Vous êtes sur la page 1sur 103

Les tumeurs de l’ongle

Christian Dumontier, Philippe Abimelec, Sylvie Carmès
Urgences Main Guadeloupe & Paris
Granulome pyogénique
Mélanome achromique

DIU 2016

Plan
Généralités
Eléments du diagnostic
Principales tumeurs
Le problème particuliers
des mélanonychies

Généralités
Toutes les tumeurs
cutanées, osseuses ou
des parties molles
peuvent se rencontrer
Plus de 70 types
décrits ! (quelques unes sont

fréquentes, quelques sont spécifiques,
la plupart sont rares ou anecdotiques)

Papillome sous unguéal, Kératose distale sous-unguéale, Tumeur filamenteuse sous unguéale et Kératose distale à cellules multinuclées

Corne Onycholemmale

Tumeurs
épidermiques

Tumeurs kératinocytiques
bénignes

Kyste onycholemmal, kystes épidermiques d’implantation
Onychomatricomes
Kératoacanthome
héloma, onychoclaves, hyperkératose sous-unguéale
Verrues

Tumeurs mélanocytaires
Tumeurs dermiques et souscutanées

Tumeurs des tissus de soutien

Tumeurs mélanocytaires bénignes, nævus mélanocytaires et lentigo
Mélanonychie longitudinale
Fibromes
Chéloïdes
Tumeurs glomiques

Tumeurs
vasculaires

Granulome pyogénique (botriomycome)
Hémangiomes, angiomatose du repli postérieur, Hémangiome histiocytoïde
Neurofibromes

Tumeurs
nerveuses

Schwannomes
Gliomes
tumeurs à cellules granuleuses

Exostoses sous-unguéales
Ostéochondromes

Tumeurs
osseuses et
articulaires

Ostéomes ostéoïdes
Kystes mucoïdes

u
t
s
e
l
a
p
i
c
n
i
r
P
Synovialome

Tumeurs musculaires

Angioleiomyomes
Lipomes

Myxomes

Tophi goutteux

calcinose sous-cutanée

Divers

s
r
u

é
b

Chondromes - chondromes périostés - chondromes des parties molles - Bizarre parosteal chondromas

Tumeurs à cellules géantes

Autres

g
i
n

Porome eccrine

Tumeurs des glandes sudoripares

s
e
n

Ostéomes

granulome à corps étrangers
piquants d’oursins

e
m

Notre expérience (5 ans)
Kyste mucoïde

75

33 %

Tumeur glomique

22

9,5 %

Carcinome épidermoïde

21

9,05 %

Naevus mélanocytaire

18

7,76 %

Verrue

18

7,76 %

Fibrome

17

7,33 %

Mélanome malin

15

6,47 %

Onychopapillome

14

6,03 %

Granulome pyogénique

14

6,03 %

Keratoacanthome

8

3,45 %

Onychomatricome

5

2,16 %

Tumeurs cellules géantes, schwanome, chondrome

...

Eléments du diagnostic
Atteinte monodactyle ++ (suppose d’examiner
tous les ongles)
Douleur +++
Notion d’évolutivité
Atteinte polymorphe : déformations unguéales,
modification de forme, de couleur, d’aspect de
l’ongle....tout peut se voir

