Vous êtes sur la page 1sur 39

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS

CHAIRE DE TRAVAUX PUBLICS ET BATIMENT

" BETON ARME " Chapitre 19: Comportement au feu des structures en béton.

(Code CCV109)

Enseignant : J. PAÏS

2008 – 2009

CNAM CCV109 – Béton armé

2

Sommaire

19.

COMPORTEMENT AU FEU DES STRUCTURES EN BETON

3

19.1. INTRODUCTION

3

19.2. CATEGORIES DE RESISTANCE AU

4

19.3. EVOLUTION DES CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

4

19.3.1. Caractéristiques du béton

5

19.3.2. Caractéristiques de l’acier

6

19.3.3. Tableau récapitulatif

7

19.4.

DISTRIBUTION DE LA TEMPERATURE DANS LE BETON

9

19.4.1. Courbe de montée en

9

19.4.2. Face exposée

10

19.4.3. Problème à deux dimensions

10

19.4.4. Température moyenne du béton et des aciers d’un

10

19.4.5. Température moyenne dans un mur exposé au feu

12

19.4.6. Température dans une dalle

12

19.4.7. Températures dans une poutre

13

19.5.

SOLLICITATIONS ET PRINCIPE DES JUSTIFICATIONS

14

19.5.1. Principe

14

19.5.2. Sollicitations de calcul

14

19.6. DISPOSITIONS COMMUNES DE FERRAILLAGE

15

19.7. JUSTIFICATION DES POTEAUX

16

19.7.1. Dispositions constructives – Règles simples pour les poteaux

16

19.7.2. Justification par le calcul des poteaux

17

19.8. JUSTIFICATION DES TIRANTS

17

19.9. JUSTIFICATIONS DES POUTRES ELEMENTS FLECHIS

17

19.9.1. Dispositions constructives – Règles

17

19.9.2. Principe de la vérification à chaud des

19

19.9.3. Moment résistant à chaud en travée

20

19.9.4. Moment résistant à chaud sur

23

19.9.5. Justification de la stabilité de la

27

19.9.6. Vérification de non-éclatement

28

19.9.7. Vérification à l’effort tranchant

28

19.10. JUSTIFICATIONS DES MURS PORTEURS

29

19.11. JUSTIFICATION DES DALLES (REGLES

30

19.11.1. Dalles isostatiques

30

19.11.2. Dalles

31

19.12. JUSTIFICATION DES POUTRES-VOILES (REGLES SIMPLES)

31

19.13. EXERCICE 1 : JUSTIFICATION DUN POTEAU

32

19.13.1. Calcul à froid

32

19.13.2. Application des règles

32

19.13.3. Justification du poteau à « chaud »

33

19.14.

EXERCICE 2 : JUSTIFICATION DUNE POUTRE

35

19.14.1. Calcul des aciers à

35

19.14.2. Détermination des températures dans les aciers

36

19.14.3. Moment résistant à chaud en travée

37

19.14.4. Moment résistant à chaud sur

38

19.14.5. Vérification au feu

39

CNAM CCV109 – Béton armé

3

19. Comportement au feu des structures en béton

19.1.

Introduction

Le comportement au feu, des structures en béton, est décrit par le DTU feu appelé également "Règles de calcul FB".

Ces règles définissent les justifications ou vérifications à effectuer pour tenir compte de l'action du feu sur les ouvrages en béton armé et en béton précontraint.

Au niveau de la vérification au feu, on distingue deux types de vérifications:

Les vérifications détaillées qui permettent de quantifier les effets du feu sur la résistance de la structure.

Les dispositions constructives.

Les notations usuelles du BAEL91 sont applicables et modifiées comme suit, en fonction de la température , atteinte en chaque point de la structure:

Résistance du béton à la compression : Fc

Résistance du béton à la traction : Ft

Limite élastique de l'acier : Fe

Module de déformation longitudinal du béton : Eb

Module de déformation de l'acier : Es

Allongement unitaire :

Dans les formules qui suivent, la lettre "u" désigne la distance de l'axe de l'armature considérée au nu extérieur du béton.

la lettre "u" désigne la distance de l'axe de l'armature considérée au nu extérieur du béton.

CNAM CCV109 – Béton armé

4

19.2. Catégories de résistance au feu.

Les exigences de résistance au feu sont définies par trois catégories désignées par deux lettres et un nombre :

SF n : Stable au feu pour n heures.

PF n : Pare-flamme pour n heures.

CF n : Coupe-feu pour n heures.

Les critères permettant de déterminer le degré de résistance au feu sont :

1-

La résistance mécanique.

2-

L’étanchéité aux flammes et aux gaz chauds ou inflammables.

3-

L’isolation thermique (limitation de l’échauffement de la face non exposée au feu à 140°c en moyenne).

D’après ces critères, les éléments résistants au feu sont classés en trois catégories :

Les éléments « Stables au feu » (SF) respecte uniquement le critère 1 pour la durée à

considérée (par exemple, on peut demander un critère SF 1H). Les éléments « Pare-flammes » (PF) respectent les critères 1 et 2.

Les éléments « Coupe-feu » (CF) remplissent les trois critères.

19.3. Evolution des caractéristiques des matériaux

Le DTU définit l’évolution des caractéristiques des matériaux en fonction de la température. Cette évolution est réglementairement défini par des lignes brisées qui suivent des mesures issues d’essais.

Le DTU indique qu’il est possible de remplacer ces valeurs par des résultats expérimentaux obtenus dans des laboratoires agréés, à condition de solliciter la commission d’étude pour avoir son accord.

