Vous êtes sur la page 1sur 10

PCSI

CHAPITRE 13 : FILTRAGE

1/10

CHAPITRE 13 : FILTRAGE

I. INTRODUCTION

On appelle filtre un quadripôle permettant de transmettre sélectivement une bande de fréquences. Nous étudierons donc dans ce chapitre la réponse d’un quadripôle à une tension sinusoïdale en fonction de la fréquence du signal (fig.13.1).

j ω t quadripôle u = 2 U e j( ω +φ t ) u
j
ω t
quadripôle
u
=
2
U
e
j(
ω +φ
t
)
u
=
2
U
e
e
e
s
s
Figure 13.1. : Quadripôle

II. FILTRES PASSIFS D’ORDRE 1

1)

Fonction de transfert

La quantité fondamentale dans l’étude des quadripôles est leur fonction de transfert complexe H (ω), définie comme le rapport de la tension de sortie par la tension d’entrée :

u ( ω ) H ( ω ) s ≡ u ( ω ) e
u
(
ω )
H (
ω )
s
u
(
ω )
e

Avec les notations de la figure 13.1., elle s’écrit :

H

(

ω

)

=

U

s

(

ω

)

U

e

e

j

(

ϕ ω

)

Pour qu’un quadripôle soit considéré comme un filtre, il faut donc que sa fonction de transfert ait une dépendance en la fréquence du signal. Le module de la fonction de transfert d’un filtre est appelé gain du filtre et noté G :

u ( ) s H ω u e
u
(
)
s
H
ω
u
e

(

ω

)

U ( ω ) s U e
U
(
ω
)
s
U
e

G ≡==

(

ω

)

Son argument est simplement le déphasage de la tension de sortie par rapport à la tension d’entrée :

2)

arg

H

(

ω

)

⎤ ⎦ =

arg

Caractérisation d’un filtre

u

s

(

ω

)

u

e

(

ω

)

=

(

ϕ ω

)

On caractérise un filtre d’après son gain à fréquence d’entrée nulle (signal continu) et à très haute fréquence (ω → +∞ ) :

Filtre passe bas : G (ω →∞) = 0 (le filtre transmet les basses fréquences)

Filtre passe haut : G (ω 0) = 0 (le filtre transmet les hautes fréquences)

Filtre passe haut : G (ω 0) = G (ω →∞) = 0 (le filtre transmet une bande de fréquence)

PCSI

CHAPITRE 13 : FILTRAGE

2/10

On peut déduire la nature du filtre en considérant uniquement les dipôles qui le composent. En effet, nous savons que, en régime continu, un condensateur se comporte comme un interrupteur ouvert et une bobine comme un court-circuit et que, à haute fréquence, un condensateur se comporte comme un court-circuit et une bobine comme un interrupteur ouvert.

Exemple : Circuit R,C série

On considère un circuit R,C série comme un quadripôle, la tension d’entrée étant la tension délivrée par le générateur et la tension de sortie étant prise aux bornes du condensateur (fig.13.2). Un tel filtre, construit avec des dipôles passifs, est dit filtre passif. La présence du condensateur implique qu’il s’agit d’un filtre passe-bas (à l’inverse, si on avait pris la tension de sortie aux bornes de la résistance, on aurait eu affaire à un filtre passe-haut).

u e Figure 13.2. : Filtre R,C
u
e
Figure 13.2. : Filtre R,C

u

s

On reconnaît un pont diviseur de courant, la tension de sortie du quadripôle est :

u

s

=

1 jC ω uu 1 = e e R + 1 jC ω jRC ω
1
jC
ω
uu 1
=
e
e
R
+
1
jC
ω
jRC
ω
+
1

d’où la fonction de transfert de ce filtre :

H

(

ω

)

=

u s 1 = u e jRC ω + 1
u
s 1
=
u
e jRC
ω
+ 1

La pulsation apparaît au maximum à la puissance 1 : un tel filtre est appelé un filtre d’ordre 1. Le gain du filtre est :

