Vous êtes sur la page 1sur 8

[{.

a:till ôlg*- l]

Souratel- Le Prologue
mecquoisel 7 versets
On I'appelle ainsi parce que c'est par elle que commencela récitation dans les
prières. Appelée la Mère du Livre, elle a encore d'autres noms, entre autres la
iourate dela louange,la sourate dela guérison, Ia Frémunissante,Ia Suffisante,Ie
Fondement du Coran.
Selon al-Bukhâry, elle est appeléeIa Mère du Cotan, grâce à son écriture au
début de la transcription du Coran et à sarécitation au début desprières.
ttmèretttoute chosequi rassembleou qui
Selonat-Tabary, lesArabes appellent
rrla
est à l'avant. Ainsi, seloneux, la peau qui maintient le cerveauest appelée mère
de la têterf, le drapeau de I'armée souslequel les troupes se rassemblentest aussi
appeléefflamèrett.
SelonAbu Hurayra, le Prophète(ç) a dit, à propos de Ia Mète du Livte: <Elle
est la Mère du Livre ; elle estles Septrépétés; elle estle Coran sublime. >

Quelquesavissur les méritesdu Prologue


Abu Sa'id b. al-Mu'allâ : J'étais en train de prier, quand I'Envoyé (ç) m'a
appelé.Je ne lui ai répondu qu'après avoir terminé la prière. Alors, je suis allé à lui :
<<Qu'est-ce qui t'a empêcfréde venir à moi ? m'a-t-ildit. - O Envoyé de Dieu, j'étais
en train de prier, ai-je dit. - Dieu le Transcendantne dit-Il pas Vous qui cloyez,
répondezpositivementà Dieu et à I'Envoyé,quandil vousappelleà ce qui vousdonnela
vie,a-t-il dit. Je vais t'apprendre la plus sublime souratedu Coran, avant de sortir de
la mosquée. >>Puis, ii m'a pris par la main et quand il a décidé de sortir de la
mosquéè,je lui ai dit : <<OEnvoyé de Dieu,'tu m'as dit que tu allaism'apprendrela
plus iublime souratedu Coran. - Oui, (c'estla) Louangeà Dieu, Maître desunivers
Elle est les Septrépétés,leCoran sublimequej'ai reçu' >-
Selon Ubay b. Ka'b, I'Envoyé (ç) a dit : <Dieu n'a pas fait descendredans la
Torah et dans I'Evangile d'équivalentà Ia Mère du Livre ;elle est les Sept répétéset
ttelleest répartie en deuxmoitiés entre Moi et Mon adorateur." >
Abu Sa'id al-Khudry : Lors d'un déplacement,quand nous nous sommes
arrêtés, une servanteest arrivée et a dit : <<Leseigneurde la tribu souffre d'une
mefsure et nos hommessont absentsI Y a-t-il parmi vous un exorciste ? l>Alors, un
homme I'a accompaglêe ? Un homme que nous ne soupçonnionspas de magie. Il a
exorciséle mal, réiablissantainsi le seigneur.Celulci ordonna trente brebis au profit
de notre compagnonet nous abreuvade lait. Et, lorsquenous nous sommesretirés,
nous lui avonsdit : <<Est-ce que tu savaist'y prendre ou est-ceque tu étaisen train
d'exorciser ? - Que non ! a-t-il dit, je n'ai fait qu'exorciser par la Mère du Livre' >>
10 Sourate I- Le Prologue

