Vous êtes sur la page 1sur 2

Formulaire de calcul intégral


Primitives usuelles
f(x)dx désigne une primitive de la fonction f sur un intervalle de continuité I rappelé dans chaque cas
 
a+1
a réel, a = 1, xa dx = xa+1 sur R 1
x dx = ln x sur R+

  
a ∈ C∗ , eax dx = a1 eax sur R cos = sin sur R, sin = − cos sur R,
 
tan = − ln |cos x| sur ] − π2 , π2 [, cot = ln |sin x| sur ]0, π[
    
1  x  1  x π 
dx = ln(tan( )) sur ]0, π[, dx = ln(tan( + )) sur ] − π/2, π/2[
 sin(x) 2  cos(x) 2 4
1 π π 1
dx = tan sur ] − 2 , 2 [, dx = − cot sur ]0, π[
cos2 (x)  sin2 (x) 

cosh = sinh sur R, sinh = cosh sur R, tanh = ln |cosh x| sur R,
 
1 1
2 dx = tanh sur R, dx = − coth sur ]0, π[
 cosh (x) sinh2 (x)  
1 1 1  1 + x 
dx = arctan(x) ,sur I = R dx = arg th(x) = ln( ) ,sur I = ] − 1, 1[
1 + x2 1 − x2 2 1 − x
1 1 x
a ∈ R∗ : 2 + x2
dx = arctan( ) sur I = R
 a a  a 
1 1 a + x
a∈R : ∗
dx = ln( ) sur tout intervalle I ne contenant ni a ni −a

2
a −x 2 2a a − x 
1 1 √
√ dx = arcsin(x) sur I =] − 1, 1[ √ dx = ln(x + 1 + x2 ) = arg sh(x) sur R
1−x 2 1+x 2

1 √
√ 2
dx = ln(x + x − 1) = arg ch(x) sur ]1, +∞[
x2 − 1 
1
z ∈ C ,n ∈ N : (t − z)n dt = (t − z)n+1 sur tout intervalle tel que t = z
n+1

P (x)
Primitive de fraction rationnelle: Q(x) dx

P
On effectue une décomposition en éléments simples de :
Q
1 (t − a)−n+1
les éléments simples de première espèce n
; n ≥ 1 s’intègrent soit en si n = 1 soit en ln(|t − a|)
(t − a) −n + 1
si n = 1
αt + β
les éléments de deuxième espèce (dans R): 2 peuvent s’intégrer en se ramenant par un changement de
 (t + at + b) 
ωt + φ t
variable à la forme 2 + 1)n
dt . On est alors ramené au calcul de : 2 + 1)n
dt ( changement de variable u = t2
 (t (t 
1 t2
) et de In = dt qui se calcule par récurrence à l’aide d’une intègration par parties sur dt =
 (t2 + 1)n  (t2 + 1)n
t
t 2 dt (on peut aussi poser t = tan(φ) on est ramené à une intégrale de Wallis cosk (φ)dφ qui se calcule
(t + 1)n
aussi par récurrence)

MP Dessaignes Année 2009



Primitive de fraction rationnelle en sin ,cos F (sin(x), cos(x))dx

On teste les ’’changements’’ x ←− x + π,π − x, −x dans l’expression F (sin(x), cos(x))dx (’’changements’’ à prendre
au pied de la lettre : on remplace par , sans oublier le dx) . Si la forme différentielle F (sin(x), cos(x))dx est invariante
par un de ces ’’ changement ’’ on effectue le changement de variable qui correspond à la ligne trigonomètrique invariante
par ce ’’changement ’’

 x ←− x + π : poser u = tan(x)(en effet tan(x) = tan(x + π))
x ←− π − x : poser u = sin(x)(en effet sin(x) = sin(π − x))

x ←− −x : poser u = cos(x)(en effet cos(x) = cos(−x))
( régles de Bioche : Bioche était professeur en classes de Mathématiques Spéciales au Lycée Louis le Grand.)
x
Si rien de tout cela ne marche on effectue le changement de variable dit ’’universel’’ : t = tan( )
2
 dx  sin x dx  dx
exemples : : on pose u = tan x ; on pose u = cos x, on pose t =
1 + sin2 (x) cos x + sin2 (x) 1 + sin(x)
x
tan( )
2
x 2t 1−t2
( rappel : si t = tan( ) alors sin(x) = 1+t 2 et cos(x) = 1+t2 )
2
Dans tous les cas on est ramené à intéger une fraction rationnelle .
noter que le cas d’une fraction rationnelle en ex , sinh(x), cosh(x) se traiterait de la même facon , le changement de
variable universel étant ici : t = ex
Intégrales Abéliennes
 
√ ax + b 1/n
On nomme ainsi toute intégrale du type : F (x, ax2 + bx + c)dx, F (x, ( ) dx
cx + d
où F est une fonction rationnelle des deux  variables

F (x, ax2 + bx + c)dx
√ √ √ √
:se ramener de ax2 + bx + c à l’une des trois formes x2 + 1 ou x2 − 1 ou 1 − x2 . C’est toujours possible par
un changement de variable affine en utilisant la forme canonique du trinôme .
poser
√ ensuite selon les cas
x 2 + 1; poser x = sinh(u) (ou bien x = tan(φ))

x 2 − 1; poser x = cosh(u);

1 − x2 ; poser x = sin(u)
dans tous les cas on est ramené à une fraction rationnelle en sin(u) , cos(u) , ou√bien en eu
Remarque : si l’on a posé x = sinh(u) on √ récupère u = arg sinh(x) = ln(x + x + 1) :si l’on a posé x = cosh(u)
2

on récupère u = arg cosh(x) = ln(x + x2 − 1)



ax + b 1/n
f (x, ( ) dx
cx + d
ax + b 1/n
poser u = ( ) : dans tous les cas on est ramené à une fraction rationnelle en u.
cx + d

MP Dessaignes 2009