G (

H ( )
H
(
)

ωω

)

==

1 − jRC ω 2 = ⎡ ( RC ω ) + 1 ⎤ 2
1 − jRC
ω
2
=
(
RC
ω
)
+ 1
2
1 +
(
RC
ω
)

1/2

Le déphasage du signal de sortie est quant à lui :

ϕω(

) = arg(H (ω)) =− arctan (RCω)

(car cosϕ > 0)

On retrouve bien qu’il s’agit d’un filtre passe-bas : G (ω 0) = 1 ; G ()ω →∞ = 0

3)

Gain en décibel d’un filtre

Un rapport permet de comparer deux grandeurs x 1 et x 2 exprimées dans la même unité. L’écart entre x 1 et x 2 exprimé en Bel (B) est défini comme le logarithme décimal du rapport :

B

= log

x

1

x

2

L’unité habituellement utilisée est le décibel (dB), défini comme un dixième de Bel : 1dB = 0,1 B. La relation ci-dessus devient, en exprimant l’écart en décibel :

dB

= 10log

x

1

x

2

Dans un circuit électrique, la puissance moyenne dissipée par un résistor est proportionnelle au carré de la tension :

P =U

2
2

R

L’écart entre deux puissances est donc :

PCSI

CHAPITRE 13 : FILTRAGE

3/10

∆= 10log

dB

⎣ ⎢

2

21

⎥ =

R

2

+

U

1

=

U

1

+

RU ⎝⎠

12

R

1

log

U

2

20log

U

2

RU ⎛⎞

10 ⎡ ⎢ log

cte

Cette relation explique que l’on définisse le gain en décibel d’un filtre par la relation :

Exemples :

G dB

G dB

G () ω dB () ω =⇒ 20 UU () ω s e () ω
G
() ω
dB
()
ω
=⇒
20
UU
()
ω
s
e
()
ω
=−
60
UU
()
ω
s
e
4)
Diagramme de Bode

=

=

20log

10

10

3

( G

())

ω

=

20log

U

s

(

ω )

U

e

On appelle diagramme de Bode d’un filtre l’ensemble des deux graphes :

: log

g : log

f

ω

ω

G

dB

(

ω

(

ϕω

)

)

La première courbe est la courbe de réponse en gain du filtre, la deuxième la courbe de réponse en phase. Tout comme en chimie, où l’on définit le pH comme l’opposé du logarithme décimal de la concentration en ions oxonium, l’utilisation des logarithme permet de condenser des vastes domaines de variation de la fréquence et du gain sur un graphique.

Une décade est un intervalle de logω égal à 1, i.e.

ω 2

est un intervalle de l o g ω égal à 1, i.e. ω 2 ω 1

ω

1

= 10 .

La variation du gain d’un filtre en fonction de la fréquence est bien sûr continue : il faut décider d’une convention pour choisir, en fonction de G, entre les propositions « le filtre transmet la fréquence ω » et« le filtre ne transmet pas la fréquence ω ». On définit pour cela la pulsation de coupure ω c d’un filtre comme la pulsation au-delà ou en-dessous de laquelle le gain du filtre est

inférieur à

G max

2
2

:

G ( ω ) G max ≡ c 2
G (
ω
)
G max
c
2

La relation correspondante pour le gain en décibel est :

G

dB

(

ω

c

)

=

20log

G max

2
2

10log 2

=−GG

dB

max

dB

max

3

La bande passante d’un filtre est le domaine de pulsations pour lesquelles :

G max

2
2

GGω

()

max

G

dB

max

−≤ G

3

dB

()

ω

G

dB

max

et

ϕ (ω) pour les limites ω 0 , +∞ ), puis on en déduit le diagramme réel en joignant les asymptotes grâce aux points correspondants aux pulsations de coupure.