Nous nous sommesalors dit : <<N'inventez rien jusqu'à ce que nous interrogions (là-
le récit
dessus)l,Envoyé de Dieu(ç). >>A notre retour à Méditt., nous en avonsfait
est une
au Prophète (ç) et il a alois dit : <Et qu'est-cequi lui fait croire qu'elle
magie ? Faites-enla répartition et laissez-moiune part' >
au
Ibn Abbâs : Pendantque I'Envoyê (ç) recevaitGabriel (s), il entendit un bruit
et dit : <<C'est une porte qui vient
dessus.Alors Gabriel (s) lËva,ott t.gutd uersle ciel
en était
de sortir dansle ciet.Ètie n'avait jaÀais étéouverteauparavant.> Un ange
: < Sois heureux des deux
donc descenduet était allé au Prôphète(ç), pour lui dire
pas été à aucun prophète
lumièresqui -Cete yiennent d'être transmises.Èil"t tt.I'ont
avant toi. sont le Prologuedu Livre et lesEpiloguesde la Vache.'. >
sans
selon Abu Hurayra, le Prophète (ç) a dit : <celui qui fait une prière
du Coran,llle est avortée, avortée, avortée, incomplète' >
récitation de la Mère
qui fit
Alors, on dit à Abu Hurayra , oMê*" si nous sommesderrièrel'imam. > Ce
(ç)
dire à Abu Hurayra : <Récite-ladans ton for intérieur. J'ai entendu I'Envoyé
ff prière en deux moitiés entre Moi et Mon
dire : Dieu a dft : r'ai réparti la
Louange à Dieu,
adorateur ; à Mon adorabuir ce qu'iîdemande. Si l'adorateur dit
lVlaîtredesunivers,Dieu dit : Môn adorateur M'a louangé,et quand il dit le Tout
miséricorde,le Miséricordieux,Dieu dit : Mon adorateut M'a loué, et quand il dit le
M'a glorifré,et quand il dit {n*st
R.oiitu jour ie la rétribution, Il dit : Mon adorateut
imploronq Dieu dit : C'est cela qu'il ya
Toi quà nousadorons,Toi ie qui le secours
qu'il demande, et quand il dit
entre Moi et Mon adorateur-; à Mon adorateur ce
què tu as gratifiés, non pas (celle.t
Guide-noussur la voie 6e rectiiurle,la voiede ceux
des réprouvés,non plus que de ceux qui s'égaren! Dieu dit : Cela est pout Mon
adorateur ; à Mon adorateut ce qu'il demande.u>>

Des avis propresà ce hadith spécifiqueau Prologue


t'prière", pour ilésignerla récitation, commedans :
1. Il y est donnéle terme de
la
N'énoncepasta prière à voix troplorte, non plusqu'assourdieDonc, Dieu signale
grande importarice de la récitatiôn dans la piière, qui est eneffetle plus grand de ses
'rprière",
;;iil. Le terme de'rrécitationrry est aonné : il sêprend dans le sensde
comme dans : la récitation du Coran à I'aube
est-ce
2.lly adivergencesur unequestionqui peut seformuler ainsi : En prière,
qu'il y a irescription du Prologuôou bien y a-t-il autre chose qui peut suffire ? Comme
réponseà cettequestion,il existedeux aviscélèbres'
a) Pour Abu Hanîfa et sespartisans,le Prologuen'estpasp_rescrit : au contraire,
généralité de Donc
ce qui est récité tlu Coran suffri.Pour ce faire, ils seréfèrent à la.
hadith concernant la
gêeitezceque "ou, foo""" faire aisémentdu Corarl et au
p"rrono" q.rl rr'u""oàpiit pas bien saprière, et où le Prophète (ç) a dit : <Puis récite
àu Coran ôequi est disponibleà toi. riDonc, Le Prophète(ç) ordonne à I'adorateur
de réciter ce qui lui est disponible, sanslui déterminerle Prologue,
prescritla
b) Le ileuxièmeavis,qui est celui de Mâlik, Ahmad et ach-châfi'y,
prière ne s'accomplit pas sans le Prologue' En
récitationdu Prologue.itôut eux,la
qui dit que la prière <<
est avortée >>n celui qui
cela,ils prennentpou, urgu-*nt le harlith
>>,et celui
6it qu'il n'y u o p", de priÉrepour qui ne récite pot u"..le Prologuedu Livre
qui àit queo n'Ât pa, suffi.uotela irière ilanslâquelte on ne récite pas avec Iz Mère du
Lïvre >>.
Sourafe I- Le Prologue 11
3.Une question : L'orant dirigé dans la prière doit-il faire la récitation du
Prologue ? Cette questionsuscitetrois avis.Le premier,qui s'appuiesur I'ensembledes
hadithsprécédenti,dit queI'orant dirigé doit le réciter commeI'imam. Le secondavis
penseque I'orant n'est pasobligédu tout de le réciter, ni à voix hauteni dansson for
qui a devantlui un imam,la récitation de celui-
intérieur, en raison de ce hadith : <<Celui
ci est pour lui unerécitation. Le troisièmeavisvoit queI'orant dirigé doit réciter le
>
Prologuedanssonfor intérieur maispas à voix haute,en raison de ce hadith : <<L'imam
a été institué pour être suivi. Quand il lance le tekbîrwus lancezle tekbîret quanil il
récitevousécoutez.>>

