Vous êtes sur la page 1sur 34

PARIS, "GOUFFRE DE L'ESPÈCE HUMAINE" ?

Article publié dans French historical studies, hiver 2004 ("New Perspectives on
Modern Paris"), p. 49-86.

La pagination originale est donnée en italiques entre crochets.

Alain FAURE
Université de Paris X-Nanterre
afaure@u-paris10.fr

La démographie historique française est une très respectable personne qui, dans sa
maturité, est tombée amoureuse de la mobilité. Le cap résolument mis sur les migrations,
depuis une ou deux décennies, a éloigné la recherche d'objets plus classiques comme
l'histoire démographique des territoires, qu'ils soient urbains ou ruraux, avec son arsenal
d'instruments éprouvés, taux de natalité et de mortalité, soldes naturels et autres calculs ou
ratios… Bien sûr cette démographie "à l'ancienne" n'a jamais ignoré les phénomènes
migratoires, mais il est vrai que ces derniers, appréhendés seulement en un lieu fixe et non
dans toute leur continuité géographique, perdent beaucoup de leur sève1 . Cependant
l'enfermement dans un territoire garde de grandes vertus explicatives, et nous voudrions
ici le rappeler en nous attaquant, dans le cadre du Paris de la fin du 19e siècle, au problème
de la surmortalité urbaine, plus précisément – et plus modestement – à un aspect
particulier de ce problème, la surmortalité des migrants.
L'idée de la ville dévoreuse d'hommes, du gâchis humain à la clef [49] de son
existence, est une idée ancienne, probablement déjà banale quand Rousseau eut ces
phrases sans appel et destinées à être citées et récitées pendant un bon siècle et demi2 :
"Les hommes ne sont point faits pour être entassés en fourmilières […] Les villes
sont le gouffre de l’espèce humaine. Au bout de quelques générations, les races périssent
ou dégénèrent, il faut les renouveler et c’est toujours la campagne qui fournit à ce
renouvellement."

1 . L'enquête dite des "3000 familles", entreprise par Jacques Dupâquier, vise bien à dépasser l a
monographie communale ou paroissiale chère à la démographie historique en utilisant d'autre manière les
documents d'état civil sur lesquels cette dernière avait fondé ses travaux : "En effet, la reconstitution des
familles ne permet de saisir intégralement que les individus nés, mariés et décédés dans la paroisse, l e
quartier ou la ville étudiés. Pour les autres, il manque toujours l'origine ou la destination" (J. Dupâquier et
D. Kessler dir., La société française au 19e siècle, Paris, Fayard, 1992, p. 23-28). Ce sont les matériaux de
cette enquête qui ont fourni la matière de l'important ouvrage de Paul-André Rosental, Les sentiers
invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du 19e siècle, Paris, Éditions de l'École pratique
des hautes études en sciences sociales, 1999, 256 p. Nous avons pour notre part suivi la même voie – par une
autre source que l'état civil, à savoir les registres matricules du contingent militaire, dépouillés par
sondage pour la classe 1880 – dans notre étude menée avec Jean-Claude Farcy, La mobilité d'une génération
de Français. Recherche sur les migrations et les déménagements vers et dans Paris à la fin du 19e siècle,
Paris, INED, 2003, XVI-616 p. + CD Rom. – Beaucoup d'autres travaux seraient à citer dans ce champ de
recherches aujourd'hui très fréquenté.
2 . Célèbre passage du Livre 1 de l'Émile de Jean-Jacques Rousseau, paru en 1762.
2

Pour tous les historiens démographes ayant abordé ces questions, la surmortalité des
villes du passé semble n'avoir jamais fait l'ombre d'un doute. Parmi les nombreux
phénomènes mis en avant pour l'expliquer, figurent en bonne place l'insalubrité et
l'entassement propices aux épidémies, une énorme mortalité infantile3 , et aussi, comme
l'écrit Jacques Dupâquier "la surmortalité particulière des migrants", qui, même après 1914,
"se superpose à la surmortalité générale des citadins"4 . Plus prudent, mais au fond très
convaincu, Yves Tugault estime qu'au 19e siècle et encore au début du 20e, la surmortalité
des villes en général était "sans doute accentuée pour les migrants"5 .Une histoire de Rouen
est beaucoup plus péremptoire : les exécrables conditions de vie régnant dans certains
quartiers et les "tares sociales" abrégeant les existences frappaient et décimaient en priorité
les migrants. Bref, il ne faut pas chercher ailleurs la cause de la surmortalité qui désolait
tant les responsables de la cité normande tout au long du 19e siècle6 . Le but de cet article
est précisément de contester ce genre d'affirmation, en nous cantonnant bien sûr à
l'exemple parisien. Est-il juste de dire que les migrants venant vivre et travailler à Paris
dans le dernier tiers du siècle étaient la proie privilégiée des maladies et de la mort ? Cet
argument vedette des tenants de la surmortalité urbaine résiste-t-il à l'épreuve du chiffre ?
La question du "sang neuf"
Un mot d'abord sur l'origine, l'allure et l'esprit de ces migrants.
Paris, des lendemains de la Commune à la Grande Guerre gagne un million
d'habitants ou peu s'en faut7 . Ce bond en avant de la population parisienne [50] est
d’abord à mettre sur le compte de l’immigration, mais point exclusivement : le solde
naturel de la capitale, constamment positif à cette époque, représente 23,9 % de la
croissance de la population, toutes périodes inter-censitaires confondues8 . Il existe donc,
notons-le, il a toujours existé à Paris, une population native importante.
Établissons d’abord la carte d’identité régionale du migrant parisien, occasion de
préciser que nous ne parlerons ici que des Français – ou naturalisés Français –, laissant de
côté les nombreux étrangers9 . De plus, dans un souci de présenter des données
homogènes, nous n'avons retenu que les Français nés en France, ce qui, cette fois, laisse
échapper peu de monde10 . De quelles régions étaient issus les provinciaux présents ou

3. "La mort frappe avant tout ceux qui n'ont pas encore procréé", lit-on sous la plume de Hugues Neveux et
Roger Chartier, dans l'Histoire de la France urbaine, Paris, Seuil, t. 3, 1981, p. 52.
4 . J. Dupâquier, “La surmortalité urbaine", in Annales de démographie historique, 1990, p. 7-11.
5 . Pour ce démographe, la surmortalité des migrants ne disparaît que vers 1940, et encore à la faveur de
changements dans les migrations amenant désormais en ville "des classes sociales bénéficiant d'un plus
haut niveau de vie". Voir Yves Tugault, La mesure de la mobilité, Paris, PUF et INED, 1973, p. 30-33 , p.
185 et suiv.
6 . Michel Mollat dir., Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 325-327.
7 . Passant très exactement de 1 851 792 en 1872 à 2 847 229 habitants en 1911.
8 . D'après les données publiées par l'Annuaire statistique de la ville de Paris ; le volume de l'année 1912
reprend, pour tout Paris, le nombre des mariages, naissances et décès depuis 1820.
9 . Le nombre des étrangers à Paris passe de 104 586 en 1872 à 194 022 en 1911, soit à cette date 6,8 % de l a
population de la ville.
10 . D’après les Résultats statistiques du dénombrement de 1891 pour la Ville de Paris et le département d e
la Seine et renseignements relatifs aux dénombrements antérieurs (Paris, G. Masson, 1894) dont nous
reprenons ici les données, le nombre des Français et naturalisés nés en Algérie ou dans une colonie française
était de 5286, et le nombre de Français nés à l’étranger de 24.790. Ces 30.000 personnes représentaient 2,25 %
de l’ensemble des nationaux recensés à Paris et nés en dehors de la Seine ; vivaient aussi à Paris des
étrangers nés en France ailleurs que dans la Seine, près de 10.000 (9634 exactement).
3

fixés à Paris en ce bout de siècle ? Partons de 1891, recensement meilleur que ceux des
années 1880. A cette date, Paris continue à largement puiser dans sa région : la Seine-et-
Oise et la Seine-et-Marne représentent plus de 100 000 originaires, 8,7 % du contingent non
parisien chez les nationaux. Les gens du Nord – Picards, Artésiens, Flamands – étaient
encore plus nombreux, près de 140 000 pour les cinq départements classés aujourd’hui
dans la région Nord-Pas-de-Calais. Ce sont là des traits anciens, des données permanentes
de l’histoire démographique de Paris11 . Propre à l’époque est l’énormité du contingent
alsacien-lorrain, plus de 120 000 personnes, si on ajoute aux départements perdus les
originaires de Meurthe-et-Moselle et du Territoire de Belfort. Cette présence massive était
le fruit d’une immigration au total fort complexe, puisque formée à la fois de gens fixés à
Paris avant 1870, d’optants ayant quitté le pays au moment du traité de Francfort12 , et
aussi d'émigrés partis après 1871… Neuve aussi par son ampleur13 , mais promise à
perdurer était la migration en provenance [51]de la Bourgogne et des confins du Bassin
parisien : le Loiret, l’Yonne, la Nièvre fournissaient alors à la capitale deux fois plus
d’habitants que les quatre départements bretons réunis… En effet, hormis quelques cas
attendus comme la Creuse, le Cantal ou l'Aveyron – et sans oublier les départements
normands – le reste des contingents départementaux à Paris s’effilochait entre l’ouest et le
sud de la France d’où, au regard des flots humains en provenance des départements
septentrionaux et centraux, ne partaient plus que de minces filets. Trente-trois
départements, tous situés là, comptaient chacun moins de 10 000 ressortissants dans la
capitale, une misère dans cette migration provinciale pléthorique. Un coup d’œil sur la
carte qui suit, où figurent les départements dont les originaires installés dans la capitale, en
1891, étaient au moins au nombre de 20 000, résume bien l’orientation majoritairement
nordiste et centrale du bassin démographique parisien d’alors :

11 . Voir l’analyse classique de Louis Chevalier, La formation de la population au XIXe siècle. Paris, PUF
et INED, 1950, p. 164 et suiv.
12 . Une "colonie" de 120 000 personnes recensées à Paris vingt ans après le traité de Francfort suppose que
Paris avait été la principale destination des émigrés alsaciens-lorrains avant 1871 et en 1871, au moment de
l'option. Voir André Walh, L’option et l’émigration des Alsaciens-Lorrains (1871-1872), Paris, Oprhys,
1974, passim et surtout p. 192.
13 . Christine Piette et Barrie M. Ratcliffe dans leur très stimulant article ("Les migrants et la ville : un
nouveau regard sur le Paris de la première moitié du XIXe siècle”, in Annales de démographie historique,
1993, p. 271 et suiv.) plaident en faveur de l’idée d’une précoce et large diversification de l'aire de
recrutement de la capitale. Certes, mais ne perdons pas de vue les chiffres absolus : la massification du
courant issu de ces régions centrales date bien de la fin du siècle.
4

Figure 1 – Départements comptant au moins 20 000 originaires vivant à Paris en 1891

Les deux décennies suivantes allaient connaître une certaine redistribution des
contingents. La croissance des provinciaux de naissance s’établit ainsi globalement :

1891 1 300 937 100


1901 1 382 678 106,3
1911 1 456 420 111,9

… mais est loin de se répartir d'égale façon entre les régions migrantes. Nous avons
comparé le nombre des ressortissants à Paris de chaque département en 1891 et en 191114 ,
puis reporté sur les cartes (Figure 2, page 6) soit une diminution de contingent, soit son
augmentation en distinguant deux seuils, 12 % et 25 % de croissance relative15 [52]
La France dont les contingents migratoires sont en recul absolu est la presque inverse
de la France où ils sont en forte progression, les cartes intermédiaires ne faisant que
compléter le puzzle dans le sens d’une coupure est-ouest du pays, coupure qui implique un
effacement des régions de plus ancienne et plus forte migration vers Paris. Il y a bien de
cela : la Seine-et-Marne recule de plus de 2 000 personnes, la Somme également, l’Aisne
presque autant, tout comme les rares départements de l’Ouest bien placés jusque là dans
les contingents parisiens comme l'Orne et la Sarthe. Cependant, dans le reste des
départements traditionnellement en pointe, c’est plus une stagnation qu’un net et franc
recul : l’Yonne, la Côte-d'Or, l’Oise n’ont perdu en vingt ans que quelques centaines de
ressortissants. Notons par ailleurs que le Pas-de-Calais gagne 2 000 personnes, et le Nord
plus de 4 000, soit une progression modeste, mais réelle, égale respectivement à 8,7 % et à
9,1 % Le Nord dépassait l’Yonne en tête des départements les plus représentés à Paris,
départements limitrophes exclus. C’est pour la seule France de l’est que l’on pourrait parler
d’un effondrement des migrations. L’Alsace-Lorraine, par définition en quelque sorte, ne
pouvait que reculer, mais l’ampleur de ce recul – 51 568 personnes en moins, 56,6 % du
contingent alsacien-lorrain recensé en 1891 – laisse songeur : quelle est la part de
14 . Voir le tableau formant l'annexe 1, en fin de d'article, qui donne, pour les deux dates, les chiffres
détaillés des contingents départementaux.
15 . L’idéal serait de calculer la répartition des âges à l’intérieur des contingents départementaux afin de
mieux pouvoir les dater, mais à notre connaissance, aucune source globale, imprimée ou manuscrite,
n’autorise cela pour le Paris du 19e siècle.
5

l’émigration et la part de la mortalité dans cette décimation statistique ? Mais les provinces
perdues n’étaient pas seules en cause : les Vosges, la Meuse et la Meurthe-et-Moselle, mais
aussi la Haute-Saône dans le Jura – département en noir dans la carte précédente des
contingents de plus de 20 000 personnes (Figure 1) –, mais aussi la Haute-Marne et les
Ardennes, autant de départements dont le nombre de ressortissants à Paris s’étaient
raréfiés : songeons que les trois départements de la région lorraine cités à l’instant avaient
perdu 17 500 originaires en deux décennies ! En ces régions, des bouleversements de tous
ordres – l'industrialisation, en premier lieu – avaient eu pour effet de détourner, voire de
tarir, la migration à destination de la capitale, alors que dans d’autres un nombre croissant
de migrants prenaient ce chemin. [54]
6

