Vous êtes sur la page 1sur 17

Paraphraser

Pourquoi Comment

• C'est la façon la plus simple de montrer à une • En utilisant vos propres mots, dites ce que vous pensez que le
personne qu'elle a été entendue et comprise participant a dit

• La force de la paraphrase est qu'elle est neutre et • Si l'idée a été exprimée en une ou deux phrases, utilisez
qu'elle valide le point de vue. Cela montre que l'idée approximativement le même nombre de mots.
est validée et légitime.
• Si plus de deux phrases, résumez.
• Paraphraser permet au participant d'entendre
comment son idée est entendue par les autres • Pour renforcer la confiance du groupe dans votre objectivité,
commencez parfois la paraphrase par:
• Paraphraser est spécialement utile lorsque les idées « Il me semble que ce que vous dites est que ... »
ne sont pas exprimées très clairement. Cela sert à « Voyons si je comprends bien ce que vous avez dit ... »
clarifier en disant par exemple « est ce que vous « Est ce que vous voulez dire que ... »
voulez dire que... » puis paraphrase.
• Lorsque vous avez fini la paraphrase, regardez la réaction
• La paraphrase est l'outil de référence pour inciter à (verbale et/ou non verbale) du participant. Dites quelque chose
penser tout haut. comme « est ce que c'est ça? ». Demandez des clarifications
jusqu'à ce qu'il soit satisfait.

Eliza Hochman – FING


Inciter
Pourquoi Comment

• Le plus simple est de paraphraser puis de poser une question


• Pour clarifier, développer et raffiner les idées
non-directive:
• « Pouvez-vous en dire plus sur... ?»
• Cela envoi le message au participant « je suis avec
• « Qu'est ce que vous entendez par... ?»
vous. J'aimerai mieux comprendre ». Cela permet
• « Quand vous dites..., qu'est ce qui résonne pour
d'exprimer mieux ou plus ce qu'il pense, à aller plus
vous?»
profond dans son idée.
• « Qu'est ce qui est essentiel pour vous quand vous
dites...? »
• C'est l'outil de choix pour les situations où un
• « Dites-m 'en plus »
participant:
• « Comment ça? »
• a du mal à exprimer clairement son idée
• croit qu'il est clair alors qu'il est confus
• Une autre manière d'inciter est de paraphraser et de terminer
ou que les autres ne le comprennent
par « et... » ou « parce que... » et de laisser le participant
pas
terminer la phrase.
• Pour savoir quand inciter, posez-vous la question
«est ce que je crois que je comprends l'essentiel de
ce que le participant est en train de dire?». Si non,
incitez.

Eliza Hochman – FING


Refléter
Pourquoi Comment

• C'est une version plus structurée et formelle de la • Si le participant n'a dit qu'une seule phrase, la répéter verbatim
paraphrase dans laquelle le facilitateur répète Si plus d'une phrase, répéter les mots ou phrases clés.
verbatim ce que le participant a dit.
• N'utilisez que les mots du participant, pas les vôtres
• Cela montre l'entière neutralité du facilitateur La seule exception est quand le participant a dit « je », dites
«vous/tu »
• Cela aide à mettre en confiance le groupe
• Ne pas refléter le ton, uniquement les mots. Le ton doit rester
• Ça anime le tempo, ça rend plus vive une neutre et chaleureux.
discussion trop lente.
• Restez vous-mêmes dans vos gestes et dans votre ton.
• C'est l'outil de choix du brainstorming Souvenez-vous que refléter vise à mettre en confiance.

• Plus le facilitateur a besoin d'être neutre, plus


refléter est un meilleur outil que la paraphrase.

Eliza Hochman – FING


Glaner
Pourquoi Comment

• Cela permet à un groupe de construire une liste • Commencer par introduire l'activité
d'idées rapidement « pendant les 10 prochaines minutes nous allons évaluer
cette proposition avec des pour et des contre. D'abord je
• Cela intègre refléter et paraphraser avec une vais demander un pour, puis un contre, et ainsi de suite. A
gestuelle vous! »

• Cela sert à booster l'énergie du groupe et à rester • Bien re-dire de suspendre le jugement. Ce n'est pas le
centrer moment de critiquer mais de donner des idées (comme au
brainstorming).
• Cela donne un tempo rapide qui est confortable
pour la majorité des gens.

