Vous êtes sur la page 1sur 5

Dissertation appuyée sur un dossier

documentaire
Il est demandé au candidat :

1- de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ;


2- de construire une argumentation à partir d’une problématique qu’il devra élaborer ;
3- de mobiliser des connaissances et des informations pertinentes pour traiter le sujet,
notamment celles figurant dans le dossier ;
4- de rédiger en utilisant un vocabulaire économique et social spécifique et approprié à la
question, en organisant le développement sous la forme d’un plan cohérent qui
ménage l’équilibre des parties.

Il sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l’expression et du soin apporté à la


présentation.
Thème du programme : internationalisation des échanges et mondialisation

Sujet : Dans quelle mesure la mondialisation contibue-t-elle à éradiquer la


pauvreté et à réduire les inégalités ?

Document 1 :

- OUVERTURE ET CROISSANCE

PIB Croissance du PIB par tête


par tête 1990-2000 Nombre
en 1990 de pays
(en dollars) Moyenne Médiane
Pays « fermés » (1) 2 138 0,6 0,8 20
Pays s'ouvrant sur la période* (2) 3 214 1,1 1 24
Pays « ouverts » (3) 4 062 1,4 1,4 32
Pays (2) + (3) 3 699
dont : à bas revenus 1 830 0,7 0,3 28
à revenus moyens 5 567 1,9 1,8 28
Le classement des pays selon leur ouverture est établi à partir de l'indicateur de discrimination commerciale et du
classement du Fraser Institute (Economic Freedom, Area VI)
* Pays considérés comme fermés en 1990 et ouverts en 2000
Source : CEPII

Document 2 : Pauvreté et inégalités en Chine (% sur la période 1990-1999)


Pauvreté (moins d'un dollar par jour) 1990 1999
Campagnes 42,5 24,9
Villes 1 0,5
Chine 31,5 17,4
Indice de Gini (inégalités) 1990 1999
Campagnes 30 34
Villes 23 30
Chine 35 42
Source : Chen et Wang (2001).
http://www.idrc.ca/fr/ev-92929-201-1-DO_TOPIC.html

Document 3 : Inégalité et mondialisation : cas de certains pays


(Variation des indicateurs en % sur la dernière décennie connue; années indiquées)

Note 1 : L’échantillon est composé des 11 pays où le coefficient de Gini a le plus augmenté au cours de la période et
des 11 pays où il a le plus diminué
Sources : Lane and Milesi-Ferretti (2006); base de données Povcal; base de données WIDER; calculs des services du
FMI.

Notes de lecture : en Bolivie entre 1992 et 2002, le coefficient de Gini a augmenté de 15%, l’ouverture
commerciale a augmenté de 0.025% et l’ouverture financière a augmenté de 0.5%
Document 4 :

De prime abord, une participation plus active aux différents circuits de l'économie mondiale devrait engendrer un
nombre d'effets positifs pour les pays les plus pauvres et donc les aider dans leur processus de rattrapage économique.
C’est en effet un moyen d'améliorer l'allocation de ressources en les concentrant vers les activités où le pays possède
un avantage comparatif, mais aussi d'accroître l'efficacité grâce à l'intensification de la concurrence et enfin de
favoriser la diffusion du savoir et de la technologie. (...).
L'expérience des économies dynamiques d'Asie de l'Est a, dans une certaine mesure, validé empiriquement l'hypothèse
selon laquelle l'intégration au mouvement de mondialisation aide à réduire les inégalités de richesse et constitue une
solution au problème du sous-développement. En effet, leur croissance a été fondée sur une politique volontariste de
promotion des exportations. Au-delà de la seule expérience des économies du 'miracle asiatique', les économies les
plus étroitement intégrées à l'économie mondiale sont celles qui ont enregistré les performances les plus remarquables
et qui sont parvenues à combler une partie de leur retard sur les pays industrialisés.
Source: F. Nicolas, « Mondialisation et inégalités Nord-Sud »,Cahiers français n° 305, novembre-décembre 2001, La
documentation française

Document 5 :