Figure 2
Croissance ou décroissance du nombre des originaires de chaque département
vivant à Paris entre 1891et 1911 [53]

2 b. Augmentation
2 a. Diminution
jusqu'à 11,9 %

2 c. Augmentation
2 d. Augmentation
de 12 à 24,9 %
de 25 % et plus

Là non plus, cependant, n’exagérons pas la nouveauté. Il est des départements qui ne
font que renforcer une présence déjà importante de leurs originaires, comme la Saône-et-
Loire et surtout la Nièvre : 35,4 % de progression pour ce dernier département, déjà fort
de 29 000 personnes en 1891 à Paris. Il est aussi des régions, déjà bien représentées par un
ou deux départements, où la migration vers Paris semble faire tache d’huile, comme
l’Auvergne avec la Haute-Loire et surtout l’Allier, ou encore le Limousin avec la Corrèze
qui, alors que stagne la Creuse, explose littéralement avec une progression de 15 000
7

personnes, soit un gain de… 120 %. Reste la spectaculaire avancée de toute la façade ouest
du pays, voire de la façade méditerranéenne. Mais là, en raison du faible nombre
d’originaires au départ, en 1891, il suffisait souvent d’un courant un peu fort pour
entraîner une progression spectaculaire, de 50 % ou plus ; en réalité, bon nombre de ces
départements restaient en-dessous des 10 000 ressortissants à Paris. Certaines progressions
sont cependant on ne peut plus réelles ; citons la Gironde, le Lot, le Maine-et-Loire et
surtout la Bretagne, dont sonne l’heure. Les Bretons passent à Paris, en vingt ans, de 55 245
représentants à 89 155, soit un bond de 61,4 %. Leur progression est supérieure à celle des
Limousins, pourtant dynamisés par la Corrèze, et ils dépassent désormais en nombre les
Auvergnats, talonnant presque les originaires de la région parisienne16 …
Pour résumer tout cela, disons qu’en vingt ans, il s’était opéré un léger remodelage
de l’immigration provinciale à Paris : des pôles anciens reculent ou se diversifient, de
nouveaux points forts apparaissent. Jamais sans doute le Paris provincial ne fut plus
bigarré qu'à cette époque de si grande mobilité.
Mais ces apports provinciaux, peut-on les "qualifier" autrement que par leurs origines
géographiques ? Apportent-ils avec eux des caractéristiques et des qualités physiques qui
les distingueraient de la population née à Paris ? Seraient-ils une sorte “sang neuf” pour la
capitale ?
Ces questions dérivent d’une interrogation sur la migration et ses logiques
profondes. Dans un milieu local et social donné, les facteurs collectifs qui jouent en faveur
du départ sont par définition les mêmes : or, tout le monde ne part pas. Pourquoi dès lors
un individu se déplace-t-il, et pourquoi tel autre, pourtant son voisin, n'en fait-il point
autant ? Question sans doute d’abord d’intégrité physique, mais point seulement : quitter
son pays, même avec en tête l’idée du retour, n’est-ce pas faire preuve surtout de force
d’âme, d’énergie, d’un certain esprit d’entreprise qui vous pousse et qui n’est pas donné à
tous. Bien sûr le milieu local exerce des pressions, parfois il organise les départs17 , mais
l’émigration est d’abord la conclusion d’un colloque intérieur18 , [55] où l'individu décide de
donner un nouveau cours à sa vie. Adopter un tel point de vue, c'est gagner une vision
moins "misérabiliste" de la migration que dans tous les écrits accumulés depuis un siècle sur
"l’exode rural" : pour le migrant pauvre, la migration est d’abord une réaction contre la
misère, elle n’est pas une misère de plus. La migration est toujours heureuse quelque part.
Un tel point de vue revient à s'affranchir des déterminations collectives, de la pesée
sur l'individu des déterminations économiques locales ou générales, où son avenir serait
en quelque sorte dicté par la survenue des crises ou des changements structurels, mais il se
sépare aussi des analyses où l'unité d'observation est la lignée, la famille ou toutes les
autres "configurations interpersonnelles" qui pour certains constituent l'universelle

16 . Le nombre d’originaires de Seine-et-Oise et de Seine-et-Marne présents à Paris en 1911 était de 102 753
personnes.
17 . Cela est bien clair dans le cas des migrations saisonnières depuis longtemps pratiquées. Par exemple,
parlant du cas des orphelins dont le sort était tranché par les assemblées de village, en Dauphiné, sous
l'Ancien Régime, une auteure affirmait que "ces destins scellés" renvoyaient "à des normes de comportement
sur lesquels les individus ont peu de prise" (Laurence Fontaine, "Solidarités familiales et logiques
migratoires en pays de montagne à l'époque moderne", in Annales, 1990, n° 6, p. 1445).
18 . Gabriel Désert, étudiant l’émigration en Basse-Normandie dans le dernier tiers du 19e siècle, souligne
fort bien à quel point rien n’est simple ou univoque dans les causes de départ : le "surpeuplement" n’explique
pas grand chose, ce ne sont pas les plus pauvres qui partent le plus couramment et, à ses yeux, il convient de
distinguer entre émigration “sauvage” – dictée par la misère – et émigration “raisonnée” – fruit d’un calcul.
Il a aussi cette phrase : “Quitter le milieu dans lequel on vit, ou même qui vous a vu naître, relève
essentiellement d’une décision personnelle.” G. Désert, “Aperçu sur l’exode rural en Basse-Normandie à l a
fin du XIXe siècle”, in Revue historique, juillet-septembre 1973, passim et p. 112.
8

médiation entre le migrant et le contexte socio-économique19 . On dira que cette


installation de l'individu au centre de la décision de départ relève d'une analyse
"psychologisante" commode à évoquer et difficilement connaissable. Sans doute, mais la
réalité et l'efficience d'une médiation de la famille et du groupe entre l'individu et les
pesanteurs collectives ne relèvent-elles pas aussi d'une sorte de psychologie, dont les
logiques sont aussi difficiles à pénétrer que celle de l'individu face à lui-m ê me e t au
m onde ?
Avec ce point de vue de la migration acte individuel de volonté, on court néanmoins
le risque de penser ou de faire penser que ceux qui restent représentent forcément les
individus les moins volontaires, les plus passifs, les faibles à tous les points de vue, une
sorte de "rebut", une fois partis "les meilleurs". Vision et formulation – faut-il le dire ? – tout
à fait inacceptables, ne serait-ce pour cette raison que "réussir" au pays n’incite point à en
partir ! Néanmoins la question des caractéristiques d’une éventuelle "sélection" doit être
posée, et parfois, au cours d'une recherche, elle surgit alors que l'auteur ne s'y attend pas
ou en repousse l'idée20 . Ainsi Guy Pourcher traitant du peuplement de Paris [56] au 20e
siècle note bien que les carrières professionnelles des Parisiens et des provinciaux de
naissance, à statut social comparable bien sûr, sont les mêmes, mais l'auteur constate aussi
que les provinciaux se différencient sur un point : leur propension plus grande à se marier.
Pourquoi ? Si l'on admet, dit-il, – mais encore faut-il l'admettre… – que ceux qui restent
célibataires sont des individus "physiquement ou psychologiquement" non en mesure
d'assumer une famille, on peut penser que, dans un contexte migratoire, ce ne seront point
les plus enclins à "entreprendre des déplacements motivés par le désir de promotion". D'où
ce raisonnement et sa chute 21 :
"Les migrants qui arrivent célibataires laissent derrière eux les individus les moins
aptes au mariage, et sont, en quelque sorte, plus destinés à se marier que les Parisiens de
naissance parmi lesquels, figurent, au contraire, tous ceux qui ne se marieront pas […].
S'il existe un lien entre le désir de promotion dans son sens le plus large, voire même
entre la volonté d'accomplissement et le mariage, le fait qui vient d'être mis en lumière à
l'occasion de la nuptialité, laisserait pressentir que la migration ne concerne pas tous les
individus sans distinction. La migration serait sélective. Ce serait, en effet, plutôt 'les
meilleurs' qui partent sans qu'il soit possible de donner un sens précis à ce que l'on peut
entendre par le terme de 'les meilleurs' ."
Jean Pitié, traitant du Poitou en voie de dépeuplement, n'est pas loin d'admettre que
"ce sont bien les éléments les plus doués" qui quittent le village, même s'il assimile un peu
trop vite valeur de l'individu, intelligence et réussite à l'école22 .

19 . Nous visons là l'étude de Paul-André Rosental, Les sentiers invisibles… , op. cit.
20 . Certains se refusent à s’interroger sur les "qualités" respectives de ceux qui partent et de ceux qui restent :
“Ce type de recherches, écrit Roger Béteille (Les Aveyronnais, essai géographique sur l'espace humain,
Poitiers, 1974, p. 226) parait difficile à réaliser dans la mesure où il touche à la personnalité des migrants
ou des groupes humains de départ, et où il implique un jugement de valeur qui pourrait prendre un aspect
désobligeant pour certains.”
21 . Guy Pourcher, Le peuplement de Paris. Origine régionale. Composition sociale. Attitudes e t
motivations, Paris, INED, p. 216-218.
22 . Jean Pitié, Exode rural et migrations intérieures en France. L'exemple de la Vienne et du Poitou-
Charentes. Poitiers, Norois, 1971, p. 410-413 ; plus loin, il précise: "Aujourd'hui, l'école joue le rôle d'un
crible qui sélectionnerait les meilleurs en les préparant au départ" (p. 455) – Selon un généticien des
populations, "lorsqu’il y a émigration vers une autre région, vers une terre lointaine, il se produit un
phénomène mystérieux : la sélection à l’émigration, une sorte de tri au départ : n'émigre pas qui veut ! […]
J’ai constaté que les migrants vers une ville sont plus grands et plus longilignes que les citadins véritables,
9

S'il fallait qualifier les migrations de la fin du 19e siècle – et peut-être de toute
migration à condition bien sûr qu'elle ne soit point le fruit direct de la famine, de la guerre
ou de la tyrannie d'un État –, c'est le terme de conquête qui conviendrait encore le mieux.
Pour l'abbé Cadic, fondateur en 1897 d'une œuvre visant à encadrer les Bretons de Paris, la
"Paroisse bretonne", ce n'était pas forcément les régions les plus pauvres qui étaient les
plus touchées par le "fléau" 23 :
"Au contraire, le Trégorois appartient à ce qu'on est convenu d'appeler la Ceinture
dorée de la Bretagne ; c'est peut-être le résultat d'une tournure spéciale de l'esprit, plus
aventureux, d'une disposition de caractère plus en-dehors, plus entreprenant, d'une
humeur moins accentuée que celle du Léonard et du Vanetais."
Cette analyse, dans le détail, est bien contestable24 , mais elle va malgré tout dans le
sens de ce que nous pensons être la réalité : le migrant est d'abord quelqu'un qui réagit.
Une telle disposition d'esprit favorise l'arrivée d'éléments bourgeois, de gens bien décidés
à parvenir et qui en ont les moyens, mais aussi, dans la masse des autres, riches surtout de
leur jeunesse et de leurs mains, l'arrivée des "meilleurs".
En tout cas, que les migrants soient, sur le plan des dispositions physiques, sinon "les
meilleurs", du moins des individus robustes, pleins de force, mais des individus dont la
vigueur allait rapidement s'épuiser en ville, sans défense devant les maladies et la mort,
voilà bien une banalité du discours dénonçant les tares urbaines, si fréquent au 19e siècle25 .
Si la ville était un gouffre – et Paris était pour beaucoup le gouffre des gouffres – , c'est
qu'elle dévorait d'abord ceux qui succombaient à ses attraits. Certes, il faut se garder de
mettre dans le même sac tous ceux qui pestaient contre la grande ville : défenseurs à tout
crin de la ruralité, moralistes qui appelaient de leurs vœux plutôt une régulation de
l'émigration vers la ville26 , gestionnaires persuadés que la forte mortalité urbaine était
surtout une question de sous-équipement sanitaire27 … Cependant les uns et les autres
faisaient le même constat du triste sort réservé au jeune provincial droit venu de sa
campagne et incapable, tout bien constitué qu’il fût, de résister aux agressions de
l’agglomération. C'était bien un milieu que l'on opposait à un autre. Voici par exemple ce

