Vous êtes sur la page 1sur 24

DK NEWS

DK NEWS

22°

: ALGER

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

33° : TAMANRASSET

 

p. 2

Jeudi 14 avril 2016 - 6 Radjeb 1437 - N° 1277 - 3 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

 

RÉVISION DE L'ACCORD D'ASSOCIATION AVEC L’UE :

L'Algérie vise

l'augmentation des IDE et de ses exportations

P. 5

PAIX

ET RÉCONCILIATION AU MALI :

Le rôle de l'Algérie salué par l'OCI

P. 24

L'Algérie attachée au développement d'un dialogue responsable et fructueux avec l'OTAN (MAE)

P. 24

INCLUSION SOCIALE :

Un plan d’actions

CNES-Unicef

pour 2016-2017

P. 5

ENSEIGNANTS CONTRACTUELS CONTESTATAIRES

Benghabrit réitère son appel

à la

"sagesse"

La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, a réitéré hier à Alger, son appel à la "sagesse" en direction des enseignants contractuels contestataires, les exhortant à réintégrer leurs postes de tra- vail et participer au concours de recrutement qui aura lieu le 30 avril. "Aux enseignants contrac- tuels contestataires, je lance un appel à la sagesse. Vous avez toutes les compétences et les chances de réussir à l'examen de recrutement", a déclaré à la presse la ministre, en marge d'un séminaire sur les mathé- matiques conjointement orga- nisé avec le ministère de l'Enseignement supérieur et la Recherche scientifique. Elle a rappelé dans ce sens, que la Fonction publique en Algérie, comme partout dans les pays du monde, "exige de passer par un concours de recrutement, y compris pour les petites fonc- tions", précisant que l'"épreuve n'a pas été conçue spécialement pour eux ou pour une autre catégorie, mais elle obéit à la nécessité d'assurer l'égalité des chances à tous les futurs fonc- tionnaires".

P. 4

des chances à tous les futurs fonc- tionnaires". P. 4 M.LOUH DEVANT LE PARLEMENT   HABITAT

M.LOUH DEVANT LE PARLEMENT

 

HABITAT

 

SELON LE FMI

«Le législateur algérien a défini clairement la notion de terrorisme et des actes terroristes»

4

Création d'une base de données nationale d'empreintes génétiques

62%

des promoteurs immobiliers ne sont pas inscrits au tableau national

La croissance en Algérie se maintiendra à 3,4% en 2016

 

P. 3

 

P. 3

 

P.

7

ORAN

F TBALL
F
TBALL
COUPE D'ALGÉRIE (1/2 FINALES) MCA-UST, NAHD-USMBA Pour une place en finale P. 22
COUPE D'ALGÉRIE
(1/2
FINALES)
MCA-UST,
NAHD-USMBA
Pour une place
en finale
P. 22
MDN
MDN

LUTTE CONTRE

LE TERRORISME

Destruction de 5 abris pour terroristes à Tizi Ouzou, Tipasa et Jijel

P. 3

LUTTE CONTRE LE TERRORISME Destruction de 5 abris pour terroristes à Tizi Ouzou, Tipasa et Jijel
SANTÉ
SANTÉ
CANCER DU POUMON : 19 e édition du Salon international du mobilier hospitalier P. 11
CANCER DU
POUMON :
19 e édition du Salon
international du
mobilier hospitalier
P. 11
Bientôt un nouveau
médicament sur
le marché
P.p 12-13

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Jeudi 14 avril 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 04:34

2

DK NEWS

Jeudi 14 avril 2016

D’

EIL

Horaires des prières

2 DK NEWS Jeudi 14 avril 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 04:34 Dohr 12:48
2 DK NEWS Jeudi 14 avril 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 04:34 Dohr 12:48
2 DK NEWS Jeudi 14 avril 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 04:34 Dohr 12:48
2 DK NEWS Jeudi 14 avril 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 04:34 Dohr 12:48
Fajr 04:34 Dohr 12:48 Asr 16:29 Maghreb 19:27 Isha 20:51
Fajr
04:34
Dohr
12:48
Asr
16:29
Maghreb
19:27
Isha
20:51

CE MATIN AU BUREAU DU FCE À BÉJAÏA

1 er Rendez-vous économique du Forum

Dans le cadre de son plan d’ac- tion 2016, le bureau du FCE à Be- jaia organise ce matin à 9h à l’Au- ditorium du Campus Aboudaou de l’Université de Bejaia, la 1ère édition des Rendez-vous écono- miques du Forum. Cette 1ère édi- tion a pour thème : «Les res- sources humaines, vecteur du dé- veloppement économique et de compétitivité des organisations».

Les échanges porteront sur les formations LMD et leur adaptabi- lité aux besoins des entreprises no- tamment locales ainsi que les la- boratoires de recherche dont dis- pose cette université. A travers cette rencontre, le bureau de FCE souhaite contribuer à la création d’un rapprochement entre l’uni- versité et l’entreprise au service du développement économique.

et l’entreprise au service du développement économique. AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, TOURISME ET ARTISANAT Ghoul à

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, TOURISME ET ARTISANAT

Ghoul à Ghardaïa

DU TERRITOIRE, TOURISME ET ARTISANAT Ghoul à Ghardaïa CE MATIN À EL BIAR Cérémonie de remise
CE MATIN À EL BIAR Cérémonie de remise du prix du Premier novembre Le ministre
CE MATIN À EL BIAR
Cérémonie de remise
du prix du Premier
novembre
Le ministre des
Moudjahidine, M. Tayeb
Zitouni, présidera ce
matin à partir de 9h30
au Centre national
d'études et de re-
cherches sur le mouve-
ment national et la révo-
lution du 1er novembre
1954, d’El Biar, la céré-
monie de remise du prix
du 1er Novembre 1954.
Météo
Max
Min
Alger
22°
12°
Oran
23°
10°
Annaba
20°
10°
Béjaïa
21°
13°
Tamanrasset
33°
17°
CE MATIN À M’SILA
Regroupement
régional des directeurs
de la Protection civile
4
Dans le cadre de la préparation de la sai-
son estivale 2016, la Direction générale de la
Protection civile (DGPC), organise ce matin
à partir de 9h à M’sila, le premier regroupe-
ment régional relatif à la préparation de
campagnes de prévention et de lutte contre
les incendies de forêts ainsi que le disposi-
tif de surveillance des plages, au profit des
directeurs de la protection civile des wilayas
du Centre, de l’Est et du Sud-Est.

COMMUNICATION

Grine à Constantine

Le ministre de la Communica- tion, M. Hamid Grine, effectuera aujourd’hui, une visite de tra- vail dans la wilaya de Constantine. Le ministre assistera au premier tour de manivelle du feuilleton re- traçant la vie du cheikh Abdelha- mid Ben Badis.

re- traçant la vie du cheikh Abdelha- mid Ben Badis. PALAIS DE LA CULTURE Journée de

PALAIS DE LA CULTURE Journée de réflexion sur les parcs culturels

LA CULTURE Journée de réflexion sur les parcs culturels Le ministre de la Culture, M. Azzedine

Le ministre de la Culture, M. Azzedine Mihoubi, présidera ce matin à partir de 9h au Palais de la Culture, Moufdi-Zakaria, Alger, l’ouverture des travaux d’une journée de de réflexion sur les parcs culturels.

d’une journée de de réflexion sur les parcs culturels. CET APRÈS-MIDI AU TNA Soirée artistique en

CET APRÈS-MIDI AU TNA

Soirée artistique en hommage aux sportifs algériens

En collabora- tion avec l’associa- tion Culturelle et Artistique «El- Hadhria», le Théâ- tre national algé- rien (Mahieddine- Bachtarzi), orga- nise cet après- midi de 14h à 17h, une soirée artistique en hommage aux sportifs algériens.

une soirée artistique en hommage aux sportifs algériens. Mobilis partenaire de la caravane nationale des

Mobilis partenaire de la caravane nationale des micro-entreprises

Sous le haut patronage la ministre de la Poste et des Technologies de l’Informa- tion et de la Communication, Mobilis accompagne «La ren- contre de la caravane natio- nale des micro-entreprises » organisée aujourd’hui, au ni- veau du cyberparc de Sidi Ab- dellah à Alger. Cette rencon- tre d’envergure nationale dédiée aux micros entreprises et porteurs de projets dans les différents segments des TIC, bénéficiaires des dispositifs de soutien accordés par l’état aux jeunes entrepreneurs et fruit d’un partenariat entre Al- gérie Télécom, l’Association nationale des jeunes bénéfi- ciaires de crédits l’ANSEJ, le CNAC et l’ANEM. Elle sera l’oc- casion, pour évaluer les résultats de la mobilisation de la caravane nationale de la micro entreprise, qui a sillonnée durant trois mois toutes les wilayas du pays, et permettra de faire le bilan d’une centaine de jeunes promoteurs de pro- jets activant dans le domaine des Technologie de l’Infor- mation et de la Communication. A travers cette participa- tion, Mobilis entreprise citoyenne, confirme son engage- ment et son implication dans les efforts déployés par les ins- titutions publiques pour accompagner les jeunes por- teurs de projets dans la création de leurs micros entreprises.

de projets dans la création de leurs micros entreprises. Le ministre de l’Aménagement du Territoire, du
de projets dans la création de leurs micros entreprises. Le ministre de l’Aménagement du Territoire, du

Le ministre de l’Aménagement du Territoire, du Tourisme et de l’Arti- sanat, le Dr Amar Ghoul, effectuera aujourd’hui en compagnie de la mi- nistre déléguée chargée de l’Arti- sanat, Mme Aïcha Tagabou, une vi- site de travail et d’inspection dans la wilaya de Ghardaïa.

FORMATION PROFESSIONNELLE

Mebarki à Oran

Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, M. Mohamed Mebarki, effectuera au- jourd’hui, une visite de travail et d’inspection des établissements de la wilaya d’Oran.

d’inspection des établissements de la wilaya d’Oran. LI AMNIKOUM Emission consacrée aux consignes de sécurité

LI AMNIKOUM Emission consacrée aux consignes de sécurité pour les piétons

L’émission radio «Li Amnikoum» de la Sû- reté nationale, sera consacrée cet après- midi de 16h à 17h sur les ondes de la Chaîne 1, aux consignes de sécu- rité pour les piétons.

1, aux consignes de sécu- rité pour les piétons. 4 FACULTÉ DE MÉDECINE D’ALGER Conférence sur

4

FACULTÉ DE MÉDECINE D’ALGER

Conférence sur l’autisme

L’Association «Le souk club scientifique» de la faculté de médecine d’Alger, organise cet après-midi de 13h à 16h, une conférence sur l’autisme. La rencontre sera animée par le pro- fesseur Tabti Madjid, chef de service pédopsychiatrie à l’hô- pital Mahfoud-Boucebsi.

4

CET APRÈS-MIDI AU CRASC D’ORAN

Conférence sur la prise en charge de la jeunesse et la délinquance

Le Centre de recherche en anthropologie sociale et cultu- relle (Crasc) d’Oran, organise cet après-midi à partir de 14 h, une conférence qui portera sur la politique de prise en charge de la jeunesse et la délinquance.

4

SAMEDI À L’HÔTEL EL MARSA

5 e congrès de l'Union maghrébine de scoutisme

L’association des scouts musulmans algériens (ASM), organise du 16 au 18 avril à l’hôtel El Marsa de Sidi Fredj, le 5e congrès de l'Union maghrébine de scoutisme.

Jeudi 14 avril 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

Création d'une base de données nationale d'empreintes génétiques

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a annoncé la création d'un service central de l'empreinte génétique avec pour mission la création et la conservation de la base de données nationale des empreintes génétiques relevées à partir d'analyses d'échantillons biologiques.

Lors de la présentation de- vant les membres de l'Assem- blée populaire nationale (APN)

du projet de loi relatif à l'utili- sation de l'empreinte géné- tique dans les enquêtes judi- ciaires et l'identification des personnes, M. Louh a précisé qu'en vertu de ce texte, un ser- vice central de l'empreinte gé- nétique sera créé et placé sous

la supervision d'un magistrat,

rappelant l'existence actuel- lement de deux services dis- tincts, le premier relevant des services de la Gendarmerie nationale et le second de la Sûreté nationale. Selon les dispositions pro- posées dans le projet de loi, le service comptera une base de données nationale des em- preintes génétiques des sus- pects poursuivis pénalement, des personnes accusées d'agressions contre des en- fants, des personnes décédées non identifiée, des disparus et autres. Dans son rapport prélimi- naire, la commission des Af- faires juridiques et administra-

tives et des libertés qui s'est fé- licité des dispositions conte- nues dans le projet de cette loi,

a souligné que l'Algérie compte

parmi les pays qui ont adopté

que l'Algérie compte parmi les pays qui ont adopté ces techniques scientifiques depuis des années. Elle

ces techniques scientifiques depuis des années. Elle a souligné que le projet de loi tend à "éviter le recours abusif à l'emprunte génétique, tout en tenant compte de la spécificité de notre société, des droits et des libertés des in- dividus". Le projet de loi rela- tif à l'utilisation de l'emprunte génétique dans les procédures judiciaires et l'identification des personnes vient "aussi

combler le vide juridique constaté dans ce domaine". M. Louh avait souligné la nécessité de l'élaboration d'un texte ju- ridique pour encadrer ces opé- rations. Ce texte vise par ail- leurs à définir les règles d'uti- lisation de cette technique en se basant sur de nombreux principes dont "la protection de la vie privée, la sauvegarde de la sécurité et la protection de la société de toutes les formes

de criminalité. Dans ce cadre, le projet de loi permettra "l'uti- lisation de l'empreinte géné- tique au titre de preuve de- vant la justice, qui peut systé- matiquement ou à la demande de la police judiciaire, ordon- ner le prélèvement d'échan- tillons biologiques pour ana- lyse". Les députés de la cham- bre basse du Parlement de- vaient poursuivre leur débat au cours de l'après midi.

M.TAYEB LOUH DEVANT LE PARLEMENT

Le législateur algérien a défini clairement la notion de terrorisme et des actes terroristes

Le législateur algérien a défini "claire- ment" la notion de terrorisme, a affirmé hier le ministre de la Justice, garde des Sceaux,Tayeb Louh, soutenant qu'une "solidarité internationale en matière de lutte antiterroriste ne saurait être fondée sur des calculs économiques ou géopoli- tiques précaires". Répondant aux questions des députés de l'Assemblée populaire nationale (APN) concernant le projet de loi complétant l'or- donnance 66-156 portant code pénal, M. Louh a appelé à s'éloigner de ce qui'il a qualifié de "surenchères" en évoquant la notion du terrorisme. Il a affirmé que le "législateur algérien a donné une défini- tion claire à ce phénomène". "La divergence internationale à propos de la notion de terrorisme existe vraiment, cependant l'Algérie est très claire au sujet de tout ce qui a trait à la lutte antiterroriste et à la définition des crimes terroristes". Répondant aux appréhensions de cer- tains députés quant à un possible amal- game dans la définition des organisa- tions terroristes et mouvements de résis-

tance, M. Louh s'est dit étonné par une telle question, en ce sens que la position de l'Al- gérie est "historique et pas nouvelle" à ce sujet. "On croirait à vous entendre que l'Al- gérie est sur le point de prendre un autre tournant vis-à-vis de cette question alors que notre position et notre vision sont claires lorsqu'il s’agit de résistance et de mouvements de libération", a-t-il ajouté. A une autre question relative aux éven- tuelles incidences du projet du code pénal amendé sur la restriction des libertés in- dividuelles et collectives, notamment la li- berté de circuler et de voyager, M. Louh a rassuré que le texte de loi "n'aura au- cune incidence" sur ce plan. Le ministre a expliqué que l'interdic- tion de quitter le territoire "ne peut inter- venir que sur ordonnance de la justice". Il a ajouté à l'adresse des députés, qu'"une telle interdiction était possible à un moment donné en dehors du cadre de la justice et de manière anarchique, en l'absence de contrôle lors qu'elle était prononcé, cependant personne ne s'est élevé à l'époque pour le dénoncer".

Par ailleurs, le ministre a longuement évoqué l'indépendance de la justice, "consolidée à la faveur de la dernière ré- vision constitutionnelle", affirmant qu'il existe des principes constitutionnels consacrant la non interférence dans le cours de la justice, partant du principe de la séparation des pouvoirs. Un principe fondamental dans l'édifi- cation de l'Etat de droit, a-t-il dit. Les propos du ministre intervenaient dans le sillage de sa réponse aux préoccu- pations soulevées par nombre de députés qui l'ont appelé à intervenir pour mettre à nu les affaires de corruption dont est ac- cusé l'ancien ministre Chakib Kellil. "Je ne peux nullement me taire lorsqu'il s'agit de tentatives de pression visant, ici et là, le cours de la justice et poussant à l'in- terférence (allusion faite à sa personne)", a-t-il soutenu, estimant que le débat des décisions de justice par l'autorité législa- tive, représentée par les deux chambres du Parlement, constitue en soi une viola- tion du principe de la séparation des pou- voirs".

LUTTE CONTRE LE TERRORISME

Destruction de 5 abris pour terroristes à Tizi Ouzou, Tipasa et Jijel (MDN)

abris pour terroristes à Tizi Ouzou, Tipasa et Jijel (MDN) Cinq (05) abris pour terro- ristes

Cinq (05) abris pour terro- ristes ont été découverts et détruits mardi par des déta- chements de l'Armée natio- nale populaire (ANP) à Tizi Ouzou, Tipasa et Jijel, a indi- qué hier un communiqué du ministère de la Défense natio- nale. «Dans le cadre de la lutte antiterroriste, des dé- tachements de l'Armée na- tionale populaire ont décou-

vert et détruit, le 12 avril 2016, cinq (05) abris pour terro- ristes à Tizi Ouzou, Tipasa (1ère Région militaire) et Jijel (5ème Région militaire)», pré- cise-t-on de même source. D'autre part et dans le ca- dre de la lutte contre la crimi- nalité organisée, des éléments des Gardes-côtes ont saisi à Ji- jel (5ème Région militaire), une quantité de «35,7 kg de co-

caïne», a ajouté le MDN. Par ailleurs, 117 immi- grants clandestins et 11 contre- bandiers ont été appréhendés, tandis que quatre véhicules tout-terrain et 6.200 litres de carburant ont été saisis par des détachements conjoints à Tamanrasset, In Guezzam et Bordj Badji Mokhtar (6ème Région militaire), selon le communiqué.

HABITAT

62% des promoteurs immobiliers ne sont pas inscrits au tableau national

Le secrétaire général du minis-

tère de l'Habitat, de l'urbanisme et de la ville, Nassreddine Azem

a indiqué hier à Alger que près de 62% des promoteurs immo-

biliers agréés n'ont pas procédé

à l'inscription au tableau natio-

nal des promoteurs immobi- liers, formalité requise pour l'exercice de leur activité. Les données présentées par le responsable durant la 13e as- semblée générale du Fonds de garantie et de caution mutuelle de la promotion immobilière (FGCMPI) révèlent que sur 6514 promoteurs agrées à début avril 2015, seuls 2446 ont rempli cette formalité. L'attestation d'inscription au ta- bleau national des promoteurs immobiliers, obligatoire depuis 2012, fait office d'autorisation pour l'exercice de l'activité et l'adhésion du promoteur au FGCMPI en découle de facto. Les promoteurs qui ne se conforment pas aux formalités requises aprés l'obtention de l'agrément, y compris l'inscrip- tion au tableau, feront l'objet de mesures pouvant aller au retrait de l'agrément, a averti M. Azem. Selon le responsable, 27% des logements réalisés dans le cadre des promotions immobilières sont supervisés par des promo- teurs agréés non inscrits au ta- belau national et dont l'activité est considérée, par conséquent, illégale. Par ailleurs, le SG du ministère de l'Habitat a appelé les promo- teurs chargés des derniers chantiers de logements partic- patifs à respecter les nouveaux délais convenus, soulignant que les prix fixés légalement à 2,8 millions de dinars algériens pour l'appartement sont non ré- visables. Le ministère suit de près l'avan- cement des travaux dans chaque chantier, a encore sou- tenu le responsable ajoutant que des décisions concernant les promoteurs concernés se- ront annoncées prochainement sur la base de leur bilan d'acti- vité. Le bilan du FGCMPI pour l'an- née 2015 fait état de plus de 1600 projets de logements à travers le pays (promotion libre, partici- patif/promotionnel ou aidé) pour la réalisation de plus de 145.000 unités. Les comptes so- ciaux du FGCMPI pour la même année renvoient à une hausse des activités de l'ordre de 13% pour une valeur globale de 1,795 milliard de DA avec un produit total des garanties pour les pro- jets de vente sur plan d'un mon- tant de 1,418 milliard de DA. Le montant des nouvelles sous- criptions enregistrées en 2015 a atteint 115,599 milliards de DA portant la valeur globale des souscriptions à 556,853 mil- liards de DA, selon le même bi- lan.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Jeudi 14 avril 2016

PROTESTATION DES ENSEIGNANTS

Le mouvement diversement suivi dans le Centre du pays

Le mouvement de protestation auquel ont appelé des syndi- cats de l’Education, en solidarité avec les enseignants contrac- tuels réclamant leur intégration inconditionnele dans le sec- teur, a été diversement suivi dans les wilayas du Centre du pays, a constaté l’APS. A Blida, l’appel lancé par le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (CNA- PESTE) a été diversement suivi dans les trois (3) cycles éducatifs de la wilaya. Ainsi, les élèves des lycées Omar Ibn Khettab et Mahi Bachir du centre ville n’ont pas eu cours hier, a-t-on constaté. A Boumerdes, des représentants syndicaux ont organisé un sit-in de près de trois heures devant le siège de la direction de l’Education de la wilaya, en guise de solidarité avec les ensei- gnants contractuels . Les participants à ce sit- in, estimé à plus de 200 enseignants structurés dans le Cnapest, ont réclamé l’intégration des ensei- gnants contractuels. Un sit-in similaire a été organisé par les enseignants relevant des syndicats du CNAPEST et du SNTE, devant le siège de la direction de l’Eduction de Djelfa, en soutien aux enseignants contractuels grévistes, avant de s’ébranler dans une marche pacifique vers le siège de la wilya où un message a été remis aux autorités locales appelant à "la prise en charge du corps des contractuels", a indiqué le coordinateur de wilaya du Cnapeste, Bourenane Mohamed. Selon lui, le taux de suivi du mouvement de protestation auquel a appelé le Cnapeste a été de "88,73% dans le secondaire, 80,75% dans le moyen et 30,74% dans le pri- maire". Un responsable à la direction locale de l’Education a assuré, quant à lui, que le nombre d’enseignants protestataires était de 307 sur un total de 11.105 employés par le secteur. Concernant les enseignants contractuels, la wilaya a enregistré l’absence de 181 enseignants contractuels, sur un total de 1078, soit un taux de 17%, est-il signalé de même source. L’action initiée par des syn- dicats du secteur de l’Education en signe de solidarité avec les enseignants contractuels, a connu un suivi "plutôt favorable" dans la wilaya de Tizi-Ouzou, selon des représentants du Conseil des lycées d’Algérie (CLA) et du CNAPESTE. "80% des lycées et une quinzaine d’établissements de l’ensei- gnement moyen, ainsi que des écoles primaires ont été paraly- sés par ce mouvement de protestation dont l’objectif est de manifester le soutien des syndicats aux contractuels de l’Education" a déclaré à l’APS le coordinateur de wilaya du CNA- PEST. Il a rappelé que l’appel au mouvement de protestation a été lancé par trois syndicats de l’Education, à savoir le CLA, le CNAPSTE et le syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE), tout en signalant que cette action a été ponctuée par un rassemblement devant le siège de la direction de wilaya de l’Education. Pour sa part, le secrétaire général du CLA, Idir Achour, a pré- cisé que "l’action a eu un écho favorable auprès des enseignants des trois paliers de l’Education dans la wilaya de Tizi-Ouzou, qui ont tenu à manifester leur soutien aux contractuels". Joints par l’APS, les responsables de la direction de l’Education de la wilaya se sont réservés de se prononcer sur la question.

