Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.

174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Roberto Fasanelli et al.
Presses universitaires de Liège | Les cahiers internationaux de psychologie sociale
2014/3 - Numéro 103
pages 469 à 495

ISSN 0777-0707
Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-les-cahiers-internationaux-de-psychologie-sociale-2014-3-page-469.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Fasanelli Roberto et al., « Aveugle ou tout simplement myope ? La représentation sociale de la justice chez des
étudiants provenant de contextes socio-économiques différents »,
Les cahiers internationaux de psychologie sociale, 2014/3 Numéro 103, p. 469-495.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Presses universitaires de Liège.
© Presses universitaires de Liège. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des
conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre
établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que
ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en
France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

AVEUGLE OU TOUT SIMPLEMENT MYOPE ? LA REPRÉSENTATION
SOCIALE DE LA JUSTICE CHEZ DES ÉTUDIANTS PROVENANT DE
CONTEXTES SOCIO-ÉCONOMIQUES DIFFÉRENTS

Aveugle ou tout simplement myope ?
La représentation sociale de la justice
chez des étudiants provenant de
contextes socio-économiques différents

Blind or simply myopic? The
social representation of justice
among students from different
socio-economic context

Roberto FASANELLI1, Ida GALLI1 et
Anna LIGUORI2
1. Département de Sciences sociales, Université de Naples
“Federico II”, Naples, Italie
2. Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation,
Université de Gèneve, Suisse

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Le but de cette étude c’est de connaitre quelles sont les représentations sociales de la
justice, circulant parmi les jeunes étudiants Napolitains, et si elles sont différentes entre
eux, a partir de l’environnement sociale de production. On a choisi une approche qualiquantitatif en utilisant un questionnaire semi-structuré composé de deux sections: la
première qui vise a identifier les structures représentationnelles de la justice et la seconde
utile à reconstruire le contenu de ces représentations. A la recherche ont participées deux
groupes d›étudiants de Lycée appartenant à des contextes locaux aux antipodes, soit du
point de vue structurel, soit du point de vue socio-économique. Les résultats, discutés
à partir de leurs implications théorétiques, méthodologiques et applicatives, confirment
l’existence de différences très stimulantes entre les deux RS.
Blind or simply myopic? The social representation of justice among students from different
socio-economic context
The purpose of this study is to identify the social representations of justice, circulating
among young Neapolitan students, and to verify if they are different from each other,
starting from the different social environment of production. We have chosen a qualiquantitative approach using a semi-structured questionnaire consisting of two sections:
the first one aimed at identifying the representational structures of justice and the
second one useful to reconstruct the content of these representations. Two groups of
high school students, belonging to opposite local contexts, both from structural and
socio-economical point of view, took part in the study. The results, discussed from
their theoretical, methodological and applicative implications, confirm the presence of
stimulating differences between the two SRs.
Blind oder ganz einfach kurzsichtig : Die soziale Repräsentation von Gerechtigkeit bei
Studenten mit unterschiedlichem sozioökonomischem Hintergrund
Das Ziel der Studie ist, die sozialen Repräsentationen von Gerechtigkeit näher
kennenzulernen, die unter jungen Studenten aus Neapel verbreitet sind, und zu erfahren,
falls diese bei ihnen unterschiedlich sind, aus welchem sozialem Umfeld sie stammen. Als
Untersuchungsverfahren wurde ein qualitativer und quantitativer Ansatz gewählt, der aus
einem halbstrukturierten Fragebogen besteht, der sich aus zwei Teilen zusammensetzt.
Der erste Teil soll die repräsentativen Strukturen von Gerechtigkeit erfassen und der
zweite Teil soll die Inhalte dieser Repräsentationen ermitteln. Zwei Gruppen von
Gymnasialstudenten, die aus einem örtlichen im Gegensatz zueinanderstehenden
Kontext im Hinblick auf strukturelle als auch auf sozioökonomische Merkmale stammten,
haben teilgenommen. Die Ergebnisse wurden im Hinblick auf ihre theoretischen,
methodologischen und anwendungsrelevanten Implikationen diskutiert. Sie bestätigen
die Existenz von sich bemerkbar machenden Unterschieden bei beiden Formen der
sozialen Repräsentation.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Aveugle ou tout simplement myope? La représentation sociale de la justice chez étudiants
provenant de contextes socio-économiques différents

El objetivo de este estudio es el de conocer las representaciones sociales de la justicia
en jóvenes estudiantes napolitanos y saber si son diferentes entre ellos, a partir de
cual contexto social de producción. Elegimos un enfoque cualitativo y cuantitativo
utilizando un cuestionario semiestructurado, compuesto de dos partes: la primera busca
identificar las estructuras representacionales de la justicia y la segunda busca reconstruir
el contenido de estas representaciones. Al estudio participaron dos grupos de estudiantes
de liceo pertenecientes a contextos locales opuestos, desde el punto de vista estructural
y desde el punto de vista socio-económico. Los resultados, discutidos a partir de sus
implicaciones teóricas, metodológicas y aplicativas, confirman la existencia de diferencias
muy estimulantes entre las dos RS.
Cego ou muito simplesmente miope? A representaçao social da justiça em estudantes de
diferentes contextos socioeconomicos
O objetivo deste estudo é conhecer as representações sociais de justiça, veiculadas entre
os jovens estudantes napolitanos, e, se elas são diferentes entre elas, a partir de que meio
social de produção. Optamos por uma abordagem qualitativa e quantitativa, utilizando
um questionário semiestruturado composto por duas seções: a primeira visa identificar
as estruturas representacionais da justiça e a segunda visa reconstruir o conteúdo dessas
representações. A pesquisa contou com a presença de dois grupos de alunos do liceu
pertencentes a contextos locais nos antípodas, quer a partir do ponto de vista estrutural,
quer do ponto de vista socioeconómico. Os resultados discutidos a partir das suas
implicações teóricas, metodológicos e aplicações, confirmam a existência de diferenças
muito estimulantes entre as duas RS.
Cieca o solo miope? La rapresentazione sociale della giustizia in studenti che provengono
da diversi contesti socio-economici
Questo studio si propone di conoscere le rappresentazioni sociali della giustizia condivise
da giovani studenti napoletani e di comprendere se le eventuali diversità ravvisabili in
tali rappresentazioni siano riconducibili all’ambiente sociale in cui esse sono prodotte.
Abbiamo scelto un approccio qualitativo e quantitativo, utilizzando un questionario
semi-strutturato composto di due sezioni: la prima che vuole identificare le strutture
delle rappresentazioni della giustizia e la seconda che vuole ricostruire i contenuti di
tali rappresentazioni. Due gruppi di studenti liceali hanno partecipato alla ricerca,
provenienti da due ambienti sociali tra loro agli antipodi, sia dal punto di vista strutturale
che socio-economico. I risultati, discussi a partire dalle loro implicazioni teoriche,
metodologihce e applicative, confermano l’esistenza di differenze molto significative tra
le due rappresentazioni.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Ciego o simplemente miope? La representacion social de la justice en estudiantes
provenientes de contextos socio-economicos diferentes

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

La correspondance pour cet article doit être adressée à Roberto Fasanelli, Departement of
Social Sciences University of Naples “Federico II” Vico Monte della Pietà 1, 80138 Napes,
Italie ou par courriel à < roberto.fasanelli@unina.it>.

473

Qu’on la évoque en utilisant les symboles - le solde pour l’équité du procès et
l’épée pour la répression des violations - ou à travers ses caractéristiques - la cécité
pour le hasard -, la justice identifie toujours un objet de controverse et de discussion ambivalente. D’une part, nous voudrions que le monde soit juste, parce que
il serait plus prévisible et contrôlable, d’autre part, nous nous rendons compte que
l’injustice est une constante des relations humaines.
Quelle que soit la manière dont elle est pensée, la justice identifie l’une des principales clés du comportement humain, des relations sociales et de l’organisation de
la société, qui a intéressé non seulement les sciences juridiques, mais aussi la philosophie, la religion , l’économie , la sociologie et, plus récemment, la psychologie
sociale. Nous pourrions dire que chaque société, chaque religion et même chaque
homme a sa propre conception particulière de la justice et, par conséquent, de
l’injustice.
Cette recherche vise à comprendre quelles sont les représentations sociales de
la justice circulantes parmi les jeunes Napolitains et s’ils existent des différences
entre eux, déterminées par les contextes de production. Plus précisément, dans la
présente étude on aborde la question des sentiments et des images de la justice,
au fin de comprendre les conceptualisations «naïves» de ce phénomène, typique
des adolescents. En fait, selon les orientations psychosociologiques les plus importantes, les adolescents sont des acteurs sociaux ayant une expertise spécifique dans
la formulation de jugements moraux et des prises de décisions éthiques (Piaget,
1932/1965; Kohlberg, 1976, 1984; Tarry & Emler, 2007). En particulier, c’est pendant l’adolescence que les notions de justice et d’injustice prennent une valeur
opérationnelle très important, parce que cela c’est la période où les valeurs sousjacentes ils amènent à prendre des engagements à caractère civique (Lind, Kray, &
Thompson, 1998 ; Mikula, 1986).