qu’ils manifestent une pré-adaptation au type urbain." Georges Olivier, L’écologie humaine, Paris, PUF,
1980, p. 59, 84-85.
23 . Cité par Élie Gautier, L'émigration bretonne Où vont les Bretons émigrants, leurs conditions de v i e ,
Paris, 1953, note p. 66.
24 . Qui dit familles paysannes ne dit pas forcément familles nombreuses, et dans les Côtes-du-Nord, en ce
qui concerne la classe 1880 (d'après J.-C. Farcy et A. Faure, La mobilité d'une génération de Français.…, o p .
cit.) c'était quand même les régions intérieures, les plus pauvres, qui donnaient le plus grand nombre
d'émigrants.
25 . Voir Jean-Luc Pinol, Le monde des villes au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1991, p. 45 et suiv.
26 . On peut évoquer ici Émile Cheysson, champion du logement social en France, pour qui "la capitale sert
de refuge à toutes les misères du dehors, qui tombent à la charge de l’assistance publique […] Ainsi s'accroît
chaque année cet immense foyer de souffrance, de misères et de vices, qui aggrave les crises, comme les
épidémies, consomme de nombreuses existences […] Une bonne loi sur les récidivistes sera un premier bienfait
pour purger cet exutoire”… É. Cheysson, “La question de la population en France et à l’étranger”, in Journal
de la Société de statistique de Paris, 1883, p. 450.
27 . Ainsi pour Jacques Bertillon, écrivant en 1906 (in Journal de la Société de statistique de Paris, 1906, p.
164), la baisse de la mortalité à Paris est le "splendide résultat" des efforts déployés depuis un demi-siècle
en matière de grands travaux, d'eau potable et d'égouts.
10

qu'écrivait en 1873 le comte Foucher de Careil, un fort brillant esprit qui n'avait rien d'un
légitimiste, notons-le28 :
"Pourquoi l'ouvrier des villes n'est-il souvent qu'un paysan atrophié et corrompu ?
C'est que né au village, il a été transporté dans ces villes et qu'il n'a pas pu réagir contre
leur pernicieuse influence. La loi des milieux qu'il est de mode aujourd'hui de mettre là où
elle n'a rien à faire s'applique ici dans toute sa rigueur. Or, le milieu de l'homme, c'est le
lieu qu'il habite. Jugez maintenant de la décadence physique et morale qui doit atteindre le
robuste enfant de la campagne transporté en bas-âge dans l'atmosphère enfumée de la
manufacture et logé dans les quartiers populeux de nos grands centres industriels. Tout
lui manque à la fois : le jour, l'air et l'eau, et la terre, sa robuste nourrice, et les bois où il
faisait la ramée, et la vigne qu'il pressait tout jeune dans les banchous, et le pain dans la
huche."
Dans d'autres textes, le ton a beau être moins virgilien, et la condamnation morale
être laissée de côté, le fond reste le même, comme dans ce texte-ci, écrit un peu plus tard à
deux mains, par un médecin et par un politique29 :
“L’homme soustrait à ses champs, à l’air natal, au grand soleil, au labeur fatigant,
mais sain des travaux agricoles, à l’alimentation simple et moins toxique que celle des
villes, se trouve brusquement transplanté dans un milieu complètement nouveau ; il y
respire un air moins pur, il y travaille la plupart du temps en milieu clos, dans des
conditions moins hygiéniques et plus pénibles, il se nourrit mal, il boit davantage […],
enfin, il est mal logé ; comment pourrait-il se faire immédiatement à cette brusque et
fâcheuse modification ?
“Aussi, il est peu de ces déracinés qui, sitôt passée la fièvre des premiers mois, ne
présentent un fléchissement quelconque dans leur vitalité. Les plus forts s’adaptent –
toujours la loi de sélection – , les plus faibles sont touchés et disparaissent.”
Notons au passage la pointe de darwinisme social, alors si fort à la mode30 … C’est la
tuberculose, nous le verrons bientôt, qui était dénoncée comme la maladie même du
déracinement, le fléau du migrant, la plus terrible preuve de ce que, près de nous, le
géographe Abel Chatelain, reprenant à son compte tout cet argumentaire un peu
larmoyant, appelait "l’inadaptation des familles rurales transplantées dans un milieu
urbain" 31 .
Comment apprécier la diffusion réelle – ainsi que l'éventuel effet sur les politiques –
de ces représentations ? A l'évidence, elle s'étendait bien au-delà des milieux spécialisés
dans les choses urbaines ou sanitaires. [59] Quand en 1904 le doux Daniel Halévy,
désignant la ligne des monts du Forez, notait avec tristesse que "de là-haut descendent les
émigrants, une race laborieuse et saine, qui enrichit la ville et qu'en retour la ville étiole"32 ,
il exprimait sans doute le sentiment très répandu de l'inhumanité foncière de la ville. Un
violent comme Édouard Drumont exploitait à outrance ce sentiment quand il écrivait33 :
"L'ouvrier de Paris, particulièrement, boit avec excès. Les races déclinent, les fils les plus

28 . Louis Foucher de Careil et Lucien Puteaux, Les habitations ouvrières et les constructions civiles, Paris,
Eugène Lacroix, 1873, p. 26 – Foucher de Careil est par ailleurs connu pour ses travaux sur la philosophie
allemande.
29 . Docteur Nass et Pierre Baudin, La rançon du progrès, Paris, Félix Juven, 1909, p. 181.
30 . Voir Jean-Marc Bernardini Le darwinisme social en France, 1859-1918. Fascination et rejet d'une
idéologie, Paris, CNRS, 1997, 459 p.
31 . Abel Chatelain, Les migrants temporaires en France de 1800 à 1914, Publications de l‘Université de
Lille III, 1967, p. 884.
32 . Daniel Halévy, "Les enfants à la montagne", in Pages libres, 29 juil. 1905.
33 . Édouard Drumont, La France juive, Victor Palmé, éd. 1888, p. 386.
11

robustes de la province sont vite usés dans ce Paris qui corrompt et qui épuise." Et
comment ne pas penser que cette sorte d'idée reçue, convertie en tradition intellectuelle, a
pesé sur la théorie scientifique de la surmortalité des villes du passé ?
Mais ne laissons pas croire qu'il n'y a ici qu'idéologie ou égarements de l'esprit. Cette
robustesse des migrants n'est pas du tout un mythe. Plus précisément, il nous semble hors
de doute qu'à Paris, les nouveaux venus présentaient des qualités physiques supérieures à
celles des natifs, à âge et condition comparables. La statistique militaire, une source limitée
aux hommes il est vrai, l'a depuis longtemps prouvé. Dans une thèse restée inédite, Guy
Soudjian avait démontré, au sein des conscrits appartenant aux classes des années 1868 et
1869, la sur-représentation des Parisiens de naissance chez les conscrits de petite taille, et ce
alors que les sources qu'il utilisait excluait les exemptés du service, c'est-à-dire – à en croire
du moins notre propre travail sur la classe 1880 – en priorité des natifs34 :

Tableau 1
Répartition des catégories de taille chez les conscrits parisiens
de la fin du Second Empire
Classes Ensemble “Petits” “Moyens” “Grands”
1868-1869 des (1,59 m. (de 1,60 (1,70 m.
(6 arrondissements) conscrits
et moins) à 1,69 m.) et plus)
% % % %
Parisiens de naissance 55,74 53,31 58,27 49,75
Provinciaux de naissance 44,26 46,69 41,73 50,25
N.B. Les arrondissements sont les 7e, 8e, 9e, 11e, 16e, 19e et 20e.

Avec raison, l'auteur concluait que les provinciaux représentaient “un élément de
stabilité, et même de régénération”35 . Jeanne Gaillard, s'appuyant pourtant sur des
chiffres moins sûrs, avait déjà fait cette découverte. Elle écrivait36 :
“Contrairement à ce qu’on pourrait penser ce ne sont pas en général les individus
les plus faibles qui émigrent à Paris, mais les plus forts et les plus aptes […]
L’immigration dans son ensemble contribue à régénérer la population parisienne.”
Dans ce travail évoqué à l'instant sur les conscrits de la classe 1880, nous nous
sommes de nouveau attaqué à la question, cherchant notamment en faisant fond sur les
indications professionnelles contenues dans la source militaire, à donner une dimension
sociale à notre analyse. Notre conclusion est que le plus souvent, l'origine renforçait l'effet
de classe : un jeune ouvrier né à Paris sera en moyenne [60] plus petit (et plus
fréquemment exempté ou réformé) qu'un jeune bourgeois, mais sera également plus petit
(et également plus fréquemment exempté ou réformé) qu'un ouvrier de même âge né en
province37 . La migration était par nature "sélective", et cette robustesse, c'est à nos yeux la
traduction physique de cette vigueur qui poussait le migrant en avant.
Ce point bien établi, nous voici donc arrivé au pied de la question. Si la ville mettait à
mal tous ces gens robustes, comme la thèse de la surmortalité urbaine l'affirme ou incite à
le penser, nous devrions trouver, en comparant maintenant la morbidité et surtout la

34 . Guy Soudjian, La population parisienne à la fin du Second Empire d’après les archives du recrutement
miliaire, Thèse de 3e cycle, Université de Paris 1, 1978, p. 150 et suiv.
35 . Guy Soudjian, La population parisienne à la fin du Second Empire…, op. cit., p. 214.
36 . Jeanne Gaillard, Paris la ville, Paris, rééd. l'Harmattan, 1996, p. 156.
37 . J.-C. Farcy et A. Faure, La mobilité d'une génération de Français.…, p. 126-138.
12

mortalité des natifs et des provinciaux, des taux plus défavorables pour ces derniers, les
transplantés, réputés si peu résistants en dépit de leur bonne constitution aux dures
conditions d’existence qui les attendaient en ville. Or, c'est le contraire qui arrivait : dans
ces tristes cortèges, ceux qui venaient en tête étaient les Parisiens nés.
Existe-t-il une mortalité différentielle ?
L'étude des variations de la mortalité d'une population en fonction de ses origines est
une étude difficile, exigeant de bonnes sources. Notamment, l’intérêt porté au lieu de
naissance ne doit jamais faire oublier l’appartenance sociale des défunts ou des malades, or
les sources nous offrent très rarement cette chance d'éviter de tout mélanger… Au lecteur
d'apprécier la portée de nos résultats, dont le point fort reste la discussion des chiffres de la
tuberculose pulmonaire. Mais, avant d'y venir, faisons le tour de quelques chiffres pour
mieux rentrer dans la question.
Pistes et impasses
Il se trouve que nous disposons pour quelques rares années, autour de 1880, d'une
statistique des décès à Paris qui classe les défunts à la fois par tranches d'âges [61] et par la
naissance, selon qu'ils étaient nés ou non à Paris38 . Prenons 1881, année de recensement39 .
Le taux de mortalité, égal à 25,6 ‰ pour toute la population, serait de 34,2 ‰ pour les
natifs de Paris, contre seulement de 21,3 ‰ pour les non natifs. Les Parisiens de souche
représentaient 43,3 % de l’ensemble des décès de l’année alors que leur poids dans la
population totale de la capitale n’était que de 32,2 %… Mais le résultat est trop beau, trop
favorable aux provinciaux – et aux étrangers aussi d'ailleurs puisqu'ici ils comptaient –
pour être tout à fait vrai. Non, la sur-représentation des autochtones s’explique, en partie,
par le fait tout simple qu'ils fournissaient seuls les décès des catégories d’âge les plus
exposées à la mort, c'est-à-dire les nourrissons et les enfants. En voici la preuve par ce
tableau qui donne par classe d'âge et selon le genre, la proportion des "né(e)s à Paris" dans
l'ensemble des décès – au nombre de 57 067 – enregistrés cette année-là dans la capitale :

38 . Le Bulletin de statistique municipale pour l’année 1879 et l'Annuaire statistique de la ville de Paris
pour les années 1880 à 1885 donnent en effet le chiffre des décès répartis en fonction à la fois des âges et du
lieu de naissance, mais avec la seule distinction : “Nés à Paris” et ”Nés hors Paris”. Entre 1872 et 1878, l e
lieu de naissance est publié dans le Bulletin…, mais sans les âges, puis ce type de renseignement disparaît
des publications statistiques dès l'année 1886. Les données pour les années 1879 et 1880 ne comportent que
quatre tranches d'âges.
39 . Voir les Résultats statistiques du dénombrement de 1881 pour la Ville de Paris et renseignements
relatifs aux recensements antérieurs, Paris, Imprimerie municipale, 1884, 283 p.
13

