandi, ils sont désormais des adultes dans la force de l’âge. Plusieurs ont la vasque. Key est au bout de sa respiration, il est en train de lacher ses dernières bulles d’air lorsque
périt mais l’embrigadement et la ferveur en Hassan ont pris possession de leurs esprits. Leurs exercices le fond de la vasque s’anime. Il aperçoit les contrées verdoyantes du Paradis, des animaux sauvages et
sont bien plus précis et leur aisance incroyable. En salle de cours, ils pratiquent le latin couramment... enfin le regard d’une femme : Soraya... Il s’évanoui.
Il se réveille aux pieds de Hassan. Hassan lui confie une mission et lui promet en récompense
VII d’ ouvrir pour lui les portes du Paradis.
(bataille de Manzikert)
A des kilomètres de là, deux armées se dressent l’une en face de l’autre. Celle des Byzantins et celle des
Seldjoukides. L’empereur Byzantin est avec ses officiers, ils viennent de plusieurs contrées différentes
et portent chacun leurs couleurs, il y a des croisés et des mercenaires. Les armées chargent l’une sur
l’autre en rang ordonné. L’empereur Byzantin est trahi, certains de ses officiers et leurs hommes se
rebellent contre lui. Bien vite désemparé, l’empereur de Byzance se rend, les trompettes Seldjoukide
sonnent la victoire. Nizam al Mulk, du haut de son promontoire, savoure sa victoire. Il déclare à son
état-major que désormais, c’est des Hashishins dont il faut qu’il s’occupe.

39 40
X XIV

Omar est en train d’écrire sur un énorme grimoire. Il est seul au milieu d’une gigantesque bibliothèque. L’armée Seldjoukide progresse sur la route étriquée qui mène à Alamut. L’avant-garde tombe alors
Un messager se présente et l’informe que l’armée du vizir Nizam al Mulk est à deux jours de marches. dans une embuscade. Les soldats d’Alamut ont provoqué une avalanche dévastatrice qui précipite les
Omar doit fuir. Il prend quelques affaires dont son livre puis il est conduit à l’extérieur de la ville. Là, troupes Seldjoukide dans le ravin. A l’état-major de Nizam al Mulk, un officier fait un compte rendu
de mystérieux cavaliers vêtus de grandes capes l’attendent. des pertes.
Au palais d’Ispahan, Nizam est reçu en grande pompe par le prince. Nizam réquisitionne des vivres Pendant ce temps Key et Omar, déguisés en soldats franchissent les lignes Seldjoukides.
et des troupes en grande quantité et s’étonne de la disparition d’Omar. Il ordonne que l’on parte à sa Ils arrivent en vue d’Alamut. Omar est emmené à l’écart dans des appartements gardés. Key retrouve ses
recherche. compagnons Houssaing et Canahan, ils reviennent tous deux de missions.
Pendant ce temps-là, Omar découvre sa prison dorée...
XI A l’intérieur de ses appartements de nombreux ouvrages ont été déposés. Omar s’installe et commence
à en feuilleter un.
Des croisés montant la garde sont attaqués de nuit à leur campement par des soldats Seldjoukides.
Omar est capturé pendant son sommeil, les hommes qui l’accompagnent sont tués, seuls deux officiers XV
survivent et sont emmenés avec lui en captivité.
Key, Houssaing et Canahan sont convoqués dans les appartements d’Hassan. C’est un rare privilège.
XII Après avoir gravi les hautes marches, ils se prosternent devant Hassan. Il leur pose cette question :
croyez vous que je suis un vrai prophète ?
Hassan a une trentaine d’années, il franchit plusieurs portes d’un immense palais. Il est reçu par Alp oui nous le croyons, répondent-ils en coeur. Croyez vous que je détienne les clés du paradis ? oui nous
Arslan le père de Malik Shah et le très jeune vizir Nizam Al Mulk. Le sultan le remercie pour ses loyaux le croyons... Hassan leur donne à chacun une grosse dragée, il leur ordonne de l’avaler... Après quelques
services à la trésorerie. Hassan lui dit qu’il pourrait être plus efficace si on lui confiait la trésorerie minutes, les trois jeunes gens voient flous puis s’endorment.
générale. Le Sultan le met à l’épreuve en lui proposant un défi : recenser les richesses du royaume en
moins d’un mois. Hassan accepte, Nizam voit cette entente d’un mauvais oeil.