• Les participants s'expriment alors naturellement


avec des phrases courtes, typiquement trois à cinq
mots par idée. Il est alors facile de les noter au
flipchart.

Eliza Hochman – FING


Stocker
Pourquoi Comment

• Pour aider les participants à parler à tour de rôle 1. demander « qui veut parler, »

2. donner un ordre de passage. Par exemple « d'abord Jean


• Ça permet à tous de savoir qu'ils auront leur tour puis Magalie, Delphine et enfin Marc. Jean, à toi de
commencer »
pour parler. Comme cela ils ont plus d'espace pour
écouter les autres. 3. Appeler les gens quand c'est leur tour

4. Après le dernier intervenant, demander si quelqu'un veut


• Ça évite les interruptions et évite d'être injuste en ne encore parler. Si oui, répéter les 3 étapes précédentes.

voyant pas une main qui se lève.

Eliza Hochman – FING


Garder le fil
Pourquoi Comment

• Pour garder le fil de toutes les discussions qui ont 1. Indiquer que vous allez prendre un peu de recul et résumer
lieu en même temps dans une même discussion ce qui a été dit jusqu'à présent sur le sujet

• Souvent on pense que ce qui nous intéresse 2. Nommez les différentes conversations qui ont eu lieu
personnellement devrait intéresser tout le monde.
3. Vérifiez que toutes ont été nommées
• Garder e fil permet de rendre visible le fait qu'il y a
plusieurs fils de discussion sous le même sujet 4. Invitez le groupe à poursuivre la discussion
discuté.

• Ça valide tous les fils de discussion.

Eliza Hochman – FING


Encourager
Pourquoi Comment

• Ça permet de créer une ouverture pour permettre à • Voici quelques exemples de techniques pour encourager:
tous les membres du groupe de participer « Qui d'autre a une idée? »
« Est-ce qu'un partenaire/étudiant/enseignant a une
• Quand certains semblent désengagées, silencieux, autre perspective sur le sujet?
Ça permet de les inclure « Est-ce que quelqu'un veut partager une expérience
qu'il a eu sur ce sujet?
• C'est surtout utile au début d'une discussion, quand « Qu'est ce que les autre pensent? »
les gens sont encore en « échauffement ». Plus le « Est ce que quelqu'un veut donner un exemple
groupe est engagé, moins ils ont besoin pratique de cette idée?
d'encouragement pour participer. « Est ce que quelqu'un qui n'a pas encore parlé veut
dire quelque chose? »

• Une autre technique consiste à commencer en redonnant les


objectifs de la discussion puis d'encourager. Par exemple « on
a regardé les causes du problème. Y a-t-il d'autres
possibilités? »

Eliza Hochman – FING


Équilibrer
Pourquoi Comment

• Souvent la direction d'une discussion est fixée par Voici quelques exemples
les premières personnes qui prennent la parole. « Y a-t-il d'autres façons de voir ce sujet? »

• Équilibrer sert à élargir le sujet pour inclure d'autres « Est-ce que tout le monde est d'accord avec cette
perspectives. perspective? »

• Ça montre à ceux qui sont silencieux qu'on ne « On a entendu trois personnes qui sont du même
pense pas automatiquement qu'ils sont d'accord sur point de vue. Est ce que quelqu'un q un point de vue
le sujet. différent? »

• Ça permet à d'autres d'exprimer des idées qu'ils « Est ce qu'on peut jouer l'avocat du diable quelques
croient minoritaires minutes? »

• Ça fait passer le message que tout le monde peut « On a vu l'opinion X et l'opinion Y. Y a-t-il une t
s'exprimer, toutes les idées sont valides troisième façon de regarder ce sujet? »

• Lorsque le groupe est coincé dans un conflit noir ou


blanc, ça donne la place à d'autres alternatives.