Tableau 2
Proportion des natif ou des natives Si les Parisiens d'origine
dans les décès des grandes classes d'âge en 1881 fournissaient la quasi totalité des
décès des moins de 5 ans, c'était
Ages Hommes Femmes Ensemble pour l'évidente raison que tous les
% % % petits de cet âge étaient nés à Paris
0-1 an 95,9 95,6 95,8 ou presque40 . Même jusqu'à 15
2 à 5 ans 82,2 81,8 82 ans, surtout chez les hommes, les
6 à 15 ans 67,4 64,9 66,1 Parisiens de naissance venaient en
16 à 35 ans 27,6 29,1 28,3 tête des décès : l'effondrement de
36 à 60 ans 16,8 17 16,8 leur place, ensuite, à 16 ans et plus,
61 ans et + 15,3 18,1 16,7 [62] ne fait que traduire la présence
Total 42,3 44,5 43,3 maintenant écrasante des migrants.
La question qui nous occupe ici se
circonscrit donc aux adultes : il nous faudrait un taux de mortalité "soulagé" des catégories
d'âge où les provinciaux et autres allogènes comptaient encore pour peu de chose, un
calcul hors de notre portée41 . Le seul calcul possible ou acceptable consiste à distraire à la
fois de la population totale et des décès les chiffres afférant à la tranche d'âge où les natifs
de Paris étaient quasi les seuls, c'est-à-dire les nourrissons, entre 0 et 1 an : on arrive alors à
un quotient de mortalité égal à 22,3 ‰ chez les Parisiens d'origine et à 21 ‰ dans la
population née ailleurs. L'élimination de la mortalité infantile – c'est finalement à quoi
revient ce calcul42 – n'empêche donc pas ce fait que, face à la mort, les autochtones
restaient globalement défavorisés par rapport aux migrants.
Cette statistique est à notre connaissance la seule publiée qui croise âge au décès et
origine : nous ne savons rien des variations locales et sociales du phénomène ou de son
évolution dans le temps. Ni non plus selon les causes de mort, sauf pour la fièvre
typhoïde, maladie épidémique alors en pleine recrudescence. Dans cette affection
particulière, les natifs semblent moins exposés à la contagion que les immigrés, comme il
ressort de ces chiffres :

40 . Jacques Bertillon remarquait (dans l'introduction aux Résultats statistiques du dénombrement de 1891,
op. cit.) que "parmi les immigrés, il n’y a presque pas d’enfants en bas-âge, or ce sont ceux-ci surtout qui
contribuent à grossir les chiffres des décès.” Sur les pièges de l'effet d'âge, voir Alain Faure, "Formation et
renouvellement du peuple de Paris. Aspects du peuplement de Paris de la Commune à la Grande Guerre", in
Recherches contemporaines, n° 5, 1998-1999, p. 143-160.
41 . Pour cette raison que le dénombrement de 1881 – il faut attendre celui de 1901 pour cela – ne nous donne
pas la répartition des origines à l’intérieur de chaque tranche d’âge dans la population…
42 . Mortalité énorme comme on sait : en 1881, 39,4 % des décès de natifs de Paris avaient lieu avant l'âge
d'un an, mises en nourrice non comptées. Voir Étienne Van de Wales et Samuel Preston, “La mortalité de
l’enfance au XIXe siècle à Paris et dans le département de la Seine”, in Population, janvier-février 1974, p.
89-107.
14

Tableau 3
Proportion des décès par fièvre typhoïde
selon l'origine au début des années 1880
Pourcentage
Tranches des originaires de Paris
d’âges dans l’ensemble dans les décès par
des décès typhoïde
en 1881 (1880 -1883)
De 0 à 15 ans 87,2 64
16 ans et plus 20,1 16,6
Total 43,3 27,7

L’idée d’une fragilité particulière des migrants à la typhoïde était très ancrée dans le
corps médical : “On connaît l’axiome toujours vérifié, que tout individu arrivant jeune à
Paris payait son acclamation [63] d'une attaque typhoïdique”43 . La mortalité différentielle
ne jouerait donc pas toujours en faveur des mêmes. Simple nuance quand même : la
typhoïde, qui tue beaucoup en ces années44 , ne dépasse guère 4 % des décès en dépit
d'une pointe spectaculaire en 1882 (voir la Figure 4). Songeons aussi que la garnison, ici
comptée, a pour effet probable de majorer la mortalité des provinciaux45 . Mais hormis ce
point, les sources imprimées nous laissent sur notre faim.
Les actes de décès des mairies, intégralement conservés pour cette époque,
représentent pour l'étude de la mortalité urbaine une énorme et inépuisable source,
quoique d'accès et d'utilisation difficiles. Nous en avons fait l'essai pour un arrondissement
très ouvrier de Paris, le 13e, en relevant les âges, lieux de naissance et professions des actifs
– pour nous, hommes et femmes de 13 ans et plus – décédés à leur domicile en cet
arrondissement, au cours de l'année 1911, soit 1 169 personnes46 .Voici le tableau des âges
moyens au décès, calculé à la fois par catégorie socio-professionnelle, par origine et par
genre :

43 . L. Thoinot, “La fièvre typhoïde à Paris de 1870 à 1889. Rôle actuel des eaux de source”, Annales
d’hygiène et de médecine légale, 1899, t. 2, p. 157. Le professeur Paul Brouardel écrivait en 1900 : “Lorsque
vers l’âge de 18 ans, j’arrivai à Paris, je contractai la fièvre typhoÏde ; c’était alors une règle presque
absolue” (dans "Prophylaxie de la tuberculose et sanatoriums", in Annales d’hygiène publique et d e
médecine légale, 1900, t. 1, p. 431-432).
44 . Entre 1880 et 1883, 9052 personnes moururent de fièvre typhoïde à Paris. Cela représente plus du quart –
26,1 % – du total des victimes, au nombre de 37.707, de cette maladie pour toute la période 1872-1913
(d’après l’Annuaire statistique de la ville de Paris des années en question et les chiffres récapitulatifs
publiés dans les annuaires de 1904 et 1912).
45 . La garnison compte pour 8,5 % des décès typhoïdiques, bien plus que son poids dans la population.
46 . Ces relevés ont été faits sur les registres du greffe de l’état civil au Palais de justice de Paris – Cette
prise en compte des seuls décès à domicile (nous avons écarté aussi les décès des pensionnaires de l'hospice
de la Salpetrière) introduit-elle un biais gênant pour ce qui nous voulons observer ici ? Le nombre des décès
attribué à l’arrondissement par l’Annuaire statistique de la ville de Paris était de 2 462, parmi lesquels
54,9 % de décès à domicile, ce qui d'ailleurs conduit à un chiffre très proche de nos relevés. Si on admet que
le décès chez soi suppose une mort "accompagnée" par les proches et les amis – les arrondissements riches
viennent toujours en tête à ce point de vue: en 1911, 76,55 % des décès du 16e se sont produits à domicile – ,
cela favorise globalement plus les natifs que les migrants. Mais dans quelle mesure ce biais influe-t-il sur
nos résultats ?
15

Tableau 4
Age moyen au décès en fonction du genre, de l'origine et de la catégorie socio-
professionnelle dans les décès à domicile du 13e arrondissement en 1911

Age Age
moyen moyen
HOMMES FEMMES
Nés Nés En- Nées Nées En-
à Paris ail- semble à Paris ail- semble
leurs leurs
Ouvriers 41,6 52,3 50,1 Ouvrières 37,4 49,5 44,7
Employés 41,9 49 46,7 Employées 35,7 48,5 42,9
Catégories 56,2 57,5 57,3 Catégories 56,1 57,6 57,1
supérieures supérieures
Sans profession 49 67,2 63,5 Sans profession 56 63 61,6
Cuisinières et 51,4 51,4
domestiques.
Ménagères 45,8 47,2 47
Total 45 55,5 53 Total 45,9 57,4 54,5

Les chiffres s’ordonnent en fonction d’une double hiérarchie. La hiérarchie sociale


d’abord : ouvriers et employés meurent plus jeunes que les entrepreneurs ou les cadres –
qui en aurait douté ? – et, côté femmes, le fossé était encore plus profond. Mais le plus
frappant est que l’origine reproduit cette différenciation sociale : la longévité d’un ouvrier
né en province sera moindre que celle d’un bourgeois de même souche, mais en même
temps restera supérieure à celle d’un ouvrier né dans la capitale. C'est exactement ce que
nous disions plus haut à propos des conscrits de 1880. L'inégalité devant la mort est ici la
sanction du différentiel physique qui sépare, à l'intérieur de chaque classe sociale, ceux
dont l'enfance s'était déroulée à Paris et ceux qui étaient venus le corps déjà formé, et
apparemment bien poussé.
Cette statistique ne constitue pas une preuve irréfragable de la mortalité différentielle
qui nous occupe car le 13e arrondissement ne saurait parler que pour lui-même.
Rappelons-nous le cas de la fièvre typhoïde : le risque est grand de tomber sur une
exception… D'autres milieux et d'autres moments seraient donc à considérer – cet océan
de registres s'y prête à merveille – pour asseoir des certitudes.
Variations phtisiques
Il est en tout cas un argument de poids en faveur de la thèse d'une meilleure
résistance des migrants : la tuberculose pulmonaire, la grande maladie de l’époque47 .
Celle-ci n’avait cessé en effet de croître au cours du siècle à Paris48 , et, alors que les autres

47 . Sur la tuberculose, voir Selman A. Waksman, The Conquest of tuberculosis, Berkeley et Los Angeles,
University of California press, 1966, 241 p. ; Alain Cottereau, "La tuberculose : maladie urbaine ou maladie
de l’usure au travail ? Critique d’une épidémiologie officielle : le cas de Paris", in Sociologie du t r a v a i l ,
juillet-septembre 1978, p. 192-224 ; Pierre Guillaume, Du désespoir au salut. Les tuberculeux aux 19e et 20e
siècles, Paris, Aubier, 1986, 376 p. ; Dominique Dessertine et Olivier Faure, Combattre la tuberculose 1900-
1940, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1988, 244 p.
48 . Les taux de décès annuels sur 100 000 habitants établis par Jacques Bertillon pour la première moitié du
siècle sont les suivants (in Annuaire statistique de la ville de Paris, 1904, p. 182) : pour les années 1816-1819
16

maladies infectieuses, après [65] la recrudescence du début des années 1880, entamaient
une nette descente, la tuberculose s'obstina à ne pas décroître : ce n’est que passé 1906 ou
même 1910 que s’amorça un recul absolu de la mortalité phtisique49 . Les courbes
indiciaires suivantes, fondées sur les tableaux de chiffres figurant en annexe50 , témoignent
bien de la permanence du péril phtisique :

Figure 3
Évolution des décès par maladies contagieuses à Paris entre 1872 et 1912
(Base 100 des indices sur l'axe des ordonnées : moyenne de la période pour chaque maladie)

400
Autres maladies
infectieuses
Fièvre typhoïde
300

Phtisie pulmonaire
Indices

200

100

0
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 9 9 9 9 9 9 9
7 7 7 7 8 8 8 8 8 9 9 9 9 9 0 0 0 0 0 1 1
2 4 6 8 0 2 4 6 8 0 2 4 6 8 0 2 4 6 8 0 2

: 334 décès ; pour les années 1854-1856 : 396 ; pour les années1865-1869 : 451 décès ; pour les années 1870-1871 :
612 décès.
49 . Et encore à la condition qu’un changement intervenu en 1901 dans la nomenclature des maladies – les
tuberculoses sans autre indication désormais classées à tuberculose pulmonaire et non plus à tuberculose
généralisée – ne diminue pas artificiellement le nombre des décès phtisiques. Comme l'Annuaire statistique
de la ville de Paris y invite d'ailleurs, nos chiffres, à partir de cette date, excluent les tuberculose sans
siège indiqué.
50 . La base ayant servi au calcul de l’indice annuel de chaque affection ou groupe d'affections est l a
moyenne arithmétique des décès de toute la période considérée, à savoir les années 1872 à 1913. Les
maladies infectieuses envisagées ici, outre la typhoïde, sont la diphtérie, la rougeole, la variole et l a
scarlatine. Voir le tableau de l'annexe 2 : “Tuberculose et autres maladies contagieuses : évolution du
nombre et de leur part dans les décès à Paris entre 1872 et 1913."
17

La désespérante constance du nombre des phtisies – à une époque où la mortalité


parisienne globale elle-même baissait51 – eut pour effet d'accroître la part spécifique de
cette infection dans l’ensemble des décès : [66]

Figure 4
Part de la phtisie et des autres maladies contagieuses dans l'ensemble des décès parisiens
entre 1872 et 1911
Pourcentage des décès parisiens

20%

Phtisie pulmonaire

Fièvre typhoïde et
autres maladies
10% infectieuses

0%
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 9 9 9 9 9 9 9
7 7 7 7 8 8 8 8 8 9 9 9 9 9 0 0 0 0 0 1 1
2 4 6 8 0 2 4 6 8 0 2 4 6 8 0 2 4 6 8 0 2

Les ravages de ce mal endémique ont bien sûr beaucoup impressionné les
contemporains : "J’ai vu disparaître des familles entières, frères et sœurs paraissant en
bonne santé jusqu’à 15-16 ans, mais n’atteignant pas leurs 18 ans", se rappelle un homme
du peuple52 . Les médecins dans leurs écrits évoquaient couramment ces décimations
populaires par la phtisie : "Quand la maladie frappe un membre d’une famille pauvre, c’est
toute la famille qui disparaît."53 Un d'entre eux ne remarquait-il pas que l’existence si
frappante de ces "familles tuberculeuses" donnait une apparence de vérité à la croyance

