Vous êtes sur la page 1sur 12

N° 303

Avril Mai Juin 2010 - 59, rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris
Tél. : 01 48 06 70 31 - Fax: 01 43 38 53 66 - e-mail : contact@picoulet.org - internet : www.picoulet.org

cadeau de Plantu pour les 70 ans du Picoulet

Caricatures au Picoulet
AGENDA
Le Picoulet : Fraternité de la Mission Populaire et membre de la Fédérations des Centres Sociaux

Au Picoulet et alentour Accueil convivial-café


Le Café est ouvert du lundi au vendredi de 13h30 à 19h avec :
Fête de quartier :Samedi 12 juin 2010, 14h-minuit,
Rencontres franco-espagnoles : lundi 16h-18h
Place Jean-Pierre Timbaud. Réservez votre samedi,
et si le coeur vous en dit venez aussi donner un Contes et cultures : mardi 14h-16h
coup de main! Contact : Diane
Grain de sel : jeudi 14h-16h
Colloque de la Mission populaire évangélique Café du Monde : vendredi 14h-18h
de France : vivre et manifester l'Evangile en milieu Sorties culturelles : nous consulter
populaire... pourquoi? Comment? Du 6 au 9 mai à Chorale : mardi 19h30 - 21h
Dourdan; rens : Diane
N’oubliez pas le site et le blog du Picoulet :
www.picoulet.org Activités adultes
Ateliers de français tout public : lundi et mercredi 19h-21h
Ateliers de français tout public : lundi, mardi, jeudi, 14h-16h
Permanences Ateliers cuisine : jeudi 9h30-11h30
sociales Informatique : Cours d’initiation, Pratique libre en journée ou en soi-
rée. Nous consulter.
Information/orientation et Ecrivain Public : Inscriptions aux cours jeudi 6 et vendredi 7 mai, 10h-12h et 14h-18h
du lundi au vendredi : 9h-11h30 et 14h-17h30
sauf mardi matin et jeudi après-midi
Activités Cultures et Religions
Centre d'Action Sociale 11e : lundi : 9h-12h
(sur rendez-vous) Etude de textes de la Bible : 2ème jeudi du mois, 14h -16h .
La Fontaine aux Religions : rencontre dimanche 6 juin, Carrefour de
Permanence juridique Ligue des droits Ménilmontant, 14h-17h30. " village des religions " sur le thème du dia-
de l'homme : un mardi sur deux : 18h30-20h logue interreligieux, puis Marche des religions pour la Paix à 17h30
(sur rendez-vous)
Rencontre avec la pasteure : contacter Diane
Orientation vers l’emploi : mercredi toute la Permanence au Café le mercredi 17h-19h
journée

Activités Cultuelles
Activités enfants Culte le 1er dimanche du mois, 10h30 :2 mai 6 juin
Culte le jeudi à 19h15
et jeunes 1er jeudi du mois à La Rencontre (10 rue des Petits Hôtels Paris 10e)
2e jeudi du mois à La Maison Verte (127 rue Mercadet Paris 18e)
3e jeudi du mois au Picoulet (59 rue de la Fontaine au Roi Paris 11e)
Accompagnement à la scolarité :
primaire : mardi jeudi 17h-18h30 4e jeudi du mois Béthanie ( 185 rue des Pyrénées Paris 20e)
collège : se renseigner
Rencontre biblique oecuménique : Jeudi 20 mai, étude biblique 15h-
Centre de Loisirs le mercredi : 3-6ans : 15h-18h 17h; Veillée 20h-21h
6-14 ans : 10h-12h et 13h45-18h

L'ECHO DU PICOULET Journal de quartier - - n°303


Accueil ados : mardi (danse) et vendredi 18h-20h
59, rue de la Fontaine-au-Roi 75011 PARIS. Tél : 01 48 06 70 31 - Fax : 01 43 38 53 66
Courriel : contact@picoulet.org -Site Internet : www.picoulet.org

Abonnement : ordinaire : 8 € - de soutien : 16 €. Chèque à établir à l’ordre de Foyer Picoulet.