Tumeurs et tuméfactions

Kystes pseudo-mucoïdes banaux

Destruction de la tablette

Bowen

Onychomanie

Onychomycose

Destruction de la tablette

Verrue virale

Carcinome épidermoïde
invasif

Modification de couleur:
Erythronychies longitudinales

Tumeur
glomique

Carcinome
épidermoïde

onychopapillo
me

Verrue

Mélanonychies longitudinales

Mélanome malin

Carcinome épidermoïde

Signes cliniques possibles
Lit unguéal

Matrice

Périonychium

Os

*

*

*

*

Dépression longitudinale

*

*

Dépression transversale - Lignes de Beau

*

*

Chromonychie

Desquamation

*

*

Douleur

*

*

*

*

Fissure longitudinale

*

*

*

*

Fracture

*

*

Hyperkératose sous unguéale

*

Ongle fin – Hapalonychie

*

*

*

Onychoatrophie

*

*

*

Onycholyse

*

Onychomadèse
Pachyonychie

*
*

*
*

*

Périonyxis
Tumeur / Tuméfaction

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

Eléments du diagnostic
Chondrome

Palpation des aires ganglionnaires
Radiographies +++
Examen mycologique de qualité (biopsie de la
tablette)
Examen histologique (biopsie) si doute

➡ DONC AVIS DERMATOLOGUE SPECIALISE AU
MOINDRE DOUTE

Donc en pratique
Dr Philippe Abimelec

www.abimelec.com

Le plus souvent c’est
le dermatologue qui va
vous envoyer le
patient
Dans les autres cas...il
ne faut pas passer à
côté !

Quelques tumeurs
Tumeurs
Epidermiques

Bénignes

Malignes

Onychomatricome, kyste
épidermoïde, verrues

Carcinome épidermoïde,
Mélanomes

Dermiques et souscutanées
Vasculaires

Tumeurs glomiques

Nerveuses
Osseuses et
articulaires
Autres

Exostose, Kystes
mucoïdes

Les verrues
Touchent surtout les tissus péri-unguéaux
Se ronger, se mordre les ongles ou les replis favorise leur
dissémination et leur résistance au traitement
La maladie disparaît spontanément, 

le traitement chirurgical doit être évité.
Réservé aux dermatologues

Verrue virale

Onychomatricome

Rare, 1ère description
en 1992, aspect typique
Tumeur intra-tablette
Touche les caucasiens,
surtout le majeur

Onychomatricome

Tablette épaissie,
augmentation de la
convexité transversale,
hyperstriation,
chromonychie longitudinale

Onychomatricome

IRM: épaississement matriciel pénétrant la
tablette

Onychomatricome
Exérèse chirurgicale

Kyste épidermoïde
Notion de traumatisme
pénétrant
Nodule cutané adhérent à
la peau et fixé aux plans
profonds
Pseudo-hippocratisme
douloureux (Dg ⧧
panaris)

Kyste épidermoïde

Rx: Ostéolyse localisé

Kyste épidermoïde

TTT: excision
chirurgicale emportant
la poche tumorale

Tumeurs glomiques
1-5% des tumeurs de la
main
3/4 femmes
45 ans (12-70 ans)
Tous les doigts
Suspicion clinique,
diagnostic IRM (écho)

Clinique
Douleur (96%)
Tuméfaction et/ou coloration tablette
(60%)
Dystrophie unguéale (10%)

Clinique
Douleur (96%) au choc plus que
spontanée
Augmentée par le froid (58%)
Très localisée (signe de Love)
Qui disparait sous garrot (Maneuvre de
Hildreth) dans 60% des cas
Sensibilité au froid est 100% sensible,
spécifique et précis; la manœuvre de Hildreth est
Se 71,4, Sp 100% et Précis 78%; Le test de Love
est Se 100%, 78% précis
Bhaskaranand K, Navadgi BC. Glomus tumour of the hand. J Hand
Surg Br. 2002;27:229-231.

Imagerie
Radios (recherche d’une
encoche) +++ Positive 1/3
des cas

Imagerie - échographie

Imagerie- IRM

Traitement
Chirurgical +++
Localiser la tumeur, être certain
qu’elle est unique
Choisir la voie d’abord (latérounguéale ou trans-unguéale)

36

8
localisations
dorsales: 58 cas

14

Voie latéro-unguéale
Les tumeurs sont souvent petites
(≈ 3,5 mm ∅)
L’abord latéral est délabrant Sectionner le pédicule latéral
Incision pulpaire (douloureuse)
On voit très mal