51 . La courbe des décès amorce en effet une très nette descente après le début des années 1880 (comme celle
des naissances d'ailleurs).
52 . P. Ragois, “Ma jeunesse au Petit Montrouge”, in Revue d’histoire du XIVe arrondissement, 1977, p. 36.
53 . I. Ladevèze, Comment les familles ouvrières disparaissent par tuberculose, thèse de 1901, p. 43. Le
docteur Noir (dans “La tuberculose dans un coin du vieux Paris", in Le Progrès médical, 1905, p. 623) parlait
aussi de "la disparition de familles ouvrières frappées par la phtisie."
18

encore "si universellement répandue à l’hérédité de la tuberculose"54 ? Or toute cette


littérature médicale ne cessait de répéter que la phtisie frappait d’abord ceux dont
l’organisme était rendu fragile par la confrontation brutale avec la grande ville, c’est-à-dire
les migrants pauvres, ruraux d’origine. On pourrait même parler d’un thrène du migrant
chanté par les médecins55 . Les solides gaillards issus des campagnes voyaient [67] leur
santé ruinée en quelques années56 :
“Beaucoup de ces malades sont des hommes superbes, à la poitrine développée,
bien musclés et l’on est stupéfait souvent de constater des lésions ulcéreuses chez des
sujets qui viennent se plaindre de dyspnée, de dyspepsie et d’amaigrissement et qui
présentent encore extérieurement l’aspect d’hommes vigoureux.”
Terrassés par la maladie, atteints dans leur vitalité même, ces hommes, les Bretons
tout particulièrement, venaient attendre la mort dans un quelconque hôpital57 :
“Généralement les Bretons que l’on voit à l’hôpital sont fatalistes : ils acceptent le
mal sans murmurer, mais aussi sans lutte. C’est à peine s’ils consentent à prendre les
médicaments qui leur sont prescrits.”
Même glas à propos des Creusois58 :
“Alors que dans une salle d’hôpital, l’ouvrier parisien s’amusera, s’intéressera à son
traitement, s’encouragera lui-même […], nos pauvres émigrants, eux, ne réagissent guère.
Abattus dans leurs lits, ils gardent un silence taciturne et […] ont le sentiment très vif de
leur déchéance physique”
A moins que sur le point de mourir, ils rassemblent leur dernières forces pour rentrer
au pays59 :
“Lamentable retour ! quel chagrin pour ce vieux père et cette mère lorsqu’ils revoient
ce fils qui naguère partit robuste et plein d’espoir et qui aujourd’hui leur adresse sa
bienvenue d’une voix presque éteinte ! Si, quelquefois, l’air pur du pays rappelle à la santé

54 . E. Mosny , “La famille des tuberculeux”, in Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 1902, t. 1,
p. 409.
55 . Il y a naturellement des exceptions dans les écrits médicaux évoquant le problème, l’article qu’on vient
de citer, par exemple, qui rapportait les observations faites sur les familles de 218 tuberculeux hospitalisés
dans un service de l'Hôtel-Dieu en 1900-1901. Parlant des difficultés de son enquête, Mosny remarquait au
passage : "Nombre des malades de la population des hôpitaux parisiens, ouvriers habitant Paris parfois
depuis fort longtemps, ne peuvent donner que des renseignements insuffisants ou incomplets sur leurs parents
habitant la province." (art. cit., p. 291).
56 . Barbier, "Sur la fréquence de la tuberculose chez les immigrés à Paris”, in Bulletin et mémoires de l a
Société médicale des hôpitaux de Paris , 1889, p. 638.
57 . Léon Renault, La tuberculose chez les Bretons, thèse de 1899, p. 67. Élie Gautier, l’historien catholique
de la migration bretonne, reprend à son compte cette idée du "martyrogue" des pauvres Bretons décimés par
"l'atmosphère empoisonnée de la ville" ; il cite de confiance une statistique d’époque affirmant que sur 100
travailleurs bretons, 70 n’atteignaient pas l’âge de 40 ans (É. Gautier, L’émigration bretonne…, op. cit. , p.
111, 167).
58 . Docteur Louis Bonnet, L’émigration limousine et creusoise, Limoges, Ducourtieux et Gout, 1913, p. 21.
Selon un auteur local bien pensant, “sur cent émigrants pauvres et malades que visitent les religieuses de
l’Œuvre des Dames limousines et creusoises, 80 à 90 sont tuberculeux” (N. Chaslus, Pour que la terre vive !…,
1911, p. 10). Voir encore la note publiée dans la Revue de tuberculose en 1896 (p. 364-365), où il est affirmé,
sans preuve, que les Aveyronnais payaient dans la capitale un lourd tribu au fléau alors qu’au pays l a
tuberculose restait une affection rare.
59 . Docteur V. Vigouroux, “La tuberculose et l’émigration”, Bulletin mensuel de la Solidarité aveyronnaise,
avril 1914, p. 131.
19

ce malade, combien de fois, hélas, la maladie continue-t-elle son œuvre et couche dans la
bière cette victime de l'Émigration.”
Autrefois, si l'on en croit un autre médecin, écrivant en 1911, le retour des migrants
creusois au pays était régulier, vraie bénédiction pour ces organismes affaiblis par la ville.
Mais à présent le retour ne se fait plus que sous l’empire de deux circonstances60 : [68]
“Pour se marier et mener une malheureuse de plus à Paris – Pour se faire soigner
par leurs vieux parents, et se faire héberger, quand, devenu malades, ils ne peuvent plus
gagner leur vie à Paris.
Le mariage avec un maçon est une chose vraiment malheureuse pour la jeune fille
creusoise […] Ce sera encore le demi-bonheur tant qu’il n’y aura pas d’enfants, mais cela
non plus ne durera pas, et ce sera bientôt l’enfer. Ce sera le mari livré à l’alcool qui
rentrera saoûl le soir. Puis viendra la maladie, viendra la terrible tuberculose. La mère
soignera le père, soignera les enfants qui ne tarderont pas à tomber malades eux aussi.
Cette malheureuse, épuisée par le travail, les privations, la misère, finira par être atteinte
un jour, et ce sera le lamentable retour.”
La tuberculose était un fléau qui avait le dos large, si l'on ose dire, et fut utilisée pour
bien d'autres causes que la défense du migrant, une certaine conception de
l'assainissement urbain par exemple : il faut détruire les rues sans air et les maisons
obscures où le bacille est chez lui 61 . Ici, l’étiologie restait des plus vagues puisqu’elle
consistait à mettre en cause l’ensemble des conditions de vie rencontrées et subies par le
transplanté : les logements insalubres et les garnis surpeuplés, le travail excessif, accompli
en des locaux malsains, les privations dues aux chômages, et enfin l’oubli de toutes ces
misères trouvé en de douteux breuvages. A la campagne aussi, on trime et on boit, mais
on n’en meurt pas, alors qu’en ville…
"A la campagne, le paysan, même s’il s’adonne à des travaux rudes, a l’avantage
d’exercer sa profession souvent en plein air. A Paris comme d’ailleurs dans les grandes
villes, les conditions de travail sont tout autres ; les ateliers où il s’enferme sont souvent
privés de lumière, de soleil et d’air ; leur cubage n’est pas souvent en rapport avec le
nombre des travailleurs qu'ils contiennent.
L’alcoolisme, nous le savons, est aujourd’hui aussi fréquent à la campagne qu’à la
ville. Mais le séjour dans cette dernière ne fait qu’accentuer les funestes résultats des
habitudes vicieuses et en particulier de l’abus des boissons spiritueuses. "
Ces lignes sont extraites d’une thèse de médecine très remarquée62 , soutenue en 1905
par Georges Bourgeois, un des secrétaires de la Commission permanente de la tuberculose
qui venait d’être installée au ministère de l’Intérieur. Il ne s'agit pas en effet d'une thèse de
médecine ordinaire, rédigée à la va-vite, mais d'un véritable ouvrage, porté par une
grande ambition statistique. Fort bien placé, cet élève de l'influent professeur Brouardel
avait entrepris, pour prouver que [69] ce fléau était bien la maladie par excellence des
"transplantés" 63 , le dépouillement de tous les bulletins de décès parvenus au service de la
Statistique municipale en 1901 et 1902. D’où, dans cet ouvrage, de copieux tableaux de
chiffres présentant pour ces années la répartition des décès phtisiques par âges,
professions, origines et – pour la seule année 1902 – par genre, précieuses données que ce

60 . Gustave Thouart, La tuberculose chez les maçons de la Creuse , thèse de 1911, p. 38-39.
61 . Sur la tuberculose "maladie urbaine”, voir d’Alain Cottereau “La tuberculose…", art. cit. ; Yankel
Fijalkow, La construction des îlots insalubres. Paris 1850-1945, Paris, l'Harmattan, 1998, 273 p.
62 . Georges Bourgeois, Exode rural et tuberculose, Paris, Félix Alcan, 1905, 122 p.
63 . Sa formule exacte était : "La tuberculose est tout particulièrement néfaste aux transplantés" (op. cit., p.
39).
20

service n’établissait pas ou n’établissait plus. Il est néanmoins probable que c'est
l'administration qui réalisa les calculs pour le compte de Bourgeois. Les chiffres de décès
dont il part – 10 685 décès par tuberculose pulmonaire en 1901 et de 10 526 en 190264 –
étaient en tout cas les mêmes que ceux publiés par le service dans l'Annuaire de la ville.
Quoiqu'il en soit, l’examen attentif des résultats présentés dans l'ouvrage montre qu'en
réalité ils étaient loin de corroborer les idées de l'auteur. Voyons cela.
Bourgeois nous donne d’abord une répartition de la fréquence des décès selon l’âge.
Voici une synthèse des résultats65 , complétée par d’autres données présentes aussi dans
l’ouvrage, à savoir les décès phtisiques enregistrés entre 1879 et 1903 à Tenon, le grand
hôpital général desservant les 19e et 20e arrondissements de Paris66 :

Tableau 5
Répartition des âges
chez les décédés par tuberculose pulmonaire à Paris
d'après les calculs de G. Bourgeois
A l’hôpital
Tranches Paris Paris Tenon
d’âges 1901 1902 1879-1903
% % %
0 -14 ans 4,5 4,6 2
15-19 ans 5,2 5,3 4
20-39 ans 47,9 47,7 48,8
40-59 ans 35,1 35,5 37,2
60 ans et plus 7,2 6,9 8
Ensemble 100 100 100

Ce tableau confirmait ce qui était déjà connu à l’époque, et qui nous fut rappelé par
Alain Cottereau à l’occasion de son analyse de la tuberculose [70] en tant que maladie de
l’usure au travail67 : la phtisie était une affection qui, certes, n'épargnait pas l’enfance et la
prime jeunesse, elle était chez le vieillard d’une grande fréquence, mais c’était aux âges de
plus grande activité qu’elle frappait le plus durement68 , et des hommes d’abord, à 60 %
exactement d’après les relevés de Bourgeois pour l’année 1902. Mais si l’on croisait âges et
origines, les calculs démontraient qu’aux âges critiques – et notamment dans la tranche des
20-39 ans qui représentait, on vient de le voir, près d'un décès sur deux –, les migrants
étaient moins souvent atteints que les Parisiens de naissance. Il suffit pour le constater de

64 . Comme le but n’était pas d’établir une comparaison avec les années antérieures, les tuberculoses sans
siège ne furent pas exclues par Bourgeois ; d'où la différence avec les nombres que nous publions e n a nne xe ,
9 874 décès pour 1901 et 9 652 pour 1902.
65 . Voir le tableau de l'annexe 3 intitulé : “Mortalité phtisique à Paris selon la classe d'âge et l'origine en
1901 et 1902”.
66 . Cette statistique, qui forme un chapitre spécial de la thèse (op. cit., p. 76 et suiv. ) portait sur 16 224
décès.
67 . A. Cottereau, “La tuberculose…", art. cit.
68 . Selon Jacques Bertillon (dans l'Annuaire statistique de la ville de Paris, 1904, p. 184) la phtisie "est, à
tous les âges sans exception, une maladie fréquente et terrible”, mais “c’est entre 15 et 60 ans que l a
probabilité de mourir phtisique est la plus grande. […] Son âge de plus grande fréquence n’est pas l a
première jeunesse, mais l’âge de 35 à 50 ans." La tuberculose était par excellence la maladie des individus
rendus fragiles dès l’enfance par des conditions difficiles de vie, et si on réussissait à lui échapper adulte,
on y succombait vieillard.
21

comparer la part des uns et des autres dans les décès à chaque âge et dans la population
totale, ce que Bourgeois avait négligé de faire69 :
Tableau 6
Répartition des âges en fonction de l'origine
chez les décédés par tuberculose pulmonaire à Paris
en 1901 et en 1902
Proportion des non Parisiens de naissance
dans les décès dans la
Tranches par tuberculose population
d’âge pulmonaire à Paris totale à Paris
en en
1901 1902 1901
0 -14 ans 16,8 18 17,3
15-19 ans 37 39,1 42,1
20-39 ans 61,1 61,7 67,5
40-59 ans 77 75,8 75,9
60 ans et + 84,2 83 79,3

67,4
De 15 à 60 ans 67,2 68,6
A Tenon, le phénomène était moins net, que cela tienne au lieu – l’hôpital – ou au
défaut d’une référence démographique plus adaptée aux données fournies par l'hôpital :
[71]
Tableau 7
Répartition des âges en fonction de l'origine
chez les décédés par tuberculose pulmonaire
à Tenon
Proportion
des non Parisiens de naissance
dans
Tranches dans la les décès
d’âge population par
totale en 1901 tuberculose à
Tenon
% 1879-1903
%
0 -14 ans 17,3 9,7
15-19 ans 42,1 50,5
20-39 ans 67,5 66,1
40-59 ans 75,9 76,2
60 ans et + 79,3 81,1