Selon Moscovici (1961), entre nous et la réalité, il y a un filtre, indépendante des
organes des sens, ayant une nature très particulière, qui re-traite l’information et,
dans cette manière, il ‘crée’ le monde dans lequel nous vivons et agissons. Ce filtre
est constitué des représentations, qui nous guident, qui se surimposent à la réalité,
qui nous orientent et qui peuvent être considérées comme des «connaissances
pratiques», pas simplement subjectives, mais environnementales, culturelles et
matérielles, c’est à dire sociales. Elles ne sont pas reliées seulement à la façon
dont nous apprenons, mais elles structurent, créent la réalité et orientent, socialement et culturellement, notre comportement, bien que ni d’une façon univoque,
ni déterministe. Plusieurs études expérimentales ont montré que représentations
différentes d’un même objet peuvent mener à différents types de comportement et
que, comme indiqué par Rouquette (1994), on n’agisse pas conformément à ce que
nous pensons (ou à ce qu’on se représente), mais ce qu’on pense indique l’action
possible. Des autres preuves empiriques ont montré qu’un sentiment fort et positif
de justice est toujours lié à un énorme respect pour les règles, sur lequel, comme
on le sait, est basé le principe de légalité, qui implique toujours l’exercice d’un
droit et l’exécution d’une obligation, dans la manière et la forme prescrite par la

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Q

Numéro spécial – La représentation sociale de la justice

CIPS n°103 – 2014 – pp. 469-495

loi. Par conséquent, en considérant que la légalité se fonde sur la « compliance »
individuelle et groupale avec les normes qui confèrent des droits, mais établissent
aussi des devoirs, nous avons décidé d’étudier cet objet de représentation à multiples facettes, dans une ville qui enregistre toujours des taux de délinquance juvénile et l’absentéisme écolier trop élevés.
1. Les origines de la réification de l’idée de justice
La plus ancienne et probablement la plus influente taxonomie relative à la justice,
remonte à Aristote qui, dans son Éthique à Nicomaque, introduit la distinction entre
« justice distributive » et « justice rétributive». La première favorise une répartition
équitable des ressources communes. Elle consiste à la promulgation de règles qui
attribuent des avantages ou des charges à des catégories de personnes, en application de ces règles à des cas particuliers et en conformité avec ces normes. La tâche
d’une théorie de la justice distributive est d’identifier les critères en vertu desquels
les avantages et les coûts peuvent être correctement allouées à des individus ou
des groupes (Deutsch, 1985). C’est à partir de cette idée primordiale qui se pose la
conception de la justice comme légalité. De sa part, la justice rétributive (ou réparation) se réfère à la distribution des sanctions ou des récompenses, en proportion
du mal ou du bien qui a été fait. Elle c’est plus spécifiquement liée aux situations
dans lesquelles une personne a subi un dégât d’une autre personne et demande
réparation. Cette typologie de justice peut être considérée comme une sous-classe
de la justice distributive, dans laquelle les biens et les charges sont constitués par
des récompenses et des punitions. Dans ce cas-là, on parle de justice comme garantie des droits humains.
Parmi ses divers sous-domaines d’étude, la Psychologie comprend celui-là de la
psychologie judiciaire, qui s’est développé surtout en matière pénale et criminologique. Une première définition du domaine découle de l’étude de la psychologie
médico-légale, qui a été suivi par de nombreux autres (Gulotta, 1987). L’analyse
de leurs évolutions au fil du temps montre un changement d’intérêt scientifique de
l’individu au groupe et du concept de droit à celui-là de la justice (Mestitz, 2000).
La psychologie juridique ne concerne pas seulement de la conduite de l’accusé et
des autres personnes impliquées dans le procès pénal, mais elle déplace son intérêt
de l’individu au groupe, du «comportement» à l’action.
Comme le rappelle Doise (2007) les psychologues, lorsque ils parlent de justice, se
référent a «ces choses étranges » comme le sont «la loyauté », «l’injustice» et ils vont
même jusqu’à traiter, parfois, des idées comme «la dignité» et le besoin de «liberté». Mais, comment les psychologues sociaux en parlent? Campbell (2010) souligne
l’influence des trois dimensions de la justice (relationnelle, distributive et comparative) sur l’importance du rôle joué par l’école dans le processus de construction de
l’identité sociale. Des nombreuses auteurs (Resh & Sabbagh, 2009; Sabbagh et al.,
2006; Chory-Assad, 2002, 2007; Chory-Assad e Paulsel, 2004a, 2004b) ont montré
que l’écart perçu entre les idéaux et l’expérience pratique de la justice a l’intérieur
d’une classe écolier, influence diverses dimensions de la vie scolaire des adolescents,
tels que la motivation à apprendre, le sentiment d’appartenance au groupe-classe,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

474

475

les comportements violents au sein de l’école. Berti, Molinari, Speltini (2010), de
leurs part, ont mise en évidence soit l’existence des différences entre les élèves et
les enseignants en relation aux idéaux de justice dans la salle de classe, soit le rôle
joue par le sentiment d’injustice, ressenti par les étudiants dans les pratiques didactiques et relationnelles. En particulier, une série d’études psychosociologiques (Darly
& Pittman, 2003; Hogan & Emler, 1981) ont souligné que les idéaux de la modernité
concernant la liberté et l’égalité mènent les experts du développement à sous-estimer
l’importance de la justice rétributive dans les interactions quotidiennes. Les gens ont
besoin que les membres de leurs groupes sociaux respectent les normes, sinon leur
monde deviendra imprévisible (Barreiro, 2013).
Cependant, nous devons être reconnaissants à Clémence et Doise (1995) pour
la formalisation d’une approche possible des conceptions ordinaires de la justice
fondée sur la Théorie des représentations sociales. Une perspective permettant,
selon les auteurs, de développer les études sur la justice dans deux directions. La
première repose sur l’hypothèse que la pensée ordinaire en matière de justice est
élaborée à partir de notions savantes que les communications font circuler entre les
personnes. Comme les auteurs l’ont illustré, cette dynamique transforme, objective
ces notions dans le discours ordinaire, qui en conservent certaines, en abandonnent
d’autres. Les conceptions ordinaires sont finalement organisées autour d’un certain nombre de conceptualisations-clés et de procédures dont la configuration et
la signification différent notablement des sources auxquelles elles font référence.
L’inscription dans le sens commun et l’utilisation courante de ces conceptualisations-clés donnent ensuite lieu à de multiples variations, ce qui constitue l’objet
de la seconde orientation d’analyse proposée par Clémence et Doise (1995). Ils
ont examiné les processus qui permettent de rendre compte des modulations qui
affectent la façon de re-construire l’« objet justice » en se centrant sur l’allocation
des droits. C’est dans cette partie que les raisonnements ordinaires apparaissent à
la fois comme les plus riches, et les plus distincts de la pensée savante.
En partant de leur objectif les Auteurs arrivent à montrer que, si les personnes partagent un savoir commun à propos de la justice, elles différent dans les principes
qui organisent ce savoir. La transformation de la pensée experte dans la pensée
naïve et les variations qui l’accompagnent ne peuvent être réduites à des raisonnements fallacieux ou à une information fragmentaire, mais, au contraire, elles
sont génères par la nécessite d’actualiser la signification des informations pour les
utiliser dans divers contextes sociaux.
Les représentations sociales sont des savoirs sociaux qui interviennent dans
la construction, le sauvegarde et la transformation des rapports sociaux, qui ne
doivent pas être considérés uniquement dans la perspective des rapports de production, de pouvoir ou dans leurs formes institutionnelles. Au contraire ils doivent
être aperçus comme des rapports symboliques qui permettent aux individus et aux
groupes de se définir les uns par rapport aux autres. Il s’agit, en d’autres termes,
de régulations relativement stables, qui caractérisent les rapports symboliques en
général et, en particulier, celui-là de la justice.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Numéro spécial – La représentation sociale de la justice