Directeur de publication : Claude Guerrier.
Comité de rédaction : Mireille Meisser, Diane Barraud, Odette Lefebvre, Michele Moro.

2 L’Echo du Picoulet - N° 303


SOMMAIRE
Agenda 2 EDITO
La caricature
Edito 3 Pour les 70 ans du Picoulet,
Plantu nous avait dessiné un
tocensure, de la « bien - pen-
sance », du politiquement
joli gâteau d’anniversaire, correct … (voir l’article sur
autour duquel ses petites Plantu).
souris dansaient.
Vie au Picoulet C’est pourquoi, l’équipe de
On dit souvent qu’un petit rédaction, le nez dans les

45 dessin vaut mieux qu’un long


discours... Les dessinateurs
de presse ont l’art de voir et
archives, a souhaité ressortir
des cartons des vieux dessins
parus dans l’Écho, dessins
d’exprimer par image la sub- parfois toujours d’actualité,
stantifique moelle de l’actua- illustration- résumé, concen-
lité, l’art de souligner le non tré d’une lutte, d’une action,
Caricature dit, de mettre le doigt là où
ça fait mal… et ça fait grin-
d’une expression… Nous
avons exhumé ces petits des-

69 cer des dents.

La caricature est la preuve


sins pour mettre à l’honneur
ces dessinateurs, connus,
inconnus, dessinateurs du
par le dessin qu’une presse et dimanche ou professionnels,
une société sont libres. pour nous faire sourire et
Théo de poche Partout où la censure écrase
avec ses grosses bottes clou-
réfléchir.

10 11 tées l’expression du caricatu-


riste, il y a dictature.
Eliane Stricker

Il fut un temps où certains


journaux se permettaient à la
une, des jeux de mots laids,
Grain de sel des provocations, à l’encontre
des gouvernants mais aussi

12 des églises et de ses représen-


tants.
La question qu’il faut se
poser à l’heure actuelle est
celle-ci : ces mêmes journaux
pourraient-ils encore se le
permettre ? La réponse est
non.

Même au pays de la liberté


de la presse, nous sommes
dans un système pervers,
celui de l’entre deux, de l’au-

L’Echo du Picoulet - N° 303 3


Echos de L’Assemblée Générale
Une AG très animée ne, Contes et Cultures, Grain de sel, les sor-
Vie au Picoulet

ties culturelles, la Chorale...