Dans l’étude d’un filtre, on trace d’abord le diagramme asymptotique (on représente

G

dB

(

ω

)

5)

Filtres d’ordre 1

Revenons sur le filtre passe-bas R,C étudié au paragraphe 2 et posons ω = u
Revenons sur le filtre passe-bas R,C étudié au paragraphe 2 et posons ω =
u
1
RC
c
1
1
j
ω ω
H
(
ω
)
s
c
==
=
u
1
+
j
ω ω
1
+
(
ω ω
) 2
e
c
c
− 1/2
2
G ω
(
)
=
(
ωω
)
+ 1
;
ϕ (
ω
)
= −
arctan
(
ωω
)
c
c

:

PCSI

CHAPITRE 13 : FILTRAGE

4/10

On voit sur cette expression que la fréquence de coupure du filtre est :

(

G ω

c

)

=

1 2
1
2

= G

2
2

max

). La bande passante du filtre est donc [0,

]

ω .

c

ω

c

=

1
1

RC

(on a bien

Traçons maintenant le diagramme de Bode asymptotique :

ω

0

:

G

⎪⎩

ϕ

dB

→−

( )

10log 1

=

(

→− arctan 0

)

=

0

0

ω

→∞

:

G

⎪ ⎩ ϕ

dB

→−

→−

20log

arctan

(

ω

ω

c

)

=−

dB →− →− 20log arctan ( ω ω c ⎞ ⎟ ⎠ ) =− π 2

π

2

L’asymptote de G pour les hautes fréquences est donc une droite de pente –20 dB par décade, les trois autres asymptotes sont horizontales. Enfin, les valeurs correspondant à la fréquence de coupure sont :

ω

c

:


G

dB

ϕ ω

c

(

(

ω

c

)

)

=−

=

G

dB max

3

()

arctan 1

=−

3

=−

c ) ) =− = G dB max − 3 () arctan 1 =− 3 =−

π

4

On en déduit donc le diagramme de Bode du filtre (fig.13.3). Remarquons enfin que, aux hautes

fréquences (

ω ω

c

)

, la fonction de transfert peut s’écrire :

H

(

ω

)

ω

c

j

ω

Le circuit est alors un montage intégrateur puisque :

u

s

=

Hu

e

ω

c

j ω

u

t

ee

=

u dt

0

G dB

ϕ

log(ω/ω c ) −π/4 −π/2
log(ω/ω c )
−π/4
−π/2

Figure 13.3. : Diagramme de Bode du filtre R,C passe-bas

log(ω/ω c ) –3
log(ω/ω c )
–3

Etudions maintenant le même circuit en prenant la tension de sortie u s aux bornes de la résistance :

il s’agit d’un circuit passe-haut du fait du rôle d’interrupteur ouvert joué par le condensateur à basse fréquence. Sa fonction de transfert est (pont diviseur de tension) :

2 R jRC ω jRC ω ( RC ω ) + jRC ω u =
2
R
jRC
ω
jRC
ω
(
RC
ω
)
+ jRC
ω
u
=
u
=
uH
→=
=
s
ee
2
R
++
11
jC
ωω
jRC
1
+
jRC
ω
1 +
(
RC
ω
)
d’où :
− 1/2
ω
2 ⎞
1
G (
ω )
c
=
=+⎜
1
2
⎜ ⎝
ω
⎟ ⎠
1
+
1
(
RC
ω
)
⎝ ⎜
ϕω =
(
)
arctan
(
ω
ω
)
(car cos
ϕ >
0)
c
la pulsation de coupure du filtre est donc , comme dans le cas du filtre passe-bas :
ω
=
1/
RC . Les
c

asymptotes admises par G et ϕ sont :

PCSI

CHAPITRE 13 : FILTRAGE

5/10

ω

0

:

G

⎪ ⎩ ϕ

ω

⎪ ⎨

20log

dB

2

ω

c

π

ω →∞

:

⎧ ⎨

G

dB

ϕ

0

0

L’asymptote de G aux basses fréquences est donc une droite de pente +20dB par décade, les trois autres asymptotes sont horizontales. Enfin, les valeurs correspondant à la fréquence de coupure sont :

ω

c

:


G

dB

ϕ ω

c

(

(

ω

c

)

=

)

= − 3

arctan 1

()

=

⎪ G dB ⎩ ϕ ω c ( ( ω c ) = ) = −

π

4

d’où le diagramme de Bode de ce filtre passe-haut (fig.13.4.).