CIPS n°103 – 2014 – pp. 469-495

Donc, dans cette étude nous proposons une analyse des conceptions quotidiennes
de la justice selon la perspective de Moscovici (1988) pour laquelle les représentations sociales sont des savoirs particuliers, modulés au gré des rapports sociaux
symboliques actualisés dans une situation.
« Toutefois, il n’y a pas lieu d’accentuer la séparation entre ces formes de savoirs
et d’autres formes apparemment plus institutionnalisés, notamment les savoirs
juridiques; les représentations sociales interviennent de multiples façons dans
l’élaboration de la pensée savante et peuvent se confondre avec elle. Nous baserons
ainsi notre discussion sur l’hypothèse que l’homme de la rue pense la justice à
partir de théories savantes, celles des juristes ou des philosophes notamment,
mais en suivant un raisonnement qui lui est propre. L’idée n’est pas de distinguer
des personnes savantes et des personnes naïves dans le domaine du droit mais
de rendre compte de la transformation d’un savoir expert en un savoir ordinaire
ou d’une pensée informative en une pensée représentative ». (Clemence & Doise,
1995, p. 372)
Dans son ouvrage entièrement dédié aux méthodologies d’étude des représentations sociales, Jean-Claude Abric souligne que celles-ci (RS) doivent être considérées «[...]ensembles organisés d’informations, opinions, attitudes et croyances en
relation avec un objet donné. Socialement produites, elles sont fortement influencées par les valeurs correspondantes au système socio-idéologique et à l’histoire
du groupe qui les a véhiculées, pour lequel elles constituent un élément essentiel
de la vision du monde» (Abric, 2003, p. 59). Encore plus intéressante que la définition c’est l’implication méthodologique que l’Auteur en fait dériver. Étant des
«ensembles organisés», toutes les représentations ont donc deux composantes: un
contenu et une structure. Dans cette optique, étudier une représentation sociale
signifie, avant tout retrouver les éléments constitutifs de cette structure. La connaissance du contenu n’est pas suffisante, c’est l’organisation de ce contenu qui donne
sens à l’entière représentation: deux contenus identiques peuvent correspondre à
deux univers symboliques totalement différents et, par conséquence, sous-tendre
deux représentations sociales distinctes (Galli, Fasanelli; 2001).
Selon Abric (1976) tous les éléments d’une représentation sociale n’ont pas la même
importance. Certains en sont essentiels, les autres moins, d’autres encore sont insignifiants. Ce qui est important, si l’on veut connaître, comprendre et modifier une représentation, est d’en identifier l’organisation, c’est-à-dire la hiérarchie des éléments
qui la constituent et les relations que ces éléments entretiennent. Toute représentation est organisée autour d’un noyau central, qui constitue son élément fondamental,
étant donné qu’il en détermine soit le signifié, soit la structure. Le noyau central est
un sous-ensemble de la représentation. Un élément est central quand il est important
du point de vue qualitatif et non quantitatif, quand il confère sens à la représentation.
Autour du noyau central s’organisent les éléments périphériques qui forment la plus
grande partie du contenu de la représentation, sa partie la plus accessible. Ces éléments sont en relation directe avec le noyau central et correspondent aux opinions,
descriptions, stéréotypes ou croyances qui le concernent.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

476

477

2. La recherche
2.1. Objectif de la recherche
L’objectif de la recherche présentée dans les pages suivantes c’est de connaître la
structure et le contenu des représentations sociales de la justice circulant parmi les
élèves des écoles secondaires de deux quartiers de la ville de Naples, différents
entre eux pour les conditions du milieu urbain-structurelle et socio-économique
(Scampia et Chiaja).
Les deux questions qui ont oriente la démarche de la recherche sont les suivantes :
a) Est-ce-que il existe une représentation sociale de la justice partagée dans chaque
groupe d’élèves impliqués dans l’étude? b) Est-ce-que ils existent des différences
entre les représentations sociales de la justice produites par les étudiants des deux
quartiers choisies?
2.2. Participants à la recherche
On a choisi d’utiliser un échantillon non probabiliste, « à choix raisonné », composée par 100 élèves fréquentant deux écoles secondaires situées dans le milieu
défavorisé de Scampia (H = 35 ; F = 15 ; âge moy. 17,88 ; écart type 1,19) et le
milieu plus favorisé de Chiaja (H = 30 ; F = 20 ; âge moy. 16,73 ; écart type 0,86).
Pour établir les différences entre les deux contextes identifiés, on a utilisé le « Profil
communautaire de la ville de Naples 2010-2012 » publié périodiquement par la
Mairie (Comune di Napoli, 2012). Ici, dans le classement des dix municipalités de
la ville de Naples, qui se fonde sur le cumul (normalisé) des problématiques sociosanitaires et économiques de chaque quartier, Chiaja détient la première place,
tandis que Scampia occupe le septième (1 minimum des désavantages - 10 maximum de désavantages).
3. Méthode
3.1. Stratégies de relevée des données
Les stratégies et les techniques de recueil et d’analyse des données sont articulées et
sous certains aspect innovateurs. En particulier, pour connaitre la structure interne
de la représentation sociale de la justice on a utilisé la technique des évocations
hiérarchisées. On a demandé ����������������������������������������������������
��������������������������������������������������
chaque sujet d’associer les cinq premiers substantifs qui leur venaient à l’esprit à partir du terme inducteur « justice » ; de classer les
cinq mots fournis par ordre d’importance (Vergès 1992; Vergès et Bastounis, 2001).
La tâche association/hiérarchisation est proposé aux mêmes participants en demandant eux, séparément, d’écrire aussi les cinq premiers adjectifs qu’ils pensaient
à partir de l’inducteur donné, afin de mieux comprendre les éléments de la SR à la
fois dans leurs aspects normatifs/descriptifs (Moliner, 1995) . En outre, dans l’esprit
de l’emploi des outils originaux mieux adaptés à la forme de données et la description exprimée par Vergès et Bastounis (2001 ) et dans le but d’éviter l’ambiguïté
lexicale qui pourrait provenir de ce type de données, la tâche de l’association libre
a été complété par des questions ouvertes qui poussaient les participants à motiver,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Numéro spécial – La représentation sociale de la justice

CIPS n°103 – 2014 – pp. 469-495

par écrit, le choix de chaque mot (Fasanelli, Galli, & Sommella, 2005). Les réponses
à ces questions ont été utiles pour comprendre, à travers la justification donnée,
le sens de chaque terme associé et ça a été d’une importance fondamentale pour
mieux accomplir l’analyse sémantique des évocations. L’ensemble de la méthode
d’évocation, comme ici constitué, permet l’identification des trois différents
processus cognitifs individués par Vergès (1995) qui caractérisent l’évolution
des représentations sociales : le « processus de sélection » (lorsque les acteurs
sociaux sélectionnent les principes d’organisation de la représentation sociale); le
« processus de connotation » (lorsque les participants associent des attributs utilisés
pour juger et qualifier l’objet d’étude); le processus de «schématisation» (lorsque
les interviewés éclaircissent comment ces éléments peuvent être agrégés).
Du point de vue du traitement des données, nous avons procédé dans un premier
temps à une analyse lexicale, ensuite on a utilisé la procédure informatique mise à
point par Pierre Vergès (1992, 1994b, 1995), intégrée par une analyse de similitude
réalisée à partir de la catégorisation des évocations libres (Flament, 1962, 1981). À
partir des explications que chaque sujet a fournies pour justifier ses évocations de
la justice, on a réalisé une thématisation des réponses (Bardin, 1998). Pour accéder
au contenu de la représentation, nous avons mis au point un questionnaire semistructure (Vergès, 2001). À travers cette technique, l’un des plus largement utilisée
dans les études sur les représentations sociales, il a été possible d’accéder aux
dimensions suivantes : interactions liées à l’objet ; définitions de l’objet ; perceptions et attributions ; atteintes et croyances ; confiance en une autorité supérieure.
Toutes les parties discursives du questionnaire ont été analysé à travers l’analyse du
contenu, soutenue par le logiciel Atlas.ti. Nous avons choisi d’analyser le «contenu» et non le «discours» parce que, selon Vergès (1994a), la mise au point de cette
analyse doit être pas limitée à la forme argumentative des réponses, mais il faut en
comprendre le contenu et leur sens, dans la conviction que l’analyse de la forme
du discours des acteurs sociaux, à travers la logique naturelle, peut - et doit - être
associé à l’analyse des déterminations du contenu d’une représentation.
Une analyse descriptive (supporté par SPSS) a été réalisée sur toutes les questions
fermées pour vérifier l’existence de différences (test du chi-carré) entre les étudiants
des différents milieux socio-économiques.
4. Résultats
4.1. Les structures représentationnelles
Le Tableau 1 présente les substantifs et les adjectifs fournis par le groupe d’étudiants
du milieu favorisé. La lecture des données sera complétée par les résultats de l’analyse thématique du contenu des motifs exposés par chaque répondant pour chacun
des mots librement associés. En analysant le quadrant supérieur-gauche, on trouve
la conception de l’égalité qui est au cœur de la représentation de ces adolescents
élaboré autour de l’idée que «La loi est égale pour tout le monde» (C_F_53) et
que, comme le rappelle un étudiant (C_H_68): «L’objectif de la justice devrait être
d’affaiblir les différences entre les gens ». Garantir le droit fondamental à l’Egalite,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

