Vous êtes sur la page 1sur 82

1

2

Table des matières
PREMIERE PARTIE: L'ARGENTINAZO, UNE CRISE DE L'HÉGÉMONIE.................................6
I. DES ORIGINES DE LA CRISE ÉCONOMIQUE DE 2001 AU RÉTABLISSEMENT DE
L'HÉGÉMONIE..............................................................................................................................6
1. De la dictature au ménemisme des années 90.........................................................................6
a. La dictature.........................................................................................................................6
b. Retour de la démocratie......................................................................................................6
2. 2001-2002, les années noires..................................................................................................7
a. Le gouvernement De la Rua...............................................................................................7
b. Le gouvernement Duhalde.................................................................................................8
3. Le nouveau visage de l'hégémonie..........................................................................................9
a. Le kirchnérisme..................................................................................................................9
b. Les médias hégémoniques................................................................................................11
II. LE PAYSAGE MÉDIATIQUE ARGENTIN............................................................................13
1. Concentration des médias argentins......................................................................................13
a. La constitution d'un oligopole médiatique argentin.........................................................13
b. L'initiative pour une réforme de la loi de radiodiffusion..................................................13
2. Les médias argentins au service de l'hégémonie...................................................................14
a. État des lieux....................................................................................................................14
b. Les médias hégémoniques vus par les médias alternatifs................................................16
III. LA RÉSISTANCE SOCIALE..................................................................................................18
1. Crise de la représentation politique.......................................................................................18
2. Le mouvement piquetero......................................................................................................19
a. Origine et développement.................................................................................................19
b. Organisation et institutionnalisation du mouvement........................................................19
3.Les assemblées de quartiers...................................................................................................20
a. Recréer le lien social.........................................................................................................20
b. Pérennisation du phénomène............................................................................................20
DEUXIÈME PARTIE: LES MEDIAS ALTERNATIFS, ACTEURS DE LA CONTREHEGEMONIE....................................................................................................................................22
I. « ALTERNATIVIDAD » ET CONTRE-HÉGÉMONIE, ESSAI DE SYNTHÈSE
THÉORIQUE.................................................................................................................................22
1. Communication et médias alternatifs: entre polémiques et paradoxes.................................22
a. Une communication différente.........................................................................................22
b. Indépendance morale et financière...................................................................................23
c. Le média alternatif: un média artisanal............................................................................24
d. Usage de la technique.......................................................................................................24
2. La contre-hégémonie: entre altermondialisme et média-activisme......................................25
a. La théorie néo-gramscianienne et application alter-mondialiste......................................25
b. Les militants de la contre-hégémonie...............................................................................26
II. DES RADIOS PIRATES DES ANNÉES 80 AUX MÉDIAS SOLIDAIRES ACTUELS.......29
1. Les premiers médias alternatifs en Argentine.......................................................................29
a. Des années 80 aux années 90...........................................................................................29
b. Les premiers médias alternatifs dans la ville de La Plata.................................................29
c. Le déclic de 2001..............................................................................................................30
2. De nouvelles expériences alternatives nées de la crise.........................................................31
a. Les médias récupérés........................................................................................................31
b. Donner du travail et un autre point de vue: les revues solidaires.....................................33
c. Internet, le nouvel espace du militantisme social.............................................................35
3

TROISIÈME PARTIE: DEUX EXEMPLES DE MÉDIAS ALTERNATIFS ARGENTINS, LA
PULSEADA ET INDYMEDIA..........................................................................................................37
I. LA PULSEADA, HÉRITIÈRE DE LA THÉOLOGIE DE LA LIBÉRATION.........................37
1. rappel historique....................................................................................................................37
a. la La théologie de la libération.........................................................................................37
b. à l'origine, la « Obra » du Père Cajade.............................................................................38
2. La Pulseada: cheval de bataille de la lutte sociale................................................................40
a. création.............................................................................................................................40
b. Objectifs et thèmes récurrents..........................................................................................42
c. Organisation......................................................................................................................43
II. INDYMEDIA, UN MÉDIA MILITANT DE MASSE.............................................................44
1. Un média global: origine et caractéristiques.........................................................................44
a. Seattle 1999......................................................................................................................44
b. Autonomie et publication ouverte....................................................................................44
c. Indymédia Argentina........................................................................................................45
2. Indymedia La Plata: Pour un changement radical de la société............................................46
a. Création et profil des militants.........................................................................................46
b. Ligne de conduite et objectifs et thèmes récurrents.........................................................47
c. Organisation......................................................................................................................48
3. Pressions et violence.............................................................................................................50
a. Une paranoïa pas si infondée............................................................................................50
b. L'attentat du 20 novembre 2002.......................................................................................51
QUATRIÈME PARTIE: INDYMEDIA ET LA PULSEADA: DIVERSITÉ ET DIVERGENCE.....53
I. INTÉGRITÉ ET LÉGITIMITÉ DES MÉDIAS ALTERNATIFS..............................................53
1. Le financement au coeur des polémiques.............................................................................53
a. la publicité dans le système médiatique...........................................................................53
c. selon La Pulseada: Un fondateur charismatique et une imprimerie.................................54
b. Indymedia, refus absolu...................................................................................................55
2. Analyse du contre-discours dans le traitement du massacre d'Avellaneda...........................56
a. Contredire la thèse officielle.............................................................................................56
b. Expliquer les alliances entre les médias et le pouvoir......................................................58
3. Le rapport aux autres.............................................................................................................60
a. avec le public ...................................................................................................................60
b. Avec les médias. ..............................................................................................................61
c. avec les institutions...........................................................................................................62
II. VIABILITÉ DES PROJETS DANS L'ARGENTINE POST-CRISE.......................................63
1. Une sortie de crise et réadaptation des médias alternatifs.....................................................63
a. amélioration économique globale mais Une pauvreté bien enracinée.............................63
b. Indymédia Limites du journalisme bénévole...................................................................64
2. La Pulseada tient le cap malgré les écueils ..........................................................................65
a. Mort du Leader et période d'incertitude...........................................................................65
b. La distribution..................................................................................................................67
CONCLUSION..................................................................................................................................69
Annexes..............................................................................................................................................72
annexe 1: hommages au père cajade.........................................................................................72
Annexe 1.1 dios está distraído..............................................................................................72
Annexe 1.2 « Mosquito en La Pulseada »............................................................................74
Annexe 2: Première note de la Indymedia La Plata..................................................................75
Annexe 3: entretien Indymédia.................................................................................................77
Annexe 4: entretien La Pulseada 2............................................................................................77
4

Annexe 5: entretien Natalia Vinelli...........................................................................................77
Annexe 6: entretien Vice Decano..............................................................................................77
Annexe 7: entretien Miguel Mendoza.......................................................................................77
Annexe 8: Masacre Avellaneda.................................................................................................77
Annexe 8.1: « Asesinos » ....................................................................................................77
Annexe 8.2 « Operacion masacre » Indymedia,9 de julio del 2002 ....................................78
Annexe 8.3: Article du 27 Juin 2002 de LA NACION........................................................79
Crónica de una violencia anunciada...................................................................................................79
Notas relacionadas.........................................................................................................................80

5

PREMIERE PARTIE:
L'HÉGÉMONIE.

L'ARGENTINAZO,

UNE

CRISE

DE

I. DES ORIGINES DE LA CRISE ÉCONOMIQUE DE 2001 AU RÉTABLISSEMENT DE
L'HÉGÉMONIE.
1. De la dictature au ménemisme des années 90.
a. La dictature.
Le coup d'état militaire perpétré le 24 mars 1976 ne fut pas seulement coupable des crimes et
atrocités liées à la disparition de 30 000 personnes. Comme le décrira Rodolfo Walsh, le projet
économique mis en place est à la hauteur de la violence politique 1. Avec l'aide des institutions
financières internationales, le ministre de l'économie, Martinez de Hoz, modifica profondément la
configuration et les rapports de forces entre les classes sociales. Alors que la timide industrialisation
du pays avait été favorable aux salariés, cette nouvelle stratégie économique met à bas l'état
providence et initie un transfert des ressources vers l'extérieur en privilégiant l'investissement
financier par rapport à l'investissement productif. Réductions des revenus, désindustrialisation et
augmentation du chômage, les éléments de la crise économique de 2001 sont déjà là. En 1981, la
récession mondiale et l'échec de la guerre des Malouines provoquent le retour de la démocratie mais
la situation économique ne s'améliore pas.

b. Retour de la démocratie.
En effet, la présidence du radical Raul Alfonsin (1983-1989) est une période de forte instabilité
économique et sociale marquée par pas moins de 4000 grèves sectorielles et 13 grèves générales. En
1

Traduction française d'extraits de la Lettre ouverte à la Junte Militaire de Rodolfo Walsh. "Ces atrocités, qui
secouent la conscience du monde civilisé, ne sont cependant pas celles qui ont amené le pluis de souffrances au
peuple argentin, ni les pires violations des droits humains auxquels vous vous livrez. Dans la politique économique
menée par ce gouvernement l'on doit rechercher non seulement l'explication de ces crimes, mais les atroces
souffrances que provoque à des millions d'êtres humains la misère planifiée. Cette année, vous avez réduits le salaire
réel des travailleurs de 60%, diminué leur participation dans le revenu national à 30%, en faisant passer de 6 à 18h la
journée de travail dont a besoin un ouvrier pour subvenir à ses besoins de base (panier de la ménagère)..... En gelant
les salaires à coup de fusil tandis que les prix ne cessent d'augmenter, en abolissant toute forme de réclamation
collective, en interdisant les assemblées et les comités, en allongeant les horaires de travail, en élevant le chômage à
des niveaux record et en promettant de continuer de l'élever....Vous avez fait reculer les relations de production au
début de l'ère industrielle. Et lorsque les travailleurs ont voulu protester, vous les avez qualifiés de terroristes, en
séquestrant des équipes complètes de délégués, qui ont parfois été retrouvés morts, et qui n'ont parfois pas été
retrouvés... Les résultats de cette politique ont été fulminants: pendant cette première année de gouvernement,la
consommation d'aliments a chuté de 40%, celle de vêtements de 50%, celle des médicaments a pratiquement disparu
parmi les couches populaires..." Rodolfo Walsh fait parti de ces 30 000 disparus. Le lendemain de la publication de
sa "Lettre ouverte à la Junte Militaire, un commando le blessait mortellement le 25 mars 1977.

février 1989, l'hyper-inflation mène à une très grave crise sociale et économique. Le parti radical
perd les élections au profit du péroniste Carlos Menem. Président son pays dans un monde qui voit
la victoire du néolibéralisme, Menem engage l'Argentine dans la phase finale du modèle
économique initié par la dictature et poursuivi sous le radicalisme des années 80. Le marché
argentin est rendu totalement accessible aux entreprises étrangères, ce qui achève de liquider la
"vieille industrie" argentine, incapable de concurrencer les marchandises venant d'Asie ou des ÉtatsUnis. Tandis que le peso est ancré au dollar pour lutter contre l'inflation 2, les entreprises d'État sont
privatisées dans un véritable bradage et des milliers de travailleurs sont mis à la porte, tandis que
des lois flexibilisent l'emploi et légalisent le travail précaire. La situation est aggravée par une forte
augmentation de la TVA et donc de la pression fiscale sur les salariés, par la privatisation de la
santé, de l'éducation et des retraites, réformes pesant toujours un peu plus sur la population. Au
total, ce sont 167 000 emplois qui sont supprimés dans la fonction publique entre 1985 et 2000.
Cette même année, le pays ne compte plus que 600 000 travailleurs contre 1,5 million en 1974. Sur
les 37 millions d'habitants, 14 millions sont considérés comme pauvres tandis que 7 millions vivent
dans l'indigence la plus totale. En comptant les chômeurs partiels, les travailleurs ayant renoncé à
trouver un emploi et les chômeurs officiels, c'est 36% de la population qui est sans emploi en
octobre 2001. Dans un pays où il n'existe aucune assurance chômage, ces 5 200 000 personnes vont
jouer un rôle très important dans l'explosion populaire des mois suivants.
2. 2001-2002, les années noires.
a. Le gouvernement De la Rua.
En décembre 1999, Fernando de La Rua devient président d'un pays au bord de la faillite. Pourtant
aucun changement économique n'est envisagé et Domingo Cavallo, ancien ministre de Menem,
revient à la tête du ministère de l'économie. Recevant des pouvoirs extraordinaires, il poursuit les
restrictions budgétaires, les baisses de salaires et les privatisations bradées comme celle de la
compagnie aérienne Aerolinas Argentinas à la compagnie espagnole Iberia. Les barrages de routes
se multiplient passant de 544 en 2000 à 1282 en 2001, tout comme les grèves générales qui se
succèdent depuis celle du 5 mai 2000. Affaibli par les élections législatives d'octobre 2001 3, le
gouvernement De La Rua cherche des solutions pour enrayer la dépression économique. Cavallo se
rend aux États-Unis mais le FMI et le gouvernement états-uniens refusent toute nouvelle aide. La
fuite des capitaux s'accélère et s'élève à plus de 15 milliards de dollars en 2001. Le 1er décembre, le
2

3

Dans un premier temps, cette décision donne des résultats positifs car elle stoppe l'inflation et relance une
croissance soutenue par la consommation en attirant les capitaux étrangers.
L'alliance gouvernementale ne recueille que 23,1% des voix , on compte 6 300 000 de bulletins nul ou blancs soit
21,1% et 26% d'abstention.

gouvernement gèle les avoirs bancaires en décrétant le corralito et supprime la parité peso-dollar.
La confiscation de l'épargne touche un million et demi de citoyens alors que prévenus la veille du
décret, les proches du pouvoirs placent leurs capitaux en sureté à l'étranger. Les premiers pillages de
supermarchés ont lieu. La révolte populaire atteint son comble le 19 décembre, après que le
président De La Rua dépassé par les événements, ait décrété l'état de siège. La place de mai, haut
lieu des rassemblements historiques, est envahie et les cacerolazos résonnent dans toutes les villes
du pays. Malgré la répression, la révolte se poursuit le 20 décembre. Impuissant, le président donne
sa démission et fuit le palais présidentiel en hélicoptère. Le bilan de ces deux journées est sévère, 36
tués et 400 blessés. Le mot d'ordre « Que se vayan todos » exprime le rejet populaire du système
politique et de ses représentants et comme l'écrit Adolfo Gilly,de la faillite des classes dominantes:

« À la fin du 20ème siècle, l'Argentine n'avait plus de classe dirigeante qui, exploiteuse ou non,
misait sur le pays comme s'il était son entreprise. Au contraire, celle-ci mettait à l'abri à l'extérieur
ses profits, en laissant le pays affaibli, comme si cela ne la concernait pas. Et, en effet, c'était
comme cela, le trait le plus marqué de la situation argentine: l'absence, la fuite, la faillite morale et
politique de ses élites. Dans l'état actuel d'insubordination généralisée du peuple, le cri: « Qu'ils
s'en aillent tous! » est la synthèse de cette perte de contrôle et surtout, de légitimité »4

b. Le gouvernement Duhalde.
Si la révolte des 19 et 20 décembre 2001 font trembler les élites, il ne s'agit pas cependant d'une
révolution et le régime perdure malgré la persistance de l'élan social. Ramon Puerta, président du
sénat puis Adolfo Rodriguez Saà, gouverneur de la province de San Luis, se succèdent en moins de
quinze jours à l'intérim de la présidence. Le corralito est confirmé par la Cour suprême ce qui
déclenche de une nouvelle révolte et des cacerolazos dans la capitale. Le 1er janvier 2002, Eduardo
Duhalde, ancien vice-président de Carlos Ménem, est élu par l'assemblée législative et rappelle au
pouvoir des personnalités telles que Domingo Cavallo. La convertibilité peso-dollar est
officiellement abolie et le corralito assoupli. Néanmoins le FMI fait toujours la sourde oreille aux
demandes d'aides financières et le pays s'enfonce un peu plus dans une recession aggravée par la
dévaluation du peso. Le gouvernement essaie pourtant de se conformer aux voeux de l'institution
internationale et s'engage dans un nouveau plan d'austérité et de re-négociation de la dette. Face à
cette subordination aux instances internationales, de nouvelles manifestations ont lieu et plus de
4

Adolfo Gilly, El terminator imperial en Argentina, Mexico, La Jornada, 25 mars 2002.

1000 barrages routiers sont montés lors de la grève générale du 29 mai 2002. Un mois plus tard,
deux piqueteros sont abattus par la police. Le dollar est à 3,50 pesos, 20 millions d'argentins vivent
sous la barre de la pauvreté et 9 millions dans l'indigence. Les élections sont avancées au 27 avril
2003. La dynamique sociale se tasse peu à peu mis à part les mouvements piqueteros et de
récupération d'usines. Le vote est massivement suivi (21,8% d'abstention et 2,72 de vote nul ou
blanc) et Carlos Menem arrive en tête avec 24,4% des voix, talonné de près par Néstor Kirchner
avec 22%. Suite à des prognostics largement en faveur de Kirchner, Menem abandonne la partie et
Néstor Kirchner est élu président le 25 mai 2003.

3. Le nouveau visage de l'hégémonie.
a. Le kirchnérisme
Privé de la légitimité que lui aurait conféré une victoire électorale, le président par défaut a
rapidement pris des mesures renforçant son autorité et établissant une forte popularité en épurant la
police et la justice d'une partie des éléments corrompus, en améliorant les pensions de retraite et en
remettant en cause les lois d'amnistie concernant les crimes commis sous la dictature.

S'il est indéniable que Kirchner a su rompre avec la dynamique de violence et d'inefficacité des
précédents dirigeants argentins, on peut faire à l'instar de Katz 5, une seconde lecture de son mandat.
Selon ce dernier, Kirchner a permis avant toute chose la recomposition du secteur hégémonique
argentin. En déchargeant toute la responsabilité de l'effondrement économique et social sur certains
groupes (sur les entreprises privatisées aux mains de transnationales européennes, sur Macri 6, sur
l'Administration du Fond des Pensions et Retraites (AFJP) et sur les vieux génocidaires ), il avait
pour objectif de transformer le repli temporaire de la lutte en un reflux général, afin de recréer le
contexte dont la classe capitaliste a besoin pour préserver ses privilèges et ses profits. Pour y
parvenir, il a éludé la répression mais fait taire les revendications et a isolé les secteurs les plus
combatifs, en menant une politique qui incluait certaines concessions et beaucoup de gestes
camouflant la continuité du modèle capitaliste qui a appauvri la majorité.

5

6

Claudio Katz, est économiste, professeur de l'UBA, chercheur au Conicet. Membre de l'EDI (Économistes de
Gauche). Il a exposé son analyse de la situation économique dans "Le modèle est encore sur pied" (septembre 2003),
Rapport au IIIe Colloque latino-américain d'Économistes Politiques publié dans Inprecor Amérique latine - n°15 22.sept.2003, par Claudio Katz.

Le rétablissement de l'autorité de l'État passait par une légitimité nouvelle de ces pouvoirs régaliens.
La justice premièrement, avec le remplacement des membres de la Haute Cour de Justice et la
réouverture des procès de Videla et d'Astiz, condamnant ainsi symboliquement, un système
politique qui depuis 25 ans garantissait l'impunité des criminels de la dictature. De la même façon, il
a réhabilité les forces de maintien de l'ordre en sacrifiant quelques moutons noirs de la Bonaerense
pour nettoyer l'image de marque de celle-ci. Sans ces actions, impossible de rétablir la violence
légitime de l'État et d'intervenir par exemple contre les mouvements populaires et les piqueteros.
Par souci d'honnêteté, il faut remarquer cependant qu'au plus fort de la « crisis del campo » qui a
marqué début 2008, la présidence de Cristina Fernàndez de Kirchner élue en décembre 2007 sur la
base d'un programme de continuité de la politique de son mari, les forces de repression ne sont pas
intervenues, ce qui n'a pas manqué d'être noté par les observateurs et d'être mis en exergue par le
gouvernement.

En calmant les conflits sociaux par le dialogue avec les organisations piqueteras et en dévoilant un
agenda hyperactif, Nestor Kirchner s'est démarqué de l'autoritarisme de Duhalde et de l'inutilité de
De la Rúa. En se rapprochant de Chavez et Lula, il s'est suffisamment éloigné des États-Unis pour
remettre en question l'alignement des années 90 et se présenter comme l'antithèse de Menem.
Habilement, Kirchner a su répondre aux attentes du peuple en alliant une politique de centre gauche
et la préservation du système et des équilibres en place. Reconnaissant au Président, sa capacité à
désactiver la protestation sociale, les porte-parole de l'establishment ne le rejettent pas malgré son
« gauchisme ». Les courants progressistes en revanche, ne semblent pas avoir compris cela et lui
accordent toujours cet état de grace, encouragé par l'absence notable d'opposition politique.

Profitant de la reprise économique et d'une croissance constante 7, il est apparu comme l'acteur
principal de la diminution du chômage, de la pauvreté et des inégalités sociales. Ceci dit, en 2005,
38% de la population vivaient toujours dans la pauvreté et 13,6% dans l'indigence. Tandis que
actuellement le PIB par habitant s'élève à 3776 euros, alors que le salaire de base ne dépasse pas les
800 pesos soit 168 euros.

7

Graphique en annexe

b. Les médias hégémoniques.
Médias commerciaux, médias de masse, médias officiels, médias traditionnels ou médias centraux,
de nombreuses appellations sont utilisées pour désigner un même type de médias. Quel est le critère
déterminant pour les qualifier? À l'instar des médias alternatifs, définir les médias dominants est
aussi une gageure. L'appellation «médias hégémoniques » que nous avons privilégié n'est pas
fréquemment utilisé dans les articles dédiés à cette thématique. On lui préfère généralement
l'expression « médias de masse ». Mais peut-on opposer médias de masse et médias alternatifs alors
que comme nous le verrons plus tard, certains médias alternatifs cherchent à atteindre cette
massivité? Peut-on mettre en avant le caractère commercial de ces médias alors que la gratuité n'est
pas non plus une donnée commune à tous les médias alternatifs?

Pourquoi utiliser l'expression « médias hégémoniques » pour parler des médias argentins
dominants? Se définissant eux-mêmes comme des références à suivre, comme les détenteurs de la
vérité, « El Gran diario argentino » (Clarín), « Noticias de verdad » (Telefé), « Periodismo
independiente »(TN), ces médias semblent revendiquer subtilement cette hégémonie 8. De plus, il est
de notoriété publique dans le milieu du journalisme et de la communication alternative, que ces
médias ne se consacrent pas à la défense des intérêts du public comme ils devraient le faire en tant
que contre-pouvoir, mais bien à la défense d'intérêts privés, dont ils sont devenus les porte-voix. En
garantissant aux élites économiques et politiques argentines, le contrôle des masses, ces médias
remplissent leur rôle dans le processus hégémonique. Plus que la transformation de l'information en
une marchandise et la dérive vers le sensationnalisme que cela engendre, c'est l'usage des médias de
masse comme outil essentiel du système hégémonique actuel qui détermine leur fonction principale
et donc selon nous, leur appellation adéquate. Afin d'être parfaitement clair dans notre analyse, nous
précisons qu'il serait plus juste de parler de « médias au service de l'hégémonie » car « médias
hégémoniques » sous-entend que ce sont les médias qui exercent une hégémonie sur la société or il
ne s'agit pas d'acteurs indépendants mais bien de serviteurs des groupes financiers auxquels ils
appartiennent. Néanmoins, par commodité d'usage, nous conserverons cette expression tout au long
8

Dérivée du grec hêgemonia, il s'agit au sens strict, selon le Petit Larousse 1995, du pouvoir prépondérant,
dominateur, d'un état, d'un groupe social sur d'autres. Cependant, nous nous plaçons ici dans la conception
gramscienne de cette notion. Antonio Gramsci (1891-1937), membre fondateur du Parti Communiste Italien en 1921
et emprisonné par les fascites en novembre 1926, rédigea plus de trente « carnets de prison » pendant son séjour
carcéral de onze année. Il forgea, entre autres, le concept d'hégémonie culturelle qui décrit la domination culturelle
d'un groupe ou d'une classe et le rôle que les pratiques quotidiennes et les croyances collectives jouent dans
l'établissement des systèmes de domination. En d'autres termes, la théorie de l'hégémonie culturelle se réfère au fait
que les représentations culturelles de la classe bourgeoise dirigeante, c'est-à-dire l'idéologie dominante, auraient
déteint, plus que Marx n'aurait pu le penser, sur les masses de travailleurs, aidées en cela par des outils culturels
hégémoniques tels que l'école obligatoire, les médias de masse et la culture populaire. Les travailleurs chercheraient
à se conformer aux valeurs bourgeoises, au lieu d'imposer leur propre hégémonie par le biais de la révolution.

de cette étude.

II. LE PAYSAGE MÉDIATIQUE ARGENTIN.

1. Concentration des médias argentins.
a. La constitution d'un oligopole médiatique argentin.
Dans les années 80, Clarín et la Nacion étaient déjà les principaux quotidiens. Néanmoins, ils ne
détenaient pas de capitaux dans les autres médias à savoir, la télévision hertzienne, le cable et la
radio. La présidence de Carlos Menem changea la donne en 1994, lorsqu'il abrogea dans la loi
22285 de radiodiffusion, l'article interdisant aux propriétaires de la presse écrite de détenir des
chaînes cablées et des radios. Rapidement, de grands groupes multimédias ont vu le jour et
actuellement, 80% du marché est dominé par quatre d'entre eux 9: Clarín, Telefónica; le groupe
Hadad et le groupe Uno.