Voici un exemple de courbes issues du DTU feu :

à condition de solliciter la commission d’étude pour avoir son accord. Voici un exemple de courbes

CNAM CCV109 – Béton armé

5

19.3.1. Caractéristiques du béton

Le béton est défini par les caractéristiques suivantes :

Résistance à la compression.

Résistance à la traction.

Module de déformation.

Conductivité.

Les valeurs précédemment citées sont des valeurs qui varient en fonction de la température .

Certaines caractéristiques du béton restent constantes, quelque soit la température atteinte dans le béton :

Coefficient de dilatation thermique

Chaleur spécifique :

C

(

kcal

/

kg

/

c

) =

L =

L

0,22

1.10

5

/

c

Variation de la résistance à la compression

La variation de la résistance à la compression en fonction de la température est donnée par la formule suivante :

Le coefficient d’affaiblissement

linéaire fonction de :

f

cj

=

b

. f

cj

b est donné par le tableau suivant et correspond à une variation

Température

0

250

600

1000

(°c)

b

1.00

1.00

0.45

0.00

Pour des valeurs intermédiaires de températures, il suffit de faire une interpolation linéaire.

Cette variation peut également s’illustrer avec le graphique suivant :

peut également s’illustrer avec le graphique suivant : Les équations des différents tronçons de ce graphique

Les équations des différents tronçons de ce graphique sont les suivantes :

Pour 250c =>

b

= 1

.

Pour

Pour

250c

600c =>

600c

1000c

=>

b

=

0,45

+

0,55

600

600

250

b

=

0,45

1000

1000

600

.

.

CNAM CCV109 – Béton armé

6

Variation de la résistance à la traction

Le rapport

f

tj

f tj

est une fonction linéaire de , donné par le tableau suivant :

Température

0

50

600

(°c)

f

tj

1.00

1.00

0.00

f

tj

Variation du module de déformation

Le rapport

E

b

est une fonction linéaire de , donné par le tableau suivant :

E

b

Température

0

50

200

400

>600

(°c)

E

b

1.00

1.00

0.50

0.15

0.05

E

b

Variation de la conductivité

La conductivité Lambda (kcal/m2/h/°C) est fonction linéaire de définie par :

Température

(°c)

0

500

1000

1.4

0.8

0.5

19.3.2. Caractéristiques de l’acier

Le coefficient de dilatation de l’acier vaut

L =

L

1,5.10

5

/

c

.

La variation de la résistance en fonction de la température est donnée par la formule suivante :

Le coefficient d’affaiblissement

linéaire fonction de :

f

e

=

s

. f

e

s est donné par le tableau suivant et correspond à une variation

Température (°c)

0

200

400

580

750

 

s

(Barres HA)

1.00

1.00

-

0.42

0

 

s

(Treillis Soudés)

1.00

-

1.00

0.15

0

CNAM CCV109 – Béton armé

7

Pour des valeurs intermédiaires de températures, il suffit de faire une interpolation linéaire.

Cette variation peut également s’illustrer avec le graphique suivant (dans le cas des barres HA):

avec le graphique suivant (dans le cas des barres HA): Les équations des différents tronçons de

Les équations des différents tronçons de ce graphique sont les suivantes :

Pour 250c =>

b

= 1

.

Pour

Pour

 

580

 

200c

580c =>

0,42

= +

0,58

 

.

 

s

580

200

580c

750c =>

s

= 0,42

750

750

580

.

Attention, dans le cas de treillis soudés (TS), ces équations deviennent :

Pour 400c =>

b

= 1

.

Pour

Pour

 

580

 

400c

580c =>

0,15

= +

0,85

 

.

 

s

580

400

580c

750c =>

s

= 0,15

750

750

580

.

19.3.3. Tableau récapitulatif

Les coefficients d’affaiblissement

page suivante.

b et

s peuvent être également lu directement dans le tableau de la

En fonction de la température sur la face exposée, ce tableau donne le coefficient d’affaiblissement pour la résistance en compression du béton ainsi que pour la résistance à la traction des aciers, en barres HA ou en TS.

CNAM CCV109 – Béton armé

8

CNAM CCV109 – Béton armé 8

CNAM CCV109 – Béton armé

9

19.4. Distribution de la température dans le béton

La distribution de la température dans le béton est issue de résultats ou d’interpolations de résultats d’essais réalisés en laboratoire.

La température du béton d’un ouvrage est connue directement lorsque l’on dispose de résultats expérimentaux d’essais effectués sur des dispositions géométriques identiques.

La température du béton d’un ouvrage est connue par interpolation lorsqu’elle est déterminée analytiquement suivant les lois de transmission de la chaleur.

19.4.1. Courbe de montée en température.

Le DTU définit une courbe de montée en température (en fonction du temps) de la face exposée au feu :

Avec :

=

0 : température au temps initial

0

+

345.log

10

(8

t +

1)

: température au temps « t » exprimé en heures :

o

800°c à ½ heure.

o

900°c à 1 heure.

o

1000°c à 2 heures.

o

1100°c à 3 ½ heures.

La température du côté de la face non exposée est supposée égale à

0 .

2 heures. o 1100°c à 3 ½ heures. La température du côté de la face non

CNAM CCV109 – Béton armé

10

19.4.2. Face exposée.

La face exposée au feu est définie par :

La sous-face des planchers.

Toute la surface des poteaux.

Une face d’un mur si celui-ci est une cloison de compartiment.

Les deux faces d’un mur si celui-ci n’est pas cloison de compartiment.

19.4.3. Problème à deux dimensions

A partir de la température de la face exposée, il faut déterminer l’évolution des températures à

l’intérieur de l’élément.