Samedi 20 mars après-midi, la grande Enfin l’accueil social, Béatrice précise : près
salle du Picoulet, décorée de rubans de 1 000 personnes ont recours aux tra-
rouges, est installée : rangs de chaises, vailleurs sociaux et écrivains publics, une
un ordinateur sur une table, face à un seule fois ou plus souvent, plus de quatre
grand écran. mille visites dans l’année, résultat de la com-
La salle se remplit : salariés, adhé- plexité croissante des circuits administratifs
rents, bénévoles et quelques petits et surtout de leur déshumanisation.
enfants prêts à prendre le large. On se On conclut avec la Communauté protestante
salue, on s’embrasse, on échange des et les liens avec les organisations amies.
nouvelles, on prend place, c’est l’assem-
blée générale, moment majeur de la vie Toute la richesse du Picoulet est partagée par
associative. Nous sommes une cinquan- cette assemblée si passionnée qu’on ne voit
taine, il est trois heures et demie, la pas le temps passer; il ne nous reste qu’une
séance est ouverte. demi-heure pour le travail par groupes autour
de la notion de bénévolat : bénévoles et sala-
Jacqueline ouvre les feux avec le Rapport riés; bénévoles, militants? charte du bénévo-
moral (à relire dans le Rapport d’activités lat. Discussions animées, brefs comptes-ren-
2010, NDLR). Puis Diane présente le rapport dus, avant de passer au Rapport financier
d’activités, commentant les diapos projetées (adopté) et à l’élection du Conseil d’adminis-
par Eliane à l’écran. tration :.Jérome Lecontellec est accueilli;
On commence par la Halte-Garderie, avec 10 Sandrine Blaizot-Riaboff le quitte pour des
petits par jour, ce qui permet à leur mère de raisons professionelles; le reste de l’équipe
suivre les ateliers linguistiques. Fabienne poursuit le travail : tous sont chaleureuse-
répond aux questions de la salle : il ne s’agit ment applaudis et remerciés.
pas d’une simple garderie mais aussi d’une Voilà, l’AG est close. Tous à l’apéritif!
aide à la parentalité, afin de favoriser une
meilleure adaptation à l’école maternelle et à Annette Guérin
la société française. Vient ensuite l’accompa-
gnement scolaire : aide aux devoirs certes,
mais surtout une véritable ouverture culturel-
le pour les enfants (livres, jeux, informatique, ...et une Table ouverte enchantée!
découvertes théâtrales, etc.).
Comme de tradition, la journée se poursuit
Côté jeunesse, les adolescents se retrouvent par une Table Ouverte : ce sont des stagiaires
au Picoulet pour des activités spécifiques. ASL d’origine asiatique qui nous régalent,
Enfin est relevé l’intérêt de l’informatique sous la houlette d’Edouard : un grand merci à
pour passer de la consommation de jeux à Rongheng, Losang, Ngawang et Li-Ping pour
l’élaboration de projets collectifs. les délices qu’ils nous ont préparés, avec une
On nous parle du Séjour de vacances pour les dextérité devant laquelle nous sommes restés
familles et enfants, où tout le monde participe baba! En fin de repas, nous avons découvert
aux loisirs comme aux tâches quotidiennes. des aspects modernes et traditionnels de la
Quand on aborde les ateliers socio-linguis- culture chinoise, avec l’association des jeunes
tiques et l’espace public numérique, la salle chinois d’Europe qui nous a proposé un
pose des questions sur les objectifs, l’accueil magnifique spectacle.
permanent, l’adéquation aux besoins du quar-
tier, les publics impliqués. Diane Barraud
On parle ensuite du Café, avec l’atelier cuisi-

4 L’Echo du Picoulet - N° 303


Rencontre-débat : Démocratie participative et action
citoyenne, ici et ailleurs
Vie au Picoulet

C'est une première : le CCFD (Comité sources naturelles " couverts " par la confu-
catholique contre la faim et pour le sion ambiante... Et le Père Emmanuel de
Développement) a approché le Picoulet demander le droit de regard des pays du Sud
pour organiser une rencontre dans le sur le mode d'intervention des ONG, et
cadre de leur campagne annuelle. autres instances internationales, qui ont
Thème : la démocratie participative. échoué jusqu'à lors à mettre fin à la logique
Nous avons ainsi rassemblé, le 16 mars, de guerre dans cette région.
un " témoin " de République Les problématiques de nos quartiers pari-
Démocratique du Congo, le Père siens sont évidemment d'une autre nature,
Emmanuel, une membre du Conseil de nous n'avons pas le besoin de pallier à un
Quartier Belleville Saint-Maur, Josiane Etat faible. La participation néanmoins per-
Pigny, et notre collègue de l'association met aux gens de rester ou devenir acteurs de
Maison pour un Développement solidai- leur existence et de notre vivre-ensemble.
re, Omer Mas Capitolin. Ainsi, les actions et animations du Conseil de
Le Père Emmanuel nous a exposé la situa- Quartier, dont Josiane témoigne, sont un lieu
tion, bouleversante, dans la Région des d'échange important, on y entend beaucoup
Grands Lacs en République Démocratique du de souffrances d'habitants qui ont besoin de
Congo : l'accueil des réfugiés du génocide s'exprimer et de chercher des résolutions. La
rwandais, les tensions, les alliances entre MDS quant a elle est fondée sur une
rebelles et puissance économiques occiden- démarche participative du type " Atelier de
tales, le renversement du régime Mobutu l'avenir ", dans la perspective d'un besoin
suivi d'une interminable instabilité poli- constant de transformation sociale. Elle peut
tique... dans cette situation très compliquée prendre corps quand des citoyens se mettent
et critique, sont apparus à l'initiative des ensemble et avancent sur le mode " diagnos-
Eglises notamment des Comités locaux de tic, utopie, réconciliation "... ou " voir - juger -
Gestion participative, visant d'une part à agir ", comme on dit dans les Comités locaux
prendre en main Justice et Paix au Congo!
la vie quotidienne Beaucoup de choses importantes et stimu-
des quartiers et lantes à entendre dans cette rencontre, pour
des villages, mieux comprendre ce qui se passe là-bas,
d'autre part à mais aussi dans notre quartier - ce n'est pas
informer, via le si souvent que nous prenons le temps
réseau des d'échanger sur le fond de nos actions. La soi-
Eglises, de pro- rée a convaincu les personnes présentes, ce
blèmes et de type de collaboration devrait se poursuivre.
pillages de res- Diane Barraud