G dB

ϕ

π/2 log(ω/ω c ) –3 π/4 log(ω/ω c )
π/2
log(ω/ω c )
–3
π/4
log(ω/ω c )

Figure 13.4. : Diagramme de Bode du filtre R,C passe-haut

Remarquons enfin que la fonction de transfert à basse fréquence (

enfin que la fonction de transfert à basse fréquence ( H j ω ω c ω

H jω ω

c

ω ω

c

)

s’écrit :

Le circuit est alors un montage dérivateur puisque :

6)

u

s

Adaptation d’impédance

=

Hu

e

j

ω

u

u

=

ee

ω

c

On a considéré dans les études précédentes que le courant à la sortie du filtre était nul. En pratique, on branche un circuit d’utilisation à la sortie du filtre. L’étude n’est donc valable que si la résistance du circuit est grande. Pour s’affranchir simplement de ces problèmes d’adaptation d’impédance, on peut placer un AO en montage suiveur entre le quadripôle et le circuit d’utilisation (figure 13.5.).

u

e

u s
u
s
u e u s + filtre – Figure 13.5. : Adaptation d’impédance
+ filtre –
+
filtre

Figure 13.5. : Adaptation d’impédance

On a alors une tension d’utilisation égale à d’utilisation.

u

s

= Hu

e

quel que soit le courant dans le circuit

PCSI

CHAPITRE 13 : FILTRAGE

6/10

III. FILTRES PASSIFS D’ORDRE 2

1)

Filtre R,L,C passe-bas : résonance en tension

On utilise un circuit R,L,C série comme un filtre, la tension de sortie étant la tension aux bornes du condensateur (figure 13.5.).

u e Figure 13.5. : Filtre passe-bas L,R,C
u
e
Figure 13.5. : Filtre passe-bas L,R,C

u

s

A basse fréquence, le condensateur se comporte comme un coupe-circuit et la bobine comme un

court-circuit :

u = u . A haute fréquence, le condensateur se comporte comme un court-circuit :

s

e

u

s

=

0

. Il s’agit donc d’un filtre passe-bas.

Reconnaissant un pont diviseur de tension, la fonction de transfert s’écrit :

H =

1 1 jC ω
1
1
jC
ω

jC

ω

++ R

jL

ω

=

1

1

+

jRC

ωω

LC

2

La pulsation apparaissant à la puissance 2, il s’agit d’un filtre d’ordre 2. La fréquence de coupure n’est ici pas directement visible. Faisons appel aux variables connues d’un circuit R,L,C : sa

pulsation propre

x = ω ω et son facteur de qualité

ω

0

= 1

propre x = ω ω et son facteur de qualité ω 0 = 1 LC ,

LC ,

la

pulsation

réduite

facteur de qualité ω 0 = 1 LC , la pulsation réduite 0 Q = RC

0

Q

= RC ω = Lω 0 0
= RC ω = Lω
0
0

R . La fonction de transfert s’écrit alors :

H =

1 ( 2 1 − x ) − jx Q = 2 2 1 −
1 (
2
1 −
x
)
jx Q
=
2
2
1 −
x
+
jx Q
2
(
2
1 −
x
)
+
(
x Q
)