L'exégèse de I'action de chercher refuge auprès de Dieu

Voici desversets:Si quelqueagacerievient de Satan t'agacer, chercheen Dieu


refuge : Il est Entendant,Connaissant;Dis : <Maître, en Toi soit mon refugecontre
les piessionsdessatans,en Toi soit mon refugecontreleur approchemême. >>;ou alors
te démangeunedémoniaquedémangeaison: dansce casréfugie-toi auprèsDieu : Il est
I'Entendant,le Connaissant.
Ce sont là trois versetsqui n'ont pas de quatrième équivalent dans la
signification. Ainsi donc, Dieu recommanded'entourer I'ennemi d'entre leshumains
de prévenanceset de bienfaisances,afin de repousserson humeur et gagner son
ailiânce et sa cordialité. Cependant,Il ordonne de chercherrefuge auprèsde Lui
contre I'ennemi du genre humain (Satan), parce que ce dernier n'accepte ni
prévenanceni bienfaisance.Cet ennemi ne veut que la perte du fils d'Adam : Satan
vousest ennemi.Traitez-le en ennemi ;Le prendrez-vous, lui et sa descendance' comme
protecteursau lieu de Moi, quandils voussontennemis?
Satan a juré devant Adam et lui a menti. Comment donc en serait-il de son
attitude enversnous, alors qu'il a jadis dit4166, par ta Toute-Puissance! puissé-je
tous les fourvoyer ? En outre, desrécitantss'appuiènt sur I'apparencedu contextedu
pour dire : <<Onrechercherefugeaprèsla récitation. > Cependant,I'avis le
. verset
plus connu auprèsdessavantsconsisteen ce que la recherchedu refugecontre Satan
intervient avant la récitation, pour repousserle tentateur.La signification du seg.
le à I'exemple du seg.
euand tu veux réciter le Coran est :rfSitu veux réciter Coranrr,
si vousvousmettezen devoirde prier, alorsrincez-vous..' veut dire :trQuandvous
qui
voulez vous lever (pour la prière).ttLa preuve résideen ce qui rapporté du Prophète
(ç). En effet, quand celui-ci selevait la nuit pour la prière, il ouvrait sa prière par le
t;kbfuetla louange puis disait : <<Monrefuge soit Dieu l'Entendant, le Connaissant
contre Satanle lapidé, contre sa tentation, son insuffi.ation,son soufle. >>
La parolel4on refuge soit Dieu contre Satan le lapitlé se récite pour que ce
dernier ne nous fassepaide mal dans notre foi ou dans nôtre vie de I'ici-bas, de nous
empêcherde faire ce dont nous avons reçu I'ordre. Parcequ'il n'y a que Dieu qui
r peut le détourner de I'homme.
/ Le satan, dans la langue arabe,est celui qui, par sa perversion, seplace àl'écatt
de tout bien : c'est pourquoi on appelle ainsi tout rebelledjinn, humain ou animal :
dessatansd'entreleshumainset lesdjinns'
Souratel- Le Prologue
mecquoise;7 versets