Musique baroque au Picoulet


Babeth Ehrmann (maman de Lorène, qui un clavecin, nous ont enchanté par cette
dirige notre chorale!) chante magnifiquement œuvre magnifique. C'était une première, si
en soprano! Elle a déjà donné des concerts de elles reviennent, surtout ne les manquez pas!
musique baroque à la Maison Verte, et s'est C'est aussi une manière originale de nous
proposée de venir avec ses complices, soutenir, puisque le fruit du " chapeau ",
Monique (chant) et Anne-Lise (clavecin) inter- déduction faite de leurs frais, a été offert au
préter le Stabat Mater de Pergolese, ce Picoulet. Un grand merci pour tant de
dimanche après-midi 11 avril. Deux voix dans cadeaux!
une belle harmonie ou des solos émouvants, Diane Barraud

L’Echo du Picoulet - N° 303 5


Poulbot Plantu et autres amis du Picoulet
Francisque Poulbot
Un poulbot est un des ces gamins des
rues du Montmartre des années 1920
dont le nom vient de ce dessinateur Toto et Zinette
héros de Poulbot
Francisque Poulbot (1879 1946) qui fit
une série de cartes postales pour la
Mission Populaire.

“Fier d’avoir reçu une brosse à dent Toto donne des


cours sur la façon de s’en servir.”
On a une idée de l’hygiène de l’époque! Ndlr
“Les jeux, après le soutien scolaire, le remplissent

Lelièvre de joie”
Déjà les mêmes besoins! Ndlr

Robin

La fleur du Picoulet
6 L’Echo du Picoulet - N° 303
Paulette Mézières

Dessin paru dans l’Echo n°163 en 1977

Robin

Dilem! je l’adore, même s’il n’a pas encore dessiné pour


le Picoulet. Il a bien des difficultés avec le pouvoir algé-
rien et a récemment été condamné pour ses caricatures.
(C. Guerrier)

L’Echo du Picoulet - N° 303 7


Rencontre avec Plantu,
Les lecteurs de L’Echo du Picoulet
ont, de temps en temps, la surprise
Caricatures

de découvrir dans notre journal, un


dessin de PLANTU, journaliste au
Monde. Car PLANTU est un ami du
Picoulet! Dans un ancien numéro de
L’Echo, retrouvé dans les archives,
une caricature dessinée par lui
dénonce le racisme et la xénophobie:
nous sommes en 1983! Le thème du
dessin n’a pas vieilli!