La résonance en tension de ce circuit a été étudiée au chapitre 10. Le gain et le déphasage sont :

x ⎧ − arctan si x < 1 ⎪ Q ( 1 − x 2
x
⎧ −
arctan
si
x
<
1
Q
(
1 −
x
2 )
− 1/2
2
2
G
=− ⎡ ⎢ ⎣ 1
(
x
2 )
+
(
xQ
)
ϕ = ⎨
⎥ ⎦
x
⎪ arctan
π
si
x
>
1
⎩ (
Q
1 −
x
2 )
2
Ce gain passe par un maximum si Q > 1
2 , pour une pulsation réduite égale à
=
1− 12Q
(
)
.
x res
Le gain en décibel vaut :
2
2
(
2
G
=
20log
G
=−
10log
1
x
)
+
(
xQ
)
dB
⎢ ⎣
⎥ ⎦
Le comportement asymptotique de G dB et ϕ est :
⎧ G
→ 0
Gx
→−
40log
dB
dB
ω
0
:
ω
→∞
:
ϕ
0
ϕπ
→−
L’asymptote
(
ω → ∞
)
a donc une pente de –40 dB par décade. Les hautes fréquences sont donc
G dB

beaucoup plus atténuées avec un filtre d’ordre 2 qu’avec un filtre d’ordre 1. Remarquons enfin les valeurs particulières :

=

Nous pouvons donc tracer le diagramme de Bode de ce filtre d’ordre 2 (figure 13.6.).

G

dB

(

ω

0

)

20log

Q

ϕ (

ω

0

)

donc tracer le diagramme de Bode de ce filtre d’ordre 2 (figure 13.6.). G dB (

= −π 2

PCSI

CHAPITRE 13 : FILTRAGE

7/10

Figure 13.4. : Diagrammes de Bode du filtre R,L,C passe-bas

(Q = 10, 1/

Figure 13.4. : Diagrammes de Bode du filtre R,L,C passe-bas (Q = 10, 1/ 2 ,

2 , 0,3)

ϕ G dB log(ω/ω c ) log(ω/ω c ) −π/2 −π log(ω/ω c )
ϕ
G dB
log(ω/ω c )
log(ω/ω c )
−π/2
−π
log(ω/ω c )

2)

Filtre R,L,C passe-bande : résonance en intensité

Nous prenons maintenant la tension de sortie aux bornes du résistor du circuit R,L,C série. Aux basses fréquences, le condensateur se comporte comme un interrupteur ouvert ; aux hautes fréquences, la bobine se comporte comme un interrupteur ouvert : il s’agit donc d’un filtre passe- bande. La fonction de transfert du filtre est (diviseur de tension) :

H =

R 1 = R +− j ( L ωω 11 C ) + j (
R
1
=
R
+−
j
(
L
ωω
11
C
)
+
j
(
L
ω
R
1
RC
ω
)

1

==

1

(

+− jQ x

1
1

x

)

Il s’agit donc bien d’un filtre d’ordre 2. Ses caractéristiques sont :

G

=+ ⎡ ⎣

1

(

2

Qx

2 1 x ) ⎤ ⎦
2
1 x
)

1/2

ϕ = arctan −−Qx

(

(

1 − jQx ( − 1 x ) 2 1 + Qx ( − 1
1
jQx
(
1
x
)
2
1
+
Qx
(
1
x
) 2
1 x
))

Pour toute valeur du facteur de qualité, le gain est maximal pour x = 1, avec G = 1. La bande

passante est définie comme l’intervalle de pulsations pour lesquelles pulsations de coupure correspondant à ces
passante est définie comme l’intervalle de pulsations pour lesquelles
pulsations de coupure correspondant à ces gains :
G ≥ G
2 ; calculons les
max
− 1/2
2
2
1
+
Qx
(
1
x
)
=
1
2
x
1
x
1
Q
cc
cc
1
1
x
2 − xQ
1
=
0
x
±
1
c
c
2 +
2
Q
4
Q
En gardant les racines positives :
1
1
ω
ω
ω
(
)
0
x ± =±
+
1
∆=
x
x
=
c
2 +
0
c
+
c
2
Q
4
Q
Q