Dans le d’un problème à deux dimensions, la température au point (x, y) est donnée par l’équation suivante :

2 2   = +   2 2 t c . x y
2
2
=
+
2
2
t
c
.
x
y

Avec :

: conductivité.

c : chaleur spécifique.

: masse volumique du béton.

On peut étudier cette équation par la méthode des différences finies, en procédant à un découpage de

la section avec une maille carrée x =

y , et un partage du temps en intervalles

t =

c . x ² .
c
.
x
² .

4.

L’analyse de cette méthode générale de calcul des températures permet d’établir les résultats donnés dans les tableaux ci-après (JP.BOUTIN, « Pratique du calcul de la résistance au feu des structures en béton », Editions Eyrolles, 1982).

19.4.4. Température moyenne du béton et des aciers d’un poteau.

Température moyenne du béton

La température moyenne du béton d’un poteau peut être estimée en fonction du coefficient de

massivité M, égal au rapport

périmètre , et de la durée d’exposition.

surface

du coefficient de massivité M, égal au rapport p é r i m è t r

CNAM CCV109 – Béton armé

11

Température moyenne dans les aciers

La température moyenne dans les aciers est fonction de trois paramètres :

De la durée d’exposition au feu.

De la distance « u » des armatures à la paroi libre.

Des dimensions du poteau.

L’article 7.12 du DTU feu donne un tableau avec des valeurs de température correspondant à un poteau de 18cm de côté et à un poteau de 50cm :

à un poteau de 18cm de côté et à un poteau de 50cm : Le 1

Le 1 er chiffre de chaque cellule correspond à une dimension « a » de 18cm, le second correspond à une dimension de 50cm.

Pour une dimension comprise entre ces deux valeurs, il suffit de faire une interpolation linéaire.

La valeur de « a » à prendre en compte est la plus petite dimension du poteau.

Pour des distances utiles « u » intermédiaires, on effectue également une interpolation linéaire.

De plus, le DTU indique que la distribution de la température n’est pas uniforme le long du contour.

Elle suit une variation d’allure parabolique, qui donne un coefficient de 1,2 pour la température des armatures aux angles et 0,9 pour les armatures situées sur les axes de symétrie :

0,9 pour les armatures situées sur les axes de symétrie : En compression centrée, on peut

En compression centrée, on peut se contenter de faire une vérification avec la température moyenne donnée par le tableau précédent.

CNAM CCV109 – Béton armé

12

19.4.5. Température moyenne dans un mur exposé au feu

Dans le cas d’un mur, en 1 ère approximation, on considère que la température moyenne ne dépend que de l’épaisseur du mur et de la durée d’exposition.

On distingue également les murs chauffé sur une face et les murs chauffés sur deux faces.

On a donc le tableau suivant :

chauffés sur deux faces. On a donc le tableau suivant : 19.4.6. Température dans une dalle

19.4.6. Température dans une dalle

Les calculs des températures dans une dalle, à une distance « u » de la face exposée, sont pratiquement indépendants de l’épaisseur de la dalle. Les valeurs obtenues figurent dans le tableau ci-dessous :

sont pratiquement indépendants de l’épaisseur de la dalle. Les valeurs obtenues figurent dans le tableau ci-dessous

CNAM CCV109 – Béton armé

13

19.4.7. Températures dans une poutre

L’article 7.52 du DTU donne un tableau des températures dans le talon des poutres, en fonction de leur largeur et de la durée d’exposition au feu.

Ces valeurs sont données uniquement en fonction de la largeur du talon car les autres caractéristiques (trame, épaisseurs de la dalle, hauteur…) n’ont que peu d’influence.

Ces valeurs ont été définies en découpant la poutre en carré de 3cm*3cm. Les valeurs des tableaux correspondent au centre de chaque petit carré.

en découpant la poutre en carré de 3cm*3cm. Les valeurs des tableaux correspondent au centre de

CNAM CCV109 – Béton armé

14

19.5. Sollicitations et principe des justifications

19.5.1. Principe

Les justifications produites doivent montrer qu’en toute section droite d’une pièce prismatique, les contraintes restent (pendant la durée du critère d’exigence) au moins égales aux contraintes dues aux efforts qui lui sont appliqués.

Ces contraintes tiennent compte de l’affaiblissement des caractères mécaniques des matériaux dû à la température.

Les méthodes de calcul visent donc la recherche d’un schéma de stabilité statiquement admissible, compte-tenu des possibilités d’adaptation de la structure.

Ce schéma doit respecter l’équilibre de toutes les sous-structures (travées des poutres par exemple) et la continuité des sollicitations.

Les justifications sont à produire à l’état limite ultime accidentelle, ce qui veut dire en considérant les coefficients de sécurité correspondants pour le béton et l’acier :

Coefficient de sécurité sur le béton :

Coefficient de sécurité sur l’acier :

b

= 1,3

b = 1,15

19.5.2. Sollicitations de calcul

La combinaison fondamentale à prendre en compte est la suivante :

Avec les notations suivantes :

G

+

Q

+ 0,8

W

et

/

ou

Sn

+

T

+

Y

G : ensemble des actions permanentes.

Q : ensemble des charges d’exploitations.

W : action du vent.

Sn : action de la neige normale

T : effets des dilatations d’ensemble.

Y : effets à prendre en compte dans les phénomènes d’instabilité (effets dues, par exemple, à l’introduction de flèches fictives pour le calcul des poteaux).

En ce qui concerne les sollicitations T dues aux effets de dilatation d’ensemble, elles sont provoquées par la variation de longueur des éléments contrariés par les éléments environnants.