Décès du directeur de la publication

d'Algérie Confluences, Abdelkrim Lakhdar Ezzine

Le directeur de la publication d'Algérie Confluences, Abdelkrim Lakhdar Ezzine est décédé mardi à Médéa, à l'âge de 66 ans, des suites d'une longue maladie, a-t-on appris auprès du journal. Lakhdar Ezzine était un ancien journaliste d'Algérie Actualité dans les années 70, où il a notamment brillé dans la rubrique sportive. Le défunt a également fait un passage à l'APS et travaillé au quotidien El Moudjahid. Il fonde dans les années 90, avec l'ou- verture du champs politique et médiatique l'hebdomadaire Le Chroniqueur, qui deviendra plus tard Algérie Confluences. Versé également dans la littérature, Lakhdar Ezzine écrira deux romans La danse du Hibou et Vague à l'âme, dans lesquels il a tenté de cerner les contours de la société algérienne, qui a perdu ses repères et où la notion de valeurs avait perdu toute sa signification. Journaliste, chroniqueur et éditorialiste et poète Lakhdar Ezzine est parti en laissant derrière lui un riche par- cours. Connu pour son humilité et son dynamisme, le défunt a été enterré hier dans sa région natale à Médéa, après la prière d'El Dohr.

Condoléances

Le Directeur général et l’ensemble des personnels du journal DK News profondément affectés par le décès de leur ami et confrère Abdelkrim Lakhdar Ezzine, directeur de la publication d'Algérie Confluences, présentent à la famille du défunt leurs sencères condoléances. A Allah nous apportenons et à Lui nous retournons.

Benghabrit réitère son appel à la «sagesse» aux enseignants contractuels contestataires

La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, a réitéré hier à Alger, son appel à la «sagesse» en direction des enseignants contractuels contestataires, les exhortant à réintégrer leurs postes de travail et participer au concours de recrutement qui aura lieu le 30 avril.

«Aux enseignants contractuels contestataires, je lance un appel à la sagesse. Vous avez toutes les compé- tences et les chances de réussir à l'examen de recrutement», a déclaré à la presse la ministre, en marge d'un séminaire sur les mathéma- tiques conjointement organisé avec le ministère de l'Enseignement supérieur et la Recherche scienti- fique. Elle a rappelé dans ce sens, que la Fonction publique en Algérie, comme partout dans les pays du monde, «exige de passer par un concours de recrutement, y compris pour les petites fonctions», préci- sant que l'«épreuve n'a pas été conçue spécialement pour eux ou pour une autre catégorie, mais elle

pour eux ou pour une autre catégorie, mais elle obéit à la nécessité d'assurer l'éga- lité

obéit à la nécessité d'assurer l'éga- lité des chances à tous les futurs fonctionnaires». «Il ne faut pas piétiner les lois», a- t-elle soutenu, exprimant en outre, son refus de «ce qui se passe dans la rue par respect à cette profession mais également par rapport à l'as- pect humain». La ministre a relevé que l'Etat algérien a consenti «un grand effort» en accédant aux revendica- tions de cette catégorie. Par ailleurs, Mme Benghabrit a saisi l'occasion pour appeler les contractuels «à ne pas se distinguer

de ceux qui sont passés par cet exa- men et aujourd'hui sont ensei- gnants intégrés». «Grâce aux contrats que vous avez obtenus, et à l'expérience que vous avez cumulée, vous êtes mieux préparés que les autres candidats», a-t-elle ajouté, les invitant à s'ins- crire pour le concours de recrute- ment dont le délai expire demain 14 avril. Les enseignants contractuels qui poursuivaient leur mouvement de protestation revendiquent une intégration «sans condition et sans participation au concours national de recrutement».

Il y a une «réticence» envers les mathématiques dans les deux systèmes éducatif et universitaire

Les ministres de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, et de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MERS), Tahar Hadjar, ont relevé hier à Alger, une «réticence» à choisir la disci- pline des mathématiques dans les deux systèmes éduca- tif et universitaire. Mme Benghabrit et M. Hadjar ont indiqué qu'il a été constaté une «réticence», qui n'est pas particulière à l'Algérie, envers la discipline des mathématiques enre- gistrant un taux de 3,58%, seulement des élèves à s'ins- crire dans cette filière malgré l'ouverture de toutes spé- cialités universitaires, au nombre de 145, aux bacheliers en mathématiques. Dans ce sens, l'organisation conjointe de «la rencontre nationale sur la didactique des mathématiques dans les deux systèmes éducatif et universitaire: état des lieux et perspectives de redéploie- ment», à laquelle ont participé les deux ministres, s'ins- crit dans un souci de trouver les causes et comment remédier à ce problème. «Ce séminaire vient suite au constat fait de la fai- blesse de la fréquentation de cette discipline au niveau de l'Education nationale», a expliqué Mme Benghabrit, ajoutant qu'«il était nécessaire d'assurer une continuité avec le MERS, car le souci majeur est de former des spé- cialistes en mathématiques, en mathématiques infor- matique et même en modélisation». Mettant en exergue l'effort du MERS en innovant avec la création de l'Ecole supérieur des mathématiques qui assurera la continuité dans le cursus et l'approfondisse- ment des connaissances, elle a souligné «la nécessité d'améliorer les méthodes pédagogiques pour que cette

filière ne soit pas touchée par la mémorisation et l'ap- prentissage». Pour sa part, M. Hadjar a mis l'accent sur l'«impératif de l'amélioration de la qualité, et pour cela, ce séminaire va tenter d'apporter des réponses à la problématique de la réticence», a-t-il dit précisant qu'il s'agissait peut être d'un problème de programmes ou encore de méthodes. Il a évoqué le recours aux «méthodes de formation innovantes afin d'améliorer les performances et encou- rager les étudiants de s'y inscrire en grand nombre». «Il est nécessaire d'accompagner cela par la mise en place d'une nouvelle politique dans le domaine de l'orientation pour encourager les études en mathéma- tiques», a plaidé M. Hadjar, précisant que «la réalisation de cet objectif stratégique requiert la mise en place d'une formation adéquate aux formateurs qui leur per- mettra de s'acquitter convenablement de leurs mis- sions». Le ministre a exprimé «sa disponibilité à interagir avec le secteur de l'Education nationale pour examiner la possibilité d'améliorer le rendement et atteindre les objectifs tracés notamment en matière de l'actualisation des méthodes d'enseignement des mathématiques et le développement du partenariat entre les deux secteurs». La rencontre nationale sur la didactique des mathé- matiques est articulée autour de quatre axes majeurs animés par des experts nationaux et étrangers, à savoir «didactique des mathématiques», «outils et supports didactiques en mathématiques», «mathématiques et enjeux sociétaux», «formation des formateurs» et «recherche-action».

La nécessité d’améliorer la relation entre les citoyens et l’administration soulignée à SBA

La nécessité d’améliorer la rela- tion entre les citoyens et l’administra- tion et de changer les mentalités a été soulignée, hier, à Sidi Bel-Abbès, lors d’une journée d’information sur les établissements administratifs locaux et leur modernisation, tenue au siège de la wilaya. Les participants à cette rencontre û les chefs de daïra, élus locaux, direc- teurs de l’exécutif et cadres de l’état civil - ont été unanimes à souligner que l’Etat mobilise des moyens consi- dérables pour améliorer la qualité de services proposés aux citoyens. "Il s’agit désormais de changer les men- talités à la fois des agents et des admi- nistrés", ont-ils estimé. De nombreux intervenants ont rappelé les actions entreprises pour moderniser l’administration, alléger

les dossiers administratifs et établir des nouvelles relations entre les citoyens et l’administration par le biais de l’accueil, de l’orientation et l’organisation de différentes procé- dures. Le wali de Sidi Bel-Abbès, Mohamed Hattab, a estimé, lors de l’ouverture de cette journée d’infor- mation, que les procédures prises par l’Etat en matière d’amélioration du service public et l’allégement des documents administratifs sont des procédures au bénéfice du citoyen doivent être accompagnées par une réhabilitation des édifices publics en relation avec le citoyen. Le chef de l’exécutif a appelé égale- ment les chargés de la gestion des édi- fices publics de sensibiliser leurs agents sur la nécessité de combattre

les mauvaises habitudes et comporte- ments, devenus des barrières entre l’administration et le citoyen. Par ailleurs, les participants ont estimé que les nouvelles procédures adoptées dans le souci de la moderni- sation de l’administration ne concer- nent pas seulement l’état civil mais l’ensemble des services, à l’instar de la poste, des impôts, des agences d’em- ploi de jeunes. Tous ces services ne subissent plus la même pression au niveau des guichets comme ce fut le cas dans le passé. Cette journée d’information sur les édifices publics locaux et les dispo- sitions prises par le ministère de l’Intérieur a été organisée par la Direction des affaires locales (DAL) de la wilaya de SBA, rappelle-t-on.

APS

Jeudi 14 avril 2016

ÉCONOMIE

DK NEWS 5

INCLUSION SOCIALE

Un plan d’actions CNES-Unicef pour 2016-2017

Un protocole daccord portant sur un plan dactions pour linclusion sociale, d’ici à lhorizon 2017, a été signé hier à Alger, entre le Conseil national éco- nomique et social (CNES) et le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef), destiné prioritairement à lenfance.

Ont procédé à la signature de l’accord, le président du CNES, Mohamed-Seghir Babés et pour l’Unicef, le représentant du bureau de pays en Algérie, Marc Lucet, qui se sont félicités, à l’occa- sion, de la coopération entre les deux institutions, dans le sens du développement social en Algérie. En vertu de cet accord, le CNES et l’UNICEF s’engagent à coopérer pour "améliorer, quantitativement et qualitativement, les produc- tions et diffusions des données nécessaires à la révision des stratégies et plans de dévelop- pement social, afin de rendre ces derniers plus inclusifs et plus favorables aux enfants". Les deux parties œuvreront également à "promouvoir les mécanismes actuels de ciblage des populations les plus vulné- rables et de transferts sociaux, avec un accent particulier sur les enfants et la jeunesse". L'accord prévoit, en outre, d’œuvrer au "développement d’une culture de l’équité reliée aux objectifs de développe- ment durable, à travers la sen- sibilisation des différents acteurs institutionnels et de la société civile concernés, ainsi que l’organisation de manifes- tations à caractère scienti- fique". S’agissant des modalités de mise en œuvre du plan bian- nuel, les deux parties procéde- ront à la mise en place d’un mécanisme d’équité (Observatoire/Cellule natio- nale), qui ouvrera au "renfor- cement du partage des connaissances autour de l’éva- luation de l’impact des poli- tiques publiques en faveur des enfants ainsi que l’utilisation des méthodes novatrices sur la pauvreté multidimension- nelle". Le CNES et l’Unicef

pauvreté multidimension- nelle". Le CNES et l’Unicef contribueront, par ailleurs, à "faciliter" les

contribueront, par ailleurs, à "faciliter" les échanges d’expé- riences entre les institutions nationales et leurs homo- logues internationales œuvrant dans les domaines du développement social, et ce, en collaboration avec les autres agences onusiennes. L’accord se réfère aux "priorités nationales" inscrites au Plan quinquennal (2015- 2019) du développement mis en place par le Gouvernement dans le domaine de l’inclusion sociale, s’agissant notamment du "renforcement de la qualité du développement humain, du statut et du rôle de la femme, et de l’accès aux ser- vices sociaux de qualité, en particulier pour les groupes vulnérables". Les signataires de l’accord s’accordent, enfin, à maintenir "une étroite coopération" pour l’exécution de ses clauses à tra- vers l’identification des "points focaux" qui en sont chargés. Ledit accord s’inscrit, en outre, dans le cadre de la coo- pération stratégique 2016- 2020 adoptée par l’Algérie et le système des Nations-Unies, englobant les quatre axes que sont la "diversification écono- mique, le développement social, l’environnement et la bonne gouvernance". De même que dans l’esprit du Descriptif de Programme de

pays (CPD), agréé conjointe- ment par l’Unicef et le gouver- nement algérien. "C’est une opportunité pour le CNES d’intervenir avec force sur le terrain, en concer- tation avec la société civile. C’est aussi un exercice pour nous s’agissant du domaine du développement durable", a déclaré peu avant la signature M.Babés, soulignant les "défis considérables" qu’affronte le continent africain en matière de réalisations des Objectifs du millénaire pour le développe- ment (OMD). Le représentant de l’Unicef en Algérie a affirmé, de son côté, que l’agence onusienne et le Cnes sont "guidés par les mêmes fondements de coopé- ration s’agissant des pro- grammes et politiques de développement social, en par- ticulier ce qui a trait à la pau- vreté infantile". Il a cité, à propos, les besoins de la cette frange vul- nérable en matière d’insertion scolaire et de prise en charge médicale pour les handicapés et ce, dans "un esprit d’équité". M. Lucet a ajouté que "la question de l’équité est au cen- tre du débat et de l’agenda des OMD", se réjouissant, par ail- leurs, de la récente révision constitutionnelle en Algérie ayant "confirmé le rôle impor- tant" du CNES.

POMME DE TERRE

Un cahier des charges pour les producteurs de semence

Un cahier des charges régissant les établissements de production de semences de pomme de terre est en cours d'élaboration, l'objectif étant de réduire leur importation et d'assurer leur production localement, a appris l'APS d'un responsable du ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche. Conçu par les professionnels de la filière de pomme de terre et les instituts techniques spécialisés, ce cahier des charges définira les normes et les exi- gences devant être respectées par les producteurs de semence, précise le directeur de la régulation et du dévelop- pement de la production agricole au ministère, Chérif Omari. Parmi ces normes, il s'agit essentiel- lement du respect de la superficie exi- gée pour produire de la semence, de l'acquisition d'un savoir-faire, d'un encadrement technique adéquat ainsi que des équipements appropriés. D'ailleurs, l'attribution d'agrément à ces établissements sera assujettie aux exigences et conditions prévues par ce document. "Il ne s'agit pas de produire de la pomme de terre ordinaire, mais de la semence. Donc, il faut avoir tous les moyens appropriés en termes, notam- ment, de plantation, de récolte et de trai- tement", explique-t-il. Ce nouveau dispositif devra permet- tre la mise à niveau des 200 établisse- ments semenciers recensés actuelle- ment dans la filière de pomme de terre, qui sont liés à un réseau de multiplica- teurs. Cette mise à niveau entre dans le cadre de la nouvelle dynamique que connaît la filière de la pomme de terre, offrant des opportunités économiques en matière de réduction des importa- tions et de diversification de l'économie nationale. Passer à zéro importation de semence de catégorie à l'horizon 2019 L'Algérie, qui importe entre 60 et 80 millions d'euros de semence de pomme de terre annuellement, s'est fixée un objectif de zéro importation de cet intrant agricole de la classe A d'ici 2019. En fait, pour répondre à ses besoins de consommation, le pays importe trois catégories de semences: la semence classe SE (super élite), classe E (élite) et classe A laquelle représente jusqu'à 60% des quantités importées par le pays. Dans des conditions et des normes phy-

tosanitaires rigoureuses et en terme de tolérance maladie, chaque classe de tubercule est multipliée pour donner naissance à une autre classe: La SE engendre la E puis la A et, ensuite, la B qui est plantée pour donner la pomme de terre de consommation. Selon les responsables du secteur, les établissements semenciers et les multi- plicateurs ont les capacités et le savoir- faire pour produire localement la classe "A" et réduire les importations. D'ailleurs, les importations de la semence ont commencé à baisser depuis ces trois dernières années en passant de 160.000 tonnes (t) en 2014 à

120.000 t en 2016, tandis que l'objectif est de réduire davantage ces quantités de 30 à 40% en 2017. Mais pour éviter d'éventuels déficits de semences sur le marché local, le ministre de l'Agriculture, du développe- ment rural et de la pêche, Sid Ahmed Ferroukhi, a demandé aux acteurs concernés (les professionnels et les ins- tituts techniques) d'élaborer un plan d'accompagnement visant à réduire graduellement les importations de la classe A.

A terme, le projet d'élaboration d'un

cahier des charges vise à sélectionner les meilleurs établissements semen- ciers pour produire la classe A alors que ceux moins performants vont se spécia- liser dans la production de la classe B. Quant aux opérateurs n'ayant pas les moyens nécessaires pour produire de la semence, ils seront déclassés pour deve- nir des multiplicateurs, explique M.

Omari. "Il faut professionnaliser les éta- blissements pour produire notre propre semence. Pour cela, des partenariats avec des opérateurs nationaux et étran- gers sont les bienvenus", souhaite-t-il. "Aussi, nous devrions maîtriser la question de la semence parce qu'elle devient déterminante dans le projet de régulation de la filière par la transfor- mation et l'exportation", deux facteurs essentiels pour utiliser le surplus de production devenu, désormais, structu- rel, insiste le même responsable.

Il s'agit d'aller vers des programmes

de production de variétés spécifiques à la transformation et à l'exportation. L'Algérie produit actuellement envi- ron 4,3 millions t de pommes de terre de consommation et prévoit atteindre les six (6) millions en 2019.

RÉVISION DE L'ACCORD D'ASSOCIATION

L'Algérie vise l'augmentation des IDE et de ses exportations

L'Algérie vise, à travers la révision de l'Accord d'association avec l'Union euro- péenne (UE), une augmentation des investis- sements européens dans le pays et une hausse de ses exportations vers cette région, a indiqué à l'APS un haut responsable auprès du ministère du Commerce. "Le constat, présenté par l'Algérie lors d'une réunion bilatérale avec l'UE, tenue en mars dernier à Bruxelles, a été partagé par la partie européenne qui a affirmé sa disposi- tion à apporter les correctifs à cet accord", souligne le directeur du suivi des accords commerciaux régionaux auprès du ministère du Commerce, Saïd Djellab. "Les deux parties se sont entendues à tra- vailler ensemble, à faire une évaluation en commun et voir tous les correctifs à apporter à l'accord", précise-t-il. Cet accord doit répon- dre aux objectifs d'augmenter les investisse- ments directs européens en Algérie et de pro- mouvoir les exportations algériennes vers le marché européen "afin d'atténuer le déséqui- libre structurel" des échanges entre l'Algérie et l'UE, avance M. Djellab. "Nous voulons avoir plus d'investisse- ments européens qui constitueront, pour nous, un moyen de transfert technologique et un vecteur de promotion des exportations vers le marché européen", insiste le même responsable qui est également le directeur général du commerce extérieur auprès du ministère du Commerce. Dans cette réévaluation, poursuit-il, "nous allons discuter de tous les aspects pour arri-

ver à un accord gagnant-gagnant". L'Algérie et l'UE examineront les mesures et proposi- tions de révision de leur accord d'association avant la fin de l'année en cours. Après la première réunion formelle tenue en mars dernier à Bruxelles, une deuxième devrait être organisée en mai prochain alors que la troisième, qui sera consacrée à la pré- sentation des mesures et propositions de révision de l'accord, aura lieu en juillet ou septembre prochain.

Les détails du constat de l'Algérie sur l'Accord d'association

Lors du premier round formel de rééva- luation de mars dernier, plusieurs motifs appuyant la décision algérienne de révision de l'Accord, entré en vigueur en 2005, ont été présentés à la partie européenne. "Depuis la mise en oeuvre de l'Accord d'as- sociation, il est constaté que l'accord n'a pas eu l'effet escompté pour la promotion des exportations hors hydrocarbures et la relance des IDE, qui constituent pour l'Algérie deux objectifs motivant la conclusion de tout accord de libre-échange", lit-on dans le docu- ment présenté par la partie algérienne à la Commission européenne. Les facteurs à l'ori- gine de ce constat sont multiples: ils sont à la fois endogènes et exogènes, note le document dont une copie a été obtenue par l'APS. Nonobstant les facteurs internes liés à l'of- fre, la partie algérienne considère que des facteurs externes "découragent" et, parfois, "freinent" les exportations algériennes vers

cette zone. Parmi les facteurs externes cités, "les conditions techniques et réglementaires de plus en plus exigeantes et difficilement maî- trisables par les opérateurs économiques algériens pour accéder au marché européen". Il s'agit également du manque d'investis- sements européens tournés vers l'exporta- tion à destination du marché européen ou de proximité, note le document qui évoque aussi "l'érosion des préférences accordées par l'UE à l'Algérie dans le cadre des accords de libre- échange conclus par l'UE et "l'absence de connexion entre les PME algériennes et euro- péennes pour favoriser les exportations (inté- gration dans la chaîne des valeurs mon- diales)." De 2005 à 2015, les pays de l'UE ont exporté vers l'Algérie plus de 220 milliards de dollars alors que les exportations algériennes hors hydrocarbures n'ont pas atteint les 14 mil- liards de dollars. En 2014, le niveau des importations en provenance de l'UE est passé à près de 30 mil- liards de dollars contre un niveau moyen annuel de 9 milliards de dollars avant l'entrée en vigueur de cet accord (entre 2002 et 2004). Les importations en provenance de cette zone sont constituées essentiellement des intrants, des équipements et de produits industriels finis à hauteur de 80 à 85% en moyenne annuelle, suivis des produits ali- mentaires avec une part variant entre 15 et 20%, précise aussi le document présenté lors de la dernière réunion bilatérale à Bruxelles.