478

Importance
< 2.5
Egalité

≥ 2.5
11

1,818

≥9

Loi

25

3,043

Droit

12

3,083

Magistrat_juge

17

4,267

Tribunal

10

3,700

9

2,667

Constitution

≥7

Utopique

8

2,375

Juste

Corrompue

7

1,667

Honnête

3,538

8

3,875

Liberté

8

2,375

Corruption

7

2,571

Respect

5

1,600

Loyauté

5

2,600

Légalité

5

2,800

Etat

5

3,200

Divine

6

4,000

<9

Equitable

<7

13

6

2,167

Impartiale

5

2,400

Incohérente

5

3,600

Indispensable

5

1,600

Injuste

6

2,500

Nécessaire

7

2,286

Lente

6

2,500

Egale

7

2,429

c’est l’activité principale de la justice, pour les étudiants de Chiaja. À ce quadrant
appartiennent l’adjectif utopique, utilisé par les sujets qui pensent que la justice,
en Italie, « n’existe pas » (C_H_62) et l’adjectif corrompue, au moment que pour
quelqu’un des participants « la justice italienne marche seulement si l’on élargisse
de l’argent ou des faveurs » (C_H_51). Dans le deuxième quadrant, caractérisé par
une fréquence élevée mais un faible rang en termes d’importance, appartiennent
substantifs liés aux pratiques sociales. En particulier, ici nous trouvons des termes
qui se réfèrent à des professionnels qui pratiquent le droit: avocats, magistrats et
juges. Le tribunal est conçu comme une toile de fond, ou un contexte dans lequel
la justice se manifeste. En regardent les autres éléments faisant partie de ce cadran,
nous retrouvons que la justice est considéré comme une « garantie du respect
de tous les droits  » (C_H_70). Parmi les adjectifs qui caractérisent le deuxième
quadrant on peut en trouver deux positifs juste et honnête. Le troisième quadrant,
comme il est bien connu, peut être caractérisé par les éléments de contraste à celui-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Tableau 1 : Structure représentationnelle milieu favorisé

fréquence

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

479

Numéro spécial – La représentation sociale de la justice

CIPS n°103 – 2014 – pp. 469-495

là du noyau: nous constatons, en effet, la présence d’un sous-groupe qui partage
une vision positive de la justice fondée sur la «garantie » de la liberté (C_F_78) et le
respect. En ce sens, elle «devrait permettre à tous les citoyens la liberté d’exprimer
leurs propres droits » (C_H_54). Ces concepts identifient une vision idéaliste de la
justice, en soulignant le contraste à l’intérieur des points de vue des participants
à l’étude, entre une vision idéaltypique et une vision concrète de l’objet de représentation. En ce qui concerne l’analyse des adjectifs présents dans ce quadrant,
il est possible confirmer la présence d’un sous-groupe d’étudiants provenant du
milieu favorise de Chiaja, qui partagent une opinion positive de la justice, exprimé
par les adjectifs équitable, impartiale et égale. Néanmoins, selon ces étudiants, la
justice c’est aussi indispensable « pour vivre mieux » (C_F_78) et nécessaire « dans
un État évolué » (C_F_90). Dans le quatrième quadrant, enfin, celui qui héberge
la deuxième périphérie du noyau, on trouve la corruption, ce qui prouve que la
justice est entendu, par certains étudiants, comme la « corruption du système judiciaire » (C_H_63) et aussi des autres éléments liés à des comportements que les
individus devraient adopter: loyauté « vous devez être loyal à tous » (C_F_100) 
et légalité qu’est considérée « objectif et point de départ de la justice» (C_F_94).
Ici, on trouve aussi des références à la sphère institutionnelle comme l’État « qui
doit assurer la justice » (C_H_72). Les évocations qui caractérisent ce quadrant
expriment un sentiment de méfiance à l’égard de la justice, en effet, on trouve la
présence des adjectifs: incohérente, injuste, lente et aussi divine « l’unique justice
véritable et juste» (C_H_52).
Dans le Tableau 2, nous trouvons les substantifs et les adjectifs fournis par le groupe
d’étudiants résidant dans le milieu défavorisé de Scampia. En ce cas aussi, les
données seront enrichies par les catégories thématiques ‘en vivo’ provenant des
raisons invoquées par chaque répondant pour chacun des évocations fournies. Le
noyau de la représentation sociale de la justice de ces étudiants, se focalise sur
un aspect problématique de la justice : elle est définie comme quelque chose que
«nécessite » de respect et «doit être respectée» (S_H_10), mais l’(in)égalité, c’est sa
caractéristique principale, étant donné que pour beaucoup des interviewées défavorisées « Nous devrions tous être égaux devant la loi » (S_H_16) mais la justice
« ce n’est pas la même pour tout le monde » (S_F_33). L’utilisation du temps conditionnel, très fréquente parmi les interviewées de Scampia, nous fait penser que la
justice pour eux ne correspond pas à son objectif. On peut noter que les élèves
du quartier désavantagé partagent une vision problématique de la justice, car ils
l’identifient avec l’inégalité dans l’application du droit par rapport aux citoyens.
Le total des éléments appartenant à ce quadrant, en outre, laissent supposer une
composante attitudinale négative de la représentation de la justice, expliquée par
les adjectifs corrompue, fausse et injuste. Dans le deuxième quadrant, on trouve le
terme loi, car ces participants considèrent la justice comme « l’existence et le respect des lois » (S_F_48) et mafia, car « nous cohabitons avec les organisations criminelles » (S_H_12) et, malheureusement, « la justice italienne nous oblige à cette
situation sans combattre » (S_H_16), peut-être parce que « la mafia a réussi à infiltrer même le système judiciaire » (S_F_28). Dans ce quadrant caractérisé par une

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

480

Importance
< 2.5
≥9

>7

≥ 2.5

Respect

11

1,600

Loi

14

2,641

Egalité

14

1,818

Mafia_camorra

10

2,800

Corrompue

16

2,250

Couteuse

8

4,625

Fausse

8

2,250

Incohérente

10

3,100

Injuste

14

2,214

Lente

16

3,188

Droit

8

2,125

Corruption

7

2,571

Injustice

7

2,429

Défense

6

3,000

Devoir

8

2,500

Tribunal

5

3,800

Légalité

5

4,000

Ordre

5

3,600

Police

7

3,429

Politique

8

3,000

<9

≤7

Juste

7

2,143

Inefficace

5

2,400

Impartiale

5

2,000

Rigide

5

4,400

Absente

6

2,500

Inexistante

5

2,800

Utile

5

4,000

Equitable

6

3,167

forte saillance (fréquence), mais une signification faible en termes d’importance
(rang), nous trouvons les adjectifs couteuse, incohérente et lente. Dans le troisième
quadrant le droit, identifie la justice comme un «droit à garantir à tous les citoyens
» (S_F_32), tandis que en évoquant l’injustice, les étudiants de Scampia ont affirmé
que «souvent, la justice ne condamne pas le coupable » (S_H_25). Dans le dernier
quadrant on trouve le mot corruption car elle «est partout » (S_H_11); défense « la
justice devrait être notre arme de défense » (S_H_17); devoir à indiquer que, pour
les étudiants de Scampia, la justice c’est « un droit qui doit être respecté » (S_F_34).
Les étudiants de Scampia aussi, associent à la justice des termes tels que : tribunal, légalité «Sans la légalité, il ne peut y avoir de justice » (S_H_23), ordre
« parce que la justice doit maintenir l’ordre » (S_F_34) et police, que «doit assurer
et faire respecter la justice dans notre pays» (S_F_26). Avec le mot politique, ce
groupe indique que la justice «dépende de la politique», mais « les politiciens