Voie trans-unguéale
Chute de la tablette avec repousse longue
Risque de dystrophie (20%, toujours mineures)

Madhar et al. Which approach is best for subungual glomus tumors? Transungual with microsurgical
dissection of the nail bed or periungual? Chirurgie de la main 34 (2015) 39–43

Récidives
De 4 à 15%
Jusqu’à 7 fois (cas personnel avec Pr Le Viet)
Il peut s’agir de tumeurs multiples (donc IRM
toujours en cas de récidives)
Dans série de Lin 17% de récidives, toujours chez
des patients qui n’avaient pas eu d’IRM pré-op
Lin Y-C, Hsiao P-F, Wu Y-H, et al. Recurrent digital glomus tumor : analysis of 75 cases.
Dermatol Surg. 2010;36:1396-1400

Exostose sous-unguéale
Aspect clinique, radio et
histologique identique à
l’ostéochondrome mais située à
la partie distale de la phalange
Sujet jeune: 20 ans, sexe ratio
proche de 1
Post-traumatique ? (77% au
gros orteil, 10% aux orteils, 13%
aux doigts)

Exostose sous-unguéale

Tuméfaction sous-unguéale
disto-latérale, couleur chair,
dure et sensible au toucher
Parfois déformation de la
tablette

Exostose sous-unguéale

Radio( centrées): excroissance
sessile
Attention sous-estimation de la
taille car capuchon cartilagineux

Exostose sous-unguéale
TTT: Excision chirurgicale
emportant un peu de la
corticale
Sinon récidive / 6-12%
Pas de reconstruction du lit (si
trop détruit, onycholyse
séquellaire / Fq ?)

Il existe de nombreuses
tumeurs malignes de l’ongle
Carcinome épidermoïde
Mélanome
Métastase
Sarcomes osseux, Sarcome de Kaposi
Carcinome baso-cellulaire
Lymphome
Tumeur à cellule de Merckel
Porocarcinome eccrine péri-unguéal

Le carcinome épidermoïde
La plus fréquente des tumeurs malignes (de l’ongle et de la
main)
50-70 ans, 2M/1F, index et majeur surtout

Localement agressive seulement (7 métastases et 3 décès
décrits)

Le carcinome épidermoïde
L’atteinte in situ porte le nom de Maladie de
Bowen
Nombreux facteurs de risque évoqués
(traumatisme, UV,…) mais non démontrés
Corrélation +++ avec les onco-virus (60% des cas
au moins) HPV16 notamment (75%) par
contamination génito-digitale (survenue du SCC 12
ans après l’atteinte génitale)

Présentation clinique
3 aspects de maladie de Bowen

Présentation
protéiforme (verrue
(60%), onychomycose,
hyperkératose,
périonyxis, exostose,
kyste épidermoïde,…)
Développement à partir
du lit unguéal (57%) ou
du paronychium (32%)
ou les 2 (11%)
Clichés: Dr Richert

Traitement
Excision totale de la
lésion (excision complète
de l’ongle > excision
partielle)
Amputation à l’IPD si
atteinte osseuse (20%
des cas)
Pas de chirurgie de
Mohs (> 50% récidives)
dans une série, préférée
dans une autre !

Le problème des
mélanonychies

Mélanonychie: Définition
Une bande longitudinale noire ou
brune de la tablette unguéale qui
est liée à une augmentation de
dépôt de mélanine !
Le problème: Il pourrait s’agit
d’un mélanome

Mélanome: Quel Problème ?
Tumeur maligne
> 4 sous-types: mélanome acral lentigineux (2/3),
Superficial spreading malignant melanoma,
mélanome nodulaire, lentigo maligna) (peu d’intérêt à
l’ongle).
Pronostic vital +++
Fonction de l’épaisseur, de l’invasion du derme, de
l’existence de métastases, du type génétique
6% de survie à 5 ans en phase métastatique, avec
médiane à 7,5 mois