Concernant les exportations algériennes hors-hydrocarbures vers l'UE, elles sont pas- sées de 500 millions de dollars (avant la mise en oeuvre de l'accord) à seulement 1,5 mil- liard de dollars en 2015 avec une diminution sensible de 31% par rapport à 2014 (2,3 mil- liards de dollars). Ces exportations sont constituées essen- tiellement des produits dérivés des mines et de l'énergie, tandis que les produits agricoles, les produits agro-industriels et les produits de pêche ne dépassent pas les 8% des exporta- tions hors hydrocarbures vers l'UE. Quant aux produits industriels manufac- turés, ils sont quasiment absents. Ainsi, le document indique que plusieurs faits majeurs avaient marqué les échanges com- merciaux de l'Algérie avec l'UE après 10 ans de mise en oeuvre de l'Accord d'association. Durant cette période, note-t-il, l'UE a consolidé sa part du marché dans les impor- tations algériennes, soit 50,6% en moyenne annuelle, et ce, malgré la concurrence ardue des produits asiatiques et certains produits de la Grande zone arabe de libre échanges (Gzale). "Cette consolidation est due essentielle- ment à la préférence tarifaire dont bénéficie l'UE par rapport au reste du monde (pays arabes non compris)", note le rapport. De surcroît, il a été observé "un attrait timide des IDE européens, notamment ceux orientés vers l'exportation dans les branches industrielles et filières agroalimentaires". APS

6 DK NEWS

ÉCONOMIE

Jeudi 14 avril 2016

TRAVAUX PUBLICS :

M.Ouali : «Pour une dimension nationale aux projets du secteur»

: «Pour une dimension nationale aux projets du secteur» Le ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali

Le ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali a insisté mardi à Bordj Bou-Arréridj sur la nécessité de donner une "dimension nationale" et une "vision futu- riste" aux projets, censés appuyés l'effort global du développement économique du pays. "Le désenclavement ne doit pas consti- tuer l'unique objectif des projets de travaux publics", a précisé le ministre, au cours d'une visite, soulignant que "l'approche dans le secteur des travaux publics doit s'im- prégner d'une dimension plus large pour s'inscrire dans la dynamique économique". Lors de son inspection de plusieurs chan- tiers, M. Ouali a affirmé que ces projets, ins- crits dans le secteur des travaux publics, assureront la promotion de la région en "pôle économique important", reliant El- Hodna à la locomotive économique des Hauts-Plateaux et aux régions côtières, dont Jijel et Béjaia. Parmi ces projets figure la réalisation pour un investissement public de 445 mil- lions DA d’un tronçon routier de 10 km reliant Bordj Ghedir à Ouled Mansour (M’sila) appelé à permettre une meilleure fluidité du transport routier de marchan- dises dans le sud de la wilaya, a-t-on noté. Selon les données présentées lors de la visite, l’autre importante opération en cours porte sur le renforcement et la modernisa- tion de la route sur un axe de dix (10) km entre les communes de Ras El Oued et Ouled Brahem ainsi que la localité d’Ouled Tebbane (Sétif ). Le projet pour lequel un montant de 300 millions DA a été alloué devra améliorer les échanges dans la partie Est de la wilaya. Le projet de doublement de la RN 103, sur un tronçon de dix (10) km, dans la com- mune Tixter et dont les travaux ont atteint 95% de taux d’avancement devra "insuffler une plus grande dynamique" au port sec de cette commune en facilitant son raccorde- ment aux ports du pays, est-il noté. Le ministre a inauguré un pont sur Oued El Mahjar réalisé pour 615 millions DA dans la localité de Sidi Idir dans la commune d’El Main. Un exposé sur le projet d’une route de 80 km entre Medjana et Akbou (Béjaia) via Oued Mahjar, Soummam et Bousselam a été présenté au ministre. Au terme de sa visite de travail, le minis- tre a inspecté les chantiers de deux trémies au centre-ville de Bordj Bou-Arréridj et a notamment insisté sur le respect des délais de réalisation et sur la rationalisation des ressources financières mobilisées pour ces projets.L'ensemble de ces projets traduit les efforts consentis par l’Etat dans le cadre du projet du président de la République pour créer «une base solide pour le développe- ment du territoire et de l’économie natio- nale», a indiqué le ministre.

EMPRUNT OBLIGATAIRE D’ÉTAT :

Benkhalfa : «Chaque dinar collecté sera destiné à l’investissement économique»

Les fonds qui seront collectés dans le cadre de l’emprunt obligataire national d'Etat seront destinés exclusivement à l’investissement économique, a réaffirmé mardi soir à Alger le ministre des Finances M. Abderrahmane Benkhalfa, en assurant que l’opération visait la mobilisation des capitaux formels et informels "sains".

"Que tout le monde soit tranquille :

nous ferons tout pour orienter chaque dinar collecté dans le cadre de l’emprunt obligataire vers des investissements économiques, qu’ils soient structurants comme les ports, les chemins de fer, les zones indus- trielles, le logement promotionnel ou les réseaux d’irrigation, ou destinés à l’élargissement des entreprises éco- nomiques", a-t-il déclaré lors d’une cérémonie officielle dédiée au lance- ment et à la présentation de l’em- prunt national pour la croissance économique. La rémunération annuelle fixée pour l’emprunt, à savoir 5% pour les titres à maturité de 3 ans et 5,75% pour ceux de cinq ans, ne représente de ce fait qu’un "partage" de revenus de ces investissements, entre l’Etat d’une part, et les souscripteurs de l’autre, a-t-il soutenu. Par contre, les missions "souve- raines" touchant à l’Education et à la Formation, la Santé publique, la Solidarité, la promotion de la jeu- nesse et des infrastructures ainsi que le développement local notamment dans le Sud et les Hauts plateaux res- teront des prérogatives de l’Etat qui seront financées sur son budget, a affirmé le premier argentier du pays. Il a assuré, devant un parterre de ministres, associations patronales et syndicales et universitaires, que cette opération, qui marque un "retour progressif à un modèle de finance- ment économique rénové", était basée sur l’idée de mobiliser l’épargne nationale, que ce soit celle existant chez les ménages, les entre- prises structurées ou "se trouvant au niveau des milieux d’affaires non structurés mais utilisant des capitaux sains". Ce modèle de financement

des capitaux sains". Ce modèle de financement n’écarte toutefois pas un "recours sélectif à

n’écarte toutefois pas un "recours sélectif à certains financements exté- rieurs préférentiels qui seraient mobilisés avec des coûts très avanta- geux et conformément à la législation régissant ce domaine". Ainsi, l’emprunt, qui sera ouvert à la souscription auprès des réseaux bancaires et des centres postaux à compter de dimanche prochain, ne "devrait pas être vu comme étant une solution conjoncturelle pour faire face à la baisse des ressources mais plutôt comme un instrument moderne utilisé de par le monde pour contenir l’épargne et l’intégrer dans une dynamique d’investisse- ment et de croissance", a recom- mandé le ministre. Il a enfin invité "tout le monde à souscrire à cette démarche pour prouver à tous, en Algérie et à l’étran- ger, que l’effondrement des cours de pétrole n’est pas synonyme à l’effon- drement de la croissance".

Des économistes optimistes Des économistes présents à la cérémonie ont prédit un succès à l’opération. "Je suis profondément convaincu de ce projet (l’emprunt) car le financement de l’économie à travers la mobilisation de l’épargne privée à fait ses preuves dans le monde et dans des pays voisins", avance Raouf Bousekkine, profes- seur en économie à l’université d’Aix-Marseille. Pour l’expert financier Adel Si- Bouekaz, l’emprunt constitue une alternative pertinente pour la mobili- sation de l’épargne excédentaire, qui va améliorer le niveau de confiance entre l’Etat et les souscripteurs ainsi que le niveau de la gouvernance. Il s’attend ainsi à une "réussite" de l’opération. L’autre expert financier,

Rachid Sekkak, a pour sa part estimé que le taux fixé pour les commissions bancaires sur les fonds collectés dans le cadre de l’emprunt était "énorme", en ajoutant que la rémunération offerte est à "risque zéro", ce qui constitue un préalable à la moderni- sation financière. De son côté, Boualem Djebbar, président de l’Association des banques et établissements financiers (ABEF) a assuré que les banques étaient prêtes pour le lancement de l’emprunt en souhaitant que l’opéra- tion réussira à drainer de "l’argent frais, c'est-à-dire en dehors du circuit bancaire". Interrogé par la presse, à l’issue de la cérémonie, sur l’intérêt que porte le Forum des chefs d’entreprises pour l’emprunt, son président Ali Haddad a déclaré :"Bien sûr que nous allons y participer. Ceci dit, l’em- prunt vient d’être lancé, laissez-nous y réfléchir". Il a estimé que la rémunération fixée pour les bons souverains était "très conséquente comparée aux taux d’intérêt bancaires". Les souscriptions à l’emprunt, ouvert aux particuliers et aux entre- prises durant six mois (à compter du 17 avril), se feront à travers près de 4.300 points habilités qui sont com- posés des agences bancaires et pos- tales, des succursales de la Banque d'Algérie et des trésoreries princi- pale, centrale et de wilaya. La souscription pour les obliga- tions d’Etat, d’une valeur de 50.000 DA chacune, sera proposée sous deux formes: titre nominatif ou au porteur (anonyme). Quant au mode de paiement, il sera effectué selon le choix du sous- cripteur: par chèque, cash ou par virement.

M.El-Ghazi insiste sur l'amélioration de l'accueil des retraités dans les agences de la CNR

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale a insisté, mardi à Alger, sur l'amélioration de l'accueil des retraités dans les agences de la Caisse nationale des retraites (CNR). Lors d'un regroupement national des directeurs d'agences locales de la CNR, le ministre a exhorté les res- ponsables de cette Caisse à "se consacrer à l'améliora- tion de l'accueil des retrai- tés aux niveaux des agences locales pour une bonne prise en charge de cette frange de population". Dans ce contexte, le ministre a mis l'accent, notamment, sur "l'élément humain" dans la prise en

sur "l'élément humain" dans la prise en charge des retraités et leur ayant droits. Il a

charge des retraités et leur ayant droits. Il a souligné que beau- coup de choses ont été réali- sées par la CNR en direction de cette population, notam- ment, par des visites à

domicile, appelant à déve- lopper davantage ce type de contact pour apporter les prestations nécessaires. Le ministre a également évoqué les principales actions menées en vue de

permettre à la Caisse d’améliorer le niveau et la qualité de ses prestations, et de moderniser sa gestion. Au plan de la modernisation de la gestion, le secteur a soutenu l’initiative visant à intensifier les actions d’in- formatisation de la gestion des dossiers de retraite, a-t- il dit. En plus de la stratégie d’optimisation et de moder- nisation du système d’infor- mation, la CNR s’est enga- gée à développer une straté- gie de proximité à travers la mise en place de système de contact par SMS et d’un cen- tre d’appels pour faciliter la communication avec les retraités.

APS

Jeudi 14 avril 2016

ÉCONOMIE

DK NEWS 7

Le FMI met en garde contre les risques pesant sur la stabilité financière mondiale

Le Fonds monétaire international (FMI) a mis en garde hier contre les risques pesant sur la stabilité financière mondiale, appelés à s’intensifier avec le repli des cours de pétrole et la stagnation de la croissance en Chine.

Dans son rapport sur la stabilité financière mondiale, publié à Washington, le Fonds souligne que la stabilité financière dans les pays développés a été impactée par la détérioration des perspectives en raison d’une montée des incerti- tudes et des revers essuyés sur le plan de la croissance et de la confiance. Le repli des cours du pétrole et des autres matières premières a éga- lement entretenu un niveau élevé de risques dans les pays émergents et en développement, tandis que l’in- certitude grandissante à l’égard de la transition de la croissance chinoise a propagé ses effets à l’ensemble des marchés mondiaux, a relève le FMI. "Cette conjoncture a provoqué un durcissement des conditions finan- cières, réduit l’appétit pour le risque, aggravé les risques de cré- dit", précise le FMI qui recommande aux dirigeants de mettre à profit le redressement économique actuel en ouvrant des perspectives plus solides de croissance et de stabilité financière. Selon le FMI il faut s’attaquer à un triple défi mondial : les séquelles de la crise dans les pays avancés, l’ag- gravation des vulnérabilités dans les pays émergents et la montée des risques de liquidité sur les marchés d’importance systémique. Les progrès sur cette voie permet- tront de doper la production mon- diale qui pourrait gagner 1,7 % par rapport au scénario de référence

gagner 1,7 % par rapport au scénario de référence d’ici 2018. Par ailleurs, l institution de

d’ici 2018. Par ailleurs, l institution de Bretton Woods note que les socié- tés du secteur des matières pre- mières, dont les compagnies pétro- lières, ont entrepris de réduire sen- siblement leurs dépenses d’investis- sement à l’heure où le niveau élevé de l’endettement privé aggrave les risques pour le crédit et pour les banques. Les pays exportateurs de matières premières, notamment au Moyen- Orient sont particulièrement expo- sés à des tensions qui pèsent sur l’ensemble de l’économie réelle et du secteur financier. Le lien entre les entreprises publiques et les Etats s’est intensifié et pourrait aggraver les risques budgétaires et financiers dans les pays aux prises avec des tensions en matière de rem- boursement, explique-t-il. La dette des entreprises non financières dans le monde qui pré-

sentent une moindre capacité de remboursement a augmenté à 650

milliards de dollars, soit 12% du total de la dette des entreprises cotées en bourse, selon les chiffres inclus dans

ce rapport. Même si les marges de fonds pro- pres des banques sont suffisantes de manière générale, mais elles seront vraisemblablement mises à rude épreuve par un affaiblissement du produit bancaire et le repli du cycle du crédit. Au Moyen-Orient et dans les pays largement dépendants des recettes des hydrocarbures, le sec- teur bancaire a enregistré une cer- taine détérioration des indicateurs

de solidité financière en raison de la

baisse des cours de brut. Ces banques dépendent large-

ment des dépôts liés au pétrole qui

se sont réduits depuis que le pétrole

a entame sa dégringolade en juin

2014.

La croissance en Algérie se maintiendra à 3,4% en 2016, selon le FMI

La croissance en Algérie restera soutenue et devrait s'établir à 3,4% en 2016 contre 3,7% en 2015, selon les der- nières projections du Fonds monétaire international (FMI) publiées mardi à Washington. Pour 2017, le FMI table sur une légère baisse de la croissance économique à 2,9% mais ce taux devrait s'améliorer et rebondir à 3,4% en 2021. L'Inflation restera également presque stable en 2016 à 4,3% contre 4,4% en 2015 avant de reculer en 2017 à 4,0%, prévoit le FMI dans son rapport semestriel sur les perspectives de l'économie mondiale publié mardi à Washington à la veille de sa réunion du printemps. La balance des paiements de l'Algérie restera, quant à elle, déficitaire et représentera 17,1% du PIB en 2016 contre 15,7% du PIB en 2015. Le déficit devrait se réduire en 2017 à 16,2% du PIB pour enfin baisser à 8% du PIB en

tiques Le FMI prévoit des taux de croissance de 3,2 % en 2016 et 3,5 % en 2017, soit une révision à la baisse de 0,2 % et 0,1 %, respectivement, par rapport à ses anticipations publiées en janvier dernier. «Moins de croissance, cela signifie moins de droit à l’erreur», a déclaré M. Maurice Obstfeld, Conseiller éco- nomique et directeur du Département des études du FMI au cours de cette conférence de presse. «Une croissance anémique persistante laisse des séquelles, qui ont pour effet de ralentir la croissance potentielle, et, du même coup, la demande et les inves- tissements», a-t-il ajouté. Face à ces perspectives en berne, il importe de réagir avec vigueur, a souligné M. Obstfeld, ce qui implique une stratégie plus énergique sur trois fronts, alliant des mesures structurelles, bud- gétaires et monétaires. «Si les décideurs nationaux perçoivent clairement les risques auxquels leurs pays sont tous exposés et agissent ensemble pour s’y préparer, cela pourra avoir des effets positifs considérables sur la confiance à l’échelle mon- diale», a souligné M. Obstfeld.

2021.

Par ailleurs, le FMI a indiqué que l'économie mon- diale va connaitre une croissance à faible allure en 2016, impactée par des risques majeurs qui sont d’ordre financier, géopolitique ou liés aux dissensions poli-

ARGENTINE

Les taxieurs argentins manifestent contre «une concurrence déloyale» de la société américaine Uber

La société américaine Uber a com- mencé mardi à opérer dans les rues de Buenos Aires, déclenchant une mobilisation des chauffeurs de taxi, qui dénoncent «une concurrence déloyale». C'est par un tweet que le patron d'Uber Argentine Mariano Otero a donné le coup de départ dans la capi- tale argentine du service américain de réservation de voitures avec chauf- feur, présent dans quelque 400 villes à travers la planète. Les taxis de l'agglomération de 13 millions d'habitants se sont aussitôt mobilisés, bloquant les principales

se sont aussitôt mobilisés, bloquant les principales artères de la ville. «En principe, ce qu'ils font

artères de la ville. «En principe, ce qu'ils font est illégal. Ils ne fournis- sent pas un service de transport dans

le cadre de la législation en vigueur»,

a déclaré le secrétaire aux Transports

de Buenos Aires, Juan José Mendez, sans pour autant annoncer de mesures. Environ 38.000 taxis, peints en jaune et noir, opèrent à Buenos Aires. «C'est de la concurrence illégale ! Nous, on paie des impôts et une assu- rance pour le passager, dénonce un

chauffeur de taxi en grève. Que se passe-t-il s'il y a un accident ?». Uber offre des tarifs à moitié prix

par rapport aux taxis. D'après Juan José Mendez, Uber encaisse entre 25

et 30% du montant de la course.

PÉTROLE

L'Arabie écarte encore une réduction de sa production

L'Arabie écarte encore une réduction de sa production Le ministre saoudien du Pétrole Ali al- Nouaïmi

Le ministre saoudien du Pétrole Ali al- Nouaïmi a une nouvelle fois exclu toute réduc- tion de la production pétrolière, avant une réu- nion de pays producteurs prévue dimanche à Doha et destinée à limiter l'actuelle surabon- dance d'or noir. Interrogé par le quotidien saou-

dien Al-Hayat sur l'intention du royaume de réduire sa production de brut, le ministre a répondu: «Oubliez!», dans des propos publiés

hier. Il a rappelé que «les prix du brut sont vola-

tiles (

hausse». Le royaume saoudien, premier expor- tateur mondial de brut, lie toute réduction de sa production à une initiative collective des grands producteurs membres et non membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). La Russie et l'Arabie saoudite, princi- paux producteurs de brut dans le monde, doi-

Ils sont parfois en baisse et parfois en

).

vent participer à une réunion Opep/non-Opep dimanche au Qatar pour discuter notamment d'un gel de l'offre à son niveau de janvier. Le principe d'un tel gel avait été retenu le 16

février à Doha lors d'une réunion à laquelle

avaient participé la Russie, l'Arabie saoudite, le

Qatar et le Venezuela.

CHINE

Rebond de 18,7% des exportations en glissement annuel

Les exportations chinoises ont rebondi en mars, de 11,5% sur un an à 160,8 milliards de dol- lars, tandis que les importations modéraient leur recul, selon les chiffres officiels en dollars publiés hier par les Douanes chinoises. Exprimées en yuans, les exportations ont même bondi de 18,7% sur un an à 1.050 milliards de yuans après des mois de plongeon, ont indi- qué hier les Douanes chinoises. Ce rebond, largement attendu par les ana- lystes, est d'autant plus spectaculaire que les exportations avaient dégringolé de plus de 25% sur un an en février, leur plus fort repli depuis six ans. De leur côté, les importations ont enre- gistré une nette embellie le mois dernier, en baisse de 7,6% en mars sur un an, à 130,9 mil- liards de dollars, limitant nettement leur recul après des plongeons de près de 20% en janvier et de 13,8% en février. Exprimées en yuans, elles ont baissé de seu- lement 1,7% sur un an, à 855,5 milliards de yuans. Un sursaut des cours des matières pre- mières, dont la dégringolade l'an dernier avait entamé la valeur des importations chinoises, a contribué à la remontée observée en mars.

En outre, les perspectives de l'économie chi-

noise laissent apparaître un secteur industriel toujours plombé par de massives surcapacités de production et un endettement colossal, une inquiétante montée des créances douteuses. Nanmoins, quelques signaux de stabilisation de l'activité apparaissent, l'activité manufacturière ayant enregistré en mars un rebond vigoureux et inattendu, alors que le secteur se contractait violemment depuis mi-2015. Conséquence du rebond des exportations, l'excédent commercial chinois s'est envolé à 194,6 milliards de yuans, soit plus de 13 fois le niveau enregistré en mars 2015.

APS

8

DK NEWS

RÉGIONS

Jeudi 14 avril 2016

SETIF :

SÉMINAIRE NATIONAL DE L’ORDRE DES ARCHITECTES :

La construction durable au cœur des débats

L’ordre des architectes de la wilaya de Sétif, en partenariat avec BatimatecExpo, a organisé, hier, à la maison de la culture Houari Boumediene, un séminaire national ayant pour thème : ‘’ La construction durable, moteur du développement économique’’, un sujet d’actualité.

Azzedine Tiouri

Cette rencontre qui a regroupé des architectes, plus de 200 inscrits venus des quatre coins du pays, des univer- sitaires, des représentants des collec- tivités locales et du mouvement asso- ciatif, des opérateurs et acteurs dans le domaine du bâtiment et de la construction, avait pour objectif, se- lon Leneguer Abdelkrim, membre du conseil local de l’ordre des archi- tectes et l’un des organisateurs de cette manifestation, est d’ouvrir le débat autour des problématiques de la construction durable dans les moyennes et grandes villes. ‘’ C’est aussi, déclare-t-il, penser global et agir localement avec un in- térêt général pour apporter un avis éclairé sur les priorités à établir pour l’urbanisme de demain en matière de construction pour mieux répondre aux nouvelles problématiques de dé- veloppement durable des villes d’au- jourd’hui’’. Et de poursuivre : ’’ Cela nous per- mettra d’informer les décideurs des nouveaux concepts, des outils et moyens disponibles pour réussir une construction durable, pour la mise en place d’outils d’aide à la décision ef- ficace à chaque étape de la vie d’un projet de construction. C’est présen- ter aussi la pertinence de ce type de démarche et donner aux participants les clés pour mettre en œuvre une dé- marche efficace sur leurs projets’’. Au-delà des thèmes abordés, cette journée d’étude avait comme objectif de partager avec les acteurs de l’en- semble du territoire, les entreprises et les universitaires, les interroga- tions liées à la mise en place de nou- velles formes d’action et de construire de nouveaux partenariats. L’enjeu étant de concevoir un pro- jet du bâtiment en mettant en pers- pective l’ensemble de son cycle de vie, de sa conception à sa démolition, permettant la proposition de solu- tions technologiques pour une meil- leure maitrise d’énergie dans le sec- teur de la construction ainsi que le choix des matériaux durables et recy- clables. Avec le développement des modes de construction plus respectueux de

ORAN

des modes de construction plus respectueux de ORAN l’environnement, de la santé et du confort des

l’environnement, de la santé et du confort des habitants, le secteur du bâ- timent évolue fortement, nous dit-on. L’ensemble des acteurs publics et privés de la construction, pouvoirs pu- blics et collectivités, maitres d’ou- vrage privés, architectes, bureaux d’étude, entreprises, organismes de formations, les acteurs du secteur de l’environnement se sont rassemblés lors de cette rencontre pour y discu- ter du sujet et sortir avec des recom- mandations en adéquation avec l’évo- lution et le développement écono- mique du pays dont la construction durable pourrait être un moteur.