De 15 à 60 ans 68,6 70,5

69 . La donnée se trouve dans : Statistique générale de la France, Résultats statistiques du recensement


général de la population effectué le 24 mars 1901, t. 1, p. 312-313. Il s’agit bien seulement des Français nés en
France (et à l’étranger). Nous avions déjà publié les données de 1901 (in "Une génération de Parisiens à
l’épreuve de la ville”, in Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, 1986, p. 157-173, en
annexe), mais les calculs ont été refaits.
22

Georges Bourgeois s’était bien sûr rendu compte du décalage entre ces chiffres et ses
idées, mais il l’attribuait à la population enfantine : les enfants, disait-il, meurent moins
souvent de tuberculose que les adultes, mais ce sont des natifs dans leur immense
majorité, et leur part dans les décès suffit pour expliquer cette apparente surmortalité des
autochtones. Enlevez les enfants, concluait-il, et vous verrez apparaître la surmortalité des
immigrés. Nos calculs prouvent qu’il se trompait : dans la force de l’âge, le fléau tuait
proportionnellement plus de Parisiens d'origine qu'il ne tuait de migrants.
Mais n’y avait-il pas migrants et migrants, ou en tout cas provinciaux et provinciaux ?
Bourgeois ne manquait pas d’utiliser l’argument : ces chiffres sont des moyennes qui
cachent de grandes disparités entre les contingents provinciaux, et certains, comme le
contingent breton, atteignaient selon lui une mortalité phtisique considérable. Et de citer,
en se reportant aux chiffres d’originaires publiés par le dénombrement de 1896, des taux
de mortalité parfois très supérieurs au taux des Parisiens nés : 7,4 ‰ pour les gens du
Finistère, 8,3 ‰ pour ceux des Côtes-du-Nord, par exemple, alors que la mortalité des
originaires de la Seine n’aurait pas dépassé 3,3 ‰ 70 . Voilà qui pourrait en effet justifier la
thèse de la tuberculose tombeau des ruraux échoués en ville.
Nous avons aussi sur ce point repris les chiffres publiés par Bourgeois et calculé
comme il le fait l’importance de la maladie en fonction du département d'origine des
défunts, mais en nous basant sur l’année 1901, qui "colle" mieux aux données de Bourgeois
que l'année 1896 et, surtout nous permet de rapporter les décès non seulement [72] à la
population totale mais à la population dite professionnelle71 de chacun des contingents,
c'est-à-dire tous ceux et celles exerçant ou ayant exercé une profession autrement dit aux
"tuberculisables". Ce mode de calcul confirme bien la plus grande résistance des
provinciaux en leur ensemble72 :

Tableau 8
Taux de décès par tuberculose pulmonaire
en fonction de l'origine et par type de population.
Décès par phtisie par rapport
Origines à la population à la population
totale professionnelle
‰ ‰
Originaires de province (86 départements) 4,3 6
Originaires de Paris 3,8 7,6

Dans la population totale, les originaires de Paris apparaissent plus favorisés que les
migrants, mais ce n'est là qu’un faux-semblant, dû cette fois bel et bien aux enfants, très

70 . Voir dans sa thèse les tableau X, XI et XII, la page 40, ainsi que les cartes qui les accompagnent.
71 . Il s'agit d'une catégorie utilisée dans les recensements de l'époque qui consistait à ajouter aux chefs et au
personnel des entreprises de toute nature l'ensemble des personnes disposant d’un revenu quelconque
provenant d’un travail actuel ou passé, ou bien encore susceptibles d’en rechercher : “Dans la population
professionnelle, ont été comprises non seulement les personnes exerçant une profession rémunérée, mais encore
les rentiers, les nomades, etc , en sorte que parmi les personnes sans profession ne sont guère compris que les
femmes, les enfants, les détenus et pensionnaires des hospices, asiles […] La distinction des habitants entre
professionnels et non-professionnels est importante parce que les mouvements migratoires ont généralement
pour cause la recherche d’une occupation.” (Résultats statistiques du recensement… de 1901, t. 4, p. 111, 114).
Il faut naturellement comprendre ici par nomades, les ouvriers nomades, sans patron fixe, et il va aussi de
soi que les femmes actives était rattachées à la population professionnelle.
72 . Dans ce tableau, comme dans tout ce qui suit, nous avons adopté comme nombre des décès phtisiques l a
moyenne des deux années considérées, 1901 et 1902, soit pour les provinciaux 6 011,5 décès.
23

nombreux dans la population native – n'y revenons pas –, mais peu touchés par la
maladie. Le plus important tient dans le fait que la tuberculose, en 1901-1902, avait fauché
six provinciaux en activité sur 1 000 contre largement plus de sept Parisiens nés. La vraie
inégalité était là. Certes, il peut apparaître arbitraire de rapporter des décès parmi lesquels
figurent, même en faible nombre, des enfants et des vieillards, à une population de
référence qui, par définition exclut ces catégories d'âge, mais cela n’enlève rien, pensons-
nous, à la démonstration : le migrant en général était moins exposé que l’autochtone à la
contagion bacillaire, plus précisément à son issue fatale. [73]
Mais passons aux nuances entre contingents régionaux73 . Soit cette carte où figurent
en noir les départements dont les originaires accusaient, parmi les professionnels, une
mortalité phtisique supérieure à la moyenne :

Figure 5
Départements d'origine des provinciaux
plus particulièrement touchés par la phtisie à Paris en 1901

Cette carte dessine ce que l’on pourrait appeler des blocs mortuaires, dispersés et
disparates. Certains départements que l’on attend sont bien là – les départements bretons
surtout –, mais pas en plus mauvaise posture que d’autres, que l’on attendait pas, comme
la Meurthe-et-Moselle – les originaires les plus touchés par le fléau : 12,7 ‰ – la Meuse ou
les Vosges. Le Limousin n’apparaît représenté que par la Creuse, et notons pour
l’Auvergne l’absence du Cantal. Et pourquoi les départements alpins ? Pourquoi le Pas-de-
Calais et point le Nord ? Il serait bien hasardeux de prétendre qu’étaient rassemblés là les
départements fournissant surtout des ouvriers à Paris ; d’ailleurs, si tout était une affaire
d’inégalité sociale devant la mort, que deviendrait l’explication par la transplantation ?
Cette carte nous en évoque une autre, dont elle est l’inverse exact ou presque exact : celle
des départements dont les représentants ont le plus crû en nombre à Paris entre 1891 et
191174 . A l’exception des Bretons, les provinciaux qui résistent le mieux à la maladie

73 . On trouvera dans l'annexe 4 le résultat détaillé des calculs en fonction de la population professionnelle
et en fonction de la population totale des originaires recensés en 1901. Les proportions diffèrent selon l e
mode de calcul, cela va de soi, mais la hiérarchie entre les départements est quasi identique : une seconde
carte serait inutile. Les départements annexés qui apparaissent de façon confuse dans les tableaux publiés
par Bourgeois ne figurent pas sur cette carte.
74 . Voir supra la carte de la Figure 2.
24

semblent appartenir en priorité aux courants migratoires les plus dynamiques. Voyez sur
la présente carte la significative absence de la Nièvre. La surmortalité phtisique de certains
originaires aurait-elle donc un rapport avec le fait qu’ils appartenaient à des courants [74]
migratoires en perte de vitesse ? La Somme, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse et les Vosges
sont bel et bien des départements dont le nombre d’originaires vivant à Paris étaient en
baisse absolue à la fin du 19e siècle… A supposer qu'il n'y ait pas ici un simple hasard, mais
une véritable corrélation statistique – nous n'avons pas tenté de l'établir –, la seule
explication serait dans ce qu'on pourrait appeler la "sélection migratoire" : les émigrants les
plus robustes partant des départements ici défavorisés n'allaient pas ou n'allaient plus à
Paris. Reste le cas des Bretons, trop présents sur cette carte pour que l’on puisse affirmer
que la littérature médicale enlaidissait par trop leur sort. Est-ce une moindre "sélection" au
départ du pays ou bien la particulière pénibilité des travaux acceptés par eux à Paris qui
explique chez eux leur moindre résistance au bacille ?
Sur ces points Bourgeois était gêné, car ses propres calculs l’amenèrent aussi à
constater ces mystérieuses disparités entre originaires… Peu importe, expliquait-il,
puisqu’intervient le phénomène du retour, le provincial se sentant mourir aura à cœur de
finir ses jours au pays, allégeant ainsi la statistique parisienne d'un décès qui lui revenait de
droit… S’il reste sur place, c’est qu’il n’est pas "assuré en retournant [chez lui] de trouver le
bien-être, même relatif", qu’il attend pour soulager ses derniers moments : la ville aura été
pour lui doublement un tombeau75 . Mais pour tous les autres, cap sur le pays. C’est ce
reflux de tous les contaminés de Paris qui serait en grande partie responsable des taux
parfois très élevés de mortalité phtisique dans les départements. Brouardel, le maître de
Bourgeois, l’avait déjà dit en 1900 – et l’idée était déjà loin d’être neuve : Paris exporte ses
phtisiques, et cela non seulement sous la forme administrative et quantifiable des asiles de
vieillards et des hôpitaux spécialisés, mais aussi sous la forme d’une “exportation bien plus
importante, mais que l’on ne peut chiffrer, même approximativement”, à savoir le retour
volontaire, l’auto-rapatriement76 : [75]
"Lorsqu’un jeune homme ou une jeune fille vient à Paris pour faire ses études, pour
se placer dans le commerce, s'il tombe malade, il retourne dans sa famille en province et
succombe à la maladie contractée à Paris. Il en est ainsi tant que cet homme n'a pas
constitué une famille.
Lorsque celle-ci est formée, souvent l’enfant est élevé à la campagne, chez les
grands-parents, s’il est élevé à Paris et s’il tombe malade, parfois aussi on le place dans

75 . G. Bourgeois, op. cit., p. 39 et suiv.


76 . [Comité consultatif d’hygiène publique de France] Paul Brouardel, La mortalité par tuberculose en
France , Melun, Imprimerie administrative, 1900, p. 8-9. La même année, il avait repris l’idée lors d’une
conférence faite à Nancy. Dans le village où le tuberculeux revient pour tenter de rétablir sa santé
compromise, il "va se développer un foyer plus ou moins considérable. En fait, il y a eu un tuberculeux urbain
en moins, on a créé un foyer de tuberculose rurale". Cela ne l'empêchait, quelques pages plus haut, de parler
de la Bretagne comme d'un foyer tuberculeux "purement rural", lié aux conditions de logement des paysans
eux-mêmes (P. Brouardel, “Prophylaxie de la tuberculose et sanatoriums", art. cit., p. 401, 404) ! En 1908, un
médecin, Louis Cruveilhier, tenta de démonter, en s'appuyant sur les chiffres publiés par Brouardel et
Bourgeois, que le taux départemental de mortalité phtisique était fonction du taux départemental de
population émigrée à Paris : le migrant, de retour au pays, contaminé lors de son séjour en ville, serait l e
principale vecteur de la maladie dans des campagnes jusque là épargnées par le fléau : "La tuberculose à l a
campagne est presque toujours d'origine urbaine." Le remède ? Faire comprendre au paysan qu'il doit rester à
la terre : "Remplir la campagne, ce serait vider l'hôpital", concluait-il (Louis Cruveilhier, Hygiène
rurale. Retour de la grande ville et tuberculose à la campagne, Paris, O. Doin,1908, 10 p.). Cette idée de l a
contagion de la campagne par les migrants revenus de la ville était encore très courante dans l'entre-deux-
guerres.
25

la famille restée en province. Pour tous, d’ailleurs lorsque la famille du malade habite la
campagne et lorsqu’elle n’est pas malheureuse, on fait luire comme un dernier espoir pour
le malade, le séjour à la compagne ; le médecin se prête volontiers et avec raison à cette
exportation.
Le chiffre de ces tuberculeux nous est absolument inconnu, mais tous les médecins
savent qu’il est très élevé.”
Le contenu ruraliste ou plutôt nataliste d’un tel argument le rend des plus suspects. A
une époque où la France accuse un fléchissement démographique jugé dramatique, n’est-il
déplorable, pensait-on communément, de voir les ruraux venir en ville attraper la mort
puis revenir chez eux contaminer les campagnes ? Pour certains, la lutte contre la
tuberculose était d’abord une affaire de gestion des populations, soit par le contrôle des
migrations, soit par une incitation au retour avant contamination. Pour Bourgeois lui-
même, il fallait tout faire pour "retenir au pays" l’enfant des campagnes ; un service
militaire écourté à deux ans, par exemple, fera qu’il oubliera "moins vite le chemin de son
village, surtout si on lui permet d’y retourner chaque année pour collaborer aux travaux de
la moisson", le transplanté sera ainsi mieux armé pour résister “aux appâts souvent
menteurs de la vie dans les villes où il tient garnison".77
Mais tous ces beaux raisonnements n’étaient étayés par aucune preuve statistique, ni
chiffres sérieux sur la mortalité rurale montrant la réalité de la contagion ni même essai
d’évaluation de l’importance des retours. Or cesdits retours nous semblent, du moins pour
cette époque, [76] relever du mythe ou bien ne porter que sur des effectifs faibles78 . Pour
d’autres médecins, ces malades qui quittaient Paris étaient "les tuberculeux de la classe riche
et de la classe aisée ou demi-aisée dont une partie vont mourir dans les sanatoriums
payants ou dans leur famille de province" 79 . Revenir mourir là où on a vu le jour, privilège
de la richesse ? En tout cas, expliquer par une émigration morbide les taux relativement
favorables de mortalité phtisique chez les migrants parisiens, est, jusqu’à plus ample
informé, une fausse piste, reposant au départ sur une conception catastrophique de
l’immigration que nous récusons.
Voudrait-on encore d’autres preuves, portant cette fois sur les malades, et non plus
sur les morts ? Les rapports publiés par le casier sanitaire des maisons de Paris, l’organisme
officiel chargé du relevé topographique des décès tuberculeux, contiennent à partir de