De part la loi argentine, l'information est une marchandise et sa diffusion est strictement réservée
aux entreprises médiatique. Ainsi l'article 45 empêche l'arrivée de nouveaux acteurs en interdisant à
toute organisation sans but lucratif d'être détenteur d'une licence télévisuelle. Carlos Gabetta dit à ce
propos: « Quand les médias de communication sont l'expression des pouvoirs établis, il faut des lois
pour empêcher les citoyens de s'approprier les avancées technologiques »10 En 2005 et contre toute
attente, cédant aux puissantes pressions des lobbyistes, le président Kirchner a prolongé les licences
de ces groupes jusqu'en 2015, en signant le décret 527. à ce propos, il nous paraît important de
préciser que de par la loi argentine, une licence audiovisuelle est accordée pour 15 ans et
renouvelable pour 10 autres années. Le président Duhalde avait pourtant envisagé de passer outre
en prolongeant les licences mais les événements politiques ne lui ont pas laissé le temps pour cela.
Nestor Kirchner, après avoir dénoncé ce projet, n'a cependant pas prolongé les licences. Il les a
suspendu pour 10 ans, ce qui revient au même sans nécessiter pour autant un remaniement législatif.
b. L'initiative pour une réforme de la loi de radiodiffusion.
Depuis 2004, une campagne prônant une réforme de l'actuelle loi régissant les médias est menée par
l'« Iniciativa Ciudadana por una Ley de Radiodifusión para la Democracia » (ICLRD). Celle-ci est
soutenue par les syndicats de journalistes, par le FARCO 11, par des organisations de protection des
droits de l'Homme et par les médias alternatifs. À travers ses onze points, on distingue trois axes:
9
10
11

La Pulseada n°33, aout 2005, Licencia para desinformar, Daniel Badenes, p 4-12.
Carlos Gabetta est journaliste. La Pulseada, idem, p 9
Forum Argentin de Radios Communautaires

casser les monopoles, rendre les médias à la communauté et lutter contre l'ingérence
gouvernementale dans les médias publics.
L'information et la culture étant des droits, leur diffusion ne doit pas être uniquement marchande.
Au nom de la communauté, l'État doit reprendre le contrôle des licences et les attribuer en fonction
du pluralisme et de la diversité. À cette fin, un tiers des fréquences devraient être réservées à des
organisations à but non lucratif. Avant d'arriver à une telle situation il faudrait selon la ICLRD,
mettre en place des normes anti-monopoles et interdire aux élus, aux fonctionnaires publics et aux
membres des forces armées12 de posséder une licence. Enfin, afin de rompre le pouvoir de pression
du gouvernement en matière médiatique, il faudrait cesser l'attribution arbitraire des publicités et
des aides publiques et construire des médias d'État indépendants du gouvernement.
On ne peut pas non plus oublier que Papel Prensa, l'entreprise de distribution du papier
d'imprimerie, en position de monopole sur le marché argentin est détenu par un triumvirat composé
par l'état, Clarín et La Nacion. Créée13 en 1978 par la junte militaire de Videla à laquelle
s'associèrent les propriétaires de Clarín, La Nacion et La Razon (obligés à ceder leurs parts par la
suite), l'entreprise s'est immédiatement trouvée en position de monopole ce qui a octroyé de
fabuleux profits à ses propriétaires. Malgré les privilèges accordés à ceux-ci et les innombrables
irrégularités observées par la Fiscalía, aucune enquête ne vint réellement menacer l'entreprise. Le
fait que Julio César Saguier, premier maire alfonsiniste 14 de la capitale fédérale, ait été membre du
directoire de Papel Prensa, a sûrement été déterminant en cela.

2. Les médias argentins au service de l'hégémonie.
a. État des lieux
Le principal acteur argentin reste le groupe Clarín, propriétaire de 14 quotidiens dont le premier
quotidien national Clarín et le quotidien de centre gauche Pagina/1215, de 30 radios, des chaînes
12

13

14

15

Pendant la dernière dictature, les trois forces armées argentines s'étaient partagés les canaux télévisuels, Air
(canal ), Terre (canal ...), Marine (canal...).
Les conditions de créations de Papel Prensa sont assez obscures dans la mesure où l'entreprise appartenait
auparavant au groupe Graiver, dont le propriétaire disparut dans un énigmatique accident d'avion en aout 1976.
L'entreprise, évaluée à 250 millions de pesos de l'époque, fut extorquée pour 8 millions de pesos. Montant que les
héritiers Graiver n'auraient jamais touché selon une étude réalisé en 1986 par la Fiscalía Nacional de Investigaciones
Administrativas.
Alfonsinisme, traduction de « alfonsinismo » courant politique se référant à Raúl Alfonsín, président de la
République Argentine de 1983 à 1989.
Le quotidien « Clarín tire entre 250 000 et 300 000 en semaine et 1 million le dimanche. Pagina/12 a un lectorat bien
plus faible avec un tirage quotidien entre 12 000 et 50 000 exemplaires.

hertziennes Canal 13, Canal 12 de Cordoba et Canal 7 de Bahia Blanca, du cablo-opérateur
Multicanal, de radio Mitre, et actionnaire de Supercanal et de Cablevision. Le groupe est également
associé à Hughes Communications (General Motors) et Cisneros dans le bouquet satellitaire
DirecTV. Il faut noter également le succès de son quotidien en ligne Clarín.com qui a atteint les 7
600 000 utilisateurs, soit le journal en ligne le plus visité du pays. Le groupe est contrôlé à 82 % par
le holding Grupo Clarín Dominio - Ernestina Herrera de Noble, Héctor Horacio Magneto, José
Antonio Aranda et Lucio Rafael Pagliaro-, tandis que les 18 % restants appartiennent à la banque
d’investissement nord-américaine, Goldman Sachs. Hector Magneto est l’homme clé de Clarín.

Face au leadership de Clarín, on retrouve le groupe éditorial La Nacion, qui appartient à Matilde
Noble Mitre de Saguier (66 %), Bartolomé Mitre (10 %) et d’autres actionnaires minoritaires. Il
possède le quotidien national La Nacion, La Voz de Cordoba, Los Andes, Gestion, Cinemania et
Rolling Stone Argentina. En 2005, le groupe a acheté AOL Argentina. Malgré un tirage 16 plus faible,
La Nacion égale Clarín en influence au niveau national grace à une meilleure pénétration des
provinces de l'intérieur.
Les groupes Uno-Vila/Manzano (détenteur de América Tv, Supercanal) et Hadad (propriétaire de
Canal 9 et du quotidien Infobae) sont d'une dimension plus réduite bien que ce dernier ne cache pas
ses ambitions de s’imposer comme le magnat des médias argentins.
Parmi les multinationales étrangères présentes en Argentine, on retrouve les groupes de
télécommunication nord-américains Liberty Media (Cablevision) et Hicks Muse Tate & Furst
(Cablevision, Fibertel, radio La Red), ainsi que le groupe espagnol Telefonica et le mexicain CIE.
Le fond d’investissement texan Hicks Muse Tate & Furst s’est installé dans le pays vers la fin des
années 90, avec la stratégie d’acheter les médias détenus par CEI Citicorp. Il possède, entre autres,
le câblo-opérateur Cablevision et des parts de Claxson.
Avec près de 14 années de présence en Argentine, Telefónica, un des leaders mondiaux du secteur
des télécommunications, s’est imposé comme un acteur incontournable au sein du paysage
audiovisuel argentin. En 2000, il a racheté Telefé et Azul TV, plus un important réseau de radios
(Continental et Hit). Face à la crise, Telefonica revend Azul TV (renommé Canal 9) à Daniel Hadad
en 2002, réduisant ainsi sa présence dans le pays. Aujourd’hui, le groupe connaît un succès certain
avec les résultats d’audience de la chaîne Telefé et réussit son expansion grâce aux contenus de ses
16

Tirage quotidien aux environs de 185 000 exemplaires.

autres filiales comme Patagonik et plus spécialement P& P Endemol.
Notons que les entreprises étrangères implantées en Argentine sont majoritairement nordaméricaines, une tendance largement soutenue par l’ancien gouvernement de Carlos Menem qui
avait signé un accord avec le gouvernement des Etats-Unis, selon lequel tout citoyen nordaméricain investissant dans les médias argentins bénéficiait des mêmes droits qu’un citoyen
argentin.
Les relations entre le président Kirchner et la presse argentine ont toujours été tendues. Depuis son
arrivée au pouvoir en 2003, ce dernier n’a d’ailleurs tenu aucune conférence de presse et plusieurs
conflits avec la presse écrite ont émaillé son mandat. Les critiques lancées par le président argentin
depuis sa tribune à l’encontre de la presse (La Nacion reste sa cible récurrente) sont fréquentes.
Qu’il s’agisse de l’ADEPA (association d’entités journalistiques étrangères), de la SIP (société
interaméricaine de presse) ou du CADAL (Centre d’ouverture et de développement en Amérique
latine), tous ces organismes coincident dans leur analyse de la liberté de la presse en Argentine :
même si cette dernière a continué de travailler en liberté en 2005, sans crainte d’attaques physiques,
ils soulignent toutefois dans leurs derniers rapports la manière dont le gouvernement national et
certaines provinces manipulent l’assignation de la publicité officielle comme « punition » à l’égard
de ceux qui informent de manière critique et comme « récompense » envers ceux qui apportent leur
soutien au gouvernement en place. Alors que le budget de publicité du gouvernement s’élève à 120
millions de pesos, l’analyse de cette distribution a démontré que « Clarín » a reçu cette année la
plus importante quantité de publicité de la part du gouvernement (7,1 millions de pesos). « La
Nacion », deuxième publication du pays a reçu en revanche 17% de moins de publicité
gouvernementale que « Pagina 12 », proche du gouvernement.

b. Les médias hégémoniques vus par les médias alternatifs.
« Nos están meando y la prensa dice que llueve »17. Mensonges. Manipulation. Quand on évoque
les médias hégémoniques avec des acteurs des médias alternatifs, les accusations sont toujours
virulentes.
Selon le collectif Indymedia La Plara, Clarín, La Nacion, et Pagina 12 représentent différentes
17

« Ils nous pissent dessus et la presse dit qu'il pleut » graffiti apparu sur les murs de Buenos Aires après les journées
des 19 et 20 décembre 2001 et repris régulièrement par les médias alternatifs.

fractions de la bourgeoisie, chacun avec sa façon de construire l'information, ses thèmes et son
lectorat. Pagina/12 serait un concentré d'intellectuels appuyant le gouvernement. La Nacion se
destine au lectorat argentin le plus conservateur politiquement et le plus libéral économiquement, à
ce que l'on pourrait définir comme l'oligarchie néo-libérale argentine. Clarín est plus moderniste,
plus populaire. Des média comme Clarín et dans une moindre mesure La Nacion, déterminent
l'agenda de toutes les rédactions argentines, quelles soient de la presse écrite, de la télévision ou
d'internet. Natalia Vinelli18 parle à ce propos de dictature médiatique, de séquestration de la parole.
En effet, L'agenda de ces médias hégémoniques correspond à une réalité qui n'est pas celle de toute
la population. Ils produisent une information en conformité avec les intérêts économiques et
politiques de leurs groupes. Il ne s'agit pas forcément de désinformation mais d'un accommodement
avec l'information. Le problème est que le pouvoir politique est subordonné au pouvoir économique
et qu'il ne réagit aux difficultés que traverse le pays que lorsqu'elles apparaissent dans les médias.
Tant que cela n'est pas le cas, elles sont comme inexistantes. On peut citer ici Eduardo Galeano qui
parle de la télévision argentine en ces termes:
« La television montre-t-elle ce qui se passe? Dans nos pays, la télévision montre ce qu'elle veut
qu'il se passe; et rien ne se passe si la télévision ne le montre pas. La télévision est l'ultime lumière
qui te sauve de la solitude de la nuit, c'est la réalité. Parce que la vie est un spectacle, le système
propose un siège confortable à ceux qui se portent bien »19
Les raisons de douter de l'honnêteté des médias hégémoniques ne manquent pas, à l'image des
événements du pont Pueyrredon et de leur couverture médiatique, un cas flagrant d'autocensure des
médias sur lequel nous reviendrons dans notre étude. Ces montages de la réalité sont analysés et
critiqués par les médias alternatifs,ceux-ci reconnaissant d'ailleurs au passage que de la sorte, ils
jouent le jeu des médias hégémoniques en suivant l'agenda proposé par ces derniers. Toujours selon
Natalia Vinelli, il faut dépasser ce montage en produisant des informations sur une autre réalité,
celle de la vie quotidienne, de la vie culturelle, de la vie des quartiers et des mouvements sociaux,
celle qui reste en dehors des médias hégémoniques, celle que nous allons traiter à présent dans notre
troisième partie dédiée aux mouvements de résistance populaire.

III. LA RÉSISTANCE SOCIALE.

18

19

Natalia Vinelli, enseignante à l'Université de Buenos Aires et co-auteur de Contrainformación, Médias alternativos
para la acción política, (édiciones Continente, Buenos Aires, 2004).
Eduardo Galeano est un journaliste argentin. Ces propos sont tirés de l'article « Licencia para desinformar » op.cit.

1. Crise de la représentation politique
La plupart des analyste s'accordent pour affirmer que la crise de la représentation politique est
évidente. Les explications à ce phénomène sont nombreuses et variées. Maristella Svampa 20
distingue quatre causes à cette crise provenant du rôle joué par la politique au cours de la dernière
décennie. Il s'agit de la subordination de la politique à l'économie, de la « prolifération de leaders
personnalistes de pure substance médiatique » déconnectés par des leurs structures de base, de la
réduction de la politique de gestion de besoins insatisfaits par le biais du clientélisme et enfin de
"l'auto-référentialité de la politique" qui fonctionne en vase clos, dissociée du social. Victor Armony
et Gabriel Kessler

21

évoquent la perte de légitimité des élites censées représenter l'intérêt général à

laquelle se greffe une dévalorisation du rôle des partis politiques caractérisant ainsi un « système
politique corrompu, inefficace et distant ».

Ce processus de délégitimation des classes dirigeantes s'illustre notamment par l'immoralité
politique qui caractérise la décennie du gouvernement ménemiste avec la succession quotidienne
des scandales de corruption: privatisations suspectes, soupçons de trafic d'armes ou hypothétiques
narcodollars par exemple.

Enfin, le voto bronca, le vote colère, lors des élections législatives d'octobre 2001, où la quantité de
votres blancs et nuls a été exorbitante, illustre le rejet de l'ensemble des partis et de la classe
politique, révélant ainsi la désintégration des loyautés politiques jusque là sources majeures
d'identité en Argentine. Cette délégitimation des élites et leur rejet par la population a conduit celleci à s'organiser pour recréer un espace social pratiquement réduit à néant par la crise économique et
pour faire valoir leurs revendications. Deux phénomènes sont clairement identifiables, le
mouvement piquetero et les assemblées de quartier.

2. Le mouvement piquetero.
a. Origine et développement
En réponse à la désindustrialisation qui s'installe à partir des années 90 et à la disparition de l'usine
comme espace traditionnel de luttes sociales, le mouvement piquetero constitue une réponse inédite
20
21

ggggggggggg
(La fin d'un pays de classe moyenne voir p88-89 du mémoire toulousain idem pour Silvia Sigal

et populaire au chômage grandissant et à l'indifférence généralisée de la société argentine à
l'encontre de ces nouveaux « désoccupés ». Néologisme inspiré de l'expression française « piquet de
grève », il ne s'agit plus à présent de bloquer les moyens de production de la société mais de couper
ses voies de communication, routes et ponts. En sortant de son quartier dans lequel le confine la
crise économique, le piquetero, celui qui participe à ces piquets, interpelle l'opinion publique et
porte ses réclamations à l'extérieur. Qu'il s'agisse de revendiquer le droit au travail ou des
allocations pour subvenir aux besoins familiaux, cette méthode, hautement conflictuelle qui
dégénéra souvent en affrontements sanglants avec les forces de l'ordre, est néanmoins le seul moyen
pour ces laissés pour compte, d'apparaître à la société argentine, via des médias relatant uniquement
la plupart du temps le chaos occasionné par ce genre de manifestations 22. Les actions piqueteras
sont impressionantes, en 1996, 20 000 personnes se rassemblèrent sur les routes à Cutral-Co et
Plaza Huincul dans la province de Neuquén pendant une semaine dans ce qui resta comme la
première action piquetera d'envergure. En 2002, au plus fort de l'agitation sociale, 1600 piquetes
eurent lieu. Au sein de ces organisations, il faut noter d'une part le fort activisme des militants
syndicaux et politiques qui ont organisé le mouvement à la manière d'un syndicat de chômeurs et
entamé le rapprochement avec les salariés et d'autre part, la présence très importante des femmes,
pour preuve, 8 des 10 centres piqueteros furent gérés par une femme.

b. Organisation et institutionnalisation du mouvement.
Omniprésentes sur la scène politique contemporaine argentine et actrices essentielles de
l'argentinazo, les organisations piqueteras constituent à la fois des cadres d'auto-organisation des
chômeurs, des organisations politiques et syndicales et des associations gérant les aides aux
chômeurs. Mis en place à partir de 1996, les « Planes Trabajar » et plus tard les « Jefes de Hogar »
renforcent le pouvoir de pression du mouvement qui centralisent et distribuent ces subventions.
La structure piquetera s'échafaude à partir de chaque quartier où les décisions sont débattues et
votées en assemblées. Celles-ci élisent un comité qui les représentera lors des conférences
provinciales et nationales. Dès septembre 2001, la deuxième conférence nationale voit apparaître
deux courants principaux. Le PO (Pôle Ouvrier) et le MTR (Movimiento Teresa Rodriguez)
incarnent l'orientation résolument anti-capitaliste tandis que le FTV (Federacion de Tierra, Vivienda
y Habitat), la CTA (central de los Trabajadores) et la CCC (Corriente Clasista y Combativa) prônent
une certaine collaboration avec le gouvernement.
22

La Nacion, vendredi 21décembre 2007, page de garde

En février 2002, la troisième convention nationale regroupe 2000 délégués piqueteros et s'ouvre aux
autres secteurs en lutte notamment les étudiants, certains syndicaux de gauche et les assemblées de
quartier. Des revendications plus globales telle le non-paiement de la dette extérieure et un plan
d'action sont adoptés. Traduisant la difficulté à unifier ces mouvements hétérogènes, ce plan n'est
que partiellement appliqué. Ainsi lors de la journée de protestation nationale, les deux courants
majoritaires organisent des marches distinctes.

3.Les assemblées de quartiers.
a. Recréer le lien social.
Liées aux manifestations et aux cacerolazos (concerts de casseroles) de décembre 2001, les
assemblées de quartiers traduisent le besoin des gens de se retrouver après ces manifestations afin
de réfléchir aux suivantes et aux actions à développer. Elles apparaissent dans la Capitale Fédérale
puis dans la province de Buenos Aires et enfin s'étendent à tout le pays. En mars 2002, 272
assemblées sont recensées. 41% dans la capitale, 39% dans la province de Buenos Aires, 14% à
Santa Fe, 4% à Cordoba et 1% à Entre Rios et Rio Negro. Il s'agit d'assemblées de voisins, nonaffiliées aux des syndicats et aux partis politiques, qui se réapproprient l'espace urbain du quartier
afin d'y exercer une démocratie directe et participative pour tenter de résoudre concrètement les
problèmes des habitants du quartier. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, selon une étude de
septembre 200223, ces assemblées sont plus nombreuses dans les quartiers de classe moyenne et
moyenne haute que dans les quartiers plus populaires d'où sont issues les organisations piqueteras.

b. Pérennisation du phénomène.
Rejetant tout leadership, la discussion était libre et relativement désorganisée jusqu'à ce que des
commissions ponctuelles soient mises en place pour gérer les activités solidaires transformant ainsi
ces assemblées en structures de mobilisation sociale permanente. On remarque cependant que ces
espaces de libre parole ont souvent été noyautés par les organisations d'extrême gauche qui
tentaient d'imposer des positions décidées au sein des comités du MST (Mouvement Socialiste des
Travailleurs) ou du PO (Parti Ouvrier). Si la fréquentation a diminué, des activités comme des
23

Étude du Centro de Estudios Nueva Mayoria, 6 septembre 2002.

courses communautaires, des soupes populaires, des réseaux d'entraide et de rencontres culturelle se
sont pérennisées.

La crise économique et sociale a frappé de plein fouet la société argentine. Pourtant, à l'image de
ces mouvements populaires, de nombreuses initiatives indépendantes ont émergé afin de pallier aux
carences du système politique et de l'État argentin. Expression de ce mécontentement populaire, les
médias alternatifs constituent bien évidement une réponse aux carences de ce système mais aussi à
celles bien nombreuses des médias hégémoniques argentins.

DEUXIÈME PARTIE: LES MEDIAS ALTERNATIFS, ACTEURS
DE LA CONTRE-HEGEMONIE.
I. « ALTERNATIVIDAD » ET CONTRE-HÉGÉMONIE, ESSAI DE SYNTHÈSE THÉORIQUE.
1. Communication et médias alternatifs: entre polémiques et paradoxes.
La communication alternative, à la base des médias alternatifs, n'est pas une chose aisée à définir.
Nombreux sont les chercheurs à avoir développé leurs propres analyses et définitions et celles-ci
sont rarement concordantes. Chacun retient et privilégie un critère plutôt qu'un autre ce qui à notre
avis, donne des définitions justes mais incomplètes. On définit ainsi souvent la communication
alternative selon son orientation politique, selon l'origine de ses producteurs, selon qu'elle soit
indépendante financièrement ou non, selon les valeurs qui sont les siennes, ou plus simplement
selon son positionnement par rapport aux médias dominants.

a. Une communication différente.
Si toutes ses approches sont différentes, il y a une chose acceptée par tous. La communication
alternative développe une communication différente de celle produite par les médias institutionnels,
différente du discours hégémonique d'une société. Elle est plus critique, plus engagée, plus
militante, elle s'occupe du non-dit ou du non-couvert par les autres médias 24. La communication
alternative n'est pas de gauche ou de droite. Elle est de gauche dans une société de droite et serait de
droite dans une société de gauche. Le critère du « contre-hégémonique » est le seul jusqu'à présent
qui puisse être universel car seul celui-ci est adaptable à toute situation imaginable.

On peut néanmoins se demander ce qui caractérise la communication alternative aujourd'hui, dans
nos sociétés capitalistes qu'elles soient de type autoritaire ou démocratique.

Réaffirmons que toute communication alternative est forcément différente du discours
hégémonique. De ce critère découle plusieurs types de communication alternative, tous dépendant
de leur degré d'opposition au modèle dominant. Ainsi Streitmatter 25 distingue dans la
24
25

FONTAN J-M, Médias alternatifs, document d'analyse, UQAM, 2001.
STREITMATTER, R., Voices of revolution. The dissident press in America, Columbia University Press, New York,

communication alternative,la communication dissidente qui porte un projet de changement radicale
de la société. Cette approche ressemble à celle de Graciano 26 à la différence que pour celle-ci, seul
la communication dissidente serait alternative. Cardon et Gajon 27 distingue aussi la critique
expressive de la critique anti-hégémonique. La critique expressive cherchant à donner la parole à
ceux qui ne l'ont pas. On pourrait aller encore plus loin en distinguant différents types de
producteurs de communication alternative comme le fait Dornelles 28 mais une telle précision ne
rendrait que trop difficile une définition globale du sujet.

Pour résumer, la communication alternative est globalement anti-hégémonique. À un extrème de
son spectre, on voit se développer des projets privilégiant une information favorisant le
développement d'une communauté territoriale locale ou identitaire dans le but de donner la parole
aux récepteurs passifs de la communication de masse. À l'autre extrême, nous trouvons des
organisations plus politisées porteuses d'un projet, d'une intention, ou d'une finalité sociale ou
politique avant d'être économique. Selon l'enseignante-chercheuse Natalia Vinelli 29, trois éléments
fondamentaux définissent les médias alternatifs en Argentine: l'organisation horizontale, la
participation du lecteur ou de la communauté et un projet politique en rupture avec l'hégémonie. Ce
projet politique, à l'image de ce que nous avons décrit précédemment, s'échelonne entre réformisme
et révolution. D'après Natalia Vinelli, elle-même partisane de l'établissement d'une société
socialiste, les médias alternatifs ne constituent qu'un front parmi d'autres dans la lutte pour la
transformation sociale. Cette approche provoquerait une certaine tension entre médias alternatifs
réformistes et médias alternatifs révolutionnaires car pour ces derniers, les premiers n'ont pas un
projet politique assez poussé et ne devraient donc pas être qualifiés de médias alternatifs.

b. Indépendance morale et financière.
Pour pouvoir développer un discours différent, il faut être indépendant. Moralement d'une part, ce
qui signifie que personne ne manipule l'information derrière le média et financièrement d'autre part
car celle-ci apporte bien souvent à la première les conditions nécessaire à son épanouissement. Le
rapport à l'argent dans le milieu des médias alternatifs est primordiale car il touche à la légitimité du

26
27

28
29

2001.
Article publié en 1980 au Vénézuela. Références de l'article introuvables.
CARDON, D. et F. GRANJON, Médias alternatifs et média-activistes, L’Altermondialisme en France, Paris,
Flammarion, 2005.
DORNELLES BEATRIZ, La presse « engagée » dans les mouvements communautaires, Société n°83, 2004.
Ces propos sont issus d'un entretien que nous avons réalisé avec Natalia Vinelli.

média et de son discours. Il est donc générateur de conflits et de paradoxes. Peu de médias aux
discours revendicateurs peuvent être pris au sérieux malgré leur financement par un grand groupe
privé ou par l'état. Ici on pourrait d'ailleurs se demander si l'aide de l'état est neutre ou si elle
entache la légitimité d'un média alternatif.

Différentes réactions ayant à voir avec l'idéologie propre à chaque expérience de média alternatif,
peuvent être observées en ce qui concerne la question du financement. Pour certains médias, le
simple fait d'accepter un financement, est préjudiciable à l'intégrité du média. Toute aide financière
est vécue comme une tentative d'ingérence et de prise de contrôle de celui-ci. Pour d'autres, plus
pragmatiques peut-être, la publicité et les subventions de l'état ou d'une fondation, sont une source
de revenus tout à fait acceptables du moment qu'ils ne déterminent pas le contenu du média.

c. Le média alternatif: un média artisanal.
Les médias alternatifs regroupent un ensemble d'attributs que l'on qualifie d'artisanaux, au sens où
les personnes qui oeuvrent à les produire sont des artisans et artisanes de l'information,
comparativement aux professionnels des médias de l'information de masse travaillant au sein de
grandes manufactures et conglomérats de l'information. Outre le fait qu'ils opèrent dans une petite
structure souvent gérée mais pas toujours, de façon participative, ces artisans agissent la plupart du
temps de manière bénévole. N'enlevant rien à la qualité du produit et de la démarche, les ressources
et moyens limités de ces médias artisanaux les confinent à une diffusion locale ou aux marges si on
se réfère aux médias diffusés sur internet. Il y a ici un dilemme et un paradoxe pour les médias
alternatifs. Pour diffuser ses idées, un média alternatif devrait prendre de l'importance et grandir en
diffusion, en influence. Mais si cela arrivait, il serait considéré par le milieu alternatif comme traitre
à la cause car intégrant désormais le camp de l'hégémonie. L'accès à une certaine massivité est
l'objet d'une polémique dans le milieu alternatif entre ceux qui voudraient y arriver, ceux qui la
rejettent et ceux qui pensent que de toute façon, elle est inaccessible.

d. Usage de la technique.
On en vient par là aux moyens utilisés par la communication alternative pour diffuser ces idées.
Umberto Eco30 a dit que le media n'est pas le message. Nous pensons donc qu'il ne faut pas accorder
30

In Eco Umberto, La guerre du faux, Éditions Grasset & Fasquelle, 1985.

trop d'importance aux formats que peut utiliser la communication alternative. On s'aperçoit que tous
les médias hégémoniques (ciné, radio, TV) voient se développer leurs doubles alternatifs. Tout
support peut être utilisé dans un sens comme dans l'autre. La pratique de la guerrilla de la
communication le prouve, on peut faire de la communication alternative à partir des ressources
hégémoniques. Le développement et la mise à disposition à tous des NTIC31 (internet comme
moyen de diffusion, produits de haute technologie comme moyens de production), permettent à tout
à chacun de créer et diffuser son propre point de vue et de faire de la communication alternative.