Utiliser au mieux les ressources locales Selon nos interlocuteurs et spé- cialistes en la matière, la construction durable consiste à construire ou réno- ver en considérant les trois piliers du développement durable : environne- mental, social et économique. La construction durable respecte ainsi l’environnement, la santé des ré- sidents et des travailleurs, tout en offrant un maximum de confort et préservant les générations futures. ‘’ Cette pratique, notent-ils, cherche à s’intégrer le plus respectueusement possible dans un milieu en utilisant au mieux les ressources locales, écolo- giques, saines, toujours disponibles et qui favorisent les liens sociaux. Cela couvre donc des domaines très variés allant de la construction à la finition, en passant par l’isolation et les en- duits. La construction durable est applicable à toutes les étapes de la vie

d’un bâtiment de la conception jusqu’à la déconstruction. Avec l’ap- parition du syndrome du bâtiment malsain, la construction durable a un double objectif, réduire la dépen- dance aux énergies fossiles et créer des intérieurs qui ne soient pas défa- vorables à la santé de leurs occu- pants. Au programme de ce séminaire, le premier du genre, plusieurs com- munications ont été animées par des spécialistes en la matière et débattues par l’assistance. Des thèmes diversifiés ont été choi- sis tels que : ‘’ La politique nationale d’efficacité énergétique’’ par le Dr Khaled Imessad du Centre de dévelop- pement des énergies renouvelables, ‘’ Méthodologie pour la conception et la mise en œuvre des processus de du- rabilité’’, par Abderzak Messaad, ar- chitecte, secrétaire général de la Fé- dération nationale de protection de l’environnement, ‘’ Construction du- rable : vers une stratégie locale’’, par Abdelkrim Leneguer, architecte, ‘’ L’éco construction et l’efficacité éner- gétique’’, par Kamel Dali, directeur des projets à l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie, ‘’ La régle- mentation technique et la nécessité d’un label algérien’’ par Hamid Afra, directeur au Centre national d’études et de recherches intégrés du bâti- ment Cnerib). Pour la wilaya de Sétif, il y a 450 ins- crits aux membres de l’ordre des ar- chitectes et pour l’ensemble du pays, ils sont plus de 7.000.

La Wifi disponible au niveau de trois lieux publics (DOT)

Le nouveau produit In- ternet Outdoor Wici qui per- met aux internautes de se connecter au niveau de cer- taines zones spécifiques et

bir, en marge des journées «Portes ouvertes» qui se tien- nent jusqu’au 30 avril à l’agence commerciale Ibn Rochd.

rifs pratiqués par AT sont 100 DA pour un jour de connexion internet, 500 DA pour une semaine et 1.000 DA pour un mois de

tarif, permettant la création et la publication de sites web sous un nom de domaine dz», a expliqué Mme Zou- bir. «Nous avons organisé, il

places publiques, est lancé à Oran, a-t-on appris de la res-

Pour bénéficier de ce ser- vice, le client doit s’adresser

connexion internet, rappelle- t-on. L’autre produit qui sus-

a une semaine, une vente de proximité auprès des res-

y

ponsable de la cellule de communication de la Direc- tion opérationnelle des télé- communications (DOT) d’Oran.

à une agence Algérie télé- com pour obtenir un identi- fiant unique puis valider son compte à l’aide de son appa- reil mobile et pourra à l’aide

citera l’intérêt de la clien- tèle est El mouhtarif destiné à certaines catégories profes- sionnelles (avocats, méde- cins etc) et autres petites en-

taurants, cafés, salons de thé entre autres. La formule d’El Mouftaref a été bien accueil- lie et très appréciée par cette catégorie de professionnels»,

Grâce à ce service, les «ac-

d’une carte recharger son

treprises de services comme

a

encore précisé la responsa-

cros» d’Internet pourront désormais se connecter à l’aéroport international Ah- med Benbella d’Oran, à la placette faisant face à l’hôtel Le Meridien et à la place du 1er novembre 1954 (ex-place d’armes), au centre-ville, a précisé à l'APS, Mme Zou-

compte. «Durant ce mois d’avril, des tarifs spéciaux sont concédés aux clients soit 200 DA pour la recharge d’une se- maine ou 500 DA pour une recharge valable un mois», a expliqué la responsable. En temps normal, les ta-

les restaurants, les cafés et autres. «C’est un pack qui comprend un appareil télé- phonique sans fil à double combiné, un modem ADSL et une ligne téléphonique fixe avec divers avantages. La so- lution One Click est aussi comprise dans le pack Moh-

ble. Ces journées «Portes ou- vertes» visent à faire connaî- tre auprès du large public d’autres produits proposés par AT comme la biblio- thèque virtuelle Maktabati le service de contrôle paren- tal Fin@mane, Khlass etc.

MOSTAGANEM

Salon international de la pomme de terre du 3 au 5 mai

Le Salon international de développement de la filière de pomme de terre sera organisé du 3 au 5 mai prochain à Mostaganem, a-t-on ap- pris mardi de la chambre de wilaya d'agricul- ture. Plus de 40 exposants nationaux et étrangers sont attendus à ce rendez-vous dont des produc- teurs de semences de pomme de terre nationaux et de France et Hollande et des spécialistes en matériel agricole utilisé dans la plantation, la cueillette et techniques d'irrigation par goutte

à goutte, a-t-on indiqué. Cette manifestation traditionnelle annuelle, inscrite aux expositions internationales, vise à exposer les variétés de pomme de terre et de se- mences de qualité, d'échanger les expériences entre opérateurs en termes de production et de moyens de plantation et de faire connaitre les techniques utilisés dans cette filière agricole. Le programme de ce salon, qui sera abrité par le centre équestre de la commune de Sayada, prévoit des sorties à des exploitations agricoles de la région pour l’expérimentation de variétés nouvelles de semences de pomme de terre, des communications d'experts lo- caux et étrangers sur les modalités de produc- tion, de traitement et d'utilisation des engrais et les perspectives d’exportation de ce tubercule de large consommation suivant les normes in- ternationales en vigueur. Une journée sera consacrée à l’investisse- ment dans le domaine agricole en vue d’attirer des investisseurs dans la production et les in- dustries de transformation, selon les organisa- teurs. Le Salon international de développement de la filière de pomme de terre est initié par la chambre agricole de la wilaya, la direction des services agricoles (DSA) et la société des expo- sitions agricoles relevant du secteur privé. Pour rappel, la wilaya de Mostaganem a réalisé, dans les deux dernières saisons, un bond qualitatif dans la production de pomme de terre (primeur, saisonnière et hors saison) et quan-

titatif passant de 1,5 million de quintaux en 2006

à plus de 3,5 millions qx la saison écoulée, à la

faveur de l’extension de la superficie de cette

culture de 13.000 hectares.

TIARET Accord de principe pour le projet de création d’une usine automobile «CIMA MOTORS»

Le wali de Tiaret, Abdeslam Bentouati, a annoncé mardi qu'un accord de principe a eu lieu entre la wilaya et le groupe «CIMA MO- TORS» dirigée par Mahieddeine Tahkout pour la création d’une usine automobile de

marque iranienne. Dans une déclaration à la presse en marge d'une réunion de l'exécutif, le wali a indiqué que les contacts avec l’opé- rateur économique de CIMA , amorcés à la mi-mars dernier dans le cadre de l'incitation

à l'investissement, ont abouti à un accord de

principe. Ce projet, a-t-il dit, prévoit la pro- duction de 100.000 véhicules/an et la création

de 1.500 postes d’emploi, renforçant le parc industriel automobile de Tiaret qui dispose d’une usine de véhicules industriels et une autre de Mercedes Benz.

Selon l’accord, ce nouveau projet, ins- crit dans le cadre de la règle 51/49, prévoit, dans une première phase, le montage avec un taux d'intégration de 30 % avant d'ouvrir le champ à la sous-traitance. Le wali a précisé que les procédures relatives à ce projet seront lancées et le site où sera concrétisé le pro- jet sera fixé sur la base d'études technico-fi- nancières.

APS

Jeudi 14 avril 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS

9

Plus de 2700 affaires criminelles et délictuelles traitées en mars par la Sûreté d'Alger

Au total 2797 affaires criminelles et délictuelles ont été traitées et 3307 individus ont été arrêtés durant le mois de mars par la police judiciaire de la Sûreté de la wilaya d'Alger, a indiqué hier un communiqué émanant de ses services.

«Parmi les 3307 individus arrêtés, 1478 personnes ont été poursuivis pour détention et usage de stupéfiants et psychotropes, 271 pour port d'armes prohibées ainsi que 1048 autres pour divers dé- lits», a ajouté la même source. «D'autres affaires ont été aussi traitées durant le même mois à l'instar de 313 affaires relatives aux atteintes aux biens et 637 affaires ayant trait aux atteintes aux per- sonnes dont une (1) affaire d'homicide volontaire», selon le communiqué. Quant aux délits contre la famille et aux bonnes moeurs, les services de la police judiciaire ont traité 31 délits, 450 autres relatifs à la chose publique et 78 délits à caractère économique et fi- nancier, ajoute la même source. Concernant le port d'armes prohibées, ces mêmes services ont traité 250 affaires impliquant 271 personnes qui ont été pré- sentées devant les instances judicaires.

TIZI-OUZOU

pré- sentées devant les instances judicaires. TIZI-OUZOU En matière de lutte contre les stupéfiants, ces services

En matière de lutte contre les stupéfiants, ces services ont traité durant la même période 1252 affaires impli- quant 1478 personnes et ont saisi 192 kg et 201 grammes de résine de Cannabis, 2.2 grammes de cocaïne, 0.44 grammes d'héroïne ainsi que 9015 comprimés psycho- tropes. S'agissant des activi- tés de la police générale, les forces de police ont mené 237 opérations de contrôle

de professions réglementées ayant entraîné l'exécution de 47 arrêtés de fermeture or- donnés par les autorités com- pétentes. Pour ce qui est de la prévention routière, les ser- vices de la sécurité publique ont enregistré durant le mois de mars, 16040 infractions au code de la route entraînant le retrait immédiat de 4079 permis de conduire. «Trois (3) personnes sont décédées et 72 autres ont été

blessées dans 61 accidents de circulation durant le mois de mars», a indiqué la sûreté de la wilaya d'Alger ajoutant que « la cause principale de ces accidents demeure le non respect du code de la route». Par ailleurs, les services de la sécurité publique ont mené 2129 opérations de maintien de l'ordre ainsi que le transfert de 106 personnes sans domicile fixe vers les centres spécialisés d'accueil. Aussi, pour ce qui est du volet de la police de l'urba- nisme et de la protection de l'environnement, ces mêmes services ont exécuté 82 opé- rations de démolition suite à des décisions administra- tives. Enfin, les services de police de sûreté de la wilaya d'Alger, font toujours appel au civisme des citoyens pour dénoncer les contrevenants aux lois de la République, en se présentant aux ser- vices de police ou par voie d'appels téléphoniques au n°17 ou au n° vert 15-48 qui ont enregistré durant le mois de mars» 61699 appels».

L’auteur du crime d’un citoyen interpellé par la police

Un gardien de parking présumé auteur de coups et blessures entraî- nant la mort d'un citoyen à Tizi-Ou- zou, a été interpellé cette semaine, par la police, a indiqué un commu- niqué diffusé mardi par la Sûreté de wilaya. Le mis en cause dans cette affaire

qui remonte à la nuit du 2 au 3 du mois courant, avait bousculé la vic- time, un homme répondant aux ini- tiales de Kh.M. âgé de 39 ans, lors d'une rixe. Ce dernier est tombé en se cognant violemment la tête sur le trottoir, a-t-on précisé. La victime est décédée quelques

heures plus tard à son domicile sis à la cité 450-Logements (nouvelle ville de Tizi-Ouzou), des suites d'une hé- morragie interne, a-t-on fait savoir. Un autre individu présent sur les lieux le jour du drame a été aussi in- terpellé dans le cadre de cette affaire, a-t-on ajouté de même source.

BISKRA

3 morts et 2 blessés dans un accident de la circulation

Trois (3) personnes ont trouvé la mort et deux (2) au- tres ont été blessées dans un ac- cident de la circulation sur- venu hier à Biskra, a-t-on ap- pris des services de la Protec- tion civile. L’accident a eu lieu sur la RN A 46, dans la région de La- breche relevant de la daïra de Loutaya, lorsqu’un camion et un véhicule touristique venant de sens inverse sont entrés en collision, a précisé la même source. Les deux blessés ont été éva- cués vers l’hôpital Mohamed Ziouchi de la ville de Tolga, tandis que les corps des vic- times (2 femmes et un homme) ont été déposés à la morgue du même établissement hospi- talier, a-t-on indiqué. Une enquête a été ouverte pour dé- terminer les causes exactes de cet accident.

APS

Le rôle de la société civile dans le renforcement de l’unité nationale souligné à Ouargla

Le rôle "important" de la société civile dans le renforcement de l’unité nationale a été souligné par les participants à une rencontre de sensibi- lisation organisée hier à Ouargla. Lors de cette rencon- tre intitulée "Rôle de la société civile et ses liens avec les collecti- vités locales, dans le renforcement de l’unité nationale", les participants ont été unanimes à mettre en exergue la contribu- tion de la société ci- vile, avec le concours de diverses autres parties, dans le ren- forcement de l’unité nationale à travers son implication, "de façon pacifique et à travers le dialogue", dans le règlement des questions sociopro- fessionnelles. Pour le président de l’organisation de la

société civile et de la promotion de la ci- toyenneté, Mohamed Azzouz, le renforce- ment de l’unité natio- nale figure parmi les principaux objectifs de l’organisation (fondée en 2004), avec le concours de différentes instances concernées, adminis- tratives et sécuri- taires. Cet objectif se concrétise à travers sa contribution, d’un part à la lutte contre la violence et l’extré- misme intellectuel, et d’autre part à la diffu- sion des valeurs de tolérance, d’entraide sociale et d’encoura- gement du bénévolat, de sorte à ancrer les principes de solida- rité nationale, a-t-il précisé. L’Algérie, a souligné le même intervenant, jouit actuellement de la stabilité et de la sé-

curité, grâce à ce qui est accompli par dif- férentes parties ad- ministratives et sécu-

ritaires, et l’appui de

la

préserver le pays des dangers qui le guet- tent. Cette rencontre de sensibilisation, qu’a abritée la mai- son de la culture Moufdi-Zakaria à

société civile pour

Ouargla, a été initiée par l’organisation de

la

la

toyenneté, avec le concours notamment de la direction de la jeunesse et des sports de la wilaya d’Ouar- gla.

Y ont assisté des élus

société civile et de promotion de la ci-

locaux, des moudja- hidine, des représen- tants de différents corps sécuritaires, ainsi que des imams

cheikhs de zaouias

de certaines wilayas

du pays.

et

SÉISME Une réplique d'une magnitude de 3,9 enregistrée dans la wilaya de Médéa

Une réplique d'une magnitude de 3,9 sur l'échelle de Richter a été enregistrée hier à 7h20 dans la wilaya de Médéa, a indiqué le Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique (CRAAG). L'épicentre de cette secousse a été localisé à 16 km au sud-est de Ta- blat, a précisé la même source. Une secousse tellurique d'une magnitude de 5 sur l'échelle de Richter avait été enregistrée dimanche à 18h48 dans la wilaya de Médéa, avait indiqué le CRAAG. L'épicentre de la secousse a été localisé à 13 km à l'est de Tablat. Une première réplique d'une magnitude de 3,7 sur l'échelle de Richter avait été également enregistrée lundi à 12h40, selon la même source, qui avait précisé que son épicentre avait été localisé à 12 km au sud-est de Tablat.

ORAN Le P/APC de Bir El Djir suspendu de ses fonctions

Le président de l’Assemblée populaire com- munale de Bir El Djir (Est d’Oran), faisant l’objet de poursuites judiciaires, a été suspendu de ses fonctionsmardisoir,ontannoncéhierlesservices de la wilaya. Cette mesure prise par le wali s’ex- plique par le fait que cet élu est poursuivi pour des faits s’opposant à ses missions électorales. «Ces faits nécessitent la suspension du mis en cause, conformément à l’article 43 du code communal du 22 juin 2011, jusqu’à l’annonce de la décision de la juridiction compétente», indique-t-on de même source. Le directeur de la réglementation et des affaires générales (DRAG) ainsi que le chef de la daïra de Bir El Djir ont été chargés d’or- ganiser une élection par les membres de cette APC d’un nouveau P/APC par intérim. L’opération était prévue hier, ajoute-t-on.

PARKINSON ET SPINA-BIFIDA Nouvelles techniques de traitement programmées à l'EHU d'Oran

Deux nouvelles techniques de traitement sont en voie d'application au profit des patients souffrant de la maladie de Parkinson et des nouveau-nés affectés par une malformation de

la colonne vertébrale (spina-bifida), a an- noncé hier le directeur général de l'Etablisse- ment hospitalo-universitaire "1er Novembre" d'Oran (EHUO). Ces nouvelles techniques se- ront appliquées respectivement le 17 avril prochain et vers le mois de juin de l'année en cours à l'EHUO, a précisé le Dr. Mohamed Man- souri dans une déclaration à la presse, en marge de l'inauguration de la 19e édition du Salon international du mobilier hospitalier et

de l'équipement médical (SIMEM).

L'opération dédiée au traitement de la ma- ladie de Parkinson porte sur l'introduction de sondes de stimulation chez le sujet avec pour effet d'éliminer les tremblements qui consti- tuent le symptôme majeur de cette pathologie neuro-dégénérative. La deuxième technique, portant répara-

tion de la colonne vertébrale, se fera, quant à elle, pendant la période de diagnostic préna- tal, grâce à l'échographie en 3D, permettant à l'enfant de naître et de se développer norma- lement. Des spécialistes algériens assureront la

mise en place de ces approches modernes avec

l'aide d'homologues français et américains, a indiqué le DG de l'EHUO.

10

DK NEWS

SOCIÉTÉ

Jeudi 14 avril 2016

PAYS-BAS L'aéroport Schipol d'Amsterdam partiellement évacué après une alerte

L'aéroport Schipol d'Amsterdam a été évacué partiellement mardi soir à la suite d'une alerte et une personne a été arrêtée, selon des informations d'agence, citant une porte-parole de l'aéroport. «La police a évacué une partie de l'aéroport ainsi que l'hôtel Sheraton voisin, et a arrêté une per- sonne», a déclaré la porte-parole Danielle Timmer, indiquant qu'elle n'avait pas d'autre information. Des images de télévision ont montré des mem- bres lourdement armés de la police militaire pa- trouillant autour de l'aéroport qui avait relevé son niveau de sécurité depuis les attentats du 22 mars à Bruxelles. «A 21h45 (19h45 GMT) un homme a été arrêté sur la place devant l'entrée principale de l'aé- roport», a déclaré Alfred Ellwanger, porte-parole de la police militaire. «L'équipe de déminage est sur place et ils contrôlent les bagages de l'homme», a-t-il dit. Aucun vol n'a été perturbé, a ajouté M. Ell- wanger et les trains arrivaient normalement à la gare qui relie l'aéroport au reste du pays. On ne sa- vait pas immédiatement combien de personnes avaient été évacuées lorsque la police militaire a bouclé la zone, mais selon M. Ellwanger il ne restait plus à cette heure que quelques départs ou arrivées d'avion pour la journée. Schiphol, qui se trouve juste à côté de la capitale néerlandaise Ams- terdam, est l'un des aéroports les plus fréquentés d'Europe avec environ 50 millions de passagers chaque année.

ARGENTINE

Un ex-ministre de l'Economie entendu par un juge

L'ancien ministre de l'Economie de l'ex- présidente argentine Cristina Kirchner, Axel Ki- cillof, a été entendu mardi par un juge, dans le cadre du dossier des «dollars futurs», une affaire de spéculation sur le taux de change. C'est une opération polémique de la Banque centrale, sur- venue dans les derniers mois de la présidence Kirchner, qui est examinée par le juge Claudio Bonadio. M. Kicillof a jugé «absurde» l'accusation du juge et assure que la Banque centrale a agi lé- galement, dans le cadre de sa mission de régu- lation. D'après le gouvernement actuel, qui était dans l'opposition à l'époque, l'opération a fait perdre des centaines de millions de dollars au pays. En tant que député, l'ancien ministre jouit d'une immunité, contrairement à Mme Kirchner, qui n'a plus aucun mandat depuis qu'elle a quitté le pouvoir en décembre, après deux mandats consécutifs. Rentrée à Buenos Aires lundi, l'ex-présidente, au pouvoir de 2007 à 2015, doit se rendre mercredi matin dans le bu- reau du juge Claudio Bonadio, un magistrat qu'elle avait cherché à destituer.

PAKISTAN

18 morts et 14 blessés dans un accident de la circulation

Au moins 18 personnes ont été tuées et 14 au- tres blessées hier matin lorsqu'un autocar est entré en collision avec un camion venant en sens opposé près de Faisalabad, dans l'est du Pakis- tan, ont rapporté les médias locaux. L'accident s'est produit sur la route Jhang de Faisalabad, dans la province du Pendjab, a précisé Samaa News. L'autocar, parti de Faisa- labad, se dirigeait vers Sadiqabad. Selon la police, l'accident est dû à la vitesse excessive du conducteur de l'autocar qui a également été tué dans la collision. Les blessés ont été transportés à l'hôpital général de Faisa- labad, et plusieurs se trouvent dans un état cri- tique.

APS

USA

La marée noire de BP a provoqué une surmortalité de jeunes dauphins

La gigantesque marée noire de BP dans le Golfe du Mexique en 2010 a provoqué des maladies chroniques chez les dauphins femelles exposées au pétrole, ce qui aurait entraîné une sur-mortalité de leur progéniture, selon une étude publiée mardi.

Les recherches menées par des scientifiques de l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) s'inscrivent dans le cadre d'un effort pour expliquer le nombre inhabituel- lement élevé de grands dauphins re- trouvés morts dans le Golfe du Mexique depuis le début de la marée noire, un phénomène qui a persisté jusqu'à 2014. L'explosion, le 20 avril 2010, d'une plateforme de forage exploitée par le groupe pétrolier BP a déversé environ 3 millions de barils de pétrole dans le Golfe pendant les 87 jours qu'il a fallu pour colmater le puits, selon une esti- mation du ministère de la justice. «Nos observations viennent confor- ter les résultats de précédentes études scientifiques qui montrent qu'une ex- position aux substances pétrolières à la suite de la marée noire de Deepwater Horizon a gravement affecté la santé re- productrice des dauphins vivant dans la zone affectée située dans le nord est du Golfe du Mexique», souligne le Dr vétéri- naire, Teri Rowles. Elle est responsa- ble du programme de la santé des mammifères marins à la NOAA. Com- parativement à d'autres populations de dauphins «nous avons constaté que les grands dauphins femelles dans le Golfe du Mexique étaient particulière- ment sujets à des défaillances vers la fin de leur période de gestation, avec des signes de stress du foetus et d'infection dont la brucellose», précise Kathleen Colegrove, professeur de pathologie

précise Kathleen Colegrove, professeur de pathologie vétérinaire à l'Université d'Illinois à Chi-

vétérinaire à l'Université d'Illinois à Chi- cago, principal auteur de l'étude, qui pa- raît dans la revue Diseases of Aquatic Organisms. Ces chercheurs recon- naissent toutefois que l'impact à long terme du pétrole sur la reproduction des dauphins est encore inconnu, sou- lignent les scientifiques. Les enquêtes menées à la fois sur la mortalité des dauphins et les effets d'ensemble de la marée noire sur l'écosystème se pour- suivent, précise la NOAA. Les scienti- fiques ont observé un nombre grandis- sant de dauphins très jeunes ou morts- nés échoués dans la zone de la marée noire en 2011, beaucoup plus que pen- dant toutes les autres années, et ce particulièrement dans l'embouchure du Mississippi et sur les côtes d'Ala-

bama. Ces dauphins morts-nés ou morts peu après leur naissance étaient tous nettement plus petits que ceux trouvés les années précédentes dans d'autres zones géographiques, relève le Dr Stephanie Venn-Watson, une épidémiologiste vétérinaire à la Natio- nal Marine Mammal Foundation, un des co-auteurs. Ces chercheurs ont déterminé que 88% des dauphins morts nés ou peu après la mise à bas, retrou- vés dans la zone de la marée noire, avaient des poumons anormaux, par- tiellement ou complétement collabés(repliés sur eux-mêmes). Cela indique qu'ils sont morts dans le ven- tre de leur mère ou peu après leur naissance avant que leurs poumons aient pu se déployer complètement.