XIII

Key observe de loin la progression d’une troupe de cavaliers Seldjoukides. il aperçoit Omar et les croi-
sés, sous bonne garde. Key les suit à distance.
La troupe fait halte dans une auberge, on enferme Omar dans une des chambres.
Key arrive par les toits, neutralise les gardes et peine à s’enfuir car Omar est complètement ivre.
Les croisés réussissent également à se libérer et en profitent pour fuire.
Key et Omar disent adieu aux croisés, Omar confie son livre à l’un d’eux sans que Key s’en aperçoive.
Sur la route qui les conduit à Alamut, Omar profite de leur solitude pour réciter quelques poèmes sub-
versifs. XVI

«S’il existait un enfer pour les amoureux et les buveurs, le paradis serait désert.» Les trois jeunes hommes sont endormis dans un épais tapis d’herbe. Des femmes magnifiques les obser-
vent se réveiller. Elles leur proposent de boire et les couvrent de caresses. Certaines dansent devant eux.
Omar jette le trouble sur Key, il lui rétorque que Hassan n’est pas un prophète mais un manipulateur. Rapidement, les trois jeunes se laissent aller. Key aperçoit une magnifique jeune fille à la peau blanche
Key refuse de porter attention à ces dires. et aux yeux clairs. Celle-ci s’enfuit. Il la suit. Parfois il l’aperçoit, mais aussitôt elle se dérobe. Pendant
ce temps, les autres garçons embrassent les nombreuses femmes qui leur tombent dans les mains. Key,
quant à lui, tombe nez à nez devant elle. Elle lui caresse le visage, puis ils s’embrassent. Elle s’appelle
Soraya. Elle lui joue de la musique, lui raconte des histoires, ils boivent du vin puis font l’amour. Key
s’endort

41 42
XVII XXII

Key, Houssaing et Canahan se réveillent sur leur paillasse. Rapidement leurs autres camarades posent Dans les troupes Seldjoukide, le moral est au plus bas, ils ont l’impression de se battre contre un vrai
tout un tas de questions sur le paradis. Les trois garçons restent pour le moins évasifs dans ce qu’ils ra- prophète. Certaines troupes désertent même. C’est la débâcle, ce qui met hors de lui Nizam al Mulk.
content mais déclarent être persuadés d’avoir connut le paradis. Key est à l’écart, il retrouve avec dégoût Sous très haute protection, il réunit son état-major.
le monde réel. Soraya lui hante la tête.
XXIII
XVIII
L’armée Seldjoukide se prépare à un nouvel assaut, les hommes sont exténués sous ce soleil de plomb.
Dehors, les choses ont changé, l’armée Seldjoukide est à leurs portes. La garnison d’Alamut est sur le Hassan fait une apparition devant ses hommes. Il leur dit qu’aujourd’hui seul trois hommes mourront.
qui vive, ils mettent en place les armes de défense capables de tenir le siège. Ils leur ouvrira les portes du paradis. Grâce à leur sacrifice, un empire sera ébranlé, ce sont leurs mar-
Hassan observe les lueurs de l’armée Seldjoukide depuis sa tour, il est avec Omar. Il lui dit que cette ar- tyrs. Les hommes d’Alamut acclament leur prophète et les futurs martyrs.
mée ne tiendra pas le siège jusqu’au milieu de l’hiver, elle aura levé le camp dans une lune tout au plus. Les portes s’ouvrent, trois assassins sont sortis à cheval et en armure. Ils s’élancent vers les premiers
rangs Seldjoukide. Les assassins taillent en pièce l’armée, ils sont rapides et agressifs et nécessitent
XIX l’entière attention des troupes.

Le jeune Hassan finit de rédiger ses comptes dans ses bureaux. La nuit est avancée, son compte-rendu
est pour le lendemain. Il glisse ses derniers documents dans un rapport.
Le lendemain, il est reçu par le sultan Alp Arslan. Nizam Al mulk est présent également. Il commence
à présenter son rapport, tout se passe bien. Puis il s’aperçoit que les documents ont été falsifiés. Il perd
toute confiance en lui et Nizam s’en sert pour le discréditer. Hassan se fait bannir de la cour. Des soldats
l’emmènent de force. Et le tabassent à mort. Ce dernier parvient à survivre malgré les coups portés.