Pour conclure, nous dirions que la communication alternative a pour essentiel but et caractéristique
qu'elle permet au citoyen de sortir de l'état passif dans lequel le confine les médias de masse. Le
discours hégémonique est aliénant car indiscutable, invérifiable et uniformisé. Selon nous, la
définition fondamentale de la communication alternative est qu'elle permet à ces acteurs et à ses
consommateurs de se nourrir du discours dominant en sachant le décrypter et le remettre en
question. À terme, le rôle de la communication alternative est donc éducatif. Il faut apprendre la
non-passivité au récepteur et par ce changement de comportement vis à vis des médias de masses,
faire évoluer ceux-ci vers plus d'honnêteté, de pluralisme et d'équilibre car il est impossible sinon
par la force, d'imposer des mensonges à un peuple instruit et vigilant.

2. La contre-hégémonie: entre altermondialisme et média-activisme.
a. La théorie néo-gramscianienne et application alter-mondialiste.
Le concept de contre-hégémonie que nous utilisons pour qualifier les médias alternatifs argentins
dérive de l'anglicisme « counter-hegemony » et découle de la théorie néo-gramscianienne. Il se
rapporte à l'interprétation normative alternative du fonctionnement des établissements sociaux,
économiques et politiques et à la construction par un groupe dissident d’un contre-modèle
d’interprétation de la société capable de rivaliser avec le premier. Si une contre-hégémonie se
développe suffisamment, elle peut alors englober et remplacer le bloc historique d'où elle provient.
Dans une guerre de position32 un mouvement de contre-hégémonie essaie, par la persuasion ou la
propagande, d'augmenter le nombre de personnes qui partageant son opinion. Lorsque dans une
guerre du mouvement les tendances « contre-hégémoniques » deviennent majoritaire ou tendent à
31
32

Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication
Gramsci propose une distinction entre « guerre de position » et « guerre de mouvement ». La « guerre de position »
étant une guerre culturelle contre les valeurs bourgeoises qui se présentent comme « naturelles » ou « normales », la
« guerre de mouvement » se référant à la révolution en elle-même.

l'être, elles peuvent alors procéder à un renversement violent ou démocratique de l'hégémonie
courante et s'établir comme nouveau bloc historique. Les journées du 19 et du 20 décembre 2001
s'inscrivent dans un tel scénario. En bravant l'état de siège, le peuple a remis en cause la légitimité
du pouvoir en place. L'hégémonie a été ébranlée par ce soulèvement populaire et s'est retrouvée en
crise. Néanmoins, dans ce cas, le renversement n'a pas eu lieu puisque comme nous l'avons vu, on a
assisté par la suite au rétablissement du secteur hégémonique face à un mouvement populaire divisé.

À l'échelle mondiale, la critique contre-hégémonique prend sa source dans les années 70 avec la
création des agences de presse du tiers-monde critiquant l'hégémonie impérialiste. L'Inter Press
Service et l'ASIN33 (Amérique Latine), la Tanjug (Yougoslavie) et la PANA ( Afrique) voient le jour
à cette époque. Le rapport McBride constitue la pierre angulaire de la critique du système
médiatique international. Il dénonce la main-mise des agences occidentales et les situations
monopolistiques des entreprises de communication transnationales. Publié sous le titre « Voix
multiples, un seul monde » par l'UNESCO en 1980, il provoque le départ des États-Unis puis du
Royaume-Uni de l'organisation, mettant celle-ci en danger. Le tournant néo-libéral des années 90
met encore plus en difficulté le mouvement anti-hégémonique. Dans la deuxième moitié des années
90, la critique contre-hégémonique reprend de la vigueur à travers le mouvement alter-mondialiste
qui s'appuie notament sur les nouvelles technologies de l'information, internet en tête. Selon le
courant des « uses and gratifications » de la sociologie des médias, cette relation s'explique par le
fait qu'Internet constitue un outil adapté à un coordination flexible et internationale. De plus,
l'architecture du réseau permet à l'alter-mondialisme de tisser des liens entre groupes militants sans
instituer de hiérarchie et en véhiculant des valeurs culturelles telles que l'organisation libérale et les
pratiques solidaires

La critique contre-hégémonique met en lumière la fonction propagandiste des « appareils
idéologiques de la globalisation » que sont les médias et appelle à la création d’un « contre-pouvoir
critique. Elle dénonce autant l’allégeance des entreprises de presse au monde politico-économique,
que la dérive du journalisme vers la recherche du profit et le sensationnalisme.
b. Les militants de la contre-hégémonie.
Il n'existe pas de statistiques ou de rapport décrivant l'origine et la composition sociale des médias
argentins. Si on considère l'ensemble des médias alternatifs, toute personne intéressée par le
33

ASIN ( Action de Systèmes Informatifs Nationaux).

journalisme peut participer à un média alternatif. Néanmoins, ce sont souvent des journalistes
professionnels, des universitaires, des étudiants et des lycéens que l'on retrouve derrière les articles
des médias contre-hégémoniques. On distingue en général deux catégories de militants, les
journalistes professionnels engagés et les média-activistes.

Le média-activisme se différencie du militantisme alternatif au niveau de son mode d'organisation et
de ses ressources politiques. D'inspiration libertaire et anarchiste, il rejette les hiérarchies et ne
repose pas sur une structure organisationnelle identifiable. Les militants du média-activisme se
méfient des subventions pourtant acceptées par d'autres médias alternatifs et revendiquent leur fort
ancrage dans les mouvements en lutte. Une autre de leurs caractéristiques, plus ou moins partagée
avec journalistes engagés, est la remise en question de l'objectivité journalistique et revendication
d'une polyphonie de subjectivités
Les journalistes et les médias traditionnels en effet, se placent théoriquement dans la position de
l'observateur neutre, indépendant et équilibré, en témoin objectif de l'actualité. Celle-ci étant la
source de leur légitimité aux yeux de l'opinion. Ils la mettent en valeur en associant leurs noms à
des valeurs qui la garantissent en la sous-entendant, telles que la vérité (Telefé « noticias de
verdad »), l'indépendance (TN « periodismo independiente ») ou encore le professionalisme (le
supplément politique Clarín « temas a fondo »34).

Les militants du journalisme alternatif rejettent cette objectivité qu'ils considèrent comme une
chimère, « comme une construction qui légitime le point de vue de la classe bourgeoise »35 ou
comme « une somme de subjectivités »36. Malgré ses dires, Clarín par exemple n'est en rien objectif
car il y a toujours les intérêt du groupe derrière chaque article. Ceci est aussi valable pour
Indymedia car aucun média ne montre la réalité sinon une construction propre à la lecture qu'il en
fait en fonction de ses intérêts et de ceux du secteur qu'il représente.

Cette position révèle à contrario, l'appropriation de l'objectivité par les médias hégémoniques afin
de légitimer leur discours, tandis que les médias alternatifs feraient ainsi preuve d'une certaine
honnêteté envers des lecteurs qui les consulteraient en toute connaissance de cause. Ce sont ces
34
35
36

Traductions: « Des vraies nouvelles »; « Journalisme indépendant »; « Thème de fond »
Voir l'entretien de Natalia Vinelli en annexe.
Voir l'entretien des militants de Indymedia La Plata en annexe.

médias alternatifs que nous allons à présent étudier, afin de présenter l'histoire de ce mouvement en
argentine et les différentes formes sous lesquelles il a pu se manifester jusqu'à nos jours.

II. DES RADIOS PIRATES DES ANNÉES 80 AUX MÉDIAS SOLIDAIRES ACTUELS.
1. Les premiers médias alternatifs en Argentine.

a. Des années 80 aux années 90
À la fin des années 87-88, il y a eu un boom de l'alternatif avec la naissance des radios pirates qui
n'avaient pas d'autorisation mais qui émettaient dans une zone restreinte, à l'échelle d'un quartier par
exemple. Les premières radios alternatives ne sont pas nées dans les quartiers pauvres mais au
contraire dans les quartiers aisés de San Isidro où le population avait les moyens de mettre en place
un transmetteur et une antenne.
La fin de la décennie 90 a été fatale pour ces radios qui ont été les premières à souffrir du déclin
économique. Leurs propriétaires ont été obligé de les vendre et la plupart ont été alors converties en
radios commerciales. Néanmoins ces premières expériences alternatives inspire une nouvelle vague
de médias alternatifs, adaptés aux difficultés économiques et donc moins onéreux à produire. Ce
sont souvent des journaux de quartiers composés d'une simple feuille ou de 3 ou 4 feuillets tout au
plus, vendus par leur producteur ou distribuer dans les commerces du quartier quand il s'agit de
journaux gratuits financés par la publicité locale et dont le contenu journalistique n'est pas de grande
qualité. Ces petites expériences n'ont pas en général une espérance de vie très élevée du fait des
difficultés de financement. La publicité est difficile à obtenir et aléatoire tandis que les coût
d'impression, fixes, sont très élevés.

b. Les premiers médias alternatifs dans la ville de La Plata
La ville de La Plata est riche d'une longue histoire en matière de médias alternatifs. Dès 1982, la
revue culturel « Talita »voit le jour dans un contexte où on pouvait à présent critiquer la dictature
sans risquer sa vie. Rédigée par des universitaires platenses, la revue compte six numéros dans
lesquels on pouvait lire des entretiens d'artistes figurant sur les listes noires du régime. Très peu
illustrée, la revue prend au fil des numéros un ton de plus en plus critique face à la dictature et
publie même des articles de Gramsci, symbole de la lutte contre les régimes autoritaires. La fin du
régime en 1983 sonne l'arrêt de cette revue et il faut attendre la fin des années 80 pour retrouver la
trace de nouvelles productions alternatives. Parmis elles, la « Muela del juicio »37, recueil poétique
paru une première fois en 1986 mais qui prend son véritable envol en 1991. Il s'agit d'une revue
37

Traduction: la meule du jugement.

littéraire non-académique mélangeant les genres, qui fit parler d'elle par la qualité de ces articles,
notamment celui sur César Aira, auteur de « La Liebre ». Cet article fit d'ailleurs connaître la revue
dans les rédactions des médias nationaux. En 1996, en réponse à la répression d'une manifestion
étudiante par le recteur de l'université de La Plata38, la rédaction de la revue rejette la subvention
universitaire qu'elle reçoit et cesse de paraître.
Dans le domaine de la revue littéraire, on peut aussi citer el Mongolejito, une revue plus ou moins
loufoque et satirique dont le but avoué est de s'attaquer au facilismo, courant de pensée littéraire des
années 80.

On peut citer aussi parmi ces précurseurs, « La Grieta 39» qui à partir de 1992, constitue l'une des
premières revues alternatives politisée plus que culturelle. On notera d'ailleurs sa collaboration avec
l'organisation H.J.O.S.40. D'autres revues ne doivent pas non plus être oubliée telles « Salida
Platense », l'hebdomadaire « El Atajo », la revue poétique « Diagonal Cero » ou encore « En
Marcha », mensuel du syndicat des travailleurs judiciaires de la province de Buenos Aires, édité à
La Plata et toujours à l'écoute des mouvements populaires.

c. Le déclic de 2001.
Si la crise économique de 2001 a fait disparaître la plupart de ces petites expériences, certains ont
survécu41 et ont été rejoint par une nouvelle génération de médias alternatifs s'est spontanément
manifestée. Pendant la décennie 90, les gens étaient habitués à voir les mouvements sociaux à
travers le filtre de la presse hégémonique qui associait conflit social à agitation malsaine afin de
légitimer la repression contre les manifestants. Or par la force des choses, ces gens se sont trouvés
eux-mêmes dans la rue pour manifester et ont été à leur tour réprimés par les forces de l'ordre. Ils
ont vu ensuite que suivant son discours habituel, la presse les qualifiait d'agitateurs. Cela a provoqué
une rupture. Les gens ont vu la réalité, ont compris la manipulation et ont cherché de nouvelles
sources d'information. C'est ainsi que le site d'Indymedia Argentina a par exemple, enregistré ses
plus hauts pics de fréquentation alors que le site n'était que récemment en ligne. Une autre partie
d'entre eux a pris directement les choses en main et s'est ré-appropriés les informations en
38

39
40

41

Luis Lima modifia les statuts de l'université afin d'être réélu. Les étudiants manifestèrent leur opposition et le recteur
leur envoya la police bonaerense pour les faire taire.
Traduction: la Crevasse
H.I.J.O.S.: Hijos e Hijas por la Identidad y la Justicia contra el Olvido y el Silencio. Organisation dénonçant
l'impunité des anciens tortionnaires et organisant des « escratches »(faire connaître au voisinage, le passé
génocidaire d'un habitant du quartier).
Voir la sous-partie les médias solidaires.

participant ou en créant de nouveaux médias alternatifs. Natalia Vinelli constate à ce propos que
« plus la population participe à la politique et s'organise, moins elle a confiance en les médias
hégémoniques et plus elle a intérêt à rechercher d'autres sources d'information. »
Pour de nombreux militants, il semble que la fonction de ces nouveaux médias alternatifs remplisse
celle des médias publiques d'État avant que ceux-ci ne soient privatisés et perdent leur raison d'être,
le bien commun. Il s'agit aussi garantir la diversité de l'information dans un monde médiatique où
comme le remarque le député national Mario Cafiero42: « Les médias ne remplissent toujours par
leur devoir d'informer et de présenter des opinions distinctes. Qu'on regarde la télévision, qu'on
écoute la radio ou qu'on lise les quotidiens, on a l'impression qu'ils font tous partis du même
orchestre. »
Les médias alternatifs ont pour objectif de donner la possibilité aux gens d'être entendus. On dit
souvent que les médias alternatifs sont la voix des défavorisés, des laissés pour compte. Ce n'est pas
tout à fait vrai. Ces gens là ont déjà une voix, il faut juste l'écouter, puis la rendre audible à toute la
société argentine pour qu'elle prenne conscience des problèmes que supporte une partie nonnégligeable de sa population.

2. De nouvelles expériences alternatives nées de la crise.
a. Les médias récupérés.
À l'image des entreprises récupérées par leurs salariés, il existe quelques exemples de médias
commerciaux, tombés en faillite puis repris en main par leurs employés, journalistes, publicitaires,
commerciaux, ouvriers imprimeurs, etc... Même si ces expériences ne font pas légion, il est tout de
même intéressant de les évoquer car le changement de mode de gestion s'est toujours accompagné
de transformations radicales dans l'organisation et dans le traitement de l'actualité.

La première expérience coopérative pour un quotidien argentin, remonte à 1971, lorsque « El
Independiente de La Rioja » fondé en 1959, passa aux mains de ses employés. Le quotidien est
passé à travers 37 années de difficultés financières, de pressions de l'état et de crises internes. Il tire
aujourd'hui à 11 000 exemplaires, fidèle à ses statuts qui le déclarent « Indépendant de tout secteur
du pouvoir » et «assurant des conditions dignes de travail dans la participation et la responsabilité
de ces associés ».
42

In la Pulseada, n°33 « Licencia para désinformar » op.cit.

Les quotidiens « El diario del centro del país » (Villa María), « Comercio y Justicia » (Cordoba) et
« el Diario de la Region » (Chaco) sont les seuls exemples liés directement à notre contexte d'étude.
Les deux premiers ont changé de statuts en 2001 et le troisième l'année suivante. Dans les trois cas,
les journaux ont été abandonnés par leurs propriétaires et c'est à partir d'une initiative opiniâtre des
employés au chômage que les projets ont pu dépassé les difficultés de financement de la remise en
route des rédactions et de la poursuite de la rédaction. Bien souvent les employés ont du contribuer
personnellement à la remise à flot en installant leur propre matériel informatique comme pour
« Comercio y Justicia » ou en investissant leurs économies comme c'est le cas des employés de « el
Diario de la Region ». Ils ont aussi du faire face au retour des entrepreneurs qui une fois l'affaire à
nouveau rentable, voulaient récupérer leurs biens. Quand le « Comercio y Justicia » fut mis en
vente, la juge en charge du règlement de la faillite prit une décision historique en accordant une
priorité d'achat aux salariés qui s'étaient entre temps constitués en coopérative, malgré le fait que les
groupes Clarín et Hadad se disputaient le quotidien.

Force est de constater que chacune des trois expériences a su augmenter ses ventes en instituant de
nouvelles formes de travail et de traitement de l'information. D'après les témoignages des intéressés,
être co-propriétaires les a inciter à faire de leur maximum pour améliorer la qualité journalistique.
Si chacun a gardé sa spécialité, les figures de directeur et de rédacteur en chef ont disparu au profit
de coordinateurs entre la rédaction, l'imprimerie et l'administration. La verticalité n'étant plus de
mise, Daniel Rocha43 indique que: « Avant le patron donnait ou imposait la ligne éditoriale. À
présent, nous en discutons tous et nous faisons en sorte que le journal soit ample et pluraliste ». Cet
apprentissage de l'autogestion peut être difficile pour des secteurs auparavant habitués à se côtoyer
sans pour autant échanger. En même temps qu'un nouveau projet médiatique, c'est une nouvelle
relation sociale qui se met en place dans ces coopératives.

À l'image du « el Diario de la Region », ces trois journaux sont devenus bien plus engagés qu'ils ne
l'étaient auparavant. Celui-ci a par exemple été le seul à dénoncer la compromission de certains
fonctionnaires actuels du ministère de la justice de la Province du Chaco, dans le massacre de
Margarita Belén, perpétré pendant la dictature.

43

Daniel Rocha est journaliste au « El diario del centro del país ». Son témoignage est extrait de l'article p24 du n°39
de La Pulseada.

Nous terminerons avec cette citation de Gabriel Levinas, directeur du bi-hebdomadaire « El
Porteño », une autre de ces revues coopératives: « ...que atentan contra la libertad de prensa es la
relación económica patrón-trabajador [...] « El Porteño » no es « Clarín » pero para que
realmente sea distinto su organización económica no puede ser la misma. Del mismo modo que no
venceremos al poder utilizando su discurso, no seremos distintos del periodismo tradicional si
copiamos sus mecanismos. »44

b. Donner du travail et un autre point de vue: les revues solidaires.
Si les revues de rue destinées à fournir un revenu aux Sans-Domicile-Fixe sont un phénomène
internationale, qui a oublié la revue « Macadam » qui parmi quelques autres vendait un temps dans
les rues françaises45, les revues solidaires ont, de part la crise économique et sociale, acquis une
dimension tout à fait inédite en Argentine. Contemporaines des médias récupérés que nous venons
de présenter, elles ont souvent pris le relais d'un État déficient à partir de la deuxième moitié des
années 90.

Associant le projet journalistique à une dimension social, ces revues ont d'une part, l'objectif de
créer une source de revenu pour certaines catégories de défavorisés, enfants des rues ou sans-abris,
et d'autre part, de mettre en place des structures d'éducation, de formation et de santé à l'intention de
ces mêmes catégories. Ces médias sont solidaires pour trois raisons. Outre le principe fondamental
qui permet au vendeur de garder entre 50 et 75% du prix de vente de la revue, l'acte d'acheter la
revue devient un acte de solidarité du lecteur envers le vendeur qu'il sait rétribuer directement en lui
achetant son produit. Enfin, les profits de la revue sont en général réinvestis dans des projets de
développement social. Pour autant, solidarité de rime pas avec charité, assistanat ou clientélisme. Il
s'agit en fait d'une co-responsabilité et d'un engagement mutuel entre la revue et ceux qui en
bénéficient.

En Argentine, l'initiative revient à la revue cordobesa « La Luciérnaga » en 1995 qui a inspiré par la
suite de nombreuses revues du même type comme « El Ángel de lata » à Rosario, « Changuitos » à
44

45

« (Une des questions) qui portent atteinte à la liberté de presse, c'est la relation économique patron-travailleur [...]
« El Porteño » n'est pas « Clarín » mais pour qu'il soit réellement différent son organistion économique ne peut être
la même. De la même façon que nous ne vaincrons pas le pouvoir en utilisant son discours, nous ne serons pas
différent du journalisme traditionnel si nous copions ses mécanismes. »
Lire à ce propos l'article de Vanessa STETTINGER « Combattre l’exclusion ? Promesses et limites de la vente des
journaux de rue » paru dans la revue CAIRN,n° 105, page 153 à 163, 2006.

santiago de Estero, « Arco Iris » à Victoria et « Barriletes » à Paraná. Déçu par l'inaction de la
province de Cordoba pour laquelle il travaillait, Oscar Arias monte un programme 46 indépendant du
gouvernement, des syndicats et partis politiques et des mouvements religieux. Son objectif est de
fournir un travail rémunérateur et honorable aux enfants lavant du matin au soir les pare-brises des
voitures dans les rues et qui sont très mal considérés pour ce travail ingrat. À propos du travail des
enfants, on peut citer cette remarque des responsables de « Barriletes »: « Nous ne promouvons pas
le travail infantil, l'idéal serait que les parents travaillent et que les petits vivent leur enfance, mais
il y a une réalité que nous ne pouvons pas méconnaître »47

Vendue 1.25 pesos dont 85 centavos reviennent aux enfants, la revue atteint un tirage plus ou moins
mensuel (tous les 45 jours) de 50 000 exemplaires en 1999 et possède son local et sa propre
imprimerie. Outre ce succès éditorial, c'est l'attitude des passants et surtout des policiers envers ces
enfants qui changent grâce à des articles s'attaquant aux préjugés sociaux. La même année est créée
la fondation « Pueblo Luciérnaga » qui regroupe les différents programmes déjà mis en place. 150
familles et 200 enfants profitent d'un comedor fournissant un petit déjeuner quotidien à ses jeunes
vendeurs, d'une pharmacie, d'une équipe d'assistant sociaux et de plusieurs ateliers
d'alphabétisation, de soutien scolaire et de formation professionnelle. La revue est distribuée dans
10 autres villes de la province mais aussi du pays 48 pour lesquelles elle fournit un supplément local.
Elle tirait à 30 000 exemplaires en 2002 pour un prix de vente de 2.50 pesos.

Enfin nous terminerons par le cas de « Hecho en Bs.As », créée en 2000 dans la capitale fédérale.
Cette revue se rapproche plus du « Macadam » précédemment cité et de fait elle est membre du
réseau mondial des publications de rue49. Son modèle est le londonien « The Big Issue » qui semble
être la référence de base à tout ce mouvement. Ses cibles diffèrent légèrement de celles que nous
avons étudié jusqu'ici puisqu'il est distribué par les sans-abris et les marginaux de Buenos Aires. À
part cela, les objectifs sont similaires: assistance médicale et ateliers de formation. Le média entend
être le canal d'expression des gens de la rue. Le contenu s'oriente donc dans cette direction. En
2003, 50 000 exemplaires étaient vendus à 1 peso par 280 vendeurs. Actuellement le tirage est
redescendu à 20 000 par mois. « Hecho en Chile » et « Hecho en Mendoza » se sont directement
46
47

48

49

Oscar Arias s'est lui même inspiré de la revue espagnole « La Farola ».
« El fenómeno de las revistas solidarias, una nueva forma de comunicación alternativa » par Carlos Gassman. La
Pulseada, n°13, p 21-25, 2003.
Río Tercero, Río Cuarto, San Francisco, La Falda, Hernando, Oncativo, Alta Gracia, San Luis, Catamarca, San
Salvador de Jujuy et Venado Tuerte.
50 revues affiliées et 30 millions d'exemplaires vendus annuellement en 2003.

inspiré de son modèle.

c. Internet, le nouvel espace du militantisme social.
Comme nous l'avons montré précédemment, l'arrivée des nouvelles technologies de l'information et
des communications, Internet en tête, a fait apparaître une nouvelle vague de médias alternatifs,
puisant dans ces ressources, de nouvelles formes d'organisation et de pratique du journalisme
alternatif. Nous allons ici présenter un bref panorama des médias argentins présent sur la Toile
depuis la crise de 2001 et les limites qu'on pourrait poser à leur développement.
Internet présente comme de nombreux avantages: liberté, connexion avec le monde entier en
instantané, facilité d'usage et faible coût relatif. Au fur et à mesure de la pénétration de ce média
dans la société argentine, de nombreux blogues d'opinion et de sites d'information ont été mis en
place par des citoyens.
Les évènements de décembre 2001 ont été décisifs pour les médias internet. Les agences de presse
Argentina Arde et ANRED ont été fondées dans les mois qui suivirent. Ces deux médias sont des
exemples-type de ce nouveau type de média alternatif que nous avons décrit dans le dernier point de
notre partie précédente. Les collectifs se définissent comme des espaces de communication
alternative et de coordination de la lutte sociale menée par les mouvements populaires.
Pour compléter ce tableau, on doit aussi citer Red Eco Alternativo et l'agence de communication
Rodolfo Walsh qui créées à la fin des années 90, ont mis en gestation le Forum des Médias
Alternatifs qui donna naissance au Réseau National des Médias Alternatifs en 200450. Ce collectif
est à l'origine de plusieurs actions communes telles que les campagnes « Non à Bush en
Argentine », « À 30 ans du coup d'état de 1976 » et « À 4 ans de Pueyrredón »51.
Cependant, la technique n'est pas neutre et peut se révéler négative. Les serveurs abritant ces médias
peuvent être piratés ou saisis par les autorités. À notre connaissance, il n'y a pas de cas connu pour
l'Argentine mais comme nous le verrons plus tard, les serveurs d'une vingtaine de sites Indymedia
ont déjà été saisis en Europe, entrainant la fermeture temporaire de ces sites d'information
alternative. D'autres part, il ne faut pas oublier que Internet est loin d'être universel. Soutenu
notamment par le phénomène des « Locutorios » qui démocratise l'accès à faible coût, le nombre
50
51

FODEMA (Forum De Medios Alternativos) et RNMA (Red Nacional de Medios Alternativos)
Ces évènements ont respectivement eu lieu en 2005 et 2006.

d'usagers est passé entre 2001 et 2004, de 3 100 000 à 5 328 000, soit une hausse de 72%.
Néanmoins, cela ne représente que 15% de la population argentine. Même si on peut
raisonnablement estimé que cette augmentation a du se poursuivre, l'usage d'internet reste
fondamentalement l'apanage de la jeunesse (64% des usagers ont moins de 34 ans) et des classes
aisées (voir graphique ci-dessous).
La connaissance informatique nécessaire et les coûts liés à l'équipement et à l'abonnement
privilégient en effet ces deux catégories. Outre les 1 million d'analphabètes qui en sont
automatiquement exclus, c'est donc la majorité de la population du pays qui n'a pas accès à ce genre
de médias alternatifs.

