Vous êtes sur la page 1sur 14

Pêche et cabotage Pâris donne dans l’Essai16 la description de plusieurs types

de badan. Les plus grands sont les badan safar servant à la


Hormis les grands boutres transocéaniques, Pâris a pêche au thon et à divers transports. Ils « ont de 12 à 18
documenté à Mascate une autre catégorie de bateaux mètres de long et sont remarquables par leur fond plat et
arabes : les badan, dont il déforme légèrement le nom leurs deux quilles. » Pâris poursuit : ils « marchent bien ;
en beden. Essentiellement destinés à la pêche – parfois au ils portent mieux la voile et dérivent moins que ne le ferait
transport pour les plus grands d’entre eux –, de dimen- croire leur manque de profondeur [...] La forme courbe et
sions modestes, n’excédant pas une quinzaine de mètres plate de leurs fonds les rend très propres à naviguer sur les
de long, les badan étaient construits dans les chantiers des bancs et à accoster sur les plages, les parties extrêmes de
côtes omanaises, à Sur, Matrah ou sur l’île de Masirah. leurs quilles étant au ras de l’eau lorsqu’ils ne sont point
Ils ont été en usage entre la péninsule de Musandam et chargés. » Bien qu’ils marchent le plus souvent à la voile,
Mukalla et même Aden (Yémen) jusqu’à la seconde moitié ils sont également munis d’avirons de forme irrégulière
du xxe siècle15. Ces bateaux étaient parfaitement adaptés dont l’efficacité est remarquée par Pâris.
aux conditions de navigation locales. Ils ont été beau-
coup moins sujets aux influences européennes que les Quant au badan seyad, essentiellement mû à l’aviron, il est
grands boutres et ont conservé certaines caractéristiques plus petit que le badan safar et utilisé pour pêcher au filet.
de construction arabe, comme leur forme à arrière pointu, Pâris en décrit la technique d’assemblage : « il n’a point
l’usage de coutures pour certains assemblages, ou encore de membrures ; ses différentes parties sont cousues au
un type particulier de gouvernail maintenu et actionné moyen de petits amarrages plats qui traversent les planches
par un système de cordages. L’immersion assez profonde et pressent, à l’intérieur, un boudin d’étoupe imprégné
du gouvernail permettait de réduire la dérive due au fond de la composition résineuse dont tout le corps est enduit.
plat de la coque. La fausse étrave et le faux étambot sont unis au bateau par
des attaches et sont soutenus par des courbes qui, au lieu
de clous, ont des amarrages pour les fixer. » Cette des-
cription, les plans correspondants et la maquette réalisée
{15} Voir une description très complète des différents badan dans le livre
de D. Agius, op. cit., pp. 98-105. Il a observé en 1996 quelques coques
de badan en différents lieux du sultanat d’Oman et a recueilli de précieux
témoignages oraux de plusieurs utilisateurs et constructeurs. {16} F.-E. Pâris, Essai, op. cit., pp. 14-15.

32 TOU S L ES BATEAUX DU MONDE

001 TOUS BATEAUX DU MONDE.indd 32 14/01/10 14:51


v | François-Edmond Pâris > | François-Edmond Pâris
(1806-1893) (1806-1893)
« BEDEN SAFAR « BEDEN SEYAD, HALANT DES
DE MASCATE, AU MOUILLAGE FILETS. BAGGALA ET DUNGIYA
ET À LA VOILE » À LA VOILE »
In Essai sur la construction In Essai sur la construction
navale des peuples extra- navale des peuples extra-
européens européens
Paris : Arthus Bertrand éditeur, Paris : Arthus Bertrand éditeur,
1843 1843
Service Historique de la Service Historique de la
Défense-Département Marine, Défense-Département Marine,
VI - AT416 / Pl. 7 VI - AT416 / Pl. 9

> | BADAN SAFAR, BATEAU


DE PÊCHE DE MASCATE
Maquette à l’échelle 1/25
réalisée par Frédéric Baude sur
les relevés de François Edmond
Pâris
1873, bois et fibre végétale
62 x 15 x 62,3 cm
MnM 3 EX 5