77 . G. Bourgeois, op. cit., p. 115. Citons aussi cette exhortation du docteur Thouart : “Pères de famille
Creusois, mariez vos filles à la campagne avec de braves cultivateurs, ne les envoyez jamais à Paris ; gardez
vos fils, faites-les travailler avec vous ! ” (La tuberculose chez les maçons de la Creuse, op. cit. , p. 39). Un
pas de plus, et on tombe dans le discours des apôtres du retour à la terre pour qui la ville concentrait toutes
les abominations, comme le docteur Louis Roudergues : "Les villes sont meurtrières par nature […] Le milieu
urbain, envahi par cette armée de ruraux, les livre au surpeuplement, à la vie anormale, à l’alcoolisme, à l a
tuberculose, à la stérilité des mamelles, aux affections génitales, et finalement à la disparition prématurée
comme individus, et à l’extinction de la race." (Une semaine d’hygiène sociale à Dunkerque chez le dr.
Lancry La multiplication des chaumière, thèse de 1913, p. 47,113).
78 . Disons par exemple à propos des Auvergnats qu’une auteure comme Françoise Raison-Jourde, pourtant si
attentive au va-et-vient entre la “colonie” installée à Paris et le pays natal, parle pour la fin du siècle de
très faibles proportions de rentrants, à peine quelques pour cent. Voir F. Raison-Jourde, La colonie
auvergnate à Paris au 19e siècle, Paris, Commission des travaux historiques, 1976, p. 331 – Dans notre étude
(J.-C. Farcy et A. Faure, La mobilité d'une génération de Français.…, op. cit. , p. 438.), il nous apparu que sur
100 provinciaux venus s'installer à Paris entre l'âge de 20 et 25 ans, 65 résidaient toujours dans la capitale à
l'âge de 45 ans ; d'autre part, parmi les 35 % d'émigrants, le retour au pays d'origine était loin d'être l a
règle.
79 . A. Armengaud, "Quelles sont les causes réelles de la décroissance progressive des décès par tuberculose
pulmonaire… ? ", in Bulletin de l’Académie de médecine, 1908, p. 33-34.
26

1906, des informations chiffrées transmises par les dispensaires de quartier qui donnaient
leurs soins aux tuberculeux, enfants et adultes, soignés à domicile80 . La récapitulation de
ces données, il est vrai parfois confuses et non uniformes81 , conduit au tableau suivant,
valables pour les adultes :

Tableau 9
Répartition des origines chez les malades
des dispensaires anti-tuberculeux
à Paris au début du 20e siècle (hommes et femmes)

Nombre
Année des Nés Nés Nés
malades à en à
Paris pro- l’étran-
vince ger
% % %
1907 857 45 47,7 7,2
1808 1 296 43,7 49,8 6,5
1909 1 416 44,1 48,8 7,1
1910 1 193 46,3 47,4 6,3
1912 2 053 41,6 53,4 4,9

Si l'on songe que les natifs et natives de Paris représentaient en 1901 et 1911
respectivement 31,2 % et 33,3 % de la population de nationalité française âgée de plus de 14
ans et recensée dans la capitale, on admettra que, dans ce tableau qui inclut les étrangers,
les natifs apparaissent bien plus atteints par la maladie qu’il ne serait normal. Bien mieux,
pour les responsables d’une œuvre installée principalement dans le 15e arrondissement et
qui connaissait bien ses malades puisque beaucoup étaient suivis à domicile, [77] la phtisie
était avant tout le fléau… des Parisiens82 : "Nos malades sont en majorité des Parisiens de
Paris, et sont tuberculeux à cause de leur conditions de vie à Paris. Ce ne sont pas des
transplantés." Dira-t-on que la fréquentation de ces structures supposait une aisance avec
l’environnement urbain que les natifs possédaient plus que les immigrés ? La présence de
nombreux étrangers, précisément, ruine l’argument. Ces chiffres vont d’ailleurs trop dans
le sens de tout ce que venons de voir pour que l’on hésite à les verser au dossier de la
mortalité différentielle.
Mais cette différence, à quoi l’attribuer ? Pierre Guillaume avait jadis démontré qu'à
Bordeaux, fin 19e siècle, les natifs succombaient plus souvent à la phtisie que les immigrés.
Il écrivait : "La ville frappe de tuberculose les Bordelais de souche dès leur enfance ou leur
adolescence, tandis qu’elle n’atteint les migrants qu’à travers les conditions de vie et de

80 . Voir la collection des Rapports à M. le Préfet de la Seine sur les recherches effectuées au Bureau du
Casier sanitaire pendant l’année… relatives à la répartition de la tuberculose dans les maisons de Paris.
81 . Ces chiffres portent à chaque fois sur une dizaine de dispensaires situés en général dans la périphérie
ouvrière de Paris. Il est probable que les originaires de banlieue aient été parfois inclus parmi les natifs de
Paris ; d’autre part, la définition des adultes, en terme d’âge, n’est pas toujours précisée : quand elle l’est, i l
s’agit des individus de plus de 15 ans.
82 . Œuvre médico-sociale anti-tuberculeuse, Le Sud-Ouest parisien. Tuberculose et tuberculisation. Compte
rendu pour l’année 1904, par E. Bourdeille. Paris, Vaillot, 1905, p. 45-46. Sur les 369 tuberculeux adultes
soignés par l’œuvre en 1904, 145 étaient nés à Paris – 39,3 % – et parmi les provinciaux de naissance, près de
la moitié – 48,7 % – étaient fixés dans la capitale depuis 10 ans et plus.
27

travail qu’elle leur impose."83 Bien sûr, ce sont les conditions de vie et de travail subies par
les natifs depuis leur berceau qui fondent la mortalité différentielle : la "sélection
migratoire" conduisait en ville des individus bien constitués et finalement plus aptes que les
natifs à affronter la dureté de ces conditions, alors que les natifs, eux, n'étaient pas
"sélectionnés". D'où, en tout cas à Paris, l’existence d'une frange de population native
misérable, d’un peuple en partie chétif et égrotant, malmené qu'il était dès l’enfance par le
travail et le mauvais logement. [78]
Ainsi il ne faut pas s'étonner de constater que les lieux les plus pauvres de Paris
étaient presque toujours des lieux remarquables par le grand nombre de natifs venus
vivre, ou plutôt échouer, là. Prenons la rue Sainte-Marguerite, une rue fort mal réputée du
faubourg Saint-Antoine, dont les nombreux garnis attiraient une foule d’ouvriers
misérables travaillant dans les entreprises du voisinage84 . L’image démographique de la
rue qui ressort de l’étude des listes électorales ne correspond pas à celle d’une masse de
provinciaux fraîchement immigrés, trouvant un abri temporaire dans ces gîtes de hasard,
mais plutôt à celle d’une population enracinée, en tout cas plus âgée et plus parisienne
d’origine qu’il ne serait normal. Sur la liste de juin 187185 , l’âge moyen des électeurs
domiciliés rue Sainte-Marguerite était de 44,3 ans, contre 42,5 ans pour l’électeur du
quartier en général, et surtout ces hommes, à 40,5 %, avaient vu le jour à Paris, alors que
dans l’ensemble du quartier les natifs ne dépassaient pas 31 % 86 . La rue la plus pauvre du
Faubourg était aussi la plus parisienne. Autre exemple : la cité Jeanne d’Arc, ce grand
ensemble dégradé du 13e arrondissement qui accueillit tant de misères au cours de son
existence87 . En 1903, les habitants de la cité présents sur la liste électorale du quartier
étaient au nombre de 155 ; l’âge moyen s’élevait cette fois à 46 ans et on retrouve bien
cette forte proportion caractéristique de natifs : 39,3 %88 . De tels exemples attestent de la
réelle détresse physique et matérielle de toute une partie du peuple de Paris, malmené par
la vie et le travail.
Mais, dira-t-on, ces fameux Parisiens, n'étaient-ils pas le plus souvent des descendants
de migrants ? Il conviendrait que cette idée, qui se présente spontanément à l'esprit, soit
vérifiée par des reconstitutions généalogiques précises, mêlant les lieux et les milieux. Si
cela était toujours exact, la portée de nos analyses en sortirait réduite puisqu'on pourrait
alors dire à bon droit que la robustesse des migrants était finalement mise à mal, non pas
dans leur propre personne, mais dans celle de leurs descendants. Certes, mais notre
propos n'était pas de révoquer en doute la notion même de surmortalité urbaine, nous
nous sommes simplement attaché à démonter qu'en général, cette surmortalité [79]
touchait en priorité ceux qu'on n'attendait pas, les natifs. Si Paris était un gouffre, c'était
d'abord pour les originaires de Paris et non pour les provinciaux venant y faire leur vie. Ce

83 . Pierre Guillaume, La population de Bordeaux au 19e siècle , Paris, A. Colin, 1972, p. 155. Il est dommage
que cet auteur dans l’ouvrage qu’il a consacré à l’histoire de la maladie (Du désespoir au salut : l e s
tuberculeux … , op. cit., p. 165) se contente de répéter l’idée reçue de l’époque (et d'aujourd'hui) en écrivant :
"La vulnérabilité des immigrants parait beaucoup plus grande que celle des autochtones." Force des idées
toutes faites ! Vous avez beau leur tordre le cou, elles renaissent et s'imposent.
84 . D'après un travail en cours sur l'histoire de cette rue du 11e arrondissement
85 Liste électorale conservées aux Archives de Paris.
86 . Le nombre des inscrits domiciliés rue Sainte-Marguerite était de 175 sur la liste du quartier – dénommé
précisément Sainte-Marguerite –, forte elle-même de 5506 noms. Nous avons procédé par sondage– au
cinquième et au vingtième – sur le reste de la liste pour établir la comparaison qu’on vient de lire.
87 . Sur la cité, voir Henri Coing, Rénovation urbaine et changement social : l'îlot n° 4, Paris 13e. Paris,
Éditions ouvrières, 1966, p. 253-268.
88 . Rue Nationale, où la cité était située, la proportion de Parisiens sur la liste électorale de 1896 était de
24,8 %.
28

qui revient à dire que le problème de la surmortalité tient peut-être tout entier dans les
conditions faites à l'enfance : mauvaise nourriture, logements contaminés, travail précoce
et trop intense, etc, sans parler bien sûr de la mortalité infantile, au poids si énorme,
quoique, passé ce terrible seuil de la première année, de bien dures années étaient à venir
pour l'enfant de Paris89 . L'adulte mourait de son enfance. Voilà peut-être le secret de la
surmortalité des villes, autrefois.