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Tableau 2 : Structure représentationnelle milieu défavorisé

Fréquence

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

481

Numéro spécial – La représentation sociale de la justice

CIPS n°103 – 2014 – pp. 469-495

sont corrompus » (S_H_17) et « ils ne pensent qu’à leurs intérêts » (S_H_8). Pour
ce qui concerne les éléments évaluatifs de la structure de la RS de la justice, ce
quadrant est caractérisé par la présence des éléments comme inefficace, rigide,
absente et inexistante à indiquer que «La justice c’est quelque chose qui n’existe
pas en Italie » (S_H_21).
Dans ce quadrant on trouve aussi des adjectifs caractérisé dans un sens positif
comme utile et équitable. Cependant la majorité des répondants du milieu défavorisé de Scampia partagent tous la même considération très négative de la justice.
L’ensemble des données lexicales provenant de l’analyse des évocations hiérarchisée, après avoir été soumis à un processus de catégorisation sémantique, a été
retraité avec une analyse des similitudes. L’analyse de similitude, comme le rappellent Vergès et Bouriche (2009), a l’avantage de mieux montrer la structure organisationnelle des éléments saillants d’une représentation. Cette analyse consiste à
élaborer une matrice de similitude à partir de l’index sélectionné, qui dépend de la
nature de la relation entre les variables considérées: dans notre cas, l’indice de cooccurrence. L’output de cette analyse c’est un graphe, où les éléments significatifs
de la représentation se présentent avec différents types de liaisons (plus ou moins
marquée), sur la base des valeurs-seuils sélectionnées, qui expriment les relations
(et leur résistance) entre les éléments structurants et leur réseau. Les graphes finaux
ont été élaborés en utilisant la logique des seuils, plutôt que l’arbre maximum, afin
d’obtenir les informations plus détaillées sur les éléments des réseaux associatifs.
La première figure, (Figure 1) concernant le graphe de similitude des étudiants du
milieu favorisé de Chiaja, montre la centralité de la loi dans l’organisation interne
de leur représentation de la justice. Pour ces sujets, en effet « il n’y a pas de justice
sans loi » (C_H_66-69), car il « est à partir des lois qui marche la justice » (C_H_55) ;
en d’autres termes « les lois servent à assurer la justice » (C_H_71). Comme il est
possible observer, la loi présente la plus forte relation de co-occurrence (.13) avec
la catégorie des évaluations positives, dans laquelle on trouve toutes les appréciations génériques fournies par les interviewées comme belle, bonne, merveilleuse,
heureuse, etc. L’on peut également constater une connexité assez forte avec des
qualifications plus spécifiques de la loi comme équitable (.12) et indispensable
(.11). Une vision très idéalisé de la loi, que s’oppose, pour les étudiants de Chiaja,
a celle plus tristement réelle de son application inégale (.9-.9-.7-.7), dans notre
Pays. Si comme le rappelle Flament « le fonctionnement du noyau ne se comprend
qu’en dialectique continuelle avec la périphérie » (1994, p. 85), ce dernier élément
apparue dans l’analyse lexicale sous un forme abstrait et symbolique, ici devient
plus concrète et contextualisé.
En passant à la configuration du champ sémantique des étudiants de Scampia il
faut dire que l’analyse fait apparaître une nette différence de structuration à un
même seuil (.6) de similitude, entre le deux sous-échantillons. En effet, alors que
l’on observe sept catégories en forte relation (indice de co-occurrence ≥ 9) chez les
participants du quartier riche de la ville de Naples, l’on en nombre seulement deux
pour les étudiants du contexte ‘endommagé’. Ce nombre nettement plus important

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

482

483

Figure 1

Figure 2

de relations entre les items, nous permet d’envisager une représentation plus structuré chez les jeunes qui vivent dans un contexte qui se distingue par l’abondance et
l’excellence des éléments qu’il renferme. Le graphe pour les étudiants de Scampia
(Figure 2) présente un champ représentationnel nettement moins connexe, par
conséquent moins structuré. Ce résultat vient confirmer l’importance de l’ancrage
social dans le processus de structuration d’une représentation.
L’analyse de similitude pour les sujets appartenant à ce groupe montre que la
couple plus intéressante est celle des catégories sémantiques que regroupent toutes

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Numéro spécial – La représentation sociale de la justice

CIPS n°103 – 2014 – pp. 469-495

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Figure 3

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège
484

485

Figure 4

les références à la corruption et aux évaluations génériquement négatives de la
justice (.10). Pour les interrogés du milieu défavorisé « les juges sont corrompus »
(S_H_14) et, en général, « ceux qui travaillent dans la justice permet aux autres de
le corrompre » (S_F_39), car la justice « ne favorise que ceux qui sont puissants »
(S_F_50). Ce couple de catégories se relie a la loi (.8) car pour les étudiants de
Scampia aussi nous « avons besoin de règles pour qu’il y ait justice » (S_H_25) et
« devrions respecter les lois » (S_F_44), mais contrairement aux résultats de Chiaja,
ici la loi est vue essentiellement lente (.7). Détachée de la structure qu’on a décrite
jusqu’ici, on trouve une configuration satellite, que gravite autour de la mafia, que,
selon ces jeunes qui vivent quotidiennement ‘en contacte’ (aussi bien uniquement
visuelle) avec les activités des organisations criminelles, contribue ����������������
��������������
rendre la justice incohérente (.7), inexistante (.8) et fausse (.7).
Dans son illuminant essai « Justice: What’s the Right Thing to Do? » Sandel voit la
justice « inescapably judgemental » et affirme qu’elle ne fait pas référence seulement à la manière de distribuer les choses, mais surtout «about the right way to
value things» (p. 261). D’accord avec l’Auteur, nous pouvons dire que la représentation sociale de la justice chez les étudiants de Scampia, est fortement marquée
dans un sens évaluatif. En se réfèrent, d’une manière instrumentale (dans cette
étude, il a été adopté une méthode différente de celle proposée par l’Auteur) au
continuum ‘�������������������������������������������������������������������������
évaluations��������������������������������������������������������������
-descriptions’ identifié par Moliner (1995), en fait, on pourrait dire que la représentation décrite jusqu’ici, est totalement opposé à celui développé par les étudiants de Chiaja, qui ont construit leur théorie naïve de la justice
d’une façon tout-à-fait descriptive.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Numéro spécial – La représentation sociale de la justice

