Vous êtes sur la page 1sur 5

DROIT

SAMIA HASNAOUI 28/4/1O

Le droit fait parti de l’activité humaine plus ou moins formaliser. Mais existe.

Sur une même action plusieurs règles peuvent s’appliquer.

LE DROIT  EST UN ENSEMBLE DE REGLE

LA REGLE DU DROIT

 Une proposition générale et abstrait qui indique ce qui doit être fait à un moment donné.

La notion d’abstraction défini que la règle doit être appliquée à un nombre indéfini de

Personne et de situation.

 Elle dicte un comportement (ce qui devrait être ) et ( pas ce qui est)

 Elle doit être obligatoire

UN ENSEMBLE DE REGLE : qui régie la relation sociale

REPOSE SUR UN CARACTERE OFFICIEL : renvoi à l’origine règle texte

LA REGLE DE DROIT est obligatoire : sanction prévue même si elle n’existe pas

CARACTERE CONTRAIGNANT

LE DROIT A L’EQUITE ET A LA JUSTICE

(le droit c’est beaucoup de règle quand cela ne fonctionne pas  justice)

Nota :

un COMMODAT = prêt à Usage qui peut se faire sur tout. (prêt pour être usé (exp. Voiture)

A enregistrer à la recette principale des impôts  donne effet d’une date

certaine (un tampon Est apposé , il garde une copie et des frais
d’enregistrement sont à réglés.

EQUITE : fondé sur la justice, mais compensé. L’équité n’est pas la règle de droit mais une
compensation. Trouve un équilibre entre chacune des parties.

A – LES DIVISIONS DU DROIT


I – LE DROIT NATIONAL // DROIT INTERNATIONAL

Le droit national est le droit interne, le droit positif (instant + régie par des textes en vigueur dans un
état donné).

- Les règles propres à chaque état qui définit la sanction adéquate à cet état.

Le droit Interne : les règles que déterminent un état pour régir les droits à l’intérieur de cet état.

(sans qu’un état étranger y trouve à y à redire)

B- LE DROIT INTERNATIONAL

Public privé

LE DROIT INTERN. PUBLIC : ensemble des règles concernant les rapports entre états souverains.

Exp. Impôt sur 1 maison à l’étranger

LE DROIT INTERN. PRIVE : qui régie les rapports entre particuliers lorsque les relations comportent

Un élément d’extranéité (étranger).(exp.achat d’1 bien en France pour un

Etranger, applicable la règle des conflits -> la loi de situation de l’immeuble

La loi de conclusion : le lieu où se conclut le contrat de vente (exp. 1

Allemand qui achète 1 bien d’1 français dont le bien se trouve en Espagne

Le contrat se conclut en France, la loi de conclusion sera français.

II – LE DROIT PRIVE // DROIT PUBLIC

La distinction va se fonder entre les particuliers

Ou l’état et les particuliers.

a) LE DROIT PUBLIC INTERNE PUR :


On distingue
le droit constitutionnel
le droit administratif

LE DROIT CONSTITUTIONNEL

 Règlement qui encadre juridiquement le phénomènes politiques


 Défini les règles relatifs à la constitution de gouvernement et du pouvoir public
 Régie tous les rouages de l’état
LE DROIT ADMINISTRATIF

Une branche du droit qui :

 organise les collectivités publiques et les services publics

 Réglemente les rapports entre collectivités publiques et les particuliers.


(exp. Le droit de préemption
 Il établit les règles applicables entre une administration et un particulier
 Il prévoit les règles relatives à la responsabilités administrative.

b) LE DROIT PRIVE INTERNE PUR


Correspond à l’ensemble des règles qui gouvernent les rapports des particuliers entre eux. Les
Sociétés et associations.

LE DROIT CIVIL
Le droit commun général (s’applique à tous) code civil 1804

LE DROIT COMMERCIAL
C’est détaché du droit civil pour devenir 1branche à part entière  DROIT COMMERCIAL

LES DROITS MIXTE : exp. : pénal, droit du travail, droit processuel(procédures) DROIT PENAL
Le droit du criminel : défini le comportement consécutif aux infractions et détermine les
sanctions applicables- droit de la répression, droit éducatif (réinsertion du criminel)

DROIT PROCESSUEL :
Organise la justice et son fonctionnement. Il relève du droit public (justice) et privé (la défense
des intérêts des particuliers)

DROIT SOCIAL
DROIT DU TRAVAIL :
1950 – l’ensemble des règles qui régie les conditions du travail du salarié et des rémunérations ;
Qui régie également la politique de l’emploi le pouvoir du chef d’entreprise, le droit de grève et
les conventions collectives.

DROIT DE SECURITE SOCIAL :


1945 – Aménager la protection des individus contre un certain nombre de risques (maladie,
invalidité)
L’état développe une politique familiale (allocation familiale)

LES DROITS MIXTE DETACHES DU DROIT CIVIL , ADMINISTRATIF ET COMMERCIAL


- Droit financier
- Droit fiscal
- Droit de liberté public
- Droit de la construction (exp. Droit rural s’attache à l’activité rural, baux ruraux)
- Droit des assurances
- Droit du transport
- Droit de la propriété intellectuelle (droit auteur , inventeur)

B- LES SOURCES DU DROITS

DROIT COUTUMIER : droit écrit (droit romain)


1791 1ère constitution
Il existe des sources du droit non écrite la coutume qui existe
*démonstration d’1 usage ancien + 1 certain nombre de personne qui y croit à cet usage et soit
applicable sans qu’il y ait sanction.

NOTA / LE DON MANUEL : main à main, le seul usage contraire à la loi écrite, ce coutumier annule et surpasse l’écrit)

LA JURISPRUDENCE ET LA DOCTRINE

LA JURISPRUDENCE a une grande place dans la loi française. Elle affine, arrange, modifie
• Construction jurisprudentiel = construction prétorienne (qui renvoie au juge)

LA DOCTRINE : auteurs juristes (avocats, juristes) qui regroupent des points de vue pouvant peser sur
la décision du juges (dans un manuel)

DANS LA SOURCE ECRITE IL YA LA HIERARCHIE DES NORMES

 CONSTITUTION : 1958
Sommet de la hiérarchie à la source du droit
(conseil constitutionnel  Vérifie que les lois sont conformes à la constitution

 LES TRAITES
Ont une valeurs supérieur à la loi depuis 58
(la convention internationale du travail)

 LA LOI
Et d’autres règles écrites
• 2 types de lois
• 2 procédures d’élaboration
• Art 34 • Art «37 -> art 38
• Pouvoir réglementaire • Décret (doit être conforme à la loi
• ARRETES (ministériel) : Doit être conforment aux lois
• CONVENTIONS COLLECTIVES : éditions des règles par les partenaire sociaux
• CIRCULAIRES + INSTRUCTIONS : règles écrites élaborer par les administrations

(ministère de finance, ministère éducation national)

->n’ont pas de valeur juridiques, mais obligatoires pour le ministère pour lequel ils ont été
édités et qui doit le mettre en application.