TROISIÈME PARTIE: DEUX EXEMPLES DE MÉDIAS
ALTERNATIFS ARGENTINS, LA PULSEADA ET INDYMEDIA.
I. LA PULSEADA, HÉRITIÈRE DE LA THÉOLOGIE DE LA LIBÉRATION
1. rappel historique
a. la La théologie de la libération
Le christianisme de la libération naît au début des années 60 lorsque la Jeunesse Universitaire
Chrétienne brésilienne (JOC) formule pour la première fois au nom du christianisme, une
proposition radicale de transformation sociale. Durant la décennie suivante, ce courant de pensée
s'étend aux autres pays d'Amérique Latine et se fait connaître sours la forme de la Théologie de la
Libération. « L'option préférentielle pour les pauvres » est l'idée centrale de ce mouvement qui fait
de ces derniers, les acteurs de leur propre libération et non plus les objets passifs de la charité
chrétienne. La tache de tout chrétien est d'accompagner et de contribuer à cette dynamique. La
théologie de la libération se résume en 5 points. Comme nous l'avons dit précédemment, l'option
préférentielle en faveur des pauvres (1) place ceux-ci au centre de la théologie. Se basant sur une
analyse marxiste de la société (2), elle fait le réquisitoire du capitalisme (3), responsable de
l'exploitation et de l'exclusion des masses de pauvres. Elle prône le développement de communautés
chrétiennes de base parmi les pauvres en rupture avec l'individualisme capitaliste et la verticalité de
l'Église catholique romaine (4). Enfin, la théologie de la libération lutte contre la Richesse, la
Puissance, la Sécurité Nationale, l'État, la Force Militaire et la Civilisation chrétienne occidentale,
valeurs qui sont dénoncées comme des idolâtries.
Ce courant ne vient ni de la base, ni du sommet de l'Église mais de la « périphérie vers le centre »52,
c'est-à-dire de membres marginaux de l'Église. Parmi eux on peut citer Leonardo Boff et Frei Betto
pour le Brésil et Enrique Angel Angelelli et Carlos Mujica pour l'Argentine.
Le livre de Leonardo Boff, « Jésus Christ Libérateur »53 est considéré comme le premier ouvrage de
la théorie de la libération. Les concepts marxistes apparaissent dans ses oeuvres suivantes et
deviennent la composante essentielle de sa reflexion sur la pauvreté. Aux critiques qui l'associent au
communisme, il répondait que l'Inquisition ne représentant pas le christianisme, le marxisme ne
52
53

LÖWY M. « La théologie de la libération : Leonardo Boff et Frei Betto », RISAL, 2007.
BOFF L. « Jésus Christ Libérateur » Petropolis, Vozes, 1971

pouvait être assimilé aux modèles socialistes existant alors. Sa remise en cause de l'autorité de
l'Église dans son livre « Église, charisme et pouvoir » paru en 1981, lui vaut 10 ans de querelle avec
Rome au bout desquels il abandonne ses charges mais non son sacerdoce moral. Frei Betto est
l'autre figure importante de ce théologisme de la libération brésilien. Frère dominicain, il est très
actif politiquement pendant la dictature des années 60 puis s'occupe de communautés de base durant
la décennie 70. Au début des années 80, il se rapproche du Parti des Travailleurs et est nommé 20
ans plus tard, responsable du programme « Faim zero » par le président Luis Inacio Da Silva. Il
démissionnera pourtant en 2003.
Enrique Angel Angelelli né en 1923 à Cordoba, est ordonné prêtre en 1949. Il privilégie rapidement
les secteurs défavorisé et intègre la Jeunesse Ouvrière Chrétienne et la Jeunesse Universitaire
Chrétienne en 1952. Après un bref passage dans la hiérarchie épiscopale, il est rétrogradé pour ses
sympathies et ses actions vers les mouvements sociaux. En charge du diocèse de La Rioja, il
dénonce, aux côtés des travailleurs et des paysans, la corruption et la domination des élites locales.
Se sachant sur la liste de la Triple A54, il continue malgré tout à dénoncer les atteintes aux droits de
l'Homme après le coup d' État. Il est assassiné le 26 juillet 1976. Carlos Mujica (1930-1974)
s'engage lui aussi auprès des pauvres durant son sacerdoce dans le quartier de Retiro où il
développe une forte activité sociale dès 1959. Proche de Peron et membre du Mouvement des
Prêtres pour le Tiers Monde, il est assassiné par la Triple A en 1974 et aurait prononcé cette ultime
phrase avant de mourir « Maintenant plus que jamais nous devons être avec le Peuple! »
La théologie de la libération est une forte composante de l'alter-mondialisme chrétien. Elle
transcende d'ailleurs le clivage religieux/laïcs puisque de nombreux courants de gauche se
reconnaissent dans la trame principale de cette idéologie.

b. à l'origine, la « Obra » du Père Cajade
À l'origine de la revue La Pulseada, il y l'oeuvre du père Carlos Cajade né en 1950 et ordonné prêtre
dans l'archidiocèse de La Plata en 1979. De ses propres dires, il adopta dès le début de son
sacerdoce « tous les idéaux d'un monde plus humain, plus juste, plus fraternel »55. En 1984, après
une anecdote sur laquelle nous reviendrons dans une prochaine partie, il fonda en 1984 « El Hogar
de la Madre Tres veces Admirable »56 pour venir en aide aux populations défavorisées et avant toute
54

55
56

AAA (Alianza Anticomunista Argentina) :Organisation terroriste soutenue par les militaire, responsable de 500
assassinats.
« Milagros en Navidad » Entretien de Carlos Cajade par Hugo Presman, reproduit en annexe.
Traduction: Foyer de La Mère Trois Fois Admirable. Référence à une forme de la Vierge Marie vénérée par la
congrégation de Schoenstatt fondée en 1914 en Allemagne et dont le père Cajade faisait parti. Cette appellation

chose, aux nombreux enfants laissés en marge du système.
Le « Hogar de la Madre Tres veces Admirable » est une association civile sans but lucratif dont la
mission est de créer des espaces de convivialité familiale afin de rendre un futur aux enfants
défavorisés et dans la mesure du possible, de les renvoyer chez leurs parents. Regroupée autour du
père Cajade, c'est tout une communauté qui a développé le projet. La tenue d'assemblées pour
discuter des orientations du Foyer était une pratique régulière même si le père Cajade est resté le
guide et le penseur incontesté de ce qu'on appelle aujourd'hui « La Obra », l'Oeuvre du père Cajade.
En une vingtaine d'années, deux sortes d'activités ont été mises en place: les activités sociales et les
activités productives. Dans les premières, on retrouve tout d'abord le foyer en lui-même qui
accueille environ 80 enfants et jeunes adultes de 4 mois à 21 ans dans un ensemble de 9 maisons
réparties dans un terrain de 10 hectares acquis par l'association aux alentours de la ville de La Plata.
On compte 8 ou 9 enfants pour un éducateur. Les générations se succédant, certains enfants des
premières heures du foyer sont devenus eux-mêmes éducateurs et vivent avec leurs familles dans
ces lieux où ils accueillent à leur tour des enfants dans le besoin. Le foyer est ouvert à tous et aucun
enfant n'y est retenu de force. De fait, certains font des aller-retour réguliers entre le foyer et
l'extérieur. L'objectif étant de recréer autour de l'enfant, le lien familial détruit par la pauvreté mais
aussi de les occuper durant la journée afin qu'ils ne végètent pas dans les rues, l'association a été
amenée à ouvrir trois centres de jour que les enfants fréquentent du matin au soir. Ces centres, dont
un est spécialisé dans les enfants en bas âges, fournissent une alimentation continue, un suivi
médical et toutes sortes d'activités éducatives et ludiques à ces jeunes. De plus, ce sont aussi des
lieux de discussions et d'informations pour les parents qui peuvent y trouver une assistance
médicale et juridique. 200 enfants de 6-13 ans et 60 en bas âges profitent de ces structures. Enfin,
un comedor servant de la nourriture à 400 enfants et adultes a été mis en place dans le quartier de
San Carlos. Afin d'encourager la reconstruction familiale, celles-ci ont droit à la gratuité du service.
« Nous avons besoin de peuples protagonistes de leur présent et de leur futur, parce que de ce que
nous sèmerons aujourd'hui dépendra la vie de nos enfants et petits-enfants ». Cette citation qu'on
peut lire sur le site de l'association57, rattache clairement l'Oeuvre père Cajade à la Théologie de la
libération et à son option préférentielle pour le pauvre, acteur de sa propre émancipation comme
nous l'avons précédemment exposé. La pédagogie par le travail est une donnée essentille dans
s'explique par le fait qu'elle est admirable comme mère de Dieu, comme éducatrice d'un homme nouveau dans une
communauté nouvelle et comme auxiliaire du Christ dans la redemption.
57

l'oeuvre du père Cajade car elle permet de sortir de l'assistanat ces populations habituées aux
prébendes des politiciens en échange d'un soutien électoral momentané. À partir de 15 ans, les
jeunes partagent leur temps entre l'école le matin et les activités productives l'après-midi. En plus de
fournir une formation professionnelle nécessaire à l'insertion des ces futurs jeunes adultes, ces
activités financent une grande partie des projets sociaux. Ainsi, l'association met en place la ferme
Don Juan qui vend le produit de ses cultures, puis des kioscos et des buffets58 au sein des palais des
assemblées législatives et du gouvernement de la province de Buenos Aires, ainsi qu'une
boulangerie qui depuis 2003 fournit en pain, en pâtisseries et en pate à pizza, les différentes
structures de l'organisation. Les deux principaux projets mis en oeuvre sont néanmoins l'imprimerie
« Grafitos » qui assurent l'essentiel des rentrées d'argent de l'association depuis 1997 et bien sur, la
revue La Pulseada créée 2002. Au total, 55 emplois ont donc été créés.
Plus Globalement, 600 enfants et adolescents bénéficient directement des structures du père Cajade.
À ceux-là, il faudrait au moins rajouter le double de personnes en profitant indirectement, portant à
environ 2000, le nombre de personnes concernées de près ou de loin par l'Oeuvre du père Cajade.

2. La Pulseada: cheval de bataille de la lutte sociale.
a. création
Dans les années 1999 et 2001, le père Cajade co-fonde le Mouvement National des Enfants du
Peuple qui organise des marches contre la faim à travers tout le pays. Il célèbre aussi des messes
publiques sur la Plaza de Mayo notamment, pour sensibiliser l'opinion aux problèmes de santé et
d'alimentation qui touchaient la fraction la plus pauvre de la population. Une évidence s'est pourtant
très vite imposé, aucun média ne couvrait leurs actions.

Au cours de l'année 2001, le père Cajade s'entretient avec des amis journalistes de la nécessité de
créer un média qui puisse être la voix du Hogar de la Madre Tres veces Admirable. Ce média
devrait avoir le double objectif de porter au niveau de l'opinion publique, la bataille sociale menée
dans la rue mais aussi de donner du travail aux gens défavorisés. Après quelques difficultés qui
retardent sa sortie initialement prévue en novembre 2001, La Pulseada qui devait sort en avril 2002.
Comme son nom l'indique, elle se pose dans la perspective de lutte sociale et s'inscrit en droite ligne
dans la théologie de la libération puisque dans l'édito du premier numéro (avril 2002) signé par
58

Petits commerces argentins, sorte de mélange entre des bar-tabacs et des petites épiceries où l'on peut acheter des
sucreries, des boissons et de la nourriture rapide.

Carlos Cajade, on peut lire une citation de Enrique Angelelli: « Pongamos un oído en el corazón del
pueblo y el otro en el corazón del Evangelio 59». Dans ce même texte, on aussi voit la dénonciation
du système néolibéral incarné dans le texte par le théoricien Fukuyama, comme responsable de la
crise que traverse le pays.

Sortir une nouvelle revue en avril 2002, au pire moment de la crise économique est un pari risqué,
même pour certains membres de l'équipe de rédaction, essentiellement composée de journalistes
d'expérience et de membres de la Commission Provinciale pour la Mémoire dont Carlos Cajade fait
alors parti. . « Locura », c'est le titre de ce premier numéro. Une folie revendiquée et explicitée dans
un texte imprimé en couverture, que nous reproduisons ici tant il montre la détermination et la
nécessité de mettre en route une revue dénonçant la folie du contexte du moment.
«
« Es una locura. Sacar una revista en este momento es una locura » La advertencia la hicieron, con cariño,
varios amigos.
Locos. Como cuando con los pibes ocupamos la casa del gobierno para pedirle a Armendáriz las tierras
donde hoy crece nuestro Hogar. Locos. Como el día que dijimos: « Vamos a hacer una imprenta y a
enseñarles el oficio gráfico a nuestros pibes ». Locos. Como cuando, en soledad, advertimos sobre las
consecuencias del modelo económico neoliberal. Locos. Como cuando decíamos que « la mejor policía del
mundo » estaba matando a nuestros jóvenes.
Locos. Es cierto. En cada sueño que hemos impulsado hubo una cuota de locura. La indispensable para
seguir empujando hacía otro horizonte, igual que ahora al presentarles esta revista.
Una revista porque necesitamos pensarnos como sociedad y porque para construir una nueva politica, la
cacerolas no alcanzan.
Y también, porque debemos estar alertas: en la crisis, los autoritarios buscan su oportunidad. Y también
porque queremos reírnos y hablarles de esperanza.
« Estamos ante dos noches: la de atrás, con un sol muerto y la del frente, con un sol que no asoma
todavía ». Lo escribió Leopoldo Marechal. Para que este sol comience pronto a alumbrar, daremos la
pulseada.
Locos... »60
59
60

« D'une oreille écoutons le coeur du peuple et de l'autre, celui de l'Évangile. »
« "C'est une folie. Publier une revue en ce moment, c'est une folie.". Cette mise en garde, plusieurs amis nous la
firent avec affection. Fous. Comme lorsque nous occupons le Palais du Gouvernement avec les jeunes pour
demander à Armendariz les terres où pousse aujourd'hui notre Foyer. Fous. Comme le jour où nous dîmes: "Faisons
une imprimerie et enseignons l'artisanat graphique à nos jeunes". Fous. Comme lorsque, dans la solitude, nous
mettions en garde contre les conséquences du modèle économique néolibéral. Fous. Comme lorsque nous disions
que "la meilleure force de police du monde" assassinait nos jeunes. Fous. C'est vrai. Dans chaque rêve que nous
avons impulsé, il y eu une part de folie. L'indispensable pour continuer à pousser vers un autre horizon, comme

b. Objectifs et thèmes récurrents.
Amplifier la voix du HMTA et montrer à l'opinion publique ce que les médias hégémoniques
occultent. sont les deux objectifs principaux de la revue. Le choix de « Marcados para morir »61
comme premier article du premier numéro, est révélateur de cette volonté de marquer les mentalités
pour réveiller les consciences. La ligne de conduite qui en découle est manichéennement simple. Il
y a ceux qui font ce qu'ils peuvent pour en finir avec les injustices qui frappent la société argentine
en général et les enfants en particulier, et ceux qui encouragent et profitent de ces injustices. La lutte
doit être portée dans tous les aspects de la vie, qu'ils soient économiques, sociaux, politique,
culturels ou même sportifs. La Pulseada est donc, une revue très hétéroclite.

Notre analyse

thématique du contenu des 59 premiers numéros confirme cette approche multidirectionnelle de la
société et de ces enjeux. La politique locale, nationale et internationale est au centre des débats avec
87 articles s'y référant. L'histoire argentine, elle aussi revient fréquemment dans les pages de la
revue avec 62 occurrences. Viennent ensuite les thématiques de l'enfance (52 articles) et de la
justice (48 articles). La Pulseada n'oublie pas non plus son rôle d'organe de presse du HMTA avec
59 articles promouvant les actions de l'Oeuvre du Père Cajade. Cependant, la principale thématique
est tout autre. En 6 années d'existence, ce sont 152 articles de fond et 59 critiques qui ont été
consacrés à la culturel sous toutes ses formes. Le père Cajade avait écrit sur la couverture du
premier numéro qu'il fallait « rire et donner de l'espoir ». La place donnée à la culture et aux artistes
engagés correspond sans doute à cette ultime recommandation.

Culture
Sport
Justice
Politique
Médias
Peuples indigènes
Histoire argentine
HTMA et Enfance
Mouvements sociaux
Pauvreté
Santé et éducation
L'Église

61

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

Total

25(2)

22(3)

80(11)

30(7)

34(9)

30(8)

8(3)

229 (43)

7

12

7

4

2

3

0

35

5

13

4

9

6

10

0

47

13

30

13

4

8

16

5

89

2

7

6

5

1

1

1

23

-

-

1

2

2

2

2

9

12

14

5

5

12

13

2

63

12

23

14

15

11

16

6

97

9

8

7

8

6

4

4

46

4

9

7

8

4

0

2

34

-

3

4

10

0

3

0

20

-

1

-

8

0

3

0

12

maintenant à l'heure de vous présenter cette revue. Un magazine parce que nous avons besoin de nous penser
comme société et parce que pour construire une nouvelle politique, les concerts de casseroles ne suffisent pas. Et
aussi, parce que nous devons être vigilants: pendant la crise, les autoritaires attendent leur occasion. Et aussi parce
que nous voulons rire et parler d'espoir."Nous sommes face à deux nuits: celle de derrière, avec un soleil mort et
celle d'en facet, avec un soleil qui ne se montre pas encore". Leopoldo Marechal. Pour que ce soleil commence
bientôt à rayonner, nous livrerons un bras de fer. Fous. »
l'article dénonce l'existence d'escadrons de la mort dans la conurbation de Buenos Aires.

c. Organisation.
Les médias traditionnels sont régis par trois formes de hiérarchie, l'autorité, l'ancienneté et le
salaire. L'organisation de La Pulseada, détaillée à la troisième page de chaque numéro semble à
priori instituer une telle triple hiérarchie avec un éditeur responsable juridiquement, un directeur, un
conseil d'édition, un rédacteur en chef et un cortège de responsables spécialisés (publicité, dessin,
etc...). La réalité est plus complexe.

Les membres de la revue avec qui nous nous sommes entretenus nous ont assurés qu'il n'y avait
aucune hiérarchie, que ces postes n'avaient été créés que par soucis d'efficacité et que dans les faits,
suivant les principes qui régissent tout projet du HMTA, les décisions étaient prises de manière
collegiale lors des réunions hebdomadaires. Pour avoir assisté à quelques réunions, nous avons pu
avérer ces déclarations quoique légèrement atténuée par un certain « leadership ».En effet, le père
Cajade laissait62 une grande liberté d'action à l'équipe de la revue mais son influence était tout de
même primordiale. Aujourd'hui, ce rôle semble avoir été repris par Carlos Fanjul (actuel directeur)
et Carlos Sahade (toujours rédacteur en chef). Les articles sont vérifiés et validés par leurs soins
après discussions des éventuelles rectifications avec le journaliste concernée. Nous insistons sur ce
point, aucun article n'est modifié sans l'aval de son auteur. La hiérarchie par l'âge se fait ici ressentir
puisque ce contrôle de la qualité et de la rigueur journalistique des articles est surtout appliqué aux
jeunes journalistes. En ce qui concerne une la hiérarchisation par le salaire, elle était complètement
inexistante aux débuts puisque aucun salaire n'était versé. Aujourd'hui, le rédacteur en chef ainsi
que les responsables de la publicité et de la distribution sont rétribués. De même, les articles sont
payés en fonction de leur longueur. Néanmoins certains collaborateurs refusent ces salaires ou les
reversent au HTMA.

La structure organisationnelle de La Pulseada correspond finalement à un compromis entre le
militantisme bénévole et la hiérarchisation classique d'une organisation médiatique. La verticalité
autoritaire est ici atténuée par les principes démocratiques, à défaut d'être remplacé par une
horizontalité radicale comme c'est le cas pour Indymédia.

62

Nous utilisons l'imparfait car comm nous le verrons dans une autre sous-partie, le père Cajade est décédé le 22
octobre 2005.

II. INDYMEDIA, UN MÉDIA MILITANT DE MASSE
1. Un média global: origine et caractéristiques
a. Seattle 1999
En 1999 à Seattle, divers organismes indépendants, alternatifs et activistes se regroupent en un
Centre de Médias Indépendants (CMI) afin de couvrir les contre-manifestations lors de la réunion
de L'OMC et du FMI. Ce qui va constituer la structure média-activiste la plus originale et la plus
originale du mouvements altermondialiste s'appuie alors sur l'intégration horizontale des différents
acteurs des médias alternatifs états-uniens et sur la mise en place de procédures organisationnelles
favorisant la coopération et l'égalité entre les membres.
À Seattle, le site a permit de mettre en migne des textes, des enregistrements audio et video à
n'importe quel moment, permettant au mouvement de montrer sa vision des évènements en temps
réel et de contrer la construction médiatique réalisée par les médias traditionnels. Le succès est
immense et plus de 2 millions de connexions sont enregistrées. Indymedia est né et les collectifs se
multiplient très rapidement en Europe, aux états-Unis et en Amérique Latine principalement mais
aussi dans le reste du monde puisque le réseau s'étend aux cinq continents. En 2008, on compte 192
collectifs répartis dans 45 pays63.

b. Autonomie et publication ouverte
Le réseau Indymedia peut être considéré comme une sorte d'agence de presse internationale et
polyglotte collectivement gérée. L'open publishing et l'autonomie de chaque collectif sont les
principales caractéristiques du mouvement. En effet, le principe d'organisation horizontale est ici
poussée à l'extrême. Il n'existe pas de bureau centrale centralisateur, les collectifs s'organisent de
façon différente selon les pays. Qu'ils soient isolés les uns des autres comme c'est le cas pour la
France ou regroupés au sein d'un collectif national, chaque section locale ou noeud (selon le
vocabulaire utilisé par les militants) garde une autonomie totale. Au sein de celles-ci, il n'y a ni chef,
ni journaliste, ni trésorier, mais un groupe qui discute et décide des orientations à prendre.
L'open-publishing est sans doute l'innovation à la source du succès de Indymedia. Il s'agit de
permettre aux membres du collectif bien sur, mais surtout à n'importe quelle personne consultant la
page internet, de mettre en ligne un article sans censure préalable et en temps réel. Il ne s'agit pas
63

Europe (71 collectifs); états-unis (52); Amérique Latine (50). Source www.indymedia.org

seulement de proposer un support de diffusion différent mais aussi une nouvelle façon de penser la
relation émetteur récepteur. La technique confinait l'usager au simple rôle de consommateur passif
de l'information. Avec cette innovation, il devient acteur à part de celle-ci, participant à sa
construction. Si certains collectifs poussent la transparence jusqu'à ne jamais exercer le moindre
contrôle sur le contenu posté par les internautes, la plupart d'entre eux se réservent tout de même le
droit de supprimer à postiori les propos jugés sexistes, racistes ou fascistes. En règle générale, ce ne
sont pas les articles qui posent problèmes mais les commentaires qu'ils suscitent et qui bien souvent
enveniment les débats. Enfin, l'affichage sur chaque page des liens vers les autres collectifs, décuple
les avantages de cette pratique car, nonobstant les barrières de la langue, elle permet une véritable
internationalisation des enjeux nationaux et locaux propres à chaque collectif.

c. Indymédia Argentina.
Le réseau argentin est le mieux structuré d'Amérique Latine. Créé en avril 2001, il compte
aujourd'hui 10 collectifs actifs répartis dans les principales villes du pays, entre autres, Buenos
Aires, Cordoba, Rosario et Mar del Plata. Outre ses collectifs « géographiques », il existe aussi des
groupes plus spécialisés qui se consacrent à certains thèmes précis ou à la production vidéo par
exemple. La section platense a été créée en mars 2004 et d'autres sections sont en formation à
formation à Neuquen et pour le reste de la Patagonie
Pour créer une nouvelle section, une discussion s'ouvre via les mailistes et chacun apporte son avis
dans le débat. Celui-ci doit déterminer si le collectif qui postule à l'intégration dans le réseau, est
idéologiquement compatible avec la ligne de pensée d'Indymedia et si la diversité y est garantie. En
effet, dans les premiers temps de l'expansion du réseau en Argentine, des partis politiques et des
syndicats ont voulu mettre en place de nouveaux noeuds noyautés par leurs militants. Outre le fait
qu'ils refusaient la publication ouverte qui est pourtant le principe de base de Indymedia, ils
voulaient aligner les collectifs sur la position de leurs formations d'origine et refusaient de discuter.
Ces groupes ont fini par quitter le projet mais depuis les sections entendent se prémunir de toute
tentative de récupération de leur mouvement en se réservant le droit d'accepter ou de refuser de
nouveaux postulants. Les militants politiques ou syndicaux sont les bienvenus, au même titre que
tout autre militant de la lutte sociale, mais ils doivent se conformer aux principes d'autonomie et à
d'indépendance si chers à l'identité du collectif.

Le réseau international Indymedia surprend par la rapidité à laquelle il s'est mis en place. De 1999 à
2004, après s'être développé dans la sphère occidentale (Amérique du Nord et Europe), il s'est
étendu presque simultanément aux pays du sud et nottamment à l'Amérique Latine. Indymedia
constitue une référence dans le milieu des média-activisme et pour de très nombreux internautes, il
s'agit de leur principale source d'information. Si à l'échelle locale, chaque section semble isolée et
vaine dans ses actions de contre-information, le collectif pris dans son ensemble est selon nous, l'un
des rares exemples de média alternatif détenant une telle influence sur l'opinion publique. On
pourrait arguer qu'il ne s'adresse qu'à une frange minoritaire de celle-ci mais encore une fois pris
dans sa globalité, Indymedia a atteint un degré de massivité (au sens où son « public » est vaste) que
peu de médias hégémoniques nationaux détiennent. Nous allons à présent nous intéresser plus
précisément à la section Indymedia La Plata.

2. Indymedia La Plata: Pour un changement radical de la société
a. Création et profil des militants.
La création de la section platense en mars 2004 peut sembler tardive pour une ville comme La Plata,
riche d'une longue histoire sociale, militante et contre-culturelle depuis les mouvements ouvriers de
Bérisso du 17 octobre, aux assemblées de quartiers actuelles, en passant par les organisations
étudiantes des années 60-70. De fait, cette actualité sociale est déjà relayée par de nombreuses
émissions radios telles que « La lucha que nos parió », « Hoy no se fía », « Zarathrustra »,
« Desatormentándono » ou encore « El viento nos llevará ». Pourtant alors que les organisations
sociales augmentent en nombre et en qualité, il semble que la concertation de ces mouvements fasse
défaut en matière de communication, chaque organisation restant isolée les unes des autres, mais
aussi coupée de l'opinion publique. De plus, il ne faut pas compter sur les médias officiels locaux
(« El Día », « Hoy », Radio 92, Radio 99.1, « El Cielo » et même Radio Universidad) pour diffuser
des informations concernant l'agenda social avec l'importance et la profondeur que cela mériterait.