CIPS n°103 – 2014 – pp. 469-495

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Figure 5

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège
486

487

4.2. Les contenus représentationnels
Comme on peut le voir d’après les données dans la Figure 3 le thème de la
justice c’est un sujet de discussion parmi les jeunes répondants quel que soit le
contexte auquel ils appartiennent. Le 90,9 % des élèves participant à l’étude, en
fait, affirme d’en parler souvent (86 % des étudiants de Scampia et 95,9 % des
répondants Chiaja). En particulier, le 79,3% parmi les étudiants de Chiaja et le
64,5 % parmi les étudiants de Scampia disent de discuter de ce sujet de 2 ou 3
fois par semaine à tous les jours, pour la plus part à l’école (25,0 % Chiaja; 33,3%
Scampia) à partir des informations obtenue par les médias de masse (18,8 %
Chiaja ; 24,4% Scampia). Comme l’ont confirmé les tests de contingence menée
sur ces données, il n’y a pas de différences significatives entre les deux groupes
pour ce qui concerne la quantité et la qualité des interactions liées à l’objet .
Au sujet de la définition de l’objet représenté dans la Figure 4 , il est possible
de constater que pour la majorité des étudiants provenant de Scampia la justice
représente le « Respect des règles/lois », mais « elle n’existe pas en Italie », tandis
que le groupe d’étudiants de Chiaja reconnaît la justice comme « La base d’une
société civilisée ». Il est intéressant de noter que le 10% des étudiants de Scampia
décrivent la justice comme quelque chose qui «il sert à faire payer les erreurs a
ceux qui les ont commis » alors qu’aucun étudiant de Chiaja fait appel à cette
conception «rétributive», qui ne semble pas pénétrer l’univers consensuelle des
répondants.
Il semble également intéressant le fait que pour l’8% des élèves de Chiaja la justice
c’est une valeur, à savoir « Une valeur que tout le monde doit posséder » alors que
les répondants de Scampia la jugent « un droit qui doit être garanti pour tous » (10%).
Les réponses résumées dans la Figure 5, témoignent d’une conception négative de
la justice, qui est partagée par les deux groupes d’élèves impliqués dans l’étude.
Pour la majorité des répondants, en fait (36,0% des étudiants de Scampia ; 36,7 %
des étudiants de Chiaja), la situation de la justice italienne est grave ou très grave,
tandis que pour environ le 24% de les deux groupes, la situation c’est très grave.
Au regard des raisons pour lesquelles l’état de la justice en Italie est perçue tellement dramatique, on peut constater que le pourcentage le plus élevé de réponses,
quel que soit le milieu de référence (Chiaja 20,0% ; 16,0% Scampia) a été classé
dans la catégorie N’est pas respecté par tout le monde, même par ceux qui nous
gouvernent. L’idée de l’absence générale de respect envers la justice c’est très cohérente avec la configuration du noyau représentationnel de ces étudiants, qui
compte parmi ses propres éléments constitutifs le respect que « nous tous devrions
avoir à l’égard de la loi ».
La disparité de traitement, pour les étudiants interrogés, représente une autre des
raisons fondamentales de la condition blâmable de la justice italienne, comme
nous le rappelle, entre autres, le sujet 46:  « Il n’y a pas égalité entre les individus
et, par conséquence, la justice ce n’est pas la même pour tous ». Dans ce cas aussi,
il y a une forte cohérence avec les données du noyau central.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Numéro spécial – La représentation sociale de la justice

CIPS n°103 – 2014 – pp. 469-495

Figure 6

Figure 7

À propos des responsables de la situation actuelle de la justice italienne, les étudiants impliqués dans l’étude ils semblent être totalement d’accord : ils appartiennent essentiellement à la catégorie Le gouvernement et la classe politique
(Chiaja 50,0%; Scampia 68,0%).
Il n’est pas surprenant, sur la base des résultats décrits jusqu’à présent, que les
attentes futures des interviewées (Figure 6), au sujet de l’évolution du ‘scenario justice’ en Italie, sont extrêmement négatives. En fait, le 40% des étudiants de Chiaja
et le 48 % de celui la de Scampia, estiment que la situation va s’aggraver. Par
contre, il est au même temps touchant et rassurant, que la majorité des étudiants
(41,9 % Chiaja; 33,3% Scampia) croient que la solution à la situation inquiétante

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

488

489

de la justice italienne doive découler des citoyens eux-mêmes, comme le montrent
les revendications du sujet 23 « Chacun doit essayer de se comporter le plus correctement possible et faire quelque chose pour la société» et du sujet 68 « On
devrait changer la mentalité de nos citoyens ».
Le 12% des élèves, cependant, montre d’avoir une vision très pessimiste aussi en
ce qui concerne les solutions possibles à la situation de la justice italienne, en
déclarant que « Il n’y a pas de solution à cette situation», «Le système ne changera
jamais» et «C’est trop difficile à faire prendre conscience à tout le monde», ou pire,
« Personne ne donne de l’importance à la justice ».
À la question «Croyez-vous que l’Union européenne peut jouer un rôle dans la
gestion de la situation de la justice en Italie ? » (Figure 7) on peut noter que à peu
près de la moitié des répondants ont été d’accord : à savoir le 60% des étudiants
de Chiaja et le 49 % des élèves de Scampia. Dans les deux groupes, il n’y a pas
une vision unifiée au sujet rôle éventuel de l’UE dans la difficile situation de la
justice italienne. Parmi les favorable (26,7% Chiaja; 50,0% Scampia) ils prévalent
réponses comme « l’UE doit intervenir avec des lois et règlements pour remédier à
la situation de la justice en Italie », ou « L’UE pourrait nous aider à sortir de cette
situation en s’imposent énergiquement ». Parmi les non-favorable, cependant, le
thème le plus commun semble être « C’est un����������������������������������
problème qui concerne l’Etat italien » et ne sont pas rares ceux qui pensent que «C’est notre problème, je ne vois
pas comment l’UE il peut nous aider », ou « Tout intervention serait nulle ».
5. Conclusions
En revenant aux questions que nous nous sommes posés au début du travail, on
peut dire qu’il existe une représentation sociale de la justice partagée par chaque
groupe d’élèves impliqués dans l’étude et qu’ils existent aussi des différences entre
les représentations sociales de la justice produites par les étudiants appartenant au
deux différents milieu sociaux identifies pour l’étude. Etant donné que l’objectif
de la recherche était de mettre en évidence l’effet des différences socio-économiques du contexte sur la structuration de la représentation sociale de la justice,
nous avons choisi des groupes qui pouvaient se distinguer par leur appartenance
�������������������������������������������������������������������������������
deux milieux tout à fait différents. Dans le sens commun citoyen (et pas seulement, Cfr. Gatinois, 2013) le « salon de la ville », représenté par Chiaja, s’oppose
au « Bronx » associé à Scampia. Dans la pratique de la vie quotidienne, l’école
des �������������������������������������������������������������������������������
étudiants����������������������������������������������������������������������
du premier quartier c’est un bâtiment historique, situé dans un environnement urbain caractérisé par les plus couteuses maisons de la ville et les plus
importantes boutiques griffées ; tandis que le bâtiment de l’école des jeunes de
Scampia c’est une sorte de bunker avec des portes blindées et caméras de vidéosurveillance (pour se défendre contre les ‘attaques’ externes), dont le paysage est le
plus grand supermarché de la drogue Européen.
Tout d’abord, il est intéressant de souligner que invités à réfléchir sur la justice,
tous les étudiants ont fait référence aux grands thèmes des institutions de justice et
presque jamais à tout ce qui concerne leur vie quotidienne , en d’autres termes,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Numéro spécial – La représentation sociale de la justice

CIPS n°103 – 2014 – pp. 469-495

les systèmes de normes et de prescriptions qui caractérisent également l’interaction avec leurs parents, leurs enseignants et, pourquoi pas, leurs pairs. Une autre
constatation importante concerne l’utilisation du temps conditionnel dans toutes
les réponses des participants. Cela nous fait conclure que les étudiants impliqués
dans l’étude ont une vision abstraite de la justice, qui « devrait être » égale pour
tous, juste, équitable, rassurant (elle devrait assurer le bon fonctionnement de la vie
quotidienne), mais, en réalité, elle est tout à fait inégale, corrompue, incohérente
et fausse, en mettant en évidence la dynamique entre « référents idéal et réel » de
l’objet, admirablement analysée par Javier Uribe Patino, Maria Teresa Acosta Avila
(1992) et leurs collègues (Uribe Patino, Acosta Avila & Silva, 1996 ; Uribe Patino,
Acosta Avila, Zempoaltecatl Alonso & Sánchez Mayorga, 2009).
Tout en considérant la situation de la justice tragique, les jeunes interrogés estiment qu’il peut y avoir une solution; d’abord un changement de mentalité chez les
citoyens, qui, à travers leur comportement peuvent changer les choses: «Chacun
de nous doit essayer d’agir plus correctement que possible et faire quelque chose
de bon pour la société », nous ont dit les interviewées.
L’étude montre clairement que les étudiants impliqués, quelle que soit la diversité
du contexte sociale et territoriale dans laquelle ils ont grandi et vivent, ils partagent
la même orientation attitudinale, extrêmement négative, face à la justice. Mais c’est
dans la structuration interne de la représentation et en particulier parmi ses aspects
descriptifs, définitoires, qu’on retrouve brutalement, l’influence du contexte de vie
des participants à la recherche. (Moscovici, 1986 ; Van Prooijen, Van Den Bos &
Wilke, 2002 ; 2004)
Dans l’épistémologie interactionnelle des représentations sociales, comme le rappelle Ivana Markova (2012, p. 53), inspiré par Kurt Lewin (1935, 1936, 1948) :
« Bien que le terme ‘contexte’ est souvent entendu dans la psychologie
sociale comme un fond et une étape statique dans lequel les activités ont
lieu, le terme ‘champ’ se réfère à un processus dynamique d’interaction. Le
champ implique forces (par exemple attraction, la volonté de communiquer,
l’ intérêt dans un domaine particulier, de répulsion, de l’attention et des
intentions coordonnées, et ainsi de suite) entre les communicants (l’Ego Alter ) par rapport à l’objet d’étude ».
Selon l’Autrice, le champ se réfère à une version de l’interdépendance Ego-AlterObjet. Les éléments en interaction définissent un de l’autre comme des compléments, qu’il s’agisse des institutions vis-à-vis de l’environnement, des institutions
vis-à-vis des groupes, un groupe vis-à-vis d’un autre groupe, etc. Dans le champ,
les parties exercent une influence mutuelle, l’un sur l’autre, et ils génèrent conjointement un objet, c’est à dire des nouveaux modèles de connaissances, croyances
et images. Dans notre étude, en accord avec les indications méthodologiques de
Markova (2012), nous avons examiné la représentation sociale de la justice d’une
façon interdépendante avec le milieu où elle a été élaborée������������������������
��������������������������������
, en assimilant la perspective ternaire susmentionnée, qui à côté du Sujet et l’Objet (les étudiants et leur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