001 TOUS BATEAUX DU MONDE.indd 33 15/01/10 12:58


Des traditions encore vivantes
Certains types de bateaux ou modes de construction Une permanence de certaines formes et techniques de
observés par Pâris existent encore de nos jours, malgré construction a été remarquée par plusieurs spécialistes
les bouleversements sociaux, techniques et économiques d’archéologie ou d’ethnographie nautiques. Cette région
intervenus depuis le début du xixe siècle. Sans doute cette du monde constitue pour eux un terrain d’observation
continuité s’explique-t-elle par des facteurs culturels extrêmement précieux. De nombreux éléments des
comme une fidélité particulière aux traditions. D’autres cultures nautiques vernaculaires peuvent encore y être
facteurs ont joué un rôle non négligeable dans la continuité étudiés9, ce qui permet de mettre les travaux fondateurs
de l’usage des bateaux traditionnels, comme leur efficacité de Pâris en perspective et de les enrichir.
dans l’environnement concerné, ou le bon rapport coût/
rendement pour les pêcheurs artisanaux, dont la pauvreté Pour rendre compte, à l’image de Pâris, des principales
soulignée jadis par Pâris est toujours d’actualité. caractéristiques techniques et de l’environnement humain
des bateaux traditionnels en usage au xixe siècle sur les
Ainsi, en Andra Pradesh, dans le delta de la rivière côtes du sous-continent indien et au Sri Lanka, une sélec-
Krishna, les population de pêcheurs de coquillages utilisent tion d’embarcations particulièrement représentatives
aujourd’hui encore des bateaux nommés « bateaux- seront évoquées, selon l’ordre géographique adopté par
souliers », dont la forme insolite avait étonné Pâris. Pâris dans l’Essai.
Des familles entières vivent à bord de ces petites embarca-
tions jusqu’à huit mois par an, et ne regagnent leur village
que pendant la mousson.

{9} Voir les travaux d’E. Kentley, L. Blue, C. Palmer et S. McGrail.


Le résultat de leurs recherches a été publié sous la direction de S. McGrail
en 2003.

46 TOU S L ES BATEAUX DU MONDE

001 TOUS BATEAUX DU MONDE.indd 46 15/01/10 09:52


v | François-Edmond Pâris > | INDIENS À BORD
(1806-1893) DE BATEAU-SOULIERS
« CÔTE DE GOLCONDE N°1 » Photographie contemporaine.
In Voyage de la Favorite Bay of Bengal Programme
en 1830, 1831, 1832 Inter-Governmental
Aquarelle Organisation (BOBP-IGO)
MnM B 178 / Pl. 14
> | BATEAU-SOULIER DE
CORINGUI, CÔTE DE GOLCONDE
Maquette à l’échelle 1/16,6,
réalisée par Eugène Gueret
sur les relevés de François-
Edmond Pâris
1876, tilleul et bambou
42,2 x 8,5 x 5,5 cm
MnM 11 EX 1

001 TOUS BATEAUX DU MONDE.indd 47 15/01/10 09:52


< | PRAO MAYANG À UN MÂT > | François-Edmond Pâris w | Etienne Sigaut (1887-1983)
Maquette à l’échelle 1/16,6 (1806-1893) PRAO INDONESIEN, JAVA
collectée en Malaisie « SOURABAYA PETIT PRAO Première moitié du XXe siècle
1840, bois et fibre végétale MAYANG AU PLUS PRÈS Tirage baryté
94 x 29 x 74,8 TRIBORD AMURE » 8,5 x 8,6 cm
MnM 29 EX 7 In Voyage de la Favorite MnM
en 1830, 1831, 1832
Aquarelle
MnM B 178, Pl 93