XX

Trois officiers arborant pavillon blanc se présentent devant la forteresse. On les laisse rentrer. La XXIV
tension est palpable car l’armée Seldjoukide est prête à donner l’assaut. Hassan en personne reçoit les
officiers, ils sont apeurés. Il les conduit à une des plus hautes murailles et leur dit qu’il est le prophète Pendant ce temps-là, Key déguisé en soldat s’est faufilé dans le camp Seldjoukide. Il neutralise les
et que dieu va lui venir en aide. Ses hommes sont prêts à donner leur vie pour lui. Il fait signe à deux gardes sur son passage. Puis il attaque la garde rapprochée de Nizam al Mulk, des images de Soraya
de ses Hashashins de sauter dans le vide, ceux-ci s’exécutent aussitôt. Toute l’armée Seldjoukide a vu la viennent le hanter pendant qu’il se bat. Bientôt, il ne reste plus que Nizam al Mulk, désemparé.
scène. Les officiers s’empressent de ressortir de la forteresse. Personne n’a fait attention à eux, l’armée est trop occupée à se débarrasser des trois autres Assassins.
Nizam le supplie de l’épargner.
XXI Key l’exécute sans sourciller.

Les assauts s’enchaînent, mais les troupes Seldjoukide manquent de moyens pour assiéger la forteresse. XXV
Les pertes à chaque assaut sont énormes car l’ armée de guerriers Hashashins se défend avec une ferveur Les troupes Seldjoukides, orphelines, lèvent le camp. Les habitants d’Alamut se réjouissent à la vue de
déconcertante. ce spectacle.
Hassan a convoqué Key. La tension est vive entre eux deux.
Key s’indigne, à ses yeux, il mérite aussi de mourir pour retourner au paradis. Hassan répond, il est trop
tôt pour lui d’y retourner.
Il lui confie alors une autre mission...

43 44
XXVI
Key, encore sonné, demande à Soraya ce qu’il se passe,
Malik Shah apprend la mort de Nizam al Mulk et la déroute de son armée, il punit ses généraux puis Elle lui dit qu’il n’y a rien, qu’il ne doit pas s’inquiéter. Elle cache Key dans un des pavillons, va voir les
dépêche un mystérieux message. autres houris, et leur demande ce qu’il se passe. Une des filles lui dit qu’Alamut est attaquée.

XXVIII
Les Mongols bombardent Alamut grâce à des catapultes ingénieuses. Hassan observe l’assaut avec son
état-major. Confiant, il leur dit qu’ils n’arriveront pas à franchir ces murailles comme les précédents.
Les Mongols battent en retraite. La garnison d’Alamut a subi de lourdes pertes, des bâtiments sont
détruits.