La dilatation est calculée à partir du coefficient de dilatation linéaire (

L =

L

température moyenne atteinte par cet élément.

1,5.10

5

/

c

) et de la

La longueur sur laquelle doit être appliquée cette dilatation est habituellement :

La hauteur d’étage pour les éléments verticaux.

Pour les éléments horizontaux des bâtiments courants, il est admis de ne pas tenir compte des effets de dilatation d’ensemble, lorsque les distances entre joints n’excèdent pas les valeurs fixées par les règles en vigueur.

CNAM CCV109 – Béton armé

15

19.6. Dispositions communes de ferraillage.

Certaines dispositions constructives, communes à tous les éléments, sont a respecter lorsque l’on met en place le ferraillage d’un élément soumis au feu.

L’augmentation de l’enrobage est favorable pour la stabilité au feu.

Lorsque la distance utile des aciers principaux est supérieure à 7cm, il faut mettre en place un grillage de protection, enrobé de 1.5cm avec une maille inférieure à 10 cm.

Les dalles et les poutres doivent comporter des armatures sur toute la longueur des faces exposées au feu. Les aciers nécessaires à la stabilité d’une section doivent être éloignés des parois et des angles saillants. Les aciers qui ne sont pas nécessaires à la justification de stabilité doivent être placés au voisinage des parois exposées.

Comme nous l’avons précédemment, l’application des règles simples permet de se dispenser de faire un calcul à chaud.

nous l’avons précédemment, l’application des règles simples permet de se dispenser de faire un calcul à
nous l’avons précédemment, l’application des règles simples permet de se dispenser de faire un calcul à
nous l’avons précédemment, l’application des règles simples permet de se dispenser de faire un calcul à

CNAM CCV109 – Béton armé

16

19.7. Justification des poteaux

19.7.1. Dispositions constructives – Règles simples pour les poteaux.

Les règles simples pour les poteaux sont détaillées au chapitre 7.11 du DTU feu.

Ces règles sont applicables aux poteaux dont l’élancement est inférieur à 35 et dont l’effort ultime dû au béton seul est suffisant. En d’autres termes, un calcul à froid de la section d’acier théorique en compression simple doit donner une valeur négative (aciers non pris en compte dans le calcul de la portance limite du poteau).

La dimension minimale d’un poteau (exprimée en cm), en fonction de la durée d’exposition au feu, est fonction du rapport b/a (a étant la plus petite dimension du poteau) :

 

1/2H

1H

1H1/2

2H

3H

4H

Poteau b= a

15

20

24

30

36

45

Poteau b= 5a

10

12

14

16

20

26

Pour un rapport b/a compris entre 1 et 5, on détermine la surface minimale par interpolation linéaire (voir exercice un peu plus loin).

ATTENTION, cette interpolation est à faire sur l’aire de la section du poteau en fonction du rapport b/a :

de la section du poteau en fonction du rapport b/a : Les sections des poteaux situés

Les sections des poteaux situés de part et d’autre d’un joint inférieur à 2cm son t déterminées comme si le joint n’existait pas.

Les poteaux ronds sont traités comme les poteaux carrés de même surface, ce qui nous donne le tableau suivant :

 

1/2H

1H

1H1/2

2H

3H

4H

Diamètre minimal (cm)

17

23

27

34

41

51

CNAM CCV109 – Béton armé

17

19.7.2. Justification par le calcul des poteaux.

Lorsque l’on ne peut pas appliquer les règles simples, on doit faire une vérification à chaud du poteau.

Pour cela, on part des températures moyennes déterminées en 19.4.4 et on détermine les coefficients d’affaiblissements correspondants.

Ensuite, on vérifie le poteau en appliquant les formules usuelles du BAEL (voir exemple un peu plus loin).

Pour les poteaux qui ne sont pas sollicités en compression simple ou dont l’élancement est supérieur à 35, il convient également de faire une vérification à chaud. Dans ce cas, pour la prise en compte du flambement, les méthodes utilisées pour le calcul à froid (méthode forfaitaire, méthode itérative, tables de Faessel…) restent applicables à condition de bien tenir compte des coefficients d’affaiblissement.

19.8. Justification des tirants

Les tirants sont des pièces sollicitées uniquement en traction ou sollicitée en flexion-composée dans le cas des sections entièrement tendues (voir cours de flexion composée).

Dans ce cas, les règles simples du DTU nous imposent les valeurs suivantes :

 

1/2H

1H

1H1/2

2H

3H

4H

Petit côté a (cm)

8

12.5

15

20

24

28

Distance utile u (cm)

2.5

4.0

5.5

6.5

8.0

9.0

Section minimale (cm²)

128

312

450

800

1150

1570

Bien entendu, il reste toujours possible de passer outre ces recommandations et de faire une justification à chaud en reprenant les températures moyennes dans les armatures (le béton est négligé) telles que décrites en 19.4.4.

19.9. Justifications des poutres – éléments fléchis

19.9.1. Dispositions constructives – Règles simples.

Les règles simples pour les poutres et les poutrelles en béton armé sont données au chapitre 7.51 du DTU.

Elles sont résumées par le tableau ci-après et définissent :

h

2 + e

: épaisseur minimale.

b : largeur minimale (éventuellement b et

Le nombre minimal de lits inférieurs. La distance utile « u ».

0

h

0

).

La longueur des chapeaux (dans le cas d’une poutre continue) exprimée par

la travée de la poutre).

La distance utile «

u

t

» des armatures transversales.