.'i,: ^ 'i;-ir
itJr
-1
v
1l .ft 'r";t
lr+l
V
..i' ' i' 'p::Â
U €

Au nom de Dieu,le Toutmiséticorile,le Miséricorde (1)


* Louange à DÎeu, Maître des unÎvers (2) le Tout miséricorde, le
Miséricordieux (j) le RoÏ du Jour de Ia rétribution (4) C'est Toi que nous
adorons, Toi ile qui Ie secoursimplorons (5) Guide-nous sur la voie de
rectitude (6) la voÎà de ceux que Tu as gratifiés non (celle) desréprouvés, non
plus que de ceux qui s'égarent (7)

Le v. Au nom de Dieu,le Tout miséricorde,le Miséricordieux : I'Envoyé (ç) ne


savait la fin de la sourateque quand descendaitsur lui Au nom de Dieu, le Tout
miséricorile,le Miséricordieux(Ibn Abbâs).
C'est avecce versetque lescompagnonsouvraient le Livre de Dieu' Donc, cela
est recommandableun àéb.tt de tout discoursou autre travail. A cet effet,il est
rapporté que L'Envoyé (ç) a dit : <Toute chosequi ne commencepas avec Au nom de
lieu. te Tàut miséricôrdé,le Miséricordieuxestmutilée. >>Par conséquent,ceia est
recommandableau début desablutions, en taison de ce hadith : <<Pas d'ablutions
pour qui ne cite passur ellesle nom de Dieu. >, au début de l'égorgement, selonach-
btan;y (selonâ'autres cela est obligatoire), au début du repas, en raison de ce
hadith : <<Dis Au nom de Dieu,mange avecla main droite ; mange de ce qui est à la
portéede ta main ? >>, au début de I'actesexuel,en raison de ce hadith : <<Quand l'un
d'entre vous veut commerceravecson épouse,si il dit au nom de Dieu ; Dieu, dévie
de nousle diable, déviele diable de ce qie Tu nous attribues,et qu'ensuiteun enfant
leur estprédestiné,le diablene peutjamaislui faire de mal. >
Concernantle seg.Au nom de Dieu, desexégètesprésupposentqu'il veut
dire :rrAunOmde DieUeStmgn Cgmmencement en...tt ; t'JeCommenCe au nOmde
,'
Dieurt ; J'ai commencé au nom de Dieutt.ces avis sont justes puisque tout actedoit
avoir une origine. Le fondé dans tout cela est de citer le nom de Dieu au début de
toute action, po.tt gagner Ses bénédictions, tirer bon augure, être assisté dans
I'accomplissement des actions : Embarquez-y! Au nom de Dieu navigationet
mouillage ! ; Lis ! au nom de ton Maître qui créa'
le
Dieu : C'est le nom du Maître, Bêni et Transcendant.C'est,dit-on, le norn
:
plus sublime,du fait qu'on lui renvoietous lesattributs Il est Dieu' Il n'est de dieu