490

491

représentation de la justice) considère également un Alter sociale avec laquelle
chaque groupe des participants est nécessairement lié. De cette manière, il a été
possible d’identifier deux différentes représentations sociales de l’objet d’analyse . L’une, propre aux étudiants de Chiaja, dans laquelle la justice est considérée
comme le « Garant des droits�������������������������������������������������
 », c’est-à-dire ��������������������������������
comme quelques chose d’indispensable, que à travers une équitable utilisation de la loi, assuré par la magistrature,
peut garantir une réduction de l’inégalité sociale. L’autre, élaboré par et circulant
chez les étudiants de Scampia, est focalisée sur la corruption qui rende les manifestations concrètes de la justice, le système loi-magistrature, quelque chose de incohérente, ou pire inexistante, car trop ‘imprégné’ par les organisations criminelles :
mafia et camorra. On a choisi d’étiqueter cette représentation « Droit à garantir ».
En accord avec, Doise (1985) on considère que dans la vie quotidienne, la pensée
ne fonctionne pas uniquement sur la base de structures abstraites et des mécanismes cognitifs, mais aussi sur la base d’une sorte de système de méta-régulation
qui contrôle, vérifie, surveille la ‘production’ du système cognitif. Sur cette base,
l’Auteur, affirme que l’étude des représentations sociales doit analyser en particulier les ajustements effectués par le méta-système social (réglementaire) sur le
système cognitif. Dans cette perspective l’Auteur définit les représentations sociales
comme principes d’organisation des processus symboliques (prises de position)
liées à un ensemble de relations sociales et insiste sur le fait que les positions se
produisent à travers la communication et concernent les objets de la connaissance
qui sont d’une grande importance dans les relations entre les acteurs. Les principes
d’organisation forment la charnière entre les dynamiques sociales et les processus
cognitifs (Doise, 1990).
De ce cadre général, pour « l’Ecole de Genève » (Galli, 2006), dérivent les trois
hypothèses méthodologiques essentielles à l’étude des représentations sociales,
qui sont maintenant connus pour tous les chercheurs impliqués dans ce domaine
d’enquête. De tout façon, même si nous avons choisi une démarche technique
peu orthodoxe par rapport à la genevoise, indubitablement on a observé, d’une
manière efficace, l’ancrage social en œuvre. En particulier, on a vue comment les
différentes appartenances sociales ont modulé la représentation de la justice et
comment le manque de confiance envers de l’appareil judiciaire - ce qui pourrait
pousser à superposer les représentations produises par chacun des deux groupes
d’étudiants – à Scampia a abandonné le genre semi-�����������������������������
épidictique������������������
, pour prendre celui-là réaliste de la plainte sociale. Un résultat particulièrement troublant dans un
quartier qui a le plus haut taux de délinquance juvénile citoyen, parce que, comme
l‘ont montré Tyler (1990), ou Sacconi et collègues (2010, 2011) dans leurs études
expérimentales, un sens fort et positif de la justice est toujours liée au respect pour
les règles. Les interviewés, par conséquent, pourraient-ils présenter, à l’avenir, une
faible conformité avec les règles et les lois ? La réponse devrait être l’objet d’une
prochaine étude expérimentale.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Numéro spécial – La représentation sociale de la justice

CIPS n°103 – 2014 – pp. 469-495

Bibliographie
– Abric, J.-C. (1976). Jeux, conflits et représentations sociales. Thèse d’Etat, Université de
Provence Aix-en-Provence.
– Abric, J.-C. (2003). La recherche du noyau central et de la zone muette des représentations
sociales. Dans J.-C. Abric (Ed.), Méthodes d’étude des représentations sociales, (pp. 59-80).
Ramonville Saint-Agne : Érès.
– Bardin, L. (1998). L’analyse de contenu. Paris : Presses Universitaires de France.
– Barreiro, A. (2013). The Ontogenesis of Social Representation of Justice: Personal
Conceptualization and Social Constraints. Papers on Social Representations, 22, 13.1-13.26
– Berti, C., Molinari, L., & Speltini, G. (2010). Classroom justice and psychological
engagement: students’ and teachers’ representations. Social Psychology of Education, 13(4),
541-556.
– Campbell, T. (2010). Justice.  Houndmills, Basingstoke, Hampshire: Palgrave Macmillan.
– Chory-Assad, R. M. (2002). Classroom justice: Perceptions of fairness as a predictor of
student motivation, learning, and aggression. Communication Quarterly, 50(1), 58-77.
– Chory-Assad, R. M. (2007). Enhancing student perceptions of fairness: The relationship
between instructor credibility and classroom justice. Communication Education, 56(1), 89105.
– Chory-Assad, R. M., & Paulsel, M. L. (2004a). Antisocial classroom communication: Instructor
influence and interactional justice as predictors of student aggression. Communication
Quarterly, 52(2), 98-114.
– Chory-Assad, R.M., & Paulsel, M.L. (2004b). Classroom justice: Student aggression and
resistance as reactions to perceived unfairness. Communication Education, 53(3), 253-273.
– Clémence, A., & Doise, W. (1995). La représentation sociale de la justice : une approche des
droits dans la pensée ordinaire. L’Année Sociologique, 45, 371-400.
– Comune di Napoli (2012). Profilo di comunità della Città di Napoli 2010-2012. [Mairie de
Naples (2012). Profil communautaire de la ville de Naples 2010-2012]. Téléchargé le Mai 10,
2013, de http://www.comune.napoli.it/flex/cm/pages/ServeBLOB.php/L/IT/IDPagina/5278
– Darley, J., & Pittman, T. (2003). The psychology of compensatory and retributive justice.
Personality and Social Psychology Review, 7(4), 324-336.
– Deutsch, M. (1985). Distributive justice: A social psychological perspective. New Haven,
CT: Yale University Press.
– Doise, W. (1985). Les représentations sociales: définition d’un concept. Connexions, 45,
243-253.
– Doise, W. (1990). Les représentations sociales. Dans R. Ghiglione, C. Bonnet, & J.-F. Richard
(Eds.), Traité de psychologie cognitive. Tome 3: Cognition, représentation, communication.
Paris: Dunod.
– Doise, W. (2007). Psychologie sociale et normes de justice. Bulletin de psychologie, 491(5),
389-396.
– Fasanelli, R., Galli, I., & Sommella, D. (2005). Professione caregiver. L’impatto dei Centri
Diurni sulle pratiche di assistenza e sulle rappresentazioni sociali della malattia di Alzheimer.
Napoli: Liguori.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