La largeur de la bande passante est donc inversement proportionnelle au facteur de qualité. Le gain en décibel du filtre s’écrit :

G =−

10log ⎡ ⎣ 1

+

(

2

Qx

2 1 x ) ⎤ ⎦
2
1 x
)

Le comportement asymptotique du filtre est :

ω

0

:

⎧ ⎪ G ⎨ → 20log[ dB ϕπ → 2 ⎩ ⎪
⎧ ⎪ G
→ 20log[
dB
ϕπ
2
⎩ ⎪
0 : ⎧ ⎪ G ⎨ → 20log[ dB ϕπ → 2 ⎩ ⎪ x Q

x Q

] ω

→∞

:

⎪ ⎧ G →− 20log[ dB ⎨ ⎪ ϕ →− π 2 ⎩
⎪ ⎧
G
→− 20log[
dB
ϕ
→−
π
2

xQ

]

Les asymptotes se coupent en log x = 0, avec

lorsque Q < 1. De plus, le déphasage est nul à la résonance. On peut finalement tracer le diagramme de Bode du filtre (figure 13.5.). On y voit nettement le rôle du facteur de qualité vis à vis de la largeur de la bande passante.

= − Q . Elles sont donc au-dessus de l’axe G = 0

G dB

20log

PCSI

CHAPITRE 13 : FILTRAGE

8/10

G dB log(ω/ω c )
G dB
log(ω/ω c )
ϕ π/2 log(ω/ω c ) −π/2
ϕ
π/2
log(ω/ω c )
−π/2

Figure 13.5. : Diagrammes de Bode du filtre R,L,C passe-bande (Q = 10 ; 0,3)

IV. FILTRES ACTIFS

On peut réaliser des filtres à l’aide d’amplificateurs opérationnels. De tels filtres sont dits actifs, par opposition à ceux étudiés précédemment qui étaient construits en associant des dipôles passifs, car l’amplificateur opérationnel peut fournir de l’énergie au circuit. Afin de pouvoir réaliser une étude générale en fonction de la fréquence, on se restreindra à des AO fonctionnant en régime linéaire :

=−= . Nous n’en étudierons qu’un exemple en cours : le montage représenté sur la figure

ε

u

+

u

0

13.6.

C r r B + A ε – R u e C R
C
r
r B
+
A
ε
R
u e
C
R

u s

Figure 13.6. : Filtre actif

1)

Nature du filtre

En régime continu, les condensateurs se comportent comme des interrupteurs ouverts. Le circuit est alors équivalent au circuit de la figure 13.7.a. On a alors, le courant entrant dans l’AO étant négligeable et en remarquant le pont diviseur de tension :

uuu

==

+

e

u

2

=

u

se

;

G

dB

=

20log 2

6,0

Quant à la limite haute fréquence, les condensateurs se comportant comme des court-circuits (figure 3.17.b.), on voit facilement que :

=⇒

Il s’agit donc d’un filtre passe-bas.

uu

+

=

0

u

s

=

0

PCSI

CHAPITRE 13 : FILTRAGE

9/10

2r + r r ε + – R ε u e u s – R
2r
+
r
r
ε
+
R
ε
u
e
u
s
R
u
e
u
s
R
R
Figure 13.7.a. : Limite basse fréquence
Figure 13.7.b. : Limite haute fréquence
2)
Fonction de transfert
En remarquant le pont diviseur de tension :
1
uu
=
=
u
(1)
+
s
2

Appliquons le théorème de Millman aux nœuds A et B :

v

A

1

v e

1

+

sB

r

v

Y

==

+

jC

ω v

i v

i r

Y

j

2

+ jC

ω

r

=

v

e

+

jxv

+

v

sB

2 +

ω

x

(2)

v

B

=

i

+

1

++× 0

v

A

ω

jC

r

Y

AO

+

1

r

+

jC

ω

=

1

1 + jrC

ω

v

AA

v

(

1

=+

jx

)

v

B

(3)

puisque i

+

=

0

et

Y

AO

=

0

pour un AO idéal, et où on a posé x = rCω . En injectant (3) dans (2), et

v , on obtient l’expression de la tension d’entrée en fonction de la

en utilisant l’expression (1) de tension de sortie :