t2
Sourafe l- Le Prologue 13
que Lui. Il est Celui qui connaîtle mystèreet la présence.Il est le Tout miséricorde,le
Miséricordieux. En outre, Dieu considèreattributs tous lesnoms qui restent : A Dieu
appartiennentles nomsles plus beaux ; Sousquelquenom que vousL'invoquiez, c'est
Lui qui a lesnomslesplusbeaux.SelonAbu Hurayra, le Prophète(ç) a dit : <<Dieua
quatre-vingt-dix-neufn cent moins un. Quiconqueles énumèreentrera au
Jardin. >
Dieu (Allah) est un nom propre à Dieu le Transcendant,parce qu'Il ne I'a pas
employépour désignerune autre personne.C'est Son nom immuable,fixe, selon
I'avisd'un groupede savantsillustres.Ar-Râzy choisitl'idéedisantque c'estun nom
non dérivé.C'estlà I'avisde la majorité dessavants.
Le Tout miséricorde,le Miséricordieux : Ce sont deux noms dérivés de la
miséricorde,à figure d'hyperbole.Cependant,le "tout miséricorde'restplus intense
en hyperboleque le rrmiséricordieuxrt. Certainssavantspensentque cesdeux termes
s o n t n o n d é r i v é s .A l - Q u r t u b y r a p p o r t e c e h a d i t h d i v i n : < J e s u i s l e T o u t
miséricorde ; J'ai crééla matrice ( ar-rahim, en arabe) et J'en ai dérivé un nom de
Mon nom...>SelonIbn Jarîr,le Tout miséricordeveut dire queDieu l'est pour toutes
les créatures ; le Miséricordieux veut dire que Dieu l'est seulementpour les croyants.
C'est pourquoi il est ditle Tout miséricorden sur Son Trône siégeant.Dieu cite donc le
fait de siégeren citant Son nom (e Tout miséricorde),pour signifierqu'Il généralise
Samiséricordesur toutes Sescréatures.Ailleurs Dieu dit Il est Miséricordieux aux
croyants,pour distinguer lescroyants,par Son nom (le Miséricordieux).
Le nom rrleTout miséricorderrest exclusif à Dieu : InvoquezDieu, ou bien
invoquezle Tout miséricorde ;avons-nousdonné,hors le Tout miséricorde,desdieux à
adorer ? En outre, il existed'autres noms propres à Lui, par exemplele Créateur.
trmiséricordieuxrr, Dieu I'emploie,ainsi que d'autres(le tendre,le
Quant au termede
miséricordieux,I'entendant,le clairvoyant...),pour qualifierd'autrespersonnes.
Le v. Louangeà Dieu, Maître desuniyersexprimela reconnaissance totale pour
Dieu seulqui octroiebienfaitsinnombrablesà Sesadorateurs.A notre Maître donc
la louangepour tout cela,en premier et en dernier lieu. Le seg.Louangeà Dieu est
aussiun élogeque Dieu fait à Lui-même. Et à travers cela, Il ordonne à Ses
adorateursde Le louer. C'est comme si Dieu nous recommandececi : Dites f,6uangs
à Dieu.
Ce que soutient Ibn Jarîr mérite réflexion car celaest célèbrecheznombre de
savantsqui pensentque la louange est le fait de Le louer par Sesattributs
inséparableset transitifs, et que la reconnaissancene sefait qu'avec Sesattributs
transitifs.
Dans la Tradition, on trouve ceshadiths : <Le meilleur Rappel est iln'y a de
dieu que Dieu, la meilleureinvocation estla louangeà Dieu. > ; < O Maître, dit un
adorateur, à Toi la louange comme il se doit, pour la majestéde Ta face et
f immensitéde Ton pouvoir. > Cela posa problèmeaux deux angeset ne surent
comment I'inscrire. Ils nontèrent auprès de Dieu et Lui dirent : <<Maître,un
adorateur vient de dire un propos et nous ne savonscomment I'inscrire. - Que vient
de dire Mon adorateur ? demandaDieu, qui sait cependantmieux que quiconque ce
que Son adorateur venait de dire. - O Maître, dirent-ils, il a dit à Toi la louange
camme il se doit, pour Ia majesté de Ta face et I'immensité de Ton pouvoir. -
Inscrivezcelacomme Mon adorateur a dit. Quand il viendra à Ma rencontre,Je le
:êcompenserai pour cela,dit Dieu. >
t4 SaurateI- Le Prologue
à l'exemple
La louange à Dieu englobetous les genresde louange destinésà Lui,