Mélanomes: pronostic
•Indice de Breslow
• < 0,75 mm
• 0,75-1,5 mm
• 1,5-4 mm
• > 4mm

Niveaux de Clark (- utile)
I in situ
II envahit le derme
papillaire
III envahit la jonction derme
papillaire-derme réticulaire
IV envahit le derme
réticulaire
V envahit le tissu souscutané

Mélanomes: facteurs pronostics

• Indice de Breslow (en mm)
(T1a < 0,76)

• Micro-nécroses
• Index mitotique (< ou > 1 /
mm2 pour les stades 1)

• Type

de mélanome, Croissance verticale, invasion
ganglionnaire, régression tumorale, microsatellites,
indice de Clark,... sont moins importants

Quel est notre problème ?
•Augmentation de fréquence des mélanomes (n°1 chez homme, n
°2 chez femme) - 68000 cas en 2010 (vs 55000 prévus en 2004)

•Les mélanomes vus tardivement ont un très mauvais pronostic
(75% des décès de cancers cutanés)

• 2ème tumeur en perte d’année de vie (après leucémie) chez
l’adulte

• Alors que vus précocement (au stade in-situ), le patient peut
être complètement guéri ! (> 97% survie)

•Les mélanomes acrals (1-7% des mélanomes) sont de gravité
plus sévère (plus ulcérants et Breslow plus élevé)

•Les mélanomes de l’ongle représentent 0,18 à 2,8% des
mélanomes

Quel est notre problème ?
Il faut donc reconnaître
rapidement ces lésions mais
c’est très difficile !

mélanome
lentigo

naevus

Mélanome malin

Quel est notre problème ?

•Il ne faut pas hésiter à faire une biopsie
•Mais au stade précoce, la tumeur peut
contenir très peu de cellules anormales

•Il faut donc enlever toute la matrice en
épaisseur

•Donc créer des séquelles +++

Approche diagnostique d’une
mélanonychie ?

•Est ce que c’est une mélanonychie ?
•S’agit-il d’une tumeur ?
•Arguments diagnostics pour un mélanome ?
•Techniques de biopsie
•Principes du traitement

Bande noire ≠
mélanonychie

Bande noire ≠
mélanonychie

•Toutes les bandes noires ne
sont pas des mélanonychies

• Hématome
• Corps étranger
• Infection

infection à pyocyanique

corps étranger

Mélanonychie ≠
Tumeur des
mélanocytes

Augmentation de la
synthèse des mélanocytes
normaux (”mélanocytose
fonctionnelle”)

Micro-trauma, infections,
médicaments, maladies
dermatologiques ou
générales

Augmentation de
synthèse de mélanocytes
anormaux

Tumeurs bénignes (Naevus,
31 %
lentigo)

Mélanomes

64 %

≈ 5%

Lésions auto-induites
Tumeurs sous-unguéales

Onychopapilloma

Mycose

Mélanome malin

Carcinome épidermoïde

Drugs and chemicals
-Antibiotics: cyclines,sulfonamide.
-Antimalarials
-Antineoplastic drugs
-B blocking agents: timolol
- Heavymetals: Arsenic,Gold, Mercury.
-Ketoconazole
-Phenothiazine
-Psoralen
-Zydovuridine
Endocrine
-ACTH therapy
-ACTH, MSH producing tumors
-Addison disease
-Hyperthyroidism
-Pregnancy
Ethnic
-Dark skin individuals
Genetic
-Peutz-Jeghers syndrome
Infectious
-Onychomycosis
Inflammatory
-Lichen planus
-Lichen striatus
Metabolic and Nutritional
-Hemochromatosis
-Hemosiderosis
-Kwashiorkor
-Vitamin B12 deficiency
Miscellaneous
-Laugier hunziker syndrome
Radiation
Traumas
Acute
Chronic: self inflicted onychomania