B

(

1

+

jx

)

1 u + jxu + u 1 e sS ⎡ 1 2 u = ⇒
1
u
+
jxu
+
u
1
e
sS
1
2
u
=
((
S
22
+
jx
⎢ ⎣
2

)(

21

+

jx

+

jx

)

)

−− 1

jx

⎥ ⎦

u

S

=

u

e

L’expression de la fonction de transfert est donc :

H =

2

(

1

2

x

)

+

jx

= 2

(

1

2

x

)

jx

(

1

2

x

)

2

+

2

x

Il s’agit d’un filtre passe-bas d’ordre deux.

3)

Gain et déphasage

On déduit de la fonction de transfert :

Le gain est maximal lorsque

est maximale, i.e. lorsque

f

(

x

m )

− 1/2 2 2 2 ⎤ G =−+ 2 ⎡ ⎢ ⎣ 1 xx (
− 1/2
2
2
2
G
=−+ 2 ⎡ ⎢ ⎣ 1 xx
(
)
⎥ ⎦
fx
(
)
2
2 2
42
=
(
1− x
)
+=−+x
x
x
= 0 et
f ′′
(
x
m )
< 0 :
x
m = 1
2

1

et

G max

= 4

0 et f ′′ ( x m ) < 0 : x m = 1 2

3 .

Calculons la pulsation de coupure pour laquelle :

PCSI

CHAPITRE 13 : FILTRAGE

10/10

Il vient :

G 4 ( ) max 4 2 Gx = = = 2 ⎡ x −+
G
4
(
)
max
4
2
Gx
=
=
= 2
x
−+ x
c
cc
1 ⎤ ⎦
2
6
4
2
xx−
+=
1
3 2
x
=
3 2
cc
c

1/2

en gardant la solution positive. Enfin, la partie imaginaire de la fonction de transfert étant négative, le déphasage entre tension de sortie et tension d’entrée est :

ϕ

⎧ −

= ⎪−

arctan ( ( 2 x 1 − x )) si x ≤ 2 π −
arctan
(
(
2
x
1
x
))
si
x
2
π
arctan
(
xx
(
1
−≥
))
si
x

1

1

Les valeurs particulières du déphasage sont :

(

ϕ x

m )

= − arctan

(

2
2

)

; ϕ

(

x

c )

=−π + arctan

3 2 . .

4)

Diagramme de Bode

Le gain en décibels de ce filtre s’écrit :

G

dB

=

20log

G

=−

10log

+ 1 ⎤ ⎥ ⎦

x

4

2

x

4

Les limites asymptotiques sont donc :

ω

0

:

⎧ ⎪ G

ϕ

dB

10log[4]

0

6,0

ω

→∞

:

⎪ ⎧

G

ϕ

dB

→ −

→ −

π

40log

x 2 ⎡ ⎣ ⎤ ⎦
x
2
⎡ ⎣
⎤ ⎦

On retrouve le fait que l’atténuation du signal est beaucoup plus importante avec un filtre d’ordre 2.

L’asymptote

finalement tracer le diagramme de Bode de ce filtre (figure 13.7).

G dB

(

)

coupe l’axe x en

log

2
2

l’axe G dB en

40log

2 = 10log 4 6,0 . On peut = 10log 4 6,0 . On peut

et

G dB 20 log(4/ 10 log 4 3) 3dB log x c log x log
G dB
20 log(4/
10 log 4
3)
3dB
log x c
log x
log x m
ϕ
log x
–40dB / décade
−π/2
−π

Figure 13.7. : Diagramme de Bode du filtre actif étudié