Eliza Hochman – FING


Faire place
Pourquoi Comment

• Donne le message au participant « si vous voulez • Gardez un œil sur les personnes silencieuses. Soyez vigilants
parler maintenant, voici une place pour vous. Si au langage corporel/ expressions faciales qui peuvent indiquer
vous ne voulez pas parler, ça n'est pas un le désir de parler.
problème »
• Invitez à parler, par exemple « est ce que vous voulez ajouter
• Tout groupe a des personnes qui parlent beaucoup quelque chose? »
et d'autres moins. Quand une discussion est très
rapide, certains participants ont du mal à trouver la • Si la personne refuse, passez à autre chose. N'insistez pas.
place pour intervenir.
• Si quelqu'un veut dire quelque chose mais une autre
• Certaines situations demandent de créer une place, interromps, dites « attendez, chacun son tour. René, vous
par exemple lorsqu'une personne est nouvelle dans vouliez dite quelque chose? »
un groupe et n'ose pas intervenir ou bien lorsqu'une
personne croit que ses idées ne sont pas aussi • Si la participation est inégale, faites un tour de table pour que
bonnes que celles des autres. chacun puisse s'exprimer

Eliza Hochman – FING


Emotions
Pourquoi Comment

• On s'exprime avec notre voix, nos expressions 1. Quand une groupe est dans une discussion difficiles,
faciales et corporelles etc. Ces communications ont chercher des éléments/indices qui indiquent la présence
un impact direct sur ceux qui les reçoivent. d'émotions

• Il est plus facile de gérer les émotions quand elles 2. Poser une question qui nomme le sentiment présent, par
sont directes et intentionnelles. exemple
« je ressens de l'inquiétude de votre part, je me
• Souvent inconsciemment nos communications sont trompe?
guidées par des informations que nous ne sommes
pas conscients d'envoyer. « en vous écoutant, je me demande si vous ne
ressentez pas ... »
• En identifiant et en nommant une émotion, le
facilitateur la rend visible à tous et permet au groupe « est ce que vous vous sentez... »
d'entre être conscients.
3. Validez l'émotion

Eliza Hochman – FING


Valider
Pourquoi Comment

• C'est accepter l'opinion ou l'émotion sans approuver 1. Paraphrasez ou incitez la personne à exprimer son opinion ou
ou désapprouver. son émotion

• C'est reconnaître les opinions diverses sans prendre 2. Demandez-vous si la personne a besoin de soutien. A-t-elle
de parti. pris un risque en disant ça?

• Le message central de la validation est « oui, c'est 3. Soutenez-la en légitimant/validant, en disant par exemple « je
une façon de voir » vois ce que vous voulez dire »ou « je comprends » ou « je
comprends pourquoi ça vous affecte », « maintenant je voir
• Cela a souvent pour effet de permettre au pourquoi vous ressentez ça »
participant d'en dire plus, d'approfondir

Eliza Hochman – FING


Empathie
Pourquoi Comment

• C'est la capacité à comprendre et à partager les • La technique de base consiste à énoncer tout haut ce que
sentiments et émotions d'un autre vous pensez que la personne ressent. Par exemple « j'imagine
que ça doit être très dur pour vous ».
• Ça implique de se mettre dans la peau de l'autre, de
voir à travers ses yeux • Une autre technique consiste à énoncer les éléments qui
mènent à l'expérience de la personne, par exemple « après
• Comme la validation, cela sert à légitimer les tous les efforts que vous avez fournis pour faire décoller le
émotions mais l'empathie va plus loi. Le facilitateur projet, j'imagine que cette nouvelle vous a beaucoup choqué »
tente alors de s'identifier et de partager les
sentiments, par exemple « si c‘était moi j'aurais • Une troisième technique est de spéculer sur les impacts futurs,
peur » ou « ça doit être vraiment difficile » par exemple « je peux comprendre comment cette nouvelle
peut chambouler tout votre travail et vous décevoir »
• Tout le groupe bénéficie de l'empathie car cela crée
plus de compassion et de compréhension. Attention • Une quatrième option est d'identifier ce qui freine la
toutefois à ne pas faire de psychologie de comptoir. communication de l'émotion aux autres du groupe « j'imagine
que ça peut être difficile d 'en parler dans ce groupe »

• Toujours demander une confirmation que vous avez bien


compris ce que la personne ressent.

Eliza Hochman – FING


Silence
Pourquoi Comment

• Certaines personnes ont besoin d'un bref silence • Garder le regard et l'attention sur le participant qui vient de
pour organiser des pensées complexes. parler

• D'autres ont besoin d'un bref silence avant de se • Ne dites rien, pas même « hmmmmm ». Ne faites aucun signe
lancer. de la tête. Restez relax et attentif.