Afin de centraliser l'actualité sociale et militante et de créer un espace de coordination entre les
médias alternatifs et les organes de presse des mouvements sociaux, un groupe de 8 jeunes militants
optent pour le réseau Indymedia et créent la section locale. Ce choix s'explique d'une part par le
crédit que possède déjà le collectif et par le fait que l'interface est livrée clef en main avec toutes les
innovations et les caractéristiques que nous avons décrit précédemment. Composer principalement
d'étudiant en journalisme et en communication, le groupe de 8 militants possèdent déjà une certaine

expérience puisque bon nombre de ces membres participaient déjà d'autres médias alternatifs tels
« Argentina Arde » ou « ANRED ».

b. Ligne de conduite et objectifs et thèmes récurrents
Transformer la société. C'est l'objectif clairement annoncé dans le premier article de Indymedia mis
en ligne en mars 200464. L'idéologie du collectif Indymedia La Plata est très imprégné de marxisme.
En se positionnant du côté des classes populaires et laborieuses, il s'engage à relater chaque combat
livré contre le grand capital. Cette dialectique de la lutte des classes domine certe, mais on doit
remarquer qu'elle est plus ou moins marquée en fonction des convictions de chaque militant.

On observe que le collectif a créé un agenda informatif propre au milieu militantiste et donc
différent de l'agenda national. Lors d'une manifestation, les médias hégémoniques interrogent les
forces de maintien de l'ordre et donnerent peut-être les horaires et les lieux du rassemblement. Les
membres du collectif, eux, vont « de l'autre côté de la barrière ». Ils accompagnent les
manifestations en distribuant des tracts aux passants et aux commerçants rencontrés en chemin pour
leur expliquer les raisons du rassemblement. Ils écoutent les revendications des manifestants et
mettent en ligne leurs tracts et leurs communiqués. Enfin, le groupe s'attache aussi à dénoncer et à
politiser les actes répressifs en filmant et photographiant les manifestations réprimées par les forces
de répression de l'état. La photo ci-dessous en est un bon exemple 65. En fin de compte, c'est une
autre réalité que traite Indymedia. On voit là que ce n'est pas tant la critique du discours
hégémonique que la critique expressiviste66 qui caractérise le collectif puisqu'il s'agit de donner la
parole à ceux qui ne l'ont pas, à ceux qui n'apparaissent jamais dans les médias hégémoniques.

64
65

66

Cf annexe
On voit des policiers frappant un manifestant,Ariel Devito, lors d'un rassemblement réclamant la justice contre un
officier de police responsable de la mort de Miguel Angel Serrano. Article du 11/07/2008
http://argentina.indymedia.org/features/laplata/
Cardon D. et Granjon F., « Les mobilisations informelles dans le mouvement altermondialiste, décembre 2003.

Il s'agit aussi de donner aux gens les moyens de penser autrement l'information et de leur apprendre
à la créer eux-mêmes en multipliant et en recoupant les sources. À terme, il faudrait que les gens
soit capable d'effectuer une lecture critique des médias hégémoniques et de ne pas tout accepter
sans réaction comme ils le font actuellement. Dans cette optique, les collectifs de Rosario et de
«Pueblos Originarios » ont ainsi ouvert un atelier de communication dans le quartier de la minorité
Toba de Rosario. Si rien de tel n'a été entrepris jusqu'ici par le collectif de La Plata, il faut
remarquer cependant que certains des militants participent à des projets similaires en dehors du
collectif.
Une analyse thématique des archives du collectif Indymedia La Plata (consultables en ligne 67),
montre plusieurs phénomènes. D'une part, on observe que sur 5 années d'existence, la moyenne
d'articles mis en ligne par mois est resté plus ou moins constante, exception faite de l'année 2006
durant laquelle le collectif a été exceptionnellement productif. Cela s'explique d'ailleurs par le
trentenaire du coup d'État de 1976 qui a donné lieu à un grand nombre de rétrospectives et de
manifestations. D'autre part, les entrées thématiques référencées dans le tableau ci-dessous
correspondent aux catégories présentes dans le menu du site. Nous avons comptabilisé les articles
en fonction de leur contenu faisant ainsi ressortir les sujets de prédilections du collectifs. On voit la
prépondérance nette de la thématique des droits de l'Homme, suivie à nombre égal par les affaires
concernant les travailleurs et la contre-culture. Dans une moindre mesure, l'éducation et l'actualité
universitaire occupent une place elle aussi significative.
Année
Travailleurs
Droits de l'Homme
Peuples Indigènes
Genre
Environnement
Résistance globale
Assemblée
Education
Contre-Culture
Nombre annuel d'articles
Moyenne mensuelle

2004*
12
7
1
5
6

2005
4
13
1
2
1
8
12

2006
17
32
1
2
2
10
14

31
41
78
3,5
3,5
6,5
(*10 mois pour 2004 et *7 pour 2008)

2007
4
23
1
1
1
10
7

2008*
6
5
1
1
2
4

Total
43
80
1
2
2
5
5
35
43

47
4

22
3

219

c. Organisation.
Comme on l'a vu précédemment, le collectif Indymedia se distingue par le rejet de toute hiérarchie.
Il revendique le fait de n'être constitué d'aucun journaliste et d'aucun rédacteur en chef puisque
théoriquement, tout internaute peut devenir collaborateur quand il le souhaite. Pourtant, à la base de
67

http://argentina.indymedia.org/archives/archive_display_list.php?category_id=39

chaque section, il y a ce qu'un appelle un collectif stable chargé de plusieurs missions locales.
L'analogie à une équipe de rédaction est envisageable bien que son caractère bénévole et militant
dépasse le simple cadre journalistique. Le travail qui lui est attribué se réparti en différentes
activités graphiques, audiovisuelles, photographiques, radiales et éducatives. La partie graphique
correspond à la gestion du site (mise en ligne d'articles; censure des propos sexistes, racistes et
fascistes; archivage des anciennes notes) et à l'édition de feuillets destinées à être distribués lors des
manifestations. Les activités audiovisuelles et photographiques consistent à la production de
documentaires sur les mouvements populaires. Enfin les dimensions radiale et éducatives rapportent
à la nécessité de mettre en place des programmes de type radio, diffusés sur les ondes ou par
internet et des ateliers de communication.

3. Pressions et violence.

En Argentine, le recours à la violence contre les mouvements populaire est malheureusement assez
courant. Les 19 et 20 décembre 2001 et le 26 juin 2002 en sont les exemples les plus
emblématiques. Plus récemment, Julio Lopez, torturé sous la Dictature, a été enlevé en 2006 juste
avant qu'il ne témoigne à un procès capital. Sa disparition a exacerbé la colère contre ceux qu'on
appelle, civils ou militaires, les génocidaires, mais a aussi ravivé la crainte des militants sociaux.

a. Une paranoïa pas si infondée.
Lors de l'une nos premières rencontres avec les militants d'Indymedia La Plata dans le centre socioculturel Galpon Sur, nous avons été très surpris de voir que les militants d'une autre organisation
démontant tout naturellement leurs téléphones portables et les laissant dans une autre pièce afin que
la police ne puisse les tracer ou les écouter durant les réunions. Après cette réunion, consigne nous
fut passée de ne pas parler des activités du collectif alors que nous montions dans un taxi car « Les
chauffeurs de taxi sont des indics ». Quel part dans cette anecdote, de vérité ou de simple comédie
faite à un européen (nous-mêmes)? Nous ne pouvons le dire, néanmoins, les pressions et violences
physiques à l'égard du collectif sont bien réelles. Si la section platense n'a jamais été inquiétée, des
militants ont déjà été bousculé voir agressé, nottamment à Rosario où l'un d'entre eux à perdu un
oeil suite à une attaque.
De fait, lors de nos entretiens, les militants nous ont fait comprendre qu'ils considéraient leurs
activités comme des actes de combat contre un système impitoyable, comme en témoigne cette
citation. « Hay vigilancia. Estàn los servicios de inteligencia que siguen operando y que tienen
[...] cada vez màs presupuestos. La SIDE68 tiene casi como 200 milliones màs. O sea, la vigilancia
existe. Mientras haya lucha de clases, va a haber vigilancia y va a haber presiones. Es asi. Es una
guerra, hoy de baja intensidad, pero el dia de mañana, puede manifestarse como guerra abierta »69
Les faits semblent leur donner raison puisqu'à l'échelle mondiale, le réseau est dans le collimateur
du FBI qui a exercé des pressions à de nombreuses reprises suite à la publication d'un article à
68
69

Secretaría de Inteligencia del Estado.
« Il y a de la surveillance. Les services de renseignements continuent à opérer et ont [...] toujours plus de budgets.
La SIDE va avoir près de 200 millions de pesos en plus. Donc, l'espionnage existe. Tant qu'il y a une lutte des
classes, il va y avoir de la surveillance et des pressions. C'est ainsi. C'est une guerre, aujourd'hui de basse intensité,
mais demain el peut se manifester ouvertement. »

propos de l'ingérence des États-Unis à Chypre. L'agence fédérale a essayé de récupérer les adresses
IP des membres du collectif auprès des fournisseurs d'accès puis a tout bonnement fait saisir les
serveurs abrités en Grande-Bretagne, provoquant la fermeture de 21 sites.

b. L'attentat du 20 novembre 2002.
8 mois après sortie de La Pulseada, le HTMA est victime d'un incendie criminel. Le Foyer, nous le
rappelons a acquis un terrain de 10 hectares où 9 maisons ont été construites. Il s'agit d'ouvrages en
bois et en maçonnerie pré-modelée. En pleine matinée, alors que peu de gens sont à l'extérieur, des
maçons aperçoivent de la fumée derrière la maison situé dans le fond du terrain où se reposent le
père Cajde. L'alerte est donnée à temps car déjà les flammes sont hautes. L'incendie est rapidement
maitrisé et ne fait aucun blessé mais le bilan aurait pu être lourd puisqu'il s'est déclaré à côté du
local de bouteille de gaz. Les pompiers qui sont intervenus sur la place ont affirmé qu'en aucun cas,
il ne pouvait s'agir d'un départ de feu accidentel. La thèse de l'acte prémédité se confirme quelques
jours plus tard quand un message téléphonique est laissé sur le répondeur du HMTA. Fait étrange,
l'appel est passé depuis la ligne d'un ami du père Cajade, ce qui signifie que les responsables avaient
la capacité de manipuler les lignes téléphoniques. Une plainte est déposée mais les coupables ne
seront jamais retrouvés. En réponse à cette menace, La Pulseada décide de montrer à l'opinion
publique ce que les agresseurs ont voulu détruire, dans un article détaillant toutes les activités du
HMTA. La première de couverture donne le ton « El amor es mas fuerte ». 70

70

« L'amour est plus fort » cf annexe.

La Pulseada et à travers sa section platense, Indymedia Argentina, correspondent bien à notre
problématique. Leur création en 2002, est une réponse à la situation de crise aigue que traversait le
pays à cette période. Nous avons montrer ici les points communs et les différences qui existent entre
ces deux médias au niveau de l'origine, de l'idéologie et des objectifs affichés et des modes de
production.

La Pulseada appartient au genre des médias alternatifs solidaires tels que nous les avons décrits dans
la seconde partie, tandis que Indymedia Agentina est de type média-activiste Les deux médias se
rejoignent dans leur volonté de dire et montrer une réalité qui n'apparait jamais ou de façon
déformée dans les médias hégémoniques. mais la forme donnée à leurs productions respectives,
divergent. Enfin, Ils ont adopté des stratégies organisationnelles différentes. À la hiérarchisation
classique du premier, le second privilégiant une organisation horizontale radicale. Dans notre
quatrième et dernière partie, nous allons à présent étudier les limites et les difficultés qu'ont
rencontré les deux médias ainsi que leurs divergences quant à la question du financement.

QUATRIÈME PARTIE: INDYMEDIA
DIVERSITÉ ET DIVERGENCE.

ET

LA

PULSEADA:

I. INTÉGRITÉ ET LÉGITIMITÉ DES MÉDIAS ALTERNATIFS.
Si les médias hégémoniques mettent en avant l'audience et le lectorat comme source de leur
légitimité, les médias alternatifs doivent s'appuyer sur d'autres sources de légitimité. Nous en
distinguons trois: l'indépendance liée au mode de financement, le discours contre-hégémonique et
les relations entretenues avec les autres, c'est à dire avec la société dans laquelle ils évoluent.

1. Le financement au coeur des polémiques.
Le financement et le rapport à l'argent sont au coeur du processus d'intégrité et de légitimité des
médias alternatifs. Il y a là une grande source de différenciation avec les médias hégémoniques mais
aussi de nombreuses polémiques entre les divers médias alternatifs. Ceux-ci peuvent-ils gagner de
l'argent? Peuvent-ils recevoir des subventions? Peuvent-ils utiliser la publicité comme source de
financement? Nous allons voir tout d'abord l'usage de celle-ci parles médias hégémoniques puis
nous étudierons la position des deux médias étudiés à propos de la question globale du financement.

a. la publicité dans le système médiatique.
Aujourd'hui, la publicité a pris une palce prépondérante dans les médias hégémoniques, au point
que certains considèrent les articles comme du simple remplissage entre les encarts publicitaires.
Selon l'analyse du vice-président de l'Université de Journalisme et de Communication de la UNLP,
la fonction sociale des médias dans la société a été supplanté par leur fonction commerciale depuis
la concentration médiatique opérée dans les années 90. Les bénéfices liés à la publicité ont
transformé les médias en des entreprises de communication dont la seule raison d'être, est la
satisfaction du lecteur-cible afin qu'il achète les produits vantés par la publicité. En analysant la
publicité diffusée dans Clarin par exemple, on voit qu'il s'agit de voyages à Cancun, de téléphones
portables, de voitures et d'autres produits de luxe. La clientèle recherchée est fait donc partie de la
classe aisée. Or, pour satisfaire et attirer ce genre de lecteur, il faut lui proposer un contenu
journalistique en adéquation avec sa réalité. Celle-ci n'étant en aucun cas perturbée par des

problèmes d'accès à l'eau et à l'électricité, d'égouts ou d'insalubrité, ces sujets ne sont jamais traités
par le quotidien avec l'importance qu'ils méritent puisque à priori ils ne sont pas vendeurs. Ce qui
apparaît dans les pages de Clarin correspond en fait aux réalités de ces 330 000 lecteurs aisés, soit
une minorité par rapport à l'ensemble de la population argentine.

L'agenda de Clarin étant repris par l'ensemble des médias argentins, il a pour conséquence la
formation d'un discours hégémonique correspondant aux réalités d'une minorité et occultant les
problèmes que vivent la majorité des argentins. Quand on sait que le gouvernement ne s'occupe en
urgence que de ce qui apparaît dans les médias, cette absence de couverture médiatique engendre un
non-règlement des problèmes. Ici, la irresponsabilité sociale des médias hégémoniques est
particulièrement visible.
c. selon La Pulseada: Un fondateur charismatique et une imprimerie
La Pulseada présente cette particularité de se montrer très critique envers les autorités, les
institutions et le capitalisme et pourtant d'utiliser la publicité et les subventions comme un moyen de
financement. Là où d'autres médias alternatifs voient une contradiction néfaste à la légitimité du
discours, La Pulseada oppose une vision pratique des choses, accepter les dons mais refuser les
contreparties. L'idée est que La Pulseada et le HMTA sont suffisamment indépendants pour accepter
ou refuser les dons sans risquer de compromettre leur intégrité ou leur santé financière.

L'usage de la publicité privée ou publique, ne pose donc aucun problème à l'équipe de la reuve car
celle-ci ne détermine pas la ligne éditoriale. Par exemple, le numéro 38 titré « No existis », montre
par cette faute grossière, les lacunes du système éducatif argentin. Pourtant, la publicité la plus
chère71 est payée par le premier concerné par ces critiques, à savoir le gouvernement de la province
de Buenos Aires. Si les revenus de la publicité couvrent à peu près les coût de production de la
revue et garantissent la qualité graphique, ils ne sont pas indispensables. En 2004-2005, pour faire
face à la diminution des recettes publicitaires, La Pulseada s'est appuyé sur le HMTA et a sacrifié sa
qualité graphique pour préserver son indépendance éditoriale.

C'est la filiation avec le HMTA qui garantie cette indépendance de la revue face à la publicité. Deux
éléments jouent un rôle particulier, l'imprimerie « Grafitos » et à la figure emblématique du père
71

3000 pesos par mois pour la publicité en quatrième de couverture.

Cajade. De part son oeuvre et sa personnalité intègre et charismatique, la père Cajade fut dans le
milieu platense et plus relativement au niveau national, une référence social dépassant la
communauté catholique. Afficher son soutien à l'organisation en publiant une annonce dans la
revue, reste très profitable pour une entreprise ou une institution argentine même même si elle doit
de la sorte, financer la critique. De plus, l'intégrité incontestable du père Cajade lui d'accepter entre
1995 et 1996, une subvention de 287 879 dollars Us de la part de la fondation Kellogg's pour
« améliorer les conditions de vie des adolescents et des enfants à travers l'éducation, la formation
et l'emploi, lequel sera permis par une imprimerie gérée collectivement »72, puis une autre de
10 000 dollars pour acheter une nouvelle machine de la part cette fois du ministère du
développement social dirigée par Alicia Kirchner. Grâce à cette imprimerie, les coût de production
sont réduits de moitié ce qui permet à La Pulseada de ne pas être si dépendante de la publicité.

Malgré la confiance affichée par les membres de la revue interrogés à ce sujet, on note quelques
réticences à parler de cette subvention Kellogg's et une certaine inquiétude à propos de la
configuration actuelle de la publicité publiée dans la revue. Afin de ne pas devoir faire face au
retrait brusque d'un annonceur important, le rédacteur en chef préférerait en effet multiplier les
petits contrats.

b. Indymedia, refus absolu.
La position du collectif Indymedia La Plata est claire: la publicité et les subventions conditionnent
le contenu éditorial d'un média. Si un média dépend financièrement des annonces de Movistar 73,il
ne pourra pas couvrir une grève dans cette entreprise. On ne peut pas dénoncer le capitalisme d'un
côté et en vanter ses fruits de l'autre. Le collectif est donc radicalement opposé au publicité et de
fait, on ne trouve aucun lien commercial sur le site.

Au nom de l'autonomie de chaque section, l'autogestion est totale au sein du collectif Indymedia.
Seuls sont acceptés les dons privés et anonymes, seul garant de leur caractère désintéressé. Cette
indépendance financière est la base de la légitimité du discours d'Indymedia puisqu'elle prouve que
le réseau n'est aux ordres de personne. Cependant, pour un média dont les coûts de production sont
72

73

La subvention s'élève à 272 016,70 euros le taux de change de 2002. On peut retrouver les références de celle-ci sur
le
site
de
la
fondation
Kelloggs:
http://www.wkkf.org/default.aspx?tabid=107&CID=-1&CatID=
145&NID=150&Status=Closed& LanguageID=0&dgGrantsse=Grantee+ASC&dgGrantspi=33
Entreprise de télécommunication argentine.

quasi nuls, il est aisé d'adopter une telle position. En effet, l'hébergement des serveurs étant pris en
charge par les réseaux états-uniens, la maintenance du site ne coûte rien de plus qu'une connection
internet aux membres du collectif de La Plata. De même, les locaux où ils se réunissent une fois par
semaine, ne leur coutent pas un centavos. En fait, dans les deux cas, une contribution volontaire a
été demandée mais le collectif n'a pas les moyens de participer. De fait, les quelques ressources
pécuniaires dont il dispose, proviennent de la vente de quelques productions documentaires ou
graphiques et à l'organisation de soirées étudiantes. Ces fonds suffisent d'ailleurs à peine à couvrir
les frais opératoires. Ici encore, l'argent est tabou puisqu'il nous a été impossible d'obtenir guère
plus que quelques vagues approximations au sujet du budget du collectif ou de sa participation
éventuelle au loyer du local.

Si la légitimité du réseau Indymedia dans sa globalité provient de sa naissance et de son rôle à
Seattle en 1999, Indymedia Argentina assoit définitivement la sienne pendant la crise de 2001-2002
et nottamment en juin 2002 lorsqu'il est le premier média a dénoncé la manupulation médiatique qui
entoure les évènements du 26 juin 2002 au pont Pueyrredon. C'est à partir de ce moment là, que le
collectif argentin devient la référence des médias de contre-hégémonie en Argentine.

2. Analyse du contre-discours dans le traitement du massacre d'Avellaneda.
Le 26 juin 2002, des piqueteros coupent la route au niveau du pont Pueyrredón. Une fusillade
éclate, se soldant par la mort des piqueteros Maximiliano Costequi et Darío Santillán. Les médias
hégémoniques reprenant la version policière « Se mataron entre ellos74 », titrent « La crisis causó
dos nuevas muertes75 » et rejttent toute la responsabilité de la violence sur les piqueteros. Pourtant,
la vérité éclate rapidement et montre la responsabilité des policiers dans le double assassinat. Le
massacre d'Avellaneda, du nom de la gare où ont été abattus les piqueteros, cause une émotion aussi
vive que les journées de décembre 2001, et provoque une crise gouvernementale et l'avancée des
élections présidentielles. Indymedia joue un rôle déterminant dans la dénonciation immédiate de la
manipulation gouvernementale et médiatique. Quelques jours plus tard, La Pulseada analyse à son
tour le comportement des médias dans cette affaire. Nous allons à présent étudier ces deux
approches différentes mais toutes deux porteuses d'un contre-discours.

74
75

In Pagina/12, vendredi 28 juin 2002, un officier au Député Luis Zamora
« La crise a causé deux nouveaux morts. »

a. Contredire la thèse officielle.
Le 26 juin en milieu de journée, divers cortèges de piqueteros se dirigent vers des ponts afin que
mettre en place leurs barrages. Le gouvernement semble décidé à ne pas les laisser faire et a
déployer un important dispositif de force de l'ordre aux points stratégiques. À certains endroits, il y
a plus de policiers que de manifestants et tout les cortèges sont stoppés puis repoussés loin de leurs
objectifs.
Au niveau du pont Pueyrredon 5000 personnes étaient rassemblées pour ce qui devait être le plus
important piquete de la journée. La police intervient, coupe en deux le cortège et provoque une fuite
désordonnée des militants dans tout les alentours. Des coups de feu sont tirés. Darío Santillán,
militant de 21 ans qui tentait de porter secours à Maximiliano Costequi déjà mortellement blessé,
est à son tour abattu à bout portant par des policiers. Si on connait ces détails, c'est parce que la
scène a été photographiée par le freelance Sergio Kowalewski et par un photographe de Clarín, Jose
Mateos. La vérité était donc connu dès le début. Malgré cela, les médias hégémoniques ont censuré
ces photos pendant 48 heures. 90 personnes ont été blessées durant l'affrontement et 189 personnes
arrêtées.
Les médias parlent de provocation piquetera, accumulent les accusations de violence contre les
piqueteros et propagent mensonges sur mensonges, comme la soi-disant prise d'otage d'un bus par
des piqueteros armés alors qu'on apprendra plus tard de la bouche même du chauffeur qu'il s'agissait
de policiers en civil. Le cas de la Nacion est presque caricatural. L'édition du 27 juin est contrôlée
de bout en bout par son propriétaire Claudio Escribano qui censure les photos des corps, fait
remplacer systématiquement le mot « piquetero » par « révolté » et modifie quelques articles dans le
sens d'une apologie de la violence d'État.
Le 27 juin 2002, à 6h36 du matin, Indymedia Argentina met en ligne l'article « Asesinos » qui prend
à contre-courant toutes les déclarations officielles, qu'elles soient gouvernementales ou médiatiques.
Cet article reprend les faits de la veille et expose les éléments prouvant la responsabilité des
policiers dans les meurtres et dénonçant la manipulation odieuse des médias hégémoniques.
« Face au monde », Indymedia accuse d'assassinats le gouvernement et sa police. Le collectif
affirme détenir des preuves matérielles et audiovisuelles que des balles de plomb ont été tirées sur
les manifestants par les policiers. Il dénonce les mal-traitements physiques et psychologiques dont
auraient été victimes les personnes détenues dans le commissariat d'Avellaneda et le saccage gratuit

d'un local du parti « Gauche Unie » qui se situait dans les environs.
Dans la journée, une mobilisation nationale se met en place. la CTA decrete une grève générale et
les organisations piqueteras se rassemble en fin d'après-midi sur la place de Mai. Au fur et à mesure
que les photos du meutre sont diffusées dans le pays, la thèse officielle s'effrite et le gouvernement
doit faire machine arrière. De la thèse des piqueteros se tuant entre eux, on passe à celle du policier
« fou isolé » que la presse oppose systématiquement au violent piquetero.
Indymedia apporte pourtant dans ses articles suivants la preuve que la répression avait été
préméditée. Un enregistrement de Radio FM La Tribu montre que les policiers excluaient toute
négociation. Le collectif accuse le gouvernement d'avoir préparé politiquement la répression en
organisant une campagne de presse de criminalisation des piqueteros et par des déclarations en
faveur du recours à la « mano dura ».
Nombreux sont ceux qui établissent le parallèle entre les méthodes du gouvernement de Duhalde et
celles de la dictature (saccages, coups, séquestrations et meurtres). D'ailleurs dans les premiers
temps, les médias hégémoniques eux-mêmes sous-entendent que l'armée pourrait avoir un rôle à
jouer dans le rétablissement de l'ordre. Parmi les militants et la population en général, cette crainte
du retour de l'autoritarisme est très répandu.
La mobilisation de Indymedia et d'autres médias alternatifs ainsi que celle des mouvements
populaires a pu contrer le discours hégémonique et mettre en évidence la manipulation médiatique.
Ce scandale a entrainé le départ accéléré de Duhalde mais ni lui, ni les médias n'ont jamais été mis
devant leurs responsabilité. Seul Alfredo Fanchiotti, le chef du Commando de Patrouilles
d’Avellaneda, meurtrier de Dario Santillan, a été condamné en 2007 à la prison à perpétuité. Il a
toujours affirmé avoir agi sur ordre.

b. Expliquer les alliances entre les médias et le pouvoir.
« La repression de los medios. La masacre de Avellaneda, una vez más, puso al descubierto la
realidad de una prensa que manipula la información en función de sus intereses económicos y
políticos. ?Podemos construir una democracia de verdad con estos medios? Que se vayan todos?