Neoplastic
Melanocytic
-Melanoma
-Melanocytic hyperplasia
-Nevus
Non melanocytic
- Spinous cell carcinoma
- Myxoid cyst
- Wart
Pseudo LM
-Hemorrhage
-Foreign body
-Onychomycosis

Atteinte monodactyle

Atteinte
polydactyle

Causes des
mélanonychies

Mélanonychie ≠
Pathologique
•77% des Afro-américains de plus de 20 ans ont une
MNL (pouce et index surtout) et 100% après 50 ans

•10-20% des Japonais (Pouce, index , majeur)
• < 1% des “caucasiens”

Epidémiologie des
mélanomes sous-unguéaux

•0, 7 à 3,5% des mélanomes chez les sujets à peau
claire touchent l’ongle (3-10% japonais et 15-20%
chez afro-américains)

•Au final, même taux de mélanome dans ces

populations (car fréquence moindre des mélanomes
in fine)

Quels arguments
diagnostiques pour
un mélanome ?

Diagnostic
• Aucun élément formel en dehors d’une biopsie
positive

• Pas d’examens complémentaires (sauf une radio)
•Eléments de suspicion diagnostique

Mélanome malin intra épidermique de
l’appareil unguéal

Nævus matriciel
Nævus acquis

45 %

Nævus congénital

65 %

Adultes

50%, moyenne d’âge 37 ans

Enfants

50%, moyenne d’âge 3 ans

Sexe

moyenne d’âge 44 ans

Femmes 40% - Hommes 60%

Femmes 57% - Hommes 43%

Pouce et gros orteil

64 %

86 %

Doigts

77 %

86 %

Orteils

23 %

14 %

Elargissement progressif

9%

86 %

Atténuation de la coloration

9%

Largeur moyenne

4 mm

7 mm

Ongle complètement noir

14 %

43 %

Bande sombre

64 %

Bande pâle

36 %

Coloration variées

36 %

Signe de Hutchinson

23 %

79 %

Altérations de la tablette unguéale

18 %

14 %

Nævus jonctionnel

9%

Nævus composé

91 %

Eléments de suspicion
Age: = 60-70 ans (mais 13 cas
de formes infantiles ont été
décrites)
Pouce et Gros orteil (plus
grande proportion de matrice
sur ces doigts, même si la
tumeur peut naître d’ailleurs 76% naissent de la matrice)
naevus congénital !

•Patient de plus de 50 ans
• Bande mélanique unique, surtout pouce > index
• Apparition récente chez un adulte sans antécédents
• Modifications rapides
• Couleurs multiples, variées, bords irréguliers
• Base de la bande plus large que la partie distale
• Pigmentation du repli (signe de Hutchinson)
• Destruction de la tablette
•Antécédents personnels de mélanomes dans une autre
localisation

Evolution spontanée sur 2 ans d’un mélanome unguéal
chez une femme de 34 ans qui a refusé tout traitement
Breslow 0,66 mm / Clark Level II

Elargissement progressif: une
base plus large que la partie
distale indique une croissance
rapide

Breslow 0,55 /
Clark level II

Destruction de la tablette,
fissure, lésion tumorale,
ulcérations,....traduisent des
lésions évoluées

Signe de Hutchinson
• Non spécifique +++
• Trois causes possibles
•Causes médicales
•maladie de Bowen
•Erreur d’interprétation

(transparence des tissus du repli
sus-unguéal).

Causes «médicales» d’un signe de Hutchinson

L a u g i e r - H u n z i k e r Longitudinal melanonychia is associated with macular pigmentation
syndrome
of lips and mouth
Congenital nevus

After Biopsy

X-ray therapy

X-ray therapy for finger dermatitis has been reported for responsible
of longitudinal melanonychia and periungual pigmentation

Malnutrition

Some drugs have also been reported

Drug Ingestant

Minocycline, Zidovudine

Peutz-Jeghers syndrome
AIDS

Longitudinal melanonychia and pigmentation of distal pulp has been
reported in AIDS patient, even before treatment.