à Toi la royauté
de ce que ditîe hadith suiîant : <Dieu,â Toi la louangé en entier ;
le décret en
en entier ; dans Ta main Tu détiens le bien en entier ; à Toi revient
entier. >>
en dehors
Le seg.Maîtredesunivers : Pour le terme dettmaîtrett,il ne s'emploie
(le maître de maison). Qunt au terme
de Dieu que si on lui ajoute un complément
ttMaît^retf le terme des univers, c'est un
de , il ne se dit que po.r. Iii"rr. Concernant
al-Farâ' et Abu'Ubayd, le terme
pluriel désignanttout ceqïi "*i.t", saufDieu. Pour
c.-à'd. les humains, les djinns, les
iittg,rfl"r OiuAversdésigneceux qui raisonnent,
pas dêsignés par ceterme'
urri", et les démons.Q-uantauxànimaux, ils ne sont
dans I'ici-bas et
Celendant, selon az-Za]jâj, ce terme désignetout ce que Dieu a créé
au v' Moïse dit : <<Le
dans la vie dernière ; al-Qurtuby soutienice avis en seréférant
que Youssoyez
Maître descieux et de la terre et de leur entre-deux,pour autant
accessibles àla certitude.>
surt :
Le v.le Tout miséricorde,le Miséricordieux,al-Qurtuby I'explicitecomme
pour faire coincider le désir
Dieu s'estdécrit ainsi aprèt avolt ditMaître desunivers,
q u e c ' e s t M o i l e T o u t p a r d o n'le
et la crainte :Informe Mes adorateurs
douloureux ;votre Maître-est
Miséricordieuxoet queNIon châtimentestle châtirnent
terme Ie Maître'
prompt dansla punition.Il est Tout pardon,Miséricordieux'Avec le
et le Miséticordieux'ily ale
il y a la crainte ; avec les termes Ie Tout miséricorde
qu'ily a de punitions auprès de
désir. Le Prophète (ç) dit : <si le croyant savaitce
savait ce qu'il y a de
Dieu, aucun ne convoiterait Son Jardin ; si le dénégateur
>>
miséricordeauprèsde Dieu, aucun ne désespéreraitde Samiséricorde'
de posséder :
Le v.le Roi du Jour de la rétribution : Le terme roivientdu fait
et c'està Nousque
C'estNousqui hériteronsdela terre et detous-ceuxqu'il y a surelle,
royauté: A aui' ce Jour-là' la
de tousil serafait retour . Ce termedérivedu terme
royauté ? lla royautOO. VO.itO,ce JourJà, est au Tout miséricorde'Le fait de lier la
précédentdit
roùîæ u" jo"iar fuietiiU"iiô" "è "i. rién d'autre, puisquele verset
Jour de la
que Dieu estte maiire desunivers,Mais Il a ajouté la royauté au
rétribution, poot qn" p!t;;il;rprétende là-basà quelquechoseet ne parle sans
gue
Sa permission I car en ce Jour, l,csprit et les angesdebouten lignesne parleront
pertinence I I'e Jour où il vient'
surl,autorisationdu Tout miséricoùe,et à chargedc
nuueâmen,oseparter;ri';;iï;l"ii-* sétô" Ibn Àbbâs, le Jour de la rétribution
est le Jour des comptTi pïîirËt "iÈ3.. B" ce Jour, Dieu rétribuera chacun d'eux
fait du mal aura du
selon sesceuvfes: qui auia fait du bien aura du bien ; qui aura
mal, exceptécelui à qui Il pardonnera.
donnée aux
En vérité,le Roi est Dieu le Transcendant.Quant à I'appellation
Dans les çahîhs,
monarquesdespays, elle n'est que d'un emploi métaphorique.
droite' Ensuite
l,Envoyè (ç) dit , nOié,r saisirala ierre puis pfiàra le ciel àvecSamain
Il dira :tti;est Moi le Roi ! où sont lesrois de la terre ?rr>>
le jugement :-noufsommesvraiment
La rétributisp : c'€stla rémunérationet
jugés. Dans la Tràdition : <<L'éveillé est celui qui juge
.étrib;i, ?; ;.â-à.-sanctionnés,
sâpèrionne et æuvrepour ce qui est aprèsla mort' >
Le v. ç's51 Toi que nous adorons,Toi tle qui le sec.ours implorons : P.olr
et de la
l,adorarion, c,est".ii'i ie"*iiii""pfeitii"a" a" t;âi"oni' de la souinission
nous en remettons
crainte. Le v. signifi" àorr" : Nous n'adorons que Toiet no": 19
q";a i"i Et c'ei ra ru pre"it"de de I'obéissance-. La religion réside dans sa totalité en
Sourate h Le Prologue 15
cesdeux sens,le premier étant de s'innocenterde l'associance,le secondd'avouer