INCENDIE DANS UN TEMPLE EN INDE

13 arrestations, le bilan monte à 111 décès

La police a arrêté 13 per- sonnes mardi dans le cadre de l'enquête sur le feu d'ar- tifice illégal, qui a fait selon le dernier bilan officiel 111 morts et plusieurs centaines de blessés, dans un temple dans le sud de l'Inde. L'explosion d'un entre- pôt de feux d'artifice avait dé- truit des bâtiments en béton du complexe abritant le tem- ple hindou de Puttingal, dans l'Etat du Kerala, où des milliers de personnes s'étaient rassemblées dans la nuit de samedi à dimanche

MALAWI

Etat de catastrophe naturelle declaré suite à une terrible sécheresse

pour assister au spectacle. «Nous avons arrêté 13 hommes et d'autres arresta- tions vont suivre», a déclaré le chef de la police judiciaire du Kerala, M. Ananthakrish- nan. Parmi les suspects, cinq responsables du temple et des fournisseurs du feu d'ar- tifice s'étaient rendus mardi à la police après avoir dis- paru peu après l'accident. Cinq autres employés du temple qui avaient participé au tir des feux d'artifice ont par ailleurs été entendus lundi par la police avant

d'être relâchés sans être poursuivis. La puissante explosion qui a déclenché la catas- trophe pourrait être due au tir d'une fusée dans le bâti- ment où étaient entrepo- sés les feux d'artifice en at- tente d'être tirés. Des témoins ont raconté que l'explosion avait projeté des morceaux de béton et des tuiles de toit sur la foule prise de panique. La police cherche à déterminer qui a décidé de tirer ce feu d'ar- tifice en dépit du refus des

autorités du district de l'au- toriser. Incendies et bous- culades sont fréquents dans les temples notamment lors d'événements religieux en Inde, souvent à cause de mesures de sécurité laxistes. Sur l'injonction d'un juge, la Haute cour du Ke- rala a décidé ce mardi l'in- terdiction de tous feux d'ar- tifice dans les temple de cette province après le cou- cher du soleil, selon l'agence Press Trust of In- dia.

L 'état de catastrophe naturelle a été déclaré hier au Malawi par le président Peter Mutharika en raison des pénu- ries de nourriture conséquentes à la terrible sécheresse qui frappe l'Afrique australe depuis plus d'une année. «Je déclare le Malawi en état de ca- tastrophe naturelle après les périodes prolongées de sécheresse au cours de la saison agricole 2015/2016», a in- diqué Peter Mutharika dans un com- muniqué de la présidence de la Répu- blique. «Nous estimons à 12% la chute du volume des récoltes de maïs par rapport à l'an dernier», a-t-il précisé, ajoutant que «plus de gens seront en insécurité alimentaire et auront be- soin d'aide humanitaire en 2016/2017». Le Zimbabwe (ndlr: également en état de catastrophe naturelle), le Mo- zambique, la Zambie et le Malawi

souffrent de pénuries de nourriture et tous redoutent une crise alimentaire dans la région. L'Afrique du Sud, prin- cipal exportateur de céréales pour ses voisins enregistre sa pire séche- resse depuis plus d'un siècle et va devoir importer six millions de tonnes de maïs cette année, soit la moitié de sa récolte habituelle. Le Programme alimentaire mondial (PAM), une agence de l'ONU, affirme déjà venir en aide aux trois millions d'habitants du Malawi où 23 districts sur 28 sont touchés par la sécheresse. «La séche- resse actuelle au Malawi s'est ajoutée aux mauvaises récoltes de l'an passé en raison des inondations qui avaient touché plusieurs zones du pays», a ex- pliqué le porte-parole du PAM pour l'Afrique Australe. Selon lui, «la situa- tion est assez désespérée et nous pen-

sons que le pire est à venir. Cela devrait prendre longtemps avant que la situa- tion s'améliore». En février, le PAM avait tiré la son- nette d'alarme indiquant que le Ma- lawi faisait face à la pire situation d'insécurité alimentaire depuis dix ans. Au Zimbabwe voisin, un quart de la population est en situation d'insé- curité alimentaire soit 2,8 millions de personnes et le PAM aide environ 730.000 habitants. Les spécialistes exoliquent que cette sécheresse est ag- gravée par le phénomène El Nino, courant chaud équatorial du Paci- fique qui réapparaît tous les cinq à sept ans et connaît cette année une forte in- tensité, causant à la fois des séche- resses dans certaines zones et de graves inondations dans d'autres.

Jeudi 14 avril 2016

SANTÉ

DK NEWS

11

Lancement officiel de la campagne de sensibilisation sur le nouveau calendrier national de vaccination

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf a donné mardi à Alger le coup d'envoi de la campagne de sensibilisation sur le nouveau calendrier national de vaccination.

Le calendrier national de vaccina- tion a vu l'introduction simultanée de quatre nouveaux vaccins. Il s'agit du vaccin contre la poliomyélite par voie injectable, le vaccin contre la rubéole, le vaccin contre les oreillons et du vac- cin contre le pneumocoque. Intervenant à l'occasion, le minis- tre a indiqué que le coût de ce nouveau calendrier devant être appliqué à par- tir de 24 avril, date coïncidant avec la semaine mondiale et africaine de vac- cination, a triplé en passant de 3,3 milliards de DA en 2015 à 10 milliards de DA cette année. Il a souligné qu'en dépit «de la conjoncture économique que tra- verse le pays, le pouvoirs publics n'ont ménagé aucun effort pour garantir les moyens de prévention nécessaires au profit des enfants pour les prému- nir contre les maladies transmissi- bles». Pour sa part, le directeur de la prévention au ministère, le professeur Ismail Mesbah, s'est félicité de ce nou- veaucalendrierquiconstitue,selonlui, «un acquis» pour la société algérienne et dont la mise en oeuvre sera assurée par plus de 2.000 professionnels de la santé. Il a rappelé dans ce sens la cam- pagne décidée par le ministère à tra- vers le territoire national pour assurer le succès de l'application de ce calen- drier. Il a indiqué que l'Algérie est le seul pays au niveau africain à avoir in- troduit quatre vaccins simultanés sur

SELON UNE ÉTUDE

Le virus du Zika responsable de la flambée à Rio, d'origine asiatique

Le virus du Zika apparemment responsable de la flam- bée d'infections à Rio de Janeiro en 2015 serait similaire à une souche asiatique qui aurait pu être apportée par des athlètes des îles du Pacifique fin 2014, selon une analyse gé- nétique publiée mardi. Des chercheurs ont examiné dix échantillons pris aux hasard sur 119 personnes dont l'infection a été confirmée par des tests de laboratoire et constaté des similarités en- tre la souche brésilienne du virus et un génotype asiatique. Ils ont pu également déterminer que le virus circulait déjà en janvier 2015 à Rio. Cette observation suggère que le vi- rus brésilien a pu être apporté à Rio pendant le sixième cham- pionnat du monde de canoë-kayak en août 2014, expliquent- ils dans leur étude publiée par la revue américaine PLOS Ne- glected Tropical Diseases. Des équipes de Nouvelle-Calé- donie, des Iles Cook et de Pâques, où le virus Zika était pré- sent en 2014, ont participé à ce championnat. Mais les scien- tifiques doivent encore établir précisément quand le virus est arrivé en Amérique latine et par quel cheminement. Selon une autre étude publiée fin mars dans la revue amé- ricaine Science, le Zika serait entré encore plus tôt sur le conti- nent sud américain, pendant les six derniers mois de 2013,

nent sud américain, pendant les six derniers mois de 2013, le compte du Trésor public, estimant

le compte du Trésor public, estimant que cela traduit l'engagement des pouvoirs publics quant à la poursuite des efforts pour la prise en charge de la santé des citoyens. Le même responsable a salué par ailleurs le travail accompli par les professionnels de la santé (corps mé- dical et paramédical) pour la prépara- tion de cette campagne en coordina- tion avec les partenaires (laboratoires, ANEP). Le secteur compte également, a-t-il ajouté, sur le rôle des médias, du mouvement associatif, de la mosquée et de l'école. Le nouveau calendrier concerne, selon le directeur de la prévention, les enfants nés à partir du 24 avril 2016 alors que les corps médical et paramé- dical poursuivront l'application de

l'ancien calendrier pour les autres tranches d'âge. Le représentant du bu- reau du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) à Alger, Marc Lucet, s'est félicité pour sa part de l'adoption de ce nouveau calendrier de

vaccination qui constitue, a-t-il dit, le pivot du système de santé en Algérie, ajoutant que «c'est rare où un pays in- troduit quatre vaccins simultanés». Il a salué à cette occasion les enga- gements de l'Algérie vis-à-vis des re- commandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'UNICEF. De son côté, le professeur Dif, spé- cialiste des maladies transmissibles,

a souligné que ces nouveaux vaccins

vont réduire le taux de mortalité infan- tile et la durée de leur hospitalisation.

amené par un seul voyageur dans un avion en provenance de Polynésie française ou d'Asie du Sud-est, selon le séquen- çage du génome de plusieurs virus. Deux études précédentes avaient quant à elles daté l'arrivée du Zika à 2014, au moment de la Coupe du monde de football au Brésil. C'est dans ce pays, frappé par la plus grande épidémie du virus, que le premier cas avait été détecté en mai 2015. Les auteurs de l'étude pu- bliée mardi mettent également en garde contre le risque que l'épidémie de Zika s'étende encore plus pendant les Jeux olympiques de Rio cet été. «Les services de santé publique doivent être mis en alerte du risque d'une épidémie encore plus importante pendant l'été car elle pourrait se propager à des endroits du pays pour l'instant encore épargnés et toucher une plus grande pro- portion de la population que durant la dernière saison de transmission», écrivent-ils. Le virus est très fortement soupçonné d'être lié à la microcéphalie du foetus, un déve- loppement insuffisant du crâne et du cerveau, ainsi qu'avec le syndrome de Guillain-Barré, responsable de paralysie chez des adultes. Les scientifiques n'ont pas encore établi le lien de manière certaine mais le nombre de cas de microcépha- lie a fortement augmenté pendant l'épidémie de Zika.

Les huiles végétales réduisent le cholestérol mais pas le risque cardiovasculaire

Remplacer les graisses animales par des huiles végétales fait baisser le taux de cholestérol, mais ne réduit pas la mortalité, notamment cardiovas- culaire, selon une étude dont les conclusions ont été accueillies avec scepticisme par certains experts. De- puis des années, les nutritionnistes re- commandent de privilégier les huiles végétales en se basant sur des observa- tions qui ont montré qu'elles faisaient baisser le taux de cholestérol et qu'elles étaient bonnes pour le coeur. Mais cette hypothèse a été mise à mal par la revue médicale British Medical Jour- nal (BMJ) qui a publié mercredi des tra- vaux d'une équipe américaine. Cette équipe a repris une ancienne étude «randomisée» sur le sujet réalisée dans le Minnesota (Etats-Unis) entre 1968 et 1973 mais dont la plupart des ré- sultats n'avaient pas encore été rendus publics. Dans une étude «randomisée», les participants sont répartis de façon aléatoire dans le groupe soumis à l'ex- périmentation et celui qui ne l'est pas. Dans une étude d'observation en re- vanche, le chercheur se contente d'ob- server une population, sans intervenir. En comparant près de 10.000 per-

sonnes dont la moitié avaient reçu une alimentation incluant surtout des graisses saturées (viande, beurre, crème) et l'autre moitié des huiles vé- gétales riches en acide linoléïque (oméga 6), comme l'huile de maïs ou de tournesol, les chercheurs améri- cains ont observé une baisse du taux cholestérol de l'ordre de 13%, mais pas de réduction des maladies car- diovasculaires, ni de la mortalité, toutes causes confondues. Ils ont constaté au contraire que plus la consommation en huiles végé- tales était importante et plus le taux de cholestérol baissait, plus le risque de mortalité augmentait (de 22% chaque fois que le cholestérol baissait de 30mg/dL). En compulsant des don- nées non publiées d'autres études randomisées dont l'une réalisée à Syd- ney entre 1966 et 1973, les chercheurs ont trouvé des résultats similaires. «Les données existantes provenant d'études randomisées montrent que le remplacement des graisses saturées par des huiles végétales réduit le taux de cholestérol mais pas les décès car- diovasculaires ou autres», soulignent- ils. Parmi les hypothèses avancées, ils

citent des phénomènes «d'oxydation» qui pourraient accroître le risque car- diaque, alors même que le taux de «mauvais» cholestérol (ou LDL, lipo- protéines de basse densité) baisse. Cette oxydation pourrait être plus im- portante dans certaines catégories de

la population comme les fumeurs, les

gros buveurs ou les personnes âgées. Plusieurs experts ont réagi à la publi-

cation de l'étude, en insistant sur la né- cessité de poursuivre les recherches sur l'impact d'une réduction des graisses saturées sur le risque car- diovasculaire. Le Pr Frank M. Sachs de Boston a estimé que l'étude américaine n'était «pas fiable» dans la mesure où l'expé- rience aurait duré un peu plus d'un an en moyenne, alors qu'il faut «au moins deux ans pour qu'un traitement visant

à diminuer le cholestérol ait un effet

sur les maladies cardiovasculaires». En attendant des résultats plus concluants, le Pr Jeremy Pearson de la British Heart Foundation conseille d'avoir une «alimentation équilibrée riche en fruits, légumes et céréales complètes pour avoir un coeur en bonne santé».

ORAN Ouverture de la 19 e édition du Salon international du mobilier hospitalier

La 19e édition du Salon interna- tional du mobilier hospitalier et de l'équipement médical (SIMEM) a débuté hier au Centre des conven- tions Mohamed-Benhamed d'Oran (CCO) avec la participation de plus de 240 entreprises et laboratoires acti- vant dans une trentaine de pays. La

cérémonie inaugurale a été présidée par le wali d'Oran, Abdelghani Zaâ- lane, qui s'est félicité de la tenue de cette rencontre internationale in- tervenant, a-t-il souligné, dans un contexte marqué par la mise en oeu-

vred'uneopérationd'envergurepor-

tant création d'un nouveau Pôle de santé à Oran. «Plusieurs infrastruc- tures ont été réalisées et d'autres verront bientôt le jour dans le cadre de ce futur Pôle réunissant tout un en- semble d'activités médicales, péda- gogiques, de production pharma- ceutique et de développement de la recherche scientifique», a précisé le chef de l'exécutif. Ce Pôle en émergence à proximité de l'Etablissement hospitalier univer- sitaire 1er Novembre (EHU), re- groupediversétablissementscomme la nouvelle Faculté de médecine, le Laboratoire de contrôle des produits pharmaceutiques, l'Institut de re- cherche en cancérologie, le Centre ré- gional des grands brûlés et autres structures dédiées à l'imagerie et aux analyses médicales. Une soixan- taine d'exposants algériens partici- pent à cette nouvelle édition du SI-

MEM qui constitue, selon les organi-

sateurs, le plus ancien Salon spécia- lisé dans le domaine de l'équipe- ment médical en Algérie. «Cette ma- nifestation technique qui regroupe

des fabricants et des prestataires de service (maintenance, formation, informatisation), présente une gamme variée de produits à même de répondre aux attentes du secteur de la santé», a fait valoir Mustapha Chaouch, fondateur du SIMEM et consultant auprès de l'agence orga-

nisatrice. «Les responsables d'établis-

sements de santé peuvent trouver dans cet espace d'exposition les équi- pements et accessoires qui répondent le mieux à leurs besoins», a-t-il expli- qué, ajoutant que les chirurgiens et praticiens des différentes spécialités disposent, eux aussi, d'un choix va- rié parmi les instruments, appareils de mesures et produits nécessaires à leurs activités. L'exposition est aussi complétée par de nombreux articles d'orthopé- die, d'hygiène hospitalière, et de consommables médicaux. La nou- velle édition est marquée par la par- ticipation des Directions de la Santé et de la Population (DSP) des wilayas d'Oran et de Béchar, ainsi que de l'EHU d'Oran. Des associations locales activant dans le domaine médical sont égale- ment présentes, à l'instar de l'associa- tion «A coeur ouvert» d'aide aux en- fants souffrant de malformation car- diaque, et de l'association de protec- tion contre le sida (APCS). Le SIMEM, qui est réservé aux vi- siteurs professionnels et étudiants des filièressanté,estorganiséparl'agence de communication événementielle «Krizalid'Or», basée à Oran, avec le soutien du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hos- pitalière.

La chirurgie robotique, une technique d’avenir à l'EHU d'Oran

La chirurgie robo-

cialiste, beaucoup de

pour acquérir ce ma-

tique sera pratiquée dans l’établissement

travail a été fait sur le plan intellectuel et ex-

tériel qui sera d'un grand apport pour

hospitalo-universi-

périmental pour l’en-

une meilleure prise

taire (EHU) «1er no- vembre» d’Oran, a an- noncé Pr Mohamed Boubekeur, chef de service de chirurgie générale de l'EHU. «Nous avons déjà l’équipement à 3D et autres équipements pour entamer la chi- rurgie robotique et nous comptons ac- quérir le robot pro- chainement», a-t-il souligné à l'APS en marge d’une forma- tion de trois jours sur la chirurgie laparo- scopique avancée. Pour le même spé-

tame de cette nouvelle technique «qui conduira inéluctable- ment à une amélio- ration de l’acte chi- rurgical». «Le ministre de la Santé, de la Popula- tion et de la Reforme hospitalière, Abdel- malek Boudiaf a donné un avis favora- ble pour l’octroi de ce robot et la ministre française des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine nous a promis lors de sa visite récente à l’EHU de nous aider

en charge des ma- lades», a déclaré le responsable. La chi- rurgie robotique est un ensemble de sys- tèmes aidant le prati- cien dans ses gestes, assisté par un robot pour une meilleure précision et une effi- cacité, a-t-il expliqué. Elle est appelée à occuper une place prépondérante dans le monde de la chi- rurgie, combinée à la c£lioscopie et à ouvrir un champ infini de progrès médical, a-t- il ajouté.

Des appareillages de vue gratuits pour 1033 enfants depuis octobre 2015

1.033 enfants souf- frant de faible acuité visuelle ont bénéficié d'appareillages gra- tuits depuis octobre 2015 dans la wilaya d’Oran, a-t-on appris mardi de la direction de la santé et de la po- pulation (DSP). Ces enfants scola- risés de familles dé- munies ont été pris

khari, chef de service de la prévention à la DSP, ajoutant que l’opération se pour- suit. Les médecins de la santé scolaire ont ausculté les enfants scolarisés des zones isolées dont Aïn El Kerma, Aïn Tessa, Chehaïria et autres quartiers défavorisés de la wilaya et les cas

durant l’année sco- laire 2014-2015 et sur la base d’une enquête menée par la direc- tion de la santé et de la population, 9.000 cas d’échecsscolairesdus àdespathologiesdont notamment la faible acuité visuelle (myo- pie, cancer et autres). Une enveloppe de 2 millions DA a été

APS

en charge par la «cara- vane de la vue» sur 2.000 recensés au ni- veau des zones éparses de la wilaya d’Oran depuis octo- bre 2015, a indiqué, à l’APS, Dr Youcef Bou-

présentant des pro- blèmes de vue ont orientés vers les oph- talmologues de la santé publique, a-t-il ajouté. Selon la même source, la wilaya d’Oran a enregistré,

consacrée cette an- née pour la caravane de la vue au profit des zones éparses de la wilaya d’Oran, a-t-on souligné.

12 DK NEWS

SAN

Jeudi 14 a

CANCER DU POUMON :

BIENTÔT UN NOUVEAU MÉDICAMENT SUR LE MARCHÉ

Les autorités de santé américaines veulent accélérer la mise sur le marché de l'atézolizumab, un médicament prometteur des laboratoires Roche. Il serait particulièrement efficace contre la forme la plus répandue de cancer du poumon.

Nouvel espoir dans la lutte contre le cancer du poumon . Face aux résultats prometteurs des es- sais cliniques de l'atézolizumab, médicament développé par les la- boratoires Roche, la Food and Drug Administration (FDA), auto- rité sanitaire américaine, a décidé de lui accorder une revue priori- taire. Cette mention permet aux traitements représentants une avancée significative pour des ma- ladies graves d'obtenir un examen et une mise sur le marché plus ra- pide que d'ordinaire. En février 2015, la FDA avait déjà attribué le statut de "percée théra- peutique" à ce médicament suite à la publication de l'essai de phase II portant sur les doses optimales et les effets secondaires. L'atézolizu- mab pourrait arriver sur le marché américain d'ici la fin de l'année 2016. Il fait partie des stratégies d'

immunothérapie : il stimule les lymphocytes, cellules du système immunitaire , pour qu'ils détrui- sent spécifiquement les cellules cancéreuses. Les effets thérapeu- tiques de l'immunothérapie sem- blent supérieurs à ceux des traitements conventionnels , comme la radiothérapie et la chi- miothérapie, pour différents types de cancers (foie, tête, cou et pou- mons). L'atézolizumab serait par- ticulièrement profitable aux patients atteints d'un cancer bron- chique "non à petites cellules" et à un stade avancé, pour qui une chi- miothérapie n'a pas été efficace. Ce type de cancer représente 85% des cancers du poumon. Selon l'Orga- nisation Mondiale de la Santé, le cancer du poumon cause 1,59 mil- lion de décès par an dans le monde.

poumon cause 1,59 mil- lion de décès par an dans le monde. FUMEURS AUX POUMONS SAINS

FUMEURS AUX POUMONS SAINS : ON SAIT POURQUOI

dans le monde. FUMEURS AUX POUMONS SAINS : ON SAIT POURQUOI Les scientifiques britan- niques pensent

Les scientifiques britan- niques pensent avoir découvert pourquoi certains fumeurs conservent des poumons en bonne santé. Ce serait une ques- tion d'ADN. Les chercheurs du Medical research council de Grande-Bre- tagne pensent avoir découvert pourquoi certains gros fumeurs conservent des poumons en bonne santé et ne souffrent ni de toux, ni de broncho-pneumopa- thie chronique obstructive ( BPCO ) ni même de cancer du poumon . La réponse serait dans leur ADN.