Une rencontre autour des enfants Dessin de Plantu paru dans l’Echo n°214 en 1983
PLANTU connaît le Picoulet depuis
longtemps. “J’habite le quartier, vers le Pourquoi habiter Belleville?
Faubourg du Temple, depuis long- “J’aime ce quartier, et les loyers n’étaient pas
temps. Quand j’ai eu des enfants, ils ont fré- chers en 1967. C’était un quartier pauvre,
quenté certaines activités organisées pour les mais j’ai l’impression qu’il a changé avec d’un
jeunes par le Picoulet. Ensuite, j’ai moi-même côté les “bobos” et de l’autre les très pauvres.
participé à des rencontres avec des enfants Les vieux, de milieu populaire, ont presque
du quartier. A la demande du pasteur de tous disparu. Il y a une sorte de ghettoïsa-
l’époque, je suis venu leur expliquer mon tra- tion.”
vail de dessinateur.” Quand le Picoulet a fêté Les scènes de rue, l’animation du quartier,
ses 70 ans d’implantation dans le quartier, son côté très international, inspirent-ils le
PLANTU nous a offert un dessin-gâteau d’an- dessinateur? “Bien sûr! Quand je passe rue
niversaire! (cf couverture) du Faubourg du Temple ou rue Saint Maur,
j’aime regarder tous ces commerces étrangers,
tous ces produits, ces cou-
leurs…J’achète des
patates douces, je vais
manger chinois à New
Nioullaville ou un “don-
ner” chez les Kurdes.
J’achète des fèves pour
faire du foul égyptien. Et
je prépare ce plat moi-
même! Si j’avais le temps,
j’aimerais raconter tous
ces commerces…j’en
rêve…”

Etablir des passerelles


entre les gens
Le dessin de presse doit
accompagner l’information
donnée dans l’article et

8 L’Echo du Picoulet - N° 303


non la remplacer.”Il faut que mon dessin Dessin tiré de “Bas les masques!” Le Seuil, 2009.
donne du grain à moudre au lecteur. Je suis
un passeur. Le lecteur sera ou non d’accord
avec mon dessin et conclura son propre
débat intérieur avec l’article” explique
PLANTU dans l’exposition Permis de cro-
quer, un tour du monde du dessin de presse
qu’il a présentée en 2008 à Paris (cf edito).
La liberté de caricaturer, d’exprimer une
opinion qui peut déranger, comporte égale-
ment une responsabilité vis-à-vis du lecteur.
“Je voudrais établir des passerelles entre les
gens. En essayant, par exemple, de faire
baisser les réactions antisémites ou anti-
islamistes qui s’installent de plus en plus en
France. Il y a un repli de plus en plus grand
sur sa propre culture, sa propre vision des
choses, sa religion. “ L’exercice de cette
liberté n’est pas toujours bien perçu, comme
en témoignent les réactions de lecteurs, de d’expression en images, et cette liberté d’ex-
personnalités politiques ou religieuses qui pression concerne les journalistes du monde
n’hésitent pas à porter plainte ou à menacer. entier”. La répression peut être terrible : un
“Aujourd’hui,cela devient dur de raconter, en dessinateur iranien a été condamné à deux
dessins, des faits de société car toute phrase ans de prison pour avoir représenté l’ayatollah
peut être interprêtée comme raciste, antifémi- Khomeiny en footballeur! Quand ils sont pour-
niste ou contre les religions. Pourtant, je ne suivis, censurés, intimidés, les caricaturistes
cherche pas à blesser les religions, les doivent être protégés et aidés : c’est le but de
croyances, mais je suis contre toutes les Cartooning for Peace. “Le dessinateur doit
formes d’intolérance et d’intégrisme”. être capable d’exprimer ce qu’il a dans le
ventre, ce qui ne plaît pas, ce qui dérange les
hommes politiques, les ayatollahs de la presse
Défendre la liberté d’expression et des medias.” En Europe même, si le débat
La fondation Cartooning for Peace/Dessins d’opinion existe et que la liberté de la presse
pour la Paix, créée par PLANTU avec l’appui est reconnue, il peut y avoir une “auto-censu-
de Kofi Annan prix Nobel de la paix, ras- re” exercée par les directeurs de publication
semble les dessinateurs de nombreux pays. “Il qui refusent un dessin par peur des réactions
nous faut des outils pour défendre la liberté qu’il va provoquer. Si le dessinateur de presse
doit être conscient de ses responsabilités, il se
trouve aussi “en première ligne” . Cela deman-
de du courage car “il doit dire ce qu’il pense.
Cela s’appelle se mouiller”.