No será también para ellos? »76
En 2002 comme en 2008, chaque numéro de La Pulseada est bouclé entre la deuxième et la
troisième semaine de chaque mois. Pour « coller » ainsi à l'actualité, un remaniement important de
dernière minute a du être opéré ce qui montre le profond bouleversement qu'ont causer les
évènements du pon Pueyrredon. Plus qu'au meutre des deux piqueteros, La Pulseada se livre dans ce
numéro, à une analyse particulièrement critique des médias hégémoniques. Elle montre tout d'abord
comment et pourquoi certains médias ont soutenu le gouvernement dans cette affaire, puis met à
jour les dessous d'une autre affaire qui se joue au même moment, le rachat de Azul TV.
Le cas de Clarin est symptomatique de ce jeu d'alliances et de ce soutien mutuel entre les médias
hégémoniques et le gouvernement argentin. L'endettement important à l'étranger met à mal le
groupe Clarin et lui fait courir le risque de tomber sous le controle d'une entreprise étrangère. Après
diverses pressions sur le gouvernement et le congrès, le groupe Clarin obtient deux mesures qui lui
sont très favorables. Il s'agit en premier lieu de pessifier sa dette en dollar à un taux très avantageux
dont le coût de l'opération reste à l'État et au contribuable argentin. Deuxièmement, une loi, limitant
à 30% la propriété étrangère pour des entreprises argentines de biens culturels. Le soutien de Clarin
et d'autres médias hégémoniques à l'action du gouvernement Duhale est donc à comprendre comme
un « prêté pour un rendu »
Pendant que l'Argentine s'embrase dans la crise, une alliance insolite se forme entre Daniel Hadad,
Fernando Sokolowicz et Benjamin Vijnovsky. Si le troisième homme est entrepreneur immobilier,
les deux premiers sont propriétaires de plusieurs médias. Daniel Hadad possède le périodique
financier InfoBae, Radio 10, La Mega et la revue « La Primera ». Lorsqu'il n'était que présentateur
télé, il se distinguait dans les années 90 par ses prises de position en faveur de Ménem, du
néolibéralisme et de la politique de la main de fer avec les mouvements populaire et par une
xénophobie affichée contre les travailleurs immigrés. Apparemment bien différent, Fernando
Sokolowicz est à la tête du quotidien de centre gauche Pagina/12 qui lors des évènements du 26
juin, a pris parti pour les piqueteros alors que Infobae par exemple, leur imputait toute la
responsabilité de la violence.
Malgré ces différences idéologique, le trio se lance dans la conquête de Azul TV, appartenant alors à
76

La repression des médias. Le massacre de Avellaneda, une fois encore, a mis a découvert la réalité d'une presse qui
manipule l'information en fonction de ses intérêts économiques et politiques. Pouvons nous construire une réelle
démocratie avec ces médias? Qu'ils s'en aillent tous! Ne serait-ce pas (valable) aussi pour eux? »

la multinationale espagnole Telefonica. En effet, celle-ci est sommée par la COMFER 77 de mettre en
vente une de ces deux chaines de télévisions, en vertu de l'interdiction de posséder deux canaux
dans la même région. Après que la loi de protection des biens culturels argentins ait éliminé les
offres de rachat mexicaine et brésilienne, Azul TV, pourtant endettée de 40 millions de pesos, est
acheté pour 12 millions de pesos par le trio d'associés. Cette alliance à priori contre-nature est peu
importante face au questionnement légitime quant à l'origine de cette somme et le but recherché. En
effet, aucun des protagonistes n'avaient les moyens d'une telle opération78. Les investigations qui ont
été menée montrent en fait que l'argent de Hadad et de Vijnovsky serait celui de Héctor Colella ,
tandis que celui de Sokolowicz proviendrait de Raúl Moneta, tout deux proches de Alfredo
Yabrán79, lui-même partisan de Carlos Ménem, et impliqués dans des blanchiments d'argents.
L'achat de TV Azul aurait donc été la première étape du retour politique de Carlos Ménem qui se
présenta quelques mois plus tard aux élections présidentielles.
Cette thèse n'est pas dépourvue de logique car d'un point de vue commercial, on peut douter de
l'intérêt d'acheter une entreprise de communication endettée, qui plus est, dans un contexte de
restriction du marché publicitaire. De plus, face à un endettement généralisé des médias
hégémoniques et à la lumière de la stratégie de Clarin telles que nous l'avons décrit précédemment,
il semble que la logique de survie pour ces médias, soit l'affiliation inconditionnelle à une
personnalité politique, Duhalde pour le groupe Clarin, Menem pour celui de Hadad.
http://laputaquelopario.wordpress.com/2008/06/26/26-del-6/

3. Le rapport aux autres.
Le rapport aux autres est une question importante pour les médias alternatifs. Comment légitimer un
discours qui par définition est contraire et minoritaire par rapport à celui qui domine dans la société.
Les médias alternatifs ne restent-ils pas enfermés dans leurs accusations et de par ce fait, ne sont-ils
pas excluent de la société qu'ils prétendent changer. Répondre à ces questions nécessiterait une
étude approfondie du public et de l'influence des médias alternatifs. Cette étude, nous sommes loin
de l'avoir réalisé du fait des difficultés et des ressources qu'elle impliquerait. Nous nous
77
78

79

COMFER (Comité FEderal de Radiodiffusion)
Daniel Hadad avait lui-même affirmé lors d'un entretien qu' « il avait l'envie (de posséder un canal télé) mais que
l'argent lui manquait ».
Alfredo Alfredo Yabrán, homme d'affaires et soutien de Carlos Ménem, retrouvé mort alors qu'on allait l'arrêter dans
le cadre d'une enquête sur le meutre d'un journaliste enquêtant sur ses affaires.

contenterons donc de présenter ici les relations entre les médias alternatifs et les différents acteurs
de la société argentine, à partir, nous le précisons, des points de vues de Indymedia La Plata et de La
Pulseada.
a. Avec le public
En ce qui concerne les relations de Indymedia La Plata avec le public, les données sont
pratiquement inexistantes. Comme nous l'avons montré précédemment, le site est devenu une
référence à partir de juin 2002 et l'affluence a du être importante à ce moment là. Le nombre de
commentaires laissés par les internautes peuvent attester de cette popularité. Si on applique cette
méthode pour déterminer la fréquentation actuelle de la section de Indymedia La Plata, on arrive à
la conclusion que personne ne parcourt les articles puisque aucun commentaires n'est visible.
Dernièrement, le site Google a mis au point « Google Trends for website », un outil d'estimation de
la fréquentation des sites. Les graphiques suivants qui en sont issus, sont les seules données fiables
concernant la fréquentation de Indymedia La Plata. L'inconvénient est que ces graphiques ne sont
pas côtés. La seule référence qui nous permet de comparer ces données est la fréquentation de
Clarin.com que l'on estime à 650 000 visites quotidiennes. En comparant successivement les
courbes de clarin.com, lanacion.com.ar, eldia.com.ar, diairiohoy.net et indymedia.com.org, on peut
estimer la fréquentation de ce dernier. Sans pouvoir donner de chiffre, on voit que celle-ci est très
faible, même comparée à des médias d'envergure locale comme diariohoy.net et eldia.com.ar.

Enfin, la colonne de droite nous livre des indications sur le nombre de visiteurs quotidiens (à peu
près stable) et sur le nombre de recherche pour le mot-clé « indymedia » (en baisse constante). Cette
dernière information peut signifier que la fréquentation diminue ou que le site attire seulement de
moins en moins de nouveaux visiteurs, les anciens habitués se passant de faire une recherche dans
les moteurs de recherche.
La Pulseada est une revue d'envergure locale. Au début de sa publication, elle était distribuée dans
d'autres villes de la provinces de Buenos Aires et dans la capitale mais depuis, sa zone de
distribution s'est réduite à l'aire platense. De 1000 exemplaires lors de sa parution en 2002 (la revue
n'a pas garder de comptabilité de ces années là ce qui explique le vide dans le graphique cidessous), les ventes ont été divisé de moitié dès le 4ème numéros. Depuis, hormis quelques pics de
vente liés à la mort de Carlos Cajade (numéro de nov/dec 2005) et à l'anniversaire de celle-ci un an
plus tard, les ventes se sont stabilisées aux alentours de 2500-3000 exemplaires. L'influence de La
Pulseada va cependant au-delà de ce cercle restreint d'acheteurs et d'abonnés puisqu'il est notoire
que les revues circulent beaucoup et changent de mains. Les responsables actuels de la revue
s'étonne de ce chiffre de vente finalement très faible même quand on le compare au tirage des autres
revues solidaires (50 000 pour « Hecho en BsAs »). Ils avancent comme explication que la
recurrence de thèmes négatifs et malheureux rebuteraient les lecteurs potentiels. Ceux qui achètent
sont soit des militants de la classe moyenne, soit des gens qui n'achètent la revue que pour venir en
aide au Foyer, sans vraiment la lire. Enfin, malgré un positionnement en faveur de la participation
des lecteurs à l'élaboration de la revue, ceux-ci se manifestent peu. De l'aveu du secrétaire de
rédaction, la revue n'aurait pas reçu de lettre de lecteur depuis 1 an et demi.

b. Avec les médias.
Indymedia La Plata n'entretient aucune relation avec les médias hégémoniques. Ils ne parlent pas du
collectif et le collectif ne parle jamais d'eux. Il apparaitrait cependant que certaines leurs
informations aient été reprises quelques fois par les quotidiens locaux tel « El Dia ». De plus, il est
une fois arrivé qu'un photographe de ce média envoie spontanément des photos au collectif. Cet
événement a fait réfléchir les membres de la section platense à une possible ouverture vers les
professionnels afin de récupérer des documents inaccessibles pour les militants et impubliables pour
les précédents.
La collaboration avec les médias alternatifs et le monde militant en général est plus développée.
Outre une communication régulière avec les autres sections du collectif Indymedia Argentina, on
peut voir sur le site à la fin de chaque article des liens vers d'autres sites alternatifs d'information.
Des projets ont été menés en collaboration avec HIJOS et d'autres médias alternatifs pour la
réalisation d'un documentaire sur l'emprisonnement d'un militant. Une collaboration plus poussée
est actuellement en cours avec la radio alternative « Radio Estacion Sur ». Par l'intermédiaire d'un
membre de Indymedia La Plata dont l'activité principale est dorénavant la radio en question, les
deux membres les plus actifs du collectif réalisent une chronique sociale de trente minutes chaque
semaine. Ces chroniques sont ensuite mises en ligne sur la page de la section.
Nous avons été très surpris par la difficulté pour les membres du collectif à se remémorer leurs
collaborations antérieures. Cela montre que si elles existent, elles restent très ponctuelles et ne
constituent pas pour eux un principe fondamental.
Il semble que La Pulseada soit bien plus isolée. Seule Radio Provincia reprend parfois des articles
de la revue mais cela s'explique par le fait que Carlos Sahade (rédacteur en chef de La Pulseada) y
travaille depuis 20 ans. Indirectement pourtant, la revue entretient de nombreux rapports avec les
médias hégémoniques par le biais de son équipe de collaborateurs et de journalistes qui travaillent
dans ces entités. À propos des relations avec les médias alternatifs, La Pulseada participe
irrégulièrement à des rencontres nationales de ce type de médias. Cependant, le temps et l'argent
manquent pour développer ce genre d'évènements.

c. La politique du zero politique.
Indymedia La Plata se tient le plus éloigné possible du milieu politique platense. Il semble que le
collectif craint de se compromettre en paraissant proche d'un homme politique ou d'un autre. La

solution adoptée est donc l'ignorance totale. La seule incursion du collectif dans le monde politique
a pris la forme d'une parodie de candidature. Aux dernières élections, un jeune acteur du centre
culturel et de communication avait créé le personnage de « Eugenio Basural 80» afin de lancer une
campagne électorale fictive. Indymedia avait soutenu cette action à la frontière de l'art et du
militantisme politique mais « Eugenio Basural » n'avait pas pu se présenter faute d'avoir rassemblé
les 20 000 signatures nécessaires. En tournant ainsi en ridicule la politique et les politiciens
argentins, le collectif est bien représentatif de l'attitude des argentins qui n'éprouvent guère plus de
respect envers leur classe dirigeante.
La pulseada ne se tient pas à proprement parler en dehors de la politique puisque celle-ci constitue
on l'a vu, une de ces thématiques préférées dans ses articles. Par contre, la revue s'interdit toute
compromission avec un courant ou un politicien en particulier. Elle ne recherche aucune affiliation
et se contente de critiquer négativement et positivement les différentes initiatives politiques en
matières de politique sociale. La revue a pourtant ses favoris et adversaires déclarés. Ainsi les
relations avec l'ancien maire Julio Alak étaient plutôt mauvaises (il les avait menacé d'un procès)
alors que celles avec son remplaçant Pablo Bruera, proche du HMTA, sont à priori meilleures. La
revue a pourtant refusé de publier un encart « Votez Bruera » auquel elle aurait préféré un « Bruera
soutient l'Oeuvre Cajade ».

80

Basural: ordure ou dépotoir. Il s'agit peut-être d'un clin d'oeil au conflit qui oppose la municipalité de La Plata aux
habitants du quartier où se développe un site d'enfouissement malgré leurs protestations.

II. VIABILITÉ DES PROJETS DANS L'ARGENTINE POST-CRISE

1. Une sortie de crise et réadaptation des médias alternatifs
a. amélioration économique globale mais Une pauvreté bien enracinée
Depuis 2002, on assisté à une nette reprise de l'activité économique en Argentine. La croissance
s'est maintenue à 8-9% entre 2003 et 2007 et les réserves de change dépasse à présent les 40
milliards USD. Cependant, l'embellie économique résulte pour partie d'un effet de rebond après la
crise des années passées. De plus, si l'Argentine a entièrement remboursé sa dette vis-à-vis du FMI
(9,8 Mds USD) en janvier 2006, elle bénéficiait jusqu'alors du défaut de paiement sur sa dette
souveraine81. La situation sera désormais différente et la charge des remboursements viendra
s'ajouter aux contraintes qui pèsent sur le pays. Selon le FMI, les pressions inflationnistes et le
manque de progrès en matière structurelle pourraient ainsi rapidement fragiliser cette reprise. Sur le
front social, la croissance vigoureuse de ces dernières années a permis de considérables
améliorations. Le chômage n’affecterait plus que 7,7% de la population active fin 2007 (contre 22%
au plus fort de la crise). Néanmoins les difficultés persistent puisque dans un contexte d’inflation
important (estimée entre 15 et 20% selon les analystes indépendants), le sous-emploi concernerait
10% de la population active tandis que la touche toujours 23% de la population totale.

Ce bilan économique et social globalement positif a pour conséquence une baisse de la dynamique
sociale dans le pays. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène. Les « désoccupés » de 2001 qui
étaient les plus actifs socialement, sont maintenant moins nombreux. Or, il est plus difficile de
s'organiser syndicalement car les employeurs peuvent faire pression en entretenant la concurrence
entre salariés. Les objectifs de la lutte ont aussi changé car il est à présent réclamé à l'état qu'il
utilise ses ressources afin d'améliorer la situation sociale. L'accès au travail était une demande
commune à tous les secteurs de la société argentine. Les différentes revendications actuelles en
matière de politique sociale ne sont pas unificatrices puisque différentes en fonction des classes
sociales.
Aujourd'hui, les argentins aspirent aussi à plus de tranquillité après ses années difficiles. Moins
soutenus pas la population, les groupes revendicatifs sont donc plus isolés et dispersés qu'en 20012002. Les médias alternatifs pâtissent de cette baisse de la dynamique sociale alors que les médias
hégémoniques masquent la réalité sociale du pays en détournant le regard de l'opinion publique vers
les accidents de circulation, les assassinats et l'insécurité en général.

81

La dette souveraine est constituée d'un passif de 25 Mds USD en ce qui concerne les hold-outs(
pour le Club de Paris. (Fiche-pays Argentine 2008. www.diplomatie.gouv.fr)

) et de 6,5 Mds

b. Indymedia: les limites du journalisme bénévole.
D'après nos observations et les informations recueillies lors de nos entretiens, on peut distinguer
trois limites et trois critiques à l'activité de Indymedia.
La première concerne son mode de diffusion. Comme nous l'avons vu précédemment, l'usage
d'internet en Argentine, bien qu'en constance augmentation, est encore très limité. Il y a là un
paradoxe pour Indymedia qui développe un discours s'adressant aux militants des mouvements
populaires (issus des classes moyenne et pauvre de la société) alors que dans les faits, le média
atteint principalement les gens ayant accès à internet, c'est à dire une classe moyenne plus ou moins
aisée.
La deuxième limite est liée aux moyens de production du média. Le budget du collectif ne permet
pas en effet d'assurer l'entretien du matériel ou l'achat de fournitures courantes (papier, crayons,
piles, etc...). Si pour ces dernières, les militants peuvent mettre la main à la poche, il leur est
impossible en revanche de faire réparer le matériel cassé ou usé (appareil photo, enregistreur). Il
faut donc utiliser son propre matériel ou partager le peu de qu'il y a. Ce système D limite
automatiquement le développement du collectif et sa capacité à couvrir les évènements sociaux.
La troisième limite vient de la dynamique interne du collectif. La section platense a compté jusqu'à
9 personnes. Aujourd'hui, celle-ci ne compte plus que 4 personnes. Durant notre période
d'observation, l'envie de faire autre chose ou plus prosaïquement, la nécessité de trouver un travail
après les études ont poussé deux militants à abandonner ou à mettre en veille leurs activités. Dans le
même temps, un seul nouvel étudiant en journalisme a intégré le collectif. Cette baisse de la
dynamique interner s'explique aussi par la baisse de la dynamique sociale dont nous avons déjà
parlé. Le conflit social est beaucoup moins visible qu'avant et les nouveaux militants préfèrent
renforcer les organisations sociales plutôt que les médias alternatifs. Le collectif platense partage
cette observation mais insiste sur l'importance de son rôle dans la construction de la légitimité des
organisations sociales.
Ce phénomène est commun à l'ensemble du collectif Indymedia Argentina. Les militants ont donc
lancé consultation interne afin de redéfinir les activités et les objectifs du média. En vue d'organiser
une rencontre nationale, chaque section devait au préalable faire parvenir ses observations aux
autres collectifs. Nous avons pu observer les difficultés à mettre en place un tel processus puisque
celui-ci a commencé en septembre 2007 et n'avait toujours pas abouti lorsque nous avons quitté le

pays en juin 2008. La rencontre a été repoussée deux fois avant d'être finalement remise à une date
non-déterminée. Là encore, le manque de motivation d'une partie des militants est symptomatique
du malaise qui agite Indymedia Argentina.
Les critiques que nous avons pu constater à propos du collectif Indymedia sont diverses. Les
militants reconnaissent eux-mêmes qu'ils n'arrivent pas à sortir de l'actualité militante et à intervenir
sur la scène locale ou nationale. Ils observent que « Il y a en ce moment deux mondes en argentine,
celui de ceux qui consomment les médias commerciaux et celui de ceux qui consultent les médias
alternatifs. Il faudrait que les alternatifs s'invitent dans le premier et ne se cantonnent pas au
second. »82. La deuxième critique est extérieure et concerne le discours de Indymedia. Il lui est
reproché par exemple par Reynaldo Gómez83 de ne pas traiter les faits de façon pluraliste. Natalia
Vinelli, quant à elle, regrette que la colonne d'opinion libre soit devenue « une colonne de stupidités
où s'affrontent militants sectaires et agitateurs de droite. »84.
On voit donc que Indymédia est assujetti aux limites du mouvement social et politique dont il fait
partie. Le reflux actuel se traduit par la redéfinition de ses objectifs. En période de crise aigue
comme en période de crise de basse intensité, les collectifs doivent contre-informer mais de façon
plus approfondie et en développant parallèlement leur rôle éducateur.

2. La Pulseada tient le cap malgré les écueils
a. Mort du lider et période d'incertitudes.
Créateur du HMTA, secrétaire pour les Droits de l'Homme à la CTA et co-fondateur du Mouvement
National des Enfants du Peuple, le père Carlos Cajade fit aussi partie de la Commission Provinciale
pour la Mémoire. Son implication au service des autres depuis le début de son sacerdoce ont fait de
lui un emblème platense de la lutte et de la solidarité sociale. Il est difficile de montrer à quel point
il était populaire dans la ville et au niveau national, mais
Les circonstances de la création du foyer ont apporté un grand crédit à son fondateur. Dans la nuit
de noël 1984, alors qu'il fermait l'église après la messe et qu'il se préparait à aller fêter l'évènement
avec des amis, il rencontra 3 jeunes garçons sur le parvis. Ceux-ci lui apprirent qu'ils n'avaient pas
de logement et qu'ils n'allaient pas fêter la nativité. L'histoire raconte que le père Cajade est alors
allé acheter nourriture et boissons et qu'il a accompagné les jeunes gens à leur abri de fortune où il
trouva d'autres enfants encore plus jeunes avec qui il passa la nuit de noël. Par la suite, les enfants
continuèrent à venir à l'heure de la messe et il les accueillit dans le local derrière son église pour
82
83
84

Cf Entretien avec Indymedia, Annexe 324
Déjà cité.
Cf Entretien avec Natalia Vinelli, Annexe 434

prendre le repas. Un soir de tempête, ils y passèrent la nuit. Depuis le père Cajade s'est dédié à la
défense des enfants et ainsi commença l'histoire du foyer.
Voir figure de Saint Martin (centurion romain qui a coupé son manteau en deux pour le donner à un
miséreux)
La mort du père Cajade a été un coup très dur pour la revue et pour toute son oeuvre. Elle n'est pas
parue en novembre 2005 du coup. Ils ont sorti un numéro spécial en décembre qui s'est vendu
énormément malgré son coût plus important (6 pesos) car il était deux fois plus gros. Un autre
numéro spécial est venu un an après en Octobre 2006 pour l'anniversaire de sa mort. À chaque fois,
ce sont des numéros d'une très grande qualité journalistique dans lesquels interviennent des
personnalités nationales et internationales. Le numéro d'octobre 2006 était accompagné d'un DVD
retraçant l'oeuvre du père Cajade. Le prix n'était que de 5 pesos malgré les coûts exorbitants de la
production d'un audiovisuel. Il s'est vendu à 5500 exemplaires.
Le curé maintenait le statut quo entre les différents acteurs de son oeuvre. Maintenant qu'il n'est plus
là, certaines dissensions apparaissent. Le cancer qui l'a tué en un mois et demi a laissé ses ouailles
dans le désarroi. Jusqu'à la moitié 2007, l'organisation fut chaotique et depuis les choses
commencent à aller mieux. Il a fallu s'adapter notamment à son absence dans les médias. Car il y
apparaissait souvent et alimentait ainsi le prestige de la Obra.
Les hommes politiques et la police se sont frottés les mains en apprenant la nouvelle. Beaucoup ont
du espérer que l'édifice allait suivre son fondateur. Mais non, la revue et la Obra perdurent et
maintiennent vivante la mémoire du père Cajade. On peut d'ailleurs se rendre compte d'une certaine
sanctification de celui-ci à travers les articles le concernant. Il est omniprésent dans la revue. Avant,
il écrivait les éditos de chaque numéro, maintenant on parle beaucoup de lui car le lectorat en
redemande. On pourrait craindre un repliement sur l'oeuvre passée du père Cajade mais en fait ceci
est revendiqué comme un objectif. Maintenir son héritage et faire entendre ce que furent sa voix et
son enseignement.
Réactions à la mort du Carlos Cajade:
écrit par Hugo Presman et paru le 27/10/2005 sur le site www.laurdimbre.com.ar sous le titre « La
mort du père Carlos Cajade, Dieu est distrait
La nouvelle n'a pas fait les grand titre. Le pays est soumis au silence liés aux élections. Ce même
silence qui a fait ses adieux à un curé exceptionnel, à Carlos Cajade, l'homme qui avait décidé de
vivre pour les autres.
Fondateur d'un foyer à La Plata où mangent 3500 enfants mais aussi vivent et travaillent 80 jeunes
gens à travers la boulangerie, la ferme, l'imprimerie et la revue « La Pulseada », une barricade
contre la pauvreté et la marginalité.
Avec sa gueule d'acteur qui provoquait les soupirs de ses suiveuses, fanatique du club Estudiantes,
il avait appartenu à la jeunesse péroniste dans les années 70. Jamais il n'a oublié son passé. Il
aimait rappelé qu'être un enfant en Argentine avait été autrefois une chance grâce à un taux de
mortalité infantile extrêmement bas dans ces années là.
Le curé est mort d'un cancer foudroyant du colon qui l'a tué en 44 jours. Il avait 55 ans.
Clarín revient sur le fait qu'il était l'un des supporter emblématique du club de fooball Estudiantes
et sur l'anecdote à l'origine de la fondation du foyer.

L'équipe a d'ailleurs affiché une banderole « Fueza Padre Cajade » lors d'une rencontre sportive.
Une nuit de noël 1984, il passa la nativité avec 10 jeunes qui vivaient dans la rue.
La Pulseada est qualifié d revue excelente.
b. La distribution
Actuellement, 3300 revues imprimées pour 3100 vendues. Au début, c'était 7000 revues vendues.
Le prix initial était de 2 pesos mais les cartouches d'encre coutent plus cher et il faut penser aux
vendeurs qui doivent faire face à une hausse du coût de la vie. Le prix aujourd'hui est de 5 pesos.
Une distributrice vend jusqu'à 1000 revues par mois. Elle garde 2,5 pesos par revue, ce qui lui fait
un revenu de 2500 pesos par mois. Néanmoins la majorité vend entre 100 et 150 revues comme
salaire d'appoint pour finir les mois. Il y a entre 30 et 40 vendeurs.
Exemple: un vendeur de 50 revues (250 pesos) doit en rendre la moitié, soit 125 à La Pulseada.
Mais son gosse est malade, il doit l'envoyer à l'hôpital et il dépense cet argent avec le taxi etc... Le
distributeur doit donc en théorie payer un peu plus chaque mois pour rembourser cette dette. Dans
les faits, bien souvent, la dette est oubliée et la perte reste pour la revue. En fonction de la situation
de chaque vendeur, la revue décide d'aider ou de récupérer l'argent.
L'idée initiale était que la revue serait distribuée via les comedores par un réseau de chômeurs qui
garderaient la moitié du prix de vente, soit 1 peso, lors du lancement de la revue.
Cependant, le plan social Trabajar mis en place en même temps a occupé une partie de ces
chômeurs et le système est tombé à l'eau. La distribution est le point faible de la revue qui n'arrive
pas à vendre tous ses numéros imprimés. De plus, certains revendeurs ne reversent pas toute la
partie qui devraient revenir à La Pulseada. Comme il est impossible de leur demander de payer en
avance les revues, cela fait des pertes. Il y a plusieurs types de vendeurs. Certains ne vendent que
quelques revues dans leur voisinage alors que d'autres en font une occupation complète.
Le numero avec Serrat en 1ère est celui du lancement de la revue dans les kiosque. Sur les 1500
imprimées en plus, seules 200 furent vendues malgré la publicité. La Pulseada n'est pas visible dans
les kiosques. Elles est perdues dans une centaine d'autres magazines. Aujourd'hui, sur les 3300
imprimées, 200 vont aux kiosques.
Es una revista que todos conocen, que a todos les gusta, pero nadie la compra.
D'autres médias alternatifs utilisent ce mode de distribution, « Hecho en Bs AS », « la Luciérnaga »
en Cordoba, « Barriletes » en Parana, etc... Cependant pour ces revues, l'important est la vente et le
revenu qu'elle procure aux désoccupés et non le contenu en lui-même. Elles ont été créé pour cela
avant tout et après ont développés des activités sociales. C'est le contraire pour la Pulseada qui vient
de l'activisme social du Foyer du Père Cajade et qui en second lieu, donne du travail aux chomeurs.
D'un point de vue économique, l'avenir semble incertain d'autant plus que depuis la mort de Carlos
Cajade, les liens se sont un peu distendus avec les gens du Foyer. Du point de vue journalistique qu
contraire tout va pour le mieux car l'équipe de collaborateurs est performantes et motivées, le
contenu est de qualité. Seul ennui de ce côté-ci, le manque de réactivité par rapport aux événements.
La revue donne son opinion sur l'actualité avec un mois de retour du fait de sa mensualité et des
retard pris par l'imprimeur, une branche du Foyer pourtant.