“Childhood melanosis”

Observed in Japanese children, may undergo spontaneous regression

Trauma induced

Friction and pressure has been reported in the nails of a boxer

ABCDEF
A: Age > 50 ans
B: Bande > 3 mm ou bords
irréguliers
C: Changement de couleur

A: age, Asian, and African
American
B brown, black, breadth, and
borders
C change or absence of change,
despite adequate treatment

D: Un seul doigt atteint, surtout
pouce
D digits (eg, thumb, hallux, index
E: Extension cutanée, signe de finger)
Hutchinson
E extension of pigment
F: Antécédents familiaux ou
personnel de mélanome

(Hutchinson sign)
F Familial history of melanoma.

Levit EK, Kagen MH, Scher RK, et al. The ABC rule for clinical detection of subungual
melanoma. J Am Acad Dermatol. 2000;42(2 Pt 1):269-274.

Attention !
Au moins 25% des mélanomes sous-unguéaux sont amélaniques ou débutent par une masse !

!, 54 yrs
Breslow 2,4 mm /Clark Level IV

Mélanome amélanique

!, 33 yrs

"62 yrs old, MD

Breslow 2,7 mm / Clark Level IV

Breslow 0,45 mm
7 yrs evolution

Tache rouge

Mélanome malin achromique,
desmoplastique

Soyez suspicieux !
1/3 des patients seulement consultent pour une
mélanonychie longitudinale
La précision diagnostique des dermatologues
reste faible de 46% à 55%
Survie à 5 ans de 88% si Breslow < 2.5 mm et de
40% si > 2.5 mm.
Di Chiacchio N, Hirata SH, Enokihara MY, et al. Dermatologists’ accuracy in early diagnosis
of melanoma of the nail matrix. Arch Dermatol. 2010;146:382-387.

Critères dermoscopiques

Techniques de Biopsie
• Mélanonychie latérale
• Comment reconstruire le repli latéral ?
•Mélanonychie médiane
• Comment reconstruire la matrice pour limiter
les séquelles ?

But: Diagnostic, type de mélanome, nombre de mitoses,
mutations génétiques,...

Biopsie latérale
Marges de 0,5 to 1 mm
Incluant le repli latéral

Biopsie latérale
Il faut emporter toute la matrice (proximale et
latérale +++)

Biopsie latérale
La pièce (orientée) est donnée à l’anapath
On reconstruit le repli latéral par un artifice plastique
(lambeau de Dubois- QZMA004 + J + R)

Complications des biopsies latérales ?

Kystes épidermoïdes

Spicules

Biopsie des MNL
centrales (< 2 mm)
N’exciser que la partie proximale
de la tablette +++
La tumeur peut n’être pas visible !

Biopsie des MNL centrales (< 2 mm)
Excision transversale ?
fermeture sous tension

Biopsie des MNL centrales (< 2 mm)
Excision longitudinale ?
fermeture en libérant si nécessaire les deux hémimatrices (lambeau de Johson)

Biopsie des lésions de > 3 mm

Excision va laisser un defect
important > 1+3+1 mm
On peut fermer avec un lambeau de
translation (Schernberg)
Ou laisser ouvert en attendant les
résultats de l’anapath !

La microchirurgie de Mohs

Tout le monde en parle, personne n’en fait
Consiste à exciser une petite couche, à la fixer, lire
la pièce...et recommencer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus
de lésion tumorale
Prend plusieurs heures .....

Le shaving (Hanecke)

Consiste à exciser tangentiellement la lésion dans
une bande mélanique de 2 à 5 mm de large (non
recommandé)

excision

Incision au
pourtour de
la lésion
Shaving de la lésion

defect post-op

Si la biopsie est positive
Avis multidisciplinaire +++
Traitement chirurgical: excision de la lésion avec des
marges suffisantes

Martin DE et al. Subungual malignant melanoma. JHS 2011;

Traitement
•Les guidelines pour les mélanomes sont définies et reposent sur
l’index de Breslow (mais rien pour l’ongle !)