72 TOU S L ES BATEAUX DU MONDE

001 TOUS BATEAUX DU MONDE.indd 72 14/01/10 10:15


001 TOUS BATEAUX DU MONDE.indd 73 14/01/10 10:15
est une invention micronésienne : courbée latéralement, > | François-Edmond Pâris
Micronésie : une architecture
navale singulière elle contrecarre la résistance du balancier qui fait dériver (1806-1893)
la pirogue. Ces caractéristiques sont visibles sur le plan, « PROS DE SATAWAL COURANT
« Palulop était le père, et son troisième fils Aluluei. Pour le protéger, établi par Pâris, de la grande pirogue des îles Carolines. GRAND LARGUE »
il le dota d’un nombre considérable d’yeux qui brillaient comme On y remarque un rare gouvernail d’étambot, une pagaie In Essai sur la construction
des étoiles… Palulop eut un quatrième fils qu’il appela Faravai… gouvernail et une écope munie d’un long manche pour navale des peuples
il fut saisi de terreur en voyant les yeux de son frère mais Aluluei puiser l’eau à fond de cale. Les extrémités élégamment extra-européens
lui expliqua que ces yeux étaient des étoiles dont il lui apprit les recourbées se retrouvent sur les pirogues de l’île Chuuk Paris : Arthus Bertrand éditeur,
noms afin qu’il devînt un grand navigateur. »14 qu’observa Pâris : « Les Pros du groupe des îles Hogoleu, de 1843
6m50 à 9m75 de long sur 0m54 de large, sont d’une construction Service Historique de la
La Micronésie comprend environ 2 200 îles dispersées élégante et soignée ; les diverses pièces qui les composent sont si Défense-Département Marine,
sur plus de 3 000 kilomètres. Leurs habitants créèrent bien réunies qu’on n’en aperçoit que difficilement les coutures ; la VI - AT416 / Pl. 4
les pirogues les plus rapides d’Océanie, exclusivement carène est noire et le reste d’un beau rouge. »
à balancier, connues sous le nom de « praos volants »15. w | PRAO DE SATAWAL,
Les pirogues destinées aux navigations hauturières mesurent Les petites pirogues de Yap servaient à la guerre. Leur ARCHIPEL DES CAROLINES
entre 7,5 et 12 mètres de long. Non pontées, elles portent proue et leur poupe arboraient deux frégates sculptées se Maquette à l’échelle 1/16,6
une voile latine océanienne et une ou deux plates-formes faisant face, installées ou non selon que l’équipage arrivait réalisée par l’atelier
opposées, où se tient le chef. La coque dissymétrique chargé d’intentions belliqueuses ou pacifiques…. du musée naval sur les relevés
de François-Edmond Pâris
1841, bois et fibre végétale
{14} Poignant, op.cit., p. 81. 62,5 x 49 x 61 cm
{15} A. C. Haddon, J. Hornell, op.cit. ; J. Neyret, op.cit, Anne Di Piazza, MnM 33 EX 10
Erik Pearthree, « L’art d’être pirogues de voyage en Océanie insulaire »,
JSO 112, 2001-1, pp. 61-72.

134 TO US L ES BATEAUX DU MONDE

082 TOUS BATEAUX DU MONDE.indd 134 12/01/10 12:37


« Un des Pros carolins qui nous accompagnaient
depuis quelques heures vint à masquer ;
aussitôt tous les hommes se portèrent sur
la plate-forme de sous le vent, et, comme leur
balancier coulait, ils filèrent les haubans
de ce côté, descendirent la voile et le mât sur
les leviers, où ils débarrassèrent tout, remâtèrent,
hissèrent la voile et se remirent en route »
Pâris, Essai sur la construction navale des peuples extra-européens, 1843, p. 100