Plusieurs études économétriques récentes tentent de faire apparaître une relation systématique entre mondialisation et
croissance – ainsi qu’entre croissance et réduction de la pauvreté. Le message est clair : ouvrez votre économie,
libéralisez-la et elle croîtra ; et, avec cette croissance, viendra une réduction de la pauvreté. Ces recherches entendent
au passage faire taire les attaques contre la mondialisation. Sans le dire expressément, elles visent aussi à donner un
nouveau souffle à la théorie – aujourd’hui largement discréditée – des effets en cascade, ou de la percolation, selon
laquelle une hausse générale de niveau bénéficie à tout un chacun.Cette théorie est tombée en disgrâce pour une raison
évidente : elle ne tient pas. La croissance a parfois des retombées positives sur les pauvres – et parfois non.(…)
Les études récentes soulèvent un certain nombre de questions techniques, mais il y a plus révélateur : elles posent la
mauvaise question. En effet, la mondialisation et la croissance sont des phénomènes endogènes, qui résultent de
politiques spécifiques. Il ne s’agit pas de savoir si la croissance est bonne ou mauvaise, mais de déterminer si certaines
politiques – y compris celles qui peuvent conduire à une intégration mondiale plus étroite – peuvent déboucher sur la
croissance, et si cette dernière est propre à améliorer le sort des pauvres.
Un simple coup d’oeil aux pays qui réussissent le mieux en termes de d’expansion économique et de réduction de la
pauvreté suffit pour constater à quel point ces études sont trompeuses.
La Chine et plusieurs autres pays d’Asie de l’Est sont restés à l’écart du consensus de Washington. Ils ont tardé à
supprimer leurs barrières tarifaires, et la Chine n’a toujours pas complètement libéralisé son compte de capital. Même
si elles se sont « mondialisées », les économies d’Asie de l’Est ont utilisé leur politique industrielle et commerciale
pour promouvoir les exportations et les transferts mondiaux de technologie, contre l’avis des institutions économiques
internationales. Plus important encore, et à la différence, là aussi, du consensus de Washington, leur stratégie de
développement est passée explicitement par une action publique en faveur de l’équité. Il en va de même pour le pays
qui constitue peut-être la plus belle réussite d’Amérique latine, le Chili, où, durant la période de forte croissance du
début des années quatre-vingt-dix, les entrées de capitaux à court terme ont fait l’objet d’une taxation de fait.(…)
Ainsi, ni la théorie ni l’expérience ne viennent confirmer que l’ouverture des marchés aux flux de capitaux spéculatifs
à court terme soit bénéfique à la croissance économique. En revanche, la réflexion aussi bien que l’observation
montrent amplement que cette ouverture accroît l’instabilité économique et que cette dernière contribue à l’insécurité
et à la pauvreté.
Source : Pauvreté, mondialisation et croissance :quelques aperçus sur certains des liens
statistiques,Contribution spéciale de Joseph Stiglitz au Rapport du PNUD 2003. page 92 de l’édition
numérique : http://hdr.undp.org/reports/global/2003/francais/pdf/hdr03_fr_complete.pdf

Document 6 :

Il semble possible d’affirmer que la mondialisation est un facteur favorable au rattrapage des pays du Sud qui savent
en tirer parti. Ceci suppose qu’ils disposent d’un Etat fort et légitime, qui maîtrise le processus d’ouverture et
l’accompagne de politiques internes adaptées. Faute de quoi, le pays voit se développer une série de cercles vicieux
qui l’enferment dans une trappe de pauvreté. Dans ce cas, non seulement la mondialisation n’engendre aucun
processus automatique de sortie de cet état de crise, mais contribue sans doute à les y maintenir.
D’autre part, il existe à l’évidence un phénomène de file d’attente. L’ouverture et la taille des marchés des pays riches
ainsi que les flux d’investissements directs qui en proviennent ne sont pas illimités. De plus, ces facteurs de croissance
pour les pays émergents n’ont aucune raison d’être « équitablement » répartis. En témoigne la Chine qui se taille une
part de lion dans ces deux domaines depuis vingt ans. Même avec de « bonnes » politiques nationales, les autres
devront probablement attendre que les premiers pays émergents contribuent à leur tour à tirer leur propre croissance.
Source : Mondialisation et dynamique des inégalités , Pierre-Noël Giraud,Communication au colloque annuel
de l’Association Française de Sciences Politiques,Septembre 2002, Lille

Document 7 :

1 : période étudiée :1981–2003


Source : FMI, Perspectives de l’économie mondiale : Mondialisation et inégalité ,octobre 2007