89 Voir notamment le travail de Catherine Rollet-Echalier, La politique à l'égard de la petite enfance


sous la 3e République, Paris, PUF et INED, 1990, 677 p.
29

ANNEXES STATISTIQUES

Annexe 1
Comparaison du nombre des originaires
des départements recensés à Paris en 1891 et en 1911
(Français nés en France)
Nombre total 1891 1911 Dif- %
d’originaires férence 1891-1911
Départements en baisse :
Isère 8 560 8 524 -36 -0,4
Yonne 34 161 34 085 -76 -0,2
Jura 14 056 13 974 -82 -0,6
Drôme 5 904 5 800 -104 -1,8
Oise 26 150 25 965 -185 -0,7
Basses-Alpes 1 380 1 190 -190 -13,8
Vaucluse 3 759 3 428 -331 -8,8
Haute-Savoie 13 484 13 000 -484 -3,6
Doubs 15 684 15 075 -609 -3,9
Côte d'Or 22 911 22 220 -691 -3
Ardennes 14 157 13 135 -1 022 -7,2
Aisne 29 036 27 459 -1 577 -5,4
Haute-Marne 14 211 12 623 -1 588 -11,2
Somme 25 192 23 012 -2 180 -8,7
Seine-et-Marne 40 352 37 912 -2 440 -6
Orne 21 331 18 888 -2 443 -11,5
Sarthe 23 312 20 734 -2 578 -11,1
Vosges 15 669 12 769 -2 900 -18,5
Meuse 18 414 14 751 -3 663 -19,9
Haute-Saône 23 341 18 536 -4 805 -20,6
Meurthe-et-Moselle 29 909 18 776 -11 133 -37,2
Alsace-Lorraine 91 104 39 536 -51 568 -56,6
Total 493 968 403 303 -90 665 -18,4
Départements en hausse :
Corrèze 12 748 28 097 15 349 120,4
Morbihan 10 848 21 867 11 019 101,6
Cher 17 880 28 994 11 114 62,2
Nièvre 29 700 40 206 10 506 35,4
Allier 11 746 21 155 9 409 80,1
Aveyron 22 169 31 066 8 897 40,1
Haute-Vienne 12 713 21 030 8 317 65,4
Ile-et-Vilaine 15 409 23 475 8 066 52,3
Côtes-du-Nord 18 132 25 970 7 838 43,2
Saône-et-Loire 22 641 29 913 7 272 32,1
Vienne 8 401 15 434 7 033 83,7
Dordogne 7 962 14 974 7 012 88,1
30

Finistère 10 856 17 843 6 987 64,4


Lot 7 162 13 628 6 466 90,3
Loire-Inférieure 13 497 19 936 6 439 47,7
Gironde 11 017 16 968 5 951 54
Basses-Pyrénées 7 319 12 273 4 954 67,7
Maine-et-Loire 10 976 15 784 4 808 43,8
Loir-et-Cher 15 059 19 267 4 208 27,9
Charente 7 266 11 011 3 745 51,5
Savoie 13 484 17 199 3 715 27,6
Deux-Sèvres 4 906 8 346 3 440 70,1
Vendée 4 054 7 260 3 206 79,1
Lozère 4 987 7 992 3 005 60,3
Charente-Inférieure. 7 016 10 016 3 000 42,8
Haute-Loire 5 959 8 238 2 279 38,2
Hérault 5 318 7 376 2 058 38,7
Landes 3 543 5 556 2 013 56,8
Bouches-du-Rhône 6 160 8 153 1 993 32,4
Hautes-Pyrénées 4 391 6 168 1 777 40,5
Corse 3 962 5 645 1 683 42,5
Alpes-Maritimes 1 647 3 105 1 458 88,5
Gers 3 113 4 529 1 416 45,5
Tarn 3 856 5 248 1 392 36,1
Lot-et-Garonne 3 140 4 468 1 328 42,3
Pyrénées-Orientales 1 862 3 177 1 315 70,6
Aude 2 517 3 787 1 270 50,5
Ariège 2 903 3869 966 33,3
Total 356 319 549 023 192 704 54,1
Evolution pour quelques régions :
Bretagne 55245 89155 33910 61,4
Bourgogne 109413 126424 17011 15,5
Limousin 48298 75312 27014 55,9
Auvergne 60095 61746 1651 2,7
Ile-de-France 100346 102753 2407 2,4

**
*
31

Annexe 2
Phtisie pulmonaire et autres maladies contagieuses :
évolution annuelle du nombre des décédés et de leur part dans les décès à Paris
entre 1872 et 1913
Total
des Décès par Décès par
décès
Année à Paris Fièvre Phtisie
(pop. ty- Diph- Rou- Variole Scar- Total % pulmo %
domici- phoïde térie geole latine 1 à 6
liée) 7 / 1 naire 9 /1

2 3 4 5 6 7 8 9 10
1
1872 39 650 1 007 1 135 583 102 124 2 951 7,4 7 436 18,8
1873 41 732 1 021 1 164 561 17 86 2 849 6,8 7 919 19,0
1874 40 759 823 1 008 635 46 68 2 580 6,3 7 474 18,3
1875 45 544 1 048 1 328 686 253 88 3 403 7,5 8 010 17,6
1876 48 579 2 032 1 572 878 373 133 4 988 10,3 8 532 17,6
1877 47 509 1 201 2 393 652 136 92 4 474 9,4 8 246 17,4
1878 47 851 858 1 995 697 89 60 3 699 7,7 8 479 17,7
1879 51 095 1 121 2 146 917 911 95 5 190 10,2 8 528 16,7
1880 55 706 2 003 2 048 962 2 158 345 7 516 13,5 8 639 15,5
1881 55 103 1 955 2 211 897 987 440 6 490 11,8 9 210 16,7
1882 56 854 3 214 2 244 1005 626 156 7 245 12,7 9 958 17,5
1883 54 763 1 880 1 781 1043 436 88 5 228 9,5 10 307 18,8
1884 55 059 1 503 1 928 1501 74 155 5 161 9,4 10 370 18,8
1885 52 726 1 320 1 655 1524 176 191 4 866 9,2 9 751 18,5
1886 55 110 954 1 512 1210 203 403 4 282 7,8 10 222 18,5
1887 52 836 1 385 1 585 1628 394 224 5 216 9,9 10 079 19,1
1888 52 130 756 1 729 915 258 193 3 851 7,4 9743 18,7
1889 54 083 1 008 1 706 1190 130 170 4 204 7,8 10 380 19,2
1890 54 566 656 1 668 1495 76 223 4 118 7,5 10 714 19,6
1891 52 262 476 1 361 983 39 202 3 061 5,9 10 287 19,7
1892 54 536 691 1 403 909 42 158 3 203 5,9 9 975 18,3
1893 52 955 570 1 266 677 260 177 2 950 5,6 10 190 19,2
1894 49 205 697 1 009 993 166 151 3 016 6,1 9605 19,5
1895 51 693 271 435 679 17 178 1 580 3,1 10 245 19,8
1896 47 929 262 444 658 22 170 1 556 3,2 9 765 20,4
1897 46 988 249 298 821 12 65 1 445 3,1 9 298 19,8
1898 49 574 256 259 876 5 138 1 534 3,1 9 653 19,5
1899 50 549 803 339 909 4 208 2 263 4,5 9 887 19,6
1900 51 725 912 294 854 215 172 2 447 4,7 10072 19,5
1901 49 770 363 736 545 418 115 2 177 4,4 9 874 21,5
1902 49 070 359 709 675 88 132 1 963 4,0 9 652 21,5
1903 46 790 298 399 446 21 137 1 301 2,8 9 419 22,2
1904 47 954 353 260 586 65 76 1 340 2,8 9 595 21,7
1905 47 843 240 204 424 117 43 1 028 2,1 9 689 21,6
1906 47 969 309 174 572 9 81 1 145 2,4 9 470 21,5
32

1907 50 540 267 219 433 45 347 1 311 2,6 9 962 21,4
1908 48 168 227 197 507 5 226 1 162 2,4 9 605 21,8
1909 48 104 260 258 498 4 157 1 177 2,4 9 126 20,5
1910 45 814 188 288 737 18 75 1 306 2,9 9 126 21,8
1911 48 942 371 275 808 5 111 1 570 3,2 8 907 20,0
1912 47 059 259 276 923 7 205 1 670 3,5 8 816 20,2
1913 44 024 281 186 776 1 107 1 351 3,1 8 572 20,9

**
*
Annexe 3
Mortalité phtisique à Paris
selon la classe d’âge et l'origine en 1901 et en 1902
Décès par tuberculose Décès par tuberculose Répartition
pulmonaire pulmonaire de la population totale
en 1901 chez les en 1902 chez les en 1901
Parisiens non Parisiens Parisiens non Parisiens Parisiens non Parisiens
de naissance de naissance de naissance de naissance de naissance de naissance
Ages % % % % % %
0-4 ans 85,6 14,4 90,6 9,4 90,1 9,9
5-9 ans 94,5 5,5 67,6 32,4 82,7 17,3
10-14 ans 69,9 30,1 70,5 29,5 75,3 24,7
15-19 ans 63,0 37,0 60,9 39,1 57,9 42,1
20-24 ans 50,1 49,9 47,6 52,4 37,6 62,4
25-29 ans 39,7 60,3 39,8 60,2 33,1 66,9
30-34 ans 35,2 64,8 35,5 64,5 30,7 69,3
35-39 ans 33,4 66,6 33,2 66,8 28,4 71,6
40-44 ans 27,1 72,9 27,6 72,4 27,0 73,0
45-49 ans 21,5 78,5 23,6 76,4 23,7 76,3
50-54 ans 21,2 78,8 20,2 79,8 22,4 77,6
55-59 ans 17,3 82,7 23,2 76,8 21,4 78,6
60-64 ans 18,1 81,9 16,5 83,5 21,2 78,8
65-69 ans 15,2 84,8 16,6 83,4 20,0 80,0
70-74 ans 7,9 92,1 18,3 81,7 20,7 79,3
75-79 ans 15,2 84,8 20,5 79,5 21,3 78,7
80 et + 16,7 83,3 16,7 83,3 20,2 79,8

Total 34,9 65,1 35,1 64,9 41,4 58,6

N. B. : Les cellules ombrées signalent les âges où soit les Parisiens soit les non Parisiens étaient sur-
représentés dans la répartition des décès phtisiques par rapport à leur poids respectif dans la population.

**
*
33

Annexe 4
Proportion des décès phtisiques de 1901-1902
dans chaque contingent départemental
par rapport aux originaires du département recensés à Paris en 1901
(Classement par ordre décroissant)
Population Population
totale professionnelle
‰ ‰
Meurthe-et-Moselle 8,873 Meurthe-et-Moselle 12,715
Côtes-du-Nord 7,419 Finistère 9,96
Finistère 7,233 Côtes-du-Nord 9,538
Morbihan 6,164 Meuse 8,29
Meuse 5,824 Vosges 7,997
Vosges 5,792 Basses-Alpes 7,874
Ile-et-Vilaine 5,741 Morbihan 7,86
Mayenne 5,615 Somme 7,627
Basses-Alpes 5,581 Seine-Inférieure. 7,542
Orne 5,396 Ile-et-Vilaine 7,397
Seine-Inférieure 5,329 Orne 7,128
Somme 5,319 Mayenne 7,097
Hautes-Alpes 5,236 Hautes-Alpes 7,092
Cher 5,16 Banlieue 7,054
Haute-Savoie 5,151 Cher 6,96
Haute--Vienne 4,846 Marne 6,94
Calvados 4,838 Aisne 6,862
Creuse 4,802 Oise 6,828
Aisne 4,792 Seine-et-Oise 6,822
Savoie 4,791 Calvados 6,657
Puy-de-Dôme 4,695 Pas-de-Calais 6,515
Sarthe 4,691 Puy-de-Dôme 6,481
Marne 4,622 Haute-Vienne 6,434
Oise 4,616 Haute-Savoie 6,374
Allier 4,615 Creuse 6,354
Loire 4,61 Loire 6,278
Pas-de-Calais 4,599 Maine-et-Loire 6,272
Loire-Inférieure 4,484 Allier 6,239
Ain 4,440 Sarthe 6,199
Maine-et-Loire 4,407 Rhône 6,078
Rhône 4,346 Loire-Inférieure 6,064
Vienne 4,257 Savoie 5,931
Doubs 4,252 Ain 5,831
Cantal 4,247 Eure 5,823
Seine-et-Oise 4,228 Seine-et-Marne 5,815
Nièvre 4,181 Haute-Marne 5,795
Eure 4,175 Doubs 5,762
Eure-et-loir 4,119 Nord 5,754
Haute-Loire 4,062 Ardennes 5,726
Manche 4,035 Manche 5,707
Haute-Marne 3,989 Vienne 5,692
34

Ardèche 3,982 Bouches-du-Rhône 5,682


Seine-et-Marne 3,968 Eure-et-Loir 5,679
Ardennes 3,957 Cantal 5,638
Haute-Saône 3,946 Nièvre 5,637
Nord 3,922 Gironde 5,495
Jura 3,894 Haute-Loire 5,460
Lozère 3,856 Haut-Saône 5,429
Vendée 3,794 Yonne 5,396
Loiret 3,710 Ardèche 5,285
Yonne 3,661 Alpes-Maritimes 5,279
Hautes-Pyrénées 3,628 Jura 5,198
Corrèze 3,576 Lozère 5,188
Htaute-Garonne 3,564 Aube 5,148
Bouches du Rhône 3,562 Loiret 5,099
Saône-et-Loire 3,542 Vendée 4,950
Dordogne 3,534 Haute-Garonne 4,931
Gironde 3,525 Saône-et-Loire 4,798
Aube 3,514 Hautes-Pyrénées 4,791
Deux-Sèvres 3,486 Dordogne 4,789
Landes 3,482 Corrèze 4,779
Banlieue 3,442 Indre-et-Loire 4,696
Indre-et-Loire 3,426 Deux-Sèvres 4,576
Aveyron 3,392 Côte-d'Or 4,559
Alpes-Maritimes 3,297 Landes 4,532
Indre 3,293 Pyrénées-Orientales 4,431
Côte-d'Or 3,228 Aveyron 4,366
Drôme 3,197 Drôme 4,351
Isère 3,145 Indre 4,349
Pyrenées-Orientales 3,098 Var 4,257
Loir et Cher 3,046 Isère 4,25
Tarn 3 Charente 4,111
Charente 2,99 Loir-et-Cher 4,099
Gers 2,967 Charente-Inférieure 4,066
Charente-Inférieure 2,876 Tarn 4,061
Var 2,609 Gers 3,866
Lot 2,592 Hérault 3,832
Gard 2,546 Gard 3,694
Hérault 2,519 Lot 3,579
Aude 2,447 Aude 3,566
Vaucluse 2,323 Vaucluse 3,324
Lot-et-Garonne 2,206 Lot-et-Garonne 3,235
Basses-Pyrénées 2,201 Tarn et Garonne 3
Tarn et Garonne 2,191 Basses-Pyrénées 2,958
Ariège 1,954 Ariège 2,508
Corse 1,434 Corse 1,956
Moyenne 4,303 Moyenne 6,078