082 TOUS BATEAUX DU MONDE.indd 135 12/01/10 12:38


En Méditerranée occidentale, il s’appuie sur le peintre de Ce bateau gréé d’une voile latine et d’un large foc se
marine marseillais François Roux (qui lui procure le relevé déclinait en unités de pêche ou de transport, selon la taille.
d’un mourre de pouar utilisé comme pilote à Marseille), et
sur plusieurs constructeurs locaux : pour le littoral du golfe Dans ces pays du sud de l’Europe, le réseau d’informateurs
du Lion, il utilise la documentation de Jules Vence3, fils de Pâris est surtout constitué de collègues officiers de
d’un charpentier de marine de La Ciotat, qui lui donne les marine, mobilisés par les plus hautes autorités : en Italie,
plans d’une bette de Martigues à fond plat. Le constructeur l’amiral Acton, ministre de la Marine, et l’amiral Fincati
marseillais Jouvin lui fournit des plans de bateaux catalans dessinent les bateaux de pêche et de transport côtier de
(une petite barque de pêche et une barque de mitjana, ou l’Adriatique. Au Portugal, c’est également le ministre de
balancelle, caboteur qui s’aventure jusqu’aux Antilles), la Marine, le docteur Fonseca, qui communique les plans
un constructeur de Martigues celui d’un bateau-bœuf, qui de l’extraordinaire muleta, complétée par des dessins du
tire son appellation de son utilisation pour traîner le filet conservateur du Musée naval de Madrid, le peintre Raphael
en couple, à l’instar d’un attelage bovin. Pâris ne pouvait Monléon. Ce bateau de pêche et de charge de l’estuaire
omettre la grande allège d’Arles utilisée dans le delta du du Tage se caractérise par une étrave arrondie et haute,
Rhône, bien connue par les représentations de Baugean étrangement hérissée de pointes métalliques, et par un
(1814) et des peintres de la famille Roux, pas plus que les assemblage complexe de focs fort utiles lorsqu’on tire le
grandes tartanes, représentées dans les mêmes sources. filet à la dérive.

{3} Vence publiera en 1897 un précieux ouvrage intitulé


Construction des bateaux et embarcations à voile latine.

186 TO US L ES BATEAUX DU MONDE

146 TOUS BATEAUX DU MONDE.indd 186 15/01/10 12:55


v | Victor Jouvin v | GRANDE ALLÈGE D’ARLES > | Frédéric Roux (1805-1874) L’allège pouvait transporter
e
(actif au XIX siècle) Maquette à l’échelle 1/25 « GRANDE ALLÈGE D’ARLES » des charges volumineuses,
PLAN D’ALLÈGE D’ARLES réalisée par Charles Hamellin Aquarelle in Album Marine comme ici du foin de la Crau.
1840 sur les plans du constructeur « dédié et présenté à S.A.R
Échelle 1/25, 170 x 150 cm Victor Jouvin Monseigneur le duc d’Orléans
MnM plan 8053 1881 prince royal par son très humble
Bois, fibre végétale, métal et très soumis serviteur F.Roux,
123 x 127 x 29,5 cm peintre de marine. »
MnM 5 CP 1 MnM J 3398 / PL. 4

146 TOUS BATEAUX DU MONDE.indd 187 15/01/10 12:55


v | Jean-Jérôme Beaugean > | Claude Ropolo (1877-1967)
(1764-1819) TARTANES AU PORT
« TARTANE EMBARQUANT DE MARSEILLE.
DES PIERRES DE TAILLE » CHARGEMENT DE TUILES
In Marines 1914-1918
Paris : Ostervald, 1817 D’après un négatif verre
MnM V.438 MnM 2005.17.16

146 TOUS BATEAUX DU MONDE.indd 189 12/01/10 12:39


146 TOUS BATEAUX DU MONDE.indd 195 15/01/10 12:55
De l’Inde aux Amériques, en passant par l’Extrême-Orient
et l’Océanie, ce livre invite à un voyage au cœur des cultures
maritimes du monde, à bord des bateaux des peuples
de la mer. Formes, matériaux et modes de construction révèlent
l’incroyable ingéniosité des hommes à concevoir une solution
nautique adaptée à leurs besoins, à leur milieu naturel et à leur
contexte économique.
Ce panorama s’appuie sur l’œuvre d’un homme d’exception,
l’amiral Pâris. Marin, savant, artiste du XIXe siècle, il a pressenti
l’importance de ce patrimoine et défini un nouveau champ
d’étude : l’ethnographie nautique. Ses plans, aquarelles,
maquettes mais aussi des photographies plus contemporaines
révèlent la diversité des embarcations traditionnelles, dont
la disparition ou la mutation affecte le quotidien des populations.
À travers les bateaux, ce sont les hommes qui sont présents.