• D'autres enfin en ont besoin pour digérer ce qui • Si nécessaire, levez la main pour retenir le groupe de parler
vient d'être dit et ajuster leurs pensées.
• Quand le groupe est très agité ou confus, dites « prenons
• Un silence intentionnel peut aussi être utilisé pour quelques instants de silence pour voir ce que ça veut dire pour
respecter un moment poignant. chacun »

• Ça permet au groupe de faire une pause, de


réfléchir, de donner un sens à une expérience.

Eliza Hochman – FING


Lier
Pourquoi Comment

• Pour inviter le participant à expliquer, mettre en 1. Paraphraser


contexte ce qu'il vient de dire
2. Demander de lier avec le sujet principal, par exemple
• Quand les sujets sont complexes ou qu'il est difficile « comment est ce que c'est lié au sujet? » « pouvez-vous
de garder le fil de toutes les conversations qui ont m'aider à faire la connexion au sujet? »
lieu en même temps.
3. Paraphrasez puis validez l'explication par exemple « vous
• Souvent les idées semblent sans lien, hors sujet aux voulez dire que (paraphrase)? » puis « je vois ce que vous
autres membres du groupe. voulez dire ».

• Quand une idée semble hors sujet, souvent un 4. Poursuive avec soit:
participant dit « revenons à nos moutons » ou « est • Incitation à en dire plus
ce qu'on peut rester sur le sujet? ». Si le facilitateur • Equilibrer ou encourager pour faire sortir d'autres
n'intervient pas, le participant risque d'arrêter de réactions
s'exprimer.
5. Retourner au stockage ex « d'accord, on a eu l'idée de
• Pourtant ce sont souvent ces idées qui viennent de Frank, qui d'autre veut s'exprimer? »
nul part et semblent hors sujet qui apportent la
richesse et l'innovation

Eliza Hochman – FING


Commun
Pourquoi Comment

• C'est un outil essentiel lorsque le groupe semble 1. Indiquez que vous allez résumer les différences et les points
polarisé. Cela permet de valider le désaccord et de communs
garder l'attention sur les zones d'accord.
2. Résumez les différences
• Souvent les conflits contiennent des zones d'accord.
Par exemple les syndicats ouvriers ont tous un but 3. Énoncez les points communs
commun mais ne s'accordent pas sur les tactiques
et les priorités. 4. Vérifiez que vous avez bien perçu la situation

• Lorsque le groupe est polarisé sur des positions Attention, il faut veiller à ce que tous les points de vue soient pris
opposées, il est difficile de reconnaître que quoi que en compte/validés
ce soit partagé. Le facilitateur peut alors valider les
deux points de vue différents et ensuite faire
ressortir les points communs.

Eliza Hochman – FING


Point de vue
Pourquoi Comment

• Parfois le facilitateur d'un groupe est aussi dans une 1. Positionnez-vous en tant qu'expert, dites votre opinion
position de leader (expert du sujet, membre du
groupe...) et ne peut donc pas être neutre. 2. Demandez des réactions

• Cela provoque un dilemme: comment promouvoir 3. Paraphrasez et incitez les participants à s'exprimer librement.
son propre point de vue tout en respectant et en
facilitant le groupe à présenter ses propres 4. Après au moins deux expressions, à vous de parler.
opinions? Expliquez, donnez plus d'information, renforcez votre idée.

• Le rôle du facilitateur est alors double. Il doit: 5. Répétez les étapes 2 à 4 en laissant au moins deux opinions
• clarifier son propre point de vue avant de reprendre la parole pour renforcer votre opinion.
• aider les autres à former leurs propres
opinions

Eliza Hochman – FING


Résumer
Pourquoi Comment

• Pour clore une discussion complexe 1. Répétez la question qui a démarré la discussion par exemple
« nous avons exploré les critères de succès du projet »
• Si le résumé est bon, les participants se sentent
prêts à aller sur un nouveau sujet. 2. Indiquez le nombre de thèmes clés que vous avez entendu
« je pense que vous avez abordé trois thèmes »
• Cela permet de consolider la pensée en créant des
catégories mentales qui aident à comprendre et à se 3. Nommez le premier thème et les un ou deux points clés par
souvenir exemple « le premier thème était autour de la stratégie. Vous
avez exploré des améliorations »

4. Répétez l'étape 3 pour chaque thème

5. Faites un lien vers le prochain sujet « nous avons exploré les


critères de succès, maintenant explorons les pistes de
changement que vous voulez proposer »

Eliza Hochman – FING