Son las incertidumbres que rodean a la revista. Creo que la revista tenía un sentido con Cajade en
vida, que era el acompañamiento en su accionar, y hoy es como que el accionar de la obra está en
la revista, en cuanto a las ideas, pero habrá que ver si esto sigue siempre así. Estas son las dudas.
No lo podemos contestar ahora, mientras tanto hay que seguir
c. La Pulseada, la qualité graphique coute que coute.
Le média n'est pas indépendant car sans la publicité privée ou publique, il doit faire face à des
déséquilibre financier nuisible à la qualité de sa production (moins de pages, moins de couleurs). Il
dépend donc clairement de la publicité pour publier à la qualité recherchée. Par contre, son intégrité
est complète. On ne peut « acheter » La Pulseada. On ne peut pas la soudoyer pour les raisons que
nous avons exposer précédemment.
La publicité couvre à peu près les coût d'impression et la vente les dépenses opératoires (salaires,
location du local, services divers). Après des pertes, la revue a réussit à équilibrer ses comptes et
même à reverser des fonds au Foyer. Néanmoins avec les années, on note une diminution du
nombre de page afin d'en conserver la qualité graphique.
L'indépendance du média tient donc à la célébrité de son fondateur mais aussi au fait que La
Pulseada a su se tailler une réputation d'intégrité et de critique féroce de la société argentine. Pour
produire la revue, il faut entre 3500 et 4500 pesos. L'année 2005 a été difficile. Mais jamais il n'a
été question de fermer. Le recours à la publicité a permis de s'affranchir de l'aide financière du
Foyer. En 2007, 100 000 pesos de recettes publicitaires. La revue sort 10 mois sur 12 (pause estivale
décembre et janvier). L'encre coute 4000 pesos par mois. La revue ne paie pas la main d'oeuvre.
Importance de la qualité graphique pour donner envie au lecteur. Si la crise sociale a eu son pic en
décembre 2001, elle a été plus difficile à vivre après quand il a fallu faire face à la dévaluation du
peso. Les prix ont fortement augmenté avec l'inflation. De 1.60, le dollar est passé à 3 pesos et
aujourd'hui à 3.50. Les cartouches d'encre (importées) sont devenues tellement chères qu'il a fallu
sacrifier les pages couleurs pour continuer à publier.
Techniquement parlant, il ne s'agit pas d'une revue car la tipographie est différente. Aux petites
lettres resserrées, Carlos Cajade a préféré un format plus aéré, plus facile et plus agréable à la
lecture. Beaucoup de photo et de la couleur marquent aussi cette volonté de qualité graphique.
Certains l'ont comparé à un manuel scolaire ce qui emplie de joie les fondateurs car leur volonté est
d'apprendre des choses aux gens, éduquer les consciences, de transmettre d'une forme attractive et
didactive.

CONCLUSION
Les deux médias alternatifs que nous avons choisi d'étudier La Pulseada et à travers sa section
platense, Indymedia Argentina, correspondent bien à notre problématique. Leur création en 2002,
est une réponse à la situation de crise aigue que traversait le pays à cette période. À ce stade de
notre étude, on peut déjà distinguer quelques uns des points communs et des différences qui existent
entre ces deux médias au niveau de l'origine, de l'idéologie et des objectifs affichés.

En premier lieu, on doit observer qu'on a affaire à deux types de médias alternatifs différents. La
Pulseada appartient au genre des médias alternatifs solidaires tels que nous les avons décrits dans la
seconde partie. Quoiqu'il s'agisse d'un modèle médiatique relativement récent puisque il date de la
décennie 90, La Pluseada, elle, s'appuie et s'inspire d'une organisation sociale et d'une idéologie
bien plus anciennes. En effet, ses bases sont le « Hogar de la Madre Tres veces Admirable » et la
théologie de la libération, deux éléments remontant aux années 80 pour le premier et aux années 60
pour la seconde. Indymedia est fondamentalement un phénomène du 21ème siècle. Fondé en 1999 à
Seattle de la fusion entre l'altermondialisme et le media-activisme, le mouvement qui donne en 2002
à Indymedia Argentina puis en 2004 à Indymedia La Plata, s'appuie sur une génération plus jeune et
sur l'utilisation massive des nouvelles technologies.

En ce qui concerne les objectifs, on peut remarquer que les deux médias se rejoignent dans leur
volonté de dire et montrer une réalité qui n'apparait jamais ou de façon déformée dans les médias
hégémoniques. Par là, on peut les classer dans la famille des médias alternatifs exerçant une critique
expressiviste. Leur but mutuel serait de marquer et d'éveiller les consciences des gens qui ne sont
pas à priori concernés par les problèmes dénoncés par les articles des deux médias. De même, les
thématiques traitées sont semblables puisque les Droits de l'Homme et la contre-culture occupent
une place prépondérante dans les deux médias. C'est en fait dans la forme donnée à leurs
productions respectives que Indymedia et La Pulseada divergent. À la manière d'un agenda social

centralisant et coordonnant les infos entre les divers organisations militantes, le premier s'attache à
montrer au quotidien, la confrontation des classes populaires avec les secteurs hégémoniques. La
Pulseada mise au contraire sur des articles de fond pour analyser et critiquer les structures sociales
produisant ces confrontations. Enfin, il faut remarquer que ces différences de traitement sont
inhérentes au format de chaque média puisque Indymedia est une agence de presse réagissant à
chaud à l'actualité militante tandis que la mensualité de La Pulseada lui confère le temps nécessaire
à une investigation plus poussée des mêmes thématiques.

Enfin, on a vu que La Pulseada et Indymedia ont adopté des stratégies organisationnelles
différentes. À la hiérarchisation classique du premier, le second privilégie une organisation
horizontale radicale.

SUR INDY
Peut-on parler d'échec ou de succès des médias de type indymédia à la vue de la baisse de
dynamique actuelle. Aucunement car de toute façon on a pas a posé la question en de tel terme. Il y
a toujours des objectifs remplis et d'autres non. Le simple fait d'avoir créé un média et de l'avoir
maintenu pendant 4 ans est une réussite. De plus, ce média est rapidement devenu une référence
dans le milieu du militantisme social et politique. Avoir réussi à s'imposer comme référence
indépendante et honnête dans le sens digne de confiance est une autre preuve de réussite. Il semble
qu'aux début de l'éxpérience IndyLP, les gens suspectaient le média d'être le porte parole d'une
personne, d'un groupe ou d'un courant politique. Après 4 années d'expériences, il est établit que
Indymédia est un organe de presse qui ne dépend de personne, qui a sa voie propre, c'est à dire celle
des organisations et des mouvements sociaux. (161). Indymédia est un point de référence dans le
milieu militant platense. Indymédia n'est pas au bout de sa dynamique. Le collectif n'a pas atteint les
limites de son existence. De leur propre aveu, ce n'est pas le projet mais bien les militants qui ont
atteint cette limite. Ceux-ci n'ont plus actuellement la volonté de soutenir et de développer ce projet.
Si une équipe se dédiait complètement au projet, de grandes choses pourraient être accomplies. La
seule véritable limite est encore une fois, l'absence de rémunération qui empêche aux militants de se
consacrer de ces activités socialo-journalistiques. Pour cette raison pour d'autres d'ordre personnel,
chaque membre du projet initial est parti de son côté. La carotte de la rémunération n'existant pas,
l'équation de indymédia est simple: tant que la bonne volonté bénévole l'emporte sur la nécessité de
subvenir à ses besoins, le dynamisme de l'équipe permet au projet de se maintenir. Dans le cas
inverse, on assiste à une baisse de motivation et à une diminution du nombre de projets en
développement dans l'organisation, ici, le suivi journalistique constant et rigoureux. Dans le cas
d'Indymédia La Plata, ce facteur a été amplifié par le contexte nationale de baisse de la dynamique
sociale. La lutte sociale ne transcende plus assez les gens pour qu'ils consacrent uniquement à elle.
Les soucis quotidiens prennent le dessus et le militantisme passe à un second plan ou change de
visage. Les fondateurs de Indymédia n'ont pas abandonné le militantisme, ils se sont simplement
orientés vers d'autres activités, d'autres organisations. Indymédia n'a été qu'un projet parmi d'autre
au cours de leur expérience militante. (166)
Il est temps en fait que de nouvelles personnes reprennent la main, ce qui est en train de se passer
car un lycéen et un étudiant de première année font maintenant partie de l'équipe de rédaction.

Crise del campo
La crise actuelle dite « del campo » ne présente pas les mêmes attributs et ne pourraient pas
dégénérer en une crise ouverte et dure du peuple contre le gouvernement car il ne s'agit pas des
mêmes acteurs. La crise « del campo » est menée par les oligarques propriétaires terriens qui
manipulent les petits propriétaires. Le pouvoir de pression est énorme mais absolument pas
populaire. Il y a deux discussions, le fait pour les oligarques de payer l'impôt, légitime, et le fait que
le gouvernement n'utilise pas cette ressource pour des programmes sociaux mais pour payer les
bailleurs de fonds internationaux, illégitime.
De nombreux médias alternatifs qui existaient depuis les années 90 ont fait pendant la crise, un
bond spectaculaire en terme de qualité et de quantité. La crise généra aussi la création de nombreux
nouveaux médias. À présent, un grand pourcentage ont cessé leurs activités ou ont baissé en qualité
et en production. C'est très important de voir que sans concertation, une grande production
alternative a vu rapidement le jour. Cela rassure quant à la vigilance des gens.
Les 19 et 20 décembre 2001 peuvent se lire comme des jours de crise d'hégémonie. Le mouvement
populaire a fait de graves erreurs d'appréciation et n'a pas été capable de proposer un projet
politique alternatif, laissant la place à une recomposition des secteurs dominants très rapide et très
intelligemment faite. Les médias alternatifs ont perdu de leur dynamique initiale. C'est une déroute
mais pas un échec définitif. Il y a toujours de l'espoir.

Différence entre Indymédia et La Pulseada
Différence entre Indy et La Pulseada est qu'ils ne s'adressent pas au même public. La Pulseada a
peut être une public plus varié, moins jeune, plus hétérogène que celui de Indymédia.

Annexes
annexe 1: hommages au père cajade
Annexe 1.1 dios está distraído
La muerte del padre Carlos Cajade
La noticia no tuvo grandes titulares. El país estaba envuelto en el silencio previo a la contienda electoral. Ese mismo
silencio público despidió a un cura excepcional. A Carlos Cajade, el hombre que decidió vivir para los demás. Fundador
de un Hogar en La Plata donde comen miles de chicos y viven ochenta pibes. Ahí mismo funciona una panadería, una
granja, una imprenta y se redacta e imprime la revista “La Pulseada”, una barricada contra la pobreza y la marginalidad
Con su pinta de actor provocaba suspiros en el sector femenino de sus seguidores. Fanático de Estudiantes, perteneció a
la juventud peronista en los setenta. Nunca enterró sus sueños, ni convocó a la amnesia. Por eso, siempre recordaba:
“Ser niño fue privilegio en este país, más allá de la postura política que uno tenga, llegamos a tener una tasa de
mortalidad infantil bajísima, como la que hoy tienen Suecia, Cuba o Canadá”.
Como dice su amigo el Padre Leonardo Belderrain: “Hasta el más antiperonista no podía dudar del peronismo de
Cajade. Es que en realidad lo suyo era cristianismo”
Cuando fue designado en La Plata monseñor Héctor Aguer, su antítesis religiosa, el mismo que depositó la fianza para
la libertad de algún banquero detenido, se le adicionaron inconvenientes jerárquicos a su denodada lucha.
Dios está distraído. La muerte por un cáncer de cólon con metástasis en hígado, lo aniquiló a Carlos en dos meses.
Dios está distraído. Los que no se distrajeron fueron los miles de pobres agradecidos, los pibes del hogar que pasaron
durante dos décadas y los que lo acompañaron en el hospital, tratando de hacerle un piquete a la muerte.
En la cancha de Estudiantes, desde que se conoció el diagnóstico, una bandera alentaba: “Fuerza Padre Cajade”
El sábado 22 de octubre, un Dios distraído, dejó que la muerte se llevara a quién había estructurado una red de
protección ante un Estado devastado que redistribuía en beneficio de los poderosos y les levantaba la mano a los
ganadores.
Fue enterrado ese domingo en que en la Capital triunfaba Mauricio Macri, uno de los ganadores de los noventa. Alguien
que se llevó parte del Estado a su casa. Ese Estado que le falta a tantos excluidos.
No sólo Dios estaba distraído.
Por Hugo Presman, 27/10/2005

www.laurdimbre.com.ar
*****

En homenaje al Padre Carlos Cajade, reproducimos la nota del 26-12-2000
MILAGRO EN NAVIDAD, Por Hugo Presman
Nació en Ensenada. Su padre fue trabajador del frigorífico Swift y murió en un accidente. A los catorce años siguió el
camino de su progenitor.
Al terminar el servicio militar ingresó al seminario. Pertenece a la juventud de los 70, tiene 49 años y dice “vivencié
todos los ideales de un mundo mas humano, mas justo, mas fraterno“. Es Carlos Cajade, un sacerdote católico. La
nochebuena de 1984 lo encontró como párroco de la Iglesia San Francisco de Asís, en Berisso. Terminada la misa de
gallo salió a cerrar la puerta de la Iglesia y se encontró con tres pibes en la escalinata. Imbuido del espíritu navideño, les
dijo: “Chicos, hoy es Nochebuena, hay que ir a festejar“. Los pibes le contestaron que no festejaban porque vivían en un
terreno baldío. La voz de Carlos rememora esa noche inolvidable “ No les creí y ellos me desafiaron. Yo no sabía que en
ese momento me estaba poniendo una bisagra a mi y a ellos, porque en realidad fui al terreno y había mas chicos, mas
chiquitos y ahí nomás me fui al almacén de una señora amiga y compré todas las cosas que podía y pase esa
Nochebuena con ellos. De ahí en más fue natural. Primero nos encontrábamos en la calle, después empezaron a venir a
la hora de la misa. Después empezaron a venir a la hora de comer. Y la amistad fue dando para más. Una noche de

tormenta se quedaron y así empezó. Nunca mas se fueron”.
Carlos no lo dice, pero tal vez esa Nochebuena de 1984, junto a los chicos desamparados, estaba la figura de Jesús y de
fondo la música de Piazzolla con la letra de Ferrer. “Por las noches carasucia / de angelitos de blue jean / vende rosas
por las mesas / del boliche de Bachin / y la luna brilla / sobre la parrilla / come luna y pan de hollín / Cada día en su
tristeza / que no quiere amanecer / lo madruga un 6 de enero / con la estrella del revés / y tres reyes magos / roban sus
zapatos / uno izquierdo y el otro también “
Luchó con los chicos por un subsidio de la Provincia que luego de varios esfuerzos fue aprobado por el gobernador.
Hoy es el Hogar de la Madre Tres veces Admirable, en las afueras de La Plata, en 643 entre 12 y 13. “Arrancamos con
19 pibes” dice Carlos. “La obra está compuesta por la huerta, la elaboración de la verdura y la venta a domicilio,
tenemos un Kiosco en el Senado y una imprenta de primera línea. Viviendo con nosotros hay alrededor de 80 chicos y
13 o 14 educadores. Ellos comienzan viniendo para ayudar y terminan armando su vida acá”.
Contra la propuesta de construir más y más cárceles, tan en boga en nuestro fin de siglo neoliberal, Carlos cuenta su
experiencia: “El espíritu de lo que estamos haciendo es darles el clima de familia, que no falte la contención básica. Nos
llegan chicos con causas penales, que después de tres años de estar aquí nos preguntamos por que estuvieron presos. A
uno de los chicos lo trajo la policía, me dijo que lo habían metido preso tantas veces que ya no sabía que hacer. Tres
años después, ese chico trabaja en la imprenta, empezó el secundario, es un tipo de una solidaridad y una alegría
enormes”. Orgulloso sostiene: “Cuando eligen los mejores compañeros en la escuela, ellos (sus chicos) salen los mas
votados”. Y es lógico. “En este momento no hay pibe que llegue y se vaya. Donde encuentra un clima de familia y de
trabajo, un clima para poder estudiar y que se lo trata con dignidad, se queda. El régimen que hace posible la
convivencia es una democracia directa. Yo no tomo ninguna decisión solo, nunca, siempre lo hacemos en Asamblea”.
Su experiencia desmiente a todos los apóstoles de la represión y condena a menores. “Cuando hablamos de seguridad y
vamos nada mas que a las consecuencias, como poner mas patrullas o tratar de reducir la edad para meterlos presos de
mas chicos, eso no es nada mas que un parche. Si nuestra niñez se está criando de una manera salvaje, nos va a
responder de una forma salvaje. La vivencia que tenemos con el chico nos hace pensar en el modelo del país que
queremos”.
Ese que reflejan las estadísticas, con la impasible frialdad de los números. La mitad de los chicos de 14 años son pobres.
Esos chicos retratados, entonces como excepción, en la poesía de Ferrer “Chiquilín, dame un ramo de voz / así salgo a
vender / mis vergüenzas en flor / Baléame con tres rosas / que duelan a cuenta / del hambre que no te entendí /
chiquilín”.
Carlos realizó un escrache en un Mc Donald‘s, que no dejó comer a cuatro pibes dentro del local. Y acota: “No hay que
perder el sueño de que ser pibe tiene que ser un privilegio, como lo fue alguna vez en este país”. Cita a un compañero, el
sociólogo Alberto Morlachetti, otro argentino excepcional, cuando afirma: “Nos dicen que tenemos que cuidarnos de los
chicos, cuando en realidad tenemos que cuidarlos a ellos”
Organizador del Movimiento Chicos del Pueblo, que agrupa a todos lo hogares de chicos de la calle, sus ojos de
empañan cuando reflexiona: “Los chicos son tan argentinos como nosotros, nacieron bajo la misma bandera, en la
misma tierra, nada mas que ellos no tienen siquiera el derecho de disfrutar de la vida. Por eso digo, la seguridad habría
que pensarla de una manera mas amplia. No es cuestión de tirar salvavidas, sino de parar la inundación”.
En un país considerado un granero se mueren 20 chicos por día de hambre. Solo una política planificada puede dar este
resultado genocida. En este país de profundas contradicciones, con convicciones cristianas, es fácil encontrar en la clase
media a quienes siguen a Jesús, pero en la práctica diaria admiran a Herodes. Son los que votan por políticas de ajuste
sin anestesia y cuando hay que pagar el costo de las consecuencias, deciden que no hay más remedio que matar a lo que
se provocó. Quieren hacer hamburguesas de los excluidos. Y le ponen marca comercial a su candidato. Cuando se
apuesta a la vida, es posible cosechar vida. Juan Pablo, por ejemplo, integró el primer grupo y hace unos días nació su
bebe. Ese bebe que, como los que asiste Mónica Carranza, o el Padre Carlos Cajade, no será protagonista del drama que
describe Horacio Ferrer: “Cuando el sol pone a los pibes / delantales de aprender / el aprende cuanto cero / le quedaba
por saber / Cada aurora en la basura / con un pan y un tallarín / se fabrica un barrilete / para irse y sigue aquí / Es una
hombre extraño / niño de mil años / que por dentro le enreda el piolín” .
La voz de Carlos se opaca por momentos, pero rápidamente recupera su brillo cuando dice: “Hoy el clima es muy
salvaje. A veces me dan ganas de rajarme porque se pelean de una manera espantosa. Y esa niñez se está criando en un
clima muy salvaje. El niño se hace salvaje en un clima salvaje y se hace humano en condiciones humanas. Eso hace
muy difícil que un chico al que la miseria llevó a expulsarlo a la calle, y deterioró la relación con su familia, vuelva a
vivir con ella. Pero puede recuperar la relación con su sangre. Es a veces inentendible, pero un pibe que recupera esa
relación, especialmente con la madre, si andaba a 30, comienza a andar a 80. Por el solo hecho de ir a tomar mate con
ella. La recuperación del vínculo sanguíneo le devuelve la identidad al pibe. Por ejemplo, un pibe que viene de la calle
llega muy deteriorado, a veces muy enojado con su familia, entonces con el clima de familia de acá se va poniendo bien,
y va dando pasitos, se va integrando en la escuela y si tiene mas de 14 años se integra en algún emprendimiento

productivo, se va poniendo bien y en un momento determinado ¿Sabe cual es la expresión, el síntoma que está bien?
Pregunta: Che Carlitos ¿sabes una cosa? tengo ganas de ver a mi vieja.”
Este oasis se levanta en medio del infierno terrenal diseñado e instrumentado en treinta años de retroceso feroz.
La nena que hizo de Jesús en el barrio donde se levanta la parroquia, en diciembre de 1998, murió de desnutrición en
mayo de 1999.
Carlos está criando una bebita con sida. Su madre “la Ramona”, la que hacía pan casero y lo vendía en el barrio, murió
en agosto de 1998. Dejemos que Carlos lo cuente: “Es una experiencia… linda, fuerte, de pelearle a la muerte, hasta a
Dios lo apreté una noche. Porque uno quiere a todos los chicos, porque todos tienen su estrella, aunque a veces está un
poco tapada, por las miserias que trae, pero esta me estrelló a mí. Además para un cura como yo, que no ha criado nunca
un bebe, es algo especial. Gracias a Dios le encontramos la vuelta porque no resistía a los remedios, que son varios
cócteles fuertísimos. Dos o tres veces se me estuvo por morir. Yo le dije a Dios: Mirá que acá me haces pomada a mi,
porque más de una vez se nos murió un chico y nos costó meses levantarnos”.
Ahí por La Plata parece que Jesús ha vuelto. Es el Padre Carlos Cajade. Que lo cita poco pero lo practica mucho. Ese
que dice, poniendo voz a los Evangelios “Nosotros creemos que el insumo básico de la niñez es la ternura. Entonces
siempre decimos no menos de diez caricias por día, que tengamos siempre la posibilidad de devolverle con ternura, lo
que la pobreza le robó al nacer”.

Annexe 1.2 « Mosquito en La Pulseada »
La Pulseada es un emprendimiento del Hogar del Padre Carlos Cajade (que era un tipo de lo más grande que ha pisado
este mundo, y una de las pocas cosas decentes que legó a los platenses la Iglesia Católica, quizás para compensar por
Monseñor Plaza, Monseñor Quarraccino o Monseñor Aguer).
La Pulseada es vendida por desocupados, que obtienen a través de la revista una fuente de ingresos. También es posible
adquirirla en kioscos, caso en el cual parte de lo recaudado es destinado a hogares y comedores. Como iniciativa
periodística, La Pulseada pretende ofrecer contenidos y tratamientos alternativos a los de los medios comerciales, que
significan un compromiso con la lucha por una sociedad más justa e igualitaria. Además, la revista es buenísima y se
pueden suscribir acá: http://www.lapulseada.com.ar/suscr.htm
El asunto es que en el número de Junio, sacaron a Mosquito en la tapa porque, según dicen, la vuelta de la legendaria
revista Fierro, la vigencia de Fontanarrosa, las reediciones de Quino, la revalorización de El Eternauta, sumado a
dibujantes como Rep, Liniers, Maitena, Nik y a autores como Mr. Exes, Lucas Varela, Federico Pazos, Carochinaski,
nos permiten hablar de un nuevo auge de la historieta y del humor gráfico.
No lo avisamos antes porque somos tarados.
http://metahistorietasreales.wordpress.com/2008/07/17/mosquito-en-la-pulseada/

Annexe 2: Première note de la Indymedia La Plata

Nace el Centro de
(((Indymedia LP)))

Medios

Independientes

La

Plata

"El imc-estrecho tiene que ser el lugar de encuentro de multitud de saberes y líneas de acción.
Construimos una herramienta donde tiene cabida desde los aspectos educativos hasta la acción
directa, pasando por los creativos, periodísticos, críticos... cada uno con su cabecita y con su
respeto al trabajo de los demás [...] eso es lo que nos hace movernos todos juntos y al mismo
tiempo los pasos que cada uno damos son beneficiosos para todos/as." Indymedia Estrecho
"coordinemos, organicemos(nos), construyamos(nos) la comunicación DESDE LAS BASES (de su realidad,
sus luchas y anhelos) a través de la prensa, el cine, la fotografía, el arte y todas las formas que podamos,
encontremos y creemos. En la acción y la reflexión constante, bajo una unidad dialéctica. Buscando los
métodos más adecuados para que sus mensajes (que son también los nuestros) lleguen a donde deben
llegar para aportar a la transformación de la sociedad." (((Matías LP)))

Compañerxs de distintos movimientos sociales y proyectos comunicativos decidimos juntarnos hace ya algunas semanas para dar el puntapié inicial a
Indymedia La Plata. Y decimos "puntapié inicial" porque este espacio, esta herramienta, va a funcionar plenamente cuando cada vez más personas y
movimientos la tomen en sus manos. Lxs que ya conocen algún Indymedia saben que en este proyecto "cada persona es un/a corresponsal", lo que no
quiere decir que cualquiera diga cualquier cosa sino, muy por el contrario, que la información y las experiencias de todxs los que apuestan por un cambio
social, sirvan para potenciarnos, para reunirnos en un espacio de acción y de reflexión común.
Aunque es una tontería pensar que la virtualidad puede unir lo que la territorialidad divide. No somos impulsores de esta utopía cibernética. La virtualidad,
el hecho de no vernos las caras, de cruzarnos en un ciberespacio ajeno al barrio, a la facultad, al laburo, puede deshinibirnos, sincerarnos, permitirnos
pensar más "en frío". Pero seamos conscientes que deseando el cielo muchas veces nos olvidamos de lo que pasa en el suelo y el suelo es el espacio en
disputa, es donde se construye el lazo social, los consensos, las identidades, las éticas y las estéticas. Y es ahí en donde tenemos que poner nuestro
mayor esfuerzo.
A continuación esbozamos algunas "certezas" sobre Indymedia: su utilidad como herramienta comunicacional y las particularidades de nuestro territorio en
relación al Centro de Medios.