XXIX

Dans le camp Mongol, Bhan-Nis inspecte la préparation de mystérieuses machines faites de toiles.
Soudain un Hashashin sortit de nulle part et habillé en Mongol saute sur lui et essaye de l’abattre.
Bhan-Nis, vif comme l’éclair le tue le premier. Il regarde la haute tour d’Alamut et déclare que le nid
Un messager Seldjoukide se dirige vers un étrange convoi... de l’aigle sera bientôt à lui.
C’est une armée, elle se déplace à vive allure, à l’aide de chevaux et de chars équipés de voiles. Les bombardements sur Alamut reprennent. Key se réveille dans le pavillon. Il se lève et part à la re-
Dans un des chars, leur chef lit le message. Il se nomme Bhan-Nis, c’est un prince Mongol. cherche de Soraya. Celle-ci est complètement paniquée. Key lui demande pourquoi. Elle refuse de lui
répondre. Il insiste. Elle craque. Elle lui avoue que le paradis n’existe pas, il a été conçue par Hassan.
XXVII Elle a été enlevée puis achetée comme esclave.
Depuis elle n’a jamais quitté ce harem, toutes ces années durant on lui a appris à chanter, à raconter
Key est dans un village où se trouvent de nombreux croisés. Des soldats l’interpellent, il leur répond en des histoires, à se conduire comme une houri. Elle lui supplie alors de s’enfuir avec lui, qu’il la libère
latin. Puis il pénètre dans une abbaye. Se déguise en moine puis subtilise le livre d’Omar Khayam. La de cette prison dorée.
nuit est tombée. Key mange un lapin qu’il vient de chasser. Il regarde le livre, puis pris de tentation, il
l’ouvre et commence à le lire. XXX
En ce monde, contente-toi d’avoir peu d’amis. Les bombardements se sont arrêtés. La garde a été renforcée à Alamut, les hommes sont sur le qui vive.
Ne cherche pas à rendre durable la sympathie que tu peux éprouver pour quelqu’un. Ils redoutent quelque chose.
Avant de prendre la main d’un homme, Omar est avec Hassan dans ses appartements. Hassan n’a pas la sérénité qu’il a d’habitude. Pour Omar,
Demande-toi si elle ne te frappera pas, un jour. la fin est proche, il l’incite à se rendre. Hassan s’emporte. Jamais il n’abandonnera. Ce qu’il a créé est
trop important pour renoncer, il est leur prophète. Il a inventé le plus haut degré de manipulation, avec
Les jours passent et à chaque étape que Key fait, il continue de lire le livre. une poignée d’hommes il a mis à genoux des empires. Omar a compris, c’est grâce au chanvre indien
qu’il a réussi à obtenir ce qu’il voulait de ses hommes. Hassan en retour ne fait que sourire, satisfait.
Key est en vue d’Alamut qui se dresse au loin, dépassant les montagnes. Mais son regard le trahi. Son passé le rattrape.
Des Mongols l’attaquent. L’effet de surprise et leur nombre important font que Key essaye de battre en
retraite. Des ombres volent dans les airs, elles viennent des cols qui surplombent Alamut. On dirait de gros
Sa monture est abattue. Blessé et acculé, n’a pas d’autres choix que de se précipiter dans la rivière. Il oiseaux mais ce sont des Mongols, ils dirigent des deltaplanes rudimentaires. Bhan-Nis et ses hommes
est emporté par les flots, inconscient. Il échoue sur des berges paisibles. La première personne qu’il voit se posent sur les murailles et abattent les gardes. Le combat est très violent, la sauvagerie des mongols
lorsqu’il se réveille, c’est Soraya. Il lui demande s’il est mort et si les portes du paradis lui sont enfin dépasse les forces d’Alamut. Ils se frayent un chemin vers les portes de la forteresse puis actionnent le
ouvertes. Soraya est troublée, elle ne sait quoi lui répondre et continue de panser ses blessures. pont-levis.
Des grondements viennent perturber la sérénité du paradis.
45 46
La majeur partie des troupes envahi la forteresse jadis impenetrable. Bhan-Nis se lance en direction de
la tour d’Hassan, il fait face à beaucoup de résistance. Alamut est en feu. Hassan entraîne Omar par
une porte secrète. Bhan-Nis arrive au moment où le passage se referme.
Il découvre comment l’activer et s’engouffre dans le passage avec quelques hommes à lui.

Hassan et Omar arrivent au paradis. Les houris sont affolées, elles demandent ce qu’il se passe. Key
arrive. Hassan est surpris. Key le regarde d’un mauvais œil et Hassan se félicite qu’ il soit vivant. « je n’ai
jamais voulu ta mort mon...je n’ai jamais voulu ta mort Key. »Il a toujours souhaité qu’un jour, lui aussi
soit mis au courant pour le paradis artificiel. C’est pour ça qu’il l’a envoyé chercher le livre. Ce livre ré-
vèle qu’on peut manipuler des nations entières en utilisant des supercheries. Et l’ultime doctrine de leur
secte est que rien n’est vrai, tout est permis.Sphia est derrière hassan, elle à tout entendu. Jamais elle n’
eu été au courant de cette horrible machinerie. Même si des doutes emergeaient. Sphia et Key se sen-
tent trahis par Hassan et constatent une vie entière de mensonges et de malhonneté. Mais pourquoi?
Key s’énerve et tente dans les cris et les pleures de tuer son père spirituel qu’il voit maintenant comme
un vieillard ingrât. Sphia retient son geste et regarde Hassan profondément. Le grand empereur des
assassins, le grand prophète ne sont plus. C’ est fini pour Hassan. Une flêche transperce son coeur par
derrière. C est Bahn-nis qui la tire.
Key parvient à tuer les hommes de Bhan-Nis et se retrouve en combat singulier avec ce chef imposant
et sans scrupules..
Key le tue in extremis à l’aide d’Omar. Dehors, Alamut finit de s’écrouler totalement sous les flammes.
Les Mongols sont déjà en train de lever le camp.

Key et les autres retournent sur les cendres encore fumantes d’Alamut, les houris sont contentes de
retrouver leur liberté. Ils retrouvent d’autres survivants dont des compagnons de Key.
Le jeune homme redonne le livre à Omar, Omar est enchanté. Quelqu’un demande à Key ce qu’ils vont
faire maintenant, Key répond qu’ils vont tout reconstruire mais différemment.

FIN

47 48
hashashin
dossier réalisé par:
Gilles Thompson
Simon Briand
Thomas Crauk
Emmanuel Fayer

Dossier non contractuel