Les valeurs de h + e

2

et de

u

t

sont définis directement par les tableaux.

l

sw

+

l

se

l

(l étant

CNAM CCV109 – Béton armé

18

Les autres valeurs sont définies dans deux cas :

M

w

+

M

e

Pour une poutre isostatique, correspondant à

Pour une poutre continue, telle que

M

w

+

M

e

2.

M

0

2.

M

0,5 .

0

= 0

.

Pour chacun des cas, la valeur de « u » est interpolée en fonction de la largeur b, comprise entre la

valeur minimale et le maximum de 1,00 mètre et

1,5h .

1

On procède ensuite par interpolation linéaire pour des valeurs intermédiaires de

Il est recommandé :

M

w

+

M

e

2.M

0

.

De concentrer les aciers vers le centre en évitant de placer de gros diamètres dans les

angles. D’augmenter le nombre de lits d’acier.

D’équilibrer une partie de l’effort tranchant par des épingles ou des étriers et de ne pas utiliser

uniquement des cadres voisins de la surface de béton. De prolonger sur appuis une partie du ferraillage inférieur.

Extrait du DTU feu

cadres voisins de la surface de béton. De prolonger sur appuis une partie du ferraillage inférieur.

CNAM CCV109 – Béton armé

19

CNAM CCV109 – Béton armé 19 19.9.2. Principe de la vérification à chaud des sections. Le

19.9.2. Principe de la vérification à chaud des sections.

Le principe de justification est le suivant :

On détermine les armatures de la poutre à froid. L’enrobage des armatures et les longueurs des aciers de chapeaux doivent être connus. On détermine la distribution des températures dans la poutre (§ 19.4.7).

et un moment résistant à chaud sur

appui

On vérifie ensuite une relation (voir plus loin) entre ces valeurs de moments à chaud et le moment isostatique. On effectue une vérification de non-éclatement du béton. On effectue une vérification à l’effort tranchant.

On calcul un moment résistant à chaud en travée

M

a

.

M

t

CNAM CCV109 – Béton armé

20

19.9.3. Moment résistant à chaud en travée.

19.9.3.1. Principe de calcul

A froid, une barre d’acier de section Ai peut équilibré une force

dans la barre.

F

s

= A .

i

si

,

si

étant la contrainte

Lorsque cette barre est portée à une température , on va calculer la force que cette barre peut équilibrer en faisant intervenir le coefficient d’affaiblissement déterminé en 19.3.3 :

F

s

=

A

i

.

s

i

=

A

i

.

si

.

si

=

A

i

.

si

On voit donc que l’on peut appliquer le coefficient d’affaiblissement de l’acier directement sur les sections d’armatures.

Les lois de comportement des matériaux (acier et béton) sont également modifiées en fonction de la température atteinte.

Diagramme contraintes-déformations du béton.

On substitue à la valeur de f , la valeur

cj

diagramme rectangulaire simplifié.

f

c

dans le diagramme parabole-rectangle ou dans le

Etant donné le caractère instantané de l’incendie, il n’y a pas lieu de prendre en compte le coefficient de 0,85 dans le calcul de la résistance du béton.

De plus, le coefficient de sécurité

que « j » est supérieur à 90 jours, ce qui nous donne

b est pris égal à 1,3. On admet également pour la valeur de

f

c

90

=

1,1.

f

c

28

.

f cj

A partir de ces hypothèses, on a le diagramme parabole-rectangle suivant :

hypothèses, on a le diagramme parabole-rectangle suivant : Dans le cas des poteaux ou des voiles,

Dans le cas des poteaux ou des voiles, on prend en compte les valeurs correspondant à la température moyenne.

Dans le cas des poutres, on peut substituer à la section réelle une section de largeur fictive en

affectant à chaque tranche élémentaire une largeur

bi

.b .

i

CNAM CCV109 – Béton armé

21

Diagramme contraintes-déformations de l’acier.

Le coefficient

s

est pris égal à 1.

Le diagramme de calcul des aciers est donc le suivant :

1. Le diagramme de calcul des aciers est donc le suivant : 19.9.3.2. Hauteur utile réduite.

19.9.3.2. Hauteur utile réduite.

La réduction des aires efficaces de chaque barre (en fonction de la température atteinte en cet endroit) entraîne forcément une modification de la position du centre de gravité et donc de la hauteur utile à chaud.

Le calcul de cette hauteur utile réduite permettra ensuite d’écrire l’équilibre de la section à chaud.

On rappelle que le centre de gravité est égal au moment statique divisé par l’aire d’une section.

La démarche consiste donc à calculer le moment statique de chaque barre, sa section résiduelle puis le moment statique de toutes les barres (c’est la somme des moments statiques).

Ce calcul se résume par le tableau suivant :

statique de toutes les barres (c’est la somme des moments statiques). Ce calcul se résume par

CNAM CCV109 – Béton armé

22

Avec :

A i : aire de la barre i.

u i

i

si

: distance utile de la barre i.

: température de la barre i.

: coefficient d’affaiblissement de la barre i.

On en déduit donc :

si

.

A u

i

.

i

S

A

Distance utile des aciers chauds :

u

=

d

si

.

A

= h

i

A

=

u

Hauteur utile de la section réduite à chaud :

.

19.9.3.3. Calcul du moment résistant

A partir de la hauteur utile déterminée précédemment, on peut établir le schéma suivant :

précédemment, on peut établir le schéma suivant : Ce schéma est défini à partir des deux

Ce schéma est défini à partir des deux hypothèses suivantes :

En face supérieure de la poutre, on considère une température inférieure à 250°c (l’air chaud

monte), ce qui nous donne

On néglige, dans le cas des poutres en T, la table de compression, ce qui va dans le sens de la sécurité.

b

=

1

f

cj

=

b

.

f

c

90

= f

c

90

.