:: ¿Qué distingue y qué diferencia a Indymedia de otros proyectos comunicativos?
Indymedia es una red global de comunicación ligada a las luchas populares, y aunque muestra características diferentes en cada nodo de la red (países,
ciudades, regiones, etc) tiene, a nuestro entender, varios puntos comunes:
Ser un canal para difundir información de los movimientos sociales desde la propia perspectiva de los movimientos , a diferencia de
los medios masivos de la clase dominante, que construyen sus informaciones sobre los movimientos sociales con el objetivo de desarticularlos,
de deslegitimarlos socialmente. Esto, debido a que están ligados ferreamente a las corporaciones económicas y los estados.
Este punto se relaciona con el eslogan indymediero "no odies a los medios, se los medios" (Don’t hate the media, become the media), pero sin
creer que porque ya tenemos nuestro medio alternativo está ganada la batalla, que es no sólo por comunicar lo que los medios no comunican
(sin alterar la trama del capital y su devenir espectacular –separación entre actores y espectadores-) sino por una sociedad hecha por todxs y
para todxs y no de unos pocxs.
Integrar una red mundial, de forma que cualquiera en cualquier parte del mundo que entre a algún Indymedia puede enterarse qué nodos
forman parte de la red y visitarlos para conocer grupos afines, saber qué está pasando, subir comentarios, hacer pedidos de textos, coordinar
acciones, aprender de otras prácticas y experiencias exitosas, etc, creando de esta forma una cooperación global impensada por Marx o
Bakunin (integrantes de la primera Internacional).
Poseer un software que permite la publicación abierta, de modo que "cualquiera puede ser un/a corresponsal". Esto posibilita que toda
persona que tenga acceso a internet pueda subir información al sitio web y agregar comentarios a otras informaciones alojadas en el sitio.
Tener una columna central gestionada por un colectivo estable, en la que se seleccionan notas de la columna de publicación abierta, se
construyen editoriales que intentan condensar la multiplicidad de posiciones, se proponen debates sobre temas específicos para que los
diversos movimientos avancen en la discusión conjunta, y se suben convocatorias a eventos políticos y sociales. El colectivo estable se
encarga de seleccionar información, de eliminar artículos repetidos y de censurar algunos comentarios de corte netamente fascista/ sexista/
xenófobo/ etc, pero, por sobre todo, se encarga de acercarse a los movimientos para realizar coberturas de eventos, entrevistas en
profundidad, talleres de comunicación popular, muestras de documentales sobre movimientos y luchas, etc. Por eso el colectivo estable es el
que dinamiza Indymedia, el responsable de que el Centro de Medios crezca, sea tomado en las manos de nuevos grupos, y el que le
da identidad.
Organizarse en base a cuatro áreas básicas de trabajo: Gráfica (gestionar el sitio y editar periódicos), radial (hacer programas vía internet o
en radios comunitarias), audiovisual (hacer documentales sobre las luchas populares y difundirlos) y fotográfica. Una quinta área sería la de
organizar talleres de comunicación con los movimientos sociales más afines al proyecto.
Generar espacios amplios de coordinación tanto con otros nodos de la red Indymedia con los que hay criterios afines de trabajo como con
otros movimientos sociales y grupos de comunicación popular, antagonista, alternativa, alterativa, etc. Esto incluye fomentar el surgimiento de
nuevos nodos y afianzar los ya existentes.
:: ¿Pero por qué habría que crear un CMI en La Plata?

Porque cada vez crecen más las organizaciones de la zona, en cantidad y calidad, pero no existe una política conjunta del movimiento en materia de
comunicación. Cada organización toma aisladamente esta tarea y algunas de ellas ni siquiera le dan importancia. Además al movimiento le cuesta mucho
planificar comunicacionalmente sus acciones, con antelación y amplia difusión, para que más sectores de la sociedad -y no sólo el activismo de siemprese enteren de las actividades y posturas.
No podemos contar con los medios oficiales (El Día, Hoy, El Mundo, Radio 92, Radio 99.1, La Cielo, inclusive Radio Universidad, dirigida por un sector
"progresista" de la UCR, para que difundan a los movimientos con la importancia y profundidad que se merecen, y son contados con los dedos de la mano
los periodistas dentro de esos medios con los que podemos tener una política de acercamiento (aunque a menudo da buenos resultados y no podemos
descartarla como posibilidad).
Pero existen algunos medios por los que las voces de los movimientos afloran como la lava de un volcán que muchxs quisieran ver extinto. Programas de
radio (La Lucha Que Nos Parió –programa de HIJOS-, Hoy No Se Fía, Zarathustra, Desatormentándonos, El viento nos llevará, etc), Radio Futura,
revistas, fanzines, editoras, el boletín y los comunicados de RedAcción, los mails que circulan a diario, los boletines sindicales, los volantes, afiches y el
boca a boca son los recursos de los que nos valemos para que los esfuerzos del movimiento no se frustren en su estado embrionario, para que se
potencien y coordinen hasta que su fuerza sea imparable y los medios productivos, incluidos los medios de comunicación, sean -por fin- de propiedad
pública, social.
Queremos que el CMI La Plata se plantee no sólo como un colectivo más de comunicación sino como un ORGANIZADOR COLECTIVO, una instancia de
coordinación entre distintos medios alternativos y comisiones de prensa de los movimientos sociales. De esa coordinación, lxs compañerxs que puedan
dedicarle un mayor tiempo y esfuerzo al CMI formarían parte del colectivo estable y el resto se encargaría de algunas tareas específicas. Pero siempre
con la idea de fomentar la participación de más compañerxs, para que nadie se sobrecargue de tareas, impidiendo de esta forma la creación de una
cúpula burocrática.
Todo esto permitiría, si la página se difunde con una buena campaña (pintadas, calcos, volantes, muestras de foto y video), que la lean otros sectores de
la sociedad a los que nunca hemos llegado, y que la militancia platense la tome como propia, subiendo allí sus convocatorias, crónicas y análisis y
estableciendo debates para reconocerse en sus acuerdos y diferencias.
:: ¿Pero estamos capacitadxs para emprender semejante desafío?
Si reconocemos que el CMI no puede afianzarse más que en un largo proceso de trabajo, acercamiento y aprendizaje mutuo, creemos que sí. En el 2003
se avanzó mucho en materia de reconocernos diferentes grupos del campo comunicacional "alternativo" de La Plata y hay una red en formación entre
nueve revistas, una agencia de noticias, una editora/feria, varios centros culturales (indispensables para cualquier práctica de comunicación por las
posibilidades de desarrollar allí eventos, reuniones, acercamientos con vecinxs, etc), varios programas de radio, etc.
:: Una aproximación al terreno
La Plata, Berisso y Ensenada son territorios constantes de conflicto y de expresiones contraculturales. Lxs estatales, lxs desocupadxs, lxs universitarixs,
lxs secundarixs, lxs docentes, lxs trabajadorxs de la construcción, lxs vendedorxs ambulantes son los principales sectores que se encuentran en una puja
constante de intereses con el sistema que lxs lleva a desarrollar prácticas de construcción de poder popular.
En la región hay una rica experiencia histórica de lucha de clases que va desde el movimiento obrero de Berisso, uno de los principales partícipes del 17
de octubre, pasando por las organizaciones estudiantiles, culturales y guerrilleras de los 60 y 70. Y en los últimos años hay una rearticulación cada vez
mayor de los lazos del movimiento social, que se manifiestan en la construcción territorial en los barrios de la periferia, en el movimiento estudiantil, en la
conformación de comisiones internas y listas antiburocráticas unitarias en el Estado (que triunfaron en SUTEBA, IOMA y la DGE y se encuentran bien
posicionadas en ATE y en el Astillero Río Santiago, entre otros). Además surgieron en 2002 numerosas asambleas barriales que a pesar de que se
encuentran en la actualidad casi extintas, fueron una experiencia muy rica en materia de debate, coordinación multisectorial y propuestas para solucionar
problemas concretos en los barrios, y la subjetividad que generaron sigue presente en el (in)consciente colectivo.
Otro elemento importante en la joven materialidad y subjetividad del movimiento, como ya mencionamos, son los centros sociales y culturales de los que
hoy las organizaciones sociales pueden apoyarse para realizar sus reuniones y actividades: Galpón Sur, Tinta Roja, La Comuna, Honor y Patria (Berisso),
Centro Social "Olga Vazquez", Centro de Cultura y Comunicación, Centro Cultural "Daniel Favero" La Galería y Estación Provincial, entre otros.
Desde Indymedia tenemos que conocer estas experiencias para ir pensando con qué organizaciones y espacios coordinar para un mejor desarrollo de
prácticas abiertas y movimientistas de organización y comunicación. Como muchxs de nosotrxs sabemos, no todo es lo que parece y debemos andar con
los ojos bien abiertos. No serán pocxs lxs que intenten destruir esta rica y amplia práctica.
:: Reapropiación y resignificación
Como en todas las experiencias históricas de desarrollo de poder popular, el movimiento da una lucha diaria, constante, por la reapropiación y
resignificación de los espacios, las fechas y los personajes. Indymedia también puede aportar en ese sentido des-mitificando y re-mitificando, llevando a
esos lugares y fechas una contravoz, un altavoz, para que los sentidos creados por el cerebro colectivo, triunfen sobre la fragmentación y la desmemoria.
El 20 de febrero (represión al mov. estudiantil), el 24 de marzo, el 1° de mayo, el 9 de julio, el 17 de agosto (desaparición de Miguel Bru), el 16 de
septiembre (noche de los lápices), el 11/12 de octubre (Pueblos Originarios) y el 19/20 de Diciembre, son fechas en las que siempre hay convocatorias
unitarias en las cuales tendremos mucho trabajo por hacer (campañas) para que toda la sociedad se entere qué es lo que se está manifestando. A esto se
suman las festividades contraculturales como la marcha carnavalera que pide el feriado de carnaval y otras.
También es importante hacer coberturas de las protestas no sólo para averiguar nosotrxs y subir la info a la página, mandarla x mail etc, sino para
desarrollar una tarea contrainfomativa a la sociedad civil por fuera del activismo. Por ejemplo repartir volantes explicativos en los lugares de la ciudad por
los que frecuentemente transitan los grupos piqueteros (estación de tren, diagonal 80, calle 7, consejo de la familia) para que lxs comerciantes y
transeúntes sepan el motivo de tanto alboroto y tanta cara encapuchada.
De todas formas el mayor desafío será no generar mecanismos de dependencia del movimiento hacia Indy. El movimiento debe contar con sus propias
herramientas y estrategias comunicativas, de las que Indy no debería ser más que un facilitador, un acompañante, un "nexo", lo que se logra charlando
con movimientos sobre la importancia de romper el aislamiento informativo, única forma de evitar la represión y la fascistización social.
Para finalizar, queremos dejar en claro que esto no es un "texto sagrado", de manera que todos los aportes al proyecto Indymedia La Plata serán más que
bienvenidos. Invitamos a todxs lxs que se identifiquen con este desafío a construirlo juntxs. Y como dicen lxs piqueterxs: ¿Dónde nos vemos
compañerxs?... ¡En la lucha!
Posdata: las equis no son errores de ortografía, sino que sirven, al igual que las arroba, como un signo para eliminar el sexismo del lenguaje escrito.
¡¡¡Tiembla el patriarcado lingüístico!!!

*************************************************

Annexe 3: entretien Indymédia.
Annexe 4: entretien La Pulseada 2.
Annexe 5: entretien Natalia Vinelli.
Annexe 6: entretien Reynaldo Claudio Gómez.
Annexe 7: entretien Miguel Mendoza.

*************************************************
Annexe 8: Masacre Avellaneda
Annexe 8.1: « Asesinos »
Por Indymedia Argentina - Thursday, Jun. 27, 2002 at 6:36 AM
Resumen de la jornada
Hace tres meses, Darío nos mostró orgulloso una montaña de tierra con una bandera clavada. La montaña formaba parte
de un basural, que junto con unas 50 familias el había ayudado a tomar. La semana pasada, mientras trabajaba haciendo
bloques, contaba orgulloso que ya se había podido instalar ahí.
Darío tenía 21 años y hoy fue asesinado por la policía. La inmundas calumnias de los medios de comunicación, desde
Haddad hasta Tognetti, la basura de las declaraciones de los funcionarios tropiezan y rebotan contra la figura impecable
de este joven luchador desocupado. Sus asesinos llevarán por siempre el estigma de habernos arrancado a un gran
compañero.
Darío murió como vivió; cuando una bala le arrancó la vida, estaba socorriendo a un compañero que estaba herido en el
piso. Así lo recordaremos cada uno de nuestros días.
Darío Santillan del MTD Lanus y Maximiliano Costeki del MTD de Pte. Perón, ambos de la CTD Anibal Verón, son las
primeras víctimas del nuevo régimen en la Argentina.
En el día de hoy el gobierno mostró su verdadero rostro. Por la mañana, militarizó todos los lugares previstos para las
manifestaciones, haciendo uso de la infantería, la policía federal y provincial y la prefectura naval, perros, hidrantes,
carros de asalto y helicópteros. Esa es la verdadera “política social” del regimen de Duhalde de ahora en adelante.
En Puente La Noria, se contabilizaban mas policías armados para la guerra que manifestantes. Allí cerraron el paso y no
dejaron llegar a la movilización hasta el lugar previsto.
En Puente Alsina, el corte de puente fue reprimido, y los manifestantes obligados a retirarse hacia la capital.
En Panamericana, se les cortó el paso a los desocupados. Lo mismo en Liniers, donde no se los dejaba avanzar hacia el
ministerio de acción social.
En Puente Pueyrredón, donde le arrancaron la vida a los dos jóvenes piqueteros, es donde se vivió la represión mas
salvaje.
Se trató del piquete mas masivo, para el que se movilizaron 5000 compañeros. Cuando los manifestantes llegaban al
lugar, la policía montó una provocación dividiendo la columna en dos, y luego comenzó una represión indiscriminada,
que atacó por igual a hombres, mujeres y niños.
La manifestación se dispersó por todo el centro de Avellaneda, donde se vivieron escenas dramáticas. En la estación de
Lanús fue asesinado uno de los compañeros, y su cuerpo quedó tirado en medio del andén, donde se efectuaron varios
heridos de bala de plomo. Las organizaciones de desocupados habían contabilizado hasta ahora 6 heridos de bala, pero
no se descartan que hayan más.
Las imágenes son desgarradoras, casí de una guerra civil; hombres y mujeres se defendían como podían, contra armas,
balas y gases lacrimógenos.

Los heridos atendidos en el hospital Fiorito fueron 90, de los cuales 17 quedaron internados. Tres de ellos se encuentran
en peligro y todavía no se conocen los . Hubo 189 detenidos en la comisaría 1era. de Avellaneda. La mayoría de ellos
fue detenido en una caza de brujas, que se desató a lo largo de varias manzanas a la redonda. A una hora de la represión,
todavía era difícil respirar en la zona.
En el medio quedó destruido un colectivo y otro fue detenido. Es una burda mentira lo que dicen los medios, cuando
señalan que se trataban de piqueteros con escopetas los que lo detuvieron. Hasta el colectivero declaró que se trataba de
policías de civil. Cualquier intento de calumnia, cualquier intento de amalgama para criminalizar a los desocupados,
debe ser rechazado y señalado como un intento de legitimar al nuevo régimen.
Los medios hablan, cínicamente, de “piquetes trágicos”, el gobierno habla de que no se trataba de una movilización,
sino de una “provocación”. Desde la policía que dijo que “las balas no partieron de nosotros” hasta periodistas
“progresistas”, como Tognetti, insinuaron que los piqueteros estaban armados.
Nosotros sabemos que es mentira. Nosotros tenemos balas que recogimos del piso en nuestro poder. Nosotros vimos
cuando mataban a nuestros compañeros. Nosotros filmamos y fotografiamos testimonios. Nosotros acusamos ante el
mundo entero al gobierno de Argentina y a su policía de asesinato.
Luego de la represión, mientras varias personas se concentraban en la puerta del hospital y la comisaría, se produjo un
hecho que desnudó para siempre el verdadero carácter de esta jornada. A pocos metros del hospital, en la calle Bransen
al 1200, la policía irrumpió sin previo aviso y sin ninguna orden judicial al local partidario de Izquierda Unida, donde
estaban reunidas unas 50 personas. Entraron tirando balas de goma, de plomo y gases lacrimógenos. Un compañero fue
secuestrado, y varios lograron escapar por los techos. A la salida, un compañero exibió frente a nuestras cámaras la bala
que había dado en su billetera, y que por pocos centímetros no lo perfora. Se trataba de una bala de plomo.
La casa de al lado de ese local fue igualmente allanada y destruída, y solo la intervención de diputados y decenas de
personas que se congregaron en el lugar lograron frenar la barbarie.
Todos vimos lo que hicieron. Actuaron como en la dictadura; saqueando, golpeando, asesinando, secuestrando. El
mundo entero lo va a saber; el mundo entero se va a enterar de que en la Argentina ha nacido un nuevo régimen basado
en el hambre extrema y la represión.
La respuesta ha sido inmediata. A pesar de la campaña de los medios de comunicación, se realizaron movilizaciones en
Capital Federal, y por lo menos en Córdoba, Rosario, Lujan, Neuquen y La Plata. Para mañana jueves la CTA convocó
a un paro nacional y la totalidad de las organizaciones de desocupados convocaron a movilizarse a de Congreso a Plaza
de Mayo a partir de las 16:00 horas.
La movilización que fue reprimida hoy estaba convocada bajo los reclamos de alimentos, el pago de los subsidios
atrasados o negados, el respeto a la autonomía de las organizaciones de desocupados y la libertad de Raúl Castells. La
movlización también reclamaba “que se vayan todos”.
Cuesta hablar de gente que uno conoce y quiere. Cuesta convertir los nombres en consigna, en bandera. Pero a partir de
hoy, en cada una de nuestras movilizaciones, en cada corte de ruta, en cada asamblea, en cada gesto solidario, los
nombres y los rostros de Dario y de Maximiliano estarán con nosotros.
Por ustedes compañeros Dario Santillan, Maximiliano Costeki ; presentes, ahora y siempre.
Colectivo de Redacción de Indymedia Argentina

*************************************************
Annexe 8.2 « Operacion masacre » Indymedia,9 de julio del 2002
Las pantallas ahora nos devuelven la imagen de Dario Santillán agonizando, y la certeza de que el comisario fue el
asesino no deja lugar a las dudas de nadie.
Habiendose derrumbado, con la presión social, con la valentía de los trabajadores de los medios y por la misma
brutalidad policial, la primer mentira, el gobierno y los medios intentan una nueva estrategía.
Por un lado, reducen todo el hecho al asesinato de Dario, y dejan en un segundo plano elementos que demuestran que se
trató, no de un "grupo de policias descontrolados", sino de un plan represivo sistemático, preparado y premeditado por
el poder político.
Mientras ensayan estas mentiras, la realidad indica que:

-Hubo balas de plomo desde que la policía estaba en el puente. Y esas balas de plomo estában en manos de la "tropa", a
la vista incluso de los camarógrafos.
-Que actuaron policias de civil y provocadores infiltrados, que aparecieron con itakas en el momento mas duro de la
represión.
-Que hubo torturas a los detenidos, psicológicas y físicas, adentro y fuera de la comisaría 1era de Avellaneda.
-Que hubo allanamientos ilegales, donde se utilizaron también balas de plomo. Que esos allamientos estuvieron a cargo
de hombres cercanos al comisario asesino, y de policias que habían intervenido en la balacera contra maninfestantes
detenidos.
-Que la represión y el asesinato fueron preparados política y policialmente de dos maneras desde que asumió Duhalde,
como parte de la estrategia del gobierno de destruir a las organizaciones legítimas de los desocupados.
Fue preparada politicamente con la campaña de criminalización, que se llevo a cabo desde los medios de
comunicación ,con las insistentes declaraciones amenazantes de los políticos, prometiendo "mano dura" e intentando
generar un clima de miedo.
Y fue preparada también por una escalada represiva, que comienza el 2 de Enero y que consiste en más de 50 casos de
represión parapolicial, desde amenazas, secuestros, heridas de bala como la de Juan Aredondo en Lanus, hasta
asesinatos como el de Javier Barrionuevo en un corte de ruta en Estaban Echevarría.
Todos estos hechos, documentados y probados en este sitio, demuestran que la represión es una política sistemática del
gobierno de Duhalde, y que la política de cambios en la cúpula de la policía bonaerense es un intento para concentrar la
atención en el brazo ejecutor y no en los responsables políticos de este plan que nos arrancó la vida de Dario y Maxi.
Junto con ello, algunos medios se empecinan en reeditar la teoría de los dos demonios, señalando que se trata de
"policias desbocados" versus "piqueteros violentos". Contra esta nueva calumnia, la respuesta la dan los mismos
desocupados:
"Como contraparte de tanta mentira, cualquier cronista o ciudadano que se acerque a nuestros barrios se encontrará con
una intensa labor comunitaria: guarderías, comedores, centros de panificación, talleres de trabajo y capacitación de
oficios... En una sociedad alienada e indiferente, Darío se engrandece por su heroísmo, sencillo y extraordinario a la vez
: el compromiso con el trabajo y el estudio cotidianos, la capacidad de sentir en lo más hondo cualquier injusticia
cometida contra cualquiera en cualquier parte, la indignación y la combatividad ante la represión, y la inmensurable
solidaridad, la más pura, esa que es entrega, hasta de la propia vida, por los demás; ahí lo vimos, después de enfrentarse
con la policía al inicio de la represión, socorriendo a compañeros baleados en la primera línea de fuego, alertando a sus
compañeros del barrio para que se retiraran, y negándose a abandonar el cuerpo de otro piquetero caído, sabiendo que
estaban matando. Negándose a aceptar la muerte como respuesta, la de Maxi que no conocía, defendiendo la vida, con
la esperanza de salvarlo, ofreciendo la suya a cambio... "(MTD Lanús)

*************************************************
Annexe 8.3: Article du 27 Juin 2002 de LA NACION.
El análisis de la noticia
Crónica de una violencia anunciada
Por Fernando Laborda
De la Redacción de LA NACION
Noticias de Política: anterior | siguiente
Jueves 27 de junio de 2002 | Publicado en diario de hoy
Un grupo radicalizado de piqueteros se enfrenta con la policía en la bajada del puente Pueyrredón, sobre Pavón Foto:
Martín Lucesole
Como la crónica de una violencia anunciada podría ser considerado el relato de los trágicos hechos ocurridos ayer en
Avellaneda, en los que murieron dos personas y hubo casi un centenar de heridos, entre ellos, por lo menos dos policías.
Lo sorprendente de este caso no debería ser tanto su lamentable resultado, sino que no se haya registrado antes.
Lo verdaderamente curioso es que, desde que en 1997 comenzaron a desarrollarse cortes de rutas y de calles como
nuevas formas de protesta social hasta la actualidad, se hayan concretado alrededor de 4000 manifestaciones de este
tipo en todo el país, sin que se hayan generado muchas más víctimas.
Que un grupo de personas, por atendibles y legítimas que sean sus demandas, se arrogue la facultad de privar a otras

personas de un derecho que la Constitución les reconoce expresamente, como la libertad de trabajar y de circular por el
territorio nacional, resulta un atropello que puede desatar consecuencias imprevisibles.
Sin ir más lejos, el 6 de febrero último un hecho ocurrido en la localidad bonaerense de Monte Grande encendió una
señal de alarma. Cuando un piquete cortaba la ruta 205, un automóvil superó la posición del patrullero policial
estacionado preventivamente; su conductor pretendió burlar la línea las cubiertas que ardían y los piqueteros trataron de
detenerlo.
Ante la resistencia del automovilista, se generaron forcejeos y situaciones de violencia que terminaron cuando quien
manejaba el auto extrajo un arma de fuego y mató a uno de los integrantes del piquete.
El fenómeno piquetero
El fenómeno de los piqueteros ha surgido hace pocos años de la mano de un contexto signado por la crisis de
representación política y sindical, junto a la incapacidad del sistema político para procesar crecientes demandas
sociales.
No es un fenómeno sencillo. Más que una manifestación de la crisis social, el movimiento piquetero es una
manifestación fronteriza -y por cierto violenta e inaceptable- de la política.
No obstante, tal vez no existiría sin un contexto socioeconómico como el de los últimos años. En esto, resultaría
impropio ser acertivos, porque con otra Argentina, tan distinta de la actual, ¿por qué se produjo la subversión de los
años 70?
Los piqueteros conforman, al mismo tiempo, un fenómeno mediático. El corte de rutas implica actos de insubordinación
civil y la búsqueda de un impacto en los medios masivos, como la televisión, que potencie sus demandas y haga, en
muchos casos, que el sistema político las canalice.
¿Cómo caracterizar a sus integrantes? En el movimiento piquetero hay de todo como en botica:

Están en primer lugar los desempleados y los que tienen hambre.

Están también los dirigentes que buscan sacar su propia tajada, recibiendo y distribuyendo planes sociales que
fueron una suerte de subsidios encubiertos disfrazados de puestos de trabajo, utilizados políticamente.

Y están, por último, los pescadores en río revuelto que aspiran a conducir el conflicto social con una dosis de
violencia mayor.

Es probable que, a la luz de los hechos sucedidos ayer, este último grupo haya tenido una más elevada participación. En
anteriores movilizaciones, los piqueteros demostraron un llamativo nivel organizativo, con una estructura de mando
clara y una logística casi perfecta, que contribuyó a evitar enfrentamientos con la policía. Ese grado de organización no
se advirtió ayer, por lo menos en el puente Pueyrredón, donde se registraron los más graves incidentes.
No debe descartarse que ese nivel de desorden y rebeldía haya sido generado por las diferencias suscitadas entre las
distintas agrupaciones que convocaron a los actos de protesta de ayer, frente a la advertencia oficial de que las fuerzas
de seguridad no permitirían los cortes en los caminos.
Notas relacionadas
Dos muertos al enfrentarse piqueteros con la policía
“Avisamos que iba a haber represión”
Las diferentes caras que muestran los piqueteros
El puente Pueyrredón fue un amasijo de palos, piedras y balas
"Se sabía que los piqueteros tenían armas"

*************************************************