Pour leur analyse, les cher- cheurs ont étudié les dossiers de santé de plus de 50 000 per- sonnes et ils ont découvert qu'une mutation "favorable" de l'ADN améliorait la fonction pul- monaire de certaines personnes et faisait écran à l'impact mortel du tabac. Les fumeurs ayant ce "bon gène" serait donc en meil- leure santé que les fumeurs ayant le mauvais. "Ce bon gène semble influer sur la façon dont les poumons se développent et répondent aux agressions" ex- plique le Professeur Martin Tobin, un des chercheurs de

l'Université de Leicester (Grande-Bretagne). Selon ces scientifiques britanniques, qui insistent sur le fait que ne pas fumer reste la meilleure solution pour ne pas souffrir de maladie respiratoire grave ou de maladie cardio-vasculaire, cette décou- verte pourrait peut-être ouvrir la voie à un médicament qui amé- liorerait la fonction pulmonaire. Leurs conclusions ont été pré- sentées lors d'une réunion de la Société européenne de pneumo- logie et publiées dans la revue médicale The Lancet Respiratory Medicine Journal.

CANCER : LES MALADES MARIÉS SURVIVENT PLUS LONGTEMPS

Etre marié boosterait les chances de sur-

vie des patients atteints de cancer selon une étude américaine qui a porté sur plus de

800 000 malades.

Les chercheurs de l'Université de Cali-

fornie ont utilisé les données de plus de 393

000 hommes et 389 000 femmes diagnosti-

quées avec l'un des 10 cancers qui causent le plus de décès entre 2000 et 2009 pour étudier l'influence de certains comporte- ments sur la survie. L'état civil, l'âge, le sexe, l'adresse, l'eth- nicité, le statut économique, l'année du diagnostic et la date de début du traitement du cancer ont été évalués pour chaque pa- tient. Tous les malades ont été suivis jusqu'en 2012. Selon cette étude réalisée à l'initiative du Centre de recherche sur le cancer de Stan- ford, les patients cancéreux mariés peuvent survivre plus longtemps à la maladie que

les malades célibataires. Dans l'ensemble, les hommes qui vivent seuls avaient un taux de mortalité jusqu'à 27% plus élevé que les hommes mariés, tandis que les femmes cé- libataires avaient un taux de mortalité jusqu'à 19% plus élevé que les femmes ma- riées ont constaté les chercheurs califor- niens. "C'est sans doute parce que les patients mariés diffèrent des patients non mariés à bien des égards" souligne le Dr Scarlett Lin Gomez, principal auteur de l'étude. "Ils sont plus susceptibles d'adopter des comportements sains, ont une meilleure alimentation, se livrent à plus d'activité physique et participent plus volontiers aux programmes de dépistage précoce de la maladie". Mais les chercheurs insistent aussi sur l'effet protecteur des ressources économiques, bien meilleures chez les per- sonnes mariées que chez les célibataires.

protecteur des ressources économiques, bien meilleures chez les per- sonnes mariées que chez les célibataires.

In topsanté.fr

avril 2016

DK NEWS 13

MORTALITÉ PÉRINATALE :

LES ENFANTS POURRAIENT ÊTRE SAUVÉS À MOINDRE FRAIS

: LES ENFANTS POURRAIENT ÊTRE SAUVÉS À MOINDRE FRAIS La mortalité périnatale pourrait être réduite avec

La mortalité périnatale pourrait être réduite avec peu de frais et des investissements faciles à mettre en place. Le taux de mortalité des nourris- sons à la naissance ou un mois après ( mortalité périnatale ) pourrait être mieux contrôlé et le nombre de décès diminué, selon les résultats d' une étude présentée à la conférence Glo- bal Health (San Francisco - 2016) et publiée dans la revue The Lancet. Un investissement de 5 dollars par per- sonne suffirait à éradiquer la morta- lité périnatale et celles des mamans à la naissance. Les chercheurs de la Johns Hop- kins university (Etats-Unis) estiment qu'un grand nombre de décès de ma- mans et de nourrissons pourraient être évités grâce à des programmes sanitaires efficaces et peu couteux. Des solutions qui auraient un impact aussi à long terme, sur la santé. « L'amélioration des soins au mo- ment de la naissance prévient le han- dicap, plus tard dans la vie et une bonne nutrition à l'enfance favorise un meilleur développement cogni-

», explique le professeur Robert

Black, auteur de l'étude.

tif

Des solutions faciles à mettre en place

Les chercheurs suggèrent qu'un accès simplifié à la contraception pourrait éviter 28 millions de nais- sances chaque année et 67 000 décès maternels lors de l' accouchement . Ils rappellent que 90% des besoins ne sont pas satisfaits en matière de contraception . Ils soulignent aussi que mieux couvrir l'accès aux soins de santé ma- ternelle, néonatale et infantile pour- rait sauver 4 millions de vies chaque année soit la moitié des décès ma- terno-infantiles. Et, la plupart de ces initiatives pourraient être assurée par les centres de santé primaires.

Un moindre coût

La mise en place de ces solutions sanitaires a été estimée par les cher- cheurs à 6,2 milliards de dollars (5,4 milliards d'euros) dans les pays à fai- ble revenu, 12,4 milliards (10,8 mil- liards d'euros) dans les pays à revenu moyen inférieur et de 8 milliards de dollars (7 milliards d'euros) dans les autres pays. « Un investissement moyen par personne en 2015 de 4 à 6 dollars (3,5 à 5 euros) par personne selon le niveau de revenu du pays » explique Robert Black.

Maladie de Parkinson : quoi de neuf côté recherches ?

La Journée mondiale de la maladie de Parkinson est l'occasion de faire le point sur ce qui avance dans le traitement et la prévention de la maladie.

De la nicotine pour traiter la maladie

Après avoir observé que les fumeurs sont moins souvent atteints de la maladie de Par- kinson que les non-fumeurs, les chercheurs de l'hôpital Henri Mondor de Créteil (94) tes- tent les effets de la nicotine pure transder- mique sur la maladie . Le traitement consiste à coller des patchs à la nicotine pure au niveau de la colonne verté- brale, dans le bas du dos. Cet essai clinique est mené actuellement auprès d'une quarantaine de patients. Les résultats sont encourageants car de nombreux patients ont vu leur état s'améliorer ou la maladie cesser de progres- ser.

Le fitness pour maintenir les connexions cognitives

Les chercheurs de la célèbre Clinique Mayo (Etats-Unis) ont découvert que la pratique ré- gulière d'exercices d'aérobie (également appe- lés exercices cardio ou d'endurance) permet de libérer certains centres nerveux protec- teurs du cerveau. Ceux-ci maintiennent les connexions cog- nitives et préviennent l'atrophie du cerveau caractéristique de la maladie de Parkinson. Pour être bénéfiques, ces exercices doivent être pratiqués quatre fois par semaine pen- dant au moins 45 minutes à chaque fois.

Un traitement contre la leucémie efficace

Des neurologues de l'université de Wash- ington (Etats-Unis) ont obtenu des résultats très encourageants contre la maladie de Par- kinson en administrant à 11 malades un anti- cancéreux (du nilotinib) habituellement prescrit contre les leucémies. Cette molécule permettrait de réduire la concentration de protéines toxiques pour le cerveau. Les premiers résultats sont encoura- geants : un des malades en fauteuil roulant a

sont encoura- geants : un des malades en fauteuil roulant a retrouvé l'usage de la marche,

retrouvé l'usage de la marche, et trois autres patients qui ne parlaient plus ont à nouveau été capables de tenir une conversation.

La stimulation magnétique pour retrouver la motricité

Dans une étude sud-coréenne, les cher- cheurs ont montré l'intérêt de la stimulation magnétique transcrânienne répétitive. 17 pa- tients ont été traités avec cette méthode qui consiste à moduler l'activité des neurones des aires motrices du cerveau en appliquant une impulsion magnétique sur le cortex cérébral, à travers le crâne. Au final, les chercheurs ont constaté une di- minution des troubles moteurs chez les pa-

tients traités par stimulation magnétique transcrânienne répétitive par rapport aux pa- tients qui suivaient un traitement placebo.

Les antipsychotiques ne sont plus forcément indiqués

Les médicaments antipsychotiques comme la quétiapine ou l'halopéridol sont souvent prescrits à un moment donné de l'évolution de la maladie. Or, une étude menée par l'Ecole de méde- cine de Pennsylvanie suggère que ces médica- ments seraient contre-indiqués pour un malade sur deux. Les antipsychotiques entraî- nent en effet un risque de décès prématuré plus élevé.

Pour éviter les maladies cardiovasculaires :

Mangez des fruits

Les fruits auraient la vertu de santé de réduire le risque de ma- ladies cardiovasculaires. Il serait donc essentiel d'en consommer des frais régulièrement. Une alimentation riche en fruits frais réduirait de 40 % le risque de maladies cardiaques, selon les résultats d'une étude pu- bliée dans la revue médicale The New England Journal of Medicine. Et permettrait d'éviter 16 % des décès dus à ce type de pathologie. Les chercheurs de l'Université d'Oxford (Royaume-Uni) , de Pékin (Chine), de l'Académie chi- noise de sciences médicales ont réalisé une étude avec 512 891 par- ticipants chinois, de 35 à 74 ans sans maladie cardiovasculaire pour étudier le lien entre la consommation de fruits et le risque cardiovasculaire. Les études scientifiques se sui- vent pour nous rappeler que manger des fruits et des légumes

pour nous rappeler que manger des fruits et des légumes est essentiel parce qu'ils sont riches

est essentiel parce qu'ils sont riches en vitamines, en minéraux, en fibres et que leurs effets favora- bles sur la santé ont été démontré. Ils nous protègent dans la préven- tion de maladies apparaissant à

l'âge adulte, comme les cancers , l' obésité , le diabète . Ces nouvelles conclusions confirment qu'ils li- mitent le risque de maladies car- diovasculaires. Les scientifiques ont analysé

les données médicales, l'Indice de Masse Corporelle et les habitudes alimentaires des participants. Ils ont constaté que seuls 18% d'entre eux consommaient des fruits frais quotidiennement. Mais cette population, souvent plus jeune, urbaine et mieux édu- quée, consommatrice modérée d'alcool et de tabac, avait un risque de maladie cardiovascu- laire réduit de 40 %, de 34% de crise cardiaque, de 25% d' acci- dent vasculaire cérébral isché- mique, de 36% d'accident vasculaire cérébral hémorra- gique, et une pression artérielle et une glycémie plus faibles. «En supposant que la consom- mation quotidienne de fruits est bien la cause de ces réductions d'incidences, 16% des décès liés aux maladies cardiovasculaires pourraient être évités avec cette consommation quotidienne », es- timent les chercheurs.

14 DK NEWS

AFRIQUE

Jeudi 14 avril 2016

Deux soldats français succombent à leurs blessures par l'explosion d'une mine dans le nord du Mali

par l'explosion d'une mine dans le nord du Mali Deux soldats français, atteints mardi par l'explo-

Deux soldats français, atteints mardi par l'explo- sion d'une mine au passage de leur véhicule dans le nord du Mali, ont succombé à leurs blessures, a indiqué un communiqué publié hier par la prési- dence française. Le président François Hollande a exprimé sa «grande tristesse» après le décès de deux soldats «des suites de leurs blessures». L'Elysée avait annoncé dès mardi la mort d'un premier militaire et fait état de trois blessés, dont deux graves, dans cette explosion. L'explosion est sur- venue lors d'une opération à l'approche de la ville de Tessalit, au nord du Mali, selon le ministère de la Défense. Selon la même source, les victimes se trouvaient à bord de l'engin de tête d'un convoi d'une soixantaine de véhicules qui a touché une mine et explosé, a-t-on précisé.

NIGER

Le nouveau gouvernement passe de 38 à 40 ministres

Le nouveau gouvernement nigérien nommé lundi par le président Mahamadou Issoufou passe désormais de 38 à 40 membres avec le rajout mardi de deux autres ministres, a-t-on indiqué de source officielle à Niamey. Pour rappeler, le président nigérien Mahamadou Issoufou a signé lundi un décret portant nomina- tion des membres de son gouvernement, après sa réélection le 20 mars dernier. Ce premier gouvernement dirigé par le pre- mier ministre reconduit Brigi Rafini, comptait 38 membres dont 3 ministres d'Etat, 7 femmes. Selon un communiqué du secrétariat général du gouver- nement, en additif au communiqué du lundi, rendu public mardi soir sur la télévision nationale, deux autres personnalités, M. Rissa Ag Boula (ancien chef de l'ex-rébellion touarègue) et Mme Chika Rakia- tou Bako, sont nommés respectivement ministre à la Présidence de la République et ministre du Dé- veloppement communautaire et de l'Aménage- ment du Territoire.

SOUDAN DU SUD

2 employés d'une ONG tués par des inconnus armés

Deux employés d'une ONG ont été tués par des hommes armés au Soudan du Sud, a annoncé hier leur employeur. Les deux victimes, de nationalité sud-soudanaise, travaillaient pour le «Danish De- mining Group» (DDG), l'unité de déminage de l'ONG «Danish Refugee Council» (DRC). Elles ont été surprises par des inconnus armés, alors qu'elles se rendaient sur leur lieu de travail près de la ville de Yei (sud). «Le véhicule a été pris dans une embuscade et deux membres de l'équipe ont été tués», a éxpliqué dans un communiqué DDG, qua- lifiant l'incident de «tragique». Au moins 51 humanitaires ont été tués au Soudan du Sud depuis le début de la guerre civile en décem- bre 2013, selon les Nations unies. Plus de 2,3 millions de personnes ont été chassées de chez elles et des dizaines de milliers tuées par la rivalité entre le pré- sident, Salva Kiir, et son ancien vice-président, Riek Machar, dont les deux camps se sont rendus coupables.

SAHARA OCCIDENTAL-MAROC

L'avis consultatif de l’UA sur le respect des droits de l'Homme au Sahara occidental évoqué par Khadad à Moscou

L'avis consultatif de l’Union africaine (UA), demandant le respect des droits de l'Homme dans les territoires occupés du Sahara occidental, et condamnant l'exploitation illégale des ressources naturelles sahraouies par le Maroc, a été examiné à Moscou par le coordinateur sahraoui avec la MINURSO, M’hamed Khadad, et un responsable russe Vasily Kuznetsov.

Au cours de sa réunion avec le président du Centre

d'études islamiques et arabes

à l'Institut d'études orien-

tales de l'académie russe des Sciences, Vasily Kuznetsov et son assistante Nicolai Su- kov, le responsable de la MI- NURSO (Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental), M'hamed Kha- dad, a informé ses interlocu- teurs des derniers dévelop- pements de la cause sah-

raouie, saluant «les victoires» du peuple sahraoui, notam- ment depuis sa dernière vi- site en Russie. Selon l'agence de presse sahraouie SPS, M. Khaddad a, lors de cette ren- contre, mis l'accent sur l’adhésion du Front Polisario

à la Convention de Genève, et

la décision de la Cour euro-

la Convention de Genève, et la décision de la Cour euro- péenne décembre dernier portant annulation

péenne décembre dernier portant annulation des ac- cords signés entre l’UE et le

Maroc et incluant les eaux territoriales du Sahara occi- dental occupé.

L'agence a fait savoir que le responsable sahraoui , en compagnie d'une délé- gation, poursuivra sa visite à Moscou jusqu'à jeudi, lors de laquelle il tiendra des réunions avec d'importantes personnalités de la société ci- vile et des médias russes. Inscrit depuis 1966 sur la liste des territoires non au- tonomes, et donc éligible à l'application derésolution 1514 de l'Assemblée géné- rale de l'ONU portant déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et peuples coloniaux, le Sahara Occidental et la dernière colonie en Afrique, occupée depuis 1975 par le Maroc, soutenu par la France.

L'Etat espagnol appelé à «assumer ses responsabilité historiques» envers le peuple sahraoui

Le parti espagnol Ciudadanos a appelé l'Etat espagnol à «assumer sa responsabilité historique envers le peuple sahraoui, l’exhor- tant à agir auprès de l'Union européenne et les instances internationales pour la décolo- nisation du Sahara occidental. Le parti espagnol a souhaité que «le Royaume d'Espagne profitera durant son mandat de membre non-permanent au Conseil de sécurité de l'ONU, afin d’appor- ter un soutien ferme à l'Envoyé personnel du Secrétaire général de l'Organisation des Na- tions Unies pour le Sahara occidental, M.

Christopher Ross».

Le parti a présenté un nouveau projet de

résolution à la Chambre des représentants dans lequel, il «exhorte le gouvernement cen- tral espagnol à adopter toutes les initiatives politiques pour parvenir à une solution juste et durable au conflit du Sahara occiden- tal à travers l'organisation d'un référendum sur l'autodétermination du peuple sah- raoui». Inscrit depuis 1966 sur la liste des ter- ritoires non autonomes, et donc éligible à l'application de la résolution 1514 de l'Assem- blée générale de l'ONU portant déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et peu- ples coloniaux, le Sahara Occidental et la der- nière colonie en Afrique, occupée depuis 1975 par le Maroc, soutenu par la France.

NIGERIA

Plus de 1.000 otages de Boko Haram libérés dans une opération conjointe

Au total 1.275 otages déte- nus par Boko Haram ont été libérés dans une opération militaire conjointe des troupes nigérianes et came- rounaises, a annoncé mardi l'armée nigériane. Un communiqué signé par le porte-parole de l'armée nigériane, le colonel Sani Us- man, déclare que ces otages ont été libérés lundi soir dans une opération conjointe me- née dans des villages et fau- bourgs situés le long de la frontière entre le Nigeria et le Cameroun, dans l'Etat de

entre le Nigeria et le Cameroun, dans l'Etat de qué. Au cours de cette opéra- tion,

qué. Au cours de cette opéra- tion, plus de dix repaires pré- sumés de terroristes ont été nettoyés, trois commandants présumés de Boko Haram ont été appréhendés et 22 terroristes présumés ont été tués, ajoute-t-il. Les commandants de Boko Haram ont été identifiés comme Malam Lawal Abba, Malam Hisna et Malam Gana Shatte. D'autres investiga- tions sur les activités de ce groupe terroriste sont en cours, précise le communi- qué.

Borno dans le nord-est du Nigeria. Les personnes secourues sont actuellement soignées et

examinées par les soldats avant d'être amenées aux camps de déplacés dans l'Etat de Borno, selon ce communi-

CÔTE D'IVOIRE

 
CÔTE D'IVOIRE  

Les exilés invités à rentrer chez eux «sans crainte»

 

Le gouvernement ivoirien

de la Cohésion sociale, Maria-

appelé hier les ressortis-

sants civils comme militaires ivoiriens exilés dans les pays limitrophes depuis la crise post-électorale de 2010 et 2011 à rentrer au pays «sans crainte» pour prendre part à l'œuvre de reconstruction du pays. «Nous faisons tout notre possible pour que ces frères

soeurs reviennent afin de

et

a

tou Koné. Mariatou Koné a annoncé l'organisation pro- chaine d'une mission au Ghana afin de ramener au bercail les exilés et réfugiés. «Le gouvernement est dé- terminé à accompagner le retour volontaire de réfu- giés», a-t-elle fait savoir, re- levant que les exilés ivoiriens sont répartis sur une dizaine

de pays dont le Ghana, le Togo, le Liberia, le Came- roun et la Guinée. Au plus fort de la crise post-électorale qui a déchiré

la Côte d'Ivoire, plusieurs Ivoiriens majoritairement pro-Gbagbo avaient pris le chemin de l'exil. Selon des statistiques du Service d'as-

mitrophes, les deux tiers ont pu rentré chez eux à ce jour. Les autorités et les organi- sations humanitaires conti- nuent la sensibilisation, pour

sistance et d'aide aux réfugiés et apatrides (SAARA) et du HCR, sur près de 300.000 Ivoiriens qui avaient quitté le pays au début de la crise pour se réfugier dans des pays li-

le retour «dans la sécurité et la dignité» des personnes en exil, estimant que la nor- malité est effective dans le pays.

APS

participer à la relance socio- économique du pays», a indi- qué la ministre ivoirienne en charge de la Solidarité et

Jeudi 14 avril 2016

MONDE

DK NEWS

15

ONU

Début d'une procédure inédite à l'AG pour sélectionner le prochain Secrétaire général de l'organisation

L'Organisation des Nations unies (ONU) a donné le coup d'envoi, mardi, à une procédure inédite dans son histoire avec des rencontres publiques entre l'Assemblée générale et chacun des huits candidats au poste de Secrétaire général de l'Organisation, qui doit sélectionner le successeur de Ban Ki- moon, dont le mandat exprire le 31 décembre 2016.

Il s'agit, selon l'ONU, d'une procédure inédite guidée par les principes de transpa- rence et d'ouverture, dans un esprit de pou- voir relever les défis qui interpellent les Na- tions unies en matière de développement du- rable, de paix et de sécurité, de droits de l'homme. «Pour la première fois dans les 70 ans d'his- toire de cette Organisation, le processus pour sélectionner et nommer le prochain Se- crétaire général est véritablement guidé par les principes de transparence et d'ouver- ture, et les dialogues que nous commen- çons aujourd'hui sont au c£ur de ce change- ment», a déclaré le Président de l'Assemblée générale des Nations unies, Mogens Lykke- toft, au début de ce processus. «Alors que l'ONU doit faire face à des crises multiples et que l'Organisation doit af- fronter des questions fondamentales concer- nant son propre rôle et son fonctionnement, trouver le meilleur candidat possible pour suc- céder au Secrétaire général Ban Ki-moon est absolument crucial», a-t-il ajouté. Le processus de sélection du nouveau Secrétaire général des Nations unies, tradi- tionnellement décidé en coulisse par quelques pays puissants, implique pour la première fois des rencontres publiques avec chaque can- didat à ce poste. Il y a actuellement huit can- didats au poste de Secrétaire général, quatre femmes et quatre hommes, qui sont: Srgjan Kerim, de l'ex-République yougoslave de Macédoine, Vesna Pusic, de la Croatie, Igor Luksic, du Monténégro, Danilo Türk, de la Slo- vénie, Irina Bokova, de la Bulgarie, Natalia Gherman, de la République de Moldavie, Antonio Guterres, du Portugal, et Helen Clark, de la Nouvelle-Zélande. Chacun des huit candidats doit s'exprimer formellement devant l'Assemblée générale, au cours de trois jours de dialogues informels commen- çant mardi 12 avril. Le grand public pourra po- ser des questions par l'intermédiaire de re-

17

Palestiniens arrêtés par les forces d'occupation israéliennes en Cisjordanie

Dix-sept Palestiniens ont été arrê- tés par les forces d'occupation israé- liennes mercredi en Cisjordanie, a in- diqué le Club des prisonniers pales- tiniens. "Les forces de l'occupation ont fait une incursion dans les villes de Tol- karem, Naplouse, Al Khalil, Beitla- hem, ainsi que dans plusieurs quar- tiers de l'est d'El Qods occupée, en ti- rant des coups de feu nourris et ont ar- rêté 17 Palestiniens en Cisjordanie" a indiqué un communiqué du Club des prisonniers palestiniens. Les forces d'occupation mènent quotidiennement des campagnes d'arrestation de dizaines de Palesti- niens dans les villes et les localités de Cisjordanie occupée sous divers pré- textes. Quelques 6830 Palestiniens ont été arrêtés au courant de l'année 2015 dont 2179 enfants selon des sta- tistiques de sources palestiniennes.

enfants selon des sta- tistiques de sources palestiniennes. présentants de la société civile et des médias

présentants de la société civile et des médias sociaux. Chaque candidat a déjà soumis, ou soumettra, une déclaration écrite présentant sa vision pour 2017 et au-delà. Après ces remarques préliminaires, les Etats membres auront à poser des questions au nom de leurs pays ou groupe géogra- phique. Les candidats pourront également avoir une rencontre avec la presse à l'exté- rieure de la salle de l'Assemblée générale. Le Président de l'Assemblée générale et le Service de liaison non-gouvernementale de l'ONU ont créé un site web où les gens peu- vent soumettre des questions par écrit, vidéo ou audio avec le hashtag #UNSGcandidates. Des questions présélectionnées seront lues au cours des dialogues informels. Plus de 500 questions ont déjà été soumises, allant de «quels critères utilisera le candidat pour nommer des hauts responsables» à «comment vos mesures mettront-elles fin à la pauvreté dans le monde» et «comment allez-vous ap- porter la paix au Moyen-Orient».