son incapacitéet de s'en remettreà Dieu . Adore-Iæ.Remets-t'enà Lui . Il estIe Tout
miséricôrde. Nouilrôyil; iliui. t,tousLui faisons confiance.dans le texte
coranique, le discourspassed'un niveau à un autre direct. En effet, aprèsavoir loué
Dieu, c'est colglgg si l'adorateur serapprocheet est présentde Lui ; C'est Toi que
nousadorons,Toi de qui le secoursimpkirôns.
Le seg.C'est Toi quenousadoronsdevancele seg.Toi de qui le secoursimplorons,
pour montrer que c'estI'adoration qui estvisée.L'imploration du secoursen estun
moyen, le principe étant de mettre le plus important en premier lieu. Et puis, qu'en
est-il de la significationduitnoustt ? si le ffnousfrdésigne un pluriel, l'invocateur est
par contre un. Le ttnousrt,ici, désignele genredesadorateurs.L'orant, qui est un
individu, qu'il soit au milieu d'un groupe ou imam, informe sur sa propre personne
et sur sesfrères croyants de I'adoration pour laquelle ils ont été créés.De plus, il
intercèdepour quelquebien en leur faveur.
L'honorabilité de la place occupéepar I'adorateur est confirmée,puisqueDieu
désigneSon Envoyé (ç) par le terme rradorateurrret qu'Il fi1 Louangeà Dieu qui a fait
descendresur Son adorateur le Livre ; Et pourtant d-èsque l'adorateur de Dieu se fut
dressépour L'invoquer ; Transcendance de Celui qui fit atler de nuit, en un instant de la
nuit, Son adorateur.Donc, Dieu lui a donné le nom d'adorateur, quand Il a fait
descendrele Livre sur lui, quand celui-ci sedressapour I'invocation et lors du Trajet
nocturne.
Le v. Guide-noussur la voie de rectitude : Comme la louange est faite à Dieu, il
devient alors convenabled'invoquer. C'est cela la parfaite desconditions pour celui
qui demande : il louange Dieu puis Lui demandece dont il a besoin. Elle est la plus
réussiepour ce dont on a besoinet la plus efficacepour la réponse.C'est pourquoi
Dieu nous oriente à cela.
La guidance,ici, signiûe rrladirectionrret 'tla réussitert.euant à la voie de
rectitude, c'est, dans le langagedesArabes, la voie claire qui n'a pas de virage ou de
distorsion.Donc, cesderniersemploientle terme rfvoierfpour toute parole et toute
action qualifiéesde rectitude ou de distorsion. Par ailleurs, l'explicitation de la voie
de rectitude donne desavis variésqui aboutissentà la mêmechose : c'est suivre Dieu
et Son Envoyé (ç). Seloncesavis donc, la voie de rectitudedésignele Livre de Dieu ;
I'fslam ; la religion de Dieu. Ibn al-Hanafiya: c'est la religion de Dieu ; Dieu
n'acceptede Sesadorateursaucuneautre religion. Selon an-Nuwâs b. Sam'ân, le
Prophète(ç) a dit : <Dieu a donné l'exemple ; celui d'une voie de rectitude. Sur les
bords de la voie, deux murs ayant desportes ouvertes.Sur les portes, desrideaux
pendants.Devant la porte de la voie, un invitant qui dit : ff O gens, entreztous dans
la voie et ne louvoyezpas ! rrEt un (autre) invitant au-dessusde la voie : si un
homme veut ouvrir quelquechosede cesportes-là, il lui dit : rrMalheur à toi ! ne
I'ouvre pas ; si tu I'ouvres,tu t'y engouffres.tt) Ainsi donc, la voie c'estl'Islam, les
deux murs ce sont les normes de Dieu, les portes ouvertesce sont les interdits de
Dieu, I'invitant à l'entrée de la voie c'est le Livre de Dieu, I'autre invitant c'est le
prêcheurde dieu dans le for intérieur de chaqueMusulman.
Si on demandecomment le croyant demandela guidanceen tout temps de prière
alors qu'elle le distingue,la réponseseraainsi : L'adorateur a en tout moment
besoin de Dieu pour être maintenu, affermi dans la guidance : Vous qui croyez,
croyez en Dieu et en Son Envoyé. Ce qui est visé par cela c'est la constanceet
t6 SourateI- Le Prologue