•Recommended Surgical Margins for Melanoma*
•T1 (<1.0 mm) 1 cm (0,5-1)
•T2 (1.1-2.0 mm) 1-2 cm (1 cm)
•T3 (2.1-4.0 mm) 1-3 cm (1-2 cm)
•T4 (>4.0 mm) 3 cm (2 cm)
•(*Primary surgical closure whenever possible)

Biopsie positive pour
mélanome in situ ?
•Excision de l’appareil unguéal

(suffisant - maladie de la peau, pas de
l’os)

•Reconstruction par:
• Greffe de peau +++
• Greffe d’appareil unguéal
(vascularisée ou non)

Notre série
13 patients
9 Mélanomes in situ
4 Carcinome épidermoïde
(2 Bowen’s)

Notre série
4 ans de recul
Pas de repousse d’ongle
Weber 5 mm
Mobilité IPD normale
Pas de récidive

Notre série

5 Kystes épidermoïdes
2 patients ont eu des
difficultés à accepter
l’aspect du doigt

Biopsie positive pour une lésion invasive

•Amputation (la plus distale possible) - IPD semble

suffisant (IPP > MP ou méta)

•Pas de différence de survie (92%) avec un Breslow moyen

de 1.68 mm (1-4 mm) en comparant 31 cas de resectiongreffe vs 31 amputation IPD

•Aucune étude n’a montré un bénéfice pronostique en

termes de survie, de récidive locale ou de métastases
ganglionnaires proches ou en transit que l’amputation soit
proximale ou à l’interphalangienne
Moehrle M, Metzger S, Schippert W, et al. “Functional” surgery in subungual melanoma. Dermatol Surg.
2003;29:366-374

Biopsie positive pour une lésion invasive:
Discussion sur

•Le ganglion sentinelle (Snow - 1898) suivi d’un curage

ganglionnaire si positif

•Inutile au stade 1 (> 2-5% de ganglions positifs)
•American Joint Committee on Cancer (AJCC)

recommande l’utilisation du ganglion sentinelle dans les
mélanomes épais (> 1 mm) ou ulcéré

•Idem pour les mélanomes acrals
•La chimiothérapie adjuvante:
Ito et al. Acral lentiginous melanoma: Who benefits from sentinel lymph node biopsy?
J Am Acad Dermatol 2015;72:71-7

Rappel
•Pas d’indication au curage systématique (Sim,

Mayo Proceeding, 1996 et Cascinelli, Lancet 1998)
- absence de bénéfice sur la survie

•Bénéfice dans la survie d’un curage si le ganglion
sentinelle est positif dans les formes
intermédiaires (15-20% de +)

Chimiothérapie
•La mutation B-Raf est présente jusque dans 80%

des mélanomes cutanés et justifie l’utilisation du
Vemurafenib (augmentation du délai avant récidive
- 50% répondeurs, 25% qui échappent rapidement)

•Les mélanomes unguéaux sont surtout porteurs
du gène C-Kit (Glivec, ?...)

•Ipilimumab (AC-monoclonaux), interféron alpha
(bénéfice de 3% à 5 ans),...

Take home message
• Les tumeurs malignes de l’ongle sont rares
• L’aide d’un dermatologue est nécessaire pour éliminer les
diagnostics différentiels «non tumoraux»
• Le diagnostic clinique de la tumeur est impossible, une
biopsie parfaitement réalisée est nécessaire devant une
mélanonychie suspecte pour limiter les séquelles
dystrophiques
•Un diagnostic de mélanome impose une prise en charge
pluri-disciplinaire
•Seule l’excision complète a montré un bénéfice sur la
survie