Un processus requérant la transparence

«C'est un processus qui peut changer les choses», a déclaré le Président de l'Assemblée générale, dans un entretien avec le Centre d'actualités de l'ONU. «Ce sera une nouvelle occasion d'accroître la transparence concer- nant l'ensemble de la machinerie onusienne, grâce l'implication d'un public plus large», a- t-il précisé. Alors qu'en apparence ces dialogues pu- blics informels ne semblent pas révolution-

naires, il s'agit vraiment d'une nouveauté. Les huit Secrétaires généraux que l'ONU a eus en 70 ans d'existence ont tous été sélectionnés dans le cadre d'un processus relativement fermé par les 15 membres du Conseil de sé- curité de l'ONU. M. Lykketoft s'est dit optimiste sur le fait que pour la première fois dans l'histoire des Nations Unies «ce processus très transparent» permettra de formuler «plus clairement» ce qui est attendu du prochain Secrétaire géné- ral, qui doit remplacer à ce poste M. Ban Ki- moon, de la République de Corée, dont le mandat entamé en 2007 exprire le 31 décem- bre 2016. Etant donné que ces dialogues pourraient «influencer» le processus de sélection, on peut s'attendre à une certaine résistance de la part du Conseil de sécurité. Selon M. Lykke- toft, ce n'est pas le cas et même les principales puissances comprennent que les problèmes les plus importants de la planète ne peuvent être résolus que grâce à la coopération. «Nous avons besoin d'une ONU forte et cela devrait se refléter dans la façon dont nous choisissons, et les compétences que nous exi- geons du nouveau Secrétaire général», a-t-il dit.

Le candidat doit refléter la capacité de «remodeler» l'ONU

La Charte des Nations unies, signée en 1945, dit peu de choses sur la façon dont un Secrétaire général doit être sélectionné, en de- hors de l'article 97, qui note que le candidat

«est nommé par l'Assemblée générale sur re- commandation du Conseil de sécurité». La Charte donne peu d'informations sur

les qualifications requises pour le poste de Se- crétaire général. M. Lykketof a décrit une per- sonne avec «des idées claires et la capacité» de remodeler l'Organisation afin qu'elle re- flète beaucoup mieux «l'interdépendance des défis fondamentaux auxquels les Na- tions unies sont confrontées en matière de dé- veloppement durable, de paix et de sécurité, de droits de l'homme». «Je souhaite que le monde et les puissances soient prêts à accepter que le Secrétaire gé- néral soit une personnalité forte et indé- pendante», a-t-il ajouté, se disant convaincu que la communauté internationale est prête

à accepter est une femme Secrétaire général,

pour la première fois. Lors de sa première session en 1946, l'As-

semblée générale fut beaucoup plus active dans le processus de sélection. Elle adopta la résolution A/RES/1/11 précisant que le Conseil s'occupe du processus de sélection, se met d'accord sur un seul nom lors d'une réunion

à huis clos, et présente ce nom à l'Assemblée générale pour un vote.

Depuis 1946, le Conseil de sécurité a fait exactement cela, discutant et votant à huis clos jusqu'à ce qu'il y ait un candidat avec une ma- jorité et sans veto d'un membre permanent du Conseil. Ce nom est ensuite envoyé officiel- lement à l'Assemblée générale, dont les membres approuvent sans discussion ce candidat. Mais ces dernières années, la pres- sion s'est accrue pour une plus grande trans- parence. En décembre de l'année dernière, M. Lykketof a co-signé une lettre avec l'Am- bassadrice américaine Samantha Power, qui,

à ce moment-là occupait la Présidence tour-

nante du Conseil de sécurité. Cette lettre, qui a été envoyée à chacun des représentants et observateurs permanents, déclare que dans un souci de «transparence et d'ouverture» le processus de sélection devrait être ouvert à des candidatures nationales et à des rencontres informelles avec les candidats. «De nombreux Etats membres veulent mieux connaître les candidats et se faire une opinion sur la personne qui va devenir Secrétaire général avant que les délibérations ne commencent au Conseil de sécurité», a ex- pliqué M. Lykketoft. Selon lui, cela pourrait vraiment changer les choses. Si une majorité de pays se rallient autour d'un candidat, «il sera très difficile de penser que le conseil de sécurité choisisse un autre nom».

SYRIE

Le médiateur de l'ONU inquiet des combats à la veille des pourparlers

Le médiateur de l'ONU en Syrie Staffan de Mis- tura a fait part mardi au Conseil de sécurité de son inquiétude devant l'esca- lade des combats en Syrie qui menace la reprise des négociations prévue hier, selon des diplomates. Il a déploré «une augmenta- tion du niveau de vio- lence», tout en estimant que cette escalade, surtout marquée à Hama, Damas et Alep (nord), «restait contenue». Dans la région d'Alep, des groupes armés liés au Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al- Qaïda, ont lancé «des opé- rations militaires de grande envergure» contre les forces gouvernemen- tales, a noté le médiateur, toujours cité par des di- plomates. Selon l'ambas- sadeur russe Vitali Tchourkine, M. de Mis-

l'ambas- sadeur russe Vitali Tchourkine, M. de Mis- tura a «confirmé que c'était Al-Nosra qui avait

tura a «confirmé que c'était Al-Nosra qui avait lancé une offensive dans la région d'Alep et que le gouvernement syrien avait riposté». Au cours des consulta- tions au Conseil, la Russie a réaffirmé que les Kurdes devraient être inclus dans les négociations. Evo- quant la reprise des négo- ciations, M. Tchourkine a espéré que les deux camps «s'occuperont vrai-

ment de tous les sujets qu'ils doivent évoquer», dont le gouvernement de transition, la nouvelle Constitution et l'organisa- tion d'élections. Qualifiés de «cruciaux» par Staffan de Mistura, les nouveaux pourparlers de paix inter-syriens doi- vent démarrer mercredi, trois semaines après un premier round n'ayant pas permis d'avancée ma- jeure.

CORÉE DU SUD

Les Sud-Coréens aux urnes pour renouveler leur Assemblée nationale

Les Sud-Coréens ont commencéhier à voter pour renouveler leur Assemblée nationale lors d'un scrutin qui devrait conforter la majorité du parti conservateur au pouvoir. Les bureaux de vote ont ouvert à 06H00 mercredi (21H00 GMT mardi) et 42 millions d'électeurs sont inscrits. Les résultats sont attendus dans la soirée. Les 300 sièges de l'Assemblée sont à renou- veler: 253 au suffrage direct et les 47 restants à la proportionnelle. Le Saenuri, qui avait remporté en 2012 une majorité absolue de 152 sièges, vise cette année une victoire encore plus large. Le pou- voir en Corée du Sud est concentré dans les mains de la présidente, Park Geun-Hye, dont le man- dat unique de cinq ans s'achèvera en 2018. Le résultat de ce scrutin conditionnera la fin du mandat de la présidente, selon les polito- logues. Une nette victoire du Saenuri lui donne- rait les coudées franches pour faire passer ses ré- formes au Parlement, mais un affaiblissement de son parti paralyserait probablement son ac- tion lors de ses deux dernières années à la Mai- son bleue.

APS

16 DK NEWS

CULTURE

Jeudi 14 avril 2016

TIZI OUZOU

Ali Hadj Tahar présente ses deux ouvrages consacrés à la peinture algérienne

L’artiste peintre et journaliste Ali Hadj Tahar a présenté, mardi à la maison de la cul- ture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, ses deux nouveaux ouvrages «Les fondateurs» et «Abstractions et avant-gardes» consacrés à la peinture algérienne. La rencontre, organisée dans le cadre de la huitième édition du salon Djurdjura des arts plastiques qui se tient depuis lundi à Tizi Ouzou, s’est déroulée en présence d’artistes plasticiens connus sur la scène nationale, à l’instar de Belhachemi Nordine et Smaïl Ou- chane. Nouvellement édités par le ministère de la Culture, ces deux livres figurent parmi une série de quatre productions écrites consacrées à la peinture algérienne qui ont été approuvées par la commission de lecture de la même institution, a fait savoir Ali Hadj Tahar. Le premier ouvrage de la série, «Les Fon- dateurs», se consacre à la peinture de contem- poranéité, un courant moderne occidental introduit par le colonisateur en Algérie, et re- late le parcours de 26 artistes peintres algé- riens autodidactes pour la plupart, tandis que le second, «Abstractions et avant-gardes», comporte des textes et des illustrations sur 65 plasticiens, a-t-il expliqué. Les deux autres productions, non encore mises sur le marché, sont «La figure et sa pré- sence» consacrée à la peinture figurative et semi figurative qui aborde des travaux de 79 artistes et «Les peintres du signe» dans lequel l’écrivain parle de 110 autres figures qui ont fait le bonheur de la peinture algérienne, a-t- il précisé. Au total, 280 artistes plasticiens algériens ont été cités dans ces livres à travers des textes portant sur leurs parcours et des illustrations de leurs £uvres, a affirmé M. Hadj Tahar, rap- pelant que la plupart des écrits, inclus dans ce travail, ont déjà fait l’objet de publication au journal El Moudjahid où il avait travaillé comme journaliste, ou à la revue Atlas dans la- quelle il était rédacteur en chef. Revenant sur le thème du premier ouvrage édité récemment, «Les Fondateurs», l’enfant de Hadjout (dans la wilaya de Tipasa) a expli- qué qu’il résume les débuts de la peinture al- gérienne durant les années 1920 et 1930 et ses fondateurs, à l’image de Mohammed Issia- khem, Mohammed Aksouh, Baya Mehied- dine, Jean-Michel Atland, Ali Khodja Ali, Ben Antar Abdellah, Ben Slimane Ahcène, Bou- kerche Miloud, Denis-Etienne Nacereddine, Maria Montand, Mohammed Zmirli et Azwaw Mammeri. «Ce volume inclut, par ailleurs, la période de la guerre de libération nationale où l’art et la peinture ont été mis à contribu- tion dans la cause nationale, notamment après le départ de beaucoup d’artistes comme Isiakhem, Aksouh et Louaïl en France. La peinture algérienne en tant que telle n’a été fondée qu’après 1962», a-t-il fait observer. Le deuxième ouvrage, «Abstractions et avant-gardes» fait le point d'une autre période qui débute à partir des années 1970 pour les arts plastiques algériens. Adlène Djeffal, Nor- dine Belhachemi, Arezki Larbi, Amine Khodja Sadek et Malik Saleh font partie de cette géné- ration d’artistes de l’abstrait qui a connu un épanouissement particulier durant les an- nées 1980, a-t-il relevé. Le livre parle aussi des plasticiens des an- nées 1990 qui ont apporté une nouvelle touche dans la peinture à travers «le passage de la perception collective vers l’individua- lisme encouragé par le développement tech- nologique et les écoles de formation spécialisées dans les beaux-arts», a-t-il fait re- marquer. Ali hadj Tahar termine sa présenta- tion en annonçant la sortie des autres ouvrages de la série consacrée à la peinture al- gérienne avant la fin de l’année en cours, «d’après les engagements du ministère de la culture», a-t-il tenu à préciser.

Constantine, capitale de la culture arabe 2015, l’autre rendez-vous de l’antique Cirta avec l’Histoire

Dans quelques heures, le rideau tombera sur la manifestation «Constantine, capitale de la culture arabe 2015», le flambeau changera de main et la fête culturelle arabe atterrira dans la ville tunisienne de Sfax pour une autre année de culture et d’échanges.

Une année durant, Constantine, la cité forteresse qui se maintient sur son Rocher depuis plus de 2.500 ans, a pesé de toute son envergure historique et de tout son poids culturel pour représen- ter l’Algérie, son histoire et sa culture, et refléter l’art de recevoir à l’algé- rienne ses frères et ses amis. Constan- tine, la terre des braves, celle de l’Aguellid, unificateur de la Numidie, Massinissa, de Fadela et Meriem Saâ- dane, la cité du mouvement réformiste et du mouvement nationaliste, de l’amour inconditionnel de Malek Had- dad, a brillé de mille feux, une année durant et célébré, douze mois d’affilée, la créativité. Tout n’était pas parfait certaine- ment. Des «couacs» étaient inévitables au regard de l’immensité de l’événe- ment, mais la plus importante mani- festation que Constantine n’ait jamais organisée et vécue aura marqué inévi- tablement les esprits.

Constantine, l’image valorisante de l’Algérie Dès l’annonce de l’ALECSO (Organi- sation arabe pour l’éducation, la cul- ture et les sciences), fin 2013, du choix de Constantine comme capitale cultu- relle arabe pour l’année 2015, la ville est entrée dans un véritable tourbillon. Entre fierté et appréhensions, hésita- tions et doutes, les choses commen- çaient à prendre forme. Les premiers tâtonnements éclipsés, une approche pour préparer l’événement surgit et de cette approche un programme de réa- lisation est né. Colossal, ce programme de réalisation et de réhabilitation des édifices a conforté le statut de la ville des ponts. Pour l’année culturelle arabe, des femmes et des hommes ont sué, nuit et jour, pour être au rendez- vous un certain 16 avril 2015. Ces femmes et ces hommes se sont surpassés pour faire émerger la salle de spectacle Ahmed Bey, ses multiples es- paces et ses nombreuses galléries, pre- mière du genre dans le pays et fierté de

galléries, pre- mière du genre dans le pays et fierté de toute l’Algérie. Des femmes et

toute l’Algérie. Des femmes et des hommes se sont devancés pour trans- former la maison de la culture Malek- Haddad et le palais de la culture Mohamed Laid Al Khalifa en espaces accueillants, confortables et fonction- nels. Cette même armada de femmes et d’hommes a veillé à donner «un coup de jeune» au Théâtre régional et ont £uvré à achever et livré l’hôtel de haut standing de la chaîne internationale Marriott. Et puis, ce sont aussi ces mêmes femmes et hommes qui se sont acharnés pour présenter un centre ville régénéré, revitalisé avec un aménage- ment d’aires de détente et de loisirs, un éclairage public étudié ou encore la mise en place d’un mobilier urbain re- looké.

Constantine, terre d’échange et de brasage culturel Au cours de sa «valse» culturelle qui a duré une année, Constantine a uni et réuni les frères et les amis dans un hymne à la vie, une ode à la créativité et une célébration inouïe de l’échange. De Constantine, au premier coup d’ar- chet, la Palestine a relaté la résistance par la culture et réitéré sa détermina- tion à remporter la bataille de la culture et de l’identité, dans une semaine cul- turelle où Al Qods et le patrimoine pa- lestinien ont été chantés, dansés et perpétués. L’Irak a donné le ton et, de-

puis la ville des Ponts, les Irakiens ont lancé un message au monde pour dire que la vie continue dans leur pays, ber- ceau des civilisations, et que même dans la douleur, le pays du Tigre et de l'Euphrate s'obstine, vaille que vaille, à célébrer la vie. Et la valse continuait. Depuis la cité du Vieux Rocher, l’Arabie Saoudite, le Koweït, l’Egypte, le Maroc, ou encore la Tunisie, le Qatar, l’Iran et le Sultanat d’Oman et de tant d’autres pays arabes ont salué l’Algérie qui unit et réunit, et ont prouvé que la culture resserre les rangs. De l’antique Cirta, en solo, en duo, en trio et en groupes, des artistes de l’Inde, de la Chine et du Japon et de beaucoup d’autres nations ont donné de belles leçons dans l’art de créer des passerelles culturelles. De la cité du «grand caillou», la Turquie, l’Italie, le Soudan et la Côté d’ivoire, l’Allemagne, les Etats-Unis d’Amérique et tant d’au- tres pays ont crée des séquences ma- giques de brassage culturel et des scènes interculturelles saisissantes. A quelques heures de la remise du flam- beau, l’histoire retiendra que Constan- tine, la ville qui a «inventé» les ponts (ses huit merveilles en sont témoins), a encore érigé, en 2015, un autre pont et étendu ses ramifications pour rassem- bler les peuples et célébrer, dans la joie et l’amitié, la diversité.

ALGÉRIE - UE

Lancement de formations sur la préservation du patrimoine audiovisuel

Des cycles de formation sur la préservation du patri- moine audiovisuel, cinéma- tographique et photographique ont été lan- cés mardi à Alger par l'Unité du programme d'appui (Uap) de l'Union euro- péenne à la protection et la valorisation du patrimoine culturel algérien. Cette for- mation qui concerne pas moins de 500 stagiaires en- cadrés par des profession- nels de l'Institut national français des archives (INA) se décline en plusieurs ate- liers conçus pour répondre aux besoins techniques de plusieurs institutions et en- treprises. Une première for- mation sur la gestion des centres d'archivage et de traitement de la documenta- tion ainsi que sur la gestion des ressources humaines se tiendra jusqu'à jeudi au Pa- lais de la culture Moufdi-Za- karia. Au programme de ces formations qui s'étaleront sur plus d'une année, des

qui s'étaleront sur plus d'une année, des ateliers sur la restauration, la conservation et la numéri-

ateliers sur la restauration, la conservation et la numéri- sation de bobines 35mm se- ront organisés au profit du personnel de la cinéma- thèque, du Centre national de la documentation, de la presse et de l'information (Cndpi) et de la Bibliothèque national. D'autres cycles seront également dispensés au per- sonnel de l'Office de gestion et d'exploitation des biens culturels (Ogebc), et du Cen- tre national des manuscrits

à Adrar, indique le directeur du programme, Zohir Balla- lou. Des formations sur six domaines d'intervention dont la conservation des biens culturels mobiliers et des biens exposés en musées de sites ont été avaient été lancés plus tôt. S'exprimant en ouverture du premier atelier de forma- tion, l'universitaire Ahmed Bedjaoui a insisté sur la né- cessité d'entreprendre ce travail afin de sauver priori- tairement le fonds de la ci-

némathèque algérienne, es- timé à plus de 11 000 copies 35mm. Cofinancé par l'UE et l'Algérie à hauteur de 21.5 millions et 2.5 millions d'eu- ros respectivement, le pro- gramme d'appui à la protection et à la valorisa- tion du patrimoine culturel en Algérie vise à renforcer les capacités en matière d'in- ventaire des biens culturels, la mise en place de mesures d'urgence pour la sauve- garde des biens et l'installa- tion de chantiers-écoles. L'accompagnement de la société civile dans son action de sensibilisation à l'impor- tance de l'héritage patrimo- nial figure aussi parmi les objectifs de ce programme. En janvier dernier l'UAP avait remis des contrats des contrats de subvention esti- més à 13 millions d'euros (1,57 milliards DA) à 18 asso- ciations porteuses de projets liés à la protection du patri- moine.

APS

Jeudi 14 avril 2016

SCIENCE

DK NEWS

17

ESPACE

L'ONU appelle les Etats à l'utilisaion

de l'espace à des fins pacifiques

à l'utilisaion de l'espace à des fins pacifiques Les Nations unies ont appelé les Etats à

Les Nations unies ont appelé les Etats à poursuivre l'exploration et l'utilisation de l'es- pace à des fins pacifiques et pour le bien de l'humanité toute entière, à l'occasion de la Journée internationale du vol spatial habité, qui marque cette année le 50e anniversaire du premier vol effectué dans l'espace. Créée en 2011 par l'Assemblée générale de l'ONU, cette Journée célèbre chaque année l'anniversaire du premier vol spatial habité, effectué le 12 avril 1961 par Youri Gagarine, un citoyen soviétique né en Russie. "J'ai la convic- tion que la Journée internationale du vol spa- tial habité nous rappellera notre humanité commune et la nécessité de travailler ensem- ble pour vaincre nos problèmes communs", avait déclaré le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, suite à la création de cette Jour- née. "J'espère qu'elle incitera aussi les jeunes à tout mettre en œuvre pour réaliser leurs rêves et faire en sorte que le monde découvre des espaces inexplorés de savoir et de compré-

hension", avait-il ajouté. L'exploration spatiale a fait ses premiers pas avec le lancement, le 4 octobre 1957, du premier satellite d'origine hu- maine, Spoutnik. Près de quatre ans plus tard, M. Gagarine est devenu le premier homme à tourner en orbite autour de la Terre, ouvrant un nouveau chapitre de l'exploration hu- maine de l'espace extra-atmosphérique. Pour l'édition 2016 de la Journée, 50 ans jour pour jour après cet événement histo- rique, l'ONU a appelé les Etats à poursuivre leurs efforts en vue de faire profiter à tous des avantages qui découlent de l'exploration spa- tiale. "Il est de l'intérêt de l'humanité d'encoura- ger et de développer à des fins pacifiques l'ex- ploration et l'utilisation de l'espace, patrimoine de l'humanité tout entière", a dé- claré l'ONU, ajoutant que cette Journée réaf- firme le rôle essentiel des sciences et des techniques spatiales dans la réalisation des objectifs de développement durable.

Le nouveau cosmodrome russe de Vostotchny prêt pour un premier lancement le 27 avril

de Vostotchny prêt pour un premier lancement le 27 avril Le vice-Premier ministre russe Di- mitri

Le vice-Premier ministre russe Di- mitri Rogozine a indiqué que «les ins- tallations techniques» du futur cosmodrome de Vostotchny, haute- ment stratégique pour la Russie, sont

prêtes et il sera en mesure d'accueillir

le premier lancement d'une fusée le 27

avril.