I'assiduitédans lesceuvresdéterminéesà cet effet.


Le seg.la voie de ceuxqueTu as gratifiésest l'explicitation de la voie de rectitude
Quant aux gratifiés,ce sont ceuxqui ont étécitésdansce v. car obéir à Dieu et à Son
Envoyé,c'est rejoindre ceux que Dieu a gratifiés : prophètes,hommesde vérité,
martyrs et justifiés.Oh ! la compagnieexcellente.Selon Ibn Abbâs, ceux que as
gratifiéssont ceuxque Dieu a gratifiésd'obéissance et d'adoration, c.-à-d.lesanges'
lesprophètes,leshommesvêridiques,leschahîdset les saints.SelonAr-Rabî' b'
Anàs, ôe sont seulementles prophètes.SelonIbn Jurayj et Mujâhid, ce sont les
croyants.Mais l'exégèsed'Ibn Abbâs estplus globale,plus générale.Le seg.non
(ce[te;desréprouvés,non plus que de ceux qui s'égarent,qui est coordonné au
précédent,veut dire : Guide-noussur la voie de rectitude de ceux que Tu as gratifiés,
ô.-a-4. les définisprécédemment,non sur la voie desréprouvésqui connaissentla
Vérité mais s'en détournent,non plus sur la voie des égarésqui ont perdu la
connaissance, sedérnènentdansI'errancesanspouvoir bien seguider,c.-à-d.la voie
desJuifs et celledesChrétiens.
La voie descroyants englobeaussibien la connaissancede la Vérité que le fait de
seconformer à elle. Les Juifs ont perdu cette conformité et les Chrétienscette
connaissance. C'estpourquoi lespremierssont frappésde réprobationet lesseconds
atteintsd'égarement:Celui queDieu maudit,fit encourirSa colère; Ne suivezpasles
passionsd'un peuplequi jadis s'estégaré,en égarad'autresen grandnombreet perdit
'Ady b. Hâtim a dit : <J'ai interrogé
le rlroit chemin.En outre, il est rapporté que
rrnon(celle)desréprouvés: ce sont lesJuifs ;
l'Envoyé (ç) sur ce versetet il m'a dit :
non plus quede ceuxqui s'égarent : ce sont lesChrétiens.rt>>
Enfin, il est préférable à celui qui récite le Prologue de conclure par âmîn qui
signifie : trDieu,àonneTon assentimenttt. SelonAbu Hurayra, <<quand I'Envoyé (ç)
teiminait parnon (celle)desréprouvés,non plus que de ceux qui s'égarent,il disait
âmîn,sibien que la premièrerangée(d'orants)I'entendait.>>
Peut-il y avoir mieux que la gratitude reçuede Dieu (ceuxqueTu as gratifiés) ?
Evidemment,Dieu est Lui seulqui détient la guidanceet l'égarement : Quiconque
Dieu égare,ne trouverapoint de guide.
Les tenantsde la prédestinationsetrompent quand ils disentque lesadorateurs
choisissenteux-mêmesleur voie. Ils défendentcettenouveautéen prenant pour
prétexteles versetsnon péremptoires(mutachâbihât),tout en ignorant les versets
péremptoiresqui sont clairs, parfaitement compréhensibles'

Centres d'intérêt liés