492

493

– Fiore, A. (2013). Scampia, il falso mito dell’urbanizzazione felice e il sogno (vero) di una
serata al cinema. Corriere del Mezzogiorno, 09 Juillet. Téléchargé le 23 Juillet, 2013, de http://
corrieredelmezzogiorno.corriere.it/napoli/notizie/cronaca/2013/9-luglio-2013/scampiafalso-mito-urbanizzazione-felice-sogno-vero-una-serata-cinema-2222067320708.shtml
– Flament, C. (1962). L’analyse de similitude. Cahiers du Centre de Recherche Opérationnelle,
4, 63-97.
– Flament, C. (1981). L’analyse de similitude: une technique pour les recherches sur les R.S.
Cahiers de Psychologie Cognitive, 1, 375-396.
– Flament, C. (1994). Aspect périphériques des représentations sociales. Dans C. Guimelli
(Ed.). Structures et transformations des représentations sociales (pp. 85-118). Neuchatel :
Delachaux et Niestlé.
– Galli, I. (2006). La teoria delle Rappresentazioni sociali. Bologna: il Mulino.
– Galli, I., & Fasanelli, R. (2001). Stato e Democrazia: i saperi consensuali. Dans I. Galli (Ed.)
Dalla prima alla seconda repubblica: studio dell’evoluzione delle rappresentazioni sociali
dello Stato italiano e della Democrazia (pp. 59-185). Napoli: Edizioni Scientifiche Italiane.
– Gatinois, C. (2013). Italie : Scampia, « Bronx du Vésuve », rongé par la crise et la
Camorra. Le Monde, 25 Février. Téléchargé le 10 Mars, 2013, de http://www.lemonde.fr/
elections-italiennes/article/2013/02/25/scampia-bronx-du-vesuve-ronge-par-la-crise-et-lacamorra_1838303_1824859.html
– Gulotta, G. (Ed.), Trattato di psicologia giudiziaria nel sistema penale. Milano: Giuffré.
– Hogan, R., & Emler, N. (1981). Retributive justice. Dans M.J. Lerner & S. Lerner (Eds.), The
justice motive in social behavior (pp. 125-144). New York: Plenum.
– Kohlberg, L. (1976). Moral stages and moralization: The cognitive-developmental approach.
Dans T. Lickona (Ed.), Moral development and behavior: Theory, research, and social issues
(pp.31-53). New York: Holt, Reinhart &Winston.
– Kohlberg, L. (1984). Essays on moral development: Vol. II. The psychology of moral
development. San Francisco: Harper & Row.
– Lewin, K. (1935). The dynamic theory of personality: selected papers. (1st Ed.). New York;
London: McGraw-Hill.
– Lewin, K. (1936). Principles of topological psychology. (1st Ed.). New York: McGraw-Hill.
– Lewin, K. (1948). Resolving social conflicts, selected papers on group dynamics [19351946]. (1st Ed.). New York: Harper.
– Lind, E. A., Kray, L., & Thompson, L. (1998). The social construction of injustice: Fairness
judgments in response to own and others’ unfair treatment by authorities. Organizational
Behavior and Human Decision Processes, 75(1), 1–22.
– Markova, I. (2012). Epistemologia delle rappresentazioni sociali. Implicazioni per la ricerca
empirica. Dans I. Galli (Ed.), Cinquant’anni di rappresentazioni sociali. Bilanci e prospettive
di una teoria in continuo divenire (pp. 45-58). Milano: Unicopli.
– Mestitz, A. (2000). Managing Juvenile Criminal Justice in Italy. Dans M. Fabri et P. Langbroek
(Eds.), The Challenge of Change for Judicial Systems (pp. 221-234). Amsterdam: IOS Press.
– Mikula, G. (1986). The experience of injustice. Towards a better understanding of its
phenomenology. Dans H. W. Bierhoff, R. L. Cohen, & J. Greenberg (Eds.), Justice in social
relations (pp. 103-123). New York: Plenum.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Numéro spécial – La représentation sociale de la justice

CIPS n°103 – 2014 – pp. 469-495

– Moliner, P. (1995). A two-dimensional model of social representations. European Journal of
Social Psychology, 25, 27-40.
– Moscovici, S. (1961). La psychanalyse, son image et son public. Paris: PUF.
– Moscovici, S. (1986). Editoriale. Psicologia e Società, 1, 3-4.
– Moscovici, S. (1988). Notes towards a description of Social Representations. European
Journal of Social Psychology, 18, 211-250.
– Moscovici, S. (2001). Why a theory of social representations? Dans K. Deaux, G. Philogène
(Eds.), Representations of the Social: Bridging Theoretical Traditions. Blackwell, Oxford.
– Piaget, J. (1932/1965). The moral judgment of the child. London: Free Press.
– Resh, N. (1999). Injustice in schools: Perception of deprivation and classroom composition.
Social Psychology in Education, 3, 103-126.
– Resh, N., & Sabbagh, C. (2009). Justice in teaching. Dans L. Saha & G. Sadownik (Eds.),
International handbook on teachers and teaching (pp. 669–682). Heidelberg: Springer.
– Rouquette, M.-L. (1994). Sur la connaissance des masses. Essai de psychologie politique.
Grenoble: Presses Universitaires de Grenoble.
– Sabbagh, C., Resh, N., Mor, M., & Vanhuysse, P. (2006). Spheres of justice within schools:
Reflections and evidence on the distribution of educational goods. Social Psychology of
Education, 9(2), 97-118.
– Sacconi, L., & Faillo, M. (2010). Conformity, reciprocity and the sense of justice. How social
contract-based preferences and beliefs explain norm compliance: the experimental evidence.
Constitutional Political Economy, 21(2), 171-201.
– Sacconi, L., Faillo, M. & Ottone, S. (2011). Contractarian compliance and the ‘sense of
justice’: a behavioral conformity model and its experimental support, Analyse & Kritik, 1,
273-310.
– Sandel, M. (2009). Justice: What’s the Right Thing to Do? New York: Farrar, Straus & Giroux.
– Tarry, H., & Emler, N. (2007). Attitudes, values and moral reasoning as predictors of
delinquency. British Journal of Developmental Psychology, 25(2), 169-183.
– Tyler, T.R. (1990). Why people obey the law: Procedural justice, legitimacy and compliance.
New Haven, CT: Yale University Press.
– Uribe Patino, F.J., & Acosta Avila, M.T. (1992). Los referentes ocultos de la democracia.
Fundamentos y Cronicas de la Psicologia Social, 5(8/9), 43-50.
– Uribe Patino, F.J., Acosta Avila, M.T., & Silva, M.I. (1996). Los elementos reales e ideales de
la democracia en México. Reporte de investigación, Universidad Autónoma Metropolitana,
Izt. División de Ciencias Sociales y Humanidades. Departamento de Sociología. Licenciatura
en Psicología Social.
– Uribe Patino, F.J., Acosta Avila, M.T., Zempoaltecatl Alonso, V., & Sánchez Mayorga, R.E.
(2009) Démocratie et implication. Psihologia sociala, 24, 29­41.
– Van Prooijen, J., Van Den Bos, K., & Wilke, H.A.M. (2002). Procedural justice and status:
Status salience as antecedent of procedural fairness effects. Journal of Personality and Social
Psychology, 83(6), 1353-1361.
– Van Prooijen, J., Van den Bos, K., & Wilke, H.A.M. (2004). Group belongingness and
procedural justice: Social inclusion and exclusion by peers affects the psychology of voice.
Journal of Personality and Social Psychology, 87(1), 66-79.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

494

495

– Vergès, P. (1992). L’ Evocation de l’argent: Une méthode pour la définition du noyau central
d’une représentation. Bulletin de psychologie, 45(405), 203-209.
– Vergès, P. (1994a). Les représentations sociales de l’économie: une forme de connaissance.
Dans D. Jodelet (Ed.), Les représentations sociales (p. 387-405). Paris: Presses universitaires
de France.
– Vergès, P. (1994b). Approche du noyau central: propriétés quantitatives et structurales. Dans
C. Guimelli (Ed.), Structures et transformations des représentations sociales (p. 233-253).
Lausanne: Delachaux et Niestlé.
– Vergès, P. (1995). Représentations sociales partagées, périphériques, indifférentes, d’une
minorité: méthodes d’approche. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 28, 7795.
– Vergès, P. (2001). L’analyse des représentations sociales par questionnaires. Revue française
de sociologie, 42(3), 537-561.
– Vergès, P., & Bastounis, M. (2001). Towards the Investigation of Social Representations
of the Economy: Research Methods and Techniques. Dans C. Roland-Lévy, E. Kirchler, E.
Penz, & C. Gray, (Eds.) Everyday Representations of the Economy (pp. 19-48). Wien:
WUV|Universitatsverlag.
– Vergès, P., & Bouriche, B. (2009). L’analyse des données par les graphes de similitude.
Téléchargé le Juillet 3, 2011, de http://www.scienceshumaines.com/methodes-quantitativespour-les-sciences-sociales_fr_15151.html

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Università degli Studi di Napoli Federico II - - 143.225.227.174 - 17/12/2014 11h48. © Presses universitaires de Liège

Numéro spécial – La représentation sociale de la justice

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful