Vous êtes sur la page 1sur 2

■ Kirikou au top

Kirikou et la sorcière, le long


métrage d’animation réalisé par
Michel Ocelot et fabriqué en
grande partie à Angoulême, a
dépassé les 700 000 entrées en
salle. Une «réussite
exceptionnelle» pour Didier
Brunner. Le producteur
indépendant et directeur du
studio Les Armateurs estimait le
vrai succès à 300 000. Jusqu’à
l’été, le film pourrait atteindre le
million de spectateurs. En
exploitation en Belgique, il a été
Calcia

acheté en Hollande, en
Allemagne, en Angleterre et dans
les pays scandinaves. «Tout cela
prouve que l’originalité et la
qualité peuvent être payantes», Du ciment avec les déchets industriels
note Didier Brunner. En juillet, le
studio charentais s’attaque à la La cimenterie Calcia de Bussac-Forêt, à la pointe sud de la Saintonge, va désormais utiliser l’énergie
fabrication des Triplettes de des déchets pour alimenter ses fours. L’usine produit annuellement 650 000 tonnes de ciments à
Belleville, de Sylvain Chomet et partir du calcaire et de l’argile extraits de la carrière située à proximité. Le cru, mélange de calcaire et
Nicolas de Crécy. Il s’agit de la d’argile, est chauffé à 1 450° C dans un four rotatif pour produire le clinker qui, après refroidissement
version longue de La Vieille
et adjonction d’additifs, est broyé pour obtenir le ciment. Le four consomme 65 000 tonnes de
Dame et les pigeons, court
combustibles fossiles par an, 70% de coke de pétrole et 30% de charbon. Une partie de ces
métrage produit par Les
combustibles sera progressivement remplacée (jusqu’à 40%) par des déchets industriels, vieux
Armateurs, diffusé sur Arte et
couvert de récompenses. pneus, caoutchouc, huiles, encres et solvants usagés, sciures, semences déclassées et farines
animales. La température du four, où les gaz peuvent atteindre 2 000°, assure l’élimination totale des
déchets organiques et des acides, les éléments métalliques étant incorporés de façon irréversible au
ciment. «Pour nous, cette technique est économique car les déchets industriels sont moins chers,
Valorisation des affirme le directeur de l’usine, Jacques Debaene, et pour l’environnement, cela permet d’assurer une
emplois de proximité utilisation à 100% de l’énergie des déchets dont on ne sait que faire autrement. En outre, nous
utiliserons un tonnage équivalent à celui qu’absorbe une usine d’incinération, ce qui permet de faire
Depuis sa création 1995, la l’économie de la construction d’une unité de ce type.» J R
fondation Vivendi a contribué à
créer et consolider plus de 6 000
emplois de proximité en France. DRIRE
Il s’agit d’apporter une aide
financière de 30 000 F à 150 000 F
à des jeunes qui présentent un
Valoriser les atouts stratégiques
projet de «service à la
a Direction régionale de la mission de développement in- de l’air sera poursuivi, voire af-

L
communauté». Le budget annuel
est de 20 MF sur 5 ans. l’industrie, de la recher- dustriel et technologique, avec finé (mesure de polluants nou-
En Poitou-Charentes, dix che et de l’environnement des programmes collectifs d’in- veaux, moyens mobiles supplé-
propositions ont été s’efforce de mener son formation et des accompagne- mentaires). En parrallèle, la
sélectionnées. L’association action auprès des industries de ments individuels. La poursuite Drire est chargée de l’inspec-
charentaise Saint-Simon, village
la région avec en tête ces trois de la valorisation des atouts stra- tion et de la surveillance des
gabarier a reçu un chèque de
objectifs de performance, pro- tégiques des PMI régionales ainsi établissements potentiellement
120 000 F. Il a contribué à acheter
le matériel nécessaire à la preté et sureté. Pour y parvenir, que leur accès à la performance dangereux, type silos verticaux
construction d’une gabare du la Drire se veut à l’écoute des technologique sont les objectifs en béton.
XVIIIe siècle. Bateau à fond plat, il entreprises de la région. Ce rap- prioritaires pour l’année à venir. Toujours concernant la sûreté,
a longtemps permis le transport port permet aux industriels de La Drire se doit d’intervenir dans en matière de nucléaire, le fait
fluvial jusqu’à l’océan. Dix pouvoir bénéficier de soutiens un secteur inhérent à celui de marquant restera l’incident af-
emplois en insertion ont été l’industrie : l’environnement. fectant le circuit de refroidisse-
financiers ou bien de conseils.
créés pour toute la durée des
En 1998, afin de dynamiser l’in- Concernant le programme de ment du réacteur à l’arrêt sur-
travaux, puis quatre postes
seront pérennisés. dustrie régionale, la Drire s’est mesure de la qualité de l’air, des venu en mai 1998 à Civaux. Prio-
D’autres associations sont attachée à encourager la straté- appareils de mesure des pol- rité cette année à la surveillance
soutenues par la fondation à gie d’entreprise : 150 chefs de luants classiques ont d’ores et des opérations de remise en or-
L’Isle-d’Espagnac, Cerizay, PMI régionales ont suivi un pro- déjà été mis en place dans les dre, c’est pourquoi le nombre
Jarnac, Poitiers, Cognac, gramme de formation. La diffu- villes chefs-lieux de départe- des inspections sera porté à 18
Angoulême et Châtellerault. sion des nouvelles technologies ment et les sites industriels. Pour (14 en 1998), dont au moins
est également primordiale dans 1999, ce projet de surveillance deux inopinées. S B

10 L’Actualité Poitou-Charentes – N° 44
La DRIRE: «Pour une industrie plus performante, plus propre et plus sûre»
ÉCONOMIE
■ Angoulême capture
les images
Le Pôle Image d’Angoulême-
La filière nautique recrute
Charente (L’Actualité n° 43)
’industrie nautique man- 27 mars une journée portes ration. La plupart des entrepri-

L
poursuit sa conquête
d’entreprises. XD productions que de bras. Construc- ouvertes en Poitou-Charentes. ses ont un problème de recrute-
vient rejoindre le deuxième site teurs, loueurs de bateaux, Pour Christian Marbach, prési- ment important en matière de
national de production d’images fabricants de mâts et de dent de la Cinsa, «l’opération tâches techniques, stratification,
animées. Ce studio de création et voiles, la filière compte 305 en- avait pour but de faire découvrir menuiserie et électronique. Rien
d’animation d’images virtuelles a
treprises en Poitou-Charentes, au grand public le secteur de la qu’en Charente-Maritime, ce
développé le cyberdôme, une
la plupart en Charente-Maritime, plaisance, et plus particulière- sont 150 à 200 emplois qui man-
technologie de capture des
qui emploient 2 400 salariés pour ment de faire venir les jeunes et quent aujourd’hui.» J R
mouvements destinée à
l’animation de personnages 3D et un chiffre d’affaires de 1,8 mil- leurs parents pour leur faire pren-
liard de francs. La fabrication dre cette profession en considé- Bateau de Fountaine-Pajot.
aux effets spéciaux. Installée sur
un plateau de tournage de de bateaux est une activité rela-
400 m2, la structure est une tivement artisanale, grande con-
hémisphère de 10 mètres de sommatrice de main-d’œuvre,
diamètre sur laquelle sont fixées et l’accroissement de la produc-
des caméras vidéo. tion, liée à la reprise du marché,
Ces caméras capturent les se traduit mécaniquement par
mouvements d’acteurs avec une progression des effectifs.
précision et donnent aux images
Depuis deux ans, le secteur a
réelles les mêmes possibilités de
créé 500 emplois dans la région
traitement que celles de l’image
de synthèse. Les fonctions de
et manque encore de main-
saisie et de visualisation utilisent d’œuvre qualifiée. Pour faire
deux procédés : la stéréoscopie connaître la filière nautique et
et le temps réel. Les caméras ses métiers, la Chambre syndi-
G. Martin Raget

sont connectées à deux logiciels cale régionale du commerce et


pour calculer la distance de des industries nautiques Sud
plusieurs points lumineux de Atlantique (Cinsa) a organisé le
différentes couleurs positionnés
sur un acteur en mouvement et
les restituer sur un squelette ANVAR
virtuel. Outre une grande
économie de moyens, cette
technique permet l’interaction
Jeunes entreprises aux projets innovants
inédite de comédiens réels et de n 1998, la délégation chevreau qui a mis au point de des créations d’emplois – 250
marionnettes virtuelles.
L’implantation de l’entreprise, en
partenariat avec le Conseil
général de la Charente et le
Centre national de la bande
dessinée et de l’image, a pour
E Anvar Poitou-Charentes
a consacré à l’innovation
un montant d’aides glo-
bal de 31,2 MF, dont 24,1 MF à
destination des entreprises. Sur
nouveaux produits (farine de
lapin pour pet-food et fibres de
lapin pour l’industrie textile),
Aubin imprimeur, à Ligugé, qui
a recruté un ingénieur R&D.
au total – au bout de la troisième
année d’exploitation industrielle
et commerciale de leurs projets.
Sous l’impulsion de Jacques
Borgnetta, la délégation régio-
objectif de créer un site pilote. Il les 64 projets soutenus, 52 éma- Il s’agit d’entreprises jeunes – nale de l’Anvar souhaite, en
sera consacré à la recherche, la naient d’entreprises (dont l’ef- plus d’un tiers ont moins de trois 1999, développer le niveau de
production et à la formation à fectif, pour les trois quarts d’en- ans – dont près de la moitié ses activités, en particulier en
l’animation et la reconstruction tre elles, ne dépassait pas 50 n’avaient encore jamais bénéfi- direction des aides attribuées aux
3D. Avec l’arrivée, en fin d’année, personnes). Vingt-huit projets cié d’une aide de l’Anvar. jeunes. Un objectif prioritaire
de Studio Animé, Angoulême concernaient une aide au déve- L’aide à l’innovation concerne cette année : le concours de la
compte désormais sept
loppement – d’un «produit» ou surtout 1’agroalimentaire et la création d’entreprise technolo-
entreprises consacrées à
d’un «procédé» – et 20 une aide mécanique-manutention. Les gique innovante, lancé le 8 mars
l’animation. A D
au recrutement. départements de la Charente- par le ministre de l’Education
Parmi les entreprises, citons Maritime et des Deux-Sèvres nationale, de la Recherche et de
Esatec, à Puymoyen, qui con- ont bénéficié d’une part d’aides la Technologie, et mis en œuvre
çoit et fabrique des machines légèrement supérieure à celle par l’Anvar. Des efforts parti-
spéciales pour le secteur de l’em- des autres départements. culiers seront déployés pour ren-
ballage, Radoux international, à Les résultats sont probants, le forcer les relations avec les or-
Jonzac, qui s’est introduite au soutien de l’Anvar s’avère dé- ganismes de recherche et l’en-
Nouveau Marché, Loeul Piriot, terminant pour le développement seignement technique, et relan-
à Thouars, spécialisée dans la des entreprises innovantes : 93% cer le dispositif de diffusion tech-
transformation du lapin et du des entreprises aidées annoncent nologique régional. M T

L’Actualité Poitou-Charentes – N° 44 11

Centres d'intérêt liés