«Aujourd'hui, j'ai informé le prési- dent que les installations techniques pour un lancement sont prêtes», a dé- claré Dmitri Rogozine après une réu- nion avec Vladimir Poutine, cité par l'agence de presse TASS. Début avril, une commission d'Etat avait décidé, après inspection du chantier, que le premier lancement d'une fusée depuis

le nouveau cosmodrome aurait lieu le

27 avril à 05H01, heure de Moscou (02H01 GMT). Vice-Premier ministre

en charge de l'espace, Dmitri Rogozine

a ajouté que le cosmodrome de Vos-

totchny, situé près de Khabarovsk (Ex-

trême orient russe), dont la

construction a été troublée par de mul- tiples scandales de corruption, était «extrêmement important et la garantie absolue de l'indépendance» de la Rus- sie. «Pour nous, il s'agit d'un des projets nationaux prioritaires», a de son côté

déclaré Vladimir Poutine, qui s'expri- mait depuis Moscou par vidéoconfé- rence avec des employés de Vostotchny, selon des propos retransmis à la télévi- sion russe. Ces déclarations intervien- nent à l'occasion du «Jour des cosmonautes», qui commémore en Russie le premier vol spatial habité ef- fectué le 12 avril 1961 par le cosmonaute soviétique Iouri Gagarine. Vostotchny doit permettre à Moscou de ne plus dé-

pendre du cosmodrome de Baïkonour, situé au Kazakhstan, que la Russie loue au prix fort depuis la chute de l'URSS, en particulier pour y lancer les vols ha-

bités à destination de la Station spatiale internationale (ISS).

APS

PUBLICITE

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 412 931 du 14/04/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 412 931 du 14/04/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 413 140 du 14/04/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 413 140 du 14/04/2016

18

DK NEWS

TÉLÉ

Jeudi 14 avril 2016

PROGRAMME DU JOUR

PROGRAMME

DU

JOUR

PROGRAMME DU JOUR
T É L É Jeudi 14 avril 2016 PROGRAMME DU JOUR 05:25 : TFou 07:25 :

05:25 : TFou 07:25 : Météo 07:30 : Téléshopping 08:15 : Météo 08:20 : Petits secrets entre voisins 08:50 : Petits secrets entre voisins 09:20 : Grey's Anatomy 10:05 : Grey's Anatomy 10:55 : Petits plats en équilibre 11:00 : Les douze coups de midi 11:50 : L'affiche du jour 12:00 : Journal 12:35 : Petits plats en équilibre 12:40 : La belle histoire 12:45 : Météo 12:55 : Les feux de l'amour 14:45 : Les feux de l'amour 14:15 : Les péchés du passé 16:00 : Quatre mariages pour une lune de miel 18:00 : Bienvenue chez nous 18:00 : Money Drop 18:55 : Météo 19:00 : Journal 19:35 : Météo 19:45 : C'est Canteloup 19:55 : Falco 20:55 : Falco 22:05 : New York Unité Spéciale 22:55 : New York Unité Spéciale

New York Unité Spéciale 22:55 : New York Unité Spéciale 05:00 : Les Z'amours 05:25 :

05:00 : Les Z'amours 05:25 : Journal 05:30 : Télématin 05:57 : Météo 2 06:00 : Journal 06:10 : Télématin (suite) 07:00 : Journal 07:10 : Télématin (suite) 08:25 : Dans quelle éta-gère 08:35 : Amour, gloire et beauté 08:55 : L'atelier déco 09:45 : Météo outremer 09:50 : Motus 10:20 : Les Z'amours 10:55 : Tout le monde veut prendre sa place 11:55 : Météo 2 12:00 : Journal 12:50 : Météo 2 12:51 : Consomag 14:00 : Toute une histoire 14:05 : L'histoire continue 14:40 : Comment ça va bien ! 15:20 : Comment ça va bien ! 16:15 : Dans la peau d'un chef 18:05 : Joker 18:45 : N'oubliez pas les paroles 18:20 : N'oubliez pas les paroles 18:50 : Météo 2 19:00 : Journal 19:15 : Dialogue citoyen avec François Hollande 21:25 : Un oeil sur la planète

avec François Hollande 21:25 : Un oeil sur la planète 05:00 : EuroNews 05:30 : Garfield

05:00 : EuroNews 05:30 : Garfield & Cie 05:42 : Garfield & Cie 05:54 : Garfield & Cie 06:06 : Garfield & Cie 06:18 : Ninjago 06:45 : Ninjago 07:10 : Ludo vacances 07:12 : Les lapins crétins : invasion 07:19 : Les lapins crétins : invasion 07:32 : Les lapins crétins : invasion 07:38 : Les lapins crétins : invasion 07:45 : Les lapins crétins : invasion 07:57 : Scooby-Doo, Mystères Associés 08:25 : Scooby-Doo, Mystères Associés 08:52 : Boule et Bill 09:04 : Boule et Bill 09:22 : Titeuf 09:29 : Titeuf 09:36 : La chouette & Cie 09:45 : Consomag 09:50 : Midi en France 10:50 : Météo 11:00 : 12/13 : Journal régional

11:25 : 12/13 : Journal national 11:55 : Météo à la carte 14:00 : Un cas pour deux 14:10 : Un cas pour deux 15:05 : Un livre, un jour 15:15 : Des chiffres et des lettres 15:55 : Harry 16:30 : Slam 18:10 : Questions pour un champion 18:00 : 19/20 : Journal régional 18:18 : 19/20 : Edition locale 18:30 : 19/20 : Journal national 18:58 : Météo 19:00 : Tout le sport 19:20 : Météo régionale 19:25 : Plus belle la vie 19:55 : The Missing 20:55 : The Missing 21:55 : Météo 22:00 : Grand Soir 3

20:55 : The Missing 21:55 : Météo 22:00 : Grand Soir 3 05:50 : Le JT

05:50 : Le JT du Grand Journal 06:20 : Le grand journal 07:05 : Mon oncle Charlie 07:25 Cinéma : Terre battue 08:55 : God Save Connasse 09:55 Cinéma : Connasse, princesse des coeurs 11:15 : Parks and Recreation 11:40 : Connasse 11:45 : La nouvelle édition 14:05 : Carte blanche 14:08 : Panthers 14:55 : Panthers 14:45 Cinéma : MI-5 : infiltration 16:30 : L'effet papillon 18:05 : Parks and Recreation 18:30 : Album de la semaine 18:36 : Connasse 18:41 : Carte blanche 18:45 : Le JT du Grand Journal 18:15 : Le grand journal 19:10 : Le petit journal 19:50 : Les Guignols 20:00 : The Affair 20:55 : The Affair 21:55 : L'émission d'Antoine 22:55 : Fortitude

21:55 : L'émission d'Antoine 22:55 : Fortitude 05:00 : M6 Music 05:30 : Les aventures de

05:00 : M6 Music 05:30 : Les aventures de Tintin 05:50 : Matt et les monstres 06:00 : K3 06:20 : La maison de Mickey 06:40 : La maison de Mickey 07:00 : La boutique de Minnie 07:05 : Docteur La Peluche 07:30 : Alvinnn !!! et les Chipmunks 07:40 : Alvinnn !!! et les Chipmunks 07:55 : M6 boutique 09:00 : Modern Family 09:25 : Modern Family 09:50 : Modern Family 10:15 : Modern Family 10:40 : Modern Family 11:05 : Modern Family 11:40 : Météo 11:45 : Le 12.45 12:10 : Scènes de ménages 12:38 : Astuces de chef 12:40 : Météo 12:45 : Un million de raisons 14:45 : Soupçon de magie 15:30 : Soupçon de magie 16:25 : Les rois du shopping 18:40 : Chasseurs d'appart' 18:40 : Météo 18:45 : Le 19.45 19:10 : Scènes de ménages 19:55 : Scorpion 20:45 : Scorpion 21:40 : Scorpion 22:20 : Scorpion

La sélection

19h55 Falco Saison 4 épisode 3 : Depuis trois semaines, Falco est de nou- veau
19h55
Falco
Saison 4 épisode 3 : Depuis
trois semaines, Falco est de nou-
veau dans le coma, après avoir fait
un AVC. Pendant ce temps, place
de la République à Paris, une
personne coincée dans une
bouche d'égout supplie une pas-
sante de l'aider à sortir. Avant de
tomber et de disparaître, elle
laisse échapper une gourmette portant le prénom de « Benjamin ». De son côté,
Cécile Pereggi s'entretient avec Maxime Kucing, qui souhaite intégrer l'équipe.
19h55 Dialogue citoyen avec François Hollande Au musée de l'Homme à Paris - qui a

19h55

Dialogue citoyen avec François Hollande

Dialogue citoyen avec François Hollande
Au musée de l'Homme à Paris - qui a rouvert ses portes en octo- bre

Au musée de l'Homme à Paris - qui a rouvert ses portes en octo- bre dernier après six ans de réno- vation - le président de la Répu- blique François Hollande propose un rendez-vous exceptionnel pour un échange direct avec des ci- toyens. Ils sont invités à lui faire part de leurs préoccupations quo- tidiennes. Ils pourront aussi évo- quer les grandes questions d'actualité nationale et internationale et notamment la menace terroriste toujours présente dans notre pays. Ce dialogue sera en- cadré par David Pujadas, rompu à l'exercice, par Karim Rissouli qui a rejoint l'équipe « Des paroles et des actes » l'an dernier et par Léa Salamé qui a déjà ren- contré le chef de l'Etat à deux reprises.

19h50The Missing Saison 1 épisode 1 : Tony Hughes est de retour à Châlon du

The Missing

Saison 1 épisode 1 : Tony Hughes est de retour à Châlon du Bois, une

Saison 1 épisode 1 : Tony Hughes est de retour à Châlon du Bois, une petite commune du nord de la France. Il pense avoir trouvé de nouveaux élé- ments sur la disparition de son fils, Oli- ver, huit ans plus tôt. En 2006, alors qu'il séjournait à l'hôtel avec sa femme et le petit garçon, celui-ci s'est volatilisé presque devant ses yeux, le soir d'un match de football. A l'époque, Julien Baptiste, un inspecteur parisien, avait mené l'enquête.

19h55 The Affair Saison 2 épisode 9 : Alors qu'elle se trouve dans un bar
19h55
The Affair
Saison 2 épisode 9 : Alors qu'elle
se trouve dans un bar où elle at-
tend un homme rencontré sur
un site de rencontres, Helen se re-
trouve face au chirurgien qui a
opéré son fils. Ce dernier lui fait
des avances assez directes. Ali-
son ressent des contractions de
plus en plus fortes et doit gérer la
situation seule car Noah ne ré-
pond pas à ses appels. Il est entraîné dans une soirée orgiaque par Eden où il
perd tout contrôle.
19h55 Scorpion Saison 2 épisode 8 : Une rame de métro a été sabotée et
19h55
Scorpion
Saison 2 épisode 8 : Une
rame de métro a été sabotée
et risque de faire des vic-
times. L'équipe de Scorpion
tente l'impossible pour éviter
le drame. Paige et Ralph se
trouvent par hasard à bord,
ce qui facilite l'intervention,
grâce aux observations per-
tinentes de Ralph. Ses re-
commandations se révèlent
aussi utiles que rassurantes. Parallèlement, Toby participe à un combat de boxe
en espérant impressionner Happy. Mais les résultats ne sont pas ceux qu'il es-
pérait.

Jeudi 14 avril 2016

DÉTENTE

DK NEWS

19

Mots fléchés n°1267 Citations “Se donner du mal pour les petites choses, c’est parvenir aux
Mots fléchés n°1267
Citations
“Se donner du mal
pour les petites choses,
c’est parvenir aux
grandes, avec le
temps.”
*Samuel
Beckett
C’est arrivé un 14 avril
1945
: les troupes britanniques libèrent le camp de
concentration nazi de Bergen-Belsen.
1952
: en Bolivie, coup d'État de Víctor Paz
Estenssoro.
1952
: premier vol du bombardier Boeing B-52
Stratofortress, aux États-Unis.
1983
: ouverture du complexe Tokyo Disney Resort
et du parc Tokyo Disneyland au Japon.
1989
: 95 personnes périssent écrasées ou étouffées
contre les grilles du stade Hillsborough à Sheffield
(Royaume-Uni) lors de la demi-finale de la Coupe
d'Angleterre de football opposant les équipes de
Liverpool et de Nottingham Forest.
1989
: début des manifestations de la place
Tian'anmen suite au décès de Hu Yaobang, ancien
secrétaire général du Parti communiste chinois.
1992
: la Constitution de la République socialiste du
Viêt Nam est adoptée par la huitième Assemblée
nationale.
1993
: le Limoges CSP devient le premier club fran-
çais de sport collectif à remporter le titre de
Champion d'Europe, à Athènes, face aux Trévisans.
1994
: signature des accords de Marrakech.
1999
: Abdelaziz Bouteflika devient le 7 e président de
l'Algérie indépendante.
Célébrations :
-
Corée du Nord : Arirang Festival, Festival Arirang,
commémorant la naissance de Kim Il-sung, prési-
dent de la République populaire démocratique de
Corée.
- États-Unis : Jackie Robinson Day, journée d'hom-
mage à Jackie Robinson.
- États-Unis : Tax Day (en), dernière journée pour
payer ses impôts.
Mots croisés n°1267
Mots croisés n°776
Samouraï-Sudoku n°1267

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. 4 Horizontalement: 1. Mâche italien 2.Impossi

4 Horizontalement:

1.

Mâche

italien

2.Impossi bilité de marcher en l'absence d'atteinte mo- trice - Nom que l'Indonésie a donné à la Nouvelle-Guinée 3.Pièce satirique en alexan- drins alternant avec des oc- tosyllabes - Cycle 4.Maladie contagieuse 5.Du verbe savoir - Capitale du Lesotho, en Afrique aus- trale 6. Port de Grèce - Ecrivain

7. Laize - Insipides - Enjoué 8.Décoratif - Ville d'Autriche 9.Septième lettre de l'alpha- bet grec - Conseil national de la Résistance - Voyelle dou- ble 10.Dernier maire de Mont- réal- Nord - Ainsi en latin 11.Inassimilable - Aluminium 12.Auteur de l'opéra Œdipe - Infusion que l'on en fait

4 Verticalement :

1.Industrie fabriquant les seaux, écuelles, aamellesetc.

Scandium 8 . Naïf et un peu sot - Police nazie

2.Tesselle

- Service du travail obligatoire 9.Instruments servant dans les

3.

Guanac0 - Pique avec une arme

opérations, àmaintenircertaines

pointue

parties écartées - On y glisse un

4.Frime-Forcecosrnologiquequi

oreiller

se manifeste surtout par la passivité

10.Point dont on entoure un motif

5.Métiscanadien-Pillage

brodé afin de le faire ressortir

6.C'est-à-dire - Imprègnes d'lille

11.Languethaïe-TorrentdesAlpes

substance pour empeser le linge

du Sud- Ampère - heure

7.Arrêt ou ralentissement de la cir-

12.RivièredesAlpesautrichiennes

culationd'unliquide organique -

-Myrtille

de la cir- 12.RivièredesAlpesautrichiennes culationd'unliquide organique - -Myrtille 7 erreurs
7 erreurs
7 erreurs

20

DK NEWS

SPORTS

Jeudi 14 avril 2016

COUPE D'ALGÉRIE DE VOLLEY-BALL (DAMES - 1/2 FINALES) DEMAIN

Vers une finale GS Pétroliers - NR Chlef

Les demi-finales de la Coupe d'Algérie de volley- ball, seniors dames, prévues demain, mettront aux prises le GS Pétroliers à Seddouk VB d'une part, et le NR Chlef au WA Tlemcen d'autre part. Si les Pétrolières, tenantes du trophée, partent largement favorites face au SVB, le match entre le NRC et le WAT s'annonce beaucoup plus équilibré, même si Chlef jouera en pensant à l'exploit réalisé en quarts de finale. Le GS Pétroliers avait décroché sa qualification au dernier carré à l'issue de sa victoire au tie-break face au MB Béjaïa 3-2 (20-25, 21-25, 25-16, 25-17, 15-9). De son côté, le NR Chlef avait créé la surprise en éliminant le futur champion d'Algérie, l'ASW Béjaïa, également au tie-break, alors qu'il accusait un retard de deux sets et était mené au troisième par 15-2 avant d'entamer une remontée spectacu- laire au score (22-25, 23-25, 26-24, 25-23, 15-8).

Programme des demi-finales (demain à 15h00) :

A Bordj Bou-Arréridj : Seddouk VB - GS Pétroliers

A Hassi Mamech

: WA Tlemcen - NR Chlef.

TIR À L'ARC / CHAMPIONNAT ARABE (CADETS / JUNIORS)

10 médailles pour l'Algérie, dont 5 en or

/ JUNIORS) 10 médailles pour l'Algérie, dont 5 en or Les sélections algériennes (cadets / juniors)

Les sélections algériennes (cadets / juniors) de tir à l'arc ont décroché dix médailles (5 or et 5 bronze) au Championnat arabe (garçons / filles), disputé du 6 au 11 avril à Marrakech (Maroc). Les cadets Imad Bakri et Yasmine Tikerrouchine ont décroché, à eux seuls, quatre médailles d'or : une par chacun d'entre eux dans la formule «indivi- duelle», une 3e en «mixte», et une 4e médaille d'or après avoir terminé en tête du classement «par points». La 5e médaille d'or algérienne a été décro- chée par la sélection «juniors», dans la formule «par équipes». En bonze, deux des cinq médailles algé- riennes ont été moissonnées par le cadet Zakaria Bentarfaya, respectivement dans les formules «par match» et «par points». Les trois dernières médailles de bronze algé- riennes dans cette compétition ont été obtenues par Cherfaoui Younès et Cherfaoui Abdeltif dans la for- mule «par points», ainsi que par Madjid Hocine, dans la formule «par match».

KUNG FU/CHAMPIONNAT ARABE DES CLUBS CHAMPIONS

L'US El Biar avec 7 athlètes à Amman (Jordanie)

L'Union Sportive El Biaroise (USEB) prendra part au championnat arabe des clubs champions de Kung Fu Wushu, prévu du 15 au 20 avril à Amman en Jordanie, avec sept athlètes dont une fille, a-t-on appris hier du président du CSA Abderrahmane Bouzid.

Le représentant algérien prendra part à deux styles de compétition: le Sanda (combat) et le Taolu (Kumité), avec l'objectif de faire mieux que lors de l'édition précé- dente qui a permis aux athlètes de l'USEB de remporter 18 médailles dont 5 en or, avec à la clé une 3è place par équipes sur une dizaine de pays.

« Evidemment, notre mission est

d'obtenir une meilleure récolte pos- sible dans cette compétition. La

tache n'est certes pas facile, mais on

a confiance dans les potentialités de nos athlètes, ceux qui ont émergé

lors de la dernière édition ainsi que les nouveaux», a indiqué Abderrahmane Bouzid qui conduira

la délégation algérienne à Amman.

Parmi les athlètes qui avaient brillé lors de l'édition 2015, le prési- dent du CSA citera Khadidja Belhayani (Sanda et Taolu), auteur de 4 médailles dont trois en or et Mohamed Charchali (taolu).

« Parmi les neuf athlètes algé-

riens retenus pour le rendez-vous arabe, deux nouveaux: Hamimi Oulefki (sanda) et Okba Benaldja (taolu), lesquels sont décidés à ne pas rentrer bredouille de Amman,

sont décidés à ne pas rentrer bredouille de Amman, au même titre que leurs coéqui- piers.»

au même titre que leurs coéqui-

piers.» a souligné le chef de mission de l'USEB. L'équipe de Sanda sera dirigée par l'entraîneur Sofiane Amari et celle du Taolu sera conduite par Lounes Hamiche, qui étaient également présents lors de l'édition de 2015. Les athlètes sélec-

tionnés pour le championnat se sont contentés des séances d'entraîne- ment quotidiennes à l'ISTS/NFS de Dely-Brahim (Alger). « Il n'y a pas eu une préparation spécifique pour le rendez-vous de Amman qui est ins-

crit au programme depuis le début de saison en cours, donc la prépara- tion a été entamée bien avant et nos athlètes sont prêts pour la compéti- tion avec la volonté de revenir avec une bonne récolte», a assuré Bouzid. Liste des athlètes:

Hamimi Oulefki, Kheireddine Kaloune, Amine Badredine (épreuve Sanda) Mohamed Charchali (Taolo), Okba Benaldja (Taolu) Khadidja Belhayani et Abdelmadjid Midoun (Sanda et Taolu).

SEMI-MARATHON «ÉMIR ABDELKADER»

1.000 athlètes de 15 pays attendus à la 3 e édition à Mascara

Un millier d'athlètes de 15 pays sont attendus à la troisième édition du semi-marathon interna- tional «Emir Abdelkader», prévue le 21 mai prochain

à Mascara, a-t-on appris

mardi du directeur de la

jeunesse et des sports de

la wilaya.

Omar Aouichet a indi- qué, lors d'une confé-

rence de presse, que 1.000 athlètes d'Algérie et de pays africains, arabes et européens prendront part

à cette édition, qui sera

organisée par la ligue de wilaya sous l'égide de la Fédération algérienne d’athlétisme (FAA), dans le cadre de la commémo- ration du 133e anniver- saire de la mort de l’Emir Abdelkader. Le départ de la course

de la mort de l’Emir Abdelkader. Le départ de la course sera devant l'arbre «Derdara» dans

sera devant l'arbre «Derdara» dans la com- mune de Ghriss qui a fut le théâtre de la première allégeance au fondateur de l’état algérien moderne et l'arrivée à la place «Emir Abdelkader» au centre-ville de Mascara, a- t-il précisé. Les prépara-

tifs pour cette grande manifestation sportive ont été lancés pour un meil- leur déroulement de la compétition par rapport à la 2ème édition organisée l’an dernier avec la parti- cipation de 600 coureurs de 11 pays. La DJS de la wilaya de

Mascara a débloqué un montant de 3,5 millions DA comme contribution aux frais du semi-mara- thon en attendant celle de la FAA et d'entreprises pri- vées de sponsoring contactées par les organi- sateurs. En marge de cette course, une exposition variée sera organisée por- tant sur des aspects et atouts touristiques et éco- nomiques de la wilaya, avec la participation d’opérateurs écono- miques. Une virée touristique est programmée au profit des participants à des sites historiques et archéolo- giques de l’Emir Abdelkader dans la région.

APS

giques de l’Emir Abdelkader dans la région. APS Solution Sudoku N°1266 SAUCISSONNER APPAREILnOSER

Solution

Sudoku N°1266

Abdelkader dans la région. APS Solution Sudoku N°1266 SAUCISSONNER APPAREILnOSER ISSOLEESnCVTnI nNnNAITREREL
SAUCISSONNER APPAREILnOSER ISSOLEESnCVTnI nNnNAITREREL AISnGEMIROBOL EnHIVnMIURNEn GYNECEEVEnAUn PERDUSInESnME
SAUCISSONNER
APPAREILnOSER
ISSOLEESnCVTnI
nNnNAITREREL
AISnGEMIROBOL
EnHIVnMIURNEn
GYNECEEVEnAUn
PERDUSInESnME
UTnRnLADnCORS
nInALIDOnMOELL
ONELYSEENnMENE
Mots Croisés N°1266
nInALIDOnMOELL ONELYSEENnMENE Mots Croisés N°1266   FRAGMENTAIRE Mots F l é c h é s N
 

FRAGMENTAIRE

Mots Fléchés N°1266

OnRAIDISSEUR

ULCEREnAOUTE

DInTENIRnAIn

ROUETnDIPOLE