Claudine DANNEQUIN

Pour poursuivre la réflexion :


· cartooningforpeace.org
· plantu.net
· Permis de croquer, un tour du monde du
dessin de presse, Le Seuil, 2008

L’Echo du Picoulet - N° 303 9


L’insulte et la caricature
Il ne faut pas confondre insulte Si la terre devait s’arrêter de tourner
et caricature. Certes le principe est chaque fois qu’une caricature confine au blas-
simple mais son application l’est phème, elle serait en panne depuis drôlement
moins : selon que vous serez l’auteur longtemps car la caricature est dans les Écri-
ou la cible, vous préfèrerez vous dire tures bien avant de paraître dans les jour-
Théo de poche

caricaturiste ou souffrirez de vous naux. Caricatural est, au livre de la Genèse,


sentir insulté. Et seule une grande le personnage de Dieu qui commence par com-
force d’âme - ou un sentiment de battre la violence des hommes en les noyant
grande impuissance - permet d’endu- sous le déluge et réfrène ensuite sa propre
rer l’insulte sans réclamer réparation. violence en s’offrant un pense-bête cosmique,
l’arc en ciel, dont l’apparition par temps d’ora-
ge doit lui rappeler qu’il s’est promis de ne
Ainsi, lorsque Desproges déclarait plus casser la baraque. Le prophète Esaïe cri-
devant des centaines de milliers de tique les cultes païens en les caricaturant ;
téléspectateurs : Dieu n’a ni bouche Jonas est une caricature (géniale) de Jérémie
ni anus parce qu’il est écrit les voies et de tous les plus tragiques annonciateurs de
de Dieu sont impénétrables … tous malheur… Et Jésus de Nazareth, que fait-il
les arbitres de l’élégance médiatique donc quand, s’adressant à la censure, il lance
riaient à la délicatesse du propos et si ces mots : « Hypocrites, vous filtrez le mou-
quelqu’un s’était permis de protester, cheron et vous avalez le chameau ! »? Ici et
les défenseurs de la liberté artistique l’au- en tant d’autres occasions, il fait de la carica-
raient conspué sans faiblir : il ne faut pas ture.
confondre l’insulte et la caricature.
Pourquoi ? Pourquoi la Bible, parole de
Dieu pour les Juifs et les Chrétiens, est-elle si
Cette année, à l’occasion de graves affaires souvent caricaturale ? Parce que le Livre ne
de pédophilie longtemps ignorées ou tenues
secrètes, c’est tout le clergé catholique qui
sert de punching-ball aux humoristes en
quête de bouc émissaire. Assurément la loi du
silence qui semble avoir prévalu dans l’insti-
tution romaine à l’encontre des petites vic-
times est répugnante. Mais a-t-on le droit d’en
profiter pour déballer tout un anticatholicis-
me sans nuances et sans risque? On aimerait
que la caricature la plus âpre soit maniée
sans malveillance. Mais comment faire?
Or, en 2006, un Danois dessine le prophète
de l’Islam avec irrévérence et c’est « l’affaire
des caricatures de Mahomet ». Les malédic-
tions pleuvent d’orient où les foules manifes-
tent, la presse s’émeut de toute part, les
ambassadeurs tremblent et les chefs de gou-
vernements se livrent à des admonestations
solennelles. La caricature est traitée comme
Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites qui filtrez le
une insulte. moucheron et qui avalez le chameau (Mathieu ch,23, vers,24)

10 L’Echo du Picoulet - N° 303


saurait se donner comme idole, représenta-
tion divine offerte à l’adoration. Parce que la
caricature est le contraire de l’idole.
Exagération ressemblante, elle ne prétend
surtout pas au statut de copie conforme et ne
réclame donc pour elle-même aucune vénéra-
tion. Tu ne te feras pas d’idoles – tu ne te
prosterneras pas devant elles. Ce n’est pas
l’image qui est interdite mais la sujétion. Et
personne ne songe à se prosterner devant une
caricature, si bien qu’en théologie, la dérision
peut être une forme du respect.

De même en société, le droit à la cari-


cature, morale, politique ou religieuse, reste
essentiel à notre art de vivre. J’ai bien
conscience de m’exprimer en Protestant,
tenant d’une confession qui milite de longue
date pour la laïcité et la démocratie. Mais cet
engagement a coûté du temps, du sang et des
larmes pour devenir cause commune dans
notre pays. Parce qu’il peut aujourd’hui coû-
ter des euros, des procès, des attentats... fau-
drait-il s’excuser de l’avoir mené et craindre
de le continuer ?

Texte et dessins Jean-Pierre Molina

L’Echo du Picoulet - N° 303 11


Grain de sel Ce jour-là à Grain de Sel : Religions et caricatures.
Il ne faut pas long- sur les caricatures de
temps pour que le Mahomet n’a-t-il pas
débat soit vif! Peut- été aussi marqué par
être parce que nous « l’extériorité » d’où
travaillons, excep- venaient les dessins,
tionnellement, sur dans un contexte inter-
des dessins plutôt national déjà suffisam-
que sur des textes? ment porté à une cer-
Un langage percu- taine islamo phobie?
tant qui veut faire N’empêche, il y a
réagir, et réfléchir : davantage à s’inquié-
c’est gagné! Petite ter, en régime de cen-
synthèse d’une riche discus- sure de la plume, que
sion. devant des caricatures
jugées « limite » par
On commence par définir : certains (...et les
du point de vue du droit, la limites ne sont pas les
caricature fait partie du mêmes pour tout le
droit à la libre expression. monde. Que pensez-
Elle consiste à forcer un vous des cornes dont
dessin de Ali Dilem membre de
trait pour souligner un problème, un défaut, Cartooning for Peace créé par est affublé « notre pré-
un danger ou une drôlerie. Elle nécessite une Plantu sident » dans un cer-
lecture au second degré, qui sache ne pas tain Canard? Elles en dérangent certains). La
réduire la personne représentée au trait sou- caricature libre, y compris dans des contextes
ligné : normalement, la caricature ne se veut tendus, est plutôt un signe rassurant (mais
pas insultante mais révélatrice, même si cer- guère plus qu’un signe) pour la démocratie.
taines vérités ne sont pas agréables à La grande vertu de la caricature, religieuse
entendre! ou pas, reste de nous ouvrir les yeux sur des
Pourquoi donc les caricatures religieuses font- réalités problématiques, quand on aurait ten-
elles réagir plus que d’autres? Certains pen- dance à faire semblant de ne pas voir. La
sent que la frontière du blasphème est vite caricature nous pousse à un autre regard,
franchie. Mais qu’est-ce qu’un blasphème ? qu’on acceptera ou non, mais, au moins, le
Qui le définit? Peut-être ces autorités reli- débat peut avoir lieu.
gieuses dont la caricature, justement, sou- Pourtant la caricature reste simplement un
ligne un travers. Pour d’autres, « je peux voir langage, qui peut fourcher et être utilisé à
une caricature de ma religion sans être toutes sortes de fins plus ou moins dignes et
atteinte dans ma foi » : la caricature est com- acceptables (la propagande d’État l’a large-
prise et lue au bon niveau. ment utilisée en de sombres années). Ce ne
Cela dit, il existe aussi de mauvaises carica- sont que notre regard lucide et nos débats,
tures, et le malaise peut venir, par exemple, qui discernent entre les dessins et qui conser-
de l’impression que le dessinateur ne connaît vent à la caricature son rôle d’interpellateur
pas grand chose au sujet dessiné. Comme la incisif, fort utile à la vie en démocratie.
critique, la caricature n’est-elle pas plus légi-
time et efficace en interne (d’une religion, Synthèse réalisée par Diane Barraud
mais aussi d’une culture, d’un pays), produite
par quelqu’un qui, d’une certaine manière,
est rattaché à ce qu’il représente? Et le débat

L’Echo du Picoulet - N° 303