En écrivant l’équilibre des forces entre le béton comprimé et les aciers tendus, on en déduit la position de l’axe neutre :

F bc

,

=

F

s

,

0,8.

b

0

.

y

.

f

c

90

1,3

=

A

Puis le moment résistant en travée :

M

t

=

A

.

f

e

.

z

avec z

.

f

e

= d

y

=

A

.

f

e

0,8.

b

0

f

c

90

.

1,3

0,4.y

On voit que l’écriture de cet équilibre est le même que dans le cas d’un dimensionnement à froid.

CNAM CCV109 – Béton armé

23

Remarque :

D’après le diagramme de déformations-contraintes de l’acier, on a

s

= f tant que

e

s

Pour des aciers Fe500, cela correspond à

y

bc

d

bc

+

sl

=

0,0035

0,0035 +

500

200000

=

0,583

sl

.

Dans le cas où le calcul de l’axe neutre nous amène à

y

d

0,583

, il faut remplacer

A

A

.

E

3,5

d

.

, ce qui conduit à résoudre l’équation du 2 nd degré suivante :

.

A

y

E

.

s

.

y

3,5

d

y

.

1000

875.

A

y

.

d

=

0

y

 

=

s

.

s

 

0,8.

b

0

.

.

b

0

.

y

f

c

90

.

.

1,3

s

.

1000

f

c

90

y

1,3

²

+

= A

875.

A

E

19.9.4. Moment résistant à chaud sur appui.

. f

e

par

19.9.4.1. Zone réduite de compression à chaud

Sur appui, les aciers tendus sont en fibre supérieure et la zone comprimée de béton en face inférieure.

Par conséquent, la zone comprimée est située côté face chaude.

Il faut donc estimer l’effort que peut reprendre le béton comprimé, affecté de son coefficient d’affaiblissement.

Pour cela, on découpe la zone comprimée en rectangles élémentaires de dimensions x et b :

en rectangles élémentaires de dimensions x et b : « i » représente le rang d’une

« i » représente le rang d’une bande horizontale quelconque de hauteur x . « j » représente le rang d’une bande verticale quelconque de largeur b .

ij

ij

est la température au centre du rectangle xi. bj .

est le coefficient d’affaiblissement du béton correspondant à

ij

.

CNAM CCV109 – Béton armé

24

On peut écrire la force élémentaire que peut équilibrer chaque rectangle élémentaire :

[

F

bc

]

ij

= x

i

.

b

j

.

f c90

ij

.

1,3

Du fait que xi est constant pour toute bande horizontale de rang i, l’expression précédente devient :

[

F

bc

]

i

=

x

i

m

1

=

j

b

j

.

ij


f

c

90

.

1,3

On peut simplifier cette expression en écrivant :

[

F

bc

]

i

= b x

i

.

i

f

c

90

.

1,3

avec

b

i

=

m

=

1

j

ij

.

b

j

D’après l’expression précédente, on voit que chaque bande horizontale est prise en compte avec une largeur réduite en fonction des coefficients d’affaiblissement. On a donc une zone comprimée en forme de pyramide inversée :

a donc une zone comprimée en forme de pyramide inversée : 19.9.4.2. Calcul du moment résistant

19.9.4.2. Calcul du moment résistant à chaud sur appui

Nous venons de voir que chaque bande horizontale équilibre l’effort de compression suivant :

[

F

bc

]

i

= b x

i

.

i

f

c

90

.

1,3

avec b

i

=

m

=

1

j

ij

.

b

j

Il s’en déduit que chacune de ces bandes horizontales peut équilibrer un moment fléchissant égal à :

Avec

z

v

bi

i

= d

=

(

i

v

i

1).

x

+

x

2

M

i

=

[

F

bc

]

i

.z

bi

(voir schéma précédent)

CNAM CCV109 – Béton armé

25

Pour déterminer maintenant l’effort de compression totale que peut reprendre la zone comprimée, on fait la somme de toutes les bandes :

F

bci

=

i

[

F

bc

]

i

=

i

b

i

.

x

i

f

c

90

.

1,3

Lors du découpage en bande, on aura la bande i (correspondant à F

la limite du rectangle simplifiée et la bande i+1 (correspondant à F

schéma précédent).

) qui sera juste au-dessous de

) qui sera juste au dessus (voir

bci

bci+1

Par conséquent, la valeur de la force

entre les deux valeurs

F

bc

qui équilibre l’effort dans les aciers

F

bci

et

F

bci+1

de telle sorte que :

F

bci

F

bci

A. f

1

+

e

A. f

e

Si on note

hauteur x correspondant à

x

i =

i

.

x

la hauteur de la zone comprimée correspondant à

F

bc

par une simple interpolation linéaire entre

F

bci

F s

F s

F bci

= A. f

e

est comprise

, on peut déduire la

et

F

bci+1

.

Cette interpolation linéaire nous permet d’écrire :

En posant

F

bci

+1

F

bci

=

[

F

bc

]

i

+1

, on a :

x

=

x

i

F

bc

+

x

=

F

bci

A f

.

e

+

x

x

i

F

bci

x

.

[

F

bc

]

i + 1

.

(

F

bci

+

1

F

bci

)

=

A f

.

e

.

Connaissant la hauteur x du rectangle, on peut en déduire la position de l’axe neutre ( y = 1,.25.x) puis le bras de levier entre la zone comprimée et les aciers tendus :

z

b

=

d

0,4.

y

=

d

x

2

Connaissant le bras de levier, on peut en déduire le moment résistant :

M

a

=

A f

.

e

.

z

b

=

A f

.

e

.(

d

x

2

)

Cas ou fe n’est pas atteinte

Attention, dans les calculs précédents, on a considéré que la contrainte

aciers.

f est atteinte dans les

e

Or, cette contrainte ne peut être atteinte que si

s

f

e

E

s

avec

s

=

3,5

d

y

3,5

0,8.

d

x

=

.

.

1000

y

1000

x

,

soit

x

0,8.

d

3.5

3,5 +

1000. f

e

E

s

= 0,8

d

.

700

700 + f

e

.

Pour un acier Fe500, on doit avoir x 0,467d .

CNAM CCV109 – Béton armé

26

Si

cette

vérification

n’est

pas

satisfaite,

il

faut

calculer

les

valeurs

exactes

de

et

linéaire

F

si

F

si+1

correspondant

respectivement

aux

bandes

 

i

et

 

i+1,

puis

réécrire

l’interpolation

précédente pour trouver la valeur de x.

 

Donc,

si

pour

un

Fe500,

 

on

a

x = i x > 0,467d ,

on

remplace

le

terme

F

= A.

= A.E .

 

=

3,5

0,8.

d

 

i

x

=

 

3,5

0,8. d

 

x

i

si

si

s

si

, avec :

si

1000

.

Pour la bande horizontale suivante, on aura

F

si

i x

+

1

= A E

.

s

.

1000

si

+

1

.

x

avec :

i

.

A. f par

e

si

+

1

=

3,5

.

1000

0,8.

d

(

i

+

1).

x

(

i

+

1).

x

=

3,5

0,8. d

x

i

+

1

1000

.

x

i

+

1

Lorsque

donne :

F

bci

< F

si

et que

F

bci

+1

>

Le moment à chaud est obtenu par :

Avec

s

=

3,5

0,8. d

x

1000

.

x

F

si

+1

x

=

, on obtient la valeur de x par interpolation, ce qui nous

x

i

+

x .

1

1 +

F

bci

+1

F

si

+1

F

si

F

bci

M

a

=

A

.(

E

s

.

s

).(

d

x

2

)

Tous ces calculs peuvent se résumer par le tableau suivant :

F bci + 1 F si + 1 F si F bci M a = A

CNAM CCV109 – Béton armé

27

19.9.5. Justification de la stabilité de la poutre.

Le but de la justification est de vérifier que si les aciers en travée ne sont plus efficaces, la défaillance des ces derniers puisse être compensée par les aciers sur appuis.

De ce fait, la courbe des moments doit être comprise entre dans la plage de variation des moments ultimes résistants à chaud :

de variation des moments ultimes résistants à chaud : Cette condition se traduit par : M

Cette condition se traduit par :

M

a

+

M

t

M

0

1

.

Les moments doivent être pris avec leurs signes respectifs, positif en travée et négatif sur appui.

En ce qui concerne les aciers de chapeaux sur appuis, leurs longueurs doit être suffisantes pour assurer la sécurité lorsque les aciers de travée ne sont plus résistant. Cela se traduit par le schéma suivant :

ne sont plus résistant. Cela se traduit par le schéma suivant : l ch représente la

l ch

représente la longueur réelle des chapeaux.

CNAM CCV109 – Béton armé

28

19.9.6. Vérification de non-éclatement.

En cas d’incendie, il peut se produire un éclatement du béton du fait de l’expansion de l’eau contenu dans le matériau.

L’éclatement du béton a pour effet de mettre à nu une ou plusieurs barres d’acier qui n’interviennent alors plus dans la résistance de l’élément.

Il y a deux façons de s’assurer du non-éclatement du béton :

Par respect des règles simples. Ces dernières, sous réserve d’une confection conforme aux

règles de l’art, permettent d’éviter les éclatements prématurés du béton. On rappelle qu’un grillage de protection est nécessaire dès que u est supérieur à 7cm. Par une vérification complémentaire.

La vérification consiste à considérer la mise à nu d’une barre, celle de plus gros diamètre au voisinage du contour. Cette barre n’intervient donc plus dans le calcul, et on doit refaire toutes les vérifications avec cette hypothèse.

La justification doit être avec la combinaison suivante : G

1

0,05

G

G

1

2

représente l’ensemble des charges permanentes.

représente le poids propre du plancher concerné.

G

2

+

0,8

Q +

0,8(

)

WouSn + T + Y

1

.

En effet, cette combinaison tient compte du fait que l’incendie provoque une évaporation de l’eau qui provoque des ruptures locales du béton et une légère diminution de son poids propre.

Le DTU indique que cette vérification n’est pas nécessaire :

Pour les poutres comportant plus de 8 barres à mi-travée.

Pour les dalles.

19.9.7. Vérification à l’effort tranchant.

La vérification à l’effort tranchant n’est pas nécessaire si la largeur de la poutre respecte les valeurs données dans le tableau des règles simples (§19.9.1).

Dans le cas contraire, on déduit l’effort tranchant de la courbe des moments (théorème des 3 moments) :

contraire, on déduit l’effort tranchant de la courbe des moments (théorème des 3 moments) : V

V

=

V

iso

+

M

a

e

M

a

w

L

CNAM CCV109 – Béton armé

29

Avec cette valeur de l’effort tranchant, on vérifie la contrainte sur le béton :

V = 0,20. b . d 0
V
=
0,20.
b
.
d
0

b . f

c 90

Le coefficient

distances b/4 et h 1 /2 telles que définies sur le schéma ci-dessous :

b est déterminé en considérant la température mesurée au point caractérisé par les

la température mesurée au point caractérisé par les En ce qui concerne les armatures d’effort tranchant,

En ce qui concerne les armatures d’effort tranchant, elles doivent vérifier :

Le coefficient

s

. A

t

0,03.

b

. f

c 90

b

0

.

s

t

0,9. f

e

 

s est déterminé en considérant une température à la hauteur h 1 /2.

19.10. Justifications des murs porteurs

Article 7.3 du DTU feu.

Cet article s’applique aux éléments porteurs dont la grande dimension excède de plus de 5 fois la petite (b 5a) .

Les règles simples s’appliquent aux murs d’élancement inférieurs à 50, avec une ou deux faces exposées.

Un tableau définit l’épaisseur et la distance utile en fonction de la durée d’exposition :

 

1/2H

1H

1H1/2

2H

3H

4H

Epaisseur a (cm)

10

11

13

15

20

25

Distance utile u (cm)

1

2

3

4

6

7

La distance utile n’est à respecter que si les aciers sont nécessaires à la stabilité (cas des voiles armés).

De la même façon que les poteaux, on peut faire une vérification à chaud en déterminant les coefficients d’affaiblissement à partir des températures données en 19.4.5.

CNAM CCV109 – Béton armé

30

En complément des tableaux donnés en 19.4.5, on peut utiliser le tableau suivant (extrait du DTU) qui donne les températures atteintes à la distance u du parement (exposé au feu) :

atteintes à la distance u du parement (exposé au feu) : Pour des valeurs de «

Pour des valeurs de « u » intermédiaires, il suffit de faire une interpolation linéaire.

19.11. Justification des dalles (règles simples).

Il s’agit des dalles pleines ou réalisées à partir de prédalles, portant sur 2, 3 ou 4 côtés (article 7.4 du DTU feu).

Les armatures inférieures d’une dalle exposée au feu doivent constituer un quadrillage sur toute la surface avec 1/6 de la section en travée ancrée sur appuis (soit toutes les barres ancrées de ls/6, soit une barre sur six ancrée de ls).

Les règles simples s’appliquent aux locaux pour lesquels la surcharge d’exploitation est définie par la norme NFP 06-001.

On distingue les dalles isostatiques et les dalles continues.

19.11.1. Dalles isostatiques

On note :

h : épaisseur de la dalle (en cm). e : épaisseur de la chape et du revêtement (en cm).

M

M

0

w

: moment isostatique sous charge maximale.

et

M

e

: moments équilibrés par les aciers sur appuis de longueur libre à l’intérieur de la

travée considérée. Ces moments sur appuis ne sont pris en compte que si les valeurs des

moments dus aux seules charges permanentes sont telles que

M

w

+

M

e

M

0

.

Les dispositions constructives sont résumées dans le tableau suivant :

constructives sont résumées dans le tableau suivant : La lecture de ce tableau se fait par

La lecture de ce tableau se fait par interpolation

linéaire sur u et sur

l

sw

+

l

se

l

.

de

chapeaux comptés à partir du nu de l’appui vers l’intérieur de la travée (voir schéma ci-dessous)

l

sw

et

l

se

sont

les

longueurs

des

aciers

CNAM CCV109 – Béton armé

31

CNAM CCV109 – Béton armé 31 19.11.2. Dalles hyperstatiques. Les règles précédentes peuvent être appliquées :

19.11.2. Dalles hyperstatiques.

Les règles précédentes peuvent être appliquées :

Soit en tenant compte des moments de continuité hyperstatiques à la condition que les aciers

sur appuis soient de nuance Fe215 ou Fe235, sans armatures de répartition soudée. Soit sans tenir compte des moments de continuité, ce qui suppose que les aciers en travée

ont été calculés à froid sous

nécessaires au bon comportement de l’ouvrage en service normal.

M , ce qui ne dispense pas de disposer les aciers sur appuis

0

Si les charges d’exploitation sont définies par application de la norme NFP 06-001, on considère toutes les travées chargées.

Si les charges d’exploitation ne sont pas entièrement définies par la norme NFP 06-001, on pourra considérer pour les travées « déchargées » 80% de la surcharge et la totalité de la surcharge pour les travées « chargées ».

19.12. Justification des poutres-voiles (règles simples)

Les règles simples donnent une épaisseur mini et un enrobage des aciers de flexion en fonction de la durée d’exposition au feu :

 

1/2H

1H

1H1/2

2H

3H

4H

Epaisseur a (cm)

10

11

13

15

20

25

Distance utile u (cm)

1

1,5

2

3

4,5

6

CNAM CCV109 – Béton armé

32

19.13. Exercice 1 : justification d’un poteau.

On considère un poteau de 30cm*40cm, de hauteur libre 2.75m, soumis à une compression centrée :

Ng= 800 KN

Nq= 150 KN

On cherche à étudier la stabilité au feu 2h (SF 2H) :

Par application des règles simples.

Par un calcul à chaud.

Les matériaux sont :

Béton B25.

Acier fe400

Le poteau est considéré bi-articulé. Plus de la moitié des charges appliquée après 90 jours.

19.13.1. Calcul à froid.

On fait un dimensionnement en compression centrée.

N

u

= 1,35 800 +1,50 150 = 1305

KN

Poteau bi-articulé : l

f

=

l

0

=

2,75

m

.

2,75

Elancement :

=

 

=

 

=

31,75

 

0,85

 
0,30 / 12 = 0,85

0,30 /

12

=

0,85

1

+

0,2

35

2

1

+

0,2

31,75

35

2

=

= 1,305

0,730

MN

Br= (0,40-0,02)*(0,30-0,02)= 0,1064 m²

A

Nu

B F

r

c

28

s

0,9

b

F

e

=